Le Deal du moment : -41%
T-shirt Pokemon 25eme anniversaire Pikachu à ...
Voir le deal
9.99 €

Partagez
 
 
 

 Captive Prince - Drefer & Nathaniel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 
Texas-Flood
Texas-Flood
MESSAGES : 42
INSCRIPTION : 18/06/2017
RÉGION : Lorraine
CRÉDITS : diegoshargreevs (icon), Astra (signa), anakinz & stevenbucky (gifs)

UNIVERS FÉTICHE : Fantastique, post-apocalyptique, fantasy
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

https://www.letempsdunrp.com/t1135-save-a-horse-ride-a-cowboy-tf https://www.letempsdunrp.com/t1137-i-came-in-like-a-wrecking-ball-tf#17130
Noob

Captive Prince - Drefer & Nathaniel - Page 3 Empty

QEHz7viw_o.gif
Nathaniel d'Akielos
J'ai 24 ans et je vis à Vère depuis très récemment mais mes terres natales sont en Akielos. Dans la vie, je suis un Prince capturé par l'ennemi et je m'en sors plutôt mal étant donné la situation mais je reste encore incognito. Sinon, grâce à ma malchance, je suis devenu l'esclave du Prince de Vère et je le vis plutôt très mal.





Nate parle en #cc6666



Liam Hemsworth :copyright: ALL SOULS

Les deux premiers jours, Nathaniel n’a fait que dormir lorsque Drefer n’était pas dans la pièce pour répéter le même rituel que la veille. Il n’avait pas bougé d’un pouce, sauf pour le stricte nécessaire, chacun de ses gestes étant un supplice pour son dos. Le moindre geste. Lever le bras, se tourner. Même tourner la tête pouvait se révéler compliquer et tirer sur ses plaies à vif. Il ne se pensait pas parmi les plus douillets, mais force était de constater que la manœuvre du prince n’avait rien eu d’une partie de plaisir. Chaque jour, c’était la même chose : Drefer rentrait dans la pièce, faisait le nécessaire pendant que Nate se montrait silencieux, et repartait. Ou plutôt, il fuyait ses propres quartiers. Alors Nathaniel ne s’était pas fait prier pour conserver le droit de dormir sur le lit du brun où l’odeur d’onguent remplaça trop vite celle du prince. Pour ce qui était de l’entente, elle était au plus bas, l’akielonien refusant catégoriquement d’adresser les paroles au prince de Vère. Au bout d’une semaine, il en avait oublié le son de sa propre voix, mais son dos avait fait de grands progrès grâce aux soins prodigués par Drefer. Il devait bien l’admettre.

Il est assis à sa place, lorsque le prince revient dans ses quartiers pour la fin de journée. A la même heure, irrémédiablement à l’heure. Il ne sait pas ce qui a pu se dire dans son dos. Il avait bien tenté d’écouter à la porte les racontars que pouvaient échanger les gardes mais non. Rien de neuf sous le soleil. Rien qu’une semaine de plus passée ici et du temps de perdu à guérir sans pouvoir s’enfuir. Car si l’idée n’avait jamais disparue de sa tête, elle avait été un tantinet apaisée. Jusqu’à ce que le drame ne se produise et que la colère envers le Prince ne se ravive de plus belle. Mais qu’en était-il aujourd’hui ? Tandis qu’il lui offre un regard qui ne laisse passer aucune émotion. Pas la moindre idée de ce à quoi il peut bien penser présentement. En revanche, à en juger par la façon dont se tient Drefer, la journée n’a pas été bonne pour lui. Une altercation avec son oncle, probablement. Il n’y avait guère que cela qui lui faisait perdre son calme. Ca et… Lui-même en fin de compte. Sans un mot, le prince s’éclipse vers ses thermes accompagné d’une dague. Nathaniel pince les lèvres et esquisse un sourire en coin, le trouvant absolument adorable sur le moment de craindre pour sa vie. Il est vrai qu’en-dehors du collier, l’akielonien n’était plus enchaîné, mais tout de même. Ca ne l’aurait pas empêché de le tuer si c’était ce qu’il avait vraiment voulu. Amusé, il devait bien l’admettre, il laisse au brun le temps de se déshabiller et de se glisser dans l’eau chaude. Il attend de longues secondes avant de se lever lentement en grimaçant légèrement et de prendre la direction des thermes à son tour. Il s’avance sans se presser lorsque la voix du prince se met à résonner. Je te le déconseille. Evidemment mais un autre que Nathaniel aurait très nettement sauté sur l’occasion et ne se serait pas fait prier, même malgré la menace sous-jacente du brun. Sans un mot, il s’accroupit, attrape le flacon d’huile puis vient se mettre lentement assis dans son dos pour commencer le laver, passant sur les poings de tension. Il ne lui offre que le silence mais un geste qu’il n’aurait pas pensé faire quelques jours plus tôt. Nate lui en voulait toujours, et pourtant c’était sa manière à lui d’enterrer la hache de guerre. Il savait que sans Drefer il ne sortirait jamais d’ici, et quand bien même il se raccroche à l’idée que c’était là la seule raison qui le poussait à agir ainsi, ce n’était pas totalement vrai.

Ses doigts glissent sur la peau dorénavant huilée et il ne dit toujours rien. De longues minutes s’écoulent ainsi sans qu’il ne jette un coup d’œil à la dague posée non loin. Il y a songé, mais en réalité cela n’a duré qu’une seule seconde. « Tournez-vous. » sont les premières paroles qui s’échappent de ses lèvres d’une voix rauque, faute de pas s’être servi de ses cordes vocales pendant sept jours.  Pendant que le prince s’exécute, ou non, Nathaniel reprend le flacon d’huile parfumée et en remet sur ses mains. Il fait ce qu’il sait faire de mieux ici, entre ces murs. Il le sert. Sûrement un prêté pour un rendu, une manière silencieuse de dire merci, quand bien même il sait que le prince n’a jamais fait ce qu’il avait fait de gaieté de cœur. Il préférait que Drefer voit toute l’intelligence qui lui était propre, de ne pas se servir du bâton pour le battre. De ne pas profiter de la situation. Car en définitive le silence avait pire que les insultes ou l’indignation. Nate avait fait ce qui visiblement était le pire pour Drefer. Il l’avait ignoré de plein gré, jusqu’à ce soir où il le prenait au dépourvu en faisant un geste surprenant de paix.




c541a17c231dc64ce865684799a66e51ab9377c9.gif 4c25e2fd707f05a72e484ee9db0ed9f554b6a9ea.gif
NO MOURNERS, NO FUNERALS
Cut me deep, storm in the quiet ☽ Feel the fury closing in, all resistance wearing thin. Nowhere to hide from all of this madness.
Revenir en haut Aller en bas
 
Khal
Khal
Féminin MESSAGES : 108
INSCRIPTION : 04/03/2017
ÂGE : 34
RÉGION : PACA, Marseille
CRÉDITS : icon by leesa_perrie, gif tumblr

UNIVERS FÉTICHE : Harry Potter, univers fantastique, city. Pas difficile si j'ai un coup de coeur ! :)
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

http://letempsdunrp.forumactif.com/t548-khal-j-irai-cracher-sur-
tea

Captive Prince - Drefer & Nathaniel - Page 3 Empty

170726081833520547.png
Drefer de Vère
J'ai 20 ans et je vis à Vère. Dans la vie, je suis prince du royaume de Vère, attendant de monter sur le trône et je m'en sors comme je peux.

Informations supplémentaires ici.


Matthew Daddario :copyright:️ TEXAS FLOOD
Ses prunelles crucifient Nate du regard quand le blond approche. Si ses doigts ne se sont pas encore refermés sur la garde de la lame, attendant de connaitre ses intentions avant de se prononcer, ses yeux en disent suffisamment long. S’il tente la moindre chose, il n’hésitera pas à faire de son mieux pour lui planter la dague dans le cœur. Alors, quand il voit l’esclave se saisir d’un flacon d’huile pour s’asseoir au bord du bassin, juste dans son dos, et commencer à le frictionner avec, il se tend encore plus, si seulement c’est possible, sans comprendre. Ce n’était pas ce qu’il aurait dû faire, le servir encore, après ce qu’il lui avait fait subir, encore plus quand la servitude n’était, clairement, pas inscrite dans son sang, ce qui se voyait comme le nez au milieu de la figure. Il aurait dû continuer à le snober, tenter de s’échapper ou de le tuer, au mieux, lancer des insanités mais pas… Pas ça… Sa main demeure en suspens de longues secondes, interminables, entre les eaux et la lame, cherchant le piège, son esprit trop tortueux refusant d’accepter l’acte pour ce qu’il était ; un armistice. Et puis, finalement, Nathaniel passe sur un point de tension particulièrement douloureux et il laisse échapper un grognement de satisfaction pure, le brun, en sentant la raideur quitter ses muscles sous les soins prodigués par l’Akielonien. « Tournez-vous. » Ca ressemble un peu trop à un ordre pour lui plaire vraiment mais il est encore trop sous les effets conjugués de la surprise et de l’incompréhension pour oser lui lancer un regard noir et protester alors, presque trop docilement, il s’exécute, ses prunelles claires venant plonger dans celles du blond. Positionnés ainsi, Nathaniel le surplombe légèrement mais Drefer ne s’en offusque pas, ses iris glissant sur le collier de servage qui ceint toujours le cou de l’homme. Sans mot dire, il le laisse continuer, le lave puis le rincer et, finalement, il sort des thermes sans une once de pudeur avant de s’emballer dans un peignoir molletonné et de regagner sa chambre, jetant un rapide coup d’œil par-dessus son épaule pour voir si Nate le suit. Ses iris glissent sur le lit défait, les draps tâchés de l’onguent guérisseur, et il esquisse une moue contrariée. Il aurait pu appeler un serviteur pour demander qu’on change le linge de lit mais il était quasiment certain que son oncle avait aussi coupé ses moyens à ce niveau-là, en une ultime punition, et il refusait de montrer à Nate la hauteur de la réprimande qu’il subissait. Quand bien même l’autre, pas complètement stupide, ne tarderait pas à faire le rapprochement…

Il se laisse retomber mollement assis sur le matelas, ses iris glissant dans ceux du blond en un avertissement silencieux, clamant le retour de ce qui lui appartenait maintenant que ses blessures étaient quasiment guéries. « Approche. » qu’il grogne, un peu trop bourru, avec cette sauvagerie et cette impétuosité qui ne lui ressemblait guère. Trop de chaleur et de sentiments dans son ton, lui qui n’était que froideur et implacabilité, d’ordinaire. Comme Nate s’exécute, il se lève pour lui faire face avant d’attraper le baume cicatrisant, de le faire pivoter sur lui-même et d’en appliquer une énième couche épaisse et bienfaitrice. Echange de bons procédés, diraient les uns… Un esclave frappe quelques coups rapides à la porte avant d’entrer sur l’ordre de Drefer, apportant un plateau repas composé essentiellement de fruits et d’entrées froides, avant de s’éclipser en silence. Les prunelles du brun détaillent la pitance sans mot dire, avare de paroles. Le repas n’est que pour lui, les serviteurs étant sensés manger entre eux et après leurs maîtres mais la pratique vérétienne voulait que lesdits maîtres donnent quelques miettes à picorer à leurs esclaves durant le repas, comme on gâterait un animal de sucreries sous la table. Drefer n’avait jamais cédé à ces pratiques, majoritairement parce qu’il n’avait jamais possédé de mignons. Se rasseyant sur son lit, observant le plateau posé sur le matelas, le Prince finit par ordonner, avec plus de douceur qu’il ne l’aurait voulu. Il fallait bien s’en faire apprécier, pas vrai ? « Assieds-toi. » en désignant le matelas et la place libre de l’autre côté du plat. « Tout le monde s’attend… » Il corrige en grimaçant. « Mon oncle s’attend à ce que j’aie fait des progrès avec toi en matière de dressage. » Son index vient jouer mollement avec une fraise avant qu’il ne relève les yeux vers lui. « Tu as dû comprendre que ce genre d’exercices ne m’intéressait pas alors je te propose une offre, Nate. » Il ne pouvait imaginer à quel point il touchait juste quand il utilisait le prénom qu’il lui avait donné comme une moquerie. « Donnons-leur ce qu’ils veulent tous voir… Donne le change et fait montre de soumission et nous aurons tous deux ce que nous voulons. Toi, ta paix relative et la protection de cet esclave Akielonien… Moi, le retour de mes privilèges. » Demander gentiment aurait pu fonctionner davantage mais cela n’était pas dans ses habitudes. « Il y a un dîner diplomatique demain soir, avec le gratin de la noblesse vérétienne, alors… Toi et moi, on va s’entraîner et faire en sorte que ça ait l’air vrai, d’accord ? »

Nate était supposé être un esclave de plaisir, un plaisir qui n’intéressait pas le Prince de Vère, se murmurait-il dans les couloirs mais, pour un peu de répit, il était prêt à jouer le jeu des apparences. Ses doigts délicats se saisissent d’une fraise particulièrement charnue et il la tend à Nate, remuant la tête quand le blond fait mine de vouloir s’en saisir de la main. « Ce n’est pas comme ça que l’on fait, à Vère… » Il a un sourire narquois. Le jeu l’amuse autant qu’il lui déplaît. « Seulement avec ta bouche. Toucher mes doigts avec tes lèvres serait considéré comme effronté mais cela se fait, entre amants. » Il hausse un sourcil moqueur. Si Drefer était dit frigide, il n’était pas prude pour autant. « Pas que ce soit le genre de services que j’aie l’intention de te demander mais peu m’importe qu’ils le croient… » Ses doigts approchent le fruit des lèvres de Nate. « Montre-moi. » Montre que tu sais faire preuve de délicatesse quand la situation l’exige.

Revenir en haut Aller en bas
 
Texas-Flood
Texas-Flood
MESSAGES : 42
INSCRIPTION : 18/06/2017
RÉGION : Lorraine
CRÉDITS : diegoshargreevs (icon), Astra (signa), anakinz & stevenbucky (gifs)

UNIVERS FÉTICHE : Fantastique, post-apocalyptique, fantasy
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

https://www.letempsdunrp.com/t1135-save-a-horse-ride-a-cowboy-tf https://www.letempsdunrp.com/t1137-i-came-in-like-a-wrecking-ball-tf#17130
Noob

Captive Prince - Drefer & Nathaniel - Page 3 Empty

QEHz7viw_o.gif
Nathaniel d'Akielos
J'ai 24 ans et je vis à Vère depuis très récemment mais mes terres natales sont en Akielos. Dans la vie, je suis un Prince capturé par l'ennemi et je m'en sors plutôt mal étant donné la situation mais je reste encore incognito. Sinon, grâce à ma malchance, je suis devenu l'esclave du Prince de Vère et je le vis plutôt très mal.





Nate parle en #cc6666



Liam Hemsworth :copyright: ALL SOULS

Il n’aurait suffi que d’un geste, pour que la menace de la lame devienne réelle. D’un côté comme de l’autre. Nathaniel aurait pu le prendre de vitesse, user du stratagème de ladite paix pour mieux se saisir de l’arme et égorger le Prince baignant dans ses thermes. Mais à quoi cela aurait-il servi ? En quoi cet acte arrangerait-il sa situation ? Au mieux, il se débarrassait d’un Prince de Vère, au pire, il était décapité sur le champ et ne reverrait jamais Akielos. Deux princes morts en une seule journée. Tout au plus quelques heures. Non. Malgré l’effort considérable que ça lui demande, Nate n’est pas prêt à risquer sa vie et ses chances d’évasion pour le seul plaisir de faire souffrir le brun dont les muscles roulent sous ses doigts.

Le son de sa voix lui paraît lointain, lorsqu’il finit par lui demander de se retourner. Il a conscience que cela sonne plus comme un ordre qu’une demande faîte dignement mais Nathaniel n’en a cure. Après ces derniers jours, il n’était pas encore pardonné, si tant est qu’il le fusse un jour. S’il faisait le premier geste envers lui, c’était uniquement car Drefer était sa seule porte de sortie possible. Rien d’autre. Du moins c’est ainsi qu’il maintenait le fil de ses réflexions à flot. Les états d’âmes du prince ne l’intéressait guère. Ses gestes sont sûrs de lui, même lorsqu’il croise le regard clair du brun. Ses billes bleues ne restent cependant pas bien longtemps dans celles d’émeraudes, parce qu’il est toujours en colère au fond, voué à l’envie de l’ignorer encore d’une certaine façon. Ses doigts glissent sur sa peau, puis il le rince et se redresse lentement, encore gêné dans ses gestes par la guérison de son dos. Pendant ce temps, Drefer est déjà retourné dans la pièce principale de ses quartiers, enveloppé dans son peignoir, pièce où Nathaniel le rejoint quelques secondes plus tard, les parfums de l’huile lui faisant tourner la tête. Approche. Comme chaque soir, il laisse le soin au Prince de prendre soin de son dos, ses doigts traînant sur sa peau. Au début, il l’aurait étranglé de ce simple contact tant il lui en voulait, mais blessures se faisant il n’en aurait jamais eu la force. De toute manière dans ces moments-là, entre l’odeur prenante des huiles et de l’onguent lui-même il planait à mille lieues de la réalité. Mais plus maintenant. Lorsqu’il se retourne, il a pleinement conscience des mains sur sa peau, de la présence froide dans son dos. Il ne dit rien, la chose se passe de commentaires de toute façon et il subit cet énième traitement en silence car c’en est plus facile ainsi. Dans la foulée, un serviteur amène le plateau repas du prince et s’en va aussitôt, donnant l’occasion à Nathaniel de s’écarter du lit de quelques pas, ayant parfaitement compris que l’heure n’était plus de profiter des bienfaits d’un matelas.

Il est néanmoins surpris du ton doucereux avec lequel il lui demande de venir s’asseoir à ses côtés. Nate n’y est pas habitué et sur le moment son cœur manque un battement. Le prince frigide ne s’était tout de même pas décidé à passer à l’acte ? Un tantinet inquiet, l’Akielonien fronce doucement un sourcil de méfiance mais s’avance au bout de quelques secondes pour venir trouver place sur le matelas, de l’autre côté du plateau. Mon oncle s’attend à ce que j’aie fait des progrès avec toi en matière de dressage. Evidemment, le régent avait été on ne peut plus clair à ce sujet, et si Nathaniel n’aimait pas l’homme, sur le moment il ne pouvait nié avoir apprécié que le brun se prenne une majestueuse réprimande. Toujours aussi perplexe, il se contente de l’écouter en silence, soupirant mentalement d’entendre le surnom glisser d’entre les lèvres de Drefer telle une insulte. Il ne pouvait pas tomber plus juste en l’appelant ainsi. Tu as dû comprendre que ce genre d’exercices ne m’intéressait pas alors je te propose une offre, Nate. Un rictus apparaît aux lèvres de Nathaniel malgré lui. Vous y preniez pourtant un malin plaisir il n’y a pas si longtemps, qu’il manque de lui répondre, mais l’heure n’est pas à la confrontation directe et rester entre ces murs le rendent dingue. Alors il ravale ses sarcasmes et sa méprise pour l’écouter aller au bout de son idée. Donnons-leur ce qu’ils veulent tous voir… Donne le change et fait montre de soumission et nous aurons tous deux ce que nous voulons. Toi, ta paix relative et la protection de cet esclave Akielonien… Moi, le retour de mes privilèges. Etait-ce donc ainsi qu’il entamait les négociations ? En lui faisant un somptueux chantage sur le dos de l’Akielonien sauvé ? Si tant est que l’on puisse considérer le jeune homme comme sauf. Nate n’était pas dupe au point de deviner que tout ce qui intéressait Drefer à ce moment était la possibilité de retrouver ses privilèges. Sa paix relative il pouvait se la mettre où il pensait… Ce n’est pas l’envie qui manque à l’Akielonien de l’envoyer se faire voir, mais ce serait aussi une très mauvaise idée. Intérieurement, Nathaniel peste comme un diable de devoir ainsi s’agenouiller encore une fois pour l’ensemble de son plan. Il doit voir plus loin, mais sur l’instant il n’a que l’envie de vomir. Il y a un dîner diplomatique demain soir, avec le gratin de la noblesse vérétienne, alors… Toi et moi, on va s’entraîner et faire en sorte que ça ait l’air vrai, d’accord ? Cette fois, Nate ne peut empêcher le sourire narquois d’étirer ses lèvres. Ce n’est qu’à cette seconde qu’il ouvre la bouche, laissant sa voix éraillée s’évaporer dans le silence. « Si je comprends vos conditions, vous effectuez cette négociation avec moi tout en vous basant sur une forme de chantage. J’ignorais que c’était ainsi que cela fonctionnait à Vère. Qu’ai-je donc de plus à y gagner ? La seule chose que j’en retiens est la menace sous-jacente d’interrompre la protection de l’akielonien. Menace qui peut difficilement être mise à profit étant donné que comme vous l’avez dit vos privilèges ne sont plus. Je ne suis donc pas même certain que l’akielonien soit toujours sain et sauf loin des griffes de ce salaud. ». Plus malin qu’il n’en avait l’air. Plus malin que ce que Drefer pensait sûrement d’un esclave de plaisir. Chose que Nathaniel n’était pas mais dont le prince ignorait tout. Il avait cependant bien conscience que des ficelles plus grandes se jouaient au milieu de ces couloirs. Pour autant, il voulait participer à ces négociations. « Je suis prêt à jouer le jeu si vous retirez la laisse de manière permanente et à condition de pouvoir naviguer en-dehors de ces quatre murs. Avec garde, si vous le désirez, je veux juste être en mesure de sortir. ». Il ne pensait pas demander la lune. Juste un soupçon de liberté qui lui permettrait de repérer les lieux.

Une fois les négociations terminées, Nathaniel consent à l’écouter lui apprendre un tuyau ou deux sur les manières de Vère. Du moins, surtout sur les manières des esclaves en réalité, car lorsque Drefer lui refuse la fraise sous prétexte qu’il est censé la prendre uniquement de sa bouche, Nate n’a qu’une seule envie, le tuer. D’autant plus lorsqu’il rapproche le fruit de ses lèvres en claquant son ordre de son ton faussement doucereux. Sur le moment, il se dit qu’il va le laisser là à sa propre honte mais finalement son côté stratège lui intime plutôt de se prêter au jeu. D’être même meilleur que le jeu. Alors il prend sur lui, se force à croiser son regard, esquisse un sourire du coin des lèvres et entrouvre ses lèvres. Dévoilant lentement ses dents, Nathaniel vient attraper la fraise avec délicatesse. Sur un champ de bataille il était capable de tuer sans vergogne, mais Drefer se trompait s’il pensait que Nate n’était pas non plus capable de finesse. Ses lèvres prennent garde de ne pas se refermer sur ses doigts, quand bien même il sait qu’il le désarçonnerait de cette manière tôt ou tard… Son regard bleuté figé dans le sien.





c541a17c231dc64ce865684799a66e51ab9377c9.gif 4c25e2fd707f05a72e484ee9db0ed9f554b6a9ea.gif
NO MOURNERS, NO FUNERALS
Cut me deep, storm in the quiet ☽ Feel the fury closing in, all resistance wearing thin. Nowhere to hide from all of this madness.
Revenir en haut Aller en bas
 
Khal
Khal
Féminin MESSAGES : 108
INSCRIPTION : 04/03/2017
ÂGE : 34
RÉGION : PACA, Marseille
CRÉDITS : icon by leesa_perrie, gif tumblr

UNIVERS FÉTICHE : Harry Potter, univers fantastique, city. Pas difficile si j'ai un coup de coeur ! :)
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

http://letempsdunrp.forumactif.com/t548-khal-j-irai-cracher-sur-
tea

Captive Prince - Drefer & Nathaniel - Page 3 Empty

170726081833520547.png
Drefer de Vère
J'ai 20 ans et je vis à Vère. Dans la vie, je suis prince du royaume de Vère, attendant de monter sur le trône et je m'en sors comme je peux.

Informations supplémentaires ici.


Matthew Daddario :copyright:️ TEXAS FLOOD
Nate cherche à négocier et, même si ça l’agace, c’est tout de même de bonne guerre… Sa première remarque lui fait serrer imperceptiblement les dents, un brin énervé par la justesse de ses propos. Pas si idiot pour un gros balourd de guerrier tel que lui, finalement… Alors, quand finalement, le blond expose ses réels désirs, le Prince écoute attentivement, ne le quittant pas des yeux. « Je suis prêt à jouer le jeu si vous retirez la laisse de manière permanente et à condition de pouvoir naviguer en-dehors de ces quatre murs. Avec garde, si vous le désirez, je veux juste être en mesure de sortir. » Le brun esquisse une moue de réflexion. Cela ne lui semblait pas trop demander et, de toute façon, même avec la possibilité de se promener dans l’enceinte du palais, il ne serait pas en mesure de fuir, encore plus s’il lui collait un garde sur le dos. Voire sans doute deux, pour plus de précaution… Finalement, il consent à répondre, après un silence affreusement long. « D’accord pour la laisse. Mais tu conserveras le collier ainsi que les bracelets. Si un malheureux hère dans ce palais n’a pas entendu parler de toi, il saura à qui tu appartiens en les voyant. Tu resteras dans l’enceinte du palais. Si tu sors, j’ordonnerai qu’on t’abatte à vue. Et si tu t’attires des ennuis, tu seras fouetté. Une fois de plus. » Un simple soupir comme il regarde ailleurs, un bref instant. « Tu ne connais pas les codes de cette cour, tu sais ? Cette laisse, quand je te la retirerai, tout le monde croira que… » Il serre les dents, sans poursuivre sa phrase. Retirer la longe de Nate serait un geste fort ; ça ne l’identifierait plus comme un prisonnier à dresser mais bel et bien comme un esclave de plaisir à part entière et, tout le monde, penserait que Drefer avait enfin succombé à l’appel de la luxure. Il n’aurait su dire pourquoi ça le contrariait autant mais il préfère changer de sujet bien vite, revenant sur le repas du lendemain.

Quand le blond daigne enfin mordre dans le fruit, le fixant droit dans les yeux avec ce léger sourire en coin, Drefer gronde à voix basse. Il faisait pourtant exactement ce qu’il lui avait demandé, même mieux que ça, à la réflexion, jouant parfaitement le rôle qu’il venait de lui assigner. Ce qui le fait grogner, en réalité, c’est que, l’espace d’un fugace instant, il a allumé une pointe d’envie dans les reins princiers. Un sentiment qu’il n’avait jamais ressenti pendant toutes ses années, et à raison. « Absolument charmant. » qu’il marmonne en affichant pourtant toute les marques de la contrariété. « Qui eut cru que tu avais ça en toi ? » Très vite, il lui faut transformer le moment en une brimade moqueuse. Tu sais te comporter comme une catin de cour, Nate, félicitations. C’est ce que semblent dire ses prunelles acerbes comme il le dévisage. « Encore. » qu’il ordonne d’un ton sec, lui présentant un autre fruit, posé à plat sur sa paume, cette fois. « Ne touche pas ma peau, tout en essayant de rester digne au pire, sensuel au mieux. » Ils auraient l’air fin si l’esclave se mettait à manger comme un goret, malgré la gymnastique qu’il lui impose. La leçon dure une bonne partie de la nuit entre dégustations de friandises et informations sur le protocole. Comment se tenir, que dire ou ne pas dire et autres choses bien ennuyeuses mais indispensables. Ce n’est que lorsqu’un énième bâillement vient l’abrutir que le Prince consent enfin à mettre un terme à la séance et à aller se coucher.

Le lendemain matin, c’est bel et bien Drefer le dernier réveillé, pour une fois et, quand bien même le soleil resplendit derrière les rideaux tirés, il est bien tenté de rester calé entre ses édredons. Un bref coup d’œil circulaire que Nate est déjà réveillé et « habillé », sans doute a-t-il déjà même déjeuné puisque la règle voulait, ici, que les esclaves mangent avant ou après leurs maitres mais jamais en même temps. Les serviteurs ne devaient pas encore eu vent des nouveaux ordres de Drefer, qui autorisait Nate à divaguer dans le château car, contre toute attente, on l’avait rattaché à cet anneau dans le sol, ce qui expliquait sans doute sa mine maussade. A moins qu’il n’ait pas assez dormi. A moitié dénudé, le Prince lâche un soupir en le regardant avant de passer devant lui comme si de rien n’était, se dirigeant vers son armoire pour en retirer ses vêtements du jour. Toujours la même teinte de bleu, toujours ces interminables lacets destinés à protéger sa peau des regards quand, toute la cour semblait faire exactement le contraire. Les habits dans une main, il revient vers le blond, esquissant un sourire un brin moqueur avant de lever les yeux au ciel. « Je n’ai pas oublié notre accord, n’aies crainte… » Du bout des doigts, il glisse son index et son pouce entre sa peau et le collier, effleurant son épiderme de façon sans doute involontaire au passage, libérant la laisse qui retombe au sort dans un bruit métallique, lui rendant sa liberté de mouvement. « Habille-moi et ensuite tu pourras aller visiter le palais. » Un léger sourire avant qu’il ne lui tourne le dos après avoir enfilé sa tunique, appelant à son aide pour nouer les innombrables lacets. « Je serai ton garde aujourd’hui… » Après tout, il n’en avait pas à allouer à sa surveillance pour le moment et il n’aurait pas voulu que son oiseau à peine apprivoisé s’envole…



Revenir en haut Aller en bas
 
Texas-Flood
Texas-Flood
MESSAGES : 42
INSCRIPTION : 18/06/2017
RÉGION : Lorraine
CRÉDITS : diegoshargreevs (icon), Astra (signa), anakinz & stevenbucky (gifs)

UNIVERS FÉTICHE : Fantastique, post-apocalyptique, fantasy
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

https://www.letempsdunrp.com/t1135-save-a-horse-ride-a-cowboy-tf https://www.letempsdunrp.com/t1137-i-came-in-like-a-wrecking-ball-tf#17130
Noob

Captive Prince - Drefer & Nathaniel - Page 3 Empty

QEHz7viw_o.gif
Nathaniel d'Akielos
J'ai 24 ans et je vis à Vère depuis très récemment mais mes terres natales sont en Akielos. Dans la vie, je suis un Prince capturé par l'ennemi et je m'en sors plutôt mal étant donné la situation mais je reste encore incognito. Sinon, grâce à ma malchance, je suis devenu l'esclave du Prince de Vère et je le vis plutôt très mal.





Nate parle en #cc6666



Liam Hemsworth :copyright: ALL SOULS

Il est loin d’être idiot, et s’il savait que Drefer était surpris de sa capacité à négocier, il en aurait probablement un peu jubilé. Cela lui prouverait également que le prince n’avait absolument aucune idée de qui il était. Si tel était le cas, Nate serait déjà mort à l’heure qu’il est. Entendre le prince de Vère céder à ses demandes est un soulagement pour le blond, car enfin il pourrait voir autre chose que les murs de ces quartiers. Une prison dans une prison. Voilà tout ce qu’était la chambre du prince, quand bien même elle soit spacieuse et composée de pièces annexes. Il hoche doucement la tête en guise d’acquiescement aux précisions du consentement de Drefer. C’était en effet de bonne guerre, d’un côté comme de l’autre, mais Nathaniel avait bien compris que le prince avait besoin de sa coopération sur ce coup. Pour ce qui était de l’étiquette en revanche… L’Akielonien haussa un sourcil. « … Que je vous ai grimpé dessus, c’est ça ? ». Sur le moment, il se dit que le protocole vérétien est vraiment tordu, puis il se souvient des rumeurs et des on-dit au sujet du prince et Nathaniel se permet un sourire en coin. « Je croyais que les racontars ne vous gênaient pas outre mesure. Me serais-je trompé ? ». Il tente un brin d’humour, chose qu’il n’aurait pas cru capable quand il y avait à peine quelques jours il n’avait qu’une seule envie : le tuer. L’étrangler. Le voir disparaître. Toutefois, il ne pouvait nier commencer à s’habituer à la présence du prince, à mesure qu’il lui paraissait le connaître un peu plus. Tout du moins, voire au-delà des seules apparences qu’il mettait un point d’honneur à se donner.  

Peut-être qu’il s’était montré un peu trop provocateur pour que Drefer souhaite lui faire une leçon de protocole culinaire… Car à la seconde où le prince l’observe, fraise tenue entre les doigts, Nate se dit que finalement l’idée de le tuer ne serait pas si mauvaise. Encore un énième jeu qu’il devait jouer et qui lui déplaisait. Lui déplaisait…Vraiment ? Avec précaution, l’Akielonien se prête au jeu, décidant de faire fi de sa condition pour répondre à sa demande de lui-même. Jugeant que ce serait sur son propre terrain qu’il serait le plus à même de le désarçonner, d’avoir l’ascendant. D’une manière ou d’une autre. Alors il récupère la fraise entre ses dents, exemple de finesse pour un guerrier comme lui, le tout sans le quitter de ses yeux azur. Il venait de se passer quelque chose, infime, mais le temps d’une seconde il avait cru s’être perdu temporairement dans son regard. Il se reprend néanmoins bien vite, chassant le moment de son esprit pour mieux conserver son sourire au coin. Oui, c’était sûr à présent, Nate le provoquait. Mais il ne s’agissait pas de la même provocation qu’au tout début. Il préférait s’amuser de la situation pour une fois. Qui eut cru que tu avais ça en toi ? A peine les mots s’échappent des lèvres du prince qu’ils lui rappellent combien il peut être exécrable quand il le voulait. Plissant le nez de contrariété, Nathaniel soupire sèchement et gronde, détournant son regard agacé, sourire envolé dans le même temps. « A croire que vous vous attendiez à ce que j’échoue. C’est donc ça qui vous amuse ? Que j’échoue ? ». Il ne devrait pas jouer avec le feu, son dos le sait bel et bien mais c’est plus fort que lui lorsque Drefer n’y met pas du sien. Et le prince n’en mettait pas beaucoup, du sien. Encore moins lorsque ses yeux hurlaient à l’insulte. Encore. Un ordre, à n’en pas douter, mais l’exercice se fait plus compliqué. Fruit posé dans le creux de sa paume il doit redoubler d’adresse pour espérer le prendre sans rien toucher. Il observe longuement la fraise, réfléchissant à la façon de faire, puis il s’exécute. S’aidant de sa langue pour que ses lèvres ne touchent pas sa peau, il prend tout le temps qu’il lui faut, manque d’agripper doucement le poignet de Drefer mais se retient de justesse alors que ses dents trouvent leur prise. Du jus coule doucement entre ses lèvres mais sa langue fait le nécessaire juste avant qu’une goutte ne tombe sur la peau du brun. Mâchant la fraise après s’être redressé, il jette un coup d’œil au prince, cherchant à voir… Il ne savait quoi en réalité. Toutefois, une question logeait dans un coin de son esprit, en lien avec leur discussion sur le protocole et les racontars. « Est-ce que vous le prendriez mal, si j’osais vous demander si les rumeurs qui circulent à votre sujet sont vraies ? ». Il repose ses yeux dans les siens. « Même si pour être honnête, je ne les crois pas. ».

***

Une bonne partie de la nuit. Les exercices avaient duré une bonne partie de la nuit et à la fin Nate ne savait que penser, si ce n’est qu’il allait probablement se ridiculiser. Ce n’était pourtant pas les avis des autres vérétiens qui l’inquiétaient. Car au réveil, l’Akielonien paraissait y voir plus clair. Les racontars ne l’avaient jamais intéressés, c’était plutôt avec sa propre fierté et son propre orgueil qu’il avait un souci. C’est avant tout sa fierté qui en prenait un coup de devoir se mettre à genoux à côté du prince et de se laisser nourrir par lui. Ce que pensaient les autres il n’en avait que faire, cela ne changerait pas son plan initial. Réveillé en premier, Nathaniel papillonne des yeux, surpris que Drefer ne soit pas encore debout. Du coin de sa paillasse, il observe la silhouette endormie du brun. Encore une fois, il serait si facile à tuer, là tout de suite. Mais aussi étrangement que cela puisse paraître il n’en ressent pas l’envie. Pas cette fois-ci. En revanche, lorsque les serviteurs arrivent avec son petit déjeuner modeste et vérifient que la laisse est toujours convenablement accrochée, il leur offre une moue contrariée, essayant de gratter sa peau sous le collier d’or. Quelle effroyable mascarade, vraiment. C’est sans réel appétit qu’il grignote dans son bol, peu convaincu et réfléchissant tout en patientant que Drefer ne daigne se réveiller. Il ignorait quand leur représentation devrait avoir lieu. Car il ne s’agissait que de ça… Une funeste représentation. Ce n’était finalement peut-être pas un mal qu’il retire cette fichue laisse pour ainsi dire le même jour où ils allaient se donner en spectacle. L’illusion n’en serait que meilleure. Pour qui ? Drefer ? Sans nul doute, car hormis un soupçon de fausse liberté, Nathaniel n’y gagnait rien.

Lorsqu’enfin la belle au bois dormant décide de sortir de son lit, les rayons du soleil sont déjà forts contre les fenêtres. Assis en tailleur, Nate attend toujours, les jambes endolories d’être resté ainsi dans cette position. Sans doute même avait-il somnolé ainsi. Il ne quitte pas des yeux le brun qui choisit ses affaires. Sempiternel rituel. Il lâche un soupir tandis qu’il termine de choisir ses vêtements. Ce n’est que lorsqu’il se rapproche de lui que l’Akielonien se relève pour lui faire face. L’index qui glisse contre sa peau le surprend mais il n’en dit rien, se contente d’attendre en silence que Drefer mette leur accord à exécution. Ce qu’il fait. La chaîne tombe au sol, le voilà libre de marcher jusqu’à l’autre bout de la pièce sans crainte, s’il le souhaite. Habille-moi et ensuite tu pourras aller visiter le palais. Je serai ton garde aujourd’hui… Il ignorait ce qui poussait le prince à vouloir sa compagnie aujourd’hui mais il n’allait pas se plaindre. « Fort bien. » qu’il déclare simplement avant d’attraper les lacets et de commencer à les nouer comme à l’accoutumée. Il avait fini par prendre le coup de main. Il s’était même rapproché le temps de finir de nouer les lacets qui arrivaient au niveau de sa nuque. Sans doute même que son souffle se perdait un peu sur le rare espace de peau mis à nu à cet endroit.






c541a17c231dc64ce865684799a66e51ab9377c9.gif 4c25e2fd707f05a72e484ee9db0ed9f554b6a9ea.gif
NO MOURNERS, NO FUNERALS
Cut me deep, storm in the quiet ☽ Feel the fury closing in, all resistance wearing thin. Nowhere to hide from all of this madness.
Revenir en haut Aller en bas
 
Khal
Khal
Féminin MESSAGES : 108
INSCRIPTION : 04/03/2017
ÂGE : 34
RÉGION : PACA, Marseille
CRÉDITS : icon by leesa_perrie, gif tumblr

UNIVERS FÉTICHE : Harry Potter, univers fantastique, city. Pas difficile si j'ai un coup de coeur ! :)
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

http://letempsdunrp.forumactif.com/t548-khal-j-irai-cracher-sur-
tea

Captive Prince - Drefer & Nathaniel - Page 3 Empty

170726081833520547.png
Drefer de Vère
J'ai 20 ans et je vis à Vère. Dans la vie, je suis prince du royaume de Vère, attendant de monter sur le trône et je m'en sors comme je peux.

Informations supplémentaires ici.


Matthew Daddario :copyright:️ TEXAS FLOOD
Nate se montre affreusement appliqué, affreusement sensuel et, quand il se saisit de la fraise qui repose sur sa paume, sa langue venant se saisir du fruit pour mieux le croquer et en lécher le jus, son cœur manque un battement. Peste, qu’il était… S’il voulait s’amuser à ça… La provocation dans son regard, il savait qu’il ne l’avait pas imaginée une seule seconde et, à vrai dire, il préférait encore quand Nate le haïssait et le fusillait du regard plutôt que… plutôt que ça. Un léger grognement, il détourne le regard, avisant déjà le fruit suivant. « Est-ce que vous le prendriez mal, si j’osais vous demander si les rumeurs qui circulent à votre sujet sont vraies ? » Ses prunelles se figent sur le plateau de fruits, son geste s’interrompt en plein vol et, pendant quelques secondes, il a l’air d’une statue de sel. Ses iris reviennent se planter dans les siens, contrariés. Comment osait-il ? « Même si pour être honnête, je ne les crois pas. » Il hausse un sourcil, finissant par éclater d’un rire froid. Il ne les croyait pas hein ? Grand bien lui fasse. « Et quelles sont donc ces rumeurs, hein ? » qu’il interroge en l’observant avec malice. Ses doigts remontent lentement, délaissant les fruits pour venir effleurer l’arête de sa mâchoire puis descendre le long de sa gorge, doux, affreusement tentateurs. « Que murmurent les gardes quand j’ai le dos tourné ? » Son visage s’approche du sien, déviant jusqu’à son oreille contre laquelle il murmure d’une voix aguicheuse. « Que je suis frigide ? Que je ne prends jamais personne dans mon lit ? » Ses dents viennent accrocher le lobe de l’oreille du blond, y mordillant avec douceur, tandis qu’il poursuit, décalant son visage pour mieux revenir se positionner devant lui, planter ses prunelles dans les siennes. « M’as-tu vu en compagnie de quelqu’un, Nate, mh ? Des esclaves se glissent-ils dans mes draps, la nuit tombée ? » Ses lèvres ne sont plus qu’à quelques centimètres des siennes. « T’imagines-tu que tu seras le premier, mon joli ? » Une langue amusée vient lécher ses propres lèvres, comme il esquisse un sourire amusé. « Rêves-tu du jour où tu pourras prendre ta revanche en me pliant dans un lit ? » Un léger rire quitte sa gorge, cristallin, avant que, finalement, son visage ne reprenne son sérieux. « Ne perds pas ton temps. Ces rumeurs sont vraies, tu ne gagneras rien à essayer de les démentir. » Et d’un regard noir, il avait clos la conversation. Qu’aurait-il pu dire d’autre ? Que son régent d’oncle l’avait initié aux arts de la chair quand il était bien trop jeune pour ça et qu’il avait fini par se lasser quand il avait été trop vieux à son goût, le dégoûtant de la chose et le rendant froid comme un iceberg ? Non, certainement pas… Ses prunelles avaient eu une lueur mélancolique, presque enfantine, avant qu’il ne poursuive les leçons.

***

Il avait libéré Nate, sitôt le matin arrivé. Drefer était une pourriture, pour sûr, mais il avait une parole et il s’y tenait. Tournant le dos au blond, il attend que l’Akielonien lace son vêtement, comme d’ordinaire. Sauf que, cette fois-ci, Nate était si proche, qu’il sentait son souffle brûlant contre sa nuque, ce qui n’était jamais arrivé auparavant. Il se tend, imperceptiblement, ses doigts se crispant malgré lui. Il ne lui donnerait pas le plaisir de le voir lui faire ressentir quoi que ce soit. C’était hors de question. Alors il serre les dents, ne lui offrant même pas la satisfaction d’un mouvement de recul. Une fois vêtu, il ajuste sa tunique, se retournant vers lui, comme si de rien n’était, un fin sourire étirant ses lèvres. « Allons-y. » Il lui désigne la porte, lui offrant la possibilité de passer devant ; après tout, il connaissait ce palais par cœur, lui, alors autant laisser Nate divaguer où il le souhaitait. Mains croisées derrière son dos, il le suit en silence, perdu dans ses pensées, sans même se soucier des endroits où les pas de l’esclave les mènent, de ses airs admiratifs devant certains de leurs jardins, encore moins des regards surpris des courtisans de le voir marcher derrière son esclave désormais plus enchaîné. Ce n’est que lorsque le blond s’arrête au beau milieu d’un couloir, provoquant une légère collision, Drefer lui rentrant dedans, que le Prince sort enfin de ses ruminations moroses, fronçant les sourcils. Qu’est-ce que… ? Il comprend très vite en voyant Lucian planté juste devant eux, accompagné d’un esclave si frêle et si jeune que c’est à se demander comment il pourrait bien lui monter dessus sans le briser. Et, à voir les airs apeurés du jeune homme, il l’a sans doute déjà fait… « Lord Vanserra… » commence Drefer. En temps normal, jamais il n’aurait osé lui manquer de respect mais, son dernier manquement à sa parole concernant le blond qu’il aurait dû lui céder, couplé à sa récente déchéance au sein de la Cour, semblait avoir donné des ailes au rouquin. « Prince Drefer… » Le regard éloquent qu’il leur lance se passe de mots mais il entend les prononcer quand même. « Etrange vision que celle qui vous montre marchant derrière votre esclave comme si c’était vous qui portiez la laisse… » Les prunelles de Drefer se font incisives mais il ne dit rien. « …Laisse que je ne vois plus autour de son cou, par ailleurs… » Un léger rire, un ronronnement de gorge qui fait naitre une grimace méprisante sur les traits du brun. « J’imagine que vous avez fini par céder, finalement… Il doit être particulièrement doué pour avoir réussi à vous faire écarter ces cuisses réputées inviolables… » Drefer baisse le regard, honteux et contrarié, incapable d’aligner un mot pendant plusieurs longues secondes, devant l’insulte qui lui est faite. Et puis, finalement, il reprend ses esprits, retrouvant sa langue acérée, quand bien même il se maudissait lui-même des mots qui allaient sortir de sa bouche. « Il est absolument divin. Nul doute qu’il vous ferait taire sans le moindre souci, lui… » Vanserra lance un regard éloquent à Nate avant de ricaner de bonheur, s’éloignant, suivi par son docile esclave. Drefer grogne, les poings serrés, la rage au ventre. « D’ici deux heures, tout le monde au palais te considèrera comme un héros. Félicitations. » Il est amer, amer à en crever, et ça se voit comme le nez au milieu de la figure. D’ailleurs, de dépit, il plante Nate là, purement et simplement sans se soucier qu’il le suive ou non. Qu’il continue à se promener dans le palais si ça lui chantait, ils se retrouveraient ce soir au dîner, si Nate ne le suivait pas.





Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


Captive Prince - Drefer & Nathaniel - Page 3 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Captive Prince - Drefer & Nathaniel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Pour s'amuser :: Univers autres-
Sauter vers: