Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues qui tu veux, quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
» "Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour" - Ft. Charly
But still I find you there next to me ~ Senara  EmptyAujourd'hui à 12:50 par Charly

» Les enfants de la lune. [PV Lulu] +18
But still I find you there next to me ~ Senara  EmptyHier à 20:54 par Ezvana

» TOPS-SITES ¬ votez pour ltdr
But still I find you there next to me ~ Senara  EmptyHier à 8:55 par Senara

» Raven and Bones
But still I find you there next to me ~ Senara  EmptyJeu 18 Juil - 23:49 par Lobscure

» Apocalypse Rouge [PV Opale Or]
But still I find you there next to me ~ Senara  EmptyJeu 18 Juil - 17:54 par Opale Or

» Silicon Heart ft. Lexis
But still I find you there next to me ~ Senara  EmptyJeu 18 Juil - 13:00 par Lexis

» Le sang des rois
But still I find you there next to me ~ Senara  EmptyJeu 18 Juil - 8:57 par Telanie

» Activité réduite
But still I find you there next to me ~ Senara  EmptyJeu 18 Juil - 4:22 par Raton

» Can't Get You Out of My Head (avec Rein)
But still I find you there next to me ~ Senara  EmptyJeu 18 Juil - 0:56 par Clionestra

Le Deal du moment : -22%
Acer Nitro QG241YM3BMIIPX – Ecran PC Gaming ...
Voir le deal
139.99 €

LE TEMPS D'UN RP

But still I find you there next to me ~ Senara

Laecca
Messages : 95
Date d'inscription : 24/07/2022
Crédits : SObade

Univers fétiche : N’est fait que du réel jusqu’à présent mais veut bien essayer d’autres choses !
Préférence de jeu : Les deux
Valise 2
https://www.letempsdunrp.com/t5256-it-s-a-long-way-to-happiness-someday-i-ll-be-alright-laecca#104829 https://www.letempsdunrp.com/t5255-c-est-pour-toi-il-t-appartient-et-il-sera-eternel-laecca#104828 https://www.letempsdunrp.com/t5246-tes-yeux-sont-trop-grands-on-voit-ton-coeur-a-travers-quand-tu-ris-laecca
Laecca
Ven 24 Nov - 21:34
Le contexte du RP
Mise en situation

La situation
But still I find you there next to me ~ Senara  F2ea1ea726cc40853f1e2dbac4b90d35c63be7a8

Premier amour d'enfance, Sally et Tobias ont toujours pensé qu'ils finiraient leur vie ensemble. Mais les rêves de carrières de l'adolescente la poussé à partir loin pour faire ses études. Leur relation s'est finalement étiolé au fil du temps et de la distance, jusqu'à se perdre complétement de vue..

Aujourd'hui Sally revient dans sa ville natale suite au décès de son père. Elle doit seulement aider sa mère à s'occuper de l'enterrement et d'autres affaires avant de repartir à sa vie New-Yorkaise. Mais c'est sans compter sur la présence de Tobias, qui l'attends à l'aéroport et la soutient comme il l'a toujours fait.
Laecca
Messages : 95
Date d'inscription : 24/07/2022
Crédits : SObade

Univers fétiche : N’est fait que du réel jusqu’à présent mais veut bien essayer d’autres choses !
Préférence de jeu : Les deux
Valise 2
https://www.letempsdunrp.com/t5256-it-s-a-long-way-to-happiness-someday-i-ll-be-alright-laecca#104829 https://www.letempsdunrp.com/t5255-c-est-pour-toi-il-t-appartient-et-il-sera-eternel-laecca#104828 https://www.letempsdunrp.com/t5246-tes-yeux-sont-trop-grands-on-voit-ton-coeur-a-travers-quand-tu-ris-laecca
Laecca
Ven 24 Nov - 21:36

Sally
O'brien

J'ai 28 ans et je vis à NY, USA . Dans la vie, je suis éditrice et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt pas bien.

Informations supplémentaires ici.

But still I find you there next to me ~ Senara  70a9f1c8641ca588821eaf1470a9ddc3507e0fe6
Son père était mort. Mort… Mort … Mort… Ce mot résonnait en boucle dans son esprit depuis qu’elle avait apprit la nouvelle. Et à chaque fois que le mot se répétait, il était accompagné d’un souvenir de son enfance, de son père, de ses parents. Elle tentait, en vain, de se souvenir dans les moindres détails de la dernière fois qu’elle lui avait parlé, qu’elle l’avait vu… Mais plus elle y pensait, plus la demoiselle avait l’impression qu’elle oublier. Pour qu’il ne reste que la mort. Il lui avait fallu deux jours pour pouvoir partir. Le temps de tout mettre en ordre dans son travail, de trouver quelqu’un pour s’occuper de ses plantes et relever son courrier. Puis elle avait passé pratiquement une demi-journée entière à choisir une tenue. Pas n’importe laquelle : celle qu’elle porterait pour dire adieux à son père. Elle avait voulu la tenue parfaite pour ce moment là, mais ce n’était pas aussi simple qu’elle l’aurait pensé. Finalement, elle avait réussit à refermer sa valise juste à temps pour prendre le taxi qui la mènerait à l’aéroport. En chemin, elle reconnut certains endroits où elle s’était baladée avec ses parents. C’était la première fois qu’ils découvraient New-York. C’était un choc pour des provinciaux comme eux. Elle ne pouvait que les comprendre puisqu’elle avait eu la même réaction en arrivant un jour dans cette ville, sa valise en main, prête à faire les études qui déterminerait son avenir. Même si pour cela elle avait dû quitter sa ville natale, sa famille et surtout son amour de jeunesse, son meilleur ami, son premier amour. Tobias… Elle y pensait encore souvent, se demandant ce qu’ils seraient devenus tous les deux si elle n’avait pas décidé d’aller faire des études aussi loin. Mais en même temps, travailler dans l’édition avait toujours été son rêve, et ce n’était pas dans le bled où elle était née et avait grandit qu’elle aurait pu le faire.

Elle avait souvent de ses nouvelles, par sa mère. D’ailleurs elle était probablement au courant de ses moindres faits et gestes par elle. Et à chaque fois Sally essayait de se convaincre que cela ne la touchait plus, qu’elle était heureuse pour lui, comme elle était heureuse de faire ce qui lui tenait tant à cœur… Mais parfois elle avait l’impression d’avoir sacrifié quelque chose qu’elle n’aurait pas due. Ils avaient essayé pourtant. Cela avait duré quelques mois et ça avait été la chose la plus difficile qu’elle ait faite. Finalement, ils avaient prit la décision de mettre un terme à leur relation. La demoiselle n’était pas encore prête de rentrer, le temps de finir ses études, et lui n’était pas prêt de quitter sa ville et sa famille. Peut-être que si elle était rentrée, après ses études, ils auraient pu reprendre là où ils s’étaient arrêté ? Car l’étudiante avait eu quelques aventures, mais jamais rien bien de sérieux, pas comme ce qu’elle avait vécu avec Tobias. Mais les choses ne s’étaient finalement pas passées comme ça, après ses études, Sally avait trouvé un travail  à New-York, et apprit au même moment que son amour de jeunesse avait quelqu’un dans sa vie. Elle n’avait aucune raison de rentrer, et ne l’avait donc pas fait. Et les rares fois où elle avait passé quelques jours chez ses parents, l’occasion ne s’était pas présenté de le revoir. En même temps, on ne pouvait pas dire qu’elle y avait mit du sien non plus. Elle angoissé d’ailleurs un peur de se dire que cette fois elle allait forcément le revoir. Elle savait qu’il serait là, à l’enterrement. Il avait toujours été proche de ses parents.

Et voilà qu’elle replongeait dans un tourbillon de ténèbres en pensant à ce qui se passerait dans les prochains jours. Pour se changer les idées, la jeune femme tenta de se plonger dans un film pour le restant du voyage, mais c’était peine perdu. Ses pensées revenaient indéniablement à sa douleur et sa perte. Le temps passa finalement et l’avion atterri sans heurt sur la piste. Elle attendit que tout le monde soit sorti pour prendre son sac et retrouver l’air libre elle aussi. Il fallait qu’elle récupère sa valise avant de trouver un taxi qui la conduirait jusqu’à chez elle, à pratiquement une heure d’ici. C’était pour cette raison que la jeune femme avait insisté pour que sa mère ne vienne pas la chercher. Elle avait déjà suffisamment à gérer pour s’occuper d’elle. Sally patienta encore quelques minutes le temps de récupérer ses affaires avant de prendre la direction de la sortie. Cela faisait combien de temps qu’elle n’avait pas mit les pieds ici ? Des mois ? Des années ? Bien trop longtemps en tout cas. La foule s’estompa en approchant de la sortie. La brune eu un pincement au cœur en voyant les gens se retrouver et se prendre dans les bras. Elle s’était arrêtée sans s’en rendre compte et observer les personnes heureuses autour d’elle, se demandant si elle retrouverait un jour le sourire. Jusqu’à ce qu’elle l’aperçoive… Elle crut d’abord à un mirage, jusqu’à ce que son regard rencontre le sien. Tout remonta soudainement à la surface, et elle put empêcher les larmes de noyer ses yeux. Lâchant sa valise, elle se précipita vers Tobias et tomba dans ses bras. « Tu es là… »
Senara
Messages : 778
Date d'inscription : 04/06/2022
Région : J'habite en théorie, parce qu'en théorie tout se passe bien
Crédits : avatar (senara) signature (minori) texte (Ronnie Radke et Andy Black)

Univers fétiche : Réel, urban fantasy, fantastique, jeu vidéo
Préférence de jeu : Les deux
Cités d'or
https://www.letempsdunrp.com/t5165-my-rainbow-s-dreams https://www.letempsdunrp.com/t5222-les-disgressions-de-senara https://www.letempsdunrp.com/t5157-senara-my-mind-is-up-and-away
Senara
Mer 13 Déc - 23:38

Tobias
Morgensen

J'ai 28 ans et je vis à Providence Oaks dans le Montana. Dans la vie, je suis menuisier et je m'en sors bien. Sinon, grâce à mon positivisme, je connais quelques relations plus ou moins durables et je le vis plutôt bien.

Informations supplémentaires ici.
L’annonce avait fait l’effet d’une bombe. Personne ne s’y attendait. Mais Jack O’brien était mort ce jour-là, d’une crise cardiaque. La petite ville de Providence Oaks avait été terrassé par la perte de leur voisin, de leur ami. L’homme jovial et agréable qui tenait le magasin de bricolage n’était plus. Et rien n’avait laissé présager qu’une telle chose arriverait. Ça s’était produit, tout simplement. Choqué par cette annonce, Tobias s’était précipité chez sa veuve, Fiona O’brien. Ils les avaient toujours considérés comme sa seconde famille et pas uniquement parce qu’il était sorti longuement avec leur fille unique. Certes, cela avait contribué à renforcer ses liens avec eux. Après tout, tout le monde pensait à l’époque qu’il deviendrait leur gendre. Mais la vie en avait décidé autrement. Pour autant, Tobias était resté extrêmement proche du couple. Ils vivaient dans la maison en face de celle de ses parents, et bien qu’il ait pris son indépendance, il continuait de leur rendre visite régulièrement. Tobias ne s’était jamais arrêté aux différences d’âge pour se faire des amis, et Jack en était devenu un. Ensemble, ils allaient à la pêche, partait en forêt pour camper et, vu leur métier respectif, ils se croisaient presque quotidiennement. C’était une chose que Tobias avait toujours aimé dans cette ville, les liens profonds et indéfectibles qu’il existait dans leur petite communauté perdue en pleine montagne, même si plus jeune il avait aussi eu ses rêves de voyage. Au final il avait trouvé sa place, et il ne se voyait pas quitter cet endroit qui, à ses yeux, était synonyme de bonheur et de paradis sur terre. Oh, il ne doutait pas que les endroits plus ensoleillés offraient aussi leurs magnifiques panoramas. Néanmoins, le sang scandinave qui coulait dans ses veines lui faisait préférer l’air frais du Montana. Et aujourd’hui, la charmante petite ville de cinq milles habitants était plongée dans le deuil. L’un des siens était décédé brutalement, et tout le monde pleurait cet homme aimé des siens. Tobias en faisait évidemment partie. Depuis l’annonce, il avait d’ailleurs mis son travail entre parenthèse pour aider Fiona dans toutes ses démarches, et les habitants se relayaient pour lui tenir compagnie et pour la soutenir au mieux dans ce moment déchirant. Agissant comme le fils que madame O’brien n’avait pas eu, le menuisier avait pris les choses en main. Il s’était occupé de tous les papiers administratifs relatif à l’enterrement, et avait largement participé aux préparatifs de la réception funéraire. Une dernière requête lui avait été faite par Fiona : celle d’aller chercher sa fille à l’aéroport. Dans un moment aussi difficile, elle ne voulait pas qu’elle se retrouve seule dans un taxi triste et impersonnel. Or s’il y avait bien une personne ici qui pourrait la soutenir et la réconforter, c’était bien son ami d’enfance et autrefois meilleur ami et premier amour. Même si cela faisait des années qu’ils n’avaient plus échangé et qu’ils avaient des nouvelles de l’autre uniquement par l’intermédiaire de leurs parents, leur lien avait toujours été fort et, selon Fiona, cette belle histoire qu’ils avaient vécue ensemble ne pouvait avoir disparu. L’affection qu’ils se portaient était toujours quelque part, et leur amitié était toujours d’actualité, même s’il n’en avait pas conscience. Tobias n’avait aucun doute là-dessus. Même s’il ne pouvait plus parler d’amour à proprement parler, il avait toujours nourri énormément de tendresse pour Sally. Quoi qu’il se passe, et qu’importe les années qui avaient passé, il était toujours le même. Protecteur et bienveillant, il veillerait sur elle, exactement comme il le faisait déjà lorsqu’ils étaient enfants, puis adolescents.

Grâce à l’autoradio, la route n’avait pas été si longue jusqu’à l’aéroport. Tobias ne pouvait cependant s’empêcher de se demander comment elle réagirait à leurs retrouvailles, surtout dans des circonstances aussi douloureuses. Il avait parfois l’impression que leur histoire commune appartenait à un autre monde. Tant de choses s’étaient passées depuis qu’ils avaient rompu. Et à la fois, tout était demeuré exactement comme avant. Sally était une jeune femme intelligente qui menait une vie de citadine, vivant son rêve d’éditrice et lui, il restait simplement lui. Un grand gaillard sociable, toujours prêt à aider et se satisfaisant d’une existence loin des lumières des mégalopoles. Se garant sur le parking, Tobias se rendit devant le tableau affichant les heures d’arrivées. L’avion de Sally arriverait dans moins de vingt minutes. Il était à l’heure.

Debout face à l’immense baie vitrée donnant sur le tarmac, le menuisier serrait un gobelet de café brûlant entre ses mains. Ses pensées étaient partagées entre son amie d’enfance et le décès de son père. Heureux de la revoir d’ici quelques minutes, il était rapidement rattrapé par le chagrin. Et vice-versa. Dans le fond, il espérait juste être assez solide pour soutenir toute la peine de la jeune femme, de sa mère, et de tous leurs proches et amis. Ensuite il pourrait faire son propre deuil. Mais pas avant. Une voix de femme annonça finalement l’atterrissage imminent du vol qu’il attendait. Il partit donc en direction des arrivées, buvant son café sur le chemin avant de jeter son gobelet et de se poster près des autres personnes. Sachant qu’elle ne s’attendait pas à le voir, Tobias espéra juste ne pas la manquer dans la foule. Ses yeux étaient ainsi rivés sur la vague humaine qui débarquait. Des amis, des familles se retrouvaient. Quelques fois des personnes se rendaient seules ou en couple vers la zone de retrait des bagages et disparaissaient. Peu à peu, le monde se dissipa et Tobias commença à penser qu’il était passé à côté. Jetant un dernier coup d’œil vers la porte, il croisa finalement son regard et afficha un léger sourire en lui faisant un signe de la main. A sa grande surprise, elle se précipita dans ses bras, les larmes coulant le long de ses joues. Il referma naturellement ses bras autour d’elle. « Bien sûr. Toujours. » répondit-il à voix basse. Puis il l’étreignit durant de longues minutes. « Je suis désolé pour ton père... Il va manquer à tout le monde, mais je ne peux qu’imaginer ta douleur. » reprit-il au bout d’un moment, toujours en la gardant précieusement contre lui. Il savait que Sally était proche de ses parents, en dépit de la distance, et que la perte brutale de son père était un véritable séisme dans sa vie.

Une fois que la jolie brune eut séché ses larmes, pour le moment du moins car les heures et les jours qui viendraient seraient éprouvants, Tobias la serra une dernière fois contre lui, l’embrassa sur le front puis alla chercher sa valise. « Ça va aller ? Tu veux manger ou boire quelque chose avant qu’on y aille ? » demanda-t-il avec douceur en revenant vers elle, vu qu’une bonne heure de route les attendait jusqu’à Providence Oaks.


I lost my fucking mind, it happens all the time 'cause I can't stand myself. So please believe me I'm a needy insecure fucking freak and it ain't as easy or as dreamy as you think it would be.
Laecca
Messages : 95
Date d'inscription : 24/07/2022
Crédits : SObade

Univers fétiche : N’est fait que du réel jusqu’à présent mais veut bien essayer d’autres choses !
Préférence de jeu : Les deux
Valise 2
https://www.letempsdunrp.com/t5256-it-s-a-long-way-to-happiness-someday-i-ll-be-alright-laecca#104829 https://www.letempsdunrp.com/t5255-c-est-pour-toi-il-t-appartient-et-il-sera-eternel-laecca#104828 https://www.letempsdunrp.com/t5246-tes-yeux-sont-trop-grands-on-voit-ton-coeur-a-travers-quand-tu-ris-laecca
Laecca
Lun 1 Jan - 20:12

Sally
O'brien

J'ai 28 ans et je vis à NY, USA . Dans la vie, je suis éditrice et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt pas bien.

Informations supplémentaires ici.

But still I find you there next to me ~ Senara  70a9f1c8641ca588821eaf1470a9ddc3507e0fe6
Elle avait tenue bon, depuis ce fameux coup de fil jusqu’au moment de descendre de l’avion. Elle n’avait pas versé une larme. Elle se l’était interdit. Il y avait tant à faire, elle n’avait pas le temps de flancher. Son départ lui avait déjà prit trop de temps, et elle pensait à sa mère, seule dans cette grande maison qui l’avait vu naître et grandir. Non pas seule, Sally savait que sa mère ne serait jamais vraiment seule, pas dans cette petite ville où tout le monde se connaît et s’apprécie. Elle savait pertinemment que Tobias serait là pour elle. Tout le long du trajet la demoiselle n’avait cessé de penser à  leurs retrouvailles, car si jusqu’à présent elle avait toujours réussit à éviter de croiser le jeune homme, elle savait en ces circonstances que ce ne serait plus le cas. Et elle ne savait pas comment elle pourrait réagir. Souvent, la jeune femme pensait à son meilleur ami d’enfance, sont premier amour. Elle se posait beaucoup de questions sur eux, sur ce qu’ils seraient devenus si elle avait prit la décision de rester dans sa ville natale. Est-ce qu’ils seraient mariés avec des enfants aujourd’hui ? Probablement. Est-ce que cette vie lui aurait plut ? Certainement. Est-ce qu’elle regrettait ? Elle ne pouvait pas le dire, parce qu’en partant, elle avait pu réaliser son rêve de devenir éditrice. La tête toujours pleines de questions et de souvenirs de son père, Sally avait finit par descendre de l’avion et récupérer sa valise. Elle devait prendre un taxi pour rentrer chez ses parents, ayant demandé à sa mère de ne pas venir la chercher. Mais elle ne s’attendait pas à ce qu’on l’attende à l’aéroport. Elle ne s’attendait pas ce qu’il l’attende. Alors qu’elle avait réussit à ne pas craquer jusqu’à présent, en le voyant, elle ne put empêcher les larmes de se mettre à couler le long de ses joues. En le voyant, elle n’avait pas hésité une seule seconde avant de courir vers lui et se jeter dans ses bras, comme lorsqu’ils enfants.

Le temps sembla s’arrêter alors qu’elle se trouvait contre lui, respirant son odeur qui n’a pas changé malgré les années. Ses mots la transcendent. Il est là. Comme avant, pour toujours. Leur étreinte dure plusieurs minutes, mais c’est comme si une éternité passe. Elle ne voudrait jamais bouger, pourtant la vie reprend son cours, et les paroles de Tobias lui font quitter le passé et tous leurs souvenirs pour le présent et la douleur. Ses mots la touchent, ravive sa tristesse. Un ‘merci ‘ étouffé parvient à sortir de sa bouche, et elle prend encore quelques secondes à profiter de la chaleur de ses bras massifs avant de reculer légèrement. Elle passe une main sur ses joues pour essuyer les larmes, malgré cela, une sensation de brulure perdure là où elles se trouvaient. Sally ose enfin croiser son regard, elle se noie dans ses yeux bleus. Il finit par la serrer une dernière fois et dépose un baiser sur le haut de son crâne. Il la quitte quelques secondes pour aller chercher sa valise, et quant il revient il lui demande si ça va aller. Bien sûr que non, ça n’ira plus jamais. Plus maintenant que son père n’est plus là, qu’elle ne pourra plus jamais lui parler, le serrer dans ses bras, sentir sa présence auprès d’elle…. Elle hoche tout de même la tête et tente de lui sourire. « Je n’ai pas faim merci. » Cela fait deux jours qu’elle n’a pas faim, qu’elle mange par nécessité. La brune le suit alors qu’il sort de l’aéroport et la conduit jusqu’à sa voiture. Maintenant qu’elle a quelques peu reprit ses esprits, elle se demande comment va se passer la prochaine heure, en tête à tête avec Tobias. La dernière où ça a été le cas, ils étaient encore ensemble, ils s’aimaient plus que tout et pensaient que rien ne pourrait les séparer. Sauf sa décision.

Une fois assise dans l’habitacle, elle boucle sa ceinture et ses mains se retrouvent sur ses genoux, elle se triture les doigts dans le stresse du trajet. Elle attend qu’il soit installé et en route pour reprendre la parole. « Je te remercie d’être venue me chercher, j’avais dit à ma mère que je prendrais un taxi, mais j’aurais dû me douter qu’elle ne laisserait pas faire. » Mais elle ne s’attendait pas à ce qu’elle envoie Tobias la chercher en personne. Il ne serait pas surprenant que sa mère, malgré la situation, ait voulut arranger quelque chose. Elle sait très bien que leur rupture à été le plus grand regret de la matriarche O’brien. Ami depuis tout petit, inséparables depuis leur plus tendre enfance, la mère de Sally se voyait déjà préparer leur mariage et s’imaginait quelles têtes auraient ses petits enfants. « Je suis contente de te voir, que tu soit venu. Et je voulais…je voulais m’excuser d’être partie. » Elle l’avait sûrement déjà fait à l’époque, mais la demoiselle tenait à ce qu’il le sache, que ça n’avait pas été de gaîté de cœur de faire ce choix, de devoir choisir entre l’amour de sa vie et le métier de ses rêves.  Probablement qu’elle aurait pu faire en sorte d’avoir les deux, mais Sally était probablement trop jeune pour réaliser ce qu’elle faisait. Mais aujourd’hui, elle ressentait le manque. D’avoir quelqu’un dans sa vie, dans son quotidien, avec qui discuter, avec qui partager. Surtout, il lui manquait, lui en particulier. Il avait été son amour de jeunesse mais surtout, et avant tout, son meilleur ami. En le quittant pour aller à New-York faire ses études, elle avait tout perdue. Elle avait perdu Tobias et ça elle le regrettait tous les jours de sa vie. Bien sûr qu’elle aurait pu faire un effort et garder le contact avec lui. Faire en sorte de revenir plus souvent, de lui accorder du temps. C’était trop dur, pour elle, alors elle s’était cachée, s’était concentrée sur études, sur son travail.

Contenu sponsorisé
But still I find you there next to me ~ Senara
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» You and I just have a dream to find our love a place, where we can hide away # Senara
» Find your soul before you find your soulmate || Patate Douce
» We don't have to dance # Senara
» I'll find strength in pain and I will change my ways | Ft. Dracoola [/!\ -18]
» Les digressions de Senara

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: