Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues qui tu veux, quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
» Apocalypse Rouge [PV Opale Or]
I'll find strength in pain and I will change my ways | Ft. Dracoola [/!\ -18] - Page 2 EmptyAujourd'hui à 1:17 par Opale Or

» Je servirai leur volonté | FoxDream
I'll find strength in pain and I will change my ways | Ft. Dracoola [/!\ -18] - Page 2 EmptyHier à 22:38 par FoxDream

» Toutes les histoires ont leur histoire - ft. Clionestra
I'll find strength in pain and I will change my ways | Ft. Dracoola [/!\ -18] - Page 2 EmptyHier à 21:32 par Clionestra

» {+18} Chance ou damnation ?
I'll find strength in pain and I will change my ways | Ft. Dracoola [/!\ -18] - Page 2 EmptyHier à 21:17 par Jambreaker

» (padmachou) Amitiés et confidences
I'll find strength in pain and I will change my ways | Ft. Dracoola [/!\ -18] - Page 2 EmptyHier à 16:33 par Maître des Univers

» "Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour" - Ft. Charly
I'll find strength in pain and I will change my ways | Ft. Dracoola [/!\ -18] - Page 2 EmptyHier à 13:17 par Manhattan Redlish

» Un frère éloigné vaut moins qu'un voisin (avec Lexis)
I'll find strength in pain and I will change my ways | Ft. Dracoola [/!\ -18] - Page 2 EmptyHier à 13:03 par Lexis

» Bad feeling
I'll find strength in pain and I will change my ways | Ft. Dracoola [/!\ -18] - Page 2 EmptyHier à 9:18 par Lojzo

» hope it gives you hell
I'll find strength in pain and I will change my ways | Ft. Dracoola [/!\ -18] - Page 2 EmptyHier à 9:07 par Lojzo

Le Deal du moment :
Display japonaise One Piece Card Game OP-09 The Four ...
Voir le deal

LE TEMPS D'UN RP

I'll find strength in pain and I will change my ways | Ft. Dracoola [/!\ -18]

Paddy
Messages : 196
Date d'inscription : 14/06/2023
Région : Jura | France
Crédits : (c)Perséphone

Univers fétiche : Harry Potter | Mythologie | Conte & Disney | Réel & Rantasy
Préférence de jeu : Homme
Tournesol
https://www.letempsdunrp.com/t5712-i-will-live-a-thousand-million-lives https://www.letempsdunrp.com/t5875-je-suis-prete-pour-l-aventure#118919 https://www.letempsdunrp.com/t5886-joyeux-bordel-organise https://www.letempsdunrp.com/t5710-let-the-forest-hear-our-sound
Paddy
Jeu 27 Juil - 10:41

A. "Flynt" Miller
J'ai 41 ans et je vis à New-York, Etats-Unis. Dans la vie, je suis propriétaire de plusieurs bâtiments mais ce n'est qu'une façade pour tout mes trafics. et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis veuf et je le vis plutôt bien.

⊱ Il est né en Irlande du Nord. Ses parents sont des membres de l'IRA provisoire. En 1986, sa famille a fuit l'Irlande pour les Etats Unis en cachant leurs adhésion au parti.
⊱ Il ne se souvient pas de ses premières années en Irlande.
⊱ Il a toujours su que ses parents faisaient partis de l'IRA et a rejoint les rangs dès la fin de son adolescence. Ses parents sont rentrés en Irlande mais lui est resté au Etats Unis. Il a apprit leur mort dans un attentat raté d'une église en 1998.
⊱ A l'âge de 25 ans, il hérite de la fortune de ses parents et vend la maison familiale sur les terres natales. Il considère l'IRA comme responsable de leurs morts et se sépare de ce groupe. Avec lui, il entraîne plusieurs membres de l'IRA et achète un hôtel avec sa fortune personnelle.
⊱ Il monte un empire immobilier et se rend compte qu'il y a d'autres moyens plus lucratifs que la speculation immobilière.
⊱ Il monte un véritable empire immobilier avec logements et commerces et promet une certaines "protection" aux habitants et aux commençants en échange que quelques moyens financiers. Il finit par se tourner vers le blanchiment d'argents bien plus juteux encore.
⊱ Il a fait la rencontre d'une avocate après plusieurs relations avortées prématurément. Il finit par en tomber amoureux et se marièrent. Elle n'as jamais été au courant de ses activités illégales.
⊱ Elle fut tuée dans un attentat à la bombe dans un de ces immeubles. Il s'en est remit depuis.
⊱ Aujourd'hui, son empire tourne à plein régime, ayant su s'implanter dans les endroits stratégiques de New York. Il vit dans un penthouse à Upper West Side à Manhatthan.

This is how villains are made.



TW : Meurtre / Torture / Alcool / Kidnapping / Stalking / Corruption / Langage violent

Elle ne se laissait définitivement pas faire. Et cela l'intriguait énormément. Toutes personnes normalement constituée aurait simplement dit "oui monsieur" mais elle, elle s'opposait à lui. Et 'Flynt' trouvait cela plaisant. Il avait continué, sans répondre à sa provocation cette fois ci. Il s'était simplement contenté de lui énoncer ses garanties. Et quand elle accepta finalement, c'était à trois conditions pour elle. Elle ne voulait plus le voir, elle ne voulait pas de son argent et aucune protection.

Elle rejetait tout ce qui lui proposait. Et cela l'amusait beaucoup.

'Flynt' continua de l'observer en silence un moment, comme si il s'agissait d'une énigme particulièrement difficile à résoudre. Elle semblait du genre droite dans ses bottes mais elle avait acceptée trop facilement à son gout. Cela l'intriguait encore plus. Elle avait finit par annoncer qu'il allait devoir trouver une excellente excuse parce qu'ils vont vouloir savoir ce qui est arrivé à Richard. A cela, il répondit sur un ton très sérieux.

« A l'heure qu'il est ils ont du trouver son cadavre calciné donc ils doivent se douter de son statut. Je vais te donner un alibi pour cette nuit. Heureusement, j'ai des contacts un peu partout. Je ferais en sorte qu'on te pose pas trop de questions. »

Il était resté très évasifs sur la façon dont il allait procéder. Pas la peine de lui dévoiler tout ses plans non plus. Il était peut être amusé par la situation, cela ne l'empêchait pas de rester lucide. Il attrapa son propre téléphone et accéda à ses comptes. Il versa une somme assez conséquentes à une association qui est contre la violence faite aux femmes. Il remit son téléphone dans sa poche.

« C'est fait. Tu pourras aller demander à The Sorority Foundation. Cependant, je dois récupérer ton numéro de téléphone si je ne peux pas te voir. Je dois pouvoir te contacter quand j'en ai besoin. Un autre téléphone éveillerait trop les soupçons. Et je ne négocie pas la protection. Ne t'inquiète pas, on sera invisible pour toi et ton entourage. »

Et quand il avait affirmé que personne ne la croirait, elle rétorqua quasiment du tac au tac. Décidément c'est une manie chez elle ! Et elle affirmait qu'elle était du genre combative. Cela, il l'avait vu. Elle se trouvait face au boss du crime à New York et elle ne sourcillait même pas. Elle semblait avoir une vie sentimentale bien calme pour citer son chat plutôt qu'un homme dans une telle situation de stress. Mais à cela, il ne répondit rien. Il ne connaissait pas encore sa vie privée pour appuyer là où cela faisait vraiment mal.

« Parce que tu crois que ca m'amuse de cogner quelqu'un ? J'ai d'autres occupations que ça. Et je ne te demande pas de plier devant moi. Je te demande de collaborer avec moi. »

Elle détourna le regard, comme si soudainement, le poids de la nuit était tombée sur ses épaules. Elle lui avait demandé un taxi pour rentrer chez elle. Elle semblait lasse à cet instant, comme si elle avait acceptée le sort que je lui proposais. Il se leva de son fauteuil et attrapa son manteau pour le passer sur ses épaules. Il arrangea le col un moment et passa une main dans ses boucles rousses les tirant en arrière dans cet acte. Il s'approcha de la table de chevet où un bloc note et un stylo se trouvait et nota un numéro de téléphone. Il refit le tour du lit toujours dans le silence. Puis, à son pied, il s'arrêta et glissa les mains dans ses poches.

« Tes habits sont dans la salle de bain. Va voir le docteur Perez à l'hôpital de Manhattan pour ta blessure. Il ne te posera pas de questions. Pour ton alibi, je te donnerai les détails par sms quand tu m'auras envoyé ton numéro. »

Il s'assurait par cette étape que la jeune femme lui envoie bien son numéro si elle ne voulait pas qu'on lui demande ce qui s'était passé. Il tourna son regard vers elle, un petit sourire en coin de lèvres, le regard amusé de nouveau.

« Un taxi t'attendra en bas quand tu seras prête Darling. »
Dracoola
Messages : 583
Date d'inscription : 20/04/2018
Région : Québec city
Crédits : Frimelda et Google

Univers fétiche : LOTR/ Fantasy / City / Historique
Préférence de jeu : Homme
Power Rangers
https://www.letempsdunrp.com/t6011-listen-to-them-the-children-of-the-night-what-music-they-make#121946 https://www.letempsdunrp.com/t6012-i-want-you-to-believe-to-believe-in-things-that-you-cannot#121948
Dracoola
Ven 28 Juil - 1:19

Bailey
Barnett

J'ai 32 ans et je vis à New-York, États-Unis. Dans la vie, je suis policière et je m'en sors moyen. Sinon, grâce à ma malchance, je suis Divorcée et je le vis plutôt pas bien.

I'll find strength in pain and I will change my ways | Ft. Dracoola [/!\ -18] - Page 2 532e000d5880d17d022313e34bd277d7ed249fc1

-1991 –Bailey est née dans une petite famille de la classe moyenne du Midwest. Papa est mécanicien et maman est mère au foyer. Ils ont quatre enfants dont la jeune femme est la cadette.

-2010 – Graduation de l’école secondaire avec mérites. Elle entreprend des études pour devenir policière.

– 2014 — Elle se casse la gueule avec le milieu policier et se retrouve aux antipodes avec plusieurs de ses collègues qu’elle trouve arriérés, racistes et misogynes.

– 2016 – Rencontre avec Dylan, un barista d’un café qu’elle fréquentait avec qui elle se fiance puis se marie.

– 2020 – Séparation et signature des papiers de divorces. Elle emménage dans un petit 4 et demi dans le Bronx avec son chat Captain.

– 2022 – On la jumelle avec son partenaire de patrouille Costa. Les grands esprits se rencontrent.

I'll find strength in pain and I will change my ways | Ft. Dracoola [/!\ -18] - Page 2 2f1867ccc1acb3a60b2542a8b668ddf9a1366f94

Willa Fitzgerald @ Tumblr

Well, f*ck you too buddy





TW : Meurtre / Torture / Alcool / Kidnapping / Stalking / Corruption / Langage violent


Il avait décrit ce qui était arrivé à Dick comme l’on décrivait sa liste d’épicerie. Carottes, concombres et steak. Calciné, corps, mutilé… J’avais de nouveau envie de gerber. Comment pouvait-on avoir une telle indifférence envers la mort ? Richard était quelqu’un, il avait une femme, des enfants et des petits-enfants. Il avait une mémoire, c’était un être de chair et de sang comme lui. Horrifié par son détachement je ne remarquai pas son ton évasif. Ne voulant pas lui donner davantage de munitions contre moi je me contentais d’acquiescer distraitement à son assurance d’alibi. Bien. Après tout, cela était dans son intérêt. Un sourcil arqué je le regardai cafouiller avec son téléphone et à ma grande surprise il m’annonçait que le don avait été fait et que je pouvais même le vérifier auprès de l’association. Ainsi, il ne souciait guère d’annihiler son prochain, mais pouvait se permettre d’aider les infortunés à sa guise quand le cœur lui en disait. Quelle luxure que d’avoir la morale si flexible ! Cela me rendait curieuse, comment se voyait-il ? Vivait-il en parfaite harmonie avec lui-même ? Il ajoutait qu’il ne négociait pas la protection, mais qu’il ferait de son possible pour être invisible. Pas exactement ce que je voulais, mais bon cela devrait suffire pour le moment. Pas de commentaire sur ma vie sentimentale ? Pas de réponses à mes pointes ? Comment ça, ça ne l’amusait pas de cogner des gens ? Il me parlait bien de mon collègue et de sa carcasse rôtie sans broncher. Mais ça ne l’amusait pas ? Pourquoi avoir choisi cette vie, alors ? Il voulait ma collaboration. Il s’était levé et avait passé sa main dans ses boucles cuivrées avant de remettre son manteau. Sur la table de chevet, il avait laissé son numéro. Puis revenant tranquillement au pied du lit il m’indiqua le nom du docteur à aller voir pour mon épaule. Un petit sourire en coin, comme si les choses s’étaient déroulées exactement comme il le voulait. Sans un mot, j’avais tiré les couvertures qui couvraient mes jambes, je ne portais qu’un simple T-shirt trop court pour cacher le reste. Avec autant de grâce que mon épaule blessée me le permettait, je m’étais levé et avais saisi le numéro sur la table. Puis, de manière nonchalante, je m’étais mise à marcher vers lui dans toute la gloire de ma petite culotte. Il pouvait mater si ça lui chantait j’en avais rien à cirer. J’étais venu me planter très très très près de lui au point ou je pouvais sentir son souffle sur mon visage. Doucement, j’avais glissé ma main dans sa poche de manteau, caressait tendrement la sienne au passage et avait saisi mon téléphone. Dans un geste très délibéré j’avais ouvert celui-ci, soupirait en voyant les 19 appels manqués de Costa, puis j’ajoutais son numéro et lui envoyais un message. Le sourire aux lèvres, j’avais insolemment collé le post-it sur sa poitrine et avait lâché :

– En gage de ma bonne foi.

Sans un mot de plus, j’avais tourné les talons et m’était dirigé vers la salle de bain. Deux minutes plus tard, j’avais remis mes vêtements et je constatai que la chambre était vide. Sans tarder, j’étais descendu au premier étage et comme de fait un taxi m’attendait. J’allais d’abord à l’hôpital où le médecin examina mon épaule et me prescrivait des antidouleurs puis j’étais retournée chez moi. Les miaulements joyeux de Captain me firent fondre en larmes et j’éclatais en sanglots en le serrant fort contre moi. En une nuit, j’avais assisté au meurtre d’un de mes collègues, je m’étais fait tirer dessus et je me retrouvais maintenant sous le joug d’un mafieux sans scrupules. Le pire dans tout ça, c’était que je ne pouvais même pas appeler Costa pour le rassurer ou Simon qui m’avait laissé des messages inquiets sur ma boîte vocale. Je devais attendre sa putain d’alibi. Après avoir pleuré un bon coup sur le plancher de ma cuisine, je m’étais levé avec peine pour diriger dans la salle de bain ou je restais pendant une bonne heure sous les jets d’eau froide. Puis dans mon pyjama je m’étais écrasé dans mon lit, mon chat lové contre moi et avais plongé dans un sommeil profond. Quelle nuit…



LA MORT DES AMANTS


Usant à l'envie leurs chaleurs dernières | Nos deux cœurs seront deux vastes flambeaux | Qui réfléchiront leurs doubles lumières | Dans nos deux esprits, ces miroirs jumeaux. | FRIMELDA

Paddy
Messages : 196
Date d'inscription : 14/06/2023
Région : Jura | France
Crédits : (c)Perséphone

Univers fétiche : Harry Potter | Mythologie | Conte & Disney | Réel & Rantasy
Préférence de jeu : Homme
Tournesol
https://www.letempsdunrp.com/t5712-i-will-live-a-thousand-million-lives https://www.letempsdunrp.com/t5875-je-suis-prete-pour-l-aventure#118919 https://www.letempsdunrp.com/t5886-joyeux-bordel-organise https://www.letempsdunrp.com/t5710-let-the-forest-hear-our-sound
Paddy
Ven 28 Juil - 22:38

A. "Flynt" Miller
J'ai 41 ans et je vis à New-York, Etats-Unis. Dans la vie, je suis propriétaire de plusieurs bâtiments mais ce n'est qu'une façade pour tout mes trafics. et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis veuf et je le vis plutôt bien.

⊱ Il est né en Irlande du Nord. Ses parents sont des membres de l'IRA provisoire. En 1986, sa famille a fuit l'Irlande pour les Etats Unis en cachant leurs adhésion au parti.
⊱ Il ne se souvient pas de ses premières années en Irlande.
⊱ Il a toujours su que ses parents faisaient partis de l'IRA et a rejoint les rangs dès la fin de son adolescence. Ses parents sont rentrés en Irlande mais lui est resté au Etats Unis. Il a apprit leur mort dans un attentat raté d'une église en 1998.
⊱ A l'âge de 25 ans, il hérite de la fortune de ses parents et vend la maison familiale sur les terres natales. Il considère l'IRA comme responsable de leurs morts et se sépare de ce groupe. Avec lui, il entraîne plusieurs membres de l'IRA et achète un hôtel avec sa fortune personnelle.
⊱ Il monte un empire immobilier et se rend compte qu'il y a d'autres moyens plus lucratifs que la speculation immobilière.
⊱ Il monte un véritable empire immobilier avec logements et commerces et promet une certaines "protection" aux habitants et aux commençants en échange que quelques moyens financiers. Il finit par se tourner vers le blanchiment d'argents bien plus juteux encore.
⊱ Il a fait la rencontre d'une avocate après plusieurs relations avortées prématurément. Il finit par en tomber amoureux et se marièrent. Elle n'as jamais été au courant de ses activités illégales.
⊱ Elle fut tuée dans un attentat à la bombe dans un de ces immeubles. Il s'en est remit depuis.
⊱ Aujourd'hui, son empire tourne à plein régime, ayant su s'implanter dans les endroits stratégiques de New York. Il vit dans un penthouse à Upper West Side à Manhatthan.

This is how villains are made.



TW : Meurtre / Torture / Alcool / Kidnapping / Stalking / Corruption / Langage violent

'Flynt' était au pied du lit et alors qu'il lissait le col de son manteau trois quart, la jeune femme s'était levée du lit. Retirant la couverture qui la couvrait, elle s'était approchée de lui. Si près qu'il pouvait aisément distinguer les couleurs varier dans ses iris.

Il n'avait pas bougé d'un poil, curieux de savoir ce qu'elle allait faire. Puis, s'approchant encore de lui, elle glissa une main aventureuse dans sa poche, caressant au passage sa main. Un sourire narquois naquit contre sa volonté au coin de ses lèvres alors qu'il observait toujours le bout de femme à moitié nue devant lui. Elle sortit le téléphone de sa poche, celui que 'Flynt' avait reprit depuis le bord du lit. Elle avait baissée les yeux et soupirer face aux appels manqués. Puis elle écrivit un sms. Il pouvait tout voir depuis sa position dominante. Quand elle eut finit sa tache, elle avait plaqué son numéro qu'il avait écrit sur sa poitrine.

Elle avait murmuré que c'était en gage de sa bonne foi. Il sentit son propre téléphone vibrer dans sa poche, témoignant de la bonne réception du message. Et puis, elle avait disparue. Elle s'était enfuie dans la salle de bain. Il retira le post-it de sa poitrine et renifla un coup dédaigneux, observant le bout de papier. Il le chiffonna et l'enfonça dans la poche de son manteau.

Il sortit alors de la pièce sans demander son reste déverrouillant la chambre. Il souffla une fois dans le couloir. Bordel, quelle nuit. Il attrapa son téléphone et commanda un taxi pour l'agent. Il rit un coup en voyant le sms qu'elle lui avait envoyé mais ne répondit pas de suite. Pour le moment, il devait rentrer se reposer lui aussi. Sans une nuit de sommeil viable, il ne pourrait jamais trouver de solutions pour tout ce merdier.

Mais ce dont il était sur, c'est que cette femme allait beaucoup l'amuser. De cela il en était certain.

Il appela un taxi pour lui même, ne préférant pas reprendre le même véhicule qu'à l'aller et rentra dans son penthouse. Il s'écroula sur son lit après une bonne douche. La nuit allait être courte mais reposante. C'était tout ce qui importait.
Contenu sponsorisé
I'll find strength in pain and I will change my ways | Ft. Dracoola [/!\ -18]
Page 2 sur 2
Aller à la page : Précédent  1, 2
Sujets similaires
-
» Change was pain
» But still I find you there next to me ~ Senara
» (f) 666 ways to die - (Réservé)
» 666 ways to die — Mr.Sandman & Lulu ((+18))
» I don't want my pain to be erased. It makes me who I am.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: