Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues
qui tu veux,
quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
Le Deal du moment :
Smartphone Xiaomi POCO M4 5G – 6.43″ -FHD ...
Voir le deal
127.92 €

LE TEMPS D'UN RP

Renaissance [David/Mackenzie]

Charly
Messages : 2434
Date d'inscription : 24/04/2018
Région : Haut de France
Crédits : Bones_Obsessor

Univers fétiche : City, HP
Préférence de jeu : Femme
flower
Charly
Sam 23 Juil - 14:15
6pyh.gif
Mackenzie Foster
J'ai 34 ans et je vis àNew York. Dans la vie, je suis Chef d'un restaurant et je m'en sors au jour le jour. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.



Riche héritière d'un complexe hôtelier, Mac s'est vue propulsée à la tête de cet empire sans le vouloir. Un joli paquet comprenant les hôtels et les emmerdes qui allaient avec. Elle ignorait tout des magouilles de ses parents, et aujourd'hui elle a tout perdu. Pour elle, le seul responsable: David McArthur, un connard d'avocat. Aujourd'hui, elle vis dans sa voiture, et tente de survivre avec le peu d'argent qu'elle gagne avec son job à mis temps dans un resto pourri. Elle est son truc c'est la cuisine! La vraie cuisine! Elle a un talent pour ça. Mais pour le moment, elle est bien loin de pouvoir monter son affaire.

Renaissance [David/Mackenzie]  - Page 13 92f0c09cdf16b80231b5f672a33e32857e256ca4
Renaissance [David/Mackenzie]  - Page 13 Fd93c248a2440b30fd85cce1e5bffccfb2b126ac
crédit : :copyright: Bait n Hook / Tumblr

« -pourquoi ça m’agace ? Pourquoi ça m’agace ? Et bien je… » elle bloqua et elle finit par sourire en se passant une main dans les cheveux. « -hé ba j’en sais rien ! Voilà ! » cela la fit presque rire. Sans doute parce qu’elle avait imaginé faire rire David avec son rêve étrange et que finalement ils se retrouvaient à parler d’eux dans une configuration de couple qui lui paraissait étrange. Finalement ils s’étaient embrassés. Et ça n’avait techniquement pas déclenché en eux une envie folle de plus que ça. Même si David avait avoué à voix haute que le baiser lui avait plu. Mac avait décidé de ne pas se prendre la tête avec ça, mais plusieurs fois dans la journée ça lui était revenu en tête. Ils dérapaient complètement. Tout ça à cause d’un rêve. Ils en avaient parlé sur la terrasse. Elle ne voulait pas le perdre. Parce qu’il était devenu pratiquement tout ce qu’elle avait dans sa vie. Il avait prit une grande importance. Alors elle allait se concentrer sur son diner de ce soir. C’était bien mieux.

Mac avait seulement levé les yeux sur David. Il avait raison, elle n’acceptait jamais un compliment. Mais il n’avait pas dit jolie ou belle, il avait dit sublime. La manque de vouvoiement la gêna presque. C’était comme s’il n’y avait plus de barrière ente eux. C’était étrange. « -oui je sais… désolée. » pour ça aussi il avait raison, ça n’était qu’une fermeture éclair. Mais dans son rêve, c’était ce geste qui avait tout déclenché. Alors… forcement elle avait une légère appréhension. Elle fixa David du regard durant quelques secondes. « -ouais ba justement c’est pas le but, donc je vais me changer. » Elle s’était imaginée deux scénarios. Un dans lequel elle s’envoyait en l’air toute la nuit avec Henri. Un autre dans lequel elle mettait les points sur les I bien comme il fallait et rentrait assez tôt pour finir en solo la soirée sur la terrasse. Elle avait médité sur la chose et clairement Henri n’était pas un homme qui cherchait une relation uniquement basé sur du sexe ou pour s’amuser. Elle, elle ne voulait pas de sérieux. Conclusion : c’était bien mieux de tout arrêter là. « -et alors ? » demanda Mac avant d’argumenter : « -tu vas diner avec elle, tu vois si il y a une ouverture. Si il n’y en a pas du tout, et bien tu laisses tomber. Mais au moins tu seras fixé. » c’était le point de vu de Mac. Lui qui aimait que les choses soient claires, au moins ça serait le cas. « -et si vous avez… tu as un problème, tu m’appelles. » avant de se diriger vers la penderie.

« -Donna est loin d’être aveugle. » elle tourna la tête : « -non, change de costume. » sinon ça renvoyait une image de : ça ira bien comme ça. Donna aimait se sentir importante pour son patron. Un soupire et elle baissa la tête quelques secondes : « -David on en a déjà parlé. Je veux pas m’engager. Lui il n’a pas les mêmes attentes. C’est ton frère, j’ai pas envie de le faire souffrir inutilement. » puis elle haussa les sourcils devant le conseil de tenue. Il était dans sa tête ou quoi ?! Gus’ arriva à ce moment-là, et elle lui posa la question : « -alors robe, jean ou combinaison ? T’en pense quoi toi ? » Elle vint lui faire un gros câlin. « -avec toi tout est simple. » en le caressant entre les oreilles.

Du temps que David se prépare, elle en fit de même et enfila la combinaison. Sans le moindre souci de fermeture cette fois-ci. « -j’aime beaucoup. » répondit la jolie brune après avoir chaussé une paire de talons, prenant le temps de le regarder. Elle appréciait vraiment le fait qu’il ait laissé tomber la cravate. Ça lui allait bien. Un froncement de sourcils et elle vint s’asseoir à côté de lui : « -pourquoi tu dis ça ? » légèrement tourné vers lui, elle ajouta : « -Tu as besoin d’avancer, et pour avancer tu dois savoir. On a toujours tendance à tout compliquer mais il suffit parfois de se parler. Tu vas lui expliquer ce que tu as ressenti le soir du diner ici, et lui parler des sentiments que tu as pour elle. Tu veux t’entrainer avec moi ? Va s’y, on fait comme si j’étais Donna. » pas sur que ça allait l’aider mais bon, ça ne coutait rien d’essayer. Et si ça pouvait le rassurer un peu. « -par contre que ça soit clair, tu vas à ce diner, sinon je pose un lapin à ton frère. » menaça Mac en levant son index sous le nez de David. "-et puis tu seras fixé. Si c'est pas elle, ça sera avec une autre." ajouta la jeune femme avec un petit haussement d'épaules.


Manhattan Redlish
Messages : 2518
Date d'inscription : 26/04/2018
Crédits : Icon : Tumblr

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Homme
flower
Manhattan Redlish En ligne
Sam 23 Juil - 15:51
6pyh.gif
David A. McArthur
J'ai 36 ans et je vis à Manhattan, . Dans la vie, je suis avocat en droit des affaires et je m'en sors parfaitement bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.



David a grandi dans les beaux quartiers de New York, ainsi que dans l’ombre de son père, un brillant avocat d’affaires dont le nom lui ouvrit immédiatement les portes d’Harvard. Après deux ans au bureau du Procureur de New York Sud, il décida d’emprunter le même chemin que son paternel en rejoignant Donnelly & Associés. Un prestigieux cabinet d’avocats d’affaires disposant d’une vue à 360° sur la Big Apple. Depuis dix ans au sein de ce cabinet, et actuel associé, il a su se façonner une image de véritable salopard, dénué d’humanité et d’empathie à l’égard de ses clients ou encore des victimes, qui ne vit que pour gagner et pour l’argent. Ce qui est vrai. Les émotions sont, pour lui, une faiblesse. Une manière comme une autre d’atteindre son ennemi. En être dépourvu, lui assure une certaine protection à l’égard de ses confrères mal attentionnés.
Toutefois, il n’a pas toujours été que ça…


Renaissance [David/Mackenzie]  - Page 13 4od7

Renaissance [David/Mackenzie]  - Page 13 5dhr

Renaissance [David/Mackenzie]  - Page 13 B376eaf3973acfc910e24e5546f8cc5b9c4f565a

crédit : :copyright: moi-même / Tumblr


En rentrant ce soir, en la voyant dans cette robe qui mettait son corps en valeur, David ne pouvait se retenir de lui faire un compliment. Elle était sublime. Ce n’était pas la première fois qu’il formulait un tel compliment à son attention. Ça n’avait rien à voir avec leur conversation de ce matin ou encore le baiser échangé. Il l’aurait complimenté ainsi dans tous les cas, parce que c’était l’image qu’elle renvoyait : Une femme sublime. En la voyant faire un pas en arrière alors qu’il s’approchait pour lui remonter la fermeture éclair, David eut l’impression que leur conversation de ce matin, le baiser échangé avait changé les choses entre eux, ou peut-être était-ce dû à ce rêve qu’elle avait fait cette nuit. Il la rassura donc. Ce n’était qu’une fermeture éclair. Rien n’avait changé entre hier et aujourd’hui pour lui. Il l’aida donc « Ce n’est rien ». Il prit ensuite place sur le lit derrière eux, tout en envisageant qu’il ne la verrait qu’au lendemain. Une idée qui ne séduit pas vraiment Mac qui décida de troquer sa robe contre une autre tenue moins… Attrayante, peut-être. Au moins, elle semblait moins anxieuse que lui pour le dîner. L’avocat se demandait même pourquoi il l’avait invité. Après tout, elle tenait à Edward, ils construisaient une histoire à deux, et voilà qu’il avait décidé de jouer les éléments perturbateurs. Pourquoi ? parce qu’il s’était rendu compte de ses sentiments que trop tard, qu’au moment où elle était devenue indisponible. C’était tellement plus facile. Un regard pour Mac qui tenta de le rassurer à sa manière. Peu importe l’issue, il serait fixé. « Tu as raison… » et poussa un soupir avant d’ajouter « Hors de question que j’altère ta soirée parce que la mienne s’est mal déroulée ». Elle avait le droit de passer du bon temps avec Henri. Il rentrerait chez eux et irait dormir, ou trouverait refuge sur la terrasse avec un pot de glace.

Un petit sourire « Oui, c’est ce qu’elle m’a fait comprendre » concernant son habitude de jeter un regard à certains hommes pendant qu’ils avaient le dos tournés « Bien, bien. Je vais me changer », même s’il n’en avait pas réellement envie. Il avait cette espèce d’impression qui lui disait que la soirée n’allait pas être une réussite. Il espérait se tromper. Sincèrement. Ils évoquèrent Henri et le rendez-vous avec lui « Peut-être qu’il s’adaptera. Il l’a bien fait la dernière fois ». Même s’il savait, au fond de lui, qu’Henri avait réellement craqué pour Mac, et qu’il voulait plus qu’une nuit avec elle. Quand elle s’approcha de la penderie, il lui soumit l’idée de la combinaison, mais elle ne lui répondit rien, s’adressant au chien qui venait d’entrer « Que dois-je comprendre ? » en riant presque. Il quitta ensuite la salle de bain pour se préparer et revint avec un autre costume, comme promis « Merci » répondit-il simplement en baissant les yeux sur son propre costume, et puis désigna sa tenue d’un signe de tête « Vous m’avez écouté » avec un sourire satisfait sur les lèvres. Il prit place sur le lit et évoqua ses inquiétudes à voix haute. David releva les yeux vers Mac qui venait de prendre place à ses côtés « Parce qu’il est trop tard Mac. Elle tient à Edward, et ils ont l’air heureux ensemble », et poussa un soupir, baissant la tête, ses mains nouées dans son cou. Il resta quelques secondes ainsi, avant de croiser ses mains sur ses jambes et regarda Mac. Lui parler de ses sentiments, de ce qu’il éprouvait. Un haussement d’épaule « D’accord » et se tourna légèrement vers elle, inspira profondément, puis se concentra sur la jeune femme, mais cette dernière reprit la parole, et se mit à sourire « Promis ! » en levant la main droite et ajouta « Une autre… ». Comme si ça pouvait être possible. Il avait déjà attendu quinze ans pour Donna.

« Bon… Tu es Donna… ». Il rencontrait quelques difficultés à se le dire. Les deux femmes ne se ressemblaient pas, puis se concentra « Ce que je m’apprête à te dire aura sûrement un impact sur notre relation. Mais je sais aussi que si je ne te dis rien, notre relation en patira tôt ou tard. J’ai conscience de ne pas être un homme parfait. J’ai mes travers. J’ai une liste non exhaustive de défauts. Et pourtant, malgré ça, tu es toujours là, à mes côtés, à me soutenir chaque jour. Il y a six ans, j’ai perdu goût à la vie, à tout ce qu’elle représentait. Ma femme et notre enfant étaient mon monde, et il s’est écroulé sans que je puisse agir. Je me pensais détruit à jamais… Jusqu’à aujourd’hui. Devant toi, ce soir, je peux te dire que je reprends goût à la vie, et je me sens prêt à aimer de nouveau, et peut-être même à t’aimer toi. J’ai conscience que pour toi, c’est surement inenvisageable, que tu as un autre homme dans ta vie. Tu n’éprouves peut-être pas ce que j’éprouve toi. Je n’en sais rien… Mais j’avais besoin que tu le saches. Je ne te demande pas de tout sacrifier pour moi. Je te demande juste si… Si toi et moi, ça serait possible » et ajouta « Est-ce que ça serait possible ? Toi et moi ? ».

Charly
Messages : 2434
Date d'inscription : 24/04/2018
Région : Haut de France
Crédits : Bones_Obsessor

Univers fétiche : City, HP
Préférence de jeu : Femme
flower
Charly
Sam 23 Juil - 16:20
6pyh.gif
Mackenzie Foster
J'ai 34 ans et je vis àNew York. Dans la vie, je suis Chef d'un restaurant et je m'en sors au jour le jour. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.



Riche héritière d'un complexe hôtelier, Mac s'est vue propulsée à la tête de cet empire sans le vouloir. Un joli paquet comprenant les hôtels et les emmerdes qui allaient avec. Elle ignorait tout des magouilles de ses parents, et aujourd'hui elle a tout perdu. Pour elle, le seul responsable: David McArthur, un connard d'avocat. Aujourd'hui, elle vis dans sa voiture, et tente de survivre avec le peu d'argent qu'elle gagne avec son job à mis temps dans un resto pourri. Elle est son truc c'est la cuisine! La vraie cuisine! Elle a un talent pour ça. Mais pour le moment, elle est bien loin de pouvoir monter son affaire.

Renaissance [David/Mackenzie]  - Page 13 92f0c09cdf16b80231b5f672a33e32857e256ca4
Renaissance [David/Mackenzie]  - Page 13 Fd93c248a2440b30fd85cce1e5bffccfb2b126ac
crédit : :copyright: Bait n Hook / Tumblr

« -non, je ne veux pas qu’il s’adapte, je veux qu’il comprenne. » avait répliqué Mac le regard toujours fixé sur la penderie. Oui, elle voulait que Henri prenne conscience de ce qu’elle était capable d’offrir. Et surtout que ça n’était pas en adéquation avec ce que lui désirait. D’accord il lui plaisait, mais les relations de couple, ça n’était pas pour elle. Pas aujourd’hui. Pas maintenant alors qu’elle retrouvait un semblant d’équilibre et que sa vie s’améliorait. Gus’ vint lui apporter un peu de réconfort et elle sourit à David en répondant : « -va te changer. » les minutes passaient et il n’était pas question qu’il arrive en retard. Ça c’était son truc à elle.

Elle finit par choisir la combinaison noire. Elégant et passe partout. Et tout comme dans son rêve, pas facile a retirer en trois secondes. Parfait pour éviter un dérapage. Parce qu’elle était totalement consciente que diner avec Henri allait forcement être tentant. Ils avaient déjà passé une nuit ensemble. Une nuit qu’elle avait vraiment apprécié. Sauf que ce soir, les choses étaient différentes. « -c’est Gus’ qui a choisi. » un sourire en coin, avant de l’écouter sur ses craintes. Mackenzie tenta de la rassurer au mieux. Et lui proposa même de s’entrainer un peu en imaginant qu’elle était Donna. « -fais pas cette tête de chien battu. » demanda la jeune femme alors que ces mots faisait couiner Gus’ allongé sur le sol.

Mac se concentra, croisant les jambes avec élégance, redressant les épaules. Puis elle écouta David en restant silencieuse. Aujourd’hui il reprenait gout à la vie. Cela lui tira un sourire tendre. Elle aimait entendre ces mots. La dernière phrase la fit cligner des yeux et elle répondit avec enthousiasme : « -oui ! Bien sûr que oui ! » bon d’accord ça n’était peut-être pas la réponse que Donna allait donner. Mac détourna le regard quelques secondes. Puis elle prit la parole : « -je ne sais pas si tu dois tourner la dernière phrase ainsi. » elle réfléchit et reprit : « -c’est peut-être trop tôt pour lui demander de choisir. Tu peux… peut être… conclure plutôt par un : j’avais besoin que tu le saches. Besoin de te le dire. Pour continuer d’avancer. Je n’attends pas de réponse immédiate, je voulais seulement que tu le saches. » un léger haussement d’épaules, sans vraiment savoir si c’était mieux. « -ce qui est certain c’est qu’elle ne voudra pas te blesser. Du coup, ne pas attendre une vraie réponse là tout de suite, c’est peut être mieux non ? » c’était lui qui ne cessait d’envisager que la soirée se terminerait mal. Autant éviter trop de tension. « -mais sinon le reste c’est bien. Très bien même. » Elle entendit frapper à la porte d’entrer. « -ça doit être Henri… » souffla la jeune femme. Elle regarda David quelques secondes encore avant de cligner des yeux et de dire : « -je… je devrais aller ouvrir. » elle se redressa mais ne bougea pas pour autant. « -David… » elle attendit qu’il se lève à son tour, ajusta le col de la chemise de l’avocat et dit : « -ça va bien se passer d’accord ? » puis elle déposa un baiser sur sa joue, comme elle le faisait chaque matin. Enfin sauf ce matin. Elle chercha son sac, vérifia que son téléphone était chargée et le montra à l’avocat : « -j’ai mon portable. Appelles-moi si besoin. » puis elle quitta la chambre, direction la porte d’entrer et la soirée avec Henri.
Manhattan Redlish
Messages : 2518
Date d'inscription : 26/04/2018
Crédits : Icon : Tumblr

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Homme
flower
Manhattan Redlish En ligne
Sam 23 Juil - 16:36
6pyh.gif
David A. McArthur
J'ai 36 ans et je vis à Manhattan, . Dans la vie, je suis avocat en droit des affaires et je m'en sors parfaitement bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.



David a grandi dans les beaux quartiers de New York, ainsi que dans l’ombre de son père, un brillant avocat d’affaires dont le nom lui ouvrit immédiatement les portes d’Harvard. Après deux ans au bureau du Procureur de New York Sud, il décida d’emprunter le même chemin que son paternel en rejoignant Donnelly & Associés. Un prestigieux cabinet d’avocats d’affaires disposant d’une vue à 360° sur la Big Apple. Depuis dix ans au sein de ce cabinet, et actuel associé, il a su se façonner une image de véritable salopard, dénué d’humanité et d’empathie à l’égard de ses clients ou encore des victimes, qui ne vit que pour gagner et pour l’argent. Ce qui est vrai. Les émotions sont, pour lui, une faiblesse. Une manière comme une autre d’atteindre son ennemi. En être dépourvu, lui assure une certaine protection à l’égard de ses confrères mal attentionnés.
Toutefois, il n’a pas toujours été que ça…


Renaissance [David/Mackenzie]  - Page 13 4od7

Renaissance [David/Mackenzie]  - Page 13 5dhr

Renaissance [David/Mackenzie]  - Page 13 B376eaf3973acfc910e24e5546f8cc5b9c4f565a

crédit : :copyright: moi-même / Tumblr


À la demande de sa colocataire, David s’était décidé à changer de costume pour son rendez-vous avec son assistante dans quelques minutes. Un costume qui semblait lui allait tout autant à ravir que celui qu’il avait quitté. En revenant dans la chambre de Mac, il ne put s’empêcher de noter que cette dernière avait écouté son conseil quant à la tenue, puis jeta un regard au chien couché au sol « Bon choix Gus’ », et prit place sur le rebord du lit. A quelques minutes de son tête-à-tête avec Donna, l’avocat devenait soudainement anxieux. Il appréhendait le rendez-vous, et que cela n’altère leur relation définitivement. Et si finalement, son idée ne faisait que détruire leur relation ? Un regard Pour Mac, puis pour le chien « Elle parle pour moi mon grand » et releva son regard sur sa colocataire et sourit, se passant une main lasse sur le visage. Il décida d’opter pour le jeu de rôle de Mac, et tenta de l’imaginer en Donna. Avec sincérité, il ouvrit son cœur à celle qui devrait être, d’ici peu, son assistante. La réaction de cette dernière le fit sourire « Elle va me traiter de dingue, d’égoïste et de sale… Enfin vous voyez ». Il n’était pas vraiment un adepte des insultes, mais il ne doutait pas un instant que Mac avait compris. Il écouta le conseil avisé de la jeune femme, et acquiesça « J’avais besoin que tu le saches. J’avais besoin de te le dire pour continuer d’avancer… D’accord ». Une longue inspiration pour tenter d’atténuer son anxiété et reporta son attention sur la jeune femme « Oui… De toute manière, elle n’aura pas de réponse à me donner. Elle est avec Edward. Elle ne va pas tout quitter parce que j’ai décidé de me réveiller après tant d’années » et ajouta « Et peut-être qu’elle n’éprouve rien pour moi aussi ». C’était tout aussi envisageable. Un sourire doux en entendant le compliment de Mac « Merci » tout en la fixant. La sonnette se fit entendre « Je pense, oui » et acquiesça lentement en voyant l’hésitation de la jeune femme « Vas-y. Ton prince charmant est arrivé », et se leva en même temps qu’elle. Il aimait quand elle ajustait son col de chemise ainsi « Ne t’inquiète pas pour moi. Si jamais ça se passe mal, je survivrais » et sourit au baiser qu’elle déposa sur sa joue. Un nouveau hochement de tête et l’interpella « Mac ?! » lui sourit « Passe une bonne soirée ». Un regard pour l’heure. Il devait y aller aussi. Joseph l’attendait sûrement en bas.

Contenu sponsorisé
Renaissance [David/Mackenzie]
Page 13 sur 13
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 11, 12, 13

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: