Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues qui tu veux, quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
Le Deal du moment :
Coffret Pokémon Bundle 6 Boosters EV05 Forces ...
Voir le deal
anipassion.com

LE TEMPS D'UN RP

Inspire-moi {+18}

Arthécate
Messages : 1308
Date d'inscription : 14/07/2023
Crédits : Lorène Barioz

Univers fétiche : Med-Fan, même si je peux jouer sur n'importe quel contexte
Préférence de jeu : Femme
Totally Spies
https://www.letempsdunrp.com/t5885-petites-idees-en-vrac https://www.letempsdunrp.com/t5870-salut-c-est-moi
Arthécate En ligne
Dim 5 Nov - 12:05

Emily Greene
J'ai 32 ans et je vis à Castine, Maine, USA. Dans la vie, je suis artiste peintre et je m'en sors moyennement. Je suis célibataire et je le vis plutôt bien.


Informations supplémentaires ici.


La couverture me recouvrait entièrement au point de dissimuler chaque partie de mon anatomie. Un esprit logique et cartésien dirait même que je me trouvais alors bien moins exposée qu'en portant mes vêtements habituels. Le tissu de mon jeans épousait mes formes tandis que cette couverture les faisait tout simplement disparaître. Alors, forcément, je ne me sentais aucunement inquiète, au contraire. De plus, là-dessous, je n'étais pas entièrement nue non plus. J'avais gardé mes sous-vêtements pour ne pas le choquer si, d'aventure, la couverture venait à se soulever. À dire vrai, la seule chose qui m'inquiétait à ce moment-là était ce froid et la possibilité d'attraper une pneumonie. J'en avais déjà eu une lorsque j'étais plus jeune et j'en gardais un souvenir pour le moins… traumatisant.

Lorsque Tom vint me rejoindre, je lui offrit un sourire aussi bienveillant que possible. Sa gêne à lui était parfaitement visible et je me sentais sincèrement désolée pour lui. Aussi veillais-je à détourner le regard afin de ne pas l'embarrasser davantage. Le pauvre… Je commençais à me dire que croiser ma route lui apportait une certaine malchance… Une poisse qui ne semblait pas vouloir le quitter lorsqu'il se trouvait non loin de moi.

Quand il fit mine de vouloir s'asseoir près de moi, je me décalais par réflexe. Je n'essayais pas de fuir, mais plutôt de lui assurer une place un peu plus confortable. Rapidement, cependant, il retrouva sa place juste derrière moi… Mon souffle s'accéléra aussitôt, suivant le rythme chaotique imposé par les battement de mon cœur qui semblaient s'emballer. Il ne faisait pourtant rien de spécial. Il cherchait simplement un peu de chaleur tout en partageant la sienne… Rien de plus… Sans doute s'était-il aperçu de la tension dans mes muscles puisqu'il recommença à me masser les épaules… Je pouvais sentir la chaleur de son souffle sur ma nuque et cela me fit doucement fermer les yeux… J'écoutais le son de sa voix, douce et légèrement rauque à la fois. J'aimais l'écouter parler, presque autant que lorsqu'il chantait par-dessus sa guitare. Je me détendis aussitôt, soupirant d'aise lorsque je me mis à imaginer la chaleur de l'eau sur ma peau.

Je me sentais bien… Juste bien.

Est-ce que ça va mieux ?
Hm, hm… répondis-je simplement avant de sourire un peu bêtement.

J'avais ouvert les yeux, juste une seconde… Le temps de réaliser à quel point nous étions proches et à quel point je trouvais cela agréable…

Un esprit sectaire aurait probablement trouvé cela déplacé… Non, plus que cela même. Et pourtant, je me sentais parfaitement à mon aise, comme protégée au creux des bras de cet homme que je ne connaissais finalement que très peu. Je me laissais donc aller… Doucement… Collant ma joue contre la sienne, les yeux de nouveau fermés.

Je pense que je pourrais même m'endormir ainsi, avouais-je en un soupir tandis que mes lèvres s'étiraient en un sourir satisfait. C'est un super-pouvoir que vous avez ? Je ne me sens que rarement aussi bien.

Je me surpris alors à imaginer plus… Que ressentirai-je si ses lèvres venaient à la rencontre des miennes… S'il me serrait davantage contre lui… Si je pouvais sentir sa peau contre la mienne. Dès que je sentis ce changement en moi… Cette chaleur qui venait étreindre mon cœur, mon ventre, je repoussais toutes ces images. Je les chassais de ma tête, l'une après l'autre parce que c'était stupide et très certainement déplacé…


Elwin
Messages : 343
Date d'inscription : 02/01/2023
Crédits : (Avatar : Photo de David Tennant, bricolée par moi)

Univers fétiche : Fantasy/Réel/ou autre
Préférence de jeu : Homme
Sabrina
https://www.letempsdunrp.com/t5482-hello-tout-le-monde-presentation-d-elwin
Elwin
Dim 5 Nov - 18:06

Tom Alskell
J'ai 37 ans. J'ai grandi à Sacramento, en Californie. Je suis le chanteur du groupe Halo N Back, le groupe de pop le plus en vue du moment. Lassé de la célébrité, et en manque d'inspiration, je voyage le long de la côte Est. Je suis célibataire, après plusieurs années d'une relation compliquée.

Informations supplémentaires ici.
Je fais de mon mieux pour ne pas rire de l'état dans lequel se trouve à présent Emily. A ma question, elle me répond d'un murmure à moitié réveillé.

Je suis ravi de savoir qu'elle se sent aussi détendue dans mes bras. Et je la sens se détendre un peu plus. Lorsque nos joues se frôlent, pour finalement se coller l'une à l'autre, je pousse un soupir de bien-être.

"– Je pense que je pourrais même m'endormir ainsi.  C'est un super-pouvoir que vous avez ? Je ne me sens que rarement aussi bien."

Je ne peux m'empêcher de rire, alors que mes lèvres s'égarent brièvement sur son cou. Elle a la peau douce et elle sent bon.

"– Je ne manquerai pas de le noter sur mon CV si je décide un jour de changer de métier"
, je plaisante. "Je pourrais devenir votre super-héro attitré."

Et moi aussi je me détends de plus en plus. Et je sais que je pourrais m'endormir ici et maintenant, juste dans cette position, avec Emily dans mes bras. Mais je sais aussi que ce ne serait pas une bonne idée. Pas ici.

Si quelqu'un venait à nous surprendre, il ou elle pourrait se faire de fausses idées sur ce que nous faisons ici exactement.

"– Moi aussi, je me sens bien", je lui murmure ensuite à l'oreille. "Je ne suis même pas certain que ce soit réellement un super pouvoir. Ou peut-être juste qu'il se passe quelque chose lorsque nous sommes ensemble, tout simplement."

J'ai prononcé ces derniers mots tellement bas que je ne suis pas certain qu'elle m'ait réellement entendue. Mais à vrai dire, je n'ai guère envie de me répéter. J'ai déjà bien trop l'impression de me mettre à nu, aussi bien physiquement qu’émotionnellement. Et cela n'a strictement rien à voir avec la couverture qui menace dangereusement de glisser de mes épaules.
J'ai déjà une épaule à découvert. Il ne manque plus que l'autre, et je n'aurais plus qu'à la porter comme une sorte de kilt pour protéger ma dignité.
Lorsque le deuxième pan de couverture échappe finalement à mon contrôle, je n'essaie finalement même pas de le rattraper.
Ma main droite s'égare simplement un instant pour resserrer la couverture autour de ma taille. Juste au cas où.
Le froid de toute à l'heure a été bien trop rapidement remplacé par une toute autre sorte de chaleur. Quelque peu embarrassante.

Les minutes s'égrènent au rythme de la pluie qui continue de s'abattre inlassablement sur cette maison qui fait office de lieu de stockage.
L'une de mes mains a quitté son poste pour déjà s'égarer sur la jambe d'Emily, en partie recouverte par la couverture. Et j'y tape machinalement un rythme lent, comme si je cherchais moi-même une chanson encore perdue à l'arrière de mes pensées.

"– J'ai presque envie de bénir le climat du Maine", je lui souffle distraitement à l'oreille. "Mon téléphone est probablement fichu. Mes vêtements sont bons pour mettre des heures à sécher. Et à cause de moi, vous avez perdu tous vos croquis..."
Je prends une profonde inspiration, tandis que j'hésite à formuler la suite de ma phrase.

"– Mais je suis heureux d'être ici", je murmure ensuite.

Je la serre un peu plus contre moi. Et j'enfouis un instant mon nez dans son cou.
Cela fait bien longtemps que je n'ai pas ressenti cela, cette chaleur qui courre dans mes veines. Je n'avais pas prévu ça. Pas ici. Pas maintenant.

Je suis presque déçu d'entendre à l'extérieur la pluie qui commence à perdre en intensité.

Arthécate
Messages : 1308
Date d'inscription : 14/07/2023
Crédits : Lorène Barioz

Univers fétiche : Med-Fan, même si je peux jouer sur n'importe quel contexte
Préférence de jeu : Femme
Totally Spies
https://www.letempsdunrp.com/t5885-petites-idees-en-vrac https://www.letempsdunrp.com/t5870-salut-c-est-moi
Arthécate En ligne
Dim 5 Nov - 21:18

Emily Greene
J'ai 32 ans et je vis à Castine, Maine, USA. Dans la vie, je suis artiste peintre et je m'en sors moyennement. Je suis célibataire et je le vis plutôt bien.


Informations supplémentaires ici.


Je ne sais plus quoi penser… Quoi croire… Quoi écouter…Quoi ressentir… Mon esprit et mon corps semblent s'être lancés dans une bataille étrange et perturbante que je peine à comprendre. Tout semble si naturel, peut-être un peu trop pour être bien vrai. Ce fameux "trop beau pour être vrai" que l'on lance à tout va, dès lors que l'on se trouve devant quelque chose d'impensable.
Ses lèvres effleurent mon cou juste avant qu'il n'éclate de rire lorsque j'évoque son super-pouvoir. Je frissonne…

Je ne manquerai pas de le noter sur mon CV si je décide un jour de changer de métier. Je pourrais devenir votre super-héro attitré.
Je n'ai jamais dit que je voulais vous engager, je me moque.

Il chuchote à mon oreille quelques paroles… Des mots qui évoquent une sorte de mystère dont la clé semble s'être égarée quelque part. Il se sent bien lui aussi… Bien… avec moi ? Cela me surprend quelque peu. Ce n'est pas une chose que je suis habituée à entendre après tout. Je m'interroge sans réellement insister. Je veux juste profiter de cet instant parce que je sais qu'il ne durera pas. Alors je garde les yeux fermés. J'écoute la mélodie de la pluie mêlée au vent qui se montre un peu moins virulent à présent… À moins que ce ne soit le son de sa respiration qui sollicite toute mon attention.

J'ai presque envie de bénir le climat du Maine. Mon téléphone est probablement fichu. Mes vêtements sont bons pour mettre des heures à sécher. Et à cause de moi, vous avez perdu tous vos croquis..

Je fronce les sourcils, cherchant à comprendre le lien entre une étrange bénédiction et la malchance qui semble lui coller à la peau depuis notre rencontre. Je m'attends à une nouvelle plaisanterie. Une boutade destinée à me faire rire… Je m'attends à tout, sauf à ça :

Mais je suis heureux d'être ici.

Je ne rêve pas, mon coeur vient de se serrer avant d'entamer une course folle. Je le sens cogner violemment sur ma cage thoracique. Je m'exhorte au calme… Je cherche ma raison qui erre probablement quelque part, ailleurs. Je ne réfléchis plus vraiment… Je respire difficilement et pourtant, je ne bouge toujours pas. Je sens ses bras se resserrer doucement autour de moi… Ne devrais-je pas me sentir prisonnière en ce moment ?

J'aimerais bien lui répondre, mais je ne trouve pas les mots. Je me contente donc de coller ma joue contre la sienne. Sa chaleur est agréable… Elle m'apaise… m'appelle et m'éveille… Je voudrais plus mais je n'ose pas…Je n'ose pas bouger. Je n'ose pas parler de peur que tout s'arrête et que la bulle n'éclate et que la réalité nous rattrape.

Ce moment arrivera, tôt ou tard, c'est une certitude. Il existe toujours une fin à tout. Rien n'est réellement fait pour durer sur cette Terre. La pluie comme le bonheur. Tout est si vite altéré, gâché… Alors je garde les yeux fermés. Je profite simplement du temps qui nous est alloué sans me montrer trop gourmande. Au fond, je sais me contenter de peu…

Petit à petit, la pluie se fait moins bruyante elle aussi. À travers la vitre poussiéreuse, l'on peut voir que la grisaille s'éloigne, le soleil revient timidement… On pourrait se séparer là, maintenant. Plus rien ne nous retient ici. Pourtant, je ne dis rien, je ne bouge toujours pas.

Peut-on juste rester là … Encore un peu ?


Elwin
Messages : 343
Date d'inscription : 02/01/2023
Crédits : (Avatar : Photo de David Tennant, bricolée par moi)

Univers fétiche : Fantasy/Réel/ou autre
Préférence de jeu : Homme
Sabrina
https://www.letempsdunrp.com/t5482-hello-tout-le-monde-presentation-d-elwin
Elwin
Lun 6 Nov - 10:29

Tom Alskell
J'ai 37 ans. J'ai grandi à Sacramento, en Californie. Je suis le chanteur du groupe Halo N Back, le groupe de pop le plus en vue du moment. Lassé de la célébrité, et en manque d'inspiration, je voyage le long de la côte Est. Je suis célibataire, après plusieurs années d'une relation compliquée.

Informations supplémentaires ici.
Emily ne répond pas. Pas de manière audible, du moins. Mais je souris un peu plus lorsqu'elle colle sa joue contre la mienne.

J'ai plein de questions dans mon esprit, et j'ignore si tout ceci a vraiment un sens, ou même un avenir. Mais pour l'instant, j'ai juste envie de lâcher prise.

Lorsque la pluie commence à bien se calmer, je suis prêt à bouger. Je ne veux pas imposer à Emily un contact prolongé qui la mettrait mal à l'aise.

"– Peut-on juste rester là … Encore un peu ?"

Cette question amène un nouveau sourire sur mes lèvres. Et j'ai un murmure d'acquiescement. Moi non plus je n'ai pas envie de mettre un terme à ce moment hors du temps.

Je ferme les yeux et je me permets d'apprécier encore un peu ces instants volés, alors que les rayons du soleil caressent mon visage.

Le calme après la tempête est presque plus délicieux que celui qui la précède.
Je ne sais pas combien de temps nous restons là, toujours enroulés dans nos couvertures.

Si je ne fais pas attention, je sais que je serais capable de m'endormir là, ma joue collée à celle d'Emily.

Et puis finalement, mon estomac commence à se plaindre assez bruyamment du manque de nourriture. Et quelques crampes dans mes jambes et mes bras m'empêchent d'être vraiment confortable.

"– Je crois qu'il va falloir que je me lève", je marmonne alors qu'une douleur se fait de plus en plus présente dans mon dos. "Le sol est quand même un peu dur".

Je dépose brièvement mes lèvres sur la joue d'Emily avant de me relever enfin.
J'ai presque oublié mon petit souci de vêtements, et je rattrape de justesse ma couverture avant qu'elle ne glisse complètement au sol.
Je la tiens d'une main autour de ma taille et je m'étire du mieux que je peux.
Puis je tends une main à l'attention d'Emily, pour l'aider à se relever.

"– Est-ce que ça va ?" je lui souffle en la serrant un instant contre moi.

Jusqu'à présent, elle avait été dos à moi. Mais maintenant que nous sommes face à face, je suis encore plus conscient de la situation dans laquelle nous nous trouvons, et de notre proximité inhabituelle. Je ne la connais que depuis peu. Et pourtant, je ne peux m'empêcher d'être heureux de partager ce moment avec elle.

Je sais que nous devons nous rhabiller. Même si cet endroit n'a pas l'air très fréquenté, quiconque nous surprendrait à cet instant pourrait se faire une fausse idée de ce qui s'est réellement passé. Pour ma part, les rumeurs ne me posent pas particulièrement de problème. Je me suis plus ou moins habitué à ces dernières. Mais Emily n'a pas à subir cela.

Mais en même temps, je ne peux m'empêcher de savourer ce moment volé jusqu'au bout. Et je reste planté là comme un parfait abruti, un sourire idiot plaqué sur mes lèvres, et cette fichue couverture toujours serrée sur mes hanches.

Je penche une dernière fois pour l'embrasser sur la joue avant de m'éclaircir la gorge, bien décidé à enfin remettre mes vêtements, même si ces derniers ne sont pas secs.

Arthécate
Messages : 1308
Date d'inscription : 14/07/2023
Crédits : Lorène Barioz

Univers fétiche : Med-Fan, même si je peux jouer sur n'importe quel contexte
Préférence de jeu : Femme
Totally Spies
https://www.letempsdunrp.com/t5885-petites-idees-en-vrac https://www.letempsdunrp.com/t5870-salut-c-est-moi
Arthécate En ligne
Lun 6 Nov - 11:23

Emily Greene
J'ai 32 ans et je vis à Castine, Maine, USA. Dans la vie, je suis artiste peintre et je m'en sors moyennement. Je suis célibataire et je le vis plutôt bien.


Informations supplémentaires ici.


Elle est là, la réalité. Elle a fini par nous rattraper. Il le fallait après tout, nous n'aurions pu rester ici éternellement. J'entends son estomac gronder et je souris… Il s'agit donc d'une réalité physiologique bien bruyante qu'il est impossible d'ignorer. Je le laisse se lever en premier, me décalant légèrement pour lui laisser l'espace nécessaire afin de ne pas le gêner davantage. Je suis un peu sonnée, légèrement engourdie aussi… Et sans doute que ce bref baiser sur ma joue y est un peu pour quelque chose.

Je me lève moi aussi, utilisant la main qu'il me tend pour me redresser sans heurt.

Est-ce que ça va ? me dit-il avant de me serrer dans ses bras…

Nous sommes face à face à présent… Plus rien ne le dissimule à ma vue, en dehors de cette couverture qui préserve encore son intimité. Mais je le vois… Je frôle doucement sa peau, même si ce contact ne se prolonge pas.

Bien-sûr, pourquoi ça n'irait pas ? je rétorque en souriant, les sourcils légèrement relevés.

Je ferme les yeux lorsqu'il se penche pour embrasser ma joue. Je dois avoir l'air stupide avec mon petit sourire niais… Mais, honnêtement, je m'en fiche. Je le laisse s'éloigner avant d'en faire de même et d'enfiler mes vêtements encore bien humides. Tant pis pour le pique-nique, il ne serait pas raisonnable de rester là plus longtemps avec des vêtements mouillés. Je grelotte de nouveau… Cette sensation me pousserait même à croire que l'instant que nous venons de partager n'a jamais vraiment eu lieu… Peut-être ai-je tout imaginer finalement…

Mieux vaudrait rentrer, je lui lance en enfilant mon vieux gilet. Il ne s'agit que d'une accalmie et … Il serait plus prudent d'enfiler des vêtements secs.

Je lui souris tout en récupérant mes affaires… Le carnet est bel et bien fichu, mais cela ne m'inquiète pas plus que ça. J'en ai d'autres dans mon atelier, des tas. Et puis rien ne m'empêchera de dessiner d'autres croquis à l'avenir.

Et bien… euh… À la prochaine ? dis-je, avec maladresse. Je ne sais pas vraiment quoi dire alors…

Un peu gênée, je me passe une main dans les cheveux pour les ramener à l'arrière. J'ai déjà hâte de me retrouver dans ma baignoire pour chasser ce froid. Et puis… j'ai envie de peindre aussi. Une envie pressante et viscérale qu'il m'est généralement impossible de contenir.

Vous devriez vous dépêcher de vous mettre au chaud.





Elwin
Messages : 343
Date d'inscription : 02/01/2023
Crédits : (Avatar : Photo de David Tennant, bricolée par moi)

Univers fétiche : Fantasy/Réel/ou autre
Préférence de jeu : Homme
Sabrina
https://www.letempsdunrp.com/t5482-hello-tout-le-monde-presentation-d-elwin
Elwin
Lun 6 Nov - 12:31

Tom Alskell
J'ai 37 ans. J'ai grandi à Sacramento, en Californie. Je suis le chanteur du groupe Halo N Back, le groupe de pop le plus en vue du moment. Lassé de la célébrité, et en manque d'inspiration, je voyage le long de la côte Est. Je suis célibataire, après plusieurs années d'une relation compliquée.

Informations supplémentaires ici.
Enfiler à nouveau mes vêtements toujours mouillés me fait un peu l'impression d'une douche froide. Comme un retour à la réalité bien trop brutal.

"– Mieux vaudrait rentrer", me lance Emily. "Il ne s'agit que d'une accalmie et … Il serait plus prudent d'enfiler des vêtements secs."

Je n'ai guère envie de partir. Et malgré son sourire, j'ai presque l'impression qu'elle cherche à s'en aller aussi vite que possible.

"– Et bien… euh… À la prochaine ?"

J'acquiesce distraitement, tout en rassemblant mes affaires.
Je note qu'elle est gênée, comme si elle regrettait ce qui s'était passé. Alors que de mon côté, j'ai tout simplement envie d'aller plus loin.

Mais je lui souris à mon tour lorsque, devant mon mutisme, elle se sent visiblement obligée d'ajouter que ce serait mieux pour moi d'aller me mettre au chaud.

"– Vous avez raison, bien sûr", j'acquiesce d'une voix rauque. "Je ne vais pas vous déranger plus longtemps. Encore désolé pour vos croquis. Et puis..."

Ma phrase reste en suspend, et je me contente de m'approcher une dernière fois, pour effleurer sa joue du bout des doigts.
Puis je fais volteface, et quitte le phare d'un pas rapide.

Perdu dans mes pensées, je ne vois même pas passer le trajet de retour vers l'auberge. Je salue distraitement Suzanne en passant, puis je cours m'enfermer dans ma chambre, et me débarrasse immédiatement de mes vêtements mouillés pour sauter ensuite dans la douche.

"– Idiot, idiot, idiot !" je me fustige en tapant plusieurs fois contre le mur de la douche.
Mon front est plaqué contre la paroi, et l'eau chaude me brûle presque la peau.

J'avais eu envie de l'embrasser, de la serrer à nouveau contre moi pour ne faire qu'un avec elle.
Qu'est-ce qui m'avait pris ? Et surtout, pourquoi suis-je resté là comme un parfait abruti, sans lui dire à quel point je mourrais d'envie de la revoir ?

Je peux encore sentir la chaleur de son dos contre mon torse, et mon corps réagit déjà à ces images et sensations. Mais je préfère ignorer ce feu qui couve en moi. Tout ceci est encore bien trop confus dans mon esprit pour que je m'autorise un tel moment d'égarement.

Je m'apitoie sur mon sort durant de longues minutes. C'est parfaitement ridicule, mais de temps en temps ça fait du bien.
Et puis, une envie d'écrire me prend soudainement, alors que les premières notes d'une mélodie dansent dans mon esprit.
Je sors de la douche en vitesse, et prends à peine le temps de nouer une serviette autour de ma taille que je suis déjà sur mon lit, à inscrire furieusement sur mon carnet tous les mots qui me viennent à l'esprit.

Cette frénésie me prend aux tripes, alors que je griffonne ce que je peux au sujet de cette peur qui me noue les entrailles.

Mon téléphone est complètement fichu. Et je n'ai que mon vieux dictaphone pour m'enregistrer.
Au bout de plusieurs heures de travail, je suis toujours sur mon lit, avec toujours cette serviette autour de ma taille. Encore un peu et j'aurais passé plusieurs de temps à moitié dévêtu que complètement habillé, aujourd'hui.
Les deux pages devant moi, sont noires de ratures, mais les paroles sont abouties. Ne reste plus que l'arrangement à la guitare, qui a besoin d'encore quelques réglages. Et ce sera terminé.



Ce soir-là, je dîne à l'auberge, et j'en profite pour questionner Suzanne au sujet d'une éventuelle boutique de téléphone dans le secteur.

"– C'est pas ici que vous trouverez ça. Il vous faudra aller peut-être à Belfast ou Bangor. Ou Portland si vous voulez être sûr d'avoir du choix."

Je soupire. Cette perspective ne m'enchante guère.

"– Je n'ai toujours pas de voiture", je lui réponds.

"– Quelqu'un pourra bien vous emmener, si vous n'êtes pas trop pressés. Le bateau devrait pouvoir vous amener à Belfast, sinon. Il reste encore quelques ferrys qui font le trajet à cette période de l'année."

J'acquiesce d'un air songeur.

"– Je demanderai à Barry s'il connait quelqu'un qui peut m'emmener".

Puis je la remercie. La journée a été riche en émotions, et je ne tarde pas à trouver le sommeil ce soir-là.



Il me faut près de deux jours pour aller voir Barry. Deux jours durant lesquels j'écris et j'écris encore, comme si une inspiration nouvelle s'est emparée de moi. Je sors peu, je mange  sur le pouce, et je compose sur ma guitare.

Lorsque je sors finalement de ma grotte, je constate que le beau temps s'est définitivement installé. Comme si l'averse qui s'était abattue sur les environ du phare n'est à présent plus qu'un lointain souvenir.

Barry me sourit avec bonne humeur, et sort de sous la voiture qu'il était en train de bricoler  pour venir me saluer.

"– Je n'ai toujours pas reçu les pièces. Va falloir encore être patient."

"– Je comprends", j'acquiesce aussitôt. "Mais ce n'est pas pour ça que je suis là"

Je lui explique mon problème de téléphone, tout en omettant de lui expliquer les circonstances exactes qui ont conduit à son état actuel.

"– J'ai trop de boulot pour faire le trajet", me lance Barry. "Mais je suis sûr qu'en cherchant un peu il y a plein de personnes qui feront le trajet dans les prochains jours. Peut-être même Emily Greene. Vous aviez l'air de bien vous entendre, tous les deux ? Si sa voiture roule encore..."

Il éclate de rire, et me tape dans le dos comme s'il venait de sortir la meilleure des blagues.

Je sors de chez Barry d'un pas lent, et décide d'aller faire un tour le long de la côte. J'ai besoin de me changer les idées, et un peu d'air me fera certainement du bien.

Sur ma route, je passe devant une boutique qui vend des journaux, et surtout un certain nombre de magazines. J'entre y faire un tour, juste pour trouver un peu de lecture. Et j'attrape le dernier numéro de la revue de guitare que je lis régulièrement.
Lorsque je m'approche du comptoir pour payer, je soupire en voyant ma photo, une fois de plus en une d'un tabloïd avec un titre accrocheur au sujet de mon absence prolongée et des rumeurs de séparation de mon groupe.

Il ne manquait plus que ça.

Je ne m'attarde pas, et paie mon achat en vitesse avant de reprendre mon chemin.

Maintenant, j'ai vraiment besoin de me changer les idées.

Arthécate
Messages : 1308
Date d'inscription : 14/07/2023
Crédits : Lorène Barioz

Univers fétiche : Med-Fan, même si je peux jouer sur n'importe quel contexte
Préférence de jeu : Femme
Totally Spies
https://www.letempsdunrp.com/t5885-petites-idees-en-vrac https://www.letempsdunrp.com/t5870-salut-c-est-moi
Arthécate En ligne
Lun 6 Nov - 14:35

Emily Greene
J'ai 32 ans et je vis à Castine, Maine, USA. Dans la vie, je suis artiste peintre et je m'en sors moyennement. Je suis célibataire et je le vis plutôt bien.


Informations supplémentaires ici.


Je me déteste … Pour ma maladresse, mon manque de franchise et mes incertitudes. Je me déteste pour mon inaction et mon incapacité à savoir que dire ou quoi faire au bon moment. Je me déteste pour l'avoir laissé partir sans rien dire…

J'ai passé les deux jours suivants enfermée dans mon atelier. Le besoin d'extérioriser tout ça était même si pressant que je n'avais pas vu le temps passer. Mon téléphone étant resté dans la maison, je n'ai pas vu les nombreux appels d'Amanda… Ce qui explique pourquoi elle se trouve là, dans mon atelier, devant la toile que je viens de terminer.

Emmy… Elle est … souffle-t-elle en observant le tableau fraîchement vernis. Ce dernier représente le fameux phare lors d'une fameuse journée pluvieuse. Néanmoins, peu désireuse de le représenter tel quel, j'avais joué avec les couleurs et les reflets pour lui donner un tout autre aspect… Je voulais quelque chose de doux, de chaleureux mais surtout qui exprime la mélancolie, le regret de l'occasion manquée. Je suis plutôt satisfaite du résultat, même si ce n'est probablement pas une œuvre que je pourrai observer très longtemps sans ressentir chacune des émotions couchées sur la toile.
Elle est quoi ?
Elle est magnifique… Je suis sûre que je peux en tirer dix-mille dollars.
Je ne veux pas la vendre, je rétorque en refermant mon pot de vernis.
Tu plaisantes j'espère ?! s'écrie-t-elle, visiblement très mécontente.

Elle se lance ensuite dans un long monologue sur l'importance d'exposer une œuvre d'une telle qualité. Elle parle brièvement d'argent, mais se rend très vite compte que je n'en ai strictement rien à faire.

C'est un cadeau. Je ne la vendrai pas, oublie.

Ma réplique est si ferme qu'elle ne lui permet aucune réponse… Peu habituée à me voir aussi catégorique, la galeriste se vexe, proteste et quitte mon atelier en claquant la porte.

Quand le verni est sec, j'emballe soigneusement la toile dans un papier de grande qualité afin que ni l'air, ni les rayons du soleil n'altèrent les couleurs. Ceci fait, je pars en direction de l'auberge et la confie à Suzanne.

Tu ne veux pas lui donner toi-même ? Il est sorti mais il finira bien par revenir.
Non, je ne peux pas.

J'ai rendez-vous avec le maire pour discuter de la création d'un festival artistique prévu pour l'été prochain. Je me rends donc directement à l'hôtel de ville. Durant une heure, il m'expose son projet avant de me commander une affiche… Il sait que je ne prends aucune commande. J'ai toujours détesté cette habitude de confondre artiste et artisan… Néanmoins, il m'assure que je suis libre de réaliser ce que je veux. Je finis donc par accepter et reprends la route de mon domicile.

J'espère que Tom appréciera mon cadeau.



Elwin
Messages : 343
Date d'inscription : 02/01/2023
Crédits : (Avatar : Photo de David Tennant, bricolée par moi)

Univers fétiche : Fantasy/Réel/ou autre
Préférence de jeu : Homme
Sabrina
https://www.letempsdunrp.com/t5482-hello-tout-le-monde-presentation-d-elwin
Elwin
Lun 6 Nov - 15:32

Tom Alskell
J'ai 37 ans. J'ai grandi à Sacramento, en Californie. Je suis le chanteur du groupe Halo N Back, le groupe de pop le plus en vue du moment. Lassé de la célébrité, et en manque d'inspiration, je voyage le long de la côte Est. Je suis célibataire, après plusieurs années d'une relation compliquée.

Informations supplémentaires ici.
Ma promenade ne me permet pas franchement de me sentir mieux. Je passe le plus clair du trajet à ruminer sur cette fichue couverture de magazine, et sur ces foutus tabloïds qui feraient mieux d'arrêter de s'occuper de ce qui ne les regarde pas.

Si ça se trouve, c'est un coup de Jake, qui n'a pas supporté que je ne réponde plus à ses appels. Je l'imagine très bien, lui et son mauvais caractère, en train d'angoisser vis à vis du concert à Las Vegas. Comme toujours.

Juste pour l'enquiquiner, j'ai bien envie de me terrer à Castine deux mois de plus. Même s'il n'y a pas que lui qui me donne envie de rester ici, bien au contraire.

Arrivé au port, je me renseigne au sujet des horaires de Ferry, et j'apprends qu'il y en a un qui se rend à Belfast deux fois par semaine. Si je suis patient, je n'aurais qu'à attendre le surlendemain pour pouvoir faire l'aller-retour dans la journée.

Perdu dans mes pensées et surtout dans le déchiffrage de la brochure des horaires de ferry, je ne regarde pas où je vais, et je manque de rentrer dans Charly, qui est planté devant son restaurant.

"- Vraiment navré", je bafouille. "Je ne vous avais pas vu."

Le jeune homme jette un regard curieux, et me fait signe que ce n'est pas grave.

"- Vous ne sauriez pas comment va Emily, par hasard ? Je ne l'ai pas vu depuis plusieurs jours..."

Mes joues se colorent, mais je secoue la tête.

"- Aucune idée", je réponds franchement. "Je ne suis pas trop sorti, ces derniers jours. J'avais besoin de me reposer."

Visiblement ce n'est pas la réponse qu'il attendait, car il me lance ensuite : "Vous passez beaucoup de temps avec elle, non ?"

J'hausse les épaules.

"- Elle m'a juste montré les endroits à voir dans le secteur", je lui réponds d'une manière que j'espère suffisamment vague et détachée.

Il acquiesce rapidement, puis ouvre à nouveau la porte de son restaurant.

"- J'espère simplement que vous savez ce que vous faites" me lance-t-il. "Elle n'a pas besoin de perdre son temps avec des hommes de passage. Surtout quelqu'un comme vous."

La porte se referme derrière lui avant que je n'ai pu lui répondre quoi que ce soit.

"- Je n'ai pas...", je bafouille. Puis je secoue la tête. Il est inutile d'essayer de parlementer. Et je n'ai pas de temps à perdre avec ce genre d'accusation.

Je m'égare en direction de Dice Head, mes pas me portant sans réfléchir au pied du phare. J'essaie d'ouvrir la porte. Mais cette fois, cette dernière est verrouillée.
Et je ne peux que m'appuyer contre le mur blanc.
Je prend ensuite la direction de la plage, et traine un moment sur cette dernière, assis sur un rocher.
Je me perds dans la contemplation du va-et-vient des vagues. Le calme est impressionnant. Comme une impression d'être seul au monde.

Mais une nouvelle fois, mon estomac me rappelle à l'ordre, et je prends la route du retour sans tarder, pour arriver à l'auberge après m'être brièvement arrêté pour acheter de quoi grignoter.

"- Vous voilà enfin !" m'accueille Suzanne. "C'est à cette heure-là que vous rentrez ?"

Je la dévisage avec surprise et je m'empresse de bafouiller des excuses sans vraiment comprendre pourquoi je m'excuse précisément.

"- Quelqu'un est venu m'apporter un cadeau pour vous. Je vous l'ai posé dans votre chambre."

Elle me fait un clin d'œil ravi, comme si elle avait connaissance d'un secret particulièrement scandaleux.

"- Quelqu'un ? Qui ça ?"

J'espère sincèrement que personne ne m'a retrouvé ici. Que ce soit un fan, ou même Jake, qui serait parvenu à retrouver ma trace.

"- Vous le découvrirez bien assez vite. Allez oust, hors de ma vue ! Et si j'étais vous, je ne la laisserai pas trop attendre."

Je ne comprends décidément plus rien, et je monte en courant l'escalier qui mène à ma chambre. Lorsque j'ouvre la porte de cette dernière, je me fige en voyant le paquet délicatement posé sur mon lit.
Il n'y a aucune carte, ou aucun mot, qui me permettrait d'identifier l'expéditeur. Mais lorsque j'ôte délicatement le papier d'emballage, je sais immédiatement qui en est l'auteur.

Une toile. Un tableau aux couleurs douces, représentant ce fameux phare, qui est devenu en quelques jours un décor récurent dans mes rêves. Je n'ose même pas effleurer la surface de la peinture. L'odeur du vernis est encore tenace, comme si cette œuvre venait tout juste d'être terminée.

Le style graphique porte sans nul doute la patte d'Emily.

J'ai les larmes aux yeux. C'est l'un des plus beaux présents qu'on ai pu me faire. Si je l'avais vu dans une galerie, nul doute que je l'aurais acheté sans vraiment réfléchir au prix. Cette œuvre me parle. Elle est habitée d'une mélancolie toute particulière, qui réveille en moi cette angoisse que je ressentais ce soir-là, après avoir quitté Emily. Comme si j'avais raté quelque chose d'important.

Je passe une main sur mon visage pour sécher les premières larmes qui roulent déjà sur mes joues.

C'est plus fort que moi, j'ai besoin de la revoir.

Je replace délicatement la toile dans son papier d'emballage, puis je ferme la porte de ma chambre, et je dévale l'escalier en courant.
Je salue distraitement Suzanne en passant, et son éclat de rire semble me suivre même alors que je m'élance dans la rue.

Lorsque j'arrive devant chez Emily, je suis à bout de souffle. Je suis probablement passé pour le touriste cinglé en parcourant aussi vite que je pouvais le chemin entre l'auberge et chez elle. Mais pour l'heure, je m'en fiche éperdument.
J'ai probablement les yeux rougis et les cheveux en bataille. Je ne sais même pas ce que je vais lui raconter, et j'ignore même si elle est là.

Mais je m'empresse de tambouriner à sa porte.

Arthécate
Messages : 1308
Date d'inscription : 14/07/2023
Crédits : Lorène Barioz

Univers fétiche : Med-Fan, même si je peux jouer sur n'importe quel contexte
Préférence de jeu : Femme
Totally Spies
https://www.letempsdunrp.com/t5885-petites-idees-en-vrac https://www.letempsdunrp.com/t5870-salut-c-est-moi
Arthécate En ligne
Lun 6 Nov - 15:51

Emily Greene
J'ai 32 ans et je vis à Castine, Maine, USA. Dans la vie, je suis artiste peintre et je m'en sors moyennement. Je suis célibataire et je le vis plutôt bien.


Informations supplémentaires ici.


Arrête de bouder … je soupire en fermant les yeux, mon téléphone collé à mon oreille.

Cela doit bien faire une demi-heure que je suis au téléphone avec Amanda. Elle n'a toujours pas digéré mon refus quant à l'exposition de la dernière toile. Comme une gamine, elle grommelle dans le combiné, je suis presque sûre qu'elle fait même semblant de pleurer.

De toute façon, c'est trop tard, je ne l'ai plus…

Je retourne mon croque monsieur improvisé qui dore tranquillement dans ma poêle.

Tu sais, Emmy, certains ont besoin d'argent pour vivre. Ils ne peuvent pas se contenter de vivre dans une ruine.

Et le revoilà, l'argument de l'argent… Il me fait toujours sourire celui-ci. Je suis comme tout le monde, je ne peux pas vivre sans argent… C'est juste que mes priorités sont différentes et que je ne suis pas du genre à dépenser à tout va pour m'acheter n'importe quoi. Je me contente de ce dont j'ai besoin, le reste m'importe peu. Alors, forcément, c'est une chose que Amanda, férue de mode, de décoration luxueuse et de bijou ne peut pas comprendre.

Cette conversation tourne en rond depuis bien trop longtemps. Elle ne mène à rien et cela me fatigue. Elle me reprochera mon "égoïsme" pendant des mois et je finirai par lui dire que je trouverai une nouvelle galerie pour exposer et vendre mes oeuvres… Alors elle s'adoucirait, comme toujours. Mais je n'ai pas envie d'user de sombres menaces pour l'instant… Je veux juste manger et me poser sur mon canapé avec Nix… Rien de plus.

Alors quand on cogne à ma porte, je trouve le bon prétexte pour raccrocher. Je l'entends grogner à travers le téléphone, mais cela m'importe peu… C'est que l'on cogne avec insistance sur cette porte, assez pour agacer Nix qui se met à aboyer. J'éteins le gaz, pose le combiné et me dirige vers la porte.

C'est bon Nix… Ça suffit, dis-je en ouvrant. Tom ?

Je ne m'attendais certainement pas à le trouver là… Surtout pas dans cet état.

Est-ce que vous allez bien ? je lui demande, inquiète avant de m'écarter pour l'inviter à entrer.


Elwin
Messages : 343
Date d'inscription : 02/01/2023
Crédits : (Avatar : Photo de David Tennant, bricolée par moi)

Univers fétiche : Fantasy/Réel/ou autre
Préférence de jeu : Homme
Sabrina
https://www.letempsdunrp.com/t5482-hello-tout-le-monde-presentation-d-elwin
Elwin
Lun 6 Nov - 17:07

Tom Alskell
J'ai 37 ans. J'ai grandi à Sacramento, en Californie. Je suis le chanteur du groupe Halo N Back, le groupe de pop le plus en vue du moment. Lassé de la célébrité, et en manque d'inspiration, je voyage le long de la côte Est. Je suis célibataire, après plusieurs années d'une relation compliquée.

Informations supplémentaires ici.
Sur le moment, je me sens un peu bête. Je ne suis pas vraiment dans un état présentable. Mais je sais aussi que j'ai passé bien trop de temps à essayer d'ignorer ce que je ressentais au profit de ma carrière, de l'image que je renvoie. Lorsque mes émotions ressortent enfin, j'ai bien du mal à les contrôler.

Et lorsqu'Emily s'écarte pour me laisser rentrer, je ne résiste donc pas à l'envie de la prendre dans mes bras.

"- Vous n'auriez pas dû m'offrir cela. Ce tableau, il est..."

Je n'arrive même pas à exprimer exactement ce que je ressens.

"- J'ai l'impression que vous êtes parvenu à capturer exactement ce que je ressentais ce jour-là, lorsque j'ai quitté le phare. Vous avez un don, Emily. Un don incroyable. Ce tableau... Il doit valoir une fortune ! "

Je prends doucement son visage entre mes mains. Puis je fais aussitôt un pas en arrière en la relâchant. Je ne sais pas si un tel geste est bien perçu, et je ne souhaite surtout pas abuser de sa confiance.

"- Est-ce que... Je ne vous dérange pas, j'espère ?" je lui demande ensuite en réajustant ma posture.

L'adrénaline commence à retomber, et je note l'odeur de nourriture qui provient de l'intérieur de la maison. Je sens bien que je ne suis pas tombé au bon moment.

"- Je suis vraiment désolé", je bredouille avec gêne. "Je vous aurais bien appelé avant de passer, mais je n'ai pas votre numéro. Et puis, je n'ai plus de téléphone."

Contenu sponsorisé
Inspire-moi {+18}
Page 6 sur 62
Aller à la page : Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 34 ... 62  Suivant
Sujets similaires
-
» (m/f) inspiré de l'univers Psi Changeling (en cours)
» D'habitude je suis inspiré pour les titres mais là, non.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: