Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues qui tu veux, quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
» TOPS-SITES ¬ votez pour ltdr
666 ways to die — Mr.Sandman & Lulu ((+18)) EmptyAujourd'hui à 9:02 par Senara

» Fire and Immortality (avec Léolyne)
666 ways to die — Mr.Sandman & Lulu ((+18)) EmptyAujourd'hui à 1:04 par Léolyne

» If these wings could fly
666 ways to die — Mr.Sandman & Lulu ((+18)) EmptyHier à 23:27 par Jay'

» CADMOS - mille empereurs sans aucune terreur
666 ways to die — Mr.Sandman & Lulu ((+18)) EmptyHier à 23:23 par Jay'

» the tortured poets department
666 ways to die — Mr.Sandman & Lulu ((+18)) EmptyHier à 23:18 par Jay'

» Hi Everyone
666 ways to die — Mr.Sandman & Lulu ((+18)) EmptyHier à 23:08 par Frida K.

» Funambule feat Manhattan Redlish
666 ways to die — Mr.Sandman & Lulu ((+18)) EmptyHier à 22:21 par Charly

» PRÉSENTATION ¬ quand c'est fini, c'est par ici
666 ways to die — Mr.Sandman & Lulu ((+18)) EmptyHier à 21:39 par yellamo

» Les enfants de la lune. [PV Lulu] +18
666 ways to die — Mr.Sandman & Lulu ((+18)) EmptyHier à 21:22 par Lulu

Le Deal du moment :
Display One Piece Card Game Japon OP-08 – Two ...
Voir le deal

LE TEMPS D'UN RP

666 ways to die — Mr.Sandman & Lulu ((+18))

Lulu
Messages : 110
Date d'inscription : 13/05/2023
Crédits : 2ghosts — the last unicorn

Univers fétiche : Fantasy
Préférence de jeu : Femme
Tournesol
https://www.letempsdunrp.com/t5786-les-petites-creatures https://www.letempsdunrp.com/t5769-mosaique-d-idees https://www.letempsdunrp.com/t5641-presentation-de-luba
Lulu
Jeu 21 Sep - 16:17

Judith
Sleeman

Judith a survécu à trente-trois hivers, impossible de dire si elle connaîtra le trente-quatrième. Son cœur gît désormais endolori, serré par les chaînes invisibles d'une bague matrimoniale, qui la lie à un époux aussi médiocre que monstrueux. Les ambitions qui illuminaient autrefois son cœur ont été éteintes par les exigences de son mari. Elle se plie en quatre, courbant son être tout entier, dans l'espoir vain d'apaiser les tourments de cet homme. Et par extension, les siens. Séraphine vit au Bronx, dans l'une de ces tours décrépites et sans âme. Seul nid que ses poches presque vides peuvent lui offrir.  

crédit avatar — margot robbie by cheekeyfire.

JUDITH'S POV. Sous les arcanes ténébreux, Crotal furieux avait brandit ses crocs acérés telles des lames menaçantes, prêtes à déchirer la Séraphine si elle ne se soumettait pas à sa volonté cruelle. Les tourments qui étreignaient son être l'incitèrent à expédier sa proie loin du cocon infesté, malgré l’heure plus que tardive. Il lui fallait acquérir les précieux sédatifs, ceux qui engourdiraient la bête vorace qui se repaissait de sa moelle affaiblie. Dans l'abîme de sa déchéance, elle se soumit, même si l’épuisement assombrissait ses traits. Mais la peur lancinante que lui inspirait son époux, réussit à la pousser à puiser dans ses dernières ressources pour se lancer à la recherche du précieux.
Après trois heures passées dans les transports, Judith atteignit enfin les rives de l'île des vices. Ses pas vacillants et hésitants foulèrent pour la première fois Staten Island, engloutie dans les abysses d'une nuit déjà bien avancée. Seuls les loups rôdaient en ces heures sombres, leurs yeux avides dévorant la brebis égarée qui pressait le pas, la tête inclinée vers l'écran brisé de son cellulaire quasi-obsolète. Blondie s'efforça de faire fi de leur présence, tout en cherchant à apaiser les palpitations de son cœur terrorisé. L'impression d'avoir échappé à une menace immédiate en quittant son domicile n’avait été que de courte durée, car elle avait plongé tête la première dans les griffes d'un danger tout aussi pernicieux. Éternelle proie de ces menaces incessantes, la brebis se demanda si un jour elle échapperait à l'abattoir pour rejoindre enfin les prairies arcadiennes. Prie encore, lui susurra la voix d'une madone cruelle aux traits sévères, une voix qui ne cessait de mettre en doute la foi de son âme abandonnée. Prie encore, encore, et encore. Jusqu'à ce que ses genoux soient couverts d'hématomes, jusqu'à ce que ses mains soient secouées par les crampes, jusqu'à ce que sa chair soit purifiée de ses péchés.
Souffre mon enfant, et Dieu te récompensera.

Caboche égarée, tourmentée par les méandres de ses jeunes années, retrouva sa lucidité au moment où ses yeux se heurtèrent aux lueurs perfides du repaire maudit, le Titty Twister. Le dégoût lui comprima la gorge, et ses iris, souillés par ces vocables vulgaires, s’empressèrent de retrouver le sol, son repère éternel. Était-ce donc en ce lieu infâme que son mari se réfugiait, bafouant ouvertement le serment qu'ils s'étaient échangé il y a bientôt une décennie ? Ses mains frêles se crispèrent autour de son téléphone, tandis que la réalité acerbe lui brûlait la gorge. Le Mal semblait insinuer sa présence dans chacun de ses desseins, pourrir sa vie depuis son ignoble enfance. Quand, se demandait-elle, sa foi serait-elle enfin récompensée ? Le Mal, tel un venin subtil, semblait corrompre chacun de ses desseins, empoisonnant sa vie depuis l'abjecte enfance. Quand, se demandait-elle, sa foi serait-elle enfin récompensée ? Cette interrogation la retenait captive, emprisonnée dans une attente mortifère. La délicate poupée refusait d'admettre que sa foi l'avait précipitée en enfer.
Ses longs cils tressaillirent dans le vide, repoussant les pensées envahissantes. Judith s'empressa de ranger son téléphone dans son sac à main, déniché dans une friperie solidaire, tout comme ses vêtements ternes qui la faisaient paraître telle une poupée des contrées les plus puritaines. Elle se couvrait de la tête aux pieds, dans l'espoir de projeter une image vertueuse, même si elle savait que sous ces atours se cachait un corps aussi profane que ceux des lampades qui flamboyaient entre les murs du... Titty Twister.
Une inspiration discrète souleva la poitrine de cette âme esseulée, et ses bras se croisèrent instinctivement en une posture de protection. Douce Judy n'avait jamais su dissimuler ses émotions, et encore moins son malaise. Elle n'allait pas demeurer ici bien longtemps, juste le temps de trouver un ange qui pourrait apaiser les tourments de son mari souffrant.

Enfin, son âme pieuse osa pénétrer l'antre profane, où les sens s'éveillaient dans une tourmente sensuelle. La foule, compacte et fébrile, s'agitait dans une chaleur suffocante, évoquant les cercles infernaux que Dante avait décrits avec horreur. Les corps enlacés se contorsionnaient telles les âmes damnées, dans une danse impudique qui heurtait la conscience de l'angélique Judith. Elle était là, perdue parmi les débauchés, une étrangère au milieu des païens, son visage auréolé de sainteté resplendissant tel un lys blanc au cœur d'une mer d'épines. Les battements d'une musique lascive, chargée de pulsions charnelles, semblaient rythmer le battement précipité de son cœur, créant une harmonie discordante avec ces hymnes impies. Les danseuses, de divines créatures aux parures chatoyantes, virevoltaient comme des sirènes sous les feux infernaux. Leurs corps nus ensorcelaient les regards avides des démons festifs, qui s'enivraient de leur beauté dépravée. Cependant, Judith décida de préserver le peu de pudeur qui restait à ces muses de la décadence en évitant de les dévisager. Elle ne put cependant réprimer sa tendresse pour ces pauvres égarées, ces sœurs inconnues pourtant souillées par les mêmes péchés. Ce soir, elle prierait pour elles. Son âme poursuivit son errance dans ce repaire impie, puis finalement, elle se réfugia au bar, souillé par les vestiges de liqueurs. Un frisson de dégoût lui parcourut l'échine, et elle s'efforça de ne pas prêter attention aux souillures laissées par les esprits embrumés.

— « Excusez-moi… » murmura-t-elle d'une voix cristalline, étouffée par le tumulte ambiant.

Le tenancier, quant à lui, continuait de plaisanter avec ses habitués, ponctuant l'atmosphère de rires gras, alimentés par des blagues vulgaires que Judith s'efforçait d'ignorer. Son cœur, quant à lui, ne cessait de marteler sa poitrine, implorant sa propriétaire de fuir cet endroit où elle n'avait pas sa place. Cependant, sa mâchoire se serra, et la peur la figea sur place. Ray serait furieux. Elle n'avait pas la force d’essuyer les coups de la bête, alors elle resta accrochée au comptoir souillé.

— « Excusez-moi ! » s'éleva une voix, tel un chaton se transformant en rugissement, réussissant enfin à capter l'attention du barman qui la fixa d'un air nonchalant.
— « Quoi ? » gronda la voix de l'homme bourru, visiblement irrité d'être interrompu dans son amusement.
— « Hé, oh ! Ce n'est pas ainsi que l'on parle aux dames », intervint l'un des clients ivres, dont le bras s'empressa d'agripper la fine taille de l'étrangère. « T'es perdue, ma jolie ? » ajouta-t-il d'une voix pâteuse, qui s'écrasa contre l'expression soucieuse de l’intéressée.

Ce contact indésirable faillit la briser, tandis que ses prunelles évitèrent de se poser sur le provocateur pour ne pas se noyer définitivement dans les eaux tumultueuses de la panique. Délicatement, Judith glissa sa main sur celle trop aventurière de l’inconnu, l'encourageant silencieusement à relâcher son emprise. Ce geste eut l'effet inverse, l'importun se cramponna davantage à son corps.

— « Je ne suis pas perdue », affirma-t-elle, sa voix tremblota légèrement, mais Blondie garda la tête haute.
— « Alors qu'est-ce que tu fais ici ? » demanda le barman, le visage buriné toujours empreint d'hostilité.
— « Je viens de la part de Ray Sleeman, je suis son épouse », déclara-t-elle en un murmure, espérant que cela convaincrait l'insolent de la relâcher. Mais il ne bougea pas, se contentant d'un rire moqueur.
— « Sacré Ray ! Que l'on couronne cette petite nana femme la plus cocue de New-York ! » s'exclama l'habitué, arrachant des rires à sa maigre assemblée.

La révélation de cet homme, qui semblait prendre plaisir à piétiner son honneur, ne lui apprit rien de nouveau. Elle avait senti ces parfums floraux imprégnés dans les vêtements de son mari. Elle l'avait entendu prononcer un autre nom lorsque l'alcool l'entraînait dans les brumes et que les silhouettes des nymphes se confondaient avec la sienne. Elle avait vu les marques de rouges à lèvres laissées par ces séductrices dans le cou de son époux. Elle savait que l'homme qui lui avait juré une éternelle fidélité devant l'autel sacré crucifiait allègrement son serment dès que les sirènes chantaient. La haine intérieure qui le rongeait, née d'un ego en perpétuelle dérive, refroidissait son cœur et le poussait à l’insulter dès qu’il en avait l’opportunité. Son palpitant frémit, éveillant en elle une colère passagère qui s'essouffla rapidement. Elle n’était pas capable d’en assumer les conséquences.

— « Je cherche Xander », déclara-t-elle, n'ayant pas détaché son regard du barman.

Les rires cessèrent brusquement, comme si ses lèvres avaient prononcé le nom de la Bête. Les yeux se figèrent dans une expression grave, et la silhouette massive du tenancier se tourna entièrement vers l'angélique Judith. Ce simple prénom avait su conférer à douce un semblant d’autorité. D’ailleurs, même l'importun fut vaincu, libérant enfin son corps de cette prison de chair impure.

— « Il ne devrait pas tarder, reste ici », répondit le barman.

Judith obtempéra, son cœur battant plus fort face au changement soudain d'attitude de ces hommes. Elle fouilla au plus profond de son être à la recherche d'un peu de courage pour renforcer son être affaibli. Elle ne devait pas fléchir devant le Mal. Car, ce n'est pas un esprit de timidité que Dieu nous a donné, mais un esprit de force, d’amour et de sagesse, se répéta-t-elle inlassablement pour ne pas se laisser submerger par la peur. Judith devait rester, afin que ( elle ) son mari puisse passer une nuit sans souffrance.
666 ways to die — Mr.Sandman & Lulu ((+18))
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» ♫ Mr. Sandman, bring me a dream ♫
» (f) 666 ways to die - (Réservé)
» Tous ceux qui errent ne sont pas perdus. [PV Lulu] [+18]
» Les enfants de la lune. [PV Lulu] +18
» The Shape of Freedom (pyra x lulu)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers fantasy :: Surnaturel-
Sauter vers: