Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues
qui tu veux,
quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
Le deal à ne pas rater :
Fire Emblem : où précommander Fire emblem Engage en édition ...
99.90 €
Voir le deal

LE TEMPS D'UN RP

Once upon a time in a wild, wild world

June
Messages : 3085
Date d'inscription : 02/03/2017
Région : Île-de-france
Crédits : icon: SOLSKEN. gifs: baldurians & billy-crudup (life is strange 2)

Univers fétiche : Réel, fantastique
Préférence de jeu : Les deux
dolores June
June
Jeu 22 Sep - 23:26
Le contexte du RP

Once upon a time in a wild, wild world 05bd0848f5094b4d99d1b714a694cc78

Once upon a time in a wild, wild world Lifeisstrange24-1

Redwoods, Humboldt County, janvier 2017

Plus d'un mois après les événements de Beaver Creek, une longue et douloureuse errance conduit finalement Sean et Daniel sur la côte californienne. Là-bas, leur destin croise de nouveau celui de Finn et Cassidy, qui les invitent à venir avec eux, sur le campement de la weed farm où ils travaillent. La vie dehors, la vie sommaire, le boss impitoyable ; mais ça paye bien, la lumière est belle et les soirées joyeuses.

En quête d'un peu de répit, les deux frères trouvent refuge auprès d'autres marginaux, le temps de mettre de côté suffisamment d'argent pour le Mexique. Ils ignorent que l'un des garçons du camp, Alan, a des pouvoirs lui aussi, comme Daniel. Qu'il en sait même un peu plus qu'eux sur le sujet. Alan, quant à lui, ne sait pas encore, lui non plus, que cette rencontre va tout changer…

Contexte de crossover Life is Strange 2 / X-Men librement adapté de cette recherche
June
Messages : 3085
Date d'inscription : 02/03/2017
Région : Île-de-france
Crédits : icon: SOLSKEN. gifs: baldurians & billy-crudup (life is strange 2)

Univers fétiche : Réel, fantastique
Préférence de jeu : Les deux
dolores June
June
Jeu 22 Sep - 23:26

Sean Diaz
J'ai 17 ans et je vivais à Seattle, USA, avant que mon monde bascule. Dans la vie, je suis un marginal en cavale et je m'en sors mal. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire, mais de toute façon je n'ai pas vraiment le temps d'y penser.
Quand il ouvrit les yeux, comme tous les matins depuis qu’il était là, Sean mit quelques secondes avant de se rappeler où il était. Pourtant, il ne s’en formalisait plus. Il en avait pris l’habitude, en quelque sorte – si tant est qu’on puisse s’habituer à cette vie de vagabonds. En combien de lieux différents avaient-ils passé la nuit, Daniel et lui, depuis le jour où… Non, il ne fallait pas penser à ça.

Daniel était déjà parti. Sean s’assit dans son duvet, s’étira longuement, jeta un œil autour de lui. Cela ne faisait que quelques jours qu’il s’était établi ici, mais il avait tenté de rendre la tente un peu plus familière – pour Daniel, qu’il se disait, bien sûr. Mais à lui aussi, ça lui faisait du bien, de voir les quelques dessins qu’il avait scotchés sur la toile au-dessus de lui, les rares affaires personnelles qu’ils avaient pu sauver de leur vie d’avant. Sauf peut-être la photo d’Esteban : Sean ne savait pas si elle lui faisait plus de bien ou de mal. Au moins, elle l’aidait à garder en tête son objectif, son horizon, la seule chose à laquelle il parvenait à se raccrocher : Puerto Lobos. Oui, bientôt, ils auraient assez d’argent pour enfin reprendre la route.

Mais pour l’heure, une nouvelle journée de travail s’annonçait. Alors Sean repoussa la chaleur du duvet, enfila son jean délabré et son sweatshirt iconique, et sortit de la tente. Il alla se servir un café sous le grand tarp bleu – sans oublier d’en mettre un autre en route, il avait retenu la leçon. Le campement était calme, presque trop ; pour une fois, personne n’était assis à discuter à la table. Gardant sa tasse fumante au creux des mains, Sean décida de partir à la recherche de Daniel. Il n’était jamais trop prudent, avec son petit frère.

Passant entre les grands séquoias, il prit le chemin du lac et, après avoir marché quelques minutes, ce qu’il vit faillit bien lui faire lâcher sa tasse de café. Daniel était là, assis en tailleur sur un tronc d’arbre, à faire léviter nonchalamment une volée de cailloux… – jusqu’ici, ça allait ; après tout, ils étaient convenus que Daniel devait continuer de s’entraîner pour maîtriser ses pouvoirs. Sauf que Daniel n’était pas seul. Évidemment, Daniel n’est pas seul, songeait Sean : Daniel avait beau toujours promettre tout ce que son grand frère voulait, il n’avait jamais su s’y tenir, c’était plus fort que lui.

« Daniel ! » gronda Sean entre ses dents, franchement agacé. Il n’était jamais heureux d’être le méchant de l’histoire, il détestait devoir le rappeler à l’ordre, mais si lui ne se préoccupait pas de la sécurité de son petit frère, qui le ferait ? Il s’approcha, jetant un coup d’œil furtif autour d’eux, puis son attention se porta sur la personne qui accompagnait Daniel : un certain Alan, à qui il n’avait jamais vraiment parlé – et qui ne parlait jamais vraiment, d’ailleurs. « Tu… euh… » commença Sean. Eh voilà, je suis censé faire quoi, moi, maintenant ? Un long soupir de lassitude lui échappa, il ferma brièvement les yeux, ressentant sur ses épaules tout le poids de sa responsabilité. De toute évidence, il ne servait à rien de démentir. « Tu n’as rien vu, d’accord ? » Puis : « Daniel, combien de fois je t’ai dit de faire profil bas ? » Ça le fatiguait rien qu’à se l’entendre dire, cette éternelle et vaine chanson, qui n’avait pour effet que de les séparer un peu plus à chaque fois.
Eurydie
Messages : 14
Date d'inscription : 20/09/2022
Crédits : myself

Univers fétiche : medieval fantasy, historique, comics, jeux video, ect
Préférence de jeu : Les deux
Noob
https://www.letempsdunrp.com/t5357-quelques-idees-de-mon-chapeau https://www.letempsdunrp.com/t5356-eurydie-the-most-expensive-part-of-building-is-the-mistakes
Eurydie
Ven 23 Sep - 12:57

Alan
LeBeau

J’ai tout juste 17 ans, et je vis à peu près partout et nulle part, ne jamais rester trop longtemps dans un même endroit. Dans la vie, je suis mutant et je m’en sors pas trop mal, considérant le pays dans lequel je vis. Sinon, grâce à ma chance ou malchance, je ne saurais pas dire, je suis célibataire et je n’ai pas tellement le temps d’y penser.

Informations supplémentaires ici.
« Daniel ! » La voix le fit sursauter tout autant que le garçon en face de lui. Tout avait semblé calme jusque là, juste le bruissement du vent sur les feuilles et la surface de l’eau, et le petit sifflement de l’air quand Daniel faisait flotter ces petits cailloux au-dessus du sol. Pour être honnête, Alan n’avait plus fait attention qu’à ça, et il avait complètement oublié le reste. Une erreur, bien sûr... et maintenant il s’en rendait compte. Bondissant comme un ressort, il avait fait un pas en arrière, le cœur battant à tout rompre. Daniel, lui, se leva nonchalamment, soufflant d’agacement. Les petits cailloux retombèrent lourdement, mais le garçon n’y faisait même plus attention. « Je saaaaaaais... » soupira-t-il en faisant dramatiquement basculer sa tête. « Mais- » Il s’interrompit tout de suite en croisant le regard de son frère, comprenant qu’il n’était pas prêt à entendre ses excuses. Ou ses justifications. Ou tout simplement prendre en compte son point de vue ! C’était comme se retrouver face à un mur, et il finit par lâcher un râle de frustration. « C’était pas ma faute !! » Il reprit sa veste et sans lui adresser le moindre regard, il s’enfuit en courant vers le campement, là où il trouverait des gens bien plus cools que son frère ! Et qui le laisserait parler ou faire ce qu’il veut.

Alan avait profité de l’altercation pour enfoncer un petit peu plus sa tête dans sa capuche, bougeant légèrement les yeux pour vérifier si ses lentilles étaient encore en place. Ce n’était jamais très agréable de les porter, et ça valait quand même trop cher par rapport à son budget, mais sans elles, il aurait eu tellement plus de problèmes... Ça évitait les regards insistants, les questions, et... disons, tout le reste. « Tu sais... » commença-t-il d’une voix légèrement enrouée, comme s’il était un petit peu malade ou alors qu’il ne prenait pas souvent la parole et qu’il ignorait quel ton donner. « … ce n’était vraiment pas de sa faute. C’est moi qui l’ait surpris. »

Daniel s’entraînait simplement, et loin du camp, comme son frère avait insisté. C’était de la faute d’Alan s’il avait lui aussi recherché un petit peu d’isolement dans le même coin.

Il bougeait nerveusement ses doigts dans ses poches, ne pouvant pas s’en empêcher. Il aurait voulu s’enfuir et prétendre que rien n’était arrivé, comme ce que Sean avait proposé, mais... c’était plus fort que lui.

« Ton frère... ça fait longtemps ? » avait-il osé demander, avec toute la prudence du monde.

Dès l’arrivée de Sean et de Daniel au camp, il avait senti qu’ils étaient proches. Sean était tout le temps en train de garder un œil sur lui, et Alan avait surpris quelques plaisanteries à ce sujet. Rien de méchant, c’était même un petit peu attendrissant. Être si proches, si protecteurs, courant entre membres de même famille, surtout quand l’un est aussi jeune. Cependant, après ce qu’il venait de voir... Leur proximité cachait aussi ce secret, non ?

Le secret que Daniel pourrait être comme lui.
June
Messages : 3085
Date d'inscription : 02/03/2017
Région : Île-de-france
Crédits : icon: SOLSKEN. gifs: baldurians & billy-crudup (life is strange 2)

Univers fétiche : Réel, fantastique
Préférence de jeu : Les deux
dolores June
June
Sam 24 Sep - 0:41

Sean Diaz
J'ai 17 ans et je vivais à Seattle, USA, avant que mon monde bascule. Dans la vie, je suis un marginal en cavale et je m'en sors mal. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire, mais de toute façon je n'ai pas vraiment le temps d'y penser.
Oui, la même scène se répétait, de jour en jour plus conflictuelle. Sean voyait leurs relations se déliter, impuissant. Il était convaincu du rôle qu’il devait tenir – celui de l’adulte responsable –, sans ignorer que leur union était pourtant la chose capitale. Celle qu’ils devaient tout faire pour préserver…

Il n’eut pas le temps de se justifier comme il le faisait d’habitude, rappelant à Daniel les raisons pour lesquelles il devait rester caché : ce dernier ramassa ses affaires et s’éloigna vers le camp, laissant Sean planté là, dans un mélange de frustration et de tristesse sourde.

Et de colère. C’était la colère qui dominait, souvent, bien qu’il essayât de la maîtriser. Dans le fond, elle n’était pas dirigée contre Daniel. Sean avait tant à quoi s’en prendre… Il en voulait à la vie qui lui volait son insouciance et le forçait à n’avoir plus le droit d’être faible. Mais, dans ces moments-là, par réflexe, il ne pouvait s’empêcher d’en vouloir à son petit frère, qui trouvait toujours le moyen de lui rendre la tâche plus difficile.

Perdu dans ses émotions, il en avait presque oublié la présence d’Alan, lorsque celui-ci se rappela timidement à lui. Sur le coup, Sean sentit sa colère se raviver. Pourquoi tout le monde était-il toujours du côté de Daniel, pourquoi fallait-il toujours lui trouver des excuses ? Il s’abstint de répondre, d’abord, craignant d’être acerbe, de dire quelque chose qu’il regretterait. Il se contenta de pousser un soupir rageur.

Et puis, alors qu’il s’apprêtait à tourner les talons à son tour, il y eut cette question. Sean s’immobilisa, se tournant véritablement vers Alan pour la première fois. Il hésita. Il aurait dû mettre fin à cet échange tout de suite, il en avait même presque envie, et pourtant… Le ton avec lequel le garçon avait posé la question, plein d’une douceur dont tout en lui manquait, décida Sean à y réfléchir à deux fois.

Après quelques secondes, il rendit les armes, avec lassitude. De toute façon, Alan savait, maintenant. Il n’avait pas tout vu, mais il savait, quand même. « Non, pas vraiment. » Il se rendit compte qu’Alan s’attendait probablement à une réponse plus élaborée, mais remonter le fil de ce souvenir était trop douloureux. « Seulement quelques mois », se contenta-t-il de dire, plongeant les yeux dans son café tiède, se détournant légèrement, comme pour échapper au regard d’Alan.

Eurydie
Messages : 14
Date d'inscription : 20/09/2022
Crédits : myself

Univers fétiche : medieval fantasy, historique, comics, jeux video, ect
Préférence de jeu : Les deux
Noob
https://www.letempsdunrp.com/t5357-quelques-idees-de-mon-chapeau https://www.letempsdunrp.com/t5356-eurydie-the-most-expensive-part-of-building-is-the-mistakes
Eurydie
Sam 24 Sep - 17:05

Alan
LeBeau

J’ai tout juste 17 ans, et je vis à peu près partout et nulle part, ne jamais rester trop longtemps dans un même endroit. Dans la vie, je suis mutant et je m’en sors pas trop mal, considérant le pays dans lequel je vis. Sinon, grâce à ma chance ou malchance, je ne saurais pas dire, je suis célibataire et je n’ai pas tellement le temps d’y penser.

Informations supplémentaires ici.
Alan les sentaient comme une claque : la frustration, la colère soudaine, la lassitude, mais aussi la panique que ressentait Sean. Cela faisait l’effet d’un vent froid, d’un frisson dans le dos, et il comprenait très bien qu’il n’était pas à sa place. C’était entre Sean et son frère, et lui n’était qu’un étranger. Alors il se tenait là, le cœur battant, incapable de faire le moindre pas de côté. Il ne devrait pas être là mais pourtant il était resté. Il voulait une réponse.

« Quelques mois… » répéta-t-il dans un murmure.

C’était… rare. Les mutants qui n’avaient pas de particularité physique ne montraient généralement pas leurs dons avant la puberté. Que ça arrive aussi tôt… Enfin, est-ce que c’était bien de ça dont il s’agissait ? D’une mutation ? Alan, ne te fais pas de films trop vite ! Si ça se trouve, cela n’a rien à voir avec une mutation ! Mais si c’était le cas ? Un sourire timide lui traversa involontairement le visage, et Alan le cacha rapidement en se pinçant les lèvres.

« Je… Je ne me suis pas officiellement présenté lors de ton arrivée. Désolé… Je ne suis pas à l’aise avec les gens. » avoua-t-il, prenant son courage à deux mains pour faire un pas vers Sean, lui tendant une main ouverte. « J’aimerais corriger ça. Je m’appelle Alan. Alan LeBeau… » Sean aurait parfaitement le droit de refuser sa main, après tout Alan ignorait comment les choses pourraient être encore plus maladroites et gênantes. « Je garderai le secret de ton frère. C’est… dangereux que les gens sachent. »

Crétin… comme si Sean n’était pas au courant ! Il ne serait certainement pas ici s’il ne savait pas que c’était dangereux ! Il était en cavale, comme tout le monde.

« Hm… J’ai… Je suis sensé m’occuper des pommes de terre aujourd’hui… Il faudrait que je- »

« SEAAAAAAAAAAAN!! »

L’arrivée soudaine de Daniel en courant faillit donner à Alan une crise cardiaque !

« Sean je retrouve pas mon Power Bear!! » Le garçon était tout essoufflé, comme s’il avait complètement oublié la dispute qu’ils venaient d’avoir. Ce n’était pas vrai, bien sûr. Il se souvenait parfaitement ! Et il en voulait encore à Sean. Mais peut-être qu’il savait où était son jouet ! Peut-être même qu’il lui avait pris… !! Et ça, Daniel était prêt à se battre pour le retrouver !

Alan regarda le garçon se planter devant son frère, il lui semblait que personne ne faisait attention à lui maintenant… Il ferait mieux de retourner au camp, s’occuper des pommes de terre pour le midi, comme c’était prévu. Mieux valait ne pas être en retard, tout le monde allait partir travailler aujourd’hui encore. Sans un mot, il s’éclipsa du mieux qu’il pouvait. C’était peut-être mieux de laisser les frères entre eux…

Ou peut-être pas, ils étaient tous les deux si remontés, ils pourraient se sauter mutuellement à la gorge.
June
Messages : 3085
Date d'inscription : 02/03/2017
Région : Île-de-france
Crédits : icon: SOLSKEN. gifs: baldurians & billy-crudup (life is strange 2)

Univers fétiche : Réel, fantastique
Préférence de jeu : Les deux
dolores June
June
Sam 24 Sep - 19:48

Sean Diaz
J'ai 17 ans et je vivais à Seattle, USA, avant que mon monde bascule. Dans la vie, je suis un marginal en cavale et je m'en sors mal. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire, mais de toute façon je n'ai pas vraiment le temps d'y penser.
Sean se détendit légèrement quand Alan s’avança vers lui. Sa colère aussi s’était apaisée, bien qu’il se sentît toujours un peu gêné. Il releva la tête, osant pour la première fois regarder le jeune garçon, sa peau pâle et ses cheveux noirs, la constellation de taches de rousseur qui lui donnait un air plus enfantin qu’il ne devait l’être. Et puis il y avait ses yeux, ses yeux qui se dérobaient derrière ses mèches folles, et que Sean remarqua sans parvenir à identifier ce qu’ils avaient de si particulier.

Il se sentit stupide, face à la délicatesse d’Alan, dont émanait une bienveillance dont Sean ne parvenait pas à se méfier véritablement. Sa timidité reprit le dessus, il hésita devant cette main tendue, ne sachant pas à quoi il lui était proposé de s’engager. Pourtant, ce geste était encourageant, il lui apportait un réconfort inattendu. Alors, Sean tendit la main, à son tour, pour venir prendre en silence celle d’Alan.

Ce que celui-ci dit ensuite le ramena à la dure réalité, il détourna le regard, serrant un peu plus la main d’Alan, comme pour sceller à contre-cœur cet accord que les circonstances rendaient inévitables. « Yeah… Thanks », répondit-il simplement. Puis, il lâcha sa main et ne resta plus que la gêne.

L’arrivée bruyante de Daniel fut presque un soulagement. Le sujet qu’il apportait avec lui était beaucoup plus léger, il lui ressemblait tellement, et Sean eut un sourire. « Wooow, easy enano, it’s not my fault if even your Power Bear got tired with you », fit-il en ébouriffant les cheveux de son frère, lequel eut une moue agacée. « Let’s see if we can find it. » Sean se retourna pour dire un mot à Alan, mais ce dernier avait déjà disparu.

Une fois l’incident Power Bear terminé, Sean avait encore une petite demi-heure devant lui avant de rejoindre le truck qui partait pour la ferme. Et quelque chose lui disait qu’il savait très bien comment il allait l’occuper…

« Hey Alan », dit-il en s’approchant du garçon qui, comme il l’avait dit, était de corvée de pommes de terre. « Need a hand ? » demanda-t-il nerveusement, s’asseyant sans attendre la réponse et s’attelant aussitôt à la tâche pour se donner du courage. « Hey, I wanted to say that I’m sorry for… earlier. I didn’t mean to be so harsh on him… or you. It’s just… He’s driving me mad sometimes », dit-il avec un léger rire, maintenant que la colère l’avait quitté. Et, après un bref silence gêné : « I’m glad that was you with him. » Pourtant, Sean ne savait rien d’Alan. Comment être sûr de ses bonnes intentions ? C’était impossible, bien sûr… mais il avait envie, et besoin, de lui faire confiance.

« Sooo… How long have you been here ? » tenta Sean, histoire de faire la conversation, alors qu’il se penchait pour attraper une autre pomme de terre.

Eurydie
Messages : 14
Date d'inscription : 20/09/2022
Crédits : myself

Univers fétiche : medieval fantasy, historique, comics, jeux video, ect
Préférence de jeu : Les deux
Noob
https://www.letempsdunrp.com/t5357-quelques-idees-de-mon-chapeau https://www.letempsdunrp.com/t5356-eurydie-the-most-expensive-part-of-building-is-the-mistakes
Eurydie
Sam 24 Sep - 23:13

Alan
LeBeau

J’ai tout juste 17 ans, et je vis à peu près partout et nulle part, ne jamais rester trop longtemps dans un même endroit. Dans la vie, je suis mutant et je m’en sors pas trop mal, considérant le pays dans lequel je vis. Sinon, grâce à ma chance ou malchance, je ne saurais pas dire, je suis célibataire et je n’ai pas tellement le temps d’y penser.

Informations supplémentaires ici.
À part cet incident, il n’y avait pas grand-chose à dire sur cette journée. Quand Alan était revenu au camp, il avait juste rangé quelques affaires à lui qui séchaient sur la corde à côté de sa tente, et était chercher un petit peu d’eau pour le réservoir. Rien qui ne nécessite de l’aide, ou de la compagnie. Personne ici ne venait vraiment l’importuner longtemps ; non pas qu’il n’était pas apprécié, mais maintenant, tout le monde se connaissait un peu. Au moins dans les grandes lignes. Et tout le monde respectait les limites de tout le monde.

C’était peut-être pour ça qu’Alan aimait davantage ce camp que ceux qu’il avait connu ailleurs. Il y avait ce respect, même dans un groupe aussi hétéroclite. Cette volonté de respecter les limites de chacun, tout en restant soudés.

Parfois même plus…

Il était encore dans ses pensées quand il entendit son nom. Par réflexe, Alan releva la tête et reconnut Sean. Apaisé. Détendu. Plus que tout à l’heure. Il s’assit devant lui, sans vraiment prendre le temps d’attendre une réponse. Il n’en avait pas besoin. Cela dit… ça étonnait Alan de le voir. Pendant quelques secondes, il le regardait juste, plongeant ses mains dans l’eau froide pour récupérer les pommes de terre. Et puis il secoua la tête, et en prit une également.

« Hey, I wanted to say that I’m sorry for… earlier. » Alan resta silencieux, ne s’attendant pas du tout à ça. « I didn’t mean to be so harsh on him… or you. It’s just… He’s driving me mad sometimes. » Il n’avait pas à s’excuser pourtant. Pas à lui. Il aurait voulu le lui dire tout de suite, il avait même entrouvert les lèvres pour ça, mais déjà Sean reprenait. « I’m glad that was you with him. »

Maintenant, Alan relevait très clairement les yeux sur lui, surpris et perplexe. « You’re glad ? » répéta-t-il difficilement. Ils ne se connaissaient pas, et faire une promesse n’était pas de très grande valeur avec des inconnus. C’était pour ça qu’il ne s’attendait pas à ce que ça change quelque chose quand il avait donné sa parole. « Well… I wouldn’t take you for someone who trusts people easily but it’s nice to be wrong. I won’t let you down on this one. » Il ne pourrait jamais se retourner contre un de ses semblables. Jamais. Bien sûr, Sean ne peut pas le savoir, mais Alan ne disait absolument pas ça en l’air. « Or him, of course. But he should be more careful… Some might not understand it. » Aucun nom ne lui traversait l’esprit en disant ça, mais on ne pouvait jamais être trop prudent.

Cette pomme de terre faite, il en attrapa une autre. Faire ces corvées à deux allait tellement vite, ils finiraient sûrement en avance. Ce qui veut dire qu’ils peuvent aussi ralentir le rythme, s’ils voulaient. Alan en profita pour relever les yeux vers lui, le voir concentré sur la pomme de terre qu’il épluchait consciencieusement malgré son esprit un peu distrait.

S’il savait dessiner, il aurait aimé capter sur le papier ce regard-là…

« Oh… Well, I don’t know exactly. It was before winter, for sure. I was looking for a ride, and Cassidy invited me to stay a while. They’re nice, all of them. I’m not exactly… close… to any, but I like them. » Il se tut un moment, peu d’aspects de son histoire étaient vraiment intéressants, finalement. « You and your brother fit in quite easily, you have your place here as well. Do you like it? It can be kind of harsh, that way of life… »
June
Messages : 3085
Date d'inscription : 02/03/2017
Région : Île-de-france
Crédits : icon: SOLSKEN. gifs: baldurians & billy-crudup (life is strange 2)

Univers fétiche : Réel, fantastique
Préférence de jeu : Les deux
dolores June
June
Hier à 0:33

Sean Diaz
J'ai 17 ans et je vivais à Seattle, USA, avant que mon monde bascule. Dans la vie, je suis un marginal en cavale et je m'en sors mal. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire, mais de toute façon je n'ai pas vraiment le temps d'y penser.
« I’m not, I guess », soupira Sean quand Alan lui laissa entrevoir quel jugement il avait d’abord porté sur lui. Était-il vraiment devenu cette personne-là ? Celle pour qui le monde entier semble hostile ? Par nécessité, pour survivre, oui, probablement. C’était comme une seconde nature désormais ; la plupart du temps, il ne s’en rendait même plus compte. Si ça pouvait leur éviter de se faire séquestrer à nouveau par un redneck dans un local de station service… Heureusement, il existait aussi des personnes comme Brody, qui vous recueillaient, vous permettaient de souffler, de vous sentir en sécurité.

Sean rit de bon cœur quand Alan se fit l’écho de ce qu’il s’évertuait à répéter à Daniel. « You tell him ! » Une part de lui était soulagée, d’entendre ça. Parce que ça le confortait dans l’idée qu’Alan était sincère. Et parce que ça lui laissait espérer qu’il ne l’avait pas condamné trop vite, ce matin. Ils allaient pouvoir repartir sur de meilleures bases, tous les deux.

Chaque seconde qui passait permettait à Sean de se sentir un peu plus à l’aise. Il continuait d’éplucher les pommes de terre : c’était une tâche simple, facile, sans enjeu mais utile, qu’il était sûr de réussir. La conversation s’installait, se posait doucement sur eux, éclairant les premiers lieux de leur relation. Visiblement, Alan était là depuis déjà quelque temps, même s’il ne semblait pas appartenir au noyau dur, au cœur du groupe que formaient ensemble Cassidy, Finn, Hannah et peut-être Penny.

Sean se sentait le cœur plus léger, il parlait plus volontiers désormais. Il raconta : « Yeah, I like them too. I still can’t believe I bumped into these guys after seeing them in Beaver Creek in december. Got caught by Cass’ voice on the local Christmas market by the time. That’s how I first met her and Finn. »

Beaver Creek… Ça lui semblait si loin, maintenant. La neige, les décorations de Noël, la maison chaleureuse de Claire et Stephen… C’était ce qu’ils avaient pu goûter de plus proche de la vie d’avant, depuis le jour où ils avaient pris la fuite. Sean savait à quel point Daniel aurait voulu rester. Là où il aurait pu être… un enfant. Juste un enfant. « It feels like it was in another life », dit-il comme pour lui-même.

Sean sourit à la remarque que fit ensuite Alan. « Yeah, that’s because everyone loves Daniel. His presence always make others joyful », dit-il. D’ailleurs il était persuadé que sans Daniel, tout aurait été plus compliqué, pour lui. Ils avaient besoin l’un de l’autre : ça marchait dans les deux sens.

À la dernière question d’Alan, Sean répondit : « Compared to the life we had these past three months, it’s luxury here. Got a safe place to stay, making money everyday, hanging out with cool people at night… Work is exhausting, but I can’t complain », sourit-il. Qu’il en vienne à cette conclusion en disait long sur les épreuves qu’ils avaient traversées, mais Sean ne s’en rendait pas compte. Il ajouta : « Plus, Daniel loves it here. » C’était tout ce qui comptait. Même si Sean redoutait le moment où il faudrait lui annoncer leur départ.

« What about you ? Is this place different from what you knew before… ? » C’était un moyen de l’inviter à parler de lui sans poser une question trop intrusive, sans lui demander frontalement de raconter son histoire. Sean avait bien compris qu’Alan était réservé ; il semblait toujours sur le qui-vive. Alors il ne voulait pas le mettre mal à l’aise ou lui faire peur.

Eurydie
Messages : 14
Date d'inscription : 20/09/2022
Crédits : myself

Univers fétiche : medieval fantasy, historique, comics, jeux video, ect
Préférence de jeu : Les deux
Noob
https://www.letempsdunrp.com/t5357-quelques-idees-de-mon-chapeau https://www.letempsdunrp.com/t5356-eurydie-the-most-expensive-part-of-building-is-the-mistakes
Eurydie
Hier à 1:28

Alan
LeBeau

J’ai tout juste 17 ans, et je vis à peu près partout et nulle part, ne jamais rester trop longtemps dans un même endroit. Dans la vie, je suis mutant et je m’en sors pas trop mal, considérant le pays dans lequel je vis. Sinon, grâce à ma chance ou malchance, je ne saurais pas dire, je suis célibataire et je n’ai pas tellement le temps d’y penser.

Informations supplémentaires ici.
Beaver Creek… Oh, il se souvenait bien de ce coin ! Finn et Cassidy avaient longuement parlé de ce type qui leur avait cherché des noises. Au final, ils en avaient plus ri qu’autres choses, et Finn était assez doué pour l’imiter ! C’était devenu une blague récurrente pendant un temps.

« So you met them at the market. » Alan ne se souvenait plus s’ils avaient parlé de leur rencontre avec Sean à ce moment-là. Ça commençait à dater maintenant. Malgré tout, il sourit un petit peu, imaginant très bien ce qu’il avait pu voir. Peu de personnes étaient aussi charismatiques que Cassidy et Finn. Alors eux deux, en même temps, en guise de première impression…

Lui-même se souvenait très bien de sa rencontre avec eux. C’était comme si son cœur s’était arrêté pendant une seconde, ou dix.

Cependant, il remarqua quand même la tristesse dans la voix de Sean. Parler de cet hiver semblait faire remonter en lui des souvenirs douloureux, ou trop lointains… Avec ce qu’il avait vécu avec son frère, Alan pouvait comprendre. Ce n’était pas comme s’il avait les détails, mais comme tout le monde, il savait que Sean et son frère fuyaient les flics, une affaire de fusillades à Seattle. Et ici, dans leur groupe, on croit les fugitifs. On croirait n’importe qui, si en face se trouvait la parole des flics.

Personne n’aimait les flics. Alan ne faisait pas exception.

« Well it’s true your brother is veeeery cute! He could win everyone’s heart! » rit-il doucement, passant son regard par-dessus son épaule, où se trouvait le plus jeune des Diaz. Il jouait, bien sûr. Maintenant qu’il avait retrouvé son Power Bear. Il méritait ces petits moments d’innocence. « I’m sorry for what happened to you two. It’s… not fair. » dit-il prudemment, en revenant sur Sean. Peut-être qu’il n’en pouvait plus d’entendre ça, et Alan ignorait s’il ne venait pas de remuer le couteau dans la plaie. Mais c’était peut-être important de le dire. Ce n’était pas comme s’il était au courant et qu’il s’en fichait, au contraire. Sean et Daniel ne méritaient rien de tout ça. Ils étaient des citadins, ils avaient passé toute leur vie dans leur ville, dans une maison en dur, et ça se voyait. Ce n’était pas juste de les avoir arrachés à leur vie comme ça. Foutue justice de ce foutu pays.

Allez Alan, reprends-toi. Ce n’est pas comme si ça pouvait changer quoi que ce soit de ruminer comme ça. Il balaya légèrement la tête, comme pour balayer ce genre de pensée. Maintenant, Sean avait pris de l’avance sur lui, il fallait le rattraper !

« Plus, Daniel loves it here. »
« So, you’re gonna stay here for summer, then? » Ça pourrait être le bon plan. Faire de l’argent maintenant, ça leur servira pour cet hiver ! C’était ce que comptait faire Alan, en tout cas.
« What about you? Is this place different from what you knew before…? »

Alan le regarda encore une fois, silencieux. Sean avait posé sa question prudemment, comme s’il marchait sur des œufs. Il ne semblait même pas le regarder…

« It’s… » commença-t-il, se concentrant sur sa pomme de terre plutôt que l’expression de Sean.

Il ne pouvait pas lui dire.

Mais il ne voulait pas le lui faire comprendre sèchement, et le vexer.

« No… not really. I only knew places like this. » C’était déjà trop, comme réponse. Une partie de lui s’en voulait de prendre autant de risques, mais Sean semblait sincère. Et puis… après les secrets qu’il venait d’apprendre, c’était peut-être juste de se dévoiler un petit peu. Un échange à peu près équivalent. « I’m a little like you… I’m running too. Did you finish the potatoes? I told Hannah I would bring them to her. Don’t worry, I’m stronger than I look, so… you can take some rest, now. »

Suuuuper naturel, Alan. Bien joué. Pas du tout suspicieux ou gênant…
June
Messages : 3085
Date d'inscription : 02/03/2017
Région : Île-de-france
Crédits : icon: SOLSKEN. gifs: baldurians & billy-crudup (life is strange 2)

Univers fétiche : Réel, fantastique
Préférence de jeu : Les deux
dolores June
June
Hier à 19:36

Sean Diaz
J'ai 17 ans et je vivais à Seattle, USA, avant que mon monde bascule. Dans la vie, je suis un marginal en cavale et je m'en sors mal. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire, mais de toute façon je n'ai pas vraiment le temps d'y penser.
C’est vrai, ce n’était pas juste, ce que Daniel et lui avaient vécu, et vivaient encore. Sean le savait, il le ressentait dans tout son corps. Il pouvait culpabiliser de s’emporter contre Daniel de temps à autre, de ne pas toujours parvenir à faire les bons choix, mais au moins il savait qu’ils étaient innocents. Ça ne les aiderait pas, ça ne les protégerait pas, mais c’était une base morale dans laquelle Sean trouvait malgré tout du réconfort.

Par son silence, il acquiesça à ce qu’avait dit Alan, le remerciait d’être de son côté, sans pourtant rien connaître de lui. C’était comme ça ici, semblait-il : entre marginaux, on ne remettait jamais en question la parole de l’autre. Toute façon, chacun avait son histoire, qui n’appartenait qu’à lui, et à propos de laquelle il n’avait pas à rendre de compte. L’histoire appartenait au passé, et ici, on essayait de construire les prémisses d’un avenir moins sombre – ou en tout cas de se rendre le présent plus facile.

« I don’t know yet, summer seems so far. When we’ll have enough money, I think we’ll hit the road again. Go down to México », dit-il, marquant ce dernier mot avec son accent espagnol. « That’s where my dad was from. Now it’s the only place I can think about going to. »

Alan semblait tellement sur la réserve. Il hésita avant de répondre. De même que Sean quand il avait posé la question, Alan essayait d’être le moins explicite possible. C’était le jeu qu’ils jouaient tous, plus ou moins. Ils avaient tous leurs secrets.

Sean ne montra rien de la surprise que lui avait provoquée malgré tout la réponse d’Alan. I only knew places like this. Se pouvait-il vraiment qu’il n’ait jamais rien connu d’autre ? Était-il… né dans un endroit comme ça ? Ou avait-il dû se séparer très tôt de sa famille ? Avait-il toujours été seul ? I’m a little like you… I’m running too. La curiosité de Sean était désormais pleinement éveillée. Il se sentait proche d’Alan, inexplicablement. Il avait envie de savoir pourquoi – ce qui, dans leurs histoires, pouvait les lier.

Mais ce n’était pas le moment. Il changea de sujet, rendit clair qu’il était impossible pour lui d’en dire plus.

Sean plongea la main dans l’eau pour y déposer la dernière pomme de terre, frôlant celle d’Alan qui en ressortait. Il réprima un frisson. « Yeah ok, of course, you can take them », sourit-il devant la plaisanterie d’Alan. « I guess it’s almost time to go to the farm anyway. » Il essuya ses mains sur son jean, étira brièvement ses muscles endoloris en regardant le jeune garçon s’éloigner.

La journée fut pénible, mais sans incident majeur. Il suffisait d’exécuter sans trop réfléchir, de traverser la longue après-midi jusqu’au soir. Jusqu’au moment où ils rentreraient, la nuit déjà tombée ; raviveraient sous les étoiles le feu qui leur tiendrait chaud encore quelques heures.

Contenu sponsorisé
Once upon a time in a wild, wild world
Page 1 sur 2
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» oh baby baby it's a wild world, it's hard to get by just upon a smile (satine+vanja)
» Mary & Severus ♣ After all this time, I feel like I'm discovering you for the first time.
» King / Time after time
» les bébés sauvages (wild.)
» les histoires sauvages (wild.)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers animes :: Jeux vidéos-
Sauter vers: