Le Deal du moment : -38%
KINDERKRAFT – Draisienne Runner Galaxy Vintage
Voir le deal
27.99 €

Partagez
 
 
 

 Et un deux trois... un deux trois [ft. Anouchka]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 3869
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

allo

Et un deux trois... un deux trois [ft. Anouchka] Empty

Le contexte du RP
Mise en situation

La situation
Ils sont l'élite, les meilleurs des meilleurs d'Angleterre, voir même d'Europe. Leur vie est fait de travail, répétitions, souffrance pour pousser leurs corps et leur art au maximum de leur potentiel. C'est dans cette ambiance qu'ils vont se rencontrer....

Contexte provenant de cette [url=LIEN]recherche[/url]
Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 3869
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

allo

Et un deux trois... un deux trois [ft. Anouchka] Empty

GjLDhEAn_o.png
Hiro Turner
J'ai 17 ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis étudiant dernière année dans une académie de danse classique et je m'en sors bien. Sinon, à cause de  mes études, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Et un deux trois... un deux trois [ft. Anouchka] Paxton-darren

C'était toujours la même routine, tous les jours la même chose.

Le réveil sonnait à six heures du matin. Je me levais, m'étirant rapidement dans la chambre que je partageais avec Bradley, mon coloc. On se saluait rapidement avant de s'habiller. Un survêtement de sport pour être à l'aise puis on filait prendre un petit déjeuner, discutant de tout et de rien mais surtout des cours que nous allions avoir dans la journée, du spectacle de noel dont les sélections allaient bientôt commencer. Toujours plus ou moins le même petit déjeuner, des fruits frais, du muesli, de quoi tenir toute la matinée sans faire de graisse.

La matinée était consacrée au cours standard. Histoire qu'on n'oublie pas qu'on était dans une école avant tout, qu'on avait un diplome à passer à la fin de l'année. La plupart, pour ne pas dire la totalité, d'entre nous n'irait jamais à la fac. On se consacrerait entièrement à la danse, on ferait tout pour y arriver. Ce serait le cas pour peu d'entre nous, mais il était certain qu'on essaierait tous de réaliser notre rêve. On était là pour ça après tout. Je me concentrais quand même, essayant d'avoir les meilleurs notes possibles. Toujours être le meilleur, j'avais été élevé ainsi. Je ne pouvais me permettre d'avoir des notes médiocres. Bradley n'avait pas les même considérations que moi.

Puis le déjeuner, le même menu quasiment à chaque fois. La nourriture devenait une obsession pour pas mal de monde. Et le fait qu'on soit pesé régulièrement ne changeait rien à ça.

L'après midi on enchainait avec les cours de danse, le moment que l'on attendait tous. On donnait le meilleur de nous même, poussant nos corps à l'extrême. Il n'y avait que dans ces moments là que e me sentais parfaitement vivant. La musique se lançait et il n'y avait plus rien, rien que les notes m'emportant, mon corps suivant la musique, se tordant à la limite de l'humainement possible.

Le soir arrivé finalement. On se reposait enfin, détendant nos muscles endoloris par le traitement qu'on leur faisait subir. J'en profitais aussi pour réviser, décidé à ne pas me laisser distraire.

Normalement j'aurais fini par aller me coucher, écoutant Bradley me parlait de la dernière fille sur laquelle il craquait. Mais ce soir là ma petite routine avait été bouleversée.

"Hiro. Tu pourrais venir une minute?"

Je retirais mes écouteurs, relevant la tête du livre d'histoire que j'étais entrain de réviser. Sarah était notre gouvernante. En gros elle était chargé de veiller à ce qu'on ne fasse pas trop de conneries, qu'on ne foute pas le bordel dans les dortoirs, qu'on ne se cache pas pour batifoler comme elle le disait si bien. J'étais dans notre salle commune, plongé dans mes révisions quand elle était arrivé à ma hauteur, accompagné d'une jeune fille d'environ mon âge.

"Je te présente Analia. Elle est nouvelle ici. Je compte sur toi pour lui faire visiter, lui montrer sa chambre."

- Oui bien sur.

Je rangeais mon livre avec un faux sourire. Comme si je n'avais que ça à foutre. J'avais passé la journée en cours ou à m'entrainer. J'avais des douleurs un peu partout et surtout une seule envie c'était de m'écrouler dans mon lit pour dormir. Mais ouais bien sur, j'allais faire son boulot à sa place, accueillir les nouveaux élèves alors qu'accessoirement c'était à elle de veiller sur nous.

- Suis moi.

Je me levais et l'entrainais avec moi. Je passais rapidement dans les différentes parties de l'institut. Je lui présentais les salles de cours, les salles de répétition, le réfectoire avant de revenir dans nos dortoirs. Je ne parlais que de ce que nous étions entrain de visiter, ne lui posant aucune question sur elle même. Je m'arrêtais finalement à l'entrée du dortoir des filles.

- Voilà... ta chambre est par là, la deuxième sur la droite. De ce côté là c'est le dortoir des garçons. Je suis obligé de te le dire sinon Sarah me fera une crise. Interdiction pour les filles d'aller dans le dortoir des garçons et inversement. Les portes des chambres doivent rester ouvertes dans la journée afin qu'elle puisse nous surveiller. Extinction des feux à 22h et tout le monde dans sa chambre.

Comme si ça avait jamais empêché qui que ce soit d'enfreindre son règlement.

- Des questions?


Revenir en haut Aller en bas
 
Anouchka
Anouchka
Féminin MESSAGES : 46
INSCRIPTION : 09/12/2020
ÂGE : 33
CRÉDITS : moi-même

UNIVERS FÉTICHE : Harry Potter, Stargate
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t4282-anouchka#89517 https://www.letempsdunrp.com/t4292-les-idees-d-anouchka https://www.letempsdunrp.com/t4294-les-rps-d-anouchka https://www.letempsdunrp.com/t4558-les-personnages-d-anouchka
Noob

Et un deux trois... un deux trois [ft. Anouchka] Empty

p6HWYfVn
Analia Carmen de la Serna
J'ai 17 ans et je vis à Londres, Royaume-Uni (Angleterre). Dans la vie, je suis étudiante en dernière année en école de danse et je m'en sors bien. Sinon, parce que dans ma vie il n’y a de la place que pour la danse, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Informations supplémentaires ici.

Je suis née à Puerto Madryn, en Argentine. J’ai commencé à m’intéresser à la musique et la danse toute petite. J’ai donc appris à jouer de la guitare, de la flûte de pan et à chanter. Et j’ai commencé la danse classique à l’âge de 6 ans. Deux ans plus tard, je passais des auditions à Buenos-Aires et y entrais dans une école de danse classique. J’y étais en pensionnat, mes parents vivant toujours en Patagonie. Mon rêve serait de parvenir à devenir danseuse étoile. Et pour cela, je suis prête à donner tout ce que j’ai, tant que ça n’implique pas de marcher sur les pieds des autres.
L’hiver dernier – enfin, l’hiver, là-bas, en Argentine, alors que j’étais chez mes parents pour quelques jours, un incendie s’est déclaré. Pour protéger ma petite sœur, Clara, ma mère a été brûlée au troisième degré et ils n’ont pas pu la sauver à l’hôpital… Quant à mon père, il s’est assuré qu’on ressorte tous de là, mais lui… Il est resté prisonnier des flammes. C’est ma tante, Catherine dite Cathy, la sœur de maman, qui nous a recueillies, Clara et moi, à Londres et a fait en sorte que je puisse intégrer cette école. Oh, oui, j’aurais pu demander mon émancipation, vu mon âge, mais je suis très attachée à Cathy depuis l’enfance et je suis heureuse qu’elle soit auprès de nous. Ah et j’ai appris l’anglais depuis ma plus tendre enfance et le parle donc couramment, sans accent. Seulement, j’ai la manie de glisser des « che » dans mes phrases.
Au mois d’août, soit au cœur de l’hiver argentin, on ne savait pas comment ni pourquoi, en pleine nuit, un incendie s’était déclaré chez les de la Serna. Ils dormaient profondément et avaient sans doute un peu trop tardé à s’en apercevoir. Toujours est-il que Felipe, le père, avait tout donné pour permettre aux siens de s’en sortir. La petite Clara s’était retrouvée bloquée par des poutres qui s’étaient écroulées et s’enflammaient. N’écoutant que leur courage, les parents l’avaient sortie de là, la mère, Ofelia, avait joué les remparts contre les flammes pour sortir la petiote de là. Et Analia avait assisté à ce spectacle, impuissante. Elle n’avait été brûlée que superficiellement et Clara s’en était sortie indemne physiquement parlant. Ofelia, elle, avait été brûlée au troisième degré et, à l’hôpital, ils ne parvinrent pas à la sauver. Quant à Felipe, il s’était retrouvé prisonnier des flammes et n’avait jamais pu en ressortir vivant. Les deux sœurs se retrouvaient donc orphelines. Avisée de la situation, Catherine, la sœur d’Ofelia, était venue chercher ses nièces à Puerto Madryn pour les emmener à Londres, là où elle vivait, s’efforçant de leur apporter tout ce qu’elle pouvait. Elle avait donc fait des pieds et des mains pour permettre à Analia de continuer ses études de danse dans la meilleure école d’Angleterre. La direction avait fini par accorder une audition où l’argentine avait fait ses preuves. C’est ainsi qu’elle intégra cette école et c’est pourquoi elle arriva ainsi en dernière année. Ce fut donc un soir qu’elle pénétra sur les lieux avec ses affaires pour l’année.

Analia avait été accueillie par une certaine Sarah, qui était en charge de veiller sur les étudiants de danse de l’école. Et c’était cette femme qui avait demandé à un jeune homme qui devait avoir à peu près le même âge qu’elle de lui faire visiter les lieux.

« Bonsoir… Hiro, c’est ça ? Enchantée de faire ta connaissance » lui dit-elle.

Elle avait vu le sourire du jeune homme ainsi que le fait qu’il rangeait son livre d’histoire. Elle s’était rendue compte que son attitude sonnait faux.

Elle le suivit dans ajouter un mot, mais se montra attentive à tout ce qu’il lui montrait et expliquer, s’efforçant d’en mémoriser le maximum.

« Non, je ne pense pas. Pas pour le moment en tous cas. Et puis, tu as sûrement besoin de prendre un peu de temps pour te détendre ou te reposer si ce n’est pour continuer à étudier ton histoire. » répondit-elle.

Puis, après un bref silence, elle ajouta :

« Che, merci de m’avoir montré les lieux. »




"Whoever saves one life saves the world entire"

"De la musique avant toute chose"
Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 3869
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

allo

Et un deux trois... un deux trois [ft. Anouchka] Empty

GjLDhEAn_o.png
Hiro Turner
J'ai 17 ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis étudiant dernière année dans une académie de danse classique et je m'en sors bien. Sinon, à cause de  mes études, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Et un deux trois... un deux trois [ft. Anouchka] Paxton-darren

J'avais fait mon devoir. Je lui avais fait visité les parties principales de l'école, sans grand enthousiasme. Le plus simple pour tout le monde c'était qu'elle retrouve la fille avec laquelle elle partagerait sa chambre et que cette dernière s'occupe d'elle. Pourquoi est ce qu'il avait fallu que ça tombe sur moi? Être le premier de cette classe ne faisait pas de moi le guide et le mentor attitré de tout le monde. Justement, si je voulais rester au top, être le meilleur des meilleurs, je devais m'entrainer et réviser intensément et ne pas jouer la nounou pour les petites nouvelles.

Je la saluais une fois notre tour terminé avant de retourner dans ma chambre. Comme prévu, mon coloc était déjà là. Il ne tarda pas à me parler, mais pas vraiment de ce que j'avais cru.

"C'est qui la fille qui était avec toi? C'est une nouvelle? Ouhhh un peu de renouveau ça ne fait pas de mal. Puis elle est franchement pas mal tu ne trouves pas? Allez raconte Hiro. Dis moi tout sur elle."

Je haussais vaguement les épaules alors que je me préparais pour me mettre au lit. Il semblait beaucoup plus excité que moi par son arrivée. Moi je m'en moquais complètement. Elle, et les filles même en général, n'étaient clairement pas ma priorité. Ce n'était pas en m'éparpillant ainsi, en perdant mon temps avec le sexe opposé que j'allais réussir à percer un jour.

- Elle s'appelle Analia.

"Et c'est tout? Tu ne peux pas m'en dire plus que ça? D'ou elle vient? Qu'est ce qu'elle fait ici? Est ce qu'elle est célibataire?"

Je soupirais avant de me glisser sous mes draps.

- Tu n'auras qu'à lui demander ça toi même. Mais elle est pas d'ici ça c'est sur. Elle parle bizarrement.

Nouvel haussement d'épaules quand je repensais à elle.

- C'est vraiment pas mon genre. T'as qu'à tenter ta chance.

Je m'installais dans mon lit, le laissant éteindre la lumière. Il continuait de s'exciter tout seul dans son coin, parlant de la meilleure façon dont il pourrait s'y prendre pour la séduire. Moi je ne tardais pas à m'endormir, épuisé par ma journée pour réussir à garder les yeux ouverts.

Puis le lendemain recommença avec la même routine. Le lever, le petit déjeuner, les cours.. Je ne prêtais pas attention à la nouvelle, restant dans ma bulle pour me concentrer sur les cours. Je savais qu'il était important d'avoir mon diplome également. Déjà parce que ma mère me tuerait si je n'y arrivais pas, mais aussi pour avoir une seconde option si dans le pire des cas je n'arrivais pas à percer dans la danse.

Puis le déjeuner et enfin la partie intéressante de la journée. On pouvait sentir l'excitation dans toute notre classe. Les cours du matin n'intéressaient pas grand monde, mais la danse... nous étions tous là pour ça. On commença par s'échauffer avant de rejoindre la barre pour les premiers exercices. Une heure plus tard nous étions tous assis un peu partout dans la salle, regardant les profs nous montrer l'enchainement que nous devrions faire à deux.

- Et je vous conseille d'être parfait. Nous choisirons à partir de cet exercice ceux d'entre vous qui participeront au gala d'hiver.

Autrement dit, l'occasion parfaite pour se faire repérer par des grandes compagnies. Tout le monde allait se battre pour avoir le premier rôle et avoir la chance de se faire engager. La prof donna les noms des binômes. Je m'attendais à être avec ma partenaire habituelle, la meilleure danseuse de notre classe mais le destin en décida autrement.

- Et pour finir, Hiro et Analia.

Je me levais, l'air franchement énervé, avant de rejoindre la nouvelle. Je ne la connaissais pas mais surtout je ne connaissais pas sa façon de danser. J'avais peur de me retrouver avec une empotée qui me ferait perdre toutes mes chances d'avoir le premier rôle. Et je ne me gênais pas pour le lui faire comprendre en la rejoignant.

- Je te préviens... tu as intérêt à être à la hauteur. Ce gala c'est notre chance à tous de décrocher un bon boulot à la sortie de cette école...


Revenir en haut Aller en bas
 
Anouchka
Anouchka
Féminin MESSAGES : 46
INSCRIPTION : 09/12/2020
ÂGE : 33
CRÉDITS : moi-même

UNIVERS FÉTICHE : Harry Potter, Stargate
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t4282-anouchka#89517 https://www.letempsdunrp.com/t4292-les-idees-d-anouchka https://www.letempsdunrp.com/t4294-les-rps-d-anouchka https://www.letempsdunrp.com/t4558-les-personnages-d-anouchka
Noob

Et un deux trois... un deux trois [ft. Anouchka] Empty

p6HWYfVn
Analia Carmen de la Serna
J'ai 17 ans et je vis à Londres, Royaume-Uni (Angleterre). Dans la vie, je suis étudiante en dernière année en école de danse et je m'en sors bien. Sinon, parce que dans ma vie il n’y a de la place que pour la danse, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Informations supplémentaires ici.

Je suis née à Puerto Madryn, en Argentine. J’ai commencé à m’intéresser à la musique et la danse toute petite. J’ai donc appris à jouer de la guitare, de la flûte de pan et à chanter. Et j’ai commencé la danse classique à l’âge de 6 ans. Deux ans plus tard, je passais des auditions à Buenos-Aires et y entrais dans une école de danse classique. J’y étais en pensionnat, mes parents vivant toujours en Patagonie. Mon rêve serait de parvenir à devenir danseuse étoile. Et pour cela, je suis prête à donner tout ce que j’ai, tant que ça n’implique pas de marcher sur les pieds des autres.
L’hiver dernier – enfin, l’hiver, là-bas, en Argentine, alors que j’étais chez mes parents pour quelques jours, un incendie s’est déclaré. Pour protéger ma petite sœur, Clara, ma mère a été brûlée au troisième degré et ils n’ont pas pu la sauver à l’hôpital… Quant à mon père, il s’est assuré qu’on ressorte tous de là, mais lui… Il est resté prisonnier des flammes. C’est ma tante, Catherine dite Cathy, la sœur de maman, qui nous a recueillies, Clara et moi, à Londres et a fait en sorte que je puisse intégrer cette école. Oh, oui, j’aurais pu demander mon émancipation, vu mon âge, mais je suis très attachée à Cathy depuis l’enfance et je suis heureuse qu’elle soit auprès de nous. Ah et j’ai appris l’anglais depuis ma plus tendre enfance et le parle donc couramment, sans accent. Seulement, j’ai la manie de glisser des « che » dans mes phrases.
Analia découvrit donc celle qui serait sa colocataire de chambre, plus posée qu’elle, rat de bibliothèque – c’était simple à voir, il y avait des livres partout dans la chambre, à ne plus savoir où mettre les pieds -.

« Bonjour, je m’appelle Melody. Comment vas-tu ? Bienvenue ici au fait ? Tu viens d’où?
- Enchantée, Melody. Je m’appelle Analia. Je vis chez ma tante actuellement, mais je suis née en Argentine. Tu aimes lire ? Tu lis quoi en ce moment ? »

Elle avait éludé la question du comment elle allait, tout comme elle en éluderait sans doute bien d’autres avec un peu tout le monde.
En guise de réponse, avec un sourire, sa colocataire lui montra sa lecture, un best-seller du moment.

Mélody était aussi amatrice de potins, de sorte qu’ayant remarqué que c’était Hiro qui lui avait fait les honneurs de la maison, elle l’informa tout de suite, dès le premier soir, de la rumeur qui circulait à son sujet, qu’il était gay.

« Grand bien lui fasse si c’est le cas. Non, sérieusement, ça le regarde, les histoires d’amour que ce soit celles des autres ou pour moi, ça ne m’intéresse pas pour le moment. C’est lui qui m’a présenté les lieux parce qu’on le lui a demandé, notre relation s’arrête actuellement là. De toute façon, on ne se connaît pas vraiment. » avait-elle répondu.

Donner ces informations lui permettait de mieux fuir les sujets qu’elle ne voulait pas aborder. Et puis, si elle voulait s’intégrer, il fallait bien qu’elle alimentât un peu la curiosité de ses camarades, elle le savait. Puis, elle reprit la conversation :

« Et toi, tu as toujours vécu à Londres ? Tu fais de la danse depuis combien de temps ?
- Oui, je suis née ici et je pratique la danse classique depuis mes trois ans »

Elles avaient ainsi continué à discuter, puis s’étaient couchées. Ana avait soigneusement mené sa barque de manière à éviter toutes les questions qui pouvaient fâcher, à n’aborder aucun point sensible pour elle.

Le lendemain, Mélody continua à donner des informations, qu’elle jugeait pertinentes, à l’argentine sur l’école, les professeurs, les autres élèves. En cours, Ana leva quelques fois la main, elle aurait pu le faire plus souvent, mais elle ne tenait pas à se faire excessivement remarquer. Montrer qu’elle était studieuse, qu’elle avait des connaissances, faire avancer les cours, c’était une chose, être la seule à parler en était une autre et elle ne se voyait vraiment pas agissant ainsi. Elle avait cependant hâte de voir par elle-même ce que donnaient les cours de danse ici.

Enfin, ce moment de la journée arriva. Et Ana fut encore plus attentive que le matin, si c’était possible.
Avant de venir, la jeune fille s’était renseignée sur cette école, elle savait donc également que participer au gala d’hiver était une façon de se faire repérer. Et puis, elle aurait pu le deviner par elle-même, le fonctionnement étant assez classique dans son genre, vu leur niveau d’étude de la danse.

Elle remarqua l’énervement d’Hiro lorsqu’on les mis ensemble. Elle devait admettre que personne ici ne connaissait son niveau et qu’être la nouvelle, arriver « en cours de route » par rapport aux autres la desservait. Donc elle ne pouvait pas en vouloir à son partenaire d’avoir des a priori sur le sujet.

« Je me doute pour ce gala. Et je tiens autant que toi, autant que vous tous à réussir dans le métier. Je sais que ça ne sera pas le cas de tout le monde, que tu ne m’as jamais vue danser. Même si je suis arrivée plus tard, comme vous tous, j’ai passé une audition pour rentrer. Je vais vous montrer de quoi je suis capable et faire de mon mieux ne sera pas encore suffisant même de mon point de vue » lui assura-t-elle.

Cela ne servait à rien de lui dire que là-bas, en Argentine, à Buenos-Aires, dans sa promo de l’école, elle était la meilleure. Elle était parfaitement consciente que malgré le niveau exigé là-bas, ça ne voudrait rien dire ici ni pour les professeurs ni pour les élèves. Cela serait à elle de continuer de faire ses preuves, chaque jour et chaque minute.

Elle se concentra, faisant de son mieux pour paraître ne faire aucun effort, que chaque geste soit fluide, tout en allant jusqu’au bout, avec grâce. Souriante, expressive, comme on le lui avait appris. En rythme et avec une technique qui fleurtait avec la perfection. Ce qui méritait encore du travail, et pour cause, c’était tout ce qui était du domaine du « apprendre à faire confiance » à son partenaire, à anticiper le moindre de ses mouvements comme par télépathie.


"Whoever saves one life saves the world entire"

"De la musique avant toute chose"
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


Et un deux trois... un deux trois [ft. Anouchka] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Et un deux trois... un deux trois [ft. Anouchka]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» (2f) un jeune militaire désorienté par deux femmes ou plutôt trois.
» Rarement un, jamais deux, toujours trois ! [ft. Lullaby & Soreaas]
» Un, deux, trois, quatre.. cinq personnages dans ma tête. Au moins.
» La philosophie est une pizza | Anouchka
» Anouchka

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Pour s'amuser :: Univers réel :: Europe-
Sauter vers: