Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues
qui tu veux,
quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
Le Deal du moment :
Cartes Pokémon : où commander le coffret ...
Voir le deal
64.99 €

LE TEMPS D'UN RP

Renaissance [David/Mackenzie]

Charly
Messages : 2153
Date d'inscription : 24/04/2018
Région : Haut de France
Crédits : Bones_Obsessor

Univers fétiche : City, HP
Préférence de jeu : Femme
flower
Charly
Ven 1 Juil - 21:42
6pyh.gif
Mackenzie Foster
J'ai 34 ans et je vis àNew York. Dans la vie, je suis Chef d'un restaurant et je m'en sors au jour le jour. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.



Riche héritière d'un complexe hôtelier, Mac s'est vue propulsée à la tête de cet empire sans le vouloir. Un joli paquet comprenant les hôtels et les emmerdes qui allaient avec. Elle ignorait tout des magouilles de ses parents, et aujourd'hui elle a tout perdu. Pour elle, le seul responsable: David McArthur, un connard d'avocat. Aujourd'hui, elle vis dans sa voiture, et tente de survivre avec le peu d'argent qu'elle gagne avec son job à mis temps dans un resto pourri. Elle est son truc c'est la cuisine! La vraie cuisine! Elle a un talent pour ça. Mais pour le moment, elle est bien loin de pouvoir monter son affaire.

Renaissance [David/Mackenzie]  - Page 3 3f130248ab28e51d945a697cd23e3a6dd3e72a2d
Renaissance [David/Mackenzie]  - Page 3 Fd93c248a2440b30fd85cce1e5bffccfb2b126ac
crédit : :copyright: Bait n Hook / Tumblr

« -moi courir ? Oh non… non, non, non. » elle s’imaginait déjà en train de mourir au bout de dix minutes de course. Ça n’était pas son truc. Mais elle trouverait bien quelque chose pour se défouler ou se calmer. Se canaliser ? « -et puis… c’est votre truc à vous. Vous m’avez dit en avoir besoin alors je ne vais pas m’imposer dans votre rituel du matin. » non, il semblait vraiment tenir à cela et elle n’avait pas envie de perturber sa routine. Elle le faisait déjà bien assez dans le reste de sa vie. « -et puis vous vous levez trop tôt pour moi. » avait ajouté Mac avec un sourire en coin comme si c’était la meilleure excuse du monde. Il évoqua Donna et elle resta évasive sur la réponse. « -oui. » cette conversation ne le regardait pas. Enfin si mais ça n’était pas à elle de venir faire ce genre de révélation. David avait été clair concernant son assistante et les sentiments qu’il pouvait nourrir pour elle. Alors… Mac décida de faire confiance au temps. Un jour ou l’autre il réaliserait. Et ça n’était pas le cas, elle finirait par le pousser un peu.

Quelques heures de repos et elle en voyant l’heure, elle décida d’aller préparer le repas. Quelque chose de simple et léger. Son foie avait encore du mal à se remettre de la veille. « -je suis désolée, je pensais que vous m’aviez entendu. Et heu… non quelques minutes. » pas vraiment son genre de se planter là à le regarder travailler durant des heures. « -vous vous faites un café ? On va manger dans moins d’une heure. » commenta la jeune femme en le voyant faire, avant de se retourner et de continuer sa préparation. Elle l’écouta alors se confier et n’osa pas se retourner pour le regarder. Elle trouva pourtant ce récit bien triste. Mac eut envie de interrompre mais elle se pinça les lèvres pour éviter de prendre à nouveau une réflexion dans les dents. Lorsqu’il eut finit, elle leva les yeux sur lui et répondit : « -votre père est un connard. » rien à foutre de la politesse. C’était la stricte vérité ! « -ça se voit au premier regard et je prépare le repas. » ajouta la jeune femme avant de reprendre : « -pourquoi vous êtes vous laissez faire ? Pour le changement de cabinet je veux dire. Vous n’étiez pas dans l’obligation de le suivre puisque vous aviez déjà un poste. » elle avait posé son couteau en disant cela, fixant l’avocat du regard.

« -à la hauteur de quoi ? Sa hauteur à lui ? De ce qu’il attendant de vous ? » toute cette histoire la révoltait pour David. « -qu’a t il à redire à votre sujet ? Vous êtes un brillant avocat alors je ne vois pas ce qu’il peut trouver à redire. » mise à part qu’il s’était prit d’affection pour une sdf qui n’avait pas la moindre éducation. Elle réalisa alors : « -oh… » elle comprenait encore mieux la réaction de David le matin même. « -je suis désolée si j’ai… si je vous ai mis dans l’embarra. Encore plus… je vous ai sûrement fait perdre des points. Attendez, je ne comprends pas. Vous avez quarante ans. Pourquoi lui laissez encore de l’influence sur vous ? » surtout après ce qu’il lui avait raconté au sujet de l’enterrement. « -ne me dites pas que c’est une histoire d’être le premier né. C’est de la connerie ça. » il était un être humain, pas une ex croissance de son père. Elle bougea la tête de gauche à droite. La famille c’était vraiment de la merde… « -vous n’avez pas envie de lui dire d’aller se faire voir ? »
Manhattan Redlish
Messages : 2232
Date d'inscription : 26/04/2018
Crédits : Icon : Tumblr

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Homme
flower
Manhattan Redlish
Sam 2 Juil - 16:07
6pyh.gif
David A. McArthur
J'ai 36 ans et je vis à Manhattan, . Dans la vie, je suis avocat en droit des affaires et je m'en sors parfaitement bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.



David a grandi dans les beaux quartiers de New York, ainsi que dans l’ombre de son père, un brillant avocat d’affaires dont le nom lui ouvrit immédiatement les portes d’Harvard. Après deux ans au bureau du Procureur de New York Sud, il décida d’emprunter le même chemin que son paternel en rejoignant Donnelly & Associés. Un prestigieux cabinet d’avocats d’affaires disposant d’une vue à 360° sur la Big Apple. Depuis dix ans au sein de ce cabinet, et actuel associé, il a su se façonner une image de véritable salopard, dénué d’humanité et d’empathie à l’égard de ses clients ou encore des victimes, qui ne vit que pour gagner et pour l’argent. Ce qui est vrai. Les émotions sont, pour lui, une faiblesse. Une manière comme une autre d’atteindre son ennemi. En être dépourvu, lui assure une certaine protection à l’égard de ses confrères mal attentionnés.
Toutefois, il n’a pas toujours été que ça…


Renaissance [David/Mackenzie]  - Page 3 T3ss

Renaissance [David/Mackenzie]  - Page 3 G3p6

Renaissance [David/Mackenzie]  - Page 3 Gle2

crédit : :copyright: moi-même / Tumblr


Le rituel matinale qui rythmait la journée de David lui avait permis de surmonter bien des difficultés. Ce fut pour cela qu’il proposa à Mac de l’accompagner. Si ça l’avait aidé lui, peut-être qu’il en serait de même pour elle. Toutefois, et sans grand étonnement de la part de l’avocat, la jeune femme déclina l’invitation. Après tout, elle avait raison. C’était son moment de solitude à lui et qui lui était nécessaire de surcroît. Un petit rire face à la seconde précision de cette dernière « Je comprends. Je pourrais vous initier à la méditation si vous le souhaitez. Ça m’a beaucoup aidé pour retrouver le sommeil ». C’était une idée comme une autre. Peut-être qu’elle n’aimerait pas non plus. Quand ils en vinrent à évoquer Donna, la jeune femme se montra pour le moins évasive, mais David ne chercha pas à en savoir davantage, prenant sa réponse pour argent comptant, et retourna à son travail pendant que Mac retrouva la chaleur de ses draps. Tellement imprégné par son travail qu’il ne remarqua pas la jeune femme arriver dans la pièce principale, sursautant presque en entendant sa voix « J’étais trop concentré apparemment » en lui souriant avec un certain amusement.

Lorsqu’elle posa la question sur son père, David se leva pour se servir un café. Quelques années auparavant, ça aurait été sûrement un verre de scotch, mais tout ça était derrière lui. Néanmoins, il ne s’était pas attendu à ce que Mac ne tente de mettre son veto « Oui et alors ?! » demanda-t-il avec un sourire en coin, ne sachant pas vraiment où elle voulait en venir « Je vais manger, n’ayez crainte » et posa son dos contre le comptoir, se décidant à lui répondre, et par conséquent, à se livrer sur son père. Cet homme qui était apprécié et respecté dans son milieu, mais qui pouvait être un homme horrible en dehors des tribunaux. Malheureusement, David en avait fait les frais à plusieurs reprises. La conclusion de Mac fut sans appel, et il baissa les yeux, non sans réprimer un petit sourire « C’est la conclusion de bien des personnes » et lui demanda ce qu’elle préparait. David pencha la tête et rétorqua « Merci, je m’en étais rendu compte. Je parlais de l’objet même de cette préparation » avec amusement. Il prit une gorgée de café, l’observant préparer le dîner avant de relever ses yeux sur elle « Parce que j’étais jeune et que mon père était la quintessence de la réussite ». Comme tout gamin, il considérait que ce dernier détenait la vérité. Un hochement de tête à sa question « Oui. À la hauteur de ses exigences » et reprit une gorgée de café et ajouta « Vous me trouvez brillant ?! » avant de reprendre avec un peu plus de sérieux « Je n'ai pas autant d’ambition que lui et j’ai mis mon poing dans la gueule de son ami. Il remarque qu’avec le temps, je m’émancipe de lui et de son opinion », et ça semblait déranger son père de ne plus être un modèle à suivre pour son fils ainé.

Il poussa un soupir et rétorqua « Je tiens à préciser que je n’ai pas encore quarante ans, alors je vous prierai de ne pas me vieillir s’il vous plaît » en lui souriant et ajouta « Parce que… ça reste mon père » en haussant les épaules et ajouta « Oh ! Et vous n’y êtes pour rien. De toute manière, quoi que je fasse, il ne sera jamais fier de moi. Alors entrer dans mon bureau ainsi ne m’a pas fait perdre de point, comme vous dites » en lui souriant, se voulant rassurant. Un petit rire suivit « Si. Souvent. J’envie mon frère de l’avoir fait il y a quelques années. Et un jour, je sais que ça viendra. Que je finirais par le lui dire, mais pour le moment, je me contente de notre relation telle qu’elle est. J’ai assez perdu de membres de ma famille ces dernières années ». Une gorgée de café et ajouta « Finalement, nous ne sommes pas si différents l’un de l’autre. Le mien n’est peut-être pas en prison, mais il ne vaut pas mieux pour autant ».


Charly
Messages : 2153
Date d'inscription : 24/04/2018
Région : Haut de France
Crédits : Bones_Obsessor

Univers fétiche : City, HP
Préférence de jeu : Femme
flower
Charly
Sam 2 Juil - 21:38
6pyh.gif
Mackenzie Foster
J'ai 34 ans et je vis àNew York. Dans la vie, je suis Chef d'un restaurant et je m'en sors au jour le jour. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.



Riche héritière d'un complexe hôtelier, Mac s'est vue propulsée à la tête de cet empire sans le vouloir. Un joli paquet comprenant les hôtels et les emmerdes qui allaient avec. Elle ignorait tout des magouilles de ses parents, et aujourd'hui elle a tout perdu. Pour elle, le seul responsable: David McArthur, un connard d'avocat. Aujourd'hui, elle vis dans sa voiture, et tente de survivre avec le peu d'argent qu'elle gagne avec son job à mis temps dans un resto pourri. Elle est son truc c'est la cuisine! La vraie cuisine! Elle a un talent pour ça. Mais pour le moment, elle est bien loin de pouvoir monter son affaire.

Renaissance [David/Mackenzie]  - Page 3 3f130248ab28e51d945a697cd23e3a6dd3e72a2d
Renaissance [David/Mackenzie]  - Page 3 Fd93c248a2440b30fd85cce1e5bffccfb2b126ac
crédit : :copyright: Bait n Hook / Tumblr

« -heu… vous faites de la méditation ? » le son laissait comprendre qu’elle n’y croyait pas, et qu’elle se foutait légèrement de lui. « -je crois que j’ai besoin d’un truc qui extériorise. Mais hum… je veux bien essayer la méditation si vous avez encore un peu de patience pour moi. » après tout pourquoi pas ! Elle était vraiment décidée à faire des efforts et lui prouver que cette fois ci c’était la bonne. Alors méditation course à pieds ou autre. Tout était bon à tester.

Lorsqu’elle réapparu pour s’occuper du dîner, elle se décida à faire de l’humour : « -j’ai été ninja dans une autre vie. » avec un petit clin d’oeil, avant de continuer ce qu’elle faisait. Il n’était pas obligé de répondre à sa question. « -alors je trouve que vous en buvez beaucoup. » elle pouvait parlé ! Surtout que de son côté ça n’était pas du café. « -faites ce que vous voulez. » elle capitula directement, pas la moindre envie de se prendre la tête. « -donc c’est la vérité vu que je ne suis pas seule à dire cela. » généralement lorsque plusieurs personnes avaient ce genre de mot à la bouche pour qualifier quelqu’un, c’était assez rare que l’opinion soit fausse. « -des crudités et un peu de jambon. Sauf si vous voulez quelques chose de plus consistant ? » elle n’avait pas vraiment faim.

Mac n’avait pas l’intention de porter de jugement sur le comportement de David face à son père. Elle voulait seulement comprendre et surtout comprendre pourquoi est ce qu’il se laissait encore faire après tant d’année. Elle leva pourtant les yeux au ciel. « -les exigences parentales. Une belle merde qui mets la pression et pourris la vie de A à Z. Ils ne s’en rendent même pas compte parfois ! Et sa cachent derrière des : c’était pour ton bien, je voulais ce qu’il y avait de mieux pour toi. Et oui, je vous trouve brillant dans votre domaine. Comment voulez vous qu’on s’en sorte avec le sourire et en sifflotant ! » elle s’énervait toute seule face au sujet. « -plutôt pas mal oui… pour un début. » avoua la jeune femme en hochant la tête.

« -je savais que vous alliez tiquer. »
elle était contente d’elle en plus ! « -non, non, pas d’accord. » mauvaise réponse. Il ne pouvait pas dire ça. « -vous ne pouvez et ne devez pas avoir à subir cela. Dites lui d’aller se faire foutre. Paternel ou pas. » si elle avait ses parents en face d’elle, elle savait parfaitement qu’elle ne se priverait pas. « -David ! Non ! » grimaça Mac. « -comment pouvez vous… ne remplacez pas votre femme et votre fille que aimiez de toute votre âme, par… ça. Famille… Je suis désolée mais ce mot ne donne pas tout les droits. Surtout pas celui de faire souffrir les autres membres. » elle posa son couteau en disant cela, avant de retourner vers le frigo pour faire une petite sauce rapidement. « -non, moi mon père je me suis toujours pas trop mal entendu avec. C’est ma mère qui a un problème. Mais oui, au jour d’aujourd’hui, je… je crois que je ne me considère plus de cette famille. » elle était toute seule mais c’était un mal pour un bien finalement. Elle laissa passer un petit silence et reprit pour changer de sujet : « -au fait j’ai validé le menu pour le restaurant. Et j’ai passé plusieurs annonces. J’ai quelques candidats mais je voulais voir avec vous vos disponibilité afin que nous puissions être ensemble lors des entretiens. »
Manhattan Redlish
Messages : 2232
Date d'inscription : 26/04/2018
Crédits : Icon : Tumblr

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Homme
flower
Manhattan Redlish
Sam 2 Juil - 22:03
6pyh.gif
David A. McArthur
J'ai 36 ans et je vis à Manhattan, . Dans la vie, je suis avocat en droit des affaires et je m'en sors parfaitement bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.



David a grandi dans les beaux quartiers de New York, ainsi que dans l’ombre de son père, un brillant avocat d’affaires dont le nom lui ouvrit immédiatement les portes d’Harvard. Après deux ans au bureau du Procureur de New York Sud, il décida d’emprunter le même chemin que son paternel en rejoignant Donnelly & Associés. Un prestigieux cabinet d’avocats d’affaires disposant d’une vue à 360° sur la Big Apple. Depuis dix ans au sein de ce cabinet, et actuel associé, il a su se façonner une image de véritable salopard, dénué d’humanité et d’empathie à l’égard de ses clients ou encore des victimes, qui ne vit que pour gagner et pour l’argent. Ce qui est vrai. Les émotions sont, pour lui, une faiblesse. Une manière comme une autre d’atteindre son ennemi. En être dépourvu, lui assure une certaine protection à l’égard de ses confrères mal attentionnés.
Toutefois, il n’a pas toujours été que ça…


Renaissance [David/Mackenzie]  - Page 3 T3ss

Renaissance [David/Mackenzie]  - Page 3 G3p6

Renaissance [David/Mackenzie]  - Page 3 Gle2

crédit : :copyright: moi-même / Tumblr


Il semblerait que l’idée même d’imaginer David en pleine méditation paraissait saugrenue pour la jeune femme. À tel point que cette dernière en vint même à se moquer gentiment de lui. Inévitablement, David pencha la tête sur le côté avant de la redresser et de répondre avec assurance « Oui, je médite régulièrement depuis environ cinq ans ». La méditation lui avait permis de retrouver le sommeil et des nuits plus paisibles. La disparition de sa famille, le procès Foster… Tout cela avait eu raison du sommeil de David pendant presque un an. Ce fut Donna qui l’initia à la méditation, et qui lui avait permis de retrouver les bras de Morphée peu à peu. Un sourire et il rétorqua « Je crois qu’il m’en reste encore une pincée » tout en laissant un bref espace entre son index et son pouce pour imager son propos. En tout cas, elle n’avait pas besoin de méditation pour parvenir à dormir. Cette dernière ne fit son retour qu’après deux bonnes heures, ce qui permis à David d’avancer dans ses dossiers en retard. Un sourire amusé à sa remarque et rétorqua « Tout s’explique » et se leva pour se servir un café. Il haussa les sourcils alors que cette dernière le reprenait sur sa consommation, jugée excessive, de caféine « Exactement ! » non sans un sourire et porta sa tasse à ses lèvres pour confirmer. Valait mieux qu’il fasse des excès de café qu’autre chose.

Lorsque le sujet dévia sur son père, l’avocat aurait souhaité boire autre chose que le liquide brun fumant qui dansait dans sa tasse. Mac fut intransigeante pour décrire son père, et elle n’était pas la seule à le définir de la sorte. Lui-même y avait déjà pensé à maintes reprises « Il faut croire que la vérité sort de la bouche du plus grand nombre ». De toute manière, il semblait faire en sorte que tout le monde le déteste. Il changea brièvement de sujet pour lui demander le contenu du dîner et acquiesça « Non. Cela me convient parfaitement ». Il n’était pas difficile, et n’avait pas grand appétit non plus en ce qui le concernait. Inéluctablement, le sujet revint de nouveau sur son paternel et les exigences qu’il nourrissait à son égard et que David ne parvenait pas à combler « Je vous remercie » précisa-t-il avec un sourire et ajouta « Je n’ai pas le droit à ce genre d’argument pour ma part. Il ne se cache pas derrière des excuses », et c’était peut-être ce qui était le plus dur à encaisser. Il aurait aimé entendre que c’était pour son bien qu’il avait prit telle ou telle décision, mais ce n’était jamais le cas…

« Vous le saviez, et pourtant vous l’avez dit quand même ? » alors qu’il souriait de nouveau, et cela, même si la conversation n’était pas des plus plaisante. Il baissa un bref moment son regard sur le liquide brun et rétorqua, en relevant ses yeux sur elle « C’est difficile… Finalement, peut-être a-t-il raison. Je ne suis qu’un lâche ». Ou peut-être qu’il ne souhaitait pas perdre la dernière famille qui lui restait. Un argument qui ne fut pas au goût de Mac qui n’hésita pas à le lui faire comprendre « C’est grâce à lui que j’en suis là malgré tout… ». Il lui devait son nom, ses études et ce cabinet. Finalement, ils n’étaient pas si différents, Mac et lui. Tous les deux avaient grandis dans des familles compliquées « Je n’en ai plus vraiment l’impression non plus » lui confia-t-il. Un bref silence qui permit à David de terminer son café tout en repensant à son père, à ce jour où il avait bien failli le frapper… Puis la voix de Mac l’extirpa de ses pensées « Vous… Attendez, vous avez fait tout ça quand ? ». Il avait raté un épisode. Toutefois, ça lui prouvait qu’elle avait réellement décidée de s’investir dans le projet et de ne plus fuir « Vous savez, ça m’a étonné de ne pas vous voir détaller comme un lapin après notre conflit de ce matin, sans parler du dégât des eaux. Qu’est-ce qui a fait que vous êtes restée ? ». Oui, il était intrigué.



Charly
Messages : 2153
Date d'inscription : 24/04/2018
Région : Haut de France
Crédits : Bones_Obsessor

Univers fétiche : City, HP
Préférence de jeu : Femme
flower
Charly
Dim 3 Juil - 14:38
6pyh.gif
Mackenzie Foster
J'ai 34 ans et je vis àNew York. Dans la vie, je suis Chef d'un restaurant et je m'en sors au jour le jour. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.



Riche héritière d'un complexe hôtelier, Mac s'est vue propulsée à la tête de cet empire sans le vouloir. Un joli paquet comprenant les hôtels et les emmerdes qui allaient avec. Elle ignorait tout des magouilles de ses parents, et aujourd'hui elle a tout perdu. Pour elle, le seul responsable: David McArthur, un connard d'avocat. Aujourd'hui, elle vis dans sa voiture, et tente de survivre avec le peu d'argent qu'elle gagne avec son job à mis temps dans un resto pourri. Elle est son truc c'est la cuisine! La vraie cuisine! Elle a un talent pour ça. Mais pour le moment, elle est bien loin de pouvoir monter son affaire.

Renaissance [David/Mackenzie]  - Page 3 3f130248ab28e51d945a697cd23e3a6dd3e72a2d
Renaissance [David/Mackenzie]  - Page 3 Fd93c248a2440b30fd85cce1e5bffccfb2b126ac
crédit : :copyright: Bait n Hook / Tumblr

« -sérieusement ? » insista Mac avec un sourire surpris au coin des lèvres. Mais finalement en se posant trois secondes sur ce qu’il venait de dire, elle réalisa que oui, finalement il était assez fort dans le domaine de gestion d’émotions. Et il savait garder son calme la plus part du temps. Elle accepta alors de faire un test pour la méditation et lui adressa un sourire tendre quand il évoqua la quantité de patience qu’il pouvait lui rester.

A son retour, elle ne put s’empêcher de faire une petite réflexion sur le café, mais finit par laisser tomber bien vite. Ils en vinrent à parler du père de David, de son comportement, de leur relation et cela créa une sorte de sentiment de révolte chez Mac. « -comme si c’était un secret que j’adore vous faire chier. » bien sur qu’elle savait qu’il n’aimait pas qu’elle dise qu’il était vieux. Ça n’était pas la première fois. Ça la faisait marrer à chaque fois. Lorsqu’il se traita de lâche, elle se mis à rire. « -oh non ! Si c’est ce qu’il pense, il se mets le doigt dans l’œil jusqu’au coude ! » elle se lécha rapidement le bout du doigt. « -vous n’avez rien d’un lâche et croyez moi c’est mon domaine. » elle se pointa des deux pouces. Oui, c’était elle qui prenait la fuite au moindre obstacle. Lui il était toujours debout malgré ce que la vie lui avait mit dans la tronche. Fidèle à lui même. Alors non, il ne rentrait pas dans la case lâche. « -oui ba voilà. Votre problème c’est pas d’être lâche. Vous êtes prisonnier. Prisonnier de votre respect. Parce que d’après vous c’est grâce à lui que vous êtes devenu quelqu’un. » Puis elle évoqua sa propre famille, et enfin en vain à lui expliquer le menu, les candidatures… « -cette après midi. Après notre… enfin en revenant ici. » pas la peine d’en reparler. Elle glissa une mèche de ses cheveux derrière son oreille alors qu’elle venait de terminé de sa laver les mains.

« -oui ba vous m’avez piqué le rôle alors... » commença Mac en haussant les épaules. Elle n’allait pas faire la course avec lui pour savoir qui allait sortir en colère le plus vite possible. Rien que l’image la fit sourire. Ridicule ! « -ce qui m’a fait rester... » elle médita la question et se décida. « -mes sentiments pour vous David. » elle tenta de rester sérieuse. Histoire de voir sa réaction. Histoire de rire un peu. « -je ne peux plus me taire… vous hantez mes nuits, éclairez mes jours… sans vous je ne suis rien. » bon d’accord, elle y mettait un peu trop de mélodrame. Forcement il n’allait pas la croire bien longtemps. Elle finit par éclater de rire. « -je suis rester parce que je veux vous prouver que vous avez raison. Que je peux devenir celle que vous voyez en moi et qui m’échappe encore. Je ne veux plus survivre. Je veux vivre. Vraiment... »
Manhattan Redlish
Messages : 2232
Date d'inscription : 26/04/2018
Crédits : Icon : Tumblr

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Homme
flower
Manhattan Redlish
Dim 3 Juil - 14:59
6pyh.gif
David A. McArthur
J'ai 36 ans et je vis à Manhattan, . Dans la vie, je suis avocat en droit des affaires et je m'en sors parfaitement bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.



David a grandi dans les beaux quartiers de New York, ainsi que dans l’ombre de son père, un brillant avocat d’affaires dont le nom lui ouvrit immédiatement les portes d’Harvard. Après deux ans au bureau du Procureur de New York Sud, il décida d’emprunter le même chemin que son paternel en rejoignant Donnelly & Associés. Un prestigieux cabinet d’avocats d’affaires disposant d’une vue à 360° sur la Big Apple. Depuis dix ans au sein de ce cabinet, et actuel associé, il a su se façonner une image de véritable salopard, dénué d’humanité et d’empathie à l’égard de ses clients ou encore des victimes, qui ne vit que pour gagner et pour l’argent. Ce qui est vrai. Les émotions sont, pour lui, une faiblesse. Une manière comme une autre d’atteindre son ennemi. En être dépourvu, lui assure une certaine protection à l’égard de ses confrères mal attentionnés.
Toutefois, il n’a pas toujours été que ça…


Renaissance [David/Mackenzie]  - Page 3 T3ss

Renaissance [David/Mackenzie]  - Page 3 G3p6

Renaissance [David/Mackenzie]  - Page 3 Gle2

crédit : :copyright: moi-même / Tumblr


Comme s’il avait quarante ans… Il en était encore loin, et il tenait à ses quelques années qui le séparait de la crise semblablement inéluctable d’après son père « Vous pourriez avoir pitié de moi tout de même. Je n’ai pas eu une journée facile » rétorqua-t-il, souhaitant faussement se faire plaindre pour la matinée compliquée qu’il venait de vivre, et cela, même s’il avait connu bien pire que des remontrances de la part de son père et une dispute avec les deux femmes de sa vie. Cette petite pointe de légèreté ne fut que passagère et ils revinrent à parler de nouveau de son père. Un père duquel il ne parvenait pas à s’émanciper. Il ne parvenait pas à l’envoyer paître. Ce fut pour cela qu’il se considéra comme lâche. Un avis qui ne fut pas partagé par Mac, et l’observa un instant alors qu’elle se désigna en tant que tel, « Vous n’êtes pas lâche. Vous revenez à chaque fois de vos petites escapades nocturnes » en esquissant un sourire en coin. À lui de se moquer un peu. De nouveau, son regard fixa la jeune femme et acquiesça « Oui, et je me sens redevable de cela. En tout cas, jusqu’au jour où je comprendrais que finalement, il n’a pas eu vraiment d’impact dans ma vie ». Mais pour le moment, c’était une pensée qu’il avait encore quelques difficultés à assumer réellement.

En tout cas, David fut étonné de voir que la jeune femme avait pris le temps de contacter des employés pour leur faire passer un entretien, et d’arrêter la carte pour son ouverture. Il afficha une petite moue quand elle passa sous son silence sa petite crise, et précisa « Notre dispute ». Un petit rire suivit « J’ai préféré partir que de me montrer encore plus blessant avec vous et Donna. Une partie de moi avait conscience que vous n’y étais pour pas grand-chose dans toute cette histoire », et que l’unique responsable de sa colère était son père. Toutefois, il s’interrogeait sur les raisons qui l’avait poussé à rester. Un haussement de sourcils quand elle évoqua des probables sentiments pour lui, puis fronça les sourcils, soufflant un « Mac » et se mit à pencher la tête de côté alors qu’il voyait bien qu’elle se moquait de lui, et décida de lui rendre la pareille, restant impassible devant son éclat de rire et s’approcha d’elle, jusqu’à presque sentir son souffle sur sa peau, et glissa une mèche de cheveux derrière l’oreille de Mac « Vous n’éprouvez donc aucun sentiment pour moi Mac ? Parce que… » et déglutit avec difficulté « En ce qui me concerne, c’est un peu différent » et ancra son regard dans le sien, et posa sa main sur sa joue, la caressant avec douceur « Vous me donnez envie de vivre vous aussi » et s’approcha, prêt à l’embrasser, avant de sourire, s’arrêtant à quelques centimètres, à peine, des lèvres de la jeune femme « Il n’y a pas que vous qui avez le droit de vous foutre de moi » et se mit à rire tout en se reculant « Respirez Mac, tout va bien » et se concentra sur le dîner « C’est prêt ? » avant de sortir les assiettes et ajouta « Je suis content… Que vous soyez prête à vous investir dans ce projet. Ça compte vraiment beaucoup pour moi » et lui sourit avec douceur, et commença à mettre la table « Bon, parlez-moi un peu plus de ce menu ».


Charly
Messages : 2153
Date d'inscription : 24/04/2018
Région : Haut de France
Crédits : Bones_Obsessor

Univers fétiche : City, HP
Préférence de jeu : Femme
flower
Charly
Dim 3 Juil - 15:46
6pyh.gif
Mackenzie Foster
J'ai 34 ans et je vis àNew York. Dans la vie, je suis Chef d'un restaurant et je m'en sors au jour le jour. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.



Riche héritière d'un complexe hôtelier, Mac s'est vue propulsée à la tête de cet empire sans le vouloir. Un joli paquet comprenant les hôtels et les emmerdes qui allaient avec. Elle ignorait tout des magouilles de ses parents, et aujourd'hui elle a tout perdu. Pour elle, le seul responsable: David McArthur, un connard d'avocat. Aujourd'hui, elle vis dans sa voiture, et tente de survivre avec le peu d'argent qu'elle gagne avec son job à mis temps dans un resto pourri. Elle est son truc c'est la cuisine! La vraie cuisine! Elle a un talent pour ça. Mais pour le moment, elle est bien loin de pouvoir monter son affaire.

Renaissance [David/Mackenzie]  - Page 3 3f130248ab28e51d945a697cd23e3a6dd3e72a2d
Renaissance [David/Mackenzie]  - Page 3 Fd93c248a2440b30fd85cce1e5bffccfb2b126ac
crédit : :copyright: Bait n Hook / Tumblr

« -ouais notre dispute... » il avait raison autant dire le mot. Mais elle haussa les sourcils étonnée de la suite. « -pas pour grand-chose ? Vous l’avez dit vous même, si ça avait été un client ? Je dois revoir mes bonnes manières. Et pas que lorsque je vais vous voir au bureau. Non, pour tout. Au resto il va bien falloir que je me comporte en adulte et plus en ado attardée. » finalement cette prise de tête du matin lui avait fait du bien. Cela lui avait fait prendre conscience qu’elle devait fournir des efforts. De vrai efforts. Que le changement n’allait pas se faire tout seul en un claquement de doigt. Elle devait s’investir, se prendre en charge et faire ses preuves.

Mais la jeune femme décida qu’il était temps de rire, et elle continua son jeu d’actrice en posant sa main sur les lèvres de David l’espace de quelques secondes : « -chut… en dites rien... » tout en laissant glisser sa main. Mais comment souvent, elle ne fut pas capable de tenir le rôle bien longtemps sans éclater de rire. Lorsqu’il passa une mèche de ses cheveux derrière son oreille, elle se dit qu’ils étaient un peu trop proche. « -mais oui c’est ça... » commença la jolie brune en penchant elle aussi la tête sur le côté, n’en croyant pas un mot. Mais elle se figea tout de même, en proie un léger doute d’un coup. Il allait vraiment l’embrasser ? Lorsqu’elle l’entendit rire, elle sourit. Elle aimait vraiment de plus en plus l’entendre rire. Finalement ce qu’il venait dire, sur l’envie qu’elle lui donnait, elle le prenait pour vérité. Pas pour une histoire de sentiments. Mais c’était une petite victoire de se dire que grâce à sa présence, David était de plus en plus souvent le type sympa et non le connard. « -comme si j’y avais cru ! » fanfaronna la jeune femme avant d’avouer : « -bon d’accord j’ai eu peur quelque secondes. » peur n’était peut être pas le meilleur terme. « -et oui, c’est prêt. » il était content ? « -de vous payez ma tête ? » s’amusa la jeune femme souriante. « -ok alors... » commença Mac pour ne finir de parler que deux heures plus tard, après avoir échangé sur bien des points et bien des idées.

Les entretiens s’étaient bien déroulés et Mac pensait avoir trouvé l’équipe qu’il lui fallait pour mener à bien le projet. Elle s’était entourée d’hommes. Parce qu’elle avait toujours été plus à l’aise avec eux qu’avec les femmes. Des hommes d’expériences, mariés, père de famille. Ça c’était surtout pour ne pas se laisser tenter elle. L’ouverture était pour ce soir. Elle se sentait sereine et détendue en sortant de la réunion des alcoolique anonyme. Elle avait décidé de suivre le conseil du médecin et de voir ce que cela pouvait lui apporter. David n’était pas au courant. C’était son petit secret à elle. La veille elle avait passé la nuit chez un homme. Elle avait fait ça dans les règles prévenant David. Une super nuit ! Peut être parce qu’elle n’avait rien bu ? Enfin ça ne l’avait pas empêché de partir comme une voleuse au petit matin. Bref… elle était dans de bonnes conditions mentale pour lancer le restaurant. Techniquement tout devait bien se dérouler. Et pourtant une grosse boule d’angoisse s’était formée dans son ventre alors que l’heure fatidique approchait. En voyant enfin David arriver, elle s’accapara et lui dit : « -faites votre truc là ! Le truc de la méditation ! Je stress et je dois pas et j’angoisse et je veux pas... » elle avait prit les mains de l’avocat et les avaient posé sur ses tempes. Il avait fait ça plusieurs fois lors de séances de méditation qu’ils avaient fait ensemble. Ça avait eut un effet de fou sur elle !
Manhattan Redlish
Messages : 2232
Date d'inscription : 26/04/2018
Crédits : Icon : Tumblr

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Homme
flower
Manhattan Redlish
Dim 3 Juil - 16:40
6pyh.gif
David A. McArthur
J'ai 36 ans et je vis à Manhattan, . Dans la vie, je suis avocat en droit des affaires et je m'en sors parfaitement bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.



David a grandi dans les beaux quartiers de New York, ainsi que dans l’ombre de son père, un brillant avocat d’affaires dont le nom lui ouvrit immédiatement les portes d’Harvard. Après deux ans au bureau du Procureur de New York Sud, il décida d’emprunter le même chemin que son paternel en rejoignant Donnelly & Associés. Un prestigieux cabinet d’avocats d’affaires disposant d’une vue à 360° sur la Big Apple. Depuis dix ans au sein de ce cabinet, et actuel associé, il a su se façonner une image de véritable salopard, dénué d’humanité et d’empathie à l’égard de ses clients ou encore des victimes, qui ne vit que pour gagner et pour l’argent. Ce qui est vrai. Les émotions sont, pour lui, une faiblesse. Une manière comme une autre d’atteindre son ennemi. En être dépourvu, lui assure une certaine protection à l’égard de ses confrères mal attentionnés.
Toutefois, il n’a pas toujours été que ça…


Renaissance [David/Mackenzie]  - Page 3 T3ss

Renaissance [David/Mackenzie]  - Page 3 G3p6

Renaissance [David/Mackenzie]  - Page 3 Gle2

crédit : :copyright: moi-même / Tumblr


Bon… Peut-être qu’elle avait probablement raison en remettant les faits dans leur contexte. Elle n’aurait pas dû pénétrer de la sorte dans son bureau, surtout qu’il aurait pu être en rendez-vous client. Toutefois, en l’entendant, David avait l’impression que la jeune femme ne commettrait pas deux fois la même erreur « Oui, il serait plus convenable d’agir en adulte responsable au restaurant », parce que la réputation de l’établissement risquait sinon d’en prendre un coup. Et ce n’était pas l’objectif recherché. Puis, voilà que la jeune femme décidait de se jouer de lui en lui faisant croire que ce qui l’avait retenu, c’étaient ses sentiments pour lui. David se rendit rapidement compte de la plaisanterie, malgré sa main sur ses lèvres qu’elle retira peu de temps après lui avoir demandé de garder le silence. Donc, pour se venger de sa petite plaisanterie, David décida de lui faire croire, qu’en ce qui le concernait, ce n’était pas platonique entre eux deux. Il glissa alors une mèche de cheveux derrière son oreille, puis posa sa main sur sa joue et s’avança dangereusement du visage de la jeune femme « Je vous l’assure » souffla-t-il et s’arrêta à quelques centimètres à peine des lèvres de Mac, se mettant à rire de bon cœur à son tour. Cela faisait bien longtemps qu’il n’avait pas rit de la sorte, et ça lui faisait du bien.

« Oh que si ! Vous auriez dû voir votre tête ! » rétorqua-t-il avec assurance. Bien sûr qu’elle avait eu un doute le temps d’une fraction de seconde. Un haussement de sourcil et rétorqua « Vous avez eu peur ? Pourtant, j’ai la réputation d’être un bon parti » précisa-t-il en lui rappelant tout de même qu’elle pouvait trouver bien pire que l’avocat qui se trouvait devant elle en cet instant. Un hochement de tête quand elle lui précisa que le dîner était prêt. Puis précisa qu’il était content et se mit à sourire à ce qu’elle précisa « Non, de votre investissement » répéta-t-il avant de lui demander de lui en dire davantage sur cette carte, discutant ainsi pendant presque deux heures.

Sans grand étonnement, la veille de l’ouverture du restaurant, la jeune femme avait découché pour passer la nuit avec un énième inconnu. Une manière comme une autre de se détendre avant l’ouverture du restaurant. En ce qui le concernait, il avait trouvé refuge dans son travail, et bien davantage lorsqu’Edward était venu chercher Donna au bureau. Il entendait encore ces mots résonner « Je vais la présenter à mes parents ce soir ». Leur relation prenait un nouveau tournant, et David avait éprouvé une sensation étrange au fond du cœur et de l’estomac. Quelque chose de pesant et de peu agréable. Il était rentré tard la nuit, puis avait rejoint les bras de Morphée. Au petit matin, inauguration ou non, il avait mené à bien son rituel matinal, puis avait aidé Mac à tout mettre en ordre au restaurant avec les autres employés qu’elle avait recruté. Un sourire en l’entendant « Eh ! Tout ira bien Mac », puis posa ses mains sur ses tempes et l’aida à se détendre. Quelques minutes durant lesquelles ils s’enfermèrent dans une bulle hermétique au monde extérieur, et David retira ses mains avec lenteur « Regardez-moi. Tout va se dérouler à merveilles. Je suis là » et lui sourit, puis déposa un baiser sur sa joue « C’est un porte-bonheur » avant caresser sa joue du dos de la main « Allez vous rendre en cuisine, je m’occupe des convives » et se rendit dans la salle principale, accueillant les premiers proches, espérant que Zack et Diana seraient de la partie, et surtout, que Mac ne lui en voudrait pas de les avoir conviés à son insu. Sans grand étonnement, ce fut Donna et son compagnon qui arrivèrent en premier. Il serra la jolie rousse dans ses bras et serra la main d’Edward, puis ce fut au tour d’Henri d’arriver, et ses mais de Boston. Peu à peu, la salle du restaurant se remplissait et un certain brouhaha enveloppa la salle de restaurant.


Charly
Messages : 2153
Date d'inscription : 24/04/2018
Région : Haut de France
Crédits : Bones_Obsessor

Univers fétiche : City, HP
Préférence de jeu : Femme
flower
Charly
Dim 3 Juil - 18:00
6pyh.gif
Mackenzie Foster
J'ai 34 ans et je vis àNew York. Dans la vie, je suis Chef d'un restaurant et je m'en sors au jour le jour. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.



Riche héritière d'un complexe hôtelier, Mac s'est vue propulsée à la tête de cet empire sans le vouloir. Un joli paquet comprenant les hôtels et les emmerdes qui allaient avec. Elle ignorait tout des magouilles de ses parents, et aujourd'hui elle a tout perdu. Pour elle, le seul responsable: David McArthur, un connard d'avocat. Aujourd'hui, elle vis dans sa voiture, et tente de survivre avec le peu d'argent qu'elle gagne avec son job à mis temps dans un resto pourri. Elle est son truc c'est la cuisine! La vraie cuisine! Elle a un talent pour ça. Mais pour le moment, elle est bien loin de pouvoir monter son affaire.

Renaissance [David/Mackenzie]  - Page 3 3f130248ab28e51d945a697cd23e3a6dd3e72a2d
Renaissance [David/Mackenzie]  - Page 3 Fd93c248a2440b30fd85cce1e5bffccfb2b126ac
crédit : :copyright: Bait n Hook / Tumblr

« -oui oui d’accord ! » autant l’avouer, elle avait cru à son baratin l’espace d’un instant. Enfin cela avait fait naître un petit doute. Mais heureusement il se foutait de sa gueule. « -non pas peur pour ça ! C’est certain que vous avez un tas de qualités. Un tas de défauts également d’ailleurs. Mais ce n’est pas ça qui me fait peur. » elle comprit bien vite qu’elle devait être plus clair. « -je ne veux pas de ce genre de sentiments entre nous là tout de suite. Parce que j’ai déjà une tonne de chose à mettre en place, beaucoup à faire pour travailler sur moi et je pense que… que des sentiments non partagés seraient mal venu pour notre entente. Qu’ils viennent de moi ou de vous. » ça semblait assez fou de penser dans ce sens. Mais ils n’étaient pas à l’abri d’un… hic ? Après tout la veille au soir, elle avait bien eut envie de l’embrasser ! Enfin, toutes ces bêtises leur avaient permis de rire à nouveau ensemble. C’était une bonne chose.

Finalement le mois suivant avait passé à une vitesse folle. Mac avait peu à peu trouver ses marques, avait mis en place une ligne de conduite et des rituels. Elle n’avait pas adopté la course à pieds. Non, elle allait au stand de tir. Même si elle n’en avait rien dit à David. Il en était de même pour les AA. C’était ses secrets et puisqu’ils lui permettait de garder la tête hors de l’eau, tout allait bien ! En sortant de sa réunion elle s’était trouvée détendue, mais plus l’heure arrivait, plus la pression montait. Alors forcement, elle était allée chercher de l’aide au près de David. Méditation. Elle avait tendance à sourire débilement à chaque fois qu’elle disait ce mot tant elle rit la première fois qu’ils en avaient fait. Mais là tout de suite, il n’y avait rien de drôle. Elle avait besoin de ses bonnes ondes, de son énergie positive pour se détendre et gagner en confiance. « -tout ira bien… tout ira bien... » elle se répéta cette phrase plusieurs fois avant d’ouvrir les yeux pour regarder l’avocat. « -j’espère pour vous qu’il marche ! » avait elle lancé en prenant la direction des cuisines.

Alors que David gérait les invités, Mac avait prit la parole face à ses employés. « -ok très bien alors… merci à tous d’être là ce soir, vous avez été super depuis le début de la journée mais le plus dur est là. Là tout de suite. Enfin dans cinq dix minutes. » ils se mirent tous à sourire. « -on est un équipe ok. C’est ça que je veux comme ambiance ici. Une équipe que je dirige, et qui va déchirer ce soir ! Je vous fais confiance. Et je… je voudrais qu’on fasse un truc tous ensemble. Alors vous... » elle fit tournoyer ses mains devant elle et finit par les pauser sur ses hanches. « -alors vous vous mettez comme ça, les jambes légèrement écartées, et heu… vous redressez les épaules et on prends la pause durant une petite minute. » elle releva le menton et ajouta : « -ouais j’ai vu ça dans Grey’s anatomy et j’ai trouvé ça top. » ils se prêtèrent tous au jeu. Puis Mac soupira un grand coupe et frappa dans les mains avant de donner ses ordres. Elle était bien contente d’être planqué en cuisine. Elle dirait bonjour en fin de soirée. Ou pas si jamais c’était un fiasco.
Manhattan Redlish
Messages : 2232
Date d'inscription : 26/04/2018
Crédits : Icon : Tumblr

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Homme
flower
Manhattan Redlish
Dim 3 Juil - 20:53
6pyh.gif
David A. McArthur
J'ai 36 ans et je vis à Manhattan, . Dans la vie, je suis avocat en droit des affaires et je m'en sors parfaitement bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.



David a grandi dans les beaux quartiers de New York, ainsi que dans l’ombre de son père, un brillant avocat d’affaires dont le nom lui ouvrit immédiatement les portes d’Harvard. Après deux ans au bureau du Procureur de New York Sud, il décida d’emprunter le même chemin que son paternel en rejoignant Donnelly & Associés. Un prestigieux cabinet d’avocats d’affaires disposant d’une vue à 360° sur la Big Apple. Depuis dix ans au sein de ce cabinet, et actuel associé, il a su se façonner une image de véritable salopard, dénué d’humanité et d’empathie à l’égard de ses clients ou encore des victimes, qui ne vit que pour gagner et pour l’argent. Ce qui est vrai. Les émotions sont, pour lui, une faiblesse. Une manière comme une autre d’atteindre son ennemi. En être dépourvu, lui assure une certaine protection à l’égard de ses confrères mal attentionnés.
Toutefois, il n’a pas toujours été que ça…


Renaissance [David/Mackenzie]  - Page 3 T3ss

Renaissance [David/Mackenzie]  - Page 3 G3p6

Renaissance [David/Mackenzie]  - Page 3 Gle2

crédit : :copyright: moi-même / Tumblr


Mac avait souhaité jouer, alors l’avocat avait joué, mais pas avec les mêmes règles. De telle sorte que la jeune femme eut un soupçon sur la véracité de son comportement. Était-il sincère ou se moquait-il simplement d’elle ? David avait fini par de lever le voile sur ses doutes en se mettant à rire de bon cœur, appréciant cette complicité et cette légèreté entre eux deux. Néanmoins, il fut curieux de savoir pourquoi elle avait craint qu’il éprouve des sentiments pour elle. Sa réponse le fit sourire alors qu’elle souligna qu’il avait autant de qualités que de défauts, rétorquant « Je ne vous le fait pas dire », puis continua de l’écouter attentivement. Comme tout avocat qui se respecte, il ne put s’empêcher de soulever la tournure de phrase qui portait à confusion « Qu’est-ce que vous voulez dire par « pas de sentiments entre nous là tout de suite » ? Est-ce que vous envisagez de tomber amoureuse de moi ou inversement ? » en la regardant fixement, avec un léger sourire sur les lèvres. David était intrigué par la tournure de la phrase, et d’autant plus après cette envie qu’elle avait eu de l’embrasser la veille au soir.

Durant le mois qui s’était écoulé, David avait noté une évolution chez la jeune femme. Cette dernière semblait mûrir en même temps que le projet du restaurant. Il y avait quelques absences inexpliquées et régulières que l’avocat avait noté, mais il ne s’était pas encore décidé à le lui en parler pour en savoir davantage. Pour le moment, il avait bien trop à gérer entre les derniers préparatifs du restaurant et son propre métier. Le soir même, la jeune femme semblait bien moins détendue soudainement, et tenta de la détendre avec un peu de méditation et des paroles rassurantes, puis déposa un baiser sur sa joue, comme un porte-bonheur, et rétorqua en souriant « Vous verrez par vous-mêmes », et la laissa se rendre en cuisine.

Véritable hôte, David accueillit les convives tour à tour et aida les serveurs à apporter les bras. Quelques conversations par-ci, par-là, récupérant les compliments de ses proches sur la qualité de la cuisine de la cheffe. Sourire aux lèvres, David prenait plaisir à évoluer dans la salle, faisant quelques aller-retour avec les cuisines, puis lorsque le dernier café fut servi, l’avocat se rendit en cuisine et s’approcha de Mac « Vous venez ? » et posa sa main dans son dos, l’entraînant avec lui jusque dans la salle « Henri a dû partir. Il avait un cocktail sur un penthouse de prévu. Il s’en excuse. Toutefois, il a hâte de faire votre connaissance, et cela, très rapidement. Il m’a dit de vous dire que le plat était succulent, et qu’il deviendrait rapidement un habitué, lui et ses amis ». En arrivant dans la salle, les amis se mirent à applaudir la cheffe, et David en fit de même sans la quitter des yeux, et reposa ensuite sa main dans son dos, lui présentant tour à tour les personnes qu’elle ne connaissait pas, puis la dirigea ensuite vers Donna, Edward, Joseph, Maria et Fabien. Il approcha ses lèvres de son oreille en soufflant un « Je vous l’avait dit que ça vous porterait bonheur ». Des mots qui n’échappèrent pas à Edward « Qu’est-ce qui vous a porté bonheur ? » « Mon baiser » avant de se rendre compte que ses mots portaient à confusion, et en voyant la mine surprise de Donna « Sur sa joue. C’est devenu une habitude entre nous ». Le petit-ami de Donna acquiesça tout en les regardant tour à tour, puis acquiesça, se concentrant sur sa jolie rousse « Comment s’est passé le dîner avec vos parents ? » « Parfaitement bien. Ils ont adoré Donna » « Le contraire aurait été étonnant » rétorqua David en fixant l’intéressée, puis reporta son attention sur Mac « Qu’avez-vous pensé de la carte au fait ? » « Très bien. Très bon choix. Et c’était excellent. J’en suis resté sans voix à la première bouchée » précisa Donna en complimentant la cheffe.



Contenu sponsorisé
Renaissance [David/Mackenzie]
Page 3 sur 13
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 11, 12, 13  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: