Le Deal du moment : -45%
Baskets Nike Air Max Tailwind IV à 94€ au ...
Voir le deal
94 €

Partagez
 
 
 

 Everything is not fine !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 2699
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

flower

Everything is not fine ! - Page 2 Empty

1394547337-17.png
Johan Müller
J'avais 31 ans au moment de ma mort et je vivais dans une petite ville, de Djibouti. Dans la vie, j’étais médecin humanitaire et je m'en sortais bien, je n'y pensais pas en général. Sinon, à cause de mon boulot trop prenant, j’étais célibataire et je vivais pas trop mal.

+ Il a été adopté à l'âge de sept ans alors qu'il tentait de survivre dans un orphelinat en Estonie + Il a grandi en Suisse, à Genève + Il s'est engagé dans l'humanitaire dés qu'il a eu son diplome de médecin anesthésiste, réanimateur. C'était important pour lui de venir en aide aux plus pauvres, comme on lui était venu en aide + Il était trop occupé par son travail pour prendre le temps de construire une vraie relation + Il est mort lors de l'attaque de son dispensaire


Daniel Bederov :copyright:️ bazzart

« C’est super, ça va nous permettre d’apprendre à connaître les autres également. »

Je hochais doucement la tête en l'entendant. J'avais croisé quelques personnes depuis que j'étais ici mais je ne les connaissais pas tous encore. C'était une bonne idée, une bonne façon d'apprendre à se connaitre et de sympathiser. Après tout j'allais passer l'éternité avec eux alors autant partir sur de bonnes bases dés le début.

« Tu crois qu’on doit s’habiller élégamment pour l’occasion ? Je ne sais pas à quoi on doit s’attendre pour une fête de bienvenue au bon endroit. »

- Janet m'a dit en me la remettant qu'on devait se mettre sur notre 31. Donc je suppose que ça veut dire costume.

Je haussais vaguement les épaules avant de refermer mon livre et de me lever.

- Heureusement qu'on a tout ce qu'il faut dans notre penderie. Je vais me préparer on se retrouve dans le salon pour y aller?

Je lui souris légèrement avant de me lever pour retrouver ma chambre et ma penderie. Cela faisait bien des années que je n'avais pas enfilé un costume. J'étais davantage devenu un habitué des vêtements légers et confortables survivant aux conditions rudes de l'Afrique. Je restais un moment devant ma penderie en soupirant. Un costume ça aurait largement suffi. Mais non il fallait que mon placard déborde littéralement de costume en tour genre. J'optais finalement pour quelque chose de sobre. Veste noire et pantalon assorti sur une chemise blanche que j'avais légèrement déboutonnée. Je me passerais de cravate pour la soirée. Je ne voulais pas avoir l'air trop coincé non plus. J'avais toujours dans l'idée d'essayer de séduire mon âme soeur. Même si on avait des tas de points communs, je savais pertinement que ce n'était pas tout, que ça ne suffisait pas pour construire une relation. Et même si ça me rassurait, je restais quand même un peu inquiet. Il semblait assez sur la réserve.

Je soupirais en terminant de m'habiller. J'étais ridicule. Il venait à peine d'arriver. Il devait déjà être perturbé par tout ce qu'il avait à encaisser et en plus il se retrouvait avec une âme soeur. Il fallait que je lui laisse le temps de digérer un peu tout ça. On avait l'éternité devant nous pour apprendre à se connaitre. Ca ne servait à rien de précipiter les choses.

Je l'attendis un petit moment dans le salon avant de me retourner en entendant du bruit. J'avais voulu essayer de rester neutre, de ne pas trop l'envahir, mais je ne pus m'empêcher de sourire en le voyant prêt.

- Tu es superbe...

Je m'éclaircis un peu la gorge, essayant de me reprendre.

- Je veux dire;.. tu es prêt? On peut y aller?



Revenir en haut Aller en bas
 
Maddy'n
Maddy'n
Féminin MESSAGES : 175
INSCRIPTION : 10/10/2019
ÂGE : 27
RÉGION : IDF
CRÉDITS : Pop-Gun

UNIVERS FÉTICHE : Fantasy / Réel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3361-once-upon-a-time-maddy-n https://www.letempsdunrp.com/t3983-les-experiences-a-faire https://www.letempsdunrp.com/t3362-my-experiences-maddy-n
tea

Everything is not fine ! - Page 2 Empty

Uok2fpFn.png
Oliver Kõva
J'avais 32 ans au moment de ma mort et je vivais à Tallinn, en Estonie. Dans la vie, j’étais serveur et je m'en sortais mal, obligé de flirter avec l’illégalité pour vivre. Sinon, à cause de mon sale caractère, j’étais célibataire et je suppose que peu de gens regrette ma disparition.

+ Il s’est enfui de chez lui à 18 ans, fuyant ses parents qui le battaient. + Il enchainait les petits boulots pour vivre, notamment ceux de serveurs. + N’arrivant pas à s’en sortir, il a passé un peu de drogue, mais n’en a jamais consommé. + Il n’a jamais vraiment réussi à se sentir intégré où que ce soit. + Il se moque des gens trop intelligents, trop sérieux, mais en réalité, il se sent en position de détresse face à eux. + Il a tendance à justifier ses mauvais choix par son enfance difficile. + Il a prit mille fois des résolutions pour changer, qu’il n’a jamais tenues. + Il est mort renversé par une voiture.


Theo James :copyright:️ All Souls
Un sourire se dessine sur mes lèvres bien que j’ai fortement envie de soupirer. Se mettre sur son trente-et-un, ça impliquait de mettre un costume, chose que je ne faisais jamais, si ce n’était pas les enterrements. Pour le reste, ce n’était pas nécessaire. J’étais en bas l’échelle sociale, et porter un costume n’y changerait rien. Aucun de mes emplois n’avait nécessité que j’en porte un. Je ne faisais clairement pas parti des grands de ce monde, et passer la soirée à jouer les pingouins s’annonçait déjà comme un nouveau défi des enfers. Vraiment, est ce que je n’y étais pas ? Y avait-il une possibilité pour que ceci soit le bon endroit de tous, sauf de moi, pour qui c’était le mauvais endroit ? Ca pourrait avoir du sens, mais aussi, ça semblait être un plan bien compliqué pour… Je ne sais même pas pourquoi. Tout ce que je sais, c’est que faire semblant me fatigue, et qu’à terme, la fatigue me rends irritable.

Johan semble bien plus enthousiaste que moi. Aucun doute que Mr Perfection serait ravi d’aller copiner avec d’autres héros comme lui. Quoique ce n’était pas si mal. S’il se liait d’amitié avec d’autres, peut-être que ça me permettrait de l’éviter un peu plus souvent. Ca pouvait valoir le coup d’essayer de le pousser vers d’autres. Je me redresse et attrape un serviette pour essuyer les gouttes d’eau qui perlent sur mon visage. « Ca marche, à tout de suite ! » Il n’y avait aucune chance de toute façon pour qu’on se change dans la même pièce. Il s’éloigne le premier pour rejoindre sa chambre, et je ne tarde pas à faire de même, marquant une petite pause dans la salle de bain pour me rincer à l’eau clair de celle de la piscine, même si je suppose qu’elle était également très propre. Pas besoin de désinfectant, de chlore ou de ce genre de chose au paradis je suppose.

Devant l’armoire qui m’est destinée, je reste une moment immobile à me décider quoi porter. Je ne sais pas lequel choisir parmi la myriade de costume suspendus. Un seul aurait suffit. Largement suffit. « Purin de soirée de bienvenue… » Je marmonne suivi d’un soupir alors que j’attrape un costume, plutôt au hasard. Costume trois pièce, chemise blanche, pantalon, gilet et veste bleu nuit, accompagné d’une cravate. Beurk ! J’avais vraiment l’air d’un con avec ça. Et puis surtout, j’avais toujours l’impression que ça m’étoufferait. Comme une corde magique qui pourrait se resserrer à n’importe quel moment. Un accessoire dont je me serais bien passé, mais il fallait sortir le grand jeu.  

Habillé, coiffé, sur mon trente-et-un, je descends dans le salon rejoindre Johan qui ne manque pas de me complimenter. Là, j’ai vraiment l’impression que le noeud papillon se resserre autour de ma gorge. « Merci… » Le mot est difficile à sortir tant je suis mal à l’aise. Je crois que jamais je ne me ferais à l’idée qu’il puisse vouloir me charmer. Je n’arrive d’ailleurs pas à lui retourner le compliment, même pour être poli. Les mots se bloquent dans ma gorge et je préfère détourner la tête. « Ouais, allons-y. »

Je saisis l’invitation restée sur la table, cherchant l’adresse, mais au lieu de ça, une petite flèche se matérialise au dessus de la carte, semblant indiquer le chemin à suivre. « Je suppose qu’il est impossible de se perdre au bon endroit. » Ce que j’allais finir par trouver fort dommage. Ca aurait été la meilleur excuse pour ne pas y aller. Le bon endroit ayant pensé visiblement à tout, on se met en route, suivant silencieusement la petite flèche qui nous guide dans le voisinage jusqu’à un sublime manoir. Ou château. Je ne savais pas comment le décrire vraiment. Quoiqu’il en soit, c’était immense. « Bienvenue à tous les deux ! Je suis Jessica, votre hôte. » Je tourne la tête pour découvrir une charmante jeune femme, grande, blonde, souriante, vêtue d’une robe rose, satinée. « Enchantée Jessica, je suis Oliver, et voici Johan. » Je fais mon plus beau sourire, tentant de faire bonne impression. Un effort que j’allais devoir faire toute la soirée. « Si vous avez besoin de quoique ce soit, n’hésitez pas, et sinon, il y a Janet bien sur ! » Je hoche lentement la tête. Pour l’instant, j’allais surtout avoir besoin d’un verre. « Je vais au bar, tu veux quelque chose ? » J’interroge Johan, priant intérieur pour qu’il me réponde non et enfin mettre un peu de distance entre nous pour cette soirée.
Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 2699
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

flower

Everything is not fine ! - Page 2 Empty

1394547337-17.png
Johan Müller
J'avais 31 ans au moment de ma mort et je vivais dans une petite ville, de Djibouti. Dans la vie, j’étais médecin humanitaire et je m'en sortais bien, je n'y pensais pas en général. Sinon, à cause de mon boulot trop prenant, j’étais célibataire et je vivais pas trop mal.

+ Il a été adopté à l'âge de sept ans alors qu'il tentait de survivre dans un orphelinat en Estonie + Il a grandi en Suisse, à Genève + Il s'est engagé dans l'humanitaire dés qu'il a eu son diplome de médecin anesthésiste, réanimateur. C'était important pour lui de venir en aide aux plus pauvres, comme on lui était venu en aide + Il était trop occupé par son travail pour prendre le temps de construire une vraie relation + Il est mort lors de l'attaque de son dispensaire


Daniel Bederov :copyright:️ bazzart

Je n'étais pas du genre à aller à la pêche aux compliments. Je me moquais de la façon dont j'étais habillé en général. Alors... oui non je m'en fichais complètement qu'il ne m'ait pas fait de remarque sur ma tenue. Ca ne voulait strictement rien dire de toute façon. On... on était peut être des âmes soeurs mais ce n'était pas obligé d'être le coup de foudre entre nous. Ca n'arriverait peut être certainement jamais. On serait peut être... des âmes soeurs au sens amicale et platonique du terme. Ce n'était pas comme si sur terre j'avais une vie sexuelle trépidante.

Je sortais de mes pensées pour écouter ses remarques sur le lieux du rendez vous. Je lui souris avant de sortir avec lui vers la soirée. On ne tarda pas à arriver devant une maison... non ça ressemblait plus à un mini château tellement l'endroit était immense. A croire qu'on s'était un peu fait avoir avec notre petite maison. Je la trouvais déjà très luxueuse mais ça... non là on était au delà de toute mesure. C'était beaucoup trop. Beaucoup trop tape à l'oeil et tout le reste... Est ce qu'il y avait vraiment quelqu'un qui vivait ici? Ou est ce qu'ils gardaient juste cet endroit pour les soirées.

On entra dans la "maison", si on pouvait appeler ça comme ça avant de se faire attraper par une espèce de blonde au sourire ultra blanc. Je l'écoutais se présenter comme Jessica, notre hôte. AH ben très bien, donc cette maison beaucoup trop grande, puant beaucoup trop le fric c'était chez elle. Je savais. J'avais grandi en Suisse dans une maison assez grande et luxueuse. Mais ce n'était rien, vraiment comparé à ce que je voyais là.

Je tentais de lancer un regard suppliant à Oliver alors qu'il m'abandonnait avec la blonde pour aller chercher des verres mais il ne le capta pas. On ne se connaissait surement par encore assez pour en arriver là. Je me contentais de lui demander de me ramener une coupe de champagne alors qu'il m'abandonnait avec cette chère Jessica.

Et comme je m'y attendais elle se lança dans un long monologue sur elle même. Elle avait grandi au sein de la famille royale du Luxembourg. Elle avait passé toute sa vie à s'investir auprès de différentes oeuvres humanitaires, donnant de son temps et de sa personne, avant de finalement mourir tragiquement dans un accident de voiture.

Et elle ne cessait de parler d'elle, me vantant sans reprendre son souffle tous les exploits qu'elle avait accompli. Au secours.... ça ne faisait que cinq minutes et j'avais déjà mal à la tête.

Je souris en voyant Oliver revenir avec nos boissons. Je récupérais ma coupe avant de tenter un coup de bluff.

- C'est vraiment fascinant tout ça Jessica... mais je m'en voudrais d'accaperer l'hôte de la soirée surtout que... ce ne sont pas des nouveaux venus que je vois là?

Et ça marcha. Elle s'esquiva en s'excusant avant d'aller voir, ou plutôt faire souffrir d'autres personnes.

- Oh mon dieu elle est insupportable. Pendant tout le temps que tu es parti elle n'a cessé de me parler de toutes les associations auprès desquelles elle s'est investi, de tous les pauvres malheureux qu'elle a sauvé.... Princesse Parfaite. Je n'en pouvais plus. A croire qu'elle n'a que ça comme sujet de conversation.

Et je souffrais beaucoup trop de l'entendre parler ainsi. Oui j'adorais mon travail mais je ne parlais pas non plus que de ça quand même?



Revenir en haut Aller en bas
 
Maddy'n
Maddy'n
Féminin MESSAGES : 175
INSCRIPTION : 10/10/2019
ÂGE : 27
RÉGION : IDF
CRÉDITS : Pop-Gun

UNIVERS FÉTICHE : Fantasy / Réel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3361-once-upon-a-time-maddy-n https://www.letempsdunrp.com/t3983-les-experiences-a-faire https://www.letempsdunrp.com/t3362-my-experiences-maddy-n
tea

Everything is not fine ! - Page 2 Empty

Uok2fpFn.png
Oliver Kõva
J'avais 32 ans au moment de ma mort et je vivais à Tallinn, en Estonie. Dans la vie, j’étais serveur et je m'en sortais mal, obligé de flirter avec l’illégalité pour vivre. Sinon, à cause de mon sale caractère, j’étais célibataire et je suppose que peu de gens regrette ma disparition.

+ Il s’est enfui de chez lui à 18 ans, fuyant ses parents qui le battaient. + Il enchainait les petits boulots pour vivre, notamment ceux de serveurs. + N’arrivant pas à s’en sortir, il a passé un peu de drogue, mais n’en a jamais consommé. + Il n’a jamais vraiment réussi à se sentir intégré où que ce soit. + Il se moque des gens trop intelligents, trop sérieux, mais en réalité, il se sent en position de détresse face à eux. + Il a tendance à justifier ses mauvais choix par son enfance difficile. + Il a prit mille fois des résolutions pour changer, qu’il n’a jamais tenues. + Il est mort renversé par une voiture.


Theo James :copyright:️ Sweet Disaster
Johan semble aussi surpris que moi par l’opulence qui se dégage de cet endroit. Quelque part, ça me rassure, de me dire qu’il n’y avait pas que moi qui était choqué par autant d’abondance. Bien sûr, sur Terre j’aurais certainement tout donner pour vivre dans un endroit comme celui-ci, avec absolument tout à disposition, pour ne plus avoir à lutter chaque jour pour survivre. Mais maintenant que j’étais mort, je me demandais effectivement à quoi tout ceci aurait pu me servir. Est ce que le lustre en cristal était si indispensable ? Tellement de babioles sans aucune utilité était présente ne serait-ce qu’au rez de chaussé que ça m’en donnait presque le vertige. Ca me ferait presque douter de ma définition du bonheur. A une époque, j’aurais sans la moindre hésitation dit que l’argent était le bonheur, mais aurais-je vraiment été plus heureux sur Terre dans une si grande maison, seul, sans famille ou sans véritable ami ?

Je ne m’attarde pas plus sur mes pensées alors que dans un sourire, je m’éloigne de notre hôte et mon colocataire pour aller nous chercher à boire. Après tout, Monsieur Parfait n’aurait aucune difficulté à survivre à cette soirée, lui. Au bar, je me sers un premier shot de tequilla que j’avale sur le champs. Une première dose de courage, nécessaire pour tenir le coup toute la soirée. Je regarde ensuite tous alcools à disposition, ainsi que les verres, en cristal, qui dans leurs perfections me donnent envie de les briser, histoire de ne pas être le seul à avoir des fêlures, des défauts. Ce que j’aurais bien été capable de faire s’il n’y avait pas eut autant de monde autour de moi. Cette soirée allait être chiante au possible. J’attrape deux coupes de champagnes, histoire de faire à peu près comme tout le monde avant de revenir vers Johan et Jessica. Cette dernière semblait être partie pour raconter sa vie au médecin, et je me félicite d’avoir eut la bonne idée d’aller chercher à boire pour manquer ça. Mademoiselle était parfaite ! Parfaitement insupportable oui ! Comme tout les gens présents ici, qui me donnent tous envie de les insulter.

Et j’avais beau penser que Johan serait à l’aise, dans son élément au milieu de tout ça, son attitude vient ancrer le doute en moi. Je rêve ou il venait de niaiser Jessica ? Je retiens un sourire alors qu’elle s’éloigne vraiment de nous pour se mêler à d’autres invités. Une fois suffisamment à l’écart, Johan se lâche, me partageant l’enfer qu’elle venait de lui faire subir. Alors Monsieur Parfait, on apprécie pas ses semblables ? « Je veux bien te croire. Elle a l’air si condescendante. Mais à mon avis, elle ne sera pas la seule comme ça. » Un regard dans la pièce me suffit à deviner que beaucoup devaient avoir un égo dimensionné à la taille d’un éléphant. Peut-être que finalement, Johan était le moins pire dans toute cette histoire. Jusque là, il avait été plutôt humble et modeste, sans vraiment trop insister sur les expéditions humanitaires qu’il avait fait. « Je pense que cette soirée va être chiante à mourir. Enfin, si on était pas déjà mort. » Mais si c’était possible qu’on le soit à nouveau, on allait l’être ce soir.

Mes yeux se promènent dans la pièce, cherchant quelque chose qui pourrait rendre cette soirée moins rasoir. Impossible de faire quelque chose à trop grande échelle si je ne voulais pas me faire remarquer, mais à part boire pour oublier à quel point ces gens pouvaient être chiants et clichés, je ne voyais pas comment rendre la soirée agréable. A moins que… « Ca te dit un petit jeu ? » Je souris à Johan, captant son attention, et esperant qu’il était vraiment moins chiant que ce que j’avais imaginé. « Je te propose un bingo des clichés qu’on va croiser ce soir. La “princesse”, le “J’ai eut une aventure avec un acteur célèbre”, le “j’ai sauvé la vie d’un prince lors d’un incendie”, … » Je continue à lister quelques clichés de cette haute société que je méprisais autant que j’enviais. « Ca rendra peut-être leurs vies moins pénibles à écouter. »

Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 2699
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

flower

Everything is not fine ! - Page 2 Empty

1394547337-17.png
Johan Müller
J'avais 31 ans au moment de ma mort et je vivais dans une petite ville, de Djibouti. Dans la vie, j’étais médecin humanitaire et je m'en sortais bien, je n'y pensais pas en général. Sinon, à cause de mon boulot trop prenant, j’étais célibataire et je vivais pas trop mal.

+ Il a été adopté à l'âge de sept ans alors qu'il tentait de survivre dans un orphelinat en Estonie + Il a grandi en Suisse, à Genève + Il s'est engagé dans l'humanitaire dés qu'il a eu son diplome de médecin anesthésiste, réanimateur. C'était important pour lui de venir en aide aux plus pauvres, comme on lui était venu en aide + Il était trop occupé par son travail pour prendre le temps de construire une vraie relation + Il est mort lors de l'attaque de son dispensaire


Daniel Bederov :copyright:️ bazzart

On aurait pu croire qu'au paradis il n'y aurait que des gens biens et merveilleux. Des personnes qui avaient fait preuve d'une totale abnégation, qui ne pensaient qu'au bien des autres et non à eux même. Mais voilà qu'à peine arrivé on tombait sur la femme la plus imbue d'elle même que j'ai pu rencontrer.

Je ris légèrement et je hochais la tête alors qu'il confirmait ce que je pensais. On risquait d'être entouré de personnes si fières d'elles même et de ce qu'elles avaient accompli. Et d'être ici n'allait pas faire dégonfler leurs chevilles. L'univers tout entier venait de leur donner la confirmation qu'elles avaient été de bonnes personnes dans leur vie, sinon elles n'auraient pas été ici.

« Ca te dit un petit jeu ? »

Je le regardais avec un vif intérêt. Toutes les idées pour rendre cette soirée moins pénible que ce qu'elle était déjà étaient bonnes à prendre.

. « Je te propose un bingo des clichés qu’on va croiser ce soir. La “princesse”, le “J’ai eut une aventure avec un acteur célèbre”, le “j’ai sauvé la vie d’un prince lors d’un incendie”, … Ca rendra peut-être leurs vies moins pénibles à écouter. »

J'avais vraiment les plus grandes peines du monde à ne pas éclater de rire au milieu de cette assemblée. J'adorais l'idée. Je le regardais avec un léger sourire. Il me plaisait vraiment de plus en plus. Il avait fait tout un tas de choses biens dans sa vie mais il n'en devenait pas pour autant aussi imbu de lui même que les autres.

- Ca me va. On se retrouve dans... une heure d'accord? Celui qui aura rassemblé le plus de clichés aura gagné.

Je ne pariais même pas. Je préférais jouer pour le plaisir du jeu. Ca serait beaucoup plus drôle de partager nos résultats que de vraiment lui soutirer quelque chose.

Je terminais ma coupe de champagne et en pris une autre avec moi avant de me lancer à la découverte des autres invités.

Comme convenu je le retrouvais une heure plus tard dans un coin de la salle.

- Alors... la princesse je l'avais déjà trouvé en la personne de cette chère Jessica tout à l'heure. J'ai aussi rencontré, le moine bouddhiste là bas. Il était facile celui là il est encore en tenu. Le "j'ai couché avec tout un tas d'acteurs célébres est là". Aaron... Il tenait un centre de réinsertion pour jeunes drogués à Hollywood. Ca lui a valu une bonne réputation et les stars ont fini par donner de l'argent à son association. Et certains ont couchés avec lui, d'après ce qu'il dit.

Entre deux, "je ne pouvais laisser ces pauvres jeunes sombrer dans le cercle infernal de la drogue", il avait quand même réussi à me lister une sacré liste de célébrités soit disant passé dans son lit.

- J'ai rencontré aussi un chirurgien de renom qui opérait bénévolement les enfants malades entre autre, mais qui a aussi sauvé la vie d'un président.

Il s'en était à peine vanté.. juste cinq minutes, ressenties comme cinq heures de mon côté.

- Oh et Elisa là bas a reçu un prix nobel. Je ne sais plus lequel elle m'a perdu en détails techniques.

Je lui souris assez fier de mes trouvailles.

- Et toi alors?


Revenir en haut Aller en bas
 
Maddy'n
Maddy'n
Féminin MESSAGES : 175
INSCRIPTION : 10/10/2019
ÂGE : 27
RÉGION : IDF
CRÉDITS : Pop-Gun

UNIVERS FÉTICHE : Fantasy / Réel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3361-once-upon-a-time-maddy-n https://www.letempsdunrp.com/t3983-les-experiences-a-faire https://www.letempsdunrp.com/t3362-my-experiences-maddy-n
tea

Everything is not fine ! - Page 2 Empty

Uok2fpFn.png
Oliver Kõva
J'avais 32 ans au moment de ma mort et je vivais à Tallinn, en Estonie. Dans la vie, j’étais serveur et je m'en sortais mal, obligé de flirter avec l’illégalité pour vivre. Sinon, à cause de mon sale caractère, j’étais célibataire et je suppose que peu de gens regrette ma disparition.

+ Il s’est enfui de chez lui à 18 ans, fuyant ses parents qui le battaient. + Il enchainait les petits boulots pour vivre, notamment ceux de serveurs. + N’arrivant pas à s’en sortir, il a passé un peu de drogue, mais n’en a jamais consommé. + Il n’a jamais vraiment réussi à se sentir intégré où que ce soit. + Il se moque des gens trop intelligents, trop sérieux, mais en réalité, il se sent en position de détresse face à eux. + Il a tendance à justifier ses mauvais choix par son enfance difficile. + Il a prit mille fois des résolutions pour changer, qu’il n’a jamais tenues. + Il est mort renversé par une voiture.


Theo James :copyright:️ Sweet Disaster
Un sourire se dessine alors que Johan accepte ma proposition. Finalement, Monsieur Parfait était peut-être un peu moins parfait et coincé que ce que j’avais imaginé. Une heure, c’est le temps dont nous allions disposer avant nous retrouver pour échanger sur nos trouvailles de la soirée. Une heure, c’était largement suffisant pour ce petit jeu, qui me permettrait aussi de souffler un peu loin de lui. Il n’était pas complètement envahissant - et il me le paraissait moins depuis les présentations avec Jessica - mais je n’arrivais toujours pas à me faire à l’idée que mon âme-soeur puisse être un homme. Définitivement pas. Et si on devait passer l’éternité ensemble, je suppose que ces petits temps, passés loin de l’autre serait appréciable. « Que le meilleur gagne. » Pas d’enjeu pour ce défi, rien si ce n’est le plaisir de jouer et de se lâcher un peu pour ma première journée dans l’au-delà.

Sans plus attendre, je m’éloigne de lui pour me mêler au reste des invités. Je participe aux conversations, je discute avec les gens, un exercice dans lequel je n’ais jamais excellé, mais le défi me pousse à prendre sur moi pour faire un effort, oublier un instant que je n’ais pas ma place ici. Tous ces gens n’étaient pas parfaits. Eux aussi avaient des failles, et je me consolais en me disant que les miennes n’étaient peut-être pas si terribles. D’accord, je n’avais pas sauvé un orphelinat d’un incendie, ni donné mon rein à un président, mais j’étais quand même beaucoup moins imbu de ma personne. Ca devait quand même compter, d’une façon ou d’une autre. C’est ce que j’espérais.

Je vais et viens d’un groupe à l’autre à la quête des informations qui m’intéressaient, m’autorisant une petite pause pour visiter une ou deux autres pièces du bâtiment. Impossible de tout voir en une seule soirée, mais déjà les deux pièces supplémentaires que je venais de visiter montraient bien la démesure de ces lieux. Ainsi que l’ego tout aussi démesuré de notre hôte, qui en plus, était surement un peu trop narcissique vu le nombre de photos et de portraits d’elle même qui trônaient dans chaque pièce. Ce qui finit par me donner une idée, loin d’être raisonnable et mature, qui est pourtant encouragée par le petit diable sur l’une de mes épaules. A moins que ce ne soit l’alcool. Ca m’avait toujours rendu puéril. Une demande à Janet pour obtenir un marqueur et je mets à dessiner sur la vitre d’un cadre photo des lunettes et une moustache à notre hôtesse. Gaminerie faite, je range le marqueur dans une de mes poches et retourne dans le coeur de la soirée. Je récupère un verre en passant près du bar avant de me décider à rejoindre Johan. « Alors, la chasse a été bonne ? »

Je l’écoute attentivement me partager ses trouvailles. Une princesse, un moine bouddhiste, un plan cul de Hollywood, un sauveur de président et un prix Nobel entre autre, on ne peut pas dire qu’il avait fait semblant. En tout cas, ça faisait déjà pas mal de case de cochées sur notre grille imaginaire. « J’ai aussi un sauveur de président, par don d’organe. Une autre princesse, enfin je crois qu’elle est marquise, là-bas, dans la robe bleue claire. » Je pointe discrètement une femme de l’autre côté de la pièce. « J’ai aussi eut un médiateur, qui apparemment nous aurait tous sauvé d’une guerre entre la Russie et les Etats-Unis. Un avocat qui… » Je marque une pause. Je ne sais plus ce qu’il m’avait raconté celui là. Merde ! Qu’est ce qu’il avait dit ? « Désolé, j’ai un trou. En tout cas bravo, tu as assuré. » Compliment sincère, surtout après cette agréable surprise. Peut-être que jamais on ne serait âme-soeur lui et moi, mais qui sait, ami, ça pouvait le faire.

Un verre tinte dans la pièce, poussant chacun à se taire quelques instants. Ca c’était vraiment une technique de princesse ! Je roule des yeux alors que Jessica se présente au milieu de la pièce avec son sourire et ses manières de diva, nous remerciant pour notre venue à la soirée. Bien sur, elle remet l’emphase sur le fait que nous sommes tous des personnes extraordinaires, ayant accompli des exploits. Elle disait surement vrai, mais je ne pense pas que remettre une couche sur l'ego des personnes présentes soit nécessaire. Je roule des yeux une nouvelles fois alors que j’applaudis doucement en compagnie du reste des personnes présentes. « A partir de combien de temps on peut quitter une soirée comme celle-ci sans que ce soit mal perçu ? » Je chuchote ma question à Johan. Clairement, je ne me voyais pas passer toute la soirée avec ces gens, ni même l’éternité en fait. Enfin, qui sait, peut-être que ça changerait avec le temps, que les quartiers évoluaient avec de nouveaux venus. Ou qu’on pourrait en visiter d’autres. Ou tout simplement d’autres endroits. J’aimerais bien retourner dans certains quartiers de Tallinn. Tout n’avait pas été parfait là bas, mais c’était chez moi.
Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 2699
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

flower

Everything is not fine ! - Page 2 Empty

1394547337-17.png
Johan Müller
J'avais 31 ans au moment de ma mort et je vivais dans une petite ville, de Djibouti. Dans la vie, j’étais médecin humanitaire et je m'en sortais bien, je n'y pensais pas en général. Sinon, à cause de mon boulot trop prenant, j’étais célibataire et je vivais pas trop mal.

+ Il a été adopté à l'âge de sept ans alors qu'il tentait de survivre dans un orphelinat en Estonie + Il a grandi en Suisse, à Genève + Il s'est engagé dans l'humanitaire dés qu'il a eu son diplome de médecin anesthésiste, réanimateur. C'était important pour lui de venir en aide aux plus pauvres, comme on lui était venu en aide + Il était trop occupé par son travail pour prendre le temps de construire une vraie relation + Il est mort lors de l'attaque de son dispensaire


Daniel Bederov :copyright:️ bazzart

Je souris en entendant la liste de ceux qu'il avait rencontré. Il n'y avait pas de doute, on était entouré de clichés ambulants. On était avec des personnes qui, certes avaient fait des bonnes choses dans leur vie, mais qui en tirait un tel sentiment d'auto satisfaction qu'ils en devenaient prétentieux. Je ne savais pas si j'arriverais à m'entendre avec des personnes comme ça au quotidien. J'avais fait le bien autour de moi sur terre moi aussi, ou du moins j'avais tenté de le faire. Mais je n'en tirais aucun sentiment d'auto satisfaction. Enfin... oui j'étais heureux de ce que j'avais pu accomplir. Mais pas au point de m'en vanter sans cesse. Je considérais plus ce que j'avais fait comme normal. Quand on avait eu la chance que j'avais, c'était normal de redonner un peu de tout ça aux autres. Et Oliver semblait être comme moi. Je ne l'entendais pas se vanter sans cesse de ce qu'il avait fait, alors que c'était tout aussi impressionnant que ce que ces prétentieux racontaient.

Et voilà que Miss Princesse en robe rose partait dans un discours. Ca tenait plus du discours empli d'autosatisfaction que le discours d'accueil. Après nous avoir brièvement souhaité la bienvenue elle était partie dans un long monologue se vantant et nous mettant sur le même piedestal qu'elle. Et le pire, c'était que tous les autres hochaient la tête en souriant, approuvant cette minute d'autosatisfaction qu'elle leur donnait. Comme si ils avaient besoin de ça...

« A partir de combien de temps on peut quitter une soirée comme celle-ci sans que ce soit mal perçu ? »

Je souris légèrement, prenant deux minutes pour réfléchir à la question.

- La bienséance voudrait qu'on reste au moins pour manger le gâteau, qu'on salue l'hôtesse avant de partir en la remerciant pour cette délicieuse soirée qu'elle nous a offert. Maintenant, reste à savoir si on veut se comporter comme il faut ou juste s'éclipser parce qu'on ne les supporte plus?

J'avais toujours été tenté de choisir la première option. J'avais subi ces soirées interminables, essayant de ne pas vexer les personnes autour de moi. Mais j'étais mort. Alors est ce que tout cela avait vraiment encore de l'importance? C'était bon. Tout était gagné. On était au bon endroit. Plus rien ne pouvait nous arriver désormais.

- Ca te le fait à toi aussi? Tu n'arrives déjà plus à supporter le fait qu'ils se noient dans leur autosuffisance? Ils ont fait des choses bien dans leur vie c'est vrai mais... faut il vraiment qu'ils s'en vantent sans cesse?

Est ce que ça serait donc ça le bon endroit finalement? Peu importait son comportement, même si on agissait comme un petit connard prétentieux, l'important c'était d'avoir sauvé des vies autour de soit. Et les intentions qu'on avait pu avoir en les faisant ne comptait plus. Il valait donc mieux avoir sauvé un président et s'en vanter à vie, que d"avoir donné tous les jours une pièce au sdf qu'on croisait dans la rue par pure gentilesse.



Revenir en haut Aller en bas
 
Maddy'n
Maddy'n
Féminin MESSAGES : 175
INSCRIPTION : 10/10/2019
ÂGE : 27
RÉGION : IDF
CRÉDITS : Pop-Gun

UNIVERS FÉTICHE : Fantasy / Réel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3361-once-upon-a-time-maddy-n https://www.letempsdunrp.com/t3983-les-experiences-a-faire https://www.letempsdunrp.com/t3362-my-experiences-maddy-n
tea

Everything is not fine ! - Page 2 Empty

Uok2fpFn.png
Oliver Kõva
J'avais 32 ans au moment de ma mort et je vivais à Tallinn, en Estonie. Dans la vie, j’étais serveur et je m'en sortais mal, obligé de flirter avec l’illégalité pour vivre. Sinon, à cause de mon sale caractère, j’étais célibataire et je suppose que peu de gens regrette ma disparition.

+ Il s’est enfui de chez lui à 18 ans, fuyant ses parents qui le battaient. + Il enchainait les petits boulots pour vivre, notamment ceux de serveurs. + N’arrivant pas à s’en sortir, il a passé un peu de drogue, mais n’en a jamais consommé. + Il n’a jamais vraiment réussi à se sentir intégré où que ce soit. + Il se moque des gens trop intelligents, trop sérieux, mais en réalité, il se sent en position de détresse face à eux. + Il a tendance à justifier ses mauvais choix par son enfance difficile. + Il a prit mille fois des résolutions pour changer, qu’il n’a jamais tenues. + Il est mort renversé par une voiture.


Theo James :copyright:️ Sweet Disaster
Le discours de Jessica me laisse perplexe. Est-ce que les gens bien en faisaient toujours autant ? A se vanter, à se satisfaire de leurs exploits. Étaient-ils déjà si insupportables sur Terre ? Et surtout, est ce que je devais m'attendre à ce que Johan fasse pareil, à me mettre dans la gueule ses exploits à chaque fois qu'il en aurait l'occasion ? J'espérais bien que non, car si je commençais doucement à l'apprécier, cette appréciation restait tout de même fragile. Impossible que je passe l'éternité avec lui, même en colocataire s'il se comportait comme notre hôtesse. La patience n'étant pas non plus un de mes point fort, ça risquait vite de mal se passer. Et ma survie ici dépendait aussi de lui, de cette capacité qu'il aurait de ne rien voir de mes défauts et de mes mensonges. Mais pour ça, je devais rester calme, surtout vis à vis de lui. Tout un tas d'épreuves semblaient m'attendre si je voulais rester ici. Ca paraissait fatiguant, mais surement moins fatiguant que de passer l'éternité au mauvais endroit. Qui sait avec quoi on me ferait du mal là-bas. Ou avec qui… Une rapide pensée pour mes parents me fait frissonner. Aucun doute que eux aussi, iraient en bas le moment venu.

Je chasse ces mauvaises pensées lorsque la voix de Johan résonne dans mes oreilles. Ce n'était clairement pas le moment de me laisser dominer par mes sentiments ou de m'étendre sur mon passé. Surtout pas sur cette partie. La mention d'un gâteau me fait sourciller. Je ne savais pas du tout qu'il était question d'un gâteau pour ce genre de soirée. Et quand bien même il était beaucoup moins insupportable que la plupart des personnes présentes à cette soirée, cette remarque me rappelle que lui avait déjà plus d'expérience dans le domaine que moi. Parce qu'il était comme eux. Il avait fait le bien sur Terre et méritait sa place. Ils la méritaient tous, sauf moi. Et le fait qu'ils soient vaniteux ne leur enlevait pas ça. Mon envie de partir se fait alors plus grande, mais je ne veux pas être le seul, et nous dissocier du reste du quartier. Me fondre dans la masse, c'était l'objectif. Et puis, cette histoire de gâteau m'intriguait un peu. « Ok, je vais dire quelque chose de très puéril, mais j'ai trèèès envie de goûter le gâteau. Savoir comment c'est, un gâteau du paradis. » Ce n'était pas l'excuse la plus fine que j'ai eût dans ma vie, ou ma mort, qu'importe, mais c'est sûrement celle qui soulèverait moins de question. Et puis avec mes dessins sur les photos,  j'avais peur qu'on fasse le rapprochement avec moi si on partait les premiers. Un détail que je ne pouvais pas partager avec le jeune homme qui pourtant semblait se trouver sur la même longueur d'onde que moi. « Effectivement, je m'attendais à des gens un peu moins… coincés. » Mon jugement pouvait paraître hâtif surtout après un premier jour ici, mais c'est vrai que je m'attendais à bien plus de fun. « J'espère qu'ils vont finir par se lâcher un peu plus dans les jours à venir, sinon, l'éternité va nous paraître bien longue. »

Finalement, la personne la plus cool dans l'assistance était peut-être Johan. J'aurais pu tomber avec quelqu'un comme Jessica, qui malgré des attributs féminins charmants auraient sûrement été difficile à supporter au quotidien. Mais penser qu'il n'y avait pas d'erreur entre Johan et moi me faisait un peu peur. Déjà, parce qu'il était un homme, et que je n'arrivais pas à occulter ce détail de mon esprit, mais en plus, parce que j'étais incapable de tenir une relation plus de quelques mois, alors pour l'éternité… Ca me donnait le vertige rien que d'y penser. Léger soupir qui franchit mes lèvres. Il fallait que j'arrête de me torturer à propos de tout ça, ça ne donnerait rien de bon.

Je reprends une coupe de champagne auprès de Janet qui fait gentiment le service. Le gâteau est amené. Là encore, la démesure est de mise. Un gâteau à étage somptueux, qui pouvait sûrement nourrir le double des invités présents. « Tu crois qu'elle attendait  un régiment pour la soirée ? Ou tout les autres quartiers ? »

Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 2699
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

flower

Everything is not fine ! - Page 2 Empty

1394547337-17.png
Johan Müller
J'avais 31 ans au moment de ma mort et je vivais dans une petite ville, de Djibouti. Dans la vie, j’étais médecin humanitaire et je m'en sortais bien, je n'y pensais pas en général. Sinon, à cause de mon boulot trop prenant, j’étais célibataire et je vivais pas trop mal.

+ Il a été adopté à l'âge de sept ans alors qu'il tentait de survivre dans un orphelinat en Estonie + Il a grandi en Suisse, à Genève + Il s'est engagé dans l'humanitaire dés qu'il a eu son diplome de médecin anesthésiste, réanimateur. C'était important pour lui de venir en aide aux plus pauvres, comme on lui était venu en aide + Il était trop occupé par son travail pour prendre le temps de construire une vraie relation + Il est mort lors de l'attaque de son dispensaire


Daniel Bederov :copyright:️ bazzart

« Ok, je vais dire quelque chose de très puéril, mais j'ai trèèès envie de goûter le gâteau. Savoir comment c'est, un gâteau du paradis. »

Je ris légèrement en l'entendant. Il allait voir, le gâteau serait parfaitement divin, comme tout ce qu'on mangeait ici. Les choses avaient exactement le même goût que les plats les plus parfaits sur terre et même mieux encore. J'avais retrouvé la saveur des pâtes que ma mère me faisait dans mon enfance. C'était... tout simplement parfait, comme tout le reste ici.

« Effectivement, je m'attendais à des gens un peu moins… coincés. J'espère qu'ils vont finir par se lâcher un peu plus dans les jours à venir, sinon, l'éternité va nous paraître bien longue. »

Je secouais doucement la tête.

- Je ne les avais pas tous rencontré avant la fête, mais j'ai pu en croiser certains pendant les quelques jours que j'ai passé seul ici. Et ils étaient à peu près pareil. Très poli, courtois, bien élevé, serviable et tout ce que tu veux ça c'est sur. Mais j'avais quand même croisé quelques personnes égocentriques. Peut être moins que certains ce soir, il y a différents degrés, mais de bons spécimens quand même.

J'avais un peu redouté que mon âme soeur soit aussi comme ça. Je crois que je n'aurais pas supporté de vivre avec quelqu'un de ce genre pour l'éternité. Avec Oliver, j'avais l'impression d'avoir déjà quelques points communs et ça me plaisait.

« Tu crois qu'elle attendait un régiment pour la soirée ? Ou tout les autres quartiers ? »

Je ris en voyant l'immense gâteau arriver. Il y avait largement de quoi nourrir plusieurs centaines de personnes avec ce gâteau. Quand je pensais aux pauvres qui venaient à mon dispensaire, ces gosses qui mouraient de faim... et me voilà plongé dans un monde empli de démesure, avec trop de nourriture pour ce dont on avait besoin. Pendant un instant je ressentis une pointe au coeur. Ma vie me manquait. Ce n'était pas facile tous les jours mais j'adorais mon travail, voir les sourires illuminer les visages de ces petits gosses quand ils venaient me voir...

- Je crois surtout que le gâteau est à l'échelle de la maison et de son égo. Elle aurait été un homme j'aurais dit qu'elle cherchait à compenser la petitesse de quelque chose.

Je souris avant de remercier un serveur qui nous amenait à chacun une part de gâteau. Je le goûtais avant d'hocher la tête avec un petit sourire.

- Mais il a un goût de paradis.

Une demi heure plus tard on avait réussi à s'éclipser de la soirée sans passer pour des ingrats. Je reprenais tranquillement la direction de la maison, profitant de cette petite balade sous les étoiles.

- Ca te dirait qu'on fasse quelque chose ensemble? Un truc un peu fou? Du jet ski, du ski nautique, du parapente...

Je savais qu'on pouvait à peu près tout demander, toutes les choses les plus folles. Je n'avais jamais pris le temps de me lâcher ainsi, de me faire vraiment plaisir juste pour m'amuser sans penser aux autres. Alors c'était peut être l'occasion.

- Enfin si... si ça te dit de passer la journée avec moi.


Revenir en haut Aller en bas
 
Maddy'n
Maddy'n
Féminin MESSAGES : 175
INSCRIPTION : 10/10/2019
ÂGE : 27
RÉGION : IDF
CRÉDITS : Pop-Gun

UNIVERS FÉTICHE : Fantasy / Réel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3361-once-upon-a-time-maddy-n https://www.letempsdunrp.com/t3983-les-experiences-a-faire https://www.letempsdunrp.com/t3362-my-experiences-maddy-n
tea

Everything is not fine ! - Page 2 Empty

Uok2fpFn.png
Oliver Kõva
J'avais 32 ans au moment de ma mort et je vivais à Tallinn, en Estonie. Dans la vie, j’étais serveur et je m'en sortais mal, obligé de flirter avec l’illégalité pour vivre. Sinon, à cause de mon sale caractère, j’étais célibataire et je suppose que peu de gens regrette ma disparition.

+ Il s’est enfui de chez lui à 18 ans, fuyant ses parents qui le battaient. + Il enchainait les petits boulots pour vivre, notamment ceux de serveurs. + N’arrivant pas à s’en sortir, il a passé un peu de drogue, mais n’en a jamais consommé. + Il n’a jamais vraiment réussi à se sentir intégré où que ce soit. + Il se moque des gens trop intelligents, trop sérieux, mais en réalité, il se sent en position de détresse face à eux. + Il a tendance à justifier ses mauvais choix par son enfance difficile. + Il a prit mille fois des résolutions pour changer, qu’il n’a jamais tenues. + Il est mort renversé par une voiture.


Theo James :copyright:️ Sweet Disaster
Je peux voir Johan sourire lorsque je lui parle du gâteau. Je comprends, il y avait de quoi se moquer, mais en même temps, pour une fois que j'avais l'occasion de goûter un gâteau incroyable, je n'allais pas me faire prier. Même de mon vivant, je n'avais pas eut cette chance. Cette soirée, cette ambiance, cette opulence… On était loin, très loin des soirées que j'avais pu connaître. Celle dans l'alcool, la drogue, le sexe et toute ces addictions qui permettaient d'oublier un peu le chaos que pouvait être notre existence. Un chaos qui n’avait pris fin qu’à ma mort, et par erreur. Ce qui me paraissait presque injuste. Certes, ces personnes devaient avoir mérité leur place ici, mais encore une fois, se voyait offrir tout ce que le monde avait à offrir, alors que ceux qui n’avaient fait que lutter sur Terre étaient condamnés pour l’éternité. Pas de seconde chance dans l’au-delà, et ça en était presque décevant. Et inquiétant, pour moi, qui allait devoir sortir mon meilleur jeu d’acteur pour l’éternité si je ne voulais pas connaître l’enfer, le vrai.

L’expérience de Johan sur les derniers jours qu’il a passé seul ici me rassure quand même un peu. Tout le monde ne serait pas tout le temps si hautain, si prétentieux. Je suppose que la soirée jouait beaucoup sur l’image que les personnes présentes renvoyaient d’elles. Alors j’ose espérer que dans une ambiance plus légère et conviviale, ils agiraient comme des personnes normales, et non plus comme des princes et des princesses. « Je suppose que les premiers jours dans l’au-delà sont étranges pour tout le monde. Peut-être que dans un an, on organisera des barbecues au lieu de soirées mondaines. » Ce qui me mettrait bien plus à l’aise que ce genre de réception. Je me retiens de rire franchement à la remarque de Johan sur la démesure de la soirée. Ouais, elle aurait été un homme que j’aurais pensé la même chose. C’était stupide et puéril, mais pas forcément infondé. « Peut-être qu’elle compense pour son âme-soeur. Je n’ais même pas suivi de qui il s’agit. » J’étais déjà bien trop inquiet au sujet de la mienne - pour d’autres raisons évidemment -  pour m’inquiéter de celle des autres.

Une part de gâteau nous est servie, et comme le souligne Johan, il a un goût de paradis. Excellent, avait comme une touche d’apaisement pour mon âme. Meilleur que tous les gâteaux que j’avais pu goûter ou imaginer dans ma vie. Mes attentes comblées, nous restons encore quelques minutes avant de remercier notre hôtesse pour quitter définitivement la soirée. Les lieux à peine quittés, je viens desserrer ma cravate et défaire les premiers boutons de ma chemise. Enfin ! Je me sentais bien mieux sans cette chose qui semble être pensée pour nous étrangler. Nous marchons tranquillement sous le ciel étoilé, dans une ambiance fraîche mais pas froide. Même la météo semblait parfaite.

Je trouve la tête vers Johan essayant de ne pas paraître trop gêné par sa question. Quelque part je ne voulais pas me montrer trop proche de lui, pour ne pas lui donner trop de faux espoirs, ne pas lui envoyer de messages contraires à ce que je pensais, mais en même temps, il semblait être la personne moins chiante et insupportable de cet endroit. Avec un peu d’effort de ma part, on pourrait certainement devenir ami lui et moi. Et puis l’activité en elle-même était tentante. « Pourquoi pas ! Le ski nautique me plait bien. » Oui, j’avais une attirance incontrôlable pour tout ce qui touchait au milieu aquatique.

Après quelques minutes de marche, nous regagnons enfin notre maison. Je me débarrasse de ma cravate et de la veste directement sur le canapé en arrivant. Que ça faisait du bien ! Un crochet par la cuisine pour boire un verre d’eau et je me décide à aller me coucher. « Bonne nuit, à demain. » Je le laisse dans le salon alors que je gagne ma chambre. En quelques secondes, je me déshabille, laissant mes vêtements dans un coin de la pièce avant de me laisser tomber comme une masse dans mon lit. A aucun moment je n’aurais cru que la mort puisse être si épuisante.

***

Un bruit sourd résonne dans le ciel, provoquant un réveil en sursaut. Mon coeur tambourine dans ma poitrine à vive allure alors que j’ouvre les yeux. Dehors, le ciel est noir, et il semble pleuvoir. Je me lève lentement de mon lit pour m’approcher de la fenêtre. Les yeux rivés sur l’extérieur, je découvre avec stupéfaction que ce n’est pas de la pluie qui tape contre la fenêtre, mais des jetons de bingo… Qu’est ce que c’était que ce bordel ? Rapidement, je descends dans le salon, et y retrouve Johan, lui aussi, déjà réveillé par la brutalité de la météo. Je le détaille et remarque sans difficulté sur son visage les mêmes gribouillages que ceux que j’avais dessiné hier chez Jessica. « Qu’est ce qu’il se passe ? » Je pose la question le premier, comme pour me dédouaner de ce qu’il se passait dehors, alors que je comprends pourtant très vite ce qu’il se passe. Mes mauvaises actions avaient des conséquences ici. Ce qui n’allait pas être facile à expliquer. Heureusement pour moi, Johan avait lui aussi participé à certains évènements de la veille, que le ciel semblait vouloir mettre en avant. Non pas que je comptais l’accuser, mais ça éviterait peut-être que lui pose trop de questions, ou soit justement tenté de me dénoncer sans se mettre aussi en danger.
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


Everything is not fine ! - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Everything is not fine !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Pour s'amuser :: Univers fantasy :: Surnaturel-
Sauter vers: