Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues qui tu veux, quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
-47%
Le deal à ne pas rater :
DOMO DO1032SV – Aspirateur balai 2 en 1
49.99 € 94.98 €
Voir le deal

LE TEMPS D'UN RP

C'est qui le nouveau?

Charly
Messages : 3385
Date d'inscription : 24/04/2018
Région : Haut de France
Crédits : Bones_Obsessor

Univers fétiche : City, HP
Préférence de jeu : Femme
Lune
Charly
Dim 4 Fév - 12:29

Elionor Griffins
J'ai 35 ans et je vis à Washington. Dans la vie, je suis agent de la CIA et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien .

C'est qui le nouveau?  - Page 11 Fast-and-furious-gal-gadotC'est qui le nouveau?  - Page 11 Bc859978d44776cb7678fb79573e70b2

Avatar : tumblr / Gif : Tumblr

Eli nota dans un coin de son esprit qu’Ian avait clairement pensé que c’était de lui dont elle parlait. Il y avait de ça. Mais elle ne l’avait pas visé expressément. « -c’est toi qui aurait aimé que je parle de toi… » avait elle ajouté sans le regarder, comme si elle était extrêmement concentré sur la route. Heureusement, le sujet changea une fois au restaurant. Ils devaient arrêter de jouer avec le feu. Parce que d’accord elle avait de la résistance, mais elle restait humaine… « -oh parce que c’est ton grand truc à toi aussi, bien sûr. » il allait apprendre bien vite qu’Eli n’était pas vraiment une grande distributrice de compliment. Et ça, ça valait pour la fausse comme la vraie. Généralement ses yeux parlait bien plus que pour que sa bouche. Elle ne savait pas exactement pourquoi elle voulait croire qu’Ian pouvait être différent. Sans doute à cause du passé militaire. A la base, il avait voulu servir son pays. Un pays qui l’avait laissé tomber… mais de là à vouloir tuer des innocents… Et voilà qu’il lui balançait que si les circonstances avaient été différentes, tout serait différent. Elle voulait des précisions. « -tu vas dans les musées toi ? » bon d’accord, elle préférait mettre de l’humour plutôt que d’écouter la petite voix dans sa tête qui criait des : moi aussi j’aurai aimé… « -j’ai pas cette opinion là sur toi. » elle était sérieuse cette fois. Elle l’avait regardé droit dans les yeux. « -j’ai pas vraiment d’opinion arrêté d’ailleurs… » Mais il y avait encore de l’humanité chez lui. Elle en était certaine. Elle en avait eu des preuves. Ian n’avait pas profité de la situation l’autre nuit au motel, et il avait eu cette sorte de compassion pour elle, voulant savoir si elle serait capable d’aller jusqu’au bout. Bon, elle avait mal réagit… et puis il lui avait parlé de ce mal être, de l’alcool, il avait dit vouloir faire des efforts… non vraiment, Eli doutait que cet homme si vraiment mauvais. « -un verre dans un bar, ça aurait été bien… » c’était à croire qu’elle aimait se mettre dans des situations merdique. « -ton caractère de merde et le mien. Sans compter trop d’heure passées ensemble dans une même journée. » ça faisait, à son avis, un bon cocktail explosif.

« -pas forcement la plage. J’ai seulement besoin d’air. » voilà pourquoi elle passait le plus claire de son temps sur le toit de l’immeuble. Il y avait les clopes qu’elle fumait, de trop, mais il y avait ce besoin d’être dehors. « -si son mari était un connard, je serais toute disposée à la soutenir. » avait elle renchérit en glissant ses mains dans les poches de sa veste en cuir. Une fois devant les ascenseurs, elle proposa sa deuxième idée. C’était clairement plus sage. Elle luttait depuis ce matin, alors c’était clairement plus sage de garder ses distances. Un regard à Ian lorsqu’il lui demanda si elle craignait les espaces clos. « -ah non, ici ça va. Y’a que toi. » les portes s’ouvrirent sur une foule. « -c’est ça là… » qu’elle n’appréciait pas.

Eli avança au milieu de la foule, côte à côte avec Ian. Elle décida de le laisser gérer la partie embauche. Pas sur que ça le serve de se trainer une nana derrière lui. Alors elle fit son tour, note ce qu’elle pouvait, ce qu’elle devait. Puis Eli avait rejoint le magasin de souvenirs qu’elle avait indiqué à Ian. Elle fit tourner les portiques de carte postale, marchant avec lenteur dans les allées. Et puis elle avait eut un sursaut, et le réflexe de chercher son arme à sa taille. Arme qu’elle n’avait pas sur elle. Et tant mieux… Sa main s’était portée à son côté. Reflexe de flic… « -me refais jamais ça. » avait elle soufflé en le fusillant du regard. Puis elle avait prit deux cartes postale, et ajouta : « -on va devoir patienter… » pas le choix. Mais une fois Ian en place, les choses allaient se précipiter. Un hochement de tête lorsqu’il proposa de faire un tour. La belle brune paya ses cartes postales, en évitant avec soin de regarder Ian à quelques mètres de là. Deux pas à côté de lui et elle leva le visage. « -hors de question. » elle bougea la tête de gauche à droite : « -et je vois pas ce que ça peut te foutre que je sois impactée ou non. » en reprenant sa marche. Elle se pinça les lèvres. « -je… je ne vois pas ce que ça va faire changer de tuer des familles… je ne sais pas ce que Tobby s’imagine. On sera pas des héros du combat, on sera des meurtriers… » elle ouvrit les mains devant elle : « -regarde les… ils n’ont rien demandé, ils sont comme nous. Le gouvernement va faire quoi ? Un deuil nationale et après ? » elle soupira : « -Tobby se trompe de cible. » elle ressentait à nouveau ce besoin de fumer. « -laisse moi faire mon job, et t’interpose pas d’accord ? » c’était une sorte de conseil.

Manhattan Redlish
Messages : 3492
Date d'inscription : 26/04/2018
Crédits : Icon : Sunny.

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Homme
Lune
Manhattan Redlish
Dim 4 Fév - 13:13

Ian Edwards
J'ai 41 ans et je vis à Washington. Dans la vie, je suis agent du FBI et je m'en sors pas trop mal. Sinon, grâce à ma chance, je suis divorcé et je le vis, tout simplement.

A venir ...

C'est qui le nouveau?  - Page 11 Tumblr_ota2oqv7G71qbwrnuo1_500
C'est qui le nouveau?  - Page 11 0c9c020af49c2341887652c418364fe8c027a085
C'est qui le nouveau?  - Page 11 Tumblr_inline_oe6h1eiK0O1tae3h3_250

Avatar : Tumblr / Gif : Tumblr


La réponse n’était pas aussi évidente qu’il aurait pu le penser, parce qu’il savait que c’était un jeu dangereux auquel ils se livraient tous les deux. Confirmer qu’elle était attirée par lui ne ferait que d’ajouter de l’essence sur des braises qu’aucun d’eux ne souhaitait voir prendre feu… Et d’un côté, aucun d’eux ne parvenaient à trouver la force de l’étouffer. Ils se complaisaient dans ce rituel qui s’était peu à peu instauré. Après tout, ce n’étaient que des mots, que des regards, que des sourires. Pourtant, Ian décida de ne pas confirmer le sous-entendu de la jeune femme. Parce que ça serait dire à voix haute qu’elle lui plaisait, et c’était une phase qu’il s’interdisait de franchir. Il souffla donc un « Je n’ai pas dit ça ». Au restaurant, la conversation fut tout autre, et c’était peut-être mieux ainsi. « Je suis capable d’en faire, mais uniquement lorsque je les pense sincèrement ». Un peu comme au moment où il lui avait avoué la trouver belle. Cela avait été sincère. Et finalement, en y pensant plus sérieusement, c’était peut-être le seul compliment qu’il avait été capable de formuler à son attention depuis qu’ils s’étaient rencontrés. Tout fin de compte, Eli avait raison. Ce n’était pas son truc à lui non plus. L’ambiance fut tout autre, par la suite, lorsque la jeune femme l’interrogea sur l’après. L’après des attentats, l’après du 4 juillet. La réalité était qu’il reprendrait son travail d’enquêteur au FBI, mais pour cette dernière, il opta pour une toute autre version. Il avait bien sentit que sa réponse n’était pas celle attendue. Elle le percevait différemment des autres, et il venait de lui confirmer qu’il ne l’était pas. Qu’il était fait de la même étoffe. Pourtant, ce n’était pas l’envie de lui avouer qu’elle avait raison de penser ainsi qui l’étouffer. Raison pour laquelle il aurait souhaité la rencontrer dans d’autres circonstances. Dans un musée. Un café. Un bar. Peu importe. Mais tout aurait pu être différent entre eux. Il se mit à sourire « Non. Je ne suis pas du genre intellectuel comme gars ». L’agent, par contre, appréciait les musées. Le calme. La découverte des civilisations passées, du talent des artistes en tout genre. Son sourire se dissipa, et il répondit « Pour le moment ». Quand il serait à la veille de l’attentat, elle le penserait. La suite le laissa perplexe. Tout comme lui, elle ne parvenait pas à cerner l’homme qu’il était. Sûrement parce qu’elle était privilégié et découvrait les deux facettes de sa personnalité. L’homme qu’il était derrière O’Brien, et O’Brien lui-même « Tu es un mystère pour moi aussi ». Ce qui l’empêchait d’être honnête à son encontre, craignant toujours le pire. « Un verre dans un bar… L’idée est séduisante » finit-il par répliquer en esquissant un sourire en coin. Enfin, c’était l’idée pour le moment. Elle serait tout autre lorsqu’ils se hurleraient dessus « Tu veux qu’on organise un planning pour éviter qu’on se côtoie de trop. Une sorte de garde alternée du nouveau ».

Dans le sous-terrain du centre-commercial, Eli lui confia ne pas aimer ces endroits sous terre « D’ici une heure ou deux, tu auras ton air » et d’ici quelques mois, elle n’aurait d’autres choix que de s’habituer à ne plus voir la lumière du jour aussi régulièrement « Solidarité féminine à la con » répliqua-t-il en appuyant son index sur le bouton de l’ascenseur. Il n’en pensait rien. C’était uniquement pour la faire chier un peu. Dans l’ascenseur, il sentit qu’elle n’était pas dès plus à l’aise, mais ce n’étaient pas les endroits exigüe le souci, mais la foule « Reste près de moi et tout ira pour le mieux ». Enfin, c’était sans compter que la jeune femme décida de faire son propre tour pendant qu’il allait déposer son CV au chef de la sécurité. Il revint une demi-heure plus tard, glissant sa main dans son dos pour signaler sa présence. Apparemment, elle était continuellement sur le qui-vive et chercha vainement une arme à sa ceinture « Va falloir apprendre à te détendre. Je ne voulais pas te faire peur, tu sais » renchérit-il alors qu’elle lui lançait un regard noir. Ce n’était qu’un geste. « Je n’allais pas te tuer » et acquiesça. Il quitta la boutique, la laissant acheter ces deux cartes postales. Lorsqu’elle fut arrivée à sa hauteur, Ian osa revenir sur le sujet des attentats. Il savait qu’elle n’était pas prête à cela. Bien évidemment, sa réaction ne se fit pas attendre « Parce que je t’apprécie et que je sens bien que tu n’es pas en paix avec le fonctionnement du… » et observa les alentours. Ils n’étaient pas seuls. « du Bureau ». Il lui saisit ensuite le bras avec douceur pour l’attirer dans un endroit plus intimiste, entre deux magasins et loin des oreilles indiscrètes « On nous entend parler, alors si tu pouvais essayer de la fermer et évite de parler de tuerie devant tous ces gens, j'apprécierais » et relâcha son emprise sur son bras « Pourtant tu es la seule à nous percevoir ainsi… Les autres adhèrent à la pensée de Toby sans rechigner sur les détails ». Ian tourna la tête vers la foule, observant les familles, les enfants, les personnes âgées. Oh Dieu savait qu’il n’était pas non plus en paix avec cette pensée. Lui non plus ne souhaitait pas que ça se produise. Il savait que ce poids pesait sur ses épaules et que s’il ne parvenait pas à les arrêter, ils allaient mourir par sa faute… Il reporta son attention sur Eli à quelques centimètres de lui « Il n’en a rien à foutre. Il a ses raisons et on obéit ». Quand elle lui demanda de ne plus s’interposer, sonnant presque comme une mise en garde, Ian fit barrage, la poussant dos au mur, et se rapprocha d’elle, sa main posée près de son visage. Il observa chaque détail de son visage, tout en sentant son cœur battre un peu plus vite dans sa poitrine « Je ne peux pas faire ça » et continua de la fixer « J’ai du sang sur les mains, un peu plus ou un peu moins, j’en ai rien à foutre. Mais toi… Tu es différente de nous. Cette histoire va te détruire et… Crois-le ou non, ça m’emmerde. ».


Charly
Messages : 3385
Date d'inscription : 24/04/2018
Région : Haut de France
Crédits : Bones_Obsessor

Univers fétiche : City, HP
Préférence de jeu : Femme
Lune
Charly
Dim 4 Fév - 14:16

Elionor Griffins
J'ai 35 ans et je vis à Washington. Dans la vie, je suis agent de la CIA et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien .

C'est qui le nouveau?  - Page 11 Fast-and-furious-gal-gadotC'est qui le nouveau?  - Page 11 Bc859978d44776cb7678fb79573e70b2

Avatar : tumblr / Gif : Tumblr

Eli avait soutenu le regard d’Ian durant quelques secondes, puis elle avait reporté son attention sur son assiette. Il était capable d’en faire. Il l’avait fait dans la voiture. Et c’était peut-être ce qui la troublait le plus chez lui. Ce qu’il avait dit, le regard et les mots employés collaient difficilement avec le reste du langage qu’il employait. Un homme qui parlait de se vider pouvait il trouver une femme belle plutôt que bonne ? Il y avait une sorte de dualité chez lui, quelque chose qui ne collait pas. Parfois, elle avait la sensation de voir un autre homme apparaitre. Dans la chambre l’autre nuit, ce matin lorsqu’il l’avait presque supplié de le laisser venir, dans la voiture avec ce compliment. Et voilà qu’il imaginait une autre façon de faire connaissance, dans un autre contexte. « -je me disais aussi… » avait elle marmonné, avant d’écouter la suite. « -on dirait que ça te gêne que je puisse me faire cette idée là de toi. Tu ne cesses de me dire que tu iras jusqu’au bout et pourtant on dirait que ça te pose un problème que je te vois ainsi… je… j’ai du mal à comprendre. » Eli avoua haut et fort qu’elle ne parvenait pas à le cerner. C’était perturbant. Déstabilisant. Frustrant… Un sourire avant de baisser les yeux sur son verre dans lequel il ne restait presque rien. Ouais, l’idée était séduisante. Eli savait que si c’était arrivé de cette façon, elle aurait été séduite assez rapidement. Pas par l’homme bourru au langage trop cru. Par l’autre, celui qu’il était la plus part du temps, celui qui laissait passer un peu plus d’humanité de temps à autre. Ce n’était pas un jeu, ça n’avait rien avoir avec son personnage. Ian était typiquement le genre d’homme qui plaisait à la jeune femme. Ceux qu’elle évitait pour également éviter les emmerdes. « -ça voudrait dire que je dois te partager… qui d’autre voudrait se trainer le nouveau ? » avait elle répliqué avec un sourire en coin.

« -je vais pas faire une syncope, t’inquiète. » ça la rendait juste un peu à cran et de mauvaise humeur. Un regard pour Ian alors qu’il dénigrait la solidarité féminine. Elle avait que la foule n’était pas vraiment son dada et elle évita avec soin de regarder Ian lorsqu’il lui demanda de rester prêt de lui. Qu’ainsi tout irait bien. Il s’imaginait quoi ? Qu’il avait un pouvoir d’apaisement sur elle ? Un demi-heure plus tard, il lui faisait faire un bond. Elle proféra une menace à son encontre. « -non sans blague. » la bonne humeur de la matinée avait laissé place à une jeune femme sur les nerfs. « -évites de me toucher à l’avenir. » ça valait pour ce genre de moment, comme pour les autres plus tendus… Elle paya et quitta la boutique aux côtés d’Ian.

Elle plissa les yeux et le dévisagea. « -tu m’apprécies ? » comment est ce qu’il pouvait déjà l’apprécier et le dire haut et fort ? Il était prêt à adhérer à l’idée folle de Tobby sans sourciller mais il s’inquiétait pour elle ? Eli le fusilla à nouveau du regard lorsqu’i lui saisit le bras. « -ils n’en ont rien à faire de ce qu’on se dit. Tu fais attention à la conversation des gens que tu croises dans la rue ? Non. » elle n’avait pas prit de mégaphone, et elle n’avait pas hurlé non plus. « -et tu veux que je te dise quoi ? » qu’elle était le mouton noir ? Qu’elle avait envie de se tirer ou de tout faire foirer ? « -comme tu as obéit à l’armée ? ça t’as vachement réussit… » il ne voyait pas qu’il suivait aveuglement un autre dirigent. Un cinglé surtout. Eli lui demanda de la laisser faire son job. Elle s’en foutait qu’il prenne ça comme une menace.

Eli recula d’un pas, le dos contre le mur, elle soupira. Il voulait quoi ? Jouer les gros bras ? Elle ne le quitta pas des yeux trois secondes. « -faire quoi ? » il parlait de ne pas s’interposer ou de l’embrasser ? Parce que l’idée avait clairement traversé l’esprit d’Eli. Elle sentait son souffle sur sa peau. Avec lenteur, elle s’était mise à sourire de façon ironique. « -tu sais rien de moi Ian. Et là visiblement c’est pas ma conscience le problème, c’est la tienne. » elle se pinça les lèvres avant d’ajouter : « -Tobby me laissera pas partir. Tu le sais. Tu peux aller lui en parler, mais cette fois, c’est ma mort que tu auras sur la conscience. » le regard toujours plongé dans le sien, elle sentait son aura d’homme puissant, son corps si proche du sien. « -tu m’as demandé de ne pas te laisser sur le bord de la route ce matin. Je te demande la même chose. Je ferais pas foirer la mission si c’est ce qui te fait le plus peur. » parce qu’elle avait vraiment du mal à se persuadé qu’il puisse s’en faire pour elle. Comme elle venait de lui dire, il ne connaissait rien d’elle. Il semblait la croire innocente. Pourtant c’était tout le contraire. Son compteur de mort n’était pas vierge. Lui il avait tué deux types. Des méchants durant l’armée. Eli avait eut du sang sur les mains pour la première fois à l’âge de 17ans.

Manhattan Redlish
Messages : 3492
Date d'inscription : 26/04/2018
Crédits : Icon : Sunny.

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Homme
Lune
Manhattan Redlish
Dim 4 Fév - 15:03

Ian Edwards
J'ai 41 ans et je vis à Washington. Dans la vie, je suis agent du FBI et je m'en sors pas trop mal. Sinon, grâce à ma chance, je suis divorcé et je le vis, tout simplement.

A venir ...

C'est qui le nouveau?  - Page 11 Tumblr_ota2oqv7G71qbwrnuo1_500
C'est qui le nouveau?  - Page 11 0c9c020af49c2341887652c418364fe8c027a085
C'est qui le nouveau?  - Page 11 Tumblr_inline_oe6h1eiK0O1tae3h3_250

Avatar : Tumblr / Gif : Tumblr


Ian ne craignait pas de lui avouer qu’il aurait aimé faire sa rencontre dans d’autres circonstances que celles-ci. Dans une vie où Toby et la cellule ne feraient pas partie intégrante de leur existence. Ils se seraient rencontrés dans un musée, même s’il prétexta ne pas s’y rendre, ou dans un café, autour d’une table. Tout aurait pu être différent. Mais surtout, il aurait pu être lui-même. Celui dont elle avait fait la connaissance dans cette chambre de motel, ou encore celui qui lui avait avoué la trouver belle quelques minutes auparavant dans la voiture. Il n’aurait pas été, pour elle, celui qui s’apprêtait à poser une bombe à l’anthrax dans un centre commercial bondé, ou sur une rame de métro à l’heure de pointe. Ian savait que plus il passait de temps à ses côtés, plus il dévoilait l’homme qu’il était réellement, et plus sa couverture s’effrité au contact d’Eli. C’était dangereux, il en avait pleinement conscience, et pourtant, il ne pouvait se résoudre à l’idée qu’elle puisse le percevoir aussi fou que les autres. « Parce qu’on s’entend bien. Enfin, quand tu ne veux pas me buter pour avoir posé une simple question » faisant ainsi référence à leur dispute de la veille « Mais je sais aussi qu’à compter du 4 juillet, tu en viendras à me détester pour avoir fait ce que j’aurais à faire » C’était le moins que l’on puisse dire. Elle allait le haïr et sûrement désirer sa mort, la sienne plus que celle de n’importe qui d’autre « Je crois en notre cause. Elle est utile. Elle est nécessaire. Et j’aurais aimé que tu adhères aux mêmes engagements que les nôtres. Je parle de tous les engagements. Ça aurait été moins compliqué ». Bien mois compliqué. Il n’aurait eu ainsi aucune pitié à lui passer les menottes au moment venu, ou encore à l’exécuter de sang-froid parce qu’elle se serait interposée entre lui et la bombe. Sa conscience, cette volonté de convaincre Toby d’agir différemment… Tout cela rendait la tâche plus complexe pour l’agent du FBI, et elle n’en avait pas conscience. Raison pour laquelle, Ian aurait préféré la rencontrer dans d’autres circonstances, pourquoi pas autour d’un verre dans un bar. Il ne faisait aucun doute qu’il aurait été séduit de la même manière, et peut-être davantage. Mais la Vie en avait décidé autrement, et qu’il en soit ainsi. Il ouvrit ensuite la bouche, pour la refermer, froncer les sourcils tout en réfléchissant, et se mit à esquisser un sourire « Roby. Il ne fait aucun doute qu’il apprécierait ma compagnie pour me torturer à coup de décharges dans les couilles ». C’était une évidence. Il en avait mal rien qu’à la pensée que cela puisse se produire.

À leur arrivée au centre-commercial, Ian perçut une certaine tension chez la jeune femme. À tout moment, leur discussion pouvait virer à la dispute et aux éclats de voix. Il le comprit davantage au moment de poser sa main dans son dos pour lui signaler sa présence. Un geste anodin qui avait fait réagir presque brutalement Eli qui ne cacha pas son agacement à son encontre. La mâchoire contractée, il sentit son regard se durcir en entendant les paroles de cette dernière « Ne te fait aucun souci là-dessus, j’y comptais bien ». Elle le comprenait comme elle le souhaitait, mais le petit jeu était terminé. Il savait pertinemment les raisons de son irritation. C’était cet endroit, et pas uniquement la foule. C’était ce qu’ils allaient faire de ce centre-commercial dans quelques mois. Lui aussi en avait la nausée, rien qu’à cette pensée. Mais il ne pouvait rien laissé paraître aux yeux d’Eli. Elle restait un membre important de la cellule. « Ton regard à la con, tu peux te le foutre là où je pense. Je ne suis pas en train de te dire que je veux te faire des bébés. Je dis seulement que je t’apprécie, comme on peut apprécié son voisin ou le clébard de son voisin ». Que croyait-elle entendre derrière ses paroles ?! Il l’appréciait suffisamment pour vouloir la protéger, mais pas suffisamment pour tout lui avouer. Elle interprétait vraiment tout à sa sauce ! Il lui saisit le bras au moment où elle parla de tuer tous ces gens et l’attira à l’écart de la foule « On ne sait jamais qui se trouve dans ces couloirs. Des flics en repos, des agents. Donc ferme-là ! » et poussa un soupir « Je n’en sais rien. Je ne suis pas dans ta tête Eli ! ». Elle avait eu le nez fin en pensant qu’ils se hurleraient dessus avant ce soir. Ian serra la mâchoire en détournant le regard un instant, n’appréciant pas les paroles prononcées par la porte-flingue de la cellule, et la fixa de nouveau après quelques secondes « Tu as signé aussi pour ça, alors tu es mal placé pour me juger ma p’tite ! ». Elle était au sein de cette cellule depuis bien plus longtemps que lui « Je doute que Toby a soudainement décidé que les bombes seraient une idée plus pertinente que des dessins sur des pancartes en carton » ou alors elle était naïve depuis plus longtemps qu’il ne l’aurait pensé.

Par sa stature imposante, Ian ne rencontra pas de difficulté à la pousser implicitement jusqu’au mur, posant sa main à proximité de sa tête « Tu ne peux pas me demander de ne pas m’interposer ». Cette proximité était difficile pour l’agent qui tentait de se concentrer sur le sujet de leur conversation plutôt que sur leur rapprochement physique, sur le fait qu’il pouvait sentir son souffle chaud sur sa peau, et que d’un geste, ses lèvres pourraient rencontrer les siennes. « Je n’ai pas envie que ça te détruise. Je ne vois pas en quoi c’est mal » et baissa la tête quelques secondes, avant de relever seulement ses yeux bruns sur la jeune femme « Tu sais bien que je ne dirais rien à Toby. Pas après Byron ». Sa mission n’était pas de les faire tuer. Il releva la tête, sans quitter son regard « Je ne sais pas vraiment ce qui me fait le plus peur » murmura-t-il et déglutit avec difficulté « Je ne dirais rien et on ne reviendra plus sur le sujet si c’est que tu souhaites. Je vais tenter de te croire sur parole quand tu dis que tu ne feras pas foirer la mission ». Néanmoins, Ian ne bougea pas pour autant, son regard toujours ancré dans celui d’Eli et se rapprocha lentement, quand une voix extérieure se fit entendre « Tout va bien Madame ? » avait alors demandé un passant, brisant la petite bulle dans laquelle il s’était retrouvé enfermé quelques instants. Il se redressa, tournant le dos à cette dernière « Non, je suis en train de la violer là » « Pauvre con » et s’éloigna après s’être assuré silencieusement qu’elle allait bien. Ian se retourna face à Eli « On fait quoi maintenant ? ».  



Charly
Messages : 3385
Date d'inscription : 24/04/2018
Région : Haut de France
Crédits : Bones_Obsessor

Univers fétiche : City, HP
Préférence de jeu : Femme
Lune
Charly
Dim 4 Fév - 16:19

Elionor Griffins
J'ai 35 ans et je vis à Washington. Dans la vie, je suis agent de la CIA et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien .

C'est qui le nouveau?  - Page 11 Fast-and-furious-gal-gadotC'est qui le nouveau?  - Page 11 Bc859978d44776cb7678fb79573e70b2

Avatar : tumblr / Gif : Tumblr

« -je serais bien trop occupée à me détester moi-même. Et je ne vois toujours pas en quoi mon opinion sur toi, importe. » Qu’est ce que ça pouvait lui faire qu’elle le prenne pour un connard ou par un saint ? Soit les uns soit les autres, ils n’étaient pas destiné à finir leur jours ensemble. C’était pas la Casa del Papel ici ! Encore moins fast and Furious. Ian ne le savait pas, mais le moment venu, il allait regretter ces paroles. Regretter de croire qu’elle était naïve et qu’ils pouvaient s’entendre. Il allait la haïr. Surtout parce qu’il retournerait en prison. Mais il avait fait son choix. Et elle, elle était agent pour la CIA. Son job, c’était de mettre les gens comme lui, hors d’état de nuire. Rien d’autre. Ça n’allait pas changer parce qu’ils avaient quelques atomes crochus. Elle ne répondit rien au reste. Moins compliqué ? Pour quoi ? Il parlait de quoi exactement ? Eli préféra arrêter le sujet-là. Il ne cessait de lui dire qu’elle devait adhéré au truc, mais jamais il n’avançait d’arguments pour la convaincre ou lui laver le cerveau. Lorsqu’il évoqua Robby, elle sourit même si intérieurement c’était différent. La relation qui se tissait entre Ian et Eli semblait déplaire à l’artificier. Eli en était consciente. Cela pouvait apporter des ennuis, de douloureux ennuis à Ian.

Une fois sur place, Eli était à cran. Toutes ces familles, ces gamins innocents… Elle avait la sensation de ne plus rien contrôler et que ça allait être un véritable massacre. Ian déclencha chez elle, un réflexe de survie. Elle leva les yeux en serrant les dents. L’orage était là. Et il allait bientôt de nouveau éclater. « -pas comme ça je veux dire… » avait elle maronné en inspirant, lui décochant un rapide regard. Une fois à nouveau dans les grandes allées, elle râla à sa réponse : « -roh mais ta gueule. » c’était lui qui cherchait les emmerdes là ! Et puis son bras sur le sien, et puis son visage face au sien, dans ce petit couloir étroit. Elle avait croisé les bras lorsqu’il lui avait demandé de la fermé. Et n’avait rien répondu. Quoi elle devait le fermer ou pas ?! La réponse suivant toucha dans le mille. « -non. » non, à la base ce n’était pas ça le plan. Quand est ce qu’il allait le comprendre. « -c’est le lieu et la cible qui a changé. Tout comme l’additif ! » au départ il était question de faire sauter un ou plusieurs lieux emblématique. Pas de tuer des civiles en masses. Pas de créer une alerte biologique.

Une envie folle de lui dire d’aller se faire foutre, une autre envie dingue de le gifler, et puis lorsqu’il la fit reculer contre le mur, une toute autre envie, un arrière-plan, comme en sourdine, mais pourtant bien là. « -si la preuve, je viens de le faire ! » c’était lui qui ne voulait pas écouter et comprendre. L’espace d’une seconde, le regard d’Eli vacilla entre les prunelles d’Ian et ses lèvres. Juste au moment où il lui demandait en quoi c’était mal qu’il se soucie d’elle. « -tu n’as aucun pouvoir sur ça… » avait elle soufflé en se faisant violence pour le fixer du regard. En le voyant déglutir, Eli eut la sensation qu’elle n’était pas la seule à lutter, alors pour l’aider, elle baissa les yeux. Mais elle releva le visage quand il reprit la parole. Eli eut la sensation qu’il était encore plus prêt. « -merci… » ce fut la seule chose qu’elle fut capable de prononcer. Son cœur battait comme un dingue dans sa poitrine. Elle sursauta en entendant la voix d’un étranger.

Un pincement de lèvres : « -oui, ça va. Mêlez-vous de vos affaires. » du tout Eli. Pas de merci, pas de sourire gêné. Du franc, du direct. Elle aurait pourtant dû le remercier cet homme ! Parce que dans son esprit, les choses avaient déjà dégénéré. Elle en était à mourir d’envie qu’Ian la plaque un peu plus au mur et l’embrasse sans retenue. Eli inspira, décolla son dos du mur et se passa les deux mains dans les cheveux. Puis elle regarda Ian lorsqu’il posa sa question. « -on sors d’ici. Je dois aller bosser. » il fallait également qu’elle allume rapidement une clope. Le trajet fut silencieux, surtout lorsqu’ils furent dans l’ascenseur. Une fois au parking, elle lui dit : « -je te laisse faire le contre rendu à Tobby. Salut. » et elle le planta là. Elle allait prendre un taxi. Hors de question qu’elle monte dans cette voiture avec lui. Il y avait trop de tension dans cette ruelle… elle devait s’éloigner. C’était une question de survie. Deux jours plus tard, elle arriva vers les vingt heures au bureau, Max lui avait demandé de passer, que c’était important. « -qu’est ce qui se passe ? » avait elle lancé en s’approchant de l’autre femme de la cellule. « -j’espère que t’avais pas de projet, ou alors tu les annules. » un froncement de sourcils. « - on a prévu une petite soirée pour Ian. » s’amusa Jiminy. « -ah ouais non, sans moi. » avait elle répondu en faisant deux pas en arrière. Elle n’en fit pas plus parce qu’elle heurta quelqu’un, avant d’avoir pu prendre la fuite.

Manhattan Redlish
Messages : 3492
Date d'inscription : 26/04/2018
Crédits : Icon : Sunny.

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Homme
Lune
Manhattan Redlish
Dim 4 Fév - 16:53

Ian Edwards
J'ai 41 ans et je vis à Washington. Dans la vie, je suis agent du FBI et je m'en sors pas trop mal. Sinon, grâce à ma chance, je suis divorcé et je le vis, tout simplement.

A venir ...

C'est qui le nouveau?  - Page 11 Tumblr_ota2oqv7G71qbwrnuo1_500
C'est qui le nouveau?  - Page 11 0c9c020af49c2341887652c418364fe8c027a085
C'est qui le nouveau?  - Page 11 Tumblr_inline_oe6h1eiK0O1tae3h3_250

Avatar : Tumblr / Gif : Tumblr


Ne comprenait-elle pas ce qu’il tentait vainement de lui faire entendre, ou ne voulait-elle pas comprendre ? Ne souhaitant pas s’empêtrer dans une conversation qui risquait d’envenimer les choses entre eux, d’une manière ou d’une autre, Ian renonça à poursuivre la conversation, se limitant à un simple « Laisse tomber. Ça n’a aucune importance ». De toute manière, ils étaient incapable de refaire le monde. Ils s’étaient connus au sein de cette cellule, et d’ici trois mois, Eli allait le haïr au point de sûrement espérer sa mort. Alors qu’est-ce que cela pouvait bien lui faire qu’elle puisse dormir sur ses deux oreilles en pensant que dans trois mois, ils finiraient pas faire exploser le centre-commercial dans lequel ils s’étaient rendus par la suite ?! Ce qui était certain pour Ian, c’était qu’elle ne parviendrait pas à s’arranger avec sa conscience. Il suffisait de constater l’état de nerfs dans lequel elle se trouvait depuis qu’il avait franchi le seuil de l’ascenseur. Il avait simplement posé sa main dans son dos, et s’était aussitôt attiré les foudres de cette dernière. Elle lui avait demandé de ne plus la toucher ainsi. Ian abdiqua et décida même de la prendre au mot. Mais contre toute attente, Eli nuança ses propos. L’agent ne s’était pas attendu à ce qu’elle le fasse ainsi. Que devait-il comprendre ?! Qu’elle n’était pas contre les mains sur son corps ?! Pour seule réponse, il resta silencieux, la fixant seulement avant de juger qu’il était préférable pour lui de quitter la boutique le temps qu’elle ne règle ses achats. Finalement, la porte-flingue avait une bonne intuition. Elle avait devancé cette dispute dans le restaurant. Elle savait que ça se produirait tôt ou tard. « Ce n’est pas moi qui interprète tout de travers depuis trois jours ! » renchérit-il, ignorant le fait qu’elle lui avait demandé de se taire plutôt brusquement. Cela n’avait que peu d’importance. Et en ce qui la concernait, elle devait également apprendre à se taire. Parler de tuer tous ces innocents au milieu de la foule n’avait rien de pertinent. Elle devait apprendre à se la fermer lorsque c’était nécessaire, et dans le cas présent, ça l’était. Ian l’entraina donc à l’écart de la foule pour qu’ils puissent poursuivre cette conversation à l’abri des oreilles indiscrètes.

Ce fut au cours de cette dispute que Ian apprit que les plans avaient soudainement changé avec le temps. Toby avait choisi de tuer tous ces pauvres gens au dernier moment, et d’agrémenter le tout d’anthrax. Il devenait de plus en plus dangereux au fil des jours. Quelque peu déstabilisé par cette nouvelle, il bafouilla un « Co… Comment… » et reprit contenance en inspirant profondément « Qu’est-ce qui a fait que Toby ait décidé de changer les plans si soudainement ? Et ne me sort pas ton argument à la con comme quoi il est barge, tu le savais dès votre rencontre ». L’agent avait besoin d’une véritable justification. Un évènement qui s’était déroulé dans sa vie personnelle ou professionnelle. On ne se levait pas soudainement le matin en se disant que la mort de centaine d’innocents, voire plusieurs centaine, était une idée plus intéressante que de simplement faire exploser des symboles du capitalismes. Les enjeux étaient différents. Les conséquents tout autant. Eli se retrouva ensuite dos au mur, au sens propre, et Ian l’empêcha de fuir par sa seule présence. Il avait beau lui tenir tête, il avait aussi une irrépressible envie de l’embrasser sauvagement, de la plaquer contre le mur, de répondre à ce désir qui lui brûlait les reins. « Ne t’amuses pas à ça Eli… » répliqua-t-il presque sur un ton menaçant. C’était un comportement qui avait tendance à grandement l’échauffer. Il finit par baisser la tête et abdiquait. Il ne dirait pas un mot à Toby. Uniquement parce que c’était elle. Il entendit sa voix, mais pas ses mots. Seulement sa voix. Parce que pour le moment, il ne pensait qu’à ses lèvres, qu’au goût qu’elles devaient avoir. Son cœur battait à tout rompt dans sa poitrine, et sans l’intervention de cet homme qui s’était inquiété pour elle, il l’aurait sûrement embrassé.

Ian se retrouva à lever les yeux au ciel en l’entendant répondre à cet homme. Elle devait être aussi frustrée que lui, et sans l’intervention de ce dernier, la situation aurait pu dégénérer. Il ne savait pas s’il devait le remercier ou le maudire. En ce qui concernait Eli, elle le maudissait. Dans le parking sous-terrain, il savait qu’elle lui en voulait amèrement, et la laissa s’éloigner pour prendre un taxi « C’est ça, ouais » avait-il simplement rétorqué en prenant place derrière le volant. Il tapa ce dernier d’un coup et finit par poser son front contre son bras qui enveloppait le volant. Il devait prendre de la distance. Il retourna au Bureau à l’issue et fit le rapport à Toby, passant bien évidemment sous silence leur conversation. Il resta laconique, lui confiant les informations récoltées et lui faisant part de sa candidature. Une idée d’Eli. Toby avait souri. Lui non. Il était ensuite rentré chez lui et durant les deux jours qui suivirent, Ian fit en sorte de ne jamais croisé la route de la jeune femme, passant son temps au contact de Jiminy pour entretenir les véhicules et le garage. Il s’apprêtait à passer la soirée seul avec un verre de scotch et la rédaction de ses rapports sur la cellule lorsque Max lui envoya un message pour lui demander de venir au Bureau. Il avait poussé un soupir de lassitude, avait pris une douche rapide et avait rejoint le garage. Dans son élan, il fut bousculé par Eli qui tournait les talons pour partir. Il l’observa sans mot dire quelques secondes, et souffla un « Salut… » avant de lever les yeux sur les autres membres du groupe présent, et reporta son attention sur Eli « Qu’est-ce qui va se faire sans toi ? » « On va fêter ton arrivée dans un bar du centre-ville ». Il sourit à cette attention et croisa les prunelles de la jeune femme, et finit par s’avancer de quelques pas, mettant ainsi de la distance entre eux deux « Laissez-là partir si elle ne veut pas venir...» souffla-t-il d’une voix blanche, et se rapprocha d'elle pour rejoindre la porte, et ajouta dans un murmure à son attention «Mais j'aimerais que tu sois présente» et quitta le garage pour rejoindre le bar.

Charly
Messages : 3385
Date d'inscription : 24/04/2018
Région : Haut de France
Crédits : Bones_Obsessor

Univers fétiche : City, HP
Préférence de jeu : Femme
Lune
Charly
Dim 4 Fév - 17:23

Elionor Griffins
J'ai 35 ans et je vis à Washington. Dans la vie, je suis agent de la CIA et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien .

C'est qui le nouveau?  - Page 11 Fast-and-furious-gal-gadotC'est qui le nouveau?  - Page 11 Bc859978d44776cb7678fb79573e70b2

Avatar : tumblr / Gif : Tumblr

Ah ! Elle en était certaine ! Ian n’était pas au courant, ou n’avait pas voulu comprendre que les plans avaient changé depuis peu. Que c’était à cause de ça, que la jeune femme n’était plus alignée avec les idées de Tobby. Qu’à la base elle avait signé sans souci et qu’aujourd’hui, elle avait tellement de mal à dire oui. « -D’après Robby, c’est le fait que Byron était un agent infiltré. Tobby veut montrer à la CIA qu’il est bien plus fort et plus fou qu’ils ne doivent le penser. » elle soupira la suite : « -et j’imagine que tuer lui a plu… » certaine personne prenait du plaisir à cela. Tobby n’avait jamais franchit le pas jusqu’à Byron. Mais il avait sans doute aimer cela. Il s’était senti puissant. Est-ce que cette info allait permettre à Ian de changer d’avis ? Eli l’espérait. Même si une grosse partie d’elle en doutait. La seule chose dont elle était certaine, là tout de suite, le dos contre le mur, c’était qu’elle n’avait pas peur de lui. Et surtout qu’elle le désirait. Elle avait envie de sentir ses lèvres prendre possession des siennes avec envie, que son corps se presse contre le sien. Elle en avait presque des frissons rien que d’imaginer cela.

Et pourtant… un certain soulagement l’envahit lorsqu’Ian se détacha. Elle aurait dû remercier l’homme qui était intervenu. Au lieu de ça, elle l’avait envoyé bouler. La conversation était terminée. La suite du repérage, il le ferait sans elle. Alors ils n’avaient plus rien à faire ici. De retour à la voiture, elle mit de la distance et un silence radio durant deux jours. Ça lui allait très bien comme ça, même si elle était incapable de se le sortir de la tête. Un message de Max. La belle brune avait roulé jusqu’au bureau à vive allure, et lorsqu’elle était arrivée, l’annonce avait été tout autre que ce qu’elle avait envisager. Non, hors de question. Elle n’avait pas envie de sortir avec eux. Encore moins pour une soirée spéciale nouveau. Non. Elle le signifia. Max lui jeta un regard presque suppliant. Ça faisait un moment qu’ils n’avaient pas tous passé la soirée ensemble, à boire quelques bière en refaisant le monde. Tobby n’était jamais présent.

Elle avait reculé de deux pas, et elle avait rencontré un torse. Elle répondit un salut neutre voir froid, alors quand dans sa tête ça disait : merde. Il n’aurait pas pu se pointer trois minutes après son départ ?! Et en plus il avait entendu… La jeune femme recula d’un pas, elle se fit violence pour cela d’ailleurs. Robby et Doc se pontèrent au même moment. « -non, Eli tu viens. » avait lancé Robby. Elle lui jeta un regard. C’était une demande ou un ordre ? Elle n’avait rien répondu, direction la porte. Un frisson lui parcouru le dos en entendant la demande d’Ian. Un regard sombre pour cacher son trouble. Elle se retint de demander pourquoi. Elle n’eut pas le temps de répondre que Robby se garait devant la porte et lui ouvrait la portière de l’intérieur : « - t’as besoin de te détendre. Monte. » elle leva les yeux au ciel. Un soupire et elle grimpa en voiture. Direction le bar. Elle rentrerait à pieds ou en taxi. Robby s’en foutait de conduire en ayant bu. Pas elle.

Bar du centre-ville, ambiance surpeuplé. Elle suivit Max, s’éloignant ainsi de Robby, qui suivait pourtant comme un petit chien. Elle prit place à une table, son regard croisa celui d’Ian, l’espace de quelques secondes. Jiminy clama que c’était sa tournée. Bière pour tout le monde. « -t’as fini de faire la gueule ? Il est si chiant que ça ? » demanda Max de façon discrète. « -plus les jours passent et plus on va avoir la pression ma belle. Alors… profite et détends toi un peu. S’te plais. » Eli soupira. Si seulement Max savait comme elle avait déjà la pression. Mais elle décida de faire bonne figure. A nouveau son regard croisa celui d’Ian. Elle était assise entre Max et Robby. Heureusement pas de banquette, seulement des chaises, assez éloignées. Ça éviterait que Robby ne se colle à elle.

Manhattan Redlish
Messages : 3492
Date d'inscription : 26/04/2018
Crédits : Icon : Sunny.

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Homme
Lune
Manhattan Redlish
Dim 4 Fév - 18:10

Ian Edwards
J'ai 41 ans et je vis à Washington. Dans la vie, je suis agent du FBI et je m'en sors pas trop mal. Sinon, grâce à ma chance, je suis divorcé et je le vis, tout simplement.

A venir ...

C'est qui le nouveau?  - Page 11 Tumblr_ota2oqv7G71qbwrnuo1_500
C'est qui le nouveau?  - Page 11 0c9c020af49c2341887652c418364fe8c027a085
C'est qui le nouveau?  - Page 11 Tumblr_inline_oe6h1eiK0O1tae3h3_250

Avatar : Tumblr / Gif : Tumblr


Lui qui pensait que ça ne serait qu’une dispute de plus. Il venait finalement d’apprendre que les plans avaient brusquement changé après avoir découvert la véritable identité de Byron. Une rivalité s’était construite entre Toby et la CIA. Cela signifiait également que l’agence ignorait qu’une tuerie à l’arme biologique était programmé pour dans trois mois, lors du Jour de l’Indépendance… Une enclume venait de se poser soudainement sur sa poitrine, et peinait à respirer. Il constata également qu’il était devenu soudainement bien silencieux durant ces dernières secondes et décida d’y remédier « Il a goûté au sang et ne peut plus s’en passer… » et finit par ajouter avec plus d’autorité dans la voix « Et pourquoi tu ne m’as rien dit ?! ». Maintenant, Ian comprenait pourquoi la jeune femme n’était plus en adéquation avec les valeurs véhiculées par Toby. Il comprenait pourquoi elle voulait que tout cela cesse avant les attentats. Toutefois, en ce qui le concernait, il ne pouvait plus changer son fusil d’épaule. Il avait une mission à accomplir et il ne faisait aucun doute que leur dirigeant n’aurait aucune pitié à leur tirer une balle dans la tête si jamais il apprenait qu’ils avaient changé d’avis sur la tuerie qu’il avait programmé au 4 juillet. Il devait rester constant. Il devait jubilé à l’idée de tuer toutes ces personnes, parce que s’il périssait, lui aussi, alors il n’y aurait personne pour éviter ce massacre, et ce n’était pas envisageable… Enfin Ian ne resta pas bien interloqué par cette révélation, parce que quelques minutes plus tard, il n’avait à l’esprit que les lèvres de la femme qui se tenait presque contre lui. Sans l’intervention de cet homme qui s’était soucié de la sécurité d’Eli, il aurait succombé à l’appel de ses lèvres, de son corps. La tension était presque devenue omniprésente, et Ian devait garder la tête froide. Rien ne devait s’immiscer entre lui et la mission. Pas même cette femme. Il resta donc à distance les deux prochains jours. Une ligne de conduite suivit notamment par Eli. Elle aussi avait compris qu’ils n’étaient pas passé loin d’envoyer promener leurs beaux principes de ne pas mêler personnel et professionnel. Sans compter la conversation houleuse qu’ils avaient eu… La distance était donc la seule issue.

L’agent aurait pu continuer sur cette trajectoire encore quelques jours, peut-être quelques semaines, mais c’était sans compter sur Max et les autres membres du Bureau. À quelques minutes près, la jeune femme aurait pu se dérober à cette invitation sans qu’il n’en sache rien. Mais il était arrivé suffisamment à temps pour l’interrompre dans son élan, et lui demander dans un murmure de venir. Quelques mots qui lui était uniquement destinée à elle. Malgré la noirceur de son regard, Ian le soutint jusqu’à ce que la voix de Robby ne se fasse entendre une nouvelle fois. Il ne jubila pas pour autant en la voyant grimper dans la voiture, et monta au volant de son propre SUV en compagnie de Jiminy. Ils avaient porté leur dévolu sur un bar bondé du centre-ville. Qu’il en soit ainsi. Quelques pas en arrière, Ian rencontrait quelques difficultés à ne pas l’observer et croisa son regard à plus d’une reprise. Il aurait aimé qu’ils puissent discuter de ce qui s’était passé au centre-commercial, et à la fois, il savait également que ce n’était pas une bonne idée. La distance était la seule suite logique s’il ne voulait pas voir sa mission échouer. Il prit place en face de la jeune femme, aux côtés du Doc et de Jiminy, attendant patiemment que la serveuse ne vienne déposer les bières sur la table. Il adressa un sourire à cette dernière qui le lui rendit, et se saisit de la bouteille entre ses doigts lorsque Max prit la parole « Bienvenue parmi nous le nouveau… Enfin Ian maintenant » et trinquèrent tous ensemble avant d’avaler une gorgée, non sans jeter un regard à la femme face à lui. Il n’était plus le nouveau. Au bout d’une heure, il parvint à se détendre dans les rires, parlant tour à tour d’anecdotes personnelles, au Bureau ou encore de leurs passions. Même l’agent se plaisait à participer à la conversation, et finit par proposer un billard. Offre déclinée par Max. Il posa alors son regard sur Eli « Et toi ? », jusqu’à ce que la voix du Doc ne retentisse « Laisse-les entre filles, et ramène les chips ». Il se pencha devant la jeune femme, non sans la regarder et souffla presque timidement « Les chips… » et se saisit du bol qu’il ramena au Doc qui avait la sale manie de toujours manger. « Tu as déjà vu une queue aussi grande ? En dehors de celles de tes codétenus je veux dire » lança Robby en se positionnant « Oui, la mienne, tous les matins. Maintenant concentre-toi ». Laissant les tours tournés, il s’appuya contre le mur, jetant de temps à autre des coups d’œil à Eli, quand Jiminy prit place à ses côtés « Qu’est-ce qui se passe entre vous ? » « On s’est pris la tête » « Un scoop » répliqua aussitôt ce dernier sur le ton de l’ironie et s’éloigna pour tirer ses boules « A ton tour le nouveau ». Il mit la première dans le trou, puis une deuxième, et échoua à la troisième « Laisses-en pour les autres » avait donc fait remarquer Robby qui prit place contre le billard. Pendant de temps-là, l’agent interpella la serveuse « Est-ce que vous pourriez nous remettre une tournée… Quel est votre prénom déjà ? » « Je ne vous l’ai pas dit » « Vous devriez ». Elle l’observa de la tête au pied, se mordit la lèvre inférieure et s’approcha de son oreille « Debby » et s’éloigna, non sans un dernier regard pour ce dernier. « Attention ! Ian O’Brien est en chasse ! » constata le Doc qui continuait de grignoter ses chips. Il avait surtout besoin de se sortir Eli de la tête…


Charly
Messages : 3385
Date d'inscription : 24/04/2018
Région : Haut de France
Crédits : Bones_Obsessor

Univers fétiche : City, HP
Préférence de jeu : Femme
Lune
Charly
Dim 4 Fév - 18:51

Elionor Griffins
J'ai 35 ans et je vis à Washington. Dans la vie, je suis agent de la CIA et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien .

C'est qui le nouveau?  - Page 11 Fast-and-furious-gal-gadotC'est qui le nouveau?  - Page 11 Bc859978d44776cb7678fb79573e70b2

Avatar : tumblr / Gif : Tumblr

Elle avait ouvert de grands yeux. Pourquoi elle n’avait rien dit ? Mais elle n’avait fait que ça ! Seulement il n’avait pas écouté, fixé sur cette idée qu’elle était trop naïve et qu’elle allait souffrir à la fin de tout ça. « -j’ai essayé Ian. Mais tu n’as pas écouté ou voulu comprendre. » après tout, lui il avait signé pour ça. Pour le massacre. Il était arrivé après le revirement de situation. Il n’allait tout de même pas lui dire que c’était de sa faute s’il n’avait pas été mis au parfum. Mais là tout de suite, il n’était plus question de Tobby, du bureau ou encore de bombe sale. La seule bombe a retardement, c’était l’envie qu’ils avaient l’un de l’autre. Eli n’était pas aveugle, elle n’était pas la seule à le vouloir. Le regard d’Ian parlait pour lui, tout comme son incapacité à se détourner ou s’éloigner. Il la désirait tout autant quelle. C’était dangereux. Délicieusement dangereux. Eli avait toujours été une adepte des sensation forte et des échanges complexes. C’était pour cela qu’elle prenait du plaisir à jouer au poker avec des russes armés jusqu’aux dents… Ian était l’ennemi. Un assassin qu’elle devait mettre hors d’état de nuire. Et pourtant, elle aima ce frisson… elle détestait par contre la frustration qui découla de cet échange de regard.

Alors elle s’était appliquée à mettre de la distance entre eux. Elle ne tenait pas à perdre son poste, encore moins à mettre la mission en péril pour un homme qui n’était pas bon pour elle. Distance réciproque, même si il avait toujours été présent dans son esprit. Surtout le soir, tard, ou encore au beau milieu de la nuit dans ses rêves. Le reste du groupe souhaitait faire une sortie. Ils l’avaient fait à chaque nouveau. Eli y avait eut droit à son arrivée. Aujourd’hui, c’était le tour d’Ian. Sauf qu’elle ne tenait pas à participer. Personne n’était d’accord avec son choix. Pas même Ian qui le lui souffla à l’oreille avant qu’elle ne parte. Eli déclara forfait et grimpa avec Robby en voiture. Après tout, c’était toujours l’occasion d’en apprendre plus.

Elle connaissait le bar. Ils connaissaient le patron, ce qui s’y passait en coulisse. Ils étaient un peu ici chez eux. Assise entre Max et Robby, Ian de l’autre côté de la table, la belle brune fit son maximum pour éviter de le regarder. Lorsque les bières arrivèrent sur la table, elle leva également la sienne, avant d’en prendre une gorgée sans rien dire. Au bout d’une heure, elle n’avait pas dit grand-chose. Ils semblaient tous si bien s’entendre. Ian se fondait dans le groupe sans souci. Il avait raison, ça se sentait qu’elle était différente. Mais elle ne parvenait pas à desserrer les dents. Pas la peine de répondre pour le billard, Doc le fit pour elle. Parfait. « -Ecoute, je sais que… Byron doit te manquer, d’une certaine façon. Mais c’était pas celui que tu pensais. » « -Max c’est bon, j’ai pas besoin d’un serment. » avait répliqué Eli. « -T’en penses quoi d’Ian ? » Un regard pour Max. Elle était sérieuse en plus. « -il a une trop grande gueule. Mais il est droit. » que dire de plus. « -et… » Un nouveau regard pour Max, tout en penchant la tête sur le côté : « -et tu veux que je te dise quoi ? On est deux têtes de cons finit, forcement ça fait des flammes. » Max sourit. « -arrête avec ton sourire. » « -il te plait… Plus que Robby en tout cas. » « -ferme là tu veux. » avait répliqué la belle brune avec un sourire. Elle s’était toujours bien entendu avec Max. Solidarité féminine à la con comme avait dit Ian l’autre jour.

« -bon aller vient, on va leur casser les couilles. » « -en jouant avec des queues et des boules ? » Max avait ri, Eli s’était levée en terminant sa bière. Une fois prêt du billard, elle jeta un regard à la serveuse, après avoir entendu Doc. Un léger sourire sur les lèvres. Grand bien lui fasse après tout, il serait peut-être plus détendu, comme il l’avait si bien conseillé. Il faisait ce qu’il voulait. Si cela faisait taire les tensions entre eux, la mission ne serait pas mise en péril. Jiminy demanda si les filles jouaient, Eli prit la queue qu’il lui tendait. Elle se pencha sur le billard et mit trois boules en ne se laissant pas déconcentré par les réflexions débiles des autres. Max adoraient y aller de son commentaire sur la plastique d'Eli, étant donné qu'elle jouait dans la même cours que les garçons.
 

Manhattan Redlish
Messages : 3492
Date d'inscription : 26/04/2018
Crédits : Icon : Sunny.

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Homme
Lune
Manhattan Redlish
Dim 4 Fév - 19:46

Ian Edwards
J'ai 41 ans et je vis à Washington. Dans la vie, je suis agent du FBI et je m'en sors pas trop mal. Sinon, grâce à ma chance, je suis divorcé et je le vis, tout simplement.

A venir ...

C'est qui le nouveau?  - Page 11 Tumblr_ota2oqv7G71qbwrnuo1_500
C'est qui le nouveau?  - Page 11 0c9c020af49c2341887652c418364fe8c027a085
C'est qui le nouveau?  - Page 11 Tumblr_inline_oe6h1eiK0O1tae3h3_250

Avatar : Tumblr / Gif : Tumblr


Apprendre que Toby avait brusquement bouleversé ses plans à la suite de l’ingérence de la CIA dans son entreprise ne modifiait en rien la finalité de la mission. Toutefois, cela soulevait l’incompétence de l’agence à faire correctement son travail, mais aussi, il allait devoir trouver un stratagème pour les informer de ce revirement soudain. Et surtout, il comprenait dorénavant la raison qui poussait Eli à faire entendre raison à Toby en ce qui concernait les nouvelles cibles à détruire le 4 juillet. Plus le temps passé, et plus ce dernier aspirait à une tuerie de masse toujours plus grande. Il ne semblait rencontrer aucune limite et ça le rendait imprévisiblement dangereux. Et comme si cela ne suffisait pas, il fallait qu’il gère également l’attirance qu’il éprouvait pour Eli et qui était réciproque. Une tension palpable entre eux deux qui allait quelque peu compliqué l’opération. Lui qui parvenait toujours à tout cloisonner, il s’était bel et bien fourvoyé en pensant parvenir à surmonter cela avec la jeune femme. Ils avaient donc tous les deux optés pour la distance, et cela, sans se concerter au préalable. Mais c’était sans compter sur la soirée que la cellule avait organisé pour fêter son arrivée. Pourtant, elle avait souhaité y échappé, mais il était parvenu à la convaincre en un murmure. Elle avait accepté de les accompagner. Ils n’échangèrent que des regards toute une heure durant. Ces deux jours loin de l’un et l’autre n’avaient eu aucun impact sur ce qu’ils éprouvaient, sinon ils seraient parvenus à converser ce soir. Il n’en fut rien. Ian s’éloigna donc pour rejoindre les autres membres masculin du groupe afin de faire un billard. Ils jouèrent quelques tours avant que les deux femmes ne participent à leur tour. Il ignora son regard lorsque la serveuse décida de flirter à son tour avant de revenir avec leurs commandes. Durant l’absence de cette dernière, Ian ne put s’empêcher un coup d’œil sur la silhouette de la jeune femme, songeant à quel point il aurait apprécié être seul avec elle en cet instant. La voix de Max l’extirpa de ses pensées, découvrant ainsi que cette dernière jouait dans leur équipe. Il préféra également ignorer les remarques des autres hommes présents, et sourit à Debby, parce que tel était son nom, lorsqu’elle revint vers eux pour distribuer les bières. Elle s’arrêta à sa hauteur, lui tendit la bière et glissa lentement un bout de papier dans sa poche. Tout au fond de sa poche. Ce qui le fit sourire et la laissa s’éloigner pour servir les autres clients. « Lucky Luke a du mourant à se faire » répliqua Robby, ce qui fit froncer les sourcils de Ian « Qu’est-ce que tu veux dire par là ? » « Il n’est pas le seul à tirer plus vite que son ombre », ce qui fit rire l’assemblée, excepté lui qui posa son regard sur Eli. Pourquoi se sentait-il si mal à l’aise de flirter avec une autre femme ?

Après quelques minutes, Ian finit par sortir ce bout de papier et esquissa un sourire en lisant l’inscription. Elle terminait son service dans trois heures. Il avait l’étrange sensation que ce n’était pas la première fois qu’elle aguichait un client de la sorte et qu’il allait rejoindre une longue liste de coup d’un soir. Un regard pour Eli alors qu’il se rapprochait de la table du billard. Il devait l’oublier. Il se positionna et rentra deux boules à la suite, mais loupa la troisième. Il se recula aux côtés de la jeune femme, et souffla comme si c’était un secret « J’ai besoin de t’oublier… » et croisa son regard, avant de rejoindre sa bière posée sur l’autre rebord du billard. Il avait eu besoin de se justifier sur les raisons de son flirte avec la serveuse. Dieu savait à quel point ce n’étaient pas dans ses habitudes de draguer ainsi une inconnue. Mais O’Brien était ce genre de mec. Cette double identité lui pesait certains jours. Un peu comme ce soir. « Je vais chercher de quoi manger » et s’éloigna jusqu’à la serveuse qu’il interpella « Mes amis et moi commençons à avoir faim » « Je vous commande des frites joli cœur » tout en caressant sa joue mal rasée. Il sourit et rejoignit le reste du groupe « Elle va nous ramener des frites » et prit une longue gorgée de bière. Ce n’était peut-être pas une bonne idée de boire. « Aucun de vous a quelqu’un qui l’attend chez lui ? » finit-il par demander « J’ai une femme et deux gosses » répondit Jiminy. Quant aux autres, ils n’avaient personne. « Joue au lieu de poser tes questions à la con le nouveau » répliqua le pyromane, et Ian obéit, mais rata le coche « J’espère que tu ne rates pas les trous comme ça dans la vie ». Pour seule réponse, Ian lui adressa un doigt d’honneur qui fit rire le destinataire tout en rétorquant avec un petit sourire en coin « J'ai bien réussi à trouver celui de ta soeur », et s’approcha d’Eli « Tu peux me dépanner d’une clope ? » et quitta le bar pour en fumer une. Il inspira à plein poumon la fumée avant de la recracher en formant un rond. Il devait sympathiser avec tous ces gens… Et dans trois mois, il les arrêterait tous un par un. Ce n’était pas toujours évident pour Ian de distinguer le professionnel du personnel. Ils passaient une soirée agréable tous ensemble, et l’un d’eux était même père…


Contenu sponsorisé
C'est qui le nouveau?
Page 11 sur 20
Aller à la page : Précédent  1 ... 7 ... 10, 11, 12 ... 15 ... 20  Suivant
Sujets similaires
-
» A nouveau Jo' - Ok Mai 2023
» La vie prend un nouveau tournant
» HUNGER GAMES ◇ nouveau flood
» Un nouveau monde de lumière - Lyuba
» New York où le nouveau monde des créatures magiques

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: