Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues qui tu veux, quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
» Le ciel est un océan suspendu (Val & Dreamcatcher)
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 29 EmptyAujourd'hui à 1:58 par Val

» Vermines & Rage
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 29 EmptyAujourd'hui à 0:17 par Snardat

» Je ne suis pas seule dans ma tête (Recherche)
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 29 EmptyAujourd'hui à 0:05 par Rein

» Ces esquisses qui trottent dans ma tête...
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 29 EmptyHier à 23:57 par Rein

» "Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour" - Ft. Charly
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 29 EmptyHier à 23:03 par Manhattan Redlish

» Through hell, we thrive, and rebuild we will -feat Ananas
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 29 EmptyHier à 17:26 par Mr.Wolf

» Dust And Shadows
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 29 EmptyHier à 16:43 par Invité

» Recherche lien H/H
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 29 EmptyHier à 15:59 par stitch

» De métal et de griffe. [PV Mandrin] [+18]
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 29 EmptyHier à 9:47 par Mandrin

Le Deal du moment :
ETB Pokémon Fable Nébuleuse : où ...
Voir le deal

LE TEMPS D'UN RP

Funambule feat Manhattan Redlish

Charly
Messages : 3632
Date d'inscription : 24/04/2018
Région : Haut de France
Crédits : Bones_Obsessor

Univers fétiche : City, HP
Préférence de jeu : Femme
Lune
Charly
Lun 22 Avr - 21:13

Elionor Griffins
J'ai 35 ans et je vis à Washington. Dans la vie, je suis agent de la CIA et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien .

Funambule feat Manhattan Redlish - Page 29 248b791fe69efebb4ddcb20ddab9ce8dFunambule feat Manhattan Redlish - Page 29 Gal-gadot-icegif-9

Avatar : Mars / Gif : Tumblr


Eli voulait que Robby passe l’arme à gauche. Il était hors de question qu’il finisse en prison. Il devait mourir. Et pas seulement parce qu’il l’avait agressé. Parce que c’était un fou dangereux. Si elle n’écoutait que son ressentit, elle ne laisserait que Max en vie à la fin de cette infiltration. Les trois autres étaient capables de s’en sortir en prison, voir de monter de nouveaux plans… Même si elle devait répondre de ses actes à la sortie, Eli ferait en sorte qu’ils crèvent. Et elle savait qu’elle pouvait compter sur Ian. Ils avaient le même point de vue.

Quant Ian l’évoqua comme sa petite amie, et qu’il lui demanda de le laisser lui apporter sa tendresse ce soir, elle eut envie de lui dire qu’elle l’aimait. Est-ce qu’elle était encore sous le choc ? Peut-être. Mais là, tout de suite, blottit contre lui, c’était ce qu’elle ressentait. Il était resté pour prendre soin d’elle, pour l’écouter malgré le fait que son récit devait être douloureux pour lui. Elle imaginait bien qu’il culpabilisait de ne pas avoir été présent. Il ne devait pas. Ils savaient l’un comme l’autre que cela allait se produire tôt ou tard. Robby était loin d’être stupide et il avait attendu le bon moment pour opérer. Le seul moment où Ian avait été absent. « -merci d’être venu… d’être resté surtout… » avait-elle soufflé pour lui faire comprendre que ça comptait vraiment pour elle.

Eli poursuivit son récit et parla de l’intervention de Tobby. Arme au poing, il était venu mettre fin à cette agression, résonner Robby… il avait ordonné à Eli de quitter les lieux. Elle n’avait souhaiter avoir des explications. Elle avait seulement craché aux pieds de Robby en se promettant qu’il serait bientôt raide mort. « -moi non plus… » ça n’avait pas de sens. Elle ne répondit rien ensuite. Si, elle lui devait d’être encore entière psychologiquement ce soir. S’il n’avait pas débarqué, elle aurait peut-être voir surement subit bien plus… Elle serait peut-être morte d’ailleurs. Elle ne comprenait pourtant pas son intervention. Un hochement de tête avec lenteur, avant de resserrer encore les bras d’Ian autour d’elle. Comme pour confirmer qu’elle était d’accord. Qu’ils n’iraient plus nulle part l’un sans l’autre. « -non… je crois que ma décision est prise… j’en peux plus… j’ai… j’ai au moins besoin d’une pause. D’une longue pause… » voilà elle modérait ses propos. Mais il était hors de question qu’elle replonge tête baisser sur une autre mission deux semaines plus tard. Elle avait besoin de temps pour se remettre de tout ça.

Un sourire. « -oui… on va sortir. » ils n’allaient pas passer la nuit ici. Avec une extrême lenteur, elle se redressa. Cela fit des vagues et l’eau déborda de la baignoire. Elle partie d’un rire nerveux en voyant la salle de bain à moitié inondée. Puis elle s’enveloppa dans une serviette, avant de couver Ian du regard. Elle lui demanda de lui appliquer de la crème sur le corps, pour estomper la douleur. Elle s’endormie d’épuisement dans le creux de ses bras, son visage niché dans son torse.


Manhattan Redlish
Messages : 3754
Date d'inscription : 26/04/2018
Crédits : Icon : Sunny.

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Homme
lune 2
Manhattan Redlish
Lun 22 Avr - 21:41

Ian Edwards
J'ai 41 ans et je vis à Washington. Dans la vie, je suis agent du FBI et je m'en sors pas trop mal. Sinon, grâce à ma chance, je suis divorcé et je le vis, tout simplement.

A venir ...

Funambule feat Manhattan Redlish - Page 29 37-2
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 29 16
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 29 22

Avatar : TAG / Gif : Tumblr


La jeune femme ne voulait pas être perçue comme une victime, elle ne voulait pas se voir ainsi dans son regard et Ian comprenait. Il devait avouer qu’il rencontrait quelques difficultés à la percevoir autrement après tant d’années à avoir enquêter sur des crimes semblables. Par chance, Eli faisait partie des rescapés. Alors il acceptait de ne plus la percevoir comme une victime, mais pour autant, elle était sa petite-amie. La personne qui comptait le plus à ses yeux dans ce vaste monde. Il voulait prendre soin d’elle, la rassurer, apaiser ses peurs et ses pleurs. Au moins ce soir. Parce qu’elle en avait besoin. Il n’avait pas pu être présent pour la protéger, alors il voulait au moins l’être maintenant pour elle. Ian déposa ses lèvres dans son cou en entendant ses mots « C’est ma place ici, avec toi » lui rappela-t-il avec douceur. Comment aurait-il pu quitter l’appartement après une telle annonce ? Il n’était pas question de sentiment, mais seulement d’humanité. Comment aurait-il pu rentrer chez lui en sachant qu’elle avait affronté Robby ? Il en aurait été incapable. Sa place était ici. Avec elle. À écouter le déroulé des évènements afin qu’elle se libère de ses souvenirs. Ce fut ainsi que l’agent apprit l’intervention de Toby. Il eut un mouvement de recul, réellement estomaqué que ce dernier soit intervenu en faveur de la jeune femme. Pour autant, elle n’avait aucun remerciement à formuler à son encontre. C’était l’avis de Ian, mais en constatant le silence d’Eli, il n’était pas partagé. Après tout, elle lui devait beaucoup. Mais l’agent avait encore en mémoire sa réponse au Syrien quand il avait demandé à récupérer la belle brune, comme si elle n’était pas plus qu’un simple objet de décoration… Ce changement soudain de comportement les interpellèrent l’un et l’autre, alors Ian lui demanda de rester sur ses gardes. De toute manière, c’était terminé. Il ne la quittait plus une seconde du regard. Il comprit qu’ils étaient au moins en accord sur ce point en sentant ses bras se resserrer autour d’elle.

« Une longue pause. Je préfère ça » avant de justifier sa position « La CIA, c’est toute ta vie Eli. Tu as avant tout besoin de repos avant d’envisager quoi que ce soit ». Il pouvait comprendre qu’après ces derniers évènements et une infiltration d’un an, elle n’avait envie que d’une chose : Une vie normale. Néanmoins, il était suffisamment conscient que son travail, c’était aussi sa vie et qu’elle regretterait un jour ou l’autre cette décision soudaine. Ils finirent par quitter le bain qui avait finalement refroidi au fil de leur conversation et resta à l’affût d’une moindre chute, avant de l’imiter, avec plus de timidité, quand elle se mit à rire nerveusement. Il enduit ensuite ses blessures de crème et finirent par rejoindre la chambre à coucher ensemble. Ian la serrant dans ses bras en repensant à ce qui s’était passé entre la femme blottie dans ses bras et Robby. À ce qui aurait pu se produire sans l’intervention de Toby, aussi surprenante puisse-t-elle être. Il resserra son étreinte à ses pensées et l’observa dormir, en sécurité, et pratiquement indemne, contre lui, avant de rejoindre les bras de Morphée à son tour. Pour autant, sa nuit ne fut pas aussi reposante qu’il l’aurait souhaité. À maintes reprises, Ian s’était réveillé pour s’assurer qu’elle dormait toujours paisiblement, et dès qu’il en était certain, parvenait à se rendormir pour une heure ou deux. Lorsqu’il constata à son énième réveil que le jour s’était levé, Ian décida d’en faire de même, s’extirpant des draps. Il récupéra ses vêtements dans la salle de bain, puis retourna dans la chambre pour laisser un post-it à Eli : Je suis partit chercher le petit-déjeuner. Je fais vite. Affectueusement. Ian. À son retour, elle dormait encore et toujours. Il releva alors les manches de son pull et s’attela en cuisine pour préparer des pancakes pour le petit-déjeuner.

Charly
Messages : 3632
Date d'inscription : 24/04/2018
Région : Haut de France
Crédits : Bones_Obsessor

Univers fétiche : City, HP
Préférence de jeu : Femme
Lune
Charly
Lun 22 Avr - 22:21

Elionor Griffins
J'ai 35 ans et je vis à Washington. Dans la vie, je suis agent de la CIA et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien .

Funambule feat Manhattan Redlish - Page 29 248b791fe69efebb4ddcb20ddab9ce8dFunambule feat Manhattan Redlish - Page 29 Gal-gadot-icegif-9

Avatar : Mars / Gif : Tumblr


Une longue pause… Il avait raison, sa vie entière tournait autour de la CIA. Son job résumait sa vie. Mais est ce qu’elle serait capable de s’adapter à une forme de vie ? Elle n’avait pas réponse à cette question. Pourtant elle était lasse de tout ça. Sans doute parce que cette infiltration était longue, trop longue et trop douloureuse émotionnellement. Physiquement aussi ce soir… Elle s’endormit aux creux des bras d’Ian, épuisée. Le somnifère qu’elle avait avalé l’avait aussi aider. Elle ne voulait pas faire de cauchemars et lutter pour trouver le sommeil. Elle se raccrochait au fait qu’elle était indemne et que bientôt tout cela ne serait qu’un lointain souvenir.

Elle ne sentit pas Ian bouger dans la nuit, encore moins au petit matin lorsqu’il quitta la chambre. Ce ne fut qu’en entendant au loin des bruits dans la cuisine qu’elle avait finit par ouvrir les yeux. Seule dans les draps, elle sourit en imaginant Ian en train de faire le petit déjeuner. Elle risquait d’en prendre rapidement l’habitude. La belle brune s’était levée avec difficulté, le corps courbaturé et douloureux. Pourtant, elle avait sourit en passant la porte de la chambre. Il était là, devant la cuisinière. Elle prit le temps de savourer ce moment, juste à le regarder, sans bouger. Puis elle s’était décidée à approcher. Elle jeta un coup d’œil au post-it sur la table. « -affectueusement… vraiment ? » se moqua la belle brune avant de se rapprocher de lui. « -bonjour… » elle glissa ses bras autour de la taille d’Ian et se colla à son dos. « -tu as réussi à dormir ? » elle savait parfaitement que tout cela tournait dans son esprit. La colère était toujours là, quelque part. La peur aussi… Elle sourit avec tendresse en se penchant pour regarder les pancakes. Elle qui d’ordinaire ne déjeunait jamais…

Les jours qui suivirent furent intensifs. Mise au point du plan, organisation, réunion sur réunion. Et lorsqu’ils n’étaient pas au bureau, ils étaient à l’agence. La veille au soir, tout semblait réglé comme du papier à musique. Ils avaient fait l’amour comme si ils devaient se dire adieu. L’un comme l’autre conscient que c’était peut-être la dernière fois qu’ils pouvaient sentir le corps chaud de l’autre sous ses doigts, sentir son souffle dans le cou… Au matin, elle n’était parvenue qu’à avaler qu’un café. Ils n’avaient pas échangé beaucoup de mots. Seulement des regards, quelques sourires qui se voulaient rassurant. La journée allait être longue… certainement horrible. Ils n’avaient pas le choix. Ils devaient réussir.

Manhattan Redlish
Messages : 3754
Date d'inscription : 26/04/2018
Crédits : Icon : Sunny.

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Homme
lune 2
Manhattan Redlish
Mar 23 Avr - 12:27

Ian Edwards
J'ai 41 ans et je vis à Washington. Dans la vie, je suis agent du FBI et je m'en sors pas trop mal. Sinon, grâce à ma chance, je suis divorcé et je le vis, tout simplement.

A venir ...

Funambule feat Manhattan Redlish - Page 29 37-2
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 29 16
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 29 22

Avatar : TAG / Gif : Tumblr


Toute la nuit durant, Ian avait veillé sur la jeune femme, s’assurant qu’elle ne soit pas accablé par les cauchemars, fragmentant ainsi son propre sommeil. Il dormirait mieux lorsque cette infiltration aurait cessée. En attendant, il voulait prendre soin de la femme blottie dans ses bras, et ce, jusqu’au petit matin. Lorsque le jour fut levé, Ian décida de s’extirper de sous les draps. Il ne voulait pas qu’Eli pense qu’il était partit tuer Robby, il laissa donc un post-it à son attention qui n’eut aucune utilité car il rentra avant qu’elle n’ouvre les yeux. S’afférant derrière les fourneaux, il préparait des pancakes pour la première fois depuis qu’ils étaient ensemble. Il avait pensé que les brioches au beurre ne seraient pas suffisamment créatrice de bonne humeur pour ce matin. Alors que les pancakes, ça faisait toujours sourire et ça mettait en appétit de bon matin. Il sursauta en entendant la voix d’Eli et se tourna en direction du mot qu’il avait laissé à son attention, puis se mit à sourire « J’ai pensé que c’était mieux que de lire les trois petits mots sur un post-it, non ? » et ajouta en désignant la poêle « Pancakes ce matin ». Il ne parvint pas à se départir de son sourire qui s’élargit en sentant Eli glisser ses bras autour de sa taille « Bonjour toi » répondit-il avec douceur tout en penchant la tête pour venir la blottir contre la sienne « Un peu, et toi ? » alors qu’il savait que c’était le cas. Il avait veillé pour toute la nuit. « J’espère que tu as faim ! » répliqua-t-il comme si tout allait pour le mieux, comme si c’était une matinée dès plus normale.

Comme Ian l’avait anticipé, il ne trouva pas le sommeil les nuits à venir. Elles étaient courtes, voire inexistantes. Le travail était intensif, que cela soit au sein de la cellule ou avec la CIA. Ils devaient quadriller les zones d’intervention, prévoir le temps pour désamorcer les bombes sans inquiéter les touristes, l’évacuation des lieux si nécessaire. Tout était passé au crible. Tout semblait opérationnel au moment où Ian rejoignit Eli à son appartement, pourtant la peur lui étreignait toujours le ventre. Ils avaient fait l’amour avec un arrière-goût de dernière fois. Ça avait été fort et passionné. Plus d’une fois, il avait eu envie de lui dire qu’il l’aimait, mais ça sonnait trop comme un adieu, comme s’il savait, au fond de lui, que l’un d’eux ne survivrait pas. Il n’avait pas envie de cela. Il ne voulait pas que ces trois petits mots sonnent comme un mauvais présage. Il le lui dirait quand tout serait terminé, quand ils sauront sur une plage paradisiaque.

Le Jour de l’Indépendance. Normalement, ce jour était assimilé aux parades militaires, aux festivités, à la joie et l’amusement. Pour Eli et Ian, il en était tout autre. Aucun d’eux n’osait prononcer le moindre mot, échangeant seulement des sourires ou des regards. Il était parvenu à boire son premier café et entamait le second, prenant une brioche qu’il avait ramené au petit matin. Il finit par lâcher la moitié de la pâtisserie sur le comptoir et sa tasse de café avec hâte, avant de se précipiter dans la salle de bain où il se mit à vomir le peu que contenait son estomac. Il cracha une dernière fois, puis s’installa devant l’évier, croisant son regard dans le reflet du miroir. Il avait plus peur qu’il ne le pensait. D’un geste, il trempa son visage d’eau froide, se brossa les dents et retourna dans la cuisine pour jeter le restant de brioche à la poubelle et terminer son café. Il s’approcha ensuite d’Eli « Tu dois survivre à cette opération. Tu m’entends ? On doit survivre parce que j’ai très envie de te voir en bikini ». Il posa ses lèvres sur les siennes, puis son front contre le sien « On va devoir y aller ».



Charly
Messages : 3632
Date d'inscription : 24/04/2018
Région : Haut de France
Crédits : Bones_Obsessor

Univers fétiche : City, HP
Préférence de jeu : Femme
Lune
Charly
Mar 23 Avr - 14:42

Elionor Griffins
J'ai 35 ans et je vis à Washington. Dans la vie, je suis agent de la CIA et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien .

Funambule feat Manhattan Redlish - Page 29 248b791fe69efebb4ddcb20ddab9ce8dFunambule feat Manhattan Redlish - Page 29 Gal-gadot-icegif-9

Avatar : Mars / Gif : Tumblr


Elle avait ri. Et ça lui avait fait un bien fou. Elle s’était rapprochée, avait collé le post it sur l’épaule d’Ian avant de se moquer de lui : « -je parle pas de ton post-il, je parle du mot en lui-même. Affectueusement… » un je t’embrasse lui paraissait plus logique. Enfin, ce n’était rien en réalité, ça avait seulement le pouvoir de la faire rire de bon matin. Ce simple petit mot avait comme le pouvoir de faire redevenir normale son existence et ce matin avec lui. Malgré la douleur dans son corps, malgré l’envie de meurtre, Eli mesurait la chance qu’elle avait de pouvoir encore venir se blottir contre Ian, de respirer son odeur, embrasser sa peau… sans avoir peur qu’il ne la touche… « -et tu sais faire les pancakes… » soupira Eli comme si cela le hissait vraiment au rang du mec parfait. « -trop… » même si cette réponse était ridicule. Elle avait besoin de repos pour être en forme le jour J. Alors oui, elle avait dormi. D’un sommeil aidé artificiellement… mais elle avait dormi. « -tu dois te reposer… » avait elle ajouté avec une grande douceur, caressant la joue mal rasée d’Ian. Il devait être capable de la plus grande vigilance… il devait garder les idées claires. Et ça passait par le sommeil. « -oui, parce que ça sent particulièrement bon. » avait elle répondu, avant de l’embrasser dans le cou et de prendre place à table.

Les jours suivant passèrent à une vitesse folle. Mais au matin du grand jour, Eli se sentait prête. Prête à en finir. C’était un peu comme entrevoir la lumière au bout du tunnel. Pas un mot dans sa cuisine cependant. Ils étaient concentré ou bien dans leurs pensées. Lorsqu’Ian gagna la salle de bain en courant, elle tourna la tête pour le suivre du regard, mais elle ne bougea pas de sa chaise. Elle attendit qu’il revienne en terminant son café. Lentement elle leva son regard sur lui. « -ça va ? » demanda Eli. « -les trois premiers mois parait que c’est compliqué… » humour de merde. Elle voulait le voir sourire. Eli se leva, posa sa tasse vide dans l’évier et revint vers Ian. « -on va survivre tous les deux. La seule chose que je peux tolérer, c’est une cicatrice en plus… » elle glissa ses mains sur son torse. « -d’accord. » elle semblait bien plus zen que lui. Elle avait seulement hâte d’en finir. Elle lui rendit son baiser et souffla un : « -je sais… » sans pour autant bouger. Encore quelques secondes…

Il avait été convenu qu’ils arrivent séparément. Elle aurait préféré être avec lui… A peine arrivé au bureau, les plans changeaient. Eli serra la mâchoire et les poings. Tobby avait soit disait eut envie de faire les équipes au tirage au sort. Etrangement, Ian se retrouvait avec Robby… Et elle en compagnie de Tobby. « -t’as d’autres petits… changements de dernières minutes à nous communiquer ? » demanda Eli avec de l’ironie dans la voix. Elle lâcha même un léger rire, les bras croisés sous la poitrine. « -ne commences pas à me les briser Eli d’accord ? C’est une merveilleuse journée qui commence et ! Et je veux que vous soyez tous contents ! En plus t’es avec moi ! Tu devrais être ravie ! » Elle sourit : « -ouais t’as raison… » elle hocha la tête puis Tobby frappa dans ses mains. Direction les voitures. Un regard pour Ian, avant d’inspirer et expirer avec lenteur. Plus question de faire marche arrière. Tobby lui demanda de prendre le volant.


Manhattan Redlish
Messages : 3754
Date d'inscription : 26/04/2018
Crédits : Icon : Sunny.

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Homme
lune 2
Manhattan Redlish
Mar 23 Avr - 15:26

Ian Edwards
J'ai 41 ans et je vis à Washington. Dans la vie, je suis agent du FBI et je m'en sors pas trop mal. Sinon, grâce à ma chance, je suis divorcé et je le vis, tout simplement.

A venir ...

Funambule feat Manhattan Redlish - Page 29 Ygg6je
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 29 Eiwss6
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 29 Nc0o92

Avatar : TAG / Gif : Tumblr


En écrivant sur le post-it qu’il s’éclipsait quelques minutes, l’hésitation l’avait gagné. Devait-il écrire ici-même qu’il l’aimait ? Finalement il fit le choix de s’abstenir, optant pour une alternative. Pas qu’il éprouvait encore un doute sur les sentiments qu’il lui portait. C’était limpide. D’autant plus après hier soir. Il s’était retrouvé confronté à la possibilité de la perdre et ça avait sonné comme une évidence. Toutefois, il n’était pas capable de formuler ces trois petits mots de vive voix maintenant. D’ici quelques jours, le glas de leur infiltration sonnerait et Ian ne voulait pas le lui dire parce qu’il avait peur qu’il n’y ait plus de soleil qui se lève pour l’un d’eux. Ça sonnait tel un mauvais présage alors il prononcerait ses mots quand ils s’en seront sortis l’un et l’autre, ainsi que tous ces milliers d’innocents. Affectueusement lui avait donc semblé être une alternative agréable, mais qui était également une perche tendue pour Eli qui s’en moqua gentiment de bon matin, et il se dit que c’était ainsi qu’il souhaitait voir ses matinées commencer. Lui cuisinant des pancakes et elle, le rejoignant en le faisant rire parce qu’elle trouvait son choix de mot ridicule « Moque-toi ! J’aurais pu mettre autre chose, mais le post-it était trop petit » tout en haussant plusieurs fois les sourcils, signifiant que son idée était loin d’être chaste. Il apprécia cette manière qu’avait Eli de venir nouer ses bras autour de sa taille et sourit « Qui l’aurait cru ? Je sais aussi bien retourner la pâte que ma copine ». Il posa sa main sur les siennes pour les caresser, soulagé de sa réponse. Il se retourna ensuite vers elle et sourit, aimant sa manière de caresser sa joue quand elle voulait prendre soin de lui « Je voulais m’assurer que tu dormais bien ». Tout simplement. Il servit ensuite le petit-déjeuner dans une assiette « Tu m’en diras des nouvelles ».

Quelques jours plus tard, l’ambiance s’était alourdie dans cette même cuisine, alors qu’ils buvaient leur café en silence. Ian tenta de combler son estomac, mais en vain. Le stress de la journée l’avait précipité jusqu’au-dessus de la cuvette des toilettes et avait vomi le maigre contenu de son estomac. En revenant dans la cuisine, il acquiesça « Un peu stressé apparemment » et pencha la tête en entendant la plaisanterie d’Eli qui finit par le faire rire légèrement « J’espère que ça sera une fille » tout en caressant son ventre. Il termina son café et s’approcha de la belle brune, ses bras autour de sa taille « Cela dépend l’emplacement. Pas ton visage, ni tes seins et encore moins ton cul » répliqua-t-il en tentant d’apporter un peu de légèreté. En réalité, il avait peur. Peur de ne pas être à la hauteur, que tous ces innocents périssent à cause d’une erreur, peur qu’Eli ne survive pas… Ils restèrent finalement quelques secondes de plus l’un contre l’autre malgré l’heure du départ…

Ian aurait aimé faire le trajet à ses côtés, passer ces dernières minutes en sa compagnie, échanger un dernier baiser et se souhaiter « bonne chance ». Mais ils s’étaient mis d’accord les jours précédents. Ils arriveraient chacun de leur côté. En arrivant, il apprit que les plans avaient changé. Une idée soudaine de Toby qui jubilait d’avance de cette journée. Eli partait avec Toby et il restait avec Robby. Il échangea un long regard avec la jeune femme, puis reporta son attention sur Robby « Max est déjà partie ? » « Oui. Juste avant que vous arriviez ». L’agent acquiesça lentement de la tête tout en faisant quelque pas sur le sol qu’il avait tant de fois foulé par le passé, et finit par ajouter sans regarder son interlocuteur tout en tournant autour de ce dernier « Tu sais que je ne vais pas te laisser quitter cet endroit, n’est-ce pas ? Pas après ce que tu as fait subir à Eli » et posa finalement ses yeux sur lui, habillait d’une lueur qui lui était rare. Toute la colère qu’il avait pu éprouver était exacerbé maintenant qu’il se trouvait devant lui. Pour autant, Robby se mit à rire, de ce rire de forcené qui résonna dans toute la pièce « Pour un agent de la CIA, tu ouvres sacrément ta gueule ! ». Ces quelques mots raidirent Ian aussitôt. C’était l’effet recherché au vu de la satisfaction qui se lisait dans les prunelles du pyromane. Il savait. « Ne bouge pas, ça mérite une photo » et Robby le photographia avec son portable avant d’ajouter « Dommage qu’Eli n’a pas une aussi grande bouche pour que je puisse y fourrer par longue queue. Elle est si farouche cette petite. Je suis certain qu’elle aurait aimé que je la baise la fois dernière. Mais bon, c’est ainsi » rétorqua Robby en haussant les épaules avec une nonchalance qui fit fulminer Ian qui se rua sur lui.



Charly
Messages : 3632
Date d'inscription : 24/04/2018
Région : Haut de France
Crédits : Bones_Obsessor

Univers fétiche : City, HP
Préférence de jeu : Femme
Lune
Charly
Mar 23 Avr - 16:21

Elionor Griffins
J'ai 35 ans et je vis à Washington. Dans la vie, je suis agent de la CIA et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien .

Funambule feat Manhattan Redlish - Page 29 GiphyFunambule feat Manhattan Redlish - Page 29 MERd

Avatar : Mars / Gif : Tumblr


« -ba la prochaine fois prends une plus grande feuille… » avait elle ajouté avec un sourire en coin. Voilà… voilà c’était ça qu’elle voulait. Que leur relation reste telle qu’elle était. Qu’elle ne soit pas impacté parce ce qu’elle avait vécu. Elle pouffa de rire par la suite. Elle aimait quand il était si cash et nature. C’était simple… c’était ce qu’elle voulait. En l’espace de quelques minutes, ils avaient remit en place leur relation, convenablement. Elle apprécia vraiment cela, ne souhaitant pas avoir à faire des efforts supplémentaires pour rassurer Ian au sujet de sa santé mentale. Elle le lui avait dit, elle allait bien. Ils leurs restaient quelques jours à passer ensemble, avant que tout se termine. Peut-être mal… elle ne voulait pas perdre de temps à s’apitoyer sur son sort.

Eli avait sourit en entendant Ian répondre à sa connerie. « -roh non c’est chiant les filles… faut leur faire des couettes » avait elle répondu avant de venir se blottir contre lui. Ils allaient survivre. Et elle s’employa à le rassurer. « -mon cul en premier dans la liste… intéressant… » grimaça Eli avant de l’embrasser. « -et je parlais de toi. Parce qu’il est évident que je passe entre les balles. Genre Matrix tu sais… en plus les lunettes de soleil sont grave classe sur moi. » elle sourit de nouveau, avant de prendre quelques minutes pour rester dans ses bras. La journée allait être longue… très longue. Mais ils allaient se retrouver. Pas le choix.

Seulement Tobby changea le programme… Elle devait faire équipe avec lui, alors qu’Ian allait se retrouver avec Robby. Un dernier regard pour Ian, puis elle grimpa dans le SUV, direction le métro. Chaque bombe avait son emplacement. Eli se força à garder la bouche fermée, concentrée sur la route. Elle avait bien du mal à supporter les commentaires enjoué de Tobby. « -aller Eli ! Sourit bordel ! Tu vas me gâcher ma joie avec ta tronche d’enterrement ! » il avait posé sa main sur sa cuisse : « -me touche pas. » demanda-t-elle. Il leva sa main : « -je comprends… propriété privée de l’agent spéciale Ian Edwards… » le sang d’Eli se glaça, mais elle joua son rôle : « -de… de quoi tu parles ? » un rapide regard dans sa direction : « -oh ça va Eli, comme si vous aviez pas baiser tous les deux ! » « -non, non je te parle pas de ça. Tu as dit agent ? » putain de bordel de merde… ils étaient au courant pour Ian ? « -ah oui ! Ce connard porte une plaque. » un haussement d’épaule alors qu’elle se garait. Eli descendit de la voiture deux minutes après Tobby, le temps d’assimiler la nouvelle. Elle se dirigea vers le coffre et ne vit pas venir le chiffon imbibée que Tobby lui colla sur le nez. En quelques secondes, elle avait perdu connaissance.

Manhattan Redlish
Messages : 3754
Date d'inscription : 26/04/2018
Crédits : Icon : Sunny.

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Homme
lune 2
Manhattan Redlish
Mar 23 Avr - 17:04

Ian Edwards
J'ai 41 ans et je vis à Washington. Dans la vie, je suis agent du FBI et je m'en sors pas trop mal. Sinon, grâce à ma chance, je suis divorcé et je le vis, tout simplement.

A venir ...

Funambule feat Manhattan Redlish - Page 29 Ygg6je
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 29 Eiwss6
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 29 Nc0o92

Avatar : TAG / Gif : Tumblr


Cette dernière matinée, cuisinant des pancakes pour elle, riant à son ton moqueur, lui paraissait si loin alors qu’ils se trouvaient tous les deux à nouveau dans cette même cuisine. Peut-être pour la dernière fois. L’angoisse de la journée le poussa à vomir le peu qu’il était parvenu à avaler au petit-déjeuner. Il apprécia que la jeune femme ne le rejoigne pas dans la salle de bain pour s’assurer qu’il allait bien. Il préféra son humour, omettant la possibilité que ce soir, ils n’auraient plus le cœur à rire. Il caressa son ventre et ajouta « Je n’ai pas encore l’instinct maternelle, je me trompe sûrement » répliqua-t-il en souriant avant de blottir la jeune femme tout contre lui. Elle avait tout intérêt à survivre à cette journée, parce qu’il n’avait pas eu assez d’elle, du bonheur qu’elle lui donnait au quotidien par sa seule présence. « J’aime vraiment beaucoup ton cul » précisa-t-il avec enthousiasme et lui rendit son baiser, avant d’émettre un « Oh ! », puis se mit à rire « Hum… Je suis actuellement en train de fantasmer sur toi, alors qu’on n’a pas le temps pour une baise rapide » et grimaça à cette pensée, avant de sourire à nouveau « Et ne t’en fais pas pour moi, les cicatrices, c’est encore plus jolie sur moi ». Ils s’octroyèrent quelques minutes de plus que ce qui était initialement prévu pour se blottir l’un à l’autre. Peut-être la dernière fois…

Lorsque les clefs avaient tournés dans la serrure, le cœur de Ian s’était resserré dans un étau, comme s’il éprouvait soudainement un mauvais pressentiment. Une sensation étrange qui lui signifiait qu’il ne reverrait plus jamais cet appartement. Ils tournaient une page. Il ne fit pas part de ses craintes à la jeune femme en la quittant en bas de son immeuble. Eli semblait plus sereine que lui, il voulait qu’elle maintienne cet état d’esprit, cette froideur. C’était ce qui faisait d’elle un bon agent. Son angoisse prit une nouvelle ampleur en apprenant qu’ils seraient séparés pour la journée. Mais rien de comparable au moment où Robby le confronta à la réalité. Il savait que le dénommé Ian O’Brien n’était qu’un leurre. Pourtant, ce ne fut pas d’apprendre que son identité avait été dévoilée qui poussa Ian à se ruer sur lui, mais les propos qu’il osa tenir vis-à-vis d’Eli. Tel un taureau face à la muleta qu’on agitait devant son museau, l'agent se rua sur Robby, mais ce dernier esquiva et lui assena un coup de coude dans le dos « Vous êtes vraiment des raclures de merde à la CIA ! » répliqua ce dernier qui s’approcha de l’agent, sortant une longue lame de l'arrière de son jean « Tu veux venger ta salope de copine ? Alors viens ! Vas-y ! ». Sur ces mots, Ian se rua sur lui, parvenant à le désarmer en quelques coups, et le fit chuter au sol. Jusqu’alors, il avait toujours laissé Robby remporter leurs altercations, insufflant ainsi dans son esprit qu’il ne savait pas combattre. Ce fut ainsi qu’il parvint à le surprendre et lui assena un premier crochet du droit, puis du gauche « C’est pour avoir tenté de la violer ça ! », mais se fit surprendre par le coup de coude de ce dernier, suivit du coup de tête qu’il lui donna, le faisant chanceler quelques instants. Suffisamment pour que Robby prenne le dessus sur lui et récupère la lame à quelques centimètres d’eux. Le manche dans ses deux mains, il posa la pointe du poignard sur son torse.

Ses mains posées sur celles de son adversaire, Ian murmura un incessant « Non. Non. Non. Non. Robby, ne fait pas ça. Non. » encore et encore, tout en luttant de toutes ses forces pour retenir la lame avant qu’elle ne s’enfonce dans son thorax et perfore ses organes. « Il va la tuer avec tout autant de plaisir que moi. Pas de Happy End pour la CIA ! ». Par sa position, Robby disposait de plus de force que l’agent qui décida de dévier peu à peu la lame, et finit par lâcher un « Arhhhhhhh » de douleur en sentant la lame de son couteau s’enfoncer dans sa chaire, son visage se déformant sous la douleur, amusant ainsi Robby qui n’eut le temps de réagir quand Ian le frappa de toute ses forces. Aussitôt, il s’extirpa de sous lui, retira la lame de son épaule non sans un cri de douleur, et l'enfonça dans la jugulaire de ce dernier « C’est pour Eli ça, espèce de fils de pute » répliqua Ian en crachant devant le lui le sang qui s'était accumulé dans sa bouche, titubant légèrement en se reculant, posant ses deux mains sur ses jambes, penché en avant. Il finit par se laisser tomber sur les genoux, face au corps sans vie de Robby. Il savait qu'on allait lui reprocher de ne pas avoir tiré avec son arme de service, mais Ian avait cherché à le faire souffrir autant qu'il avait fait souffrir Eli dans cette pièce. Il observa le cadavre de ce dernier lorsque son portable sonna « … Oui » finit-il par lâcher « Ian, vous devez venir maintenant à la station de métro. C’est Eli ? ». Il sentit son cœur louper un battement en entendant les paroles de l’agent Brennan « Dites-moi ce qui se passe » « Vous devez… » mais ne le laissa pas finir « Dites-le moi, putain ! » « La bombe est sur Eli ».



Charly
Messages : 3632
Date d'inscription : 24/04/2018
Région : Haut de France
Crédits : Bones_Obsessor

Univers fétiche : City, HP
Préférence de jeu : Femme
Lune
Charly
Mar 23 Avr - 19:31

Elionor Griffins
J'ai 35 ans et je vis à Washington. Dans la vie, je suis agent de la CIA et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien .

Funambule feat Manhattan Redlish - Page 29 GiphyFunambule feat Manhattan Redlish - Page 29 MERd

Avatar : Mars / Gif : Tumblr


Eli savait parfaitement qu’elle devait garder le contrôle de ses émotions. Elle avait toute confiance dans les capacités d’Ian. Il était un bon agent, et même si ils allaient passé la journée séparés, ils allaient se revoir. Elle ferait tout pour et lui également. Cependant, lorsque Tobby lui fit comprendre qu’il était au courant pour la véritable identité d’Ian, son sang se figea dans ses veines. S’ils étaient au courant pour lui, est ce qu’il savait pour elle ? Si oui, pourquoi être venu la sauver des griffes de Robby quelques jours plus tôt ? ça n’avait toujours aucun sens. Malheureusement, le trajet était terminé. Pas le temps de poser plus de questions. Pas le temps non plus de faire quoi que se soit. Elle tourna de l’œil en quelques secondes. Elle s’était fait avoir comme une débutante.

Un mal de crâne horrible lui vrillait la tête lorsqu’elle ouvrit les yeux. Elle eut du mal à remettre ses idées en place. Un sorte de tremblement se fit sentir, de plus en plus violent. Elle ouvrit de grands yeux et se plaqua contre le mur humide de toutes ses forces. Une rame de métro venait de passée à toute vitesse. Elle était dans le métro… bordel… Eli regarda autour d’elle. Tobby sortie de l’ombre. « -alors ma belle, on fait moins la maline ! ça te va hyper bien cela dit en passant cette petite ceinture… » Eli le fixa du regard, puis elle baissa avec lenteur le visage. Assise au sol, pieds et mains ligotées, elle vit le petit voyant. Autour de ses hanches était fixée la bombe… Son souffle s’excellera. « -tu t’es foutu de ma gueule pendant un bon moment quand même… » reprit Tobby. « -mais aujourd’hui c’est fini. Et c’est moi qui gagne ! » il avait hurlé la dernière phrase comme pour bien qu’elle le comprenne. A quoi bon chercher à le résonner ? Il était fou… elle le savait. « -aller c’est l’heure de dire bonjour à papa ! » clama-t-elle en composant un numéro sur son téléphone. « -bonjour, vous êtes bien l’agent Brennan… » Eli ouvrit de plus grands yeux encore. Putain mais comment avait-il fait ? « -enchanté. Enfin, je crois que vous me connaissez déjà. J’ai… j’ai quelqu’un ici qui voudrait vous parler. Quittez pas. » il plaqua le téléphone contre lui et s’adressa à Eli. « -va s’y, raconte à papa où tu es. Et surtout parle lui de ta belle ceinture. Pas le peine de demander des nouvelles d’Ian. Il est sans doute mort à l’heure qu’il est. » « -t’es cinglé… » « -merci du compliment. » elle se mordit la joue pour ne pas pleurer. Elle allait crever ici…

« -Monsieur… » commença Eli alors que Tobby lui tenait le téléphone. « -Eli ! Qu’est ce que… » « -laissez… laissez moi parle. Continuez le plan sans rien changer. » Tobby la giffla : « -tu vas pas faire ce qu’on te demande pour une fois dans ta vie sale garce ! » il soupira : « -bon très bien… Agent Brennan. Nous sommes actuellement dans le métro. Et j’ai offert une magnifique ceinture à Elionor. » il sourit et caressa la joue d’Eli avec son arme : « -oh oui… ça va faire boom. Je voulais simplement vous le dire. » « … » « -il veut te parler. » « -Elionor… on est en train de te localiser. Gagne du temps… » « -Monsieur… ne lui dites rien… » « -roh que c’est mielleux à mourir ! » le rire qui suivit la glaça. Il coupa la conversation.

Manhattan Redlish
Messages : 3754
Date d'inscription : 26/04/2018
Crédits : Icon : Sunny.

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Homme
lune 2
Manhattan Redlish
Mar 23 Avr - 20:09

Ian Edwards
J'ai 41 ans et je vis à Washington. Dans la vie, je suis agent du FBI et je m'en sors pas trop mal. Sinon, grâce à ma chance, je suis divorcé et je le vis, tout simplement.

A venir ...

Funambule feat Manhattan Redlish - Page 29 Ygg6je
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 29 Eiwss6
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 29 Nc0o92

Avatar : TAG / Gif : Tumblr


« Agent Edwards… Ian… Vous m’entendez ? » fut le seul son qui parvenait à briser le silence insondable qui régnait entre ces murs. À genoux, les bras le long du corps, tenant fermement le téléphone entre ses doigts, Ian ne parvenait pas à réaliser les mots que venaient de prononcer Ezékiel. Sans raisons apparente, il se mit à repenser à son premier jour en ces lieux… L’accueil de Jiminy n’avait pas été des plus chaleureux, mais avec le temps, il était devenue une compagnie agréable lorsqu’il venait trouver refuge à ses côtés, bien souvent à la suite d’une dispute houleuse avec la belle brune. Tour à tour, il avait fait la rencontre de Robby, dont le corps gisait dorénavant dans une marre de sang à moins d’un mètre de lui, de Toby, ainsi que de Max. Néanmoins, la plus fracassante fut sa rencontre avec Elionor. Elle ne l’avait pas réellement considéré au début. Il avait été un cailloux dans sa chaussure, le grain sable dans un rouage bien huilé. Mais le temps avait rapidement fait son œuvre et aujourd’hui… Ian se releva soudainement au milieu de la pièce, et murmura de manière presque inaudible « Eli… ». Il porta le portable à son oreille et répliqua un simple « J’arrive immédiatement ».

Lorsque Ian arriva à la station indiquée par l’agent Brennan, tout un périmètre de sécurité avait été installé, contrastant avec l’ambiance festive des rues avoisinantes. Tout Washington déambulait dans les rues de la capitale, au rythme de la musique et des défilés en ce jour de l’Indépendance. Ian avait peinait à conduire jusqu’au point de rendez-vous et rejoignit l’agent Brennan qui patientait à l’entrée de la station en compagnie des forces d’intervention. Il sentit le regard de ce dernier sur sa personne, comme s’il tentait de faire l’esquisse des derniers évènements dans son esprit, afin de justifier l’apparence de l’agent du FBI, pour finir par lui demander « Qu’est-ce qui s’est passé ? » « La bombe de Robby n’a pas été amorcée, elle est toujours au garage. Où est Eli ? ». Parce que c’était ce qui importait dorénavant à ce dernier. « Suivez-moi ». Ils dévalèrent les marches les unes après les autres, pour rejoindre une foule d’agents du FBI, de la CIA, ainsi que des démineurs en combinaison. Un brouhaha incessant résonné dans le sous-terrain alors qu’ils tentaient de tous communiquer, informant la Maison-Blanche, le Pentagone, le Maire de la ville. Pourtant, tout ce bruit était inaudible pour Ian qui se concentrait à chercher la jeune femme du regard.

Ian eut un mouvement de recul, tout en grognant de douleur, en sentant la main de Brennan se poser sur son bras « Attention ! » « Qu’est-ce… » « Je vais bien. Où est Eli ? » « Non, agent Edwards. Vous saignez » lui fit remarquer Ezékiel en désignant d’un coup d’œil les gouttes de sang s’écrasant sur le carrelage de la station de métro « Je vais bien, je vous dit ! Où est Eli ? ». Brennan hésita un instant et finit par lui répondre « Elle est dans le métro que nous sommes parvenus à interrompre ». Son cœur battait à tout rompt dans sa poitrine, et l’air se rarifiait sous l’angoisse. Il se mit à déambuler parmi la foule, et trouva enfin la jeune femme, encerclé par les démineurs « Eli » souffla-t-il en portant sa main contre sa bouche, gardant son bras blessé le long du corps, comme s’il était incapable de le mouvoir « Eli ! ». Sans vraiment en connaître les raisons, des agents l’encouragea à reculer de quelques pas, ce qui agaça ce dernier « Oh ! Je suis du FBI ! Laissez-moi passer. Dégagez de là ! » répliqua-t-il avec violence, avant de souffler finalement, comme s’il venait de comprendre « Laissez-moi passer, c’est ma coéquipière, c’est… c’est mon amie… ». Ezékiel s’approcha et lui tendit un talkie-walkie « Elle veut vous parler agent Edwards ». Ian observa tour à tour l’agent Brennan et le petit appareil qu’il tenait entre ses mains, et d’un geste lent, s’en saisit tout en portant son attention sur Eli qui se trouvait à quelques mètres de lui « Salut mon Ange... On dirait que tu t’es foutue dans de beaux draps...et pas les nôtres » répliqua-t-il tout en émettant un rire nerveux qui trahissait toute l’inquiétude, la peur, l’angoisse qu’il éprouvait en cet instant. La gorge nouée, il reprit « Tout ira bien, tu m’entends… Tout ira bien. Je suis là. Je veille sur toi… » et posa le dos de sa main contre ses lèvres, sentant les larmes embuer son regard.


Contenu sponsorisé
Funambule feat Manhattan Redlish
Page 29 sur 37
Aller à la page : Précédent  1 ... 16 ... 28, 29, 30 ... 33 ... 37  Suivant
Sujets similaires
-
» Le reflet- feat Jo'
» La sauvage et le paumé ▬ Feat DonJuanAuxEnfers
» All that was me is gone [Feat Paddy]
» I might look like a baby but I'm 40 Feat. Pupper
» Regarde moi - feat Clionestra

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Archives :: Archives :: Univers réel-
Sauter vers: