Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues
qui tu veux,
quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
» Once upon a time in a wild, wild world
I hate that i love you ft. Houmous - Page 3 EmptyAujourd'hui à 20:12 par Eurydie

» La vie, c'est parfois avoir le souffle coupé. feat Caleb
I hate that i love you ft. Houmous - Page 3 EmptyAujourd'hui à 19:33 par Manhattan Redlish

» (sms) i need answers.
I hate that i love you ft. Houmous - Page 3 EmptyAujourd'hui à 18:33 par eternals.

» Parce que c'était lui, parce que c'était moi
I hate that i love you ft. Houmous - Page 3 EmptyAujourd'hui à 17:55 par Beloved

» Texas's secret [Monkeymama]
I hate that i love you ft. Houmous - Page 3 EmptyAujourd'hui à 17:36 par Beloved

» haut les masques [chou]
I hate that i love you ft. Houmous - Page 3 EmptyAujourd'hui à 16:52 par Gaïa

» Les noces - fragiles - de porcelaine [Pv : Cheval de Troie]
I hate that i love you ft. Houmous - Page 3 EmptyAujourd'hui à 14:17 par Cheval de Troie

» TOPS-SITES ¬ votez pour ltdr
I hate that i love you ft. Houmous - Page 3 EmptyAujourd'hui à 14:12 par Gäa

» 呪い - Noroi feat Houmous
I hate that i love you ft. Houmous - Page 3 EmptyAujourd'hui à 13:38 par Houmous

Le Deal du moment : -50%
-50% Nike React Live – Chaussure pour Homme
Voir le deal
57.47 €

LE TEMPS D'UN RP

I hate that i love you ft. Houmous

Houmous
Messages : 255
Date d'inscription : 06/01/2019
Région : Grand Est
Crédits : Persona 3 - Aigis

Univers fétiche : Fantastique, SF
Préférence de jeu : Homme
patrick
Houmous
Dim 4 Sep - 7:55

Donald "Don"
Parkins

J'ai 36 ans et je vis à New York, USA. Dans la vie, je suis un grand voleur et je m'en sors très mal, je suis en prison. Sinon, grâce à ma malchance, j'ai été abandonné par mon mec et je le vis plutôt très mal.

L’air de l’extérieur était déjà en train de se rafraichir en ce début d’automne. Après l’ambiance brûlante et survoltée de l’intérieur du bar, il fallait avouer que c’était assez agréable de se trouver là. Don chercha de l’œil de la place pour se poser quelques instants et pouvoir discuter tranquillement. Ils s’installèrent un peu en marge et Don proposa une clope. Il profita quelques instants de la nicotine avant de se remettre à parler. Il ne fumait pas si souvent que ça et du coup, chaque fois que cela lui arrivait, son cerveau s’embrasait de la même manière. Il sentait ses sens se diluer et revenir en de douces vagues agréables. Il le regarda un peu, voyant bien qu’il était partant pour presque tout ce qui pourrait lui être proposé. C’était mignon de voir qu’il s’était tant détendu à son contact, comme s’il n’attendait que ça depuis le début.

- Eh bien, Sam, je ne te pensais pas comme ça, ricana-t-il avec un petit sourire en coin. Pour tout te dire, je n’ai pas envie de dormir ce soir, commença-t-il, pareil à un enfant qui voudrait demander une faveur. J’aimerais faire la fête, m’amuser et oublier demain… Ca te dirait de m’accompagner un peu partout jusqu’aux premiers rayons de soleil ? proposa-t-il avec une certaine douceur.

A ce moment, il constata que Lenny avait mis un pied à l’extérieur, le poursuivant presque. Leurs regards se croisèrent et un genre de moue passa sur le visage de Don. Il s’excusa en disant qu’il revenait dans quelques instants. Il savait ce qui allait suivre et c’était aussi quelque chose auquel il avait envie de ne pas penser en partant avec Sam pour la nuit. Lenny l’accabla de reproches sur le fait qu’il joue avec lui et qu’il continue à draguer et se taper d’autres mecs, juste sous ses yeux sans que ça le dérange. Il insistait lourdement sur l’immoralité qu’il percevait et sur l’honnêteté dont il faisait preuve dans ses sentiments. Don soupira un peu, l’air plus ennuyé que blessé. Il en avait plus que marre des mecs qui s’accrochaient à lui pour penser pouvoir le posséder. Il n’appartenait à personne et ne troquerait jamais un brin de sa liberté contre de l’amour.

- Ecoute Lenny, je pense que tu t’es mépris sur notre relation. Je ne fais pas « des trucs de couple », dit-il sans le moindre remord. Je ne suis probablement pas le bon gars pour toi si tu ne me comprends pas mieux que ça.

Sur ces mots et sans plus d’explications, il tourna des talons pour s’en aller. Don ignorait complètement les ultimatums vociférés de voir leur relation disparaitre s’il ne revenait pas. Il n’était pas moins d’humeur à s’amuser et se moquait bien des regards qui pesaient sur lui, remplis de jugement. Lenny avait pas mal d’amis et beaucoup de monde prendrait son parti dans cette histoire lorsqu’il noierait son chagrin dans l’alcool. Il retourna auprès de Sam avec un grand sourire, nullement entaché par le moindre doute.

- Désolé de t’avoir montré ça… souffla-t-il légèrement. On peut y aller si tu veux, je connais d’autres adresses sympas où on pourrait passer à autre chose ! A moins que tu ne veuilles plus ? risqua-t-il en prenant le temps de le considérer du regard.


I hate that i love you ft. Houmous - Page 3 1653241536-6I hate that i love you ft. Houmous - Page 3 1653241536-1I hate that i love you ft. Houmous - Page 3 1653241207-8
Beloved
Messages : 4117
Date d'inscription : 10/07/2018
Crédits : .

Univers fétiche : City, dérivé de films/séries/livres
Préférence de jeu : Homme
stitch
Beloved
Mar 6 Sep - 15:45

Samuel Lawrence
J'ai 33 ans et je vis à New York, Pays. Dans la vie, je suis inspecteur de police et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma malchance, ma naïveté, je suis séparé et je le vis plutôt mal... même trois ans plus tard, je me sens toujours aussi mal.

+ il a des marques dans le dos, vestiges des coups de ceinture de son père
+ il est devenu flic à 18ans, suivant très vite les traces de son père
+ il travaille depuis cinq maintenant dans le département s'occupant des vols d'objets rares et précieux
+ il fait partie de ceux qui ont arrêté "Le billet"
+ son père est mort en intervention alors qu'il avait 15ans
+ il n'a jamais été au courant de son coming out
+ il a le chiffre VII tatoué à l'intérieur du poignet droit

Je ne me serais jamais cru comme ça non plus. Ce n'était pas mon genre. Ca m'arrivait bien de temps en temps. J'avais eu des histoires d'un soir. Ce n'était pas non plus diamétralement opposé à ma personnalité. Mais je devais avouer qu'il y avait quelque chose dans son physique, dans sa façon d'être, de se comporter, qui m'attirait. Et ce plan un peu fou, passer la nuit à arpenter la ville jusqu'à profiter du lever du soleil... ce n'était pas ce que mon cerveau, et ma libido, s'étaient imaginés mais ça me plaisait.

Je hochais doucement la tête alors qu'il s'excusait de me laisser quelques instants. Je continuais de fumer, regardant du coin de l'oeil Don et ce type discuter. Il était flagrant que le type craquait pour Don et tout aussi flagrant qu'il y avait eu une histoire entre eux. Pourtant c'est moi qu'il rejoignit quelques instants plus tard, s'excusant à nouveau.

- Si, bien sur que si je veux. Je te suis. Et ne t'excuse pas, ce n'est rien.

Nous ne faisions que passer une soirée ensemble, il ne me devait rien. Nous avions tous une vie, un passé, c'était normal de tomber sur ce genre de situations. Et de toute façon ce n'était pas comme si il y avait réellement quelque chose entre nous.

Je passais une des meilleures soirées de ma vie. Don connaissait en effet pas mal d'endroits en ville. Il me fit faire le tour de tout un tas de bar, tous avec une ambiance différente. Il me fit découvrir son New York. Il me parla de jazz pas mal, me faisant petit à petit voir ce qu'il aimait dans cette musique.

Je ne vis pas la nuit passer, me laissant emporter dans son tourbillon rempli de musique. Il était cinq heures du matin, une heure où les rues retrouvaient un semblant de tranquillité. Cet instant suspendu entre deux mondes. Les fêtards étaient tous partis trouver un endroit pour passer la nuit, seuls ou en charmante compagnie. Les travailleurs ne s'était pas encore mis en route pour le travail. Il ne restait plus que Don et moi, quelques âmes en peine n'ayant pas encore trouvé d'abri pour la nuit ou déambulant encore sans trop savoir où aller.

- Merci pour cette soirée. C'était vraiment génial.

Je lui souriais sincèrement, les yeux encore remplis d'étoiles après ce qui s'était passé cette nuit entre nous. Nous n'avions rien fait. Nous n'avions même pas cherché à nous embrasser. C'était loin du programme que j'avais imaginé en le voyant, mais je ne regrettais pas un instant. Et même si je devais ne plus jamais le revoir, je savais que ce moment resterait graver dans mon mémoire.

- Tu me fais confiance pour la fin de la nuit? Pour aller voir le lever de soleil. Je connais un endroit.

Je l'entrainais avec moi, me mettant à la recherche d'un taxi. Je finis par abandonner pour aller trouver un métro. Je courrais, l'encourageant à me suivre pour que nous n'arrivions pas en retard.

Le soleil ne s'était pas encore levé quand je m'installais avec lui sur la plage de Coney Island. Je souriais doucement en m'asseyant dans le sable.

- Mon père m'amenait souvent ici. En général c'était plus le coucher de soleil que je voyais. Ce sera mon premier lever ici...

Un lieu un peu spécial pour terminer une soirée qui l'avait été tout autant.

Houmous
Messages : 255
Date d'inscription : 06/01/2019
Région : Grand Est
Crédits : Persona 3 - Aigis

Univers fétiche : Fantastique, SF
Préférence de jeu : Homme
patrick
Houmous
Jeu 8 Sep - 6:23

Donald "Don"
Parkins

J'ai 36 ans et je vis à New York, USA. Dans la vie, je suis un grand voleur et je m'en sors très mal, je suis en prison. Sinon, grâce à ma malchance, j'ai été abandonné par mon mec et je le vis plutôt très mal.


Musique:

Don était surpris de la manière d’être de Sam. Lorsqu’il l’avait vu, accoudé au bar, il semblait si peu enclin à faire quoi que ce soit, dans un ennui absolu. Mais dès que Don le poussa un peu, il se mit à courir. Il était intéressé par tout, curieux de savoir ce qui lui échappait encore. Il regardait autour de lui, avidement en recherche de ce que Don lui racontait. Il l’emmena avec lui dans tous ses lieux favoris, allant même jusqu’à son coin secret, un toit d’immeuble que connaissaient. Battu par les vents, il était possible d’y observer les étoiles et tout le champ des possibles. La ville s’offrait alors à la vue, entière et écrasée par la perspective, offrant un autre New York aux locaux qui connaissaient le spot.

Sam était un gars vraiment intéressant. Il était à la fois drôle et ouvert d’esprit. C’était rare de voir quelqu’un se passionner autant d’un sujet qu’il ne maitrisait pourtant pas. Peut-être était-il lui aussi un jazzman qui s’ignorait ? Les discussions avec lui ne s’éternisaient pas et il passait adroitement d’un sujet à l’autre, maintenant toujours un intérêt fou pour ce qui se disait. Les verres s’enchainaient, suspendus à ses lèvres, et la nuit défilait plus vite que tout. Jamais Don n’avait passé une nuit plus belle que celle-ci. Il en oubliait même pourquoi il avait voulu la passer ainsi et pourquoi il s’était mis en quête de quelqu’un en début de soirée. C’était comme si plus rien d’autre n’avait d’importance…

Et puis vinrent les dernières minutes avant l’aube et le lever du soleil. Comme tout le reste de la nuit, rejoindre le spot de Sam se fit dans un pas de course amusé. Il avait bien changé de comportement à mesure qu’ils avaient fait plus ample connaissance. Maintenant, c’était à lui de les mener vers quelque chose d’intéressant et personnel. Peut-être était-ce à cause des reflets sur les bâtiments ou de la faible luminosité mais il avait l’air tellement charismatique en prenant les choses en main… Don devait s’avouer à lui-même qu’il avait été charmé comme rarement auparavant.

- C’est vraiment magnifique… Je ne suis plus passé par ici depuis très longtemps. On allait souvent à la fête foraine avec mon frère quand j’étais petit, sourit-il, une lueur de nostalgie ancrée dans le regard.

Ils avancèrent ensemble en se remémorant leurs souvenirs respectifs liés à leurs proches perdus. Une cabine de tickets avec des escaliers leur permit de monter et de s’installer pour avoir une meilleure vue de l’orbe incandescent alors qu’il naissait de l’océan. Le silence se fit alors qu’ils regardaient le spectacle, un grand sourire aux lèvres. C’était un instant unique, impossible à recréer dans toute une vie. C’était le genre de moments dont ne pouvait que rêver la majorité des Hommes… Don se tourna pour le regarder un peu et sentit un battement dans sa poitrine, un resserrement doux amer. Il posa sa main sur la sienne.

- C’était une soirée incroyable… J’adorerais te revoir, ajouta-t-il avec une voix plus douce et naturelle. Je veux te jouer un morceau lorsque ma main sera en meilleure forme !


I hate that i love you ft. Houmous - Page 3 1653241536-6I hate that i love you ft. Houmous - Page 3 1653241536-1I hate that i love you ft. Houmous - Page 3 1653241207-8
Beloved
Messages : 4117
Date d'inscription : 10/07/2018
Crédits : .

Univers fétiche : City, dérivé de films/séries/livres
Préférence de jeu : Homme
stitch
Beloved
Sam 10 Sep - 20:00

Samuel Lawrence
J'ai 33 ans et je vis à New York, Pays. Dans la vie, je suis inspecteur de police et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma malchance, ma naïveté, je suis séparé et je le vis plutôt mal... même trois ans plus tard, je me sens toujours aussi mal.

+ il a des marques dans le dos, vestiges des coups de ceinture de son père
+ il est devenu flic à 18ans, suivant très vite les traces de son père
+ il travaille depuis cinq maintenant dans le département s'occupant des vols d'objets rares et précieux
+ il fait partie de ceux qui ont arrêté "Le billet"
+ son père est mort en intervention alors qu'il avait 15ans
+ il n'a jamais été au courant de son coming out
+ il a le chiffre VII tatoué à l'intérieur du poignet droit

On discuta tranquillement alors que le soleil se levait doucement à l'horizon. Il me parla de son frère qui l'amenait ici autrefois. Je lui parlais de mon père avec qui je venais parfois manger une glace ici quand il sortait du travail. Je ne précisais pas le travail. J'évitais de dire en général qu'il avait été flic et que j'avais suivi sa voie. Il y avait différents types de réaction chez les gens quand ils apprenaient que j'étais flic et je n'en aimais aucune. Je passais une trop bonne soirée. Je n'avais pas envie de tout gâcher maintenant.

Je lui souris alors qu'il me proposait qu'on se revoit.

- J'adorerais t'entendre jouer.

Je lui demandais son téléphone et y rentrais mon numéro de téléphone.

- J'attends de tes nouvelles. J'espère vraiment en avoir. A bientôt Don.

Je le saluais une dernière fois avant de me lever pour rentrer chez moi. Je ne l'avais pas embrassé. Je ne l'avais pas fait de la soirée et je ne l'avais pas non plus fait en partant. Ce n'était pas le soir. Peut être une autre fois. Un autre rendez vous...

***

La journée n'aurait pas pu plus mal se passer. La mission auprès de son contact avait été un désastre. On était ensuite rentré pour s'engueuler. Je n'avais pas reconnu le Don qui m'avais fait face. Il avait toujours été si sur de lui. Il agissait toujours comme si il ne doutait de rien. Il savait qui il était, ce qu'il faisait. Il ne se remettait jamais en question. Et c'était une chose que j'appréciais chez lui, cette assurance à toute épreuve qu'il avait. Mais elle n'existait plus. La prison semblait avoir détruit cela en lui. Le Don que j'avais en face de moi, qui se qualifiait de simple voleur de bas étage et qui fuyait les larmes aux yeux, ce n'était pas le Don que j'avais aimé.

Je passais une nuit affreuse sur le canapé, n'arrivant pas à fermer l'oeil. J'avais fini par laisser tomber pour aller travailler. J'avais contacté un des rares ami flic qui me restait pour lui demander un service. Je m'étais installé à mon ordinateur, passant le rester de la nuit à craquer le téléphone de l'autre taré de mafieux que nous avions rencontré.

Le matin finit par arriver et avec lui mon ex qui finit par sortir de sa cachette pour venir me voir. Je relevais la tête de ma tasse de café pour affronter son regard.

- Avant que tu dises quoi que ce soit j'aimerais m'excuser. Je me suis emporté hier. J'étais furieux de voir à quel point notre mission avait pu foiré. Ce n'était pas de ta faute. J'aurais du écouter mon instinct et ne pas y aller. Je savais que c'était trop dangereux, que ça allait merder et c'est ce qui s'est passé.

Je voulais terminer cette affaire au plus vite, en oubliant par la même occasion les principes même de mon boulot. Foncer tête baissé, bâcler une affaire, tout ça n'apportait rien de bon.

- Je crois que cette situation nous met mal à l'aise tous les deux...

Et ça c'était vraiment l'euphémisme de l'année. La situation était nulle, merdique, carrément impossible à supporter et il fallait qu'on travaille dans ces conditions là.

- Alors je te propose deux options. Tu peux retourner en prison et oublier cet accord, puisque c'était ce que tu voulais hier soir. Ou alors tu peux me rejoindre et terminer cette mission. J'ai réussi à craquer le téléphone mais j'aurais besoin de toi pour comprendre les messages.

Je le fixais, lui montrant d'un signe de main le téléphone qui se trouvait à côté de mon ordinateur.

- Alors... tu décides quoi?

Houmous
Messages : 255
Date d'inscription : 06/01/2019
Région : Grand Est
Crédits : Persona 3 - Aigis

Univers fétiche : Fantastique, SF
Préférence de jeu : Homme
patrick
Houmous
Ven 16 Sep - 7:45

Donald "Don"
Parkins

J'ai 36 ans et je vis à New York, USA. Dans la vie, je suis un grand voleur et je m'en sors très mal, je suis en prison. Sinon, grâce à ma malchance, j'ai été abandonné par mon mec et je le vis plutôt très mal.

Don avait passé une nuit affreuse. Il n’avait eu de cesse de tourner et se retourner dans le lit qu’ils partageaient autrefois. Tout lui rappelait ce qu’il avait perdu et dont il profitait maintenant indûment. Il soupira beaucoup, sanglota aussi alors que les pensées coulaient dans son esprit et qu’il ne parvenait pas à se sortir le regard de déception et la colère de son ex amant. Le contraste avec leurs débuts était véritablement frappant... Il l’avait percé de part en part et avait réussi à lui briser encore une fois le cœur. Il ne savait même pas que c’était encore possible après ces années volées qu’il avait vécues. Il pensait être blindé et à l’épreuve des plus amers commentaires mais il n’en était rien. Sam lui avait dit les choses telles qu’elles étaient sans le moindre filtre et cette vérité l’avait cassé dans son élan. Don devait se faire à l’évidence : il n’était plus le Billet, qu’il le veuille ou non. Il n’était plus que Don, ce type qui n’avait rien accompli de sa vie et qui était devenu une parodie de ce qu’il était auparavant. On l’avait vu comme un maitre voleur et comme un musicien émérite… Aujourd’hui, si on le mettait face à un piano ou avec un plan de bâtiment dans les mains, il n’était même pas sûr de savoir ce qu’il ferait et s’il saurait s’en sortir.

Il avait attendu autant qu’il avait pu, ignorant les gargouillis de son ventre ou sa gorge irritée par la soif et les réminiscences de douleur. Il avait patienté, emporté par un feint espoir qu’à un moment ou l’autre tout se tasserait et se réglerait d’une manière ou d’une autre. Il n’en était rien. Il entendait le cliquetis des touches. Encore et encore, le bruit mécanique résonnait depuis des heures. Avec le temps en taule, il avait acquis une étrange relation au temps. Il le laissait s’égrainer et savait à peu près l’heure qu’il était quel que soit le moment… Il se décida à sortir une fois le soleil déjà levé. Il le regarda, affectant un calme absolu et froid.

- Peu importe, je n’ai pas accepté de venir travailler pour abandonner au bout de 24 heures, soupira-t-il en s’asseyant dans le canapé. Je savais que ça serait compliqué mais qu’est-ce qu’on y peut ? Quitte à en être arrivé jusqu’ici, autant continuer et voir ce qu’il se passera, acheva-t-il froidement, éludant la pitié et les remords de son ex.

Il se saisit du téléphone et commença à pianoter dessus pour avoir accès aux différents messages. Se jeter à corps perdu dans l’enquête l’aiderait certainement à penser à autre chose. Les lisant les uns après les autres, il comprit pourquoi Sam était paumé au milieu de tout ça. Les mots étaient utilisés selon des codes précis pour dissimuler la véritable teneur des messages. Norman y faisait référence à différents lieux aux accès largement restreints à une poignée de gens de confiance. Il devait y organiser ses ventes de marché noir et les deals avec des voleurs pour des commandes spéciales. C’était typiquement le genre d’endroits que la brigade de Sam adorerait visiter et démanteler… Il releva les yeux de l’écran.

- Mmh… Jack Black est un intermédiaire qui s’occupe des reventes d’œuvres volées apparemment. Il bosse à Washington. Je pense que ce n’est pas impossible que ce soit un alias du Renard… haussa-t-il d’un sourcil. Il ne fait pas les choses comme les autres dans le milieu, si tu veux. D’habitude, on n’a pas besoin de rencontrer plusieurs fois des mecs comme Norman pour pouvoir vendre dans ses salons. Lui, il l’a contacté plusieurs fois directement en annonçant les vols qu’il allait-

Au moment précis où ces mots sortirent de la bouche de Don, un éclair le frappa. La connexion s’était faite entre différents faits et il resta un long moment sans parler à réfléchir. Il lâcha précipitamment le téléphone et prit le dossier sur les vols du Renard. Dans une frénésie étrange, il écarta plusieurs sous-dossiers, les balançant à moitié. Certaines feuilles tombèrent au sol et d’autres restèrent vaguement en place. Et puis, il trouva la photo. Il la prit en ses mains et commença à pouffer après l’avoir regardé quelques secondes durant avec intensité sous le regard incrédule de Sam.

- C’est un marrant… Regarde, fit-il en arrangeant les numéros sur la photo du renard de billets verts, ça ne te fait pas tiquer ? Il annonce le crime suivant par le biais de ses Renards. Si tu prends les nombres 002-23/13/15/01/01, ça se lit : « 002 : W/M/O/A/A » ou « Numéro 2 : Whitney Museum of American Art » ! Il dit à chaque fois ce qu’il va faire ensuite, Sam, fit-il, extatique, le prenant par les épaules avec un grand sourire.


I hate that i love you ft. Houmous - Page 3 1653241536-6I hate that i love you ft. Houmous - Page 3 1653241536-1I hate that i love you ft. Houmous - Page 3 1653241207-8
Beloved
Messages : 4117
Date d'inscription : 10/07/2018
Crédits : .

Univers fétiche : City, dérivé de films/séries/livres
Préférence de jeu : Homme
stitch
Beloved
Mer 21 Sep - 14:20

Samuel Lawrence
J'ai 33 ans et je vis à New York, Pays. Dans la vie, je suis inspecteur de police et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma malchance, ma naïveté, je suis séparé et je le vis plutôt mal... même trois ans plus tard, je me sens toujours aussi mal.

+ il a des marques dans le dos, vestiges des coups de ceinture de son père
+ il est devenu flic à 18ans, suivant très vite les traces de son père
+ il travaille depuis cinq maintenant dans le département s'occupant des vols d'objets rares et précieux
+ il fait partie de ceux qui ont arrêté "Le billet"
+ son père est mort en intervention alors qu'il avait 15ans
+ il n'a jamais été au courant de son coming out
+ il a le chiffre VII tatoué à l'intérieur du poignet droit

Aucune remarque sur notre dispute de la veille, sur les paroles blessantes qu'il avait pu avoir lui aussi à mon encontre. Il s'était contenté de se mettre au travail après m'avoir dit qu'il ne laisserait pas tomber. Bien sûr qu'il n'abandonnerait pas. C'était sa seule chance de pouvoir être libre à nouveau. Mieux valait endurer ça à mes côtés que de rester encore plusieurs années en prison. Je ne relevais pas... ça ne servait à rien. Je n'avais aucune envie de me disputer avec lui et surtout pas pour quelque chose d'aussi futile que ça. Parce que ce qui me faisait souffrir, ce qui me rongeait et ne cesserait jamais de me faire souffrir c'était sa trahison, celle qui avait duré des mois, celle qui m'avait fait croire à un avenir avec lui, à une belle histoire d'amour. Alors il pouvait bien jouer au connard égoïste incapable de s'excuser, ce serait toujours moins grave que ce qu'il m'avait déjà fait subir.

Je le laissais pianoter sur le téléphone, me levant pour aller me servir un autre café. Il était assez grand pour demander si il en voulait un ou même aller se le chercher. Je l'écoutais finalement parler tout en sirotant mon café. Ca c'était certain que ce Renard ne faisait rien comme les autres. Il commettait de toute évidence ses vols pour le plaisir, pour le goût du risque et du challenge. Il ne se contentait pas de voler mais il nous narguait. C'était un jeu pour lui. Et c'était ce qui le rendait si difficile à attraper.

Je revenais vers lui, fronçant un peu les sourcils alors qu'il s'excitait sur la découverte qu'il venait de faire. C'était assez logique. Ca ressemblait bien à l'homme de faire des choses comme ça, de nous narguer au point où il annonçait son prochain braquage. Ca ne me surprenait pas.

Je me dégageais alors qu'il venait me prendre par les épaules, un immense sourire aux lèvres. J'avais du mal à partager son excitation. Cela faisait un moment qu'il jouait avec nos nerfs comme ça, qu'on sentait qu'il nous menait en bateau. Chaque piste qu'on tentait de suivre, chaque indice qu'on parvenait à remonter finissait toujours par nous faire tomber dans une impasse qu'il avait soigneusement préparé. Découvrir qu'il avait dissimulé un jeu de plus était surtout épuisant.

Mais outre mon manque d'excitation, je n'aimais pas le fait qu'il me touche comme ça. C'était comme si pendant un instant il avait oublié tout ce qu'il s'était passé entre nous pour redevenir un peu du Don qu'il avait été. Un Don qui avait oublié que nous n'étions plus que des ennemis lui et moi. Je ne voulais plus de ça. Et surtout je ne voulais pas me dire que la seule chose qui l'avait un tant soit peu excité, aidé à revenir lui même, était d'avoir découvert qu'un ami voleur s'amusait à se foutre de nous.

- C'est pas mal... il ne te reste plus qu'à étudier les différents petits renards qu'il a laissé. La peluche, la statuette en marbre, la figurine en verre... et voir si le même schéma se répète, si il annonce vraiment son prochain casse avec son renard et si tu peux avoir le nom du prochain.

Et ça... ça risquait vraiment d'être compliqué. J'avais passé des heures à regarder ces putains de figurines sans réussir à trouver quoi que ce soit. Mais peut être que mon chef et le procureur avaient raison, peut être fallait il être un voleur pour en attraper un autre.

- Je vais en profiter pour faire un peu de courses. Tu veux quelque chose?

Parce que je n'avais rien à manger dans mes placards et qu'il fallait bien que je fasse un minimum d'efforts. Pour le fuir aussi, et ne plus avoir à le voir. Et parce que je n'avais plus de café... ouais c'était surtout pour le café.

Houmous
Messages : 255
Date d'inscription : 06/01/2019
Région : Grand Est
Crédits : Persona 3 - Aigis

Univers fétiche : Fantastique, SF
Préférence de jeu : Homme
patrick
Houmous
Ven 23 Sep - 7:57

Donald "Don"
Parkins

J'ai 36 ans et je vis à New York, USA. Dans la vie, je suis un grand voleur et je m'en sors très mal, je suis en prison. Sinon, grâce à ma malchance, j'ai été abandonné par mon mec et je le vis plutôt très mal.

Don le regarda et vit qu’il n’était pas autant satisfait qu’il aurait pu l’espérer. Il était renfrogné et franchement morne ce matin-là. Don se rappela que Sam avait tendance à rester plus longtemps que lui bloqué dans une émotion… C’était un peu décevant à vrai dire, il aurait aimé le voir sourire de bon cœur en voyant l’enquête avancer. Et puis, il se rappela ensuite que s’il terminait cette enquête, cela scellerait la fin de leur histoire commune. Alors, cette avancé devenait aussitôt plus cruelle. De le retrouver, ses pensées étaient parasitées par des idées contraires. Il mentirait en disant ne pas lui en vouloir, et pourtant, il en ferait autant en disant ne plus vouloir jamais le voir. Repenser au passé et à la connexion incroyable qu’il avait ressenti durant leur première soirée ensemble l’avait mis à côté de ses pompes. Que faisait-il, finalement, et surtout pourquoi ?

- Je vais commencer à y jeter un coup d’œil. Il doit bien y avoir un motif ou un modèle qu’il a reproduit d’un renard à l’autre… soupira finalement Don, un peu moins enthousiaste. Hum… Non, prends ce que tu veux, je m’en contenterai, fit-il tel le pique-assiette qu’il était.

Lorsqu’enfin la porte de l’appartement se claqua, il attendit quelques secondes et soupira bruyamment. Cette enquête et cette situation le perdaient graduellement. Que signifiaient toutes les choses qu’ils vivaient aux yeux de Sam ? Comment même serait-il possible de le savoir ? Nouveau soupir. Il alla se prendre une tasse de café avec la certitude que cela lui remettrait les idées en place. Il le prit noir alors qu’habituellement il le saturait de sucre. L’amertume l’aiderait à redescendre de ses émotions… Une fois rassit au niveau de la table, il prit un long moment pour sortir toutes les images de renard sur la table. Il trouva sans difficulté un rouleau de scotch. Son emplacement était le même que dans ses souvenirs. Sans prendre le temps de s’attarder sur cette découverte qu’il était toujours autant à l’aise dans l’appartement de son ex, il commença à placarder partout les renards dans l’appartement. Quelque part, ça ressemblait à une sorte d’exposition. L’idée l’amusa un peu.

Le second renard était une petite peluche. « Foxy, mascotte de Blackwater » put-il lire sur le ventre rembourré et blanc. Il fronça un peu des sourcils à cette découverte. Dans quel coin se trouvait la ville de Blackwater ? Il aurait aimé faire une recherche pour le découvrir mais il n’en avait pas le moyen en cet instant alors il se contenta de fouiller dans ses souvenirs pour essayer de trouver la source de cet étrange affluent de familiarité. Rien ne lui vint sinon la sensation d’avoir déjà entendu ou lu ce nom quelque part. Il devait avouer qu’il n’avait pas mis les pieds dans sa bibliothèque personnelle en un long moment. Il réalisa alors qu’elle ne devait plus exister que dans ses souvenirs finalement. Après le procès, il n’avait pas pris soin de se renseigner sur le sujet mais probablement que tous ses livres avaient été revendus ou donnés à des œuvres de charité. Il avait du mal à croire que le gouvernement fédéral ne se soit amusé à stocker gentiment pour lui plusieurs mètres cubes d’une collection éclectique et obsessive.

Il se tourna à nouveau vers le portable qui était resté ici par inadvertance et se refusa à s’en servir. Certes, il aurait pu trouver facilement quelque chose sur « Blackwater » sur le net mais cela n’aurait-il pas été une trahison envers la confiance de Sam ? Son geôlier avait été très clair sur les règles qui encadraient leur petite frasque et sur les conséquences de toutes les entorses aux règles. De plus, il avait le sentiment d’avoir déjà les réponses en tête sans réellement les saisir pour le moment. C’était un peu comme avoir cette idée entêtante que l’énigme lui était adressée à lui seule, non pas que cela ne fut complètement faux.


I hate that i love you ft. Houmous - Page 3 1653241536-6I hate that i love you ft. Houmous - Page 3 1653241536-1I hate that i love you ft. Houmous - Page 3 1653241207-8
Contenu sponsorisé
I hate that i love you ft. Houmous
Page 3 sur 3
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Sujets similaires
-
» From hate to love, there’s only a few steps. (Lafayette Love & AMGK)
» I hate you, I love you | Game Over
» Love is not an emotion, love is a promess (univers Star Wars)
» 呪い - Noroi feat Houmous
» (m) True love, made love. - DC Comics (en cours)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: