Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues
qui tu veux,
quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
Le Deal du moment : -38%
PNY – Disque SSD Interne – CS900 – ...
Voir le deal
31.19 €

LE TEMPS D'UN RP

"Il n'y a qu'une personne qui me donne l'impression d'avoir des ailes et de planer, et c'est toi." - Ft Charly

Charly
Messages : 2507
Date d'inscription : 24/04/2018
Région : Haut de France
Crédits : Bones_Obsessor

Univers fétiche : City, HP
Préférence de jeu : Femme
flower
Charly
Mer 7 Déc - 15:41

Judy Freeman
J'ai 34 ans ans et je vis à Seattle. Dans la vie, je suis sans emploi et je m'en sors pas terrible. Sinon, grâce à ma chance, je suis à nouveau avec l'homme de ma vie et je le vis plutôt bien.

Fille unique, petit trésor de ses parents, Judy n'a pas vraiment coupé le cordon. Elle passe régulièrement les voir. Sa mère est l'une de ses plus proches amies. Judy a grandi dans un foyer plein d'amour, entre ses peluches et ses amis imaginaires. Elle adorait jouer à la maitresse, mais aussi la peinture, le dessin... la voie était toute tracée. Professeure. Aujourd'hui, elle enseigne, elle aime ça, même si clairement les gosses qu'elle a en classe lui font passer l'envie d'en avoir à elle. Pas très organisée, tête en l'air, souvent à côté de la plaque, elle pratique beaucoup l'autodérision. Côté vie sentimentale, elle cherche désespérément un homme qui tombera amoureux d'elle. Elle en veut toujours à son ex, six ans plus tard.  
"Il n'y a qu'une personne qui me donne l'impression d'avoir des ailes et de planer, et c'est toi." - Ft Charly - Page 26 Tumblr_pptgd3SF2l1uv86xzo1_250
"Il n'y a qu'une personne qui me donne l'impression d'avoir des ailes et de planer, et c'est toi." - Ft Charly - Page 26 Tumblr_ps2nxrEQNJ1uv86xzo2_400
Crédits: cherry / tumblr

Judy se mis à sourire bêtement, en le regardant quelques secondes. « -je trouve ça trop adorable. » avoua la jeune femme avec de l’amour plein les yeux et une grande sincérité. « -je prends note, la prochaine fois je t’appelle. » et elle ne disait pas cela pour lui faire plaisir ou pour le faire sourire. Non, elle était vraiment sérieuse. « -quoi ?! Non, je suis pas enceinte. No stress ! » elle avait seulement passé la journée à bosser comme une folle, n’avait pas prit le temps de vraiment déjeuner ou de faire de pause et par conséquent, ce soir, elle avait plus que faim. « -non. Ce qui ne m’étonne pas. » elle regarda Caleb et justifia ses mots : « -elle voulait l’enfermer… forcement ça ne pouvait pas durer. Mohamed sans la danse c’est… impossible. Elle lui réclamait déjà un bébé… Enfin, c’était pas tout à fait ce qu’elle lui avait vendu comme rêve au départ. » enfin bref… elle espéra soudainement que cette annonce n’allait pas mettre un autre coup au moral de Caleb. « -j’ai contacté mon ancien proprio. Celui du placard à balai. Ça fera l’affaire au départ. Je veux pas qu’il vienne habité ici, même pour le dépanner. Ici c’est… c’est chez nous. On passe assez de temps éloigné l’un de l’autre toi et moi, en rentrant, je veux pouvoir faire ce que je veux… » un sourire en coin pour terminer sa phrase…

Elle le laissa quitter la table sans protester, sans chercher à en savoir plus. Elle prenait soin d’éviter de jouer les mamans poules. Mais lorsqu’elle arriva dans la partie chambre de l’appartement, elle posa ses mains sur le dos de Caleb afin de le masser. Là elle ouvrit le dialogue. Elle comprenait… elle savait que c’était dur d’être encore patient. De redoubler d’effort. « -oui ba ça, ce ne sont que des détails très cher. » avait elle répliqué avec un haussement d’épaule et un sourire taquin. Si elle devait faire cela pour l’aider à retrouver de la motivation, alors elle passerait ses journées nues ! Elle lui rendit son baiser non sans envie. Puis elle continua de jouer, caressant son torse : « -pardon… j’ai bloqué sur… envie… prendre… reprendre… faire l’amour… » elle lui sourit avant de l’embrasser à nouveau. « -moi non plus… j’ai pas envie d’attendre… » elle sourit contre ses lèvres. Si seulement elle parvenait à le faire sourire à nouveau, embrassant son cou : « -on a une maison… on est bien ici pour le moment… » elle remonta le long de sa mâchoire : « -me prendre dans ta bras et m’apporter à manger, tu peux totalement le faire… » elle descendit vers son torse : « -on danse ! et tu fais du sport, t’as jamais eu des bras aussi musclés ! » elle releva ensuite la tête, plissa les yeux et remonta sur lui pour venir s’asseoir sur ses hanches : « -attends je dois comprendre quoi ? Que je suis pas bonne au lit ? » elle l’embrassa à nouveau après avoir retiré sur tshirt. « -je t’accompagne demain… » ajouta Judy avant de lui souffler à l’oreille : « -à Noël, je suis certaine que tu me feras danser au repas, mais on restera pas trop tard… » elle l’embrassa dans le cou : « -parce qu’on devra vite rentrer… pour faire l’amour… encore et encore… dans toutes les positions que tu voudras… »

Manhattan Redlish
Messages : 2596
Date d'inscription : 26/04/2018
Crédits : Icon : Tumblr

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Homme
flower
Manhattan Redlish
Mer 7 Déc - 20:06

Caleb Hamilton
J'ai 38 ans ans et je vis à Seattle, Etats-Unis. Dans la vie, je suis psychothérapeute dans un hôpital public et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis en couple et je le vis plutôt très bien.

Caleb a vu le jour et a grandi dans le quartier défavorisé de South Park, à Seattle.  Il s’est toujours considéré comme un privilégié dans le quartier. Son père n’était pas parti chercher un paquet de cigarette à sa naissance, pour ne plus jamais revenir, et sa mère ne cumulait pas trois emplois pour subvenir à leurs besoins. Il avait grandi dans une famille aimante, passant ses dimanches à jouer au baseball avec son père dans le jardin. Cela lui permis d’obtenir une bourse pour étudier la psychologie à l’Université, jusqu’à ce qu’il ne se blesse à l’épaule à sa quatrième année. Ses excellents résultats lui permirent de maintenir sa bourse, et il décrocha son diplôme. Il exerça un moment en tant que thérapeute en Californie à l’issue de ses études supérieures. Finalement, il prit conscience que la problématique récurrente de ses patients, c’était l’amour. Ils souffraient de chagrin d’amour ou encore se sentaient seuls, d’autres n’y croyaient plus, alors que certains espéraient encore, allant de déception en déception. Il décida donc de créer sa société , devenant une espèce de Dr. Love, comme Will Smith au cinéma, mais cette fois-ci, à Seattle. Mais suite au suicide de l'un de ses patients, Caleb tomba dans une profonde dépression qui le poussa à revoir toute sa vie, y compris son travail. Aujourd'hui, il exerce en tant que psychothérapeute dans un hôpital public et a trouvé sa voie. 
"Il n'y a qu'une personne qui me donne l'impression d'avoir des ailes et de planer, et c'est toi." - Ft Charly - Page 26 Tumblr_inline_peihuch0ga1tokatx_400
"Il n'y a qu'une personne qui me donne l'impression d'avoir des ailes et de planer, et c'est toi." - Ft Charly - Page 26 Tumblr_inline_peii3jnEuF1tokatx_400
"Il n'y a qu'une personne qui me donne l'impression d'avoir des ailes et de planer, et c'est toi." - Ft Charly - Page 26 Tumblr_inline_plibh7sHEp1tokatx_400
gif : Tumblr - Avatar : Bazzart


Quand Caleb lui avait proposé de lui apporter son déjeuner afin qu’elle puisse manger entre deux cours de danse, cela s’était fait naturellement, et il ne s’était pas attendu à ce sourire sur les lèvres de sa moitié, mais il savoura ce petit instant qu’elle lui offrit. Sa séance de kiné désastreuse était soudainement loin durant ces quelques secondes. Judy venait de le faire sourire à son tour avec ce naturel qui lui allait si bien « Pourtant ça n’a rien d’exceptionnel » souffla-t-il sans se départir de son sourire presque timide sur les lèvres. Un acquiescement « Ça me donnerais une bonne excuse pour venir te déranger », même s’il savait qu’il n’en avait pas besoin. Puis soudainement, une pensée subite et peut-être un peu stupide lui traversa l’esprit sur cette envie soudaine de pâtes bolognaise et éprouva un soulagement non dissimulé en apprenant que non, elle n’était pas enceinte « Ok ! Ok ! J’ai eu peur soudainement » avoua-t-il. Le sujet changea par la suite pour se concentrer sur Mohamed. Ce dernier était redevenu célibataire et fronça les sourcils quand Judy lui avoua que ça ne l’étonnait pas. Que devait-il comprendre ?! Un hochement de tête tout en prenant une bouchée « Il aura du mal à trouver mieux que toi de toute manière » répliqua-t-il tout en enfilant ses pâtes dans la bouche, et ajouta, la bouche pleine « Mais j’te garde » et avala en reprenant, lui demandant s’il allait dormir ici. L’idée ne l’enchantait pas vraiment, mais c’était un ami de Judy, donc… Il fut toutefois soulagé d’apprendre que ça ne serait pas le cas et qu’elle ne le souhaitait pas « C’est ce que je voulais entendre ».

Un bref silence suivit et il quitta la table à manger sans finir de dîner et rejoignit le lit. Il aima sentir ses mains sur son dos, tentant de détendre ses tensions. Judy parvint tout de même à lui extirper un sourire quand elle évoqua sa contribution possible à sa guérison « Je vais te prendre au mot, tu sais ? » rétorqua-t-il avant de se retourner, l’attirant à lui pour l’embrasser avec envie. Il baissa ses yeux sur les mains de la jeune femme caressant son torse et releva ses yeux sur elle « Tu as envie que je te prenne encore et encore ? » répondit-il avec un sourire en coin et lui rendit son baiser, la main de Caleb glissant sous le t-shirt de la jolie rousse. Il ferma les yeux en sentant ses lèvres dans son cou, remontant peu à peu sur son visage « Oui, mais j’aimerais le faire sans ce maudit fauteuil ». Il sentit sa respiration s’accélérer sous l’effet du désir alors qu’elle jouait avec lui « Je n’ai jamais dit ça ! Tu es plus que bonne, et tu dois sentir toute l’envie que j’éprouve pour toi en cet instant » et embrassa son cou avant de souffler « Seulement, ça me manque de ne pas pouvoir gérer nos ébats, de sentir ton dos contre mon torse » et joua de sa langue contre sa peau. Il la laissa retirer son t-shirt et lui rendit son baiser « Nue ? » demanda-t-il avec un petit sourire « Tu as conscience que tu ne vas pas fermer l’œil de la nuit ce jour-là ? » et ajouta « Par contre, je ne veux pas que tu perdes ce goût de prendre l’initiative. J’aime quand tu prends les commandes » alors qu’il glissa ses doigts jusqu’à sa féminité, bien décidé à jouer avec elle lui aussi.



Charly
Messages : 2507
Date d'inscription : 24/04/2018
Région : Haut de France
Crédits : Bones_Obsessor

Univers fétiche : City, HP
Préférence de jeu : Femme
flower
Charly
Mer 7 Déc - 21:01

Judy Freeman
J'ai 34 ans ans et je vis à Seattle. Dans la vie, je suis sans emploi et je m'en sors pas terrible. Sinon, grâce à ma chance, je suis à nouveau avec l'homme de ma vie et je le vis plutôt bien.

Fille unique, petit trésor de ses parents, Judy n'a pas vraiment coupé le cordon. Elle passe régulièrement les voir. Sa mère est l'une de ses plus proches amies. Judy a grandi dans un foyer plein d'amour, entre ses peluches et ses amis imaginaires. Elle adorait jouer à la maitresse, mais aussi la peinture, le dessin... la voie était toute tracée. Professeure. Aujourd'hui, elle enseigne, elle aime ça, même si clairement les gosses qu'elle a en classe lui font passer l'envie d'en avoir à elle. Pas très organisée, tête en l'air, souvent à côté de la plaque, elle pratique beaucoup l'autodérision. Côté vie sentimentale, elle cherche désespérément un homme qui tombera amoureux d'elle. Elle en veut toujours à son ex, six ans plus tard.  
"Il n'y a qu'une personne qui me donne l'impression d'avoir des ailes et de planer, et c'est toi." - Ft Charly - Page 26 Tumblr_pptgd3SF2l1uv86xzo1_250
"Il n'y a qu'une personne qui me donne l'impression d'avoir des ailes et de planer, et c'est toi." - Ft Charly - Page 26 Tumblr_ps2nxrEQNJ1uv86xzo2_400
Crédits: cherry / tumblr

« -comme si tu avais besoin d’une excuse… » souffla Judy, adorant voir ce petit sourire à la limite de la timidité sur les lèvres de Caleb. « -ah non ! non ! J’ai seulement pas prit le temps de vraiment manger à midi. J’en enchainé les cours. Rien d’alarmant sois rassuré. » hors de question qu’il y ait un bébé là au milieu. Ils n’en voulaient pas. Pour l’instant il y avait deux objectifs : le studio et la rééducation de Caleb. Rien d’autre. « -si il trouvera. Elle n’était pas celle qui lui fallait, autant que je ne suis pas celle qui lui faut. » précisa Judy en regardant Caleb droit dans les yeux : « -mais j’espère bien ! Parce que je n’ai pas l’intention de faire mes bagages ! » ajouta Judy avec un sourire taquin. « -et pourtant tu étais déjà prêt à me dire oui, si j’avais dit autre chose. » souffla t elle en le connaissant par cœur. « -on a le temps de préparer son arrivée, donc il aura une chambre de bonne au départ et ensuite et bien… suivant si j’arrive à lui sortir un salaire, il pourra voir par la suite. » il n’était pas question d’héberger Mohamed ici. C’était trop petit.

« -tu crois que je n’en suis pas capable ? » lança Judy sur un ton de défi avant de l’embrasser avec envie. « -hum hum… » acquiesça t elle en se mordant la lèvre inférieure. Fauteuil roulant ou pas, elle l’aimait toujours autant, et son envie de lui n’avait pas faibli. « -je préfère ça… » s’amusa ensuite la jolie rousse avant d’ajouter : « -ah bon ? Tu as envie de moi ? » comme si elle ne s’en était pas rendue compte. « -bientôt… on fera plus que ça si tu veux… » avait elle reprit tout en embrassant sa peau. « -ba je vais peut être arriver habillée quand même… sinon on risque d’avoir des spectateurs… » elle l’embrassa à nouveau « -je sais… » elle l’espérait vraiment. Si les miracles existaient, elle espérait vraiment de tout cœur que cela se produirait pour Noël. Pour le moment… elle était parvenue à faire sourire Caleb, à lui faire oublier sa mauvaise journée…

Avec l’arrivée de Mohamed, Judy pu se dégager plus de soirée pour accompagner Caleb en séance de rééducation. Le jour où il parvint à faire trois pas consécutif, elle eut bien du mal à retenir ses larmes de joie. C’était une grande étape. C’était une grande victoire.

Manhattan Redlish
Messages : 2596
Date d'inscription : 26/04/2018
Crédits : Icon : Tumblr

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Homme
flower
Manhattan Redlish
Jeu 8 Déc - 20:15

Caleb Hamilton
J'ai 38 ans ans et je vis à Seattle, Etats-Unis. Dans la vie, je suis psychothérapeute dans un hôpital public et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis en couple et je le vis plutôt très bien.

Caleb a vu le jour et a grandi dans le quartier défavorisé de South Park, à Seattle.  Il s’est toujours considéré comme un privilégié dans le quartier. Son père n’était pas parti chercher un paquet de cigarette à sa naissance, pour ne plus jamais revenir, et sa mère ne cumulait pas trois emplois pour subvenir à leurs besoins. Il avait grandi dans une famille aimante, passant ses dimanches à jouer au baseball avec son père dans le jardin. Cela lui permis d’obtenir une bourse pour étudier la psychologie à l’Université, jusqu’à ce qu’il ne se blesse à l’épaule à sa quatrième année. Ses excellents résultats lui permirent de maintenir sa bourse, et il décrocha son diplôme. Il exerça un moment en tant que thérapeute en Californie à l’issue de ses études supérieures. Finalement, il prit conscience que la problématique récurrente de ses patients, c’était l’amour. Ils souffraient de chagrin d’amour ou encore se sentaient seuls, d’autres n’y croyaient plus, alors que certains espéraient encore, allant de déception en déception. Il décida donc de créer sa société , devenant une espèce de Dr. Love, comme Will Smith au cinéma, mais cette fois-ci, à Seattle. Mais suite au suicide de l'un de ses patients, Caleb tomba dans une profonde dépression qui le poussa à revoir toute sa vie, y compris son travail. Aujourd'hui, il exerce en tant que psychothérapeute dans un hôpital public et a trouvé sa voie. 
"Il n'y a qu'une personne qui me donne l'impression d'avoir des ailes et de planer, et c'est toi." - Ft Charly - Page 26 Tumblr_inline_peihuch0ga1tokatx_400
"Il n'y a qu'une personne qui me donne l'impression d'avoir des ailes et de planer, et c'est toi." - Ft Charly - Page 26 Tumblr_inline_peii3jnEuF1tokatx_400
"Il n'y a qu'une personne qui me donne l'impression d'avoir des ailes et de planer, et c'est toi." - Ft Charly - Page 26 Tumblr_inline_plibh7sHEp1tokatx_400
gif : Tumblr - Avatar : Bazzart


Un sourire se glissa sur les lèvres du beau brun avec presque timidité « Je sais, mais je n’ai pas envie de te déranger en plein cours ». Après tout, il pourrait être source de distraction pour ses élèves et elle-même. Caleb ne souhaitait pas être un perturbateur. La suite de la conversation lui donna une impression de déjà-vu lorsqu’il avait sauté le déjeuner, lui aussi. C’était la veille de son accident de moto… « On a déjà eu cette conversation. Tu dois prendre le temps de déjeuner le midi. S’il faut que je vienne pour ça, je le ferais » répliqua-t-il avec un maigre sourire. Cette conversation lui rappelait bien trop de mauvais souvenirs. Il décida donc d’en changer pour évoquer la venue de Mohamed « Tu es celle qui me faut à moi » souffla-t-il avec tendresse. Un petit rire résonna dans l’appartement « Je ne voyais pas les choses autrement ». Toutefois, il était prêt à accepter Mohamed dans l’appartement, mais d’apprendre que ça ne serait pas le cas, qu’elle allait lui trouver un appartement à lui, le soulagea. Tel un enfant pris en faute, il acquiesça « Oui… Parce que c’est ton ami et que je t’aime ». Il acquiesça « D’accord ». Apparemment, sa moitié avait tout prévu.

Judy parvint à le faire sourire à nouveau lorsqu’ils furent tous les deux sur le lit « Si, et je ne demande que ça » répliqua-t-il sur un ton taquin. Il posa ensuite un regard illuminé d’une lueur de désir pour la jolie rousse « Retire-moi mes fringues et tu verras à quel point j’ai envie de toi », et déposa ses lèvres dans son cou et acquiesça « Je ne rêve que de ça ». Un nouveau rire résonna « Tu as raison, sinon je vais être extrêmement jaloux » et lui rendit son baiser, bien décidé à poursuivre cette conversation d’une toute autre manière…

L’arrivée de Mohamed libéra du temps pour la jeune femme qui l’accompagna à ses séances de rééducation. Peu à peu, ses jambes lui obéissaient de mieux en mieux. Ce fut un pas, puis deux, trois et ensuite, au fil des semaines, il arriva au bout. Les derniers mois de l’année, Caleb organisa ses séances en journée. Il souhaitait faire une surprise à sa petite-amie en remarchant, comme prévu, pour les fêtes de fin d’année. Il le lui avait promis. Il mit alors toute son énergie pour cela. Il garda le fauteuil jusqu’au 24 décembre qu’ils passèrent avec leurs familles réunies dans la maison des parents de Caleb. Tous installés autour de la table basse, près du sapin, trinquant ensemble dans la bonne humeur et parlant de tout et de rien, Trish aborda la question du mariage à sa manière « Quand allez-vous vous marier vous deux ? » « Oui ! C’est vrai ça ! Vous avez dit pas d’enfants, on accepte, mais le mariage au moins ». Caleb regarda la jeune femme et lui prit la main, entrelaçant ses doigts aux siens « Le mariage n’est pas nécessaire pour se prouver qu’on s’aime. Je veux dire, ce sont quoi les vœux déjà ?! » et se mit à réfléchir « Je fais la promesse solennelle de t’aimer. C’est déjà le cas. De t’être fidèle. Nous le sommes déjà. « De te chérir dans le meilleur et pour le pire, dans la richesse comme dans la pauvreté, dans la santé comme dans la maladie… » et resta un moment silencieux à fixer Judy « C’est que tu as fait. Cette année, tu as été mon pilier Judy, ma force, celle qui m’a donné envie de me battre, de surmonter cette épreuve… Tu es la femme de ma vie » et sur ces mots, Caleb se leva de sa chaise, fit quelques pas avec encore quelques difficultés, jusqu’à sa veste, puis revint. Il n’avait jamais montré à Judy qu’il était capable de remarcher à nouveau « Surprise mon cœur » et regarda sa sœur « Je vais avoir besoin d’aide Trish ». La sœur jumelle semblait avoir été mise dans la confidence et aida son frère à poser un genou à terre « Judy, veux-tu être ma femme ? Pas parce que j’ai besoin de ça pour t’aimer, mais parce que la vie est fragile, et que je veux que tu puisses prendre les décisions si le pire arrive un jour. J’ai également envie de voir nos noms sur l’acte d’achat de notre maison en banlieue » et esquissa un sourire en coin « Sincèrement ?! Je veux seulement rappeler à tous les hommes que tu es à moi, et à toutes les femmes qu’elles n’ont aucune chance ».


Charly
Messages : 2507
Date d'inscription : 24/04/2018
Région : Haut de France
Crédits : Bones_Obsessor

Univers fétiche : City, HP
Préférence de jeu : Femme
flower
Charly
Jeu 8 Déc - 20:45

Judy Freeman
J'ai 34 ans ans et je vis à Seattle. Dans la vie, je suis sans emploi et je m'en sors pas terrible. Sinon, grâce à ma chance, je suis à nouveau avec l'homme de ma vie et je le vis plutôt bien.

Fille unique, petit trésor de ses parents, Judy n'a pas vraiment coupé le cordon. Elle passe régulièrement les voir. Sa mère est l'une de ses plus proches amies. Judy a grandi dans un foyer plein d'amour, entre ses peluches et ses amis imaginaires. Elle adorait jouer à la maitresse, mais aussi la peinture, le dessin... la voie était toute tracée. Professeure. Aujourd'hui, elle enseigne, elle aime ça, même si clairement les gosses qu'elle a en classe lui font passer l'envie d'en avoir à elle. Pas très organisée, tête en l'air, souvent à côté de la plaque, elle pratique beaucoup l'autodérision. Côté vie sentimentale, elle cherche désespérément un homme qui tombera amoureux d'elle. Elle en veut toujours à son ex, six ans plus tard.  
"Il n'y a qu'une personne qui me donne l'impression d'avoir des ailes et de planer, et c'est toi." - Ft Charly - Page 26 Tumblr_pptgd3SF2l1uv86xzo1_250
"Il n'y a qu'une personne qui me donne l'impression d'avoir des ailes et de planer, et c'est toi." - Ft Charly - Page 26 Tumblr_ps2nxrEQNJ1uv86xzo2_400
Crédits: cherry / tumblr

Judy se félicitait d’avoir écouté les conseils de Caleb, et d’avoir osé proposer à Mohamed de venir travailler avec elle. Grâce à sa présence, le studio se développait bien. Ils avaient pu ouvrir de nouveau créneaux de cours. La plus part étaient plein. Judy aimait se lever le matin pour faire ce job, voir les sourires et les efforts des gamins. Petit à petit elle trouvait sa place. Mohamed aussi. Pouvoir travailler de nouveau avec lui, c’était aussi parfaitement bénéfique pour sa confiance et son moral. Comme prévu, elle arrangeait son emploi du temps, et pu ainsi accompagner Caleb. Peu à peu ses jambes avaient décidé de répondre à nouveau. La première fois, elle s’était précipitée pour le serrer dans ses bras, en larmes. Des larmes de bonheur, de joie… il avait tant fait d’effort pour y parvenir.

Lorsque Caleb reprit ses séances en journées, elle ne s’offusqua pas. C’était son combat. A Noël, elle savait que le fauteuil serait bientôt un vieux souvenir. Judy adorait les fêtes de fin d’année. Elle apprécia l'invitation de Sam et Ellen vis-à-vis de son père. Elle adora aidé Trish et Ellen en cuisine, laissant au loin les conversations de base ball. Assise à côté de Caleb, elle ouvrit de grands yeux devant la question de Trish. « -heu… on en… en a jamais parlé… » bafouilla la jolie rousse avant de regarder Caleb. Elle l’écouta mais se mis à froncer les sourcils au bout de quelques secondes. Il lui faisait quoi là ? Pourquoi une telle tirade ? Puis elle cligna des paupières à plusieurs reprise, sentit son cœur battre plus fort. Elle eut forcement les larmes aux yeux, et se mordilla la lèvre inférieure afin de ne pas les laisser couler. Puis elle eut un mouvement de reflexe lorsqu’il se leva. Mais elle leva les yeux avec lenteur sur lui, le voyant marcher à nouveau.

Cette fois, c’était trop pour elle. Larme et rire mêler, elle porta ses deux mains devant ses lèvres : « -Caleb… » il lui avait promis cette surprise. Mais elle ne semblait pas s’arrêter là. Un regard pour Trish. Puis elle ouvrit des grands yeux en le voyant mettre un genou à terre. « -qu’est ce que tu… » bafouilla la jolie rousse. Elle hocha positivement de la tête, pleurant de joie. Elle l’aida à se relever dans un rire joyeux, avant de répondre : « -oui ! Oui Caleb… oui pour toujours et à jamais. » et elle l’embrassa avec tout son amour. Quelques secondes plus tard, une bague au doigt, elle ne parvenait pas à le quitter des yeux alors qu’une douce musique flottait dans l’air, les entourant de ses notes tendres. Blottit l’un contre l’autre, ils dansaient de nouveau. Ça aussi il le lui avait promis…

Contenu sponsorisé
"Il n'y a qu'une personne qui me donne l'impression d'avoir des ailes et de planer, et c'est toi." - Ft Charly
Page 26 sur 26
Aller à la page : Précédent  1 ... 14 ... 24, 25, 26
Sujets similaires
-
» “La célébrité vous donne l'impression que tout le monde vous connaît, mais en réalité, vous ne connaissez personne.”
» "Il n'y a pas de hasards, que des rendez-vous" [ft Charly]
» petit oiseau si tu n'as pas d'ailes...
» Tomber amoureux est un véritable parcours du combattant [ft Charly]
» “Journaliste. D'abord, il lèche, puis il lâche et il lynche.” [Ft. Charly]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: