Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues qui tu veux, quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
» Can't Get You Out of My Head (avec Rein)
La Cour des Miracles (ft. Apothesis) EmptyAujourd'hui à 1:17 par Clionestra

» Raven and Bones
La Cour des Miracles (ft. Apothesis) EmptyAujourd'hui à 0:15 par Lobscure

» Silicon Heart ft. Lexis
La Cour des Miracles (ft. Apothesis) EmptyHier à 22:47 par Lexis

» "Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour" - Ft. Charly
La Cour des Miracles (ft. Apothesis) EmptyHier à 21:46 par Manhattan Redlish

» Apocalypse Rouge [PV Opale Or]
La Cour des Miracles (ft. Apothesis) EmptyHier à 21:11 par Opale Or

» La librairie, une vie de dangers.
La Cour des Miracles (ft. Apothesis) EmptyHier à 18:13 par Snardat

» Grimm | Personnages
La Cour des Miracles (ft. Apothesis) EmptyHier à 1:46 par Grimm

» Un frère éloigné vaut moins qu'un voisin (avec Lexis)
La Cour des Miracles (ft. Apothesis) EmptyHier à 0:52 par Lexis

» “Please. I love her.” (avec Leolyne)
La Cour des Miracles (ft. Apothesis) EmptyHier à 0:47 par Léolyne

-50%
Le deal à ne pas rater :
WiMiUS S27 – Mini projecteur portable rotatif à 270° Full HD 9000 ...
69.99 € 139.99 €
Voir le deal

LE TEMPS D'UN RP

La Cour des Miracles (ft. Apothesis)

Raton
Messages : 30
Date d'inscription : 14/05/2019
Crédits : Tumbr

Univers fétiche : Vie réelle, victorien ou policier. Supernaturel léger Royaume-Uni.
Préférence de jeu : Homme
Valise
Raton
Sam 25 Mai - 0:40

Tes mains, maigres oiseaux de minuit, voltigent autour de toi. Tu agites l'air et les trainées de la pièce dans une chasse au trésor où il n'y aura pas de gagnant.

Enfin, pas ce soir. Tu es en retard et ta jolie ombrelle en dentelle est introuvable, dans tout ce bordel. Le parapluie de soie noire fera l'affaire, ce soir. Il annonce de la pluie, de toute façon. La jolie veste brodée est boutonnée avec délicatesse et un fin veston noir te couvre les épaules. Tout est bon, pour créer l'ambiance d'une mise en scène, tu le sais.

Pas de jolis souliers. Édimbourg st faite de marche et d'ampoules aux pieds. Les converses suffiront.  Tu es prêt.

Soupir. Où est le chat? Mais où est le chat?!

"Mister Binx?" Le félin, comme d'habitude, se fait attendre. Tu lèves les yeux au ciel.  Petite comédie domestique qui se répète soir après soir. Trouvez la bête.

Un coup d'oeil au miroir te renvoie un visage blême et émacié, enguirlandé de soie et de velours. Cette tenue du dix-neuvième siècle éclipse les cernes que tes excès trop modernes allongent. La barbe ombre tes joues creuses, maintenant, dans une tentative subtile d'avoir enfin l'air d'un homme et non d'un gamin. Yeux de lutin qui se lèvent toujours involontairement vers cette coupure de journal, découpée il y a des années, dans un petit hebdo de quartier. Un jeune homme souriant, probablement dans le début de sa trentaine, photographié avec des gosses du quartier. Un travailleur social, le héros du moment, pour avoir sauvé frères et soeurs d'une séparation froide et bureaucratique. Air de jouvenceau qui contraste avec les lourdes responsabilités, sur ses épaules.

Mason. Ton pouce contre cette joue de papier de le temps a à demi-effacée. Coupure trouvée par hasard, dans le bureau d'un médecin, à Leith. Douze ans. Douze ans que tu ne l'as pas vu, autrement qu'en déchirures et en encre. Ton coeur se serre. Tant de regrets, imprimés en demi-teintes. Tant d'immaturité, à une époque où tes souvenirs sont fait de seringues et de passes glauques.

Soupir. (bis)

"THACKERY?!!!"

Sac de friandises brassé comme une incantation magique. Les yeux verts du démon apparaissent enfin, dans l'ombre. Il est temps de partir.

**

Ils sont déjà quelques uns, rassemblés en petits troupeaux, sur South Bridge. Les guides déjà sur place tentent de remplir une dernière fois leurs groupes avec les badauds et les indécis. Cour des miracles où les trolls, les résurectionnistes et les fées sont vendus comme monnaie d'échange et où les légendes sont plus grandes que nature. Cris et promesses d'atrocités, embellis d'un faux accent écossais tiré d'Outlander, vendues en enchères. Tu es en retard. Les indécis, ce sera pour un autre soir.

Aimes-tu ce job de guide? Petite moue. Faire le guignol pour quelques dollars ne t'est pas étranger, quelque soit le métier. Ce n'est pas Broadway. Ce n'est pas ces scènes illuminées de projecteurs dont tu rêvais, mais c'est moins que rien. À la sortie de ton cours, tu t'es enfermé dans un cubicule d'agence de voyage. Claustrophobie. Quatre murs, cinq jours la semaine, c'est trop. Tu préfères de loin le parfum du pavé et de la pluie.

Petit coup d'oeil à ton ipad. Groupe de douze, ce soir. Des américains, des francais, deux japonais, un couple d'espagnols et un allemand et son plus one. Rien de nouveau sous les étoiles.

Le parapluie éclate au-dessus de ta tête dans une aura de soie noire et de lumière. Le show est officiellement commencé. On te repère, de loin. Le chat, sur ton épaule est immanquable. D'abord les américains de Philadelphie. Ensuite ceux de Boston. Les français sont étrangement timides et sont bouche-bée, quand tu les salues dans leur langue. Ton accent ne leur échappe pas. Non, tu n'es pas écossais. Ça ne sert à rien de jouer au Highlander. Embrassons tes racines galloises et ton délicieux français des maritimes qui sent la mer à chaque voyelle. Bavardages de routine. Qui vient d'où? Comment trouve-t-on Édimbourg, l'hôtel est bien? Jacasseries que tu maîtrises avec charme, en attendant les absents. Bientôt l'heure. Est-ce ok pour tout le monde si on attend cinq minutes les retardataires?

Peut-être devrais-tu te présenter! Alors, toi, c'est Dafydd et tu... -

Tu t'arrêtes. On lève la main, dans la foule. Un accent allemand, un sourire avenant. Une politesse toute germanique. Mais ce n'est pas lui que tu regardes.

Ce n'est pas lui que tu écoute.

Ce que tu écoute, c'est le silence de l'homme qui, quelques secondes plus tôt, le tenait par la main.

Mason.



@"Apothesis"
Apotheosis
Messages : 13
Date d'inscription : 20/05/2024
Région : Nord de la France/Alpes.
Crédits : Apotheosis.

Univers fétiche : City, Fantasy, Thriller & SF.
Préférence de jeu : Homme
Valise
https://www.letempsdunrp.com/t6554-mes-personnages-apotheosis#137430 https://www.letempsdunrp.com/t6564-mon-repertoire-apotheosis#137595 https://www.letempsdunrp.com/t6552-sugar-in-my-teeth-demons-in-my-dreams#137424
Apotheosis
Lun 27 Mai - 17:34

Mason Sallow
J'ai 37 ans et je vis à Édimbourg, Écosse. Dans la vie, je suis Assistant Social et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien/pas bien.


Kyle Gallner (c) Apothesis
Il était 17h25 quand Mason se rendit compte qu'il ne lisait plus son livre. Les pages défilaient entre ses doigts mais son attention était posée sur son téléphone. L'appareil situé sur sa cuisse ne lui offrait qu'un écran noir. Il avait beau faire revenir son regard sur son livre, pour se donner l'impression d'être occupé, l'illusion était brisée.

Il soupira avant de fermer le livre à la couverture navale. Paul Atreides devra attendre un autre soir avant de voir son épopée continuer.

Il prit son téléphone en main, allumant l'écran comme si cela pouvait accélérer la réception du message qu'il attendait tant. Il était stressé mais refusait d'y penser. Alors sa jambe gauche le faisait à sa place, tapant nerveusement du pied sur le sol fraîchement nettoyé.

Il ne savait pas si Adam le rejoindrait chez lui ce soir, même dans un but platonique, quoi qu'il en soit il pourra jouir de la propreté que son appartement lui offrait. Non pas que son état précédent ait été alarmant mais il était rare que Mason prenne le temps de récurer chaque coin et recoin de son logis. Ce n'était pas comme si les quelques poussières qui s'étaient incrustées dans le radiateur auraient pu alerter qui que ce soit, mais Mason tenait à ce que l'état de son appartement reflète l'état de son esprit. État qui aurait été honoré si le geste répété du pied de Mason contre le parquet pouvait y creuser un trou.

Il était 17h38 quand le bruit offert par son téléphone remit le cerveau de Mason en route. Ce n'était pas comme si le grand brun avait passé 13 minutes totalement obnubilé par les derniers messages qu'il avait échangés avec Adam, le bel Allemand qu'il attendait impatiemment. Il n'y avait aucune honte à être anxieux face à une première rencontre avec une personne que l'on appréciait, même pour un homme de 37 ans, mais il ne l'avouera jamais à personne, même à lui-même.

« Je démarre bientôt. À tout à l'heure. :) »

Le message était clair, le date avait toujours lieu. Le stress laissa place à l'excitation, une émotion tellement plus facile à accepter. Mason se leva et alla se brosser les dents avant de prendre le soin de vérifier que ses cheveux étaient bien en place et que son apparence n'avait pas changé depuis la dernière fois qu'il s'était contemplé. Le pull bleu-gris et le jean bleu foncé qu'il portait lui donnaient une apparence propre sans être trop sérieuse, il lui suffirait juste d'enfiler sa veste en denim et ses chaussures cirées et il serait prêt.

* * *

Il serrait et desserrait machinalement la main droite alors que la distance entre lui et son rencard se réduisait. Ils s'étaient donné rendez-vous peu avant South Bridge, histoire d'avoir le temps d'échanger quelques phrases avant de rejoindre le lieu où la visite commencerait. Adam, ce bel étranger qu'il avait rencontré via Tinder. Il lui était arrivé de craquer pour quelqu'un sur l'application mais rien ne s'était jamais vraiment concrétisé comme c'était le cas maintenant.

Il contournait le café au coin de la rue quand il reconnut son correspondant. Adam ne devait pas être plus grand que lui ou peut-être de quelques centimètres, il arborait un costume gris complété d'une chemise bleue foncé. Le bel allemand ressemblait trait pour trait aux photos utilisées sur son profil, ce qui était réconfortant. Il était légèrement plus fin que Mason et arborait cet aspect asymétrique au niveau du visage que le brun affectionnait.
Il calma sa main droite, avant que son interlocuteur puisse remarquer le geste répété, et se rapprocha de lui.

« Adam ? demanda-t-il alors qu'un grand sourire habillait ses lèvres.
- Lui, même. » répondit le grand blond avec son magnifique accent germanique avant de lui offrir sa main.

Mason serra sa main tout en admirant le regard jade de son interlocuteur. Leurs mains se délaissèrent et la légère tension due au stress de la rencontre se fit ressentir, mais sa présence n'était pas néfaste. Elle se reflétait dans le léger suspens auquel Mason mit fin tout en rentrant les mains dans les poches de sa veste.

« Ça fait du bien de se voir en vrai.
- Oui, opina Adam avec un geste de la tête, tu as pu avancer dans ta lecture ? »

Mason ricana.

« Un peu. J'avais la tête ailleurs.
- La rencontre te stressait ? lui demanda Adam, dépourvu de jugement.
- Non non, j'ai juste l'esprit encombré par le travail.
- Tu devrais faire comme moi et prendre des vacances, peut-être même à Munich. Je pourrais te faire faire le tour ; il y a beaucoup de bels endroits à découvrir. »

Il était beau quand il parlait, l'accent allemand qui rejoignait chaque terminaison, les rendant plus dures et marquées. L'attirance ne s'arrêtait pas aux conversations et appels, elle était bien là, enrobée d'un petit nœud. Si accueillante, si spontanée.

Ils échangèrent un peu plus, la conversation se faisant naturelle et  joviale. Ils arrivaient près de South Bridge quand Mason fit remarquer qu'il aurait dû prévoir un parapluie, remarque à laquelle Adam ajouta que c'était ça le charme écossais, « On ne sait jamais s'il va pleuvoir ou pas et pourtant, il pleut presque tous les jours. »
Ce fut en voyant un petit groupe réuni autour qu'un parapluie noir qu'ils comprirent qu'ils venaient d'arriver à destination, et peut-être avec de plus de retard qu'ils ne l'auraient souhaité. Le guide semblait faire la conversation aux ensembles de personnes qui lui faisaient face. Mason était trop occupé à continuer sa conversation avec Adam pour le remarquer. Leurs mains s'enlacèrent suite à une blague qu'avait fait l'allemand pour initier un rapprochement. Puis il fit une remarque sur le chat que portait le guide à son épaule droite, Mason lança un rapide coup d'œil vers le guide et avança que ça devait être une peluche vu la façon dont il se tenait. Et c'est quand le brun vit la main levée de son interlocuteur qu'il prit vraiment le temps d'observer l'homme qui animait l'activité.

Alors il le regarda..., et il ne lui fallut que quelques secondes pour être transporté 12 ans en arrière. C'était impossible, inenvisageable, ça ne pouvait pas être lui. Et pourtant plus il le regardait plus ses traits rejoignaient ceux du garçon de ses souvenirs. Ce visage fin est frappé par la fatigue. Ses yeux, ses lèvres-
Il détourna le regard à l'opposé d'Adam, comme si la présence qui l'incommodait n'était qu'une illusion qu'un changement de regard pouvait effacer. Tout se passa en quelques secondes et pourtant Mason se vit revivre plusieurs jours d'affilée en temps réel. C'est à ce moment-là qu'il réalisa qu'il avait été vu, lui aussi, que ce sentiment de surprise était partagé. Et c'est aussi à ce moment-là qu'il remarqua qu'il ne tenait plus la main d'Adam.
Il ferma, les yeux, souffla et regarda son rencard avec l'air le plus naturel possible. Il n'avait même pas entendu la question posée par ce dernier tellement le choc l'avait frappé fort. Quelque chose à propos du nom du chat ?
Il n'osait plus le regarder, et il ne le regarderait probablement plus. Il avait juste besoin de tenir la visite et après il serait encore débarrassé de lui. Et bien qu'il ait beau se sentir au piège, qu'il ait beau se répéter que la situation lui déplaisait, quelque chose en lui s'était réveillé. Un désir enfoui sous des déviations, des inflexions, un désir qui n'avait besoin que d'un peu de lumière pour se révéler à nouveau. Un désir qui se refléta en une onde de chaleur dans la poitrine et dans le bas du ventre. Car il se souvenait de tout, des regards, du toucher et du goût.

La voix d'Adam le fit revenir sur terre, dans le moment présent.

« Ça va ? »

Il hocha la tête, souriant légèrement. Non car Mason n'avait jamais de problème, il était plus fort que ça, il n'était jamais stressé et il n'était sûrement pas ébranlé par la simple présence de quelqu'un.

« Oui, juste un peu fatigué. »

Encore un mensonge, simplement le deuxième, rien d'alarmant. Car Mason est celui qui aide et jamais l'inverse.
Raton
Messages : 30
Date d'inscription : 14/05/2019
Crédits : Tumbr

Univers fétiche : Vie réelle, victorien ou policier. Supernaturel léger Royaume-Uni.
Préférence de jeu : Homme
Valise
Raton
Lun 3 Juin - 20:59

Dafydd Lloyd
J'ai 33 ans et je vis à Édinburgh, Écosse. Dans la vie, je suis guide touristique et je m'en sors moyen. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt mal.

Informations supplémentaires ici.

Tu n'entends plus les français. Adieu, leurs superbes paysages de Gaspésie, la chaleur de ses habitants, leur simplicité et ce rocher percé qu'ils vantent comme si c'était là où tu avais grandi. Comme s'il n'y avait aucune différence entre les plages grises de ton adolescence au Nouveau-Brunswick  et celles de la presqu'île. Comme si un acadien n'avait pas d'autres histoires que celles du Québec. Comme si toi-même, tu étais né sur ces sols et non pas ceux de cette Grande-Bretagne où ils ont en ce moment les pieds. Comme tu n'avais pas d'autres origines que celles d'un lointain Poitou.

Est-la grande silhouette, qui vient juste de lâcher la main de son amoureux? Ça bouille, à l'intérieur. Même le chat le sent et descend nerveusement de son piédestal. Geste un peu trop brusque pour t'évincer de cette conversation mondaine. Tu en assez de sourire et de jouer les guignols.

Douze ans. C'est comme si le Temps t'avait happé de ces vieux pavés et de ces crieurs de foire pour te retrouver dans la jungle de Camden Town et de son centre d'échange de seringues. 21h moins deux, juste avant la fermeture. Ventre vide, bide torturé, sueurs froides, mains tremblantes et sourire fané. En quête de sécurité. Juste une quinzaine de minutes, le temps de te faire shot et de te laisser aller un peu.

Tu t'attendais à ce que Keith t'engueule. Qu'il t'envoie promener et te dise de revenir à 8h du mat. Keith n'était pas méchant. Juste brûlé. Juste désillusionné, à force de voir des mômes comme toi revenir et revenir encore. Malgré les cafés chauds, les dépliants, les lits propres et le centre de détox, à deux coins de rues. Fatigué de vous voir crever dans l'air humide de Londres, les uns après les autres, par manque de budget. Fatigué de tous ces efforts inutiles face à une addiction plus forte que lui.

Mais Keith n'était pas là. Parti plus tôt pour une raison qui te sera à jamais inconnue. À la place, un visage épuisé et cerné... et avenant. Un babyface qui avait encore l'étincelle de l'espoir, dans les yeux. Mason. Le nouvel intervenant. Il t'avait ouvert la porte, sans jugement. Il t'avait installé dans une petite salle tranquille et confortable, avec un grand verre d'eau, une bouillotte bien chaude, pour ton bide, de l'équipement clean et du silence, sans jugement. Et tu avais emporté cette douce étincelle avec toi, dans ton spleen et ton envolée d'héro.

Et ces yeux-là ne t'avaient plus jamais quittés. Jamais.

Lorsqu'ils se détournent de toi, dans le chaos de South Bridge, tu sens que quelque chose meurt en toi, pour la deuxième fois. Les sons s'évaporent et tu te retrouve une fois de plus dans cette chambre d'hôtel minable sur Hamstead Road, avec toute cette came et plus aucune raison de vivre. Ce n'est que lorsque la vieille américaine te touche doucement le bras que tu reprends contact avec ta réalité.

Sourire apaisant. On commence bientôt. Il ne reste plus qu'à enregistrer les nouveaux venus.

Muni du Ipad, tu t'approche la tête haute, avec le rictus plus grand que nature.  

Le port svelte, détaché et félin. Peut-être un peu trop. Tu baisse les yeux vers l'accessoire d'un coup d'oeil nonchalant

"Monsieur und Monsieur Arnulf? Guten Abend!"

Tu les dévisages, chacun leur tour. Le blond d'abord. L'allemand. Ses yeux bleus, ce visage fraîchement rasé de près, cette allure distinguée, intellectuelle. Tout ce que tu n'es et ne sera jamais. Un professionnel. Sens-tu l'acide te monter à la gorge? Et lui? Mais c'est quoi, cette moustache? Ah oui, la mode des eighties. Il a vieilli. Lui aussi, il est devenu un homme.

"L'Allemagne! Il faudra que vous me racontiez tout après le tour. Je suis sûr que votre pays regorge d'histoires macabres et de revenants éperdus."

Tu ricanerais presque. Presque.

"FATIGUÉ?! Déjà? La soirée risque d'être courte pour vous deux. Tous les escaliers et les ruelles escarpées de la vieille ville n'attendent que vous, l'ami! Sans parler de tous ces fantômes du passé qui vous attendent depuis... depuis des années.  Le show ne fait que commencer."

Ta voix s'élève au delà de la foule pour attirer toute la troupe vers vous. Le chat reprend de bonne foi sa place sur tes épaules, dans un boa de fourrure de jais. Coup de parapluie théatral. Le tour a débuté.

"Mesdames, messieurs et bonnes gens de tous genres. Bienvenue. Bienvenue à Edinburgh Darkside Walking Tour! Vous vous demandez peut-être pourquoi nous ne descendons pas dans les sous-sols de la ville, ce soir.... Les voûtes ont leurs propres démons. Et même votre humble guide n'ose pas y descendre. Car qui sait ce que l'on ramène avec soi, de ces sous-terrains? Mais n'ayez crainte.... les spectres d'Édinburgh sont bien là, avec nous. Et bientôt, vous regretterez la compagnie des revenants du quotidien. Vous regretterez même les bras de cet ex-petit-ami fantômatique qui vous a ghosté sans scrupules pour un autre..."

Petite rire du public. La vieille américaine applaudit déjà de bonheur.. Tu l'aime bien celle-là. Oh! Tu les aimes bien, les personnes agées. Elles ont les meilleures histoires à raconter. Elles te permettent de prendre le temps de vivre, derrière, à leur rythme et de revoir la ville sous un autre perspective. Et ce soir, tu en besoin. Oh que tu en as besoin... Et Tu jettes un long coup d'oeil derrière, avec une lueur dans le regard.

Cette lueur espiègle des mauvais jours.

"Allons, par ici! Grassmarket et ses pickpockets nous attendent!"

Apotheosis
Messages : 13
Date d'inscription : 20/05/2024
Région : Nord de la France/Alpes.
Crédits : Apotheosis.

Univers fétiche : City, Fantasy, Thriller & SF.
Préférence de jeu : Homme
Valise
https://www.letempsdunrp.com/t6554-mes-personnages-apotheosis#137430 https://www.letempsdunrp.com/t6564-mon-repertoire-apotheosis#137595 https://www.letempsdunrp.com/t6552-sugar-in-my-teeth-demons-in-my-dreams#137424
Apotheosis
Mer 5 Juin - 20:40

Mason Sallow
J'ai 37 ans et je vis à Édimbourg, Écosse. Dans la vie, je suis Assistant Social et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien/pas bien.


Kyle Gallner (c) Barbe Noire
Mason était presque énervé par le fait que Dafydd s'incruste dans la conversation qu'il avait avec Adam. Mais il faisait bonne figure, d'un sourire simple qui se voulait presque ironique, comme une pincée d'épices dans un verre d'eau. Il sentait le dédain dans les mots de l'homme qui serait son guide touristique pour la soirée. Et cette fois, il le regardait, les sourcils plus froncés qu'il ne l'aurait souhaité. Il avait senti la tension dans son front, tension qu'il avait soutenue un moment avant de la laisser s'en aller. Adam, qui n'avait aucune idée de la situation qui se jouait devant lui, avait répondu gentiment à la mention de Munich, accordant qu'il pourrait en parler pendant des heures, toujours ce sourire charmant au coin des lèvres. C'est en entendant la réponse de son rencard que Mason s'était rendu compte qu'il l'avait inconsciemment ignoré, offrant trop d'attention au jeune homme qui s'amusait de la situation. Et évidemment, ce dernier ne comptait pas s'arrêter après quelques pics, il devait continuer à envelopper chaque parole d'un reproche, comme si Mason était celui à blâmer. Et il aurait pu se tromper, mais c'était trop évident, 'les revenants du quotidien', 'ex-petit-ami fantomatique qui vous a ghosté'... Dafydd en voulait clairement à Mason. Pourquoi ? Par ce qu'il était parti pour Édimbourg ? Parce qu'il avait fuit ce qui n'était clairement pas une relation ? Alors que la marée de ses pensées atteignaient une hauteur trop élevée, Mason souffla. Il mit un stop au cercle infernal qui se jouait dans sa tête. Pour le moment il devait être présent pour Adam.
Le retour dans le présent lui fit réaliser que le blond ne souriait plus et que son regard était baissé. Il reprit sa main dans la sienne et enlaça leurs doigts. Si Dafydd voulait se plaindre d'une situation qui ne le méritait pas, Mason lui répondrait en faisant ce pour quoi il était là, profiter de la soirée avec son compagnon.
Dafydd annonça le début de la visite et Mason approfondit l'étreinte de sa main avec celle d'Adam, le pouce occupé à faire des petits cercles sur la peau du blond.

« Ça va ? demanda Mason qui s'inquiétait.
- Oui, répondit le blond d'un air préoccupé.
- Prêt à rencontrer les pickpockets de Grassmarket ? »

Adam rit à la blague, retrouvant un sourire naturel sur les lèvres.

« Si j'ai de toi pour me protéger.
- À ton avis pourquoi je tiens ta main si fermement ? »

Le regard du blond quitta le visage de Mason pour contempler leurs mains jointes, où le pouce de Mason continuait à décrire des petits cercles. Ils échangèrent un dernier regard complice et entreprirent de suivre Dafydd qui guidait le groupe. Mason était déjà passé par Grassmarket quelques fois, le lieu était connu pour être le paradis des marchands indépendants. Il pourrait profiter de la visite pour acheter quelque-chose pour Adam, peut-être des fleurs ou un souvenir artisanal. Et alors qu'il faisait tout pour penser à son compagnon, à la soirée qu'ils allaient passer ensemble, le petit con et son visage sardonique continuait de s'insinuer dans ses pensées. Il était dur d'enfouir l'existence d'une personne qui guidait vos pas. Mason avait beau regarder son compagnon et lui sourire, tout ce qu'il ressentait était le chaos qui se jouait dans sa tête et dans sa poitrine. Il n'était pas rare que le brun ait face à des pensées opposées à son bon vouloir, des désirs inavoués, mais le sentiment présent était plus néfaste que surprenant. Alors qu'il voulait se concentrer sur Adam et le bonheur qu'il lui apportait, il se languissait des quelques moments échangés avec Dafydd. Et il savait qu'il devait s'accrocher au blond et à l'équilibre qu'il représentait, surtout en ayant connaissance du passé de Dafydd, de comment et où ils s'étaient rencontrés. C'était tabou. Il y avait quelque chose de malsain dans le fait de coucher avec un drogué venu réclamer de l'aide, pour tellement de raisons, mais il y avait quelque chose dans l'interdit que Mason n'avait jamais retrouvé ailleurs. Et c'était plus fort que lui, alors qu'il s'était promis de ne s'occuper que d'Adam, son regard n'arrêtait pas de rebondir sur son guide. Par ce qu'il était là. Parce qu'il était de retour dans sa vie, même si ce n'était que pour une soirée. Il l'avait fui douze ans de cela, et pourtant ils s'étaient retrouvé au pire endroit et au pire moment. C'était comme si l'univers se fichait de sa gueule. Le jour de son rendez-vous avec Adam, pas avant, pas après, pendant. Le seul moyen de lui échapper était de ne pas se retrouver seul avec lui, Mason se connaissait trop bien pour connaître ses limites. Et pourtant il ne pouvait pas s'empêcher de désirer une seconde seule avec Dafydd et il savait ce que ça signifiait. Il devait mépriser l'idée, il devait s'en débarrasser. Adam, Adam, seulement Adam. Il était beau, brillant et possédait un mode de vie sain. Alors pourquoi continuait-il à désirer le petit con qui l'avait poussé à révéler la plus sombre partie de lui-même ? Et heureusement que Dafydd était en train de poursuivre son travail de guide en expliquant ci et ça, parce que le train de pensées de Mason le coupait totalement de la situation et il n'en faudrait pas plus pour qu'Adam finisse par comprendre ce qu'il se passait. Il essaya encore une fois d'ensevelir ses pensées, il ne devait plus se laisser happer par le stress qui l'obligeait à répondre à toutes les questions qui défilaient. C'était de l'anxiété et il venait juste de le réaliser. Il tourna la tête vers Adam pour l'observer, le blond écoutait sagement les explications offertes par Dafydd. Quand il vit Mason le fixer, il se tourna vers lui pour lui offrir le sourire qu'il partageait déjà et pour aussi instinctivement vérifier son état. Le grand brun lui rendit son sourire, sourire qu'il garda sur ses lèvres, conscient que s'il détendait son visage il aurait l'air suspect.

« Ça va, la visite te plaît ? demanda Mason en se rapprochant doucement d'Adam pour ne pas avoir à hausser la voix.
- Oui. Oui, elle me plaît. »

Léger silence.

« Dis Mason..., es-tu préoccupé ? »

Oh non. Ses yeux s'écarquillèrent légèrement, pris par surprise, et il se dépêcha de reprendre un air confiant. Qu'est-ce qu'il l'avait trahi ? Son sourire ? Le fait qu'il parlait peu ?

« Non, pas particulièrement, pourquoi ?
- Hm. »

Encore un silence et plus long que le précédent. Mason vit clairement que son compagnon n'était pas convaincu par ses paroles. Il sentit son coeur descendre dans sa poitrine et une sensation incommode lui traversa le ventre. Il aurait pu lui mentir, lui dire que le rendez-vous le stressait où que quelque chose qu'il avait mangé le rendait malade, mais il ne le voulait pas. Rien que lui mentir sur son état suffisait à lui faire regretter, alors il ne comptait pas s'enfoncer plus bas.
Contenu sponsorisé
La Cour des Miracles (ft. Apothesis)
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» (m) rendez-vous en Enfer | en cour.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers fantasy :: Surnaturel-
Sauter vers: