Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues
qui tu veux,
quand tu veux
Nouveaux sujets
Le deal à ne pas rater :
[CDAV] LG TV LED 65″ (165cm) – 65NANO756 – 4K UHD, Smart TV
564 €
Voir le deal

LE TEMPS D'UN RP

Never two without three. Never them without me ft. Lullaby & Maddy'N

Maddy'n
Messages : 402
Date d'inscription : 10/10/2019
Région : IDF
Crédits : Pop-Gun

Univers fétiche : Fantasy / Réel
Préférence de jeu : Les deux
cat
Maddy'n
Mar 5 Avr - 17:56
image.png
Elijah "Jay"
Anders

J'ai 30 ans ans et je vis à Oslo, Norvège. Dans la vie, je suis Coach de Sport et je m'en sors bien. Sinon, grâce à un pari pourtant stupide, je suis en couple et j’en suis heureux.

+ Il pratique l’escrime depuis tout petit. + Accro à l’adrénaline et aux sports extrême.+ Il a frôlé la mort dans l’accident qui a coûté la vie à sa mère. + Né à Copenhague. + Grand-frère de 2 petits monstres après le remariage de son père. + Enfant, il voulait devenir dresseur de chien de traineaux.



Jamie Dornan :copyright:️ Shiya
Je n’ai pas réellement réfléchi avant d’ouvrir la bouche, j’en ai bien conscience. J’ai parlé sous le coup de l’impulsivité, de l’émotion, parce qu’il faut avouer que j’ai peur. Peur de ne pas être assez fort pour supporter désormais les absences et gardes répétées du médecin, peur que cela change beaucoup trop de choses entre nous, peur d’être mis de côté pour des raisons logistiques, peur qu’on ne ressorte pas indemne de cette épreuve. J’ai peur, et pourtant, quand j’entends ces mots, ailleurs que dans ma tête, ça me fait comme un électrochoc. Je regarde Lexie avec de grands yeux, la bouche légèrement entrouverte sans que le moindre son n’en sorte, comme outré par ce qu’elle venait de dire. J’avais peur, c’est vrai, mais avant qu’il soit question de tout détruire, j’espérais au moins qu’on allait se battre. Enfin, pour moi, il n’était pas non plus question de tout abandonner parce qu’on ne trouvait pas de solution ce soir.

Mon regard se tourne vers Loyd alors qu’il prend la parole, sans que j’ai pu formuler la moindre réponse aux propos d’Alexandra. Il exprime enfin son avis sur la proposition de la jeune femme, qui comme je m’en doutais, était prématurée. Mais il m’interpelle reprochant mon manque d’encouragement, ce à quoi je ne dis rien, pour ne pas lui couper la parole, même si j’avais bien des choses à dire. Mais peut-être que pour une fois, ça allait me permettre d’organiser mes pensées. D’autant plus que certains points qu’il soulève sont pertinents. Alors je ne bouge pas de ma place, continue de lui faire face. Certains mots me rassurent, d’autres m'effraient, et c’est dans cette confusion de sentiments que je m’approche de lui, colle mon torse contre son dos et resserre mes bras autour de sa taille alors qu’il recommence à se soucier de ses fourneaux. « Je sais comment tu es Loyd, et je sais que quand tu occultes complètement une proposition, c’est qu’il en est hors de question. Et c’était déjà chiant en étant ton pote, mais c’est encore pire en étant ton mec. » Parce qu’on ne savait jamais complètement ce qu’il se passait dans sa tête à ces moments-là. « Mais je sais aussi combien tu en as bavé et combien tu t’es donné pour en arriver là. Je suis fier de toi, et j’espère que tu auras ce poste, car je sais que c’était ton rêve. Tu m’as soutenu quand j’ai pris possession de la salle, et j’aimerais être aussi encourageant que tu l’as été pour moi. C’est raté pour le moment mais ça ne veut pas dire que je ne le souhaite pas. Mais j’ai peur de ce qu’il adviendra de nous. J’ai peur de ce qu’il adviendra de notre équilibre, à tous les trois. » Mon visage se tourne vers Alexandra, à qui je fais signe de se rapprocher. « Je suis pour qu’on essaye, pour qu’on fasse un compromis. Est ce qu’on pourrait au moins envisager ce qu'a proposé Lexie, passer disons au moins deux nuits et un jour ensemble, consécutifs, tous les trois, qu’importe les jours ? Je sais que tu n’auras jamais un planning fixe avec l’hôpital, mais je peux essayer de me caler pour avoir mes jours de repos en même temps que toi… Mais j’aimerais aussi qu’on puisse te voir en dehors. Même si c’est juste pour déjeuner, ou pour dîner, un autre jour dans la semaine. Mais tu sais que je suis à l’autre bout de la ville, alors venir pour te voir trente minutes dans ton bureau, tu sais que ça ne sera pas possible pour moi. Alors il faudra trouver autre chose. Peut-être… J’en sais rien… Mais oui, peut-être louer un appartement à mi-chemin. Quitte à déménager là-bas pour ma part. Ca ne me dérange pas de m’éloigner un peu de la salle. Je pourrais toujours faire mon jogging en y allant plutôt qu’avant. » Lexie désormais plus proche de nous, je la tire vers nous pour la serrer entre moi et Loyd. « Et des fois que tu en doutes, c’est toi qu’on veut. Qu’importe le poste que tu occuperas. On finira par s’y faire, mais on te garde toi. » Je viens déposer un baiser dans sa nuque, et un autre sur le front d’Alexandra.
Lullaby
Messages : 1700
Date d'inscription : 12/09/2017
Crédits : Nobody

Univers fétiche : Vie réelle / HP / Twilight / University
Préférence de jeu : Femme
vol de nez
Lullaby
Sam 9 Avr - 13:39
original.jpg
Alexandra Blomdahl
J'ai 28 ans ans et je vis à Oslo, Norvège. Dans la vie, je suis Créatrice de robe de mariée et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis en trouple. Je suis née en Suède

Alexandra, de son nom complet Alexandra Viktoria Aurora Blomdahl, est née en suède, à Stockholm, dans une famille d'artistes. Son père est pianiste, sa mère est artiste peintre et la petite fille a grandie dans l'amour de l'art auprès de ses parents. C'est une romantique, sensible. Le genre de fille qui pleure devant le moindre film. Elle rêve de son mariage depuis toute petite et elle adore la mode. Elle a entreprit des études dans l'univers de la mode. Elle est devenue créatrice de robes de mariées en 2014.


Iga Wysocka
Naturellement, vivre ensemble était un grand pas,  pour les uns comme pour les autres et la demoiselle elle-même n’était pas certaine d’être vraiment prête pour ça. Pas certaine que ce soit la meilleure des solutions. Pour autant, elle n’en voyait pas vraiment d’autre en l’état, pour contenter tout le monde et permettre de se voir malgré la surcharge de travail que Loyd allait avoir pendant quelques semaines, pour ne pas dire quelques mois et qui ne serait peut-être pas sans conséquences sur leurs vies. Ils allaient peut-être avoir un peu de mal à se voir, à faire marcher ensemble leurs trois emplois du temps et l’idée de la demoiselle était alors la seule qu’elle voyait capable de leur permettre de passer, vraiment, un peu de temps ensemble tant les allers-retours entre les lieux de travail semblaient difficiles. Il suffisait qu’il y ait un pépin pour Jay ou elle lorsque Loyd était disponible et… Bien qu’ils soient libres de leurs emplois du temps, la vie n’était malheureusement pas sans aléas.

Évidemment, pour Loyd, cette solution n’est pas facile à accepter, à prendre et l’éventualité de la vie ensemble lui est si difficile que l’homme préfère simplement faire comme si elle n’avait rien dit, ignorant ses mots en même temps qu’il demande une autre solution. Ce que Jay ne manque pas de faire remarquer, avant qu’elle n’ait le temps de le faire elle-même. Bien sûr, elle pouvait toujours comprendre que sa solution ne plaise pas. Mais refuser purement et simplement d’en discuter, c’était autre chose. Pour Jay aussi, visiblement, ce dernier affirmant que cette habitude est chiante. Lexie hoche la tête.

”- Ouai. Vaut mieux en parler, même pour exprimer son désaccord.” approuve la demoiselle.

Pour le reste, ils en étaient au même point. Sans solution. Et avec un Loyd de toute évidence vexée par les craintes que ses amoureux pouvaient avoir. Pourtant, ce n’était pas faute pour la belle d’être heureuse pour lui, de lui souhaiter de tout coeur de parvenir au résultat escompté. Bien sûr, il n’était pas question pour la jeune femme de le vpoir échouer, aps question de le brimer, pas question de l’empêcher de s’épanouir, bien entendu. Si ce poste était tout ce qu’il désirait professionnellement, elle entendait bien l'encourager pour l’obtenir. Ce qui ne voulait pas pour autant dire que les peurs qu’ils nourrissaient avec Jay n’étaient pas légitimes, ou que voir Loyd fuir purement et simplement une proposition, comme si elle n’avait pas existé, n’était pas pénible.

”- On ne remet pas en question tes choix amour, loin de là !” assure la demoiselle. ”Au contraire ! Je ne demande rien de plus que de te voir réussir tout ce que tu souhaite, tout ce que tu entreprends." souffle-t-elle. ”Et je ne dis pas que se voir en coup de vent c’est tout détruire, mais si on commence à ne pas communiquer quand ça ne nous plaît pas, à ne pas tenir compte des sensibilités ou des besoins de chacun, oui c’est un risque. Je ne dis pas que tes souhaits sont en cause, pas du tout. Je parlais pour nous trois.” poursuit-elle. ”Et j’ai un peu trop galéré à vous avoir pour avoir envie de vous perdre.” remarque la jeune femme.

Elle ne dirait rien, en revanche, sur la pique quant à leur engagement respectif. Elle était la première à avoir évoqué l’idée d’être tous les trois. Et la première à évoquer l’idée de s’installer ensemble. Si ça n’était pas un pas dans l’engagement, elle ne savait pas ce que c’était. Hors de question cependant de jeter de l’huile sur le feu alors qu’ils avaient l’air relativement calmes malgré la discussion. Ce n’était qu’un détail.

”- Oui, deux nuits et un jour par semaine, c’est possible aussi.” acquiesce la demoiselle. ”Enfin bien sûr on ne t’impose rien non plus. Seulement tu demandais des idées, et c’est tout c’que j’ai en réserve pour l’instant.”
Patate Douce
Messages : 547
Date d'inscription : 25/10/2019
Région : Basse-Normandie
Crédits : idk

Univers fétiche : Réaliste, Fantastique.
Préférence de jeu : Homme
cat
Patate Douce
Lun 9 Mai - 16:41


Loyd
ANDREWS

J'ai 30 ans et je vis à Oslo, Norvège. Dans la vie, je suis Médecin depuis dix ans, aux urgences et je m'en sors plus que bien . Sinon, grâce à ma chance , je suis à deux amours et je le vis plutôt comme un renouveau.

Enfant unique des Andrews, mère avocate internationale, père chirurgien de renom. A grandi avec sa nounou ; sa véritable figure maternelle, jusqu'à qu'elle soit renvoyé au Mexique. La cherche depuis. Relations tendues mais cordiales en apparence avec sa mère. Souffre de la peur de l'abandon.


Heny Cavill by kiki-icons
Je ne m'attendais pas à taper un monologue. Je voulais surtout être transparent quand à mes choix professionnels. Je suis si pres du but que je refuse de tout foirer. J'accepterais même de faire une croix sur ma Vie amoureuse. Les perdre pour diriger.. Bon vu ainsi, je crois que je ferais peut-être demi-tour. Je ne sais pas.

Jay se colle contre moi et son initiative fait l'effet d'un baume. J'éteins les feux et décale mes casseroles pour me concentrer sur leurs propos. Repas quasiment prêt de toute façon.

Je ne peux pas contredire ses premiers mots. Oui, quand ça ne me semble pas être dans mon intérêt et me demande trop d'efforts, je mets sous le tapis jusqu'à me retrouver bloquer devant. Alors, face à cette vérité, je me contente de rouler des yeux. Parler d'équilibre alors qu'on venait tout juste de s'avouer en tant que plus que potes, mais bel et bien amants et petits amis, c'est encore là, prématuré pour moi, puisqu'on y travaille encore. Mais bon, je ne l'interrompt pas pour autant.

Je l'entends se radoucir, émettre des suggestions. Petite bouille qui se colle aussi. Et je finis par leur faire face, attendant que notre femme s'exprime à son tour. J'arrive enfin à comprendre leur point de vue et cette peur qui les fait tant sortir de leurs gonds. Je semblais être plus tranquille mais là aussi, je baignais dans le médical alors je savais l'étendue des sacrifices mais qu'il n'y avait pas que des quotidiens difficiles à subir.

Pour montrer ma bonne foi, je finis par surenchérir. Eh bien, je peux proposer trois nuits et deux jours dont un en télétravail au moins une matinée pour me poser dans l'atelier ou à la salle de sport ou vous voulez. Et d'aller dormir chez l'un de vous deux, ce qui vous arrange. Je voulais surtout alerter que j'allais pas compter mes heures et qu'il fallait me rappeler que je ne vivais pas seul, c'était un peu le but de ma suggestion, pour être honnête. M'appeler quand je dépasse 20h ou me retenir quand je pars à 06h ... parce que je comptais bien me lancer dans ce marathon laissant les gens derrière moi. Je finis par les embrasser l'une après l'autre, parce que je crois que le pire de la discussion semblait passer.  


Never two without three. Never them without me ft. Lullaby & Maddy'N - Page 5 Y2SMLgu
Contenu sponsorisé
Never two without three. Never them without me ft. Lullaby & Maddy'N
Page 5 sur 5
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
Sujets similaires
-
» Lullaby
» storm lullaby
» lullaby ♔ you're in my head, always, always, always.
» Présentation The Lullaby
» Les personnages de Lullaby

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers réel :: Europe-
Sauter vers: