-20%
Le deal à ne pas rater :
Charmast Batterie Externe 23800mAh 4 Sorties et 2 Entrées
23.99 € 29.99 €
Voir le deal

Partagez
 
 
 

 The moon shine bright like ugly scars- feat Mr.Wolf

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 
Pyramid Rouge
Pyramid Rouge
MESSAGES : 202
INSCRIPTION : 23/12/2019
CRÉDITS : Pyramid rouge

UNIVERS FÉTICHE : Contemporain Surnaturel Horreur Réel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3510-le-parallelogramme-incongrue#
patrick

The moon shine bright like ugly scars- feat Mr.Wolf Empty

1620921301-02588135nhhtgppml.jpg
Mise en Situation



The moon shine bright like a ugly scars

Epoque Médiéval - Hiver

Au cœur des montagnes aux dorsales de givres, au milieu d'une vallée de grands pins se trouve Scalvale, un thiercelieux ou perdurait depuis des années d'inquiétantes disparitions. Les familles avaient la peur au ventre la nuit tombée et chaque soir une vie ou plusieurs étaient prise. Le village avait beau bien s'étendre, les villageois étaient de moins en moins face la recrudescences des pertes humaines orchestrés par d'odieuses créatures du diable: les loups garous.
Le bon et courageux Maire de la ville, Philippe Khanwald voyant sa ville dévasté par des loups garous chaque nuit avait conclut un marché avec les loups qui se cachant parmi eux étaient impossible à retrouver...Le marché disait:  plus une vie de villageois prise tant que des sacrifices de bêtes sont effectués a chaque pleine lune... Mais est-ce que le contrat tiens toujours, en pleine lune rouge ?
L'époque de paix va-t-elle se briser ?


i3tb.png
Revenir en haut Aller en bas
 
Pyramid Rouge
Pyramid Rouge
MESSAGES : 202
INSCRIPTION : 23/12/2019
CRÉDITS : Pyramid rouge

UNIVERS FÉTICHE : Contemporain Surnaturel Horreur Réel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3510-le-parallelogramme-incongrue#
patrick

The moon shine bright like ugly scars- feat Mr.Wolf Empty

1620427828-45353af688f2076662324d832c228cd8-1.jpg
Zelda

Khanwald

J'ai  23 ans et je vis à Scalvaleun petit village entre forêt et montagne. Dans la vie, je suisla couturière de mon village. Je suis malheureusement fiancée à Henri Degas. Sinon, grâce à ma gentillesse, je suis discrète.


????  

Lorena Lammer

L’hiver était là, froid comme jamais et tranchant quiconque essayerait de supporter. Toutes les peaux tannés du village sur un seul membre ne suffirait pas à le tenir au chaud. La neige est là, elle tombe sur l’échine des pins et des dorsales de givres  embrumée la plupart du temps par les nuages engloutissant leur pointes. A Scalvale pour y survivre il fallait supporter le froid, c’était primordial. En général, les bébés née en hiver ne tenait pas plus de quelque jours. Au village comme si la nuit tombée, le froid n’était pas un mal suffisant, les loups garous rôdaient pour prendre des vies et résister à ce froid chaotique pouvant faire l’objet  d’un type d’enfer comme un autre.
Gelée au fond de son lit, Zelda essayait de bouger pour un peu en se retournant pour sentir un peu plus de chaleur dans sa couchette. Puis n’y arrivant pas, elle remarque que la lumière ambiante de la maison régit par le feu qui brûlait dans la cheminé était d’une luminosité moins intense. Le noir était presque là. Se mordant la lèvre en courbant les sourcils à l’idée d’affronter les ténèbres de la nuit dans une température glaciale, la jeune femme finit par se lever, grosses chaussettes de laine au pieds, se couvrant d’une épaisse cape chaude pour doucement aller jusqu’à la cheminé qui abrite le feu.

Se saisissant du tisonnier à peine l’a t-elle en main qu’un grognement sommaire, effroyable et surtout proche d’elle retentit aux creux de ses tympans. Qu’est-ce ? La jeune femme peu rassurée se tourne et se retourne pour balayer la pièce du regard. Le tisonnier a la main elle va voir dans la serrure la chambre de son père. Elle le voit étendu dans son lit à dormir à points fermés. Rassurée de se dire qu’il ne s’est pas fait dévorer par un loup, elle se ravi au même titre du fait qu’il n’est pas lui même un loup garou. Les grognements de nouveau et elle se tourne encore et encore pour voir quelque chose, mais dans les ténèbres à la lumière manquante de la pièce principale elle n’y voit presque plus rien dans les crépitements des bûches qui larmoient leurs derniers craquements lumineux.

Les grognements. Grr. Grr. Ils sont tous proches et il se rapproche mais alors que l’obscurité commence à engloutir tout, elle se rue vers la cheminer pour craquer une allumette en dedans et rajouter une bûche. Tisonnant le bois comme pour le réveiller elle tremble tout entière à l’idée d’être la nouvelle victime des loups garous. Finalement, le feu surgis, il est énorme et en se tournant deux yeux dorés la fixe dans un coin de la pièce qui semble refuser la lumière. Elle frémit les mains agrippée aux rebords de pierres entourant la cheminée. Incapable de bouger la tension est palpable, elle n’avait jamais vu une telle chose. Un loup garou de si près…  Alors c’est ça la dernière chose qu’elle verra avant de mourir dévorée ?
Se jetant sur elle, elle hurle un dernier cri d’effroi.
 Se réveillant en sueur, le matin est là et il fait clair et dans 3 jours elle ne sera plus la jeune fille du Maire Kahnwald mais, la femme de Henri Degas. Le forgeron qui ayant perdue sa femme emportée par la maladie il y a cela maintenant quelques mois, elle portait leur enfant et depuis cette tragédie il n’avait plus goût à grand-chose a part l’alcool la violence. Rien d’étonnant. Bon ami de mon père celui ci ne voyait pas l’être bourru derrière leur amitié et il n’avait pas hésiter a céder à la demande de son ami de lui céder son unique fille. Ses cheveux roux ne la plaçant pas comme premier choix de mariage c’était inespéré pour Philippe Khanwald, le maire, de réussir à marier sa seule fille qui commençait a ne plus avoir l’âge de ne pas être mariée, à son grand regret.

Une fois vêtue d’une robe, elle sort enfin dans l’hiver froid mais lumineux de Scalvale pour rejoindre son atelier. Les commandes de bottes fourrées et de capes étaient nombreuse et il fallait qu’elle s’y atèle ardemment chaque jour. Se dirigeant vers son atelier  elle voit au loin le shérif en train de fumer. Souriant elle pense que la commande qu’il lui a fait est prête et profite de cette opportunité pour aller lui parler sans que cela ne paraisse étrange autant a lui qu’au membres du village qui grouille déjà dans les petites ruelles boueuses. Arrivant derrière lui elle sourit et s’exclame d’une voix douce et mélodieuse.

-Je suis certaine qu'un jour on découvrira que ce que vous fumez, tue, Shérif Houxton...

Revenir en haut Aller en bas
 
Mr.Wolf
Mr.Wolf
Masculin MESSAGES : 4
INSCRIPTION : 26/04/2021
ÂGE : 23
RÉGION : Calvados
CRÉDITS : Lornaka

UNIVERS FÉTICHE : Post-Apocalyptique, Réaliste
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t4492-tentative-n1
Noob

The moon shine bright like ugly scars- feat Mr.Wolf Empty

94pl.png
Wyatt

Houxton

J'ai 25 ans et je vis à Scalvale un petit village entre forêt et montagne. Dans la vie, je suis le shérif de mon village. Je suis pour le moment célibataire. Sinon, grâce à ma perspicacité , je suis intelligent.

???

Lornaka

Une fois n’est pas coutume, la nuit du shérif avait encore été de courte durée. Était-ce dû au froid, à l’inconfort de sa couche ? Pas vraiment. Lui-même savait pertinemment quelle était la raison derrière son insomnie récurrente qui était apparue il y a de ça une semaine et demie environ. C’était l’appel de la faim. Oui, celle-là même qui faisait bouillir son sang quand la lune régnait en maître dans les cieux nocturnes. Car oui, derrière ses allures d’homme de loi juste et protecteur envers Scalvale, Wyatt était un loup déguisé en agneau, tout comme ses acolytes bien dissimulés, eux aussi. D’ailleurs, il allait devoir s’entretenir avec eux aujourd’hui afin qu’ils discutent de leur prochaine victime, voir de leur prochaine recrue. Le tout avec discrétion et minutie, afin de ne pas éveiller les soupçons des villageois les plus méfiants voir paranoïaques.

Levé aux aurores, les rayons du soleil pointaient à peine le bout de leur nez quand le grand homme quitta son logis, chaudement vêtu avec les vêtements qui commençaient à être bien usés par le temps et le gel. Même sa cape était trouée çà et là, ce qui l’empêchait d’être complètement protégé du froid, ce qui bien sûr, ne le dérangeait pas pour travailler. Et puis, Wyatt avait toujours de quoi se réchauffer autrement, notamment avec son petit plaisir personnel : des feuilles de sauge et de lavande séchées et pilés dans une pipe en bois qu’il avait reçu du menuisier du village. Tous les matins, et tous les soirs, il s’accordait ce petit moment à lui, se fichant éperdument des possibles complications que ça pouvait engendrer sur son organisme, qui, rappelons-le, n’était plus aussi fragile que celui d’un être humain lambda.

Maintenant à l’extérieur, notre shérif se dirigea vers son petit bureau afin d’y retrouver son « adjoint » même si le terme exact serait plutôt : enquiquineur de service. Car le deuxième homme qui s’attelait à faire régner l’ordre et le calme n’était autre que Kayne, une personne hautement détestable. Égocentrique, cruel et médisant à chaque fois qu’il prononçait une phrase envers qui que ce soit. Le pire dans tout ça ? C’était qu’il était lui aussi un loup-garou, ce qui signifiait que Wyatt ne pouvait pas se débarrasser de lui comme ça lui chantait, car ça enfreindrait la règle d’or de leur clan : « Protéger la meute en priorité ». Quand notre loup entra dans la minuscule maisonnée en pierre et en chaume qu’était son bureau, il y trouva donc son adjoint qui était là, assit sur SA chaise et les pieds en croix sur SON bureau, avec un sourire béat sur son visage moqueur.


– « Bouge de là Kayne, ça vaut mieux pour toi. »

Kayne : Mmmh… Je sais pas trop, je suis bien ici moi ! Puis tu avais qu’à arriver plus tôt au lieu de flâner.

- « Mais bien sûr, tu as raison. Tu sais quoi ? Puisque tu as l’air en forme, je vais t’envoyer rassurer les paysans qui entourent Scalvale. Monsieur Kahnwald m’a confié qu’ils étaient pas rassurés à cause de tu sais qui. Alors active-toi. »

Suite à la directive donnée par le brun, l’homme retira ses pieds du bureau avant de se lever du fauteuil, pour ensuite venir se diriger lentement juste en face de Wyatt et le fixer droit dans les yeux. Pas impressionné pour autant, notre shérif resta de marbre et fronça quelque peu les sourcils, afin de savoir quelle mouche avait bien pu piquer son second. Après une dizaine de secondes de silence et de duel de regards, Kayne esquissa soudain un petit sourire perfide avant de se diriger vers la porte.

Kayne : Toi aussi tu commences à bien la ressentir. Tu t’y habitueras, tu verras.

- «  Tch… Inconscient... »

Répondit-il à demi-mot alors qu’il était à présent seul dans son bureau. La journée venait à peine de commencer et voilà qu’il était déjà un peu contrarié à cause de cette discussion. Soupirant légèrement, Wyatt quitta le bâtiment pour commencer sa ronde matinale près du centre-ville, comme tous les jours. Pendant qu’il commençait à marcher, il sortit méticuleusement sa pipe qu’il avait remplie de sauge et de lavande en amont avant de l’allumer à l’aide d’une minuscule tige de charbon et de soufre qu’il frotta à même le dessus de sa main. Une fois la première bouffée de fumée aspirée puis recrachée aussitôt par les narines, il reprit sa marche avant d’être interrompu par une voix qui surgit derrière lui. Il ne mit pas longtemps à deviner de qui il s’agissait, et se retourna donc vers l’intéressée calmement.

- « Miss Kahnwald, vous êtes bien matinale dites-moi. Et vous savez, on meurt tous de quelque chose un jour, alors autant se priver de rien. »

Déclara-t-il d’un timbre calme et composé, tout en posant ses yeux ambrés dans ceux de la fille du maire. Sans qu’il ne puisse dire pourquoi, il avait toujours apprécié la compagnie de cette dernière, sans doute parce qu’elle était un peu comme lui… Différente à sa manière. Elle était même la seule personne, après sa défunte mère, qui n’avait pas un regard méfiant ou jugeant à son égard, et ça, c’était déjà beaucoup pour Wyatt.

– « Alors, comment vont les affaires ? Vous devez affluer sous les travaux de couture en cette rustre période hivernale. Vous avez pu vous pencher sur ma commande ? »

Revenir en haut Aller en bas
 
Pyramid Rouge
Pyramid Rouge
MESSAGES : 202
INSCRIPTION : 23/12/2019
CRÉDITS : Pyramid rouge

UNIVERS FÉTICHE : Contemporain Surnaturel Horreur Réel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3510-le-parallelogramme-incongrue#
patrick

The moon shine bright like ugly scars- feat Mr.Wolf Empty

1620427828-45353af688f2076662324d832c228cd8-1.jpg
Zelda

Khanwald

J'ai  23 ans et je vis à Scalvaleun petit village entre forêt et montagne. Dans la vie, je suisla couturière de mon village. Je suis malheureusement fiancée à Henri Degas. Sinon, grâce à ma gentillesse, je suis discrète.


????  

Lorena Lammer
Il se retourne et quand elle le regarde elle ne peut s’empêcher de souffler dans l’air comme lui pour produire une fumée. Pour elle il s’agit simplement de condensation à cause du froid qui mordait leurs corps mais pour lui c’était une fumée plus épaisse. Elle souriait toujours largement et ne le lâchait pas des yeux. D’ailleurs en parlant d’yeux, elle avait toujours apprécié ceux de Wyatt qui dégageait selon elle une belle lueur de lumière… A la fois épaisse et sombre et a la fois éclairante et persuasive. Ses mots la font accentuer son petit sourire et elle lui pique le tube de papier  en le regardant avec complicité. Il n’était pas comme les autres hommes : bête et sauvage. Il était bien plus que cela et elle l’avait toujours remarqué.

-Dans ce cas, vous partageriez ?

Elle attend sa réponse un sourire doux sur les lèvres venant gonfler ses petites joues rougis par la fraîcheur certaine de l’hiver. Repensant à son « Miss Khanwald », elle réalisa de nouveau que bientôt, elle ne serait plus Miss Kahnwald la fille du maire… Mais Madame Degas, la femme du violent forgeron alcoolique. Zelda avait tout essayé pour se persuader du bon fond de l’homme, qu’il ne devait s’agir que d’un homme triste à la flamme presque éteinte… Qu’elle réussirait à la rallumer avec douceur et bonté mais rien n’y faisait. Les semaines passées avec lui lors des rencontres avant mariages avait été désastreuse. Il ne parlait pas beaucoup, ne la regardais presque pas… Etre dans la même pièce que lui la tendait et effaçait a mesure que le temps passait son si beau sourire qu’elle offrait a tout ceux qui la croisait. Être rousse et rejetée lui avait appris une chose, ne pas juger alors sourire… Mais avec certains c’était plus difficile.

-Eh bien.. je profite de mes derniers instants de jeune femme alors oui je me lève tôt car les commandes afflut.  Dans quelques temps je ne serais plus aussi disponible ...

Elle avait baissé les yeux et soupirait un peu. Ce n’était pas le mariage qui l’embêtait mais avec qui on la mariait. La vie était donc si cruelle de ne jamais laisser le choix ? Sur ses mots maladroit elle se rattrape en reprenant une bouffé d’air.

-Il y a beaucoup de travail c’est formidable j’aime profiter un maximum de la journée.

Se forçant a sourire de nouveau elle se rappelle de sa commande et cela la rend toute euphorique.

-Oh oui et d’ailleurs en parlant de votre commande, elle est bientôt prête. A vrai dire plus que quelques points et c’est prêt. Vous viendriez prendre une bonne eau chaude à mon atelier le temps que je termine ? Il n’y en a pas pour longtemps.

Le regardant dans les yeux, les sourcils a moitié courbés, elle souhaitait qu’il dise oui, elle espérait qu’il dise oui. Ses journées de solitude a l’atelier l’ennuyait. Elle aimait parler et partager avec les autres. Et sa présence était appréciable alors elle insista un peu.

-Allez ! Venez… S’il vous plait, ce serait un plaisir et ça vous réchaufferez un peu avant votre ronde. Prenez ça comme un acte de générosité pour la protection que vous nous donnez...

Zelda ne faisait rien comme les autres, elle était si joyeuse et appréciable qu’elle avait du mal a se faire aux règles de bienséances. Ainsi elle s’adressait aux hommes comme aux femmes, avec les mêmes respect ce qui ne plaisait pas a tous.

Revenir en haut Aller en bas
 
Mr.Wolf
Mr.Wolf
Masculin MESSAGES : 4
INSCRIPTION : 26/04/2021
ÂGE : 23
RÉGION : Calvados
CRÉDITS : Lornaka

UNIVERS FÉTICHE : Post-Apocalyptique, Réaliste
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t4492-tentative-n1
Noob

The moon shine bright like ugly scars- feat Mr.Wolf Empty

94pl.png
Wyatt

Houxton

J'ai 25 ans et je vis à Scalvale un petit village entre forêt et montagne. Dans la vie, je suis le shérif de mon village. Je suis pour le moment célibataire. Sinon, grâce à ma perspicacité , je suis intelligent.

???

Lornaka

Quand la couturière lui attrapa sa pipe en bois pour ensuite lui demander la permission d’essayer ce qu’elle contenait, l’homme haussa un sourcil avant d’acquiescer de la tête sans ajouter un mot. Il la voyait déjà tousser lourdement après avoir aspiré ne serait-ce qu’une petite bouffée de fumée. Évidemment, ça ne manqua pas et Wyatt reprit vite son dû en main tout en laissant le temps à la jeune femme de reprendre son souffle.

– « Mon petit doigt me dit que vous ne réessaierez pas de sitôt. »

Affirma-t-il tout en lui adressant un petit sourire espiègle mais pas moqueur pour autant. Lui aussi avait toussé grassement la première fois qu’il avait essayé de fumer, mais maintenant il y avait pris goût et ne pouvait plus s’en passer, notamment pour deux raisons. La première était assez simple, elle lui permettait de juguler ce stress quotidien qu’il accumulait à cause de son métier combiné aux nombreuses nuits qu’il passait à se tourner dans tous les sens à la recherche du sommeil. La deuxième était un peu plus complexe… Depuis son passage à l’état de loup-garou, son sens de l’odorat était devenu beaucoup plus développé que lorsqu’il n’était qu’un simple humain. C’était donc très difficile à supporter au quotidien, notamment à cause des milliers d’odeurs journalières qui venaient agresser ses narines du matin au soir. Pour juguler ce problème, le shérif de Scalvale avait trouvé la solution : euthanasier son odorat avec l’odeur constante de ce qu’il fumait. Ça ne marchait pas à la perfection, mais c’était déjà beaucoup plus vivable pour lui.

Écoutant avec attention les dires de son interlocutrice, Wyatt fronça intérieurement les sourcils quand elle évoqua le fait que ses jours de jeune femme étaient comptés. Il avait déjà entendu ça par d’autres habitants du village. Ce n’était plus un secret pour personne qu’elle allait bientôt être mariée au forgeron de Scalvale et qu’ils allaient habiter ensemble. Vu le ton et le regard fuyant qu’elle avait démontré en disant cela, le grand brun n’eut aucun mal à deviner que cette union semblait la rendre ennuyée plus qu’enjouée. Mais avant qu’il ne puisse rétorquer quoi que ce soit, voilà qu’elle reprit du poil de la bête et enchaîna sur son métier de tisseuse, avec un sourire un petit peu plus prononcé. Elle insista carrément pour qu’il vienne lui tenir compagnie dans son atelier, prétextant que la commande était presque terminée et qu’elle pourrait lui offrir une boisson chaude.


– « Mmmh… Si vous insistez à ce point, je me vois mal refuser votre invitation. C’est d’accord, allons à votre atelier. »

Répondit-il tout en tirant à nouveau sur sa pipe en bois, avant de recracher la fumée sur le côté. Ils avancèrent donc côte à côte jusqu’à l’établi de couture de Miss Khanwald, le chemin pour y parvenir n’étant pas très long, à peine quelques minutes. Une fois devant la bâtisse, Wyatt tira une dernière fois sur son outil de détente avant de ranger celui-ci dans une de ses poches et d’ainsi passer le pas de la porte que la jeune femme venait de déverrouiller. Il faisait tout de suite un peu meilleur qu’à l’extérieur et le brun se trouvait en bonne compagnie. Que demander de plus ? Laissant la propriétaire des lieux s’atteler à ses besognes, il se fit un petit peu discret, observant çà et là les équipements qu’elle utilisait pour confectionner tous ces vêtements chauds, permettant ainsi aux habitants de ne pas mourir de froid lors des rudes hivers comme celui-ci. Il avait toujours trouvé ce métier fascinant, notamment par la façon dont il fallait être méticuleux. Mettez le derrière une de ses machines, et vous courriez droit à la catastrophe.

– « Maintenant que je suis là, autant en profiter pour vous poser les questions habituelles. Avez-vous entendu des bruits étranges récemment ? Avez-vous remarqué des comportements suspects ? »

Demanda-t-il calmement tout en se rapprochant de l’intéressée. Il ne voulait pas trop la déranger dans son travail, mais il voulait quand même un petit peu faire le sien. Évidemment, il n’était pas vraiment du côté du village, mais se devait de rendre sa couverture crédible afin que jamais les soupçons ne se dirigent vers lui.
Revenir en haut Aller en bas
 
Pyramid Rouge
Pyramid Rouge
MESSAGES : 202
INSCRIPTION : 23/12/2019
CRÉDITS : Pyramid rouge

UNIVERS FÉTICHE : Contemporain Surnaturel Horreur Réel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3510-le-parallelogramme-incongrue#
patrick

The moon shine bright like ugly scars- feat Mr.Wolf Empty

1620427828-45353af688f2076662324d832c228cd8-1.jpg
Zelda

Khanwald

J'ai  23 ans et je vis à Scalvaleun petit village entre forêt et montagne. Dans la vie, je suisla couturière de mon village. Je suis malheureusement fiancée à Henri Degas. Sinon, grâce à ma gentillesse, je suis discrète.


????  

Lorena Lammer
Toussant ses poumons comme la débutante en la matière qu’elle était,  elle crispa tout son visage dans une expression de dégoût intense. Comment pouvait-on s’adonner a consommer cela de manière régulière ? Pensait-elle. Regardant Wyatt il lui fallu plusieurs minutes et quelques grosses respirations pour se sentir de nouveau bien. Elle avait vécu cette première fois comme un incendie intérieur, fumant, brute, étouffant tout. Cela lui avait même tiré les larmes mais une fois la pipe rendu elle avait sourit au shérif avec toujours autant de bienveillance. Elle avait trouvé cela amusant comme à chaque fois qu’elle était avec lui et elle réalisait un peu qu’ensembles ils ne faisaient que des choses incongrue ou dangereuse. Le menant à l’atelier le silence de la neige qui tombe engloutit tout et c’est apaisant. Le sourire toujours présent avec lui elle se sentait elle-même et bien. Il ne la voyait pas comme tout les autres et pour cela elle l’appréciait énormément.

Heureuse que son invitation n’ai pas coulé elle parcours les rues enneigée et glissante avec tant de joie qu’elle manque d’éclater son séant au sol mais se rattrape de justesse à un mur adjacent. Tournant la grosse clé de son atelier elle pousse la grosse porte de bois avec l’épaule et y laisse rentrer le shérif le laissant refermer. Se délestant de sa cape elle la laissa s’écrouler sur une chaise. L’atelier de la jeune femme, légué par sa mère était une petite caverne de curiosités. Des tapis habillait le sol et des tenture les murs. L’endroit était un étrange mélange d’obscurité et de lumière. Une luminosité très belle, toute en dualité.  Offrant des sourires réguliers et complices au shérif qui observait la battisse elle claqua une allumette dans un trou ou elle avait mis du bois. Au dessus deux tige de métal planté dans la pierre aux extrémités du trou tenait une autre barre de fer qui tenait un sorte de petit chaudron. Le feu commençant a crépiter elle mis de l’eau dans le chaudron et écrasa ensuite dans un mortier plusieurs plante qu’elle enferma dans un papier fin qu’elle plia avec technicité.

-Des bruits étranges ?

Elle y réfléchis un peu alors qu’elle sortie d’un tiroir la commande du shérif pour la poser sur son établi qui dans tout son désordre semblait quelque peu ordonné. S’affairant a la couvrir pour qu’il ne la remarque que finit elle sortie deux tasses de céramic peintes par un artisan du coin. Puis elle lui montra le siège qui était là pour qu’il s’assoit si il en avait envie. Mettant de l’eau chaude dans une théière en terre cuite grâce à une louche cette endroit était semblable a une caverne de sorcière blanche ce qui n’aidait pas à taire les rumeurs concernant la rousseurs de Zelda.
S’asseyant à son atelier elle repris.

-ZLaissez moi une petite seconde…

Elle acheva son ouvrage et heureuse sourit un peu avant de le recouvrir d’un linge pour le rejoindre et le servir en thé, assise face à lui. Souriant elle lui rétorqua.

-Je vous montrerez votre ouvrage terminé après cet interrogatoire...

Lui souriant, elle baissa les yeux et soudain son sourire disparu un peu. Elle n’arrivait pas a croire ce qu’elle avait envie de faire mais elle le souhaitait si fort et sentait les choses si mal…

-J’ai entendu quelques bruits cette nuit mais j’ai eu trop peur de regarder dehors… Entre les loups et les chasseurs de sorcière qui voudrait me voir la tête sur une pique…  La nuit rien n’est certain pour moi. J’ai très peur.

Son ton était tremblant et ce qu’elle disait transpirait d’une émotion réel tandis qu’elle n’osait plus trop regarder le shérif qu’elle aimait bien.

-J’ai fait un cauchemar cette nuit. Ça peut paraître idiot mais je ne crois pas que cela soit anodin… Cela plusieurs années maintenant que nous sommes tranquille… Que personne n’est tué la nuit mais dans mon rêve je me faisait attaquer par un loup garou dans ma maison. Je n’en avait jamais vu et pourtant je suis sûre que dans la réalité ils sont comme il est apparu dans mon rêve : Géant, noir avec de grands yeux jaunes...

Sur ces mots énoncés avec terreur elle regarda Wyatt dans les yeux l’air triste et terrifiée.

- Je suis sûre que quelque chose va arriver. L’hiver est plus violent que jamais… Les loups crèvent de faim et la lune rouge approche… Je suis terrifiée Wyatt…

Elle s’arrête de parler et baisse les yeux en chiffonnant ses doigts dans ses propres mains avant de poursuivre. Elle aimerait être assez forte pour garder tout cela dans son cœur mais le soir de la pleine lune rouge, elle ne sera plus chez elle mais chez Henry. Cela la désolait. Peut-être n’était-ce là que l’expression de ses peurs les plus sombres, mais elle avait l’impression qu’Henry était un loups garou. Foutaise, il ne l’était pas mais pourtant qu’est-ce qu’elle aimerait qu’il le soit pour qu’elle n’ai pas a se marier avec lui.

-Le soir de la lune rouge approche et dans quelques jours je ne connaîtrait plus la sécurité de mon foyer…

Relevant un peu les yeux, piteuse elle demanda.

-Vous avez… des indices, vous ?

Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


The moon shine bright like ugly scars- feat Mr.Wolf Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
The moon shine bright like ugly scars- feat Mr.Wolf
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Pour s'amuser :: Univers fantasy :: Surnaturel-
Sauter vers: