Partagez
 
 
 

 Maddy'n * The sky'd be falling while I'd hold you tight

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9
 
Maddy'n
Maddy'n
Féminin MESSAGES : 262
INSCRIPTION : 10/10/2019
ÂGE : 28
RÉGION : IDF
CRÉDITS : Pop-Gun

UNIVERS FÉTICHE : Fantasy / Réel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3361-once-upon-a-time-maddy-n https://www.letempsdunrp.com/t3983-les-experiences-a-faire https://www.letempsdunrp.com/t3362-my-experiences-maddy-n
patrick

Maddy'n * The sky'd be falling while I'd hold you tight  - Page 9 Empty

XY6hrkM.png
Lev A. Oulanov
J'ai 28 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis professeur d’Histoire des Civilisations Antiques et d’Archéologie et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien, même si mes parents commence à me mettre la pression.

+ Sa famille n’est pas sa famille biologique + Il lui manque un rein + Il est allergique à la noix de coco + Il parle de nombreuses langues, notamment celles qui n’existent plus.


Julian Morris :copyright: Shiya
Lullaby se laisse entraîner sans plus discuter, lorsque que je lui fais comprendre qu'il s'agit de partager le lit pour la nuit. Maintenant que les choses étaient claires entre nous, nous n'avions plus besoin d'être gênés à ce genre d'idée. D'autant plus que ça ne serait pas la première fois.  Aucune idée mal placée pour cette nuit, mon invitation était on ne peut plus chaste. Je voulais juste avoir le plaisir de l’avoir près de moi. Des mois à renoncer à ce genre de plaisirs pourtant si simples mais si vivifiants. Des sourires, des regards, des baisers, des gestes tendres. Je m’étais interdit tout ça pour ne pas céder, pour ne pas commettre à nouveau ce que j’avais vécu comme une faute, alors que mon coeur en redemandait encore. C’était mon esprit qui avait parasité tout ça, lui qui avait laissé de faux principes prendre le dessus sur mes sentiments, mais finalement, c’était bien mon coeur qui avait gagné. Restait désormais le temps perdu à rattraper, les mois de silences à conter et un nouveau départ à prendre, à deux, pour profiter de ce séjour, et du temps qu’on pourrait passer ensemble à partir d’aujourd’hui.

Je suis déjà sous les couvertures quand elle se décide enfin à se dévêtir, optant pour une tenue plus légère et confortable pour se coucher à son tour. Mes bras ouverts, je viens l’accueillir contre moi, la laissant se blottir. Je me contente de refermer mes bras sur elle, restant très sage dans mon attitude. Aucune pensée déplacée n’avait sa place dans mon esprit à ce moment. Il n’en était pas question, après la soirée qu’elle venait de passer, ni après ce que nous nous étions dit ce soir. Je voulais lui montrer à quel point j’étais sincère quand je parlais de sentiments pour elle. Ce n’était pas juste une histoire de physique entre elle et moi, il y avait plus que ça. De l’amour sans l’ombre d’un doute. Peut-être encore trop tôt pour être verbalement avoué, mais les sentiments étaient là. Et je comptais bien lui montrer. J’embrasse le haut de sa tête et lui souhaite une bonne nuit à mon tour. Les yeux fermés, je ne tarde pas à m’endormir, le cœur léger et serein. Tout était clair, à sa place désormais.

Et je le ressens sans difficulté au cours de cette nuit paisible, dont les rêves m’échappent dès les premières secondes de mon réveil. En même temps, il n’y avait plus rien dedans que je cherchais désespérément à retenir. Les premiers rayons du soleil viennent caresser nos visages, laissant déjà la chaleur du soleil se diffuser en nous malgré l’heure matinale. J’ouvre doucement les yeux et découvre la jeune française, toujours lovée contre moi. Contact rapide entre nos lèvres pour la saluer, je me redresse doucement en veillant à ne pas trop la déranger. « Très bien, et toi ? » Je lui souris, ravi, m’étirant doucement avant de quitter le lit. « Est que ce que tu as le temps pour un petit-déjeuner ? » Je l’interroge, ne sachant pas vraiment les habitudes qu’ils avaient prises avec son colocataire temporaire. S’étonnerait-il si elle ne mangeait rien ce matin ? Le prenaient-ils ensemble ? ll était encore suffisamment tôt pour avoir le temps de prendre un petit-déjeuner et la déposer à sa location sans que Martin ne se rende compte de rien, mais je voulais minimiser les risques. Ca ne me faisait pas plaisir de l’avouer, mais plus tôt elle rentrerait, et plus rapidement je serais soulagé de voir que personne ne se serait rendu compte de rien. Prétendre qu’il n’y avait rien entre nous ne serait sûrement pas tous les jours facile, mais au moins, cette fois, je pourrais prendre mon mal en patience, ayant conscience de ses sentiments pour moi, et sachant que je pourrais moi aussi exprimer les miens lorsqu’on serait à nouveau seuls.
Revenir en haut Aller en bas
 
Lullaby
Lullaby
Féminin MESSAGES : 1169
INSCRIPTION : 13/09/2017
CRÉDITS : Nobody

UNIVERS FÉTICHE : Vie réelle / HP / Twilight / University
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t1201-lullaby https://www.letempsdunrp.com/t3385-lullaby-you-re-in-my-head-always-always-always https://www.letempsdunrp.com/t1204-les-personnages-de-lullaby
vol de nez

Maddy'n * The sky'd be falling while I'd hold you tight  - Page 9 Empty

190807045657515547.png
Lullaby Alexander
J'ai 21 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis étudiante en histoire et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis en couple secret et je le vis plutôt bien.

Elle adore le patinage artistique * Elle fait des études par obligation, à cause de ses parents. * Elle a un coup de cœur pour un de ses professeurs, le professeur Oulanov. * Alors qu'ils se croisent en boîte, ils dérapent. Le lendemain, son professeur la repousse. * Il maintient la distance entre eux pendant plusieurs mois, jusqu'à ce qu'il craque. * C'est en Grèce qu'après une soirée riche en émotion, en frayeur, ils s'avouent leur besoin mutuel de l'autre.

avatar :copyright: NOM CRÉATEUR

La nuit avait été douce, tranquille, paisible. Pour la première fois depuis un long moment, la jeune femme avait put, enfin, goûter à un vrai sommeil réparateur et son visage s'ne trouvait délesté de quelques stigmates qui avaient progressivement prit place sur celui-ci au fil des semaines. Elle mettrait encore un moment avant de s'en débarrasser totalement, c'est certain, mais elle affichait déjà un visage bien plus lumineux qu'auparavant. Ne restait qu'à laisser le temps faire son œuvre, lui savait parfaitement quoi faire.

En s'éveillant ce matin là, la demoiselle est de bonne humeur, comme jamais elle ne l'a encore été depuis leur arrivée en Grèce et comme elle ne l'a pas non plus été depuis des mois. Une bonne humeur qui ne fait que croître lorsque son regard se pose sur le visage de l'homme entre les bras duquel elle a passé cette nuit loin de ses tourments devenus habituels et que les rayons de soleil réveillent à son tour. L'étudiante dessine un sourire sur ses lèvres. Tout irait bien désormais. Elle avait envie d'y croire et la discussion qu'ils avaient eut la veille au soir avait permit de la rassurer. Ils ne laisseraient plus leurs statuts respectifs, la morale, les quand dira-t-on potentiels causer du tord à leur idylle.

"- Très bien aussi." souffle la demoiselle.

Est-ce qu'elle avait le temps pour un petit déjeuner ? Elle avait le temps pour tout ce qu'il voudrait, pour tout ce qui pourrait lui faire plaisir. elle avait surtout le temps d'en passer encore un peu avec lui. Martin appartenait à la catégorie des lève-tard, ainsi ils avaient un peu de temps devant eux. Et elle se débrouillerait d'être aussi discrète que possible pour rentrer, l'air de rien, à la coloc de boulot. C'était le plan. Elle n'en avait pas de meilleur. Il restait à prier pour que son collègue n'ait pas remarqué son absence mais il n'y avait aucune raison à cela.

Un petit déjeuner. Elle avait bel et bien le temps d'en prendre un. Mais pour être honnête elle avait perdu l'habitude de manger le matin au cours des derniers mois, ce qui l'avait desservie la veille, d'ailleurs, sur le champ de fouille. Comme un signal d'alarme pour lui rappeler qu'elle ne pouvait pas continuer à tant solliciter son corps, sans lui donner l'énergie suffisante pour accomplir la tâche demandée.

"- Je t'avoue... que je n'ai plus l'habitude de manger le matin." confesse-t-elle. "Mais je grignoterais volontiers quelque chose."

En fait, peut-être même qu'elle avait faim, en fin de compte. Elle n'en était pas sûre. Cela faisait un moment qu'elle n'avait plus prit le temps d'écouter son corps, qu'elle lui avait fait subir ses états d'âmes et ne s'était pas montrée bienveillante envers elle-même. Cela prendrait sûrement un peu de temps avant qu'elle ne puisse se montrer de nouveau attentive à elle-même, prévenante à son propre égard.


Mes recherches en cours ♥️

Mes recherches en vrac
Revenir en haut Aller en bas
 
Maddy'n
Maddy'n
Féminin MESSAGES : 262
INSCRIPTION : 10/10/2019
ÂGE : 28
RÉGION : IDF
CRÉDITS : Pop-Gun

UNIVERS FÉTICHE : Fantasy / Réel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3361-once-upon-a-time-maddy-n https://www.letempsdunrp.com/t3983-les-experiences-a-faire https://www.letempsdunrp.com/t3362-my-experiences-maddy-n
patrick

Maddy'n * The sky'd be falling while I'd hold you tight  - Page 9 Empty

XY6hrkM.png
Lev A. Oulanov
J'ai 28 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis professeur d’Histoire des Civilisations Antiques et d’Archéologie et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien, même si mes parents commence à me mettre la pression.

+ Sa famille n’est pas sa famille biologique + Il lui manque un rein + Il est allergique à la noix de coco + Il parle de nombreuses langues, notamment celles qui n’existent plus.


Julian Morris :copyright: Shiya
J’enfile rapidement un t-shirt en sortant du lit, me couvrant un peu plus alors que j’invite la jeune fille à faire de même en lui tendant la main. Cette fois, pas de gêne, pas de honte à avoir. Je n’avais pas de regrets sur ce que j’avais dit ou fait la veille, contrairement à la dernière fois. Même si ce n’était pas les regrets qui avaient posé problème la première fois, mais plutôt les conséquences qu’aurait pu entraîner notre histoire. D’ailleurs, tous les risques n’avaient pas disparu, mais cette fois, j’étais prêt à en assumer les conséquences. J’étais même prêt à les anticiper dès que ça serait possible. Impossible de prévoir le futur, mais si tout allait bien d’ici la rentrée, je comptais bien prévenir ma hiérarchie pour éviter que ma relation vienne créer un débat dans le département si elle venait à être découverte. Ca avait beau ne pas être formellement interdit, c’était le genre de nouvelle qui pouvait faire couler de l’encre. Beaucoup d’encre. Et qui pouvait nous coûter nos places, à Lullaby et moi, si un scandal en découlait. Prévenir ma hiérarchie permettrait donc d’éviter les débats sur un quelconque favoritisme, d’organiser plus facilement les corrections de travaux ou d’examens. Mais tout cela dépendait de la façon dont évoluerait notre relation dans les prochaines semaines. D’autant plus que tant que nous étions  ici, on pourrait se voir plus souvent et se parler plus naturellement. Je pense que ça risquait d’ailleurs de se voir sur le site de fouille. Mais on pourrait toujours mettre ça sur le compte d’une simple aisance au fil des semaines.  Mes sentiments avoués, notre relation me paraissait d’ailleurs bien plus simple.

Je lui attrape la main une fois sortie du lit et la tire avec moi à travers la villa pour rejoindre la cuisine et prendre notre petit-déjeuner. Je la laisse s’installer au niveau du comptoir tandis que j’allume la machine à café. « Tu veux boire quoi ? Café, thé, chocolat ? »  Je la questionne, sourire aux lèvres alors que je commence à sortir de quoi faire des toasts, avec du beurre et de la confiture. « Est ce que ça sera suffisant ? Désormais, je ne veux plus rien qui puisse justifier que tu ne manges plus le matin. » Je la taquine, mais ça m’attristait de savoir qu’elle avait pu se négliger à cause d’un mal être sentimental que j’avais provoqué. Mais désormais, les choses iraient pour le mieux. Je l’espérais.
Revenir en haut Aller en bas
 
Lullaby
Lullaby
Féminin MESSAGES : 1169
INSCRIPTION : 13/09/2017
CRÉDITS : Nobody

UNIVERS FÉTICHE : Vie réelle / HP / Twilight / University
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t1201-lullaby https://www.letempsdunrp.com/t3385-lullaby-you-re-in-my-head-always-always-always https://www.letempsdunrp.com/t1204-les-personnages-de-lullaby
vol de nez

Maddy'n * The sky'd be falling while I'd hold you tight  - Page 9 Empty

190807045657515547.png
Lullaby Alexander
J'ai 21 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis étudiante en histoire et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis en couple secret et je le vis plutôt bien.

Elle adore le patinage artistique * Elle fait des études par obligation, à cause de ses parents. * Elle a un coup de cœur pour un de ses professeurs, le professeur Oulanov. * Alors qu'ils se croisent en boîte, ils dérapent. Le lendemain, son professeur la repousse. * Il maintient la distance entre eux pendant plusieurs mois, jusqu'à ce qu'il craque. * C'est en Grèce qu'après une soirée riche en émotion, en frayeur, ils s'avouent leur besoin mutuel de l'autre.

avatar :copyright: NOM CRÉATEUR

Lullaby esquisse un sourire, comme Lev lui prend la main en la faisant sortir du lit pour aller prendre ce petit déjeuner dont il lui a parlé. Tout irait bien désormais, elle en était persuadée. Maintenant qu'ils sont au clair avec leurs sentiments et leurs envies, il n'y avait aucune raison que ça se passe mal. Restait encore à s'organiser pour que tout soit en règle et qu'ils n'aient pas d'histoires tant à l'université que dans ce stage, mais dans l'ensemble, Bee n'avait aucune inquiétude pour l'avenir. Il lui semblait bien plus radieux que la veille au matin, à présent. La jeune femme en oubliait ses tourments qui préoccupaient son esprit jusque là. Ce matin, pour une fois, oui, elle avait faim. Pour une fois, elle aurait de l'appétit.

Suivant Lev pour s'installer dans la cuisine au niveau du comptoir, tandis que le professeur rejoint la machine à café. Café, thé, chocolat, que choisir ? La jeune femme reste songeuse quelques secondes, réfléchissant, se donnant le temps de choisir. Un chocolat la tente bien. Mais un bon thé à la menthe s'il en a pourrait être sympa aussi. Comme il pose sur la table un nouveau pot de confiture, en s'inquiétant de savoir si ce sera suffisant, la demoiselle esquisse un sourire.

"- Je pense que ce sera largement suffisant oui." remarque l'étudiante.

Elle avait presque droit à un petit déjeuner d'hôtel, les viennoiseries en moins. Mais elle n'allait certainement pas se plaindre. Elle préférait nettement ce matin là au précédent, c'est certain. Et c'était de toute façon parfait comme ça. La simple idée de passer un petit déjeuner en tête à tête rendait le tout suffisant. Largement.

"- Un thé à la menthe, tu as ? Sinon un chocolat, ce sera parfait." demande la jeune femme.

Le laissant s'occuper des boissons, la jeune femme attrape le beurre et commence à tartiner un peu de pain avec. Et comme Lev est encore occupé avec leurs tasses, elle se lève pour aller chercher les cuillères, les posant sur le comptoir avant de se réinstaller. Là, ça lui semblait parfait. Normalement ils avaient tout ce qu'il fallait.

"- Je pense que c'est bon ?" s'enquit la demoiselle, le laissant s'installer avec elle. Prenant un pot de confiture et un bout de pain, elle commence ses tartines. "Alors, quel est le programme de la journée ?" questionne la demoiselle. "Je veux dire en dehors du stage..."


Mes recherches en cours ♥️

Mes recherches en vrac
Revenir en haut Aller en bas
 
Maddy'n
Maddy'n
Féminin MESSAGES : 262
INSCRIPTION : 10/10/2019
ÂGE : 28
RÉGION : IDF
CRÉDITS : Pop-Gun

UNIVERS FÉTICHE : Fantasy / Réel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3361-once-upon-a-time-maddy-n https://www.letempsdunrp.com/t3983-les-experiences-a-faire https://www.letempsdunrp.com/t3362-my-experiences-maddy-n
patrick

Maddy'n * The sky'd be falling while I'd hold you tight  - Page 9 Empty

XY6hrkM.png
Lev A. Oulanov
J'ai 28 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis professeur d’Histoire des Civilisations Antiques et d’Archéologie et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien, même si mes parents commence à me mettre la pression.

+ Sa famille n’est pas sa famille biologique + Il lui manque un rein + Il est allergique à la noix de coco + Il parle de nombreuses langues, notamment celles qui n’existent plus.


Julian Morris :copyright: Shiya
Ca me faisait bizarre de prendre un petit-déjeuner ainsi avec la jeune femme. La dernière fois que l'occasion s'était présentée, je n'avais pas été si avenant. Au contraire, j'avais presque tout fait pour qu'elle ne sente pas la bienvenue. Qu'elle ne prenne pas ses aises. Un véritable con que j'avais été, mais aujourd'hui, j'essayais de réparer cette erreur. Elle avait le droit de rester, elle avait le droit de prendre le temps de manger ce qui lui plaisait. Nous n'avions plus à avoir honte de cette situation. Je n'avais plus à avoir honte. Bien sûr, je n'oubliais pas que cela pourrait entraîner certaines difficultés, dans notre vie, mais j'en avais conscience, et j'étais prêt à faire le nécessaire pour les affronter. On verrait bien comment les choses s'organiseraient à la rentrée, mais de toute façon, j'avais déjà quelques idées pour anticiper certains problèmes.

Je dépose sur la table un chocolat chaud pour elle et un café pour moi avant de venir m'installer à ses côtés. Chacun attrape tour à tour tartines et confiture pour prendre un petit-déjeuner digne de ce nom. Je ne savais encore rien de ses habitudes matinales, mais c'était agréable de passer ce moment ensemble, sans pression ou gêne et de se dire que la journée se poursuivrait certainement dans une ambiance plus légère entre nous que celle qui avait régné jusque-là sur le site de fouille. Même si on restait discret sur notre relation, je n'aurais pas à être froid avec elle pour la maintenir à l'écart. C'était désormais fini. Et comme elle me le demandait, on pouvait également penser à une vie après le stage, différente de celle qu'on avait menée pendant ces deux premières semaines, à se limiter à se voir professionnellement. « Je suppose qu'on peut se voir après désormais. Ici ou en ville. Qu'est-ce que tu préférerais ? » C'était un nouveau champ des possibles qui s'offrait à nous. Des sorties en ville, des soirées en tête-à-tête, voir même des nuits entières ensemble, ici. Contrairement à elle qui était en colocation avec son camarade, la villa me permettait à moi d'inviter qui je voulais ici sans que cela ne puisse soulever la moindre question. « On a toute la journée pour y réfléchir et s'organiser. Et je suppose que Martin ne se formalisera pas si tu prétends sortir visiter la ville quoiqu'il arrive. » Ca restait celui le plus à même de découvrir notre relation, mais si je ne me pointais pas devant leur immeuble tous les soirs, je suppose qu'il n'en saurait rien. « Et avec quelques messages, on devrait pouvoir s'organiser facilement et discrètement, même sur le site de fouille. » Je leurs avais donné mon numéro à tout les deux au premier jour, en cas de problème, mais ni l'un ni l'autre ne l'avait utilisé, trop gêné je suppose à l'idée de me déranger, mais je venais clairement d'offrir la possibilité à la jeune française de le faire, même dans un cadre privé.  

On termine notre petit-déjeuner rapidement et on se prépare pour que je puisse ramener la jeune fille à son appartement avant que Martin ne se pose trop de questions sur son absence. « Tu es prête ? »
Revenir en haut Aller en bas
 
Lullaby
Lullaby
Féminin MESSAGES : 1169
INSCRIPTION : 13/09/2017
CRÉDITS : Nobody

UNIVERS FÉTICHE : Vie réelle / HP / Twilight / University
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t1201-lullaby https://www.letempsdunrp.com/t3385-lullaby-you-re-in-my-head-always-always-always https://www.letempsdunrp.com/t1204-les-personnages-de-lullaby
vol de nez

Maddy'n * The sky'd be falling while I'd hold you tight  - Page 9 Empty

190807045657515547.png
Lullaby Alexander
J'ai 21 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis étudiante en histoire et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis en couple secret et je le vis plutôt bien.

Elle adore le patinage artistique * Elle fait des études par obligation, à cause de ses parents. * Elle a un coup de cœur pour un de ses professeurs, le professeur Oulanov. * Alors qu'ils se croisent en boîte, ils dérapent. Le lendemain, son professeur la repousse. * Il maintient la distance entre eux pendant plusieurs mois, jusqu'à ce qu'il craque. * C'est en Grèce qu'après une soirée riche en émotion, en frayeur, ils s'avouent leur besoin mutuel de l'autre.

avatar :copyright: NOM CRÉATEUR

La douceur de ce matin-là contrastait nettement avec ce qu'elle avait put connaître il y a de cela quelques mois, permettant presque d'effacer ces mauvais souvenirs de son esprit. Le temps le pourrait probablement, maintenant que tout était plus clair entre eux, que tout ça était derrière eux, que la demoiselle n'avait plus à souffrir de la situation, de la distance maintenue par son professeur, de son ton froid avec elle, de son attitude transformée par ce qu'ils avaient fait et à des lieux de la douceur qu'il avait autrefois. Pendant tous ces mois, Lullaby n'avait plus été comme les autres élèves. De toutes les manières à sa disposition, l'homme l'avait mise à l'écart. À présent, elle espérait qu'il puisse redevenir avec elle aussi pédagogue qu'il l'était autrefois, quand bien même elle ne serait définitivement plus jamais comme le reste de ses camarades.

"- Ici, peut-être ?"

Ce serait probablement plus discret pour l'un et l'autre que de se voir ici. Et puis d'une certaine façon le confort de cette intimité leur donnait la possibilité de prendre leurs marques sans avoir à craindre le hasard d'une rencontre malvenue. Si la ville est grande ils savent fort bien tout deux comme parfois le monde peut être petit. Leur première soirée ensemble en avait été la preuve formelle.

Comme l'homme remarque qu'ils ont toute la journée pour y réfléchir, pour fixer leurs plans, la demoiselle hoche la tête. Il était son professeur, aux yeux de tous, si bien que personne ne s'étonnerait de la voir aller lui parler, le solliciter pour une information ou une autre. Il était normal qu'elle lui pose des questions même si elle s'en était abstenu le plus possible depuis le début du stage, préférant limiter leurs interactions. Mais l'homme a une bien meilleure idée. Une idée qui tire un sourire sur les lèvres de la demoiselle.

"- Est-ce que ça veut dire que j'ai le droit de m'en servir pour mon usage personnel ?" s'enquit la demoiselle.

Elle avait vraiment le droit d'utiliser son numéro de téléphone pour régler leurs petites affaires ? Considérant le fait qu'ils soient désormais ensemble, cette possibilité tombait sous le sens. Pourtant il lui faut quelques secondes tout de même pour réaliser la normalité, finalement, de la proposition.

"- Est-ce-que tu pourras... Me redonner ton numéro ?" s'enquit-elle.

Elle ne l'avait pas gardé, pour être honnête. Parce qu'elle avait peur. Peur de ce qu'elle pourrait écrire, un verre en trop dans le nez, et regretter ensuite. Elle avait compté sur sa bonne étoile pour ne pas avoir besoin de lui, pour pouvoir se débrouiller seule au besoin. Ça valait mieux que le risque de lui envoyer un message désespéré quand elle serait complètement torché.

Terminant le petit déjeuner, la demoiselle se hâte de se préparer, consciente que l'heure tourne et qu'il va devoir la ramener à l'appartement pour venir les chercher avec Martin, l'air de rien. D'ailleurs il ne tarde pas à s'inquiéter de savoir s'ils peuvent y aller et la jeune femme hoche la tête.

"- Pour l'interrogatoire de l'inspecteur Martin ? Toujours..." remarque la demoiselle en grimaçant.

Elle allait devoir la jouer fine en rentrant. Ce soir également, d'ailleurs. Déjà, elle s'imagine filer quand il serait à la douche, qu'il ne la voit pas partir, ne la suive pas. Sait-on jamais. Il était plus collé à ses basques qu'un chewing-gum vieillit.

Ça ne coupe pas. Revenue à l'appartement sur la pointe des pieds, la demoiselle s'empresse de poser les affaires inutiles dans sa chambre et sortir comme si elle venait de s'y préparer, croisant Martin au moment de sortir, l'air de rien, comme si elle allait simplement attendre la voiture de leur professeur. Les questions, évidemment, ne se font pas attendre alors qu'il veut savoir comment elle va, où elle était, tandis qu'elle descend rapidement les escaliers, retrouvant l'air déjà chaud d'Athènes. Martin la rejoint quelques minutes après, son sac sur le dos, comme la voiture de leur professeur arrive devant eux. Elle lève les yeux au ciel, en ouvrant la porte de la voiture, se glissant à l'intérieur de celle-ci.

"- Martin au cas où t'aurais oublié, t'es ni mon père, ni mon mec..." remarque-t-elle avec un profond soupir, évitant soigneusement le regard de son enseignant. "Ils jouaient l'Énéide au théâtre Olympia, je n'ai pas résisté et je suis rentré tard." met-elle en utilisant le subterfuge proposé par Lev la veille.


Mes recherches en cours ♥️

Mes recherches en vrac
Revenir en haut Aller en bas
 
Maddy'n
Maddy'n
Féminin MESSAGES : 262
INSCRIPTION : 10/10/2019
ÂGE : 28
RÉGION : IDF
CRÉDITS : Pop-Gun

UNIVERS FÉTICHE : Fantasy / Réel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3361-once-upon-a-time-maddy-n https://www.letempsdunrp.com/t3983-les-experiences-a-faire https://www.letempsdunrp.com/t3362-my-experiences-maddy-n
patrick

Maddy'n * The sky'd be falling while I'd hold you tight  - Page 9 Empty

XY6hrkM.png
Lev A. Oulanov
J'ai 28 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis professeur d’Histoire des Civilisations Antiques et d’Archéologie et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien, même si mes parents commence à me mettre la pression.

+ Sa famille n’est pas sa famille biologique + Il lui manque un rein + Il est allergique à la noix de coco + Il parle de nombreuses langues, notamment celles qui n’existent plus.


Julian Morris :copyright: Shiya
La nuit dernière semble avoir soudainement effacé les derniers mois entre nous. Comme si c’était ce matin qui remplaçait désormais le précédent passé ensemble. Si on pouvait vraiment prétendre l’avoir passé ensemble. La jeune fille était radieuse, moi bien plus détendue. Pour la première fois depuis des mois. C’est presque comme si j’avais oublié quel effet ça faisait, d’être moi, tout simplement. Dans un hochement de tête, je confirme qu’on pourrait se voir ici. C’était peut-être même plus prudent qu’en ville. Pas de risque de croiser qui que ce soit dehors, ni besoin de faire attention à nos contacts ou ce genre de choses. On pourrait être nous, apprendre à nous connaître, à nous découvrir et éventuellement, profiter des week-end pour aller un peu plus loin qu’Athènes et profiter à l’écart des lieux que pourraient profiter nos collègues. Et puis j’avais largement la place de l'accueillir si elle arrivait à trouver une raison pour justifier de découcher. « Ça me va. Il n’y a aucun souci. » Et puis la villa était suffisamment bien pensée pour qu’on puisse se baigner ou faire bronzette même sans aller à la plage. C’était vraiment tout bénef pour profiter de ce séjour.

A sa demande, je rentre mon numéro directement dans son téléphone. J’étais un peu surpris de ne pas déjà y être répertorié, mais je crois que je savais pourquoi. En tout cas, je ne fais aucune remarque là-dessus, me contentant juste d’enregistrer mon numéro. L’essentiel était que ce soit corrigé maintenant, et qu’elle puisse me joindre quand bon lui semblait. Ce serait plus simple pour s’organiser, où qu’on aille, quoi qu’on fasse. « Voilà. C’est fait. Tu pourras t’en servir maintenant. » Je lui fais un sourire et lui rendant son téléphone. J’avais encore du mal à croire que l’on allait vraiment développer une relation intime, elle et moi, en dehors de notre relation professionnelle.

Le petit-déjeuner terminé, on finit de se préparer avant de se mettre en route pour la ramener et lui laisser suffisamment de temps pour faire comme si elle avait quand même passé une partie de la nuit ici. Je la laisse monter et attends patiemment dans la voiture qu’elle redescende avec Martin pour les conduire au site de fouille, comme nous le faisions tous les matins. Bien que cette fois l’attente soit particulièrement longue. Surement parce que j’étais un peu impatient de la retrouver. Les minutes s’écoulent lentement avant que le puisse les apercevoir devant le bâtiment. Tous deux montent dans la voiture argumentant déjà sur l’absence de Lullaby cette nuit. Je ne dis rien, feignant l’ignorance et le désintérêt. Si on voulait que ça marche entre nous, il fallait rester discret. Et pour cela, il fallait que je la laisse se débrouiller avec son colocataire, même si ça ne me plaisait pas plus que ça de le voir faire preuve d’autant d'intérêt pour elle. Mais j’allais devoir m’y faire. A lui, et au reste des camarades ou amis de Lullaby.

C’est une journée comme les autres qui nous attend sur le site de fouille. Tout était comme d’habitude, à un détail près, nombreux étaient ceux qui parmi mes collègues avaient remarqué que j’étais bien plus relax aujourd’hui que certains jours. Je mets ça sur le compte de la chaleur, qui me paraissait moins étouffante. Même si ce n’était qu’une illusion, le russe en moi s’habituant à la chaleur constituait une excuse suffisamment solide pour justifier ce changement de comportement. Et puis deux semaines pour s’habituer enfin à la chaleur, ce n’était pas si énorme que ça.

Ce n’est qu’une fois la journée finie que les choses diffèrent pour la première fois en deux semaines. Pour une fois, après avoir déposé Lullaby et Martin, je m’étais garé quelques rues plus loin, attendant que la jeune française me rejoigne pour retourner à la villa, comme nous l’avions convenu par sms. Bien plus pratique pour échanger discrètement quelques informations privées, même si nous avions aussi bien plus discuté sur le site qu’à notre habitude. Les rouages de notre relation se mettaient doucement en place.
Revenir en haut Aller en bas
 
Lullaby
Lullaby
Féminin MESSAGES : 1169
INSCRIPTION : 13/09/2017
CRÉDITS : Nobody

UNIVERS FÉTICHE : Vie réelle / HP / Twilight / University
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t1201-lullaby https://www.letempsdunrp.com/t3385-lullaby-you-re-in-my-head-always-always-always https://www.letempsdunrp.com/t1204-les-personnages-de-lullaby
vol de nez

Maddy'n * The sky'd be falling while I'd hold you tight  - Page 9 Empty

190807045657515547.png
Lullaby Alexander
J'ai 21 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis étudiante en histoire et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis en couple secret et je le vis plutôt bien.

Elle adore le patinage artistique * Elle fait des études par obligation, à cause de ses parents. * Elle a un coup de cœur pour un de ses professeurs, le professeur Oulanov. * Alors qu'ils se croisent en boîte, ils dérapent. Le lendemain, son professeur la repousse. * Il maintient la distance entre eux pendant plusieurs mois, jusqu'à ce qu'il craque. * C'est en Grèce qu'après une soirée riche en émotion, en frayeur, ils s'avouent leur besoin mutuel de l'autre.

avatar :copyright: NOM CRÉATEUR

Elle se sentait mieux. Elle avait passé une bien meilleure journée que d'ordinaire, se sentant plus détendue qu'à l'accoutumée. Elle n'avait plus besoin d'être sur la réserve, plus besoin de souffrir en silence, plus besoin de garder ses distances avec son professeur. Elle n'avait plus aucune raison d'être malheureuse, plus aucune raison de se renfermer sur elle-même pour jouer les garde-fous. Elle allait mieux, Bee. Bien mieux. Sur le site de fouilles, elle avait semblé plus rayonnante que d'ordinaire. Et elle avait parlé avec son professeur, l'air de rien, sans la moindre appréhension, n'hésitant plus à la solliciter. En même temps qu'ils avaient acceptés l'idée d'avoir une relation, ils s'étaient permis d'avoir une relation professeur-étudiante normale, en n'ayant plus peur de discuter comme ils le feraient avec n'importe quel autre professeur, n'importe qu'elle autre étudiante.

La journée de travail s'achevant, Bee s'installe dans la voiture, Martin à ses côtés, pour regagner silencieusement l'appartement qu'elle occupait avec le jeune homme, réfléchissant déjà au moyen de se faire la malle alors qu'avec Lev ils avaient convenus qu'elle le rejoigne à quelques rues de l'appartement pour gagner la villa qu'il occupait lui-même. Ce qui impliquait de réussir à faire de nouveau faux bond à Martin. Et Lullaby cherchait un moyen discret d'y parvenir, potentiellement sans avoir à le dire. Elle n'avait aucun compte à lui rendre. Et pas l'envie qu'il décide de vouloir la suivre.

En arrivant dans l'appartement, gagnant sa chambre, Lullaby s'empresse de préparer ses affaires pour la nuit dans un petit sac à dos, avant d'ouvrir discrètement la porte de sa chambre. De celle de Martin lui parvient de la musique et la demoiselle sort alors de la sienne en faisant le moins de bruit possible, rejoignant la porte d'entrée à petit pas. La fermant derrière elle sans un bruit, la française s'élance alors, une fois dehors, descendant les marches quatre à quatre, pressant l'allure pour rejoindre la voiture l'attendant. Se glissant sur le siège passager, elle tourne la tête vers l'homme, lui adressant un grand sourire.

"- Bonsoir... Vous prenez les auto-stoppeuses ?" demande-t-elle en plaisantant avant de lui voler un baiser.

S'attachant sur son siège, posant son sac à ses pieds, Bee le laisse redémarrer, la ramenant chez lui tandis qu'elle imagine déjà toutes les possibilités que leur laissait cette soirée qui s'offrait à eux. Elle ne comptait certainement pas la gâcher. Ce serait leur première vraie soirée en tête à tête. Et ils avaient milles possibilités devant eux.

En arrivant chez lui, posant son sac dans la chambre, Bee revient dans le salon rapidement, se laissant choir dans le canapé, son regard se posant sur Lev, ses lèvres s'étirant en un sourire. Là, maintenant, à l'abris des regards, à l'abris des soupçons, ils étaient enfin libres. Totalement libres.

"- On pourrait peut-être commencer par un petit plongeon, non ?" propose la demoiselle en désignant la piscine.

Après une journée passée en plein soleil sur le site de fouilles, ça leur ferait sûrement un bien fou de faire trempette.


Mes recherches en cours ♥️

Mes recherches en vrac
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


Maddy'n * The sky'd be falling while I'd hold you tight  - Page 9 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Maddy'n * The sky'd be falling while I'd hold you tight
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 9 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Pour s'amuser :: Univers réel :: Europe-
Sauter vers: