Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues qui tu veux, quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
» La Folie du Prince
breathe in, breathe out (nukaven) EmptyAujourd'hui à 19:21 par Ezvana

» « Even on the darkest night, I will be your sword and shield, your camouflage. »
breathe in, breathe out (nukaven) EmptyAujourd'hui à 19:03 par Touriste

» « Connais ton adversaire, connais-toi, et tu ne mettras pas ta victoire en danger. »
breathe in, breathe out (nukaven) EmptyAujourd'hui à 18:59 par Stormy Dream

» Get out of my head !
breathe in, breathe out (nukaven) EmptyAujourd'hui à 18:30 par Aloy

» Funambule feat Manhattan Redlish
breathe in, breathe out (nukaven) EmptyAujourd'hui à 17:21 par Manhattan Redlish

» If these wings could fly
breathe in, breathe out (nukaven) EmptyAujourd'hui à 16:24 par Aloy

» Recensement 2024
breathe in, breathe out (nukaven) EmptyAujourd'hui à 16:10 par Scarlett Thompson

» Welcome to the Puppet Show - ☽ Rein ☾
breathe in, breathe out (nukaven) EmptyAujourd'hui à 16:09 par Rein

» Un équilibre fragile (avec Nemo) [+18]
breathe in, breathe out (nukaven) EmptyAujourd'hui à 16:03 par Scarlett Thompson

Le Deal du moment : -49%
WHIRLPOOL OWFC3C26X – Lave-vaisselle pose libre ...
Voir le deal
319 €

LE TEMPS D'UN RP

breathe in, breathe out (nukaven)

madimax
Messages : 17
Date d'inscription : 09/07/2023
Crédits : vocivus (avatar),

Univers fétiche : Réaliste. City/Gang.
Préférence de jeu : Les deux
Valise
madimax
Dim 23 Juil - 20:52
Le contexte du RP
Mise en situation

La situation
New York, 2023.
Christian et Daisy se connaissent maintenant depuis plusieurs mois et ont tissé un lien qui ne s'explique pas et qu'ils ne s'expliquent certainement pas non plus.
Ils se lancent des défis en suivant une liste qu'ils se sont amusé à écrire lors d'une séance de chimio de Christian.
Aujourd'hui, Daisy l'entraîne pour un saut en parachute.
Se jeter dans le vide pour faire le vide.

Contexte provenant de nos cerveaux.
madimax
Messages : 17
Date d'inscription : 09/07/2023
Crédits : vocivus (avatar),

Univers fétiche : Réaliste. City/Gang.
Préférence de jeu : Les deux
Valise
madimax
Dim 23 Juil - 20:55

Daisy
Wright

J'ai 23 ans et je vis à New York, USA. Dans la vie, je suis étudiante en littérature et en même temps, enchaîne deux emplois: un dans une librairie et un autre dans une bibliothèque de quartier. et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

breathe in, breathe out (nukaven) L7k53nci_o
Assise à l’arrière d’un taxi, Daisy se demande encore pourquoi elle a eu cette idée. Pourquoi elle s’est mise en tête de faire un saut en parachute ? Et pourquoi a-t-elle mêlé Christian à cette histoire ?
Elle inspire, regarde à nouveau l’adresse et contemple les rues qui défilent, hésitante quant à la suite de la journée.
Pendant un instant, elle songe à écrire à Christian, lui dire qu’elle est souffrante et ne viendra pas, puis se ravise.
Il a un cancer, Daisy. S’il y a bien une personne légitime de ne pas se pointer à ce rendez-vous, c’est lui. Pas toi. Assume.
Elle souffle. Remet son téléphone en veille et le contemple dans un silence presque religieux.
Le reflet que lui renvoi l’écran noir l’angoisse : les cernes sont toujours présents, preuves des nuits chaotiques et cauchemardesques.
Elles se ressemblent toutes depuis ces quinze derniers jours. Depuis la visite en prison et la confession qui s’est échappée, comme un poison déversé dans l’âme de l’aîné. Daisy s’en veut. Culpabilise. Regrette de s’être ainsi emporté parce que son secret redevient réalité. Il n’est plus dans une boite, enfermé à double tours : il est là, à nouveau présent dans sa vie et la hante.
La scène se joue et se rejoue, encore et encore.
Elle ferme les yeux, paupières serrées pour chasser les images le plus rapidement possible. Une larme perle entre ses cils qu’elle fait disparaître aussi vite que le reste.

Long Island, deux heures plus tard, la voiture s’arrête à destination et un vent de panique lui soulève l’estomac.
Mais qu’est-ce que tu fiches là, Daisy ? T’as le vertige, en plus !
Crispée, le corps tendu, la demoiselle paie la course et rejoint le bâtiment tant bien que mal – s’arrête en voyant un avion qui décolle, ce qui provoque une accélération des battements de son cœur ; qui s’emballe un peu plus lorsque la silhouette de Christian se dessine.
Quoi ? T’as les émotions en vrac, Daisy, reprends-toi.
Une main sur la poitrine, elle inspire et se remet les idées en place. Compte jusqu’à dix. Tente de reprendre contenance.
Son regard croise le sien, impossible de faire comme si elle ne l’avait pas vu ; alors Daisy s’avance, parvient à sourire sincèrement. – Christian ! Tu vas bien ? Demande-t-elle en ressentant à nouveau cette culpabilité dans le creux de ses entrailles. Est-il assez en forme pour vivre une telle expérience ? A-t-elle agi en égoïste en lui proposant ce défi ?
Elle embrasse sa joue, comme d’habitude. Se surprend toujours à ne ressentir aucun dégoût, aucune forme de rejet.
Elle embraye, ne souhaite pas s’attarder sur ces ressentis. – Est-ce que tu te sens de faire un truc pareil ? Je n’ai pas vraiment réfléchi en te proposant ça et… Je ne sais pas si c’était malin de ma part, je… Les lèvres pincées, elle se tait. N’a pas envie qu’il s’imagine qu’elle le voit comme une petite chose fragile. Et dans le même temps, n’a pas envie que cette expérience lui provoque des complications.
nukaven
Messages : 17
Date d'inscription : 09/07/2023
Région : breizh.
Crédits : le caravage.

Univers fétiche : réaliste, post-apocalyptique.
Préférence de jeu : Les deux
Valise
nukaven
Dim 30 Juil - 14:37

Christian
Summers

J'ai 45 ans et je vis à New-York, USA. Dans la vie, je suis vigile dans un bar et je m'en sors très mal. Sinon, grâce à ma malchance, je suis marié et volage et je le vis plutôt mal.

breathe in, breathe out (nukaven) E1HcjKZ0_o

avatar par kidd.
Il en a marre des séances, assez du temps passé sur ce même foutu siège à regarder toujours les mêmes visages fatigués. Tous ceux qui ne sont qu’un miroir du sien, au final. Celui d’un homme cassé par le mal qui ronge à l’intérieur, dévore et laisse derrière le sillon d’une mort que Christian apprend à regarder dans les yeux.
Assez de ne rien faire, assez de ne voir les autres qu’à travers la pitié dans leur regard. Alors quand les propositions de Daisy tombent, il préfère ignorer les conseils des médecins, les remontrances de son oncologue. Il ignore tout. Sauf elle.
Qu’est-ce que ça change, si son cœur lâche en pleine chute ? Il ne sera plus là pour en voir le résultat. Ni pour la peine autour de lui — celle qu’il espère, du moins. L’enfant mal-aimé, l'aîné qui dérange. Mari incapable et père qui nage.
C’est pas pareil, avec Daisy. C’est jamais pareil. Peut-être parce qu’elle ne le connaît pas comme les autres, pas assez, sans doute. Parce qu’elle n’a pas grandi à ses côtés, ou passé des années sous le même toit. T’as encore une chance de faire les choses bien, tu sais. De pas tout ruiner avec tes conneries et ta rage. Ravaler le mal, ignorer ses murmures dans ton crâne. Ne pas la briser elle, pas comme tous les autres.
Il est arrivé le premier, de manière délibérée. Le besoin de poser des questions sur la logistique du saut, sur les effets sur le corps. Cancer comme épée de Damoclès, mais pas complètement suicidaire non plus. Il ne dit pas qu’il est malade, juste qu’il souhaite se rassurer. Le type lui dit que c’est souvent, que la peur est amante de l’adrénaline. Christian n’aime pas la peur. Elle ne lui rappelle que de trop mauvais souvenirs.
Et quand il sort du hangar, c’est Daisy qui attire directement son regard. Fait se serrer le cœur, un peu. Pas envie de mal faire. Pas envie de la faire fuir, quand il se demande si au final, ce n’est pas elle qui le tient en vie.
Il se penche. Elle demande s’il va bien. Lui embrasse la joue.
Non, il ne va pas bien. Il ne va jamais bien, mais il ne le dit pas. Ne pas gâcher la journée, ni le sourire dessiné sur le visage de Daisy. Elle est solaire, quand lui menace de s’éteindre. Elle passe directement à autre chose, et il la remercie d’un sourire. Un haussement d’épaule.
“Si c’est pas maintenant, ça sera quand ? Pas quand j’serai entre quatre planches,” c’est dit d’un ton plus joyeux que les mots. Pas envie de ruiner l’ambiance. “Puis comment ça pourrait mal tourner ? T’es comme un grigri.”
Parce qu’elle est arrivée quand tout commençait à s’écrouler. Lumière au milieu du bordel incessant. Elle est si douce, quand il n’est que des coins acérés.
Il la regarde, Christian. L’observe sans rien dire, pour finalement froncer légèrement les sourcils en remarquant la fatigue installée sur son visage. Le personnel les guide pour les équiper mais Christian, il n’est plus foutu de détourner le regard alors qu’ils prennent la marche. Inquiétude souveraine, et toute autre appréhension oubliée.
“T’as l’air claquée. Ça va ? C’est la fac ?”


— cloud connected.
madimax
Messages : 17
Date d'inscription : 09/07/2023
Crédits : vocivus (avatar),

Univers fétiche : Réaliste. City/Gang.
Préférence de jeu : Les deux
Valise
madimax
Lun 2 Oct - 21:01

Daisy
Wright

J'ai 23 ans et je vis à New York, USA. Dans la vie, je suis étudiante en littérature et en même temps, enchaîne deux emplois: un dans une librairie et un autre dans une bibliothèque de quartier. et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

breathe in, breathe out (nukaven) L7k53nci_o
Il ne dit pas s’il va bien et Daisy n’insiste pas sur la question.
La situation dans laquelle il se trouve est assez délicate sans qu’elle n’en rajoute une couche à se faire inquisitrice de la moindre de ses émotions ou de son état général.
Christian se tient debout, face à elle, et cela suffit à la jeune femme pour qu’elle soit rassurée quant à sa santé – bien qu’elle se doute qu’un arbre cache toujours la forêt de cette sale maladie qu’est le cancer.
Elle s’inquiète, se montre prévoyante et prudente, mais n’en fait pas des caisses parce qu’elle ne se sent pas légitime de le faire et qu’il n’a sans doute pas besoin de cela.
Alors Daisy embraye sur un autre sujet : parle de ce saut en parachute qu’elle a initié et qu’elle regrette déjà un petit peu – le vertige fait parti de sa vie et l’angoisse lui noue l’estomac depuis le réveil ; cela remonte à bien avant, cette angoisse sournoise a toujours été dans son existence depuis l’agression, mais elle la dissimule mieux, normalement.
Si c’est pas maintenant, ça sera quand ? Pas quand j’serai entre quatre planches. Daisy grimace à cette pensée et son cœur se serre douloureusement. Cette perspective lui fait bien plus de mal qu’elle ne veut l’admettre. L’idée de ne plus lui rendre visite, de ne plus être à ses côtés lui donne envie de hurler de détresse. Christian s’est fait une place dans sa vie qu’aucun autre ne pourrait remplacé. Daisy le sait, le sent.
Puis comment ça pourrait mal tourner ? T’es comme un grigri. Un sourire étire lentement ses lèvres, mais il n’atteint pas les yeux, n’est pas aussi grand que d’habitude. – Tu m’accordes beaucoup d’importance, réagit la blonde en triturant ses doigts nerveusement. En un sens, cette déclaration lui fait plaisir, lui prouve que sa présence fait du bien à Christian et en même temps, Daisy sait que tout peut s’effondrer à n’importe quel moment et qu’elle n’est pas une blanche colombe qui apporte chance et prospérité – elle se voit plus comme un corbeau qui attire le malheur et qui ne s’en défait jamais. – Mais si j’en suis vraiment un, j’espère que je serai utile dans les airs, mais aussi pour le reste.
Pour sa guérison, pense la jeune femme qui est prête à prier tous les Dieux de la Terre pour qu’on lui accorde cette deuxième chance, cette deuxième vie, celle qui commence après les drames et les emmerdes, celle à laquelle on s’accroche quand on a été proche de tout perdre.
Cette deuxième vie qu’elle recherche désespérément.
Elle continue de suivre le guide qui les conduit vers une salle où se trouve les équipements. Cela devient encore pire, ce stress qui la ronge.
T’as l’air claquée. Ça va ? C’est la fac ? Daisy hausse les épaules de manière inconsciente et esquisse un sourire qu’elle espère convaincant. – La fac, les deux boulots, le petit frère qu’il faut canaliser et gérer… Et Charlie qui est en prison. Charlie qui sait. Les démons. Les souvenirs. La mémoire qui fait tout revivre. Mais Daisy n’en dit rien, se contente de passer un bras sous le sien et l’entrainer vers les équipements. – J’essaie encore de trouver mon rythme, mais ça va…
Le mensonge du bout des lèvres, allié depuis des mois.

Contenu sponsorisé
breathe in, breathe out (nukaven)
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» We are family - nukaven
» La randonnée - nukaven
» I say breathe, stay with me - Jake & Nuàllan
» Lisden ♔ And if you were drowned at sea, I'd give you my lungs so you could breathe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: