Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues qui tu veux, quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
» Le relèvement d'Honoria (ft. Rein)
L'ascension des dragons - feat.  Mad Max  - Page 3 EmptyAujourd'hui à 18:48 par Rein

» De l'amour à la haine, il n'y a qu'un pas (avec Rein)
L'ascension des dragons - feat.  Mad Max  - Page 3 EmptyAujourd'hui à 18:17 par Clionestra

» Can't Get You Out of My Head (avec Rein)
L'ascension des dragons - feat.  Mad Max  - Page 3 EmptyAujourd'hui à 17:05 par Rein

» Silicon Heart ft. Lexis
L'ascension des dragons - feat.  Mad Max  - Page 3 EmptyAujourd'hui à 16:58 par Ananas

» « Connais ton adversaire, connais-toi, et tu ne mettras pas ta victoire en danger. »
L'ascension des dragons - feat.  Mad Max  - Page 3 EmptyAujourd'hui à 16:02 par Stormy Dream

» "Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour" - Ft. Charly
L'ascension des dragons - feat.  Mad Max  - Page 3 EmptyAujourd'hui à 16:01 par Charly

» Raven and Bones
L'ascension des dragons - feat.  Mad Max  - Page 3 EmptyAujourd'hui à 15:08 par Lexis

» Briseur de Confiture
L'ascension des dragons - feat.  Mad Max  - Page 3 EmptyAujourd'hui à 14:50 par Jambreaker

» Un frère éloigné vaut moins qu'un voisin (avec Lexis)
L'ascension des dragons - feat.  Mad Max  - Page 3 EmptyAujourd'hui à 14:47 par Lexis

-16%
Le deal à ne pas rater :
Mini Frigo Xbox Series X (4,5 L, 8 canettes)
56.99 € 67.99 €
Voir le deal

LE TEMPS D'UN RP

L'ascension des dragons - feat. Mad Max

Pyramid Rouge
Messages : 852
Date d'inscription : 23/12/2019
Région : Derrière toi.
Crédits : Jibaro- Love death & robots

Univers fétiche : Silent Hill/ Horreur
Préférence de jeu : Les deux
PYRAMID ROUGE
https://www.letempsdunrp.com/t4946-poupee-russe https://www.letempsdunrp.com/t4944-repertoire-pyramidale https://www.letempsdunrp.com/t6449-silent-hill-en-cours-de-recherche https://www.letempsdunrp.com/t3510p10-le-parallelogramme-incongrue
Pyramid Rouge
Mar 21 Déc - 21:27
0b655f96a72e40b42b8e1fedb78bcc88.jpg
Eamon

Tethras

J'ai 41 ans et je vis sur la route avec Azura Vaelarys dans tout Thadeas. Dans la vie, je suis Dragonnier . Sinon, grâce à mon caractère et mon expérience, je suis habilement compétent à mon plus grand bonheur.


-Natif du pays du vent (peuple blanc)
-Née à  Anamemos
-Est le dernier dragonnier
-Aime : les dattes, le froid, la solitude, les dents d’animaux, l’odeur de la pluie
-Déteste : avoir chaud, être blessé, les chats, les pipelettes, l’eau

L'ascension des dragons - feat.  Mad Max  - Page 3 Original
L'ascension des dragons - feat.  Mad Max  - Page 3 InsignificantLegalGalah-max-1mb
Netflix
Un cri si fort et si audible ne pouvait provenir que de la seule personne dont il ne voulait pas que ce cri vienne : Azura. Tout a coup, des sueurs tiède venait habiller son front. Un frisson parcouru son dos jusqu’à l’échine de sa nuque faisant se tendre son corps quelque peu encore endoloris. Fermant les yeux, il regretta une nouvelle fois son choix. A vrai dire Eamon se rendait compte que ses années de solitude l’avait réellement affaiblis. Depuis son accident il avait cessé de croire un temps soi peu en lui. La moindre miette d’admiration a son égard était si impossible. La vérité dans tout cela c’est que le dragonnier avait peur, il était mort de trouille a l’idée d’échouer une nouvelle fois. Mais son feu intérieur était-il réellement éteins ? Dans son cœur il entendait encore le raisonnement timide des crépitements de la flamme qui l’animait. Timide certes mais pas disparu. Il n’avait que besoin d’un grand vent orageux pour sentir son cœur s’enflammer de nouveau. Ce cri c’était comme un coup de tonnerre : bref, sourd, soudain, surprenant et terrifiant. Cela l’avait ramené à la réalité. Ainsi tout épris d’une énergie nouvelle il ne pu s’empêcher bien longtemps de pister la trace de la jeune femme qu’il avait lâchement abandonner.

Marchant dans la végétation humide et urticante, il avait obtenu grâce à Zembidja de grandes connaissances sur cette île. Et il fallait dire que dans les faits, elle était encore plus terrible que tout ce que l’on pouvait en dire sans la voir. Se déplaçant avec difficulté il s’affairait à rester des plus furtif pour ne pas tomber sous le joue des Ahzt natif sauvage de l’île, c’est en cela qu’il s’était barbouillé les cheveux et la figure d’une terre argileuse le protégeant des serpent, des insectes et des natifs. Au milieu de toute cette boue grisâtre brillait ses yeux d’ambre aux teintes de citrines. Le regard perçant chaque son, chaque odeur, chaque mouvements autour de lui devait être un indice de plus pour retrouver Azura car son temps était compté. Effectivement les Azhts étaient ingénieux et avait mis au point un liquide neurotoxique lent à partir d’extraits de mucus de grenouilles colorées. Ce poison lent engourdissait le cerveau puis le cœur de leur victime. Ce poison était si expérimental et différent en fonction des différentes grenouilles qu’il était difficile d’en trouver le bon antidote, il y avait un facteur chance inévitable. Plus l’antidote était administré rapidement, à son paroxysme il pouvait être efficace.

C’était là les informations qui venait à la fois stresser et motiver l’ancien héros. Bien décidé à la retrouver pour au moins la laisser avec la vie sauve il repensait un peu à la peine de Zembidja. Il n’avait aucune affection pour Maekar, le père d’Azura, mais l’idée qu’il puisse faire du tord à sa fille le gênait beaucoup. Il avait été idiot. Idiot de la laisser seule sans son aide sur une île qui lui était totalement inconnu. Sa culpabilité était t-elle qu’il ne pouvait s’empêcher de froncer les sourcils. Le temps filait mais il ne pouvait pas le compter. Quelque part c’était une chance car cela le rendrait plus fou encore qu’il ne l’est déjà. Après quelques temps sans savoir combien il réussi a se rendre assez proche du camp natif pour voir en plein milieu de la place Azura, attachée sur un piqué dans une posture de fatigue et de délire psychique. A la vu de cela la colère monta encore dans le ventre du dragonnier, comme un feu grondant. Mettant au point une stratégie d’approche il mis un petit moment a trouver le bon axe d’attaque et le plus discret pour extirper son élève d’ici.

Seulement une fois arriver au bon endroit, des gardiens vinrent chercher la jeune femme pour l’emmener ailleurs sans qu’il ne sache où. Une sensation étrange vint bientôt s’ajouter à son comportement perplexe. Une odeur, un son, toute une sensation qu’il ne s’expliquait pas, comme si quelque chose qui lui avait été arraché était tout proche. Alors même qu’il prêta attention à cette étrange sensation qu’il entendit un hurlement. Un hurlement trahissant des râles de peurs de dragons. Et pas n’importe lequel…

A ce son Eamon se stoppa et sa vision de brouilla dans un flou larmoyant. Ses paupières inondée prête à débordé il ne lâcha pas une larme mais ravala sa salive en sentant ses mains trembler un peu. Une lourdeur vint peser dans son estomac et aux nouvelles salves de râles de la bête cela fut le couronnement de la douleur qui venait perçait largement son muscle cardiaque. Se tenant la poitrine il sent un soulagement mais aussi une colère monter. Rapidement tout défila dans sa tête et il comprit qu’elle était là, elle s’était échouée ici et avait été emprisonnée… Asservit à ce peuple aux croyances marginales. Rien que d’imaginer la souffrance dans laquelle il l’avait laissé patauger pendant des années il sentait la rage venir le déposséder de sa raison. Se levant il se dressa comme un éboulement vers la montagne d’où provenait les cris. Plus il se rapprochait plus il l’entendait distinctement gémir et l’appelait. Cela lui fendait le cœur et le précipitait plus encore dans sa marche vers la geôle de pierre de son fidèle acolyte. Sans se l’avouer il avait un peu oublié Azura si oppressé par cette découverte plus affreuse encore que son enlèvement. Une fois sur la montagne il se glissa dans une crevasse pour découvrir l’étendu du massacre. Mangheal, son dragon, sa jumelle, l’élongation même de son âme était devenu aussi blême que la neige. Ses écailles autrefois dorés avait pris une teinte si pâle qu’on aurait dit un autre dragon. Ses griffes étaient broyées et ses ailes déchirées par endroits… Ses yeux autrefois jaunâtre n’était que l’ombre d’eux mêmes. Parsemées de cicatrices elle était si grosse qu’elle ne pouvait pas tendre ses ailes.
Devant elle il s’agenouilla et se mit a pleurer.

-Mangheal… Je. Je suis là. Je te demande de me pardonner pour t’avoir laisser ici toutes ses années… Je te pensais morte au fond de l’eau.

Le dragon semblant un peu hostile elle hurla à la figure du dragonnier dans un hurlement de colère. Face à cela Eamon ne bougeant pas et plissa légèrement les yeux à cause du vent de colère que projetait la gueule de la bête. Après un petit temps le dragonnier pu s’approcher d’elle et la toucher. Il lui fallu un petit temps avant qu’il ne puisse remonter sur son dos. Les retrouvailles forte en émotions il s’en rappela de sa mission première ce qui le poussa à essayer de s’envoler, seulement Mangheal avait peur. Elle était terrifiée, fatiguée et blessée…

On a rien sans rien, à force de travail, à force de fusion de leurs âmes le dragons reprend le courage et brise les pierres formant sa prison faisant jaillir un soufflet de feu puis deux et encore d’avantage. Ses cris raisonnait sur toutes l’île mais maintenant il s’agissait de cris de colère. Bien décidé à récupérer Azura en survolant l’île, la tâche serait plus aisée. Reprenant ses marques dans les airs le vol est d’abord maladroit mais il ne faut que peu de temps a l’animal pour laisser place à l’adrénaline de la libération. Brûlant quelques sillons d’arbres par colère, la forêt est si danses que dans quelques années a peine la trace laissé par Mangheal serait ensevelit de jeunes pousses… Peu importait. Il fallait retrouver Azura et vite. Survolant l’île avec hargne Eamon vit bientôt la jeune femme laissé pour morte sur l’arrête du mont duquel ils ont jaillit plus tôt. Récupérant Azura et la tenant dans ses bras, le cape du dragon se porte sur le pays du vent… Pendant le vol Eamon n’avait cessé de tenir Azura dans ses bras, lui donnant une purée de plante qu’il avait pré faite dans la forêt en prévision de ce moment. La regardant évanoui dans ses bras il pu distinguer avec quel finesse dame nature avait sculpté ses traits. Se surprenant a sourire en admirant en silence sa beauté une fois arrivée dans son ancien village qu’il pensait désert il est surpris d’y voir de la fumée trahissant la présence d’un grand feu de camp et un feu de forge…

De surprise en surprise il n’y a pas le temps de réfléchir. Se réfugiant dans une grotte non loin de son village natale qui aurait dû être désert il prend soin d’installer Azura au chaud, lui prodiguant l’antidote qu’on lui avait appris a faire. Espérant qu’il agissent désespérément il ne quittait pas son chevet malgré sa curiosité grandissante concernant son village natal théoriquement rasé de la carte… Allant chercher du bois il perdait espoir et pris le temps de sortir prendre l’air pour aller chercher du bois. Il s’en voulait. Maintenant qu’il avait retrouvé Mangheal il perdait un autre allier de poids… L’antidote mettant du temps a agir, cela faisait déjà 2 jours qu’ils étaient là. La grotte fermement gardé par Mangheal qui bouchait littéralement l’entrée tandis qu’un feu réconfortant crépitait à l’intérieur pour éclairer d’une lueur orangé les pierres. Allant chercher du bois il s’était assis dans la neige et désespérait. Il hésitait a demander de l’aide au village… Il n’osait pas prononcer son nom. Autour de son cou la jeune femme portait maintenant un collier avec un pendentif en bois sculpté représentant un ours.

Mad Max
Messages : 349
Date d'inscription : 06/05/2021
Région : Centre-Val de Loire
Crédits : Mad Max (signature : magma)

Univers fétiche : De tout
Préférence de jeu : Femme
Sabrina
Mad Max
Lun 17 Jan - 18:38
1yw0.png
Azura Vaelarys
J'ai 26 ans et je vis partout et nul part à la fois. Dans la vie, je suis princesse des Terres de l'orage, du moins je l'étais avant que la guerre n'éclate dans mon pays et me condamne à fuir, abandonnant ainsi mon titre. Je m'en sors difficilement. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je m'en moque.

W a  r r i o r.  
Watch me, I will go
to my own Sun.
And if I am burned by its fire,
I will fly on scorched wings.


La Belliqueuse.

Dernière enfant de la dynastie royale des Vaelarys, Azura a reçu une éducation propre à son rang, incluant ainsi l’apprentissage des arts tels que la musique ou la poésie ou encore la finance et la culture. Loin d’être une élève studieuse et manuelle, son intérêt s’est toujours porté vers les armes et le combat.

Son père a cédé à ses caprices durant son adolescence, en lui accordant un peu de temps libre pour qu’elle puisse apprendre à manier différentes armes comme l’épée, l’arc ou la lance...bien que cela soit une entorse à leurs traditions ancestrales. Elle n’en reste pas moins une grande novice dans l’art du combat, puisque ses entraînements demeuraient rares et peu techniques.

Azura est une femme audacieuse, dévouée et pugnace. Elle a toujours considéré que son devoir se trouvait au sein de l’armée, et non en épousant un quelconque aristocrate en échange de quelques terres. Mais l’enfant des Vaelarys est également impatiente, bornée et orgueilleuse. Depuis le trépas de sa famille, son être est rongé par la rancœur. Elle n’a dorénavant d’yeux que pour la vengeance...quitte à courir aveuglément à sa perte.

L'ascension des dragons - feat.  Mad Max  - Page 3 T0rf


jfa2.gifWarriors don't show their hearts until the axe reveals it.

Le bruit assourdissant des tambours palpitait dans ses oreilles. Des éclats de rires et de voix se mélangeaient, résonnant tout autour d’elle, se mêlant à la cacophonie ambiante. Azura n’entendait plus que ça. La tumulte l’étourdissait tant et si bien que son corps était traversé par d'innombrables frissons, lui faisant l’effet d’un millier d'insectes parcourant sa peau. Les ricanements s'intensifiaient. Les tambourinements s’amplifiaient. Les sons se rapprochaient, s’éloignaient, pour finalement se rapprocher de nouveau. Son cœur se mit à battre plus rapidement. Trop rapidement. Son sang pulsait dans ses tempes. L’air ne parvenait plus à atteindre ses poumons. Elle se mit brusquement à suffoquer, la terreur fusant dans ses veines. Elle allait mourir.

Ses yeux s’ouvrirent alors subitement et la princesse se redressa aussitôt, ouvrant désespérément la bouche à la recherche d’oxygène. Son crâne semblait être prêt à imploser. Une douleur térébrante émanait de sa cuisse et le moindre de ses os semblait s’être disloqué. Azura battit plusieurs fois des paupières. Un voile s’était déposé sur ses yeux, l’empêchant de discerner distinctement son environnement. Mais lorsqu’elle parvint enfin à ajuster sa vision, son regard se noya dans un océan d’obscurité profonde, percée par seulement quelque rares rayons de lumière et un feu crépitant. Le tintamarre s’était évanoui. L’écho des tambours s’était tu. Et toutes ces voix, ces rires…n’existaient plus que dans sa mémoire. Azura posa une main sur sa tête. Une fine pellicule de sueur recouvrait son visage effroyablement pâle. Une brève quinte de toux lui échappa. Son regard contempla un instant les ombres projetées par les flammes sur les parois, captivée par la manière dont elles ondulaient.

Les palpitations de son cœur commençaient à ralentir. Sa paume rencontra le mur dans son dos et Azura se hissa lentement vers le haut, s’aidant de la roche pour se relever. Ses jambes tremblaient, tant l’effort lui coûtait. Elle resta un instant appuyée contre le roc, haïssant intérieurement la faiblesse de ses muscles. Mais elle ignorait où elle était. Et avec qui. La grotte ne lui révélait aucun indice quant à l'identité de son bienfaiteur et la vagabonde était bien trop harassée, et faible, pour se laisser gagner par l’espoir. Aussi s’efforçait-elle d’être sur ses gardes. Elle se concentrait uniquement sur sa vulnérabilité, qui faisait d’elle une cible idéale et menaçait ses chances de survie. Si elle n’était pas déjà morte. Tout ce dont Azura se souvenait…se résumait à sa captivité, les tambours, aux cris de victoire…et puis, il y avait eu ce rugissement. À ce souvenir, elle réprima un frisson. Elle n’avait jamais, ô grand jamais, entendu un tel grondement, comme si la terre elle-même avait hurlé de fureur.

Elle déposa sa main contre sa poitrine…et ses doigts rencontrèrent la surface lisse d’un petit objet. La princesse baissa aussitôt les yeux pour étudier le pendentif qui ornait à présent son cou, admirant avec désarroi la beauté et la finesse du bijou. Elle effleura du bout de l’index la figure emblématique d’un ours. Pour des raisons qu’Azura ignorait, la présence du collier en bois l’apaisait et faisait naître en son for intérieur un sentiment de calme et de sérénité. Prenant une profonde inspiration, elle s’éloigna de la roche. Son corps vacilla. Depuis combien de temps était-elle restée inconsciente ? À en sentir la fragilité de ses jambes, une éternité semblait s’être écoulée depuis qu’elle avait été séparée…d'Eamon. Depuis qu’elle avait été séparée d’Eamon à la lisière de la forêt. En songeant au dragonnier, sa main se referma aussitôt sur l’ours en bois alors qu’une étincelle d’espoir s’alluma dans son regard. Se pourrait-il que…non. Impossible. Elle refusait de se laisser emporter par une telle incertitude alors que ses souvenirs étaient encore trop brouillés pour qu’elle se rappelle de quoi que ce soit.

Azura s’avança vers ce qui semblait être la sortie de la grotte. Elle plissa les yeux, car la fièvre l'empêchait de distinguer clairement les détails de l’immense forme qui bloquait la lumière du jour. Alors, quand ce qui lui était apparu comme un gigantesque rocher se mit à remuer…la vagabonde se pétrifia si violemment que ses chevilles cédèrent sous son poids.

Son corps percuta une surface écailleuse. Aussi dure que du granite, mais aussi brûlante que la chaleur du soleil. La princesse s’était figée. Un souffle chaud et puissant caressait ses chevilles. Elle n’osait plus faire le moindre mouvement, si bien qu’elle gardât les yeux résolument fermés, refusant de croire que tout ça était réel…jusqu’à ce que la curiosité la pousse finalement à céder. La princesse ouvrit un œil. Puis le second…Un sentiment de peur, mêlée à une puissante admiration, se déversa dans ses veines à l’instant où ses iris croisèrent celles de la créature. Son regard évoquait un brasier incandescent. Indomptable. Sauvage. Elle n’avait jamais rencontré un regard aussi splendide. Et puissant. “ Suis-je en train d’halluciner…”souffla-t-elle, la voix rendue rauque par ses nombreuses journées d'inconscience.

Ses yeux descendirent lentement. Oui, c’est ça, elle devait halluciner puisque c’était impossible qu’elle se retrouve affaissée sur le museau d’un dragon. Un dragon. Son cœur bondissait dans sa poitrine. Ses doigts caressèrent doucement les écailles de la créature. “ Par tous les Dieux…tu es magnifique…”Lorsque les effets de la surprise se dissipèrent, Azura s’efforça de reculer pour se remettre debout. Le dragon la toisait de ses grands yeux ambrés. Sans qu’elle ne puisse rien contrôler, un large sourire illumina subitement son visage et la vagabonde sentit une forme de joie transcender tous ses autres sentiments. Son dos se courba légèrement sous l’effort qu’elle imposait à ses jambes. Mais la vague d’espoir qui la submergea fut telle que la princesse ne parvint pas à contenir le rire qui secoua son corps. Elle ignorait si elle était encore en vie. Si tout ça était réel. Seulement, l’émotion qui gonflait sa poitrine était si profonde, si tangible, qu’elle lui semblait être devenue une entité à part entière. Un dragon se trouvait face à elle. Un dragon. Elle avait l’impression d’évoluer dans un rêve, tant la situation lui paraissait…improbable, inédite.

Se pouvait-il qu’Eamon…non, son dragon était présumé mort depuis des années. La créature qui lui faisait face ne pouvait appartenir au guerrier argenté. Existait-il alors un autre dragonnier ? Son esprit se mit à bourdonner si violemment qu’Azura fut contrainte de s’adonner un instant contre la paroie de la grotte pour se reposer et apaiser son corps meurtri. Eamon…une douleur, bien différente de celle qui irradiait de ses os, s’enracina dans son cœur. Son absence commençait à creuser un vide dans sa poitrine. Maintenant qu’il n’était pas à ses côtés, la princesse commençait à réaliser ô combien sa présence était devenue importante à ses yeux.

Elle se laissa glisser doucement jusqu’au sol. Sa cuisse s’était mise à frémir, lui rappelant qu’elle était sûrement restée immobile et inconsciente durant…des jours. Le crépitement du feu attira son regard. Quelqu’un l’avait vraisemblablement soigné, mais sa méfiance la poussait à rester sur ses gardes. Aussi se remit-elle debout et se dirigea vers son lit de fortune, bien décidée à ne pas demeurer sans défense plus longtemps. Elle trouva une petite dague, gisant parmi des pots de crème et d’herbes diverses. La vagabonde s’accapara aussitôt de l’arme. Ce n’était pas grand-chose…mais c’était bien assez pour lui permettre de riposter si son bienfaiteur se trouvait être un ennemi. Elle rangea la lame dans la ceinture de son pantalon. Son regard avisa le dragon qui semblait garder farouchement l’entrée de la grotte…Azura saisit quand même sa chance. Elle se dirigea vers la créature, et dans une grande inspiration afin de réunir ses forces, se redressa de toute sa hauteur pour faire face à l’immense reptile. Elle fit un pas vers l’extérieur. Une brise fraîche chatouilla aussitôt son visage… et la tête du dragon se plaça brusquement entre elle et la sortie. La vagabonde leva un sourcil. Le reptile semblait la foudroyer du regard, comme pour la dissuader d’avancer ne serait-ce que d’un mètre.

Les yeux de la vagabonde se promenèrent le long de la silhouette de la créature. C’est alors qu’elle remarqua des blessures boursouflées, desquelles s’échappait un filet de sang épais et foncé maculant ses écailles à divers endroits. Refusant de se résigner aussi vite, Azura tourna de nouveau la tête vers le reptile.

“ Si je trouve de quoi soigner tes plaies, me laisseras-tu sortir ?”demanda-t-elle, sans pour autant escompter la moindre réponse. La princesse retourna vers le fond de la grotte et se pencha vers les nombreux récipients. Elle scruta les différents contenus, essayant de se remémorer les mélanges du guérisseur royal qu’elle avait pu contempler un nombre incalculable de fois. Suivant son instinct, Azura combina quelques herbes ensemble. Elle rajouta ensuite une crème dont l’odeur lui rappelait celle que l’on utilisait pour soigner ses plaies, au cours de son enfance. Puis, convaincue par le résultat de sa mixture, elle repartit en direction du dragon qui suivait du regard le moindre de ses mouvements. D’un pas méfiant, la vagabonde s’approcha de son flanc. Elle appliqua délicatement une couche légère de son cataplasme improvisé, surveillant attentivement la réaction de l’animal. Sous ses doigts, elle sentit les écailles de ce dernier tressaillir.

Fascinée, Azura se retrouva absorbée par sa tâche, oubliant rapidement le pacte qu’elle avait souhaité sceller un instant plus tôt. Un sourire discret flottait sur son visage éreinté. Un dragon…elle était en train de soigner un dragon. Elle n’avait pas connu une telle euphorie depuis longtemps.






j1uq.pnggtfb.png9m0b.png
But do you feel like a young God? You know the two of us are just young Gods and we'll be flying through the streets with the people underneath...And they're running, running, running.
Pyramid Rouge
Messages : 852
Date d'inscription : 23/12/2019
Région : Derrière toi.
Crédits : Jibaro- Love death & robots

Univers fétiche : Silent Hill/ Horreur
Préférence de jeu : Les deux
PYRAMID ROUGE
https://www.letempsdunrp.com/t4946-poupee-russe https://www.letempsdunrp.com/t4944-repertoire-pyramidale https://www.letempsdunrp.com/t6449-silent-hill-en-cours-de-recherche https://www.letempsdunrp.com/t3510p10-le-parallelogramme-incongrue
Pyramid Rouge
Mer 16 Fév - 23:20
0b655f96a72e40b42b8e1fedb78bcc88.jpg
Eamon

Tethras

J'ai 41 ans et je vis sur la route avec Azura Vaelarys dans tout Thadeas. Dans la vie, je suis Dragonnier . Sinon, grâce à mon caractère et mon expérience, je suis habilement compétent à mon plus grand bonheur.


-Natif du pays du vent (peuple blanc)
-Née à  Anamemos
-Est le dernier dragonnier
-Aime : les dattes, le froid, la solitude, les dents d’animaux, l’odeur de la pluie
-Déteste : avoir chaud, être blessé, les chats, les pipelettes, l’eau

L'ascension des dragons - feat.  Mad Max  - Page 3 Original
L'ascension des dragons - feat.  Mad Max  - Page 3 InsignificantLegalGalah-max-1mb
Netflix
De la braise qui avait échappé au feu de son antre, il avait créé à l’image de la guerrière intrépide et têtue un ours. Ce totem fait avec patience et admiration, il espérait qu’elle se relève des blessures infligées sur l’île. Dans le bois chaque coup de hache sur la cime de l’arbre était donné avec colère et culpabilité. La mort préposée imminente de son acolyte le rendais bien plus malade qu’il ne voulait bien l’admettre. Hurlant de rage après chaque coup il s’agaçait sur sa tâche alors qu’il avait déjà mis en pièces plusieurs gros morceaux de bois. Puis dans un coup plus fort qu’un autre, il glissa sur la neige et s’écroula au sol le visage tourné vers le ciel brouillassant. La neige refroidissant sa nuque il respire plus lentement et prend le temps de reprendre son calme. La neige, le froid, cette nature lui avait tant manqué. Plus qu’il ne l’imaginait. Se redressant dans ce désert de neige et de bois il aperçu au loin une lueur. Regardant en la direction de la grotte ou était Azura il fronça les sourcils sur cette lueur lointaine.

Pensant Azura en sécurité avec Mangheal il sentit son estomac le chatouiller d’espoir. L’espoir que sa terre natale n’ai pas été totalement détruite ? Serrant le poing dans la neige il se releva d’un bond et cacha le bois qu’il avait déjà coupé. Avançant doucement au cœur d’un léger blizzard il restait prudent et ne voulait pas être repéré de loin. Plus il avançait, plus il distinguait de lueurs. Des feux contrôlés au milieu de huttes de peaux de bisons… Des huttes on ne peut plus traditionnelle qu’il connaissait trop bien. Le cœur enhardit de chaleur et de plus d’espoir encore il partie en repérage.
Lorsqu’il arriva il  ne se présenta même pas et cherchait un lieu qu’il ne pouvait pas nommer mais qu’il connaissait dans sa chair. Bientôt il fut arrêté par une femme qui s’était alerté de voir un homme jeune aux cheveux d’argents.

- Qui êtes vous ? Personne ne vous a jamais point vu ici étranger ?

Il s’agissait d’une jeune femme rousse, le visage parsemé de stigmates de sa carnation. Ses beaux yeux bleus le fixant il se sentit un peu offusqué d’être traité d’étranger. Se reculant il repensa à Azura et repris ses esprits jusque là embrumé par un désir enfoui dans un souvenir.

-Je me nomme Eamon cher madame. Puis-je vous demander le nom de ce village?

-Eh bien vous ne reconnaissez pas ? Vous êtes à Anamemos ! Vous êtes bien Eamon Thetras ? Le grand dragonnier tombé pour la paix ?  

Choqué de cette nouvelle il resta un instant immobile devant le regard émerveillé de la femme qui fut tout a coup plus serviable. D’ailleurs sa réaction avait suscité la curiosité d’autres villageois. La jeune femme ne manqua pas de prendre le dragonnier par le bras heureuse et honorer de le rencontrer.

- La légende disait que vous étiez mort dans les vagues de la mer de brume, oh mon dieu mais quel honneur, venez je vais vous présenter à la chef du village.

Sans pouvoir rien vraiment dire Eamon fut tout a coup prisonnier d’une foule aimante et admirative qui le mena à une hutte plus grande et luxueuse que les autres. Sans beaucoup attendre on le fit rentrer dans la hutte de  la chef de famille du village. C’était une grande femme blonde, forte et musclé dont les cheveux étaient nattés en plusieurs points.  Assise sur le bord de sa table brut elle se leva lorsqu’il entra, souriante.

- Oh mais que vois-je… Une légende du passé… Que faites vous donc ici ? Vous êtes là pour nous protéger des assauts du seigneur fou ? Je suis Ingrid Své.

S’approchant, il vint la saluer promptement.

-Enchanté de vous rencontrer, Madame. Je ne savais pas qu’Anamemos avait pu renaître de ses cendres…

- Eh bien… Cela n’a pas était sans peine mais notre bon seigneur *Vaddius à su contrer notre ennemi commun. Si je ne m’abuse… vous êtes l’un des rescapé de la nuit blanche n’est-ce pas ?  

- L’un ? D’autres ont survécus ?

Eamon sentait son coeur vibrer a nouveau, il avait espoir, espoir de retrouver sa mère, son père et peut-être même son frère...

- Oh les survivants ce sont fait rare mais oui… il y en a eu. Pour la plupart ils ont fuit en tant que nomades, se colorant les cheveux avec de l’écorce noir… Le peuple blanc se fait discret, aujourd’hui encore personne ne sait vraiment qui a survécu ou non, tous cachant leurs cheveux d’argents, sauf vous...  Enfin, vous êtes le bienvenu ici. Je vais vous faire privatiser une hutte. Restez autant de temps qu’il vous plaira… Sir Thetras. N’hésitez pas si toutefois vous avez besoin de quoi que ce soit...

Baissant les yeux en le voyant redevenir moins optimiste dans sa carrure elle s’approcha en lui tapotant l’épaule l’air désolée. Sans attendre, il se saisi délicatement de sa main et se tourna vers elle, implorant.

-Eh bien justement… une amie à moi est souffrante...

**
Après toutes ses épreuves Mangheal était épuisé et plus vraiment habitué au froid polaire du pays du vent. Néanmoins maintenant que ses écailles avaient perdus toute couleur elle était invisible dans le blizzard polaire. Inquiète d’être abandonné Eamon n’avait pas manqué de voler un peu avec elle pour renouer le lien fort qui les unis. Souffrante encore de nombreuse plaie elle avait du mal a tenir en place mais malgré une jalousie protubérante pour la jeune femme qui accompagnait le dragonnier, elle protégeait l’entrée de la grotte.  Bientôt la souffrante tomba sur le museau de Mangheal qui souffla du nez en grognant sans pour autant l’attaquer sentant l’attache qu’Eamon avait pour elle. Soufflant pour la faire reculer et ce qu’elle fit Mangheal resta prostrée a l’entrée bien décidé à n’écouter que sa volonté personnelle et celle d’Eamon. Se pensant tranquille elle se coucha de nouveau pour se reposer quand tout a coup une douleur violente lui tira un hurlement. Sans attendre la grande dragonne se leva, la douleur lui rappelant son calvaire et elle commença a paniquer. S’agitant elle hurla sur Azura rebroussant ses écailles et ses crêtes. Colère, plus rien que la peur la conditionné et elle recula de la grotte  elle cracha un semblant de flammes en l’air avant d’ouvrir sa gueule en regardant Azura prête a faire jaillir sur elle une mer de flammes.

Eamon qui revenait avec quelques bons villageois pour l’aider entendit alors Mangheal hurler. Le dragonnier plutôt détendu et souriant se mis soudain a frémir, si Mangheal hurlait c’est qu’elle avait peur ou qu’elle était en colère. Sans attendre le dragonnier se mis a courir dans la neige en sautant comme si il avait fait cela toute sa vie. Voyant au loin Mangheal se reculer il accéléra le mouvement s’attendant au pire.

Alors qu’Eamon jouait la vie de son amie dans sa course la gorge de Mangheal laissait entrevoir le début de flammes qu’elle allait cracher. Face à cela Azura ne pouvait même pas fuir car la dragonne fermait le passage en battant des ailes. Folle de douleur et de peur elle cracha ses flammes.

Heureusement Eamon arriva pile à temps et sauta devant Azura pour les protéger tout deux derrière  un énorme bouclier de pierre emprunté aux villageois. Mangheal une fois sa fureur lâcher se mit a couiner plus calmement en voyant Eamon. Celui-ci se tournant vers Azura il sourit de la voir en vie et l’enlaça.

-Tu es en vie… Je suis soulagé.

Sur ce geste la dragonne s’agaça d’avantage battant des ailes sur eux pour manifester sa colère. Eamon regarda Azura et lui remis une mèche derrière l’oreille avant de lui sourire de nouveau.

-Reste ici. Je reviens, des soldats vont t’aider.

Sur ses mots il ne tarda pas à se jeter vers la dragonne qui le repoussa d’abord violemment.

-BHA ALORS MANGHEAL, TU AS EU PEUR ?

La dragonne semblait hors de contrôle et grognait en crachant un peu autour d’Eamon du feu. La connaissant bien il n’avait pas peur et s’avança autant de fois que nécessaire pour qu’elle le laisse la toucher. Au bout d’un moment il pu la toucher et il monta sur son dos pour voler un peu avec elle. Pendant ce temps, les villageois purent s’approcher d’Azura et l’aider à se relever. Ils prirent les affaires des aventuriers et se mirent en route pour le village. Quelques minutes après leur arrivé au village le dragonnier revint sur le dos de sa majestueuse monture. Celle-ci impressionna autant qu’elle effraya. Eamon pris le temps de la soigner hors du village pour la laisser retourner plus en hauteur faire son nid seule. Le front contre le sien il lui parlait en la calmant de caresse sur le bout de son museau. Plus calme la dragonne poussa Eamon avec sa tête avant de s’en aller dans son nid pour la nuit.  Le cœur plus léger le dragonnier pu enfin rejoindre son acolyte.

Les villageois ayant pris le temps de l’installer confortablement il lui avait donné de quoi manger et boire. Il avait également déposé la part d’Eamon tandis que le ciel commençait à laisser apparaître la nuit.

-Eh bien… on peut dire que tu m’as sacrément effrayé et  énervé Mangheal. Les dragons sont très possessif.

Fit-il en baissant un peu les yeux avec un sourire avant de venir s’asseoir en face d’elle pour la regarder, plus sérieux. Beaucoup de chose c’était passé… Elle avait appris pour Zayannara et elle ne savait pas encore tout. Ce petit moment au coin des braises du feu leur ferait sûrement plus grand bien. Baissant les yeux de nouveau il la regarda dans les yeux honteux.

-Humph… Je suis content de savoir que tu vas bien Azura. Je n’aurais pas dû te laisser seule… je m’excuse.

Il fit une pause en regardant son bol plein encore chaud.

-Je… je comprendrais si tu ne voulais plus que je sois ton maître d’arme.



*Vaddius : Nom de gloire donné au seigneur du Vent Ingemard Söderberg (actuel encore)
Mad Max
Messages : 349
Date d'inscription : 06/05/2021
Région : Centre-Val de Loire
Crédits : Mad Max (signature : magma)

Univers fétiche : De tout
Préférence de jeu : Femme
Sabrina
Mad Max
Jeu 3 Mar - 11:36
1yw0.png
Azura Vaelarys
J'ai 26 ans et je vis partout et nul part à la fois. Dans la vie, je suis princesse des Terres de l'orage, du moins je l'étais avant que la guerre n'éclate dans mon pays et me condamne à fuir, abandonnant ainsi mon titre. Je m'en sors difficilement. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je m'en moque.

W a  r r i o r.  
Watch me, I will go
to my own Sun.
And if I am burned by its fire,
I will fly on scorched wings.


La Belliqueuse.

Dernière enfant de la dynastie royale des Vaelarys, Azura a reçu une éducation propre à son rang, incluant ainsi l’apprentissage des arts tels que la musique ou la poésie ou encore la finance et la culture. Loin d’être une élève studieuse et manuelle, son intérêt s’est toujours porté vers les armes et le combat.

Son père a cédé à ses caprices durant son adolescence, en lui accordant un peu de temps libre pour qu’elle puisse apprendre à manier différentes armes comme l’épée, l’arc ou la lance...bien que cela soit une entorse à leurs traditions ancestrales. Elle n’en reste pas moins une grande novice dans l’art du combat, puisque ses entraînements demeuraient rares et peu techniques.

Azura est une femme audacieuse, dévouée et pugnace. Elle a toujours considéré que son devoir se trouvait au sein de l’armée, et non en épousant un quelconque aristocrate en échange de quelques terres. Mais l’enfant des Vaelarys est également impatiente, bornée et orgueilleuse. Depuis le trépas de sa famille, son être est rongé par la rancœur. Elle n’a dorénavant d’yeux que pour la vengeance...quitte à courir aveuglément à sa perte.

L'ascension des dragons - feat.  Mad Max  - Page 3 T0rf


jfa2.gifWarriors don't show their hearts until the axe reveals it.

L’étau d’une peur froide et incontrôlable se refermait sur Azura, pétrifiant ses muscles l’un après l’autre, compressant son corps jusqu’à lui couper le souffle. Quant à la bête aux écailles ternies…celle-ci s’abandonnait à une fureur dévastatrice et des flammes ondulaient dans ses iris, signe annonciateur d’une colère aussi ardente que le feu qui s’apprêtait à jaillir de ses entrailles. Le pot de crème s’écroula au sol. La vagabonde était en proie à un mélange de terreur et de fascination pour la dragonne, en dépit de son instinct qui lui hurlait de fuir. Ses pieds, profondément ancrés dans la terre, refusaient de remuer. Alors, quand le reptile se redressa de toute sa hauteur et qu’une lueur rougeoyante remonta le long de son encolure pour se fondre dans sa gorge, Azura ferma involontairement les yeux. Prête à subir la morsure du brasier qui couvait dans la poitrine de la créature…mais la princesse ne ressentit rien d’autre qu’une chaleur étouffante, dont l’intensité manqua de lui brûler les joues. Ses yeux s’ouvrirent, lentement. Une silhouette, immense et imposante, se dressait dans son champ de vision, plantée entre elle et le gigantesque dragon. Elle remarqua aussitôt la pâleur de sa chevelure. Si familière. Son cœur bondit dans sa poitrine face à cette vision. Eamon.

Dès l’instant où le dragonnier pivota dans sa direction, Azura oublia aussitôt l’angoisse qui l’avait submergé un moment plus tôt, dorénavant transportée par un tourbillon de joie et de soulagement. Un bonheur si véhément, que jamais elle n’aurait pensé pouvoir de nouveau éprouver un tel sentiment. Les bras d’Eamon l’encerclèrent et la vagabonde put pleinement inhaler l’odeur réconfortante qui émanait du guerrier, incapable de bouger, déstabilisée par l’amas d’émotions et cette brusque proximité. Il ne l’avait pas abandonné. Il l’avait retrouvé. Et lui avait sauvé la vie…Par tous les Dieux, sa poitrine s’apprêtait sans aucun doute à exploser d’euphorie si elle restait une seconde de plus immobile et silencieuse.

“ Eamon tu…comment…je…”Ses pensées se mélangeaient. Aucun mot ne semblait avoir de sens. Ou peut-être n’avaient-ils simplement pas assez de valeur pour exprimer ce qu’elle éprouvait ? Eamon se recula finalement et Azura pu le contempler, comme si elle le voyait pour la première fois. Elle réalisait à quel point sa présence lui avait manqué. Et la princesse réalisa à quel point elle s’était accoutumée à son contact lorsque le dragonnier effleura son visage et qu’elle ne chercha aucunement à se dérober, ne souhaitant rien d’autre que prolonger ce moment. Ses yeux admiraient tantôt l’éclat de son regard. Tantôt celui de son sourire. Tout lui paraissait…irréel, si bien qu’elle se serait crue dans un rêve si sa cuisse blessée ne continuait pas de vibrer d’une douleur lancinante. À contre cœur, Azura finit par hocher la tête en réponse aux ordres d’Eamon. Dans son dos, la bête fulminant de rage requérait l’attention du combattant, mais la vagabonde acceptait difficilement l’idée que des étrangers lui viennent en aide. Son expression se referma. La lueur d’exaltation, provoquée par ses retrouvailles avec son compagnon de voyage, s’évapora. Une masse d'inconnus se forma autour d’elle et Azura se plia aux indications des soldats. Non sans ressentir l’immense besoin de retrouver sa solitude et son indépendance au plus vite.

Avant de pénétrer à l’intérieur de la petite chaumière, le bruit d’un puissant battement d’aile la força à se retourner et la vagabonde admira longuement la beauté de la dragonne et de l’homme juché sur son dos. Étrangement, ils semblaient…ne faire qu’un. Une paire indissociable. Azura se détourna de ce tableau, espérant secrètement pouvoir partager un jour une telle connexion avec une créature aussi majestueuse. Gardant ses objections pour elle lorsqu’on la força à s’allonger sur un lit, la vagabonde se glissa sous les couvertures, bien qu’elle refusait de passer une seule journée de plus alitée. Il lui tardait de pouvoir reprendre l’entraînement. D’observer son épée fendre l’air…oh, oui, l’impatience commençait à se faire ressentir. Et sa rencontre avec le reptile d’Eamon ne servait qu’à renforcer sa volonté.

Azura s’apprêtait à se relever, lorsque le guerrier émergea de l’extérieur pour s'asseoir à son chevet, sous l'œil attentif de la princesse. Elle avait retrouvé l’usage de la parole. La quiétude de la chambre lui avait permis de rassembler ses pensées et d’apaiser la tempête. Seulement, ce ne fut pas elle qui troubla le silence. Mais le dragonnier. Le coin de ses lèvres remua doucement. “ Je ne souhaitais faire ni l’un ni l’autre. Je voulais…je voulais simplement l’aider. ”lui expliqua-t-elle, consciente qu’elle avait dû offrir un drôle de spectacle : elle, l’estropiée, émerveillée et horrifiée, plantée face à une créature mythique qui ne souhaitait rien d’autre que la carboniser toute entière…la voix du guerrier la tira de ses songes, lesquels ne cessaient de lui rappeler ces vaines tentatives de raisonner un dragon. Son mince sourire s’envola lorsque son regard croisa celui d’Eamon. Elle nota aussitôt l’ombre de remords qui voilait ses iris, assombrissant son expression. Azura le fixa. Murée dans son silence, son visage ne dévoilait rien de sa surprise et de son indignation, que les paroles de son maître d’arme avaient déclenché en elle. La vagabonde prit une bouchée de son ragoût. Elle reposa le bol sur la commode à côté de son lit, avant d’observer quelques secondes le feu crépitant près d’eux.

“ Je ne te pardonne pas.”lâcha-t-elle d’une voix implacable, braquant soudainement son regard d’une sévérité mordante sur Eamon. Elle marqua un temps d’arrêt. Comment pouvait-il rester aveugle à sa valeur ? Son mérite ? A sa connaissance, il n’existait pas d’homme plus valeureux que lui. “ Parce qu’il n’y a rien à pardonner. Cesse de dire de telles idioties, Eamon.” Son timbre s’était adouci et les traits de son visage s’étaient détendus, brisant pour la première fois la façade glaciale derrière laquelle Azura se terrait jusqu’à maintenant, même en présence du dragonnier.

“ Si tu continues, je me ferai une joie de t’assommer à coup de…vase pour te remettre les idées en place.”marmonna-t-elle, se débarrassant de ses couvertures pour se lever. Avant de se glisser dans le lit, elle avait pu flâner un long moment dans un bain et retirer toute la crasse accumulée depuis ces derniers jours. Même sa chevelure, qui encadrait son visage en boucle brune, paraissait avoir retrouvé un semblant d’éclat. Elle avait revêtu une simple robe en lin. Malgré la pauvreté du tissu et de la simplicité du vêtement, la princesse ne s’était pas sentie aussi…élégante depuis la destruction de son royaume. Azura se glissa hors du lit. “ J’ai une dette envers toi. Jamais je ne serais sortie vivante de cette jungle. J’ignore comment te remercier ou exprimer ma gratitude alors..je…demande moi ce que tu souhaites, maintenant ou…ou plus tard, et je ferais tout ce qui est en mon pouvoir pour t’aider.”Formuler à voix haute ce qui se tramait secrètement dans son esprit s’avérait difficile. Aussi s’était-elle approchée du feu, se mettant ainsi dos au guerrier pour éviter de soutenir son regard, car ses yeux lui auraient fait assurément perdre toute sa conviction. Et elle aurait été alors incapable d’exprimer ses sentiments.

“ Et je…je le pense sincèrement, Eamon. Tu sembles avoir une très basse opinion de toi-même, mais ce n’est pas mon cas. Quand je t’observe, je ne vois rien d’autre qu’un valeureux guerrier et ça serait pour moi un honneur de t’avoir comme maître d’armes.”ajouta-t-elle d’une voix douce, s’étonnant de la facilité avec laquelle les mots s’échappaient de ses lèvres, loin d’être accoutumée à se comporter aussi...calmement. Et sereinement. Les paumes tendues vers les flammes, Azura savourait la chaleur propagée par ces dernières. Elle ne voyait pas encore le changement qui s’opérait en son sein ; elle n’avait pas encore conscience que certaines de ses barrières mentales s’étaient effondrées, balayées par le soulagement de revoir Eamon Tethras, sain et sauf.





j1uq.pnggtfb.png9m0b.png
But do you feel like a young God? You know the two of us are just young Gods and we'll be flying through the streets with the people underneath...And they're running, running, running.
Pyramid Rouge
Messages : 852
Date d'inscription : 23/12/2019
Région : Derrière toi.
Crédits : Jibaro- Love death & robots

Univers fétiche : Silent Hill/ Horreur
Préférence de jeu : Les deux
PYRAMID ROUGE
https://www.letempsdunrp.com/t4946-poupee-russe https://www.letempsdunrp.com/t4944-repertoire-pyramidale https://www.letempsdunrp.com/t6449-silent-hill-en-cours-de-recherche https://www.letempsdunrp.com/t3510p10-le-parallelogramme-incongrue
Pyramid Rouge
Dim 15 Mai - 15:45
0b655f96a72e40b42b8e1fedb78bcc88.jpg
Eamon

Tethras

J'ai 41 ans et je vis sur la route avec Azura Vaelarys dans tout Thadeas. Dans la vie, je suis Dragonnier . Sinon, grâce à mon caractère et mon expérience, je suis habilement compétent à mon plus grand bonheur.


-Natif du pays du vent (peuple blanc)
-Née à  Anamemos
-Est le dernier dragonnier
-Aime : les dattes, le froid, la solitude, les dents d’animaux, l’odeur de la pluie
-Déteste : avoir chaud, être blessé, les chats, les pipelettes, l’eau

L'ascension des dragons - feat.  Mad Max  - Page 3 Original
L'ascension des dragons - feat.  Mad Max  - Page 3 InsignificantLegalGalah-max-1mb
Netflix
Les flammes crépitant d’un appétit insatiable de bûchettes entrelacées faisait rayonner une lumière tamisée, une lumière rassurante et trahissant en même temps le sérieux de la situation et son intimité. La chaleur que la lumière dégageait venait réchauffer les doigts endoloris par le froid. La nuit tombant le froid gagnait en force et appelait la faucheuse, son amie de toujours. Assis au bord du feu en face du lit ou Azura se reposait lorsqu’elle laissa gronder sa première réponse, Eamon mentirait si il disait que cela ne lui avait rien fait. Le cœur en sursaut d’avoir failli il baissa immédiatement les yeux, les poings castrer l’un dans l’autre face aux flammes qui ne cessait de danser pour animer la discussion. Alors qu’il s’apprêtait a répondre presque instantanément elle le coupa pour continuer. Et là, il comprit qu’il n’avait jusqu’à maintenant absolument rien compris. Lui qui pensait être un lâche et savait que d’une certaine façon il l’était, malgré tout ce qui lui était arrivé par sa faute elle déclamait sa redevance avec ferveur.

La regardant avec interrogation il soutenait son regard pour comprendre, pour voir l’étendu de sa sincérité. Toute vêtue de lin blanc cousu et paré de broderies symboliques, les cheveux détaché, il la regardait, il ne pouvait faire que cela et constater qu’il avait -en dépit de sa volonté- accès à l’intime de la jeune femme. Une autre version d’elle, une version bien plus féminine et royale. Là en face d’elle il sentit tout as coup encore plus idiot. Comment avait-il pu abandonner une reine aux mains d’un sort que lui seul avait mérité ? Cela le déconcerta. Comment ne pouvait-elle pas voir qui il était ? Un idéaliste grognon, menteur, peureux, un perdant. Silencieux, il l’écoutait calmement, considérant pour la première fois sa beauté et son naturelle. Puis, lorsqu’elle se retourna pour ouvrir plus encore ses sentiments à lui il baissa les yeux se sentant pervers de l’avoir autant observé de la sorte dans cette tenue.


S’étant levé lorsqu’elle parlait pour rejoindre un coin plus sombre de la hutte, il avait recommencé à froncé les sourcils. Ses poings étaient serré et il était heureux de la situation mais pourtant de vieux souvenir refaisait surface. Il connaissait ce genre de confessions, ce genre de relation et comment elle terminait. Il connaissait tout ça et le prix de la considération, le prix de la confiance. C’était terrifiant de retomber la dedans… Muré dans un silence contemplatif et réflectif. Il ne savait pas trop comment réagir car jamais il ne voulait plus infliger de mal à cette reine pourtant descendante d’un ancien ennemi.

-Comment… Comment peut- tu me pardonner si facilement ? Nous avons été exilé par ma faute et je t’ai abandonnée… Venir te secourir n’était ni plus ni moins que de la moindre des politesses que je te devais.

Castré dans un coin de la hutte il la regardait en coin, le visage fermé. Il se connaissait et son opinion a propos de lui-même n’était que le simple réalisme face à une vérité écrasante qu’il ne pouvait pas nier.Il comprenait peu à peu que l’admiration qu’elle lui portait était trop forte pour qu’elle voit ne serait-ce qu’une partie de sa vérité. Pour être aveugle comme elle l’était il ne pouvait y avoir que de l’amour dans son cœur. N’en avait-elle peut-être pas encore conscience mais lui l’avait bien compris. Aussitôt qu’il comprit cela il ferma les yeux en fronçant les sourcils. Les souvenirs revenaient en tsunami le submerger d’une pression dont il ne voulait plus. Tout a coup bien plus agitée dans ses gestes il se savait plus quoi faire pour chasser ses souvenirs douloureux d’affections.

-Bon sang… Tu… ne voit pas tous les risques inutiles que je t’ai fait prendre ?! Je n’avais aucun dragon et pourtant j’acceptais de t’apprendre à être dragonnier, prétendant pouvoir t ‘aider a avoir du poids auprès des seigneurs,  quel infamie… Ne vois-tu pas toutes ces inconsciences que j’ai eu ? Jamais je n’aurais pu dormir a nouveau de savoir que j’avais fait tuer une reine par mes erreurs passées... Je ne veux plus que mes actes ne fasse mourir qui que ce soit directement.

Soupirant et reprenant son souffle doucement il allait et venait en marchant l’air froncé et en même temps courbés par la tristesse. Revoir Zembidja avait réanimé la douleur de la mort de Zayannara…

-Mais… Puis que c’est ce que tu veux et que je t’en dois bien une aussi, je serais ton maître d’arme et je t’aiderais à récupérer ton château… Maintenant que j’ai récupéré Mangheal, ma voix devrait avoir plus de poids auprès des seigneurs… Tu devrais te reposer, le poison des Azths t’a beaucoup affaiblie...

Baissant les yeux il s’approcha du feu pour récupérer son auge et y consommer son contenu. Mangeant doucement,  un silence c’était imposé après l’intensité de ses émotions…
Mad Max
Messages : 349
Date d'inscription : 06/05/2021
Région : Centre-Val de Loire
Crédits : Mad Max (signature : magma)

Univers fétiche : De tout
Préférence de jeu : Femme
Sabrina
Mad Max
Jeu 7 Juil - 10:35
1yw0.png
Azura Vaelarys
J'ai 26 ans et je vis partout et nul part à la fois. Dans la vie, je suis princesse des Terres de l'orage, du moins je l'étais avant que la guerre n'éclate dans mon pays et me condamne à fuir, abandonnant ainsi mon titre. Je m'en sors difficilement. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je m'en moque.

W a  r r i o r.  
Watch me, I will go
to my own Sun.
And if I am burned by its fire,
I will fly on scorched wings.


La Belliqueuse.

Dernière enfant de la dynastie royale des Vaelarys, Azura a reçu une éducation propre à son rang, incluant ainsi l’apprentissage des arts tels que la musique ou la poésie ou encore la finance et la culture. Loin d’être une élève studieuse et manuelle, son intérêt s’est toujours porté vers les armes et le combat.

Son père a cédé à ses caprices durant son adolescence, en lui accordant un peu de temps libre pour qu’elle puisse apprendre à manier différentes armes comme l’épée, l’arc ou la lance...bien que cela soit une entorse à leurs traditions ancestrales. Elle n’en reste pas moins une grande novice dans l’art du combat, puisque ses entraînements demeuraient rares et peu techniques.

Azura est une femme audacieuse, dévouée et pugnace. Elle a toujours considéré que son devoir se trouvait au sein de l’armée, et non en épousant un quelconque aristocrate en échange de quelques terres. Mais l’enfant des Vaelarys est également impatiente, bornée et orgueilleuse. Depuis le trépas de sa famille, son être est rongé par la rancœur. Elle n’a dorénavant d’yeux que pour la vengeance...quitte à courir aveuglément à sa perte.

L'ascension des dragons - feat.  Mad Max  - Page 3 T0rf


jfa2.gifWarriors don't show their hearts until the axe reveals it.

Sous ses paumes, les flammes dansaient et diffusaient une chaleur agréable, réchauffant sa peau refroidie par la température ambiante. Azura ne se reconnaissait pas. Ses paroles…ses paroles lui venaient du cœur, animées par la confiance inattendue qu’elle vouait à Eamon Tethras.

Le dédain de ce dernier envers lui-même était si troublant, que la vagabonde s’efforçait de ne pas céder à son envie de secouer brutalement le dragonnier pour le faire revenir à la raison. Pourquoi toute cette confusion ? Que dissimulait-il, derrière ce regard éteint et morne ? La princesse contempla le dragonnier avec attention, cherchant à deviner les raisons de son mépris…mais elle ne voyait rien. Elle ne comprenait pas. Et leur lien n’était pas assez fort pour qu’elle ose l’interroger sur son passé….pourtant, les questions se pressaient à la lisière de ses lèvres. Je ne veux plus que mes actes ne fassent mourir qui que ce soit directement. Que cherchait-il à insinuer ? Azura avait beau se retourner l’esprit, ses pensées ne la menaient nulle part.

“ Ai un peu d’indulgence pour toi-même, Eamon. Je t’ai pardonné. Essaye d’en faire de même, sans quoi le passé continuera de te hanter.”Et la princesse savait de quoi elle parlait. Les souvenirs de sa vie d’autrefois ne cessaient de la tourmenter, de jour comme de nuit, ne lui laissant ainsi aucun répit. Elle vivait quelque part entre le passé et la réalité. Quelque part entre la vengeance et l’assentiment. Elle ignorait quel chemin emprunter, redoutant de suivre une voie qui la conduirait à une impasse. Azura était perdu. Seul comptait dorénavant son apprentissage aux côtés d’Eamon et elle fut profondément soulagée d’entendre qu’il acceptait d’être son maître d’armes. Elle voulait être un dragonnier, elle aussi. Elle n’avait pas l’âme d’une reine et savoir que le guerrier ne partageait pas cette opinion à son sujet était…désagréable. Azura était décidée à se venger, au nom de son château, de sa famille et pour le bien du peuple dont elle avait été jadis la princesse. Mais la couronne était un poids trop lourd à porter. Elle ne voulait pas d’un tel fardeau.

“ Tu es le dernier dragonnier, bien sûr que les seigneurs t’écouteront. J’ai confiance.”Étonnamment, elle pensait véritablement ce qu’elle disait. Azura tourna son visage en direction d’Eamon, un sourire discret sur son visage qui jurait avec l’expression si farouche qu’elle affichait d’ordinaire. “ Je dors depuis des jours…je crois que je me suis assez reposé. J’ai tellement d’énergie que je pourrais escalader les falaises rocheuses de mon pays.”Sa remarque lui fit réaliser à quel point ces terres lui manquaient. Les pluies diluviennes et les coups de tonnerre ne faisaient pas vibrer tous les cœurs, mais…celui d’Azura palpitait assurément au rythme de l’orage. Elle était née avec la tempête dans le sang et rien n’y personne ne pourrait changer sa nature. “ Tu as une sale mine. De nous deux, tu es celui qui a le plus besoin de sommeil.”le taquina-t-elle froidement. Son air fermé remontait à la surface mais cette fois-ci, son regard était adouci par une lueur malicieuse…et un faible sourire amusé.




j1uq.pnggtfb.png9m0b.png
But do you feel like a young God? You know the two of us are just young Gods and we'll be flying through the streets with the people underneath...And they're running, running, running.
Pyramid Rouge
Messages : 852
Date d'inscription : 23/12/2019
Région : Derrière toi.
Crédits : Jibaro- Love death & robots

Univers fétiche : Silent Hill/ Horreur
Préférence de jeu : Les deux
PYRAMID ROUGE
https://www.letempsdunrp.com/t4946-poupee-russe https://www.letempsdunrp.com/t4944-repertoire-pyramidale https://www.letempsdunrp.com/t6449-silent-hill-en-cours-de-recherche https://www.letempsdunrp.com/t3510p10-le-parallelogramme-incongrue
Pyramid Rouge
Sam 10 Sep - 12:25
0b655f96a72e40b42b8e1fedb78bcc88.jpg
Eamon

Tethras

J'ai 41 ans et je vis sur la route avec Azura Vaelarys dans tout Thadeas. Dans la vie, je suis Dragonnier . Sinon, grâce à mon caractère et mon expérience, je suis habilement compétent à mon plus grand bonheur.


-Natif du pays du vent (peuple blanc)
-Née à  Anamemos
-Est le dernier dragonnier
-Aime : les dattes, le froid, la solitude, les dents d’animaux, l’odeur de la pluie
-Déteste : avoir chaud, être blessé, les chats, les pipelettes, l’eau

L'ascension des dragons - feat.  Mad Max  - Page 3 Original
L'ascension des dragons - feat.  Mad Max  - Page 3 InsignificantLegalGalah-max-1mb
Netflix
Plein de regrets, de colère et tourmentée face a ces flammes  qui dansait, il conservait un air froncé et le regard bas joignant ses mains dans le silence pour ne pas serrer le poing de rage et faire un geste plus lourd qu’un autre. Il avait assez levé la voix. Quand elle lui déclama de se pardonner lui-même il eu un sourire en coin et releva le regard. La moutarde lui montait au nez. Comment pouvait-elle oser déclamer cela de son jeune âge alors qu’elle même était consumée par la haine dévorante et belliqueuse de la perte de son père.  L’hôpital qui se fichait de la charité. Eamon la regarda et se mordit un peu la lèvre pour éviter de grogner trop grosse réponse et soupira un peu avant de lancer.

-Les conseillés seraient d’ailleurs souvent bien avisé de suivre leurs propre conseils.

Souffla t-il. Si il l’avait dit avec une pointe de colère moqueuse il avait tourné sa phrase avec esprit pour qu’elle ai plus de bénéfices qu’autre chose. Il espérait qu’elle l’entende comme un conseil, conseil qu’il lui avait déjà donné… D’ailleurs en l’écoutant il se concentra pour se calmer et reprendre un peu son calme. Il se positionna alors comme observateur et de là, il commença à voir que son attitude envers lui avait changé. Elle n’était effectivement plus aussi renfrognée et plus aussi énervée de vivre qu’a son habitude. Le visage un peu moins froncé il continua à vider son auge et se servit a nouveau, la faim au cœur des terres du vent était un ennemi a soudoyer. Il repensa  a son hypothèse. L’hypothèse qu’elle ai des sentiments pour lui. Il connaissait les femmes pour toutes celles qu’il avait rendu folle de lui. Soupirant doucement du nez il comprit que toute son hypothèse était peut-être bien justifié par son comportement et son air moins froncé.

-Ma foi, je sais bien que tu es brave Azura des terres de l’orage. Seulement ici il fait un froid glaciale, ton cœur et tes poumons vont mettre du temps à s’habituer alors crois-moi. Repose-toi. Il fit une pause.Et mange, tu es déjà toute maigre alors ne va pas disparaître, le froid rend tout le fonctionnement du corps bien plus difficile.


Disant cela il la resservit un peu en soupe et  lui donna la moitié de son pain en supplément du sien. Il le posa  sur elle comme pour ne pas lui donner le choix d’accepter. Finissant de manger il avait changé de conversation intentionnellement afin d’éviter tout sujet fâcheux, il était étonné qu’elle ne demande pas plus de choses, a vraie dire le poison l’avait très certainement bien secoué car celui-ci est l’un des plus  dangereux des 5 pays. Il repensa a ses propres souffrances lorsqu’il en avait été la victime. De là il ne s’étonna pas plus de l’état de son élève. Prêt a repartir il hésita comme  pour lui laisser l’opportunité de dire quelque chose. Ne l’entendant dire aucun mot et surtout parce qu’il est le premier a ne lui avoir laissé que peut de temps il enchaîne.

-Je suis ton maître d’arme Azura, ne l’oubli pas.

Disait-il sans en dire plus ni moins. Cela voulait dire ce que ça voulait dire. Les yeux bas la posture fuyante, le discours vague : les émotions le faisait fuir. Soupirant il se souvint qu’ils avaient beaucoup de choses a se dire. Et déjà la stratégie face au seigneur du vent.

-Il me faut organiser une assemblé avec le Seigneur du vent pour tenter de récupérer ton fief. Cependant si celui-ci a une puissante armée, il est aussi un calculateur hors pair. Il ne nous aidera pas si nous ne lui donnont pas quelque chose de concret en échange… D’autant plus que si je ne m’abuse, ton père était loin d’être l’un de ses amis…Azura, j’ai besoin de savoir jusqu’où es-tu prête a aller pour récupérer ton  pays ?

Se rasseyant sur un rondin il la regardait l’air très sérieux est presque inquiet.

Mad Max
Messages : 349
Date d'inscription : 06/05/2021
Région : Centre-Val de Loire
Crédits : Mad Max (signature : magma)

Univers fétiche : De tout
Préférence de jeu : Femme
Sabrina
Mad Max
Mer 2 Nov - 15:41
1yw0.png
Azura Vaelarys
J'ai 26 ans et je vis partout et nul part à la fois. Dans la vie, je suis princesse des Terres de l'orage, du moins je l'étais avant que la guerre n'éclate dans mon pays et me condamne à fuir, abandonnant ainsi mon titre. Je m'en sors difficilement. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je m'en moque.

W a  r r i o r.  
Watch me, I will go
to my own Sun.
And if I am burned by its fire,
I will fly on scorched wings.


La Belliqueuse.

Dernière enfant de la dynastie royale des Vaelarys, Azura a reçu une éducation propre à son rang, incluant ainsi l’apprentissage des arts tels que la musique ou la poésie ou encore la finance et la culture. Loin d’être une élève studieuse et manuelle, son intérêt s’est toujours porté vers les armes et le combat.

Son père a cédé à ses caprices durant son adolescence, en lui accordant un peu de temps libre pour qu’elle puisse apprendre à manier différentes armes comme l’épée, l’arc ou la lance...bien que cela soit une entorse à leurs traditions ancestrales. Elle n’en reste pas moins une grande novice dans l’art du combat, puisque ses entraînements demeuraient rares et peu techniques.

Azura est une femme audacieuse, dévouée et pugnace. Elle a toujours considéré que son devoir se trouvait au sein de l’armée, et non en épousant un quelconque aristocrate en échange de quelques terres. Mais l’enfant des Vaelarys est également impatiente, bornée et orgueilleuse. Depuis le trépas de sa famille, son être est rongé par la rancœur. Elle n’a dorénavant d’yeux que pour la vengeance...quitte à courir aveuglément à sa perte.

L'ascension des dragons - feat.  Mad Max  - Page 3 T0rf


jfa2.gifWarriors don't show their hearts until the axe reveals it.

Je suis ton maître d’arme.Ses mots résonnaient…douloureusement à ses oreilles. A ses yeux, l’image du mentor s’effaçait progressivement pour laisser entrevoir l’ombre d’un ami, un compagnon sur lequel Azura pouvait se reposer. Une compagnie rassurante. Voilà ce que devenait Eamon.

Un homme qu’elle commençait à voir comme un complice. Un gouffre les séparait encore et la princesse craignait d’être incapable de le franchir un jour mais...elle s’était accoutumée à la présence du dragonnier. Sa voix impactait un peu plus chaque jour le bouclier qui protégeait son âme et, pourtant, celle-ci n’avait rien d’une intruse. Bien au contraire. Il y avait de la bienveillance dans les conseils du combattant et Azura était loin d’y être insensible, en dépit de sa froideur naturelle. Mais Eamon ne voyait en elle qu’une élève…et cette simple distinction agrandissait le fossé entre eux. Cette prise de conscience lui prodigua une sensation désagréable, qu’Azura se garda bien de montrer, préférant camoufler ses sentiments derrière un masque d’impassibilité.

En revanche, Eamon ne reflétait pas cette même indifférence. La vagabonde l’observa, promenant ses yeux sur le visage du guerrier, cherchant à déchiffrer ce que laissait transparaître sa posture. Mais Azura était aussi habile pour exprimer ses émotions…que pour reconnaître celles des autres. L’homme semblait vouloir fuir quelque chose. S’efforçait-il de l’éviter ? Ou essayait-il plutôt d’échapper à un souvenir, un secret qu’il ne souhaitait pas révéler ? La princesse se contenta d’un hochement de tête en guise de réponse, ne souhaitant aucunement s'aventurer sur ce terrain là avec lui pour le moment. Suivant ses conseils, elle s’installa sur le lit, non sans faire grincer bruyamment le matelas. Elle s’adossa contre l’oreiller. Eamon attira de nouveau son attention lorsqu’il reprit la parole et Azura plongea dans son regard, écoutant avec un intérêt cette fois-ci non dissimulé. Sa question la laissa un instant perplexe. “ Que veux-tu dire ?”demanda-t-elle aussitôt qu’il eut terminé de parler, les sourcils légèrement froncés.

Souhaitait-elle réellement récupérer ses terres ? Non. Son pays pouvait brûler. Il n’avait apporté à sa famille que la misère…et la mort. Seule la vengeance l’importait. Le seigneur du feu se prélassait sûrement dans le château de sa nation, se délectant du chaos qu’il semait dans son passage. Cet homme devait mourir. Et Azura comptait être celle qui lui ôterait la vie.

“ Qu’as-tu en tête ?”La princesse était loin d’être aveugle. Et stupide. Eamon semblait avoir un projet ; son regard lui révélait ce qu’il ne disait pas à voix haute pour le moment. Une boule d'appréhension se forma dans sa gorge. Quel sacrifice allait-il lui demander ? Bien qu’elle s’était toujours tenue éloignée de la politique, Azura avait une faible connaissance de ses rouages...et le mariage constituait l’un des principaux enjeux du système. Une ombre traversa ses iris. Si c’était l’idée du dragonnier…alors la vagabonde était décidée à s’y opposer farouchement.





j1uq.pnggtfb.png9m0b.png
But do you feel like a young God? You know the two of us are just young Gods and we'll be flying through the streets with the people underneath...And they're running, running, running.
Pyramid Rouge
Messages : 852
Date d'inscription : 23/12/2019
Région : Derrière toi.
Crédits : Jibaro- Love death & robots

Univers fétiche : Silent Hill/ Horreur
Préférence de jeu : Les deux
PYRAMID ROUGE
https://www.letempsdunrp.com/t4946-poupee-russe https://www.letempsdunrp.com/t4944-repertoire-pyramidale https://www.letempsdunrp.com/t6449-silent-hill-en-cours-de-recherche https://www.letempsdunrp.com/t3510p10-le-parallelogramme-incongrue
Pyramid Rouge
Jeu 5 Jan - 23:39
0b655f96a72e40b42b8e1fedb78bcc88.jpg
Eamon

Tethras

J'ai 41 ans et je vis sur la route avec Azura Vaelarys dans tout Thadeas. Dans la vie, je suis Dragonnier . Sinon, grâce à mon caractère et mon expérience, je suis habilement compétent à mon plus grand bonheur.


-Natif du pays du vent (peuple blanc)
-Née à  Anamemos
-Est le dernier dragonnier
-Aime : les dattes, le froid, la solitude, les dents d’animaux, l’odeur de la pluie
-Déteste : avoir chaud, être blessé, les chats, les pipelettes, l’eau

L'ascension des dragons - feat.  Mad Max  - Page 3 Original
L'ascension des dragons - feat.  Mad Max  - Page 3 InsignificantLegalGalah-max-1mb
Netflix
Assis-là sur le rondin, le regard fixé sur son élève il n’a plus rien a voir avec ce qu’il à déjà pu être. De l’ermite ronchon jusqu’au sauveur il n’a plus l’air d’être que quelqu’un en position de confiance. Il mentirait si il n’admettais pas que s’engouffrer dans cette aventure était l’une des meilleures choses qui lui était arrivé depuis longtemps. Mais profondément noyé dans sa nouvelle quête il zèle. Mais au moment où il pose sa question, il voit bien qu’Azura est a milles lieux de ce qu’il lui dit. Ses mots sont faibles, elle reste fermée et ne pose que des questions auxquelles elle semble déjà avoir la réponse… Face à ces petites questions teintées d’une timidité aux dents acérée il se demande si il a fait le bon choix en l’acceptant comme élève. Elle qui avait dans sa grotte la langue bien pendu pour parler de choses graves elle était selon lui comme éteinte. Cela finis par l’agacer un peu entre deux crépitements de flammes.

-Azura, ne fais pas la sotte avec moi.

Il la regarde, apaisé mais avec ce qui semble être une pointe de sourire désabusé. Il regarde sa posture et autant de fois qu’il avait discuté d’affaires importantes il savait déchiffrer le comportement de ceux avec qui ils collaboraient. Tout à coup elle était bien plus détachée… mais il fallait lui laisser le bénéfice du doute étant donné son récent empoissonnement… Ca il n’y pensa qu’en commençant son offensive verbale.

-Qu’ai-je dis pour que tu te referme comme une coquille ? Tu ne semble pas réellement d’intéresser de ce quoi nous discutons, je me trompe ?   Il n’attend aucune réponse alors il poursuit, persuadé d’avoir raison. A quoi pense-tu ?

Il la regarde alors plus sévère se redressant un peu sur le rondin. Il ne la lâche pas du regard et celui-ci à une lourdeur qu’on ne saurais éviter que par la fuite. Un silence plombe comme si rien ne pourrait le trancher. Rien ne se passe que le crépitement du feu. Sa place est floue et pas forcément idéal. Il croit la connaître mais se méprend peut-être. Soudain dans ce silence où les émotions sont légions il coupe court.  Il n’attend un petit temps, peut-être pas assez pour lui laisser le temps de répondre et il poursuit promptement sentant un malaise s’être immiscé.

-Hum… Avec réfléxion, il serait peut-être plus sage d’en parler quand tu sera davantage remise sur pieds. Demain si tu te sent de marcher je te présenterais le village en bon et due forme. Repose toi bien.
Il lui adresse un sourire triste, le regard bas avant de juste repartir. Comme un fantôme il repartait aussi vite qu’il était arrivé.

***

La nuit passa et le lendemain, la fille de l’orage n’hésita plus à sortir de son gite d’invité pour chercher le dragonnier, l’air semblant décisif sur son visage. Sans mal elle le trouva et il lui présenta avec fierté et sourire son village reconstruit. Il était plus petit qu’autrefois, il le disait mais dans ses yeux l’émotion présente trahissait le profond attachement qu’il ressentait pour ses racines. Ici il restait le seul à se balader avec ses cheveux blancs comme la neige. Même les personnes âgées du village préférait se teindre les cheveux en se les lavant avec de l’eau de choux rouge par peur de nouvelles offensives du pays du feu. Lui faisant voir ; les cultivateur, les tanneurs, les chasseurs et autres différentes partie du village tout le monde semblait opérer son travail dans une adéquation étrange avec les autres. Les tisseuses de laine de yak offrirent même à la jeune femme un long poncho qu’elle pourrait mettre par-dessus ses vêtements et armures pendant son séjour chez eux.

Ici, Azura n’était pas plus différente physiquement d’une autre fille ce qui aurait au moins l’avantage de la sauver des regards non-aiguisé à la différence… Eamon, fier de pouvoir présenter ses coutumes et son peuple fit boire à la jeune femme une sorte de bière à la graisse de phoque au déjeuner, le liquide était pâteux et d’une couleur immonde. Aucun étranger ne pourrait le boire sans une once d’appréhension. L’odeur était forte, il fallait tenir. Néanmoins, dans ce village quand on était pas malade ou estropié on prenais les repas tous ensembles dans une grande salle commune, ça avait tendance à aider les gens à se connaître et s’entraider.
L’entraide à Anamemos était essentiel pour survivre car chacun avait besoin à un moment ou un autre des autres. Un jeune bucheron pendant le repas avait conté avec grande joie le retour d’Eamon parmi les vivant de façon théâtrale… L’effervescence de leur joie produisait une chaleur humaine plus ardente que le feu lui-même. Pris dans la joie de l’instant Eamon se laissa faire mais avec réserve car n’importe qui le connaissant un peu pourrait voir qu’il se sentait bête.

De plus l’histoire théâtralisé et conté de ses exploits ne manquait pas d’expliquer la mort tragique de la douce princesse des pays de la terre qui tant éprise du dragonnier s’était jeté du haut d’une montagne de désespoir de ne jamais pouvoir le revoir vivant…A cette partie de l’histoire il avait grimacé même si le jeune homme avait blagué sur le charme du dragonnier en expliquant aux jeunes dames de prendre garde à s’éprendre de lui… Après avoir bien mangé et bu Eamon sortie avec Azura à l’extérieur de la grande salle commune.

-Allez… Avoue que le Pounshka ce n’est pas ton truc fille de l’orage …

Fit-il taquin en voyant sa choppe encore bien pleine. Terminant sa propre choppe sans peine il la reposa sur un tonneau et pris la sienne pour la poser à coté un petit sourire taquin sur le visage.

-Maintenant que je t’ai fait découvrir mon village, que dirait-tu d’une petite randonné en montagne?  

Il la regardait avec un sourire en marchant un peu dans la neige lui laissant un peu de temps pour répondre sachant pertinemment qu’il n’y avait pas de montagne avant des kilomètres. S’éloignant un peu du village rapidement en la distançant un peu tout en prenant attention à ce qu’elle le suive il s’arrêta au milieu de la neige.

-La bas on sera tranquille pour discuter. En plus on y sera dans très peu de temps…

Il regardait la montagne au loin avec un grand sourire ne semblant pas percevoir la réalité de leur capacité de marche. Le regard planté sur la jeune femme, une ombre blanche s’abattit bientôt sur eux. La poudreuse de la neige vola en tout sens dans les rayons de soleil dans un cri significatif et aigu et à la fois profondément guttural.  Bientôt on distinguait la monture d’écaille nacré du légendaire dragonnier devant eux. Se rapprochant très prêt d’Azura il lui lança un regard amusé mais tout de même plus sérieux.

-Alors, tu es prête ?

Contenu sponsorisé
L'ascension des dragons - feat. Mad Max
Page 3 sur 3
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Sujets similaires
-
» (m) Dragons
» (M/F) Dragons Dreamworks/Eragon (Sans réponse)
» (f/m) rise of the brave tangled frozen dragons (en cours)
» (m...enfin presque !) crossover lilo & stitch/dragons; une amitié inattendue
» Le reflet- feat Jo'

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers fantasy :: Game of Thrones-
Sauter vers: