Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues qui tu veux, quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
» Le ciel est un océan suspendu (Val & Dreamcatcher)
Survival starts with you and me (Atlas & winter) EmptyAujourd'hui à 1:58 par Val

» Vermines & Rage
Survival starts with you and me (Atlas & winter) EmptyAujourd'hui à 0:17 par Snardat

» Je ne suis pas seule dans ma tête (Recherche)
Survival starts with you and me (Atlas & winter) EmptyAujourd'hui à 0:05 par Rein

» Ces esquisses qui trottent dans ma tête...
Survival starts with you and me (Atlas & winter) EmptyHier à 23:57 par Rein

» "Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour" - Ft. Charly
Survival starts with you and me (Atlas & winter) EmptyHier à 23:03 par Manhattan Redlish

» Through hell, we thrive, and rebuild we will -feat Ananas
Survival starts with you and me (Atlas & winter) EmptyHier à 17:26 par Mr.Wolf

» Dust And Shadows
Survival starts with you and me (Atlas & winter) EmptyHier à 16:43 par Invité

» Recherche lien H/H
Survival starts with you and me (Atlas & winter) EmptyHier à 15:59 par stitch

» De métal et de griffe. [PV Mandrin] [+18]
Survival starts with you and me (Atlas & winter) EmptyHier à 9:47 par Mandrin

-55%
Le deal à ne pas rater :
Coffret d’outils – STANLEY – STMT0-74101 – 38 pièces – ...
21.99 € 49.04 €
Voir le deal

LE TEMPS D'UN RP

Survival starts with you and me (Atlas & winter)

winter
Messages : 1197
Date d'inscription : 10/06/2018
Région : montréal, qc, canada
Crédits : avatar : moi. signature : anesidora (code) & pando (icons) & welcome to night vale (citation)

Univers fétiche : science-fiction, fantasy, réel
Préférence de jeu : Femme
Ariel
https://www.letempsdunrp.com/t1837-rps-de-winter https://www.letempsdunrp.com/t1824-winter-amor-vincit-omnia
winter
Dim 25 Juin - 22:36
Le contexte du RP
Mise en situation

La situation
Depuis 8 mois, le monde tombe en ruines à la suite d'un virus ayant transformé la majorité de la population en zombies. Vivian et Alaric survivent tant bien que mal chacun de leur côté. Mais après une rencontre mouvementée, ils vont découvrir qu'ils ont des talents complémentaires et qu'il est peut-être plus facile de survivre à deux que seul.

TW /!\ : ce RP peut contenir des scènes de violence graphiques et du gore.


Contexte provenant de cette recherche et d'un échange par MP.


† we found a little piece of heaven here. it is black, smooth, oblong. it hums a soft, but discordant note, and we are afraid to touch it.
winter
Messages : 1197
Date d'inscription : 10/06/2018
Région : montréal, qc, canada
Crédits : avatar : moi. signature : anesidora (code) & pando (icons) & welcome to night vale (citation)

Univers fétiche : science-fiction, fantasy, réel
Préférence de jeu : Femme
Ariel
https://www.letempsdunrp.com/t1837-rps-de-winter https://www.letempsdunrp.com/t1824-winter-amor-vincit-omnia
winter
Dim 25 Juin - 23:12

Vivian Shuxin Liu
J'ai 31 ans et je vis aux États-Unis. Dans la vie, j'étais électricienne, je suis maintenant survivante d'une apocalypse et je m'en sors comme je peux. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et j'ai d'autres priorités, donc je le vis plutôt bien.



Xuan Lu (c) moi
gif (c) Linglynz sur tumblr
Avec frustration, Vivian claqua la porte de sa voiture. Elle devrait continuer à pied. Elle devait avoir fouillé toutes les maisons de ce quartier au cours des derniers jours, pour en ressortir les mains vides; pas de vivres qui apaiseraient sa faim, ni d’essence qui lui permettrait de continuer en voiture un peu plus longtemps.

Lorsqu’elle avait épuisé ses dernières provisions peu avant d’arriver dans le coin, elle était sûre qu’elle trouverait quelque chose dans les environs. Mais le supermarché de l’endroit était occupé par un nombre important de zombies, et le reste des habitations avaient déjà été dépouillées par d’autres survivants. Elle soupira. Huit mois d’apocalypse et elle n’était pas sûre si elle s’était habituée à la faim presque constante, due aux ressources toujours trop limitées.

Son sac à dos enfilé, elle commença à marcher, saisissant l’un des élastiques qu’elle gardait à son poignet pour attacher ses cheveux. Un boisé séparait cette banlieue de la prochaine, et elle grimaça en pensant aux nuits qu’elle devrait passer en nature, exposée aux dangers de tous les côtés. Avoir pu utiliser une voiture pendant les deux dernières semaines voulait aussi dire qu’elle avait accumulé des outils, vêtements, matériaux qu’elle avait maintenant dû abandonner pour ne garder que l’essentiel. Ce n’était pas la première fois que ça lui arrivait, mais le moment de faire le tri était toujours déchirant; et si elle laissait ce rouleau de bandages extra seulement pour se blesser peu de temps après? Et si le vêtement qu’elle abandonnait était fait d’un matériau qui l’aurait sauvée d’une morsure?

Elle préférait ne pas s’aventurer trop profondément dans le boisé pour le moment, alors elle suivait la route au bord de celui-ci, restant vigilante à ses environs. C’est ainsi qu’elle aperçut la turbulence. Là, parmi les arbres. Quatre zombies énervés… Elle tressaillit alors. Pour qu’ils soient aussi agités, ils devaient être tombés sur quelqu’un. Un autre survivant.

Vivian se mit à l’action. S’approchant rapidement mais discrètement, elle posa d’abord la main sur le revolver dans l’étui à sa taille, avant de changer d’idée. Quatre zombies déjà voulait probablement dire plusieurs autres dans la forêt, inactifs. Il valait mieux ne pas risquer d’en attirer plus. Elle dégaina plutôt un des multiples couteaux sur sa personne. Celui-ci était un couteau de lancer. Elle repéra le survivant que les zombies encerclaient et le monstre qui était le plus près de le mordre. Elle prit un moment pour viser, puis lança.

Dans le mile.

Le couteau se logea dans la gorge du zombie, qui s’effondra. Il faudrait l’achever après, mais il était au moins paralysé. Elle se débarrassa du deuxième zombie de la même façon. N’étant plus en infériorité numérique, l’autre survivant réussit à achever le troisième. Lorsque le quatrième zombie tenta de se jeter sur elle, elle esquiva et le fit trébucher. Elle posa un pied sur son torse pour le maintenir à terre et il tenta de l'agripper et de la griffer, sans succès. Il grognait et remuait au sol. Promptement, elle planta un dernier couteau à travers son œil, et il arrêta finalement de gigoter.

Elle se redressa avec une expiration satisfaite. Puis, elle posa les yeux sur le survivant, le regardant rapidement de la tête aux pieds tout en restant sur ses gardes; elle ne savait pas s’il était le type de survivant qui considéraient autant les humains que les zombies comme des ennemis.

Tu as été mordu? demanda-t-elle.

Elle pensait être arrivée à temps, mais mieux valait vérifier. Ce n’est pas comme si elle s’attendait à ce qu’il soit honnête si la réponse était oui, mais quelle importance? Ils seraient repartis sur leurs chemins respectifs avant que les premiers signes d'une transformation puissent apparaître.


† we found a little piece of heaven here. it is black, smooth, oblong. it hums a soft, but discordant note, and we are afraid to touch it.
Atlas
Messages : 33
Date d'inscription : 08/05/2023
Crédits : Tenor

Univers fétiche : Un peu de tout
Préférence de jeu : Les deux
Valise
Atlas
Lun 26 Juin - 4:21

Alaric
Gray

J'ai 33 ans et je vis aux États-Unis. Dans la vie, j'étais menuisier, mais pour l'instant je me concentre à rester en vie et je m'en sors pas trop mal avec mes compétences en chasse et en construction. Sinon, grâce à l'apocalypse, je suis nouvellement célibataire et je le vis plutôt mal.

Il détestait s'aventurer en ville... Enfin, surtout depuis qu'une nouvelle horde de putrifiés avait décidé de s'y établir de façon permanante. Caché derrière une chevrolet, il observe discrètement les environs en cherchant un moyen de contourner le troupeau sans attirer l'attention pour regagner son campement qu'il avait établit à une quinzaine de mètre de marche d'où il se trouvait maintenant. Il ne pouvait décidement pas repasser par le trou dans le grillage qui entourait la ville puisqu'il était dorénavant gardé par une douzaine de morts affamés... Il pourrait toujours essayer de les attirer en faisant du bruit, mais c'était sans doute un plan suicidaire. Il n'était pas le meilleur des combattants, en un contre un ça pouvait aller sinon il serait déjà mort, mais s'ils étaient plus nombreux que lui c'était impossible pour lui de s'en sortir.

En soupirant silencieusement, il continue à scanner les possibilités avant de choisir de faire un détour par la rivière à gauche de la route principale. Il reste accroupit, attendant que le dernier zombie près de lui se tire et il avance pratiquement en rampant par terre vers la sortie. Par chance, aucun sauvage ne semblait sentir sa présence, ce qui était pour le mieux. Rendu au bord de la rivière, il nage en prenant soin d'éviter les éclaboussures et les remous dans l'espoir de pouvoir rejoindre son campement de façon discrète.

Il avait toujours préféré être en nature, même avant cette apocalypse, c'était encore vrai aujourd'hui. La nature pouvait lui apporter à peu près tout ce dont il avait besoin et sinon il pouvait le bricoler. En marchant quelques minutes, il décide d'arrêter près de la trappe qu'il avait laissé dans l'espoir d'attraper le repas de ce soir. À son plus grand bonheur, il avait bel et bien attrapé quelque chose. Un lièvre assez gros pour la saison avait attérit dans son piège. Il le détache avec respect et l'attache à sa ceinture avec une corde avant de poursuivre son chemin qui s'achevait puisqu'il pouvait appercevoir entres les branches les restes de son feu de la veille.

Alors qu'il s'installait pour vider sa proie, il entend un craquement derrière lui. En sursaut, il tente de s'emparer de son couteau de cuisine, mais son adversaire était déjà trop près de lui. Tout ce qu'il pouvait faire c'est de repousser de toutes ses forces le corps du zombie qui venait tout juste de le plaquer au sol. Malgré la détresse dont il faisait preuve, il pouvait appercevoir que trois autres sauvages étaient à ses trousses. Ça y est... Après 8 mois à survivre il allait mourir comme ça, seul sans manquer à personne. Il ferme simplement les yeux attendant sa mort quand tout à coup un jet chaud l'éclabousse sur le visage le forçant à ouvrir les yeux de nouveau. Le zombie qui essayait de le mordre était maintenant paralysé avec un couteau dans la gorge. Sous le choc, il se relève regardant la scène qui se déroulait sous ses yeux avec étonnement. Il venait d'être sauvé par une femme qui décidemment savait se battre. Alors qu'elle venait de mettre K.O. deux zombies, il se chargea du dernier qui était plus près de lui en le poussant au sol et éclatant sa cervelle d'un vif coup de pied. Elle lui demande s'il a été mordu et bien honnêtement, il n'en était pas certain, il prit un moment pour s'observer et apparament aucune trace de morsure n'était visible.

- Je ne pense pas... Merci d'ailleurs pour le coup de main, même si tout était sous contrôle. dit-il en s'essuyant le sang qui était toujours étendu sur son visage.

Il s'approche du corps du zombie qui l'avait plaqué et arrache de sa gorge le couteau qu'elle lui avait lancé. Avant de lui tendre, il l'essuie contre sa chemise déjà tachée par de multiples batailles. Il observe autour de lui, découragé que sa cachette ne soit pas si sécuritaire finalement. Son regard se pose sur le lièvre à sa taille. Peut-être qu'ils avaient retrouvé sa trace à cause de l'odeur du sang ? Il soupire regrettant le temps où le plus gros problème qu'il avait était de savoir si le meuble qu'il construisait serait plus beau avec des planches de pin ou d'érable.

- T'as l'air d'avoir faim, j'ai du lièvre si tu en veux. dit-il en allumant le feu et en embrochant le lièvre. 
winter
Messages : 1197
Date d'inscription : 10/06/2018
Région : montréal, qc, canada
Crédits : avatar : moi. signature : anesidora (code) & pando (icons) & welcome to night vale (citation)

Univers fétiche : science-fiction, fantasy, réel
Préférence de jeu : Femme
Ariel
https://www.letempsdunrp.com/t1837-rps-de-winter https://www.letempsdunrp.com/t1824-winter-amor-vincit-omnia
winter
Lun 26 Juin - 17:00

Vivian Shuxin Liu
J'ai 31 ans et je vis aux États-Unis. Dans la vie, j'étais électricienne, je suis maintenant survivante d'une apocalypse et je m'en sors comme je peux. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et j'ai d'autres priorités, donc je le vis plutôt bien.



Xuan Lu (c) moi
gif (c) Linglynz sur tumblr
Il prit le temps de vérifier s’il avait été mordu, ce qui était rassurant, Vivian devait l’admettre. S’il avait voulu mentir, un ‘oui’ rapide aurait suffi. Elle leva les yeux au ciel lorsqu’il prétendit qu’il avait tout sous contrôle. Comme si elle n’était pas arrivée juste avant qu’il se fasse mordre. Elle laissa quand même la remarque passer, elle n’allait pas faire exprès de contrarier un survivant qui semblait aimable dès le début de leur conversation. Et puis au moins, il l’avait remerciée.

Elle leva un sourcil lorsqu’elle le vit essuyer la lame de son couteau; c’était presque galant. Elle en était néanmoins reconnaissante, ça lui épargnait de le faire. Elle replaça le couteau dans l’étui correspondant. Elle avait des couteaux cachés un peu partout sur sa personne; à l’intérieur de sa veste, à sa taille, dans ses bottes. Pendant qu’il jetait un coup d’œil autour, elle récupéra son deuxième couteau et acheva les deux zombies paralysés en écrasant leur tête d’un coup de pied, comme l’homme s'était occupé du sien. On n’était jamais trop prudent.

Vivian avait dans l’idée de lui dire au revoir et de reprendre son chemin lorsqu’elle repéra l’animal mort attaché à sa taille. Un lapin? Un lièvre? Peu importe. C’était de la nourriture, et il semblait avoir un caractère raisonnable… Changement de plan. Elle ne partirait pas d’ici avant d’avoir négocié une partie du gibier. Il semblait que la chance lui souriait, cependant, puisqu’avant qu’elle ne puisse aiguiller la conversation vers ce sujet, il lui en proposa. Elle rougit un peu lorsqu’il lui dit qu’elle avait l’air d’avoir faim, un peu embarrassée qu'il l'ait deviné après deux minutes chrono en sa compagnie.

Je ne t’échangerai rien contre, l’avertit-elle.

Elle avait occasionnellement pu faire du troc avec certains survivants, même s’il était de plus en plus rare d’en croiser. Elle estimait cependant que lui sauver la vie valait bien au moins la moitié d’un lapin. (Ou un lapin en entier, mais bon elle n’allait pas non plus tenter de lui soutirer son repas au complet.) Alors que Vivian l’observait avec curiosité, il partit un feu et embrocha l’animal avec une aise qu’elle lui envia.

Oui, j’en veux, confirma-t-elle, pour être sûre de ne pas laisser l’ombre d’un doute. Pas le droit de changer d’idée, ajouta-t-elle, tentant de mettre de l’humour dans son ton.

Elle n’avait parlé avec personne depuis des semaines, elle était rouillée pour socialiser. Ce à quoi elle comptait bien remédier; il l’avait invitée à partager son repas, elle ne le laisserait pas repartir sans avoir échangé au moins une vraie conversation avec lui. Elle n’avait jamais autant réalisé la portée de "l’humain est un animal social" qu’après deux mois sans parler à une autre personne. Parler à elle-même ou aux oiseaux ou à Dieu (surtout qu’elle était croyante par lien de parenté et pas par nature - sa famille avait été religieuse, son frère tout particulièrement, mais Vivian n'avait jamais complètement embarqué), ça n'avait pas le même effet qu'une discussion avec quelqu'un qui pouvait réellement répondre.

Puisqu’il s’occupait d’apprêter le gibier, elle pouvait bien se rendre utile autrement. Elle déposa son sac à dos à terre, puis se mit à déplacer les cadavres un par un, les tirant plus loin avec relativement d’aise. Juste pour qu’ils soient un peu moins visibles à partir du campement. Elle n’avait pas la nausée facile (huit mois de survie l'avait en grande partie débarrassée de notions telles qu’avoir des goûts culinaires ou vouloir manger dans un endroit où il n’y avait pas de cadavres dans un radius de dix mètres), mais ce n’était quand même pas sa préférence de manger avec des carcasses de zombies l’observant avec leurs yeux encore plus vides que d’habitude.

Une fois sa corvée auto-imposée terminée, elle le rejoignit près du feu, s'asseyant au sol.

Alors, la chasse, c’est quelque chose que tu sais faire depuis Avant, ou tu as appris pour l’apocalypse? demanda-t-elle en désignant de la tête l’animal qui finissait de cuire sur les flammes.

Elle ne connaissait vraiment rien à ça. L’avait-il même attrapé en chassant? Tout en posant sa question, elle retira de son sac son panneau solaire portatif (à peu près la taille d’un livre), le fil électrique qui allait avec, sa lampe de poche et une pince. Utilisant la pince pour manipuler les fils exposés, elle connecta le panneau à la lampe pour recharger cette dernière. De base, ce panneau n'aurait dû pouvoir recharger que les objets qui avaient un branchement compatible, mais elle avait depuis longtemps coupé le bout pour jouer avec les fils et pouvoir recharger n'importe quoi.

Elle se rendit compte qu'ils n'avaient pas échangé leurs identités et que depuis tout à l'heure elle l'appelait lui ou le survivant dans sa tête.

Quel est ton nom? demanda-t-elle.


† we found a little piece of heaven here. it is black, smooth, oblong. it hums a soft, but discordant note, and we are afraid to touch it.
Contenu sponsorisé
Survival starts with you and me (Atlas & winter)
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» everything starts with a dream.
» (m/f) Far Far Neverland (survival) - LIBRE
» Extinction is the rule. Survival is the exception [ft. Gäa]
» crash (atlas)
» Présentation d'Atlas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers science-fiction :: Survival/Apocalyptique-
Sauter vers: