Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues
qui tu veux,
quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
-40%
Le deal à ne pas rater :
TOSHIBA 55UA4B63DG – TV LED 4K UHD 55 » à 369,99€
369.99 € 620.54 €
Voir le deal

LE TEMPS D'UN RP

A match made for chaos [Clionestra x Jen]

Clionestra
Messages : 668
Date d'inscription : 29/12/2020
Crédits : moi

Univers fétiche : Fantastique
Préférence de jeu : Les deux
Narnia
https://www.letempsdunrp.com/t4331-je-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4332-je-suis-pas-seule-dans-ma-vie-repertoire-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4814-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-recherche-rp-ok-fev-2022
Clionestra
Sam 27 Aoû - 18:32

Alejandro
Fuentes

J'ai 18 ans et je vis à Los Angeles, USA. Dans la vie, je suis lycéen et je m'en sors bien ainsi que membre d'un gang. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis. Personne ne devrait partager ma vie.

→ Alejandro Fuentes, dit Alex
→ Vit avec sa mère et ses deux petits frères. Luis, 10 ans et Carlos 13 ans.
→ Il fait parti des Cuervos (les corbeaux) gang dealer de drogue montant à Los Angeles.
→ Vraiment intelligent malgré lui, ce qui lui a valu sa bourse d'étude, grâce à l'aide de sa professeur de français au collège.
→ Tatoué
→ N'a pas d'ami dans son lycée de bourge
→ Très bon tireur, il sait pouvoir très bien viser avec son arme qu'il prends en cachette au lycée.
→ Il joue de la guitare
→ Il sait parler espagnol, anglais et français.
→ Il a une moto.

A match made for chaos [Clionestra x Jen] - Page 3 Ktbv
Le cours de la journée se passa très bien. Il s’était bien amusé la veille avec Paco. Il avait dû faire des comptes pour le gang, mais ce travail avait été fini très rapidement. Le lendemain, il s’était levé, comme à son éternel habitude, avec son petit frère sur lui, le visage à deux centimètres de lui.

- Tu as fait un beau rêve ? demande son frère intéressé par le sourire d’Alejandro de bon matin.
- Curieux, je dirais.
- Tu me racontes, demanda Luis toujours en train de l’écrabouiller.
- Quand tu seras plus grand, peut-être.

Le petit de dix ans se releva d’un bond et parti hurler en espagnol à sa maman qu’Alejandro était trop bizarre, qu’il était peut-être amoureux et que c’était dégoûtant. Alejandro sourit en se relevant. Pas du tout. Il n’était pas amoureux de la princesse nazie, mais elle le faisait rire.

D’ailleurs la journée qui suivit lui donna raison. En littérature, elle lui avait lâché ce regard hautain et il avait dû trouver la tête pour cacher son sourire à son voisin. La main contre sa bouche, il avait essayé mais ses yeux le trahissaient. Elle était bien trop drôle en réalité et malgré elle en plus. Il sentait qu’elle y mettait du sien, et il pourrait la trouver adorable et forte … s’il n’avait pas l’impression qu’elle lui parlait directement à l’oreille. Il avait lu le livre, et il se souvient de chaque passage, il ne pourrait pas le lire aussi bien, mais il n’aurait même pas à regarder l’ouvrage. Dommage qu’il ne puisse pas lire la suite… il aurait aimé lui tirer la langue à la fin, juste pour l’emmerder. Il fallait vraiment qu’il se la sorte de l’esprit. Il ne pouvait pas passer sa journée à réfléchir à comment l’emmerder.

Quand l’heure de leur rendez-vous approcha, il partit à la cafétéria. Il rentra normalement dans la pièce, comme la veille, mais ne pu empêcher un sourire quand il la surprit encore. Il cacha son sourire en se mettant à ses côtés tranquillement.

Il prit les produits et observa rapidement les ingrédients. Trop rapidement pour une personne normale, mais lui avait réussi à tout mémoriser. Il observa le reste et fit un sourire.

- Si tu veux, on le mettra sur mes cheveux, il avait de beaux cheveux, on ne pouvait le nier, mais il n’avait pas peur de se les abimer, si tu dis quelque chose pour moi, ça te tente ?

Il eu un large sourire en se tournant vers elle complètement, diminua légèrement la distance qui les sépare. Oh, il aimait voir ses yeux de biche prise dans les phares d’une voiture. Cela le mettait tellement en joie qu’il étira ses lèvres malgré lui.

-  Répète après moi Càbron, dit-il en roulant le R du mot avec un sourire.

Il se demandait si la jeune femme allait accepter. Ce n’était pas grand-chose pour accepter de lui mettre des choses non identifiables dans les cheveux. Il imaginait déjà une texture slime, comme l’espèce de morve que s’amusait à faire Luis … il n’en avait aucune envie. Mais, pour le plaisir d’entendre la jeune femme dire un mot en espagnol, ça le valait bien.

Il observa le petit carnet et sourit encore. Oh moins elle était motivée, mais voulait-elle réellement commencer comme ça ? Il observa un instant et tapota le carnet.

- Tu veux commencer par les révisions pour le cours, ou tu préfères finir l’exposé ? Il faudra attendre la semaine prochaine pour la valider auprès du professeur, mais si on a plus d’informations ça pourrait aller dans notre sens.

Il ne savait pas si le professeur allait accepter, ou virer leur idée de la plus simple des manières. Elle avait peut-être raison de ne pas se presser … mais n’oserait lui dire. Quoi que … Serait-elle surprise de le voir dire qu’elle avait raison, ou relèverait-elle son nez de manière à dire que c’est logique ? Oh il se le demandait tellement !



May you be in heaven
a full half hour
4b894efa40578603614668c5fa78584a7c80c010.gifv
ea4f251cd17e39702fbc69bb76198aad0d4cb667.gifv
before the devil knows
you're dead.
ANAPHORE

Mes recherches
Jen
Messages : 73
Date d'inscription : 26/07/2022
Crédits : fleacircus.ig

Univers fétiche : Réel
Préférence de jeu : Les deux
tea
https://www.letempsdunrp.com/t5250-jen-et-ses-amis#104795 https://www.letempsdunrp.com/t5253-mes-envies-de-rp-reel-fantasy https://www.letempsdunrp.com/t5248-merci-d-exister-je-pleure-de-joie-jen
Jen
Sam 27 Aoû - 23:09

Jenny K.
Harewood

J'ai 18 ans et je vis à Los Angeles, Etats Unis. Dans la vie, je suis lycéenne et je m'en sors bien grâce à l'argent de papa et maman. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt mal.

Fiche perso détaillée juste ici
Il lui proposait de mettre le produit sur ses cheveux à lui ? Jenny ne put réprimer un sourire. Avait-il bien conscience que celait signifiait qu'elle allait pouvoir jouer avec son fer à friser sur sa tignasse ? Franchement, elle pouvait bien se permettre de le torturer un peu, après toutes ses moqueries.

Instinctivement, elle recula lorsqu'il s'approcha d'elle - encore. Puis il prononça un mot qu'elle ne comprit pas. Elle le dévisagea d'un air suspicieux. Qu'est ce qu'il venait de dire là ? Probablement quelque chose de terriblement obscène. La blondinette jeta un coup d'oeil aux alentours. Personne. Elle repensa au fer à friser. Le jeu en valait bien la chandelle. A son tour, elle effaça la distance entre eux et planta son regard dans le sien. Ses sourcils avaient une courbe impeccable. Est-ce qu'il était... beau ? Pas si moche avait dit Cass. Pas si moche donc. Mais plutôt mourir que se l'avouer.

"- Cabronne", répéta t-elle du mieux qu'elle put sans le lâcher du regard.

Elle n'avait pas la moindre idée de ce qu'elle venait de lui susurrer à deux centimètres du visage. Mais elle y avait mis toute son énergie. Et maintenant, il devrait passer au fer, à friser ou à lisser, elle n'avait pas encore décidé.

"- C'est acté donc, on t'appliquera ce mélange sur les cheveux au nom de la science," poursuivit-elle en se reculant de nouveau.

Elle regarda pensivement les bouteilles alignées sur la table. Maintenant il fallait que le professeur approuve leur protocole et leur idée, sinon tout cela finirait purement et simplement à la poubelle. Enfin non, elle récupérerait le Kérastase pour elle, mais les potions magiques véganes finiraient très clairement à la benne.

"- Je pense qu'on devrait attendre de faire valider le sujet et le protocole par le prof avant de continuer, répondit-elle en rangeant les bouteilles une à une. Inutile de perdre du temps là dessus s'il décide que ce n'est pas bon."

Elle priait tous les Dieux connus pour que le professeur accepte leur idée. Parce qu'elle avait hâte, tellement hâte, de boucler les cheveux du boursier. Elle s'imaginait déjà le carnage, sa tête déconfite et la texture immonde du spray DIY. Quelle aubaine !

"- Je t'en prie donc, commençons les révisions."

Elle décapuchonna son stylo, prête à tout noter, et se passa une mèche derrière l'oreille. Au fait, quelle heure était-il ? Elle tapota machinalement l'écran de son smartphone pour y lire l'heure. Mais au lieu de l'heure, elle y vit de nouveau un message haineux, d'une amie - ou plutôt une sous-fifre - de Tessa. De nouveau, il était question d'immoralité et de honte pour le lycée et des âneries dans le genre.

Jenny s'empressa de retourner l'écran de son téléphone. Elle répondrait à cette énième provocation plus tard. Elle espérait simplement que le boursier n'y avait vu que du feu. Il n'avait pas à savoir ce qui se tramait sur les réseaux, lui qui de toute façon n'y était pas. Enfin, elle n'en savait rien en réalité, mais cela ne faisait aucun doute. Un type comme lui n'avait certainement cure d'être sur les réseaux, car que pouvait-il bien montrer de sa vie ?

Pour se donner de la contenance, la jeune fille se redressa et releva la tête. Son regard se porta sur l'affiche juste derrière le tatoué, qui annonçait en bombe le plus grand évènement de l'année : le bal de promo. Elle l'avait presque oublié tiens. Jenny sentit son coeur se serrer. Il lui fallait s'occuper de tant de soucis à la fois : ses notes de bio, sa réputation, et être la reine du bal.

Elle fit tomber son regard de nouveau sur son interlocuteur. Tant de problèmes qui convergeaient un peu trop sur lui en réalité. Non, jamais elle ne pourrait l'inviter au bal. Impossible, et pourtant il fallait qu'elle en soit la reine, et la reine se devait d'avoir son roi. Cela avait été ainsi depuis le début de sa scolarité. Tous les ans, elle était couronnée reine du bal. Ses rois avaient bien changés, mais ils étaient toujours de bons garçons, respectables, de bonne famille, et qui partageaient ses standards. De toute façon ce type était inconnu au bataillon, il n'avait aucune chance de devenir roi. A moins qu'elle ne l'y aide ? Elle chassa immédiatement cette idée de sa tête. Cass et Maggy déteignaient leurs idées délirantes sur elle.

"- La photosynthèse je crois ?" fit-elle soudain en sortant de ses pensées.

La blondinette venait de sortir un nom de chapitre au hasard. En réalité, elle avait la désagréable impression que ce type lisait en permanence dans ses pensées. Et elle ne voulait surtout pas qu'il devine tout ce qu'elle venait de s'imaginer à l'instant. Lui au bal avec elle ? Jamais elle vivante, cette scène ne se produirait.


A match made for chaos [Clionestra x Jen] - Page 3 1653241206-10A match made for chaos [Clionestra x Jen] - Page 3 1653241209-5A match made for chaos [Clionestra x Jen] - Page 3 1653241536-6
Clionestra
Messages : 668
Date d'inscription : 29/12/2020
Crédits : moi

Univers fétiche : Fantastique
Préférence de jeu : Les deux
Narnia
https://www.letempsdunrp.com/t4331-je-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4332-je-suis-pas-seule-dans-ma-vie-repertoire-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4814-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-recherche-rp-ok-fev-2022
Clionestra
Dim 28 Aoû - 0:14

Alejandro
Fuentes

J'ai 18 ans et je vis à Los Angeles, USA. Dans la vie, je suis lycéen et je m'en sors bien ainsi que membre d'un gang. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis. Personne ne devrait partager ma vie.

→ Alejandro Fuentes, dit Alex
→ Vit avec sa mère et ses deux petits frères. Luis, 10 ans et Carlos 13 ans.
→ Il fait parti des Cuervos (les corbeaux) gang dealer de drogue montant à Los Angeles.
→ Vraiment intelligent malgré lui, ce qui lui a valu sa bourse d'étude, grâce à l'aide de sa professeur de français au collège.
→ Tatoué
→ N'a pas d'ami dans son lycée de bourge
→ Très bon tireur, il sait pouvoir très bien viser avec son arme qu'il prends en cachette au lycée.
→ Il joue de la guitare
→ Il sait parler espagnol, anglais et français.
→ Il a une moto.

A match made for chaos [Clionestra x Jen] - Page 3 Ktbv
Il eu un large sourire, relevant des dents blanches et parfaitement aligné. C’était la première fois qu’il avait ce genre de sensation quand on le traitait de Càbron. Normalement, il se sentait consterné, agacé, en colère peut-être même. Mais la jeune femme venait de le dire d’une telle manière qu’il ne pouvait que sourire comme un bienheureux.

- Si tu veux me traiter de crétin, à l’avenir, tu pourras utiliser une langue que je comprends, dit-il alors en se reculant.

Cela valait bien le coup de se faire torturer. Il avait eu raison hier, la langue de la jeune femme était faite pour la langue espagnole. Elle avait cette petite manière mignonne de bien roulé les R et de chanter le mot. Oh. Il aimerait bien qu’elle le traite de crétin encore, et Alejandro se dit que c’était tout de même une pensée sortie de nulle part. Cela valait bien une torture dans ses cheveux.

- Au nom de la science alors, finit-il en observant les produits sur la table.

Heureusement qu’il n’a pas d’allergie ou d’autres conneries comme ça. Il faudrait qu’il vérifie ne pas avoir d’autres allergies cachés… Avant de le faire devant la classe ou devant la jeune femme en tout cas. Il évita de lui dire qu’acheter tous les produits avant que l’idée ne soit validée était tout aussi inutile que de commencer à travailler dessus mais se tut. Il n’avait pas envie de la voir se faire à nouveau alors qu’elle avait utilisé sa langue maternelle pour une fois. Peut-être était-ce la première fois que la jeune femme disait un mot espagnol en sachant qu’elle utilise cette langue de « mafieux » donc … ça le faisait sourire d’être cette personne qui lui avait fait dire.

Il sourit et réfléchit à tous les cours qu’ils avaient eu depuis le début de l’année. Alors qu’il réfléchit, il remarqua que la jeune femme avait un visage plus fermé. Plus fermé que son habituel minois fermé quand elle le regardait comme un « boursier » indigeste. Il y avait quelque chose alors qu’il avait sorti son livre de biologie. Elle semblait dans ses pensées et il la laissa là en tournant les pages de l’ouvrage. Il sourit et avait ouvert la page au chapitre énoncé.

- La photosynthèse donc.

Il se mit à parler de la photosynthèse en vulgarisant simplement les choses pour que la jeune femme comprenne ses mots. Plusieurs fois, il reformula et il lui demanda aussi de reformuler de temps en temps. Il essayait de voir où elle avait du mal et commencé à chercher comment expliquer la photosynthèse avec des exemples probants pour qu’elle puisse se souvenir plus tard. Il lui tendit une feuille de papier.

- Essaie de refaire le schéma de la photosynthèse et ensuite je te laisserais tranquille pour aujourd’hui, si ça te va.

Il savait que la jeune femme n’avait pas envie de rester plus de temps que nécessaire avec lui, et il pensait avoir reprit le chapitre avec assez de détail pour le premier cours. Et puis … Il fallait qu’il jauge sa mémoire, et voir ce qu’elle retiendra de ce premier cours. Elle aura plus remarqué qu’elle n’avait utilisé le livre que pour illustrer son propos par les illustrations, il avait fait tous les dessins de tête et expliquer les cours de tête aussi… Comme le bon génie incompris qu’il était dans cette école. Il se souvenait de tout. Il se souviendrait de combien de sourire elle avait fait, de la couleur de sa peau à la donnée colorimétrique prés, il pouvait savoir comment elle était habillée, et toutes les personnes de l’école. Parfois, il aimerait pouvoir trier les informations et enlever les choses qui n’étaient pas important.



May you be in heaven
a full half hour
4b894efa40578603614668c5fa78584a7c80c010.gifv
ea4f251cd17e39702fbc69bb76198aad0d4cb667.gifv
before the devil knows
you're dead.
ANAPHORE

Mes recherches
Jen
Messages : 73
Date d'inscription : 26/07/2022
Crédits : fleacircus.ig

Univers fétiche : Réel
Préférence de jeu : Les deux
tea
https://www.letempsdunrp.com/t5250-jen-et-ses-amis#104795 https://www.letempsdunrp.com/t5253-mes-envies-de-rp-reel-fantasy https://www.letempsdunrp.com/t5248-merci-d-exister-je-pleure-de-joie-jen
Jen
Dim 28 Aoû - 12:30

Jenny K.
Harewood

J'ai 18 ans et je vis à Los Angeles, Etats Unis. Dans la vie, je suis lycéenne et je m'en sors bien grâce à l'argent de papa et maman. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt mal.

Fiche perso détaillée juste ici
Ha, ça voulait donc dire crétin. Jenny en fut presque agréablement surprise. "Seulement" crétin ? Elle s'attendait à quelque chose de plus obscène, plus odieux. Elle eut un petit sourire en coin satisfait. Elle le réutiliserait. Aussi inutile que soit d'apprendre une langue étrangère, pouvoir insulter quelqu'un dans sa langue natale c'était un peu la classe. Cabronne, donc. Elle ne risquait pas de l'oublier.

En attendant, elle avait une leçon à comprendre. Mieux elle se concentrerait, plus vite cela finirait. Alors elle fit de son mieux pour tenter de comprendre les explications du professeur improvisé. Étrangement, c’était bien plus simple que les bouquins. C’était presque enfantin. Et surtout concret ? Jenny se surprit à prendre des notes faciles à comprendre, qui avait du sens. Il restait bien quelques points obscurs sur lesquels le jeune homme s’était emballé dans des explications qu’elle n’arrivait pas à suivre mais globalement, le cours était d’une étrange facilité. Jenny se demanda d’ailleurs s’il n’avait pas volontairement éludé des parties compliquées pour lui faciliter la tâche. Elle tourna qu’alexies pages du manuel pour vérifier que l’ensemble des notions avaient été couvertes. Oui, et mieux encore, elles lui étaient désormais familières. Les minutes passèrent très vite, tandis que la blondinette prenait des notes, ne posant des questions que lorsque cela était nécessaire. Autrement, les explications du boursier se suffisaient à elle-même. Cela lui faisait terriblement mal de l’admettre, mais il était bien meilleur que tous les professeurs particuliers qu’elle avait payé une fortune jusque là.

Lorsque soudain le garçon lui tendit une feuille. Jenny sentit son estomac de nouer. Faire des dessins de bio, elle détestait. Maladroitement, elle dessina une plante puis le soleil. Jusque là, ça ressemblait sacrément à un dessin d’enfant. Puis elle ajouta des flèches, le stylo hésitant. Elle avait compris la théorie et pourtant, retranscrire en dessin était une tâche ardue. Elle jetait des regards hésitants vers le boursier, comme pour demander confirmation à chaque nouvel élément ajouté. Son regard approbateur lui donnait la confiance nécessaire pour continuer. Pour une fois, il n’était plus le boursier et elle la princesse, mais ils ressemblaient simplement à deux étudiants entrain de s’entraider. C’était reposant.

« - Je pense qu’on y est », finit-elle par lâcher en observant son schéma.

Ce n’était pas grandiose, et ce n’était pas non plus de la grande science. Mais c’était correct, ce qui était déjà prodigieux pour Jenny. Elle sourit avec satisfaction.

« - Voilà pour toi, j’ai vérifié le compte y est pour le cours d’aujourd’hui. »

Elle posa devant lui une petite enveloppe scellée contenant plusieurs billets. Elle n’avait pas lésé sur la somme. Tout bon travail méritait bon salaire.

« - Mes professeurs avaient des primes lorsque je ramenais des bonnes notes. Tu auras la même chose, si j’ai un A c’est 50% de bonus. »

C’était naturel, ses parents avaient toujours fonctionné ainsi. Satisfaite, la jeune fille se leva et ramassa ses sacs, prête à partir.

« - A demain, » dit-elle un peu moins sèchement qu’à son habitude.

Elle tourna les talons et se dirigea vers le parking où son chauffeur devait déjà l’attendre. Mais alors qu’elle sortait du bâtiment, elle tomba nez à nez avec Mélody, une insignifiante fille de sa classe. Ses nattes ridicules dont Jenny se moquait régulièrement lui donnaient un air de Mimi Geignarde. La blondinette la contourna sans lui accorder la moindre attention.

« - C’est cool ce que tu fais. »

Abasourdie Jenny s’arrêta net. C’était à elle qu’elle s’adressait là ? Assurément, il n’y avait personne d’autre aux alentours. Elle se retourna lentement, un air de dédain absolu sur le visage.

« - Qu’est ce que tu viens de dire? » gronda t-elle.

« - Je t’ai vu avec le boursier. Je trouve ça bien que tu passes du temps avec les plus démunis. »

Jenny grimaça. C’était désagréable d’entendre cela de sa bouche et en même temps, c’était le premier compliment qu’elle recevait depuis que cette vague de haine s’était abattue sur elle.

«  - T’y comprends rien, » dit-elle simplement en s’éloignant.

Malgré tout, elle se promit intérieurement de ne plus rire de ses nattes.


A match made for chaos [Clionestra x Jen] - Page 3 1653241206-10A match made for chaos [Clionestra x Jen] - Page 3 1653241209-5A match made for chaos [Clionestra x Jen] - Page 3 1653241536-6
Clionestra
Messages : 668
Date d'inscription : 29/12/2020
Crédits : moi

Univers fétiche : Fantastique
Préférence de jeu : Les deux
Narnia
https://www.letempsdunrp.com/t4331-je-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4332-je-suis-pas-seule-dans-ma-vie-repertoire-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4814-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-recherche-rp-ok-fev-2022
Clionestra
Dim 28 Aoû - 15:29

Alejandro
Fuentes

J'ai 18 ans et je vis à Los Angeles, USA. Dans la vie, je suis lycéen et je m'en sors bien ainsi que membre d'un gang. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis. Personne ne devrait partager ma vie.

→ Alejandro Fuentes, dit Alex
→ Vit avec sa mère et ses deux petits frères. Luis, 10 ans et Carlos 13 ans.
→ Il fait parti des Cuervos (les corbeaux) gang dealer de drogue montant à Los Angeles.
→ Vraiment intelligent malgré lui, ce qui lui a valu sa bourse d'étude, grâce à l'aide de sa professeur de français au collège.
→ Tatoué
→ N'a pas d'ami dans son lycée de bourge
→ Très bon tireur, il sait pouvoir très bien viser avec son arme qu'il prends en cachette au lycée.
→ Il joue de la guitare
→ Il sait parler espagnol, anglais et français.
→ Il a une moto.

A match made for chaos [Clionestra x Jen] - Page 3 Ktbv
Il essayait de suivre ses froncements de sourcils et ses soupirs pour appréhender au mieux le cours. Tout comme il aurait fait avec un professeur au-dessus de sa copie, il jaugeait les expressions de la jeune femme pour essayer de modifier ses paroles selon ce dont elle avait besoin. Elle était maligne, pas surdoué comme lui, et il ne le souhaitait en réalité à personne, mais maligne. Elle arrivait rapidement à analyser les exemples, et certainement qu’elle en faisait dans son esprit aussi. Il sourit encore. Elle faisait de son mieux. Elle était donc une princesse nazie qui voulait réellement faire de son mieux.

Nul doute que les autres professeurs qu’elle avait eu pensait que la jeune femme ne faisait des cours que pour plaire à ses parents, et n’avait pas donné le maximum. Alejandro n’avait pas l’impression d’être à fond pourtant. Il avait pris le premier cours, et la photosynthèse était assez simple à expliquer en réalité. Si un contrôle devait venir sur le sujet, les informations qu’elle avait déjà lui servirait pour avoir une bonne note. Pas excellente, pas la meilleure de la classe, mais une bonne note tout de même.

- Ton dessin est parfait, n’oublies simplement pas de le noter pendant un contrôle. C’est évident ce qu’il représente, mais pendant un contrôle, deux schémas peuvent se ressembler et tu risques des points bêtement.

La mitose et méiose étaient deux choses bien différents, et si elle faisait les deux schémas sans le nommer, le professeur ne pourra pas savoir si elle a juste ou les inverse, et elle aura donc les points en moins. Cela serait sacrément dommage non ? Il fallait toujours définir chaque dessin, même si cela semblait évident. Là, il manquerait le titre : Photosynthèse. Il prit l’enveloppe, ne s’attendant pas à être payer dès le premier cours. Il observa les billets et écarquilla les yeux.

- Autant ? dit-il mais elle le coupa pour dire que si elle avait un A, il pourrait avoir plus.

Il venait de se faire plus ici, à l’aider en parlant des cours qu’une journée en tant que serveur dans le restaurant à 5 étoiles qui l’appelait parfois … C’était étrange. Il rangea l’enveloppe dans son sac.

- A demain, dit-il toujours sous le coup de la surprise en la laissant partir.

Les riches et les pauvres ne vivent réellement pas dans le même univers, pensa-t-il en observant la courbe des hanches de la jeune femme. Il était impassable pour lui de donner autant d’argent pour un petit cours qui n’a même pas montrer encore ses fruits. Il se leva à son tour.

*

Le week-end avait été tranquille. Les Cuervos n’avaient pas eu besoin de lui, et Alejandro était parti avec Luis et Carlos dans un parc d’attraction. C’était bien la première fois qu’il pouvait se permettre de payer ce genre de chose à ses frères. Après avoir dû expliquer, une millième fois, que non il ne s’était pas prostitué pour cet argent, sa mère avait accepté de les laisser partir. Les deux enfants s’approchaient de chaque stand avec des étoiles dans les yeux. Même Carlos qui faisait pourtant semblant d’être « trop vieux pour ses conneries ». Alejandro ne les lâchait pas d’une semelle et les suivait dans chaque attraction, de la plus médiocre à la plus impressionnante. Il observait le visage souriant de ses frères et s’amusa avec eux comme il le pouvait. Il était plus vieux, il ne pouvait pas être avec tous les manèges avec eux, mais ça restait plaisant.

A la fin de la journée, ils étaient tous les deux reparti avec un petit jeu qu’ils avaient gagnés eux-mêmes dans un des nombreux stands. Luis était avec une peluche qui disait des compliments et Carlos avait jeté son dévolu sur un rubicube avec des couleurs métallisés. Alejandro n’avait rien trouvé qu’il l’intéresserait dans le parc, jusqu’à trouver ce qu’il avait envie de faire.

- Hermanos, viene aqui, leur demanda-t-il en prenant ses deux frères.

Il les posa devant une grande affiche du parc où l’on pouvait prendre la pose avec une statue grandeur nature de la mascotte du parc…une espèce de hérisson étrange avec une tête de dinosaure, des pattes de canard et des mains Michelin. Il prit un selfie avec ses deux frères qui montraient fièrement leur cadeau.

- Es por mama ? demanda Luis, voulant que sa mère garde un souvenir de ce jour.
- No, es por la princessa, répondit-il alors qu’il se connecta pour la première fois depuis 2005 sur son compte instagram.

Il lui envoya la photo en privé. Sans rien d’autre que la photo où il avait écrit « Ils te remercient ». Son profil instagram était vide. Il avait un surnom simple. AlejandroF. Rien de bien original. Il n’avait aucune publication, aucun abonné, aucun abonnement. Il était juste écrit qu’il l’avait ouvert en 2005 et rien depuis. Cela prouvait le vide de sa vie sur les réseaux sociaux. Il sourit à nouveau. La jeune femme allait faire quelle tête en voyant le vide ainsi ? Allait-elle être dégouté ? Ou se dire que c’était normale pour un homme qui n’avait rien à montrer ? Il sourit en remettant son téléphone dans la poche. Bah. Il avait montré une photo, et rien qu’à elle, c’était déjà partager sa vie sur les réseaux non ?

*

Il passa les mains sous ses fesses pour la faire remonter contre son corps. La jeune femme enroula ses jambes contre son torse et l’approcha encore pour approfondir le baiser qui était déjà bien passionné et chaud bouillant. Ses mains sur ses fesses lui donnaient la stabilité, mais cela empêchait Alejandro d’allait explorer le reste de son corps. Il la poussa contre les étagères de la bibliothèque.

L’aller de biologie était toujours vide. Même les romantiques ne venaient pas dans la bibliothèque pour s’envoyer en l’air … de plus, c’était l’heure des cours et personne ne devrait trainer dans les couloirs. Pourtant, il était là, en train de tenir une princesse dans ses bras tout en goutant sa langue longuement. Elle lui mordit la lèvre et ça l’excita encore plus. Il fallait qu’il puisse lui enlever ce haut cachant la perfection de son buste.

Il fit tenir la jeune femme contre l’étagère et remontant ses mains le long de son dos pour relever petit à petit son chandail. Elle le tuerait s’il lui abimer, alors il lui enleva délicatement alors qu’il se sépara de ses lèvres juste à peine pour passer le tissu. Il avait envie de la toucher, de goûter son cou, sa bouche si bien maquillée, de poser ses mains, ses lèvres, sa langue sur ce corps. Supplice de tantale qui ne demandait qu’à s’ouvrir à lui. Pouvait-elle ressentir le désir comme il le ressentait en bas de son ventre ? Il avait envie de lui montrer que tous les hommes n’étaient pas des monstres, et que lui la respecterait et l’honorerait comme elle le mérite.

Parce qu’elle est sa princesse.

- ALEJANDRO BOUGE TOI DE TE LEVER, cria une voix dans la bibliothèque alors que le rêve commença à se fissurer dangereusement.

Il grogna et se retourna dans le lit, cachant ainsi la représentation de son rêve érotique à son petit frère venant d’entrer dans la chambre. Luis sauta sur le dos de son frère, inconscience du rêve duquel il venait de le sortir, et qui avait entraîné une conséquence bien honteuse dans la vraie vie.

- Luis, dégage, dit-il en le repoussant, et son frère parti après avoir dit qu’il ne serait pas responsable s’il était encore en retard à l’école.

Alejandro n’était jamais en retard, ni absent. Il mettait un point d’honneur à cela, et les Cuervos était plus une famille qu’un gang comme on l’entendait il comprenait. Cependant, ce matin, il traina des pieds. Cela faisait une semaine qu’il donnait des cours à sa princesse nazie. Une semaine qu’il la voyait tous les jours, la taquiner tous les jours, essayer de lui apprendre des mots espagnols, comme Chiquita, Cabron, Guapo, entre autres…Et une semaine que leur relation était devenue …pratiquement de l’amitié. Pratiquement parce qu’elle continuait toujours de faire cette adorable expression en retroussant son nez quand elle était dégoutée.  

Sauf que voilà. Cela faisait aussi deux jours qu’il se réveillait alors qu’il rêvait de la jeune femme, contre lui, sous lui, sur lui, nue et … motivé à faire l’amour avec lui. Et ça, c’était difficile à oublier. Il se surprenait parfois à observer ses lèvres et à se demander si son gloss donnerait un goût particulier à leur baiser. Ou si ses mains râpeuses, à lui, lui ferait naître des frissons contre sa peau laiteuse quand il les remontera le long de ses jambes.

BONG.

Fit le bruit que fit sa tête quand elle heurta la table de la cuisine violemment. Aujourd’hui, il était à côté d’elle en cours … et il se demandait comment il allait pouvoir cacher ses envies. Surtout qu’elle était peut-être devenue plus douce avec lui, plus souriante, un brin plus ouverte (MAUVAIS CHOIX DE MOT) mais elle n’en restait pas moins dégoutée de son statut de boursier. Il n’avait jamais autant eu de mal à accepter sa condition.

- Paco est passé, il a dit qu’il devait t’emprunter ta moto, dit Carlos en revenant avec son rubicube devant son visage.
- Ok. Je prendrais le bus alors.

Au moins, aurait-il plus de temps pour oublier la jeune blonde n’est-ce pas ?

*

Le karma. Il avait tellement espéré oublier la blonde qu’on lui avait mis une rousse dans les pattes. Toujours la même. Celle qui, déjà la semaine passée, était venu le voir plusieurs fois pour savoir s’il avait quelque chose à dire. Réponse : non. Elle avait toujours la même méthode agaçante. Elle se plantait à côté de lui, devant lui, proche de lui, et elle le fixait jusqu’à ce qu’il craque et soupire. Et elle se mettait à parler.

- Pourquoi protèges-tu cette petasse blonde, s’outra-t-elle dans le bus en utilisant pour la première fois un terme grossier.
- Et toi, qu’est ce qu’elle t’a fait pour que tu t’acharnes sur elle ?
- Sérieusement ? Tu l’as vue ? Elle est hautaine, se sent supérieure à cause de l’argent de papa et maman, se croit mieux que tout le monde et ne respecte personne.

Bon la rousse n’avait pas tort… elle avait même diablement raison sur tout ce que la jeune femme venait de dire … mais ça ne valait pas la motivation qu’elle avait à faire de la vie de Jenny un enfer.

- Si elle fait quelque chose de réellement contre nature, je t’en tiendrais informer, maintenant laisse-moi tranquille.

Il mit ses écouteurs et alluma le son à fond pour que la rousse ne puisse plus l’importunée. Non, mais il manquerait plus que ça, qu’il soit une balance. Il n’avait pas envie de faire du mal à la blonde. Son désintérêt originel pour elle se transformant petit à petit en envie de l’aider pour qu’elle continue à être sa princesse nazie. Il était tordu comme mec.

*

Il arriva en cours de biologie avant tout le monde. Avant même le professeur. Il s’assit et observa la salle de classe d’un œil critique et simple. Est-ce qu’il aimerait être un professeur ? Peut-être. Possible. Fort possible. Il aimait partager son savoir et l’expliquer. Il avait compris cette vocation avec Jenny et il ne semblait pas trop trop mauvais pour cela. Peut-être qu’une fois la jeune femme avec des meilleurs notes, il proposerait son service à d’autres ? L’argent aidait à la maison, sa mère avait tout de même trois grands garçons à nourrir. Mais aimerait-il être professeur ? être devant une ribambelle d’adolescent pour la plupart irrespectueux et in intéressé.

BONG.

Il se cogna à nouveau la tête. Trop de question dans sa tête. Pourquoi ne pouvait-il pas revenir une semaine en arrière … Quand il ne pensait même pas un instant à pouvoir aller plus loin que le lycée. Être professeur demande un diplôme supérieur qu’il n’aura jamais. Trop chère, trop loin, trop long. Il soupira.

Sa princesse nazie lui avait vraiment retourné la tête. Et ça le faisait chier de savoir qu’elle allait bientôt passé le pas de la porte, simplement parce qu’il avait sentit son parfum approché.

HRP - désolée pour la longueur :o



May you be in heaven
a full half hour
4b894efa40578603614668c5fa78584a7c80c010.gifv
ea4f251cd17e39702fbc69bb76198aad0d4cb667.gifv
before the devil knows
you're dead.
ANAPHORE

Mes recherches
Jen
Messages : 73
Date d'inscription : 26/07/2022
Crédits : fleacircus.ig

Univers fétiche : Réel
Préférence de jeu : Les deux
tea
https://www.letempsdunrp.com/t5250-jen-et-ses-amis#104795 https://www.letempsdunrp.com/t5253-mes-envies-de-rp-reel-fantasy https://www.letempsdunrp.com/t5248-merci-d-exister-je-pleure-de-joie-jen
Jen
Dim 28 Aoû - 19:07

Jenny K.
Harewood

J'ai 18 ans et je vis à Los Angeles, Etats Unis. Dans la vie, je suis lycéenne et je m'en sors bien grâce à l'argent de papa et maman. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt mal.

Fiche perso détaillée juste ici
« - Jen pas de téléphone à cheval ! »

Son coach s’approcha à grandes enjambées puis tendit la main. A contre-coeur, la cavalière lui remit son téléphone.

« - La ligne », ordonna t-il, imperturbable.

Jenny s’exécuta, et mit Kelios au galop sur la piste. Pourquoi lui avait-il envoyé une photo à elle ?

Croix.

Il avait donc des frères ?

Vertical.

Et pourquoi est-ce que cette photo la perturbait autant ?

Oxer.

« - Tes foulées ! » lui hurla le coach.

Profitant de l’inattention de sa cavalière, Kelios péta joyeusement en l’air et se mit à l’embarquer au triple galop le nez en l’air. Avec précipitation, Jenny lui intima l’ordre de ralentir et de se reprendre.

« - Reviens sur la ligne, tout de suite ! Et concentre-toi t’es complètement à côté. 

- Reste avec moi mon grand, 
» murmura la blondinette en soufflant.

Elle remit son cheval dans un galop de travail, puis passa son cerveau en pilote automatique. Plus d’AlejandroF. Plus de message Instagram. Une, deux trois, foulées. Kelios renâcla en montant son dos.

« - Mieux ! » l’encouragea son coach.

Dans une allure régulière, l’étalon noir franchit le vertical. Pression de jambes, rêne extérieure. Battement d’antérieurs et ils décollèrent sur le dernier obstacle.

« - Très bien, c’est mieux quand t’es présente non ?»

Mais déjà, Jenny caressait distraitement l’encolure de sa monture tandis que ses pensées dérivaient vers le message qu’elle venait de recevoir. Devait-elle y répondre ? Lui lâcher un vu ? Elle marcha Kelios quelques minutes, autant pour lui permettre de s’étirer que pour elle-même réfléchir. Un like suffirait. Son coach lui rendit son téléphone et elle s’empressa de double-cliquer sur la photo. Un cœur rouge apparut sous le message.

*

Merde, un plan de secours, là tout de suite. Cass avait remit le sujet du bal sur la table tandis qu’elles bronzaient tranquillement au bord de sa piscine. Et Maggy venait d’annoncer d’un air triomphant qu’elle avait été invitée à être la cavalière de Benjamin, le buteur star de l’équipe de football du lycée. Jenny avait sentit ses entailles se tordre. Elle le savait, impossible de repousser cette histoire de bal éternellement.

« - Il paraît que Jake va y aller avec Tessa, ajouta Cass avec un regard appuyé en direction de la blondinette. Pour le moment ils sont donnés favoris pour devenir les rois du bal.

- Vous croyez que j’ai mes chances avec Ben ?
s’enquit Maggy les yeux rêveurs.

Les deux filles restèrent muettes. Non, elle n’avait aucune chance avec Ben, mais elles ne le lui diraient pas.

- Moi j’ai choisi d’y aller avec Vittorio, poursuivit fièrement Cass.

Elle avait reçu plusieurs propositions et s’était permise de choisir le meilleur. Jenny fulmina. Elle ne pouvait pas leur avouer qu’elle n’avait pas de cavalier. Et encore moins maintenant qu’elle savait que Jake et Tessa étaient pressentis pour lui voler la vedette.

- Moi j’y vais avec Alejandro, fit-elle le plus simplement du monde.

Ses amies se tournèrent vers elle, médusées.

- Alors tu t’es enfin décidée à écouter nos conseils ? C’est génial Jen, tu vas écrabouiller Jake et Tessa j’en suis sure !

- Je compte sur vous pour répandre la nouvelle, 
» commenta Jenny avec un sourire entendu.

On dit qu’il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué. La jeune fille n’avait même pas aperçu l’ombre d’un ours qu’elle avait déjà vendu un manteau de fourrure. Comment allait-elle se rattraper maintenant ? Cela lui faisait mal de l’admettre, mais quelles étaient les chances que le boursier accepte de pointer son nez au bal, et en plus avec elle ? Pire encore, comment allait-il accepter de concourir pour le titre suprême à ses côtés ? Et surtout, pourquoi espérait-elle qu’il accepte, malgré tout le dégoût qu’il lui inspirait ?

*

« - Salut, » lâcha Jenny en prenant place à côté de son partenaire d’exposé.

Il ne le savait pas encore, mais aujourd’hui était un grand jour. Elle se devait absolument de lui demander de l’accompagner au bal, avant que la rumeur ne lui parvienne aux oreilles. Alors pour l’occasion, la blondinette s’était revêtue de sa tenue de chasse. Un haut aux manches bouffantes, dont le décolleté ne laissait pas beaucoup place à l’imagination. Lorsqu’elle l’enfilait pour partir en soirée, elle savait à coup sûr qu’elle rentrerait en bonne compagnie.

« - Très bien, avant de commencer je vais vous demander vos sujets d’exposé ainsi que votre expérience proposée, pour vous donner ou non mon accord. Harewood.

Jenny fut prise de court, mais elle n’eut pas le temps de s’émouvoir.

- Nous allons étudier les produits thermo protectants pour comprendre leur fonctionnement et en expliquer l’efficacité, commença t-elle. Pour ce faire nous avons choisi deux types de produits, un spray classique industriel et un spray fait maison à base de produits dits naturels. Elle fit des guillemets méprisants. Pour l’expérience, nous essayerons chaque produit sur des cheveux que nous passerons ensuite au fer à friser. Nous constaterons ensuite la différence entre des cheveux non protégés, des cheveux protégés par le produit industriel, et ceux protégés par celui naturel. 

- Validé, 
» fit simplement le professeur avec un regard que Jenny ne comprit pas en direction d’Alejandro.

Elle se rassit, soulagée. Elle n’aurait pas voulu devoir trouver un nouveau sujet. Elle chercha le regard de son voisin de table. Il allait passer au fer à friser, c’était désormais approuvé par leur professeur !


A match made for chaos [Clionestra x Jen] - Page 3 1653241206-10A match made for chaos [Clionestra x Jen] - Page 3 1653241209-5A match made for chaos [Clionestra x Jen] - Page 3 1653241536-6
Clionestra
Messages : 668
Date d'inscription : 29/12/2020
Crédits : moi

Univers fétiche : Fantastique
Préférence de jeu : Les deux
Narnia
https://www.letempsdunrp.com/t4331-je-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4332-je-suis-pas-seule-dans-ma-vie-repertoire-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4814-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-recherche-rp-ok-fev-2022
Clionestra
Dim 28 Aoû - 20:31

Alejandro
Fuentes

J'ai 18 ans et je vis à Los Angeles, USA. Dans la vie, je suis lycéen et je m'en sors bien ainsi que membre d'un gang. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis. Personne ne devrait partager ma vie.

→ Alejandro Fuentes, dit Alex
→ Vit avec sa mère et ses deux petits frères. Luis, 10 ans et Carlos 13 ans.
→ Il fait parti des Cuervos (les corbeaux) gang dealer de drogue montant à Los Angeles.
→ Vraiment intelligent malgré lui, ce qui lui a valu sa bourse d'étude, grâce à l'aide de sa professeur de français au collège.
→ Tatoué
→ N'a pas d'ami dans son lycée de bourge
→ Très bon tireur, il sait pouvoir très bien viser avec son arme qu'il prends en cachette au lycée.
→ Il joue de la guitare
→ Il sait parler espagnol, anglais et français.
→ Il a une moto.

A match made for chaos [Clionestra x Jen] - Page 3 Ktbv
Cette fille lui avait vraiment mis le cerveau en vrac, et en plus elle venait habiller avec une tenue qui lui permettrait de mettre de l’eau dans son moulin … ou plutôt des informations dans ses rêves. Il détourna un instant les yeux. Elle n’était pas possible. Et surtout, pourquoi la rousse tenait tant à lui faire du mal ? Jenny était une petite princesse, certes, personne ne pouvait le dire autrement. Mais elle n’était pas méchante réellement. Elle disait ce qu’elle pensait selon ses standards mais il ne l’avait jamais vu se moquer ouvertement d’une personne grosse ou avec une peau caleuse. Elle serait même le genre à dire une vacherie en lui donnant un conseil, un truc du genre « si tu ne sais pas prendre soin de ta peau achète au moins tel produit ça sera mieux que rien ».

Un peu hautaine, beaucoup pédante, mais rien de bien méchant en soi. Il ne l’aurait même peut-être jamais remarqué si la vidéo d’elle n’avait pas été mis sur internet. Il avait vu la vidéo, à nouveau quand il avait envoyé la photo sur son compte instagram. Et il s’était justement demander pourquoi elle l’avait aussi mal pris. Ce vêtement avait peut-être de la valeur sentimentale en plus du reste ? Qui pouvait le savoir sans lui demander ? Il l’observa à nouveau en se concentrant bien comme il faut sur ses yeux. Son visage était déjà magnifique, et bien que la suite de son anatomie l’intéressé, pour une raison tout à fait scientifique, il ne voulait pas passer pour un pervers et mettait un point d’honneur là-dessus. Quand la jeune femme le salua, il répondit d’un sourire, toujours en évitant de regarder ailleurs. Il observa le professeur pour jauger son expression quand elle expliqua son projet et son expérience. Venait-il de voir une once de compassion dans ses yeux ?

- Donc, chuchota-t-il, voici la sauce à laquelle tu vas me manger, le fer à friser ?

Il sourit un instant. Il n’avait pas de boucle. Il avait des cheveux plutôt raides et allant de tous les côtés. Il n’avait jamais, oh grand jamais, utilisé un fer à friser ou à lisser sur sa tignasse. Il la coiffait limite pas le matin avant de venir c’était dire ! Heureusement pour lui, la jeune femme était une experte, il le savait puisqu’elle pouvait passer de lisse à friser d’un jour à l’autre sans avoir l’impression que cela soit compliqué à obtenir. Il le savait parce qu’il n’avait pensé qu’à elle, pendant toute la semaine et l’observait avait été d’une simplicité déconcertante.

- On pourrait aussi prendre un échantillon de chaque cheveu pour le passer au microscope, pour voir les dégâts que cela aura causer ou non, dit-il en voyant les microscopes en se doutant qu’il proposait qu’on lui arrache littéralement un cheveu (ou deux) de la tête.

Le professeur lui envoya un regard entendu. Il savait qu’Alejandro allait douiller, mais il semblait assez surpris que le jeune latino eût pris le jeu au pied de la lettre. Nul doute qu’ils étaient le seul binôme a avoir pris le principe de cet exposé pour ce qu’il était vraiment. Faire en sorte que les moins bons devienne un peu meilleur en parlant de ce qu’il appréciait. Il fit un large sourire quand il entendit plusieurs projets refusés. Certains étaient tout simplement impossible à mettre en place. Quelqu’un dans la classe avait proposé une dissection d’un rat encore en vie pour observer le fonctionnement des organes. Le professeur avait refusé l’idée et proposa aux deux d’aller consulter le psychologue scolaire en sortant des cours. Il chuchota vers sa camarade de classe.

- Je pense qu’on est les mieux lotis question binôme en réalité, je suis presque sûr que la plupart des autres n’ont pas fait exactement ce que le prof voulait, ça se voit à sa tête, dit-il prouvant encore qu’il observait souvent le visage des autres pour en trouver des micro-expressions.

Il observa rapidement la table de la meilleure amie qui l’observait. C’était étrange d’ailleurs, mais maintenant qu’il arrêtait de penser à la beauté fatale deux secondes, il remarque qu’il avait eu le droit à son lot de visage froncé et de messe-basses … plus que d’ordinaire en tout cas. Il pencha la tête sur le côté. Il y avait peut-être encore quelque chose sur la jeune femme qu’il ne savait pas. Avait-elle fait une nouvelle vidéo ? D’un coup, il eu une illumination.

- D’ailleurs, se retourna-t-il pour prendre son sac, cette fille lui retournait l’esprit qu’il oubliait des choses c’était nouveau ça, Luis m’a donné ça pour toi.

Il lui tendit un dessin d’enfant. Il y avait une prairie, ou une sorte de prairie, la mascotte, qu’Alejandro trouvait mieux fait par son frère que la véritable, Luis, Carlos et Alejandro d’un côté, et elle, Jenny, en princesse à leur côté. Etrangement la princesse tenait la main au latino le plus grand mais Alejandro voulait se persuader qu’il avait inverser les prénoms et que c’était Luis qui lui tenait la main.

- Il a dit que je n’étais pas assez reconnaissant envers toi alors il a passé son temps depuis le parc à faire le dessin et à s’entrainer pour réussir à écrire ton prénom sans faute et le plus joliment possible.

Clairement, les prénoms de Luis et ses deux frères étaient écrit à l’arraché sur le côté, alors que le nom de Jenny possédait plusieurs couleurs et avec une typographie presque parfaite. Carlos avait trouvé cela stupide mais avait passé un après midi entière avec Luis pour remplir le dessin de couleur.

- Je te l’ai passé, si tu veux le jeter juste … ne leur dit jamais ok ?

Parce qu’elle pouvait bien le jeter, le brûler, lui il l’avait passé comme il devait le faire, c’était à elle d’accepter ou non. Cependant, briser le cœur de ses frères n’était pas quelque chose qu’il pourrait pardonner aisément. Le cours avait commencé et il avait repris les wagons en cours de route.  


May you be in heaven
a full half hour
4b894efa40578603614668c5fa78584a7c80c010.gifv
ea4f251cd17e39702fbc69bb76198aad0d4cb667.gifv
before the devil knows
you're dead.
ANAPHORE

Mes recherches
Jen
Messages : 73
Date d'inscription : 26/07/2022
Crédits : fleacircus.ig

Univers fétiche : Réel
Préférence de jeu : Les deux
tea
https://www.letempsdunrp.com/t5250-jen-et-ses-amis#104795 https://www.letempsdunrp.com/t5253-mes-envies-de-rp-reel-fantasy https://www.letempsdunrp.com/t5248-merci-d-exister-je-pleure-de-joie-jen
Jen
Dim 28 Aoû - 21:44

Jenny K.
Harewood

J'ai 18 ans et je vis à Los Angeles, Etats Unis. Dans la vie, je suis lycéenne et je m'en sors bien grâce à l'argent de papa et maman. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt mal.

Fiche perso détaillée juste ici
Fer à friser ou fer à lisser ? C’était une question que Jenny se posait systématiquement tous les matins. Mais là, la question devenait d’autant plus cruciale. Comment allait-elle s’amuser un peu avec ce boursier insolent ? Elle prit le temps d’observer longuement ses cheveux. Ils étaient « coiffés décoiffés », d’un brun profond, et elle avait eriblement envie de mettre sa main dedans pour en sentir la douceur. Euh non pardon, elle n’avait jamais eu cette pensée. Juste des cheveux bruns un peu indisciplinés donc.

« - Après mûre réflexion, je te cuisinerai effectivement au fer à friser » fit-elle avec un sourire malicieux.

Les toutes petites boucles qui allaient se former sur cette tignasse allaient lui donner un air hilarant. Elle le voyait déjà d’avance. La blondinette jubila intérieurement.

Jenny s’était promis de faire un effort aujourd’hui. Être un peu moins désagréable, essayer au moins. Pour lui faciliter la tâche difficile de ce soir.

« - Qui l’eut crut hein » ricana t-elle à la remarque de son voisin.

Oui franchement, même elle n’y aurait pas cru il y a de cela une semaine. Elle n’aurait pas cru qu’elle comprendrait enfin des notions de bio. Que cet insignifiant boursier devienne son professeur particulier. Qu’elle finisse par tolérer - mais non pas apprécier enfin - sa présence. Que cette tignasse ne lui sorte plus de la tête. Pour des raisons purement scientifiques évidemment.

Soudain, le grand brun farfouilla dans son sac et en sortit une feuille. Interloquée, Jenny y jeta un œil puis se figea. Mais qu’est ce que c’était que ça ?! Un dessin… d’enfant ? Elle détestait les mioches. Profondément. Ça faisait un bruit monstre, ça sentait mauvais, et c’était globalement insupportable. Mais ce dessin était si… étrange. Le visage du petit garçon sur la photo Instagram lui revint en tête. Elle entendit son coach la disputer. Ha non, pas cette fois-ci. Toujours figée, elle observa avec une surprise non dissimulée le dessin. Quatre personnages, dont très clairement deux gosses et deux plus grands, qui se tenaient la main. Bordel.

Lentement, elle se saisit du dessin. Du bout des doigts, moins par dégoût que par peur de froisser ce présent inattendu, inconnu. Elle l’observa de nouveau. Euh est ce que ses cheveux étaient vraiment aussi mal coiffés ? Par réflexe elle passa une main dans ses boucles. Ouf, ce n’était qu’une illusion.

« - Je ne le jetterai pas » promit-elle en relevant les yeux.

Ce qu’elle en ferait ? Elle n’en savait diablement rien. Mais elle ne voulait pas le jeter. Pourquoi ? Mais oui au fait pourquoi ?

La blondinette se sentit soudain intimidée. Cette situation n’était pas normale, cette situation était trop étrange. Elle se sentit suffoquer. Durant le restant de l’heure, elle préféra faire mine d’écouter attentivement le professeur et prendre des notes. Notes imaginaires, bien évidemment. Elle était incapable de se concentrer.

Le reste de la journée lui parut interminable. Elle avait retouché son maquillage pas moins de quatre fois. Ses amies avaient même fini par s’amuser de la situation.

« - Bah alors t’as un date ou quoi ? 

- Je déteste mon nouveau crayon il ne fait que couler, 
» mentit Jenny en se remettant du gloss.

Il devait accepter ce soir. Sinon, elle était définitivement éliminée de la course au titre, car sa réputation allait être ruinée. La fille qui s’était faite recaler par un boursier ? Non, elle refusait. Il devait accepter.

Elle arriva en retard à leur heure convenue. Comme a l’accoutumée, la cafétéria était déserte. Jenny souffla un coup, vérifia une dernière fois son accoutrement et se dirigea d’un pas ferme vers la table où le jeune homme l’attendait déjà.

Ils avaient prévus de finaliser les détails du protocole de l’Exposé pour pouvoir l’avancer au plus vite. Mais Jenny avait un tout autre plan. Elle posa ses deux mains à plat sur la table en arrivant face au boursier.

« - Écoute, puisque tu devines toujours tout, je vais la jouer franco avec toi, fit-elle sans introduction. Jake va au bal avec Tessa, et ils sont les favoris pour être couronnés roi et reine. C’est évidemment hors de question, j’ai toujours été la reine du bal, et je le serai cette année encore. Mais comme tu l’as peut être compris, je n’ai pas encore de cavalier. Alors je te propose de m’accompagner. Tous les frais seront évidemment à ma charge. Je suis persuadée que tu n’es pas un cas désespéré et que je peux encore faire de toi le roi du bal. Est ce que ce ne serait pas la meilleure manière de quitter ce lycée de bouffons ? »

Elle avait tout débite d’un seul trait. Maintenant que cela avait été dit, elle sentit son assurance s’évanouir. D’habitude elle savait ses conquêtes gagnées d’avance. Pour la première fois, elle avait peur qu’un garçon la rejette.


A match made for chaos [Clionestra x Jen] - Page 3 1653241206-10A match made for chaos [Clionestra x Jen] - Page 3 1653241209-5A match made for chaos [Clionestra x Jen] - Page 3 1653241536-6
Clionestra
Messages : 668
Date d'inscription : 29/12/2020
Crédits : moi

Univers fétiche : Fantastique
Préférence de jeu : Les deux
Narnia
https://www.letempsdunrp.com/t4331-je-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4332-je-suis-pas-seule-dans-ma-vie-repertoire-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4814-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-recherche-rp-ok-fev-2022
Clionestra
Dim 28 Aoû - 22:30

Alejandro
Fuentes

J'ai 18 ans et je vis à Los Angeles, USA. Dans la vie, je suis lycéen et je m'en sors bien ainsi que membre d'un gang. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis. Personne ne devrait partager ma vie.

→ Alejandro Fuentes, dit Alex
→ Vit avec sa mère et ses deux petits frères. Luis, 10 ans et Carlos 13 ans.
→ Il fait parti des Cuervos (les corbeaux) gang dealer de drogue montant à Los Angeles.
→ Vraiment intelligent malgré lui, ce qui lui a valu sa bourse d'étude, grâce à l'aide de sa professeur de français au collège.
→ Tatoué
→ N'a pas d'ami dans son lycée de bourge
→ Très bon tireur, il sait pouvoir très bien viser avec son arme qu'il prends en cachette au lycée.
→ Il joue de la guitare
→ Il sait parler espagnol, anglais et français.
→ Il a une moto.

A match made for chaos [Clionestra x Jen] - Page 3 Ktbv
Il eut un nouveau sourire de ses dents parfaites en l’observant. Elle avait dit un mot en espagnol, elle l’avait même susurré d’une manière esquisse et en fournissant un effort. Il pouvait bien accepter qu’elle le frise. D’ailleurs, peut-être allait-il découvrir que les frisettes ça lui allait comme un gant. Il n’arrivait tout simplement pas à s’imaginer avec alors bon … Puis la jeune femme allait rentre tout ça harmonieux, n’est-ce pas ? Il pinça les lèvres.

- Si tu veux on essayera en avance, un vendredi, dit-il en proposant dans l’espoir certains d’éviter la casse si les bouclettes ne disparaissent pas pendant deux jours… , si tu dis le mot magique.

Les bouclettes ça ne restaient pas toute la vie hein ? Et elle n’avait pas redis le mot magique depuis qu’il lui avait appris. S’il lui répétait assez souvent, pourrait-elle un jour le sortir sans y faire attention. Mhhh… Il réfléchit un instant à son état si la jeune femme venait à le traiter de crétin… Certainement qu’il l’embrasserait… Bon, il se ferait gifler, mais au moins pourrait-il mourir en paix non ? Il repoussa à nouveau ses pensées loiiiiin de lui. Très loin. Quelque part où rien ne se trouve. Il fallait vraiment qu’il arrête de penser à embrasser la princesse, il allait finir par devenir dingue avec cette histoire. Le reste du cours se passa en silence, après qu’elle eu accepter le dessin. Etrangement, bien que le dessin soit le cadeau le moins onéreux possible à faire, il avait l’impression que quelque part, ça lui avait fait plaisir. Il ne dit rien. Il ne la connaissait pas encore assez pour savoir ce qu’il se passait dans sa tête.

*

- Alors toi et la blonde vous êtes en couple ? dit la rousse à nouveau en l’emmerdant pendant une recherche d’ouvrage à la bibliothèque.

Il ne répondit pas, prit son livre et se déplaça dans une zone isolée mais bien éclairé. La rousse le suivit. Est-ce qu’il était maudit ? Avait-elle mis un GPS sur lui pour savoir où le trouver exactement pour le faire chier à plus en pouvoir. Il grogna de mécontentement en se plongeant dans son ouvrage. L’arithmétique au temps des romains où comment ils ont réussi à mettre en place des protocoles d’expérimentation performant malgré l’époque. Il lisait une page et fit défiler la suivante.

- Oh, tu lis super vite, s’étonna-t-elle alors qu’il passait les pages un brin trop vite pour le commun des mortels.
- Je possède une mémoire photographique et je suis capable de lire 20 000 mots à la minute, donc je photographie la page dans ma tête et la traite, pouvant ainsi passer à la suivante, dit-il pour changer le sujet.

Il valait mieux que la rousse parle de ses facultés que de parler de la blonde. Merde, il n’arrivait pas à s’enlever de la tête la réaction au dessin de son petit frère … Elle aurait pu être dégoûté, agacé, mécontente, écœuré. Alejandro avait tellement de dessin de Luis dans sa piaule qu’il était obligé d’en jeter de temps en temps. Mais elle n’avait pas du tout réagi comme si le dessin était qu’un cadeau naze… Elle avait semblé réellement reconnaissante ? Non, peut-être pas… mais quelque chose.

- Tu as arrêté de lire, fit remarquer la rousse toujours sur son dos
- Tu me perturbes, c’est normal, répondit-il au tac au tac.

Elle soupira comme un buffle, se leva et partit… en tout cas c’est ce qu’il cru jusqu’à ce qu’elle se retourne pour lui adresser une énième parole.

- Cette fille t’utilise pour redorer son blason, pour faire semblant qu’elle n’est pas qu’une raciste, et tu te laisses faire, tu es vraiment un faible.

Mhhh, donc demander gentillement ça n’avait pas marcher, maintenant elle essaie d’écrabouiller son égo… mais pourquoi faire exactement ? Qu’est ce qui avait bien pu se passer entre les deux ? La blonde avait elle piqué le petit ami de la rousse ? D’ailleurs, il n’avait toujours pas demandé son prénom. Refermant son ouvrage, il soupira. Il maudissait son professeur de biologie. Toute cette histoire lui mettait la tête à l’envers.

*

Il était en avance. Cette fois, pas de petit plaisir coupable à la voir sursauter à son arrivé. Non. Il s’assit avec son ouvrage emprunter à la bibliothèque et se concentra dessus simplement. Tout comme le matin, il sentit son parfum approché bien avant de la voir. Il l’observa en remonta un sourcil vers elle. Elle avait fumé quelque chose avant d’arriver ? Il devait l’amener à l’infirmerie ? La jeune femme prit la parole pour lui expliquer son plan grotesque.

Il se mit à rire doucement vers elle, puis se stoppa en remarquant qu’elle était tout à fait sérieuse.

- Attends tu es sérieuse là ? finit-il par lâcher en observant l’évidence sur les traits tirés de sa princesse blonde.

Il ne manqua pas de rire une seconde fois. Il ne se moquait pas d’elle, mais bel et bien de la situation étrange … et dû fait que clairement, elle avait fumé avant de venir. Au moins un ou deux hérissons pour pouvoir se mettre à sortir une idée pareille de son chapeau.

- Je préfère l’honnêteté de toute manière, dit-il en posant son livre ouvert sur la table.

Bien que vue ce que la jeune femme lui faisait vivre en ce moment, elle aurait pu lui demander d’aller au bal avec elle en faisant semblant d’être intéressé qu’il aurait dit oui contre un « Càbron »… Si ça ce n’était pas déjà être bien atteint … C’était peut-être lui qui avait fumé en réalité. Il se releva doucement, observant la cafétéria vide. Il s’approcha d’elle et lui prit la main doucement, bien que fermement pour la mettre sur son épaule.

- Chiquita, ton plan est intéressant mais il manque une donnée. Je ne serais jamais roi du bal, et tu ne supporterais jamais de rester danser avec moi toute une nuit. Je te dégoute je te rappelle, dit-il en énonçant un fait mais sans paraître blessé par le constat.

S’il pouvait continuer à la dégoûter alors il n’y aurait plus de problème entre eux … Plus exactement, il aurait vite fait de mettre l’attirance, purement sexuelle n’est-ce pas ? qu’il avait pour elle dans sa benne à données mentale. Il s’approcha d’elle alors qu’il assit ses fesses sur la table, le faisait devenir plus petit. Il ne voulait pas qu’elle est l’impression d’être agressé par son geste, juste lui montrer.

- Je m’en tape tellement de ce que les autres pensent. Il n’y a pas de raison pour que je termine mieux cette année que l’autre. D’ailleurs les années précédentes je n’y suis simplement pas aller. Ce lycée de bouffon, est-ce que j’ai envie d’en faire partie dans l’album ? demanda-t-il simplement.

Il la lâcha complètement pour éviter de se prendre une baffe ou un regard de dégoût. Il avait tellement envie de s’enfermer dans ses rêves, là où la jeune femme lui souriait en le laissant promener ses mains sur son corps lisse.

- Faisons quelque chose, toi et moi, prouve-moi que tu n’es pas écœuré par moi, que ça ne sera pas le pire supplice, et peut-être que j’accepterais. Je n’ai pas envie de devoir me cacher, comme on le fait pour les cours, parce que tu as honte tout en m’exhibant comme un pantin.

Il était peut-être un boursier, mais il n’était pas non plus stupide. Elle avait besoin de lui … Parce qu’il était boursier et que ça l’aiderait bien à faire revoir sa réputation à la hausse. Malgré lui, il pensa à la réflexion de la rousse.  Dans la journée, on l’avait regardé étrangement … était-ce possible qu’il soit réellement le dernier espoir de la jeune femme pour atteindre son trône tellement convoité ?

- Et puis, pourquoi c’est si important pour toi, d’être élu. Tu sais ce que tu vaux, tu le cries et le clame. L’opinion des autres tu devraient t’en ficher aussi non ?

Et là, il était vraiment curieux. Pourquoi la jeune femme voulait absolument être la reine du bal ? Pour que tout le monde l’adule ? Mais après le bal tout le monde partira dans les quatre coins du monde pour étudier… qu’est ce qu’ils en auront à faire de qui avait gagné la couronne ? Elle était tellement à dire que l’opinion des autres ne l’intéressé par qu’il ne la comprenait pas.

Cependant, il savait déjà que selon ses réponses… Il y avait de forte chance pour qu’il accepte de l’aider… Parce qu’elle avait accepté le dessin de ses frères, et ça .. ça n’avait pas de prix dans le cœur de ce grand frère poule. Elle n’avait juste pas besoin de le savoir tout de suite, alors qu’il était curieux des réponses qu’elle allait lui donner.
 


May you be in heaven
a full half hour
4b894efa40578603614668c5fa78584a7c80c010.gifv
ea4f251cd17e39702fbc69bb76198aad0d4cb667.gifv
before the devil knows
you're dead.
ANAPHORE

Mes recherches
Jen
Messages : 73
Date d'inscription : 26/07/2022
Crédits : fleacircus.ig

Univers fétiche : Réel
Préférence de jeu : Les deux
tea
https://www.letempsdunrp.com/t5250-jen-et-ses-amis#104795 https://www.letempsdunrp.com/t5253-mes-envies-de-rp-reel-fantasy https://www.letempsdunrp.com/t5248-merci-d-exister-je-pleure-de-joie-jen
Jen
Lun 29 Aoû - 10:05

Jenny K.
Harewood

J'ai 18 ans et je vis à Los Angeles, Etats Unis. Dans la vie, je suis lycéenne et je m'en sors bien grâce à l'argent de papa et maman. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt mal.

Fiche perso détaillée juste ici
Un jour, des ouvriers incompétents avaient accidentellement sectionné l'arrivée d'eau chaude de la villa familiale. Jenny avait donc dû prendre une douche froide avant de venir au lycée, et c'était le pire souvenir de sa vie. Mais la douche qu'elle venait de prendre à l'instant était plus glaciale encore que tout ce qu'elle n'avait jamais connu. C'était tellement froid qu'elle sentit son corps se figer comme un seul bloc de glaçon. Elle frissonna à peine lorsque la main chaude du grand brun attrapa la sienne pour la porter à son épaule.

On lui demandait des justifications. Elle n'en avait pas. Il lui fallait un oui ou un non, c'était tout ce qu'elle demandait. Non en réalité, il lui fallait un oui parce qu'elle n'avait pas le choix.

Elle resta figée sur place sur ce qui lui sembla durer une éternité. Le garçon posait trop de questions, sur des sujets qu'elle ne voulait pas aborder. Son prétendu dégoût pour lui. Le fait qu'ils se cachaient. L'opinion des autres.

Oui ou non. Pourquoi ne pouvait-il pas faire au plus simple ? Là tout de suite, elle lui en voulait énormément. Jamais, on lui avait rendu la tâche aussi ardue. En fait, jamais elle n'avait eu à inviter un garçon au bal. C'était toujours l'inverse, c'était elle qui se faisait désirer. Jenny était furieuse. Pour qui se prenait-il ? Ils ne se connaissaient pas il y a de cela une semaine. Et maintenant il osait la mettre dans tous ses états, lui monopoliser les pensées, et se présenter en ultime solution de salut. Quel culot.

Mais elle avait compris une chose avec cet étrange spécimen. C'est qu'il aimait l'honnêteté. Mais Jenny n'avait jamais été honnête avec elle-même sur tant de choses. C'était plus facile de se mentir et fermer les yeux. Plus facile que d'admettre qu'elle se sentait perdre pied dans ce lycée qu'elle pensait acquis. Plus facile que d'admettre que chaque regard de travers et chaque message sur Instagram la blessait un peu plus. Plus facile que d'admettre qu'elle avait un besoin de vengeance insatiable à la limite du malsain envers Tessa et Jake. Plus facile que d'admettre que ce boursier était la seule présence rassurante qu'elle avait à ses côtés.

Lentement, la blondinette tira sa chaise et s'y assit. Elle se retrouva ainsi en contre-bas du jeune homme, et avait désormais l'impression de passer au tribunal, face à un juge qu'elle n'osait pas regarder. Elle inspira profondément. Elle allait essayer de parler honnêtement, de son mieux, et s'il essayait d'exploiter ses faiblesses elle n'aurait qu'à se retourner contre lui. Elle tenta de se convaincre qu'elle n'avait rien à y perdre, tout à y gagner. Si cela devait se terminer en sa parole contre la sienne, elle était persuadée de l'emporter face au tribunal encore plus impitoyable de l'opinion publique.

"- Je me suis faite disputer par mon coach par ta faute, fit-elle plus doucement qu'elle ne l'aurait voulu. Parce que mon cerveau s'est mis en veille prolongé quand tu m'as envoyé cette photo."

Elle le flanqua d'un regard indéchiffrable.

"- Je ne me prends jamais de telles remarques, parce que je suis toujours irréprochable dans ma concentration. Rien ne m'empêchera jamais de monter un parcours correctement".

Jusqu'ici en tout cas.

"- Je ne sais pas pourquoi l'opinion des autres m'importe tant. Mais je sais que ne tiendrai pas le coup d'une seconde vague d'humiliation."

Elle fit glisser son téléphone vers lui, ouvert sur les échanges houleux qu'elle avait eu avec Tessa.

"- Lis si ça te chante, j'en ai rien à faire."

Elle savait qu'il ne lirait rien.

"- Je crois que c'est une question d'égo et de fierté, mais l'idée que cette poufiasse me vole la vedette et ose venir m'humilier, ça me mets hors de moi. Cass et Maggy me bassinent depuis une semaine pour que je t'invite pour me racheter une bonne image, mais franchement je préférais mourir que leur donner raison. Je crois que c'est plus personnel. J'ai vraiment besoin d'écraser Jake et Tessa. Et t'es la seule personne sur qui je puisse compter."

La dernière phrase était de trop, Jenny voulut la ravaler mais c'était trop tard. Elle n'avait pas voulu lui dire que probablement la moitié du lycée était déjà au courant de la fausse rumeur qu'ils allaient se présenter ensemble au bal. C'était une erreur de débutante qu'elle avait fait là, qui ne faisait qu'amplifier son désespoir.

"- S'il te plait, aide moi à sortir dignement de ce lycée."

S'il te plait ne m'abandonne pas toi aussi.

C'était peut être ça en fait. L'idée de partir en laissant comme dernière impression un règne ruiné et l'image d'une reine déchue. L'idée de finir seule et paria.

Jenny se releva de sa chaise pour être de nouveau au niveau du grand brun. Elle lui planta un regard déterminé dans les yeux. De la détermination, c'était peut être la seule chose qu'elle avait à revendre.

"- Je sais que les actes valent plus que les mots, alors que je ne te dirai pas ce que tu veux entendre. Mais je suis prête à tout pour te prouver ma bonne volonté. Tu ne veux plus te cacher ? Très bien, allons travailler dans la cour à l'entrée. Personne ne pourra nous rater, et les ragots iront de bon train. J'espère que t'es prêt."

A son tour, elle s'assit sur la table. Sa détermination à aller jusqu'au bout lui redonnait le courage qui lui avait manqué.

"- Demande moi ce que tu veux, je te prouverai que tu as tort de croire pouvoir lire mes pensées."


A match made for chaos [Clionestra x Jen] - Page 3 1653241206-10A match made for chaos [Clionestra x Jen] - Page 3 1653241209-5A match made for chaos [Clionestra x Jen] - Page 3 1653241536-6
Contenu sponsorisé
A match made for chaos [Clionestra x Jen]
Page 3 sur 6
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Sujets similaires
-
» Men made machines and machines made a revolution ft. Mira
» Can the sun find its match in anything but the moon? [Mad Max]
» Light the match and let the fire build into a blaze
» what's wrong with a little chaos ?
» "Whatever our souls are made of, his and mine are the same."

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: