Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues qui tu veux, quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
Le Deal du moment :
Cartes Pokémon EV6.5 : où trouver le ...
Voir le deal

LE TEMPS D'UN RP

She's a wild spirit and you're her equilibrium (ft Laecca)

Laecca
Messages : 94
Date d'inscription : 24/07/2022
Crédits : SObade

Univers fétiche : N’est fait que du réel jusqu’à présent mais veut bien essayer d’autres choses !
Préférence de jeu : Les deux
Valise 2
https://www.letempsdunrp.com/t5256-it-s-a-long-way-to-happiness-someday-i-ll-be-alright-laecca#104829 https://www.letempsdunrp.com/t5255-c-est-pour-toi-il-t-appartient-et-il-sera-eternel-laecca#104828 https://www.letempsdunrp.com/t5246-tes-yeux-sont-trop-grands-on-voit-ton-coeur-a-travers-quand-tu-ris-laecca
Laecca
Mar 30 Avr - 22:44

Mezrael
Darkensen

J'ai 25 ans et je vis à Calliopea , Eldenight. Dans la vie, je suis étudiant en magie en dernière année à l'université Silver Gates, et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis enfin célibataire et je le vis plutôt très bien.



She's a wild spirit and you're her equilibrium (ft Laecca) - Page 2 Tumblr_ortrwxH7lr1vo4wreo3_r1_500
Mezrael ne cessait de se dire qu’il aurait fait pareil pour n’importe quel membre de leurs équipes. Que c’était son devoir de leader de les protéger tous. Mais alors qu’il tenait pratiquement Riona dans ses bras, qu’elle était si proche de lui qu’il pouvait observer toutes les nuances de couleurs dans son regard, il sut qu’il se mentait à lui-même. Oui, il aurait fait tout ce qu’il aurait pu pour sauver la personne qui se serait trouvé à la place de la rouquine, mais l’anxiété, qu’il ressentait encore, n’aurait pas été la même. Sans qu’il ne puisse s’expliquer pourquoi, ni comment. Ses yeux vairons plongés dans ceux de l’élémentaire, il était surpris par sa propre réaction. Même la réplique qu’il lui sortit n’avait pas la même saveur que d’habitude. Il dit cela pour tenter de mettre de la distance entre eux, alors que leurs corps étaient encore collés l’un contre l’autre, à tel point qu’il ressentait toutes ses formes contre sa peau, qu’il ressentait sa chaleur sous ses doigts, encore accroché à son poignet. Elle aussi semblait surprise qu’il lui ait sauvé la vie, ou tout du moins épargné de grandes souffrances et blessures dû à l’attaque de feu. Pourtant, encore quelques minutes plus tôt, elle n’avait pas hésité à tuer un ennemi qui l’attaquer par derrière. Alors qu’il aurait été très simple pour elle de détourner les yeux et faire croire qu’elle n’avait rien vu de la scène. Tout comme il aurait pu la regarder se faire percuter par la boule de feu et prétendre n’avoir pas eu le temps de faire quoi que ce soit… Il ne l’aimait pas, parce qu’elle était l’amie de son ex, parce qu’il lisait dans son regard ce qu’elle pensait de lui, parce qu’elle croyait comme parole d’évangile tout ce qu’avait pu lui dire Ahelis à son propos, sans chercher à se faire sa propre opinion. Un poil hypocrite quand Mez ne cherchait pas à en savoir plus sur l’élémentaire. Mais depuis sa rupture, il prenait soin de tenir à distance tout ce qui concernait son ex. alors sa meilleure amie et colocataire… Autant dire qu’elle était la dernière personne qu’il tenait à côtoyer. Cependant, à cet instant précis, il se posait beaucoup de questions, dont la plus importante était : pourquoi est-ce qu’il ne la lâchait pas ? Pourquoi il persistait à se noyer dans son regard pendant que le chaos régnait autour d’eux ? Pourquoi est ce qu’il avait une putain de conscience de chaque endroit où son corps rejoignait le sien ? Les quelques secondes lui parurent une éternité, mais il réussit tout de même à reprendre pied dans la réalité et il la relâcha, avant de faire un pas sur le côté pour s’éloigner de Riona. Son regard balaya la scène qui se déroulait autour d’eux et il donna ses ordres avant de se lancer à la poursuite du dernier assaillant.

C’était -bien entendu-  sans compter sur la rouquine qui n’en fit qu’à sa tête et prit les devants, le dépassant et le semant avec beaucoup trop de facilités. Il cria son nom pour tenter de l’arrêter, ou au moins la ralentir. Peine perdu, il ne put que regarder sa chevelue de feu disparaître dans l’obscurité alors qu’il se mettait à courir après Riona. Il n’avait qu’une trentaine de secondes de retard, et pourtant lorsqu’il arriva, un cadavre gisait déjà au pied de la demoiselle. Il fut soulagé de voir qu’elle n’avait rien avant qu’elle ne suggère d’en savoir plus sur leurs attaquants. Après tout ce qui venait de se passer, la colère prit le dessus sur tout ce que pouvait ressentir Mezrael et il s’en prit à sa coéquipière. Au moment où les mots franchirent la barrière de ses lèvres, il sut qu’il était en train de faire une erreur, qu’il n’aurait pas dû s’en prendre à elle comme ça, mais il n’y pouvait rien. Elle n’aurait pas dû partir toute seule, elle n’aurait pas dû l’affronter sans lui, elle aurait dû l’écouter. Parce qu’il était le leader de leur groupe. Pas seulement, mais il ne pouvait même pas se l’avouer à lui-même. Le blond laissa parler sa colère avant de se reprendre en voyant les yeux de Riona s’embraser, littéralement ! Pourquoi est-ce qu’il ressentait le besoin de s’excuser alors qu’elle ne l’avait pas écouté, alors qu’elle aurait pu se mettre en danger, et la mission par extension ? Pourquoi est-ce qu’il s’excusa auprès de l’élémentaire alors que techniquement, en tant que chef des opérations, il n’avait de compte à rendre à personne ? Il n’avait pas la réponse, et ne voulait même pas y penser de toute façon. Il y avait beaucoup trop d’autres choses à penser pour s’appesantir dessus. Il fallait qu’ils retournent au camp s’occuper des blessés et surtout décider de la suite du programme de leur expédition. Ce qui n’allait pas être évident s’ils devaient laisser sur place des membres de leurs équipes déjà pas très grande. Repesant d’ailleurs à la question de la rouquine, Mez lui expliqua l’état dans lequel ils avaient laissé Horton pour partir à la poursuite du dernier assaillant. Depuis le début de leur expédition, le Psi avait eu de nombreuses occasions d’observer l’élémentaire. Elle était du genre solitaire, ne ce soucié pas du regard des autres, et encore moins de ce qu’ils pouvaient dire sur elle. Du moins, c’était l’impression qu’elle donnait. Tout comme on avait l’impression qu’elle se foutait totalement des autres membres du groupe. Pourtant, en lui donnant sa réponse, Mezrael vit un subtil changement sur le visage de Riona. Une émotion, qu’il ne pensait pas voir chez elle, animé son regard, et il la reconnaissait très bien puisqu’il éprouvait la même en ce moment précis. La culpabilité. Celle de ne pas avoir su faire ce qu’il fallait pour protéger ses coéquipiers. Il n’avait pas encore prit le temps de s’y plonger, mais il savait qu’il devrait faire une introspection de ses capacités à diriger cette mission. Ils avaient été pris par surprise, il y avait des blessés, et tout ça c’était de sa faute. Il était le seul à en porter la responsabilité. Du moins c’était ce qu’il croyait jusqu’à ce qu’il plonge une nouvelle fois dans le regard de la rouquine. Peut-être que finalement elle n’en avait pas rien à faire des autres… Peut-être qu’elle prenait sa mission plus au sérieux qu’il ne l’avait pensé. Peut-être qu’elle ne ressemblait finalement en rien à sa colocataire. Sur le moment, il eu envie de lui dire quelque chose pour apaiser ce sentiment qu’il ne connaissait que trop bien, il avait envie de faire un pas vers elle, mais il savait que ce n’était pas une bonne idée. Alors il se contenta de se tourner vers le cadavre pour lui demander de l’ensevelir avant de retourner au camp dans un silence désagréable.

C’était encore pire maintenant que le calme était revenu. Le regard du Psi se posa sur les restes de leur campement. Il n’en restait pratiquement plus rien, preuve de la brutalité et de la force de l’attaque qu’ils avaient subie. Il devait être reconnaissant que la liste des blessés ne soit pas plus longue. Grâce à Riona en faite. C’était elle, et elle seule qui avait fait le plus gros du travail, avec ses pouvoirs. Il l’a sentit d’ailleurs s’éloigner de lui alors qu’ils regagnaient enfin le camp et qu’il se diriger vers Velma pour prendre des nouvelles du blessé. Il s’en tirerait, il n’y aurait pas de tombe à creuser aujourd’hui, par contre, il ne pourrait pas voyager avant plusieurs jours. Ce qui voulait dire qu’il allait devoir rester sur place et qu’un autre membre du groupe allait devoir rester avec lui pour le protéger en cas de nouvelles attaques. Ce qui voulait dire qu’ils se retrouveraient encore moins nombreux pour aller débusquer et exterminer un dragon. Il aurait du paniquer, il aurait du penser à mettre fin à leur mission, quitte à en subir l’humiliation à l’université. Mais il était en faite confiant. Parce qu’il y avait Riona. Et qu’à elle toute seule, l’élémentaire était capable de faire face à n’importe quel menace ou obstacle. D’ailleurs, en même temps que Velma lui racontait ce qu’elle avait dû réaliser pour sauver la jambe d’Horton, son regard partit à la recherche de la rouquine. Et comme toujours depuis quatre jours, il la trouva rapidement, comme s’il était attiré par sa présence. Son estomac lui pesa subitement, comme si du plomb venait de se déposer au fond de ce dernier lorsqu’il observa ce qui semblait être une conversation entre Riona et Silver. Qu’est-ce qu’il foutait ? Qu’est-ce qu’il pouvait bien lui raconter ? Mez du mettre toute sa volonté pour se reconcentrer sur la soigneuse, qu’il rassure en lui disant qu’elle a fait du bon boulot avec Horton. Il va trouver une solution, il n’a pas le choix. D’une voix forte, il donne ses directives et instinctivement ses pas le menèrent vers Riona, et Silver, qui se trouvait toujours auprès d’elle. Il lui lança un regard interrogateur avant de reporter son attention sur la jeune femme. Il aurait pu ordonner, mais il n’en fait rien, parce qu’il n’est pas comme ça. Parce qu’il ne considère pas les autres comme des subordonnés juste parce qu’on la mit à la tête de la mission. Et encore moins avec l’élémentaire, qui est clairement la plus puissante d’entre eux. Puis il n’a pas envie de plus la braquer alors qu’ils doivent travailler ensemble et collaborer dans les meilleurs conditions. Ce qui n’est pas évident alors qu’elle n’avait de cesser de lui taper sur le système depuis le début. Désormais, après cette attaque, après le fait qu’ils se soient mutuellement sauvé la vie, il avait l’impression que quelque chose avait changée, sans qu’il ne puisse dire quoi.  Légèrement énervé que son second se trouve là, il fit abstraction de sa présence pour faire sa demande à Riona. Comme avec le camp, elle pourrait sûrement créer un abri très rapidement pour le blessé et celui qui resterait avec lui, le temps qu’ils accomplissent la mission et reviennent les chercher.

Il garda le silence alors que son regard ne la quittait pas. Il l’avait déjà vu user de son pouvoir, et pourtant il en était toujours aussi émerveillé. Comment un si petit corps pouvait contenir autant de puissance ? L’on disait de lui qu’il était le meilleur psi de sa génération, mais Mezrael n’était rien face à la rouquine, et ce qu’elle était en train de faire devant ses yeux. Finalement, il n’était même pas sûr d’être capable de la contenir si jamais elle perdait le contrôle de la situation. A elle seule, elle pouvait anéantir le monde et tout ce qu’ils connaissaient. Comment quiconque pouvait avoir un contrôle sur ça ? Comment, lui pouvait-il réussir à l’arrêter s’il devait le faire ? Il ne la connaissait absolument pas, il connaissait rien d’elle, ni de son pouvoir et de la façon dont elle l’utiliser. Il ne savait même pas comment il pourrait s’y prendre si la situation l’exigeait. Sa question fit revenir Mezrael à la réalité, bien que le doute subsiste toujours au fond de lui. Il serait bientôt temps de s’y pencher, mais pour le moment, il y avait d’autres choses à faire. Puis avec un peu de chance, la question ne se poserait même pas. Il mit quelques secondes avant de répondre en hochant la tête. Mais Riona ne le regardait déjà plus. «  C’est parfait, merci. » Avant que la situation ne devienne encore plus étrange, la jeune femme prétexta s’assurer qu’il n’y avait plus de danger dans les environs pour s’éclipser. Mez la suivit du regard, ne pouvant détourner ce dernier, alors même qu’il sentait l’attention de Silver sur lui. Il était perdu, ne comprenait plus rien. Il ne l’aimait clairement pas cette fille, avant ce soir, cette mission, il avait même du mal à se trouver en sa présence, parce qu’elle était l’amie d’Ahelis, et aujourd’hui, il avait du mal à la regarder partir comme ça. Qu’est-ce qui se passait dans sa putain de tête, bordel ?!? A la question de son second, le jeune homme passa une main dans ses cheveux, pour les ramener en arrière, puis sur son visage, comme si ça allait effacer les doutes qui l’assaillaient. «  Non, c’est bon. Je m’en occupe. Occupe-toi de … » D’un geste, il désigna ce qui restait du camp et de leurs coéquipiers qui semblaient désemparés suite à l’attaque. C’était la première fois, pour tout le monde, qu’ils vivaient quelque chose comme ça, étudiants, ils n’avaient fait que de la théorie jusqu’à présent. Combien n’arriverait pas à se remettre de leurs premières missions ? Laissant Silver à ses propres pensées, le Psi se mit en marche et prit le chemin que venait d’emprunter Riona. Il marcha quelques minutes, dans l’obscurité et le silence avant de pénétrer dans une clairière illuminait seulement par la pleine lune. Son regard accrocha tout de suite la chevelure flamboyante de l’élémentaire. Assise sur un rocher, il la vit légèrement se raidir alors qu’elle l’entendait s’approcher. Sans un mot, il s’installa à ses côtés et leva le visage pour regarder le ciel et ses étoiles. Qui pourrait croire qu’ils venaient d’échapper à la mort à peine quelques dizaines de minutes plus tôt ? Il reste silencieux encore quelques minutes, cherchant ses mots, faisant le tri dans ce qui se passait dans sa tête, entre les diverses émotions qui tentaient de prendre le contrôle de son esprit. «  Merci, pour tout ce que tu as fait tout à l’heure. Sans toi… » Sans elle, combien auraient perdus la vie dans cette attaque ? Lui le premier n’aurait pas survécu si Riona n’avait pas été là pour veiller sur lui. C’était dur de l’admettre, et encore plus à prononcer. «   Je sais que tu ne m’aimes pas, et c’est réciproque, mais je voulais quand même te remercier de m’avoir sauvé, durant l’attaque. De nous avoir tous sauvé d’ailleurs. » Combien de tombes auraient-ils dû creuser cette nuit si Riona n’avait pas été parmi eux ? Si elle n’avait pas agit avec autant de sang froid et d’efficacité. Il tourna finalement son visage vers elle, un petit sourire en coin sur les lèvres. «  Tu dois le regretter maintenant, de ne pas m’avoir laissé mourir tout à l’heure. »  


 


Senara
Messages : 751
Date d'inscription : 04/06/2022
Région : J'habite en théorie, parce qu'en théorie tout se passe bien
Crédits : avatar (senara) signature (minori) texte (Ronnie Radke et Andy Black)

Univers fétiche : Réel, urban fantasy, fantastique, jeu vidéo
Préférence de jeu : Les deux
Cités d'or
https://www.letempsdunrp.com/t5165-my-rainbow-s-dreams https://www.letempsdunrp.com/t5222-les-disgressions-de-senara https://www.letempsdunrp.com/t5157-senara-my-mind-is-up-and-away
Senara
Lun 10 Juin - 17:05

Riona
De Hillynor

J'ai 25 ans et je vis à Calliopea, Eldenight. Dans la vie, je suis étudiante et je m'en sors moyen,. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire entre deux relations pas très stables et je le vis plutôt bien, je crois.

She's a wild spirit and you're her equilibrium (ft Laecca) - Page 2 4nrs
Ressentant le besoin de s’isoler au plus vite, l’élémentaire inventa un prétexte pour quitter ce qu’il restait du campement et, surtout, pour fuir les membres de l’escouade. Le danger étant écarté et Velma ayant pu soigner Horton, aucune vie de son équipe n’était menacée. Et elle savait que pour cette nuit au moins, rien ni personne ne viendrait troubler le calme retrouvé. Sauf que si elle devait impérativement quitter ce groupe dans lequel elle se sentait à l’étroit, elle ignorait totalement où se rendre. Tout ce qui comptait, c’était de mettre de la distance entre elle et les autres. Et surtout de Mezrael, en vérité. Son attitude la laissait perplexe et son tempérament impulsif provoquait une tempête émotionnelle dans sa tête. Alors oui, il était urgent qu’elle quitte les lieux car elle se connaissait suffisamment pour savoir que le prochain danger, ce pourrait être elle. Perdue, agacée, stressée, elle pourrait facilement se transformer en bombe à retardement prête à exploser à tout moment. Il fallait donc qu’elle trouve un endroit silencieux et rassurant où elle pourrait respirer, faire le point sur toutes les pensées et les sentiments qui grondaient dans son esprit, les trier et s’en débarrasser. Riona devait absolument retrouver la sérénité avant de pouvoir à nouveau être opérationnel. A ceci près que, comme elle n’avait pas d’itinéraire prédéfini, elle se laissa guider par ses pas qui finirent par la mener dans une clairière après plusieurs minutes de marche. S’arrêtant dans un premier temps devant la beauté du paysage qu’elle devinait plus qu’elle ne le percevait réellement, elle leva la paume de sa main droite et fit apparaître une petite flamme. Et là... elle put admirer dans son intégralité chaque arbre, pierre et brin d’herbe qui à eux tous formaient comme un cocon sécurisant dans lequel elle se sentit tout de suite mieux. Elle entendit même, au loin, la musique tranquillisante d’un cours d’eau. Sans doute en parlerait-elle à son retour, puisque au moins une personne devra rester près d’Horton pour veiller sur sa santé et le protéger en cas d’attaque. Encore que ce dernier, avec ses sens surdéveloppés devraient plutôt aisément repérer le danger en dépit de ses blessures. Son esprit encore fixé sur ce demi-échec, la rousse chassa tout cela de ses pensées et hissa sur un rocher. Éteignant la flamme qui crépitait doucement au creux de sa main, Riona se retrouva à nouveau dans la semi-obscurité. Levant les yeux vers le ciel, elle observa les étoiles et la pleine lune dont la lumière opaline s’offrait agréablement à la clairière. Rien que ce panorama commença à la rasséréner. Puis l’élémentaire ferma les yeux, assise en tailleur sur le rocher et penchée légèrement en arrière, ses mains au contact de la pierre. Utilisant son lien avec la terre, elle se connecta au sol, ressentie chaque brin d’herbe l’apaiser au bruissement presque imperceptible et inaudible d’une brise nocturne avant de ressentir la puissance des arbres alentours. Bien qu’elle soit plus portée sur le feu et utilisant l’élément de la terre pour provoquer des séismes ou créer des murs protecteurs, Riona aimait ces moments. Elle se sentait incroyablement réconfortée par la force tranquille des arbres. Majestueux et pourtant silencieux aux oreilles de ceux qui ne savaient pas les écouter, la rouquine avait toujours été fascinée par le fait que ces êtres organiques aient leur propre langage et communiquent entre eux notamment par le biais de leurs racines. Peut-être qu’être métamorphosée en l’un des leurs serait tout aussi grisant que de s’envoler à dos de dragon. Qui sait ?

Malheureusement sa solitude salvatrice ne dura qu’un instant. Au bout de plusieurs minutes, elle entendit un bruit de pas derrière, qui fit craquer quelques branches. Riona perdit aussitôt son lien avec la terre tandis que tout son corps se raidit. Son calme intérieur à peine retrouvé laissait déjà place à une certaine anxiété. Qui pouvait l’avoir suivie jusqu’ici ? Avec tout ce qu’elle avait déjà fait, ne pouvait-on la laisser souffler à son tour ne serait-ce qu’un instant ? Apparemment pas. Et si elle devait miser sur l’intru, son choix se porterait soit sur Silver qui, pour une raison inconnue, était venu lui adresser la parole pour la première fois depuis le début du périple, soit sur Mezrael qui devait venir la sermonner pour s’être enfuie sans son consentement. De l’un ou de l’autre, elle n’était pas certaine de savoir celui qu’elle préfèrerait voir débarquer. Encore que pour être tout à fait honnête, elle se sentirait plus à l’aise avec le blond et ses reproches que par l’autre psi qui tentait une approche quelque peu malaisante. D’ailleurs, maintenant qu’elle y pensait, Silver ne s’était même pas inquiété de savoir ce qu’il s’était passé là-bas. Ni d’elle, en réalité. Sans doute ne cherchait-il rien d’autre d’elle que sa protection et qu’il s’entretiendrait plus tard avec leur leader pour avoir des informations. Quoi qu’il en soit, sa retraite temporaire prit fin bien trop vite à son goût, et l’idée de se fondre dans la nuit en ne bougeant pas d’un pouce la traversa. Peine perdue. Quelques secondes plus tard, Mezrael s’installait silencieusement sur le rocher à ses côtés. Interdite quant à l’attitude à adopter, la rousse resta muette, à l’affût de la moindre parole ou du moindre geste qu’il pourrait avoir à son égard. Elle attendit qu’il fasse ou dise quelque chose mais il se contentait de fixer le ciel et ses merveilles. Lui jetant un coup d’œil, Riona ne put s’empêcher d’observer son profil qui se découpait à la faveur des rayons lunaires. Il était incroyablement beau, et c’était là tout le problème. Inconsciemment, elle n’y avait fait que très peu attention jusqu’ici parce qu’il était le petit-ami de sa colocataire et qu’elle était beaucoup trop heureuse pour Ahelis et loyale envers celle-ci pour poser ne serait-ce qu’une seconde un œil intéressé sur le blond. Mais maintenant qu’ils avaient rompu, qu’elle avait pu l’observer durant quatre jours et que ce combat les avait rapprochés, qu’ils le veuillent ou non, Riona ne pouvait empêcher ses pensées de franchir la limite. Elle avait toujours eu un faible pour les blonds aux yeux bleus, pour ceux qui étaient cultivés et suffisamment fin d’esprit pour lui répliquer ou simplement pour plaisanter à de hauts niveaux intellectuels. Et évidemment, s’ils avaient un corps de rêve, c’était un plus non négligeable. Bref, elle voulait quelqu’un qui sache lui tenir tête tout en la sécurisant. Ce qu’elle n’avait jamais trouvé, et pour cause, la rousse n’avait même pas conscience que c’était ce genre d’hommes qu’elle recherchait et qu’il lui fallait. Or, c’était précisément ce qu’était le psi. Une personne posée, fiable, courageuse et perspicace. Il était son idéal, et en même temps son adversaire. Celui qui avait brisé le cœur de sa meilleure amie. L’ex d’Ahelis. Il était son interdit par excellence.

S’apercevant qu’elle le dévisageait depuis une quinzaine de secondes au bas mot, elle détourna le regard pour le fixer au loin, quelque part dans le noir de la nuit. Ses pensées se bousculèrent alors dans sa tête, entre pires scénarios et souvenirs de cet instant où elle s’était retrouvée blottie dans ses bras. Là-aussi, comme maintenant, le temps avait semblé s’arrêter pour une raison inconnue. La seule explication cohérente qu’elle pouvait opposer à ces étranges sentiments et sensations était qu’ils étaient déjà unis par un lien de haine. Donc, nécessairement, quand ils étaient proches l’un de l’autre, les émotions qui les envahissaient étaient plus fortes que s’il avait été un simple inconnu. En tout cas, la rousse pouvait toujours essayer de s’en convaincre. Parce qu’il était évident que ce n’était pas de l’animosité ou du dégoût qui l’avaient animée à ce moment-là. Pas plus qu’en cet instant d’ailleurs. Non, Riona se sentait perdue et anxieuse. Elle se souvenait parfaitement de son regard intense qui s’était ancré au sien, au point qu’elle soit incapable de dire quoi que ce soit. Elle se remémorait aussi parfaitement leurs deux corps collés l’un à l’autre, ses muscles saillants contre sa poitrine, ainsi que la sensation à la fois brûlante qui l’avait enveloppée et le courant électrique qui l’avait transcendé au même moment. Dans sa faiblesse, elle n’était pas parvenue à le repousser. Mais Riona préférait mettre le compte de sa non-réaction sur la frayeur qu’elle avait éprouvé en voyant cette boule de feu se diriger droit vers elle. Finalement, Mezrael brisa le silence de ce moment poétique en commençant par la remercier. Des paroles qui la firent froncer les sourcils. Plus tôt, il s’était excusé puis lui avait demandé d’aider Horton plutôt que de le lui ordonner après avoir pourtant défier ses ordres. Et voilà maintenant qu’il la remerciait. Quelle allait être la prochaine étape ? Ils allaient picoler ensemble en jouant aux cartes autour du feu de camp ? Perplexe, l’élémentaliste essayait de comprendre pourquoi il la remerciait alors qu’elle n’avait fait que son devoir, exactement comme tous les autres. Jusqu’à ce qu’il la remercie de l’avoir sauvé, lui, personnellement. Riona avait déjà oublié ce passage. Concentrée comme on le lui avait appris, elle n’avait gardé le résultat du combat en tête. Mais maintenant qu’il le lui rappelait, la rousse revit la scène. Elle lui avait évité une attaque sournoise mortelle en pulvérisant l’ennemi qui avait voulu s’en prendre à lui par traîtrise. Peut-être était-ce pour cela qu’il l’avait sauvée ensuite ? Pour le simple principe d’une vie pour vie, et être à égalité dans leur guerre ? Cette idée lui serra le cœur, sans qu’elle n’en comprenne la raison. Changeant de posture, elle ramena ses jambes contre elle et les entoura de ses bras. « Tu n’as pas à me remercier. J’ai fait ce que je devais faire. C’est pour ça qu’on m’a entrainée, et c’est pour ça que je suis là aujourd’hui. » réitéra-t-elle en lui répondant exactement ce qu’elle avait répondu plus tôt à Silver. « De toute façon, tu m’as sauvée aussi alors... on est quitte. » Sa manière à elle de le remercier. Car clairement, elle savait qu’elle n’arriverait pas à le dire à voix haute. Vraiment, ça lui écorcherait la langue de prononcer ce mot alors qu’elle ne savait toujours pas s’il jouait un double jeu avec elle ou non. Et à la fois, elle ne pouvait s’empêcher de réfléchir à la scène. Pourquoi l’avoir attirée à lui au lieu de la pousser sur le côté ? Cette interrogation tournait en boucle dans sa tête.

Lorsqu’il se retourna finalement vers elle pour plaisanter, Riona, qui allait d’étonnement en surprise avec lui, se tourna vers le psi et plongea son regard dans le sien. Était-il sincère ou se moquait-il d'elle ? Attirée malgré elle vers le blond, autant par son regard intense et hypnotique que par ses lèvres qu'elle avait l'envie et la curiosité interdites de goûter, la rousse se retint pourtant de fuir comme elle le faisait habituellement. D’abord peu sûre d’elle, Riona finit par afficher un sourire en coin. « Non, pas vraiment. Je dois penser à mon avenir et je n’ai pas envie que ta mort me soit imputée, ça pourrait nuire à ma carrière. Et de toute façon, le dragon s’en chargera pour moi. » répliqua-t-elle, mutine, bien que sa phrase relevât plus d’une taquinerie complice que d’une raillerie moqueuse et cruelle. Puis elle redevint sérieuse, d’autres questions la taraudant. « Je me demandais... pourquoi est-ce que tu m’as demandée de faire un abri pour Horton alors que Goran aurait pu s’en charger ? Et pourquoi avoir voulu enterrer l’élémentaire de feu ? On aurait simplement pu le brûler. » Ce qui aurait assez ironique, d’ailleurs. Puis elle se rappela la colère de Mezrael de ne pas avoir pu l’interroger et voulut réparer ses torts en proposant une alternative qu’elle espéra être un gage de paix, au moins pour le reste de cette nuit, ou la fin de la mission. « Il reste encore les corps des autres assaillants autour du camp, non ? Je peux peut-être les examiner et voir si je trouve des indications sur qui ils étaient. » La rousse n’avait aucune idée de ce qu’allait donner cette charge qu’elle s’imposait, mais une partie d’elle ne pouvait s’en empêcher. Elle avait commis une faute, c’était à elle d'y remédier. Parce que, peut-être que ce n’était que des bandits ayant profité d’une opportunité, mais il se pouvait aussi bien qu’ils fassent partie d’une guilde, d’un clan ou d’autre chose. Si tel était le cas, ça pourrait leur coûter d'autres altercations. Mais ça, ils ne le sauraient qu’en ayant récolté des indications en fouillant les cadavres. Riona se portait donc évidemment volontaire, quitte à mettre tout repos de côté malgré la fatigue que l'utilisation de ses pouvoirs avait provoquée. Comme le disait l’adage, elle se reposerait quand elle serait morte.


I lost my fucking mind, it happens all the time 'cause I can't stand myself. So please believe me I'm a needy insecure fucking freak and it ain't as easy or as dreamy as you think it would be.
She's a wild spirit and you're her equilibrium (ft Laecca)
Page 2 sur 2
Aller à la page : Précédent  1, 2
Sujets similaires
-
» Once upon a time in a wild, wild world
» (liquid spirit)
» les bébés sauvages (wild.)
» les histoires sauvages (wild.)
» Nothing else but chaos' tears (ft Laecca)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers fantasy :: Surnaturel-
Sauter vers: