Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues qui tu veux, quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
» Je servirai leur volonté | FoxDream
Help me if you can (ft Limitiel) (TW. violence conjugale) - Page 2 EmptyHier à 22:38 par FoxDream

» Toutes les histoires ont leur histoire - ft. Clionestra
Help me if you can (ft Limitiel) (TW. violence conjugale) - Page 2 EmptyHier à 21:32 par Clionestra

» {+18} Chance ou damnation ?
Help me if you can (ft Limitiel) (TW. violence conjugale) - Page 2 EmptyHier à 21:17 par Jambreaker

» (padmachou) Amitiés et confidences
Help me if you can (ft Limitiel) (TW. violence conjugale) - Page 2 EmptyHier à 16:33 par Maître des Univers

» "Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour" - Ft. Charly
Help me if you can (ft Limitiel) (TW. violence conjugale) - Page 2 EmptyHier à 13:17 par Manhattan Redlish

» Un frère éloigné vaut moins qu'un voisin (avec Lexis)
Help me if you can (ft Limitiel) (TW. violence conjugale) - Page 2 EmptyHier à 13:03 par Lexis

» Bad feeling
Help me if you can (ft Limitiel) (TW. violence conjugale) - Page 2 EmptyHier à 9:18 par Lojzo

» hope it gives you hell
Help me if you can (ft Limitiel) (TW. violence conjugale) - Page 2 EmptyHier à 9:07 par Lojzo

» Love, Death + Capitole
Help me if you can (ft Limitiel) (TW. violence conjugale) - Page 2 EmptyDim 23 Juin - 23:37 par Lojzo

Le Deal du moment : -18%
Aspirateur balai Dyson V15 Detect Absolute (2023)
Voir le deal
659 €

LE TEMPS D'UN RP

Help me if you can (ft Limitiel) (TW. violence conjugale)

Katou
Messages : 23
Date d'inscription : 01/04/2023
Région : Québec
Crédits : quelqu'un quelque part ;)

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Femme
Valise
Katou
Sam 22 Avr - 0:14

Samantha Daniel
J'ai 28 ans et je vis à New York. Dans la vie, je suis femme à la maison et je m'en sors pas vraiment bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis en couple et je le vis plutôt pas bien du tout.

Informations supplémentaires ici.


Capuchon sur la tête pour éviter les regards et d’être reconnu, j’attendais le médecin qui m’avait offert de l’aide. Nerveuse, je finis cependant par me retourner et être soulagée en voyant le docteur. Le remerciant d’être venu, j’hochai la tête tandis qu’il me disait de l’appeler par son prénom, qu’il n’était pas ici en temps que médecin. Lui disant simplement que mon problème devenait dangereux il soupirai légèrement en l’entendant me dire qu’il m’aiderait. On entra donc et après avoir pris un café on s’installa à une table pour discuter. Il me parla alors des choix qui s’offraient à moi et l’écoutant, je me décidai à parler plus franchement. Lui résumant assez rapidement ma situation, isolé de tout le monde, pas un sous en poche… Je lui demandai si le centre offrait l’hébergement. Entendant sa réponse, je soupirai, la nervosité montant d’un cran. Poursuivant, je n’arrivais pas vraiment à terminer mes phrases, mais était-ce réellement nécessaire? C’était assez clair que si James me retrouvait j’aurais bien pire que des ecchymoses… Il deviendrait peut-être celui qu’il était avant notre arrivé ici et que je sois prise au piège, mais je savais très bien que ça ne durerait qu’un temps pour ensuite être encore pire. Je remontai mon regard à sa question avant de regarder rapidement ma petite valise.

Oui… Je n’ai pas grand chose en fait. Uniquement l'essentiel.

Sa réponse à ma question me fit baisser le regard, angoisser encore plus en apprenant qu’il pouvait arriver que même en me cachant James parvienne à me retrouver dans un centre. Lorsque Björn me donna un téléphone en me disant de me défaire du mien, je fronçai légèrement les sourcils.

D’accord… Merci, mais je…

Haussant une épaule, je lâchai le téléphone du regard pour le remonter dans le sien.

Je n’ai aucun numéro à y ajouter…

Baissant à nouveau le regard, je le remontai lorsqu’il reprit la parole, m’offrant de me payer une chambre d'hôtel quelque jours ou d’aller chez lui le temps de me décider. Pendant un moment, je fouillai son regard, ne comprenant pas pourquoi il faisait ça, ne sachant pas quoi faire ou répondre seulement.

Je… Je ne vous ai pas appelé pour vous causer des ennuis ou que vous ayez à payer pour moi. Mais… Je ne pensais pas que ce serait aussi compliqué comme décision à prendre.

Soupirant, je baissai le regard sur mon gobelet de café. Un long moment, je ne dis rien, gardant fronçant les sourcils.

Je croyais que… Que je pourrais simplement aller dans un centre, un endroit ou jamais il ne pourrait me retrouver et juste… Parler à quelqu’un et avoir le temps de me relever de… Guérir avant de décider quoi que ce soit. James est malin et il connait beaucoup de gens ici donc… Il risque de me retrouver facilement…

Je jetai un regard à l’heure et soupirai. Je n’avais plus le temps de retourner à la maison, défaire ma valise et préparer le repas avant qu’il ne revienne. J’étais coincée. Coincé parce que je croyais qu’une solution miracle allait me tomber dans les mains enfin…

Limitiel
Messages : 75
Date d'inscription : 11/03/2023
Région : Québec
Crédits : google tout simplement je n'ai pas vue de créateur.

Univers fétiche : Réel
Préférence de jeu : Les deux
Valise 2
Limitiel
Sam 22 Avr - 1:08

Björn Jørgensen
J'ai 32 ans et je vis à New York, État-Unis. Dans la vie, je suis Urgentologue et je m'en sors Bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis Célibataire et je le vis plutôt bien.

Informations supplémentaires ici.
Installer dans ce café , même si je ne disais rien je la trouvais très courageuse de faire ce qu’elle faisait maintenant. Elle était victime de la violence de son homme depuis je ne sais combien de temps et quand même elle prenait son courage pour me tendre la main, symboliquement bien sûr ,pour demander de l’aide. Bien des femmes n’arrivent pas à faire ce geste avec des gens qu’ils connaissent bien. Peut-être que le fait que je sois médecin aide à ma cause, je ne pouvais pas dire mais je savais que j’allais faire tout faire en mon pouvoir pour sortir cette jeune femme de là.

D’accord… Comme je suis là , prêt à vous aider. J’ai uniquement une demande…Seriez-vous à l’aise de se tutoyer?

Je n’ai rien contre les formes de politesse, j’y suis habituer d’ailleurs par mon emploi mais comme je pense que pour les prochains temps je risque de lui parler quand même régulièrement je préférais l’option de la tutoyer il me semble que ce serais plus simple, mais je ne voulais pas la brusquer. Je lui donnais ensuite un téléphone pour qu’elle jette son ancien, histoire que son ex ne la retrouve pas. La majorité des hommes violents avais des applications pour retrouver leurs proies et je ne voulais pas ça pour elle. Je lui offris un léger sourire rassurant.

D’accord , alors plus simple pour mieux disparaitre de la vie de votre. Bourreaux.

Je voulais vraiment qu’elles mettent toutes les chances de son côté pour se sauver de cet homme qui ne valais rien dans sa vie. Il lui avait fait du mal depuis bien trop longtemps j’en étais certain, il était temps maintenant pour elle de vivre sa vie à elle, sans craindre les coups de cet homme.

Si je vous offre ces options, c’est que dans tous les cas tant que je peux vous aider j’en serais heureux. Ne penser pas à l’argent ou quoi que ce soit, choisissez ce que vous voulez et je vais vous épauler quelque sois votre choix.

Je ne voulais vraiment pas qu’elle pense à quoi que ce soit d’autre que ce que son instinct lui disait. Je sais qu’elle devait se questionner sur mes intentions, ces pourquoi je gardais mes mains vers moi et que jamais je ne fais de geste vers elle, je ne voulais pas qu’elle croit que j’agissais ainsi avec un motif derrière la tête.

Je peux me renseigner auprès d’un policier que je connais, mais malheureusement il n’est pas en service ce soir donc il faudra au moins attendre à demain. Je ne connais pas ce James, mais pour le moment s’il essai quoi que ce soit tant que vous êtes avec moi je vous promets que vous ne courrez aucun danger.

Je ne le laisserais pas s’approcher, il n’en aurait pas le temps. Je songeais d’ailleurs à l’option de prendre une chambre voisine a la sienne si elle décidait d’aller à l’hôtel , simplement pour être proche en cas de besoin mais je n’allais pas lui dire pour ne pas lui faire peur. Sinon chez moi, elle n’aurait aucun problème non plus, je ne vis pas proche du centre-ville et il ne pourrait jamais se douter qu’elle est chez moi donc normalement, dans les deux cas, elle serait en sécurité au moins pour ce soir.

Katou
Messages : 23
Date d'inscription : 01/04/2023
Région : Québec
Crédits : quelqu'un quelque part ;)

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Femme
Valise
Katou
Sam 22 Avr - 2:06
Björn Jørgensen

Parole:  





Samantha Daniel
J'ai 28 ans et je vis à New York. Dans la vie, je suis femme à la maison et je m'en sors pas vraiment bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis en couple et je le vis plutôt pas bien du tout.

Informations supplémentaires ici.
Même en buvant mon café et en discutant avec Björn je gardais ma capuche de veste, cet ultime rempart contre le regard des autres, seule protection afin de cacher un peu les marques laissé par l’homme qui disait m’aimer. Mon regard dans celui du docteur face à moi, j’hochai doucement la tête à sa demande de se tutoyer. Peut-être comme ça serait-il plus simple de lui parler… Finissant par me donner un téléphone, je le remerciai un peu mal à l’aise et finis par lui dire que je n’avais aucun numéro à y entrer. Je devais sembler pathétique quelque part. Je m’étais laissé volontairement éloigner de tout le monde, me faisant prisonnière de cet homme en croyant que j’y serais heureuse.J’avais naïvement cru que le bonheur nous attendait ici, que cette nouvelle vie serait merveilleuse. L'entendre me proposer de me payer une chambre ou encore d’aller chez lui me rendit mal à l’aise. En lui demandant son aide, je ne pensais pas à qu’il ait à me payer quoi que ce soit ou encore à envahir sa vie. Tout comme je ne voulais pas lui apporter d’ennuis. De plus, je ne comprenais pas pourquoi il m’aidait ainsi. Sa réponse me fit relever le regard dans le sien et le fouiller un moment avant de hocher doucement la tête.

D’accord…


Mon regard sur mon gobelet de café, je fronçais les sourcils en réfléchissant avant que je ne réalise dans quoi je venais de mettre les pieds. J’étais maintenant coincé, ne pouvant plus faire demi-tour. J’avais bêtement pensé qu’avec son aide, j’irais simplement dans un endroit caché, que je pourrais parler avec quelqu’un qui m’aiderait à remonter la pente et à guérir avant de décider quoi que ce soit. Un endroit calme où me reposer et me reprendre en main en somme. Me disant qu’il pourrait demander à un policier, mais que celui-ci ne travaillait pas pour le moment, je soupirai. Mon regard dans le sien, je le fouillais longuement, tentant de trouver un piège, un truc qui me ferait comprendre pourquoi il faisait tout ça. Je savais que me retrouver seule dans une chambre d’hôtel, je passerais la nuit à paniquer au moindre bruit, à angoisser que James me retrouve. J’avais donc deux choix puisque si je rentrais chez nous maintenant, j’allais arriver trop tard et ce serait… Soit j’allais avec Björn et qui sait ce qui arriverait, soit j’allais à la police ou je savais très bien que je me retrouverais dans une situation encore pire. J’avais l’impression d’être un animal traqué. Logiquement, chez Björn James avait moins de chance de me retrouver que n’importe ou, mais rien ne me disait que je ne me retrouverais pas dans une situation bien pire. Quoi que… Est ce que ça se pouvait une situation pire que celle que je vivais? Probablement, mais quelque part, je ne pensais pas que l’homme face à moi pourrait me faire plus de mal que ce que j’avais déjà eu, alors…

Je ne veux pas que tu aies à payer pour une chambre et de toute façon James me retrouverait probablement assez facilement. Mais je ne veux pas déranger ou te causer des ennuis, je crois que je ferais mieux de…

Ma phrase fut interrompue par mon téléphone qui sonnait et le prenant, je le déposai rapidement sur la table comme s’il m’avait brûlé en voyant le numéro de la maison. Je sentis soudainement la panique me gagner. Pourquoi était-il rentré plus tôt? Je n’avais même pas eu le temps de prendre réellement de décision à savoir où j'allais aller… Je me mis soudainement à parler rapidement, sentant un besoin urgent de me cacher quelque part loin des regards qui pourraient tout rapporter ensuite à James.

Il est déjà rentré et à dû voir que j’étais partie… Je… Tu es certain que si je vais chez toi je ne dérangerai pas?

Limitiel
Messages : 75
Date d'inscription : 11/03/2023
Région : Québec
Crédits : google tout simplement je n'ai pas vue de créateur.

Univers fétiche : Réel
Préférence de jeu : Les deux
Valise 2
Limitiel
Sam 22 Avr - 3:54

Björn Jørgensen
J'ai 32 ans et je vis à New York, État-Unis. Dans la vie, je suis Urgentologue et je m'en sors Bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis Célibataire et je le vis plutôt bien.

Informations supplémentaires ici.
Je regardais son visage rapidement, je voyais bien que tout roulait rapidement dans sa tête. Elle cherchait la meilleure solution et je comprenais. Ce n’est pas quelques choses de facile à faire ce qu’elle est en train de faire donc je lui laissais tout le temps de réfléchir, n’ajoutant rien tant qu’elle ne le ferait pas. Elle sortait d’une situation bien dangereuse donc elle devait bien penser à ces options. J’aurais aimé pouvoir lui promettre qu’elle serait complètement en sécurité quand elle irait dans une maison pour femme, mais je ne peux pas le faire. Il est rare que ça arrive, mais certain homme a déjà réussi à trouver le chemin des maisons et retrouver leurs femmes. Je ne voulais pas qu’elle parte la croyant que ce serais impossible, bien que e le sois presque. La police fait de leurs mieux bien souvent pour les protéger, mais tout le monde sais à quel point le système n’est pas ce qu’il devrait être…Je la laissais reprendre la parole, et elle fut coupée par la sonnerie de son vieux portable. Elle le prenait et le regardais et je devinais à son regard qu’il s’agissais de ce fameux James. J’eu envie de répondre pour le confronter, mais je me retenais. Je sais que ma nature de protecteur revient rapidement quand je sens que quelqu’un a besoin de moi et comme je peux voir avec Samantha, elle a besoin de ma protection.

Je suis absolument certain. Tu es la bienvenue.

Je me levais de mon siège et je pointais son vieux portable, quand elle semblait vouloir me dire être ok avec l’idée, je le saisit et le fermais complètement. J’allais lui laisser le temps d’être prête à le jeter, mais au moins en étant complètement fermer il ne pourrait pas la localiser.

Allons-y toute suite, comme il a tenté de t’appeler il pourrait très bien débarquer ici rapidement.

Je prenais sa valise et attendais qu’elle me suive. Je la guidais jusqu’à ma voiture pas très loin. Je plaçais son sac dans la voiture et allais lui ouvrirai la portière pour qu’elle se glisse à l’intérieur. Je prenais place ensuite à mon tour derrière le volant et on partait vers chez moi. Je ne pensais jamais ramener cette jeune femme chez moi ce soir , mais je savais au moins qu’elle serait en sécurité. Le trajet durait quand même quelques temps puisque je vivais un peu en dehors du centre-ville, mais ce fut assez rapide. On arrivait et je me stationnais avant d’aller prendre la valise et ouvrir la portière à Samantha.

Bienvenue chez moi.

Je lui offrir un léger sourire avant de lui faire signe de me suivre. Je la fis entrer et fit rapidement le tour, lui montrant la cuisine, salle de cinéma , piscine extérieur, gym intérieure avant de finalement me rendre à sa chambre, j’ouvrit la porte et déposais la valise à l’intérieur.

Voilà ta chambre. Tu as ta propre salle de bain ici. Ma chambre est juste de l’autre côté du couloir donc au moindre problème je ne suis pas loin, mais comme je te disais rien ne t’obliger à me voir si tu n’en as pas envie…

Je me reculais légèrement pour lui laisser le temps de regarder autour d’elle.

Je te laisse le temps de t’installer. Fait comme chez toi et n’hésite pas si tu as besoin de quoi que ce sois je ne suis pas très loin.

Je lui offris un léger sourire me voulant le plus rassurant possible et je la laissais seule. Je quittais vers ma cuisine. J’avais apporté son vieux portable avec moi pour le glisser dans un coffre qui normalement, bloque toutes les ondes justes pour ajouter une sécurité de plus. Faire certain que son ex n’allait pas essayer de la retrouver. Bien qu’il n’a aucun intérêt à venir la chercher ici. Je fis couler du café avant de prévenir ma femme de ménage que nous avions un invité et de ne pas la dérange sans qu’elle ne le demande. Je reposais mon portable sur le comptoir, souhaitant juste que la demoiselle allait bien.
 

Katou
Messages : 23
Date d'inscription : 01/04/2023
Région : Québec
Crédits : quelqu'un quelque part ;)

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Femme
Valise
Katou
Sam 22 Avr - 4:33

Samantha Daniel
J'ai 28 ans et je vis à New York. Dans la vie, je suis femme à la maison et je m'en sors pas vraiment bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis en couple et je le vis plutôt pas bien du tout.

Informations supplémentaires ici.

Le téléphone sembla me brûler la main tellement je le l’avais lâché rapidement. Jamais James ne rentrait aussi tôt, alors pourquoi maintenant? Avait-il réalisé qu’il était allé trop loin? Ou alors il avait pressenti que j’étais partit? Quoi qu’il en soit, je ne voulais plus qu’une chose maintenant, c’était disparaître. Me cacher de tous ses regards qui pourraient éventuellement lui rapporter que j’étais ici, avec un homme. La panique me fit alors parler très rapidement, alors que j’allais dire que je ferais peut-être mieux d’y retourner ou encore d’aller voir la police directement et ce qu’ils me proposeraient pour m’aider, je finis plutôt par demander à Björn s’il était certain que je ne dérangerais pas. Décision prise rapidement sous la panique, je me dis que je ne pourrais pas être dans une plus mauvaise situation que maintenant. Si James me tombait dessus, j’allais en baver et la prochaine visite à l’hôpital serait pour quelque chose de beaucoup plus grave qu’une douleur aux côtes. Me répondant, il se leva et pointant mon téléphone, il le prit et le ferma, puis me dit que l’on ferait mieux de partir vu que James avait tenté de m’appeler et qu’il pourrait maintenant débarquer. Aussitôt sa phrase terminée, j’étais debout prête à fuir cet endroit. On sortit donc du café pour se diriger vers sa voiture ou après y avoir mis ma petite valise, il m’ouvrit la portière pour me faire monter. On roula un moment en silence, sortant du centre-ville et plus on s’éloignait, plus ma panique se calmait et que je respirais un peu mieux. Lorsqu’il se gara devant chez lui en me souhaitant la bienvenue, je restai stupéfaite un moment. La maison était gigantesque et mon regard allant sur lui, j’haussai un sourcil.

Tu vis seul ici? Je ne voudrais pas déranger ta famille?

Il avait beau m’avoir dit à quelques reprises que je ne dérangeais pas, je ne pouvais m’empêcher d’avoir cette impression. Par habitude peut-être… Descendant du véhicule, on entra et il me fit faire le tour avant de me conduire jusqu'à ce qui serait ma chambre. L’écoutant, je jetai un regard lorsqu’il se recula et fit un petit sourire.

Merci…

Me disant qu’il me laissait m’installer, je hochai doucement la tête et entrai dans la chambre en refermant la porte une fois qu’il fut reparti. M’asseyant sur le lit, je couvris mon visage de mes mains un moment avant de soupirer. Enlevant la capuche de ma veste, je l’enlevai lentement, grimaçant légèrement en sentant le petit tirement dans mes côtes. J’aurais aimé avoir ce talent qu’avait certaines filles pour cacher les ecchymoses avec du maquillage. Surtout celles sur mon visage et ma gorge, mais bon, faute de mieux, je tentai de remonter un peu le col de mon chandail, mais abandonna l’idée en soupirant. Je me changeai pour mettre au moins un chandail à manches longues afin de cacher un peu mes bras et après un moment sortit lentement de la chambre. Attiré par l’odeur de café, je me dirigeai à la cuisine et restai dans le cadrage de la porte, regardant Björn.

Je… Je peux en avoir une tasse?

C’était idiot, mais je n’avais pas vraiment envie de rester seule pour le moment. Trop de trucs me passaient en tête et me faisaient angoisser. Allant m’asseoir, je fis un faible sourire.

J’ai été chanceuse que tu ne travailles pas aujourd’hui et que tu puisses prendre mon message… Je… J’aurais dû retourner là-bas. Heu… Est-ce que tu aides toutes tes patientes comme ça ou j’ai de la chance?  

Limitiel
Messages : 75
Date d'inscription : 11/03/2023
Région : Québec
Crédits : google tout simplement je n'ai pas vue de créateur.

Univers fétiche : Réel
Préférence de jeu : Les deux
Valise 2
Limitiel
Dim 23 Avr - 1:59

Björn Jørgensen
J'ai 32 ans et je vis à New York, État-Unis. Dans la vie, je suis Urgentologue et je m'en sors Bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis Célibataire et je le vis plutôt bien.

Informations supplémentaires ici.
Après un trajet silencieux, mais confortable quand même , on arrivait finalement devant ma maison. Je sais qu’elle serait surement étonnée, vivre seul ici dans une si grande maison par moi-même semblais bizarre souvent pour le peu de gens qui savais ou je vivais on me l’avait souvent répété. Je ne pouvais pas les contredire, je sais que ça ne servait à rien que je prends ci grand mais pour avoir la paix et sans personne qui me dérange quand je suis ici ça en valais bien le coup!

Je vis seul oui, ne t’en fait pas tu ne pourras pas déranger personne. Il n’y a que moi et ma femme de ménage qui viens un peu à chaque jour mais sans plus.

Une fois sorti de la voiture, je lui fis faire un tour plutôt rapide de la maison, lui montrant les endroits importants pour elle de savoir pour le moment et si elle avait finalement besoin de savoir autre chose éventuellement j’allais pouvoir lui remontrer. J’avais congé les prochains jours heureusement alors si elle avait besoin de quoi que ce soit ce serais parfaitement le temps. Je lui offris un léger sourire sympathique quand je lui laissais le temps de s’installer. Je quittais sa chambre pour me rendre dans la cuisine. Je fis quelques appelle et finalement me fit couler du café. Celui de l’endroit où nous étions plutôt étais bien, mais pas aussi bon que celui que j’ai ici et je ne pense pas que je pourrais un jour me lasser du café. Je rangeais quelque truc et comme le café étais prêt, j’entendais la voix de la jeune femme. Je tournais le regard et rapidement je remarquais qu’elle avait changé un peu de vêtements, cherchant moins à se cacher maintenant. Peut-être ce sentait-elle déjà un peu plus en sécurité ici?

Bien sûr!

Je sortis deux tasses et nous en versais dedans. Je déposais les tasses sur le comptoir et sortais le plat de sucre et le lait, ne sachant pas comment Samantha buvais son café. Je pris place à mon tour au comptoir pour m’assoir juste à temps pour écouter ses paroles.

En fait je travaillais. Mais j’ai quitté. Mon quart de travaille tirais à sa fin et je trouvais important de venir te rejoindre comme tu demandais de l’aide. Je ne voulais pas risquer que tu changes d’idée alors j’ai fait au plus vite pour te rejoindre.

Je prenais une gorger dans mon café, regardant la jeune femme essayant de voir quelle réaction elle aurait à ma réponse. Je n’avais pas pu m’en empêcher en fait. Dès que j’ai eu son message, j’avais fait au plus vite.

Je n’offre pas souvent mon aide à ce point. Je ne sais pas, j’ai cru sentir avec toi que tu voudrais t'en sortir, je n’aime pas nécessairement perdre du temps avec des gens qui ne veulent pas réellement s’en sortir mais j’ai eu l’impression que toi, c’était différent.

Pourquoi? Je ne sais pas. J’avais simplement été incapable de ne pas lui donner mon numéro, de ne pas tenter tout ce que je pouvais pour la faire sortir de la et j’étais content de voir qu’elle avait fait appel à moi.

Si je me rappelle bien, tu n’as pas d’allergie n’est-ce pas? Quelque chose d’important à savoir pour le temps que tu seras ici?


Katou
Messages : 23
Date d'inscription : 01/04/2023
Région : Québec
Crédits : quelqu'un quelque part ;)

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Femme
Valise
Katou
Dim 23 Avr - 4:12

Samantha Daniel
J'ai 28 ans et je vis à New York. Dans la vie, je suis femme à la maison et je m'en sors pas vraiment bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis en couple et je le vis plutôt pas bien du tout.

Informations supplémentaires ici.

La maison devant laquelle Björn venait de se stationner était énorme et en la voyant, je lui demandai s’il vivait seul et si je dérangerais sa famille. Je sais… Je lui avais déjà demandé s’il était certain que je ne dérangerais pas, mais… L’habitude de ne pas vouloir prendre de place sûrement… Je fus surprise de savoir qu’il vivait seul avec seulement une femme de ménage qui passait un peu chaque jour. Sortant de la voiture, il me fit faire le tour de la maison, me montrant toutes les pièces qui pourraient me servir. Quoi que je me voyais mal aller nager dans la piscine avec toutes les marques que je tentais encore de cacher malgré le fait qu’il savait. Terminant par la chambre ou je pourrais m’installer pour la nuit, je le remerciai avant de fermer la porte après son départ. Je pris un instant pour me ressaisir en m’asseyant sur le lit et me passant la main sur le visage. J’espérais vraiment ne pas m’être mis dans une mauvaise situation. Je le connaissais à peine et je ne parvenais pas à comprendre pourquoi il se montrait aussi gentil avec une fille qu’il ne connaissait même pas. Qui sait ce qu’il voudrait en échange… Me reprenant, je finis par enlever ma veste et enfiler un chandail aux manches assez longues pour cacher mes bras. N’ayant malheureusement rien pour cacher les traces sur ma gorge ou au moins un talent en maquillage pour cacher celles sur mon visage, je finis par ressortir de la chambre en soupirant. La douleur, j’avais appris à l’endurer, mais le regard des gens par contre… J’avais toujours cette impression de me faire juger.

Retournant à la cuisine ou l’odeur de café me conduisit, je vis mon sauveur du jour occupé à ranger et doucement pour ne pas le faire sursauter je demandai en restant dans le cadre de porte si je pouvais en avoir une tasse. Allant m’asseoir après sa réponse, je lui fis un faible sourire en lui disant que j’avais été chanceuse qu’il prenne mon message à temps et puisse venir, lui demandant au passage s’il aidait toujours ses patientes comme il l’avait fait avec moi. Je me figeai en entendant sa réponse, mon regard allant dans le sien et le fouillant pour m’assurer qu’il ne se moquait pas de moi.

Je… Heu… Merci.

Baissant le regard, je fronçai un moment les sourcils.

Oui, j’aurais probablement changé d’avis si tu n’étais pas venu…

J’aurais pensé qu’au fond il s’en moquait. Je me serais probablement trouvé stupide de croire que quelqu’un s’en faisait réellement pour moi et était vraiment prêt à m’aider et je serais probablement resté là jusqu’à ce que… Qu’il soit trop tard. Je bue une gorgée de mon café, noir comme la nuit, alors qu’il répondait à ma question et relevant le regard, je lui fis un sourire triste en passant une main à ma gorge.

Il a fallu que ça aille loin avant que je me décide, mais… Oui. Je veux réellement me sortir de là, même si j’ai la frousse de ce qui va arriver ensuite.

Baissant le regard dans mon café, je le remontai en entendant sa question.

Non, aucune allergie et il n’y a pas grand chose à savoir sur moi… Mise à part que je suis une gaffeuse incroyable et que j’ai un véritable don pour attirer les problèmes.

Encore une fois, je fis un faible sourire avant de prendre une gorgée de café.

Je vais tâcher de ne pas t’embêter trop longtemps. Demain si ton ami policier peut nous donner les informations je vais faire en sorte de te laisser tranquille rapidement. Je… J’imagine que je vais devoir rapidement me décider pour si je porte pleinte ou non puisqu’ils vont devoir prendre en photo les marques si je ne me trompe pas…

Je me passai la main dans les cheveux en soupirant, me mettant à nouveau la pression et cherchant encore à savoir ce que je devrais faire.
Limitiel
Messages : 75
Date d'inscription : 11/03/2023
Région : Québec
Crédits : google tout simplement je n'ai pas vue de créateur.

Univers fétiche : Réel
Préférence de jeu : Les deux
Valise 2
Limitiel
Mar 2 Mai - 4:43

Björn Jørgensen
J'ai 32 ans et je vis à New York, État-Unis. Dans la vie, je suis Urgentologue et je m'en sors Bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis Célibataire et je le vis plutôt bien.

Informations supplémentaires ici.
La jeune femme refit son apparition dans la cuisine, elle avait changé de vêtement pour être un peu moins cacher. Elle portait quand même des manches longues donc je ne pouvais pas dire qu’elle portait quelques choses de très révélateur mais son visage était au moins un peu plus visible. Je lui tendais une tasse de café puisqu’elle en voulait une elle aussi. Avais-je donc affaire à une accro au café tout comme moi? Je sais que ce n’est pas très bon d’en boire autant je suis quand même bien placé pour le savoir, mais je ne pouvais quand même pas m’en empêcher. Je fus ensuite très honnête avec elle sur le fait que , quand elle ma appeler j’étais au travail mais que j’avais quitté, sentant qu’elle avait besoin que j’y aille maintenant sinon elle n’allait pas tenir. Elle me confirmait justement ma penser dans ses prochaines paroles.

Alors voilà, je savais que je devais me déplacer rapidement. Je suis content de l’avoir fait.

Mon travail est important dans ma vie, surement même la chose la plus importante depuis un bon moment maintenant et aider Samantha étais une prolongation de mon travail quand on y pense puisqu’elle avait quand même obtenu mon numéro lors d’un rendez-vous à l’urgence. Donc , il était totalement normal et responsable de m’occuper d’elle si on pouvait voir les choses ainsi. Le regard de la jeune femme devin triste un peu avant que sa main ne passe sur sa gorge.

Il n’y a pas de courage sans peur. Tu es courageuse d’être ici et je te promets que tu es en sécurité ici et que je ferais absolument tout en mon pouvoir pour te tenir en sécurité.

Je ne mentais pas. Je ne sais pas pourquoi , mais je savais que j’allais la tenir proche tant que je le pourrais simplement pour m’assurer que tout allait bien. Je sais que des gens de confiance, il y en as encore mais J’ai absolument confiance en moi , les autres toujours un peu moins.

Je note alors. Tu n’as pas eu de chance jusqu’à maintenant simplement, mais tu fais le bon choix pour que ça change maintenant.

Je ne sais pas pourquoi encore une fois, mais je sentais ce besoin de la rassurer, de la protéger comme si elle était cette pierre précieuse qu’on doit absolument prendre soins. Surement simplement vue ce qu’elle a vécu mais bon. Elle commençait à parler à nouveau, sacadement et rapidement. Sans réfléchir, je tendais une main pour prendre la sienne doucement pour la faire réagir et qu’elle ce calme.

Hey ne te mets pas de pression. Tu restes ici tant et aussi longtemps que tu le veux et que tu en as besoin. Pour les photos , ont peu les faire prendre directement demain mais prend le temps de bien réfléchir à ce que tu veux. Ne te stresse pas du tout.

Je la regardais légèrement avant de finalement regarder sa main dans la mienne, je retirais ma main de la , lui offrant un sourire.

Pardon, je ne veux pas m’incruster dans ta bulle.

Je lui souriais légèrement et je pris mon portable. Je parlais quelques secondes , demandant qu’on nous apporte de la nourriture. Un peu de n’importe quoi ne sachant pas les repas qu’e la demoiselle préfère. Je raccrochais ensuite et je reposais mon regard sur elle.

Si tu as envie d’avoir quoi que ce soit pendant que tu es ici , tu peu sois me le dire ou laisser une note sur le comptoir et le soir même tu l’auras.


Katou
Messages : 23
Date d'inscription : 01/04/2023
Région : Québec
Crédits : quelqu'un quelque part ;)

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Femme
Valise
Katou
Lun 8 Mai - 22:17

Samantha Daniel
J'ai 28 ans et je vis à New York. Dans la vie, je suis femme à la maison et je m'en sors pas vraiment bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis en couple et je le vis plutôt pas bien du tout.

Informations supplémentaires ici.
L’entendre me dire que j’étais courageuse me faisait étrange. Après tout, j’avais fuis… Cependant, je préférais ne pas relever, et plutôt répondre à sa question. Lui précisant que si je n’avais pas d’allergie, j’étais énormément gaffeuse et avait un don particulier pour m’attirer des ennuis. Je fis un petit sourire en entendant sa réponse.

J’espère…

J’avais toujours cette crainte quelque part de m’être mise dans une autre situation compliquée ou pire encore d’emmener un paquet d’ennuis à cet homme qui semblait réellement vouloir m’aider. Sans vraiment en avoir conscience, je me mis ensuite à parler rapidement, mes pensées allant encore à une vitesse folle dans ma tête. Je voulais simplement lui dire que j’allais tenter de ne pas l’embêter longtemps, mais je réalisai en même temps que si je voulais porter plainte, les policiers auraient besoin de preuve donc de clichés des nombreuses marques sur ma peau. Je me figeai cependant en sentant la main de Björn prendre la mienne doucement et après avoir jeté un regard sur celle-ci je remontai mes iris sur lui.

D’accord… merci.

Mon regard retournant sur nos mains, il retira doucement la sienne en s’excusant.

Ça va…

Pendant qu’il téléphonait, je gardais mon regard dans ma tasse un peu perdu dans mes pensées. Lorsqu’il raccrocha, je remontai mon regard dans le sien en l’entendant.

Je n’ai pas besoin de grand chose. Tout ce dont j’ai besoin est dans ma valise, mais merci.

Avoir envie de quelque chose… Je n’avais plus désiré quelque chose depuis bien longtemps en fait, me contentant de ce que j’avais pour éviter une prise de tête avec James. Je mangeais ce que lui aimait, je faisais ce que lui voulait et je m’habillais comme lui le voulait. Un petit sourire apparaissant sur mes lèvres, je riai doucement.

Je sais que j’adorais les fruits de mer avant, mais James étant allergique… Je ne me souviens même plus de ce que ça goûte je crois.

Riant doucement, je finis par plonger mon regard dans ma tasse à moitié bue.

Il y a beaucoup de choses en fait que j’aimais et que j’ai abandonnées à cause de lui. Mon travail, mes habitudes, avoir des amis… Être libre me semble presque terrifiant quand j’y pense. Travailler, vivre seule dans un appartement, avoir des choix. Ce qui peut finalement sembler banal aux yeux des autres ne l’est plus autant pour moi.
Limitiel
Messages : 75
Date d'inscription : 11/03/2023
Région : Québec
Crédits : google tout simplement je n'ai pas vue de créateur.

Univers fétiche : Réel
Préférence de jeu : Les deux
Valise 2
Limitiel
Mar 16 Mai - 5:34

Björn Jørgensen
J'ai 32 ans et je vis à New York, État-Unis. Dans la vie, je suis Urgentologue et je m'en sors Bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis Célibataire et je le vis plutôt bien.

Informations supplémentaires ici.
Je retirais rapidement mes mains de sur la jeune femme quand je réalisais que je la touchais. Je ne voulais pas entrer dans sa bulle, je sais qu’une femme ayant vécu ce qu’elle a vécu ne veux pas nécessairement qu’un autre homme la touche même si banalement. Je ne veux pas lui faire peur alors que je suis présent pour l’aider et rien d’autre. Je fis un appel rapidement pour qu’on me livre des trucs et je revenais vers la jeune femme.

L’offre est toujours présente vraiment, ne te gêne pour rien. Je veux que tu profites un peu pour respirer… Je sais que sa prendras du temps, mais ici tu es en sécurité.

Depuis je ne sais même pas combien de temps, elle devait répondre au caprice de cette homme qui ne la traitais pas correctement. Elle ne devait pas avoir pris de temps pour elle depuis bien longtemps. J’espérais que sa chambre et sa salle de bain complète allais lui permettre de mieux dormir et pourquoi pas de se prélasser dans un bon bain chaud sans avoir la crainte que ce crétin n’arrive et lui gâche ce moment. Elle reprit la parole et je l’écoutais attentivement.

Tu as de la chance , je n’ai pas d’allergie alors tu pourras y regoutter.

Je pris mon portable et envoyais un message rapidement. Je ne savais pas quoi lui faire manger pour le repas mais elle venait tout juste de me donner une bonne idée justement. Je la regardais pendant qu’elle parlait et qu’elle portait son regard uniquement vers son café.

C’est complètement normal. Tu auras besoin de temps pour te reconstruire après tout ce que tu as vécu. Une étape à la fois et tu parviendras à retrouver ce qui te fait plaisirs. Il faut simplement que tu sois prudent pour ne pas retourner dans une mauvaise situation. Tu dois te reconstruire en ajoutant d’être capable de mentionner quand les choses ne te plaisent plus.

Je lui offris un nouveau sourire, elle devait être capable de mettre fin à toute relation que ce soit amical , professionnel ou amoureuse si elle ne ce sentais plus bien dans cette relation. Comme on discutais au bout d’un moment, j’entendis ma porte d’entrée ouvrir.

Ah voilà le repas.

Je me levais pour aller chercher des assiettes et ustensiles, ma femme à tout faire arrivais avec des courses dans les mains. Je l’aidais a posé les sacs sur le comptoir et je ramenais le repas sur la table.

J’ai fait préparer des plateaux avec différent plats , fruits de mers et sushi. Deuxième étape de ta liberté, fait toi plaisirs avec de la nourriture que tu appréciais avant.

Je m’installais à nouveau à table avec elle, attendant de voir quel genre de réaction elle aurait.


Contenu sponsorisé
Help me if you can (ft Limitiel) (TW. violence conjugale)
Page 2 sur 3
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Sujets similaires
-
» Présentation de Limitiel
» A beating heart of stone [ft. Limitiel] TW sexe & drogues

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers réel :: Amérique du Sud-
Sauter vers: