Partagez
 
 
 

 Michaela + Jesse ― A good laugh is sunshine in the house

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 
@Robz
@Robz
MESSAGES : 337
INSCRIPTION : 17/02/2020
ÂGE : 26
RÉGION : France.
CRÉDITS : tumblr.

UNIVERS FÉTICHE : Post-apocalyptique, touche à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

cat

Michaela + Jesse ― A good laugh is sunshine in the house - Page 3 Empty

422406aaron7.png
Jesse
Pinkman

Jesse est né et a grandit à Albuquerque. Il y a fait toutes les rencontres qui ont bouleversé sa vie. Il s'en est enfuis après toutes les conneries qui lui sont arrivées. Il s'est implanté à Philadelphie dans l'espoir de pouvoir se faire de l'argent, et disparaître au Canada avant qu'on ne l'arrête pour tous ses crimes à Albuquerque, sans parler de ceux qu'il commet sur la côte.

Michaela + Jesse ― A good laugh is sunshine in the house - Page 3 Tumblr_pyfvhazzxp1ynme1po3_250

Prit au piège par son propre jeu, Jesse est mêlé à un procès dont l'avocate du plaignant se trouve être Annalise Keating. S'il n'a pas envie de finir sa vie derrière les barreaux, mais seul perdu dans la nature, Jesse tombe sous le charme de Michaela, pour qui il n'aurait jamais pensé existé. Les gens dans leurs genres, sont tout bonnement ceux qu'il se plait à éviter d'habitude.


Aaron Paul :copyright:️ Dovahkin
Chacune des choses qui se trouvent cachées sous ces planches de bois sont photographiées pour garder une preuve à l'intérieur du téléphone de Michaela. Elle est intelligente et c'est quelque chose que Jesse n'a jamais rencontré auparavant : l'intelligence de la loi. Un jour, il découvrira qu'elle aurait très bien pu être amie avec l'avocat véreux qui l'a sorti d'affaire à bon nombre de reprises. Les ennemis qu'il a pu avoir, Jesse, étaient bons dans le commerce et dans la sécurité. Ils n'étaient pas bons à réellement se défendre face à l'état. Jesse n'a pas encore réellement comprit qu'il était plus difficile de se sortir vivant d'un tribunal plutôt que d'une bagarre entre trafiquants. Sa vie n'est déjà plus la même aujourd'hui, il est de nouveau débutant.

La porte s'ouvre brusquement et Jesse se retrouve à faire face à Michaela et à son téléphone bloqué sur lui. La fumée de la douche -qui ne sert à rien- ne l'empêche pas de la voir et directement, il se met à reculer comme si c'était une arme qu'elle avait de pointé sur lui. Si Jesse s'était énervé contre la porte, c'est parce que sa paranoïa a prit le dessus. Du moins, il pensait que c'était de la paranoïa, il espérait au fond de lui qu'elle soit simplement en train de se préparer pour ses cours à l'université. S'il recule, c'est parce qu'il est sous le choque de voir et d'entendre qu'elle a découvert ce qu'elle ne devait pas voir. Les planches sur le sol montre qu'elle n'a pas eu bien du mal à trouver les preuves qui pourraient envoyer le blanc en prison. Jesse ne pense même pas au fait qu'elle puisse mieux connaître l'appartement qu'elle ne l'a dit.

" - J'ai pas l'intention de me faire coller une balle entre les deux yeux."
" - Pourquoi est-ce que j'voudrais te buter putain ?!"

Ses mains se sont levées comme un innocent aurait pu le faire. C'est surtout la surprise qui le fait réagir ; il la trouve stupide dans cette idée. Parce qu'il n'imagine pas à quel point elle puisse être importante, Michaela. Tout comme sa professeur de droit, par ailleurs. Il fronce les sourcils lorsqu'elle parle d'elle comme s'il était censé savoir de qui Michaela parle. La situation a dérapé sans qu'il ne le voit venir, sans qu'il ne puisse rien y faire, et les traits de son visage montrent à quel point il est perturbé par tout ça. Il se moque de la vidéo qui tourne, parce qu'il sait qu'il est déjà dans les fichiers de l'état. Jesse est recherché à Albuquerque, elle n'aura pas de mal à le trouver maintenant. Lui pense qu'il a simplement à faire face à une élève en panique parce qu'elle a trouvé quelque chose qu'elle ne comprend pas. Il pense pouvoir la rassurer ; tous les dealers ne sont pas des meurtriers à la base. Même si Jesse en est un au final. Tu ne déplaceras absolument rien. Tu ne quitteras pas la ville, cette phrase déclenche un léger rire chez l'homme qui ne peut pas le contrôler. Même ses mains retombent contre son corps : est-ce qu'elle croit vraiment en ce qu'elle vient de dire ? Car déplacer tout ça, c'est ce que Jesse va faire à la seconde où elle va quitter les lieux. Quitter la ville est une autre paire de manches, pourtant, il le ferait sans hésiter s'il en avait les moyens. Mais pour aller où ? Jesse ne se souvient même pas lui avoir confier son plan de retraite.

" - J'ai pas envie de mourir aujourd'hui," Comme si c'était la pire des choses, qu'il pense. " Mais si t'es prêt à faire ce que tu dis, partir loin, tu devrais considérer mon aide." Jesse fronce les sourcils en la voyant s'activer à récupérer ce qui reste de ses affaires. " T'as tué quelqu'un avec cette arme dans les derniers jours?" Elle le fait exploser de rage.
" - T'es une putain de tarée ? " Peu importe qu'elle filme réagir, peu importe qu'elle garde une preuve de ce qu'il va dire. " T'as cru que t'étais avocate ou quoi ? Putain de looser, ma parole!"

Sur le coup, il semble oublier que les autres appartement pourraient entendre ce qui est dit ici. Jesse s'emporte est continue de crier que ce n'est pas une putain d'avocate, qu'elle a juste à fermer sa putain de gueule, de prendre ses putain d'affaires et de dégager de ce putain d'appartement. Jesse enchérie avec le fait qu'il n'a pas besoin d'une putain de bonne femme pour mettre le nez dans son putain de business.

Il est en colère et ça se voit, ça enregistre même. Jesse s'approche d'elle et fait en sorte de faire tomber le téléphone à terre. Une fois que c'est fait, c'est la fille qu'il veut attraper pour la faire sortir de là. Et si elle sait se défendre, il parvient à la tirer jusqu'à la porte pour la jeter dehors. Tout ce qui est à elle finit au même endroit : jeté à l'extérieur alors qu'il s'empresse de fermer la porte à clé à chaque fois qu'il ramène quelque chose. Heureusement, il n'y a personne d'autres qu'eux pour l'instant. Mais au dernier tour qu'il fait, c'est le téléphone qu'il vient lui rendre. L'écran est complètement fissuré, mais ce dernier fonctionne toujours. En réalité, Jesse n'y fait même pas attention. Sa colère, et le contre coup de ce réveil étrange par rapport au moment de tranquillité qu'il ressentait hier soir, ne font pas bon mélange. Il ne pense même pas à supprimer quoi que ce soit.

" - Va t'faire foutre, barbie." Qu'il lâche comme une nouvelle insulte alors que la porte est à moitié fermée. " Reviens pas là, sinon, j'te jure que c'est moi qui vais tirer cette fois !"

Quand il claque la porte, c'est la dernière fois qu'il la ferme à clés. Et pour être sur qu'elle est bien partie, Jesse va avoir attendu de la voir passer le pas de la porte, de par sa fenêtre. De la voir s'éloigner peu importe la direction qu'elle prend : mais Jesse veut la voir déguerpir pour pouvoir gérer ses propres affaires. Et autant dire qu'il va mettre un temps fou à le faire ; entre les crises de colères pour son trafique mit en péril, et les crises de larmes à cause de souvenirs que tous ça lui rapporte. Mais Jesse, il aura finit par cacher le téléphone et la photo dans la vieille cheminée inutilisable de l'appartement. La drogue, elle aura été confiée et cacher dans un autre appartement du quartier : la fenêtre juste en face du bâtiment de Jesse, c'est là où vit son principal associé. Il n'y a que l'arme qu'il n'a pas su où mettre et qu'il a simplement glissé sous le matelas de son lit. S'il avait put partir, Jesse aurait fait tout l'inverse de ce que Michaela a recommandé. Mais il n'allait pas attendre sagement qu'elle revienne avec les flics, n'est-ce pas ? Alors, il a simplement attendu avec la boule au ventre. Jesse, il aurait pu attendre des jours sans vendre le moindre gramme, à cause de la peur. Mais c'est la peur qui lui a permis de rester en vie tout ce temps.
Revenir en haut Aller en bas
 
SneakySkunk
SneakySkunk
Féminin MESSAGES : 460
INSCRIPTION : 17/02/2020
RÉGION : Québec.
CRÉDITS : Gifs (SneakySkunk) | Avatar (Google) | Signature (Crack in time)

UNIVERS FÉTICHE : J'apprécie les univers de survie. Je suis attirée par ce qui concerne les zombies. Je suis attirée par le science-fiction. J'aime toucher à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3619-presentation-de-sneakyskunk https://www.letempsdunrp.com/t3872-m-robert-sheehan-frere-autres-liens https://www.letempsdunrp.com/t3621-creation-s-dream https://www.letempsdunrp.com/t3622-all-the-earth-is-mine
cat

Michaela + Jesse ― A good laugh is sunshine in the house - Page 3 Empty

JO2VPNZT_o.png
Michaela
Pratt

Née le 20 octobre 1987. Dans la vie, elle est étudiante en droit pénal ; elle est souvent confrontée à de nombreux meurtres qui laissent des séquelles, desquels elle doit se relever afin de se protéger. Son enseignante n'est autre que Annalise Keating. Sinon, elle est célibataire et peu chanceuse en amour. Ses attentes sont parfois excessives, même si elle est prête à tout pour ceux qu'elle apprécie.

Michaela est une femme intelligente et ambitieuse. Sa mère a été abattue sous ses yeux lorsqu'elle avait 2 ans, même si elle n'en garde aucun souvenir et qu'elle ne se considère pas " traumatisée ". C'est son père biologique qui a tué sa mère. Ensuite, elle a été placée dans une famille adoptive.

tumblr_pyf44pNVKm1ynme1po5_r1_250.gif


Aja Naomi King :copyright:️ BAZZART
Elle est violemment poussée en dehors de l'appartement, complètement déboussolée. Pendant une fraction de seconde, elle a paniqué, camouflée dans un coffre-fort intérieur où on est à l'abri en cas de stress intense, incapable de réagir à ce qui se passait autour d'elle. Mais enfin, il parle et lui tend un téléphone qu'elle s'empresse de reprendre. S'il pense qu'elle est touchée qu'il pense à lui redonner cet objet après la scène qu'il vient de faire, il se met le doigt dans l'oeil. Elle est seulement retournée à ses pensées initiales : ce type n'est pas mieux que les autres. Elle s'est protégée et c'était son droit.

Va t'faire foutre, barbie. [..] Reviens pas là, sinon, j'te jure que c'est moi qui vais tirer cette fois!
Aucune chance que tu ne me revoies, qu'elle lâche sous l'émotion de la panique, car c'est dans son caractère, mais elle se dit également que parler trop vite aurait pu lui valoir une balle entre les deux yeux.

Il referme la porte au même moment où elle parle, ce qui la fait grincer des dents. Cette crise est mieux qu'une mort, assurément. L'énorme claquement interrompt cette scène de ménage digne d'un couple dysfonctionnel. Ses oreilles bourdonnent encore sous l'assaut des hurlements de Jesse, complètement hystérique en comparaison de l'homme qui lui offrait, hier, de jouer à la console. Elle est franchement outrée de cette attitude, car Michaela n'est pas le genre de femme qui autorise qu'on la traite de cette façon. Si quelqu'un doit hausser le ton, ce sera elle. Elle est également vexée qu'il la sous-estime dans ses capacités à gérer la situation, mais elle doit s'accrocher à l'avantage que cela lui procure : il ne verra pas la tempête arriver avec elle aux commandes.

Juste un minable de plus, qu'elle crache, mécontente et hargneuse, de l'autre côté de la porte.

L'attitude de Jesse, sa façon d'agir, tout lui rappelle les mauvais traitements de son enfance et le peu de respect que ça famille lui portait. Intérieurement, elle se dit : pourquoi est-ce que ça m'étonne? C'est ce que la rue fait aux gens. Non, elle ne laissera pas un pauvre revendeur de drogue dans son genre lui gâcher la vie ou compromettre son dur labeur. Avec dédain, elle scrute la porte de l'appartement. Qui voudrait revenir ici, de toute façon? pense-t-elle davantage vexée et apeurée que dégoûtée.

Elle sort de la bâtisse pour fuir ce lieu maudit. Elle se retrouve à la rue comme une vraie paumée, chaussures à la main. Une fois sur le trottoir, on la regarde bizarrement, comme si elle venait de passer la nuit à baiser et qu'elle rentrait finalement chez elle. Michaela regarde de travers tous ceux qui osent émettre une opinion silencieuse à son intention. Une fois à quelques rues de là, assez loin de ce Jesse qui n'en vaut assurément pas le coup, elle appelle un taxi pour rentrer chez elle. Elle prendra une bonne douche et affrontera sa journée comme elle l'a toujours fait. Brillamment et avec courage. Son cœur bat pourtant la chamade jusqu'à l'arrivée du taxi, jusqu'à ce qu'elle pose les pieds sur son parquet, jusqu'à ce qu'elle soit dévêtue sous le jet d'eau. Elle peine à se calmer, à oublier ce qu'elle a vu. Elle sait qu'elle a tout compromis en s'affichant à ce Jesse, mais c'était la seule solution pour qu'elle puisse sortir de cet appartement sans trop de dommage. Elle a pensé à sa survie avant de penser aux preuves. Elle a réussi à sortir de là indemne. Elle préfère éviter de s'apitoyer sur ses mauvais choix de la nuit. On l'a menée en bateau, voilà tout.

Une fois convenablement vêtue, moins osée que la veille, elle se sent femme. Cette fois, les habits qui couvrent son corps sont professionnels, neutres, féminins ; une longue robe bleue qui descend à ses genoux, rigide, accompagnée d'un chemisier blanc. Blanc comme ce foutu Jesse. Elle se sent prête à sortir de son appartement. Ce n'est pas à l'école, qu'elle se rend, mais plutôt au tribunal où on l'attend avec impatience. On espère qu'elle aura de nouvelles informations sous la main ; c'est le cas, grâce à Jesse. Mais l'envie de partager ces preuves s'est amenuisée dans la dernière heure. Elle ignore pourquoi, mais elle sent qu'elle doit découvrir des choses avant de lui gâcher la vie. Peut-être parce que avec Simon, elle a déjà tout foutu en l'air. Elle ne serait pas surprise qu'il est tout balancé à la poubelle, en panique. Elle l'aurait sûrement fait, elle aussi : détruire les preuves. Comme avec Sam. Et tous les autres.

On ne peut jamais compter sur toi, maugrée Annalise lorsque Michaela prétend n'avoir aucune preuve sous la main, mais qu'elle est sur une bonne piste. Nous n'avons pas besoin de piste, mais de concret, enchaîne la professeure de droit, incapable de douceur envers son élève. Vous n'avez pas envie que je perde cette affaire... menace Annalise en entrant dans la salle d'audience ; cette femme est toujours préparée, même si ces élèves ne remplissent pas leurs obligations.

Mickie tente une excuse, mais on l'interrompt aussitôt. C'est Bonnie qui lui sort : pas maintenant, ça ne sert à rien. Connor fronce les sourcils en questionnant silencieusement Michaela. Elle secoue la tête pour l'empêcher de poser la moindre question. Il sait qu'elle a des preuves et ne comprend pas pourquoi elle garde le silence. Ils emboîtent tous le pas à leur professeur pour entamer l'une des nombreuses rencontres qui déboucheront, l'espèrent-ils, à la libération de leur client. Comme toujours, Annalise est farouche, franche et efficace, montrant bien à Mickie que c'est ainsi que fonctionne les choses.

L'avant-midi et l'après-midi sont une succession de rencontres dans la salle d'audience et en privé, où des informations sont soulevées pour semer la confusion dans la tête de ceux qui mettent en péril l'avenir de leur client. Mickie, elle est à l'ouest. Les heures passent et sa concentration diminue. Elle n'a pas eu le temps de faire ses recherches, même si ― à quelques reprises ― elle a voulu contacté Oliver pour lui demander son aide, chose qu'il refuserait assurément vue leurs rapports actuels. Mickie, elle nage dans le néant, lorsqu'elle pense à Jesse. Heureusement qu'elle s'est occupée toute la journée, car ainsi, elle est parvenue à relativiser la situation. Relativiser, certes, mais cela ne l'empêchera pas de lui rentrer dedans au moment de le faire tomber correctement. Car c'est bien ce qu'elle veut, l'utiliser pour impressionner son équipe et sauver un client innocent. Non... leurs clients sont rarement innocents. " Reviens pas là, sinon, j'te jure que c'est moi qui vais tirer cette fois! " Il doit sans doute savoir qui est le vrai tueur, ce Jesse.

Sans écouter les autres, concentrée à fixer son téléphoner fissuré, elle s'est surprise à effleurer le numéro de téléphone à Jesse, celui-là même qu'il lui a donné la veille, sur un bout de papier sans nom. Elle l'a gardé, l'a enregistré. Il semble que son téléphone soit sensible, ainsi brisé, car elle compose sans le faire exprès, mais raccroche aussitôt. Elle espère qu'il n'aura jamais reçu l'appelle, même si son nom ne serait pas affiché.

Vers 19h, elle se retrouve seule à l'extérieur, après cette longue journée peu productive, devant le tribunal. Même l'air frais de la ville ne lui procure aucune satisfaction. Elle regarde les photos prises sur son téléphone, se surprend aussi à regarder la vidéo montrant un homme complètement dépassé. Mickie, elle n'est pas très douée pour éviter de se mêler de ce qui ne la regarde pas. Alors sans savoir s'il va répondre, sans savoir où il se trouve actuellement, elle tente à nouveau de joindre ce Jesse.


I'm just a woman in love with another woman
©️crack in time
Revenir en haut Aller en bas
 
@Robz
@Robz
MESSAGES : 337
INSCRIPTION : 17/02/2020
ÂGE : 26
RÉGION : France.
CRÉDITS : tumblr.

UNIVERS FÉTICHE : Post-apocalyptique, touche à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

cat

Michaela + Jesse ― A good laugh is sunshine in the house - Page 3 Empty

895401aaron20.png
Jesse
Pinkman

Jesse est né et a grandit à Albuquerque. Il y a fait toutes les rencontres qui ont bouleversé sa vie. Il s'en est enfuis après toutes les conneries qui lui sont arrivées. Il s'est implanté à Philadelphie dans l'espoir de pouvoir se faire de l'argent, et disparaître au Canada avant qu'on ne l'arrête pour tous ses crimes à Albuquerque, sans parler de ceux qu'il commet sur la côte.

Michaela + Jesse ― A good laugh is sunshine in the house - Page 3 Tumblr_pyf44pNVKm1ynme1po6_r1_250

Prit au piège par son propre jeu, Jesse est mêlé à un procès dont l'avocate du plaignant se trouve être Annalise Keating. S'il n'a pas envie de finir sa vie derrière les barreaux, mais seul perdu dans la nature, Jesse tombe sous le charme de Michaela, pour qui il n'aurait jamais pensé existé. Les gens dans leurs genres, sont tout bonnement ceux qu'il se plait à éviter d'habitude.


Aaron Paul :copyright:️ Arté
Un coup de téléphone fait retentir sa sonnerie, mais Jesse ne sait pas qui c'est. Pas de nom qui s'affiche, juste les chiffres du numéro de l'inconnu qui tente de le contacter. S'il aurait eu un doute à répondre avant la scène du matin, Jesse n'hésite pas une seule seconde : il appuis sur le petit combiner rouge pour détourner l'appel. Quiconque veut réellement le joindre le contactera par le biais de sa messagerie, sinon, on le rappellera ou on trouvera un moyen de le voir. Jesse se doute que c'est la noire, mais il a surtout peur que ce soit d'une quelconque manière la police qui soit derrière tout ça. Alors il a même eu envie de jeter le téléphone pour ne plus s'en servir : mais tout ce qu'il a à l'intérieur est important pour le moment. Alors il a simplement acheté un nouveau prépayé, dès le lendemain, tout en enlevant la batterie de l'autre. Il n'a plus le même numéro, mais ça ne l'empêche pas de brancher l'autre pour savoir si Michaela a cherché à le contacter, surtout pour savoir si c'était bien elle au final. Le délinquant n'a plus de temps à perdre, il n'est plus aussi stupide qu'il l'était fut un temps. Mais il ne peut pas tout faire non plus ; disparaître sans rien laisser derrière lui. C'était beaucoup plus facile à Albuquerque, parce que la situation n'était pas la même pour lui. Si Michaela était venue à prouver qu'elle est derrière ce coup de fil, Jesse n'aurait fait que penser deux fois plus à elle. Elle le tourmente déjà assez.

- T'as vu les nouvelles à la télé ?" Lui a demandé son voisin et revendeur. " Ils vont coffrer un type pour l'autre jour."
" - Ouai... " Jesse a soufflé ces mots en recrachant la fumée de sa cigarette dans l'air. Le vent l'emporte si loin, si rapidement. Il voudrait pouvoir partir aussi vite. " j'préfère qu'ce soit lui que moi." C'est son arme, n'est-il pas aussi coupable même sans avoir tiré ? Il n'aurait pas du la confier.

Tous les deux se sont regardés en échangeant un regard complice. Ils savent bien qui a tiré la balle meurtrière ce soit là, et si ce n'est aucun des deux, ce n'est pas celui qui va finir derrière les barreaux pour ce crime. Jesse sait qu'en ne bougeant pas, en restant dans son coin et en laissant les choses se faire, tout se passera bien. Jesse ne connait pas les Castillos, il aurait certainement du faire des recherches sur eux. Mais il n'aurait pas pensé croiser leur route un jour. Parce que le type enfermé en ce moment, pour meurtre et préparation de méthamphétamine, il était censé les lancer sur un marché avec de plus gros revendeurs. Ca ne s'est pas fait avec la fusillade, et ça ne se fera pas à cause de ça. Il pense que les Castillos ne connaissent pas son visage, Jesse pense n'avoir été qu'un témoin invisible de cette scène, mais pour les Castillos, il n'y a pas de témoins cachés dans l'ombre. Tous connus, soit morts, soit utiles en vie.

C'est la curiosité malsaine qui a poussé Jesse à se rendre dans cette rue bourgeoise alors qu'il n'a rien à y faire, quatre jours après avoir jeté Michaela de chez lui. Il n'a pas emmené son revendeur, parce qu'à deux les choses tournent toujours mal. Mais c'est à cause de ce dernier qu'il est là aujourd'hui, parce que s'il ne l'avait pas fait se concentrer sur les informations de la région, Jesse n'aurait pas voulu voir de ses propres yeux cette avocate qui défend un homme innocent des deux crimes dont on l'accuse. Il pourrait être envoyé en prison pour tellement d'autre chose, mais pas ça. Mais ce qu'il est venu voir d'abord, c'est la maison brûlée qu'elle a laissé derrière elle. Si Jesse avait cherché plus loin dans cette direction, il n'aurait pas eu de mal à se rendre compte, même sur internet, que sa cher Barbie est proche de cette femme. Mais le délinquant s'en rend compte d'une autre manière, et à cause de ça, il a eu du mal à avalé sa gorgée de café.

L'adresse qu'on donne pour Annalise Keating est un vieil hôtel où il n'ira pas bien loin. Alors pour la voir de ses propres yeux, cette femme miracle qui parle déjà à la télévision d'avoir de quoi prouver à la cour que son client est incapable de créer une drogue aussi pure, il a décidé de se rendre à son bureau chez Caplan&Gold. Le genre d'endroit que Jesse n'a jamais vu de ses yeux tellement le bâtiment est beau et éclatant. Un mec dans son genre dépareille tellement dans la zone bourgeoise où il se trouve. Alors il manque de s'étouffer avec son café lorsqu'il voit un jeune associer de la grande avocate, sortir du bureau accompagné du visage de Michaela qui lui court après. C'est un autre garçon, à la peau clair et à la barbe foncée, ils semblent tous les deux avoir le même âge. Ce type, il l'a vu traîner toute la journée avec Annalise Keating. Ils parlent mais Jesse est trop loin pour entendre. Trop à l'abris des regards, derrière la vitre de la voiture aux fausses plaques d'immatriculations qu'il conduit.

" - La petite pute.."

Qu'il lâche avec un léger sourire en coin, parce qu'il se rend compte qu'elle l'a prit pour un con. Pourtant, Jesse est loin d'imaginer que ces deux jeunes travaillent sur l'affaire en question. Il n'y connait rien, alors ils se dit juste que le monde est petit. Quel être naïf, mais ça ne l'empêche pas de composer le numéro qui l'a appelé quelques jours plus tôt, dès l'instant où il ne les voit plus. Jesse veut savoir, une bonne fois pour toute, ce qu'il en est.

" Barbie ?"

C'est le premier et seul mot qu'il prononce, après avoir entendu le bip de la communication. Que ce soit la personne, peu importe qui cela puisse bien être, qui décroche ou qu'il tombe sur la messagerie. Son coeur bat, alors que Jesse a posé le café dans le compartiment adéquat de la voiture. Il n'a pas l'habitude de ce genre d'engin, mais un drogué prête tout pour une dose ; cette voiture n'est certainement pas la sienne. Et si c'est bien Michaela qui décroche, nul doute que Jesse va démarrer la voiture pour la rattraper sur le bas du trottoir. D'une manière où d'une autre, prête où pas, il va venir.
Revenir en haut Aller en bas
 
SneakySkunk
SneakySkunk
Féminin MESSAGES : 460
INSCRIPTION : 17/02/2020
RÉGION : Québec.
CRÉDITS : Gifs (SneakySkunk) | Avatar (Google) | Signature (Crack in time)

UNIVERS FÉTICHE : J'apprécie les univers de survie. Je suis attirée par ce qui concerne les zombies. Je suis attirée par le science-fiction. J'aime toucher à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3619-presentation-de-sneakyskunk https://www.letempsdunrp.com/t3872-m-robert-sheehan-frere-autres-liens https://www.letempsdunrp.com/t3621-creation-s-dream https://www.letempsdunrp.com/t3622-all-the-earth-is-mine
cat

Michaela + Jesse ― A good laugh is sunshine in the house - Page 3 Empty

JO2VPNZT_o.png
Michaela
Pratt

Née le 20 octobre 1987. Dans la vie, elle est étudiante en droit pénal ; elle est souvent confrontée à de nombreux meurtres qui laissent des séquelles, desquels elle doit se relever afin de se protéger. Son enseignante n'est autre que Annalise Keating. Sinon, elle est célibataire et peu chanceuse en amour. Ses attentes sont parfois excessives, même si elle est prête à tout pour ceux qu'elle apprécie.

Michaela est une femme intelligente et ambitieuse. Sa mère a été abattue sous ses yeux lorsqu'elle avait 2 ans, même si elle n'en garde aucun souvenir et qu'elle ne se considère pas " traumatisée ". C'est son père biologique qui a tué sa mère. Ensuite, elle a été placée dans une famille adoptive.

tumblr_pyf44pNVKm1ynme1po5_r1_250.gif


Aja Naomi King :copyright:️ BAZZART
Depuis bientôt une semaine, la jeune femme à la peau chocolat n'a plus aucune nouvelle de ce petit con de blanc. Jamais il n'a décroché son téléphone des deux fois où elle l'a contacté, alors elle a cessé de jouer aux idiotes afin de se concentrer à son travail. Il est malgré tout parvenu à garder une petite place au fond de son esprit, lui rappelant qu'il pouvait être un morceau du puzzle qu'ils tentent désespérément de reconstituer avec Annalise et le groupe. Michaela s'est donc convaincue qu'elle ne devait pas se laisser distraire, qu'elle valait plus que ça. Il peut être dangereux. C'était sa réflexion. Elle doit se concentrer à son dossier. Pourtant, chaque fois qu'elle avait du temps libre, elle regardait les photos. Devait-elle partager ces informations avec ses coéquipiers? Allaient-ils lui venir en aide. Plus elle tardait et plus elle se disait qu'il avait déjà quitté la ville, sous la peur qu'on déterre de vieux et horribles secrets.

Elle est dehors avec Connor, pour sa pause, lorsqu'elle reçoit un appel. Sa première réaction est de dire : Pratt, mais la voix qui suit la laisse sans mot. Barbie. Elle regarde autour d'elle, mais ne voit personne qui correspond à ce vendeur de drogues. Connor la fixe, perplexe, donc demande à qui elle peut bien parler pour être aussi livide. Elle décale le téléphone de son oreille pour dire : rien d'important. Et pourtant... c'est d'une importance capitale. Elle dit à Connor, sèchement, de tracer sa route, car elle a des choses à faire. Il soupir, mais obtempère. Il est parfois difficile de raisonner Mickie. La Pratt n'ose pas parler sur le moment, mais se déplace de manière à trouver son suspect, jusqu'à ce qu'elle trouve la voiture garée et qu'elle s'y approche, raccrochant, pour toquer lourdement à sa fenêtre afin qu'il abaisse la vitre.

Tu as du culot de te pointer ici.

Elle paraît révoltée, mais aussi très inquiète. Elle redresse la tête, observe partout aux alentours, s'assurant que personne ne la voit ainsi parler à un type louche dans une voiture bonne pour la casse. Bonne pour la casse du point de vue de la Pratt dont les goûts se veulent plus luxueux ; goûts qu'elle s'oblige à avoir pour donner une belle image d'elle et de l'avenir qu'elle se construit. Tout le contraire de ce qu'elle avait étant jeune ; alors c'est facile de faire la différence. Mais est-ce réellement ce qu'elle désire au plus profond de son être? Ou est-ce que l'amour d'une personne, sa non trahison et sa non disparition ne seraient-ils pas suffisant? Ses yeux regardent une dernière fois la voiture et l'homme qui l'occupe.

Conduis jusqu'au bout de la rue. Je ne vais certainement pas m'afficher devant le boulot.

À ces mots, elle se redresse et lisse son chemisier d'un simple mouvement de la main. Elle roule des épaules pour se donner un peu de contenance. Et, ignorant complètement la voiture qui la dépasse, elle reprend sa marche sur le trottoir. Elle paraît professionnelle, dans ces habits repassés et moulés à sa silhouette. Elle est maquillée proprement et ne laisse pas même une mousse se loger sur ses vêtements. Ses cheveux encadrent son visage à la manière d'une Barbie. Cette femme ne ressemble en rien à l'une de ces meufs qui traînaient à la soirée, le genre qui souhaitent réellement obtenir une dose. Michaela le regrette déjà, car c'était nocif et agréable et qu'elle ne voudrait pas sombrer dans l'amalgame de ses tuteurs.

La fille aperçoit enfin la voiture qui se gare sur le bas côté de la rue principale, à proximité de commerces, de restaurants et de gros immeubles d'affaires. À peine la voiture s'immobilise-t-elle que Michaela presse le pas et charge vers lui ; elle s'approche de sa portière et lui ouvre la porte en trompe pour l'obliger à sortir, espérant qu'il n'avait pas pour plan de la kidnapper. Dès lors qu'il quitte l'habitacle qui le protégeait qu'elle change d'endroit pour parler. Elle lui agrippe solidement le bras pour lui faire quitter le trottoir. À l'abri des regards, elle le plaque au mur de brique le plus proche. Sans directement le regarder, elle balaie à nouveau l'environnement de son regard infernal. Certaine qu'on ne pourrait la voir avec ce… vendeur/délinquant/meurtrier? Elle relâche son bras, ancrant ses sombres prunelles, dans les siennes si claires, si pures.

Pourquoi tu n'as pas décroché quand j'ai téléphoné? qu'elle lui reproche sans détour, comme s'il aurait vraiment dû le faire et que ça l'affecte réellement, comme si jamais elle n'avait découvert l'arme et le contenu secret.

Elle secoue la main, ça n'a aucune importance. Pourquoi l'aurait-il fait? Elle a déterré son précieux trésor. En public, dans son environnement à elle, elle n'a pas peur de lui. Elle pourrait même avoir peur pour lui, si on lui met la main dessus. Elle craint surtout qu'il mette en péril cette affaire par sa simple présence. À lui seul, il pourrait mettre Michaela dans l'embarras. Et lorsque son regard croise les lèvres du délinquant, elle se souvient nettement lui avoir demandé qu'il l'embrasse. Cette constatation l'oblige à se taper le front de la paume. Et elle grince des dents.

Tu vas m'expliquer pourquoi tu es là. Tu m'as suivi? Mais tu es complètement malade ou quoi?

La Barbie se donne trop d'importance. A-t-il changé d'avis, souhaite-t-il de l'aide tout compte fait? Elle n'imagine pas qu'il était en quête de réponses concernant l'avocate au dossier. Ça ne lui traverse même pas l'esprit étant donné l'étonnement qu'elle ressent à le voir ici. Néanmoins, elle s'inquiète qu'il soit là pour savourer, à la manière d'un coupable, l'arrestation du type accusé à tort. Jesse est-il le vrai coupable dans toute cette histoire? Sa peur de la dernière fois semble avoir disparu, elle est parvenue à se raisonner. Et elle avait tous les droits de se protéger, ça, elle en reste convaincue. Michaela est sur le point de parler lorsque sa sonnerie résonne. Elle échappe son sac à main entrouvert au même titre qu'elle échappe son téléphone portable. Et malgré un écran déjà fissuré à cause de Jesse, on peut apercevoir sur l'afficheur le nom de Laurel Castillo. Elle ne décrochera pas en compagnie de Jesse. C'est limite si elle ose bouger pour s'accroupir face à lui.


I'm just a woman in love with another woman
©️crack in time
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


Michaela + Jesse ― A good laugh is sunshine in the house - Page 3 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Michaela + Jesse ― A good laugh is sunshine in the house
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] House of Fury [DVDRiP]
» [UploadHero] House of the Rising Sun [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Pour s'amuser :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: