Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues qui tu veux, quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
» "Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour" - Ft. Charly
Could I ever call this place "home"? | ft. Arthécate - Page 2 EmptyAujourd'hui à 10:18 par Manhattan Redlish

» Vermines & Rage
Could I ever call this place "home"? | ft. Arthécate - Page 2 EmptyAujourd'hui à 1:11 par Snardat

» Eyes contact (ft Clionestra)
Could I ever call this place "home"? | ft. Arthécate - Page 2 EmptyHier à 23:45 par Clionestra

» Recherche lien H/H
Could I ever call this place "home"? | ft. Arthécate - Page 2 EmptyHier à 23:11 par Raton

» Les enfants de la lune. [PV Lulu] +18
Could I ever call this place "home"? | ft. Arthécate - Page 2 EmptyHier à 22:47 par Lulu

» Love isn't soft, like those poets say. ... (avec Gina)
Could I ever call this place "home"? | ft. Arthécate - Page 2 EmptyHier à 20:24 par Clionestra

» La honte n'est pas là où elle devrait être ! [PV Lullaby] +18
Could I ever call this place "home"? | ft. Arthécate - Page 2 EmptyHier à 18:02 par Elsy Lullaby

» Un Orque du Mordor
Could I ever call this place "home"? | ft. Arthécate - Page 2 EmptyHier à 14:15 par Snardat

» Sugar in my teeth, demons in my dreams
Could I ever call this place "home"? | ft. Arthécate - Page 2 EmptyHier à 11:20 par Senara

Le Deal du moment :
Display Star Wars Unlimited Ombres de la Galaxie : ...
Voir le deal

LE TEMPS D'UN RP

Could I ever call this place "home"? | ft. Arthécate

Paddy
Messages : 196
Date d'inscription : 14/06/2023
Région : Jura | France
Crédits : (c)Perséphone

Univers fétiche : Harry Potter | Mythologie | Conte & Disney | Réel & Rantasy
Préférence de jeu : Homme
Tournesol
https://www.letempsdunrp.com/t5712-i-will-live-a-thousand-million-lives https://www.letempsdunrp.com/t5875-je-suis-prete-pour-l-aventure#118919 https://www.letempsdunrp.com/t5886-joyeux-bordel-organise https://www.letempsdunrp.com/t5710-let-the-forest-hear-our-sound
Paddy
Mer 19 Juil - 23:54

Rebecca J. Lloyd
J'ai 39 ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis maitre d'œuvre et je m'en sors très bien puisque je possède mon propre cabinet. Sinon, grâce à ma malchance, je suis en couple et je le vis plutôt très mal.

Elle est originaire de Londres • Elle a fait ses études dans la capitale du royaume uni. • Elle a déjà voyagé pour le travail mais jamais pour le plaisir • Elle a rencontré son homme au tir à l'arc et en était folle amoureuse • Elle s'est vite rendue compte que cet homme en question est en fait un fainéant de première. • Amoureuse, elle l'a abrité chez elle dans son appartement à Londres avec la réticence de ses parents • Elle a un chat, un siamois, qui s'appelle Seth.

I came to break the wall that rose around you.



Il semblait amusé du comportement de la blonde face à lui. Rebecca était une femme spontanée. Alors c'était normal pour elle de le remercier pour le détour effectué jusqu'à son bureau. Mais il balaya d'une phrase les remerciements prononcés. Elle sourit quand il la tutoya à son tour. Elle se sentait comme avec un vieil ami perdu mais retrouvé depuis longtemps. C'était un peu le cas, évidemment.

« Je te suis !»

Elle ne connaissait pas ce Marco mais elle faisait confiance à Morgan pour ça. Elle avait la sale habitude de commander plutôt que de se déplacer. Et il ne fallait pas compter sur Alex pour l'emmener au restaurant. Et après qu'elle ai finit son action avec ses cheveux indisciplinés, Morgan lui tendit son portefeuille qu'elle s'empressa d'attraper dans un autre « Merci !» naturel et machinal pour elle.

Elle glissa le portefeuille dans son sac quand il approuva son choix de repas. Elle était du genre «healthy» . Elle trouvait cela incompatible de faire du sport, suivre des règles stricts si l'alimentaire ne suivait pas. Alors, elle s'octroyait rarement des repas non équilibrés. Mais avec les deux jours qu'elle venait de passée, elle voulait craquer et profiter d'un peu de gras et d'alcool. Ils descendirent les escaliers dans le silence et c'est en sortant du bâtiment que Morgan lui demanda si cela lui arrivait souvent d'oublier ses affaires.

Rebecca balaya sa question d'un revers de main.

« Je suis extrêmement tête en l'air ! Mais pour ça, en général je note tout et j'essaie de m'organiser au maximum pour justement pallier à ce problème. Jusqu'à ce qu'un imprévu mette la pagaille ! Et toi ? T'es plutôt tête en l'air ou pas ? »

Elle maudissait encore son chat pour ça.

Le trajet ne dura pas longtemps. Heureusement pour elle, son ventre ne faisait que grogner dans des bruits qui n'était ni gracieux, ni élégant. Quand ils arrivèrent devant la pizzeria, la devanture laissait vraiment à désirer. Elle eu un haussement de sourcil, son œil expert d'architecte d'intérieur, s'imaginant déjà une autre façade, des codes couleurs... elle se stoppa dans son flot de pensées. Tu n'est pas au travail Rebecca !

Il m'ouvrit la porte de la pizzeria avec un sourire amusé. Rebecca lui rendit et passa devant lui, relevant son visage dans un geste de pur défi.

« Je te dirais ça quand mon ventre sera plein ! »

Et elle lui passa devant. Ils furent accueillis par une femme qui devait à peu près avoir la même tranche d'âge qu'elle. Elle tourna son regard sur Rebecca et son œil s'illumina quand il passa sur Morgan. S'en suivit un dialogue que Rebecca tentait de déchiffrer au fur et à mesure.

Donc apparemment, Morgan venait souvent ici avec un ami nommé Luke. Elle se souvenait que Morgan traînait souvent avec un Luke sur le campus. Serait-ce ce fameux Luke ? Rebecca pensait sérieusement que c'était le cas mais elle ne posa pas de questions. Même si elle était très curieuse de nature et la question lui brûlait les lèvres, elle ne voulait pas paraître indiscrète. Mais Morgan joua sur ce fait. Il la fit passer pour ce Luke en question. Rebecca décida d'entrer dans le jeu spontanément.

« Je me sens tellement plus femme que homme ! »

Elle joua avec les mèches de cheveux de sa queue de cheval, fixant, amusée la serveuse qui semblait si bien connaître Morgan. Puis ce dernier se fit plus sérieux, la présentant.

« Salut ! Morgan me vantait la qualité de vos pizzas ! J'ai hâte de rassasier mon estomac ! »

Elle sourit à la serveuse dont elle ignorait le nom. Ils s'installèrent à une table pour deux dans un coin de la petite salle, contre le mur. Rebecca enleva sa veste la posant sur le dossier de sa chaise et s'assit. Elle réalisa subitement la situation. Elle était au restaurant avec un homme. Dieu, cela faisait si longtemps. Bien sur, elle avait l'habitude d'en faire avec ses meilleures amies mais ce n'était définitivement pas la même chose.

Elle attrapa une carte posée sur la table et commença à lire les choix qui s'offraient à elle. Tant de nourriture si alléchante ! Tant de calories à avaler ! Son ventre grogna encore à l'idée de se sustenter. Elle tourna un œil vers Morgan.

« T'as l'air de bien connaître la carte. Tu me conseilles quoi ? Je suis pas chiante sur la nourriture. Tant que ca se mange ! »

Puis, elle finit par lui poser une question, celle qui voulait dire "dis moi en plus sur toi". Elle était simplement curieuse. Sa vie avait été toute tracée. Bien que ses parents soient issus d'un milieu modeste, elle a toujours voulu être architecte. Elle dessinait beaucoup à l'époque. Et encore plus quand il s'agissait d'architecture ancienne. Elle pouvait passer des heures dans les lieux historiques de la capitale pour tenter de capter les nervures d'une pierre, les craquelures d'une statue, la trace du temps sur la fabrication de l'homme. C'est comme ça qu'elle s'est intéressé à l'histoire de l'art.

« Alors, comment t'es passé des cours d'histoires de l'art à réparateur informatique ? »
Arthécate
Messages : 1325
Date d'inscription : 14/07/2023
Crédits : Lorène Barioz

Univers fétiche : Med-Fan, même si je peux jouer sur n'importe quel contexte
Préférence de jeu : Femme
Totally Spies
https://www.letempsdunrp.com/t5885-petites-idees-en-vrac https://www.letempsdunrp.com/t5870-salut-c-est-moi
Arthécate
Jeu 20 Juil - 14:35

Morgan Fraser
J'ai 39 ans et je vis à Londres, capitale de l'Angleterre, enfin, il paraît. Dans la vie, je suis technicien en informatique, je répare des ordinateurs pour trois fois rien quoi. Je m'en sors pas trop mal . Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Informations supplémentaires ici.

Je suis né et j'ai grandi à Londres, ville que je n'ai, au fond, jamais réellement quittée. Plus jeune, j'ai voulu faire des études, mais ayant dû m'occuper de ma mère malade, je me suis vu contraint de tout arrêter. L'informatique a toujours été mon dada. Monter, démonter des ordinateurs, j'ai toujours trouvé cela intéressant. Alors j'en ai fait mon métier. Aujourd'hui, je travaille pour une petite société nommée Falcon. Le patron Arnold Jenkins, n'y connaît rien, mais il est plutôt sympa. Faut bien gagner sa croûte, comme on dit.
Je me suis récemment séparé de la "compagne", si on peut vraiment la qualifier ainsi. Après tout, je ne suis pas certain que se contenter de vivre en se regardant chaque soir dans le blanc des yeux peut vraiment être appelé "une relation".



Durant le trajet, la petite tornade me confirma être bel et bien tête en l'air. En soit, rien de bien étonnant pour une tornade. Personne ne pouvait vivre à cent à l'heure et réussir à penser à tout en même temps sans jamais rien oublier.

Hum, non. Je ne pense pas souffrir des mêmes maux. Disons que j'ai probablement moins de difficultés à me poser pour prendre le recul nécessaire à ma réflexion que toi. Après tout, je n'ai aucun bureau qui porte mon nom, rétorquais-je sur le ton de la plaisanterie. Enfin, disons que j'ai surtout rarement besoin de penser à plus d'une chose à la fois. Ça aide.

Un grognement vint ponctuer mes propos. Difficile de savoir quel estomac en était l'auteur, le sien ou le mien. Peut-être même que les deux s'étaient manifestés en chœur comme pour protester. Allez savoir.

Heureusement, nous ne tardâmes pas à rejoindre le petit restaurant. Si vous aviez pu voir la mine que Rebecca affichait en observant la devanture de la pizzeria… Je vous assure, c'était quelque chose. Un subtile mélange entre le dégoût, la perplexité, l'imagination et la faim.

On ne juge pas un livre à sa couverture… Jamais, raillais-je gentiment tout à l'invitant à entrer.

Les salutations faites à Julia - et quelles salutations - nous pûmes ensuite nous installer à notre table.

Je la connais, oui. Je ne sais pas si ça s'est vu, mais je viens ici plutôt régulièrement, dis-je en souriant. La seule pizza que je peux te déconseiller formellement, c'est l'hawaienne. Non, vraiment, c'est une horreur. Pour les autres, tu peux y aller les yeux fermés, regarde.

Je levais l'index, fermais les yeux et pointais une ligne au hasard sur la carte.

La Queen Pastrami ! C'est ma deuxième préférée. À toi !

Je sais bien que choisir un plat en agissant de la sorte peut paraître absurde, mais cela m'amuse. Après tout, on passe toutes nos journées à prendre des décisions… Au bout d'un moment, il faut prendre une pause.

Julia revint et nous pûmes passer notre commande agrémenter de deux pressions. Et puis, les questions débutèrent.

« Alors, comment t'es passé des cours d'histoires de l'art à réparateur informatique ? »

C'est pas vraiment étrange, tu sais. Statistiquement, quand on fait des études d'art appliqués, on a quand même peu de chance de trouver un boulot qui y soit lié derrière…
Quoique, j'ai été peintre en bâtiment une fois, mais ça n'a pas duré.


Je ne saurais dire pourquoi j'avais choisi ce cursus en particulier. J'aimais peindre, c'est vrai. Et c'est une passion que je nourris toujours même si je suis et resterai mon seul public.

Je me dirigeais tout doucement vers le design et cela me déplaisait puisque je ne pouvais avoir la liberté d'expression que je recherchais vraiment à cette époque. Et puis, ma mère est tombée malade et il fallait s'occuper de la maison et de ma petite sœur. Alors j'ai tout laissé tomber. Mais rassure-toi, ça me va très bien comme ça.

Julia revint avec nos boissons. Elle nous devisagea, tour à tour avant de repartir sans rien dire.

D'habitude, c'est une fille très sympathique… enfin, bavarde plutôt… Je ne sais pas quelle mouche l'a piqué… dis-je en levant ma choppe comme pour porter un toast. Et toi alors ? Parle-moi un peu de ta vie. Je sais déjà que tu as un chat démoniaque et un boulot très prenant.  

Paddy
Messages : 196
Date d'inscription : 14/06/2023
Région : Jura | France
Crédits : (c)Perséphone

Univers fétiche : Harry Potter | Mythologie | Conte & Disney | Réel & Rantasy
Préférence de jeu : Homme
Tournesol
https://www.letempsdunrp.com/t5712-i-will-live-a-thousand-million-lives https://www.letempsdunrp.com/t5875-je-suis-prete-pour-l-aventure#118919 https://www.letempsdunrp.com/t5886-joyeux-bordel-organise https://www.letempsdunrp.com/t5710-let-the-forest-hear-our-sound
Paddy
Jeu 20 Juil - 22:16

Rebecca J. Lloyd
J'ai 39 ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis maitre d'œuvre et je m'en sors très bien puisque je possède mon propre cabinet. Sinon, grâce à ma malchance, je suis en couple et je le vis plutôt très mal.

Elle est originaire de Londres • Elle a fait ses études dans la capitale du royaume uni. • Elle a déjà voyagé pour le travail mais jamais pour le plaisir • Elle a rencontré son homme au tir à l'arc et en était folle amoureuse • Elle s'est vite rendue compte que cet homme en question est en fait un fainéant de première. • Amoureuse, elle l'a abrité chez elle dans son appartement à Londres avec la réticence de ses parents • Elle a un chat, un siamois, qui s'appelle Seth.

I came to break the wall that rose around you.



Il expliqua sur le trajet qu'il n'était pas du genre tête en l'air. Mais qu'entre temps, il n'avait pas un bureau portant son nom et que c'était plus facile ainsi.

« M'en parle pas ! Heureusement que j'ai un service comptable parce que si j'avais les chiffres à gérer en plus des devis, des erreurs, des retards de chantier parce que trucmuche à perdu bidule ou machin à oublié de livrer la chose en tant et en heure ! Sans compter les changements d'avis des clients... Mon bureau ressemble plus à du pixel art qu'à un bureau avec tout les post-it de couleurs accrochés partout ! »

D'ailleurs, elle nota mentalement dans un coin de sa tête de rappeler un client demain matin pour la couleur des peintures de sa cuisine et sa salle de bain parce que définitivement, le rouge, c'est tellement démodé  et sombre !

Ils étaient arrivés juste après sa tirade et elle avait regardé d'un œil perplexe la vitrine s'imaginant déjà mentalement comment la changer pour la rendre bien plus moderne. Morgan se moqua d'elle et elle avait rétorqué qu'elle jugerait quand son estomac sera plein. Les présentations avec la serveuse qui semblait être une bonne amie à Morgan se passèrent plutôt bien et ils s'installèrent à une table.

Quand Rebecca lui demanda son meilleur choix, Morgan sembla s'illuminer. Elle le regarda lui expliquer que toute la carte était bonne sauf la hawaïenne. En attendant, QUI OSE mettre de l'ananas sur une pizza ? Rebecca a un penchant pour la nourriture traditionnelle indienne. Des sauces à l'ananas ou à la pêche, en salé sucré, elle en raffolait. Mais pas sur une pizza ! Elle regarda Morgan choisir une pizza au hasard et elle sourit, amusée. Enfin du hasard !

« En attendant, quel est ce psychopathe qui s'est dit 'tiens, si je rajoutais de l'ananas sur la pizza ?' » Elle souriait amusée. « Bon okay, alors...» Elle ferma les yeux, son sourire éternelle toujours collée à ses lèvres et fit tourner son index au dessus de la carte et appuya dessus. Elle baissa le regard et ouvrit un œil pour lire le nom. Elle fut soulagée de ne pas être tombée sur cette fameuse Hawaïenne. Elle ouvrit le deuxième pour lire correctement le descriptif.

« Valentina... Tomate cerise, chèvre, jambon cru... » Plus elle lisait la description, plus elle était aux anges. Un grand sourire s'illumina sur son propre visage. Elle releva son regard vers Morgan. « Ca sent l'Italie, les oliviers, les cigales... La dolce vita !»

Elle s'était exclamée avec enthousiasme. Puis ayant fait à présent leurs choix, ils déposèrent la carte sur le côté. La serveuse du le remarquer car elle se dirigea vers leur table pour prendre la commande. Elle s'en alla et Rebecca posa la question bateau. Puis elle l'écouta parler et raconter sa vie. Il réussit tout de même à plaisanter sur son état. Elle sourit à sa plaisanterie mais ne dit rien, ne voulant pas l'interrompre dans son récit. Puis elle obtenu la raison pour laquelle Morgan Fraser était parti. Elle perdit son sourire subitement. Il n'y avait pas de pitié dans son regard. Elle compatissait vraiment pour lui.

« Tout de même... Cela n'as pas du être simple pour toi... »

Les boissons furent posées entre nous dans le plus grand des silences. Elle attrapa sa pinte entre ses doigts fins. Le frais du liquide parcouru sa main. Elle haussa un sourcil interrogateur face à Morgan et elle se retourna discrètement vers la serveuse. Puis elle se retourna vers Morgan, amusée.

« Peut être qu'elle se méfie de moi. Après tout, tu ramènes une étrangère dans ton QG, c'est louche ! »

Elle rit un instant avant de porter un toast à Morgan et elle but une gorgée de sa mousse. Elle s'essuya les lèvres avec sa serviette. Puis elle se mit à réfléchir. Devait elle lui parler de Alex ? Après tout, elle n'avait rien à cacher ! Elle tritura le verre de sa bière et sourit, nostalgique de cette époque.

« Oui, un vrai petit démon ! Il s'appelle Seth c'est un siamois. Une vraie boule d'amour. Il a fait un câlin à la tasse de café et tu connais la suite.» Elle sourit, amusée. « Pour tout te dire, j'ai eu mon diplôme, puis j'ai obtenue un stage et un poste dans un cabinet d'architecte. A côté de ça, je faisais du tir à l'arc pour me détendre les weekend, en plus du footing quotidien du matin. J'ai monté ma boite avec deux associés rencontrés lors de gros chantier. Et j'ai rencontré Alex au tir à l'arc. C'est mon compagnon depuis six ans maintenant. »

Puis elle eut un regard amère. Elle attrapa sa bière et but trois grosses gorgées.

« Mais c'est un sujet que je n'aborderai pas là. Je passe une trop bonne soirée pour qu'il me la gâche. C'est... très tendu et compliqué ... et mort. »

Elle se gratta le sourcil gauche dans un moment d'intense réflexion et de révélation soudaine. Elle reprit contenance en se secouant la tête et balayant cette sombre pensée. Alex était devenu plus une habitude qu'un véritable partenaire. Et elle s'en rendait compte au fur et à mesure qu'elle découvrait de nouvelle personne.

« Enfin bref, de l'université je n'ai gardé contact qu'avec Sienna Joanne et Ava. Et maintenant toi ! »

Elle avait retrouvée son sourire sincère sur le visage. Elle espérait simplement que Morgan ne s'attarderait pas sur le sujet des compagnons et qu'elle n'avait pas plombée l'ambiance. Elle reprit une gorgée de sa bière.

« Et du coup, ce Luke c'est celui avec qui tu étais tout le temps sur le campus ? »
Arthécate
Messages : 1325
Date d'inscription : 14/07/2023
Crédits : Lorène Barioz

Univers fétiche : Med-Fan, même si je peux jouer sur n'importe quel contexte
Préférence de jeu : Femme
Totally Spies
https://www.letempsdunrp.com/t5885-petites-idees-en-vrac https://www.letempsdunrp.com/t5870-salut-c-est-moi
Arthécate
Sam 22 Juil - 22:53

Morgan Fraser
J'ai 39 ans et je vis à Londres, capitale de l'Angleterre, enfin, il paraît. Dans la vie, je suis technicien en informatique, je répare des ordinateurs pour trois fois rien quoi. Je m'en sors pas trop mal . Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Informations supplémentaires ici.

Je suis né et j'ai grandi à Londres, ville que je n'ai, au fond, jamais réellement quittée. Plus jeune, j'ai voulu faire des études, mais ayant dû m'occuper de ma mère malade, je me suis vu contraint de tout arrêter. L'informatique a toujours été mon dada. Monter, démonter des ordinateurs, j'ai toujours trouvé cela intéressant. Alors j'en ai fait mon métier. Aujourd'hui, je travaille pour une petite société nommée Falcon. Le patron Arnold Jenkins, n'y connaît rien, mais il est plutôt sympa. Faut bien gagner sa croûte, comme on dit.
Je me suis récemment séparé de la "compagne", si on peut vraiment la qualifier ainsi. Après tout, je ne suis pas certain que se contenter de vivre en se regardant chaque soir dans le blanc des yeux peut vraiment être appelé "une relation".



Sincèrement amusé, je ne pu me retenir de sourire en la voyant se prêter au jeu dont je venais de faire la démonstration. Quelque part, il en fallait du courage pour choisir un plat les yeux fermés. Pour ma part, je n'avais pris aucun risque particulier. Après tout, je connaissais très bien la carte et n'avais aucun doute sur le goût des pizzas présentes sur le menu.

Très bon choix involontaire, la Valentina est ma troisième préférée.

À dire vrai, je ne saurais dire laquelle de ces pizzas était réellement ma préférée. Je plaisantais, tout bonnement.

Marco, le cuisinier, est Italien, sa femme Lara est Irlandaise. L'un gère la nourriture et l'autre la bière, ils forment une bonne équipe, ajoutais-je.

Je me doutais bien qu'évoquer le passé lui ferait perdre son sourire et j'en fus désolé. J'avais certes dû affronter quelques épreuves durant ma jeunesse, mais j'estimais qu'aucune d'entre elles ne méritaient le moindre regret.

Comme on dit : c'est la vie, affirmais-je en levant de nouveau ma chope.

Je soulignais ensuite l'attitude étrange de la serveuse, ce à quoi la tornade blonde répondit avec humour.

Quelque chose me dit qu'elle a raison de se méfier… Peut-être que la pizza sera moins bonne que d'habitude, histoire de s'assurer que tu ne reviennes pas. Manquerait plus que tu deviennes une habituée en plus… Ce serait le comble, raillais-je à mon tour avant de boire une lampée de ma boisson.

Je l'écoutais ensuite me parler de son chat, de son parcours professionnel et de sa rencontre avec son compagnon. Elle ne s'attarda pas sur le sujet, justifiant cela par une crainte étrange de gâcher la soirée. Je compris donc que leur histoire arrivait probablement à son terme.

Je comprends, affirmais-je avec sincérité.

–Enfin bref, de l'université je n'ai gardé contact qu'avec Sienna, Joanne et Ava. Et maintenant toi !

C'est déjà pas mal, dis-je en pouffant. Luke était probablement la seule personne avec laquelle je pouvais réellement parler à cette époque. Il m'a énormément soutenu lorsque j'en ai eu le plus besoin. C'est un type étrange, mais c'est surtout un véritable ami.

Luke, n'était peut-être pas le genre de gars à vous soutenir à coup de paroles compatissantes ou en vous offrant de gros câlins. C'était pas non plus le type qui vous dit "appelle-moi si t'as besoin". Pas de paroles en l'air avec lui. Non, Luke c'était le gars qui était toujours là, même quand on le menaçait de le cogner s'il ne déguerpissait pas rapidement.

Quand ma mère est morte, il a presque emménagé chez moi. C'est lui qui faisait les courses et préparait les repas pour ma soeur et moi. Je n'ai jamais rien eu besoin de lui demander. Il était seulement là. Il nous a énormément aidé. En gros, c'est un type bien.

Je ne souhaitais pas non plus m'étendre sur le sujet, simplement parce que je n'avais pas la moindre envie de me replonger dans ces souvenirs douloureux. Moi non plus je ne tenais pas à gâcher une soirée aussi plaisante.

Et donc, tu es en couple, soufflais-je avant de boire une nouvelle gorgée de bière. Et dîner avec moi ne risque pas de t'attirer des ennuis ?

Nous pouvions très bien dîner en tout bien, tout honneur, son mec pouvait très bien en douter. Après tout, si les rôles étaient inversés, je n'apprécierais pas vraiment que ma compagne passe un tel moment avec une vieille connaissance.

Julia revint à ce moment-là, avec nos pizza. En sentant le parfum de ces dernières, mon estomac se mit à gronder de plus belle. Ouais, je crevais de faim.

– Et bien, on dirait que t'as pas mangé depuis des lustres, me dit-elle en riant.
C'est plus ou moins le cas. Je n'ai rien avalé ce midi et mon petit déjeuner n'était composé que d'un simple toast trop cuit, rétorquais-je en me frottant les mains.
– Sarah ne t'a donc rien préparé ?
Non. Ce serait bizarre qu'elle le fasse alors que nous sommes séparés depuis des semaines, répondis-je sans détourner mon regard de ma pizza.
– Oh, vraiment ?

Je ne la vis pas sourire puisque je ne la regardais pas. Je restais même silencieux un instant, juste assez pour la mettre suffisamment mal à l'aise pour la pousser à nous laisser. La technique fonctionnait toujours et cette fois ne fit pas exception.

– Je vais vous chercher de l'huile pimentée, dit-elle en repartant vers la cuisine.

Mangeons tant que c'est chaud.





Paddy
Messages : 196
Date d'inscription : 14/06/2023
Région : Jura | France
Crédits : (c)Perséphone

Univers fétiche : Harry Potter | Mythologie | Conte & Disney | Réel & Rantasy
Préférence de jeu : Homme
Tournesol
https://www.letempsdunrp.com/t5712-i-will-live-a-thousand-million-lives https://www.letempsdunrp.com/t5875-je-suis-prete-pour-l-aventure#118919 https://www.letempsdunrp.com/t5886-joyeux-bordel-organise https://www.letempsdunrp.com/t5710-let-the-forest-hear-our-sound
Paddy
Lun 24 Juil - 13:10

Rebecca J. Lloyd
J'ai 39 ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis maitre d'œuvre et je m'en sors très bien puisque je possède mon propre cabinet. Sinon, grâce à ma malchance, je suis en couple et je le vis plutôt très mal.

Elle est originaire de Londres • Elle a fait ses études dans la capitale du royaume uni. • Elle a déjà voyagé pour le travail mais jamais pour le plaisir • Elle a rencontré son homme au tir à l'arc et en était folle amoureuse • Elle s'est vite rendue compte que cet homme en question est en fait un fainéant de première. • Amoureuse, elle l'a abrité chez elle dans son appartement à Londres avec la réticence de ses parents • Elle a un chat, un siamois, qui s'appelle Seth.

I came to break the wall that rose around you.



Il lui expliqua que la Valentina était un excellent choix parce que c'était sa troisième préférée. Rebecca comprit alors qu'il venait réellement régulièrement ici. Elle referma le menu et écouta Morgan parler de l'établissement. Elle observa la salle qui ne paya pas de mine mais peut être était ce une volonté des patrons qui semblaient former un couple selon les dires de l'homme assise en face d'elle.

« Dis comme ça, ça ne peut que marcher !»

Elle sourit mais quand elle compatissait à la scolarité chaotique de l'homme, ce dernier expliqua que c'était simplement la vie. Puis la serveuse vint couper court à cette conversation. Morgan expliqua qu'elle n'était pas comme ça et Rebecca l'avait taquiné. Elle rit quand Morgan entra dans sa moquerie. Elle était d'humeur joueuse.

« Si ca se trouve, elle a un crush sur toi ! Ce qui m'étonnerait pas ! »

Elle sourit, complice à Morgan puis il me demanda à son tour ce que j'avais fait de ma vie. Puis quand je terminais par l'envie de ne pas m'attarder sur le sujet de mon compagnon, Morgan répondit avec sincérité qu'il comprenait. Je relevais mon regard vers lui, reconnaissante. Je repris en listant les personnes avec qui j'avais gardé contact. Puis il parla. Rebecca l'écouta parler sans l'interrompre. Elle perdit encore son sourire à la mention de sa mère décédée. Cela n'as pas du être simple... Elle était gênée. Elle n'avait pas été confrontée à la mort encore. Ses grands parents étaient partis quand elle était bébé donc elle n'avait pas de souvenir, elle était fille unique et ses parents étaient toujours là. Un silence s'installa, tout deux, surement pris dans les mauvais souvenirs.

Se fut Morgan qui brisa le silence le premier. En couple ? Elle ne se considérait pas comme tel. En tout cas, plus maintenant. Elle fronça les sourcils, reprenant vie dans la colère.

« Je ne me considère plus comme tel. Il m'as fait miroiter la création de son entreprise, qu'il était ambitieux et qu'il voulait s'en sortir correctement dans la vie. Mais je n'ai qu'une loque qui squatte mon canapé, avec toujours son petit nuage noir au dessus de sa tête, comme si le "non" était toujours la seule réponse qu'il avait. »

Elle n'aimait pas parler d'Alex. C'était un sujet qu'elle n'aimait pas aborder. Elle tourna son regard déterminé vers Morgan.

« Alors que je dine seule dans mon bureau, seule à la maison - parce que Monsieur préférera le canapé - ou avec toi, mon choix est vite fait. »

La serveuse revient avec les pizzas et le ventre de Morgan s'exclama fortement. La serveuse entama une discussion avec Morgan, ignorant ma présence. Observant avec attention le dialogue entre les deux amis, Rebecca comprit que Morgan s'était séparés récemment. Et cela n'avait pas échappé à la serveuse. Puis Morgan ne répondit pas à sa question, gardant le silence. La serveuse partit chercher l'huile pimentée et je me précipitais pour dire à Morgan dans un murmure comme pour une confidence.

« Elle est définitivement à fond sur toi. Tu aurais vu son sourire... »

Rebecca s'amusait. Elle n'avait pas sourit et rit de la situation de Morgan qui lui changeait les idées. Cela lui faisait du bien. Elle se sentait agréablement légère. La serveuse revint déposer l'huile pimentée dans le silence et attrapa mes couverts.

« Bon appétit ! »

Elle commença à couper sa pizza en huit pour commencer et attrapa une part coupée à main nue. De toute façon, la pizza sa se mangeait avec les mains ! Il n'y avait pas d'autres moyens ! Elle ferma les yeux sous les saveurs qui explosaient dans sa bouche. Elle reposa la part et essuya sa bouche en avalant sa bouchée.

« Okay, t'avais raison, c'est délicieux ! »

Elle avait mangé sa part entièrement et but une gorgée de sa bière. Elle tourna son regard vers l'homme en face d'elle.

« Et si je comprends bien, toi, tu n'es plus en couple depuis plusieurs semaines alors ? Qu'est ce qui s'est passé ? Si tu veux en parler bien sur. »
[/b]
Arthécate
Messages : 1325
Date d'inscription : 14/07/2023
Crédits : Lorène Barioz

Univers fétiche : Med-Fan, même si je peux jouer sur n'importe quel contexte
Préférence de jeu : Femme
Totally Spies
https://www.letempsdunrp.com/t5885-petites-idees-en-vrac https://www.letempsdunrp.com/t5870-salut-c-est-moi
Arthécate
Mar 25 Juil - 17:48

Morgan Fraser
J'ai 39 ans et je vis à Londres, capitale de l'Angleterre, enfin, il paraît. Dans la vie, je suis technicien en informatique, je répare des ordinateurs pour trois fois rien quoi. Je m'en sors pas trop mal . Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Informations supplémentaires ici.

Je suis né et j'ai grandi à Londres, ville que je n'ai, au fond, jamais réellement quittée. Plus jeune, j'ai voulu faire des études, mais ayant dû m'occuper de ma mère malade, je me suis vu contraint de tout arrêter. L'informatique a toujours été mon dada. Monter, démonter des ordinateurs, j'ai toujours trouvé cela intéressant. Alors j'en ai fait mon métier. Aujourd'hui, je travaille pour une petite société nommée Falcon. Le patron Arnold Jenkins, n'y connaît rien, mais il est plutôt sympa. Faut bien gagner sa croûte, comme on dit.
Je me suis récemment séparé de la "compagne", si on peut vraiment la qualifier ainsi. Après tout, je ne suis pas certain que se contenter de vivre en se regardant chaque soir dans le blanc des yeux peut vraiment être appelé "une relation".



« Je ne me considère plus comme tel. Il m'as fait miroiter la création de son entreprise, qu'il était ambitieux et qu'il voulait s'en sortir correctement dans la vie. Mais je n'ai qu'une loque qui squatte mon canapé, avec toujours son petit nuage noir au dessus de sa tête, comme si le "non" était toujours la seule réponse qu'il avait. »

Voilà donc ce que la tornade me répondit lorsque j'évoquais sa relation avec son compagnon. Elle ajouta ensuite que, dans tous les cas, qu'elle mange seule ou avec moi, cela ne changerait strictement rien. Je trouvais cela franchement désolant, d'autant plus que leur relation ne datait pas d'hier. Six ans, était-ce bien cela ? Qui pouvait bien accepter de vivre ainsi aussi longtemps ? Alors, certes, je me doutais bien que leur vie commune ne devait pas ressembler à cela, tout du moins, au début… Mais quand même. Pourquoi rester quand on est si peu satisfaite de sa situation? Mais, évidemment, je ne pouvais pas lui demander ça. On ne se connaissait pas suffisamment pour rentrer dans une conversation aussi intime… Alors, comme à mon habitude, j'usais de mon humour douteux, en espérant que ça puisse l'aider à s'apaiser un peu.

Le canapé ? Je n'avais pas compris que l'on parlait de ton chat, raillais-je gentiment tandis que Julia vint déposer nos assiettes et s'enquérir de ma propre relation.

« Elle est définitivement à fond sur toi. Tu aurais vu son sourire... »
Tu parles, Julia est tout à fait le genre de fille à se réjouir du malheur des autres, justifiais-je avant d'ajouter :Enfin, me concernant c'est râté, je ne suis pas malheureux du tout.

C'était vrai après tout. Sarah et moi n'avions strictement rien en commun. Nous ne vivons pas non plus ensemble et l'on se contentait généralement de dormir chez l'un ou bien chez l'autre, selon nos envies du moment. Je sais bien qu'elle aurait voulu beaucoup plus. Toutes ses amies étaient mariées et certaines avaient même des enfants. Sarah ne parlait plus que de ça : mariage et gamins, comme si la réussite personnelle ne s'arrêtait qu'à ça… Très peu pour moi.

« Et si je comprends bien, toi, tu n'es plus en couple depuis plusieurs semaines alors ? Qu'est ce qui s'est passé ? Si tu veux en parler bien sûr. »

Bof, tu sais… Un grand classique ici aussi. Nous n'avions pas grand-chose à nous dire et pas du tout les mêmes envies. Aucun de nous ne pouvait imaginer un avenir avec l'autre. Nous étions d'ailleurs tous deux d'accord pour nous séparer. Rien de bien intéressant, comme tu peux le voir, dis-je en levant ma chope, une fois de plus.

La pizza semblait lui plaire et j'en fus ravi. Cela faisait longtemps que je n'avais pas passé un aussi bon moment. Devrais-je vraiment prendre le risque de le gâcher ?

…Oui… Très certainement.

Une question me brûle les lèvres cependant, soufflais-je après avoir avalé un morceau de pizza.Pourquoi restes-tu avec ton chat ? Après tout, la vie est bien trop courte pour se la gâcher avec un animal qui n'en vaut pas la peine… surtout lorsqu'il ruine tes pc sans payer de loyer.

On est d'accord hein, je ne parlais pas réellement de son chat.


Paddy
Messages : 196
Date d'inscription : 14/06/2023
Région : Jura | France
Crédits : (c)Perséphone

Univers fétiche : Harry Potter | Mythologie | Conte & Disney | Réel & Rantasy
Préférence de jeu : Homme
Tournesol
https://www.letempsdunrp.com/t5712-i-will-live-a-thousand-million-lives https://www.letempsdunrp.com/t5875-je-suis-prete-pour-l-aventure#118919 https://www.letempsdunrp.com/t5886-joyeux-bordel-organise https://www.letempsdunrp.com/t5710-let-the-forest-hear-our-sound
Paddy
Mar 25 Juil - 23:56

Rebecca J. Lloyd
J'ai 39 ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis maitre d'œuvre et je m'en sors très bien puisque je possède mon propre cabinet. Sinon, grâce à ma malchance, je suis en couple et je le vis plutôt très mal.

Elle est originaire de Londres • Elle a fait ses études dans la capitale du royaume uni. • Elle a déjà voyagé pour le travail mais jamais pour le plaisir • Elle a rencontré son homme au tir à l'arc et en était folle amoureuse • Elle s'est vite rendue compte que cet homme en question est en fait un fainéant de première. • Amoureuse, elle l'a abrité chez elle dans son appartement à Londres avec la réticence de ses parents • Elle a un chat, un siamois, qui s'appelle Seth.

I came to break the wall that rose around you.



Quand elle avait finit sa tirade parlant de son compagnon, Morgan eu le mot pour rire. Parler de son chat. Elle releva sa tête pour le fixer, incrédule pour se mit à rire. C'est vrai qu'il y avait un quelque chose. Puis quand la serveuse posa les assiettes et qu'un dialogue reprit entre les deux, Rebecca l'avait taquiné gentiment.

Morgan ne sembla pas intéressé et expliqua que la serveuse du nom de Julia était le genre à se réjouir du malheur des autres et qu'il n'est pas malheureux. Cela lui avait fait hausser un sourcil interrogateur. Puis j'avais commencé à manger, rassasiant ma faim. Une part engloutis, je finis par lui poser une question concernant sa propre histoire. Rebecca l'écouta attentivement. Elle hocha la tête positivement.

« Je comprends. Si c'était d'un accord commun, c'est toujours plus simple... Au moins, l'un des deux partis ne souffre pas trop. »

Rebecca avala une gorgée de sa bière après cela et continua de manger une autre part de sa pizza. A cette vitesse, dans cinq minutes son assiette sera vide ! Elle entendit Morgan briser le silence apaisant des estomacs qui se comblaient pour lui poser une question. Elle comprit tout de suite qu'il ne parlait pas vraiment de son chat. Elle haussa les épaules.

« Par habitude, par lassitude, peut être ? Je ne sais pas. Je veux dire...» Elle but une gorgée de sa bière de nouveau. « C'est facile ? Même si je suis pas spécialement heureuse, je me concentre dans mon travail, mon quotidien est réglé comme une horloge. Je sais que j'ai des échappatoires si j'ai besoin et pour le moment cela me suffit ? Parce que sans lui, je serais seule dans un appartement froid et bien qu'il ne fasse rien, j'ai une présence ? Peut être un mélange de tout ça ?»

Puis elle réalisa subitement pourquoi elle restait avec cet homme qui ne la comblait pas. Peut être qu'elle ne méritait pas d'être heureuse ?

Non.
Tout le monde a le droit au bonheur dans sa vie.

Elle n'avait rien fait de dingue dans sa vie. Elle a toujours été dans le travail, faire plaisir à ses parents comme la brave fille qu'elle était. Elle n'as jamais fait de crises adolescentes. Elle n'est jamais rentrée complètement déchirée. Elle réalisa, comme un coup de massue, qu'elle avait raté trop d'occasions de se sentir vivante. Bien qu'elle était bien entourée et qu'elle le soit toujours, elle se sentait terriblement seule au fond d'elle même.

Elle chassa toute ses pensées en passant une main dans les mèches de cheveux qui ne tenait pas par la queue de cheval. Elle ne devait pas craquer. Pas maintenant.

Elle continua de manger une part de pizza mais elle sait dès maintenant qu'elle ne trouverait pas le sommeil cette nuit. Morgan avait allumé des signaux d'alarmes dans son cerveau. Comme si subitement, il avait trouvé le déclencheur et que tout s'allumait. Elle finit sa deuxième part de pizza.

« Bon alors, j'ai souvenir que tu étais un passionné de peinture à l'époque. C'est toujours le cas ? »

Il avait un bon coup de pinceau, ça elle s'en souvenait. Lors d'exercice pratique, les toiles de Morgan était toujours pleines d'émotions. Elle le fixa, avec beaucoup de curiosité. Elle espérait que oui. Elle était passionnée de peinture, de sculpture. Mais elle n'était douée que par le graphisme et le design : des traits fins et précis.
Arthécate
Messages : 1325
Date d'inscription : 14/07/2023
Crédits : Lorène Barioz

Univers fétiche : Med-Fan, même si je peux jouer sur n'importe quel contexte
Préférence de jeu : Femme
Totally Spies
https://www.letempsdunrp.com/t5885-petites-idees-en-vrac https://www.letempsdunrp.com/t5870-salut-c-est-moi
Arthécate
Sam 29 Juil - 10:11

Morgan Fraser
J'ai 39 ans et je vis à Londres, capitale de l'Angleterre, enfin, il paraît. Dans la vie, je suis technicien en informatique, je répare des ordinateurs pour trois fois rien quoi. Je m'en sors pas trop mal . Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Informations supplémentaires ici.

Je suis né et j'ai grandi à Londres, ville que je n'ai, au fond, jamais réellement quittée. Plus jeune, j'ai voulu faire des études, mais ayant dû m'occuper de ma mère malade, je me suis vu contraint de tout arrêter. L'informatique a toujours été mon dada. Monter, démonter des ordinateurs, j'ai toujours trouvé cela intéressant. Alors j'en ai fait mon métier. Aujourd'hui, je travaille pour une petite société nommée Falcon. Le patron Arnold Jenkins, n'y connaît rien, mais il est plutôt sympa. Faut bien gagner sa croûte, comme on dit.
Je me suis récemment séparé de la "compagne", si on peut vraiment la qualifier ainsi. Après tout, je ne suis pas certain que se contenter de vivre en se regardant chaque soir dans le blanc des yeux peut vraiment être appelé "une relation".



Tout en mangeant, j'écoutais Rebecca s'exprimer à propos de l'impression qu'elle avait à propos de ma récente séparation. Je peux très bien concevoir que, pour les autres, notre rupture avait été des plus aisées, mais c'est faux. Avant d'en venir à la finalité, il nous a fallu passer plusieurs étapes, plus ou moins évidentes, plus ou moins faciles. Et puis, n'ayant plus aucun contact avec mon ex, je ne pouvais rien affirmer la concernant. Est-ce qu'elle vivait bien notre rupture ? Aucune idée…

Plus simple, répétais-je en me remémorant moments que nous avions du affronter, Sarah et moi, avant d'en arriver à la même conclusion. Je n'en suis pas si sûr en réalité. Avant de nous séparer, nous avons énormément discuté…Probablement bien plus en cette dernière soirée que durant tout le temps qu'a durer notre relation. C'était vraiment éprouvant, surtout pour elle. Elle n'arrêtait pas de pleurer et de promettre qu'elle allait changer, faire des efforts… Mais pourquoi faire, franchement ? On ne chasse pas le naturel sans qu'il ne revienne au galop. Et puis, au fond, je ne lui reprochais rien du tout, nous n'étions pas compatible. Au final, nous sommes arrivés à la même conclusion et nous nous sommes quittés en bon terme.

Je relevais ma choppe et constatais tristement qu'elle était déjà vide… Zut, mieux valait ralentir un peu sur la boisson avant de devenir déraisonnable.

Après, faut savoir peser le pour et le contre. Quel est réellement la décision la plus simple ? Vivre une vie morne et triste avec un fantôme - oui parce que, en gros, c'est ce que tu me décris - ou de rassembler le courage nécessaire pour faire changer les choses ? N'est-ce pas déjà fini ? N'as-tu pas l'impression d'avoir peur d'aracher le pensement qui recouvre une plaie déjà cicatrisée depuis longtemps ?

Sauf si, évidemment, Rebecca avait encore des sentiments amoureux pour ce type qui semblait tant aimer squatter le canapé…

Bon après, il est vrai que tout cela ne me regarde pas. Je pars simplement du principe que l'on a qu'une seule vie et que cette dernière est suffisamment courte pour la laisser pourir. Mais ça, c'est moi.

Je relevais ma chope vide pour me manifester auprès de Julia. Elle ne tarda pas à m'en ramener une autre, pleine.


Paddy
Messages : 196
Date d'inscription : 14/06/2023
Région : Jura | France
Crédits : (c)Perséphone

Univers fétiche : Harry Potter | Mythologie | Conte & Disney | Réel & Rantasy
Préférence de jeu : Homme
Tournesol
https://www.letempsdunrp.com/t5712-i-will-live-a-thousand-million-lives https://www.letempsdunrp.com/t5875-je-suis-prete-pour-l-aventure#118919 https://www.letempsdunrp.com/t5886-joyeux-bordel-organise https://www.letempsdunrp.com/t5710-let-the-forest-hear-our-sound
Paddy
Dim 30 Juil - 15:51

Rebecca J. Lloyd
J'ai 39 ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis maitre d'œuvre et je m'en sors très bien puisque je possède mon propre cabinet. Sinon, grâce à ma malchance, je suis en couple et je le vis plutôt très mal.

Elle est originaire de Londres • Elle a fait ses études dans la capitale du royaume uni. • Elle a déjà voyagé pour le travail mais jamais pour le plaisir • Elle a rencontré son homme au tir à l'arc et en était folle amoureuse • Elle s'est vite rendue compte que cet homme en question est en fait un fainéant de première. • Amoureuse, elle l'a abrité chez elle dans son appartement à Londres avec la réticence de ses parents • Elle a un chat, un siamois, qui s'appelle Seth.

I came to break the wall that rose around you.



Rebecca l'écoutait attentivement parler de son histoire et de sa rupture. Cela semblait pour lui, un sujet qui appartenait au passé. Alors peut être que c'est ce qu'elle devait faire ? Laisser ce sujet appartenir au passé aussi ? Elle ne pouvait penser que tout cela n'était pas qu'un problème de compatibilité pour elle. Il avait été un amour véritable pour elle. Mais qui lui avait fait beaucoup de mal. Elle ne dit rien, réfléchissant à toute vitesse comme elle le faisait d'habitude. Puis elle vit Morgan lever sa choppe vide et l'observer avant qu'il ne lui demande directement qu'est ce qui était le mieux à faire pour elle. Il soulevait des questions qu'elle s'était posée mais encore trop éprise de lui, les réponses ne lui plaisait pas.

Aujourd'hui, c'était différent. Elle avait été trop déçue.

Il reprit affirmant que tout ceci était lui et que c'était sa façon de penser et non celle de la jeune femme. Mais cela lui permettait de voir un autre angle aux problèmes et surement le résoudre. Peut être qu'elle devrait être plus comme lui ? Dans l'instant présent et non dans le contrôle absolu de sa vie ? Pourtant, elle se laissait des moments de folie. Mais il était surement trop rare.

« Nan tu as surement raison. Je devrais peut être avoir une discussion avec lui... Une vraie cette fois ci et prendre une décision. » C'était encore trop flou dans son esprit. Trop récent et trop dans l'émotion pour qu'elle prenne une décision aussi rapide. Elle but la fin de sa choppe et continua à manger sa pizza avant de reprendre pendant que Morgan appelait Julia. « Mais pas maintenant. Je dois réfléchir d'abord à tout ça à tête reposée. Merci de m'aider. »

Elle souriait à Morgan, reconnaissante. Il avait su poser les bonnes questions. Cela l'avait perturbée, le nier serait mentir. Elle avait la tête bouillonnante, des centaines de questions venant. Mais elle ne pouvait plus vivre comme ça. Il fallait qu'elle pose des limites sinon, elle pourrait trop en souffrir. Ne souffrait elle déjà pas ? C'était trop compliqué pour elle de le dire à ce moment.

Elle finit son assiette, mangeant dans le silence et but une gorgée de sa nouvelle choppe. Elle avait le ventre repu !

« En tout cas, je suis repue ! »

Elle souriait, satisfaite que son estomac soit plein.


Arthécate
Messages : 1325
Date d'inscription : 14/07/2023
Crédits : Lorène Barioz

Univers fétiche : Med-Fan, même si je peux jouer sur n'importe quel contexte
Préférence de jeu : Femme
Totally Spies
https://www.letempsdunrp.com/t5885-petites-idees-en-vrac https://www.letempsdunrp.com/t5870-salut-c-est-moi
Arthécate
Dim 30 Juil - 16:16

Morgan Fraser
J'ai 39 ans et je vis à Londres, capitale de l'Angleterre, enfin, il paraît. Dans la vie, je suis technicien en informatique, je répare des ordinateurs pour trois fois rien quoi. Je m'en sors pas trop mal . Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Informations supplémentaires ici.

Je suis né et j'ai grandi à Londres, ville que je n'ai, au fond, jamais réellement quittée. Plus jeune, j'ai voulu faire des études, mais ayant dû m'occuper de ma mère malade, je me suis vu contraint de tout arrêter. L'informatique a toujours été mon dada. Monter, démonter des ordinateurs, j'ai toujours trouvé cela intéressant. Alors j'en ai fait mon métier. Aujourd'hui, je travaille pour une petite société nommée Falcon. Le patron Arnold Jenkins, n'y connaît rien, mais il est plutôt sympa. Faut bien gagner sa croûte, comme on dit.
Je me suis récemment séparé de la "compagne", si on peut vraiment la qualifier ainsi. Après tout, je ne suis pas certain que se contenter de vivre en se regardant chaque soir dans le blanc des yeux peut vraiment être appelé "une relation".



Je l'observais un instant tandis qu'elle restait silencieuse. À l'évidence, la tornade réfléchissait à tout ce que je venais de lui dire. Quelque part, je m'en voulais de lui avoir parlé aussi librement et surtout de m'être permis de prononcer quelques conseils à peine déguisés. Tout cela ne me regardait absolument pas et même si nous n'étions pas de parfaits inconnus, nous ne pouvions pas nous montrer aussi familiers l'un envers l'autre… Alors, comment et pourquoi m'étais-je donné pour mission de l'aider à résoudre ses problèmes ? Aucune idée… Je n'étais même pas certain de pouvoir l'aider à quoique ce soit.

Je restais silencieux moi aussi. Déjà, parce que je ne savais plus vraiment quoi dire de plus et aussi, parce que je culpabilisais. Finalement, ce fut à Rebecca de rompre le silence en affirmant que j'avais raison, en tout cas pour ce qui concernait le fait d'avoir une véritable conversation avec son cher et tendre… Un jour… Je me contentais d'acquiescer tout en prenant une énième gorgée de ma bière… Et puis, elle me remercia pour mon aide…

Je ne t'ai pas aidé, enfin…pas vraiment. Je t'ai simplement parlé de ma propre expérience, de mon propre vécu. Je t'ai juste raconté une histoire, ni plus, ni moins.

Je lui souris en retour, avant de pousser ma propre assiette sur le côté. Moi aussi, j'avais suffisamment mangé. Julia vint débarrasser, nous échangeâmes quelques banalités puis elle nous proposa la carte des desserts. N'étant pas vraiment attiré par les sucreries, je me contentais de commander un café.

Je suis ravi que ce petit repas t'ai plu. Tu pourras dire que tu connais une bonne pizzéria à présent, affirmais-je en me relevant, une fois le repas terminé et la note payée. Un dernier petit conseil cependant… Évite de boire lorsque tu travailles sur ton ordi…


Contenu sponsorisé
Could I ever call this place "home"? | ft. Arthécate
Page 2 sur 3
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Sujets similaires
-
» Romry * What if I'm far from home? Oh brother, I will hear you call
» one day i'll call you daddy (pyramid rouge)
» The call of the mountains
» Call me Dinki
» (appel) here's my number, so call me.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers réel :: Europe-
Sauter vers: