Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues qui tu veux, quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
» « Even on the darkest night, I will be your sword and shield, your camouflage. »
North Rivers, Spin-Off : Cocktail Explosif [FT. Cheval] [+18] - Page 2 EmptyAujourd'hui à 19:03 par Touriste

» « Connais ton adversaire, connais-toi, et tu ne mettras pas ta victoire en danger. »
North Rivers, Spin-Off : Cocktail Explosif [FT. Cheval] [+18] - Page 2 EmptyAujourd'hui à 18:59 par Stormy Dream

» Get out of my head !
North Rivers, Spin-Off : Cocktail Explosif [FT. Cheval] [+18] - Page 2 EmptyAujourd'hui à 18:30 par Aloy

» Funambule feat Manhattan Redlish
North Rivers, Spin-Off : Cocktail Explosif [FT. Cheval] [+18] - Page 2 EmptyAujourd'hui à 17:21 par Manhattan Redlish

» If these wings could fly
North Rivers, Spin-Off : Cocktail Explosif [FT. Cheval] [+18] - Page 2 EmptyAujourd'hui à 16:24 par Aloy

» Recensement 2024
North Rivers, Spin-Off : Cocktail Explosif [FT. Cheval] [+18] - Page 2 EmptyAujourd'hui à 16:10 par Scarlett Thompson

» Welcome to the Puppet Show - ☽ Rein ☾
North Rivers, Spin-Off : Cocktail Explosif [FT. Cheval] [+18] - Page 2 EmptyAujourd'hui à 16:09 par Rein

» Un équilibre fragile (avec Nemo) [+18]
North Rivers, Spin-Off : Cocktail Explosif [FT. Cheval] [+18] - Page 2 EmptyAujourd'hui à 16:03 par Scarlett Thompson

» Pour mon peuple ft. Ehlana
North Rivers, Spin-Off : Cocktail Explosif [FT. Cheval] [+18] - Page 2 EmptyAujourd'hui à 15:51 par Ehlana

Le Deal du moment :
TCL C74 Series 55C743 – TV 55” 4K QLED 144 ...
Voir le deal
499 €

LE TEMPS D'UN RP

North Rivers, Spin-Off : Cocktail Explosif [FT. Cheval] [+18]

Cheval de Troie
Messages : 1391
Date d'inscription : 08/02/2020
Région : PACA
Crédits : Bazzart

Univers fétiche : Réel - Disney - Fantasy - Surnaturel - Mythologie
Préférence de jeu : Femme
Totally Spies
https://www.letempsdunrp.com/t3582-ton-amie-c-est-moi-je-suis-ton-amie
Cheval de Troie
Dim 6 Aoû - 15:01

Candice Moore
J'ai 24 ans et je vis à Santana, Arizona. Dans la vie, je suis une jeune mère au foyer et je m'en sors très bien, je m'occupe de ma fille et je profite de la vie ! Sinon, je suis mariée et je le vis plutôt bien car au moins ma fille ne manque de rien.




North Rivers, Spin-Off : Cocktail Explosif [FT. Cheval] [+18] - Page 2 Tumblr_inline_pbv5hiKmZw1tyemz4_500

Candice n'a pas eu une vie facile, mais s'en est toujours accommodée. Ses parents sont des festivaliers qui ont connu les années hippies, l'ère du disco puis.... les années 90. Autant dire, qu'ils n'avaient pas du tout prévu d'avoir un enfant, seulement, quand la mère de Candice s'est retrouvée enceinte sans possibilité d'avorter..... ils ont décidé de la garder. Bien qu'ils se soient finalement mis à aimer leur fille, les parents de Candice n'avaient pas vraiment la fibre parentale… Ils étaient du genre à emmener Candice partout avec eux, dans des festivals, des concerts et autre évènement. Son premier Burning Man était à trois ans et Candice y a vu des choses qui ont radicalement changé sa façon de grandir normalement. Sexe, drogue, alcool et rock & roll ont toujours fait partie de sa vie ! En grandissant, elle ne pensait pas non plus donner la vie.... et pourtant, Birdy est apparue... Comme un petit oiseau, elle s'est déposée dans son ventre sans qu'elle s'y attende. Candice pensait qu'elle ferait une meilleure mère que ses parents, pourtant, elle mène à peu près la même vie.... Cependant, bien qu'elle soit complètement déjantée, Candice fait toujours de son mieux pour être une bonne personne. Ok, elle est charmeuse, colérique, vulgaire, bagarreuse, susceptible et j'en passe, mais elle également une amie loyale et fidèle, c'est une personne franche et entière que l'on adore détester. Ou pas d'ailleurs. Sinon, elle est mariée avec Chuck depuis maintenant cinq ans, ce qui coïncide avec la naissance de Birdy. Chuck est un homme de Néandertal qui reflète parfaitement l'expression tout dans les muscles et rien dans la tête. Il est gentil avec Candice, cependant, il aime d'un amour inconditionnel ! Ce qui en est presque flippant. Il ne lui refuse jamais rien et même s'il est toujours à côté de la plaque, il fait de son mieux pour être un bon père. En soi, c'est tout ce dont Candice a besoin. À côté de ça, elle s'autorise à faire ce qu'elle veut de sa vie, elle sort, elle boit, elle couche, sans la moindre gêne. C'est pas qu'elle n'aime pas Chuck, disons simplement que Candice a vite compris que l'amour ce n'était pas fait pour elle. Son cœur n'a jamais battu pour personne. Jamais. C'est qu'il y a bien quelque chose qui ne pas chez elle ?!
Heureusement, elle peut toujours se confier à sa meilleure amie, Minerva Bolen qui vit à côté de chez elle. Candice considère Minnie comme une soeur, mais elle ne le lui a jamais dit.... Candice n'est pas vraiment du genre à dévoiler ses sentiments. Ça aussi, c'est pas normal, pas vrai ? Enfin bon, Candice est du genre à se porter par le vent et à découvrir avec impatience ce que la vie lui réserve.

North Rivers, Spin-Off : Cocktail Explosif [FT. Cheval] [+18] - Page 2 PiMZ


Bon, je dois admettre que j'étais loin de me douter que la soirée prendrait un tournant aussi plaisant. Je veux dire..... vous l'avez bien regardé ?! Il est la plus belle chose qui soit arrivée à cette ville depuis que j'ai décidé de m'y installer ! En plus d'être aussi canon qu'un ange descendu du ciel, il est aussi fort, joueur et intéressant ! Pendant que je me recoiffe, je me demande si je ne devrais pas en profiter pour jouer au loto, car j'ai bien le sentiment que c'est mon jour de chance ! Je lui envoie un sourire qui n'a rien de joueur, au contraire, il est plus qu'honnête. En tant normal, je n'offrirais jamais ce genre de sourire à une conquête d'un soir, mais c'était plus fort que moi. Je passe un très, très bon moment et je.... suppose qu'inconsciemment, je voulais qu'il le sache.

Sans plus attendre, la suppôt de Satan qui sommeil en moi, lui prend la main et le dirige vers le bar affin de commander nos derniers verres. Je me suis dit qu'un shot serait exactement ce qu'il nous faudrait pour bien commencer cette soirée de débauche. Je passe donc commande à Mark et c'est là que je le sens. De tout son corps, il se colle à mon dos et m'enveloppe de ses bras. Je sens mes joues prendre feu aussi bien à cause du malaise que cela me procure, mais aussi à cause de l'alcool. Malgré tout, je suis loin d'avoir quinze ans, aussi, je ne me laisse pas démonter et bois mon verre cul sec comme si de rien était. Je chasse de mon esprit et de toutes les fibres de mon corps, le sentiment qui est en train de naitre au fond de moi et qui ressemble vaguement à de l'affection. J'ai pas vraiment le temps pour ça, j'ai un mari et une fille. J'ai le temps de m'amuser, mais j'ai pas le temps de ressentir quoi que ce soit pour qui que ce soit. Alors merci, mais non merci. En sentant l'alcool me bruler la trachée, j'espère également qu'il brule l'agréable sensation qui grandit au creux de mon ventre.

Je regarde Will descendre son verre en gloussant avant de le prendre par la main et de l'emmener plus loin. Décidément, je n'aurais pas arrêté de le faire courir, danser et boire. Tant mieux, l'alcool prendra encore plus rapidement le dessus sur nous et nous n'aurons plus aucune inhibition. Si tant est que nous en ayons déjà eu une. Je nous fraie un chemin jusqu'à la sortie de secours puis je laisse la porte se refermer derrière nuit. L'air frais me fait du bien et je ne peux m'empêcher de le dévorer du regard sous le clair de lune. Comment fait-il pour être aussi beau en toute circonstance. Cet air hébété et ce sourire de prédateur, y'a pas à dire, personne ne serait capable d'y résister. Vraiment personne. Encore une fois, bien que ça ne soit pas ce que je veux, je lui offre un petit sourire sincère avant de me jeter à son cou pour l'embrasser avec passion et gourmandise. J'ai une insatiable envie de le toucher, de le gouter, de ne faire plus qu'un avec lui. Savoir ce que ça fait, est-ce que nos corps s'harmoniseront ? Est-ce qu'on connaitra l'extase ? .... Je n'ai aucun doute là-dessus. Je ne pourrais pas vous l'expliquer mais… au fond de moi.... j'ai...j'ai réellement le sentiment que TOUT sera complètement différent avec Will. Est-ce pour ça qu'il m'attire autant ? Parce qu'il a un gout d'inconnu ? D'aventure ? J'en sais rien, je suis peut-être en train de raconter n'importe quoi à cause de l'alcool… Mes idées seront sans doute plus claires demain.

Comme il sait si bien le faire, Monsieur Je Ne Viens Pas d'Ici, arrive à me faire sortir de ma rêverie pour n'avoir d'yeux que pour lui. Il me plaque contre le mur et de nouveau, toute ma concentration lui est destinée. Je le regarde avec des yeux de braise sans cesser d'embrasser tout ce qui passe à proximité de ma bouche. Mes mains ne restent pas inactives et je parviens enfin à déboutonner son pantalon et à descendre la braguette. Première étape, ok. Il colle son corps contre le mien et c'est avec toute la sensualité dont je suis encore capable dans mon état que je me mets à gesticuler contre lui dans l'espoir qu'une réaction physique se fasse rapidement sentir. Will pose ses mains fermes sur mes cuisses et remontent lentement jusqu'à remarquer que je ne porte pas de sous-vêtements. Je soupire de plaisir en sentant la chaleur de ses mains près de mes zones intimes.

Il ne lésine pas sur les moyens pour me faire passer son message. Des baisers dans le cou en passant par le positionnement de ses mains, rien n'est laissé au hasard et tout me rend folle... Son souffle sur ma peau, sa façon qu'il a d'agripper malgré lui mon sein ou ma fesse pendant qu'il fait glisser la fermeture éclaire de ma robe avec ses dents… Tout est parfait. Je le regarde faire avec des yeux brillants et les lèvres entrouvertes de désirs. Je ne le freine pas du tout quand il arrive à l'endroit le plus chaud de tout mon corps. Chaud et humide, c'est certain. Il me suffit d'un léger hochement de tête pour lui confirmer mon consentement et d'une caresse dans les cheveux pour l'encourager à poursuivre ce qu'il s'apprêtait à faire.

Je suis rassurée de voir qu'il en avait aussi envie que moi. Je rougis, mais n'y prête nullement attention, préférant me concentrer sur tout le bien qu'il me fait. Même son souffle me fait frissonner. Comme je suis intégralement épilée, je peux sentir son souffle directement sur mon pubis ou sur mes lèvres. C'est.... Beaucoup trop intense pour que je puisse supporter cela trop longtemps.... C'est comme de la torture ! J'aurais envie de me rouler par terre en hurlant qu'il faut qu'il me prenne ! Sans exagérer, ça serait une question de vie ou de mort !

Mais pour l'instant, je savoure en gémissant, une main prenant appuie sur son épaule et l'autre dans ses cheveux, pour l'instant, je m'agrippe à eux à chaque fois qu'il touche un point sensible… Je ne sais pas si je lui fais mal et franchement ? J'en ai absolument rien à foutre. La tête basculant lentement, mais surement en arrière, c'est délicieusement que je commence à tomber dans un monde dans lequel il n'existe plus que lui et moi...
Nemo
Messages : 472
Date d'inscription : 10/02/2022
Crédits : Re°

Univers fétiche : Réel - fantastique - futuriste
Préférence de jeu : Les deux
NEMO
https://www.letempsdunrp.com/t4994-le-monde-de-nemo https://www.letempsdunrp.com/t5305-fourre-tout-du-poisson-clown#105985
Nemo
Mer 9 Aoû - 16:26
mise en marche

Will Parsons

Le lendemain matin
Ma tête pèse une tonne lorsque je me réveille ce matin. La bouche pâteuse, j’ouvre des paupières fatiguées et enfonce ma tête entre mes paumes. Je ne parviens pas vraiment  à me rappeler les évènements de la veille, ressentant juste un bien-être fou. Je crois que j’ai passé une belle soirée et une belle nuit en compagnie de Candice. En me levant, j’aperçois un mot griffonné sur un bout de papier posé sur la table. Elle est partie tôt, sans doute pour ne pas éveiller les soupçons de son conjoint. Je ris de bon cœur, l’œil mesquin. Je sais très bien où elle vit et je rêve d’aller à sa rencontre, frapper à la porte et l’embrasser, la prendre devant les yeux éberlués de son mari. Mais ce serait un outrage au plan de Nate et ça, je ne peux pas me le permettre. Alors je me retiens et reste concentré sur mon job, à savoir approcher Candice pour garder un œil sur la petite infirmière de Nate.

Assis devant une tasse de café, mon téléphone vibre. Je décroche et une voix de standardiste me demande si je souhaite accepter un appel venant de la prison de North Rivers. J’accepte et après quelques secondes, la voix de mon frère retentit.

« Hello frangin ! »
Alors, alors, comment ça s’est passé ?
« Aaaah si tu savais ! J’ai passé une nuit incroyable. Tu me l’avais bien vendue, elle est si… » Un bruit de dégoût résonne dans le combiné.
Ah ça va, j’ai compris, j’veux pas les détails ! Comment tu envisages les choses, tu penses que ce sera faisable de surveiller Minnie ?
« Oui, aucun souci là-dessus, compte sur moi. Je pense la revoir une ou deux fois, elle finira bien par m’inviter chez elle. Je la ferai tomber sous mon charme, t’en fais pas. »
Parfait. Merci encore Will.

*

Assis dans une voiture noire aux vitres teintées, j’observe les deux maisons voisines à l’aide de jumelles. Il ne se passe pas grand-chose dans la maison de Minnie, mais la porte d’entrée de l’autre s’ouvre à la volée. Candice sort, criant quelque chose à l’homme qui la suit. Je souris, parcourant chaque courbe du corps de la jeune femme de mes yeux. Et dire qu’elle était dans mon lit il y avait encore quelques heures !
Je reste dans cette position jusqu’à ce que tout le monde quitte les lieux. Toujours pas de mouvement dans la maison d’à côté. Est-ce qu’il se serait passé quelque chose ?

*

Le soir arrive et je me rends dans le même bar que la veille, espérant retrouver la belle Candice. Je prends une bouteille de bière, jurant que ce sera ma seule et unique consommation de la soirée : j’aimerais me souvenir de tout dans les moindres détails, cette fois.
Une vingtaine de minutes passent et, alors que je repousse gentiment une énième femme, je la vois débarquer dans la salle. J’accroche son regard et lui fait signe de la main, vêtu de mon plus beau sourire. J’attends qu’elle s’approche pour lui dire : « J’espérais que tu viennes ce soir, je suis content de te voir. » Je me lève et lui susurre à l’oreille : « Je rêve d’un deuxième round, est-ce que t’es partante ? »

Quelques autres soirs se passent à l’image du premier : nous nous retrouvons au bar, nous discutons très brièvement avant de nous enflammer sur la piste de danse et de finir dans un coin, dans les toilettes, dans la rue, pour terminer dans les draps de mon appartement. Elle est toujours partie à mon réveil, j’adore ça.
Nate m’appelle parfois pour savoir où j’en suis et est surpris d’apprendre que je n’ai toujours pas vu Minnie. Seul ce bon vieux Bobby montre parfois le bout de son nez, apeuré depuis notre rencontre inoubliable.

*

Ce jour-là, toujours assis dans ma voiture noire, j’attends que le fameux Chuck -j’avais entendu Candice crier son prénom la veille- sorte de la maison avec leur fille. Lorsque je me suis assurée que la jeune femme est seule chez elle, je démarre le contact et pars me garer dans un parking non loin de là. Je ne voudrais pas qu’elle m’associe directement à cette voiture noire, toujours garée au même endroit.
Les mains dans les poches, je sonne à la porte et patiente.

« Salut ! Je passais par là et je t’ai reconnue, j’ai pas pu m’empêcher de venir te voir. » Le sourire aux lèvres, je pousse légèrement la porte et avance vers elle, la faisant reculer. Je lui prends le menton et l’embrasse doucement. « Tu me fais visiter ? »
@ Nemo


Vous pouvez retrouver mes personnages ici, n'hésitez pas à m'envoyer un petit message si jamais l'un d'eux vous attire ~
Mes recherches et toutes les infos qui vont avec : ici ~

Rythme : Aléatoire
Univers : Réel - Science-fiction - Post-Apo


Cheval de Troie
Messages : 1391
Date d'inscription : 08/02/2020
Région : PACA
Crédits : Bazzart

Univers fétiche : Réel - Disney - Fantasy - Surnaturel - Mythologie
Préférence de jeu : Femme
Totally Spies
https://www.letempsdunrp.com/t3582-ton-amie-c-est-moi-je-suis-ton-amie
Cheval de Troie
Jeu 10 Aoû - 17:19

Candice Moore
J'ai 24 ans et je vis à Santana, Arizona. Dans la vie, je suis une jeune mère au foyer et je m'en sors très bien, je m'occupe de ma fille et je profite de la vie ! Sinon, je suis mariée et je le vis plutôt bien car au moins ma fille ne manque de rien.




North Rivers, Spin-Off : Cocktail Explosif [FT. Cheval] [+18] - Page 2 Tumblr_inline_pbv5hiKmZw1tyemz4_500

Candice n'a pas eu une vie facile, mais s'en est toujours accommodée. Ses parents sont des festivaliers qui ont connu les années hippies, l'ère du disco puis.... les années 90. Autant dire, qu'ils n'avaient pas du tout prévu d'avoir un enfant, seulement, quand la mère de Candice s'est retrouvée enceinte sans possibilité d'avorter..... ils ont décidé de la garder. Bien qu'ils se soient finalement mis à aimer leur fille, les parents de Candice n'avaient pas vraiment la fibre parentale… Ils étaient du genre à emmener Candice partout avec eux, dans des festivals, des concerts et autre évènement. Son premier Burning Man était à trois ans et Candice y a vu des choses qui ont radicalement changé sa façon de grandir normalement. Sexe, drogue, alcool et rock & roll ont toujours fait partie de sa vie ! En grandissant, elle ne pensait pas non plus donner la vie.... et pourtant, Birdy est apparue... Comme un petit oiseau, elle s'est déposée dans son ventre sans qu'elle s'y attende. Candice pensait qu'elle ferait une meilleure mère que ses parents, pourtant, elle mène à peu près la même vie.... Cependant, bien qu'elle soit complètement déjantée, Candice fait toujours de son mieux pour être une bonne personne. Ok, elle est charmeuse, colérique, vulgaire, bagarreuse, susceptible et j'en passe, mais elle également une amie loyale et fidèle, c'est une personne franche et entière que l'on adore détester. Ou pas d'ailleurs. Sinon, elle est mariée avec Chuck depuis maintenant cinq ans, ce qui coïncide avec la naissance de Birdy. Chuck est un homme de Néandertal qui reflète parfaitement l'expression tout dans les muscles et rien dans la tête. Il est gentil avec Candice, cependant, il aime d'un amour inconditionnel ! Ce qui en est presque flippant. Il ne lui refuse jamais rien et même s'il est toujours à côté de la plaque, il fait de son mieux pour être un bon père. En soi, c'est tout ce dont Candice a besoin. À côté de ça, elle s'autorise à faire ce qu'elle veut de sa vie, elle sort, elle boit, elle couche, sans la moindre gêne. C'est pas qu'elle n'aime pas Chuck, disons simplement que Candice a vite compris que l'amour ce n'était pas fait pour elle. Son cœur n'a jamais battu pour personne. Jamais. C'est qu'il y a bien quelque chose qui ne pas chez elle ?!
Heureusement, elle peut toujours se confier à sa meilleure amie, Minerva Bolen qui vit à côté de chez elle. Candice considère Minnie comme une soeur, mais elle ne le lui a jamais dit.... Candice n'est pas vraiment du genre à dévoiler ses sentiments. Ça aussi, c'est pas normal, pas vrai ? Enfin bon, Candice est du genre à se porter par le vent et à découvrir avec impatience ce que la vie lui réserve.

North Rivers, Spin-Off : Cocktail Explosif [FT. Cheval] [+18] - Page 2 PiMZ


Je ne pensais pas qu'on serait allé jusqu'au bout, mais on l'a fait ! On l'a vraiment fait dans la ruelle ! C'était juste trop cool ! Quand on a fini, on s'est embrassé jusqu'à en perdre haleine avant qu'il me propose de finir la nuit chez lui. D'habitude, je n'aime pas découcher, car j'aime être là quand Birdy se réveille, mais je me dis aussi que je ne peux pas laisser passer cette chance. Aussi, j'accepte sa proposition, mais pendant qu'il va chercher sa voiture et les affaires qu'on a laissées dans le bar, je mets mon réveil pour 4h30 du matin, soit dans un peu plus de trois heures.

On arrive chez lui, on picole, on s'embrasse, on se pelote dans la cuisine, le salon et c'est irrémédiablement que l'on finit dans la chambre. Je crois bien qu'on a dû commencer à s'envoyer en l'air debout puis on s'est écroulé par terre pour finir notre super round direct sur le lit ! Sans grande surprise, il s'est vite endormi. En même temps, il avait déjà l'air complètement bourré et le pauvre a dû mettre le peu de force et de lucidité qui lui restait dans son application à me faire du bien. Aussi, je le regarde s'endormir et lui bisouille le bout du nez. Je m'allonge contre son corps d'Apollon et m'autorise à dormir une heure ou deux avant que mon réveil ne sonne.

Une fois fais, je me réveille doucement et commande un taxi. Le temps qu'il arrive, je me rhabille en vitesse, un dernier baiser sur le bout de son joli nez endormi, puis je lui gribouille quelques mots sur un papier, histoire qu'il ne croit pas avoir rêvé : Profite bien de tes souvenirs, car tu ne risques pas de recroiser une Licorne de ci tôt ! Xoxo

Pensant ne plus jamais le revoir, même si une toute petite part de moi aurait bien aimé le contraire, je dépose le mot sur sa table de chevet, puis je m'en vais prendre mon taxi. Je demande au chauffeur de me laisser devant la maison de Minnie, car j'ai pas envie de réveiller Chuck ou Birdy, alors que Bobby..... Je pourrais jouer de la cornemuse dans ses oreilles à cet enfoiré.

***

Je retourne me coucher. Comme je m'y attendais, Chuck dort encore. Il ne va pas tarder à se réveiller pour aller bosser. Je finis par émerger vers sept heures et demie quand le réveil sonne pour Birdy. Je me traine jusqu'à la cuisine tandis qu'elle, elle pète la forme ! Je lui fais prendre son petit dej puis j'attends avec elle dehors le bus scolaire. Je l'embrasse puis lui dis de rester sage. Je récupère le journal et le courrier et jette un regard à la maison d'à côté. C'est bizarre, je n'ai pas vu la voiture de Minnie hier soir. Et maintenant que j'y pense, elle n'y était pas non plus ce matin en rentrant… Je me dis que je vais lui envoyer un message pour savoir si tout va bien.

Ma matinée fut rythmée par celle d'une femme au foyer des années 50. J'ai fait le ménage, la lessive, rangé la chambre de Birdy. J'ai préparé des cookies pour quand elle rentrera. J'ai repassé les affaires de Chuck et j'en ai profité pour faire la poussière et les vitres.

"Putain ce que c'est chiant !"

Mais j'ai pas vraiment le choix... Chuck n'est pas super exigent, il me laisse faire quasiment tout ce que je veux, tout ce qu'il demande en échange, c'est que la maison soit propre quand il rentre et que j'ai quelque chose à lui proposer à bouffer. Dans le cas contraire, j'aurais droit à une crise de nerfs suivis surement d'insultes et de bagarre. J'ai plusieurs fois reçu des coups au visage ou finit à l'hôpital pour une cote ou un bras cassé. Enfin bon, sinon, en temps normal, quand je fais mon devoir d'épouse du Moyen Âge, il est relativement content et me casse pas les couilles.

Le soir venu, je voulais sortir pour voir Will, mais Chuck voulait qu'on passe du temps en famille.................................... Je peux pas dire non............................... Connard ! Il m'a bien eu ! Du coup, j'ai dû aller manger dehors puis prendre une glace dans un parc. On a joué avec Birdy, Chuck lui a fait faire de la balançoire jusqu'à ce qu'elle vomisse ! Dieu soit Loué ! À cause de ça, on est rentré. J'aide Chuck à s'occuper de Birdy, il prépare son lit et son bibi du soir au cas où elle le voudrait. Je ne la juge pas, j'ai gardé mon biberon jusqu'à mes douze ans et je suis parfaitement équilibrée ! Qui n'aime pas mâchouiller des trucs en caoutchouc duquel sortent des liquides qu'on aime ?!
Bref, moi, je la lave et nous la mettons au lit. J'improvise une visite nocturne à Minnie et me voilà sortie !

Arrivée au bar, je préviens Will que je ne pourrais pas découcher cette nuit, mais nous avons tout de même passé une bonne soirée.

***

Après ça, Will et moi nous sommes revus bien plus souvent que je ne le pensais. Du coup, pour mettre une barrière de protection entre lui et moi, j'ai commencé à espacer nos rencontres. Si je le voyais tous les jours… Ça n'aurait pas été bon pour moi ou ma famille… Il fallait qu'il reste qu'un coup vite fait, c'est tout.... alors j'ai profité des quelques jours d'espacement pour me concentrer sur Birdy et passer du temps avec elle. Par contre, à chaque fois que j'étais avec Chuck, je pensais à Will. Pourtant, le pauvre, il s'est montré particulièrement adorable ces derniers jours. Il m'a même demandé si je voulais qu'on parte en week-end tous les deux ! Je lui ai dit que j'avais besoin de réfléchir. Faut trouver quelqu'un pour surveiller Birdy, etc. Mais en réalité, je ne sais pas si j'avais vraiment envie de m'éloigner de Will.... C'est étrange comme sensation et ça m'énerve.

***

On est vendredi, Chuck a prévu d'emmener Birdy chez sa mère pour le week-end, l'aller-retour devrait lui prendre une heure, un peu plus si y'a des bouchons. Il installe la petite sur le siège arrière puis revient me voir sur le pas de la porte.

"Je te comprends pas Candice, quand je m'occupe pas de toi, tu râles et tu vas coucher, je ne sais où ! Et là, je te propose une escapade romantique rien que toi et moi et t'arrête pas de me trouver des excuses !...."

Il me toise du regard comme s'il suspectait quelque chose. Je me mordille la lèvre en fronçant les sourcils.

"Je dis juste qu'on est pas obligé de claquer de la thune qu'on n'a pas pour aller, je ne sais où et comment on va faire pour la petite ?! Minnie n'est pas là en ce moment. À qui tu veux qu'on la laisse ?! Si c'est pour la conduire chez ta mère qui va se bourrer de médicament et pas la surveiller, non merci."
"Parce que tu crois que ta mère et son herbe, ça serait mieux ?!"
"Hey ! Tu peux insulter ma mère, mais tu n'insultes pas le cannabis ! C'est la seule chose qui me fasse supporter ta gueule !"

Il m'attrape les bras et je crus qu'il allait me mettre une gifle, là dans la rue, devant la porte de chez nous, mais non. Bien qu'il m'ait légèrement soulevée du sol, il finit par me relâcher et soupirer.

"Je crois que t'as pas compris, Candice, on va partir en week-end, que tu le veuilles ou non. À toi de voir si ce sera un week-end agréable ou non. Mais j'ai besoin de me retrouver avec ma femme."

Son ton était si ferme qu'il ressemblait à une menace. Je lui lance un regard noir et soupire. Bon, bhein, je ne vais pas pouvoir y échapper. Y'a plus qu'à faire en sorte que ce week-end de merde se passe le plus vite possible. Chuck va surement vouloir baiser et je vais devoir faire quasiment tout le travail parce qu'il est plus capable d'aller plus loin qu'un round. Et encore, il sera à fond la première minute puis ensuite son cœur et ses poumons vont vite lui rappeler qu'il n'a plus vingt ans… Putain le cauchemar !

Je rentre chez moi en claquant la porte ! Putain de vie de merde ! Connard de merde ! Je ne supporte pas qu'on me dise ce que je dois faire ! Je suis un esprit libre ! Je fais ce que je veux, quand je le veux ! Grrrrrr gros lard !
Putain me reste plus qu'à faire ma valise pour ce week-end. Même si je sais déjà ce que voudra que j'emmène Chuck, uniquement des trucs sexy. Je soupire en commençant à faire rentrer mes strings dans la valise, quand j'entends qu'on tape à la porte.

Je descends pour aller ouvrir et suis surprise d'y trouver Will.

"Comment diable m'as-tu retrouvé ?!"

J'arque un sourcil à son explication farfelue même si en réalité j'en ai rien à foutre. Je suis juste contente de le voir. Mais avant même que j'ajoute quoi que ce soit, Will force le passage de ma maison et m'embrasse tendrement. D'ordinaire, j'aurais adoré ce baiser, mais là, il est seulement en train de me rappeler qu'un homme s'attend à ce que je fasse ce qu'il veut. Encore. Je fronce les sourcils en le repoussant légèrement, même si avant ça j'ai d'abord bien profité de ses lèvres.

"Non. Mon mari va rentrer et il risque de nous tuer tous les deux s'il te voit ici."

Je croise les bras sous ma poitrine et prends volontairement une pose sexy. Je veux qu'il ait envie de moi, qu'il s'attende à ce qu'avec un sourire, il pourra me convaincre de me plier à tous ses désirs… pour mieux le foutre dehors ! Aussi, je m'approche sensuellement de lui, jouant de mes cheveux et de mes regards de braises. Je mordille sensuellement sa lèvre inférieure, l'hypnotisant du regard pour qu'il ne réalise pas que je l'oblige à reculer encore et encore.....
Puis quand il est enfin de retour sur le perron de la porte d'entrée, je lui lance un regard de victoire et lui claque la porte au nez.

"Je ne sais pas ce que tu espérais, mais try again !"

Lui balançais-je à travers la porte. Puis je la verrouille pour être sûre qu'il n'essaye pas d'entrer de nouveau. Je bougonne dans mon coin. Ce n'est pas que je n'ai pas envie de le voir, c'est juste que je suis bien vénère à cause de Chuck et l'arrivée de Will n'a rien arrangé. Il est arrivé avec ses grands airs et son sourire comme si j'allais fondre au premier coup d'œil. Je ne sais pas s'il a l'habitude que ça se passe toujours comme il le veut, je suppose que oui, mais il devra apprendre qu'avec moi, il risque de ne pas être au bout de ses surprises.

***

Le week-end se termine enfin, c'était vraiment nul à chier. Chuck et moi, on s'est disputé sur le chemin du retour et il m'a mis une gifle dans la voiture. Ce qui fait que j'ai la lèvre ouverte et un énorme bleu sur la joue qui se prépare. On a décidé de récupérer Birdy dans quelques jours, le temps que mes marques s'effacent de mon visage.

Quand on rentre chez nous, je fonce droit dans notre chambre et m'y enferme en claquant la porte. Chuck s'en veut de m'avoir frappé et que le week-end ne se soit pas passé comme prévu. Dépité, il se prend une bière et s'installe devant la télévision.
Je sais que si je sors, il va me prendre la tête. Alors, je ne lui dis pas. Dans ma chambre, j'enfile un jogging taille basse et une brassière sexy avant de passer par la fenêtre. Je me laisse glisser le long de la gouttière en silence puis je sors du jardin en passant de l'autre côté. J'attends le bus sur le trottoir et le chauffeur me fait remarquer.

"Et bhein, Chuck t'a pas raté…"
"Ouais..."
"Et lui, comment il s'en tire ?!"
"Je lui ai fait pisser le sang du nez !"

Dis-je en lui montrant les phalanges de mon poing enflées en guise de preuve.

"Décidément t'es une vraie tigresse ! Bien joué !"

Je lui souris puis lui demande s'il peut me déposer près du point d'eau. Ce n'est pas sur sa route, mais il accepta de le faire. Je le remercie puis je descends du bus avant d'allumer une cigarette. Je soupire puis commence à fumer alors que je marche en direction du lac artificiel de notre ville. Un endroit magnifique en hier et complètement dégueulasse en été.

Je m'assois sur le rebord de l'eau et regarde le soleil se coucher doucement sur sa surface. J'avais envie de picoler, mais avec la gueule que je me tire, j'ai pas spécialement envie d'être vue comme ça, aussi, je décide de passer ma soirée à broyer du noir ici. Pour changer.
Nemo
Messages : 472
Date d'inscription : 10/02/2022
Crédits : Re°

Univers fétiche : Réel - fantastique - futuriste
Préférence de jeu : Les deux
NEMO
https://www.letempsdunrp.com/t4994-le-monde-de-nemo https://www.letempsdunrp.com/t5305-fourre-tout-du-poisson-clown#105985
Nemo
Ven 11 Aoû - 15:38
un mec peu recommandable

Will Parsons
Malgré ses refus, elle s’approche de moi sensuellement, colle son corps contre le mien, et je souris de bonheur. La journée s’annonce encore pleine de plaisir. Pourtant, elle me pousse de plus en plus vers l’extérieur, jusqu’à ce que je sois complètement sorti de sa maison. Après un sourire, elle me claque la porte au nez.

Hein ?

« Candice ! » Les sourcils froncés, je toque à nouveau à sa porte et tente de l’ouvrir. À mon grand désarroi, elle est verrouillée. Qu’est-ce qui lui prend ? Les sourcils froncés, je me dirige vers la fenêtre la plus proche, donnant sur son salon. Je toque sur la vitre et lui fait des signes. « Tu peux pas me laisser dehors comme ça, merde ! » Rien.
Bordel de merde.
Je sens la frustration se transformer en colère. Je souffle un coup et décide de m’en aller. Je n’ai pas envie de péter mon câble devant elle, le plan tomberait carrément à l’eau.

Je me détourne, les mains dans les poches, feignant le calme. Cependant, en moi, tonne un orage sans nom. Comment ose-t-elle me repousser ? Jamais personne ne me refuse quoi que ce soit. Per-sonne. Je déteste ne pas avoir ce que je souhaite, et à cet instant toutes formes de logique et d’humanité se sont évaporées de mon cerveau. Je dois me défouler. Une fois dans la voiture, je démarre le contact et sors du parking à toute vitesse. Je fulmine. Je finis par m’arrêter devant un bar où traînent des délinquants. Il est quasiment vide, seuls deux jeunes campent à l’extérieur. Je les regarde, l’œil mauvais, en retroussant les manches de ma chemise. Ils me rendent mon regard noir. L’un d’eux s’approche de moi et se débarrasse d’un crachat. « Qu’est-ce tu veux, enculé ? » Je lui souris, c’est gagné. En guise de réponse, je lui envoie un coup de poing en pleine figure, il s’écroule au sol et le deuxième gamin entre dans une colère noire. Il s’élance vers moi en criant comme un cinglé. Ils n’ont pas d’expérience, les pauvres… Je stoppe l’élan du deuxième enfonçant mon bras tendu dans sa gorge. Il s’écroule à son tour aux côtés de son camarade qui commence à se relever en crachant du sang. Je ne lui laisse pas plus de répit et lui place mon genou dans son abdomen, puis mon pied dans sa face.
Je lâche un soupir de bien-être. « Oooh, putain ! » C’est si bon.
Je ne suis pas un tueur sanguinaire, alors je laisse les deux cancres au sol, soufflant comme des bœufs. « Merci d’avoir été mes punching-balls les jeunes, je m’sens beaucoup mieux ! »

*

Assis sur le petit balcon de mon appartement, une cigarette se consume entre mes lèvres. Un numéro s’affiche sur l’écran de mon téléphone. Je décroche, acceptant l’appel de la standardiste de la prison.
« Hey, Nate. »
Salut Will. Je viens aux nouvelles. T’as pu voir Minnie ?
« Non, y’a personne dans sa baraque, juste le crachat que tu m’avais envoyé humilier. »
Elle a peut-être dû déménager avec ce qu’il s’est passé. Je me renseignerai de mon côté… Continue d’approcher sa cinglée de pote. T’as gagné sa confiance ?
Je soupire avant de reprendre une inspiration de tabac.
« Non. Je pensais, mais non. Elle est plus compliquée que ce que je croyais. Elle m’a jeté dehors tout à l’heure. »
Comment ça ? T’as foutu quoi pour qu’elle mette à la porte un ange comme toi ?
Un rire s’échappe de ma gorge. S’il savait… Nate ignore tout de ma vie, il ne me connaît pas vraiment, en fin de compte. Pour lui je suis l’ange de la famille, celui qui ne touche pas à la violence et à la criminalité. L'échappée belle de la famille Parsons. S’il savait que ce qui me fait bander après le sexe c’est de voir le sang des autres s’écouler autour de moi…
« Ch’ais pas, j’ai dû être un peu trop forceur. Elle m’a dit que son mari allait rentrer. Elle a pourtant pas l’air d’en avoir quoique ce soit à foutre de lui, quand elle crie sous mes coups de hanche. »
T’es immonde Will. Il rit à son tour. Bon, rattrape le coup ce soir, je compte sur toi.
« Ouais, ouais. »
Ça m’casse les couilles.

*

Je campe dans mon appartement, allongé de tout mon long sur le matelas. Plus précisément, je broie du noir. Cela fait deux jours que je n’ai pas de nouvelle de Candice. Pas un rat chez elle, pas un rat au bar. J’ai questionné le barman et il m’a affirmé ne pas savoir, le regard légèrement suspect. Comment je vais devoir annoncer ça à Nate ? J’ai complètement foiré. Il ne voudra plus jamais me parler.
Après quelques instants de réflexions, je me décide à appeler quelqu’un qui pourrait m’aider. L’homme décroche au bout de la quatrième sonnerie.

Comment tu vas Will ?
« Désolé de te déranger, J. Je suis un peu paumé. »
Raconte-moi.
Je lui décris, sans omettre trop de détail, la situation et il m’écoute sans broncher ni me couper la parole.
« Alors ? »
Ne dis rien à ton frère, ça ne fait que deux jours, elle est peut-être simplement partie en week-end. Ne va pas l’énerver pour rien.
« Il me tuerai si je lui disais que j’ai failli à ma mission. » Une boule me monte à la gorge. « Surtout que je lui mens déjà pour maman… »
C’est un autre problème que l’on réglera plus tard. Tout finit par se savoir de toute façon, tu y penseras le moment venu.
Je m’en veux tellement. Imaginant la réaction de Nate, je plaque ma paume contre mes yeux. Je n’ai vraiment pas hâte que ce moment arrive.
Pour ce qui est de la demoiselle, permet-moi de te dire que tu te comportes comme un gamin. Elle est mariée avec un enfant, elle ne doit pas avoir que toi en tête, malgré ce que tu pourrais souhaiter. Parle-lui et surtout écoute-la. Si tu es juste présent pour coucher avec elle, tu peux dire adieu à sa proximité.
Je soupire, sachant très bien qu’il a raison. J a toujours raison.
Je le remercie de ses conseils et raccroche.

*

Le soir venu, je préfère marcher au calme plutôt que d’aller au bar. Peut-être que j’y aurais trouvé Candice, mais je n’ai pour une fois pas la tête à ça. Clope au bec, mes pas me mène vers un lac artificiel que j’avais découvert quelques jours auparavant. Il n’est pas vraiment beau de jour, mais de nuit, cela fait l’affaire. Vide de toute âme, je marche le long, fait le tour une fois, l’esprit embrumé dans le passé. Ce qu’il s’est passé il y a quelques mois, avec maman.
Je finis par me caler sur un banc, le regard perdu sur le soleil qui commence à se coucher. Je redoute tellement le moment où je devrais dire à Nate que sa mère qu’il aime plus que tout est morte devant mes yeux. Et que je n’ai rien fait pour venir à son aide.
Rien.
Il me tuera.
Je plonge ma tête dans mes bras, soupirant toute la misère du monde. Je ne sais pas quoi faire. Je sais que je vais le perdre pour de bon, dès l’instant où il l’apprendra de ma bouche. Je finis ma cigarette et l’écrase sur la peau de mon bras. Les cendres brûlées au contact de ma peau me font grimacer. J’ai mal mais je m’en fou. Je ne mérite que ça.

Après quelques minutes d’auto-humiliation, je décide d’aller me coucher. Je contourne le lac, près de l’eau et finit par croiser une jeune femme, assise au bord du lac. Je mets quelques minutes avant de la reconnaître dans l’obscurité. « Candice ? » Je m’approche d’elle et m’assoie à quelques centimètres. Je garde mes distances : je n’ai pas du tout la tête à ça et je ne veux pas la dégouter de ma présence. « Je peux m’en aller si tu veux. » Je la toise du regard, mon égo est toujours un peu vexé qu’elle m’ait mis dehors la dernière fois. Son visage semble triste. Il semblerait que ce lac soit le rendez-vous des broyeurs de noir. « Quelque chose ne va pas ? » Je grimace en grattant l’endroit où les cendres ont brûlé ma peau.
Qu’elle me raconte ses conneries, j’ai envie de penser à autre chose.
@ Nemo


Vous pouvez retrouver mes personnages ici, n'hésitez pas à m'envoyer un petit message si jamais l'un d'eux vous attire ~
Mes recherches et toutes les infos qui vont avec : ici ~

Rythme : Aléatoire
Univers : Réel - Science-fiction - Post-Apo


Cheval de Troie
Messages : 1391
Date d'inscription : 08/02/2020
Région : PACA
Crédits : Bazzart

Univers fétiche : Réel - Disney - Fantasy - Surnaturel - Mythologie
Préférence de jeu : Femme
Totally Spies
https://www.letempsdunrp.com/t3582-ton-amie-c-est-moi-je-suis-ton-amie
Cheval de Troie
Ven 11 Aoû - 18:13

Candice Moore
J'ai 24 ans et je vis à Santana, Arizona. Dans la vie, je suis une jeune mère au foyer et je m'en sors très bien, je m'occupe de ma fille et je profite de la vie ! Sinon, je suis mariée et je le vis plutôt bien car au moins ma fille ne manque de rien.




North Rivers, Spin-Off : Cocktail Explosif [FT. Cheval] [+18] - Page 2 Tumblr_inline_pbv5hiKmZw1tyemz4_500

Candice n'a pas eu une vie facile, mais s'en est toujours accommodée. Ses parents sont des festivaliers qui ont connu les années hippies, l'ère du disco puis.... les années 90. Autant dire, qu'ils n'avaient pas du tout prévu d'avoir un enfant, seulement, quand la mère de Candice s'est retrouvée enceinte sans possibilité d'avorter..... ils ont décidé de la garder. Bien qu'ils se soient finalement mis à aimer leur fille, les parents de Candice n'avaient pas vraiment la fibre parentale… Ils étaient du genre à emmener Candice partout avec eux, dans des festivals, des concerts et autre évènement. Son premier Burning Man était à trois ans et Candice y a vu des choses qui ont radicalement changé sa façon de grandir normalement. Sexe, drogue, alcool et rock & roll ont toujours fait partie de sa vie ! En grandissant, elle ne pensait pas non plus donner la vie.... et pourtant, Birdy est apparue... Comme un petit oiseau, elle s'est déposée dans son ventre sans qu'elle s'y attende. Candice pensait qu'elle ferait une meilleure mère que ses parents, pourtant, elle mène à peu près la même vie.... Cependant, bien qu'elle soit complètement déjantée, Candice fait toujours de son mieux pour être une bonne personne. Ok, elle est charmeuse, colérique, vulgaire, bagarreuse, susceptible et j'en passe, mais elle également une amie loyale et fidèle, c'est une personne franche et entière que l'on adore détester. Ou pas d'ailleurs. Sinon, elle est mariée avec Chuck depuis maintenant cinq ans, ce qui coïncide avec la naissance de Birdy. Chuck est un homme de Néandertal qui reflète parfaitement l'expression tout dans les muscles et rien dans la tête. Il est gentil avec Candice, cependant, il aime d'un amour inconditionnel ! Ce qui en est presque flippant. Il ne lui refuse jamais rien et même s'il est toujours à côté de la plaque, il fait de son mieux pour être un bon père. En soi, c'est tout ce dont Candice a besoin. À côté de ça, elle s'autorise à faire ce qu'elle veut de sa vie, elle sort, elle boit, elle couche, sans la moindre gêne. C'est pas qu'elle n'aime pas Chuck, disons simplement que Candice a vite compris que l'amour ce n'était pas fait pour elle. Son cœur n'a jamais battu pour personne. Jamais. C'est qu'il y a bien quelque chose qui ne pas chez elle ?!
Heureusement, elle peut toujours se confier à sa meilleure amie, Minerva Bolen qui vit à côté de chez elle. Candice considère Minnie comme une soeur, mais elle ne le lui a jamais dit.... Candice n'est pas vraiment du genre à dévoiler ses sentiments. Ça aussi, c'est pas normal, pas vrai ? Enfin bon, Candice est du genre à se porter par le vent et à découvrir avec impatience ce que la vie lui réserve.

North Rivers, Spin-Off : Cocktail Explosif [FT. Cheval] [+18] - Page 2 PiMZ


Je soupire en repensant à ces derniers jours. Je suis pas du genre à me plaindre de ma vie, je suis plutôt du genre à s'en accommoder, à trouver des raisons de l'apprécier et à changer ce qui ne me plait pas. Je m'allonge sur l'herbe en regardant les nuages devenir roses et oranges. Je soupire en me demandant pourquoi je me sens si mélancolique. Comme si j'avais gouté au bonheur et qu'on me l'avait enlevé, qu'on essayait de le remplacer par autre chose, mais que ça n'a pas du tout le même gout que le bonheur, le vrai. Je raconte n'importe quoi ! Et j'ai même pas d'alcool pour me faire passer ces idées de merde.

"Putain, Candice, qu'est-ce qui t'arrive ?!"

En fait, je pense que Minnie me manque, elle arrive toujours à me remonter le moral, à me pointer du doigt quelque chose qui m'échappe. Là, je ne peux pas la voir et elle accepte à peine que je lui téléphone. Je parie que l'autre trou du cul a dû lui faire quelque chose… Si c'est le cas, il va me le payer ! Je lui pèterai la gueule à ce connard !

Je soupire encore avant de me redresser et de prendre une nouvelle cigarette. J'aime pas déprimer, j'aime être un modèle d'optimisme pour Birdy. Je crois qu'elle ne m'a jamais vu triste. En colère, heureuse, déçue, etc, oui. Mais pas triste ou abattue. J'essaie de lui montrer qu'on peut toujours voir le verre plein. Mais en moment, je me sens… étrange. Comme si, plus rien ne pouvait me redonner le sourire. J'ai l'impression que la dernière fois que j'ai souris, c'était avec Will....

"Connard."

Je fronce les sourcils en pensant à lui puis sur la surface de l'eau, je m'imagine avec lui. J'imagine s'il avait été avec moi. Il m'aurait souri et je n'aurais pas pu m'empêcher de lui sourire à mon tour, il aurait sans doute passé son bras autour de moi et je me serais laissé faire, je pense même que je me serais blottie contre lui puis on se serait sans doute embrassé avant de faire l'amour ici, sous couvert de la nuit. J'aurais certainement passé un moment fantastique avant de reprendre le court de ma vie merdique.
Mais qu'est-ce que je raconte, mon visage enflé est encore douloureux, pas sûr que qui que ce soit m'aurait touché avec une tête pareille !
Rien que l'idée que Will puisse me trouver moche me fait monter les larmes aux yeux.... Mais je les ravale aussi vite qu'elles sont arrivées, car je ne suis pas ce genre de fille. Rien à foutre qu'il me trouve belle ou non, je sais ce que je vaux ! Je suis magnifique, une fille fantastique ! Je suis incroyable, fabuleuse et plein d'autres mots comme ça !

Je gonfle mon torse en essayant de retrouver un peu de poil de la bête, mais bon, la morosité me regagne rapidement. Je fume tristement avant de poser mon menton sur mes genoux en me demandant pourquoi je suis encore ici. Si je n'avais pas Birdy, j'aurais sûrement pris mon sac à dos dès ce soir pour quitter Santana et partir le plus loin possible. Adieu Chuck, adieu Minnie, adieu Will.... Je serais partie sans me retourner pour créer une nouvelle vie sans sentiments comme je l'ai toujours fait. Et ça m'a toujours réussi jusqu'à présent.

En fait, maintenant que j'y pense, je ne suis jamais restée aussi longtemps au même endroit. Avec mes parents, on a toujours voyagé dans notre caravane. On suivait les festivals et on vivait où bon nous semble. Mais là, c'est la première fois que j'ai une vie stable, une maison, une amie et que je commence à m'attacher à des gens… franchement, c'est bien de la merde !

Au moment où je jette mon mégot dans le lac, car vu mon moral, la nature c'est clairement le cadet de mes soucis. Quelqu'un finit par s'asseoir à côté de moi. En regardant du coin de l'œil, je vois que c'est Will. Instinctivement, je lui tourne le dos. Le pauvre me dit qu'il peut s'en aller si sa présence me gêne.
Je n'ai pas du tout envie qu'il me voie comme ça, mais d'un autre côté, je n'ai pas envie qu'il parte. Je...Je suis même contente de le savoir à mes côtés.

"Je...Tu peux rester. Je n'ai juste pas envie que tu me voies.... Si tu veux rester, il ne faudra pas que tu me regardes alors."

C'est comme ça que je fonctionne, c'est moi qui impose mes conditions. Je ne m'exécute pas au moindre désir de ces messieurs. Ce n'est pas toujours quand ils veulent et où ils veulent. Je suis un être exceptionnel qui a son mot à dire et qui sait ce qu'il y a de mieux pour elle ! Enfin, je crois. Je soupire, plus déprimée que jamais puis je décide de lui partager mon mal-être.

"Je n'en sais rien... J'ai l'impression de.... Je ne sais pas, passer à côté de ma vie ? Ou rater quelque chose d'important qui m'échappe. J'ai l'impression d'avoir fait le tour ici et.... j'en sais rien, je me dis que je devrais peut-être partir d'ici avec ma fille. Ne plus jamais revenir, prévenir personne et me barrer le plus loin possible. Mais d'un autre côté, j'ai des personnes auxquels je tiens ici.... Ça...Ça ne m'est jamais arrivé de m'attacher à un endroit…Je ne sais pas quoi faire. J'ai toujours été la fille cool qui se fait des amis partout ! J'arrive dans une ville comme un rêve, je me fais amie avec tout le monde puis mes parents me disent qu'on doit partir et je repars comme un beau rêve. Mais rester au même endroit, jour après jours, après jours... Être la femme de Chuck, être une mère… J'avais pas prévu tout ça ! J'aime ma fille plus que tout au monde, mais c'est pas facile tous les jours. Pas elle, bien sûr, elle est adorable et j'ai vraiment beaucoup de chance qu'elle ne m'en fasse pas voir de toutes les couleurs, c'est moi.... C'est moi le problème ! C'...C'est toujours moi le problème..."

Je soupire longuement avant de reprendre une grande bouffée d'air pour tenter de me calmer. Je pense en avoir dit bien plus que nécessaire. Ça suffit les confidences. Je finis par m'allonger sur l'herbe pour regarder les étoiles qui commencent à pointer le bout de leur nez.

"Ne me regarde pas."

Manquerait plus qu'il voit l'énorme bleu sur mon visage. J'ai pas envie qu'il me prenne en pitié. Genre la pauvre petite femme battue par son monstre de mari. Franchement, j'ai pas envie d'avoir cette discussion maintenant. Je me sens juste triste, moche, misérable, incomprise. Et le pire, c'est que je m'en veux de ressentir tout ça alors que je devrais m'estimer heureuse d'avoir la santé, une maison plus que convenable, le luxe de ne pas avoir à travailler pour subvenir aux besoins de ma fille. Je devrais aussi être reconnaissante d'avoir une petite aussi parfaite, magnifique et intelligente que Birdy. Mais au lieu de ça, je suis presque en train de pleurer au bord d'un putain de lac artificiel avec mon plan cul ! Pourquoi y'a-t-il vraiment un truc qui tourne pas rond chez moi ?!
Nemo
Messages : 472
Date d'inscription : 10/02/2022
Crédits : Re°

Univers fétiche : Réel - fantastique - futuriste
Préférence de jeu : Les deux
NEMO
https://www.letempsdunrp.com/t4994-le-monde-de-nemo https://www.letempsdunrp.com/t5305-fourre-tout-du-poisson-clown#105985
Nemo
Ven 11 Aoû - 19:20
jolis cœurs

Will Parsons
Je hoche la tête, cachant ma surprise, quand elle me demande de ne pas la regarder. Pourquoi ? Pour le coup, je n’ai qu’une seule envie : la regarder. Je dois me retenir, elle serait bien capable de m’en retourner une. Alors je reste assis, droit, les yeux fixés sur les nuages.
Je l’écoute, tout d’abord en levant les yeux au ciel. Les femmes ont de ces préoccupations, c’est incroyable. Si elle veut partir, qu’elle parte ! Nous devrions être tous libres de nos mouvements et de nos actions. Puis peu à peu, je sens sa voix faiblir, défaillir. Elle est réellement en train de s’ouvrir à moi, qui ne possède qu’un cœur de pierre pour l’aider. L’aider ? Est-ce que j’en ai vraiment envie ? Est-ce qu’elle en a besoin, au moins ?
Et pourquoi elle veut pas que je la regarde, c’est quoi ces conneries ? Sourcils froncés, je me tourne vers elle, mais avant que mes yeux atteignent son visage, elle me repousse d’une voix dure.
Ok…
J’obéis à contre cœur et lève les mains en signe de soumission.

L’imitant, je m’allonge dans l’herbe. Je serais sans doute moins tenté de la regarder, dans cette position.
Que dire… Je suis vraiment un être humain en carton pour ce genre de conversation. C’est généralement moi qui me plaint et Nate qui me réconforte, ou J, à la limite. Maman était très forte pour ce genre de choses, aussi. Enfin…
« Un grand homme m’a dit un jour : chiale un coup et ça ira mieux. Cet homme c’est moi et il dit assez rarement des conneries. » Je ris un peu, essayant de détendre l’atmosphère dérangeante. « Plus sérieusement, te retiens pas avec moi, lâche-toi ça fait du bien. De toute façon je n’ai pas le droit de te regarder alors je ne verrai pas tes merveilleux yeux bouffis ou ta morve qui dégouline. Et si tu veux, je pleure avec toi, j’ai passé une journée toute aussi merdique. » Je soupire, ne voulant pas m’ouvrir davantage. Je risquerai de trop en dire et ça ferait tout foirer.

Un moment de silence passe alors que les dernières lumières du soleil laissent place à la couleur bleu foncé du ciel. C’est apaisant. « Je suis personne pour te donner des conseils, mais je prône la liberté. Candice, si tu veux partir avec ta fille, fais-le. Si tu veux quitter ton mec, fais-le. Et si t’as peur qu’il veuille te retrouver avec de mauvaises intentions dans le crâne, j’en fais mon affaire. » Je sors une cigarette et l’allume avec mon briquet. Je prends une inspiration et observe le petit nuage de tabac se mélanger avec l’atmosphère. « Si tu veux qu’on arrête de se voir, tant pis pour ma gueule, mais c’est ton choix, ta vie. » Je racle ma gorge. C’est une très mauvaise idée, j’espère qu’elle ne le prendra pas au pied de la lettre. « Je te stalkerai peut-être encore quelques jours parce que… j’t’aime bien quand même. »
Je me tourne sur le côté, en fixant son haut, pour ne pas la regarder dans les yeux. Quelle idée… Ça me rend un peu triste, de la voir comme ça. Est-ce que c’est normal, dans ce genre de relation ? « J’ai bien compris que tu voulais pas en parler, mais je suis du genre casse-couilles. Tu m’expliques pourquoi tu refuses que je te regarde ? Tu fais partie des filles les plus belles que j’ai rencontré. Alors franchement… » J'attendrai tout de même son autorisation pour poser mes yeux sur elle. Même si je trouve ça complètement absurde.
Je me couche à nouveau sur le dos, en me rapprochant d’elle. « Viens là, p’tit cœur. Fais un câlin à ton Will. » Je tapote mon pectoral gauche, pour qu’elle vienne y poser sa tête, si elle en a envie.
La sentir aussi proche de moi dans un endroit calme et ne ressentir aucune libido… Je n’aime pas ça. Ça signifie quoi ? Au départ, je n’ai pas du tout signé pour jouer les jolis cœurs.
N’empêche… J’suis bien ici, avec elle. Apaisé. Tristement apaisé.
@ Nemo


Vous pouvez retrouver mes personnages ici, n'hésitez pas à m'envoyer un petit message si jamais l'un d'eux vous attire ~
Mes recherches et toutes les infos qui vont avec : ici ~

Rythme : Aléatoire
Univers : Réel - Science-fiction - Post-Apo


Cheval de Troie
Messages : 1391
Date d'inscription : 08/02/2020
Région : PACA
Crédits : Bazzart

Univers fétiche : Réel - Disney - Fantasy - Surnaturel - Mythologie
Préférence de jeu : Femme
Totally Spies
https://www.letempsdunrp.com/t3582-ton-amie-c-est-moi-je-suis-ton-amie
Cheval de Troie
Ven 11 Aoû - 21:02

Candice Moore
J'ai 24 ans et je vis à Santana, Arizona. Dans la vie, je suis une jeune mère au foyer et je m'en sors très bien, je m'occupe de ma fille et je profite de la vie ! Sinon, je suis mariée et je le vis plutôt bien car au moins ma fille ne manque de rien.




North Rivers, Spin-Off : Cocktail Explosif [FT. Cheval] [+18] - Page 2 Tumblr_inline_pbv5hiKmZw1tyemz4_500

Candice n'a pas eu une vie facile, mais s'en est toujours accommodée. Ses parents sont des festivaliers qui ont connu les années hippies, l'ère du disco puis.... les années 90. Autant dire, qu'ils n'avaient pas du tout prévu d'avoir un enfant, seulement, quand la mère de Candice s'est retrouvée enceinte sans possibilité d'avorter..... ils ont décidé de la garder. Bien qu'ils se soient finalement mis à aimer leur fille, les parents de Candice n'avaient pas vraiment la fibre parentale… Ils étaient du genre à emmener Candice partout avec eux, dans des festivals, des concerts et autre évènement. Son premier Burning Man était à trois ans et Candice y a vu des choses qui ont radicalement changé sa façon de grandir normalement. Sexe, drogue, alcool et rock & roll ont toujours fait partie de sa vie ! En grandissant, elle ne pensait pas non plus donner la vie.... et pourtant, Birdy est apparue... Comme un petit oiseau, elle s'est déposée dans son ventre sans qu'elle s'y attende. Candice pensait qu'elle ferait une meilleure mère que ses parents, pourtant, elle mène à peu près la même vie.... Cependant, bien qu'elle soit complètement déjantée, Candice fait toujours de son mieux pour être une bonne personne. Ok, elle est charmeuse, colérique, vulgaire, bagarreuse, susceptible et j'en passe, mais elle également une amie loyale et fidèle, c'est une personne franche et entière que l'on adore détester. Ou pas d'ailleurs. Sinon, elle est mariée avec Chuck depuis maintenant cinq ans, ce qui coïncide avec la naissance de Birdy. Chuck est un homme de Néandertal qui reflète parfaitement l'expression tout dans les muscles et rien dans la tête. Il est gentil avec Candice, cependant, il aime d'un amour inconditionnel ! Ce qui en est presque flippant. Il ne lui refuse jamais rien et même s'il est toujours à côté de la plaque, il fait de son mieux pour être un bon père. En soi, c'est tout ce dont Candice a besoin. À côté de ça, elle s'autorise à faire ce qu'elle veut de sa vie, elle sort, elle boit, elle couche, sans la moindre gêne. C'est pas qu'elle n'aime pas Chuck, disons simplement que Candice a vite compris que l'amour ce n'était pas fait pour elle. Son cœur n'a jamais battu pour personne. Jamais. C'est qu'il y a bien quelque chose qui ne pas chez elle ?!
Heureusement, elle peut toujours se confier à sa meilleure amie, Minerva Bolen qui vit à côté de chez elle. Candice considère Minnie comme une soeur, mais elle ne le lui a jamais dit.... Candice n'est pas vraiment du genre à dévoiler ses sentiments. Ça aussi, c'est pas normal, pas vrai ? Enfin bon, Candice est du genre à se porter par le vent et à découvrir avec impatience ce que la vie lui réserve.

North Rivers, Spin-Off : Cocktail Explosif [FT. Cheval] [+18] - Page 2 PiMZ


Bizarrement, Will se montre plutôt obéissant. Je ne m'y attendais pas, mais je suis plutôt contente qu'il fasse ce que je lui demande. Je ne supporterais pas de voir le dégout dans son regard s'il me voyait dans cet état. Et encore pire si j'y lisais de la pitié. Je soupire à cette pensée alors qu'il me conseille de me laisser aller à pleurer. Mouais, je sais que ça me ferait sans doute du bien, mais je n'ai pas vraiment envie qu'il me voit pleurer.
Je ne peux ps m'empêcher de lâcher un petit rire face au commentaire dégueux qu'il vient de dire puis je profite du fait qu'il ne regarde pas dans ma direction pour le regarder un instant.

"Ah oui, qu'est-ce qui ne va pas ? T'as pas trouvé de petites chattes à soulever, c'est ça ?"

Je me doute bien qu'un canon comme lui ne passe pas ses journées à m'attendre. Puis, on n'est pas marié ou en couple ou quoi que ce soit. En soi, il n'a pas de compte à me rendre et peut bien faire ce qu'il veut avec qui il veut… Ça ne me regarde pas. Ok, j'avoue que vu les boudins qui se trainent dans cette ville, je serais un peu dégoutée d'apprendre qu'il ait passé la nuit chez l'une d'elle, mais encore une fois, il fait ce qu'il veut. Putain, j'ai envie de fumer.

Je sors une cigarette pour me fumer et continue de regarder le ciel. En tout cas, si j'avais envie de pleurer, l'idée d'imaginer Will avec une cougar m'a bien fait changer d'avis. Je fume en silence et il en fait de même. C'est finalement lui qui brise le silence et je hausse les épaules en roulant des yeux.

"C'est pas si facile. Pour aller où ? Et je vivrais comment ?! C'est Chuck qui nous entretient depuis des années, alors tu crois que je vivrais comment ?! Et ma fille ?!..." Je soupire avant d'essayer de lui faire comprendre dans la vraie vie, faut savoir faire ce qu'il y a de mieux pour les autres et pas que pour soi-même. "Je peux pas enlever le confort que mène ma fille si ce n'est pas pour lui offrir quelque chose de mieux. Au moins ici, elle a tout ce qu'il lui faut. Elle grandit sans jamais avoir besoin de quoi que ce soit. Alors si je dois être malheureuse pour qu'elle puisse devenir une femme exceptionnelle, je trouve que c'est pas cher payé." Je tourne la tête de l'autre côté même si je ne sais qu'il ne me regarde pas, mais j'ai quand même peur qu'il puisse lire ce que je ressens dans mes yeux. "J'en sais rien..." Quand il dit qu'il m'aime bien, je hausse les sourcils de surprise et un petit sourire se dessine sur mes lèvres. Dieu merci, il ne peut pas le voir. "Ah oui ? Genre suffisamment bien pour m'avoir cherché dans toute la ville pour finalement m'avoir retrouvé ici ?" Lui dis-je en plaisantant, pour sous-entendre que cette rencontre nocturne n'est pas dû au hasard.

Will me demande pourquoi il n'a pas le droit de me regarder et je fronce instinctivement les sourcils. Et voilà. On pouvait pas juste passer un bon moment. Pourquoi est-ce qu'il faut toujours qu'on parle des sujets qui fâchent ?! Je soupire avant de lui dire :

"Si je te le dis, tu promets de ne pas me prendre la tête avec ça ?" J'attends sa réponse puis j'ajoute : "J'ai un énorme bleu sur le visage et la lèvre enflée. Je n'ai pas envie que tu me voies comme ça...c'est tout..." Je soupire de nouveau avant de passer une main sur mon front, comme si j'étais épuisée de tout ça. "Alors s'il te plait, ne me regarde pas…" Dis-je d'une voix fragile.

Will respecte mon choix et se rallonge, encore une fois, je suis surprise qu'il se montre si compréhensif. J'arque un sourcil en le regardant faire puis finalement, je lui offre un petit sourire même s'il ne le voit pas. Je m'allonge près de lui et pose mon visage enflé sur son torse. J'ai mal, mais je m'en fiche, sa présence me fait bien plus de bien.

"Merci."

Je soupire d'aise et reste sur lui un moment. On regarde le ciel lui et moi, on discute de tout et de rien et on se blottit dans les bras l'un de l'autre.
La nuit avance et je commence à me dire que Chuck doit être en train de me chercher partout. Il a dû se rendre compte de mon absence depuis le temps. Je soupire à l'idée que nos chemins doivent encore se séparer.

"Je ne devrais pas tarder à rentrer... Chuck doit être en train de me chercher dans toute la ville..."

Malgré tout, je n'ai pas bougé d'un iota et reste contre Will. Je n'ai pas peur de mon mari, j'ai juste pas envie de me prendre la tête et d'affronter une nouvelle dispute. Si ce n'est pas pour être avec Will alors, je préfère rentrer chez moi et me rouler en boule dans mon lit. Chuck peut bien se la mettre bien profond s'il pense qu'il va pouvoir me toucher avant un moment !
Nemo
Messages : 472
Date d'inscription : 10/02/2022
Crédits : Re°

Univers fétiche : Réel - fantastique - futuriste
Préférence de jeu : Les deux
NEMO
https://www.letempsdunrp.com/t4994-le-monde-de-nemo https://www.letempsdunrp.com/t5305-fourre-tout-du-poisson-clown#105985
Nemo
Sam 12 Aoû - 15:55
oups

Will Parsons
Je ne prends pas mouche à ses diverses provocations. Si elle veut me faire chier, elle aurait dû le faire plus tôt dans la journée. Là, je suis fatigué et rien ne m’atteint. « Si, mais aucune n’arrive à ta cheville. » Je lui cache le fait que je n’ai pas du tout cherché d’autre compagnie que la sienne. Cela pourrait passer pour… Pour quelque chose que je ne veux pas qu’elle s’imagine.
Je hausse les épaules quand elle me parle de sa fille. Elle est bien mignonne mais moi je n’y connais rien en gosses, et c’est pas maintenant que je veux apprendre. Je soupire en lâchant du tabac. Elle veut partir, être libre, mais elle ne veut pas laisser sa fille ? Quel bordel. Si elle trouve qu’être malheureuse pour l’élever correctement, ce n’est pas si cher payé, alors de quoi elle se plaint ? Aaaah… Je ne dis rien sur ce point. Je préfère qu’elle fomente ses plans dans son coin.

Je ris quand elle insinue que je l’ai cherché dans toute la ville. Elle ne me connaît pas et pourtant c’est totalement mon genre. « Alors, je ne t’ai pas cherché dans toute la ville. Je suis vraiment tombé par hasard sur toi. D’ailleurs, entre parenthèses, le destin nous réunit donc ça doit vouloir dire qu’on est fait pour être ensemble. » Je n’y crois pas un mot, mais ça m’amuse de la mettre un peu dans l’embarras. « Je disais que je ne t’ai pas cherché partout, même si c’est complètement mon genre. Fais gaffe à ton p’tit cul. »

Attendant la fameuse explication de son étrange souhait, je lui confirme que je ne lui prendrai pas la tête. Je lève les yeux au ciel quand je comprends. Les femmes ! Je ne peux m’empêcher de soupirer à son égard. « C’est ton mari qui t’a fait ça ? » Si elle savait que j’avais torturé son voisin pour cette même raison… Mais bon, c’était parce que Nate me l’avait demandé. « Je note que si un jour j’ai envie de me défouler sur quelqu’un, ce sera sur ton Chuck de mes deux. » Qu’elle le prenne au sérieux ou pas, je note réellement cette information dans un coin de ma tête. « Ok, mais crois-moi que ça me coûte de pas regarder ta bouille d’ange. J’en profiterai à fond la prochaine fois. »

Elle pose sa tête contre moi et ma main libre fond dans ses cheveux, naturellement. Nous parlons de tout et de rien, je ris souvent, j’oublie mes états d’âmes et tout va mieux. C’est agréable.
Jusqu’au moment où elle reparle de son mari. Je m’entends grogner. Je n’ai pas envie qu’elle parle de ce connard, je n’ai pas envie qu’elle parte. Je veux juste passer le reste de la nuit dans ce parc dégueulasse. Même si la nuit commence à être fraîche, même si le muscle de mon pectoral commence à me faire mal. Je suis bien là, alors pourquoi elle gâche tout ? Ma main reste immobile sur son crâne, l’intimant de rester avec moi. Elle ne bouge pas et ça me rassure. « On s’en fout, non ? Qu’il te cherche dans tout le comté si ça peut l’éloigner. » Je soupire. Je ne veux pas qu’elle pense ça de moi. « Mais bon… Je te retiens pas. » Je retire ma main, lui relève le menton et l’embrasse tendrement sur les lèvres, les paupières fermées pour respecter son choix. Je me redresse soudainement, gêné.
Ce n’est pas la première fois que je l’embrasse, mais toutes les autres fois étaient lors de nos parties de jambes en l’air, pas comme ça, pas aussi tendrement, sans arrière-pensées. « Euh… Pardon, je sais pas ce qui m’a prit. » Je fronce les sourcils, avec l’envie de m’en coller une. Réveille-toi Will, qu’est-ce que tu fabriques ?!
Sans plus de cérémonie, je me redresse et m’éloigne. « Demain soir au bar ? » J’attends sa réponse avant de partir pour de bon, mains dans les poches et visage froncé.
Soirée de merde.
Toujours à tout foirer pour on-ne-sait quelle raison.
MERDE !
@ Nemo


Vous pouvez retrouver mes personnages ici, n'hésitez pas à m'envoyer un petit message si jamais l'un d'eux vous attire ~
Mes recherches et toutes les infos qui vont avec : ici ~

Rythme : Aléatoire
Univers : Réel - Science-fiction - Post-Apo


Cheval de Troie
Messages : 1391
Date d'inscription : 08/02/2020
Région : PACA
Crédits : Bazzart

Univers fétiche : Réel - Disney - Fantasy - Surnaturel - Mythologie
Préférence de jeu : Femme
Totally Spies
https://www.letempsdunrp.com/t3582-ton-amie-c-est-moi-je-suis-ton-amie
Cheval de Troie
Sam 12 Aoû - 17:05

Candice Moore
J'ai 24 ans et je vis à Santana, Arizona. Dans la vie, je suis une jeune mère au foyer et je m'en sors très bien, je m'occupe de ma fille et je profite de la vie ! Sinon, je suis mariée et je le vis plutôt bien car au moins ma fille ne manque de rien.




North Rivers, Spin-Off : Cocktail Explosif [FT. Cheval] [+18] - Page 2 Tumblr_inline_pbv5hiKmZw1tyemz4_500

Candice n'a pas eu une vie facile, mais s'en est toujours accommodée. Ses parents sont des festivaliers qui ont connu les années hippies, l'ère du disco puis.... les années 90. Autant dire, qu'ils n'avaient pas du tout prévu d'avoir un enfant, seulement, quand la mère de Candice s'est retrouvée enceinte sans possibilité d'avorter..... ils ont décidé de la garder. Bien qu'ils se soient finalement mis à aimer leur fille, les parents de Candice n'avaient pas vraiment la fibre parentale… Ils étaient du genre à emmener Candice partout avec eux, dans des festivals, des concerts et autre évènement. Son premier Burning Man était à trois ans et Candice y a vu des choses qui ont radicalement changé sa façon de grandir normalement. Sexe, drogue, alcool et rock & roll ont toujours fait partie de sa vie ! En grandissant, elle ne pensait pas non plus donner la vie.... et pourtant, Birdy est apparue... Comme un petit oiseau, elle s'est déposée dans son ventre sans qu'elle s'y attende. Candice pensait qu'elle ferait une meilleure mère que ses parents, pourtant, elle mène à peu près la même vie.... Cependant, bien qu'elle soit complètement déjantée, Candice fait toujours de son mieux pour être une bonne personne. Ok, elle est charmeuse, colérique, vulgaire, bagarreuse, susceptible et j'en passe, mais elle également une amie loyale et fidèle, c'est une personne franche et entière que l'on adore détester. Ou pas d'ailleurs. Sinon, elle est mariée avec Chuck depuis maintenant cinq ans, ce qui coïncide avec la naissance de Birdy. Chuck est un homme de Néandertal qui reflète parfaitement l'expression tout dans les muscles et rien dans la tête. Il est gentil avec Candice, cependant, il aime d'un amour inconditionnel ! Ce qui en est presque flippant. Il ne lui refuse jamais rien et même s'il est toujours à côté de la plaque, il fait de son mieux pour être un bon père. En soi, c'est tout ce dont Candice a besoin. À côté de ça, elle s'autorise à faire ce qu'elle veut de sa vie, elle sort, elle boit, elle couche, sans la moindre gêne. C'est pas qu'elle n'aime pas Chuck, disons simplement que Candice a vite compris que l'amour ce n'était pas fait pour elle. Son cœur n'a jamais battu pour personne. Jamais. C'est qu'il y a bien quelque chose qui ne pas chez elle ?!
Heureusement, elle peut toujours se confier à sa meilleure amie, Minerva Bolen qui vit à côté de chez elle. Candice considère Minnie comme une soeur, mais elle ne le lui a jamais dit.... Candice n'est pas vraiment du genre à dévoiler ses sentiments. Ça aussi, c'est pas normal, pas vrai ? Enfin bon, Candice est du genre à se porter par le vent et à découvrir avec impatience ce que la vie lui réserve.

North Rivers, Spin-Off : Cocktail Explosif [FT. Cheval] [+18] - Page 2 PiMZ


Je hausse les épaules comme s'il s'agissait d'une évidence.

"Bien sûr qu'elles ne m'arrivent pas à la cheville."

Arrive ensuit le moment des confidences. Je lui sors ma tirade, lui raconte un peu ce que je ressens et j'ai l'impression qu'il en a rien à foutre. En soi, ça ne me vexe pas, après tout, il ne me connait pas plus que ça donc c'est normal que ça ne le touche pas. Puis il ne peut pas vraiment régler mes problèmes alors attendre quelque chose de lui aurait été ridicule. Il a tout de même su se montrer à l'écoute et c'est toujours ça. Je suppose que je ne pouvais pas attendre mieux que ça.

Je regarde le ciel en souriant quand j'insinue qu'il m'a cherché dans toute la ville puis je laisse échapper un rire sarcastique quand il dit que le destin nous a sûrement réuni, car on est fait pour être ensemble. Ça m'étonnerait.

"Pffff, ça fait longtemps que le destin en a plus rien à foutre de moi."

J'avais envie d'ajouter qu'en plus de ça, s'il avait envie de s'occuper de ma vie, il aurait sûrement fait en sorte que je sois une meilleure épouse et pas une meilleure salope...

Will finit par insister pour savoir pourquoi je lui cache mon visage et je décide de lui dire que c'est parce que je suis salement amochée et que je n'ai pas envie qu'il me voie comme ça. Je soupire quand la question sur mon mari finit par arriver sur le tapis puis quand il me dit que bla bla bla.... Je roule des yeux en soupirant.

"Ouais super ta vie, Batman, mais en attendant, je crois me souvenir que je t'ai rien demandé. Sans compter que je sais me défendre."

Heureusement, la soirée n'a pas toujours été si tendue. Je sais que ce n'est pas sur lui que je devrais rediriger mes sentiments négatifs, mais c'est plus fort que moi. On a fini par se caler l'un contre l'autre et par parler de tout et de rien. Will me caresse les cheveux, parfois, on rit, parfois, on parle plus sérieusement. C'est tellement agréable que je ne vois pas le temps passer… J'aurais pu rester là toute la nuit… toute la vie, pourvu que ce moment ne s'arrête jamais. Mais je finis par soupirer et par lui signaler que je ferais mieux de rentrer, car mon Chuck de mes deux va bien finir par rappliquer avec un fusil si ça continue.
Au début, Will avait l'air de vouloir que je reste puis finalement, il m'a dit qu'il ne me retenait pas. Je fronce les sourcils et au moment où j'allais me lever, il me prend le menton et m'embrasse. Et pour avoir été surprise, je n'ai pas eu le temps de fermer les yeux. Aussi, j'ai pu voir clairement que, lui, avait fermé les siens… Je rougis malgré moi. Ce geste était vraiment le geste le plus touchant qu'il ait jamais fait pour moi. Je lui rends son baiser pendant quelques secondes avant qu'il ne s'écarte de moi pour s'excuser.

"Pourquoi tu t'excuses, tu m'as fait des choses bien pires que ça."

Je hausse les épaules en souriant, mais dans le fond, je le pense, je me demande sérieusement pourquoi il s'excuse. S'il a envie de m'embrasser, qu'il le fasse. C'est pas comme ça que son monde est censé marcher ? Ce que Will veut, Will l'obtient ?! Car ç'avait l'air d'être son mode de fonctionnement quand il est venu taper chez moi à l'improviste sans se soucier si ma fille était présente ou non.
Il se redresse et j'en fais de même. J'enlève les branches d'herbe de mes vêtements avant de soupirer.

"Je compte pas m'afficher au bar avec cette tête. Si tu veux, on peut se retrouver ici demain ? Ramène à boire."

Et moi, je me barre sans connaitre sa réponse. C'est la meilleure chose à faire de toute façon. S'il veut me revoir, il saura où me trouver, sinon, qu'il me foute la paix et qu'il aille voir ailleurs.

***

Quand j'arrive devant chez moi, je vois que toutes les lumières sont allumées… Super, il doit être fou de colère. Je rentre par la porte d'entrée en soupirant. Ça manque pas, quand je passe le pas de la porte, il se met à me hurler dessus, à me soulever du sol. Il me traite de tous les noms et je dois avouer que je n'ai pas la force de me défendre. Ce qui bizarrement a eu pour effet de le calmer.

Chuck me demande si tout va bien et il voit au fond de mes yeux que j'ai juste envie de fondre en larme, mais je me retiens. Je cours dans notre chambre pour m'y enfermer et il n'y oppose aucune résistance. Chuck est complètement stupide, mais il n'est pas foncièrement méchant avec moi, il s'emporte, mais je sais qu'il donnerait tout pour mon bonheur.

D'ailleurs, ça ne manque pas, quelques minutes après, il tape à la porte de notre chambre pour s'excuser et me demande s'il peut faire quelque chose. Je lui dis d'aller s'étouffer avec sa bière, ce qui le rassura. Ça prouvait que je n'allais pas si mal que ça. Une réponse plus normale lui aurait sans doute fait appeler un médecin !

***

Le lendemain, je profite d'une matinée toute seule pour prendre un bon petit déjeuner. Chuck part travailler et me dit qu'il récupèrera Birdy ce soir en rentrant du boulot. Je lui dis que j'avais besoin de passer la soirée et peut-être la nuit avec Minnie. Son visage se ferma tout de suite, mais il accepta.
J'ai passé la journée à faire mon devoir de femme, comme un fantôme. La lessive, la bouffe, le repassage etc etc, etc. Ce que c'est pénible de toujours répéter les mêmes taches. N'ont-elles donc jamais de fin ?!

J'étends le linge dehors puis je décide de préparer une tarte aux pommes pour ma princesse qui revient enfin à la maison. Je la laisse refroidir sur le comptoir puis je me prépare à aller faire des courses. Mon visage est encore enflé aussi, je porte une écharpe, un chapeau et des lunettes. Je ne me suis pas éternisée dans le magasin, mais au moins ça m'aura fait passer un peu le temps.
Je prends ensuite une longue douche où je prends un peu de temps pour moi. M'occuper de mes cheveux, de ma peau, de mon visage. Ça me fait du bien, j'ai l'impression de me sentir moins moche... Mon reflet dans le miroir m'est insupportable… c'est la première fois que ça m'arrive. Pourtant, ce n'est pas la première fois que je le vois dans cet état.... mais c'est la première fois que je refuse d'être vue ainsi.... Enfin, je refuse qu'il me voie ainsi… Je....Je ne veux pas qu'il puisse avoir cette vision-là de moi... celle d'une victime pathétique qu'il va se sentir obligé de protéger...

Je finis par sortir de la douche et par opter pour un string noir et un jean skinny. En haut, je porte un t-shirt serré sans soutif. Le tout avec une paire de Doc Martens. Je lâche mes cheveux bariolés pour qu'il cache au mieux mon visage.
Chuck et Birdy finissent par rentrer. On mange en famille puis je l'aide à prendre son bain, je la conduis au lit et lui lit son histoire du soir. Bisou sur le front puis je m'en vais sans dire un mot à Chuck qui s'en veut encore. Peut s'étouffer dans sa culpabilité que j'en ai rien à foutre.

Je marche jusqu'au lac, ça me fait du bien. Je me roule un pétard, cette fois j'ai pas été conne, j'ai pris ma came, et fume jusqu'à mon lit d'arrivée. La nuit commence à pointer le bout de son nez, quelques étoiles commencent à apparaitre. Tant mieux, je ne voulais pas arriver quand il ferait trop jour.
Je me pose au même endroit que la veille, mais visiblement, je suis la première… Je ne sais pas s'il va venir ou pas. Je fume en l'attendant, encore et encore… Je soupire puis j'arrache une fleur à mes pieds.

"Il va venir, il va pas venir. Il va venir, il va pas venir..."

Dis-je en arrachant les pétales un à un.
Nemo
Messages : 472
Date d'inscription : 10/02/2022
Crédits : Re°

Univers fétiche : Réel - fantastique - futuriste
Préférence de jeu : Les deux
NEMO
https://www.letempsdunrp.com/t4994-le-monde-de-nemo https://www.letempsdunrp.com/t5305-fourre-tout-du-poisson-clown#105985
Nemo
Dim 13 Aoû - 12:21
au sommet du monde

Will Parsons
Le lendemain, je dois m’occuper de la distribution d’une nouvelle fournée de marchandises. Je me prépare tranquillement, soigne mon apparence, comme à mon habitude. Je me sens assez peu à l’aise lorsque je sors en tee-shirt, il me faut toujours ma petite chemise repassée, mon jean noir et une veste de costume. Je me parfume et arrange mes cheveux devant le miroir. Je souris de toutes mes dents à mon reflet et lui fais un clin d’œil. Pas étonnant que je fasse tomber au sol tout ce qui bouge.
Je fourre quelques liasses de billets dans un sac de sport en sifflotant et range mon pistolet dans la ceinture de mon pantalon. Après m’être allumée une cigarette, je monte dans ma berline noire et allume le contact. J’allume la radio et fredonne un titre de Labrinth, la fenêtre ouverte : « Je n’ai rien à envier au Mont Everest, car je suis déjà au sommet du monde »
Au premier feu rouge, je fais signe à une belle demoiselle assise sur le siège passager de la voiture d’à-côté. Elle rougit à mon sourire ravageur et je démarre quand le feu passe au vert.

Arrivé au hangar, je me gare et me dirige vers l’endroit désaffecté. Je sers la main de l’homme qui fait le guet. Il était l’un de ceux que J avait ramené pour remettre cette tâche de Robert droit dans ses bottes. Il m’accompagne à l’intérieur et me présente à deux jeunes à l’air coincé et stressé. À mon avis, ils ne font pas que produire leur marchandise. Ils la consomment, vu leur tronche. Je dépose lourdement le sac sur leur table sale et l’ouvre, dévoilant les billets, qu’ils dévorent du regard. « Combien ? » L’un me répond, tremblant, sans quitter des yeux le contenu du sac. Je hoche la tête en enlevant deux liasses du sac malgré leurs protestations. « M’emmerdez pas, ce sera déjà bien assez pour vos tronches de décrépits. Aller, j’ai pas que ça à faire. » Dis-je froidement en leur faisant signe de me donner les sachets. Ils s’exécutent et me tendent un grand sac rempli de petits sachets de poudre blanche. Je le regarde, l’air mauvais. Je n’ai jamais touché à ce genre de produit, et je n’y toucherai jamais. Déjà que je supporte à peine l’alcool, je n’ose pas imaginer l’état de mon corps après avoir ingéré cette merde. Je vide le sac au sol et range le produit à l’intérieur. Je me retourne, sans un regard en arrière et remonte dans le véhicule. Je n’ai pas eu à utiliser mon arme et j’en suis presque déçu.
Prochaine étape, la distribution.

*

Alors que je suis sur la route du retour, je reçois un appel de North Rivers. Je lève les yeux au ciel.
« Tu dois vraiment être amoureux de ton infirmière pour me harceler autant. »
Tu sais que si t’étais devant moi je te ferai fermer ta p’tite gueule, l’angelot ?
Je ris de bon cœur. Ce qu’il me manque…
« Alors, tu sais où elle est ? »
Elle a emménagé chez le directeur de la prison. Charles Wright. Tu peux te renseigner sur l’adresse ?
« Sans problème. »
Et avec ta cinglée, ça se passe bien ?
« Tu veux vraiment que je te raconte ce qu’on fait ? »
Je te dirai bien oui mais j’ai pas le temps.
« Connard » Dis-je en riant. « T’as pas moyen de t’enfermer un coup avec ta douce et tendre ? »
Si tu savais à quel point la totalité de la prison n’attend que ça ! Le jour viendra, le jour viendra. Hey, p’tit frère, tombe pas amoureux hein, elle t’en voudrait.
Je hausse les épaules.
« Moi, tomber amoureux ? J’suis au-dessus de ça mon pauvre. »

*

J’attends le soir pour aller voir les revendeurs que je côtoie. Je me prends une belle marge sur chacune des ventes, parfois plus que ce que je devrais. La plupart sont des jeunes en recherche de pognon, alors ils n’osent trop rien me dire.
J’attends un revendeur qui se fait désirer au coin d’une rue, fumant une cigarette, le sang chaud. Quand il arrive enfin, je l’accueille avec un prix exorbitant.
« - Attends mais tu t’fous d’ma gueule ? C’est cinq fois plus !
- J’en ai rien à foutre, t’avais qu’à pas me faire attendre. »

Il éclate d’un rire rauque, refusant de me payer aussi grassement. Ma patience a des limites. Je l’empoigne et je plaque sa joue contre le mur en crépit, caché du regard des autres. Je cale le canon de mon pistolet sur ses reins et je le sens s’immobiliser. « Tu m’connais pas encore mais sache que j’ai qu’une seule envie : t’arracher les couilles et te les faire bouffer. Je prends toutes les responsabilités à me balader en pleine ville avec le bordel et toi tu t’pointes en retard avec ton air de chiot enragé. Je suis en train de faire attendre une demoiselle avec tes conneries, j’devrais te buter rien que pour ça. Tu viens d’ajouter un billet à ta facture, tocard. » Je le relâche et l’échange se poursuit sans plus de mot.
Je repars, triomphant.

*

Au sommet du monde, je me dirige vers le lac artificiel en petites foulées. Elle est là, assise en tailleur, contemplant l’horizon. Je souris à sa vue et repense à la manière dont on s’est quitté la veille. En y réfléchissant, elle avait tout à fait raison, je ne sais pas pourquoi mon geste m’avait gêné. Peut-être avais-je mis plus de sentiments dans ce baiser que les autres fois ? Je secoue la tête. Je ne veux pas penser à ça.
Je l’entends marmonner une comptine d’enfant en arrachant les pétales d’une marguerite. J’arrive derrière elle sans bruit et m’accroupis dans son dos. Je plaque mes paumes sur ses yeux en disant : « Il va venir. »

Je m’assois à ses côtés en lui tendant une bouteille de Whisky. Je lui prends le menton et l’embrasse, sans réfléchir. Cette fois je m’en fous, j’en ai envie, point barre. Je bois une gorgée d’alcool et lui sourit. J’attendais ce moment depuis ce matin.
Après quelques temps pendant lesquelles nous discutons, fumons, buvons, je me lève et me rends compte que l’alcool me monte déjà à la tête. Je titube légèrement en pouffant de rire, à l’image de notre première soirée.
J’ôte mes chaussures, ma veste, ma chemise, mon pantalon avec des mouvements se voulant sensuels. En caleçon, je fonds sur Candice, l’embrassant dans le cou, sur les joues, mordillant ses lèvres.
Puis, le regard vif, je lui souris en me relevant à toute vitesse et en courant vers le lac.
Le contact de l’eau fraîche sur ma peau me fait l’effet d’une décharge électrique. « Oh putain. » Je crie en riant. « Viens, c’est trop agréable ! »
La nuit est tombée depuis déjà plusieurs heures.
@ Nemo


Vous pouvez retrouver mes personnages ici, n'hésitez pas à m'envoyer un petit message si jamais l'un d'eux vous attire ~
Mes recherches et toutes les infos qui vont avec : ici ~

Rythme : Aléatoire
Univers : Réel - Science-fiction - Post-Apo


Contenu sponsorisé
North Rivers, Spin-Off : Cocktail Explosif [FT. Cheval] [+18]
Page 2 sur 3
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Sujets similaires
-
» North Rivers, Saison 1 : Les portes du pénitencier, bientôt vont se fermer... [ft. Nemo]
» Faux semblants ☾ Cheval de Troie
» Apocalypse please _ Cheval de Troie
» Les noces - fragiles - de porcelaine [Pv : Cheval de Troie]
» “Le cheval court, le cavalier se vante.”

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: