Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues qui tu veux, quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
» Get out of my head !
Fruit défendu... [ft. Mlle Vinca] - Page 2 EmptyAujourd'hui à 18:30 par Aloy

» Funambule feat Manhattan Redlish
Fruit défendu... [ft. Mlle Vinca] - Page 2 EmptyAujourd'hui à 17:21 par Manhattan Redlish

» If these wings could fly
Fruit défendu... [ft. Mlle Vinca] - Page 2 EmptyAujourd'hui à 16:24 par Aloy

» Recensement 2024
Fruit défendu... [ft. Mlle Vinca] - Page 2 EmptyAujourd'hui à 16:10 par Scarlett Thompson

» Welcome to the Puppet Show - ☽ Rein ☾
Fruit défendu... [ft. Mlle Vinca] - Page 2 EmptyAujourd'hui à 16:09 par Rein

» Un équilibre fragile (avec Nemo) [+18]
Fruit défendu... [ft. Mlle Vinca] - Page 2 EmptyAujourd'hui à 16:03 par Scarlett Thompson

» Pour mon peuple ft. Ehlana
Fruit défendu... [ft. Mlle Vinca] - Page 2 EmptyAujourd'hui à 15:51 par Ehlana

» {+18}À l'ombre de la malédiction [PV - Foxdream]
Fruit défendu... [ft. Mlle Vinca] - Page 2 EmptyAujourd'hui à 15:10 par Arthécate

» Accorder sa confiance revient-il donc toujours à offrir son dos au poignard ? [pv Stormy Dream]
Fruit défendu... [ft. Mlle Vinca] - Page 2 EmptyAujourd'hui à 13:37 par FoxDream

Le Deal du moment : -23%
EVGA SuperNOVA 650 G6 – Alimentation PC 100% ...
Voir le deal
77.91 €

LE TEMPS D'UN RP

Fruit défendu... [ft. Mlle Vinca]

Anonymous
Invité
Mer 4 Jan - 16:26
a_bomer02.jpg
Benjamin Rice

J'ai 40 ans et je vis dans le New Jersey. Dans la vie, je suis homme d'affaires et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis marié et je le vis plutôt pas bien.

Matt Bomer
Peu après le départ de Ezra, il retourna dans le jardin pour s’excuser auprès de ses amis de la tournure de l’après-midi. Ne se sentant plus d’assurer la préparation du repas, il s’éclipsa dans sa chambre. Il fallait qu’il trouve un avocat spécialisé en divorce. Ce n’était plus possible de subir. Il voulait en finir. Assez rapidement, il prit contact avec le meilleur avocat de la ville. Sa femme allait probablement être enragée en apprenant sa démarche. Après tant d’années à le menacer de divorcer, il allait la surprendre en le faisant à sa place. Avec chance, ils avaient établi un contrat de mariage comme lui avait conseillé ses parents. À l’époque, Benjamin avait beau être jeune, il n’était pas idiot.

Quelques jours plus tard, il n’avait pas encore contacté son jeune voisin. Il préférait attendre que la situation soit plus stable avant de se rajouter une source d’inquiétude. Son avocat avait préparé les papiers du divorce maintenant, il devait trouver le courage de les remettre à sa femme. Ce jour-là, il savait qu’il devait se sentir prêt à quitter la maison en un temps record. Le mieux serait qu’il prépare une valise pour s’assurer de ne pas se retrouver dehors sans rechange. Pour le moment, il avait décidé de ne plus porter son alliance. Personne ne l’avait remarqué… ou bien personne n’osait lui en parler.

Bianca trouva le papier où Ezra avait noté son numéro et le questionna à ce sujet. Il lui présenta une excuse toute trouvée : il lui avait demandé pour pouvoir le contacter si jamais elle ne répondait pas à ses appels. Il voulait garder un œil sur sa fille qui grandissait trop vite à son goût. Il n’était pas sûr qu’elle l’ait cru mais au moins cela le faisait passer pour un papa attentionné. Il espérait qu’elle ne pose pas la question à Ezra mais la connaissant, c’était fort probable qu’il subisse un interrogatoire. Pour s’assurer qu’ils aient la même version, il décida de lui envoyer un message :

« Bonjour Ezra, si jamais ma fille te pose une question sur le pourquoi j’ai ton numéro, dis-lui que je te l’ai demandé pour pouvoir te contacter si elle ne me répond pas. Elle a trouvé le post-it… À bientôt, Benjamin. »

Il avait longuement hésité à le contacter, ayant peur d’avoir des problèmes par la suite mais la découverte de Bianca avait un peu précipité les choses. Une fois le premier message envoyé, il se sentait plus à l’aise. Après tout, pour le moment il ne faisait rien de mal. Avoir les coordonnées du meilleur ami de sa fille n’avait rien de bizarre en soi. Il craignait un peu plus leurs futurs échanges.

Une semaine plus tard, Benjamin se décida enfin à remettre les papiers du divorce à sa femme. Comme il l’avait prévu, elle fut surprise et s’empressa de lui demander de partir. Cette maison était autant à lui qu’à elle mais pour ne pas faire de scandale inutile, il accepta. Heureusement qu’il avait pris le temps de faire sa valise… Il la connaissait mieux qu’elle ne le croyait. Pour éviter qu’elle aille fouiller dans ses affaires, il partit en fermant la porte de sa chambre à clé.

Une fois installé à l’hôtel, il envoya un message à Ezra pour lui proposer de venir le voir.

« Bonsoir. C’est Benjamin. Est-ce que ça te dirait que je passe te chercher non loin de chez toi pour qu’on discute ? Je suis à l’hôtel actuellement mais on peut aller dans un café si tu préfères. »

C’était peut-être mieux ainsi pour éviter qu’il ne lui saute dessus.
Beloved
Messages : 4825
Date d'inscription : 10/07/2018
Crédits : .

Univers fétiche : City, dérivé de films/séries/livres
Préférence de jeu : Homme
ETOILES 2
Beloved
Dim 26 Fév - 17:03
952808ep1.png
Ezra Mayers
J'ai 18 ans et je vis dans le New Jersey. Dans la vie, je suis lycéen et je m'en sors pas trop mal. Sinon, grâce à   ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien même si mon coeur bat pour une personne que je ne devrais pas voir.



Evan Peters

Enfin... peut être que non. Je n'avais pas toutes mes chances de toute évidence. Parce qu'il ne tenta pas de discuter avec moi dans les jours qui suivirent. J'avais été consigné dans ma chambre par mes parents après mon coup d'éclat contre la mère de Bianca. Au moins j'avais encore mon téléphone mais les journées étaient bien longues. Bianca m'en voulait à mort pour avoir gueulé comme ça sur sa mère. Et je n'avais aucune nouvelle de Monsieur Rice!!!

J'avais senti mon coeur battre la chamade en le voyant m'envoyer un message. Ca y est. Il me contactait enfin. On allait en discuter. Je nous voyais déjà échanger des messages pendant des heures avec lui, être l'oreille attentive dont il manquait cruellement dans son mariage. Puis je finirais par le revoir et par aller plus loin que ce bref baiser que nous avions échangé dans la cuisine. Mais non... il s'était fait griller par Bianca et il voulait que je le couvre. Je répondis rapidement, un peu dépité.

- Oui bien sur je ne lui dirais rien.

Et elle n'avait pas manqué de me questionner comme il l'avait prévu. Je lui avais sorti le mensonge prévu puis j'avais tenté de reprendre la discussion avec elle, de me réconcilier, mais elle continuait de m'en vouloir.

Les jours passèrent encore et je perdais tout espoir d'avoir un jour de ses nouvelles. Mes parents m'avaient autorisés à sortir à nouveau. Bianca ne voulait plus me voir alors j'avais décidé de trouver de quoi m'occuper. J'avais trouvé un petit boulot à mi temps dans un café de la ville. Ca occupait mes journées. Ca me permettait de me faire un peu d'argent, de discuter avec des jeunes de la ville. Et ça avait eu le mérite de calmer mes parents. Tout le monde était heureux, sauf moi qui déprimait de voir l'homme de mes rêves m'échapper complètement. J'avais gouté un instant à la douceur de ses lèvres, avant d'en être privé à jamais.

Je m'étais résigné, quand je reçus finalement un message de sa part. La première réaction fut bien sûr l'excitation. Il voulait me voir, me parler. Je ressentais des papillons dans le ventre. Je lui répondis rapidement, beaucoup trop excité.

- On peut se retrouver directement au café. Je serais au Koffee dans le centre de 11h à 17h demain.

Je pourrais bien prendre une petite pause sur ma journée de travail pour discuter avec lui. Je passais le reste de la soirée à réfléchir à la façon dont j'allais m'habiller le lendemain. Je voulais être à mon avantage pour quand il me verrait. Je voulais qu'il soit sous mon charme, qu'il ait envie de me ramener à son hôtel après être venu me voir au café. Je pourrais toujours baratiner mes parents et leur faire croire que je passais la soirée avec des amis en ville.

Mais le soir venu le doute commença à s'insinuer en moi. Je ne savais pas pourquoi il voulait me voir. Il avait simplement dit qu'il voulait me parler. Ca pouvait vouloir tout dire. Et si je devais être honnête, qu'est ce qu'il viendrait faire avec moi? Je n'étais qu'un gamin de dix huit ans à peine. Beau comme il l'était il pourrait avoir n'importe quel homme à ses pieds désormais. J'avais une petite idée de pourquoi il voulait me voir au final et elle n'avait rien de réjouissante.

J'étais donc beaucoup moins joyeux le lendemain en me rendant au travail. Je m'étais habillé du mieux possible, je voulais quand même lui plaire, mais mon sourire était faux alors que je me mettais au travail.

Je sentis mon coeur s'emballer en le voyant arriver dans l'après midi. Ma mémoire ne lui rendait pas justice. Chaque fois que je le voyais, je le trouvais encore plus sexy que la fois précédente si c'était possible. Je me repris le plus rapidement possible. Je lissais mon tablier, essayant de me rendre le plus présentable possible avant d'aller le retrouver mon carnet à la main et un sourire faux plaqué sur le visage.

- Bonjour, Monsieur Rice, qu'est ce que je peux vous servir?

Je l'arrêtais d'un geste de la main avant qu'il ne me donne sa commande.

- Je sais pourquoi vous êtes là, ne vous en faites pas. Je ne me fais pas d'idées. Ce qui s'est passé n'a jamais eu lieu et n'aura plus jamais lieu, je le comprends. Alors laissez moi vous offrir quelque chose à boire, ça me fera plaisir.

Je m'étais fait une raison. Je n'avais pas dormi de la nuit mais je m'étais levé avec cette conviction qu'il n'y aurait jamais rien entre nous.


Anonymous
Invité
Dim 26 Fév - 19:48
a_bomer02.jpg
Benjamin Rice
J'ai 40 ans et je vis dans le New Jersey. Dans la vie, je suis homme d'affaires et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis marié et je le vis plutôt pas bien.

Matt Bomer
Benjamin se surprit à sourire en sentant son téléphone vibrer. Il lui avait répondu. Il acceptait qu’il se voit. Bien sûr, il avait choisi le café. Il avait raison, c’était mieux ainsi. Au moins, il ne serait pas tenté de le déshabiller et de profiter de son corps. Ce n’était pourtant pas l’envie qui lui manquait. Ezra était très désirable. Très jeune mais incroyablement mignon. Oh oui, il le désirait. Il ne pouvait pas le mentir. Mais ce n’était pas la seule raison de son intérêt pour le jeune homme. Il était intelligent. Brillant même. Et sa force de caractère lui plaisait. Il lui répondit rapidement avec toujours ce même sourire aux lèvres.

« Parfait. Je passerai dans l’après-midi. Bonne nuit. »

Le lendemain, Benjamin passa la plus grande partie de sa matinée à travailler de sa chambre d’hôtel. Il se plongeait toujours dans le travail quand il était contrarié. Il ne comprenait pas pourquoi il stressait. Il ne voyait pas d’où lui venait ce sentiment. Après tout, il allait simplement discuter avec son jeune voisin. Bon, pas de façon aussi innocente que ça mais… Au moins, le rendez-vous était dans un lieu public. Il ne pourrait pas déraper. Enfin, pas trop.

Vers midi, le ventre de Benjamin se mit à grogner. Il n’avait pas pris de petit déjeuner ce matin et son dernier repas de la veille n’était pas très consistant. Il soupira en fermant son ordinateur. Il se devait de sortir manger. Sa concentration l’avait complètement quittée. Il ne pourrait pas travailler le ventre vide. Et puis, il devait se préparer pour cet après-midi. Son jogging n’était pas une tenue correcte pour sortir en ville. Il prit d’abord une douche puis enfila une tenue plus décontracté qu’à son habitude tout en restant élégant.

Après avoir déjeuner au restaurant de l’hôtel, il se décida qu’il était temps de rejoindre Ezra. Dans son dernier message, il disait être au café de 11h à 17h aujourd’hui. Cela ressemblait à des horaires de travail. Est-ce qu’il avait trouvé un job ? Pour quelle raison ? Il comptait bien lui poser la question. Parmi tant d’autres. Ils étaient là pour discuter non ? Eh bien, ils allaient discuter. Benjamin entra dans le café et remarqua rapidement le jeune homme derrière le comptoir. Il lui souria doucement puis alla s’installer à une table libre. C’était plutôt sympa comme endroit. Il y reviendrait avec plaisir si l’occasion se présentait.

Quand Ezra vint lui demander ce qu’il voulait commander, Benjamin eut sa réponse. Il travaillait bien ici. Alors qu’il allait lui répondre, il fut surpris de l’interruption du jeune homme. Il disait comprendre que ce moment qu’il avait partagé était une erreur et que cela ne se reproduirait pas. Est-ce que Benji avait loupé quelque chose ? Peut-être qu’il avait simplement trouvé quelqu’un de son âge et que c’était sa manière de le jeter. Au moins, c’était habile et bien trouvé. Il avala sa salive, contrarié, avant de lui répondre.

« Si tu as trouvé quelqu’un d’autre dit le moi clairement, au lieu de me faire croire que tu comprends ce que je ressens. »

Son sourire avait disparu de son visage. Il était bien plus bouleversé qu’il ne l’aurait cru. Après tout, il n’était rien l’un pour l’autre. Pour le moment.

« Je crois que je ferai mieux de te laisser travailler. Tu dois être très occupé avec tes autres clients. »

Oui, Benji était déçu. Il aurait voulu le cacher mais il n’y parvenait pas. Qu’est-ce qu’il avait été con de croire qu’un gamin de dix-huit ans pouvait réellement s’intéresser à lui.
Beloved
Messages : 4825
Date d'inscription : 10/07/2018
Crédits : .

Univers fétiche : City, dérivé de films/séries/livres
Préférence de jeu : Homme
ETOILES 2
Beloved
Mer 1 Mar - 16:22
952808ep1.png
Ezra Mayers
J'ai 18 ans et je vis dans le New Jersey. Dans la vie, je suis lycéen et je m'en sors pas trop mal. Sinon, grâce à   ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien même si mon coeur bat pour une personne que je ne devrais pas voir.



Evan Peters

Je fronçais les sourcils en l'entendant parler. J'avais raté un épisode. Pourquoi est ce qu'il me parlait d'un mec que je pourrais fréquenter? Il ne s'était pas rendu compte que j'étais fou de lui? Que je ne pensais qu'à lui en permanence? Et puis cette remarque sur les autres clients... Il y avait juste deux petites dames âgées installées un peu plus loin. Je les avais déjà servi et vu qu'elles étaient plus occupées à papoter entre elles qu'à boire leur thé, elles en avaient pour un moment avant que je ne les serve à nouveau. Il cherchait à se débarrasser de moi et je ne comprenais pas pourquoi.

- Je n'ai pas d'autres clients à m'occuper à part vous. Et non je n'ai pas de petit ami. Je ne vois pas ce que ça a à voir là dedans de toute façon.

Ce n'était pas de ça dont on parlait. J'avais juste voulu me montrer adulte et compréhensif. Il avait l'âge d'être mon père. J'étais ami avec sa fille. Et à ses yeux je ne devais certainement n'être qu'un gamin. Ca faisait mal mais je voulais réagir comme un adulte, lui prouver justement que je n'étais pas un gamin capricieux. Il n'y avais que comme ça que j'arriverais à le séduire et à le faire changer d'avis.

- Je vous disais juste ça parce que... je savais ce que vous alliez me dire, pourquoi vous êtes venus. Je comprends ne vous en faites pas. Vous êtes un adulte, marié encore et père de famille. Et moi... moi je suis juste moi.

Je haussais doucement les épaules en disant ça. Je ne le prenais pas mal. Bon si ça me faisait du mal de me dire qu'il ne voulait pas de moi. J'aurais voulu pouvoir le revoir, l'embrasser à nouveau. Mais je devais être mature, agir en adulte bon sang!!

Alors je lui souris, le sourire le plus éclatant que j'avais en stock.

- Allez dites moi ce que vous voulez. Je tiens à vous inviter. Ca me fera plaisir.



Anonymous
Invité
Dim 5 Mar - 19:32
a_bomer02.jpg
Benjamin Rice
J'ai 40 ans et je vis dans le New Jersey. Dans la vie, je suis homme d'affaires et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis marié et je le vis plutôt pas bien.

Matt Bomer
Soit il se foutait de sa gueule, soit il y avait clairement un problème de compréhension entre eux. Si Benjamin était venu ici, c’était pour lui parler. Qu’ils essayent de faire connaissance. Pas pour qu’il lui dise que c’était une erreur. Que cette histoire était déjà terminée avant même de commencer. Il ne voulait pas y croire. Il espérait vraiment que son jeune voisin lui dise qu’il ressentait quelque chose pour lui. Qu’il voulait être avec lui. Il ne voulait pas qu’il fasse l’adulte mais qu’il se comporte comme le gamin qu’il était. C’était trop demander ? Il préféra ne rien dire. La conversation venait à peine de débuter et elle tournait déjà en rond. S’il s’écoutait, il l’aurait déjà attrapé par le col pour l’embrasser passionnément. Oui, dans le café où il travaillait. Devant deux mamies qui seraient assurément choquées d’un tel comportement. Heureusement pour lui, qu’ils étaient dans un lieu public. Il plongea son regard bleu azur dans celui bien plus sombre d’Ezra et le laissa terminer son monologue. A sa question sur ce qu’il désirait, il se mit à sourire. Pas un sourire sincère. Un sourire de commercial. Il savait y faire pour cacher ses vrais émotions. Il lui fit signer de s’approcher un peu plus prêt pour s’assurer que personne ne puisse entendre ce qu’il allait lui dire.

« Toi. Je te veux toi. »

Il attendit quelques secondes avant de poursuivre.

« Rejoins moi dans ma voiture dans cinq minutes. Oh. Et ne t’inquiètes pas. Les vitres sont teintées. »

Sans lui laisser le temps de répondre, il se leva et sortit immédiatement. Le message était très clair. Soit il le rejoignait pour vivre l’un des moments les plus excitants de sa vie, soit il pouvait faire un trait sur lui.
Beloved
Messages : 4825
Date d'inscription : 10/07/2018
Crédits : .

Univers fétiche : City, dérivé de films/séries/livres
Préférence de jeu : Homme
ETOILES 2
Beloved
Lun 6 Mar - 18:55
952808ep1.png
Ezra Mayers
J'ai 18 ans et je vis dans le New Jersey. Dans la vie, je suis lycéen et je m'en sors pas trop mal. Sinon, grâce à   ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien même si mon coeur bat pour une personne que je ne devrais pas voir.



Evan Peters

Je ne sais pas comment je parvins à me contenir. Je restais à le fixer, serrant mon carnet entre mes mains. Si je serrais un peu plus je risquais de broyer mon crayon. Je ne m'y attendais tellement pas. Je pensais qu'il était venu pour mettre à terme à toutes les idées que j'étais entrain de me faire. Et le voilà qu'il me sortait ça. Qu'il avait envie de moi et que...

Je déglutis difficilement alors que j'entendais la suite. Il voulait que je le rejoigne, dans sa voiture. Et vu la précision qu'il venait de m'apporter sur les vitres, il ne voulait pas que j'aille le rejoindre pour discuter bien sagement. Je le regardais partir, essayant de retrouver un peu mes esprits et de dissimuler la rougeur sur mes joues. Heureusement les deux petites vieilles n'avaient rien remarqué. Elles étaient toujours plongées dans leur discussion, qui semblait tellement passionnante qu'elles en oubliaient leurs cafés.

Je restais un petit moment derrière mon comptoir à réfléchir. Je pouvais l'ignorer. Être l'adulte responsable que j'avais prétendu être quelques minutes plus tôt. Je pouvais juste rester là et ne pas le rejoindre. C'était le plus raisonnable à faire. C'était le père de mon amie après tout. Mais si je faisais ça... Je passerais à côté du type qui me faisait fantasmer depuis si longtemps que j'avais du mal à m'en souvenir. Certainement depuis les premiers temps où j'avais commencé à réaliser que j'étais homosexuel. Ca allait être, très certainement, l'expérience la plus excitante de toute ma vie.

Je finis par céder à mon envie, jetant le bon sens aux orties. J'allais retrouver mon collègue dans la cuisine.

- Hey Dylan! Ca t'ennuie que je prenne ma pause maintenant? Il n'y a que deux clientes dans le café, ça devrait aller.

"Ok je te laisse prendre vingt minutes de pause. Mais à ton retour tu fais la plonge."

- Oui oui promis je fais ça. Je ferais tout ce que tu veux. Merci.

Je lui souris avant de retirer mon tablier et me barrer du café en courant presque. Je tentais de me contenir pour avoir l'air le plus normal possible. Je ne voulais pas avoir l'air du mec qui partait en courant s'envoyer en l'air. Je ne tardais pas à repérer sa voiture. En même temps une voiture aussi chic avec des vitres teintées, il n'y en avait pas des masses dans la rue.

J'inspirais profondément pour me donner du courage avant d'aller m'engouffrer dans la voiture. Je restais là à le regarder un instant. Je faisais quoi moi maintenant? Il m'avait demandé de le rejoindre. Je l'avais fait. Et maintenant?

- Voilà... je suis là...

Bien... merveilleux... le parfait petit puceau coincé...



Anonymous
Invité
Mar 14 Mar - 19:07
a_bomer02.jpg
Benjamin Rice
J'ai 40 ans et je vis dans le New Jersey. Dans la vie, je suis homme d'affaires et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis marié et je le vis plutôt pas bien.

Matt Bomer
Benjamin venait vraiment de faire du rentre dedans à Ezra ? Un gamin de dix-huit ans, le meilleur ami de sa fille, le fils de ses voisins ? Oui, c’était indéniable. Pourtant, il n’arrivait pas à s’en vouloir. Il pouvait encore faire marche arrière. Décider de partir avant qu’il n’entre dans la voiture. Après tout, pour le moment il n’avait rien fait de mal. Pas encore. Mais non, il ne voulait pas s’en aller. Il lui plaisait bien le jeune Ezra. Il l’avait défendu face à sa femme, lui avait montré un certain intérêt. Ça faisait si longtemps qu’il ne s’était pas senti aussi désirable. Depuis ses trente-cinq ans, il avait remarqué que les gens ne le draguaient plus. Son statut marital n’était pas. Le mariage avait tendance à en arrêter plus d’une. A juste titre.

Il réfléchissait, assis dans sa voiture. Et si il ne le rejoignait pas ? Benjamin serait déçu, évidemment mais il comprendrait. Et si il venait uniquement pour le sexe ? Peut-être que ce serait Ezra qui serait déçu. Ça fait une éternité qu’il n’a pas eu de relations sexuelles. Il a finit par noyer sa frustration dans le travail. C’était un bon moyen pour s’occuper l’esprit. Pourtant, ça lui arrivait encore de se masturber, comme il l’avait fait la dernière fois sous la douche en pensant à Ezra, mais une relation intime avec quelqu’un… C’était il y a très longtemps. Mais, il était prêt à faire l’effort pour lui. Et quel effort ! Il n’avait jamais trompé sa femme en près de vingt ans de mariage.

Il fut rassuré de voir le jeune homme qui occupait ses pensées entrer dans la voiture. Il eut à peine le temps de fermer la porte qu’il l’attira vers lui pour l’embrasser. C’était un baiser affamé, remplit de désir. Ça au moins, il n’avait pas oublié comment faire. Il joua avec sa langue tout en l’attirant plus proche de lui. C’était déraisonnable mais tellement excitant. Ses mains commençaient déjà à se balader sur son corps, caressant son torse et descendant dangereusement vers son pantalon. Ok, Benjamin était clairement en manque. Il sentait son intimité se réveiller à mesure que leur baiser s’approfondissait. Il comptait bien profiter de tout ce qu’il était prêt à lui offrir. Ici ou ailleurs.
Beloved
Messages : 4825
Date d'inscription : 10/07/2018
Crédits : .

Univers fétiche : City, dérivé de films/séries/livres
Préférence de jeu : Homme
ETOILES 2
Beloved
Dim 26 Mar - 16:32
952808ep1.png
Ezra Mayers
J'ai 18 ans et je vis dans le New Jersey. Dans la vie, je suis lycéen et je m'en sors pas trop mal. Sinon, grâce à   ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien même si mon coeur bat pour une personne que je ne devrais pas voir.



Evan Peters

Je ne savais pas comment réagir. J'étais pétrifié, me liquéfiant intérieurement sans savoir quoi faire. J'avais eu de la gueule jusqu'à présent. Je l'avais cherché. J'avais même été jusqu'à critiquer sa femme devant tout le monde. Mais maintenant que j'étais là seul avec lui, après qu'il m'ait clairement invité à le rejoindre pour faire plus que discuter. Je perdais toute forme de courage. Je ne savais pas quoi faire... mais lui savait.

Je me cramponnais à lui en le sentant venir prendre d'assaut mes lèvres. Je sentais ses mains partout sur moi, cherchant à me caresser sans aucune retenue. Et moi je m'accrochais à sa chemise comme si ma vie en dépendait. Je ne voulais pas le laisser m'échapper. Je m'accrochais à lui comme à un rêve particulièrement plaisant qu'on faisait tout pour retenir avant que le réveil ne l'emporte loin de nous. J'avais le sentiment de rêver éveillé et je ne voulais pas voir le rêve prendre fin.

Je bougeais un peu au bout d'un moment. Je m'installais sur ses genoux, laissant mes mains toujours sur sa chemise. Je ne voulais toujours pas le lâcher. Je collais mon bassin contre le sien. Je pouvais sentir à quel point il avait envie lui aussi. Je sentais son désir à travers son pantalon, venant frotter contre le mien. Je gémis contre ses lèvres en sentant ça. Nous étions encore sagement habillé mais je perdais complètement la tête déjà.

Je finis par relâcher ses lèvres à bout de souffle. Je gardais mon front contre le sien, peinant à parler avec ma respiration haletante. Je ne savais pas combien de temps s'était écoulé depuis que nous étions entrain de nous embrasser. Je ne voulais pas mettre trop de temps à revenir dans le café. Je ne voulais pas abuser de ma pause, de mon collègue et devoir le payer plus tard.

Je secouais doucement la tête en parlant.

- Pas là... pas dans... pas dans la voiture... pas maintenant... pas le temps...

Mon discours ne voulait absolument rien dire. J'espérais qu'il arrive à en comprendre le sens au milieu de mes mots hachés. Mais il me faisait encore beaucoup trop d'effet, j'étais beaucoup trop excité pour réussir à parler correctement.

- Où... où est ce que je peux te retrouver après le boulot?

Je voulais le voir, ce n'était pas négociable. Je trouverais une excuse pour mes parents. Je pourrais toujours prétexter que je passais la soirée et la nuit chez un collègue de travail. Ils ne sauraient jamais ce que je comptais faire.



Anonymous
Invité
Dim 2 Avr - 2:50
a_bomer02.jpg
Benjamin Rice
J'ai 40 ans et je vis dans le New Jersey. Dans la vie, je suis homme d'affaires et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis marié et je le vis plutôt pas bien.

Matt Bomer
Bon au moins, Ezra ne le repoussa pas. Il répondait à ses baisers avec la même vigueur. Il avait bien caché son jeu sous ses airs angéliques ! L’excitation monta en flèche. Il n’aurait pas cru être capable d’être excité à ce point en si peu de temps. A croire, qu’il avait attendu ce moment bien plus longtemps qu’il ne le pensait. Il accueillit sans problème le jeune homme sur ses genoux, ravi de la tournure que prenait leur échange. Ce n’était pas le lieu pour le déshabiller et passer aux choses sérieuses et pourtant, ce n’était pas l’envie qui lui manquait. Il savait que cet instant hors du temps allait se finir. Il fallait qu’il retourne travailler pour ne pas avoir de problèmes avec son supérieur. Quand la situation sera plus propice à la discussion, il faudra qu’il lui demande comment il avait fait pour s’absenter aussi longtemps.

Le gémissement d’Ezra était une douce mélodie à ses oreilles. Il pourrait rapidement y prendre goût. S’il n’avait pas une si bonne maîtrise de lui-même, il lui aurait déjà retiré ses vêtements pour le faire sien. Mais il comprenait que ce n’était pas l'endroit idéal pour faire cela. Normalement, ce n’était pas son genre d’avoir des rapports sexuels dans une voiture. Cela faisait longtemps qu’il ne s’était pas montré aussi entreprenant avec qui que ce soit. Mais entre eux, c’était différent. Il comprit très bien ce qu’il voulait dire avec ses quelques mots. L’espace confiné de sa voiture n’était pas le lieu parfait pour leur première fois.

Pourtant, Benjamin ne se voyait pas laisser Ezra retourner travailler dans cet état. Il ignora quelques instants sa question pour glisser sa main dans le pantalon du jeune homme. Il le caressa directement pour qu’au moins, il soit libéré de ce poids. C’était la moindre des choses après l’avoir excité comme il l’avait fait. Lorsqu’il eut la confirmation de sa jouissance, il retira sa main et le fit basculer sur le siège passager. La suite au prochain épisode. Il se décida enfin à lui répondre.

« On peut se rejoindre à mon hôtel. Je te ferai visiter ma chambre… Je t’enverrai l’adresse par SMS et tu n’auras qu’à me prévenir si tu as réussi à te libérer après ton travail. »

Il sous-entendait qu’il comprendrait qu’il ne trouve pas d’excuse valable auprès de ses parents afin de passer la nuit avec lui. Il serait frustré mais il ne pourrait pas lui en vouloir. Si sa fille lui demandait de découcher, il faudrait qu’elle ait une très bonne raison. Peut-être qu’il était un peu trop protecteur mais il ne voulait pas qu’il lui arrive quelque chose par manque de vigilance. En attendant, il ne pouvait que croiser les doigts et espérer que son futur amant le rejoigne ce soir.
Beloved
Messages : 4825
Date d'inscription : 10/07/2018
Crédits : .

Univers fétiche : City, dérivé de films/séries/livres
Préférence de jeu : Homme
ETOILES 2
Beloved
Sam 8 Avr - 11:06
952808ep1.png
Ezra Mayers
J'ai 18 ans et je vis dans le New Jersey. Dans la vie, je suis lycéen et je m'en sors pas trop mal. Sinon, grâce à   ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien même si mon coeur bat pour une personne que je ne devrais pas voir.



Evan Peters

Je pensais que nous allions nous arrêter là. Qu'il comprendrait que je voulais prendre mon temps. Je ne refusais pas d'aller plus loin avec lui, bien au contraire j'en mourais d'envie, mais je ne voulais pas faire ça à la va vite dans une voiture. Ce serait ma première fois, comme il devait certainement s'en douter. Je savais que ce serait génial, après tout j'allais le faire avec le mec sur qui je fantasmais depuis des années, mais je voulais quand même faire les choses correctement. Je pensais sincèrement qu'il avait compris tout ça et qu'il me laisserait partir, retrouver un peu mon calme avant de reprendre le travail. Mais il n'en fit rien. Je sentis sa main se glisser dans mon pantalon et me caresser de la plus délicieuse des manières. Je m'étais déjà touché, je n'étais pas à ce point inexpérimenté. Mais c'était la première fois que quelqu'un d'autre venait me toucher là. Et surtout c'était lui, cet homme qui me faisait perdre complètement la tête. Je m'accrochais à lui, gémissant sans pouvoir me retenir. Je ne pensais même pas à lui rendre la pareille vu à quel point il était entrain de me rendre fou. Je finis par me libérer dans sa main, dans un long gémissement de plaisir.

Puis il me fit redescendre de ses genoux. Je tentais de me rhabiller maladroitement. J'étais encore beaucoup trop secoué par ce qu'il venait de se passer pour réussir à aligner deux pensées correctes. Je venais de vivre le moment le plus excitant de toute ma vie et j'en voulais plus. Je hochais simplement la tête en l'entendant parler. Visiter sa chambre... le sous entendu était on ne peut plus clair.

Je commençais à amorcer un mouvement pour partir avant de me retourner. J'allais l'embrasser, un dernier baiser plein d'envie avant de quitter la voiture avec un léger sourire.

Je pris quelques instants pour remettre mes idées en place. Il était hors de question que j'aille voir mon collègue et les clients avec l'air du type qui vient de prendre son pied. Et pourtant c'était le cas. Je souriais alors que je reprenais mon service. Mon collègue tenta de me cuisiner sur ce que j'avais fait. Je décidais de commencer mon mensonge. J'avais rencard avec une fille le soir même et il y avait moyen pour que je conclus avec elle. Mais pour ça j'allais avoir besoin d'un alibi pour mes parents. Le mensonge fonctionna à merveille. En même temps quand tu parlais fille avec un mec hétéro ça marchait souvent. Il n'aurait certainement pas été d'accord pour me découvrir si je lui avais dit que le rencard en question était un mec.

Je passais ensuite à la partie la plus dure de mon plan, convaincre mes parents. Forcément au début j'essuyais un non catégorique. J'avais dépassé les bornes il n'y avait pas si longtemps alors c'était un peu tôt pour m'autoriser à passer la soirée chez un collègue de boulot. Je parlementais un moment avec ma mère avant de finir par la faire craquer. Elle devait se dire que c'était une bonne chose que je sympathise avec mon collègue de travail. Je n'avais pas beaucoup d'amis en ville pour le moment. J'avais Bianca mais... c'était compliqué avec elle en ce moment. J'avais promis en échange de faire le ménage à fond de la maison demain, d'être de corvée de vaisselle pendant toute la semaine, de m'occuper de sortir les poubelles... J'allais être leur femme de ménage pendant quelques temps mais je ne doutais pas que ça valait le coup.

Je finis par lui envoyer un message une fois tout négocié.

Ezra a écrit:

C'est bon. Je termine à 20h. Je viendrais en sortant à votre hôtel.

Bon je n'aurais pas diné en sortant du travail. Mais ce n'était rien ça. Je pouvais sauter un repas après tout. Je ne savais pas vraiment comment ça se passerait d'ailleurs. Est ce qu'il allait me proposer de manger? Est ce qu'on allait discuter un peu avant? Ou est ce qu'il allait me sauter directement dessus pour me faire visiter sa chambre?

Je me rendis à son hôtel une fois mon service terminé. Je souris alors que Dylan me souhaitait bonne chance pour mon rencard. Il avait du sentir que j'étais nerveux. Bien sur que je l'étais!! J'étais impatient et à la fois terrifié à l'idée de ce qui allait se passer.

J'étais toujours dans le même état de nervosité quand je frappais finalement à la porte de sa chambre.







Contenu sponsorisé
Fruit défendu... [ft. Mlle Vinca]
Page 2 sur 3
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Sujets similaires
-
» Le capharnaüm du fruit jaune
» Mlle Vinca
» take me to church (ft. Mlle Vinca)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: