Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues
qui tu veux,
quand tu veux
Nouveaux sujets
» Restons simple.
Un nouveau monde de lumière - Lyuba EmptyAujourd'hui à 21:52 par Argawaen

» Rêve Jaune
Un nouveau monde de lumière - Lyuba EmptyAujourd'hui à 15:26 par Val

» (padfoot&eternals.) you're the habit that i can't break.
Un nouveau monde de lumière - Lyuba EmptyAujourd'hui à 12:53 par padfoot.

» Un grain de folie.
Un nouveau monde de lumière - Lyuba EmptyAujourd'hui à 2:23 par Argawaen

»  Le crime rend égaux tous les êtres qu’il souille.
Un nouveau monde de lumière - Lyuba EmptyHier à 0:55 par Cheshire-

» VERSION 10
Un nouveau monde de lumière - Lyuba EmptyDim 22 Mai - 20:09 par Maître des Univers

» Les badges
Un nouveau monde de lumière - Lyuba EmptyDim 22 Mai - 19:56 par Pyramid Rouge

» Pool party at Stark's House • Sujet commun • Flood
Un nouveau monde de lumière - Lyuba EmptyDim 22 Mai - 19:16 par Maître des Univers

» Pool party at Stark's House • Sujet commun
Un nouveau monde de lumière - Lyuba EmptyDim 22 Mai - 19:15 par Maître des Univers

Le deal à ne pas rater :
[CDAV] LG TV LED 65″ (165cm) – 65NANO756 – 4K UHD, Smart TV
564 €
Voir le deal

LE TEMPS D'UN RP

Un nouveau monde de lumière - Lyuba

Stormy Dream
Messages : 53
Date d'inscription : 28/08/2021
Région : Île de France
Crédits : Cosmic Kin

Univers fétiche : Fantastique, fantasy, historique (1900 et après), inspiration séries
Préférence de jeu : Les deux
Noob
Stormy Dream
Jeu 4 Nov - 12:27
bc2f5d3c4967fa6b47adbc917a1ac1a2--hot-guys-sexy-guys.jpg
Tisai
J'ai 30 ans et je vis à Meridian. Dans la vie, je suis paysan, membre de la rébellion, mais aussi Sentinelle auprès des gardiennes de la muraille... t je m'en sors pas toujours bien, surtout quand j'ai décidé de n'en faire qu'à ma tête. Sinon, grâce à ma chance, je suis libre comme l'air et je le vis plutôt bien.

Meridian est bien différente depuis que le Prince Phobos a plongé son royaume dans une interminable pénombre, jouant sur les nerfs de la population abattue. Il n’en fallait pas plus pour qu’une rébellion se mette en place, portée par son meneur, le charismatique Dyxo, ancien bras droit de Phobos. Au château, tout le monde le pense mort.
Réfugiés dans les sous-sols de Meridian, les rebelles ont organisé un village souterrain, alimenté par l’énergie des plus anciennes plantes. La structure se met en place pour éliminer le Prince.
Depuis quelques temps, un jeune habitant de Meridian attire l’attention de Dyxo pour ses facultés à détecter le danger. Le royaume n’avait pas connu de Sentinelle depuis plusieures décennies, le dernier s’étant éteint lors de la destitution du Roi.
Tisai est meridianais ; il a grandi dans le village surplombé par le château. Paysan, comme son père, et son grand-père. Ses parents lui ont permis de grandir en bonne santé et heureux, bien que la vie n’ait pas été facile pour eux et leur unique enfant. De nature sociable et joyeuse, Tisai aime la bonne compagnie. Il se sent apaisé lorsqu’il est seul. Il n’hésite pas à se couper du monde pour laisser ses pensés divaguer.
Lorsque le royaume a perdu toutes ses couleurs, sa chaleur, Tisai n’a pas hésité une seule seconde à se ranger du côté des insurgés. Le jeune homme a la tête bien faite, aussi brave que fidèle à son peuple. N’ayant jamais autre chose que la pauvreté de sa famille, Tisai sait se sortir de toutes les situations. La vie au grand air lui a appris à se contenter de peu, et imaginer le pire.
Quel qu’en soit le prix, il cherche toujours un moyen de parvenir à ses fins. Il réfléchit peu, mais agit beaucoup. Tisai ne craint pas le danger : il l’attire à lui. XX s’est longtemps posé la question à son sujet, mais reste persuadé qu’une ancienne énergie sommeille en lui, une force qu’il croyait disparue.
L’enchaînement de ces dernières heures, et notamment sa rencontre avec la dernière gardienne encore en vie… tant de nouveaux rebondissements qui commencent à éclairer les questionnements du jeune rebelle. De nouvelles gardiennes sont sur le seraient-elles sur le point de se révéler ?
Le jeune méridianais peinait à avancer tant l’éblouissement était important. Ses yeux le brûlaient, ses sourcils se fronçaient à outrance pour plisser ses paupières gonflées. Plus jeune, Tisai avait connu les bienfaits de l’astre de lumière, sa chaleur, sa communication avec les plantes, ses bienfaits sur son corps... Les nombreuses années de Phobos au pouvoir avaient écarté si loin le souvenir de la lumière du jour que sa rétine hurlait de douleur : il n’avait pas souvenir de la dernière fois que le soleil lui avait réchauffé la peau, ou montré un paysage entier sous ses plus belles couleurs.

L’énergie dégagée par le portail qu’il venait franchir ressortait à peine parmi les rayons lumineux. L’homme posa sa main en visière pour distinguer le visage hilare de cette femme qui l’observait. « Tu t’y habitueras vite, Sentinelle. » Dit-elle avec douceur, tandis qu’elle refermait l’arcade électrique à l’aide d’un pendentif qu’il ne parvenait pas à distinguer précisément.

Sentinelle, le mot restait encore flou dans l’esprit du rebelle de Meridian. Il avait grandi plongé dans un univers de pénombre, caché dans les sous-sols d’un monde qui ne ressemblait en rien à ce qu’il avait jadis été. Pourtant, comme son peuple de la révolte, il avait réussi à apprivoiser son environnement pour en extraire le peu de lumière qui persistait. Tisai savait que les plantes avaient en leurs tréfonds des ressources inépuisables, et les utilisait pour vivre.

Bien sûr qu’il avait connaissance de la Terre, et du peuple qui y résidait. Il connaissait toutes les histoires sur la muraille, ses gardiennes… Pourtant, une partie de lui commençait à croire qu’il s’agissait d’une légende pour que les rebelles gardent espoir d’un jour meilleur. Il n’était pas malheureux, le jeune paysan, avec son mode de vie adapté.

Tout à Meridian s’était adapté à l’obscurité : la faune et la flore avaient muté, le peuple avait mis en place de nombreuses idées ingénieuses pour s’éclairer, se nourrir, ou prendre soin d’eux tout simplement.

Les heures ayant précédé le franchissement du portail avaient été particulièrement éprouvantes pour le jeune homme. Depuis quelques temps, le porteur de la rébellion, Dyxo, avait repéré en lui une intuition particulièrement efficace. Il utilisait les rêves de Tisai pour prévoir un danger : le concerné n’avait simplement jamais imaginé que cela passerait d’un pressentiment à un talent avéré.

L’arrivée de l’ancienne gardienne dans la cité des rebelles avait quelque peu chamboulé le jeune méridianais, passé du statut de paysan de rébellion à Sentinelle. « Tu es lié aux gardiennes. Ton talent est signe d’un danger immense… mais aussi de l’apparition de nos successeurs. » Avait-elle indiqué au jeune homme, incrédule. Il était le premier successeur. L’information avait un peu de mal à se frayer dans son esprit : elle avait pourtant donné un grand sens à toutes ses interrogations.

« En fait, moi c’est Tisai. » Répondit-il à l’ancienne gardienne, qui lui tendit un drôle d’objet métallique avec deux étranges glaces sombres. « Très bien Tisai, mets-ça. Ça devrait t’aider à t’habituer à la lumière. Ici, ce n’est pas ça qui manque… » L’homme ignorait si elle était naturellement joyeuse, ou si le soleil lui avait définitivement tapé sur le système… mais elle dégageait une gaité presque enivrante. Il glissa l’étrange objet sur ses yeux, aidé d’une main habile de l’ancienne gardienne pour poser les tiges métalliques sur ses oreilles. Lorsqu’il rouvrit les yeux, Tisai constata que les couleurs avaient encore changé. Incrédule, il observa les traits de la gardienne pour essayer de comprendre.

« Ce sont des lunettes de soleil. » Explique-t-elle en marchant d’un pas assuré. Elle semblait connaître cet endroit comme personne. Malgré son âge avancé, la gardienne se mouvait avec aisance, et Tisai devait avouer qu’elle dégageait une certaine prestance.

Sur l'épaule de Tisai, une petite créature semblable à une fée (mais dont les ailes avaient été façonnées comme celles des oiseaux), s’agita. Elle avait les extrémités charbonneuses. Son visage tout entier était baigné dans un noir profond, laissant simplement deux yeux émeraudes ressortir avec intensité. Evie était une elfe de la clarté, espèce en voie de disparition à Meridian : avec l’absence de lumière, elle avait développé une mutation qui la faisait disparaitre dans son paysage.

Au contact avec la lumière du village, que la gardienne avait appelé « Miami », la couleur sombre des ailes d’Evie semblait décolorer. Un sourire apparut sur ses lèvres grisâtres.

Le jeune meridianais, lui, s’efforçait de garder son calme devant toutes les étrangetés qui se dessinaient devant ses prunelles : les maisons étaient très hautes, comme si elle se superposaient. Le sol était recouvert d’une épaisseur sombre, rugueuse. De drôles d’engins d’acier bougeaient sans être tractées par une créature… Les passants, étrangement vêtus, dévisageaient le nouveau venu. S’ils lui semblaient singuliers, que pouvaient-ils bien penser de lui ?

Bouche bée, Tisai continuait de suivre la vieille dame. « Vous ne m’avez pas donné votre nom. » Fit remarquer l’insurgé, presque pour se rassurer que tout était bien réel. « Haimeï » Sa gaité était contagieuse, elle transpirait le long du visage figé du jeune homme. Peu à peu, bien que l’inquiétude puisse se lire dans ses traits, il se détendait.

Son sentiment de différence s’effaça lorsqu’un paysage plus familier –une plage- se présenta devant lui. Il n’avait jamais pu voir l’étendue d’eau, les vagues, dans son ensemble. Il ne connaissait pas l’horizon illuminé. Tisai prit une longue inspiration, appréciant l’odeur délicatement iodée de la brise marine.

Alors qu’il s’apprêtait à demander ce qu’il se passerait ensuite, son regard se posa sur un groupe de jeunes femmes assises au bord de l’eau. Leurs paroles furent portées jusqu’aux nouveaux venus, comme si le vent avait décidé de les laisser écouter leur conversation. Tisai ignorait encore que Haïmeï avait la faculté de moduler l’air.

« J’ai inondé ma salle de bain hier soir. Le plombier n’a rien trouvé, c’est quand même fou cette incompétence ! » Des rires s’en suivirent. Les yeux de Tisai n’étaient pas encore assez acclimatés à la lumière pour reconnaître avec exactitude la personne qui était en train de parler. « Maintenant que tu le dis, j’ai mis le feu à mon courrier en allumant ma cigarette ce matin… » De nouveaux rires retentirent.

« Nous allons pouvoir en avoir le cœur net. » Chuchota la vieille dame en attrapant le bras de Tisai pour se soutenir. Elle sortit de nouveau le pendentif rose cerclé de branche d’argent. Un éclat jaillit de la pierre. L’homme n’eut pas le temps de demander ce qu’était cette pierre, que la foule présente sur la plage se figea, regardant vers l’horizon.

Au loin, une énorme vague s’enroulait dangereusement vers le sable. Pourtant, le groupe de jeune femmes n’avait rien remarqué, et leurs rires chaleureux s’échappaient toujours vers eux. « Il faut faire quelque chose, il faut les prévenir ! » Le cœur de l’homme battait à une vitesse incontrôlable. La gardienne, sourire ancré sur les lèvres, ne bougea pas.

Mad Max
Messages : 316
Date d'inscription : 06/05/2021
Région : Centre-Val de Loire
Crédits : Mad Max (signature : magma)

Univers fétiche : De tout
Préférence de jeu : Femme
patrick
Mad Max
Dim 7 Nov - 11:02
pagh.png
Lyuba Vasilev
J'ai 28 ans et je vis à Miami, Etats-Unis. Dans la vie, je suis femme de chambre dans un hôtel et je m'en sors moyennement bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et c'est bien plus simple ainsi.


If karma doesn’t hit you, I fucking will.


Un nouveau monde de lumière - Lyuba Mp7c

Terre à terre. Et réaliste. C’est ce que l’on note rapidement chez Lyuba. Loin de se bercer d’illusions ou de rêves impossibles, elle voit la vie comme elle est, sans maquillage pour l’embellir. Son père, Ivan,  est un homme avide de richesse. Bien qu’il soit davantage réputé pour dilapider son argent que pour la garder, il a toujours nourri l’espoir de faire fortune en pariant ou en jouant, croyant désespérément au destin ou...à la chance.

Quant à sa mère...oh, c’était une femme d’une beauté envoûtante, une petite vedette des magazines américains à l’avenir sans aucun doute prometteur. Mais la flamme de la passion s’est rapidement essoufflée. Leur idylle s’est terminée aussi rapidement qu’elle a vu le jour...et quelle ne fut pas la surprise d’Ivan, lorsque Shannon lui déposa dans les bras un nourrisson aux grands yeux innocents, le fruit d’un amour éteint. Lyuba grandit aux côtés de son géniteur...apprenant, à ses dépends, la dureté de la réalité. La plupart du temps absent, croulant sous les dettes, Ivan n’est pas le père de l’année. Mais il a élevé son enfant seul, acceptant ses responsabilités tandis que Shannon les a fuis.

Peut-être est-ce son éducation, qui l’a poussée à devenir un brin solitaire, mais terriblement accrochée au petite groupe d’amis qu’elle s’est trouvée au fil des années. Responsable. Réfléchi. Lyuba est pourtant de ceux qui aiment flirter avec le danger. Avec l’adrénaline...quitte à enfreindre la loi, de temps à autre. Sûrement un trait de caractère hérité de son géniteur. Sa méfiance dévoile une sincérité que Lyuba n’a jamais dissimulée, osant toujours déclarer la vérité, aussi blessante soit-elle à certains instants. Et malgré parfois la froideur dont elle fait preuve...Lyuba possède le sourire facile et ce n’est pas rare de voir son regard s’illuminer. Malgré les nombreuses galères qu’elle connaît depuis son enfance, elle s’est toujours évertuée à garder la tête hors de l’eau, refusant d’abandonner et de se laisser emporter par le poids de la vie. Mais depuis qu’elle possède ce...pouvoir, Lyuba se sent, pour la première fois, incertaine quant à ses nouvelles responsabilités.


Un nouveau monde de lumière - Lyuba Dj7h


Meet me on the battlefield
Even on the darkest night
I will be your sword & shield, your camouflage
And you will be mine.


Le soleil de Miami réchauffait sa peau, laquelle se trouvait être bien plus pâle que celles de ses amies, en honneur à ses origines glaciales. Ses cheveux, d’un blond tirant vers l’or, étincelaient sous l’éclat des rayons solaires, réchauffant ainsi son visage qui rougissait progressivement sous la chaleur accablante. Les mains ancrées dans le sable, Lyuba contemplait l’océan.

Un sourire flottait sur ses lèvres rosées. Installées à ses côtés, ses compatriotes discutaient avec un enthousiasme sincère et l’euphorie générale était on ne peut plus contagieuse. Les échos de leurs rires se mélangeaient au son des vagues. Leurs voix éclataient par-dessus le tumulte des déferlantes, comme pour défier la mer de les faire taire. Et, comme à chaque fois, Lyuba se laissait emporter par la gaieté de ses camarades. Pourtant, aujourd’hui, son esprit divaguait. Ses pensées se bousculaient pour s’entrechoquer les unes contre les autres, semant le désordre dans sa tête. Elle avait tellement l’impression de vriller...qu’il lui semblait avoir vu une fleur jaillir hors de la terre, sous ses yeux, une semaine plus tôt. Là où avait trôné depuis si longtemps une plante avachie, éteinte et au bord du gouffre...s’épanouissait dorénavant une rose d’un rouge ardent. C’était pourtant impossible. Je rêve, s’était-elle persuadée. Mais Lyuba avait eu beau se pincer la peau jusqu’à s’en faire souffrir, elle ne s’était pas réveillée. La fleur était là, bien présente, splendide et prospère, enracinée dans une réalité qui la poussait à s’interroger réellement sur sa santé mentale.

Elle n’avait encore rien révélé aux filles. Quelque chose l’en empêchait. La raison, peut-être ? Comment expliquer un phénomène que Lyuba était elle-même incapable de comprendre ? Malgré tous ses efforts pour la chasser, l’image de la rose continuait d’envahir son esprit. La jeune femme avait déposé le pot dans un recoin de son appartement, comme pour oublier ce qu’il s’était passé. En vain. Le déni ne lui avait été d’aucune utilité. Pire, il avait permis à son imagination de se développer, l’influençant à construire des scénarios invraisemblables et dignes des mythes les plus tordus.

“ Vous moquez pas, ça m’a foutue la trouille ! ”s’exclama Taranee, déclenchant une nouvelle vague de rires chez le reste du groupe. Bien plus tourmentée par les révélations de ses amis qu’elle ne le laissait paraître, Lyuba les observait, le regard pétillant d’amusement alors que son trouble s’épaississait. Elle tapota alors ses joues, qui commençaient à prendre une teinte cramoisie. C’est à ce moment-là que la brise se leva, brusquement. Apportant avec lui une odeur iodée, le vent s’engouffra dans leur chevelure et du sable s’éleva dans les airs, emporté par les soudaines rafales. Lyuba se protégea aussitôt les yeux. Mais, plutôt que de s’apaiser comme il en avait d’habitude, le vent s’amplifia, si bien qu’il menaçât presque de les faire chavirer. Une épaisse fumée noire survola leur tête et des effluves de brûlés se répandirent tout autour d’elle. La brise se renforçait. Le sable volait, fouettant férocement les visages des rares badauds qui peuplaient la plage. Et l’océan...les vagues, déchainées, s’écrasaient violemment sur la rive à tour de rôle.

Leurs rires s’étaient tût. Leurs sourires s’étaient envolés. Toutes commençaient à se redresser péniblement, bougeant comme un seul et même organisme dans la tempête. “ Putain de merde !”s’écria brusquement Irma, qui venait de se tourner vers la mer. Attirée par ses jurons, Lyuba vira à son tour vers l’étendue d’eau...et ce qu’elle aperçut lui arracha un terrible frisson de surprise. Se dirigeait, tout droit vers elles, une immense vague, comme elle n’en avait jamais vu. L’océan semblait vouloir se refermer sur elle. Et les engloutir totalement. Le rouleau allait s’écraser sur leur silhouette....son cœur s’arrêta de battre. Ses jambes refusèrent de bouger...le sable sous ses pieds semblait se dissoudre...lorsque le vent se jeta contre la vague, comme pour la repousser. Un mur de terre humide émergea du sol et les encercla.

Puis, soudainement...plus rien. Les grains de sable s’effondrèrent sur le sol. L’océan reprit ses ondulations sages et mollassonnes. Le vent parut se calmer, lui aussi. Et l’odeur de brûlé s’évanouit, aussi rapidement qu’elle était apparue. Lyuba en resta pétrifiée. À l’instar de ses amies, car aucune d’entre elles n’osait esquisser le moindre mouvement. Finalement, leurs têtes remuèrent. Doucement. Leurs regards se croisèrent et dans leurs yeux se lisaient cette même torpeur. Aucun son ne s’échappa de leur gorge. Muettes, elles se contemplèrent dans un profond silence, échangeant secrètement une même et seule question. Que venait-il de se passer ? Pendant un instant, leur univers tout entier s’était...affolé, comme mue par une volonté qui lui était propre.

“ Grand-mère ! Qu’est ce que tu fais là ? Tu as vu ce qu’il s’est passé ?”Hay-Lin fut la première à sortir de son mutisme, dégageant, malgré sa surprise, une vivace énergie qui la caractérisait bien. La jeune femme se dirigea vers un visage qui leur était familier.

Mais si la présence de Haimeï l’intriguait, ce fut la silhouette qui se tenait à ses côtés, qui attira rapidement son attention. Alors que la jeune femme marchait jusqu’à eux, ses yeux glissèrent jusqu’à l’homme, dont le regard était dissimulé derrière une paire de lunettes de soleil et qui arborait une tenue...sortie tout droit d’une pièce de théâtre. Le groupe s’arrêta à la hauteur de la vieille femme, dont le visage diffusait une bienveillance similaire à celle qui émanait d’Hay-Lin. “ Bon, moi je vais y aller. J’ai eu mon lot de bizarrerie pour aujourd’hui et je vais bientôt être en retard à mon boulot.”ajouta Lyuba à l’attention de ses amis, désireuse de mettre le plus de distance entre... cette maudite plage et elle. C’est alors que ses yeux se posèrent sur une minuscule figure, posée sur l’épaule de l’étranger. Pourvue d'ailes, la petite créature semblait...on ne peut plus réelle. Seigneur. Lyuba battit des paupières. Le soleil commençait à lui taper réellement sur le crâne. Elle détourna finalement la tête, essayant de limiter les chocs pour son esprit qui parvenait à peine à accepter tout ce qu’il avait vu jusqu’à maintenant.


j1uq.pnggtfb.png9m0b.png
But do you feel like a young God? You know the two of us are just young Gods and we'll be flying through the streets with the people underneath...And they're running, running, running.
Stormy Dream
Messages : 53
Date d'inscription : 28/08/2021
Région : Île de France
Crédits : Cosmic Kin

Univers fétiche : Fantastique, fantasy, historique (1900 et après), inspiration séries
Préférence de jeu : Les deux
Noob
Stormy Dream
Mer 10 Nov - 15:23
bc2f5d3c4967fa6b47adbc917a1ac1a2--hot-guys-sexy-guys.jpg
Tisai
J'ai 30 ans et je vis à Meridian. Dans la vie, je suis paysan, membre de la rébellion, mais aussi Sentinelle auprès des gardiennes de la muraille... t je m'en sors pas toujours bien, surtout quand j'ai décidé de n'en faire qu'à ma tête. Sinon, grâce à ma chance, je suis libre comme l'air et je le vis plutôt bien.

Meridian est bien différente depuis que le Prince Phobos a plongé son royaume dans une interminable pénombre, jouant sur les nerfs de la population abattue. Il n’en fallait pas plus pour qu’une rébellion se mette en place, portée par son meneur, le charismatique Dyxo, ancien bras droit de Phobos. Au château, tout le monde le pense mort.
Réfugiés dans les sous-sols de Meridian, les rebelles ont organisé un village souterrain, alimenté par l’énergie des plus anciennes plantes. La structure se met en place pour éliminer le Prince.
Depuis quelques temps, un jeune habitant de Meridian attire l’attention de Dyxo pour ses facultés à détecter le danger. Le royaume n’avait pas connu de Sentinelle depuis plusieures décennies, le dernier s’étant éteint lors de la destitution du Roi.
Tisai est meridianais ; il a grandi dans le village surplombé par le château. Paysan, comme son père, et son grand-père. Ses parents lui ont permis de grandir en bonne santé et heureux, bien que la vie n’ait pas été facile pour eux et leur unique enfant. De nature sociable et joyeuse, Tisai aime la bonne compagnie. Il se sent apaisé lorsqu’il est seul. Il n’hésite pas à se couper du monde pour laisser ses pensés divaguer.
Lorsque le royaume a perdu toutes ses couleurs, sa chaleur, Tisai n’a pas hésité une seule seconde à se ranger du côté des insurgés. Le jeune homme a la tête bien faite, aussi brave que fidèle à son peuple. N’ayant jamais autre chose que la pauvreté de sa famille, Tisai sait se sortir de toutes les situations. La vie au grand air lui a appris à se contenter de peu, et imaginer le pire.
Quel qu’en soit le prix, il cherche toujours un moyen de parvenir à ses fins. Il réfléchit peu, mais agit beaucoup. Tisai ne craint pas le danger : il l’attire à lui. XX s’est longtemps posé la question à son sujet, mais reste persuadé qu’une ancienne énergie sommeille en lui, une force qu’il croyait disparue.
L’enchaînement de ces dernières heures, et notamment sa rencontre avec la dernière gardienne encore en vie… tant de nouveaux rebondissements qui commencent à éclairer les questionnements du jeune rebelle. De nouvelles gardiennes sont sur le seraient-elles sur le point de se révéler ?
« N’y compte même pas, petit. » Gronda la gardienne alors qu’elle posait une main dissuasive sur le bras du jeune méridiannais. Petit était peut-être un peu ambitieux devant la carrure du rebelle. Peu importait, il n’était pas dans son élément et il valait mieux qu’il fasse profil bas. Tisai prit une longue inspiration, observant la vague se rapprocher.

Impuissant. Il avait souvent ce sentiment de ne pouvoir agir alors que chacune des particules qui le composaient le suppliaient de faire quelque chose. Tisai était partagé entre l’envie de suivre ses pressentiments, quelle qu’en soit la conséquence, et celle de rester en vie. De toute évidence, les deux n’étaient pas compatibles.

Aussi démesurée que puissance, la vague continuait de se rapprocher. Ce n’était qu’une question de quelques secondes avant qu’elle ne les heurte. Les jeunes femmes la remarquèrent enfin, traversées d’une inquiétude similaire à celle de l’étranger.

« Elles ne feront pas le poids, laissez-moi faire quelque chose ! » Il essaya de se débattre, mais le contact de la main de Haimeï sur son avant-bras était si ferme que ses pieds refusèrent d’avancer. « Comme si tu pouvais y changer quelque chose... Laisse-les donc te montrer ô combien tu te trompes, jeune rebelle. Evie, je crois que tu sais ce que tu peux faire pour nous aider. » Déclara-t’elle avec ce sourire presque désinvolte. Il ne comprenait pas.

Les autres passants de la plage, eux, ne semblaient pas avoir remarqué quoi que ce soit. Ils profitaient paisiblement de leur journée, très peu vêtus malgré le vent devenu glacial.

Autour d’eux, la fée de la clarté avait tissé une sphère d’air plus dense, aux contours obscurs. La cage thoracique de l’homme se soulevait plus difficilement et la lumière lui paraissait quelque peu atténuée. Son amie dissimulait les faits aux moyens d’une illusion : probablement la plus grandiose qu’elle ait été capable de réaliser. Était-ce grâce à toute cette lumière qui avait rendu les couleurs à son visage ?

On lui avait toujours répété que Meridian était une terre de magie, qu’elle protégeait ses autres planètes... Elles qui en étaient dénuées.  Pourtant, l’énergie qui le traversait faisait mentir cette légende.

Le ricanement de l’ancienne gardienne trancha avec l’air abasourdi de Tisai : un vertigineux rempart s’était dressé entre le danger et le groupe de jeune femmes. Une odeur de tourbe et de mousse chatouilla l’odorat du rebelle dont les pieds ne parvenaient toujours pas à bouger. Puis le mur retomba dans un grondement sourd, l’océan retrouva son étendue lisse et la brise reprit de dessus sur la tempête.

La lumière redevint plus intense, sa respiration se libéra. Evie se lova sur son épaule, recouverte de ses ailes comme unique protection. Sa présence le rassura.

Les jeunes femmes les avaient remarqués, et elles se dirigèrent vers Haimeï comme si… Grand-mère ? Le pendentif rose, lui, ne pendait plus : il lévitait. Son aura lumineuse réchauffait la paume de celle qui détenait le filin argenté. « Lyuba ! Je crois que ton travail ne survivrait pas à la pousse d’un nouveau mur de mousse. Il attendra. » Indiqua l’ancienne gardienne avec un naturel déconcertant. Comme si tout le monde pouvait faire pousser un mur en un claquement de doigts…  

Les cinq jeunes femmes portèrent leur attention sur celui qui se tenait maladroitement à côté de leur aînée. L’une d’elle lui ressemblait comme deux gouttes d’eau… Chacune avait un trait particulièrement différent des autres, comme si rien n’avait été laissé au hasard.  Parmi eux, le visage plus pâle de celle que Haimeï avait appelée Lyuba se figea lorsque ses prunelles s’attardèrent sur la fée. Lui ne prononça pas un mot.

Etaient-elles les nouvelles gardiennes ? « Ah oui, j’oubliais… Voici Tisai. » Elle lui lança une tape dans le dos, le surprenant par la force qu’elle avait encore dans sa paume. L’homme, embarrassé, se contenta d’un sourire en coin. Que faisait-il ici, exactement ?

« Maintenant que le soleil est de retour, j’ai quelque chose à vous montrer. » L’instinct de Tisai lui intima de se retourner. La plage était devenue déserte. Plus un passant pour le dévisager. Le sable était devenu parfaitement lisse, et la brise avait complètement disparu.

« Grand-mère, qu’est-ce qu’il se passe ici ? » L’aura lumineuse autour du cristal rose ne cessait de s’intensifier. De là où il était, le méridianais pouvait ressentir la chaleur qui en émanait. Dans tout son corps. De nature pourtant relativement calme, Tisai ne parvenait pas à contrôler la montée d’angoisse qui le chahutait. « Maintenant, asseyez-vous et respirez… Vous transpirez l’angoisse à plein nez ! » grommela l’ancienne gardienne. Tisai, de plus en plus hébété, se demanda comment elle avait compris.

« Je suis prête à parier que ce mur n’était pas la première apparition étrange que vous ayez constatée ces derniers jours. » Tous les regards étaient à présents rivés sur le cristal qu’elle faisait tournoyer entre ses paumes. « Il vous a reconnues… Ce vieux gadget me fait tourner en bourrique depuis que vos pouvoirs se sont révélés. »

Tisai s’assit en tailleur à son tour, dévisageant chaque nouvelle inconnue avec curiosité cette fois. Il l’ignorait encore, mais les émotions des gardiennes avaient pris le dessus sur ses propres sentiments.

A peine avait-elle terminé sa phrase que le bijou s’était arraché des mains de Haimeï. Il vint se suspendre quelques centimètres au-dessus de leurs têtes, les assommant de chaleur. « Qu’est-ce que c’est que ce machin ? » demanda l’une des jeunes femmes au teint hâlé et aux prunelles sombres. « Le cœur de Kandrakar, Irma, pas un... machin... » Tisai fit glisser les verres qu’il portait sur son nez pour mieux l’observer. Ses yeux s’habituaient peu à peu à la carté ambiante, il n’eut qu’à plisser légèrement les yeux.

Mad Max
Messages : 316
Date d'inscription : 06/05/2021
Région : Centre-Val de Loire
Crédits : Mad Max (signature : magma)

Univers fétiche : De tout
Préférence de jeu : Femme
patrick
Mad Max
Jeu 18 Nov - 16:27
pagh.png
Lyuba Vasilev
J'ai 28 ans et je vis à Miami, Etats-Unis. Dans la vie, je suis femme de chambre dans un hôtel et je m'en sors moyennement bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et c'est bien plus simple ainsi.


If karma doesn’t hit you, I fucking will.


Un nouveau monde de lumière - Lyuba Mp7c

Terre à terre. Et réaliste. C’est ce que l’on note rapidement chez Lyuba. Loin de se bercer d’illusions ou de rêves impossibles, elle voit la vie comme elle est, sans maquillage pour l’embellir. Son père, Ivan,  est un homme avide de richesse. Bien qu’il soit davantage réputé pour dilapider son argent que pour la garder, il a toujours nourri l’espoir de faire fortune en pariant ou en jouant, croyant désespérément au destin ou...à la chance.

Quant à sa mère...oh, c’était une femme d’une beauté envoûtante, une petite vedette des magazines américains à l’avenir sans aucun doute prometteur. Mais la flamme de la passion s’est rapidement essoufflée. Leur idylle s’est terminée aussi rapidement qu’elle a vu le jour...et quelle ne fut pas la surprise d’Ivan, lorsque Shannon lui déposa dans les bras un nourrisson aux grands yeux innocents, le fruit d’un amour éteint. Lyuba grandit aux côtés de son géniteur...apprenant, à ses dépends, la dureté de la réalité. La plupart du temps absent, croulant sous les dettes, Ivan n’est pas le père de l’année. Mais il a élevé son enfant seul, acceptant ses responsabilités tandis que Shannon les a fuis.

Peut-être est-ce son éducation, qui l’a poussée à devenir un brin solitaire, mais terriblement accrochée au petite groupe d’amis qu’elle s’est trouvée au fil des années. Responsable. Réfléchi. Lyuba est pourtant de ceux qui aiment flirter avec le danger. Avec l’adrénaline...quitte à enfreindre la loi, de temps à autre. Sûrement un trait de caractère hérité de son géniteur. Sa méfiance dévoile une sincérité que Lyuba n’a jamais dissimulée, osant toujours déclarer la vérité, aussi blessante soit-elle à certains instants. Et malgré parfois la froideur dont elle fait preuve...Lyuba possède le sourire facile et ce n’est pas rare de voir son regard s’illuminer. Malgré les nombreuses galères qu’elle connaît depuis son enfance, elle s’est toujours évertuée à garder la tête hors de l’eau, refusant d’abandonner et de se laisser emporter par le poids de la vie. Mais depuis qu’elle possède ce...pouvoir, Lyuba se sent, pour la première fois, incertaine quant à ses nouvelles responsabilités.


Un nouveau monde de lumière - Lyuba Dj7h


Meet me on the battlefield
Even on the darkest night
I will be your sword & shield, your camouflage
And you will be mine.


L’impression de nager en plein délire ne la quittait plus. Lyuba avait croisé les bras sur sa poitrine, scrutant son environnement avec un regard franchement austère qui ne collait pas avec le sourire chaleureux qu’elle pouvait offrir de temps à autre. La rose qui s’épanouit, l’océan qui s’irrite, le mur de sable qui s’élève...la tournure des événements commençait à l’effrayer. Comme si la réalité se déformait pour finalement se recomposer à base de matériaux différents, nouveaux, étrangers. Sous ses yeux, un pendentif diffusait une lueur rosée. Ce n’était pas l’éclat qui l’intriguait le plus, mais plutôt le fait que le bijou lévitait dans les airs à croire qu’il possédait sa propre essence de vie. Le regard de la Russe fouilla les alentours à la recherche d’une machine. Un boîtier qui pourrait être à l’origine de ce qu’il se passait. Mais rien...seulement le sable, s’étalant jusqu’à perte de vue. L’angoisse, qui jusque là, s’écoulait discrètement dans ses veines, se transformait peu à peu en un flot continu et puissant. L’avertissement de Haimeï l’empêcha de faire ce qu’elle désirait tant ; s’éloigner du groupe pour retrouver un semblant de normalité.

À la place, elle resta pétrifiée, les pieds enfoncés dans le sable brûlant. L’identité de l’étranger fut enfin révélée ; Tisai. La jeune femme lui jeta un coup d’œil fugace, étudiant une nouvelle fois les vêtements dont il était accoutré et qui semblaient tout simplement...hors du temps. Haimeï ne lui laissa pas le temps de s’interroger sur Tisai. Elle reprit la parole et tous les regards convergèrent aussitôt dans sa direction. Lyuba observa discrètement ses amies ; ces dernières possédaient toute la même expression où la surprise luttait contre l’appréhension. Seulement, les révélations de la vieille dame ne faisaient que renforcer l’incompréhension générale. Mais une information captura pleinement son attention. Un simple détail. Tout petit. Vos pouvoirs.Ce terme réussit presque à arracher un sourire à la russe mais Lyuba ne se sentait pas d’humeur à plaisanter et Haimeï ne semblait pas l’être non plus. Sa manière de s’exprimer montrait qu’elle était on ne peut plus sérieuse. Et convaincu de ce qu’elle assurait.

Elle s’installa à même le sol à contre-cœur, imitant les autres après s’être retrouvée la dernière debout. En son for intérieur, sa curiosité venait d’être piquée. Un nouveau sentiment s’emparait peu à peu de son être. Il émanait du pendentif une aura troublante, attirante, à laquelle toutes les cellules de son corps paraissaient répondre, comme si elles saluaient une vieille connaissance. Le cœur de Kandrakar.L'appellation lui provoqua un frisson qui glissa le long de sa colonne vertébrale. Ses amies ressentaient-elles également cette étrange et troublante attraction ? Parce que dorénavant, elle avait l’impression d’être incapable de regarder ailleurs que le fameux cœur étincelant. Et ça ne lui plaisait pas, Lyuba. Oh non. Cette histoire lui laissait un très mauvais pressentiment. “ Et c’est quoi, Kandrakar ?”demanda-t-elle, devançant sans aucun doute l’une de ses compères. Haimeï posa son regard sur elle, surprise que ce soit la Russe qui cède finalement à la curiosité. “ Kandrakar est ce qui se rapproche le plus d’une autre dimension. C’est une forteresse située au centre de l’infini où se réfugient esprits, âmes et créatures les plus puissantes. C’est aussi là que l’on trouve la source de vos pouvoirs.”Un long silence suivit ses explications...avant qu’un ricanement nerveux, à peine étouffé, ne le brise.

Lyuba pressa sa main contre ses lèvres pour étouffer son hilarité, qui n’était que le signe que ses nerfs venaient de lâcher, mais les soubresauts de son corps la trahissaient. Taranee lui jeta un léger coup de coude dans les côtes pour la réprimander… et la russe inspira profondément pour retrouver ses esprits, bien que des larmes perlaient encore aux coins de ses yeux. “ Pardon, pardon mais...ça fait beaucoup de choses à digérer.”expliqua-t-elle, passant une main dans ses longs cheveux blonds pour se redonner une constance.

Le sourire qui titillait ses lèvres menaçait de la replonger dans un fou rire angoissé. “ En quoi est-ce que tout ça nous concerne ?”Elle glissa sa paume dans le sable chaud avant de capturer une poignée de grains entre ses mains, puis le laissa retomber au sol.

“ Vous avez été désignée pour être les nouvelles gardiennes. Et le monde a grandement besoin de vous. Phobos s’est emparé du pouvoir à Meridian et il ne reste que peu de temps avant qu’il étende son pouvoir jusqu’à la terre. La situation est critique, je ne vous le cache pas. L’ambition de Phobos est sans limite. ”Sa main effleura une seconde fois sa chevelure dorée. Mais rien n’y faisait. Lyuba se sentait de plus en plus oppressée par ce qu’il se passait. Elle était comme une grenade, prête à exploser. Ou un tremblement de terre, prêt à ébranler la terre jusqu’à ses entrailles les plus profondes. Son esprit refusait de comprendre. Il se barricadait derrière l’illusion que rien de tout ça n’était vrai. Ses amies se mirent à poser d’autres questions, lesquelles tournaient principalement autour des pouvoirs. Haimeï évoqua les éléments, le statut de Tisai en tant que Sentinelle...mais sa voix était lointaine. Lyuba continuait de faire filer entre ses doigts un flot de sable, silencieuse, le visage figé en une expression dorénavant indéchiffrable où nul sourire n’osait apparaître.



j1uq.pnggtfb.png9m0b.png
But do you feel like a young God? You know the two of us are just young Gods and we'll be flying through the streets with the people underneath...And they're running, running, running.
Stormy Dream
Messages : 53
Date d'inscription : 28/08/2021
Région : Île de France
Crédits : Cosmic Kin

Univers fétiche : Fantastique, fantasy, historique (1900 et après), inspiration séries
Préférence de jeu : Les deux
Noob
Stormy Dream
Lun 6 Déc - 11:35
bc2f5d3c4967fa6b47adbc917a1ac1a2--hot-guys-sexy-guys.jpg
Tisai
J'ai 30 ans et je vis à Meridian. Dans la vie, je suis paysan, membre de la rébellion, mais aussi Sentinelle auprès des gardiennes de la muraille... t je m'en sors pas toujours bien, surtout quand j'ai décidé de n'en faire qu'à ma tête. Sinon, grâce à ma chance, je suis libre comme l'air et je le vis plutôt bien.

Meridian est bien différente depuis que le Prince Phobos a plongé son royaume dans une interminable pénombre, jouant sur les nerfs de la population abattue. Il n’en fallait pas plus pour qu’une rébellion se mette en place, portée par son meneur, le charismatique Dyxo, ancien bras droit de Phobos. Au château, tout le monde le pense mort.
Réfugiés dans les sous-sols de Meridian, les rebelles ont organisé un village souterrain, alimenté par l’énergie des plus anciennes plantes. La structure se met en place pour éliminer le Prince.
Depuis quelques temps, un jeune habitant de Meridian attire l’attention de Dyxo pour ses facultés à détecter le danger. Le royaume n’avait pas connu de Sentinelle depuis plusieures décennies, le dernier s’étant éteint lors de la destitution du Roi.
Tisai est meridianais ; il a grandi dans le village surplombé par le château. Paysan, comme son père, et son grand-père. Ses parents lui ont permis de grandir en bonne santé et heureux, bien que la vie n’ait pas été facile pour eux et leur unique enfant. De nature sociable et joyeuse, Tisai aime la bonne compagnie. Il se sent apaisé lorsqu’il est seul. Il n’hésite pas à se couper du monde pour laisser ses pensés divaguer.
Lorsque le royaume a perdu toutes ses couleurs, sa chaleur, Tisai n’a pas hésité une seule seconde à se ranger du côté des insurgés. Le jeune homme a la tête bien faite, aussi brave que fidèle à son peuple. N’ayant jamais autre chose que la pauvreté de sa famille, Tisai sait se sortir de toutes les situations. La vie au grand air lui a appris à se contenter de peu, et imaginer le pire.
Quel qu’en soit le prix, il cherche toujours un moyen de parvenir à ses fins. Il réfléchit peu, mais agit beaucoup. Tisai ne craint pas le danger : il l’attire à lui. XX s’est longtemps posé la question à son sujet, mais reste persuadé qu’une ancienne énergie sommeille en lui, une force qu’il croyait disparue.
L’enchaînement de ces dernières heures, et notamment sa rencontre avec la dernière gardienne encore en vie… tant de nouveaux rebondissements qui commencent à éclairer les questionnements du jeune rebelle. De nouvelles gardiennes sont sur le seraient-elles sur le point de se révéler ?
Les échanges qui suivirent les explications concernant le cœur de Kandrakar furent toutes aussi incroyables les uns que les autres. Pourtant, Tisai avait grandi avec la connaissance de la magie, bien qu’elle ait été source de malheur à Meridian. Il n’osait pas imaginer ce que pouvaient ressentir les jeunes humaines en découvrant qu’elle existait. Pire encore, qu’elle sommeillait quelque part au fond d’elles.

L’état de choc dans lequel avait été le rebelle lorsqu’Haimeï lui avait révélé sa vraie identité lui avait tordu l’estomac pendant quelques heures.

A présent, il observait les visages incrédules des… des gardiennes, il fallait encore qu’il s’habitue au terme. Il comprenait leur hésitation, ressentait jusqu’à leurs doutes les plus profonds. Plongeant ses doigts dans le sable tiède pour se distraire tant bien que mal, l’homme ferma les yeux. Il ne sortit de ses pensées qu’à l’instant où le rire de l’une d’entre elles le ramena à la réalité.

Toutes les terriennes rient-elles quand elles sont nerveuses ? Pensa Tisai. La petite créature qui ne bougeait plus de son épaule lui répondit sans que quiconque ne puisse faire partie de la discussion. « Comment sais-tu qu’elle est nerveuse ? Je la trouve méprisante, cette gardienne. » Surpris, Tisai porta sa main à son épaule pour lui permettre de descendre dans sa paume. « Il ne me semble pas avoir parlé… Comment… Comment est-ce possible ? » La confusion se lisait aisément dans le regard des deux acolytes. Il pouvait d’ailleurs distinguer les traits fins d’Evy, habituellement dissimulée derrière les ombres de son capuchon. « Je n’en sais pas plus que toi. Je t’entends penser depuis que nous avons traversé le portail. Concentre-toi sur ce que dit la gardienne. »

Le nom de Phobos fit descendre un frisson de colère jusque dans ses orteils. Son peuple vivait reclus dans les sous-sols de Meridian à cause de la démence du Prince. Il mourrait de faim parce que l’envie de pouvoir de leur dirigeant était sans cesse plus grande. Alors qu’il s’apprêtait à compléter les paroles de la gardienne, un voile sombre troubla la vision du jeune homme.

Une douleur aigue écrasa sa poitrine tandis que ses doigts se crispaient autour de la dague en argent qu’il portait à la ceinture. Une lumière vive traversa ensuite son champ de vision. Elle dansa quelques secondes, puis forma un cercle électrique violacé aux reflets bleu nuit. Un portail. Le portail même qu’ils venaient de traverser s’était ouvert, plus grand, plus étincelant.

Tisai serra ses mâchoires pour contrer la souffrance qui traversait ses veines, le maintenant fermement au sol. Il ne pouvait pas distinguer le regard d’Haimeï étreindre son visage pour lui demander ce qu’il ressentait. Son champ de vision était tâché par la lumière saisissante du portail et la silhouette noire qui le franchissait.

« Reviens parmi nous. » La gardienne tentait de l’arracher à l’insupportable perception en le secouant comme elle le pouvait. « Tisai. » Un choc derrière la tête le ramena à la réalité : le coup de pied de la fée des illusions avait été le plus efficace. « Le portail… » murmura-t-il à la plus âgée de toutes celles qui le dévisageaient.

S’habituant de nouveau à la luminosité ambiance, bien que son champ de vision reste tâché de lumière, Tisai croisa le regard ténébreux de la gardienne. « Qu’as-tu vu, Sentinelle ? » Il entendit une des filles répéter le mot Sentinelle, surprise. « Quelque chose l'a traversé. » Articula-t-il en reprenant son souffle.

Comme pour appuyer ses paroles, un éclair zébra dans le ciel, faisant tomber un épais brouillard autour d’eux. Un second éclair suivit, plus rapide, mais d’une couleur qu’il n’avait jamais vue auparavant. Le cœur de Kandrakar s’agita dans les mains d’Haimeï, étonnamment calme par rapport aux autres personnes qui l’entouraient.

Au contact avec l’eau, l’éclair se remodela. Le point d’impact du tonnerre laissa bientôt place à la silhouette d’un reptile gigantesque. Sa tête laissait apparaitre une langue électrique, son corps se composait d’une vapeur sombre, parsemée d’éclairs formant d’étranges symboles. La base de sa queue, plus confuse, donnait l’impression que la créature volait. Pourtant, cela ne faisait aucun doute qu’elle glissait sur l’eau. L’élégance de ses gestes avait quelque chose d’irréel.

Tisai, tétanisé, croisa son regard globuleux de la tornade reptilienne. Il lui sembla, l’espace d’un instant, qu’elle venait de lui sourire. « Gardienne, faites appel à vos ressources les plus enfouies. » Dit Haimeï avec douceur, tranchant avec l’ambiance énergisante de l’atmosphère. Ouvrant grand la gueule, le serpent envoya une décharge vers le groupe.

Le rebelle roula sur le côté, dégainant sa dague pour… pour la brandir, impuissant face à la magie de la créature. Il n’avait aucune envie d’être au menu du jour.

Mad Max
Messages : 316
Date d'inscription : 06/05/2021
Région : Centre-Val de Loire
Crédits : Mad Max (signature : magma)

Univers fétiche : De tout
Préférence de jeu : Femme
patrick
Mad Max
Dim 19 Déc - 16:20
pagh.png
Lyuba Vasilev
J'ai 28 ans et je vis à Miami, Etats-Unis. Dans la vie, je suis femme de chambre dans un hôtel et je m'en sors moyennement bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et c'est bien plus simple ainsi.


If karma doesn’t hit you, I fucking will.


Un nouveau monde de lumière - Lyuba Mp7c

Terre à terre. Et réaliste. C’est ce que l’on note rapidement chez Lyuba. Loin de se bercer d’illusions ou de rêves impossibles, elle voit la vie comme elle est, sans maquillage pour l’embellir. Son père, Ivan,  est un homme avide de richesse. Bien qu’il soit davantage réputé pour dilapider son argent que pour la garder, il a toujours nourri l’espoir de faire fortune en pariant ou en jouant, croyant désespérément au destin ou...à la chance.

Quant à sa mère...oh, c’était une femme d’une beauté envoûtante, une petite vedette des magazines américains à l’avenir sans aucun doute prometteur. Mais la flamme de la passion s’est rapidement essoufflée. Leur idylle s’est terminée aussi rapidement qu’elle a vu le jour...et quelle ne fut pas la surprise d’Ivan, lorsque Shannon lui déposa dans les bras un nourrisson aux grands yeux innocents, le fruit d’un amour éteint. Lyuba grandit aux côtés de son géniteur...apprenant, à ses dépends, la dureté de la réalité. La plupart du temps absent, croulant sous les dettes, Ivan n’est pas le père de l’année. Mais il a élevé son enfant seul, acceptant ses responsabilités tandis que Shannon les a fuis.

Peut-être est-ce son éducation, qui l’a poussée à devenir un brin solitaire, mais terriblement accrochée au petite groupe d’amis qu’elle s’est trouvée au fil des années. Responsable. Réfléchi. Lyuba est pourtant de ceux qui aiment flirter avec le danger. Avec l’adrénaline...quitte à enfreindre la loi, de temps à autre. Sûrement un trait de caractère hérité de son géniteur. Sa méfiance dévoile une sincérité que Lyuba n’a jamais dissimulée, osant toujours déclarer la vérité, aussi blessante soit-elle à certains instants. Et malgré parfois la froideur dont elle fait preuve...Lyuba possède le sourire facile et ce n’est pas rare de voir son regard s’illuminer. Malgré les nombreuses galères qu’elle connaît depuis son enfance, elle s’est toujours évertuée à garder la tête hors de l’eau, refusant d’abandonner et de se laisser emporter par le poids de la vie. Mais depuis qu’elle possède ce...pouvoir, Lyuba se sent, pour la première fois, incertaine quant à ses nouvelles responsabilités.


Un nouveau monde de lumière - Lyuba Dj7h


Meet me on the battlefield
Even on the darkest night
I will be your sword & shield, your camouflage
And you will be mine.

L'échange se poursuivait. Les voix familières de ses amies résonnaient autour d’elle, l’enveloppant dans une bulle qui aurait pu être rassurante si le sujet de la conversation ne la terrifiait pas. Et le sable entre ses doigts continuait de filer. Il glissait, pour finalement se fondre dans le sol jaunâtre. Maintenant que Lyuba s’était coupée de la discussion, elle remarquait enfin le sentiment qui l’habitait et s’amplifiait à mesure qu’Haimeï leur expliquait le rôle pour lequel elles avaient été choisies. La peur. La peur fusait dans son sang. La peur bouillonnait dans ses veines et prenait d’assaut son être, engourdissant tous ses muscles. Elle était terrifiée par toutes ces découvertes, Lyuba, et le déni lui permettait de se protéger, de réprimer ces sueurs froides qui parcouraient son corps telle la pointe d’un couteau écorchant sa peau.

Sa panique se déploya jusqu’à son cœur lorsque la Russe nota l’absence de mouvement chez l’étranger. La paume refermée sur une dague, l’homme semblait fixer le néant, immobile, paralysé par quelque chose que lui seul pouvait discerner. Lyuba contempla la scène, interdite. Haimeï chercha à atteindre en vain le prénommé Tisai, mais rien, pas même l’autorité de son timbre ne parvenait à extirper la sentinelle des limbes de son esprit...jusqu’à ce que ses lèvres remuent de nouveau. La doyenne s’empressa de le questionner. Mais Lyuba n’eut pas le temps de se concentrer sur la réponse de l’étranger, à l’instant même où ce dernier reprit entièrement connaissance, un grondement sourd et puissant déchira le ciel. La gardienne tourna la tête en direction du bruit...et la vision de la créature lui provoqua une vague d’angoisse telle qu’elle n’en avait jamais connu. Une créature monstrueuse, tout droit sortie d’un cauchemar se dirigeait vers eux, ondulant gracieusement sur la surface de l’eau à une vitesse démesurée. L’océan lui-même semblait s’écraser, terrorisé par le reptile.

Son corps se figea. Lyuba n’entendait plus que le sifflement du vent, grinçant sinistrement dans ses oreilles. Et puis, par-dessus la peur, elle ressentit un étrange sentiment, un élan de puissance qui déferlait dans ses veines et picotait chaque parcelle de son être. La gardienne remua jusqu’à temps pour esquiver l’éclair lancé par la créature. “ Faites appel à vos ressources les plus enfouies.”répéta Haimeï, avec plus de fermeté. Le reptile gagnait du terrain. Il se rapprochait dangereusement de la côte, faisant ainsi presque trembler la terre. Son cœur pulsait dans sa poitrine. La terreur lui tordait les entrailles. Mais quelque chose de nouveau affluait en elle, une force inconnue qui la poussa à se redresser pour se camper aux côtés des autres gardiennes en dépit de son instinct d’humaine, qui l’incitait à fuir loin d’ici. Une force bien plus puissante que ses pressentiments.

La mer se mit alors à s’agiter furieusement, mue par une énergie surnaturelle catalysée par la main d’Irma, qui tendait sa paume en direction de l’eau pour la plier à sa volonté. Une gerbe de flammes percuta le reptile. Une rafale de vent ébouriffa brusquement la surface de l’océan avant d’atteindre la créature, laquelle émit un rugissement furieux en réponse. Faire appel à ses ressources les plus enfouies...Lyuba n’avait aucune idée de ce que cela signifiait. Toute sa vision du monde était fissurée. Complètement bousculée. Sa réalité s’était transformée et le déni ne la protégeant plus de la vérité, puiser en sa force intérieure était bien la dernière chose qu’elle souhaitait faire. Mais son corps vibrait pourtant d’une énergie nouvelle.

Le pouvoir éveillé par le cœur de Kandrakar brûlait à présent dans son sang, comme s’il avait toujours été une partie de son être, une flamme oubliée qui s’embrasait enfin. La peur céda sa place à la détermination…Lyuba s’abaissa au sol. Maintenant qu’elle se concentrait sur son environnement, la gardienne pouvait sentir la terre frémir sous sa paume… Une sensation incroyablement grisante. Le sable était devenu une extension de son être, un membre que la Russe pouvait manier et remanier à sa façon avec pour seules limites celles de son imagination. Oui, c’était incroyable. Et terrifiant. Lyuba posa sa main à plat sur les grains de sable…et s’autorisa à fermer les yeux un court instant pour rassembler ses forces. Ses doigts tremblaient tellement que l’équilibre lui manquait presque.

Autour d’elle, le combat avait éclaté. Ses amies s’efforçaient de s’accoutumer à cette nouvelle énergie qui les submergeait, guidées par les conseils de la doyenne. Les grondements de la créature lui parvenaient, lui rappelant avec horreur que son univers n’avait plus aucun sens et que pour l’heure, seule comptait leur survie. Lyuba jura à voix-basse. La colère se mélangea à la peur et la jeune femme se focalisa sur son pouvoir, qui, attisé par sa soudaine fureur, ne demandait qu’à s’échapper de ses mains pour affronter le reptile. Elle ouvrit les yeux. Son regard se posa aussitôt sur la créature…qui se trouvait à présent emprisonnée par des algues. Cette vision la déconcerta. Telles des tentacules, de gigantesques goémons s’enroulaient autour du corps du serpent tandis que ce dernier rugissait de haine, se débattant comme un diable. Ce n’était pas ce à quoi Lyuba s’attendait. Sa surprise la déstabilisa et, pendant de brèves secondes, la pression des algues diminua. La créature reptilienne en profita pour se défaire de son emprise et parvint à atteindre la côte malgré les assauts des flammes, du vent et de l’eau pour l’en empêcher.

Le monstre s’arrêta à leur niveau et se redressa de toute sa hauteur. Il braqua son regard malveillant sur le groupe et Lyuba remarqua, en frissonnant d’appréhension, l’éclat d’amusement qui dansait dans ses iris. À croire qu’il se délectait de la maladresse des nouvelles gardiennes, ses petits yeux vicieux semblaient les railler, les mépriser. Elles n’étaient pas encore de taille à affronter quiconque. Des effluves de peur se frottaient à ses narines ; il émanait de chacune d’entre elles une terreur enivrante, terriblement délicieuse, dont le serpent se repaissait allégrement.

“ Donnez-moi le cœur de Kandrakar, et je vous laisserai peut-être la vie sauve.”persifla-t-il, faisant claquer dans l’air sa langue acérée. “ Retourne d’où tu viens, serviteur. Dit à ton maître que jamais il ne mettra la main sur le cœur…et qu’à présent, il rencontrera sur son chemin les gardiennes de la muraille. ”La voix d’ordinaire si douce d’Haimeï, s’était dorénavant durcie. Son timbre vibrait d’une profonde détermination, une hardiesse qui résonnait dans les cœurs des gardiennes, leur insufflant ainsi une vague de courage.

“ Des gardiennes ? Je ne vois que des demoiselles effrayées…et un homme stupide. Vous sentez tous la peur à plein nez.”rétorqua le serpent, inclinant légèrement sa tête triangulaire sur le côté pour mieux étudier les bipèdes qui osaient se dresser entre lui et sa convoitise. Lyuba jeta un coup d'œil à la Sentinelle. L’éclat de ses dagues attira son regard un bref instant, avec que la gardienne ne fasse un pas discret vers lui. “ Il vient de votre monde. Est-ce que vous connaissez un moyen pour le détruire ?”l’interrogea-t-elle, tandis que les voix familières de ses amies et d’Haïmei continuaient de se mélanger aux sifflements caverneux du reptile. Lyuba fixait Tisai de ses yeux perçants. Rien ne transparaissait dans ses iris, mais la peur contractait tellement son estomac que sa peau était blafarde. “ Très bien, puisque vous refusez…je vais saccager cette misérable ville que vous aimez tant…jusqu’à ce que vous changiez d’avis…”Et sur ces mots, l’immense créature s’élança furieusement en direction des buildings.



j1uq.pnggtfb.png9m0b.png
But do you feel like a young God? You know the two of us are just young Gods and we'll be flying through the streets with the people underneath...And they're running, running, running.
Stormy Dream
Messages : 53
Date d'inscription : 28/08/2021
Région : Île de France
Crédits : Cosmic Kin

Univers fétiche : Fantastique, fantasy, historique (1900 et après), inspiration séries
Préférence de jeu : Les deux
Noob
Stormy Dream
Lun 10 Jan - 12:27
bc2f5d3c4967fa6b47adbc917a1ac1a2--hot-guys-sexy-guys.jpg
Tisai
J'ai 30 ans et je vis à Meridian. Dans la vie, je suis paysan, membre de la rébellion, mais aussi Sentinelle auprès des gardiennes de la muraille... t je m'en sors pas toujours bien, surtout quand j'ai décidé de n'en faire qu'à ma tête. Sinon, grâce à ma chance, je suis libre comme l'air et je le vis plutôt bien.

Meridian est bien différente depuis que le Prince Phobos a plongé son royaume dans une interminable pénombre, jouant sur les nerfs de la population abattue. Il n’en fallait pas plus pour qu’une rébellion se mette en place, portée par son meneur, le charismatique Dyxo, ancien bras droit de Phobos. Au château, tout le monde le pense mort.
Réfugiés dans les sous-sols de Meridian, les rebelles ont organisé un village souterrain, alimenté par l’énergie des plus anciennes plantes. La structure se met en place pour éliminer le Prince.
Depuis quelques temps, un jeune habitant de Meridian attire l’attention de Dyxo pour ses facultés à détecter le danger. Le royaume n’avait pas connu de Sentinelle depuis plusieures décennies, le dernier s’étant éteint lors de la destitution du Roi.
Tisai est meridianais ; il a grandi dans le village surplombé par le château. Paysan, comme son père, et son grand-père. Ses parents lui ont permis de grandir en bonne santé et heureux, bien que la vie n’ait pas été facile pour eux et leur unique enfant. De nature sociable et joyeuse, Tisai aime la bonne compagnie. Il se sent apaisé lorsqu’il est seul. Il n’hésite pas à se couper du monde pour laisser ses pensés divaguer.
Lorsque le royaume a perdu toutes ses couleurs, sa chaleur, Tisai n’a pas hésité une seule seconde à se ranger du côté des insurgés. Le jeune homme a la tête bien faite, aussi brave que fidèle à son peuple. N’ayant jamais autre chose que la pauvreté de sa famille, Tisai sait se sortir de toutes les situations. La vie au grand air lui a appris à se contenter de peu, et imaginer le pire.
Quel qu’en soit le prix, il cherche toujours un moyen de parvenir à ses fins. Il réfléchit peu, mais agit beaucoup. Tisai ne craint pas le danger : il l’attire à lui. XX s’est longtemps posé la question à son sujet, mais reste persuadé qu’une ancienne énergie sommeille en lui, une force qu’il croyait disparue.
L’enchaînement de ces dernières heures, et notamment sa rencontre avec la dernière gardienne encore en vie… tant de nouveaux rebondissements qui commencent à éclairer les questionnements du jeune rebelle. De nouvelles gardiennes sont sur le seraient-elles sur le point de se révéler ?
Tisai reprenait doucement ses esprits tandis que la force lui revenait dans tous ses membres. La nuit, il lui arrivait de rêver d’étranges créatures de Meridian… il ne les prenait que rarement au sérieux, inconscient de la puissante clairvoyance qui l’animait. Pourtant, depuis qu’Haïmei avait posé un mot sur cette énergie qui le secouait jusque dans ses entrailles, tout semblait avoir pris des proportions démesurées.

A commencer par l’apparition de ce monstre de plusieurs mètres de haut.

Les créatures de son monde, il ne les croisait que trop peu… Depuis sa naissance, Tisai vivait sous terre pour se protéger du Prince et ses troupes. Le tyran était à l’origine de la destruction de son monde, de l’obscurité permanente qui y régnait… Et accessoirement de la naissance des êtres de pénombre. Tisai les matérialisait dans son sommeil, certes... mais de là à dire qu’il saurait les détruire, c’était un bien grand mot. « Je n’ai pas de pouvoirs magiques… » Répondit-il avec une once d’amertume dans la voix, bien qu’elle ne soit dirigée que pour lui-même.

Les gardiennes avaient en leur possession des capacités hors du commun, et lui n’avait rien d’autre que des rêves éveillés pour les aider. Il se sentait démuni.

Piqué dans son orgueil par les sifflements du reptile électrique, le méridianais fronça les sourcils. « Je vais t’en donner des stupidités, espèce de vert de terre. » Les mots étaient sortis entre ses dents serrés, sa dague étroitement tenue dans sa large paume. Il ne lui en fallut pas plus pour se redresser. Ses muscles ne nourrissaient de l’adrénaline qui inondait son corps. Son cœur battait la chamade jusque dans ses tympans. « Viens donc, petite chose insignifiante… » Le provoqua le serpent qui se rapprochait toujours plus vite de l’étendue de la plage. D’eux.

La Sentinelle fit le vide dans son esprit, abandonna les craintes qui le secouait, puis plongea dans les violentes vagues provoquées par la gardienne de l’eau. Haimeï hurla aux gardiennes de garder le monstre dans l’eau, mais il ne put l’entendre. Il se débattait contre le courant, bien trop puissant pour lui, afin de se rapprocher de la base du corps du serpent. Il remonta à la surface pour reprendre son souffle, quand il remarqua que tout était devenu plat, et lisse.

Une couche de glace aussi épaisse que sa main avait recouvert la surface de l’eau. Il s’aida de ses bras pour s’y hisser précautionneusement. « Vas-y gamin ! » Lui cria Haïmei, probablement à l’origine de surface translucide sur laquelle il se tenait. « Gardiennes, continuez à unir vos forces, utilisez vos neurones ! » Tisai, lui, était au maximum de sa concentration pour ne pas tomber. Son avancée vers la créature lui semblait être ridiculement lente.

L’homme contracta l’ensemble de son corps pour agrandir sa foulée, focalisa son regard sur sa destination. Le serpent était occupé à éviter les salves de flammes, d’eau, et de vagues qui tentaient de le renverser. Pourtant, les éclairs sortant de la gueule de la créature lui étaient bien destinés. Il les évitait autant que possible, grimaçait lorsque le courant lui effleurait la peau. Il glissait encore trop.

Tandis que le reptile changeait sa cible sur les gardiennes qui tentaient de le garder à distance, le méridianais se déchaussa. Au contact de la glace, sa voûte plantaire s’agrippa avec plus de facilité. Peu lui importait la brûlure du froid contre sa peau, tant qu’il pouvait se tenir debout. Sa dague soigneusement maintenue contre sa paume lui paraissait presque chaude, à côté de l’épaisse couche de gel.

« Tu n’es qu’un petit humain sans défenses. » Ricana le serpent lorsqu’il croisa son regard. « Regarde-toi, incapable de rivaliser sans pouvoirs. » Il détourna le regard, réalisant qu’il était capable de lire ses émotions dans ses yeux. Il puise son énergie dans nos pensées.

« NE LE REGARDEZ PAS DANS LES YEUX. » Avertit la sentinelle, espérant que sa voix porte jusqu’aux gardiennes.

L’homme retrouva une pointe d’équilibre et d’aisance. Il reprit de la vitesse, s’élança vers la silhouette de la créature qui s’était mise à gesticuler avec violence pour se libérer de sa prison de glace. Il prit bien soin de rester dans un angle que ses yeux de reptile ne pourraient pas couvrir, même s’il perdait du temps.

Entre les éclairs, il prenait parfois une gerbe de flammes perdue, ou une bourrasque de vent. Aussitôt au sol, il se releva. La colère qui l’animait lui rendait la douleur supportable. Il patienta quelques instants, le temps de trouver le bon moment… Et il sauta sur la queue du serpent, s’agrippant avec la dague pour ne pas tomber. Le corps de la bête se recouvrit d’une pellicule électrique, secouant le corps du rebelle. Il tenait bon, serrant les dents, accrochant ses ongles dans la créature pour grimper encore.

« Continuez à le distraire ! » Criait Haïmei en formant une tornade autour de la tête du monstre. Tisai tremblait utilisant ses dernières forces mentales pour le maintenir là. « Prends ça, saleté de lézard sans pattes » Cria la gardienne du feu en lançant des flammes tout autour d’eux.

Lui continuait son ascension à la dague, comme il l’aurait fait dans de la roche, mais espérant lui faire mal. Chaque nouveau trou dans les écailles du reptile faisait échapper l’énergie électrique dont il était constitué. Peu lui importait, il pouvait encore tenir. Ses efforts ne seraient pas vains, surtout pas si proche du but.

Un regard vers le bas lui indiqua que les gardiennes s’étaient rapprochées à leur tour.

Bientôt à la base de la nuque de la créature, Tisai planta de nouveau sa dague. La décharge fut si violente qu’il perdit l’équilibre. Le bras tendu, son seul lien avec la créature restait le métal soigneusement accroché. Il ne pourrait pas rester là trop longtemps. Son corps tout entier se tendit pour essayer de rester en équilibre. Il lui fallait réfléchir, mais le serpent bougeait trop pour qu’il ne puisse se concentrer. Ses yeux se fermèrent, ses doigts commencèrent à faiblir.

« Je suis là Tisai. » La voix d’Evy murmura contre son oreille. Sa présence rassurante l’aida à resserrer sa prise. « Encore un dernier effort, tu peux le faire. » Autour de lui, elle resserra la bulle protectrice sombre qu’elle avait créée pour masquer la vision aux humains. La chaleur que son enveloppe lui apporta lui permit de rassembler ses dernières forces. Son esprit s’apaisa.

Tisai balança ses jambes, avec de plus en plus d’amplitude. Lorsqu’il fut prêt, il utilisa toute la force de ses pectoraux pour extraire la dague, puis utilisa le poids de son corps dans la chute pour se retourner contre la gueule de l’animal. « TISAI NON. » S’écria la doyenne, impuissante face à ce qu’il s’apprêtait à faire. Levant droit son bras, il planta le palais de l’énorme embrasure du reptile.

Oui, c’était stupide, mais il n’avait pas eu d’autre choix.

La créature s’écroula, l’entraînant dans sa chute avant de s’effondrer sur lui. La vertigineuse dégringolade… puis le choc contre une surface bien moins dure –de l’eau- et enfin, le néant.

Mad Max
Messages : 316
Date d'inscription : 06/05/2021
Région : Centre-Val de Loire
Crédits : Mad Max (signature : magma)

Univers fétiche : De tout
Préférence de jeu : Femme
patrick
Mad Max
Sam 22 Jan - 16:18
pagh.png
Lyuba Vasilev
J'ai 28 ans et je vis à Miami, Etats-Unis. Dans la vie, je suis femme de chambre dans un hôtel et je m'en sors moyennement bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et c'est bien plus simple ainsi.


If karma doesn’t hit you, I fucking will.


Un nouveau monde de lumière - Lyuba Mp7c

Terre à terre. Et réaliste. C’est ce que l’on note rapidement chez Lyuba. Loin de se bercer d’illusions ou de rêves impossibles, elle voit la vie comme elle est, sans maquillage pour l’embellir. Son père, Ivan,  est un homme avide de richesse. Bien qu’il soit davantage réputé pour dilapider son argent que pour la garder, il a toujours nourri l’espoir de faire fortune en pariant ou en jouant, croyant désespérément au destin ou...à la chance.

Quant à sa mère...oh, c’était une femme d’une beauté envoûtante, une petite vedette des magazines américains à l’avenir sans aucun doute prometteur. Mais la flamme de la passion s’est rapidement essoufflée. Leur idylle s’est terminée aussi rapidement qu’elle a vu le jour...et quelle ne fut pas la surprise d’Ivan, lorsque Shannon lui déposa dans les bras un nourrisson aux grands yeux innocents, le fruit d’un amour éteint. Lyuba grandit aux côtés de son géniteur...apprenant, à ses dépends, la dureté de la réalité. La plupart du temps absent, croulant sous les dettes, Ivan n’est pas le père de l’année. Mais il a élevé son enfant seul, acceptant ses responsabilités tandis que Shannon les a fuis.

Peut-être est-ce son éducation, qui l’a poussée à devenir un brin solitaire, mais terriblement accrochée au petite groupe d’amis qu’elle s’est trouvée au fil des années. Responsable. Réfléchi. Lyuba est pourtant de ceux qui aiment flirter avec le danger. Avec l’adrénaline...quitte à enfreindre la loi, de temps à autre. Sûrement un trait de caractère hérité de son géniteur. Sa méfiance dévoile une sincérité que Lyuba n’a jamais dissimulée, osant toujours déclarer la vérité, aussi blessante soit-elle à certains instants. Et malgré parfois la froideur dont elle fait preuve...Lyuba possède le sourire facile et ce n’est pas rare de voir son regard s’illuminer. Malgré les nombreuses galères qu’elle connaît depuis son enfance, elle s’est toujours évertuée à garder la tête hors de l’eau, refusant d’abandonner et de se laisser emporter par le poids de la vie. Mais depuis qu’elle possède ce...pouvoir, Lyuba se sent, pour la première fois, incertaine quant à ses nouvelles responsabilités.


Un nouveau monde de lumière - Lyuba Dj7h


Meet me on the battlefield
Even on the darkest night
I will be your sword & shield, your camouflage
And you will be mine.


Le tumulte du combat l’emportait. L’acuité de ses sens décuplés, Lyuba s’étonnait de son propre instinct ; il la poussait à réagir, à se défendre, à riposter bien qu’elle n’avait aucune idée de ce qu’il se passait.

Entre ses paumes, le pouvoir de la terre vibrait. Les cellules de son corps tremblaient sous l’effort que lui demandait la moindre de ses attaques. Mais elle persévérait. À l’instar de ses amies. Elles semblaient être toutes liées par un lien étrange, puissant, surnaturel, qui lui donnait l’impression qu’elles formaient un seul et même organisme avec un seul objectif : détruire la menace. Quand bien même aucune d’entre elles ne savaient vraiment l’étendue de leur puissance. Le vent lui apportait les encouragements d’Haïmei mais l’esprit de la Russe était bien trop concentré sur le serpent pour qu’elle assimile clairement le sens de ses paroles. Le reptile se contorsionnait avec une souplesse terrifiante pour échapper aux attaques des gardiennes. Il paraissait être intouchable tant il se déplaçait à une vitesse ahurissante et face à leurs pouvoirs naissants, la bête était clairement en position de force.

Lyuba perçut alors un point sombre, accroché au flanc de la créature. L’étranger. Bon sang, mais qu’est ce qu’il fabriquait ? La gardienne n’eut pas le temps de chercher la réponse à sa question. La férocité de la créature s’intensifiait et ses mouvements devenaient de plus en plus brutaux et violents, obligeant les gardiennes à puiser dans une énergie qu’elle ne maîtrisait pas encore pour affaiblir le serpent. Lyuba sentait ses propres forces l'abandonner peu à peu. Son corps semblait se vidait progressivement de sa force, comme s’il arrivait à bout de ses capacités.

Ce constat renforça sa volonté de vaincre. Il fallait en finir, et vite. Galvanisée par cette pensée, une myriade de lianes vinrent s’enrouler autour du buste du serpent, serrant son corps jusqu’à le priver d’oxygène. La surface de l’eau autour de lui se cristallisa, glacée. Le cri d’Haïmei alarma brusquement Lyuba. Le choc déforma son expression tandis que sous ses yeux, le serpent basculait dans l’océan, entraînant avec lui l’étranger, dont l’audace -ou la stupidité- avait fini par leur offrir la victoire.

La Russe se concentra. Tout en visualisant l’endroit où devait sombrer Tisai, elle fit apparaître des algues sous l’eau. Ces dernières vinrent s’enrouler autour de son corps pour le remonter à la surface et une plaque de glace se matérialisa aussitôt sous la silhouette de l’inconnu lorsqu’il émergea des flots. Une brise légère le ramena jusqu’à la rive. Un long silence retomba sur la plage, à croire que le combat n’avait jamais eu lieu, à croire que le serpent n’avait jamais existé. Le soulagement déferla dans ses veines. Lyuba était épuisée et profondément choquée par ce qu’il venait de se passer ; son esprit éreinté parvenait difficilement à encaisser les événements. La doyenne s’avança vers Tisai et l’allongea sur le sable chaud. La gardienne de la terre s’approcha à son tour, le souffle court, le regard voilé par la fatigue et la terreur qu’elle avait ressenti durant l’affrontement. “ Il…respire encore ?”osa-t-elle demander, bien consciente que leur réussite découlait des actes altruistes de l’homme, sans qui elles seraient encore en train de batailler avec le titanesque lézard.

“ Oui, il est seulement inconscient. Ramenons-le à la maison, il reprendra sans aucun doute connaissance dans la journée. Nous avons tous besoin d’un peu de repos, de toute façon.”L’ancienne gardienne se tourna vers les jeunes femmes, les étudiant longuement l’une après l’autre, une lueur de fierté ondoyant dans ses yeux. Lyuba détourna le regard pour contempler une dernière fois l’océan, arrêtant ses iris où se trouvait quelques minutes plus tôt le reptile, avant de tourner le dos à la mer.

L’incompréhension, mêlée à la fatigue et au tumulte de ses émotions, poussa la gardienne à demeurer silencieuse durant tout le trajet. Aidé par les autres gardiennes, elle installa la sentinelle dans la chambre d’ami de la famille des Lin et, chacune leur tour, veillèrent sur l’homme encore inconscient toute l’après-midi. Le ciel commençait à se teinter de nuances orangées lorsque Lyuba se laissa retomber sur le fauteuil. Le regard rivé vers un Tisai encore somnolant, une tasse de café fumante entre les mains, la Russe était enfin parvenue à mettre son esprit en pause. Et comme c’était agréable, de s’abandonner à la fatigue. Même si le sommeil refusait de l’emporter, elle pouvait savourer pleinement le silence et la quiétude de la pièce, dont l’atmosphère lui faisait presque oublier l’effroyable menace qu’elles avaient affronté ce matin même.



j1uq.pnggtfb.png9m0b.png
But do you feel like a young God? You know the two of us are just young Gods and we'll be flying through the streets with the people underneath...And they're running, running, running.
Stormy Dream
Messages : 53
Date d'inscription : 28/08/2021
Région : Île de France
Crédits : Cosmic Kin

Univers fétiche : Fantastique, fantasy, historique (1900 et après), inspiration séries
Préférence de jeu : Les deux
Noob
Stormy Dream
Lun 24 Jan - 15:32
bc2f5d3c4967fa6b47adbc917a1ac1a2--hot-guys-sexy-guys.jpg
Tisai
J'ai 30 ans et je vis à Meridian. Dans la vie, je suis paysan, membre de la rébellion, mais aussi Sentinelle auprès des gardiennes de la muraille... t je m'en sors pas toujours bien, surtout quand j'ai décidé de n'en faire qu'à ma tête. Sinon, grâce à ma chance, je suis libre comme l'air et je le vis plutôt bien.

Meridian est bien différente depuis que le Prince Phobos a plongé son royaume dans une interminable pénombre, jouant sur les nerfs de la population abattue. Il n’en fallait pas plus pour qu’une rébellion se mette en place, portée par son meneur, le charismatique Dyxo, ancien bras droit de Phobos. Au château, tout le monde le pense mort.
Réfugiés dans les sous-sols de Meridian, les rebelles ont organisé un village souterrain, alimenté par l’énergie des plus anciennes plantes. La structure se met en place pour éliminer le Prince.
Depuis quelques temps, un jeune habitant de Meridian attire l’attention de Dyxo pour ses facultés à détecter le danger. Le royaume n’avait pas connu de Sentinelle depuis plusieures décennies, le dernier s’étant éteint lors de la destitution du Roi.
Tisai est meridianais ; il a grandi dans le village surplombé par le château. Paysan, comme son père, et son grand-père. Ses parents lui ont permis de grandir en bonne santé et heureux, bien que la vie n’ait pas été facile pour eux et leur unique enfant. De nature sociable et joyeuse, Tisai aime la bonne compagnie. Il se sent apaisé lorsqu’il est seul. Il n’hésite pas à se couper du monde pour laisser ses pensés divaguer.
Lorsque le royaume a perdu toutes ses couleurs, sa chaleur, Tisai n’a pas hésité une seule seconde à se ranger du côté des insurgés. Le jeune homme a la tête bien faite, aussi brave que fidèle à son peuple. N’ayant jamais autre chose que la pauvreté de sa famille, Tisai sait se sortir de toutes les situations. La vie au grand air lui a appris à se contenter de peu, et imaginer le pire.
Quel qu’en soit le prix, il cherche toujours un moyen de parvenir à ses fins. Il réfléchit peu, mais agit beaucoup. Tisai ne craint pas le danger : il l’attire à lui. XX s’est longtemps posé la question à son sujet, mais reste persuadé qu’une ancienne énergie sommeille en lui, une force qu’il croyait disparue.
L’enchaînement de ces dernières heures, et notamment sa rencontre avec la dernière gardienne encore en vie… tant de nouveaux rebondissements qui commencent à éclairer les questionnements du jeune rebelle. De nouvelles gardiennes sont sur le seraient-elles sur le point de se révéler ?
Les gardiennes, choquée par les évènements surnaturels qui se déroulaient sous leurs yeux -et auxquelles elles prenaient part malgré elles-, prirent une respiration à l’unisson lorsque le corps du rebelle heurta la surface de l’eau.

Le claquement de la peau contre l’écume raisonna dans la tête d’Haïmei, écarquilla les yeux des jeunes femmes qui avaient pris part au combat.

La suite, Tisai ne la réalisa pas. Sombrant dans les flots, ses membres s’étaient relâchés comme si ses dernières forces l’avaient quitté. Il ne sentit pas le contact visqueux des lianes s’enrouler autour de lui, ni la pression de l’eau contre sa peau lorsqu’il fut arraché des vagues par la gardienne de la terre. Déposé délicatement sur une plaque de glace qu’Hay-Lin venait de matérialiser –bien que totalement dépassée par les évènements. Le corps du méridianais regagna la plage.

La profonde torpeur dans lequel Tisai était tapi ne laissait aucune possibilité à une tierce personne d’intervenir. Evy avait utilisé ses illusions pour permettre aux gardiennes affaiblies de transporter le corps inanimé du rebelle jusque dans un lit. Les inquiétudes des jeunes femmes avaient rapidement été écartées par la doyenne : le rebelle irait bien, et les humains n’auraient rien remarqué d’autres que les nuages noirs d’un orage estival.

Le relai incessant des gardiennes au chevet de Tisai ne lui fit pas ouvrir l’œil malgré tout. Il s’agitait, fiévreux, tandis que les récents évènements se mélangeaient dans son esprit épuisé. L’heure tournait, mais il avait besoin de retrouver un peu d’énergie. Haïmei revenait parfois avec un linge tiède arrosé d’huiles odorantes qu’elle passait sur le visage tendu de l’homme.

La dernière fois que l’ancienne gardienne quitta la pièce, elle adressa un clin d’œil discret à la jeune femme à la longue chevelure blonde qui veillait sur le Sentinelle. Pendant ce temps, les rêves de Tisai devenaient de plus en plus réels. Il croisa le regard du serpent et ressentit la décharge électrique jusque dans ses doigts. Ne le regarde pas, criait son esprit, ne le regarde pas dans les yeux.

Les prunelles sombres de l’homme s’ouvrirent. Le souffle haletant, Tisai appuya ses doigts sur le matelas moelleux pour se redresser. Il se souvenait du serpent, de la chute. Il se souvenait des cris des gardiennes, des éclairs de magie partout autour de lui… Mais la suite ? Forçant sur ses bras, le rebelle tenta de se relever. En vain.

Une douleur aigue sur le côté droit de son corps –probablement des côtes cassées- lui remit les idées au clair. Quel idiot il avait été, de se lancer corps et âme dans un combat contre un adversaire dont il ignorait tout. Je ne te le fais pas dire Souffla la voix d’Evy, bien que lointaine.

Comment était-il arrivé dans un lit ? Il tourna difficilement la tête pendant que ses yeux s’habituaient à la luminosité de la pièce. Quelques rayons orangers caressaient la peau de son bras gauche. Il agita les doigts puis les orteils : il semblait encore entier malgré tout. « Evy, où es-tu ? » marmonna-t-il, la gorge très sèche. Je suis avec les autres gardiennes. Donc il avait bien commencé à voix haute une discussion alors qu'elle n'était pas là... de quoi passer pour un fou -encore plus, disons.

Sa main tapota la surface du lit sur lequel il reposait, à la recherche de la dague qui ne le quittait jamais. Rien. Un moment de panique, et il essaya de se relever une nouvelle fois avant qu’une main n’appuie délicatement contre ses clavicules pour le maintenir allongé. Il fallait qu’il la retrouve : la lame faisait partie de lui. Le regard du rebelle se posa dans celui, bien plus clair, de la personne qui le contenait dans l’amas de coussins. Encadré par une longue chevelure dorée, son visage aux traits fins abordait un air autoritaire.

Tisai se souvint du mur de sable, des algues et des lianes… et décida de ne pas trop protester. Même la plus débutante des gardiennes restait une menace face à lui. « La dague… » Articula l’homme, crispé mais de nouveau étendu sur le lit. La douleur de sa cage thoracique lui coupait la respiration. Rapidement, la gardienne la lui présenta. Elle était bien là, il n’avait rien à craindre. Il soupira, grimaçant de nouveau suite à la douleur.

Ses prunelles observèrent par ce qui ressemblait à une fenêtre… mais couverte par un épais vitrail transparent. « Où suis-je ? Loin de chez moi, c’est certain… » Osa-t-il finalement demander au cerbère du lit qui le maintenait en place. La lumière ambiante ne pouvait le tromper, à Meridian il faisait toujours nuit.

C’est un joli cerbère tout de même, pensa-t-il. Son visage se détendit légèrement lorsque la doyenne ouvrit la porte. « Evy m’a prévenue ! Bon sang, mais ton rôle c’est d’être Sentinelle, pas de bondir comme un idiot sur le premier monstre venu ! » Elle parlait si vite qu’il se demandait comment son corps parvenait à suivre un cerveau aussi rapide. « Laisse-le respirer Grand-mère, c’est comme s’il était passé sous un train ! » Toutes les voix des gardiennes se mélangeaient, Tisai sentait un énorme poids sur son front. Un train ? Tu sais ce que c’est ? Pensa le rebelle à l’attention de son amie aux ailes sombres. Je ne comprends pas la moitié de ce qu’elles disent… Déplora-t-elle.

Le silence retomba de nouveau. « Pourquoi ce gros vert de terre en avait après vous ? » Questionna le rebelle en cherchant le regard de la gardienne qui soulevait des lianes de nulle part. « Par les Anciennes Lumières, on dirait que le convoi du Prince m’a écrabouillé la cervelle. » Le convoi royal, ou les centaines de chevaux de la garde rapprochée de Phobos.
 

Mad Max
Messages : 316
Date d'inscription : 06/05/2021
Région : Centre-Val de Loire
Crédits : Mad Max (signature : magma)

Univers fétiche : De tout
Préférence de jeu : Femme
patrick
Mad Max
Mar 1 Fév - 15:38
pagh.png
Lyuba Vasilev
J'ai 28 ans et je vis à Miami, Etats-Unis. Dans la vie, je suis femme de chambre dans un hôtel et je m'en sors moyennement bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et c'est bien plus simple ainsi.


If karma doesn’t hit you, I fucking will.


Un nouveau monde de lumière - Lyuba Mp7c

Terre à terre. Et réaliste. C’est ce que l’on note rapidement chez Lyuba. Loin de se bercer d’illusions ou de rêves impossibles, elle voit la vie comme elle est, sans maquillage pour l’embellir. Son père, Ivan,  est un homme avide de richesse. Bien qu’il soit davantage réputé pour dilapider son argent que pour la garder, il a toujours nourri l’espoir de faire fortune en pariant ou en jouant, croyant désespérément au destin ou...à la chance.

Quant à sa mère...oh, c’était une femme d’une beauté envoûtante, une petite vedette des magazines américains à l’avenir sans aucun doute prometteur. Mais la flamme de la passion s’est rapidement essoufflée. Leur idylle s’est terminée aussi rapidement qu’elle a vu le jour...et quelle ne fut pas la surprise d’Ivan, lorsque Shannon lui déposa dans les bras un nourrisson aux grands yeux innocents, le fruit d’un amour éteint. Lyuba grandit aux côtés de son géniteur...apprenant, à ses dépends, la dureté de la réalité. La plupart du temps absent, croulant sous les dettes, Ivan n’est pas le père de l’année. Mais il a élevé son enfant seul, acceptant ses responsabilités tandis que Shannon les a fuis.

Peut-être est-ce son éducation, qui l’a poussée à devenir un brin solitaire, mais terriblement accrochée au petite groupe d’amis qu’elle s’est trouvée au fil des années. Responsable. Réfléchi. Lyuba est pourtant de ceux qui aiment flirter avec le danger. Avec l’adrénaline...quitte à enfreindre la loi, de temps à autre. Sûrement un trait de caractère hérité de son géniteur. Sa méfiance dévoile une sincérité que Lyuba n’a jamais dissimulée, osant toujours déclarer la vérité, aussi blessante soit-elle à certains instants. Et malgré parfois la froideur dont elle fait preuve...Lyuba possède le sourire facile et ce n’est pas rare de voir son regard s’illuminer. Malgré les nombreuses galères qu’elle connaît depuis son enfance, elle s’est toujours évertuée à garder la tête hors de l’eau, refusant d’abandonner et de se laisser emporter par le poids de la vie. Mais depuis qu’elle possède ce...pouvoir, Lyuba se sent, pour la première fois, incertaine quant à ses nouvelles responsabilités.


Un nouveau monde de lumière - Lyuba Dj7h


Meet me on the battlefield
Even on the darkest night
I will be your sword & shield, your camouflage
And you will be mine.


Ses paupières étaient lourdes. Ses muscles, usés et épuisés. Tout son corps réclamait un repos que l’esprit de Lyuba était incapable de fournir tant il était encombré, rejouant le combat avec désormais une certaine lassitude. En dépit du nombre de répétitions…elle était toujours incapable de trouver un sens à ce qu’il venait de se passer. Gardienne de la muraille.

Un morceau de son cœur s’emplissait de fierté en repensant à ce titre dont découlait une profonde responsabilité…alors que l’autre fragment était rempli de doutes, d’incertitudes, et de peur. Cette désagréable dissension l’empêchait de trouver le sommeil. Pourtant, un long silence enveloppait la pièce et Lyuba sentait la sérénité l’étreindre à la manière d’une douce et délicate couverture…mais le froissement des draps vint effleurer la quiétude ambiante. La gardienne tourna la tête en direction du blessé au moment où ce dernier prononça quelques mots à peine audibles, mais qui attirèrent son attention. Lorsqu’il chercha à se redresser, la Russe le repoussa doucement, réprimant alors l’insulte amicale qui avait survenu à la frontière de ses lèvres. Idiotsongea-t-elle à la place.

“ Vous devriez rester allongé pour le moment.”L’impact de sa chute avait été assez violent pour le plonger dans l’inconscience toute une après-midi…ça ne faisait aucun doute qu’il avait lui aussi besoin de relâcher un peu la pression. Pourtant, l’étranger ne semblait pas de cet avis.

S’il resta immobile sur le matelas, sa demande la laissa un brin incrédule avant que Lyuba ne comprenne de quoi il s’agissait. Elle déposa la dague à ses côtés, non sans la contempler brièvement quelques instants, par simple curiosité, pour finalement reporter son regard sur Tisai. La souffrance se lisait sur son visage. Détail qui la poussa à s’interroger sur la santé mentale de la Sentinelle, qui avait consciemment affronté le danger sans vraisemblablement réfléchir aux conséquences. “ Plus largement, on est toujours à Miami. Plus précisément, on est dans l’appartement des Lin.”lui apprit-elle, portant à ses lèvres sa grande tasse de café d’un noir mat, avant que la porte de la chambre ne s’ouvre pour révéler les autres gardiennes et la doyenne.


Un sourire sarcastique apparut aussitôt sur son visage. La question du rebelle faisait écho à celle qui résonnait dans son esprit depuis que le titanesque serpent avait lancé sa première offensive. “ La question à mille dollars…Je ne suis pas plus avancée que vous.”Lyuba haussa les épaules. Elle aurait troqué sa place de gardienne contre n’importe qui pour ne plus avoir à subir toute cette confusion. Elle leva les yeux vers la grand-mère d’Hay-Lin. Si quelqu’un pouvait les éclairer, c’était bien cette dernière. “ Nous parlerons demain de tout ça, ça peut attendre.”déclara celle-ci avant de fendre le petit groupe des gardiennes pour disparaître dans le couloir. La russe tourna son visage en direction de Tisai, interloquée par les termes qu’il employait avec un sérieux manifeste. “ Pas étonnant, vu la chute que vous avez prise…”Elle replia ses genoux et s’installa plus confortablement dans le fauteuil.

“ Bon…on va aller chercher des pizzas ! Je suis affamé ! Qui veut quoi ? ”Les lèvres de Lyuba s’étirèrent en réponse à la proposition d’Hay-Lin. Elle était peut-être épuisée mais son estomac commençait à se manifester…et une pizza ne se refusait pas. “ Une mexicaine pour moi s’il te plaît, ou quelque chose dans ce genre, avec des merguez ou un truc qui pique.”Irma sortit son cellulaire pour noter les différentes demandes puis jeta un coup d'œil au blessé.

“ Et vous, qu’est-ce que vous voulez ?”lui demanda la gardienne de l’eau. “ Heu je ne suis pas sûre qu’il y ai des pizzas à Meridian…si ?”Irma leva les yeux vers le plafond suite à l’intervention d’Hay-Lin, se rappelant alors que l’étranger venait d’un monde qui leur était inconnu. Et dont elles ignoraient l’existence avant ce matin. “ On peut vous prendre une quatre fromages. Vous aimez le fromage ?”

Lyuba se leva pour déposer sa tasse sur un guéridon et en profita pour regarder son téléphone. Deux appels manqués de sa collègue. Un appel manqué de son supérieur. Son sourire s’envola La russe passa une main sur son visage, se retenant de lâcher un juron, avant de retourner s'asseoir. Avec ce qu’il s’était passé ce matin…elle avait oublié son travail. Comment allait-elle pouvoir expliquer une absence qu’elle ne comprenait pas elle-même ? Lorsque les gardiennes refermèrent la porte pour se rendre à la pizzeria, Lyuba n’avait pas encore trouvé la réponse à sa question. “ Quel merdier…”marmonna-t-elle pour elle-même en contemplant l’écran. Elle décida finalement de l’éteindre et de le ranger dans sa poche. Ça pouvait aussi attendre demain. La gardienne reporta son attention sur la Sentinelle et s’attarda longuement sur son accoutrement ainsi que ses traits, lesquels lui évoquaient vaguement ceux d’un personnage fictif. “ J’imagine que votre monde doit être bien différent du nôtre.”lui fit-elle remarquer, comblant ainsi le silence qui était retombé dans la pièce. Ses expressions, les vêtements qu’il portait…tout portait à croire qu’il venait d’une autre époque, d’un passé lointain et révolu.



j1uq.pnggtfb.png9m0b.png
But do you feel like a young God? You know the two of us are just young Gods and we'll be flying through the streets with the people underneath...And they're running, running, running.
Contenu sponsorisé
Un nouveau monde de lumière - Lyuba
Page 1 sur 2
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» New York où le nouveau monde des créatures magiques
» (m/f) Aventure romaine / ottomane / Nouveau Monde ou autre
» Nouveau staff, nouveau départ!
» J'ai vu de la lumière
» J ai vu de la lumière...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers fantasy :: Surnaturel-
Sauter vers: