Partagez
 
 
 

 Fruit défendu... [ft. Mlle Vinca]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 3322
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

allo

Fruit défendu... [ft. Mlle Vinca] Empty

Le contexte du RP
Mise en situation

La situation
Les années ont passé et tout a changé. L'enfant n'en est plus vraiment un. Les sentiments, les envies ne sont plus les même qu'à l'époque. Pourtant cette histoire... cet interdit. Ca ne pourrait jamais marcher. Et pourtant...

Contexte provenant de cette [url=LIEN]recherche[/url]
Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 3322
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

allo

Fruit défendu... [ft. Mlle Vinca] Empty

952808ep1.png
Ezra Mayers
J'ai 18 ans et je vis dans le New JerseyDans la vie, je suislycéen et je m'en sors pas trop mal. Sinon, grâce à   ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien même si mon coeur bat pour une personne que je ne devrais pas voir.



Evan Peters

Bianca a écrit:

J'ai vu les camions repartir et tu n'es même pas encore venu me voir!!!

Je souris en regardant mon téléphone et le message de ma meilleure amie. Je ne les comptais plus depuis que j'étais arrivé, qu'elle avait vu les camions du déménagement passer. Je lui avais fait un signe de la maison en souriant avant de suivre mes parents à l'intérieur. J'avais bien tenté. J'avais demandé à ma mère si je pouvais la rejoindre mais elle m'avait fait les gros yeux. On venait à peine d'arriver. Je devais encore défaire les cartons et compagnie. Et patati... Ca faisait plus d'une heure que j'étais enfermé dans ma chambre, déballant mes affaires et Bianca dans la maison d'à côté s'impatientait. Des années qu'on ne s'était pas vu. Les réseaux nous avaient bien aidé pour garder le contact mais ce n'était pas la même chose que de se voir.

J'avais rangé le plus gros des affaires avant d'aller rejoindre ma mère dans la cuisine pour l'aider un peu.

Ez' a écrit:

Je joue un peu au fils modèle, histoire de calmer ma mère et j'arrive.

Bianca a écrit:

Fais vite. Je t'attends au bord de la piscine avec de la citronnade et un paquet de chips.

Ez' a écrit:

Tu sais comment me parler toi.

Je souris avant de ranger mon téléphone et d'aider ma mère. Bon je pense qu'elle m'avait grillé. Je faisais preuve d'un peu trop d'enthousiasme. Je rangeais rapidement les affaires avec un grand sourire, agissant un peu comme une tornade surexcité. Je devais la fatiguer à agir comme ça. Elle finit par me virer avec un soupir las.

"C'est bon va la retrouver ta Bianca. Soit rentré pour le diner, on commandera des pizzas avec ton père. Elle pourra venir aussi si tu veux."

Je l'embrassais sur la joue avant de filer me changer. Quelques minutes plus tard je redescendais en short, tee shirt, tong, une serviette sur l'épaule, mes cheveux encore décoiffés par ma hâte à enfiler mon maillot de bain.

Quelques minutes plus tard je lui faisais la peur de sa vie alors qu'elle m'attendait au bord de la piscine. Je la serrais dans mes bras, tout aussi heureux qu'elle de pouvoir la retrouver.

C'était comme si on ne s'était jamais quitté. On discuta pas mal. Elle avait tout un tas de potins à me raconter. Il fallait qu'elle me tienne au courant de ceux que j'allais retrouver au lycée. De qui aimait qui, qui ne pouvait pas se voir, qui était sorti ensemble ou sortait encore ensemble. On se baigna aussi, faisant les cons dans sa piscine.

On finit par s'allonger sur les transats, profitant du soleil tout en discutant doucement. On se parlait de nous, de nos vies, de ce que nous aimions tous les deux. Je profitais simplement de mon amie, oubliant tout, oubliant qu'il était là et que je pourrais le croiser... et il me rattrapa.

Rien ne m'avait préparé à sa vue. Bien sur je savais qu'il était là. J'avais vu des photos de lui sur le profil de Bianca, photo de vacances ou de réunions de famille qu'elle diffusait parfois. Le trouble était là à chaque fois, le coeur qui s'emballait, mes joues qui rosissait. A chaque fois.. à chaque fois un peu plus gênant et un peu plus troublant, jusqu'à ce que j'arrive à mettre des mots sur ce que je ressentais sur ce que sa simple vue, son simple souvenir faisait naitre en moi. Mais ce n'était rien, rien du tout, de le voir en photo comparé à ça. Il était là, si beau, si élégant dans son costume. Il avait un charme, une allure telle qu'il éclipsait tout ce qui pouvait exister autour de lui. Je ne voyais plus que lui en cet instant alors qu'il allait embrasser sa fille. Et moi j'étais là, regrettant que ce ne soit pas sur ma joue que se posent ses lèvres.

- Bonjour Monsieur Rice...

Simple, courtois, respectable, j'étais plutôt fier de moi. Je ne laissais rien voir du trouble qui m'agitait en cet instant alors que je le détaillais du regard. Bianca ne remarquait rien. Elle était beaucoup trop occupée à lui demander si elle pouvait venir diner chez moi. Je me forçais à sourire, l'air de rien, appuyant la proposition de Bianca.

- C'est ma mère qui l'a proposé. Ca leur fera plaisir de la revoir. Et on aura clairement pas assez d'une après midi pour rattraper le temps perdu.

Nouveau sourire que je lui adressais, à lui et à lui seul.


Revenir en haut Aller en bas
 
Mlle Vinca
Mlle Vinca
Féminin MESSAGES : 3
INSCRIPTION : 21/04/2021
ÂGE : 27
RÉGION : Normandie
CRÉDITS : /

UNIVERS FÉTICHE : Romance - Ville - Marvel - Fantastique
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t4472-mlle-vinca?nid=1#92415
Noob

Fruit défendu... [ft. Mlle Vinca] Empty

a_bomer02.jpg

Benjamin
Rice

J'ai 40 ans et je vis dans le New Jersey. Dans la vie, je suis homme d'affaires et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis marié et je le vis plutôt pas bien.

Matt Bomer
Seul. C’est ainsi que Benjamin se sentait. Tous les jours, il se levait en sachant pertinemment qu’il ne trouverait personne à ses côtés. Il dormait dans l’une des chambres d’amis, qui à présent était pleinement la sienne. Elle était aussi triste que son propriétaire. Il n’y avait affiché aucune photo, aucun souvenir. La décoration était sobre, impersonnelle. Il n’avait jamais eu envie de s’y investir. Il avait cru y rester un mois… puis le mois s’était transformé en années. Aujourd’hui, même si Barbara lui proposait de partager à nouveau son lit, il était sûr de refuser. Son amour pour elle s’était évaporé. Il n’avait rien fait pour le retenir. Il gardait son alliance bien qu’elle ne représente plus rien pour lui. Il y était habitué… Et au travail, cela faisait plus sérieux.

Pourtant, Benjamin n’était pas du genre à trahir la personne qui partageait sa vie. Bien qu’il ne soit plus heureux en ménage depuis longtemps, il préférait se noyer dans le travail plutôt que de tromper sa femme. La seule chose qui maintenait son mariage debout depuis toutes ces années c’était l’amour qu’ils portaient à leur fille, Bianca. Pour son bonheur, ils ne voulaient pas se séparer. Ils voyaient que les enfants de divorcés ne vivaient pas bien la situation. Dans leur entourage, nombreux de leurs amis avaient pris cette décision au détriment de leurs enfants. Ces derniers étaient dans cette situation, bien malgré eux, subissant les querelles de leur parent et voyant leur famille se déchirer.

C’était de notoriété publique que le couple Rice n’était plus. Benjamin et Barbara continuaient à partager trois choses : leur nom de famille, leur grande maison et leur fille. Ils se comportaient comme des colocataires, se croisant à l’heure des repas, jouant parfois les parents modèles devant leur fille. Mais elle n’était pas dupe, plus maintenant. Elle savait probablement depuis longtemps que ses parents n’étaient plus amoureux. Son père espérait simplement qu’elle vive mieux cet arrangement qu’un divorce. S’il devait avoir lieu, il serait à coup sûr déchirant et traumatisant. Il ne voulait absolument pas subir ça et encore moins impliquer Bianca.

Les nouveaux voisins étaient loin de ce genre de problème. Ils semblaient heureux, bien plus qu’ils ne l’étaient à leur départ. Benjamin avait toujours envié leur couple. Ils s’étaient rencontrés par l’intermédiaire de leur enfant et avaient fini par sympathiser. John et Clara allaient si bien ensemble qu’il se demandait comment il avait pu se tromper à ce point sur Barbara. S’ils n’avaient pas eu leur fille, ils ne seraient probablement pas restés plus d’un an ensemble. Après leur mariage précipité en apprenant la grossesse, c’était impensable pour lui de divorcer en lui laissant la moitié de sa fortune, leur fille et une pension alimentaire.

Benjamin rentra du travail un peu plus tôt ce soir-là. Il avait envie de passer du temps avec sa fille, oublier à quel point il pouvait être seul lorsqu’elle n’était pas là. Seulement, il avait oublié que son meilleur ami venait d’emménager dans la maison voisine. Ezra devait avoir de nombreuses choses à raconter à Bianca et elle allait sûrement préférer passer du temps avec lui qu’avec son vieux père. Lorsqu’il se rappela de ce détail, l’homme d’affaires ne put retenir sa moue. Par moment, il était jaloux de la relation qu’avait sa fille avec ce jeune homme. Il aurait tant aimé être le confident de sa très chère Bianca… Mais elle avait grandi et se confiait davantage à sa mère.

Sans retirer sa veste ni ses chaussures, il se présenta à la porte vitrée pour les regarder s’amuser ensemble un instant. Puis, il s’approcha silencieusement de sa fille et l’embrassa tendrement sur la joue. Elle était ravie d’avoir retrouvé son meilleur ami et lui demandait déjà pour aller dîner chez lui. Benjamin releva les yeux vers le dit-jeune homme et eut un peu de mal à le reconnaître. La dernière fois qu’il l’avait vu, il était encore prépubère. Il avait bien grandi.

« Bonjour Ezra. Tu es devenu un beau jeune homme. Tu vas en briser des cœurs… Tant que tu ne brises pas celui de ma fille. »

Il sourit lorsque Bianca le réprima pour sa remarque.
« Bien sûr que tu peux te joindre à eux pour le dîner mais ne reste pas trop tard. Souviens-toi qu’ils viennent à peine d’emménager. Ils doivent être fatigués par le voyage et ont besoin de repos. »

Avant de les laisser à nouveau seuls, Benjamin ne put s’empêcher de dire :
« Ne m’oublie pas, j’ai besoin de ton câlin avant de dormir… Tu sais bien que je dors mal si je n’y ai pas droit. »

Sa fille se mit à rire mais ce n’était pas vraiment drôle. C’était la vérité.
Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 3322
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

allo

Fruit défendu... [ft. Mlle Vinca] Empty

952808ep1.png
Ezra Mayers
J'ai 18 ans et je vis dans le New JerseyDans la vie, je suislycéen et je m'en sors pas trop mal. Sinon, grâce à   ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien même si mon coeur bat pour une personne que je ne devrais pas voir.



Evan Peters

Personne n'était au courant pour mon homosexualité, pas même Bianca. Je n'avais pas encore fait mon coming out. Je n'étais pas prêt pour ça. Le fait que je n'ai jamais eu de petit ami jouait aussi un peu là dessus. Je me disais que le jour où j'aurais quelqu'un à qui je tenais ça serait plus facile. L'amour me donnerait la force d'affronter ça, de surmonter le regard des autres. A deux on serait plus fort pour faire face aux critiques. C'était ce que je me disais. Ou peut être me trouvais je simplement des excuses pour ne pas le faire. Parce qu'une question se posait, comment est ce que je comptais me trouver un mec si je ne révélais à personne où allait mes préférences? La vérité, quelque soit l'excuse je mettais derrière, c'était que je n'étais tout simplement pas prêt. Que je n'avais pas non plus croisé d'homme dont la simple vue aurait suffit à faire battre la chamade à mon coeur. Enfin personne... excepté lui.

J'avais toujours ressenti quelque chose de particulier en le voyant. J'étais gamin. Je pensais simplement qu'il m'impressionnait. Il avait tellement d'allure en même temps. Le profil type de l'homme d'affaire important, tellement imposant dans son costume. J'avais pris ça pour de la timidité de ma part, un mélange de respect teinté d'un peu de peur. Je me sentais tout petit en sa présence. Je balbutiais, n'arrivant pas à aligner deux mots à la suite. Mais le trouble n'avait fait que s'accentuer. Avec les années il était devenu plus... enfin il se mettait à réveiller une partie de mon anatomie qui pour le coup n'était pas le moins du monde effrayé. J'avais fini par me rendre à l'évidence. Oui j'aimais les hommes et un en particulier, le seul à m'avoir jamais mis dans cet état... le père de ma meilleure amie.

Alors quand il était arrivé à ce moment là, j'avais ressenti ma timidité de gamin revenir à grande vitesse. J'avais tant bien que mal de calmer les papillons dans mon ventre. Il ne disait pas ça avec une arrière pensée, ce compliment sur le fait que j'étais devenu un beau jeune homme. C'était un simple compliment de parent envers l'ami de sa fille. Mais je ne voulais pas qu'il me voit comme ça. Je voulais qu'il se rende compte que j'étais un homme. Je n'étais plus un enfant. J'étais majeur désormais. Et je n'avais plus le physique d'un petit enfant, ni même les envies.

- Moi je veux bien me dévouer pour vous le faire si elle refuse.

Les mots étaient sortis tous seuls, sans que je ne puisse les retenir. Je pensais les avoir seulement dit dans ma tête, pas à haute voix. C'était la tête surprise de Bianca me fixant qui m'avait fait comprendre que j'avais parlé à voix haute. Non mais quel abruti! C'était nul, mais vraiment nul. Je ne voulais pas le draguer comme ça, de façon aussi lourde et puéril. Je n'allais même pas le draguer devant sa fille merde!! Et de toute façon je n'étais même pas certain de vouloir le draguer. Je ne pouvais pas faire ça à Bianca. C'était son père. Je ne pouvais pas devenir son beau père. De toute façon je divaguais. Il ne voudrait pas de moi. C'était impossible. J'étais un gamin à ses yeux. Il faudrait que j'arrive à changer ça si je voulais pouvoir me glisser entre ses draps... non bras! Dans ses bras. Et mes mains sur ses jolies fesses et.. Ok je déconnais complet là.

Je me forçais à rire pour détendre un peu l'atmosphère, essayant de leur faire croire que je plaisantais. Bon je riais jaune avec eux mais au moins je parvins à dissiper le malaise. Bianca me tapa gentiment avant de promettre à son père qu'il passerait. Moi je le regardais essayant de cacher l'envie dans mes yeux. De toute façon il n'était surement pas gay. Et il était marié. C'était sa femme qui profiterait de ses bras ce soir pas moi.

Il s'en alla, laissant derrière lui l'odeur envoutante de son parfum. Je me concentrais sur notre discussion avec Bianca, laissant de côté ce moment gênant. Ca faisait un bien fou de la retrouver. On finit par arriver aux histoires de coeur. Elle n'avait personne mais elle craquait sur un gars de son lycée qu'elle me présenterait à la rentrée. J'esquivais rapidement le sujet. Personne ne me plaisait de là d'où je venais et de toute façon j'en étais loin désormais. Une relation à distance n'aurait pas été une bonne chose. Elle accepta mon excuse sans se douter de quoi que ce soit. Je tenterais peut être un jour de lui dire la vérité... mais pas ce soir.

Comme je l'avais dit, mes parents furent ravis de la revoir. Nous étions tous heureux de pouvoir revenir vivre ici. C'était certainement la ville où on était resté le plus longtemps et où j'avais eu le plus d'amis. Surtout Bianca, elle n'avait jamais cessé d'être ma meilleure amie, même avec la distance.

Je la raccompagnais le soir. J'avais prétexté vouloir être un gentleman, en vérité je voulais juste avoir une chance de pouvoir le croiser à nouveau...


Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


Fruit défendu... [ft. Mlle Vinca] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Fruit défendu... [ft. Mlle Vinca]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Toi dans mes draps. | [PV] Hentaï.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Pour s'amuser :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: