Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues qui tu veux, quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
» En attendant l'hiver
Les amants maudits - Page 2 EmptyAujourd'hui à 16:46 par Arthécate

» Funambule feat Manhattan Redlish
Les amants maudits - Page 2 EmptyAujourd'hui à 16:21 par Manhattan Redlish

» Inspire-moi {+18}
Les amants maudits - Page 2 EmptyAujourd'hui à 16:13 par Arthécate

» Elle attendait, comme on attend à la gare. Que quelqu'un arrive, que quelqu'un la répare… (ft Laecca)
Les amants maudits - Page 2 EmptyAujourd'hui à 15:11 par Laecca

» hope it gives you hell
Les amants maudits - Page 2 EmptyAujourd'hui à 15:04 par Lojzo

» a little bit of hell, but she got me in heaven (Clionestra)
Les amants maudits - Page 2 EmptyAujourd'hui à 14:29 par tillmidnight

» La Gaufre une fois!
Les amants maudits - Page 2 EmptyAujourd'hui à 13:49 par Nemo

» Tout le bleu du ciel [Clionestra]
Les amants maudits - Page 2 EmptyAujourd'hui à 13:40 par Nemo

» PRÉSENTATION ¬ quand c'est fini, c'est par ici
Les amants maudits - Page 2 EmptyAujourd'hui à 11:53 par LaGaufre

Le deal à ne pas rater :
Lorcana : où acheter le Trésor des Illumineurs Les Terres ...
Voir le deal

LE TEMPS D'UN RP

Les amants maudits

Eona
Messages : 24
Date d'inscription : 02/05/2023
Crédits : windspiritz

Univers fétiche : Fantasy
Préférence de jeu : Femme
Valise
Eona
Jeu 4 Mai - 14:28

Rheia
Je suis une prêtresse d'Artemis, lien entre les hommes et la déesse, mortelle au privilège de pouvoir naviguer entre les mondes.  Je vis dans un des temples parmi ceux dont la vie est fragile. Issue d'une famille riche et respectable, je ne suis qu'innocence et dévotion, malgré une envie toujours fulgurante de vouloir découvrir le monde à travers toutes les émotions existantes. À croire qu'il me faudrait vivre mille vies afin d'être sûre d'avoir exploré la mortalité humaine dans son intégralité.

Kate Winslet @ Eona


Le jeu, qui s'était voulu amusant, prit une toute autre tournure dès lors que l'homme masqué décida de répondre sur une note des plus lugubres. Le sourire qui avait étiré tes lèvres disparu de ton visage, les yeux écarquillés, tu te tournas vers lui, inquiète, désolée, attristée... Tu l'avais pris pour un Dieu, mais... son sérieux te laissait pourtant croire que ses mots n'étaient pas du vent. Un sacrifice humain... Cela pourrait expliquer pourquoi la foule vous avait-elle regardés ainsi lors de votre danse... Mais aussi, pourquoi est-ce qu'il préférait garder l'anonymat. Les Dieux n'étaient-ils pas tous fiers de se présenter ?

"Oh non..." murmuras-tu en portant une main à ta bouche qui avait peine à se fermer après cette révélation, croyant sincèrement aux paroles lancées dans la nuit.

Toutefois, le sérieux si tranchant de ton interlocuteur vola en éclat suite à un rire totalement imprévu. Complètement perdue, consciente qu'il venait de te piéger, tu restas muette. Muette, et... un tantinet vexée.

Laissant un soupir désabusé sortir de ta bouche, tu le contemplas un court instant, les sourcils haussé, avant de reporter ton attention sur le ciel. Face à un ami, tu aurais sans doute manifesté ton agacement en lançant un objet quelconque en visant la tête, mais là, tu ne pouvais pas te permettre d'agir de la sorte. De plus, tu n'avais qu'un seul verre à la main...

Alors, après un léger silence durant lequelle tu avais pris soin de te mordiller la lèvre inférieure en guise de mécontentement, tu décidas de jouer avec ses nerfs, en utilisant la même carte.

"Cela n'est pas amusant, vous savez..." commenças-tu en adoptant une mine déconfite. "Vous pensez que je suis ici pour quelle raison, moi, simple mortelle parmi vous, Dieux de l'Olympe ?"

Mélodramatique à souhait, tu soupiras, avant de poursuivre.

"Je suis prête à faire se sacrifice, c'est un honneur de perdre la vie."

A ton tour, tu laissas un moment de silence ponctuer ta dernière tirade, puis, afin de mettre fin à la triste supercherie, tu te tournas vers le Farceur, un sourire moqueur aux lèvres.

"Ah. Ah. Ah. C'était très amusant, n'est-ce pas ?" lanças-tu en perdant petit à petit ton air amusé.

La peur, oui, tu avais eu peur pour cet inconnu lorsque tu avais cru sincèrement à sa farce. Ne sachant plus vraiment s'il faisait partie des immortels ou non, tu avais décidé de le prendre à son propre jeu... A tes risques et périls.  



Lojzo
Messages : 4344
Date d'inscription : 19/09/2017
Région : ardèche
Crédits : i4sullyoon (ava)

Univers fétiche : fantasy, science-fi, réel.
Préférence de jeu : Les deux
Etoiles
Lojzo
Ven 5 Mai - 9:11

Thanatos
Je suis le dieu de la mort douce, un des fils de Nyx donc un immortel.  Je vis aux enfers mais j'aime me balader sur terre quand l'envie m'en prend. Je peux prendre plusieurs formes, celle d'un enfant, d'un jeune adulte, d'un vieillard ou d'un squelette. J'ai des ailes me permettant de franchir les enfers sans problèmes et je me bats à l'épée.

willy cartier par @ french and furious
L'exclamation qu'elle laisse échappe te montre sa réelle peur. Et tu ne comprends pas pourquoi elle s'est mise dans un tel état. La mort te suit partout, ce n'est qu'une vieille amie. A-t-elle eu de la peine pour toi ? Tu reste scoché, c'est bien la première fois. Bon, évidement, elle ne te connait pas. Et puis, peut-être a-t-elle réellement cru que tu n'étais qu'un mortel au lieu de prendre le jeu en cours ?

Quand elle te répond pareil, tu as d'abord un pincement au coeur avant de te rappeler très rapidement qu'elle ment, puisque tu le saurais. Pourtant, malgré toute ta connaissance - il n'y a pas de sacrifice humain ce soir, elle ne va pas mourir dans un futur très proche - tu as eu ce pincement au coeur, sur le moment, ta première pensée ça a été pas elle.

Pourtant son petit air amusé te fait sourire. Elle est réellement surprenante, qui d'autre de ta connaissance manie l'humour noir ? Hadès bien sûr, mais ça n'a rien à voir.

« Très bien, vous m'avez eu. »

Et, d'un geste théâtrale, tu enlèves enfin ton masque.

« Je n'ai pas eu peur, comme vous, car je savais que vous n'alliez pas mourir. Thanatos, dieu de la mort douce, enchanté. »

Tu ne lui tends pas la main, tu sais combien les mortels détestes ça. Tu préfères juste pencher la tête sur le côté, en signe de courtoisie. Tu ne souris plus, le fait de t'être dévoilé t'a permis de désaoûler. Leur boisson divine s'est échappée de ton sang, tu trembles presque, tellement tu as peur de la voir partir en courant.

« Maintenant, si vous voulez retourner à la fête, je vous en prie, je vais juste regarder les étoiles. » Immédiatement, tu lui tournes le dos, pour qu'elle ne se sente pas obligé de te réconforter. Qui veut rester avec toi ? « Mais si vous voulez encore faire des blagues d'humour noir, n'hésitez pas... » soupires-tu tout de même. Tes mots sont légers, flottant dans l'air, tu ne les as pas prononcé fort, pour que, si elle s'est déjà éloignée, elle ne les entende pas.
Eona
Messages : 24
Date d'inscription : 02/05/2023
Crédits : windspiritz

Univers fétiche : Fantasy
Préférence de jeu : Femme
Valise
Eona
Ven 5 Mai - 20:53

Rheia
Je suis une prêtresse d'Artemis, lien entre les hommes et la déesse, mortelle au privilège de pouvoir naviguer entre les mondes.  Je vis dans un des temples parmi ceux dont la vie est fragile. Issue d'une famille riche et respectable, je ne suis qu'innocence et dévotion, malgré une envie toujours fulgurante de vouloir découvrir le monde à travers toutes les émotions existantes. À croire qu'il me faudrait vivre mille vies afin d'être sûre d'avoir exploré la mortalité humaine dans son intégralité.

Kate Winslet @ Eona


La supercherie enfin mise à nue, face aux étoiles, et voilà que l'homme ôtait son masque afin de révéler un faciès des plus somptueux... Un faciès taillé dans le marbre dont les traits n'étaient que perfections, un faciès digne d'un dieu...

Subjuguée par cette soudaine révélation, tu laissas ton rire disparaître lentement au profit de la stupeur...

Ainsi donc, ton cavalier du soir n'était autre que Thanatos, Dieu de la Mort Douce. Quelle ironie... Surtout après les traits d'humour faits quelques instants plus tôt.

Incapable de détourner le regard tant la beauté sombre de ton interlocuteur avait le don de t'hypnotiser, tu sentis tes pommettes s'empourprer...

*Regarde ailleurs, ce n'est pas poli, vite !*

Clignant des yeux comme si tu venais de te sortir d'un court moment de transe, tu pivotas afin de faire face à la nuit, les doigts tapotant machinalement ton verre vide, le malaise te poussant à mordiller ta lèvre inférieure.

Cependant, avant de trouver une parade, tu l'entendis, à nouveau, parler de cette voix si particulière. Conscient du symbole qu'il représentait, il craignait que tu finisses par le laisser, préférant amplement la fête qui battait son plein. Alors, il te donna l'autorisation de le fuir... Sauf si bien sûr, tu souhaitais poursuivre vos échanges aussi étranges que peu conventionnels.

"Je... suis rassurée.." finis-tu par lui lancer, en ôtant délicatement ton masque de dentelle avant de te tourner vers lui. "J'ai vraiment cru que vous allier m'annoncer être le Dieu de l'humour déplorable et de la fourberie..." lanças-tu sans réfléchir en retrouvant un semblant de sourire. "Ouf, nous sommes sauvés." soupiras-tu pour ponctuer ta remarque.

Tu ne réfléchissais plus Rheia... Sans comprendre pourquoi, le fait se sentir ce Dieu si... différent des autres te touchait en plein coeur... La mort avait quelque chose d'effrayant, certes, mais ne faisait-elle pas partie de la vie ? N'était-elle pas indispensable à l'équilibre de l'univers ?

"Je suis Rheia, prêtresse de la Déesse Artémis." fis-tu avec douceur en baissant poliment la tête, sans perdre ce sourire qui ne te quittait plus.

Maintenant que les présentations étaient faites, tu te sentais... beaucoup plus légère. Au final, cette soirée n'était pas si désagréable.

Lojzo
Messages : 4344
Date d'inscription : 19/09/2017
Région : ardèche
Crédits : i4sullyoon (ava)

Univers fétiche : fantasy, science-fi, réel.
Préférence de jeu : Les deux
Etoiles
Lojzo
Sam 6 Mai - 9:59

Thanatos
Je suis le dieu de la mort douce, un des fils de Nyx donc un immortel.  Je vis aux enfers mais j'aime me balader sur terre quand l'envie m'en prend. Je peux prendre plusieurs formes, celle d'un enfant, d'un jeune adulte, d'un vieillard ou d'un squelette. J'ai des ailes me permettant de franchir les enfers sans problèmes et je me bats à l'épée.

willy cartier par @ french and furious
« Je... suis rassurée.. »

Elle est restée. Tu es incapable de retenir le mouvement, tu te retournes, si vite qu'elle doit te voir floue par ses yeux de mortelle. Tu la contemples un instant, éberlué. Elle est là. Elle n'est pas partie, elle n'a pas eu peur. Elle n'a pas fui. Pire, elle a enlevé son loup et elle est entière devant toi, son visage est si délicat, si beau, si doux. Tu en restes le souffle coupé, tu pensais avoir tout vu de la beauté dans la pièce précédente remplie de déesses, et pourtant, voilà que cette mortelle là les éclipse tous.

« J'ai vraiment cru que vous allier m'annoncer être le Dieu de l'humour déplorable et de la fourberie... Ouf, nous sommes sauvés. »

Elle fait de l'humour ? Tu n'aurais pas dû être étonné vu vos échanges précédents et pourtant, tu l'es. Jusqu'à ce qu'un immense éclat de rire sorte de ta gorge. Tu ris, pour de vrai, comme tu n'as pas ri depuis longtemps. Les dieux de la mort ne sont pas censé rire n'est-ce pas ? Pourtant, face à ses mots, tu es incapable de contrôler ton hilarité. Elle soupire pourtant, prouvant par là la force de son humour, mais tu es incapable de te calmer. « Pardon » murmures-tu enfin après avoir repris ton souffle. « Mais je suis particulièrement surpris et heureux de votre trait d'humour, c'est si... rare. » Un reste de rire apparait dans ta voix et elle n'est plus aussi grave, plus aussi puissante. Même à toi, elle te semble plus légère. Elle a réussi à te transformer, juste par cette phrase. Et ton coeur se met à battre plus vite, tu le pensais mort, comme tout le reste.

« Je suis Rheia, » Est-ce Cupidon ? Une malediction ? Un ange tombé du ciel ? Tu n'en sais rien, mais à cet instant précis, tu tombes amoureux. Son nom, sa voix, son visage, sa façon d'être, tout, te rend fou. Tu tombes à ses pieds. Oh, pas physiquement, mais tu dois te retenir très fort pour rester debout, pour ne pas avancer, pour ne pas prendre sa main dans la tienne ni voler un baiser. Tu restes là, debout, face à elle et tu ne sais plus quoi dire. « Prêtresse de la Déesse Artémis. » Ah. Il fallait donc bien un piège quelque part. La Déesse n'est ni prêteuse et elle refusera sûrement que quiconque s'approche de ses prêtresses, seulement toi, Thanatos, tu n'es plus en mesure de s'éloigner.

« Ah, » soupires-tu pour toi-même. « Intéressant » Tu te frottes le menton. « Qu'allons-nous devenir ? Car voyez-vous, vous avez fait plus qu'attirer ma curiosité, je ne peux plus vous laisser tranquille maintenant, je suis devenu accro à vos remarques sarcastiques, » le grand sourire sur tes lèvres ne te rend pas moins dangereux pour autant, tu risques de lui faire peur. « Mais Artémis ne devrait plus tarder à remarquer que vous êtes seule avec moi et je risque de devoir me battre pour prouver que je ne vous ai pas salie, même si... » tu te mords la lèvre, avec un léger rictus « c'est mon frère qui rêve habituellement, mais... aujourd'hui, je crois que je viens de faire mon premier rêve égoïste. » Tu ne détournes pas tes yeux d'elle, tu ne rougis pas, tu as sûrement bien plus d'expérience dans à peu près tous les domaines possibles, et pourtant, c'est la première fois que ton pauvre coeur se met à tambouriner dans ta poitrine. « Ce rêve, voyez-vous, était de toucher vos lèvres avec les miennes. »
Eona
Messages : 24
Date d'inscription : 02/05/2023
Crédits : windspiritz

Univers fétiche : Fantasy
Préférence de jeu : Femme
Valise
Eona
Sam 6 Mai - 18:23

Rheia
Je suis une prêtresse d'Artemis, lien entre les hommes et la déesse, mortelle au privilège de pouvoir naviguer entre les mondes.  Je vis dans un des temples parmi ceux dont la vie est fragile. Issue d'une famille riche et respectable, je ne suis qu'innocence et dévotion, malgré une envie toujours fulgurante de vouloir découvrir le monde à travers toutes les émotions existantes. À croire qu'il me faudrait vivre mille vies afin d'être sûre d'avoir exploré la mortalité humaine dans son intégralité.

Kate Winslet @ Eona


Tout comme chez les mortels, il était facile d'observer les affinités entre certains dieux, tout comme l'animosité. Entre amour et haine, malédiction et bénédiction, il fallait parfois bien réfléchir à ses actes ainsi qu'à ses paroles pour éviter d'être mis dans une case, et ce, pour le restant d'une vie.

Lorsque tu avais annoncé ton lien avec Artémis, Thanatos avait soupiré, conscient qu'il risquait de subir le courroux de la Déesse si jamais cette dernière venait à vous surprendre ensemble, bien loin des festivités. Pourtant, vous n'aviez fait que vous esclaffer, un moment fort plaisant d'ailleurs car le rire du Dieu ne cessait de te faire sourire alors qu'il s'était évanoui. Pourquoi fallait-il d'ailleurs que cela te mette en si grande joie ? Parce que tu l'avais fait rire en étant toi-même, et non en jouant le rôle d'une mortelle autant apeurée que soumise ?

Toutefois, avant de réfléchir plus longtemps, tu fus totalement prise au dépourvu par la demande particulière de ton cavalier... Ou plutôt, devrais-tu dire... Un rêve.

"Oh..." soufflas-tu en souriant tristement cette fois-ci, le coeur continuant de battre à t'en faire tourner la tête. . "C'est la mortalité qui vous attire ainsi... parce que je ne suis qu'un souffle dans votre vie, un souffle qui disparait en un battement de cil."

Les liens entre les dieux et les mortels étaient nombreux, mais celui qui concernait l'attirance, l'obsession, et l'envie n'avait rien à voir avec de l'amour... Toi aussi, tu ressentais ce sentiment étrange face à ce Dieu de la Mort douce dont les yeux te subjuguaient, et dont la voix ne cessait de résonner dans ton esprit...

"Faisons... un jeu..." proposas-tu alors contre toute attente.

Un étincelle de malice dans tes prunelles, tu te positionna face à lui, la tête relevée d'un faux air impérial.

"Je vous pose une énigme... Si vous trouvez la réponse, alors votre rêve se réalisera..." le défias-tu avant de prendre une bonne bouffée d'oxygène afin de te lancer en prenant un air des plus théâtrales. "Cette chose, toutes choses dévore... Oiseaux.... bêtes.... arbres... fleurs.... Il ronge le fer, mord l’acier.... réduit les cailloux en poussière.... tue les rois et détruit les villes..."

Tu avais vécu chaque mot, usant de tes mains pour certaines mimiques, et prenant une voix plus grave dans le but d'être mélodramatique... Ainsi, et lorsque ta voix finit par s'éteindre, tu croisas les bras sous ta poitrine, puis, lanças une dernière tirade.

"Vous avez le droit à deux essais... Quelle est donc cette chose... ?"

Dans l'attente d'une tentative, tu avais l'impression d'être ailleurs... sur un nuage, bien loin de la réalité. Et tu aimais ça... réellement.

Lojzo
Messages : 4344
Date d'inscription : 19/09/2017
Région : ardèche
Crédits : i4sullyoon (ava)

Univers fétiche : fantasy, science-fi, réel.
Préférence de jeu : Les deux
Etoiles
Lojzo
Sam 6 Mai - 19:44

Thanatos
Je suis le dieu de la mort douce, un des fils de Nyx donc un immortel.  Je vis aux enfers mais j'aime me balader sur terre quand l'envie m'en prend. Je peux prendre plusieurs formes, celle d'un enfant, d'un jeune adulte, d'un vieillard ou d'un squelette. J'ai des ailes me permettant de franchir les enfers sans problèmes et je me bats à l'épée.

willy cartier par @ french and furious
Elle semble triste. Tu n'avais pas prévu cette possibilité là, ce qui montrait bien qu'elle n'était pas sous ton contrôle, qu'elle gardait son libre arbitre. Tu es un dieu certes, et tu prends plutôt que tu ne demandes la permission, mais avec celle-là, cette mortelle tout sauf insipide, tu es perdu. Parce qu'elle ne rentre dans aucune des cases établies, parce qu'elle est elle-même, parce qu'elle est pleine d'une force surhumaine. Tu restes immobile et écoute ses mots.

« Non, » tu la coupes parce que tu es un peu en colère qu'elle n'ait pas compris. « Ça n'a rien à voir, je connais la fragilité des humains, je les accompagne au travers de la mort, mieux que quiconque je sais combien leur existence est courte. » Tu te passes une main sur le visage, emmêlant tes cheveux au passage. « Vous » Tu ne sais pas comment terminer cette phrase, tu es incapable de dire ce que tu ressens vraiment, parce qu'elle a raison, c'est ridicule. Elle va mourir dans si peu de temps comparé à ta longue existence. Tu hausses les épaules et ne dis rien de plus.

« Faisons... un jeu... »

Et voilà qu'elle a réussi à rebondir elle a bien plus de ressource que toi. Tu es étonné, elle devine mal ce que tu lui veux et pourtant, elle reste. C'est incompréhensible. Elle est bien trop pure pour ce monde.

« Va pour une énigme » répondis-tu, joueur. Tu comptais sur ton esprit d'immortel pour te permettre de trouver facilement la réponse. Tu l'écoutais et la voir, si sérieuse, pleine de bonnes intention en jouant cette énigme avec tout son corps. Son visage si sûr de lui, ses mots si bien prononcé, ses bras qui bougeait en rythme - se rendait-elle compte qu'elle bougeait ? - tu voyais tout ça en un seul coup d'oeil avant de te concentrer sur les mots.

Tu fermes les yeux un instant, voyant les milliers de possibilités de réponse qui défilent dans ton esprit, mais la première était la bonne, tu le sais, tu le sens, parce que c'est tout ce qui vous manque. Elle se joue de toi ? Ou te prévient ?

« S'il ne représente pas grand chose pour moi, je sais combien il est important pour vous, jeune mortelle. La réponse c'est le temps. »

Mais tu ne bouges toujours pas, incapable de forcer la chose, tu as besoin qu'elle comprenne, qu'elle sache que tu ne te joues pas d'elle, que tu ne l'utilises pas, que tu n'es pas comme un énième dieu, qu'elle a rencontré ce soir, même s'il est certain qu'elle n'a pas dû discuter avec beaucoup des divinités ici présente. Alors tu prends une profonde inspiration et tu tentes de démêler le vrai du faux, les choses que tu peux lui dire et celle qu'il faut taire à tout prix.

« Rheia, » ce prénom coule sur ta langue, il est si beau, il lui va divinement bien et tu pèses tes mots. « Je crains que vous n'ayez pas compris, ce n'est pas une envie subite, un jeu ou un piège de ma part. Ce rêve, comme je vous l'ai dit, c'est le premier que je fais, parce que vous m'êtes trop précieuse pour sembler réelle. J'ai, je ressens ça pour la première fois, en mille ans d'existence. Vous êtes arrivé et la pièce m'a paru sombre à côté de vous. Vous êtes resplendissante, magnifique, digne d'éclipser même la beauté d'Aphrodite. » Sans te rendre compte de tes mots, tu souris, tu lui souris à elle. « Rheia, si je veux vous embrasser, c'est pour cette raison, parce que mon coeur, trop habitué à la mort, semble battre pour la première fois ce soir. »
Eona
Messages : 24
Date d'inscription : 02/05/2023
Crédits : windspiritz

Univers fétiche : Fantasy
Préférence de jeu : Femme
Valise
Eona
Dim 7 Mai - 9:48

Rheia
Je suis une prêtresse d'Artemis, lien entre les hommes et la déesse, mortelle au privilège de pouvoir naviguer entre les mondes.  Je vis dans un des temples parmi ceux dont la vie est fragile. Issue d'une famille riche et respectable, je ne suis qu'innocence et dévotion, malgré une envie toujours fulgurante de vouloir découvrir le monde à travers toutes les émotions existantes. À croire qu'il me faudrait vivre mille vies afin d'être sûre d'avoir exploré la mortalité humaine dans son intégralité.

Kate Winslet @ Eona


Il ferma les yeux, faisant disparaitre ses pupilles si intenses qui te faisaient frissonner, pour réfléchir à tes mots lancés en guise de défi. Un sourire malicieux resplendissait sur ton visage face à sa réflexion silencieuse. Oh, tu aurais passé des heures à le contempler ainsi tant il paraissait aussi beau qu'apaisé...

Cependant, alors que tu pensais que le moment allait se prolonger, Thanatos revint à toi en douceur, avec une réponse... La réponse.

"Oh..." soufflas-tu avec surprise en décroisant les bras lentement pour joindre tes mains entre elles.

Décidément, tu avais sous-estimé le Dieu de la Mort Douce, et voilà que tu retrouvais prise à son propre jeu. Si bien sûr, il s'agissait bien d'un jeu. Car les paroles qui suivirent la résolution de ton énigme te plongèrent dans un océan de perplexité.

Le Dieu ne trichait pas, tu le sentais, tu percevais sa sincérité, tu lisais ses émotions dans son regard et ses gestes... En réponse, ton coeur battait à t'en donner le tournis, et ce dernier te donna l'impression de s'arrêter lorsque la beauté d'Aphrodite fut mentionnée.

Non... Il n'était pas bon de tenir de tels propos concernant cette Déesse au caractère bien affirmé qui n'appréciait pas être comparée.  Ainsi, et portée par une impulsion incontrôlée, tu te mis sur la pointe des pieds, afin d'aller poser une main délicate sur la bouche de Thanatos. Effrayée, tu lui soufflas quelques mots, ton visage si proche du sien...

"Non... Ne dîtes pas cela... Ou les foudres de la Déesse transformeront votre rêve en un cauchemar..."

Même vous, les mortels, étiez parfaitement renseignés sur les vengeances et autres leçons données par Aphrodite une fois la limite franchie. Bien sûr, en cette belle soirée, vous vous trouviez à l'écart, bien loin des regards, ce fut d'ailleurs ce détail qui te poussa à ôter délicatement pour ternir la promesse que tu avais faite quelques minutes plus tôt.

"Parce que j'ai qu'une parole, et que vous avez gagné..." chuchotas-tu en fermant les yeux.  

Lentement, et toujours sur la pointe des pieds, tu allas déposer tes lèvres sur les siennes. Quelle... sensation douce et magique à la fois... Un frisson te parcourut l'échine, un frisson qui ne ressemblait en rien à une sensation déjà connue... Comme si, ton corps avait toujours attendu ce moment, comme si, le destin avait établi votre rencontre depuis la nuit des temps, comme si, l'obsession si banale se retrouvait être un sentiment bien plus fort, complètement incontrôlable...

Était-ce cela, un coup de foudre ?

Tu aurais souhaité faire durer ce plaisir coupable, mais la raison, ainsi que la dangerosité de la situation, te poussa à reculer de quelques pas... Un véritable déchirement pour le coeur...

"Il faut que je retourne à l'intérieur..."

Les mots avaient été prononcés dans la douleur... Parce que tu n'avais pas envie de laisser ce Dieu de la Mort Douce... parce que tu aurais aimé passé toute la nuit à discuter avec lui face à l'immensité étoilée... Mais le temps était passé bien vite... Bien trop vite à ton goût.  


Lojzo
Messages : 4344
Date d'inscription : 19/09/2017
Région : ardèche
Crédits : i4sullyoon (ava)

Univers fétiche : fantasy, science-fi, réel.
Préférence de jeu : Les deux
Etoiles
Lojzo
Dim 7 Mai - 20:47

Thanatos
Je suis le dieu de la mort douce, un des fils de Nyx donc un immortel.  Je vis aux enfers mais j'aime me balader sur terre quand l'envie m'en prend. Je peux prendre plusieurs formes, celle d'un enfant, d'un jeune adulte, d'un vieillard ou d'un squelette. J'ai des ailes me permettant de franchir les enfers sans problèmes et je me bats à l'épée.

willy cartier par @ french and furious
Se rend-elle compte de son pouvoir ? Ses quelques doigts, frêles, délicats, délicieusement humain, posés sur ta bouche ? Tu sens que l'apothéose venir, si déjà ce léger frôlement de peau te procure un tel plaisir. Si tu étais mortel, tu aurais dit je peux mourir en paix, mais toi, au pire, tu serais maudit et condamné, tel Sisyphe a une éternité de peine et douleur. Donc, tu choisis la vie. Avec elle de préférence.

Tu n'écoutes pas ce qu'elle dit, ses mots glissent sur ton corps, tu te contentes d'admirer sa bouche quand elle parle, de sentir l'air qui se déforme sous le poids de ses mots, tu détailles la façon dont elle se tient, comment elle se sent. Et tu savoures chaque seconde. Elle t'a touché, elle n'a pas peur de toi.

Le seul moment qui te fait réagir c'est quand vos corps se rapprochent, enfin le sien surtout. Elle se redresse, sur la pointe de ses pieds minuscules et son visage est soudain à quelques millimètres du tiens. Tu n'as, théoriquement, pas besoin de respirer, c'est juste un sens extrêmement pratique, mais tu n'as jamais été aussi heureux de pouvoir retenir ton souffle. Tu inspires plutôt, pour garder en mémoire le sien. Peut être a-t-elle l'impression d'aller vite, mais pour toi, la scène est au ralentis. Tu vois chaque mouvement infime de ses lèvres, tu sens chaque frisson d'air qui s'échappe pour que son corps puisse se coller au tiens. Et enfin, ses lèvres sont là. Belles, pleines, attirantes.

Tu n'as plus le temps de penser que la légèreté de son baiser te prend et tu fermes les yeux. Dans ton coeur, c'est une explosion de sensation, un vent pur, frais, nouveau, qui balaie tous tes doutes et tes pensées noires, il n'existe plus qu'elle, Rheia.

Et soudain, elle n'est plus là. Le ralenti est terminé, la vitesse semble même s'être accélérée. Elle parle, tu n'écoutes pas, tu entends juste ton coeur qui crie, tu vois juste sa silhouette disparaître, tu ne ressens plus que le silence et le froid. Et à cet instant, tu comprends que plus rien n'ira jamais bien sans elle. Tu comprends pourquoi Hadès a du kidnapper Perséphone, pourquoi Orphée est descendu aux enfers, pourquoi Phèdre désespère à petit feu. Sans elle, ton monde ne tourne plus rond, sans elle tes poumons sont vide et ton coeur brûle de chagrin.

Es-tu resté quelques minutes ou des heures ? Hélios est-il déjà monté sur son chariot ? La fête est-elle terminée ? Tu n'as aucune des réponses à ces questions, tu sais juste qu'il faut partir, quitter l'Olympe et ne jamais y revenir. Tu fuis la fête, rapidement, sans repasser par l'intérieur, utilisant les escaliers de nuages, sans voir l'ombre d'Aphrodite qui te surveille.

***

Deux jours, 48 heures, 2 880 minutes, 172 800 secondes. Voilà le temps que tu as tenu, voilà le temps qui s'est déroulé sans que ton coeur ne recommence à battre. Et voilà que son battement reprend enfin.

Drapé d'ombre, caché dans un arbre, tu joues un jeu risqué. Hélios termine sa course dans le ciel et tu attends que les ombres sortent et que les demoiselles quittent leur temple. Celui d'Artémis où Rheia se rend tous les jours. Enfin, la voilà, ses cheveux flamboyant dans ce soleil couchant, ces joues rosissantes, sûrement fière du travail effectué. Quand elle passe à proximité de toi, tu l'attires grâce à un chant mélodieux qu'un oiseau chante pour toi, tu sais qu'elle aime la nature, la vie, la beauté, elle ne résistera pas.

« Ma douce, mon aimée, venez avec moi. » lances-tu de ta voix grave quand elle est enfin a portée de ton chuchotement. Tu regardes ses yeux te chercher, tu admires son corps qui réagit à ta voix, tu dévores ses émotions qui jaillissent d'elle et ton coeur reprend sa course folle, comme elle seule sait le rendre fou.
Eona
Messages : 24
Date d'inscription : 02/05/2023
Crédits : windspiritz

Univers fétiche : Fantasy
Préférence de jeu : Femme
Valise
Eona
Lun 8 Mai - 11:35

Rheia
Je suis une prêtresse d'Artemis, lien entre les hommes et la déesse, mortelle au privilège de pouvoir naviguer entre les mondes.  Je vis dans un des temples parmi ceux dont la vie est fragile. Issue d'une famille riche et respectable, je ne suis qu'innocence et dévotion, malgré une envie toujours fulgurante de vouloir découvrir le monde à travers toutes les émotions existantes. À croire qu'il me faudrait vivre mille vies afin d'être sûre d'avoir exploré la mortalité humaine dans son intégralité.

Kate Winslet @ Eona

Les souvenirs de la fête te paraissaient lointains, comme issus d'un autre monde, ou plutôt, d'une autre vie. Les parfums enivrants, cette danse entraînante, et lui, ce Dieu de la Mort Douce qui n'avait eu cesse d'aller et venir dans ton esprit depuis deux jours. Une pensée pour lui te faisait sourire, parce que tu rappelais de cet échange surréaliste, puis, de ce baiser donné avec délicatesse... Un baiser qui avait scellé vos destins mais aussi précipité ton retour au coeur de la fête afin d'éviter toute question. Ainsi, tu avais repris le chemin du monde des mortels, des rêves plein la tête, et des étoiles plein les yeux.

Allais-tu le revoir ? Alors que tu t'affairais à remettre en place les fleurs dans le Temple avant de prendre la direction de la sortie, la question t'effleura l'esprit... Encore une fois. Et, encore une fois la raison te dicta une réponse négative... Parce que cela avait seulement été une parenthèse dans la vie de Thanatos... Et parce que tu n'étais qu'une simple mortelle qui était tombée sous son charme en une seule soirée.

Soupirant face à ce constat qui te faisait penser aux histoires mièvres pour enfants, tu saluas les autres Prêtresses, les joues rosies par l'effort, puis tu décidas de prendre ton chemin habituel. Le soleil se couchait, tu n'avais pas de temps à perdre, la nuit noire n'étant pas des plus rassurantes...

Toutefois, alors que l'air du soir faisait virevolter ta chevelure ondulée, tu fus attirée par un chant d'oiseau bien différent que ceux que tu pouvais percevoir en journée. Curieuse, et sans réfléchir, tu te rapprochas de l'arbre qui semblait servir de cachette au volatile, et... tu l'entendis...

Sa voix...

Les yeux écarquillés, tu levas la tête vers les branches, une main portée sur ta poitrine comme pour apaiser ce coeur qui venait de s'emballer... Il était là...

"Quel drôle d'oiseau que voilà... Je n'en ai jamais vu de tel... " fis-tu sur un ton rieur et sarcastique. "Enfin... J'ai déjà aperçu cet oiseau durant une nuit étoilée, malheureusement... Le temps m'a manqué car j'aurais passé ma soirée à contempler sa beauté et à écouter son chant d'un autre temps..." avouas-tu en sentant tes pommettes s'embraser.

Oh, à quel jeu jouais-tu Rheia ? Tes sentiments devaient rester secrets, même si tu avais utilisé une façon plutôt subtile pour faire passer ton message... Mais tu n'avais pas pu lutter... Parce que cela était bien plus que de l'attirance ou même de l'obsession, même si cela était complètement chimérique

Le coup de foudre, l'amour le plus pur... C'était ça... Et rien d'autre pour toi.  

Lojzo
Messages : 4344
Date d'inscription : 19/09/2017
Région : ardèche
Crédits : i4sullyoon (ava)

Univers fétiche : fantasy, science-fi, réel.
Préférence de jeu : Les deux
Etoiles
Lojzo
Mar 9 Mai - 14:45

Thanatos
Je suis le dieu de la mort douce, un des fils de Nyx donc un immortel.  Je vis aux enfers mais j'aime me balader sur terre quand l'envie m'en prend. Je peux prendre plusieurs formes, celle d'un enfant, d'un jeune adulte, d'un vieillard ou d'un squelette. J'ai des ailes me permettant de franchir les enfers sans problèmes et je me bats à l'épée.

willy cartier par @ french and furious
Et la voilà, parfaite, dans toute sa splendeur. Elle ne perd pas une seconde et elle reprend ses piques. Tu souris, les poumons remplis pour la première fois en deux jours. Tout va bien se passer, tout ira bien à partir de maintenant.

« Vous voulez dire que vous n'aviez jamais vu un oiseau aussi parfait n'est-ce pas ? » Le clin d'oeil est-il de trop ? Sûrement. Mais tu tends la main vers elle. « Venez, montez dans l'arbre avec moi, je vous ferai écouter tous les plus beaux chants de tous les plus beaux oiseaux. » Tu n'attends pas qu'elle essaie de monter, rien qu'en touchant le bout de ses doigts, tu la rends plus légère et elle s'envole jusqu'à toi.

Maintenant que tu l'as touchée, tu ne peux plus la lâcher et tu ne lui laisses pas la choix ; tu l'as fait s'assoir juste à côté de toi, sur la branche. Vos épaules sont collées, l'une à l'autre et les feuilles, bien vertes pour le saison, vous cachent aux regards indiscrets. Même s'il n'y a sûrement plus personne dans les environs. Avec délicatesse, un oiseau arrive. Tu as menti, tu n'as pas le pouvoir de les faire venir et de les faire changer, tes dons s'arrêtent au seuil de la mort, alors tu es certain que l'oiseau qui vient de se poser sur la branche n'est que pour elle. Parce que, même les animaux respectent sa beauté. Rheia aurait pu être tellement plus qu'une mortelle, mais tu es bien heureux de ne l'avoir que pour toi.

« Tu es prête ? » Tu ne lui as pas expliqué ce que tu vas faire et, en réalité, tu n'attends même pas de réponse. Tu te relèves et la prends dans tes bras. Avant qu'elle n'ait le temps de poser une question, tu sautes de l'arbre. Quelques secondes avant le choc, tu déploies tes ailes et te met à les battre. Et vous volez. C'est sûrement la première fois pour elle, alors tu cesses de regarder le paysage pour l'admirer. Tu veux voir ses émotions, tu veux calmer sa peur si elle existe ou au contraire, partager sa joie. « Quel endroit as-tu toujours voulu découvrir ? » Rien ne t'es inaccessible, mais tu ne pourras l'emmener chez toi, car elle n'en ressortira jamais.
Contenu sponsorisé
Les amants maudits
Page 2 sur 5
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Sujets similaires
-
» (m) meilleurs amis, meilleurs ennemis, meilleurs amants ? (terminée)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers fantasy-
Sauter vers: