Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues
qui tu veux,
quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
Le deal à ne pas rater :
Coffret Pokémon Ultra Premium Dracaufeu 2022 en français : où le ...
Voir le deal

LE TEMPS D'UN RP

You are the peace I crave in this chaotic world. ((Leona&Ethan))

Mad Max
Messages : 329
Date d'inscription : 06/05/2021
Région : Centre-Val de Loire
Crédits : Mad Max (signature : magma)

Univers fétiche : De tout
Préférence de jeu : Femme
patrick
Mad Max
Ven 29 Oct - 8:42
cnla.png
Leona Kinglsey
J'ai 23ans et je vis à Paria,. Dans la vie, je suis en première année de mastère actuariat et je m'en sors parfaitement bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire un peu trop volage et je le vis plutôt bien.

If I cannot bend heaven, I will raise h e l l.

♕. Elle a grandi dans le luxe, l’opulence...mais également au sein d’une fratrie dévorée par la jalousie et désireuse de se déchirer.

♕. Bien trop mature pour son âge, Leona est une femme charismatique, solaire et passionnée. Elle a le cœur grand, mais une patience fragile. La nervosité ruisselle dans ses veines, frisant presque la névrose. Son éducation l’a rendue superficielle et attentive aux moindres détails de son apparence.

♕. Si Leona se trouve toujours à la lumière d’un projecteur...elle n’en reste pas moins une femme secrète et renfermée, presque pudique par bien des aspects, camouflant une profonde timidité par une assurance démesurée.

 You are the peace I crave in this chaotic world. ((Leona&Ethan))  - Page 12 Qsyb

jfa2.gifI used to think I set a fire in your eyes but I’ve learned that was just the reflection of the one you set in mine.

Ses supplications se perdirent dans le tumulte. Aucun des deux hommes ne semblait l’entendre, comme si la haine qui les animait était bien trop forte pour qu’ils puissent se concentrer sur quoi que ce soit d’autre. Leona assista, impuissante, à la scène. Son cœur lui cria de se remuer, de se jeter dans la mêlé s’il le fallait pour les interrompre et mettre un terme à cette stupide querelle… Mais son corps refusait de bouger. Elle était pétrifiée, terrifiée par la violence de leurs actions. Le bruit d’un vase qui se brise retentit une seconde fois et cette fois-ci, l’affolement déferla à grande vitesse dans ses veines. Du sang maculait une partie du visage d’Ethan. Le projectile l’avait heurté. Lewis avait réussi à le viser. Et ce fut tout ce qu’assimila son esprit. La panique l’envahissait entièrement, si bien que la Kingsley s’avança vers eux, déterminée à les arrêter...lorsqu’Ethan se lança sur Lewis pour le coincer brutalement contre le mur, ses mains venant aussitôt se joindre autour de la nuque de ce dernier.

Son cœur se mit à battre terriblement rapidement. Elle n’entendait plus que le tintamarre produit par les palpitations saccadées, lourdes et véloces. La colère déserta le regard de Lewis pour laisser place à une peur profonde. La panique l’incita à se démener comme un diable contre la poigne du criminel, mais Ethan le tenait fermement, trop fermement pour lui offrir un quelconque échappatoire. Leona franchit brusquement les derniers mètres qui les séparaient. La bouche de l’avocat s’ouvrait en grand alors qu’il happait l’oxygène dont il avait besoin et qui fuyait ses poumons à mesure qu’Ethan amplifiait sa force. Dans un bruit sourd, Lewis s’affaissa brusquement le long du mur et s’écrasa sur le sol, inerte, laissant une traînée rougeâtre dans son sillage.

Un long silence retomba dans la pièce. Plus de vases volants. Plus de grognements rageurs ou de grondements nerveux. Ils n’y avaient plus que le raffut infernal des cœurs qui s’agitent dans les poitrines, mues par une angoisse terrassante. Leona ne se trouvait qu’à un mètre du criminel. Lequel lui tournait encore le dos, fixant la silhouette avachie sur la moquette, à l’instar de la jeune femme. Elle contemplait un Lewis immobile. Pâle. Presque vulnérable, dans cette position.

En dépit de tous ses efforts, Leona ne ressentit pas une once de compassion pour lui. Pourtant, ce fut vers lui qu’elle se dirigea en premier, influencée sans aucun doute par sa raison, qui prenait presque le dessus sur son esprit en désordre. Elle s’abaissa vers Lewis pour capturer son poignet. Du bout des doigts, elle vérifia son pouls...et lorsqu’elle sentit les faibles palpitations sous son index, un semblant de soulagement la saisit. Elle avait cru, pendant un court instant, qu’Ethan allait le tuer. Elle revoyait la scène, dans les moindres détails, revivant encore une fois le moment où le criminel plaquait l’avocat contre la façade. Seigneur. C’était la première fois que Leona apercevait cette facette d’Ethan. Pleine de violence. De brutalité. Une noirceur dont elle avait eu un vague aperçu le soir où il l’avait retrouvé au milieu d’une ruelle et qu’il avait tout simplement braqué une arme à feu sur ses agresseurs. Une facette qui aurait dû la faire fuir. Comme l’aurait fait une personne sensée.

Pourtant, lorsque la Kingsley leva son visage vers le criminel, son regard était teinté d’inquiétude. Ses yeux s’arrêtèrent aussitôt sur la forme pourpre qui s’étendait sur son front jusqu’à son œil droit. Un éclat de fureur traversa ses iris. “ Espèce d’idiot, de crétin, imbécile…”voulut-elle vocéfirer, mais sa voix fut réduite à un murmure où se reflétait sa colère et sa frayeur qui, combinée ensemble, rendait ses réactions...étrangement cahotiques. Leona se redressa.

“ Mais qu’est-ce qui t'as pris…"gronda-t-elle doucement. Elle s’avança vers le criminel, aucunement surprise par les émotions qu’elle ressentait à son égard. Elle avait eu peur. Terriblement peur. Mais pas de lui. Pour lui. Le regard d’Ethan lui paraissait voilé, bien plus terne que d’ordinaire. Et ce détail fit accroître son taux d’angoisse. Contrastant avec son expression un brin sévère, sa main se déposa délicatement sur sa joue.

“ Assis toi. Il faut soigner ta plaie. Je te jure que si c’est plus grave que ça en a l’air...”Il allait l’entendre. Ou pas. Elle fut incapable de terminer sa phrase, étudiant avec désarroi l’homme qui lui faisait face. Leona contenait difficilement son exaspération et elle savait que cette perte de contrôle était due à sa terreur, laquelle semait un véritable chaos dans son être. Son manque de considération envers Lewis faisait-il d’elle une mauvaise personne ? Parce que si c’était le cas…la Kingsley s’en moquait. Tout ce qui l'importait, c'était le regard vide d’Ethan et sa blessure sanguinolente, qui aurait dû lui faire comprendre qu’il devait être sûrement accoutumée à une telle violence...à l’inverse de Leona. Pourtant, elle était là...à s’affoler pour lui, à s’énerver contre lui pour son manque cruel de jugeote.





j1uq.pnggtfb.png9m0b.png
But do you feel like a young God? You know the two of us are just young Gods and we'll be flying through the streets with the people underneath...And they're running, running, running.
Azylth
Messages : 171
Date d'inscription : 21/04/2021
Région : Rhône-Alpes
Crédits : /

Univers fétiche : Fantasy/Romance/Historique/City
Préférence de jeu : Femme
tea
Azylth
Lun 1 Nov - 10:04
e2c939dc22fa777366dae2886b44c5fe.jpg
Ethan Anderson
J'ai 31 ans et je vis à Paria. Dans la vie, je suis dealer et informateur à mes heures perdues et je m'en sors plutôt bien. Je fait partie d’un des gangs les plus influents de la ville et je contrôle mon propre réseau et je le vis plutôt bien.

Informations supplémentaires ici.
Je suis plutôt froid en apparence mais quand on me connait bien, je me révèle être quelqu’un d’assez chaleureux même si je suis aussi anxieux de nature. Je suis parfois impulsif et j’ai tendance à faire plus confiance à mon intuition et mon instinct plutôt qu’à mon expérience. Je possède également une sorte de sixième sens qui m’a sauvé la vie à plusieurs reprises. Mon boulot exige que je décrypte la personnalité des gens que je croise au premier coup d'œil et je suis devenu excellent dans ce domaine. Enfin, je suis le roi du déguisement. Me fondre dans la foule est également essentiel pour moi et me permet de ne pas me faire repérer si facilement.



Dans un état second, Ethan vit Leona se diriger vers Lewis. Comme s'il était devenu un robot, ses yeux suivirent sa main qui attrapait son poignet, pour vérifier son pouls. Puis son regard se dirigea vers le sien pour avoir son verdict. Mort ou pas mort ? S'il était mort, il allait devoir se débarrasser du corps. Il faudrait appeler Charles, il faudrait lui expliquer ce qu'il s'était passé, pourquoi il avait pété un câble, et les conséquences seraient désastreuses. Sauf que la pointe de soulagement qu'il vit dans les yeux de Leona lui apprit qu'il ne l'avait pas tué. Ce sentiment se refléta aussitôt dans son regard. Pas de corps à cacher, à dissoudre dans l'acide. Pas de boss à appeler. Pas de prison. Rien à part la désagréable certitude qu'il n'aurait pas dû y aller aussi violemment.

Cette fois-ci, les lèvres de Leona bougèrent. Il ne l'entendit pas, bien trop assourdi par le bruit de ses propres pensées. Tout aurait pu se passer différemment. Cette fois-ci, il s'en tirait avec un gars inconscient mais ça aurait pu être tellement, tellement pire. Il ne savait toujours pas ce qui lui avait pris. Enfin, si, il le savait. Mais la peur de ne pas faire le poids contre un type de bonne famille avait pris une ampleur disproportionnée lorsqu'il avait vu la sale gueule de Lewis. Il savait au fond de lui qu'il était le préféré de Leona. Mais ce ne serait pas toujours le cas, il en était persuadé.

- Mais qu’est-ce qui t'as pris…, le gronda-t-elle tout en posant délicatement sa main sur sa joue. Ethan ne parvint pas à articuler le moindre mot. Sa bouche était faite de ciment. Seul son oeil valide, celui qui n'était pas couvert de sang, la regardait avec hébétude.
- Assis toi. Il faut soigner ta plaie. Je te jure que si c’est plus grave que ça en a l’air...
S'asseoir. L'ordre se fraya difficilement un chemin jusqu'à son centre nerveux et ce ne fut que quelques secondes plus tard qu'il se mit en mouvement, cherchant d'abord une chaise des yeux comme s'il avait oublié où il se trouvait, puis qu'il s'y assis.
- Désolé..., fut tout ce qu'il trouva à baragouiner, des bulles de sang éclatant au coin de sa bouche, incapable de trouver les mots.
Parce que Leona avait tout vu. Inutile de se justifier pour lui expliquer quoi que ce soit. Elle avait vu qui il était réellement. Un type qui venait des bas fonds de Paria et qui n'avait que ses poings pour s'exprimer.

Mad Max
Messages : 329
Date d'inscription : 06/05/2021
Région : Centre-Val de Loire
Crédits : Mad Max (signature : magma)

Univers fétiche : De tout
Préférence de jeu : Femme
patrick
Mad Max
Lun 1 Nov - 18:18
cnla.png
Leona Kinglsey
J'ai 23ans et je vis à Paria,. Dans la vie, je suis en première année de mastère actuariat et je m'en sors parfaitement bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire un peu trop volage et je le vis plutôt bien.

If I cannot bend heaven, I will raise h e l l.

♕. Elle a grandi dans le luxe, l’opulence...mais également au sein d’une fratrie dévorée par la jalousie et désireuse de se déchirer.

♕. Bien trop mature pour son âge, Leona est une femme charismatique, solaire et passionnée. Elle a le cœur grand, mais une patience fragile. La nervosité ruisselle dans ses veines, frisant presque la névrose. Son éducation l’a rendue superficielle et attentive aux moindres détails de son apparence.

♕. Si Leona se trouve toujours à la lumière d’un projecteur...elle n’en reste pas moins une femme secrète et renfermée, presque pudique par bien des aspects, camouflant une profonde timidité par une assurance démesurée.

 You are the peace I crave in this chaotic world. ((Leona&Ethan))  - Page 12 Qsyb

jfa2.gifI used to think I set a fire in your eyes but I’ve learned that was just the reflection of the one you set in mine.

Ethan semblait si loin, que Leona crut pendant un instant qu’il ne l’avait pas entendu. Mais, après une interminable attente dans laquelle la Kingsley sentit son angoisse décupler, le criminel remua pour s’installer sur une chaise. Elle n’avait jamais apprécié la vision du sang. Fixer la large tâche rougeâtre qui s’étalait sur son front lui provoquait presque la nausée. Si bien qu’elle sentait son estomac se nouer à mesure qu’elle étudiait l’ampleur de la blessure...seulement, elle se doutait que ses sensations étaient liées au fait que c’était Ethan. Et qu’elle haïssait de le voir dans un tel état. Le regret que la jeune femme lisait dans son regard rendait son excuse presque futile. “ Je sais.”lui assura-t-elle, d’une voix étonnamment douce malgré ses sourcils froncés par le mécontentement. Le criminel n’avait pas besoin de s’excuser. Elle apercevait dans ses yeux tout ce qu’il n’osait pas prononcer à voix haute. Et c’était bien pour cette raison que Leona se retrouvait partagée entre diverses émotions.

“ Il le méritait, de toute façon. Mais c’était pas une raison pour te la jouer aussi con que lui. ”déclara-t-elle plus fermement, tandis qu’elle se penchait vers le criminel pour analyser l’état de la blessure. Le flot de sang qui s’écoulait de la plaie lui faisait presque tourner la tête, mais c’était bel et bien son inquiétude pour Ethan qui prenait le dessus sur son corps.

“ Je t’en veux pas, tu sais. J’ai eu peur pour toi...c’est tout.”Leona se redressa. Sa terreur avait été telle qu’elle s’était retrouvée tétanisée, les pieds cloués au sol, incapable d’intervenir alors que son esprit lui criait de remuer. “ Il faut que je t’emmène aux urgences, ta blessure n’est pas propre du tout.” La Kingsley jeta au passage un coup d'œil à la dérobée à l’avocat, toujours inconscient. Quel merdier. Qu’allait-elle faire de lui ? Bon. Plus tard. Elle attrapa ses baskets, les enfila et attrapa au passage son manteau et son sac. Leona s’approcha d’Ethan et passa un bras dans son dos.

“ Ça ira, pour aller jusqu’à la voiture ?”demanda-t-elle, de plus en plus soucieuse, se demandant encore comment il parvenait à tenir après le coup qu’il avait reçu au crâne. Et les coups qu’il avait reçu au visage. Dans les côtes. La gorge serrée, le corps presque pressé contre celui du criminel, elle n’était aucunement décidée à s'éloigner de lui. Son instinct lui intimait de ne pas le quitter. Et même si sa fureur se reflétait sur son visage et dictait la manière dont elle s’exprimait, sa colère n’était en rien comparable à son inquiétude...laquelle se remarquait dans ses mouvements, délicats et légers, contrastant ainsi avec l’austérité de son regard.





j1uq.pnggtfb.png9m0b.png
But do you feel like a young God? You know the two of us are just young Gods and we'll be flying through the streets with the people underneath...And they're running, running, running.
Azylth
Messages : 171
Date d'inscription : 21/04/2021
Région : Rhône-Alpes
Crédits : /

Univers fétiche : Fantasy/Romance/Historique/City
Préférence de jeu : Femme
tea
Azylth
Mar 2 Nov - 15:10
e2c939dc22fa777366dae2886b44c5fe.jpg

Ethan Anderson

J'ai 31 ans et je vis à Paria. Dans la vie, je suis dealer et informateur à mes heures perdues et je m'en sors plutôt bien. Je fait partie d’un des gangs les plus influents de la ville et je contrôle mon propre réseau et je le vis plutôt bien.


Informations supplémentaires ici.
Je suis plutôt froid en apparence mais quand on me connait bien, je me révèle être quelqu’un d’assez chaleureux même si je suis aussi anxieux de nature. Je suis parfois impulsif et j’ai tendance à faire plus confiance à mon intuition et mon instinct plutôt qu’à mon expérience. Je possède également une sorte de sixième sens qui m’a sauvé la vie à plusieurs reprises. Mon boulot exige que je décrypte la personnalité des gens que je croise au premier coup d'œil et je suis devenu excellent dans ce domaine. Enfin, je suis le roi du déguisement. Me fondre dans la foule est également essentiel pour moi et me permet de ne pas me faire repérer si facilement.



- Je sais, lui assura-t-elle sans détendre les traits de son visage, mais en venant s'installer près de lui d'une manière qu'il trouvait assez rassurante. Il le méritait, de toute façon. Mais c’était pas une raison pour te la jouer aussi con que lui.
Il hocha la tête. Elle avait raison, il était con.
Elle se pencha vers lui pour observer sa tête tandis que son regard se tournait vers la petite traînée de sang que Lewis avait eu la bonté de laisser sur le mur. Il ne savait pas exactement pourquoi, mais il avait la désagréable sensation que cette histoire allait mal tourner pour lui...

- Je t’en veux pas, tu sais. J’ai eu peur pour toi...c’est tout. Il faut que je t’emmène aux urgences, ta blessure n’est pas propre du tout.
Leona allait trop vite. Le temps qu'il se rende compte que ses mouvements doux n'étaient pas en accord avec l'expression sévère de son visage, qu'elle avait déjà enfilé son manteau et ses baskets, elle avait déjà passé un bras dans son dos et l'aidait à se relever.
- Ça ira, pour aller jusqu’à la voiture ?

Ethan comprenait le monde au ralentit. Ce n'est qu' une bonne seconde plus tard qu'il hocha la tête et se releva. À présent que l'adrénaline avait disparu, il sentait sa tête pulser fort et sa tempe droite le brûler férocement. Son équilibre semblait avoir en été impacté et il crut bien un instant qu'il allait s'effondrer par terre. Son crâne pesait à présent plus lourd que le reste de son corps. Mais il ne trebucha pas et se contenta de marcher la tête basse en s'appuyant un peu sur Leona, mais le moins possible car sa fierté restante le lui interdisait.


Mad Max
Messages : 329
Date d'inscription : 06/05/2021
Région : Centre-Val de Loire
Crédits : Mad Max (signature : magma)

Univers fétiche : De tout
Préférence de jeu : Femme
patrick
Mad Max
Mer 3 Nov - 8:13
cnla.png
Leona Kinglsey
J'ai 23ans et je vis à Paria,. Dans la vie, je suis en première année de mastère actuariat et je m'en sors parfaitement bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire un peu trop volage et je le vis plutôt bien.

If I cannot bend heaven, I will raise h e l l.

♕. Elle a grandi dans le luxe, l’opulence...mais également au sein d’une fratrie dévorée par la jalousie et désireuse de se déchirer.

♕. Bien trop mature pour son âge, Leona est une femme charismatique, solaire et passionnée. Elle a le cœur grand, mais une patience fragile. La nervosité ruisselle dans ses veines, frisant presque la névrose. Son éducation l’a rendue superficielle et attentive aux moindres détails de son apparence.

♕. Si Leona se trouve toujours à la lumière d’un projecteur...elle n’en reste pas moins une femme secrète et renfermée, presque pudique par bien des aspects, camouflant une profonde timidité par une assurance démesurée.

 You are the peace I crave in this chaotic world. ((Leona&Ethan))  - Page 12 Qsyb

jfa2.gifI used to think I set a fire in your eyes but I’ve learned that was just the reflection of the one you set in mine.

Son angoisse venait enfin de retomber. Subitement. Ses veines avaient finalement cessé de frétiller d’inquiétude et d'impatience et son cœur retrouvait un rythme ordinaire, plus calme. Ce retour à la sérénité lui permettait de clarifier son esprit. Et maintenant que ses pensées se remettaient progressivement en ordre...Leona prenait conscience de l’ampleur de la situation. Elle comprenait ce qu’Ethan avait fait. Ce qu’il aurait pu faire si sa voix intérieure ne lui avait soufflé Dieu seul sait quoi pour l’empêcher de commettre l’irréparable.

Sa tête bascula doucement contre le mur blanchâtre de l’hôpital. Voilà des minutes que la Kingsley patientait, ses songes pour seule compagnie, incapable d’écarter de sa mémoire les images du criminel, frappant Lewis, encore et encore...comme prit d’une frénésie passagère. Pour la première fois, depuis qu’elle l’avait rencontré, le danger la faisait reculer. Elle ne pouvait pas s’empêcher de voir ça comme un avertissement, un mauvais présage de ce qui risquait d’arriver si sa vie continuait de s’entremêler à celle d’Ethan. Son cœur se serra. Non, elle n’avait pas envie de s’éloigner de lui. Pas tout à fait. Leona s’était attachée à cet homme, contre son gré, en dépit des conséquences, de la douleur que cela pouvait provoquer...parce qu’elle le savait, la Kingsley, que jamais le criminel ne ressentirait de quelconques sentiments à son égard. Son estomac se tordit complètement. Il était dangereux, Ethan. Pour bien des raisons. Alors que faisait-elle à papillonner encore autour de lui ?

Leona n’eut pas le temps de se pencher sur cette question. Une infirmière venait de quitter la pièce dans laquelle Ethan avait disparu depuis un long moment, trop long moment. “ Les soins sont terminés. Vous pouvez entrer.”lui apprit-elle avant de s’éclipser dans le vaste couloir. La Kingsley se redressa. Tendue. Rigide. Une nouvelle tension, qu’elle comprenait aisément, commençait à étirer tous ses muscles. Elle pénétra dans la chambre, s’évertuant à ignorer les lourdes palpitations dans sa poitrine, laquelle se relevait lentement, à croire que celle-ci était écrasée par un poids immense. Son regard se posa aussitôt sur la silhouette d’Ethan. Une bande d’un blanc immaculé entouré son crâne, dissimulant cette affreuse plaie qui la hantera sûrement durant des semaines. Mais il n’y avait pas que le sang, qui continuerait de la tourmenter. Et lorsqu’elle croisa les yeux du criminel, la Kingsley réalisa à quel point elle était fichue.

Elle s’approcha de lui. Un mince sourire flottait sur ses lèvres rosées. “ Tu te sens mieux ?”Cette interrogation lui parut étrangement futile...Au moins servit-elle à combler le silence qui était retombé dans la petite salle. Leona croisa les bras sur sa poitrine. Il y avait un homme inconscient dans son salon et elle était là, à contempler l’homme qui en était la cause. L’ombre d’un remord la saisit. Puis, les mots de l’avocat se précipitèrent brusquement dans son esprit. Son cœur rata un battement. Mais quel bordel. Sa vie prenait un tournant auquel elle ne s’était vraisemblablement pas préparée...et, en avait-elle envie ? La sonnerie de son téléphone résonna, lui arrachant presque un sursaut de surprise. Ses mains se précipitèrent aussitôt pour attraper le cellulaire et Leona marqua un temps d’arrêt en voyant le contact affiché sur l’écran. Elle étouffa un juron. Avant de décrocher, chassant cette vicieuse et profonde appréhension qui grandissait en elle.

“ Allô ?”Ce fut une voix paniquée qui lui répondit. Cette fois-ci, Leona ne retint pas les jurons qui s’échappèrent de sa gorge. “ Annabeth, ne panique pas, d’accord ? Je peux tout expl…”La jeune femme quitta la pièce, la panique faisant de nouveau bouillir ses veines. Son esprit tournait brusquement, à la recherche de mille excuses.

Elle décida d’expliquer à son aînée qu’elle avait frappé Lewis à l’aide d’un vase et ressentit un immense soulagement lorsqu’Annabeth ne chercha pas à obtenir davantage d’explication. La Kingsley raccrocha. Elle apparut une seconde fois dans la pièce, cette fois-ci, nul sourire ne venait égayer sa mine. Son expression était tirée. Préoccupée. “ Il faut que j’y aille. Annabeth est tombée sur Lewis et...il faut que je m’en occupe.”Elle aurait dû le faire plus tôt. Mais elle avait préféré escorté Ethan, sourde à ce que lui intimait sa raison. Leona passa une main rapide dans ses cheveux bruns. Ses yeux accrochaient ceux du criminel, cachant difficilement les tourments de son esprit, de son âme. “ Il faut que je file. Tu as quelqu’un pour venir te récupérer ?”demanda-t-elle, une partie de son être refusant de s’éloigner. Comme s’il pressentait qu’il ne sera plus jamais aussi près d’Ethan. Comme s’il ressentait qu’un fossé venait de se creuser entre et qu’à la minute où elle passerait cette porte, ce gouffre s’agrandirait.




j1uq.pnggtfb.png9m0b.png
But do you feel like a young God? You know the two of us are just young Gods and we'll be flying through the streets with the people underneath...And they're running, running, running.
Azylth
Messages : 171
Date d'inscription : 21/04/2021
Région : Rhône-Alpes
Crédits : /

Univers fétiche : Fantasy/Romance/Historique/City
Préférence de jeu : Femme
tea
Azylth
Jeu 4 Nov - 17:01
e2c939dc22fa777366dae2886b44c5fe.jpg
Ethan Anderson
J'ai 31 ans et je vis à Paria. Dans la vie, je suis dealer et informateur à mes heures perdues et je m'en sors plutôt bien. Je fait partie d’un des gangs les plus influents de la ville et je contrôle mon propre réseau et je le vis plutôt bien.

Informations supplémentaires ici.
Je suis plutôt froid en apparence mais quand on me connait bien, je me révèle être quelqu’un d’assez chaleureux même si je suis aussi anxieux de nature. Je suis parfois impulsif et j’ai tendance à faire plus confiance à mon intuition et mon instinct plutôt qu’à mon expérience. Je possède également une sorte de sixième sens qui m’a sauvé la vie à plusieurs reprises. Mon boulot exige que je décrypte la personnalité des gens que je croise au premier coup d'œil et je suis devenu excellent dans ce domaine. Enfin, je suis le roi du déguisement. Me fondre dans la foule est également essentiel pour moi et me permet de ne pas me faire repérer si facilement.



La douleur était venue d'un seul coup, lui rappelant que c'était bel et bien un pot entier qui était allé s'écraser sur sa tempe, et non pas un simple éclat de poterie en terre cuite. Des infirmières étaient venues et il avait cru comprendre que ce n'était pas si grave que ça, ce qui expliquait pourquoi elles étaient parties aussi vite. Ou alors, c'était parce qu'il s'était endormi. Il ne savait pas, il n'avait pas les idées claires depuis qu'il s'était rendu compte qu'il aurait pu tuer ce type tout à l'heure. Et le choc a la tête ne l'aidait pas à y voir moins flou. Même le confort sommaire de son lit d'hôpital ne soulageait pas sa peine.

Il tourna instinctivement la tête au bruit de la porte. C'était douloureux mais ça en valait la peine parce que c'était Leona qui venait de rentrer.
- Tu te sens mieux ?
Sa voix était douce et ses lèvres souriaient légèrement. Mais cela ne suffit pas à chasser l'angoisse qui lui serrait les tripes depuis quelques heures.
Et si elle prenait peur ? Et si elle faisait quelque chose de stupide ? Le dénoncer à la police par exemple… ou pire encore : en parler à son père. Non elle ne le ferait pas… mais il y avait toujours une possibilité pour que ses craintes se confirment, même si les chances étaient très minces.

Toutes ses pensées qui se bousculaient dans sa tête avec parfois des éclairs de douleur le ramenaient encore et toujours à la même question : est ce que Leona était digne de confiance ? Oui, dans un sens. Mais... est-ce qu'elle pourrait encaisser tous ses secrets, toutes ses facettes sombres ? Non… non, sûrement pas. Il évitait cette terrible réponse depuis quelques longues minutes déjà mais au fond de lui il savait déjà. Et il l'avait su dès le début, dès qu'il avait commencé à vouloir plus de la part de la fille du célèbre politicien.

Il cligna les yeux pour toute réponse, incapable de bouger ou même de parler. La vie lui semblait devenue très sombre tout à coup... Un peu comme une réalité qu'on aurait plongé dans la nuit. Elle était la même qu'avant, mais ses formes paraissaient plus dures, ses ombres plus épaisses et plus consistantes. La même réalité, mais une allure totalement différente. Comme s'il avait été très optimiste jusqu'alors et qu'il regardait à présent les choses en face, avec certes un peu de tristesse et de regret. Beaucoup de regret. Toutou aurait pu être tellement différent si seulement... si seulement... si seulement elle n'était pas elle et qu'il était moins lui...

Son téléphone sonna et elle s'empressa de décrocher. A sa tête et à la réponse qu'elle donna à sa soeur, Ethan préféra ne pas penser aux ennuis qui l'attendaient quand on découvrait qu'il était l'auteur de ce massacre... Il n'en entendit pas plus car Leona quitta la pièce, mais elle revint quelques minutes plus tard et lui expliqua ce qu'il s'était bien évidemment produit. Il ferma un instant les yeux, un peu submergé par les évènements et par la honte de ne pas avoir pu se contrôler tout à l'heure, puis finit par les rouvrir.
- Il faut que je file. Tu as quelqu’un pour venir te récupérer ?
Il lui leva son pouce gauche avec un maigre sourire.
- Vas-y, je me débrouille, lui souffla-t-il avant de détourner les regard vers la petite table qu'il y avait à côté de son lit. Son portable l'y attendait bien sagement. Il n'avait plus beaucoup de batterie, mais ça suffirait pour appeler quelques uns des guignols qui lui servaient d'amis ou de ce qui s'en rapprochait le plus.

Leona s'en alla nettoyer ses bêtises, puis deux têtes familières firent irruption dans sa chambre peu après. La première était blonde et avait des traits inquiets. La deuxième avait une abondante chevelure afro bouclée et avait l'air plutôt agacée. Très agacée même.
- T'es trop con, lâcha Bexx du bout des lèvres avec son tact habituel.
Il ne lui avait même pas dit ce qu'il s'était passé, mais sa collègue savait forcément qu'il s'était battu. Ils se connaissaient depuis quelques années à présent.
- Ouais, je sais, répliqua-t-il un peu sèchement. Il n'allait pas laisser une gamine de 20 ans à peine lui dire qu'il était con, même si c'était vrai. Bon tu me sors de là où t'es juste venue me voir crever ?, râla-t-il, supportant de moins en moins son regard insolent.
Heureusement, Aiden était moins chiant et deux heures et un demi accident de voiture plus tard, ils étaient rentrés chez lui. Il avait dû expliquer ce qu'il s'était passé, autant pour se confier que parce qu'il leur devait bien ça. Aucun des deux ne remit ses actes en question. Tout à l'heure il avait choisi la violence, et les deux autres auraient fait la même chose. Ils étaient tous pareil et... dans un certain sens, il trouvait cela rassurant de ne pas se sentir complètement seul.

Mad Max
Messages : 329
Date d'inscription : 06/05/2021
Région : Centre-Val de Loire
Crédits : Mad Max (signature : magma)

Univers fétiche : De tout
Préférence de jeu : Femme
patrick
Mad Max
Sam 6 Nov - 15:19
cnla.png
Leona Kinglsey
J'ai 23ans et je vis à Paria,. Dans la vie, je suis en première année de mastère actuariat et je m'en sors parfaitement bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire un peu trop volage et je le vis plutôt bien.

If I cannot bend heaven, I will raise h e l l.

♕. Elle a grandi dans le luxe, l’opulence...mais également au sein d’une fratrie dévorée par la jalousie et désireuse de se déchirer.

♕. Bien trop mature pour son âge, Leona est une femme charismatique, solaire et passionnée. Elle a le cœur grand, mais une patience fragile. La nervosité ruisselle dans ses veines, frisant presque la névrose. Son éducation l’a rendue superficielle et attentive aux moindres détails de son apparence.

♕. Si Leona se trouve toujours à la lumière d’un projecteur...elle n’en reste pas moins une femme secrète et renfermée, presque pudique par bien des aspects, camouflant une profonde timidité par une assurance démesurée.

 You are the peace I crave in this chaotic world. ((Leona&Ethan))  - Page 12 Qsyb

jfa2.gifI used to think I set a fire in your eyes but I’ve learned that was just the reflection of the one you set in mine.

Allez vous faire foutre.

Les mots continuaient de résonner en son for intérieur, lui rappelant à chaque instant ce qu’elle avait fait. Ce qu’elle avait osé faire. Devant milles paires d' yeux écarquillés. Alors, c’était ça, la liberté ? Cette impression de sentir que le monde entier aurait pu s’effondrer autour de nous, sans se sentir un seul instant menacée ? C’était ça, la liberté ? Un sentiment puissant, profond, grisant, qui nous fait sentir que rien ni personne ne peut freiner notre élan ? Ou était-ce les signes qu’elle basculait dans la folie ?

Et si c’était le cas...Quelle importance ? Leona se moquait bien de savoir qu’elle vrillait totalement. Pour la première fois de toute son existence, elle se sentait libre. Fière. Impétueuse. Et si l’insanité était le prix à payer pour son inconscience, la Kingsley était prête à vider son compte bancaire pour prolonger son délire mais surtout...surtout pour revoir l’expression de son père. Oh. Elle n’avait jamais autant savouré le malheur d’autrui qu’au moment où Oscar Kingsley s’est tourné vers elle, la mâchoire s’apprêtant à s’écrouler sur le marbre froid de la galerie. Et son regard...un puits de haine, sans fond, sans limite. Un océan de rage qui, auparavant, l’aurait déstabilisé jusqu’à en faire trembler ses membres.

Mais pas cette fois-ci. Cette fois-ci, Leona n’avait pas cillé. Elle avait même redressé le menton, défiant ouvertement l’homme qui avait cherché à faire d’elle une jolie poupée, une marionnette dont il tirait allégrement les ficelles. Envolées, les chaînes. Disparue, le petit pantin naïf. Il ne restait plus que Leona. Leona et son insolence libératrice. Leona qui, seule, parcourait une ruelle plongée dans une obscurité totale parce que le taxi avait refusé de l’emmener plus loin. Même les étoiles semblaient l’accompagner dans sa démence. Les astres lumineux tournoyaient sur un ciel d’encre noire, détaché et indifférent aux nuages qui se rassemblaient progressivement près d’eux. L’univers autour d’elle partageait son ivresse. Les bâtiments ondulaient. Les lampadaires éteints se déhanchaient dans la pénombre, au rythme d’une mélodie que seuls les écervelés pouvaient entendre. Le son de ses palpitations, légères et frivoles, emplissait le boulevard. Et pour la Kingsley...c’était la plus belle et la plus douce des comptines.

Finalement, ses pieds, coincés dans des escarpins d’un beige vernis, se plantèrent face à la devanture d’un bar un brin inquiétant, lequel se mélangeait parfaitement au décor de cette partie-là de Paria. La mélodie se tût. Bientôt, les battements de son cœur furent étouffés par le bruit qui s’échappait de l’établissement. Qu’est-ce que tu fais là ? Sembla l'invectiver la porte. Va-t'en ! Lui criait l’insigne. La main de Leona se referma sur la poignée, déterminée à retrouver le dealer dont l’absence avait laissé comme un vide dans sa poitrine. Voilà presque deux mois qu’elle avait cherché à s’éloigner de lui.

Elle s’était plongée dans ses études. Elle avait supprimé son numéro. C’est pour le mieux, se répétait-elle mais son mantra avait fini par perdre toute sa valeur, enfin, s’il en avait eu une un jour. Son esprit avait beau rejouer les images d’Ethan écrasant Lewis contre le mur...Leona ne parvenait pas à le haïr, ou à rester loin de lui. Elle avait pourtant cherché de multiples prétextes. Et lorsqu’elle s’était évertuée à se draper d’illusions...entendre son nom dans la bouche de l’avocat avait été comme un électrochoc. Un retour brutal à la réalité.

Ethan avait des défauts. De nombreux défauts. Mais il n’y avait que dans ses bras que la Kingsley se sentait...en sécurité, et libre. Terriblement libre. Sans en avoir conscience, Ethan avait allumé une étincelle en elle, une étincelle qui somnolait depuis toujours et qui, après leur rencontre, n’avait demandé qu’à s’embraser...mais, bien que son cœur bondissait à l’idée de revoir le criminel, Leona n’était pas venu pour recoller les morceaux. Une myriade de vidéos ne tarderait pas à tourner sur le net et la jeune femme tenait à lui assurer de vive voix que ses actes n’auront aucunes répercussions sur lui. Il était libre, lui aussi. Ils étaient libres d’être...ce qu’ils voulaient.

Mais avaient-ils seulement été quelque chose d’autre que des amants d’une nuit et un faux couple raté ? Ressentait-il, lui aussi, des sentiments plus ancrés que ce qu’ils prétendaient tous les deux montrer ? Non. Sûrement pas. Il n’avait pas cherché à la contacter durant ses deux mois. Et même si Leona s’efforçait de ne pas lui en tenir rigueur, elle enchaînait les déceptions depuis des semaines, si bien qu’elle s’était presque habituée à cette impression de lassitude lorsqu’elle recevait un message et qu’elle réalisait que ce n’était pas de lui.

Et s’il n’était pas là ? Non, il devait être là. Il traînait toujours par ici. Elle refusait de croire qu’elle avait traversé la moitié de la ville pour rien. Il devait être là. Poussée par une profonde détermination, elle poussa la porte du bar. Son palpitant cessa de remuer comme un diable. Comme des automates, une multitude de têtes se tourna simultanément dans sa direction à l’instant même où elle franchit le seuil de l’entrée. Sa longue robe carmin en dentelle dénotait assurément dans le paysage. La coupe épousait élégamment les formes fluettes de sa haute silhouette, dont les épaules étaient mises en valeur par un décolleté bateau. Légèrement fendu sur le côté, le vêtement dévoilait une partie de ses jambes fuselées. Rassemblée en un chignon torsadé, sa chevelure foncée dégageait sa nuque. Il n’y avait rien de sobre, dans sa tenue. Sa parure criait à des kilomètres la bourgeoisie et l’opulence ; de ses boucles d’oreilles étincelantes à ses bracelets dorés, pourvus de quelque petit rubis.

Petite rose écarlate au milieu de la broussaille. Leona redressa son port de tête, ô combien gracieux et délicat. Elle s’avança jusqu’au comptoir, d’une démarche assurée, confiante, convaincue que le monde lui appartenait alors que tout son univers brûlait, dévoré par les flammes de son impétuosité. Que retrouverait-elle, dans les cendres ? Certainement pas une famille. Et encore moins sa raison.

“ Un grand verre d’eau, s’il vous plaît.”demanda-t-elle au barman, lequel lui adressa un regard surpris, lorgnant à moitié sur la discrète échancrure de son col. Finalement, l’homme se reprit aussitôt et déposa devant elle un verre d’eau, lui offrant un sourire que Leona ne réussit pas à interpréter. Elle déposa quelques pièces sur le comptoir. Avant d’attraper sa coupe et la porter à ses lèvres d’un rouge vermillon, sondant la salle du regard à la recherche d’Ethan. Ethan qui n’avait jamais quitté son esprit, pas un seul instant. Ethan qui, sans le savoir, venait de bousculer entièrement toute son existence parce qu’elle avait enfin osé tenir tête à tous ses requins avides de richesse. Même s’il ne voulait peut-être pas l’entendre...Leona lui devait bien une explication, pour s’être ainsi écartée de lui. Peut-être que ça n'avait aucune importance pour lui. Peut-être qu’il se moquait bien de sa disparition soudaine. Peut-être l’avait-il oublié dans les bras d’une autre femme et...non, elle ne pouvait pas laisser ses songes divaguer ainsi. Et si c’était le cas, quelle importance ? Ils n’étaient rien, l’un pour l’autre. Rien qu’un duo étrange, qui se perdait de temps à autre dans les couloirs du temps.




j1uq.pnggtfb.png9m0b.png
But do you feel like a young God? You know the two of us are just young Gods and we'll be flying through the streets with the people underneath...And they're running, running, running.
Azylth
Messages : 171
Date d'inscription : 21/04/2021
Région : Rhône-Alpes
Crédits : /

Univers fétiche : Fantasy/Romance/Historique/City
Préférence de jeu : Femme
tea
Azylth
Sam 6 Nov - 17:43
e2c939dc22fa777366dae2886b44c5fe.jpg
Ethan Anderson
J'ai 31 ans et je vis à Paria. Dans la vie, je suis dealer et informateur à mes heures perdues et je m'en sors plutôt bien. Je fait partie d’un des gangs les plus influents de la ville et je contrôle mon propre réseau et je le vis plutôt bien.

Informations supplémentaires ici.
Je suis plutôt froid en apparence mais quand on me connait bien, je me révèle être quelqu’un d’assez chaleureux même si je suis aussi anxieux de nature. Je suis parfois impulsif et j’ai tendance à faire plus confiance à mon intuition et mon instinct plutôt qu’à mon expérience. Je possède également une sorte de sixième sens qui m’a sauvé la vie à plusieurs reprises. Mon boulot exige que je décrypte la personnalité des gens que je croise au premier coup d'œil et je suis devenu excellent dans ce domaine. Enfin, je suis le roi du déguisement. Me fondre dans la foule est également essentiel pour moi et me permet de ne pas me faire repérer si facilement.



Ethan décida de vider d'une traite ce qu'il restait de son verre. C'était déjà son quatrième. Le temps passait vite ce soir.
Le temps. Quel affreux compagnon... Dès qu'il avait enfin la sensation de le maitriser au moins un peu, il lui coulait soudainement entre les doigts tel du sable froid. Il n'avait pas voulu y prêter attention, car il se pensait plus fort que ça, mais malgré lui, il avait compté chaque lever de soleil depuis qu'il avait vu Leona pour la dernière fois à l'hôpital. Si à ce moment là il avait su qu'ils ne se reverraient plus... il ne l'aurait sûrement pas laissée partir comme ça. "Je me débrouille", lui avait-il répondu lorsqu'elle lui avait demandé si ça allait pour lui. Quel idiot... Comment pouvait-il se débrouiller à présent qu'il avait l'impression qu'en disparaissant, Leona avait arraché une partie de son âme ? Il se sentait... terriblement vide. Et aussi terriblement seul.

Au début, ça avait été horrible. Chaque minute paraissait durer des mois et les heures, une éternité. Il pensait à elle chaque seconde du lever soleil au coucher de la lune. A ce qu'elle faisait, si elle allait bien, si elle pensait à lui, à la raison de son silence. Depuis deux semaines, il s'était résolu. Il pensait toujours à elle mais le temps l'avait aidé et avait commencé à panser sa blessure invisible. Alors c'était comme ça que ça se finissait entre eux... aussi soudainement que ça avait commencé. Dire qu'il était déçu n'aurait pas été assez fidèle à la réalité. Il avait été triste à s'en jeter d'un pont. Ca l'avait quelques peu surpris, car il ne pensait pas être aussi sensible. Mais à présent, ça allait mieux. Leona était partie, peut-être avec un autre, peut-être pas. De toute façon, il ne voulait pas y penser, c'était trop douloureux. Ils n'avaient jamais été destinés à finir leur vie ensemble, il fallait juste l'accepter et passer à autre chose.

Au début, le boss n'avait pas été content. Qu'il perde aussi subitement leur principale source d'informations sur Oscar Kingsley l'avait rendu furieux. Enfin... furieux... Ethan avait pu voir une ride se former entre ses deux sourcils, ce qui était particulièrement terrifiant lorsqu'on savait que la principale expression faciale de Charles Stonesen se résumait à une poker face faite d'un marbre si dur et si froid que rien ne semblait pouvoir l'ébranler. Sauf que la nouvelle du soudain silence de leur précieuse source avait brisé ce masque de gel. Et le dealer s'était soudain figé, le cœur battant si for qu'il avait l'impression que le boss pouvait l'entendre distinctement s'agiter follement dans sa poitrine. Charles n'était pas le genre d'homme qu'on avait envie de contrarier. Pas parce qu'il pouvait crier et hurler son mécontentement. Non au contraire. Il était dangereux car il n'en montrait rien. Ce jour là, il l'avait regardé fixement durant quelques secondes. Il n'avait pas prononcé le moindre mot. Un pli s'était formé entre ses sourcils légèrement froncés. Puis il avait croisé ses mains derrière son dos et avait poussé un court soupir chargé de mépris et de dédain. Il s'était retourné pour aller se planter face aux grandes vitres de son bureau. Situé tout en haut d'une des tours les plus riches de Paria, il avait regardé la circulation des voitures pendant un moment avant de le congédier. Ils s'était revus deux fois après ça. Charles n'avait plus parlé de l'incident mais il régnait toujours une sorte de malaise menaçant entre eux deux.

Il avait repris ses activités de dealer avec les autres. Repris sa monotone vie de célibataire et criminel discret. Et c'est ainsi que presque deux mois après l'incident Lewis, il se retrouvait assis à cette chaise quasi tous les soirs, dans ce bar un peu miteux qui appartenait au gang, entouré de ses plus fidèles compagnons d'infortune. Il était bien trop fier pour reconnaître verbalement qu'il avait besoin d'eux, mais il en était parfaitement conscient. Heureusement qu'ils étaient là, avec lui.
- Anderson, à ton tour, sifflota Bexx en étalant sept cartes face cachée devant lui.
Ethan sourit avant de tendre son verre un peu à sa gauche pour que l'autre imbécile qui les accompagnait le remplisse. Sa jeune collègue aux beaux et épais cheveux noirs bouclés posa bruyamment ce qu'il restait des cartes pour signifier que tout était prêt et indiqua sèchement du menton la première des sept cartes cachées.
- Noir, se lança-t-il après un court temps de réflexion.
Bexx retourna la carte. Un six de pique. C'était gagné pour cette première carte. Elle lui sourit vaguement et désigna la suivante. Cette fois-ci, il réfléchit un peu plus, même si tout ça n'était qu'un jeu de pur hasard.
- Car... Coeur, se reprit-il.
La chance semblait être avec lui ce soir, car Bexx retourna la dame de cœur.
- Bien joué, marmonna Aiden à sa gauche, qui avait déjà perdu beaucoup de fois aujourd'hui et qui était pas mal embrumé par l'alcool. Ethan ricana pour lui même avant de lancer :
- Moins.
Là, c'était assez facile. La prochaine carte était effectivement inférieure à la précédente, un dix de trèfle.
- Heuu... Encore moins, ajouta le dealer en posant ses yeux sur la quatrième carte.
Les doigts de Bexx révélèrent cette fois-ci une dame de pique et Aiden pouffa avec un air stupide plaqué sur la visage.
- Tu bois Anderson, ricana sournoisement la métisse.
Ethan rejoint malgré lui Aiden dans son rire stupide et c'est en gloussant tous les deux comme des bouffons qu'il s'enfila la moitié de son whisky coca.

C'est le blond qui remarqua en premier que la salle devenait peu à peu moins bruyante. Bexx et lui avaient échangé les rôles. Elle était concentrée sur les cartes et lui était concentré sur ses réponses qu'il espérait mauvaises. Car elle ne perdait que rarement, et ça en devenait de plus en plus louche.
- Hé..., maronna-t-il en attrapant sa manche et en le secouant, les yeux rivés sur le comptoir.
- Arrête ça, gronda Ethan qui refusait catégoriquement de lâcher Bexx des yeux. Il voulait savoir comme elle parvenait à tricher, car c'était forcément ça. Personne ne pouvait gagner à chaque fois, c'était un jeu de hasard. D'ailleurs, celle-ci l'encourageait du regard à tourner les yeux. Sauf qu'il n'allait pas faire ça. Il n'allait pas faire ça car elle s'apprêtait à faire un truc louche. Il lui adressa un sourire carnassier qu'elle lui rendit aussitôt alors qu'Aiden insistait.
- Mais tourne la tête putain !
- Non ! Lâche moi abruti, s'agaça Ethan.
- Mais elle est giga bonne !, s'énerva à moitié le blond.
Ethan tourna aussitôt la tête vers le comptoir et Bexx souleva furtivement les deux dernières cartes. Sauf qu'il était bien trop ébloui par la belle robe rouge que portait... Leona.

Il faillit s'étouffer avec sa propre respiration alors que son cerveau essayait encore de déterminer s'il faisait une crise d'hallucinations... ou pas.
- Heuu... Je..., souffla-t-il pour lui même, presque inaudiblement.
- Ouais, confirma, en bavant, son pote qui avait entendu. Tu crois que j'peux lui d'mander son num ?
Non...
Le mot résonna dans sa tête, mais ne franchit pas la barrière de ses lèvres. IL était bien trop occupé à détailler sa robe, sa coiffure, la peau pâle de sa nuque... Sa simple présence réchauffait la pièce. Mais alors qu'il avait commencé à se convaincre de l'oublier, la voilà qui réapparaissait. Son cœur ne savait plus quoi faire entre saigner et battre joyeusement de toutes ses forces. Alors il faisait les deux en même temps, et c'en était encore plus douloureux.
Encouragé par son silence, Aiden se leva et alla s'accouder à la droite de la Kingsley, un sourire débile plaqué sur le visage. Mais alors que ça aurait rendu la plupart des gars repoussants, ce genre d'idioties faciales lui convenait bien. Il était encore très jeune. 22 ans, la peau blanche, les cheveux blonds en bataille et plus long que les siens, deux yeux noisette taquins et faisant la même taille que lui. Mais son air stupide lui donnait l'air d'en avoir 3 de moins.
- Salut. T'es trop belle, se lança-t-il sans plus de cérémonies. T'es sûre qu'tu veux que d'l'eau ?, lui demanda-t-il en souriant encore plus.

Mad Max
Messages : 329
Date d'inscription : 06/05/2021
Région : Centre-Val de Loire
Crédits : Mad Max (signature : magma)

Univers fétiche : De tout
Préférence de jeu : Femme
patrick
Mad Max
Lun 8 Nov - 8:31
cnla.png
Leona Kinglsey
J'ai 23ans et je vis à Paria,. Dans la vie, je suis en première année de mastère actuariat et je m'en sors parfaitement bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire un peu trop volage et je le vis plutôt bien.

If I cannot bend heaven, I will raise h e l l.

♕. Elle a grandi dans le luxe, l’opulence...mais également au sein d’une fratrie dévorée par la jalousie et désireuse de se déchirer.

♕. Bien trop mature pour son âge, Leona est une femme charismatique, solaire et passionnée. Elle a le cœur grand, mais une patience fragile. La nervosité ruisselle dans ses veines, frisant presque la névrose. Son éducation l’a rendue superficielle et attentive aux moindres détails de son apparence.

♕. Si Leona se trouve toujours à la lumière d’un projecteur...elle n’en reste pas moins une femme secrète et renfermée, presque pudique par bien des aspects, camouflant une profonde timidité par une assurance démesurée.

 You are the peace I crave in this chaotic world. ((Leona&Ethan))  - Page 12 Qsyb

jfa2.gifI used to think I set a fire in your eyes but I’ve learned that was just the reflection of the one you set in mine.

Son regard errait à travers la pièce, cherchant désespérément la silhouette particulière d’un homme en particulier. L’eau qui coulait à présent le long de sa gorge lui permettait de clarifier un peu ses idées et de noyer le restant de champagne, dont elle avait un peu trop abusé au cours de la cérémonie. Mais ce n’était pas l’alcool qui lui avait influé une telle audace. Non, c’était quelque de nouveau...de différent, qui la dépassait, une profonde envie de frôler l’interdit, un besoin irrépressible de briser les règles. Leona ne pouvait que blâmer son cœur pour la folie qu’elle avait commise. Coeur qui l’avait guidé jusqu’à Ethan, tellement naturellement qu’elle n’avait pas réfléchi un seul instant à ce qu’elle fabriquait.

Une voix résonna près de son oreille. Mais La Kingsley entendit à peine les mots qu’on venait de lui souffler, tant elle était absorbée par ses pensées et la contemplation des lieux. Finalement, elle tourna le visage en direction du jeune homme qui s’était accoudé à ses côtés. Une tignasse blonde. Des traits presque enfantins, rajeunis par un regard foncé qui laissait transparaître un brin de malice. Il semblait avoir son âge, ou peut-être était-il plus jeune ? Leona lui rendit son sourire, quoique son rictus fût plus réservé que le sien. “ Hm pardon ? Je n’ai pas entendu, désolé.”Il ne parut pas se formaliser de sa réponse évasive et répéta aussitôt ses propos, lesquels réussirent à étirer davantage les lèvres de Leona. “ Sûre et certaine. Mais merci.”répliqua-t-elle simplement, avant de repartir à la recherche d’Anderson. Si l’alcool lui aurait insufflé du courage, Leona avait besoin d’avoir les idées claires pour affronter Ethan, aussi préférait-elle jouer la carte de la prudence. Raisonnablement, elle but une gorgée de son verre d’eau.

Puis, enfin, il se glissa dans son champ de vision et son regard glacé s’entrechoqua contre le sien, lui arrachant un frisson malgré la longue distance qui les séparait. Le monde autour d’elle parut se dissoudre. Le bruit disparut et il n’y eut bientôt que les palpitations de son cœur battant dans sa poitrine, résonnant ainsi dans tout son être. Comme si un fil invisible les reliait, tout son corps semblait être inexorablement attiré par Ethan. La Kingsley déposa son verre sur le comptoir. Même après tout ce temps, le criminel lui provoquait toujours le même effet.

“ Il faut que j’y aille.”réussit-elle à prononcer de manière évasive à l’attention du blond, les yeux braqués sur le criminel. Elle se dirigea vers lui, serrant sa pochette sombre contre son abdomen, comptant chaque seconde comme pour ralentir le temps. Leona s’arrêta à sa hauteur. Elle admira silencieusement les courbes de son visage et ses iris d’un bleu perçant, lesquels parvenaient toujours à lui faire oublier la présence d’autrui. Il lui semblait qu’une éternité s’était écoulée depuis leur dernière rencontre. Depuis...l’incident. Elle avait été idiote de croire qu’elle pourrait tout simplement ignorer ce qu’elle ressentait pour lui en s’éloignant. Mais l’assaut de ses émotions avait été tel que Leona s’était retrouvée submergée et incapable de prendre une décision cohérente, alors elle avait saisi la première occasion pour prendre la fuite. Lâche. Dégonflée. Mais elle n’était plus cette femme-là, à présent. Et plus jamais elle ne le serait...elle s’en était fait la promesse, dans le taxi.

“ Bonsoir.”lança-t-elle au petit groupe, avant de reposer ses yeux sur Ethan. Cette fois, elle n’avait aucune intention de fuir. “ Salut, Ethan.”Prononcer son prénom lui avait presque manqué. Non, pas presque. C’était même certain. Ses doigts se ressérèrent sur son petit sac-à-main, seul signe qui trahissait sa nervosité. Sa voix était confiante. Son regard, assuré. Convaincue qu’elle forgeait son propre monde et que rien ni personne ne pourrait l’en empêcher, Leona se tenait le dos droit, le menton relevé. Mais Ethan...il arrivait toujours, d’une manière ou d’une autre, à se frayer un chemin à travers ses barricades. Par un simple regard, il faisait tomber toutes ses barrières. Et la Kingsley s’en moquait. Elle n’avait rien à lui cacher...et elle n’en avait pas envie. “ Il faudrait que je te parle. Je ne serais pas longue.”ajouta-t-elle, un sourire doux se dessinant sur ses lippes alors qu’elle redoutait terriblement les secondes à suivre.



[/quote]


j1uq.pnggtfb.png9m0b.png
But do you feel like a young God? You know the two of us are just young Gods and we'll be flying through the streets with the people underneath...And they're running, running, running.
Azylth
Messages : 171
Date d'inscription : 21/04/2021
Région : Rhône-Alpes
Crédits : /

Univers fétiche : Fantasy/Romance/Historique/City
Préférence de jeu : Femme
tea
Azylth
Dim 14 Nov - 11:20
e2c939dc22fa777366dae2886b44c5fe.jpg
Ethan Anderson
J'ai 31 ans et je vis à Paria. Dans la vie, je suis dealer et informateur à mes heures perdues et je m'en sors plutôt bien. Je fait partie d’un des gangs les plus influents de la ville et je contrôle mon propre réseau et je le vis plutôt bien.

Informations supplémentaires ici.
Je suis plutôt froid en apparence mais quand on me connait bien, je me révèle être quelqu’un d’assez chaleureux même si je suis aussi anxieux de nature. Je suis parfois impulsif et j’ai tendance à faire plus confiance à mon intuition et mon instinct plutôt qu’à mon expérience. Je possède également une sorte de sixième sens qui m’a sauvé la vie à plusieurs reprises. Mon boulot exige que je décrypte la personnalité des gens que je croise au premier coup d'œil et je suis devenu excellent dans ce domaine. Enfin, je suis le roi du déguisement. Me fondre dans la foule est également essentiel pour moi et me permet de ne pas me faire repérer si facilement.


- Sûre et certaine. Mais merci, répondit la fille en buvant à nouveau une gorgée d'eau.
Un voile de déception tomba sur le visage du blond. Est-ce qu'il venait de se prendre un rateau ? Ca y ressemblait bien... C'était douloureux. Terriblement dépité, mais essayant de ne pas le montrer, il coula un regard vers Léona qui fixait quelque chose à leur table et vit qu'elle échangeait en réalité un long regard lourd de sens avec Ethan. Son pote avait l'air pris dans la glace, incapable de bouger, figé comme une biche devant les feux d'une voiture qui arrivait à grande vitesse sur l'asphalte. Et il comprit aussitôt.
- Il faut que j’y aille.
Il la regarda s'approcher d'Ethan puis après un moment de contemplation, décida de retourner s'asseoir à sa place alors qu'elle saluait la table entière, puis particulièrement le dealer.
- Il faudrait que je te parle. Je ne serais pas longue.

Bexx la regarda d'un air moqueur. Elle se croyait où ? Peut-être qu'elle n'en avait pas l'air, mais elle comptait bien éviter à l'abruti devant elle de se faire à nouveau piétiner le coeur. Quand on entrait au Lotus Pourpre, on devenait une grande famille. Et eux étaient plus particulièrement liés car ils appartenaient à la même division. Ce serait briser le code que de laisser Ethan dans la merde à ce moment là. Ethan qui la regardait comme un poisson hors de l'eau, qui avait l'air de se noyer dans sa propre tête. Honnêtement, elle trouvait ça pathétique. Mais vu qu'Aiden ne servait pas à grand chose en général, elle était la seule personne à cette table capable de prendre la situation en main.

Elle bougea la chaise à côté d'elle avec son pied de manière à l'inviter à s'asseoir et attrapa une carte pour la tripoter distraitement.
- Salut ma belle. Viens t'asseoir. Elle lui jeta un regard dégoulinant d'insolence en tapotant la table à sa droite. Moi aussi j'ai bien envie d'entendre l'explication foireuse que tu vas lui sortir.
Ethan qui semblait être sorti de sa transe paralysante lui jeta un regard à la fois énervé et suppliant. Elle lui rendit le sien, totalement implacable, et tapota une nouvelle fois la table à côté de lui sans le lâcher des yeux.
- Arrête, lui ordonna-t-il.
Comme s'il pouvait réellement l'empêcher de faire ce qu'elle voulait.
- Il n'y a que moi pour prendre soin de vous, bande d'imbéciles, lui répondit-elle passablement vexée.
Ethan ne répondit rien, attendant de voir comme la suite allait se dérouler tandis que Bexx retournait ses yeux foncés vers Léona, l'invitant à prendre place.


Contenu sponsorisé
You are the peace I crave in this chaotic world. ((Leona&Ethan))
Page 12 sur 14
Aller à la page : Précédent  1 ... 7 ... 11, 12, 13, 14  Suivant
Sujets similaires
-
» (tw) chaotic (nix)
» chaotic heartbeats [beloved]
» Gäa ☮ Peace love and rock
» Gäa ☮ "Eternal peace is probably overrated"
» Just what you need - Ethan&James

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers réel-
Sauter vers: