Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues
qui tu veux,
quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
-24%
Le deal à ne pas rater :
PARISOT ZODIAC Lit adulte 140 x 190 cm – Contemporain
99.99 € 131.13 €
Voir le deal

LE TEMPS D'UN RP

Miss Americana and the HeartBreak Prince (ft.Mad Max)

Mad Max
Messages : 338
Date d'inscription : 06/05/2021
Région : Centre-Val de Loire
Crédits : Mad Max (signature : magma)

Univers fétiche : De tout
Préférence de jeu : Femme
cat
Mad Max
Mar 21 Déc - 15:38
xv22.png
Roxanne Bartholomew
J'ai 23 ans et je vis à New-York, aux Etats-Unis. Dans la vie, je suis chanteuse, vedette de la pop et je m'en sors fantastiquement bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je me moque bien de mon célibat, ma passion pour la musique étant ce qui m'importe le plus.

God save the Prom Queen,
Turned her tears to diamonds
in her crown.


Miss Americana and the HeartBreak Prince (ft.Mad Max) - Page 2 X2c0

Le minois placardé sur toutes les affiches publicitaires de parfum ou de maquillage. La voix qui résonne dans tous les postes radios. Toujours à la une des magazines peoples. Roxie, elle s’est attirée un succès que jamais elle ne penserait obtenir, ou du moins, pas aussi jeune, pas alors qu’il lui reste tant à apprendre du monde musical. Étoile montante de la pop, son visage de poupée est la raison de sa gloire florissante. Paillettes, followers et argent rythment son quotidien de vedette favorite du moment. Roxanne, elle se complaît dans sa fortune, offrant au monde entier le sourire qu’il veut voir, l’image qu’il veut contempler, la femme qu’il désire. Elle se perd un peu, dans toute cette richesse. Elle doute. Elle écrit en secret. Et elle chante les chansons des autres. Roxanne fait ce qu’on attend d’elle, au nom de l’amour qu’elle porte à la musique. Elle veut chanter. Elle veut se produire sur scène. Elle suffoque dans ce rôle mais...le jeu en vaut bien la chandelle, quitte à ne plus reconnaître son reflet dans un miroir. Roxie, la fabuleuse icône de la pop, la pousse à croire que son talent, celui qu'elle dissimule, n’est rien d’autre qu’une pierre au milieu des rochers. Et, au fond, peut-être est-ce la vérité.

jfa2.gifIt is sometimes an appropriate
response to reality to go insane.


Quel gâchis. Un véritable et splendide gâchis. Sa déception était si grande que Roxanne y voyait là presque une forme de tragédie. Et ce sentiment se renforçait lorsqu’elle apercevait le sourire froid de Pete, dont le panel d’expression semblait être manifestement limité. Avait-il donc si peu d’intérêt pour autrui ? Ou était-ce l’écart de leur génération, qui les éloignait tant ? Peu importait les raisons. Coincée et perdue au milieu des champs, Roxie avait l’impression de perdre son temps. Le château d’espoirs qu’elle avait forgé en apprenant sa collaboration avec son idole commençait à se détériorer, à dégringoler progressivement sous l’effet de sa contrariété. Quel gâchis…un homme aussi talentueux que charismatique, réduit à une physionomie aussi lisse et glaciale que la surface d’une pierre. Quel dommage. Bien qu’elle dissimulait sa lassitude derrière un enthousiasme feint…elle avait manqué d’être démasquée lorsque son hôte l'avait informée de son absence.

Et maintenant qu’elle se retrouvait seule dans la petite bâtisse…l’atmosphère semblait avoir changé, devenant plus légère et agréable, plus…supportable. Comme si le virtuose avait emporté avec lui ce climat étrangement étouffant, qui tombait dans la pièce lorsqu’ils se retrouvaient au même endroit, au même moment. Même le silence lui paraissait différent. Mais si Pete profitait sans aucun doute de sa solitude pour réfléchir à toutes les raisons qui le poussaient à se comporter de manière aussi arrogante, Roxanne, elle, profitait de ce moment pour lutter contre son ennui.

Le corps enroulé dans une serviette de bain qui s’arrêtait à mi-cuisse, la starlette émergea de sa chambre, casque sur les oreilles. “ Shout when you wanna get off the ride…”fredonna-t-elle alors que les premières notes de la mélodie commençaient à résonner si bruyamment que Roxie n’entendait plus rien d’autre que la voix d' Alison Mosshart. Des gouttes d'eau roulaient encore sur sa peau, glissant sur ses jambes pour s’écraser à ses pieds. Elle se dirigea jusqu’à la cuisine en savourant pleinement chaque seconde. D’un regard, elle consulta brièvement l’heure sur l’écran de son téléphone et réalisant alors qu’il lui restait deux heures avant le retour de Pete,un sourire prit aussitôt possession de ses lèvres, réalisant Deux heures de liberté.

Shout when you wanna get off the ride…Ses hanches commencèrent à se balancer doucement au rythme des instruments. Elle appuya sur le bouton de la cafetière pour la mettre en route avant de voler une pomme dans le saladier. “ Cause you crossed my mind, you crossed my mind…” Les yeux fermés, elle laissait son corps s’exprimer comme pour parvenir à se débarrasser de toute la négativité accumulée jusqu’à maintenant, de toute cette désagréable énergie qui déferlait dans ses veines en présence de Pete.

Roxanne croqua dans sa pomme à pleine dent. Sa main libre fila dans ses longs cheveux ondulés avant de se refermer sur les pans de sa serviette pour garder le tissu en place. La musique continuait de s’échapper de son casque. Le bruit assourdissant l’enveloppait dans une bulle, l’incitant à se déhancher de manière si lascive que ses aïeuls auraient pâli devant un tel manque de pudeur. Mais elle était seule, Roxie. Et aussi loin qu’elle s’en souvienne, elle avait toujours aimé danser. Le réfrigérateur et les placards comme seuls spectateurs, la starlette pouvait se mouvait comme bon lui semblait, imperturbable, s’accordant ainsi à la cadence instrumentale pour faire gracieusement onduler ses hanches en rythme.



j1uq.pnggtfb.png9m0b.png
But do you feel like a young God? You know the two of us are just young Gods and we'll be flying through the streets with the people underneath...And they're running, running, running.
MonkeyMama
Messages : 723
Date d'inscription : 17/06/2021
Région : Alsace
Crédits : vocivus

Univers fétiche : réel
Préférence de jeu : Homme
Narnia
MonkeyMama
Mer 22 Déc - 21:35
[
f180a7a411d611b1a157e794fcc00692c02247a8.gifv
Pete
Hewson

J'ai 44 ans et je vis aux USA. Dans la vie, je suis auteur compositeur interprète et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis divorcé et je le vis plutôt pas bien.

Miss Americana and the HeartBreak Prince (ft.Mad Max) - Page 2 Giphy

I could sing it to you all night, all night, if I could, I'd make it alright, alright, nothing's stopping you except what's inside, I can help you, but it's your fight, your fight.

Malgré sa célébrité, Pete est quelqu'un qui a su rester très discret. Il essaye d'avoir le moins possible les projecteurs braqués sur lui et il se confie extrêmement peu sur sa vie privée. Ses chansons sont des classiques, son public est plutôt mature et le suit depuis qu'il a commencé il y a de ça vingt ans. C'est un homme qui pense trop et qui a tendance à se refermer sur lui-même, faisant de lui quelqu'un de solitaire. Il n'a jamais eu d'enfant justement parce qu'il ne se voyait pas imposer la célébrité à quelqu'un qui n'aurait rien demandé. Lassée du train de vie infernal de l'artiste et contrariée par ce choix de ne jamais avoir d'enfant, c'est sa femme qui a demandé le divorce il y a de ça un an. Ils n'en ont jamais parlé publiquement mais il va de soi que le monde entier est déjà au courant malgré tout. Pete est reconnaissant de son train de vie de privilégié, tellement qu'il est extrêmement investi dans l'humanitaire. C'est sa façon à lui de ne pas perdre pied dans les affres du show-business. C'est quelqu'un qui essaye de rester simple. Il est plutôt agréable, charmant et abordable, mais son coté loups solitaire peut le rendre extrêmement grognon aussi.  
Tout se passait comme Pete l’avait craint. Ou comme il l’avait prévu ? Il ne savait même plus tant tout ce cirque était prévisible. Il était si évident qu’ils n’avaient rien à faire ensemble. Comme s’ils habitaient deux planètes différentes. Est-ce que Pete ne pouvait pas utiliser ces différences pour faire une chanson ? Il ne savait même plus s’il avait encore envie de la faire chanter… En avait-il seulement eu envie un jour ? Le problème était sûrement là. Il s’était senti obligé. Dès le départ. Roxanne n’était là que par intérêt, il lui fallait quelqu’un pour écrire des chansons. Pete en venait même à se demander s’il était vrai qu’elle aimait sa musique ? Peut-être bien qu’elle avait menti. Pour l’amadouer ? Si c’était le cas, ça n’avait pas marché. Pete était resté froid et distant, c’est dans cette même posture qu’il lui avait annoncé qu’il s’absentait. Il n’avait pas précisé où il partait ou même ce qu’il allait faire. Il avait juste prévenu qu’il ne serait pas de retour avant deux heures. Elle allait pouvoir savourer sa solitude de cette façon. Sans téléphone, ni personne aux alentours à part des vaches, Pete se demandait bien comment elle allait passer le temps. Pour le coup, il aurait aimé avoir des caméras chez lui pour l’observer regarder le plafond en comptant les mouches et en maudissant son nom. Mon Dieu, il en devenait sadique. On pouvait dire qu’elle faisait indéniablement ressortir les meilleurs aspects de sa personnalité.
Et ça ne faisait que commencer, qu’il s’était dit en démarrant sa voiture pour partir en direction du village voisin qui se trouvait à quelques kilomètres de là. Avec le temps, les quelques dizaines d’habitants s’étaient habitués à sa présence et ils le laissaient se ravitailler ici presque sans encombre. Les gens jouaient le jeu. Pete portait une casquette et des lunettes de soleil, et les locaux faisaient semblant de ne pas le reconnaitre. Il était arrivé qu’on lui demande des photos ou des autographes mais c’était devenu de plus en plus rare. La rockstar était très reconnaissante pour cet égard. Il était généreux quand il faisait ses emplettes, il n’était pas rare qu’il laisse de gros billets en guise de pourboires. Bien qu’il soit poli et plutôt agréable avec les commerçants qu’il rencontrait, Pete n’avait jamais lié d’amitié avec qui que ce soit. C’était si compliqué, les relations humaines, en tant que célébrité. L’argent, la notoriété, que de facteurs qui faisaient courir bien des relations amicales à l’échec. Pete avait tellement peur qu’on ne soit pas sincère avec lui ou intéressé, qu’il n’avait jamais eu de cesse de mettre des barrières entre lui et les autres. Aussi discret qu’à son habitude, Pete avait fait le tour du maraicher et de l’épicier pour se retrouver devant l’échoppe fermée du boucher. Fermeture exceptionnelle, qu’avait pu lire Pete sur la devanture de la boutique. Il semblerait que, cette semaine, Pete et son invitée seraient végétariens.
C’est donc plus tôt que prévu que Pete avait repris la route vers chez lui. Il avait profité du trajet en voiture pour profiter de son dernier moment d’intimité de la journée. Le volume à fond, il chantait à gorge déployée. Qu’est-ce qu’il aimait ça, la musique. C’était peut-être bien son seul point commun avec la blondinette qui logeait chez lui. Il remuait la tête, tapait sur le volant au rythme de la batterie. Et puis il était arrivé chez lui et avant même d’avoir pénétré l’allée, il s’était brusquement arrêté. Les bras chargés de courses, il avait passé le pas de la porte. Il entendait du bruit sortir de la cuisine mais il avait du faire quelques pas dans la maison avant de comprendre qu’il entendait Roxanne chanter. Une jolie voix, oui. Juste une jolie voix. « Je suis de retour. » qu’il avait annoncé, sans se douter qu’elle ne l’entendrait pas. Comment aurait-il pu deviner ? Il était entré dans la cuisine sans se douter un seul instant du spectacle qui l’y attendait. Il ne tarda pas à découvrir Roxanne en serviette de bain, dansant et chantant, un casque sur les oreilles. Pete blêmit. Pas ça. Tout sauf ça. C’était horriblement et terriblement gênant. D’autant plus qu’elle ne semblait même pas l’avoir remarqué. Est-ce qu’il devait se manifester pour qu’elle quitte la pièce ? Ou bien lui-même quitter la pièce ? Il avait du mal à savoir car il s’était totalement perdu dans la contemplation de la jeune femme. Comment ça se fait qu’il ait aussi chaud tout à coup ? Pourquoi il trouvait ça mignon, subitement, cette manière qu’elle avait de jouer avec ses cheveux ? Il avait perdu la notion du temps et c’est finalement le choc de leurs deux regards qui l’avaient ramené à la réalité. Est-ce qu’il venait seulement de reluquer une jeune fille à peine pubère ? « Je suis de retour. » qu’il avait répété, comme un automate. Bon sang, qu’est-ce qui tournait pas rond chez lui ?!
Mad Max
Messages : 338
Date d'inscription : 06/05/2021
Région : Centre-Val de Loire
Crédits : Mad Max (signature : magma)

Univers fétiche : De tout
Préférence de jeu : Femme
cat
Mad Max
Jeu 23 Déc - 22:08
xv22.png
Roxanne Bartholomew
J'ai 23 ans et je vis à New-York, aux Etats-Unis. Dans la vie, je suis chanteuse, vedette de la pop et je m'en sors fantastiquement bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je me moque bien de mon célibat, ma passion pour la musique étant ce qui m'importe le plus.

God save the Prom Queen,
Turned her tears to diamonds
in her crown.


Miss Americana and the HeartBreak Prince (ft.Mad Max) - Page 2 X2c0

Le minois placardé sur toutes les affiches publicitaires de parfum ou de maquillage. La voix qui résonne dans tous les postes radios. Toujours à la une des magazines peoples. Roxie, elle s’est attirée un succès que jamais elle ne penserait obtenir, ou du moins, pas aussi jeune, pas alors qu’il lui reste tant à apprendre du monde musical. Étoile montante de la pop, son visage de poupée est la raison de sa gloire florissante. Paillettes, followers et argent rythment son quotidien de vedette favorite du moment. Roxanne, elle se complaît dans sa fortune, offrant au monde entier le sourire qu’il veut voir, l’image qu’il veut contempler, la femme qu’il désire. Elle se perd un peu, dans toute cette richesse. Elle doute. Elle écrit en secret. Et elle chante les chansons des autres. Roxanne fait ce qu’on attend d’elle, au nom de l’amour qu’elle porte à la musique. Elle veut chanter. Elle veut se produire sur scène. Elle suffoque dans ce rôle mais...le jeu en vaut bien la chandelle, quitte à ne plus reconnaître son reflet dans un miroir. Roxie, la fabuleuse icône de la pop, la pousse à croire que son talent, celui qu'elle dissimule, n’est rien d’autre qu’une pierre au milieu des rochers. Et, au fond, peut-être est-ce la vérité.

jfa2.gifIt is sometimes an appropriate
response to reality to go insane.


Roxanne, elle aurait pu danser des heures ainsi, au cœur de la cuisine, sans ressentir ne serait-ce qu’une seule once de lassitude. En revanche, quelques minutes passées avec Pete et l’ennui l’accablait aussitôt, comme si sa simple présence lui arrachait toute son énergie. Et pourtant de l’énergie…comme le témoignaient ses mouvements, Roxie en avait à revendre. Un mouvement de hanche vers la gauche. Puis vers la droite. Elle avisa du regard l’écran de son téléphone pour surveiller l’heure, consciente que son hôte ne tarderait pas à revenir…avant de reprendre son subtil déhanchement. “ Go home, go home, it’s over…”répéta-t-elle, sa voix s’accordant parfaitement à celle de la vedette. La starlette exécuta un gracieux demi-tour, suivant le tempo de la musique qui diminuait progressivement.

“ Go home…” C’est alors que la demoiselle le remarqua. Lui. Lui... qui n’aurait jamais dû se trouver ici. Leurs regards se percutèrent violemment. Son sang se glaça subitement dans ses veines. Son corps, ses muscles, toutes les cellules de son être se figèrent simultanément…et le choc fut tel que ses mains échappèrent tout ce qu’elles détenaient. La pomme s’écrasa lourdement sur le carrelage.

Rapidement suivie par sa serviette. La panique et la honte s’entremêlèrent, provoquant un véritable carnage dans son esprit. Foudroyée par la honte, Roxanne ne songea plus à rien. Elle resta pétrifiée, les yeux attachés à ceux de l’homme qui n’aurait jamais, jamais, jamais, dû se tenir là à cette heure de la matinée. Son cerveau…ne fonctionnait plus. Tout son système s’était arrêté. Mille jurons traversaient son esprit, mais aucun ne parvenaient à lui donner la force de remuer, la force de réagir autrement qu’en restant stupidement paralysée. Ce fut finalement le courant d’air frais qui remonta le long de son corps dénudé qui la sortit de sa transe.

“ Bordel je suis…” Nue ? Idiote ? Navrée ? Les trois en même temps ? Roxanne se pencha aussitôt en avant, les joues si rouges que son visage semblait prendre feu. Sa paume se referma sur le fruit. Non, pas ça. Elle relâcha aussitôt la pomme. La serviette, et ensuite son encas. Seigneur tout puissant, son esprit fonctionnait au ralenti, telle une vieille machine rouillée par les années. La starlette attrapa son peignoir et s’empressa d’enrouler le vêtement de bain autour de son corps pour camoufler ce qu’elle pouvait, en dépit de la finesse du tissu. Elle serra l'étoffe contre sa poitrine…avant de tourner le dos à Pete Hewson. Son cœur battait si vite, que sa poitrine contenait difficilement les palpitations endiablées de ce dernier. Elle retira son casque et le déposa sur le comptoir. La demoiselle se racla la gorge avant d’échapper un ricanement dans l’espoir de dissimuler son embarras…mais même tous les rires du monde ne seraient pas parvenus à faire disparaître son malaise.

“ Bon, c’est pas comme si vous n’aviez jamais vu de femme nue de votre vie….”déclara-t-elle, d’une voix mal-assurée où perçait pourtant l’amusement. L’atmosphère était devenue…terriblement étouffante. Roxanne prit une profonde inspiration, incapable pour le moment de faire face au virtuose qui…qui avait sûrement été témoin de sa prestation. Bordel. Sa dignité venait de prendre un sacré coup. Elle aurait préféré que la terre l’avale toute entière plutôt que de rester planter face à la cafetière et à sa tasse encore fumante.

“ Vous êtes rentré plus tôt, finalement.”La starlette ferma brièvement les yeux. Pourquoi avait-elle l’impression que tous les mots qui sortaient de sa bouche ne servaient qu’à l’enfoncer davantage dans les méandres de la honte ? Parce que c’était sûrement le cas. Parce que peut-être que la meilleure solution aurait été de s’excuser et de disparaître dans sa chambre pour enfiler une tenue décente…pourtant, ses pieds se contentaient de se dandiner. Du bout des orteils, elle se gratta l’arrière de sa cheville droite. Sa main fila lentement dans sa chevelure d’or pour remettre en place quelques mèches un brin audacieuses. Oh, comme Roxanne maudissait l’imprévu qui avait incité Pete à rentrer plus tôt…parce que ce n’était pas seulement sa crédibilité qui venait de partir en fumée, mais tous ses espoirs de mener à bien la collaboration la plus rentable de toute sa carrière.



j1uq.pnggtfb.png9m0b.png
But do you feel like a young God? You know the two of us are just young Gods and we'll be flying through the streets with the people underneath...And they're running, running, running.
MonkeyMama
Messages : 723
Date d'inscription : 17/06/2021
Région : Alsace
Crédits : vocivus

Univers fétiche : réel
Préférence de jeu : Homme
Narnia
MonkeyMama
Mar 28 Déc - 9:49
f180a7a411d611b1a157e794fcc00692c02247a8.gifv
Pete
Hewson

J'ai 44 ans et je vis aux USA. Dans la vie, je suis auteur compositeur interprète et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis divorcé et je le vis plutôt pas bien.

Miss Americana and the HeartBreak Prince (ft.Mad Max) - Page 2 Giphy

I could sing it to you all night, all night, if I could, I'd make it alright, alright, nothing's stopping you except what's inside, I can help you, but it's your fight, your fight.

Malgré sa célébrité, Pete est quelqu'un qui a su rester très discret. Il essaye d'avoir le moins possible les projecteurs braqués sur lui et il se confie extrêmement peu sur sa vie privée. Ses chansons sont des classiques, son public est plutôt mature et le suit depuis qu'il a commencé il y a de ça vingt ans. C'est un homme qui pense trop et qui a tendance à se refermer sur lui-même, faisant de lui quelqu'un de solitaire. Il n'a jamais eu d'enfant justement parce qu'il ne se voyait pas imposer la célébrité à quelqu'un qui n'aurait rien demandé. Lassée du train de vie infernal de l'artiste et contrariée par ce choix de ne jamais avoir d'enfant, c'est sa femme qui a demandé le divorce il y a de ça un an. Ils n'en ont jamais parlé publiquement mais il va de soi que le monde entier est déjà au courant malgré tout. Pete est reconnaissant de son train de vie de privilégié, tellement qu'il est extrêmement investi dans l'humanitaire. C'est sa façon à lui de ne pas perdre pied dans les affres du show-business. C'est quelqu'un qui essaye de rester simple. Il est plutôt agréable, charmant et abordable, mais son coté loups solitaire peut le rendre extrêmement grognon aussi.  
Quand Pete avait imaginé la cohabitation avec la starlette, il n’avait jamais pensé la retrouver en serviette de bain dans sa cuisine. Bien d’autres hommes auraient songé à en tirer parti, ils auraient même guetté ou provoqué des moments d’intimité. Pas Pete. Pas une seule fois. Son code de conduite l’en avait totalement empêché car en plus d’avoir l’âge d’être son père, il n’était absolument pas un coureur de jupons. Alors devant cette scène improbable et tout le panel d’émotions qu’elle lui inspirait, Pete n’avait pas su réagir. Il s’était figé comme foudroyé sur place, ses sacs plein de provisions en mains. Il aurait du partir. Ou se retourner, au moins, faire mine de ne pas regarder. Mais il avait regardé quand sa serviette était tombée. Il avait tout regardé. Il n’en avait pas loupé une miette, découvrant alors un appétit vorace qui dormait en lui et qu’il ne soupçonnait à aucun moment. C’était comme s’il la voyait pour la première fois, comme si elle était passée du stade de petite fille à celui de jeune femme en une fraction de seconde et ce juste devant ses yeux. Sous l’effet de la surprise, la mâchoire de Pete s’était entrouverte. Il devait avoir l’air d’un dingue mais il ne se ferait la remarque que plus tard, trop occupé pour le moment à tenter de raisonner ses yeux qui ne voulaient pas se défaire de la silhouette de la vingtenaire. La dernière fois que Pete avait vu un corps aussi jeune… eh bien, il devait avoir lui-même vingt ans. Et peut-être que ça l’aurait laissé totalement insensible s’il ne trainait pas un an d’abstinence derrière lui. Un an, ça lui paraissait être beaucoup tout à coup et c’est comme ça qu’il s’excuserait pour avoir convoité sa jeune invitée en la voyant nue. Ça faisait trop longtemps. C’est tout. Il déraillait. N’importe quel homme aurait déraillé. Mais, heureusement, la jeune femme s’était recouverte. Pete pouvait de nouveau espérer respirer correctement, lui qui avait eu le souffle coupé jusque-là. Elle lui tournait le dos, bien plus gênée sans doute qu’il ne l’était. Pete s’en voulait mais il revoyait encore parfaitement son corps dans son esprit, comme s’il l’y avait imprimé. « Je… » quand Pete avait pris la parole, il avait eu envie de la rassurer. Il aurait pu lui dire qu’il n’avait rien vu ou bien qu’il n’avait rien vu d’incroyable comme le suggérait la remarque de la blondinette mais il n’en avait rien fait : tout était mensonge. Il avait déglutit péniblement en déposant sur le comptoir ses provisions pour la semaine. « Oui. » qu’il avait conclut, incapable de fournir le moindre mensonge pour rendre ce moment moins gênant. Il avait profité de la situation et se sentait totalement minable. Ce n’était pas digne de lui. Il se voulait féministe, soutenant des causes et des associations dans ce sens… Et il n’avait même pas été capable de détourner le regard, quel hypocrite. « Je suis navré. » Oh oui, il l’était mais pas d’être rentré plus tôt. Il garda ce détail pour lui en commençant à ranger ses courses. Il se concentrait du mieux qu’il pouvait sur la tâche, soucieux d’oublier le trouble que la jeune Roxanne avait semé en lui. Il devait se rendre à l’évidence, tout avait changé dans sa manière de percevoir la jeune femme. Même sa voix semblait s’être dotée d’intonations plus douces, plus mélodieuses, à son oreille. Il se sentait être un homme basique, guidé par ce qu’il avait dans le pantalon et… mon Dieu, il détestait ça. Pete s’était toujours cru au dessus de ça. « Si on veut que cette cohabitation marche, ça ne doit plus arriver. » et on pouvait sentir une forme de dégout dans sa voix. Dégout qu’il s’inspirait lui-même. Combien de temps encore allait-il se rejouer la scène dans sa tête ? Est-ce que ça faisait de lui un immonde pervers ? Il ne pouvait s’empêcher de penser que c’était mal. « Même si je ne suis pas là. » Pas de jeune fille de vingt ans qui se promène à moitié nue dans sa maison en son absence, ça lui paraissait être une alternative raisonnable.
Mad Max
Messages : 338
Date d'inscription : 06/05/2021
Région : Centre-Val de Loire
Crédits : Mad Max (signature : magma)

Univers fétiche : De tout
Préférence de jeu : Femme
cat
Mad Max
Jeu 30 Déc - 9:32
xv22.png
Roxanne Bartholomew
J'ai 23 ans et je vis à New-York, aux Etats-Unis. Dans la vie, je suis chanteuse, vedette de la pop et je m'en sors fantastiquement bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je me moque bien de mon célibat, ma passion pour la musique étant ce qui m'importe le plus.

God save the Prom Queen,
Turned her tears to diamonds
in her crown.


Miss Americana and the HeartBreak Prince (ft.Mad Max) - Page 2 X2c0

Le minois placardé sur toutes les affiches publicitaires de parfum ou de maquillage. La voix qui résonne dans tous les postes radios. Toujours à la une des magazines peoples. Roxie, elle s’est attirée un succès que jamais elle ne penserait obtenir, ou du moins, pas aussi jeune, pas alors qu’il lui reste tant à apprendre du monde musical. Étoile montante de la pop, son visage de poupée est la raison de sa gloire florissante. Paillettes, followers et argent rythment son quotidien de vedette favorite du moment. Roxanne, elle se complaît dans sa fortune, offrant au monde entier le sourire qu’il veut voir, l’image qu’il veut contempler, la femme qu’il désire. Elle se perd un peu, dans toute cette richesse. Elle doute. Elle écrit en secret. Et elle chante les chansons des autres. Roxanne fait ce qu’on attend d’elle, au nom de l’amour qu’elle porte à la musique. Elle veut chanter. Elle veut se produire sur scène. Elle suffoque dans ce rôle mais...le jeu en vaut bien la chandelle, quitte à ne plus reconnaître son reflet dans un miroir. Roxie, la fabuleuse icône de la pop, la pousse à croire que son talent, celui qu'elle dissimule, n’est rien d’autre qu’une pierre au milieu des rochers. Et, au fond, peut-être est-ce la vérité.

jfa2.gifIt is sometimes an appropriate
response to reality to go insane.


Même si elle lui tournait à présent le dos, Roxanne ressentait encore le regard de Pete sur son corps nu, incapable d’évincer ce souvenir-là de son esprit tant il était marquant. Ses yeux avaient brûlé chaque millimètre carré de sa peau. Elle l’avait vu. Elle l’avait remarqué. Elle l’avait ressenti, comme un feu se déployant à travers tout son être. C’était l’intensité de son regard qui l’avait pétrifié, l’empêchant alors de recouvrer la raison pour ne pas voir sa dignité complètement disparaître.

Elle avait été incapable de se détacher du bleu-gris étonnant de ses pupilles, dévorée par la honte. Mais maintenant qu’elle contemplait avec un profond intérêt le mur de la cuisine, Roxie se retrouvait avec l’envie de plonger dans un gouffre pour s’évanouir, mais aussi pour atténuer la chaleur qui affluait par vague. Elle méprisait Pete. Sa façon de se comporter lui conférait une sorte d’exaspération incontrôlable. C’était plus fort qu’elle. Et pourtant…à la seconde où elle avait croisé son regard, son corps s’était embrasé aussi facilement qu’un flot d’alcool à proximité d’une étincelle. Si le virtuose s’était arraché à sa contemplation…alors elle n’aurait ressenti qu’un désagréable malaise. Mais il l’avait contemplé. La scène repassait en boucle dans sa mémoire, malgré elle, en dépit de son trouble qui se renforçait à chaque fois.

Le bruissement d’un sac en plastique lui apprit que Pete commençait à déballer ses achats. Son excuse ne lui fit aucun effet. Ne lui apporta aucun réconfort. Était-il à ce point stupéfait parce qu’il venait d’apercevoir pour rester aussi peu éloquent ? L'atmosphère ne semblait que s’alourdir davantage. Et cette impression s’accentua lorsque Roxie perçut le changement dans son timbre, lequel reflétait à présent une forme de répugnance manifeste La situation lui paraissait tellement…étouffante, qu’un sourire se glissa sur ses lèvres. Un rictus malicieux, qui ne présageait rien de bon. Allait-il vraiment lui interdire de faire quoi que ce soit, en son absence ? Ah ! Balivernes. Seulement, sa réaction l’intriguait. Poussée par la curiosité, elle jeta un regard dans la direction de Pete pour étudier son expression. Le dégoût sur son visage était évident. Pour un homme qui l’avait scruté sous toutes les coutures, son comportement était…surprenant. Ou était-ce son orgueil, qui la poussait à raisonner ainsi ?

Sûrement. Mais la honte qui l’accablait était telle qu’elle ne pouvait plus fuir ses émotions. “ Prenez pas cet air-là…vous n’avez pas vraiment cherché à détourner les yeux non plus.”lui fit-elle remarquer avant de prendre une gorgée de son café. Leur cohabitation serait en enfer, peu importe le nombre de règles qu’ils allaient s’imposer, peu importe le nombre de limites à ne pas franchir…et surtout, peu importe ce qu’elle lui dirait. Ils étaient si différents l’un de l’autre. Le fait que Pete ne cherche aucunement à apaiser les tensions le prouvait. Roxanne s’évertuait déjà à puiser dans son embarras pour effacer ses ressentiments et rendre la situation moins scandaleuse, tandis que le musicien se murait derrière son masque de froideur habituelle. Ils étaient bien trop différents pour trouver un terrain d’entente.

Roxanne trouva finalement la force de se retourner. Elle s’adossa contre le comptoir, une main fermement accrochée sur le tissu de sa serviette pour éviter tout nouvel incident. “ Écoutez…commença-t-elle, tout en suivant des yeux les mouvements de Pete. “ Vous pouvez me donner votre numéro et comme ça, si vous devez vous absenter et par malheur rentrer plus tôt…vous pouvez me tenir au courant. J’agirais en fonction. Enfin, si vous avez un téléphone…” Roxanne porta de nouveau sa tasse à ses lèvres. “ En tout cas, ne vous inquiétez pas, je ne me trémousserai plus dans votre cuisine. J’aimerais éviter de vous faire frôler une nouvelle fois la crise cardiaque.”conclut-elle, avec une pointe de sarcasme dans la voix. Parce qu’elle avait surpris ses yeux sur son corps. Le souvenir de son regard était encore bien distinct dans son esprit et pour un homme censément outré, il s’était longuement attardé sur sa peau dénudée.




j1uq.pnggtfb.png9m0b.png
But do you feel like a young God? You know the two of us are just young Gods and we'll be flying through the streets with the people underneath...And they're running, running, running.
MonkeyMama
Messages : 723
Date d'inscription : 17/06/2021
Région : Alsace
Crédits : vocivus

Univers fétiche : réel
Préférence de jeu : Homme
Narnia
MonkeyMama
Ven 31 Déc - 10:24
f180a7a411d611b1a157e794fcc00692c02247a8.gifv
Pete
Hewson

J'ai 44 ans et je vis aux USA. Dans la vie, je suis auteur compositeur interprète et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis divorcé et je le vis plutôt pas bien.

Miss Americana and the HeartBreak Prince (ft.Mad Max) - Page 2 Giphy

I could sing it to you all night, all night, if I could, I'd make it alright, alright, nothing's stopping you except what's inside, I can help you, but it's your fight, your fight.

Malgré sa célébrité, Pete est quelqu'un qui a su rester très discret. Il essaye d'avoir le moins possible les projecteurs braqués sur lui et il se confie extrêmement peu sur sa vie privée. Ses chansons sont des classiques, son public est plutôt mature et le suit depuis qu'il a commencé il y a de ça vingt ans. C'est un homme qui pense trop et qui a tendance à se refermer sur lui-même, faisant de lui quelqu'un de solitaire. Il n'a jamais eu d'enfant justement parce qu'il ne se voyait pas imposer la célébrité à quelqu'un qui n'aurait rien demandé. Lassée du train de vie infernal de l'artiste et contrariée par ce choix de ne jamais avoir d'enfant, c'est sa femme qui a demandé le divorce il y a de ça un an. Ils n'en ont jamais parlé publiquement mais il va de soi que le monde entier est déjà au courant malgré tout. Pete est reconnaissant de son train de vie de privilégié, tellement qu'il est extrêmement investi dans l'humanitaire. C'est sa façon à lui de ne pas perdre pied dans les affres du show-business. C'est quelqu'un qui essaye de rester simple. Il est plutôt agréable, charmant et abordable, mais son coté loups solitaire peut le rendre extrêmement grognon aussi.  
Elle avait remarqué le regard insistant de Pete sur elle. Alors qu’il rangeait ses courses, ce dernier se stoppa net, figé sur place. Il s’était dit que dans le feu de l’action, c’était peut-être passé inaperçu. Et que même si elle avait vu quelque chose, elle n’oserait tout de même pas le mentionner. Il avait eu tort. Roxanne était bien plus finaude qu’il ne le pensait. Sa gêne était à son maximum, le musicien ne savait plus où se mettre. Il avait joué devant des millions de personnes sans jamais ciller mais une midinette à poil dans sa cuisine et il ne savait plus où donner de la tête… Il s’en voulait. Il s’était comporté comme un rustre. S’il avait très certainement de très bonnes circonstances atténuantes, aucune ne pouvait excuser cette conduite. Il avait imprimé chaque centimètre de l’anatomie de la jeune femme dans sa tête. Si il y réfléchissait, il pouvait encore très clairement visualiser la finesse de ses chevilles, le galbe de ses cuisses et… d’autres choses, bien trop intimes pour être mentionnées. Mais il s’en souvenait et sa gêne avait redoublé d’intensité. Après de longues secondes sans rien dire, il avait trouvé la force de continuer à ranger les provisions. Ses gestes étaient mal assurés, comme s’il contenait en lui des émotions qui menaçaient de le faire craquer à tout moment. Est-ce qu’il pouvait vraiment se permettre de faire comme si de rien n’était ? Assurément pas. Mais il devait réfléchir à ce qu’il allait dire et comment. Il n’était pas question de passer pour un vieux pervers. En tout cas, il comptait bien ne pas aggraver son cas. Elle avait repris la parole et Pete était parvenu à continuer sa tâche, presque imperturbable mais pourtant réellement affecté par le rappel de son indélicatesse. Une crise cardiaque. Il était donc un vieux pervers mourant. En refermant le dernier placard, Pete ferma les yeux pour inspirer. Il en avait besoin. Quand il s’était retourné pour faire face à Roxanne, il s’était mis un point d’honneur pour ne regarder que ses yeux. Ainsi plongé dans son regard, il se surprit à être troublé. Comment avait-il fait pour ne pas y voir cette profondeur ? Etait-ce possible que ce qu’il avait dans le caleçon lui donne des hallucinations ? « Je suis désolé. » D’une main, il s’était appuyé sur le comptoir. Loin d’être un geste désinvolte, c’était un appui nécessaire pour ne pas défaillir. « Je vous ai regardé et je n’aurais pas du. J’ai franchi les limites, je n’ai pas su faire autrement. » Et rien que de le dire à voix haute suffisait à lui donner la nausée. Il se dégoutait lui-même et il avait bien du mal à le cacher. Il n’avait pas détourné le regard pour autant. « Et c’est précisément pour ça que ça ne doit plus arriver. Plus jamais. » Il avait appuyé sur chacune de ces syllabes, histoire d’être sûr d’être parfaitement clair. Ça lui demandait des efforts considérables mais si quelqu’un devait apaiser la situation, c’était bien lui. « Je n’avais reçu personne ici depuis mon divorce. » Il avait du mal à croire qu’il abordait un tel sujet et pourtant, oui, le voilà parti dans des explications personnelles. Ou presque, Pete restait vague. « Et je reçois maintenant une jeune femme… » Aucun doute là-dessus, il avait largement vérifié ce fait. Combien de personnes sur cette Terre avait déjà tapé Roxanne Bartholomew nue sur Google ? Pete savait, lui. « Et c’était sûrement naïf de ne pas anticiper ce genre de situations. J’aurais du mettre des limites avant et cet incident ne serait pas arrivé. » Et Pete n’avait pas autant parlé depuis qu’elle était arrivée ici. Il avait envie de montrer patte blanche, comme si ça pouvait suffire pour réparer ses torts. Pour la première fois, Pete ne feignait pas d’être constructif. Il voulait sincèrement l’être et c’était sans aucun doute parce qu'il avait son honneur à laver.  
Mad Max
Messages : 338
Date d'inscription : 06/05/2021
Région : Centre-Val de Loire
Crédits : Mad Max (signature : magma)

Univers fétiche : De tout
Préférence de jeu : Femme
cat
Mad Max
Dim 2 Jan - 16:47
xv22.png
Roxanne Bartholomew
J'ai 23 ans et je vis à New-York, aux Etats-Unis. Dans la vie, je suis chanteuse, vedette de la pop et je m'en sors fantastiquement bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je me moque bien de mon célibat, ma passion pour la musique étant ce qui m'importe le plus.

God save the Prom Queen,
Turned her tears to diamonds
in her crown.


Miss Americana and the HeartBreak Prince (ft.Mad Max) - Page 2 X2c0

Le minois placardé sur toutes les affiches publicitaires de parfum ou de maquillage. La voix qui résonne dans tous les postes radios. Toujours à la une des magazines peoples. Roxie, elle s’est attirée un succès que jamais elle ne penserait obtenir, ou du moins, pas aussi jeune, pas alors qu’il lui reste tant à apprendre du monde musical. Étoile montante de la pop, son visage de poupée est la raison de sa gloire florissante. Paillettes, followers et argent rythment son quotidien de vedette favorite du moment. Roxanne, elle se complaît dans sa fortune, offrant au monde entier le sourire qu’il veut voir, l’image qu’il veut contempler, la femme qu’il désire. Elle se perd un peu, dans toute cette richesse. Elle doute. Elle écrit en secret. Et elle chante les chansons des autres. Roxanne fait ce qu’on attend d’elle, au nom de l’amour qu’elle porte à la musique. Elle veut chanter. Elle veut se produire sur scène. Elle suffoque dans ce rôle mais...le jeu en vaut bien la chandelle, quitte à ne plus reconnaître son reflet dans un miroir. Roxie, la fabuleuse icône de la pop, la pousse à croire que son talent, celui qu'elle dissimule, n’est rien d’autre qu’une pierre au milieu des rochers. Et, au fond, peut-être est-ce la vérité.

jfa2.gifIt is sometimes an appropriate
response to reality to go insane.


L’excuse de Pete tomba si subitement, que la main de Roxanne se figea dans les airs. Elle coula aussitôt un regard en direction du virtuose, l’expression déformée par l’incrédulité. Ce sentiment se renforça au fil de ces paroles. Un profond dégoût résonnait dans son timbre et se lisait distinctement dans son regard, si bien que la starlette ignorait à présent s’il nourrissait un tel mépris à son égard ou envers lui-même. Sûrement un subtil mélange des deux….mais ce détail n’avait rien de surprenant.

En revanche, ses propos, et la sincérité qui se dissimulait derrière ces derniers, la prirent au dépourvu. Sans le réaliser, sa tête bascula légèrement sur le côté. Il n’avait jamais reçu personne ici ou… sous-entendait-il-il qu’il n’avait jamais vu de femme, ici, ou ailleurs, depuis son divorce ? La question soulevée par son esprit trop curieux lui fit perdre un instant le cours de leur conversation. Dans sa tête, ses pensées se mirent à tourbillonner à vive allure, provoquant un véritable chaos autour d’une simple et unique interrogation qui se basait sur une théorie incongrue et loin, bien loin, d’être fondée. Roxie ne remarqua pas aussitôt le silence qui suivit les paroles de Pete. Elle était bien trop accaparée par ce qu’il se tramait dans son esprit…son regard erra un instant dans le vide…avant de venir retrouver celui du virtuose. “ Eh bien…”Roxanne Bartholomew. À court de mots. Sa surprise était telle que ses lèvres refusaient de remuer. Elle ne parvenait toujours pas à croire qu’il s’était montré aussi loquace, en si peu de temps, osant même exprimer à voix haute son ressenti face à la situation. Ressenti qui était-on ne peut plus clair.

“ Vous…me surprenez ! J’en perdrai presque ma serviette. Ça fait déjà la deuxième fois en une matinée…à ce rythme-là, ça risque de devenir une habitude.”La demoiselle utilisait l’humour comme un moyen pour contrer la tension ambiante et surtout, masquer son malaise. Toute trace de gêne s’était évanouie. Sur son visage, il ne restait plus qu’un sourire taquin, qui s’ajoutait à son air… bien malicieux pour une femme qui venait de perdre sa dignité. “ J’accepte vos excuses. De toute façon, je sais que je n’aurai pas dû me balader à moitié nue chez vous, ce n’était pas très malin de ma part. Ni très sérieux.” Sa langue se déliait enfin. Voilà que les mots se pressaient de nouveau à la frontière de ses lèvres.

“ J’espère par contre que tous mes petits amis n’ont pas fait intérieurement la même tête que vous en me voyant nue parce que sinon… va falloir que je commence à me poser de sérieuses questions.”persifla-t-elle en se penchant vers le sol pour récupérer le fruit abandonné. Roxanne se redressa, lentement, concentrée dorénavant à étudier sa pomme, avant de se retourner vers l’évier pour la rincer, une main toujours soigneusement attachée à sa serviette. “ Enfin bon, n’en faisons pas tout un drame.”Son ton avait pris une tournure plus désinvolte. La starlette maudissait sa maladresse, et l’embarras ne s’éclipserait sans doute pas avant quelques jours mais…mais ils ne pouvaient pas stagner ainsi, à mi-chemin entre la répugnance et les justifications à outrance. Et surtout, elle devait interdire à son esprit de lui rappeler l’intensité de son regard sur sa peau nue. La solide aversion que lui inspirait Roxanne était évidente et elle ne pouvait pas laisser ses songes dériver ainsi.



j1uq.pnggtfb.png9m0b.png
But do you feel like a young God? You know the two of us are just young Gods and we'll be flying through the streets with the people underneath...And they're running, running, running.
MonkeyMama
Messages : 723
Date d'inscription : 17/06/2021
Région : Alsace
Crédits : vocivus

Univers fétiche : réel
Préférence de jeu : Homme
Narnia
MonkeyMama
Lun 3 Jan - 11:13
f180a7a411d611b1a157e794fcc00692c02247a8.gifv
Pete
Hewson

J'ai 44 ans et je vis aux USA. Dans la vie, je suis auteur compositeur interprète et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis divorcé et je le vis plutôt pas bien.

Miss Americana and the HeartBreak Prince (ft.Mad Max) - Page 2 Giphy

I could sing it to you all night, all night, if I could, I'd make it alright, alright, nothing's stopping you except what's inside, I can help you, but it's your fight, your fight.

Malgré sa célébrité, Pete est quelqu'un qui a su rester très discret. Il essaye d'avoir le moins possible les projecteurs braqués sur lui et il se confie extrêmement peu sur sa vie privée. Ses chansons sont des classiques, son public est plutôt mature et le suit depuis qu'il a commencé il y a de ça vingt ans. C'est un homme qui pense trop et qui a tendance à se refermer sur lui-même, faisant de lui quelqu'un de solitaire. Il n'a jamais eu d'enfant justement parce qu'il ne se voyait pas imposer la célébrité à quelqu'un qui n'aurait rien demandé. Lassée du train de vie infernal de l'artiste et contrariée par ce choix de ne jamais avoir d'enfant, c'est sa femme qui a demandé le divorce il y a de ça un an. Ils n'en ont jamais parlé publiquement mais il va de soi que le monde entier est déjà au courant malgré tout. Pete est reconnaissant de son train de vie de privilégié, tellement qu'il est extrêmement investi dans l'humanitaire. C'est sa façon à lui de ne pas perdre pied dans les affres du show-business. C'est quelqu'un qui essaye de rester simple. Il est plutôt agréable, charmant et abordable, mais son coté loups solitaire peut le rendre extrêmement grognon aussi.  
En une année de célibat, Pete s’était légèrement aigri. Fut une époque, il croyait en l’amour. Le grand, le vrai, l’unique. L’Amour avec un grand A. Et puis tout s’était cassé la gueule, il était resté seul avec ses désillusions depuis. Avec ses besoins aussi. Des besoins qu’il pensait avoir été capable d’ignorer mais il n’en était rien. Il se sentait sale et minable. Ce n’était pas digne de l’homme qu’il pensait être. Pour sauver l’honneur, il n’avait eu qu’une seule option : s’excuser. Cette option lui demandait de s’exposer mais Pete avait les épaules assez larges pour assumer. En tout cas, c’est ce qu’il s’était dit. Maintenant qu’il était là, à attendre une quelconque réaction de la part de sa jeune collaboratrice, il n’en était plus si sûr. Pourquoi est-ce qu’elle mettait autant de temps ? Est-ce qu’il l’avait choqué ? Peut-être qu’il aurait du faire le choix de garder le silence, tout compte fait. Alors qu’il s’apprêtait à balayer toute cette conversation de quelques mots résignés, Roxanne s’était mise soudainement à parler. La pression du côté de Pete retombait légèrement. Comme par magie, les traits de la starlette s’étaient détendu et Pete reconnaissait sur son visage une certaine forme de malice. « Oh non ! » qu’il s’était automatiquement exclamé, totalement scandalisé par l’idée que ça puisse se produire une nouvelle fois et, encore pire, que ça puisse devenir une habitude. Tellement scandalisé qu’il n’avait pas compris le trait d’humour, pas sur le coup. Maintenant qu’il comprenait, il se flagellait mentalement d’avoir réagit aussi vivement. Elle allait finir par penser qu’il la trouvait monstrueuse. Ou bien qu’il était vraiment très bizarre. « Je veux dire… Non, merci. » qu’il tenta de rattraper avec un sourire qui se voulait amusé mais qui criait à quel point il était mal à l’aise. « Merci. » qu’il conclut quand elle accepta ses excuses. Pour la première fois depuis qu’elle était là, ils avaient un vrai dialogue. C’était assez perturbant mais pas aussi désagréable que Pete l’aurait pensé. C’était sans compté sur Roxanne qui avait l’art et la manière de dire précisément ce qu’il fallait pour mettre le quarantenaire dans tous ces états. Evidemment. Elle pensait qu’elle était le problème. Elle n’avait donc rien compris de ce qu’il essayait de lui dire… C’était lui le problème. Rien que lui. Pete déglutit. N’en faisons pas tout un drame, qu’elle continuait maintenant après avoir ramassé la deuxième victime collatérale de la situation : sa pomme. C’est sans doute parce que Pete avait un grand coeur qu’il n’avait pas su la laisser sur cette pensée. « Mais non, enfin… » Il s’était mordu la lèvre dans l’effort de contrôler ses paroles. Un mot de travers dans des circonstances pareilles pouvait être interprété de la pire des façons. « Vous êtes… » Mon Dieu, qu’est-ce qu’il pouvait bien dire pour la décrire qui ne le ferait pas passer pour un horrible pervers ? « Très bien. » furent les seuls mots corrects qui lui vinrent. Pourquoi est-ce qu’il avait l’impression que c’était pire ? C’était bien là tout le problème : Roxanne ne lui inspirait aucune aversion. S’il n’avait pas su regarder ailleurs c’est parce qu’il avait été saisi par sa beauté. « Je doute que vous ayez jamais déçu aucun de vos petits amis. » Mais pourquoi est-ce qu’ils parlaient au pluriel ? Elle avait quoi, un harem ? Pete soupira, soulagé d’avoir réussi à sortir tout ça sans se dégonfler. Ça aurait été tellement plus simple de fuir la situation et de ne plus jamais en parler.   
Mad Max
Messages : 338
Date d'inscription : 06/05/2021
Région : Centre-Val de Loire
Crédits : Mad Max (signature : magma)

Univers fétiche : De tout
Préférence de jeu : Femme
cat
Mad Max
Mar 4 Jan - 16:30
xv22.png
Roxanne Bartholomew
J'ai 23 ans et je vis à New-York, aux Etats-Unis. Dans la vie, je suis chanteuse, vedette de la pop et je m'en sors fantastiquement bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je me moque bien de mon célibat, ma passion pour la musique étant ce qui m'importe le plus.

God save the Prom Queen,
Turned her tears to diamonds
in her crown.


Miss Americana and the HeartBreak Prince (ft.Mad Max) - Page 2 X2c0

Le minois placardé sur toutes les affiches publicitaires de parfum ou de maquillage. La voix qui résonne dans tous les postes radios. Toujours à la une des magazines peoples. Roxie, elle s’est attirée un succès que jamais elle ne penserait obtenir, ou du moins, pas aussi jeune, pas alors qu’il lui reste tant à apprendre du monde musical. Étoile montante de la pop, son visage de poupée est la raison de sa gloire florissante. Paillettes, followers et argent rythment son quotidien de vedette favorite du moment. Roxanne, elle se complaît dans sa fortune, offrant au monde entier le sourire qu’il veut voir, l’image qu’il veut contempler, la femme qu’il désire. Elle se perd un peu, dans toute cette richesse. Elle doute. Elle écrit en secret. Et elle chante les chansons des autres. Roxanne fait ce qu’on attend d’elle, au nom de l’amour qu’elle porte à la musique. Elle veut chanter. Elle veut se produire sur scène. Elle suffoque dans ce rôle mais...le jeu en vaut bien la chandelle, quitte à ne plus reconnaître son reflet dans un miroir. Roxie, la fabuleuse icône de la pop, la pousse à croire que son talent, celui qu'elle dissimule, n’est rien d’autre qu’une pierre au milieu des rochers. Et, au fond, peut-être est-ce la vérité.

jfa2.gifIt is sometimes an appropriate
response to reality to go insane.


Contre toute attente, un sentiment de satisfaction commençait à ressortir de son embarras…lequel semblait bien insignifiant face à la confusion de Pete qui, à en juger par son comportement désordonné et ses réactions précipitées, ne pouvait pas aligner deux mots sans que ses pensées s’entremêlent. Et Roxanne…Roxanne prenait presque un malin plaisir à envenimer la situation. Les tourments du virtuose la détournaient de son propre fardeau. Usant de son humour bancal pour retrouver le contrôle des événements, elle ne fut pas surprise lorsque son hôte ne discerna pas les plaisanteries qui se dissimulaient derrière ses remarques. Elle avait assez confiance en elle pour pratiquer avec nonchalance l’art de l'auto dérision. En revanche...Pete devenait progressivement de plus en plus déroutant. Et elle devait avouer que ses paroles la plongèrent dans la perplexité, bien qu’une lueur amusée illuminait son regard, lui faisant alors réaliser qu’échanger avec le musicien n’était pas aussi ennuyeux qu’elle l’eût imaginé. Ce n’était pas incroyable. Mais c’était divertissant. Roxanne arqua un sourcil, le regard rivé sur Pete, se surprenant à étudier son visage d’une manière nouvelle.

“ Vous n’étiez pas obligé de relever, vous savez mais…”Quels termes avait-il utilisés pour la décrire ? Vous êtes très bien.Quel compliment ! Il s’exprimait bien mieux à travers ses chansons, ça ne faisait aucun doute. Loin d’être blessée pour autant, Roxie croisa les bras sur sa poitrine, les prunelles dépourvues de toute animosité, grandement amusée malgré elle par les tentatives du virtuose pour rattraper son manque de tact.

“ Vous savez comment parler aux femmes, en tout cas. Merci, je suppose. ”Et cette fois-ci, sa voix reflétait une ironie bien distincte. Ses taquineries se transformaient-elles en une forme de cruauté ? Sûrement. Mais ses lèvres remuaient dorénavant par leur propre volonté, comme si Roxanne n’avait plus le moindre contrôle sur les mots qui s’en échappaient. Elle prenait un véritable plaisir à titiller les nerfs de Pete. Lui qui était d’ordinaire…aussi expressif qu’un roc échoué sur la grève, semblait avoir délaissé sa froideur et son mépris et c’était encourageant de le voir interagir ainsi. Son comportement laissait presque entendre qu’il n’était pas qu’un amas d’arrogance et d’austérité.

“ Bon !”s’exclama-t-elle soudainement, en claquant lentement ses mains l’une contre l’autre. “ Je ne vais pas passer ma journée comme ça alors je ferais mieux de m’habiller. Et puis vous avez sûrement plein de trucs à faire…”Son regard se promena sur le sac de course abandonné sur le comptoir…avant que Roxanne ne fasse un pas en direction du salon, mettant ainsi un terme à un supplice qui paraissait avoir duré une éternité. Bon dieu, maintenant qu’elle s’était enfin décidée à s’éloigner…elle prenait conscience du ridicule de la situation. La starlette était partagée entre le fou rire et l’envie de disparaître de la surface de la Terre. Mais avant tout…Roxie éprouvait un certain soulagement. Se pouvait-il que sa cohabitation avec Pete ne soit pas si désastreuse que ça ? Non, elle ne pouvait pas placer autant d’espoir en la personne du virtuose aussi rapidement sous prétexte qu’il ne l’avait pas toisé avec sévérité durant une dizaine de minutes. Ça ne signifiait rien. La starlette se doutait d’ors et déjà qu’il retrouverait son masque de glace dès cette après-midi…redevenant ainsi l’homme qui lui instillait les mêmes effets qu’un somnifère. Que sa peau ait été brûlée, marquée par l’agréable caresse de son regard n’y changerait rien.



j1uq.pnggtfb.png9m0b.png
But do you feel like a young God? You know the two of us are just young Gods and we'll be flying through the streets with the people underneath...And they're running, running, running.
MonkeyMama
Messages : 723
Date d'inscription : 17/06/2021
Région : Alsace
Crédits : vocivus

Univers fétiche : réel
Préférence de jeu : Homme
Narnia
MonkeyMama
Mer 5 Jan - 14:34
f180a7a411d611b1a157e794fcc00692c02247a8.gifv
Pete
Hewson

J'ai 44 ans et je vis aux USA. Dans la vie, je suis auteur compositeur interprète et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis divorcé et je le vis plutôt pas bien.

Miss Americana and the HeartBreak Prince (ft.Mad Max) - Page 2 Giphy

I could sing it to you all night, all night, if I could, I'd make it alright, alright, nothing's stopping you except what's inside, I can help you, but it's your fight, your fight.

Malgré sa célébrité, Pete est quelqu'un qui a su rester très discret. Il essaye d'avoir le moins possible les projecteurs braqués sur lui et il se confie extrêmement peu sur sa vie privée. Ses chansons sont des classiques, son public est plutôt mature et le suit depuis qu'il a commencé il y a de ça vingt ans. C'est un homme qui pense trop et qui a tendance à se refermer sur lui-même, faisant de lui quelqu'un de solitaire. Il n'a jamais eu d'enfant justement parce qu'il ne se voyait pas imposer la célébrité à quelqu'un qui n'aurait rien demandé. Lassée du train de vie infernal de l'artiste et contrariée par ce choix de ne jamais avoir d'enfant, c'est sa femme qui a demandé le divorce il y a de ça un an. Ils n'en ont jamais parlé publiquement mais il va de soi que le monde entier est déjà au courant malgré tout. Pete est reconnaissant de son train de vie de privilégié, tellement qu'il est extrêmement investi dans l'humanitaire. C'est sa façon à lui de ne pas perdre pied dans les affres du show-business. C'est quelqu'un qui essaye de rester simple. Il est plutôt agréable, charmant et abordable, mais son coté loups solitaire peut le rendre extrêmement grognon aussi.  
Qu’il se sentait affreusement banal, Pete, d’avoir autant lorgné sur une midinette de vingt ans. Il s’estimait heureux qu’elle ne réagisse pas plus mal que ça. Elle pourrait l’avoir traité de tous les noms, elle aurait pu être scandalisée, et il aurait eu du mal à lui en vouloir. Bien sûr, il n’avait pas provoqué la situation mais… son regard sur elle n’avait pas été décent. Pas une seule seconde. D’où les excuses. Si Pete connaissait mieux la starlette, il pourrait voir qu’elle s’amusait de la situation. Dans sa propre confusion, il avait été incapable de le déceler chez elle. Ce n’est que lorsqu’elle avait répondu à ses excuses qu’il avait compris. Elle se moquait de lui ? Il avait plissé les yeux, à la recherche d’indices qui étayeraient ses suppositions. Et ça avait été frustrant parce qu’il ne la connaissait pas. Il n’avait pas ses codes, il ne comprenait pas ses manières de réagir. Elle était un mystère pour lui, ou presque, au-delà de l’image toute fabriquée qu’il s’était faite d’elle. Mais si elle n’était pas le stéréotype de la starlette en mal de followers, qui était-elle ? Sa malice l’étonnait et pas forcément dans le bon sens du terme. Se pourrait-il qu’elle soit… vicieuse ? Pete croisa les bras contre son torse, mécanisme inconscient de défense. Son regard s’était fait sévère à nouveau et l’ambiance qui s’était contenté d’être pesante jusque-là s’était faite glaciale. « De rien, j’imagine. » qu’il avait dit par mimétisme. Il s’était refermé aussi vite qu’il s’était ouvert. Et pourtant, il ne regrettait pas de l’avoir fait. Dans une certaine mesure ça l’avait soulagé et… il sentait l’inspiration le gagner. La fameuse, celle qui ne peut pas attendre et qui le pousse à s’enfermer pendant des semaines voire même des mois. Ça l’avait inspiré. Peu importe à quel point ce moment avait été grotesque puisque ça avait débloqué ce qu’il préférait en lui : l’inspiration. Il hocha alors vigoureusement de la tête quand la blondinette lui avait dit qu’il avait plein de choses à faire. Elle s’était éclipsée et il avait rangé au lance-pierre l’intégralité de ses courses avant d’aller s’enfermer en studio. Une fois là-bas, il y était resté pendant des heures. Incapable d’avoir la notion du temps, il n’avait pas déjeuné. Roxanne et Pete étaient sensés travailler ensemble mais Pete n’avait pas prévenu de son absence. Son ventre n’avait crié famine qu’à la nuit tombée, à ce moment-là seulement Pete réalisa qu’il avait disparu des radars depuis trop longtemps. L’horloge du couloir qui le menait au salon indiquait qu'il était huit heures du soir. La soirée commençait à peine et Pete avait la meilleure des nouvelles : il tenait une chanson. C’était une chanson qui lui tenait à coeur mais à laquelle il n’avait pas su donner de vie avant d’être subitement inspiré tout à l’heure. Il était évidemment particulièrement fier. Ça lui plaisait, ça le touchait… c’était lui, ce qu’il ressentait, au travers d’une chanson. Il était si emballé que c’était avec un sourire qu’il avait retrouvé sa jeune collaboratrice. « Venez, j’ai quelque chose à vous faire écouter ! » qu’il lui avait dit, sans penser une seule seconde à s’excuser de ne pas l’avoir prévenu de son isolement. C’était le problème de Pete, ses éclairs de génie l’empêchaient toujours de faire preuve de réalisme et de bon sens. Plus rien ne comptait plus que la chanson qu’il venait d’achever, comme s’il venait d’accoucher du plus beau bébé du monde. S’il avait eu davantage les pieds sur terre, sans doute serait-il encore marié… Mais il se laissait toujours emporter et submerger par son art.
 
Contenu sponsorisé
Miss Americana and the HeartBreak Prince (ft.Mad Max)
Page 2 sur 5
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Sujets similaires
-
» Did you miss me ?
» (m) mister défense contre les forces du mal et miss potion / lestrange-weasley (en cours)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: