Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues qui tu veux, quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
-50%
Le deal à ne pas rater :
-50% Baskets Nike Air Huarache
64.99 € 129.99 €
Voir le deal

LE TEMPS D'UN RP

La liberté aux creux des vagues [PV Paddy]

FoxDream
Messages : 223
Date d'inscription : 14/05/2022
Crédits : Unknow

Univers fétiche : Fantasy
Préférence de jeu : Les deux
Sabrina
FoxDream
Sam 23 Sep - 19:45
Le contexte du RP
Mise en situation

La situation
Dans ce monde où l'Océan est maitre, où la magie existe, bien des gens rêves de fortune et de gloire. Qui ne rêverait pas que son nom soit inscrit dans les légendes ? Les pirates tentent par tous les moyens de vivre leur rêve de fortune et de gloire, mais surtout de liberté. Ils cherchent ce qu'ils ne peuvent avoir, ce qu'ils ne connaissent pas. Mais si la magie existe, ceux qui la maitrisent sont rejetés et méprisés, de craintes de les voir sombrer dans la folie de la magie noire.
Dans ce monde, un pirate et une voleuse, à la recherche d'un même objectif doivent collaborer dans ce même objectif, mais pour les mêmes raisons ? Entre confrontation, méfiance, fuite et liberté, qui sait quelles épreuves devront-ils affronter.
Contexte provenant de notre tête
FoxDream
Messages : 223
Date d'inscription : 14/05/2022
Crédits : Unknow

Univers fétiche : Fantasy
Préférence de jeu : Les deux
Sabrina
FoxDream
Sam 23 Sep - 19:53

Eleanore Draegan
J'ai 34 ans et je vis l^où mes vols me conduisent. Dans la vie, je suis voleuse et je m'en sors plus ou moins. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je n’ai pas le temps pour ça. Je suis une sorcière, rejeté par bon nombre, fuyant mon passé, fuyant l’ombre qui pèse toujours sur moi.

La liberté aux creux des vagues [PV Paddy] 8856f6d304bca223655501737285cceb
Dissimulée dans l’ombre, mes doigts jouant avec le pendentif que je portais au cou, mes yeux fixés sur le port, et surtout sur le bateau de pirates qui m’intéressait. Cela faisait quelques jours qu’ils étaient à quai, profitant des joyeusetés de la ville : principalement l’alcool et les femmes. Je me demandais combien de temps ces types pouvaient encaisser des gueules de bois aussi intenses, tout en se remettant à travailler plus tard. Je laissais cette question de côté. Ce n’était pas vraiment le moment de laisser s’exprimer ma curiosité naturelle. Je devais me concentrer sur mon objectif et me servir de leur état, tout comme la dernière fois où, dans ce bar, certains avaient laissé fuiter des informations. Le premier soir, ce n’était que des rumeurs et je ne m’en étais pas mêlée, mais poussée par la curiosité et par mon objectif, j’avais été plus attentive par la suite. Si ces pirates avaient réellement mis la main dessus… Alors j’avais fait en sorte d’en savoir plus. C’était incroyable le pouvoir qu’avait l’alcool et un décolleté pour délier les langues. Vu la quantité ingéré – et la poudre que je lui avais lancée pour l’assommer – le type ne devait même pas se souvenir de mon visage ou de ce qu’il m’avait dit. Des informations suffisamment intrigantes pour me pousser à prendre ce risque.

Alors j’étais là, dans cette ruelle, la cape sur mes épaules dissimulant mes sacoches et mes armes, ma capuche dissimulant mon visage, mes yeux dardés sur l’équipage qui descendait du navire, prêt pour une nouvelle nuit de beuverie. Je savais qu’il en resterait au moins un sur le bateau. L’habitude de tout marin : laisser un matelot pour surveiller, plus encore lorsque la cargaison s’avérait précieuse. Mais cet unique gardien ne m’impressionnait pas. J’étais prête à tout pour obtenir ce que je voulais. Et ces stupides pirates seraient incapables de s’en servir de toute manière, autant qu’il aille à quelqu’un qui saurait s’en servir correctement.

J’attendis encore, pour être certaine que personne ne rebrousserait chemin et pour laisser le temps à celui rester sur le navire de baisser sa garde. Je sortis alors de l’ombre, me glissant vers une autre, encore et encore, jusqu’à atteindre le pont d’amarrage. La planche pour monter sur le navire était toujours en place. Je me dépêchais de l’emprunter, la vigie observant un autre endroit, et sautai silencieusement sur le pont. Vive, je m’approchai de l’homme, prenant une pincée de poudre du sommeil. J’attirai son attention et là lui soufflai au visage. L’effet fut rapide, plus que d’habitude, mais vu l’odeur d’alcool, cela ne me surprenait pas. Sans un regard pour lui, je me dirigeai vers ce qui devait être la cabine du capitaine, prenant garde à rester aussi silencieuse que possible, de craintes qu’un autre soit rester sur le navire.

Je dus ouvrir quelques pièces, avant de tomber sur ce que je cherchais. L’objet devait être ici. Je saisis une bougie, que j’allumai avec un mot ancien, puis je m’activai. Je devais faire vite et m’enfuir avant que quiconque ne se décide à revenir et me surprendre. Ce serait mon arrêt de mort et je m’étais trop battue pour finir tuer par des fichus pirates.
Paddy
Messages : 196
Date d'inscription : 14/06/2023
Région : Jura | France
Crédits : (c)Perséphone

Univers fétiche : Harry Potter | Mythologie | Conte & Disney | Réel & Rantasy
Préférence de jeu : Homme
Tournesol
https://www.letempsdunrp.com/t5712-i-will-live-a-thousand-million-lives https://www.letempsdunrp.com/t5875-je-suis-prete-pour-l-aventure#118919 https://www.letempsdunrp.com/t5886-joyeux-bordel-organise https://www.letempsdunrp.com/t5710-let-the-forest-hear-our-sound
Paddy
Mar 10 Oct - 22:44

Cliff 'Smoky' Morren
J'ai 42 ans et je vis sur les mers et les océans, à bord de mon navire. Dans la vie, je suis un pirate et je m'en sors très bien tant que mes cales regorgent d'or. Sinon, à cause de ma condition de pirate, je suis aussi libre que le veut cette vie et je le vis plutôt bien.

La liberté aux creux des vagues [PV Paddy] 0edd04035fce7e0da27641389ae7b9a08a6974f1

Il est le capitaine d'un navire pirate qui se nomme le "Black Raven" • Son port d'attache se trouve à Tregaron, une île se trouvant dans les mers chaudes, repère de beaucoup de forbans comme moi. • Il est l'un des instigateurs de la Rebellion contre l'Alliance qui tient la délégation, refusant de se plier à leurs Dieux et leurs lois, qui sont la plupart stupides, notamment celles condamnant la magie et leurs utilisateurs, ainsi que sur les taxes qui assaillent un peu plus les populations • Une guerre sur les mers à éclaté suite à la haute croissance des attaques des navires marchands sur les océans • la Rebellion à trouvé refuge sur Tregaron qui possède une baie quasiement imprenable et très bien défendue.

«J'écouterai sous la pluie la symphonie des éclairs»



Cela faisait quelques jours maintenant qu'on s'était amarré dans une ville. On avait l'habitude de porter le pavillon de la délégation pour être le plus tranquille possible mais on savait par connaissance et expérience que ce port acceptait les navires pirates. Alors se fut sans pavillon qu'on était entré dans le port.

Cela faisait quelques jours maintenant que je cherchais à comprendre ce morceau d'objet, un engrenage à l'arrière, semblant s'emboiter sur une autre pièce, comme le morceau d'un puzzle, trouvé dans un vieux coffre sur une île perdue, au bras d'un cadavre. Plus cliché on pouvait pas faire mieux. Mais ce n'était pas la seule chose qu'on avait trouvé là bas. En plus de cet objet, un livre, un journal de bord. L'avantage d'être capitaine, l'avantage d'avoir eu une bonne éducation se fut la lecture. Peu savait lire et pourtant, c'était une mine d'informations importantes. Ce journal m'appris que cet objet, au main de ce cadavre depuis des décennies fut trouvé avec un papier contenant un symbole vieux comme le monde. Mais un symbole si connu de tous que rien que de le voir tracé à l'encre tremblante sur le papier du livre me fis frissonner.

Cela faisait quelques jours maintenant que j'étudiais ce journal, comprenant qu'il s'agissait d'un indice permettant de trouver l'emplacement du trident de Poséidon. Une légende raconte que celui qui posséderait ce trident pouvait contrôler la magie noire, et ce, sans devenir fou. Une rumeur qui est devenu légende au fil des années. Tout le monde a cherché, en vain des indices, et voilà que je me retrouvais face à l'un de ces indices.

L'objet semblait fait d'un métal que je ne connaissais pas. On dirait de plomb mais aussi léger que du verre, une pierre précieuse en son centre, un trou pour un engrenage à l'arrière et un cercle de symbole inconnu tout autour. Le cercle bougeait pour s'aligner à un autre anneau de symbole mais impossible de le déchiffrer. J'ignorais même en quoi cela consistait. En tout cas, le propriétaire du journal l'ignorait aussi. Frustré, je me laissais tomber sur ma chaise, dans ma cabine, observant le journal, l'objet, les notes dans son ensemble, tout en me frottant la barbe. La nuit tombait rapidement aussi, je préférais ne pas y penser ce soir.

Je pris le journal que je glissais sous le matelas de plume de ma cabine et l'objet trouva un autre emplacement, dans le socle d'une maquette d'un navire qui se trouvait sur une commode, formidable cachette évidemment. Personne ne penserait à vérifier à deux endroits à la fois. La prudence est mère de sureté. Satisfait, les notes rangées dans le tiroir du bureau, j'attrapais mon pistolet et mon sabre et sortis de la cabine. Un tricorne à plume sur la tête, posé sur un bandana d'un vert foncé, mon long manteau noir volant derrière moi, tout était fait pour me donner une prestance et une silhouette imposante. Un sourire satisfait et arrogant passa sur mon visage quand je posais la main sur l'épaule d'un de mes matelots.

« Ce soir t'es de garde. Oublie pas notre signal. »

Il hocha la tête, murmurant un vague "bien capitaine" avant que je ne descende du navire. Mon trajet sur la ville se résuma à la taverne et la maison close. Mais absolument pas satisfait de cette soirée chaotique et redondante, je retournais au navire plus rapidement que prévu.

Mais pas de marin en vu. Je trouvais mon homme en train de ronfler sur le pont. Aucun signalement. Et pourtant, à travers la vitre de ma cabine, j'aperçus une chandelle bouger à l'intérieur. L'adrénaline gonfla mes veines aussi rapidement qu'une piqure de méduse et choisit l'option la plus discrète.

Je poussais la porte de ma cabine d'un geste de la main. Une femme tenait une chandelle dans ses mains et fouillait allègrement mon bureau. Si elle était ici c'était pour l'objet, j'en étais certain. M'approchant d'elle, je vis surtout une tignasse de feu dans le reflet doré de la chandelle mais je chercha pas plus loin les détails. J'attrapais le poignet de sa main qui tenait la chandelle, et de mon autre main, la plaqua sur sa bouche, la forçant à se bloquer contre moi.

« Je n'aime pas beaucoup les fouineurs sur mon navire ... »

j'avais murmuré à son oreille, serrant son poignet, la forçant à lâcher la chandelle qu'elle tenait, tombant au sol dans un bruit sourd, s'éteignant, plongeant la cabine dans le noir, la lune pour seule éclairage, et une chandelle dans le fond de la pièce, diffusant une lumière tamisée.

« Hurle et je te descends sur le champ. Qu'est ce que tu es venu faire ici ? »

Je menaçais d'une voie profonde et orageuse alors que je lâchais la main sur son visage doucement pour la libérer, non sans lâcher son poignet.
FoxDream
Messages : 223
Date d'inscription : 14/05/2022
Crédits : Unknow

Univers fétiche : Fantasy
Préférence de jeu : Les deux
Sabrina
FoxDream
Mer 11 Oct - 19:52

Eleanore Draegan
J'ai 34 ans et je vis l^où mes vols me conduisent. Dans la vie, je suis voleuse et je m'en sors plus ou moins. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je n’ai pas le temps pour ça. Je suis une sorcière, rejeté par bon nombre, fuyant mon passé, fuyant l’ombre qui pèse toujours sur moi.

La liberté aux creux des vagues [PV Paddy] 8856f6d304bca223655501737285cceb
Mes doigts fouillaient rapidement le meuble de bureau, quand bien même je me doutais que je ne trouverais pas ce que je cherchais. Je ne portais pas les pirates dans mon cœur, mais je savais qu’ils n’étaient pas complètement idiots – enfin pas tous. Peu de chance qu’un objet soit aussi en évidence, mais je devais m’en assurer. Il était hors de questions que je laisse une décision hasardeuse me laisser échapper cette chance. Même infime. Je me demandais bien comment ces pirates pouvaient avoir mis la main sur un artéfact que tous cherchaient depuis bien des années, voir des siècles. Un coup de chance ? Peut-être bien. Sûrement même. Foutus pirates… C’était eux qui mettaient la main dessus…

Alors que je me questionnais intérieurement, je continuais de m’activer pour trouver ce que je voulais. Evidemment, il ne l’avait pas mis à un endroit évident. Je sentais mon cœur battre la chamade et mon esprit s’agiter. Je devais me calmer. Je me redressai, tenant le socle de la bougie entre mes doigts. Prendre une pause. Respirer et prendre une pause. Où ? Où pouvait-il l’avoir mis ?

Mes yeux balaient la cabine. Il devait y avoir une cache. Sous le plancher ? Trop évident. Il n’y avait pas de fond caché sous les tiroirs, j’avais vérifié. Que restait-il ? Etait-ce vraiment là ? Avais-je eu raison de prendre autant de risques ? Combien de temps me restait-il ? Non, je devais me concentrer.

La réplique d’un bateau attira mon regard. Un bateau dans un bateau… Une idée saugrenue, mais pourquoi pas ? Je m’avançai vers la maquette. Est-ce que l’intérieur était détaillé ou creux ? Ou bien le socle ? Des mains me saisirent soudainement, me tirant contre le corps. Sous la douleur à mon bras, je lâchais la bougie qui s’éteignit au sol. Je pouvais sentir qu’il était plus grand, plus pesant, que moi. Merde ! J’avais baissé ma garde. J’essayai de forcer pour me libérer, mais il me tenait bien… Mon cœur battait la chamade. Je serrais les poings, prête à me battre.

« Rien qui te concerne, répondis-je en grognant. Aucune chance que je lui dise quoique ce soit. Maintenant lâche-moi si tu veux pas que ton bateau crame. »

Je me laissai brutalement tombée, me projetant vers l’avant, cherchant à le déséquilibrer et déstabiliser par mon soudain changement de poids. Dans le même geste, j’en appelai au feu. La flamme de la chandelle s’intensifia et une boule de feu se dirigea droit vers nous. Je tirai violemment sur mon poignet et réussis à me libérer. Je roulai vers l’avant et me relevai. Je me précipitai vers la fenêtre, déverrouillant le loquet. Tant pis pour mon intuition. Ces pirates finiraient par perdre l’objet, s’attirant les foudres de bien plus fort qu’eux. Et je mettrai la main dessu quoiqu’il ne coûte. Mais je devais rester en vie.

J’ouvris les battant, posant le pied sur le rebord. Je devais rester en vie. Coûte que coûte..
Paddy
Messages : 196
Date d'inscription : 14/06/2023
Région : Jura | France
Crédits : (c)Perséphone

Univers fétiche : Harry Potter | Mythologie | Conte & Disney | Réel & Rantasy
Préférence de jeu : Homme
Tournesol
https://www.letempsdunrp.com/t5712-i-will-live-a-thousand-million-lives https://www.letempsdunrp.com/t5875-je-suis-prete-pour-l-aventure#118919 https://www.letempsdunrp.com/t5886-joyeux-bordel-organise https://www.letempsdunrp.com/t5710-let-the-forest-hear-our-sound
Paddy
Jeu 12 Oct - 23:42

Cliff 'Smoky' Morren
J'ai 42 ans et je vis sur les mers et les océans, à bord de mon navire. Dans la vie, je suis un pirate et je m'en sors très bien tant que mes cales regorgent d'or. Sinon, à cause de ma condition de pirate, je suis aussi libre que le veut cette vie et je le vis plutôt bien.

La liberté aux creux des vagues [PV Paddy] 0edd04035fce7e0da27641389ae7b9a08a6974f1

Il est le capitaine d'un navire pirate qui se nomme le "Black Raven" • Son port d'attache se trouve à Tregaron, une île se trouvant dans les mers chaudes, repère de beaucoup de forbans comme moi. • Il est l'un des instigateurs de la Rebellion contre l'Alliance qui tient la délégation, refusant de se plier à leurs Dieux et leurs lois, qui sont la plupart stupides, notamment celles condamnant la magie et leurs utilisateurs, ainsi que sur les taxes qui assaillent un peu plus les populations • Une guerre sur les mers à éclaté suite à la haute croissance des attaques des navires marchands sur les océans • la Rebellion à trouvé refuge sur Tregaron qui possède une baie quasiement imprenable et très bien défendue.

«J'écouterai sous la pluie la symphonie des éclairs»



A peine avait elle répondu à ma question d'une voix menaçante, que je sentis son poids basculer en avant, je dus bouger en même temps qu'elle alors que je compris trop tard ce qu'elle faisait et elle tira sur son poignet pour s'en libérer en même temps qu'elle roulait en avant. Je dus reculer d'un pas pour éviter une flamme qui me fonçait dessus. Une mage ! C'était une mage !

La stupéfaction passée, je tirais mon pistolet à mon baudrier et tira le marteau vers moi pour ensuite viser la jeune femme qui se précipita vers la fenêtre. Hop là non ma belle ! Hors de question !

Je remis le marteau en place et le pistolet vola sur le bureau dans ma course pour tenter de l'arrêter dans son geste. Elle était déjà sur le rebord, prête à bondir mais je lui attrapais la cheville au dernier moment et la stoppa dans son geste juste avant qu'elle ne saute. Je la tirais en arrière. C'était facile, elle était bien plus petite que moi et bien plus fluette. Mais mon geste brusque du la surprendre car sa tête heurta le montant de la fenêtre et dans un bruit sourd, elle tomba sur le plancher de bois, inconsciente.

Tout s'était passé très vite et je soufflais alors que j'observais le corps de la jeune femme. Je me relevais et du pied, retourna son corps pour dévoiler son visage. Du sang coulait de sa tête et je grognais. Qu'allais je faire d'elle ? Je m'accroupis vers son visage pour retirer des mèches de cheveux de devant son visage et finalement, me frotta la barbe dans un geste de réflexion. Peut être devrais je la garder ? L'obliger à m'aider. Après tout, les mages étaient rares et surtout ne se mêlait pas aux humains normaux, justement à cause de leurs conditions.

Réfléchissant à tout allure, je finis par me dire que je devrais me reposer la question de son utilité plus tard. Je finis par la soulever dans mes bras et sortit de ma cabine. Descendant comme je pouvais jusqu'à la cale avec son poids en plus, je finis par atteindre les cellules et les geôles. Je déposais la jeune femme dans l'une des cellules et remonta au deuxième étage de la cale pour trouver une bande de toile dans les matériaux.

Revenu dans la cellule, je posais la bande contre le crane et la blessure de la rousse et finit par faire le tour de sa tête pour serrer la blessure et empêcher le sang de couler. Une fois fait, je sortis de la cellule et referma la porte derrière moi.

Au vue du saignement et du choc, elle ne risque pas de se réveiller de si tôt, aussi je remontais vers ma cabine et observa la maquette du bateau. Il va falloir une meilleure cachette... Je soulevais le socle et trouva l'objet à sa place. Je le glissais dans la poche de mon manteau, préférant le garder avec moi pour l'instant et redescendit vers la cuisine pour trouver un restant de plat du soir dans une casserole. L'assiette dans une main, une bouteille de ce rhum délicieux des mers chaudes dans l'autre, je tapais du pied un tabouret pour le faire glisser contre la cellule voisine et avoir tout le loisir d'observer le réveil de la rousse.

Plusieurs heures plus tard, je la vis commencer à bouger. Un sourire se dessina sur mes lèvres alors que je fixais la jeune femme, croisant les jambes étendues devant moi, les mains croisées sur mon ventre.

« Tiens, elle se réveille. Bien dormi ? »

J'attrapais l'assiette et la fis glisser jusqu'à la cellule pour qu'elle puisse manger. Le but n'était pas de la tuer quand même !

« Alors comme ça tu es une sorcière. La délégation serait ravi d'entendre que j'ai arrêté une mage. Peut être me laisseront il en paix un temps en échange de cette faveur... »

Il était évident que je la menaçais et il n'y avait pas besoin d'être un génie pour le comprendre.

« Mais... Si tu es sage, j'ai peut être une deuxième option à te proposer. »
FoxDream
Messages : 223
Date d'inscription : 14/05/2022
Crédits : Unknow

Univers fétiche : Fantasy
Préférence de jeu : Les deux
Sabrina
FoxDream
Ven 13 Oct - 19:47

Eleanore Draegan
J'ai 34 ans et je vis l^où mes vols me conduisent. Dans la vie, je suis voleuse et je m'en sors plus ou moins. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je n’ai pas le temps pour ça. Je suis une sorcière, rejeté par bon nombre, fuyant mon passé, fuyant l’ombre qui pèse toujours sur moi.

La liberté aux creux des vagues [PV Paddy] 8856f6d304bca223655501737285cceb
Mon pied poser sur le rebord de la fenêtre, j’étais sur le point de me jeter dans le vide. Je devais faire vite, le plus vite possible. Ne pas prendre la peine de regarder où j’allais. Dangereux, mais pas pire que ce que lui me ferait : me trancher la gorge, me tirer une balle, ou bien pire avant… L’adrénaline me poussant, je contractais mes muscles, prête à bondir, basculant mon poids sur ma jambe avant.

Je sentis une poigne de fer se refermer sur ma cheville, me figeant dans mon geste. Je voulus m’accrocher au rebord de la fenêtre, mais trop tard, il me tira brutalement en arrière, m’empêchant de me retenir ou m’échapper. L’action trop rapide, mon corps bascula vers l’avant et la dernière chose dont je me souvins, fut du rebord de la fenêtre se précipitant vers moi.

Je sentis d’abord le goût métallique dans ma bouche, puis la violente douleur qui écrasa mon crâne dans un étau. Un gémissement dépassa mes lèvres. Que c’était-il passé ? Je n’arrivais pas à rassembler mes souvenirs. Jusqu’à ce que j’entende soudainement une voix non-loin : le pirate, le bateau, le vol ! Je me redressai soudainement, tournant la tête vers le propriétaire de la voix. Mauvaise idée. Un voile noir se posa sur mes pupilles, une nausée me prit. Je posais ma main sur ma tête, sentant un tissu autour de ma tête. Un bandage ? Pourquoi ? J'essayais de rassembler mes idées, prenant quelques inspirations pour essayer de ne pas vomir et réguler la douleur. Ma vision me revint petit à petit, me permettant de voir un peu mieux le visage du pirate dont la position nonchalante me mettait clairement en rogne. Il avait l’avantage, il le savait et cela me jetait un peu plus mon échec au visage.

Je lançai un regard à l’assiette qu’il venait de ma glisser. Pourquoi est-ce qu’il me donnait ça ? Je relevai les yeux dans y toucher.

« Si tu crois ça, c’est que les pirates sont aussi stupides que les rumeurs le disent, lui dis-je en lui lançant un regard noir. Ou alors tu ne tiens vraiment pas l’alcool, ajoutais-je avec sarcasme. »

S’il pensait que j’allais me laisser intimider aussi facilement… Pourtant, l’idée de ce que pourrait me faire la délégation provoqua un frisson chez moi. J’avais bien plus que de l’imagination, bien trop de souvenirs, malheureusement pour moi… Cette pensée me fit légèrement soulever mes manches, pour observer les dessins du mes poignets. Simple tatouage pour les non-connaisseurs, un sort de protection pour les autres.

Mes yeux se relevèrent vers le pirate. Je fronçais les sourcils, observant les traits de son visage, essayant de comprendre où il voulait en venir. Ce qui était compliqué de réfléchir vu que j’avais l’impression d’avoir un marteau dans le crâne.

« Et j’imagine que la deuxième option est bien plus incroyable que la première ? Si c’est pour rester sur ce rafiot, je préfère la première. »

Le sarcasme était ma défense depuis bien longtemps et la méfiance plus encore, même si la provocation risquait d’énerver mon geôlier. Ce qui pouvait être un avantage s’il s’approchait trop… Dans tous les cas, j’étais une sorcière et si ce pirate ne m’avait pas encore tué ou vendu à la délégation, c’est qu’il avait quelque chose en tête et ça n’augurait rien de bon…

« Mais bon, je suppose que je n’ai pas grand-chose d’autre à faire que d’écouter pour le moment. »

Je croisais les bras, mon dos s’appuyant contre le bois du navire, essayant de garder une certaine contenance. Mon crâne me faisait horriblement mal, j’avais envie de vomir, l’incertitude de la vie de sorcière – de ma vie toute entière – me pesait lourdement, et ce pirate me donnait des envies de le frapper.

Contenu sponsorisé
La liberté aux creux des vagues [PV Paddy]
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Et au creux des ténèbres, fleurira la lumière _ Sparka
» › LES RECHERCHES VAGUES
» (m/f) Cette voix dans le creux de votre crâne. (en cours)
» L’espace, pour moi, c'est la liberté. ~ feat m&m's
» All that was me is gone [Feat Paddy]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers fantasy-
Sauter vers: