Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues qui tu veux, quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
» Apocalypse Rouge [PV Opale Or]
 “The world is not a wish-granting factory.”(Feat Dr Sunky) - Page 2 EmptyAujourd'hui à 1:17 par Opale Or

» Je servirai leur volonté | FoxDream
 “The world is not a wish-granting factory.”(Feat Dr Sunky) - Page 2 EmptyHier à 22:38 par FoxDream

» Toutes les histoires ont leur histoire - ft. Clionestra
 “The world is not a wish-granting factory.”(Feat Dr Sunky) - Page 2 EmptyHier à 21:32 par Clionestra

» {+18} Chance ou damnation ?
 “The world is not a wish-granting factory.”(Feat Dr Sunky) - Page 2 EmptyHier à 21:17 par Jambreaker

» (padmachou) Amitiés et confidences
 “The world is not a wish-granting factory.”(Feat Dr Sunky) - Page 2 EmptyHier à 16:33 par Maître des Univers

» "Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour" - Ft. Charly
 “The world is not a wish-granting factory.”(Feat Dr Sunky) - Page 2 EmptyHier à 13:17 par Manhattan Redlish

» Un frère éloigné vaut moins qu'un voisin (avec Lexis)
 “The world is not a wish-granting factory.”(Feat Dr Sunky) - Page 2 EmptyHier à 13:03 par Lexis

» Bad feeling
 “The world is not a wish-granting factory.”(Feat Dr Sunky) - Page 2 EmptyHier à 9:18 par Lojzo

» hope it gives you hell
 “The world is not a wish-granting factory.”(Feat Dr Sunky) - Page 2 EmptyHier à 9:07 par Lojzo

Le Deal du moment : -17%
PHILIPS Centrale vapeur HI5900/22 5,2 bar
Voir le deal
59.99 €

LE TEMPS D'UN RP

“The world is not a wish-granting factory.”(Feat Dr Sunky)

Dr Sunky
Messages : 12
Date d'inscription : 14/02/2023
Crédits : NightCafe

Univers fétiche : Post-Apo / Crossover
Préférence de jeu : Les deux
Valise
Dr Sunky
Dim 13 Aoû - 20:44

Clémence Joséphine Brixton
J'ai 26 bougies soufflées et je vis harmonieusement à Londres, Grande-Bretagne. Dans la vie, je suis Athlète de haut niveau spécialisée dans le domaine de l'athlétisme et plus spécifiquement centrée sur le sprint à une distance de cent mètres. et je m'en sors Vivant en merveilleuse compagnie de la femme da ma vie je suis en couple et je le vis plutôt passionnément.

 “The world is not a wish-granting factory.”(Feat Dr Sunky) - Page 2 2bbddf50fb4a223741c9e9edab9c0eb01d32e649

Gonna hold ya, gonna kiss ya in my arms
Gonna take ya away from harm
Gonna hold ya, gonna kiss ya in my arms
Gonna take ya away from harm
Gonna take her for a ride on a big jet plane


 “The world is not a wish-granting factory.”(Feat Dr Sunky) - Page 2 5f2322f9892fdb56bf56738083c12ee41dcc5f42



Oui, la perfection c’est bel et bien toi : rien ni personne ne peut avouer le contraire. Que ce soit sur le plan spirituel, esthétique, des valeurs : tu représente ce que la majorité des gens ne sont pas, une créature démesurément originale.

Ta passion pour la nourriture, en revanche, n’aide pas à épargner tous les mois : l’épargne tu la dévores des mains, en prenant un menu, steak de kobé - Frites de patates douces. Sans oublier le Homard et le caviar que déteste ton sucre caramélisé.

Alors, il était bon le repas ? ‘’Excessivement Cher surtout Joséphine Brixton !, allons plutôt au Mcdonalds la prochaine fois mon coeur’’ Les deux le sont tout autant, m’enfin à la différence que l’un comporte deux chiffres dans le paiement et l’autre trois. Ce n’est rien à vrai dire, ta famille est pleine aux as me dirait, une personne ayant vécu dans une classe modeste.

D’ailleurs, tu n'es pas la mieux placée pour parler de pauvreté, tu es l’incarnation de la fortune ainsi que du charisme à perte de vue. Alors, tu laisses le sujet à tes chers lecteurs, qui se cachent derrière leurs écrans de fumée.

‘’T’en est sûre ? Je viens à peine de commencer’’ En rajoutes-tu une couche, souriant excessivement, ce qui mériterait une petite correction, par ta lourdeur, qui se reflète également dans ta musculature.

‘’Bon, Miss sportive expansive, j’vais finir par t’abandonner : si tu continues à devenir autant chiante’’ Que dirait-elle, sans l’ombre d’un doute, puisqu’elle s’est déjà absentée, durant plusieurs restaurants gastronomiques.

‘’C'est criminel, je dirai même. Mais, tu es l’élue ! Celle capable de me faire faire des choses, dont je ne soupçonnais pas l'existence’’ Avoues-tu caressant sa chevelure, resplendissante. Comme croquer à pleines dents, dans un BigMac remplie d’un poison innommable, mais tellement savoureux pour tes papilles divines.

L’ange incarné, tu as fait goûter au péché universel : ce qui est paradoxal en soi.
’Vous êtes payés pour glander ?! Bande d’incapables !’’ Exclames-tu ta rage au téléphone, puisque l’amour de ta vie souffre longuement sans pouvoir être soignée rapidement.
Cette vision digne d’un film de Spielberg te hantera, jusqu’à la fin.
Comment peut-on imaginer sa moitié, se prendre de plein fouet une telle atrocité ? Sachant que c’est la personne la plus innocente qu’il puisse exister.

‘’Putain, promets-moi de sortir de cette merde, vivante !’’ Ajoutes-tu toujours, le téléphone toujours en main, tentant de ton possible, d’aider Miss Hunter : torturée par son corps. Quel enfer cette fin de soirée, tu espères sincèrement qu’elle ne finira pas par une vision cauchemardesque de Sofia, pâle comme un cadavre : au point où, ses flaques de sang ont fini par l'achever… Et si c’était un autre être humain, qui l’avait si sauvagement blessé : tu l’auras brisée, même découpé en morceaux jusqu’à jeter chaque partie pourrie de son corps d’enfant d’avortement raté, dans un lac des plus lugubres.

Mais, pour le moment, tu n’as pas le plein pouvoir sur le sauvetage de ta Miss, sucré. C’est cela qui est le plus navrant dans l’histoire. De se sentir fucking impuissante au point où, la seule solution viable à tes yeux : est de réduire à néant les tympans, de la femme à l’appel téléphonique.

La souffrance existentielle est un fardeau : mais physique l’est d’autant plus lorsqu’elle ne sonne pas à votre porte : mais qu’elle vous prend à la gorge. J’en viens à pleurer, parce que mon amour souffre, mais que d’autant plus : j’y vois, comme toute la souffrance qu’elle a ressentie durant tant d’années, surgir en une soirée. Le destin lui a clairement dit, je t’offre cette malédiction en prime, bien que tu aies été la victime de ton existence toute ta vie.

‘’Je cesserai de pleurer, que lorsque tu seras en état de pouvoir parler : c'est-à-dire sans souffrir le martyre, parce que de toutes les personnes que j’ai connues… Tu es celle, dont le destin ne devait pas se produire ainsi’’ Tes larmes n’ont jamais coulé autant à croire que c’est trop beau d’être une athlète de renommée dont la vie ne peut que se passer à merveille.

‘’Certainement pas de mon cerveau de génie’’ Plaisantes-tu pour ne pas craquer ‘’Si tu t’étais arrêtée, à la moindre souffrance : à la moindre pénible épreuve … Je ne t’aurais jamais vraiment connue et cela aurait été comme si l’univers n’était pas venu à exister …’’Poétique en tout temps, rien ne t’arrête. ‘’Tu ne le seras jamais avec moi, je t’emmène au Mcdonald's demain et tu repartiras en pleine forme. Je ferai tout ce que tu voudras, afin que tu ne manques désormais plus de rien’’ Et même un don de sang, sans aucune once d’hésitation. Avec tout ce qu’elle a perdu, c’est certain qu’un bon demi-litre voir litre s’est envolé.

‘’Le poétisme me suivra, toute ma vie : chérie. Rien ni personne ne pourra me retirer cela’’ En dépit de la dureté de la réalité : ton authenticité à toute épreuve n’en perd pas un morceau.
Demain, lorsqu’elle se réveillera : Sofia aura droit à un repas digne d’un des plus grands chefs étoilés. Ta chasseuse de femme sera comblée, chouchoutée jusqu’à ce qu’elle se rétablisse. Tu iras même jusqu’à contacter toutes ses idoles, pour qu’elle retrouve le sourire.

Pourquoi pas appeler Chuck Norris, afin qu’il soulève une montagne et qu’il nous la réserve le temps d’un week-end.

‘’Ne me dis pas que tu souffres d’un cancer, depuis belle lurette et que tu me l’avais cachée : tout ce temps-là … ’’ Une mine, tantôt attristée, tantôt penchant vers la déception, se dessine, sur ton visage angélique.

Aussitôt un secouriste t’embarque avec lui. L’homme te demande un tas de renseignements, que tu réponds sans entrain à vrai dire. Tes pensées sont dirigées vers ton âme sœur, le temps paraît interminablement long… Avant que tu ne puisses la retrouver à nouveau.

La nouvelle t'achève davantage. De ce que tu as compris, son cœur fragile faiblit : ce qui signe, qu’il ne cessera de faiblir jusqu’à la fin. Cette fois, le déni ne peut plus rien pour toi. Désormais, tu ne lâches plus ton sucre naturel, du regard, comme si au moindre détachement de regard : cette sublime créature allait disparaître.

Tu espères du fond de ton être pouvoir, ressentir ses caresses encore une éternité avant que tout ne s’arrête. Ta main se pose dans la sienne, se refermant chaudement au passage. La sienne, en revanche, paraît frêle, glacée. Comme si son cœur avait arrêté subitement de rester en sa compagnie. Sa douce voix me fait sortir de mes tourmentés songes. ‘’Je ne peux t’en vouloir, le vrai fautif est ce foutu destin : qui, encore une fois, a une dent contre toi. Reste avec moi le plus longtemps possible, passer une minute de plus sans toi serait une erreur … ’’ La pire erreur, qui finirait par te faire culpabiliser, à n’en plus pouvoir. Et il a fallu qu'une malédiction vienne se poser sur ta bien-aimée : pour que tu puisses passer davantage de temps à ses côtés.

‘’Comment ne pas craquer, en voyant un ange comme toi : être torturé par sa propre enveloppe charnelle ? Si te chérir, ne plus te quitter suffira au destin, d’être clément avec ta personne : alors, je prierai tous les jours le seigneur, pour qu’il allonge démesurément ta durée de vie’’ Tes larmes reprennent, telle une fontaine venant d’être rechargée d’une tonne d’eau. ‘’Demain, promets-moi que tu mangeras ton menu Mcdo’’ Arrives-tu à sourire malgré le ressenti. ‘’Parce que ce sera le meilleur, que tu aies pu goûter de ton existence’’


Horizona
Messages : 1535
Date d'inscription : 02/11/2019
Région : Alsace
Crédits : animationsedts tumblr

Univers fétiche : Science-Fiction , City , univers inventé
Préférence de jeu : Les deux
Scooby Doo
Horizona
Lun 21 Aoû - 22:41

Sofia
Hunter

J'ai 26 ans et je vis en Angleterre , à Londres. Dans la vie, je suis Chimiste dans une grande entreprise tournée vers l'écologie  et je m'en sors, très bien , je gagne bien ma vie. Sinon, grâce à ma chance, je suis en couple avec l'amour de ma vie et elle est tout mon monde.

 “The world is not a wish-granting factory.”(Feat Dr Sunky) - Page 2 68747470733a2f2f73332e616d617a6f6e6177732e636f6d2f776174747061642d6d656469612d736572766963652f53746f7279496d6167652f2d684c70644d74722d446c6556413d3d2d3936313638303231392e3136336136306461386535663238333539353539303637333930312e676966
With you, I'm alive
Like all the missing pieces of my heart, they finally collide
So stop time right here in the moonlight
'Cause I don't ever wanna close my eyes


And I can't stop myself from fallin' (down) down
Could you find a way to let me down slowly?
A little sympathy, I hope you can show me
If you wanna go then I'll be so lonely
If you're leavin', baby, let me down slowly


 “The world is not a wish-granting factory.”(Feat Dr Sunky) - Page 2 D285591ea8626853d7d4fac52f346dc911f12bfd


Fivel Stewart @ethereal-rpg
Oui , dans un certain sens , j'ai pu faire faire des choses à Clémence qu'elle n'aurait jamais imaginé.
Et pas seulement aller au McDo.
On s'est apporté de bonnes choses , et ce mutuellement , en se faisant découvrir tout ce que l'autre ne connaissait pas. Souvent , j'ai cette impression de ne rien lui apporter , de ne rien valoir , alors que je sais au plus profond de moi-même que je l'a rends heureuse. Ou tout du moins , j'ose l'espérer.

Peut-être pas autant que la course , mais c'est le dur jeu des passions , et bien que cela me fasse souffrir , qui suis-je pour l'empêcher de vivre ses rêves ?

Avant de connaître ma belle sprinteuse , je ne savais pas ce qu'était l'amour , même de manière amicale ou familiale. On me l'avait jamais fait ressentir et par conséquent , je le ressentais pas non plus , pour quiconque. Et aujourd'hui , j'aime Clémence avec une intensité qui n'est même pas descriptible , ou peut-être pas saine , certains disent que c'est dangereux de s'aimer trop. Parce que ça peut t'aveugler sur tout un tas de problème. La première fois que je lui ai dis que je l'aimais , je ne pensais pas que mes sentiments pourraient encore grandir , et souvent je l'imaginais partir à l'autre bout du monde , définitivement , pour son sport.
10 ans plus tard , mes sentiments ont décuplés.

Mais voilà...
Je suis en train de mourir.
Sûrement pas là maintenant , dans l'immédiat , même si c'est la sensation que j'ai. La maladie m'a gagné et prendra du terrain un peu plus chaque jour , rongeant mes poumons petit à petit , comme un putain de cancer. Un comble pour une femme qui n'a jamais bu une goutte d'alcool de sa vie ni touché une cigarette.

J'ai peur. Peur de l'arrivée des secours , peur que la douleur augmente. J'arrive tout de même à taquiner Clem qui m'offre une belle déclaration d'amour avant de fondre en larmes , elle qui m'a demandé de m'en sortir vivante juste avant , promesse que je n'ai pas formulée. J'ai pas la force , pas l'énergie pour me battre , mais mon soleil trouve toujours les mots justes :

"J'aime pas quand tu pleures..." , je réponds simplement dans un souffle , avec sincérite. Le but contre son camp qu'elle se met , l'ironie concernant son cerveau de génie m'arrache un petit rire , faible. "Insinue pas que t'es bête... " , mais elle a raison je me suis battue pendant des années avant de la rencontrer , même si j'ai eu mes moments de doute , et je ne peux pas cesser de lutter maintenant , même si je souffre comme je n'ai jamais souffert. "T'as pas tord...Je m'accroche toujours...mais c'est aussi parce que j'ai trouvé...quelqu'un qui me donne envie de continuer...mon soleil..." , mon regard se fait plus triste , distant à la mention du fast food ou du fait que je puisse manquer de quelque chose. "Je ne manque de rien...Et tu sais que ton poétisme...c'est une des choses qui m'ont fait tomber amoureuse de toi..." , je souffle en posant ma tête sur son épaule jusqu'à l'arrivée des secours , crachant mes poumons encore et encore. Elle est naïve ma petite amie , et je lui dit de ne pas l'être. Et...ce qu'elle me dit ensuite me glace le sang. "Ne me dis pas que tu as un cancer et que tu me l'as caché". J'ai envie de m'enterrer sous terre , très profondément , nouvelle peur qui vient s'ajouter aux autres , douleur tenace , voir sa déception dans ses yeux. "Non..." , je parviens à lui dire juste avant que les secouristes s'occupent de moi. C'est mentir dans un sens , mais en même temps , ce n'est pas d'un cancer que je souffre....

Les secours s'occupent bien de moi , comprenant même mon envie de taire la maladie. Le masque m'aide à mieux respirer , le produit injecté aussi , mais la douleur persiste , tel des brûlures , des coups , et mon coeur commence à avoir du mal à suivre le rythme imposé , par ma respiration haletante et le sang qui a été perdu.
Je me sens partir , et j'essaie de m'excuser auprès de Clémence , de dire les derniers mots tant importants. Je ne le remarque pas de suite , mais bien que l'ambulancière se soit éloignée , elle m'injecte un nouveau quelque chose , qui permet à mon coeur fatigué de reprendre doucement le rythme.

Le contact doux et chaud de la main de ma chère femme dans la mienne m'apaise , et je serre faiblement mes doigts autour des siens , comme pour me rappeler sa présence. Elle est là. Elle est là , et je dois m'accrocher , je ne dois pas lui faire ça , même si la douleur devient franchement insuportable.

"T'en fais pas...Je reste avec toi. J'ai pas l'intention de te...quitter..." , je parviens à dire malgré ma respiration difficile , sifflante , entrecoupée d'une quinte de toux particulièrement douloureuse. "J'ai juste besoin que tu m'abandonnes pas..." , loin de moi l'idée de la faire culpabiliser de ses nombreuses absences , je parle du moment présent , ce besoin d'avoir quelqu'un sur qui se raccrocher pour tenir bon. Si elle veut prier , qu'elle le fasse. Si je suis croyante , la religion ne m'a jamais réellement convaincue , et ce n'est pas ce vers quoi mes pensées se tournent à l'article de la mort. "On pourra aller...manger là où tu veux...promis..." , la main que je gardais sur sa joue , le pouce qui essuyait avec tendresse ses torrents de larmes que je déteste voir sur son beau visage , perd de sa force , et je laisse retomber mon bras , vaincue par la douleur , par mon énième quinte de toux malgré l'oxygène. "Je t'aime..." , je lâche dans un dernier souffle alors que ma prise dans sa main se relâche à son tour. La douleur , bien trop forte a raison de ma conscience , et mes yeux se ferment.

Tout se coupe , même la douleur , alors que Morphée m'offre une délivrance certaine.

Je ne meurs pas. Je m'évanouis , tout simplement. Mon coeur est lent , faible , mais il bat toujours et ma respiration se maintient. Les médicaments agissent , mais mon corps a besoin de repos...





10 ans plus tôt





Sofia
Hunter

J'ai 16 ans et je vis en Angleterre , à Londres. Dans la vie, je suis lycéenne dans un lycée de Londres  et je m'en sors, très bien sur le plan scolaire , socialement c'est le néant. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je m'en contrefous c'est très bien comme ça.

 “The world is not a wish-granting factory.”(Feat Dr Sunky) - Page 2 Tumblr_pqw5nkoeng1uwipvvo5_250
I've become so numb
I can't feel you there
Become so tired
So much more aware
I'm becoming this
All I want to do
Is be more like me
And be less like you


 “The world is not a wish-granting factory.”(Feat Dr Sunky) - Page 2 Tumblr_pqw5nkoeng1uwipvvo6_250


Fivel Stewart @ethereal-rpg
Bonnet profondément enfoncé sur les oreilles , casque par dessus pour écouter une douce musique style ambiant , je planche sur mes derniers devoirs de sciences.
L'anatomie complexe d'une cellule. Des schémas à apprendre , à refaire , les explications à maîtriser...Je relis mon cours , j'ai emprunté un livre à la BU pour faire quelques recherches en plus , curiosité débordante.
Il fait beau , alors je bosse sur un banc en extérieur , dans la cour du lycée , qui par chance est assez verte avec quelques arbres.
C'est agréable.

Et , c'est surtout infiniment mieux que chez moi...

Ça ne fait pas longtemps que je suis arrivée dans ce bahut , et c'est déjà la merde. Outre le fait que la plupart de mes camarades sont des crétins finis , il a fallut que le groupe des populaire / sportives , pimbèches et autres bombes type instagrameuses viennent me faire chier.
Sérieusement , j'attire à ce point les emmerdes ?

La vérité , c'est que j'aimerais juste qu'on me foute la paix. Au lieu de cela , je dois me taper leurs brimades ici , en plus de celles que je vis quotidiennement , chez la femme qui me sert de mère.

C'est alors que je suis en train de refaire le schéma de la cellule , de mémoire , après l'avoir enfin mémorisé , que je remarque une ombre au dessus de ma feuille. En relevant les yeux , je constate qu'il s'agit d'une fille qui vient de s'asseoir juste en face de moi.
Génial.
Je soupire , retirant mon casque de mes oreilles , adressant un regard tout sauf amical à la blonde devant moi :

"Qu'est-ce que tu me veux Brixton ?" , je crache presque , mécanisme de défense. Je zieute les environs pour distinguer peut-être une autre fille de son groupe. Je peux jamais être tranquille en fait. Brixton , ou Clémence de son prénom fait partie de celles qui m'ont fait chier dès mon premier jour. Sympa hein ? Et même si elle s'est excusée , je ne lui fais pas confiance. Toutes les mêmes , de toute manière. Comment je connais son nom ? Pas difficile. La moitié du lycée bave sur cette fille , et l'autre moitié loue ses talents en course. "C'est quoi le plan cette fois ? Tu fais distraction pour les autres connasses ?"
Dr Sunky
Messages : 12
Date d'inscription : 14/02/2023
Crédits : NightCafe

Univers fétiche : Post-Apo / Crossover
Préférence de jeu : Les deux
Valise
Dr Sunky
Lun 30 Oct - 14:54

Clémence Joséphine Brixton
J'ai 26 bougies soufflées et je vis harmonieusement à Londres, Grande-Bretagne. Dans la vie, je suis Athlète de haut niveau spécialisée dans le domaine de l'athlétisme et plus spécifiquement centrée sur le sprint à une distance de cent mètres. et je m'en sors Vivant en merveilleuse compagnie de la femme da ma vie je suis en couple et je le vis plutôt passionnément.

 “The world is not a wish-granting factory.”(Feat Dr Sunky) - Page 2 2bbddf50fb4a223741c9e9edab9c0eb01d32e649

Gonna hold ya, gonna kiss ya in my arms
Gonna take ya away from harm
Gonna hold ya, gonna kiss ya in my arms
Gonna take ya away from harm
Gonna take her for a ride on a big jet plane


 “The world is not a wish-granting factory.”(Feat Dr Sunky) - Page 2 5f2322f9892fdb56bf56738083c12ee41dcc5f42



Les meilleurs finissent toujours par partir en premier. Et les connards en derniers, ce qui est vachement paradoxal, en soi. Pourquoi, tu viens à en parler ? Eh bien, la souffrance abondante de ton caramel naturellement sucré, évoque en ton esprit ce terrible sujet.

Pourtant, ta cervelle expansive, ne prend pas en compte le mot mort de Sofia, envisageable. Comme un ordinateur, dont certaines commandes, ne sont nullement existantes.

Te concernant, cela porte un nom : le déni absolu. Tu es en plein dedans, comme deux parents, créant leurs enfants.

<< Je n'aime pas te voir souffrir… Surtout, quand tu m'annonces, l'inévitable. >> Qui pourrait se produire, au vu de ses propos et de ce que tu as pu observer, mais une fois supplémentaire… Il est impensable, à tes yeux, qu'un tel scénario ne se produise véritablement.

<< Je dis simplement, que je suis davantage réputée pour mes talents de sportives, que mes talents de scientifiques >>

Et c'est une vérité, bien fondée. Personne ne peut le nier, mais ce n'est pas quelque chose, qui viendrait à te vexer.

Tu sais ce que tu vaux, ainsi que les points faibles, qui t'imprègnent.

<< En même temps, qui ne se battrait pas pour rester en compagnie d'une femme qui se nomme Clémence Joséphine Brixton ? >>


Une touche d'humour, qui vient s'ajouter naturellement, avec un bref sourire : malgré l'ampleur de la situation.

<< Peu importe ce qui arrivera, les rayons du soleil, sont toujours là pour t'éclairer. T'emplir d'une gaieté, jamais égalée. Et t'imprégner d'un bonheur aussi radieux qu'un champ resplendissant de fleurs >>

Jojo la poète du 21ème siècle. De quoi redonner de l'énergie, ou ne serait-ce qu'au moins une part de lumière, dans le corps abimé de Miss Hunter.


<< C'est vrai, mon meilleur atout, est la montagne de billets que je possède, pour te combler un maximum. Même si l'amour prime avant tout. Je le sais si bien, c'est pour cette raison que j'en utilise à outrance >>
Quand on a conscience du poids des mots, de nos dons, autant les utiliser à fond. Le poétisme est en soi autant une passion, qu’une bizarrerie ancrée en toi.

À la suite de sa réponse, tu te retrouves rassurée. Malgré, qu'une part d'inquiétude démesurée, réside en ta personne aussi rapide qu'un guépard.

Son état de santé s’aggrave, la voir ainsi te rend malade. Tes iris plongés dans les siennes, tu te sens impuissante, de la voir ainsi. Comme si l’univers te punissait de toutes ces absences, à répétition.

<< Accroche-toi à moi, comme une sangsue qui ne quitte pas, sa proie. Comme un putain de chewing-gum, gravé sur le sol, comme un aimant qui ne quitte pas son frigo fétiche. Accroche-toi jusqu’à la fin des temps, comme si tu étais immortelle. Reste auprès de moi comme un éternel feu, qui ne quitte pas ses flammes  >>
L’émotion reprend le dessus, des larmes coulent à nouveau.  

On peut dire que tu as tout lâché d’un seul coup. En temps normal, tu le fais pour qu’elle craque davantage. Néanmoins, la crainte de la perdre, prend le dessus et tu en fais des caisses, comme si ça allait pouvoir la sauver de son état actuel.

<< Efface cette pensée de ton esprit, ma galaxie. T’abandonner, ne fait point partie, des choses que j’ai envisagées de toute mon existence. Ton ange gardien, ainsi que compagne de tes rêves, restera à tes côtés : quoi qu’il arrive >>

Tu comprends, qu’elle puisse s’inquiéter, mais en ce qui concerne l’abandon, ton sucre naturel peut-être, absolument rassurée.  

<< On mangera où tu voudras, il n’est plus question de moi >> Avec les moyens que tu possèdes, vous pourriez même dîner à l’autre bout du monde. Ce n’est clairement pas un problème. La seule chose à prendre en compte est la décision de Sofia.

En la voyant, reposer son bras et tousser à nouveau, tu réalises le déni ne pourra pas, éternellement, te rattraper. Ses mots résonnent en toi, sans que tu y aies envie d’y croire.

<< Je t’aime démesurément >> Viens-tu à exprimer en retour, alors qu’elle s’endort aussitôt, paisiblement. Du repos, elle va en avoir besoin, c’est certain.

Tu te contentes seulement, de caresser son cuir chevelu, avant de finalement craquer pendant qu’elle est auprès de Morphée.

Cette soirée a marqué un tournant, dans votre couple, votre histoire…

Et il se peut, que désormais, plus rien ne soit comme avant …




Clémence Joséphine Brixton
J'ai 16 ans et je vis à Londres, En Angleterre. Dans la vie, je suis lycéenne et je m'en sors extrêmement bien sur le plan sportif et moins au niveau des mathématiques. Sinon, grâce à ma chance, je suis pour le moment célibatire et je le vis plutôt bien.

I could be a pretty girl
I'll wear a skirt for you
I could be a pretty girl
Shut up when you want me too
I could be a pretty girl
Won't ever make you blue
I could be a pretty girl
I'll lose myself in you
Clairo - Pretty Girl


avatar :copyright: greenhouselab
Ten Years Ago

En cette matinée, bondée d’activités sportives, tu as encore une fois marqué les esprits. Ton prof de sport t’a encore félicité et croit, fermement, que tu as un avenir dans le milieu professionnel : tout autant que toi. Tes amies également, vous vous soutenez mutuellement.

Après avoir pris une pause du midi, afin de nourrir ton corps d’athlète, tu rejoins une certaine Sofia… Qui est la cible, de celles que tu côtoies. Et contrairement, à ce qu’elles peuvent penser, tu es opposée à l’idée de harceler qui que ce soit.

Ces foutus sodas, renversés sur cette âme resplendissante, te répugnent. Et malgré, que ton groupe est important à tes yeux, tu leur as bien fait comprendre : qu’il est temps de changer de comportement ou sinon elles ne te verront plus.

Naturellement, tu t’es excusée auprès de Miss Hunter, qui te voit, depuis le départ, d’un mauvais œil et c’est profondément logique. Même si, tu espères la connaître davantage. Elle paraît à la fois mystérieuse, effacée, mais surtout brillante et compétente au sujet des cours.

Et justement une idée, s’est immiscée en ton esprit, de sportive expansive. Toi, qui est naze sur pas mal de matières, notamment majoritairement sur celles qui comportent une partie intellectuelle : Déterminée, tu comptes acheter la plus grande porteuse de bonnet, de l’univers.

Baignant dans l’abondance financière, tu n’as guère à t’inquiéter de ce qui pourrait advenir de ton futur. Comme si tout était écrit, à l’avance, depuis ta naissance.

En quittant, le bâtiment principal du lycée, prenant le temps de marcher : tu te diriges vers la discrète Sofi, occupée avec sa bouille angélique.

Une fois installée, cette dernière te repère, sans l’apparence d’un sourire aux lèvres, contrairement au tien présent et amical.

Ayant à peine le temps de réagir, elle réagit sur la défensive. Pourtant, cela ne t’empêche pas de rester à ses côtés, puisque au fond, tu commences à l’apprécier.

<< Rien de tout ça, détends-toi, je suis sincèrement désolée : de ce qui s'est passé. Les autres connasses, sont sûrement occupées à swiper sur Instagram, actuellement. Alors, si tu penses que je suis là, pour t’emmerder, je perdrais un temps précieux. Et puis, à quoi bon s’en prendre aux autres ? Le monde va déjà assez mal comme cela >>

Un monologue, tu viens d’en faire, comme si tu conversais avec une amie de longue date. << J’ai une proposition, à te faire. Je suis nulle en mathématiques, j’ai besoin de ton aide pour un devoir sur les équations au second degré : tu serais d’accord pour m’aider ? En échange de ce billet ? >>

Que tu tentes un peu désespérée sur la fin, accompagnée d'yeux de biches. Et puis tu ne fais pas les choses à moitié, l’équivalent de 50 euros en livres sterling. Mais, au cas où un dernier l’attend dans l’une de tes poches. Comme quoi, tu es prête à tout, pour passer du temps en sa présence. << Au fait ton bonnet te va merveilleusement bien, personne ne te l'a jamais dit ? >> La pêche aux compliments, vient de commencer.  
Horizona
Messages : 1535
Date d'inscription : 02/11/2019
Région : Alsace
Crédits : animationsedts tumblr

Univers fétiche : Science-Fiction , City , univers inventé
Préférence de jeu : Les deux
Scooby Doo
Horizona
Lun 11 Déc - 20:44

Sofia
Hunter

J'ai 26 ans et je vis en Angleterre , à Londres. Dans la vie, je suis Chimiste dans une grande entreprise tournée vers l'écologie  et je m'en sors, très bien , je gagne bien ma vie. Sinon, grâce à ma chance, je suis en couple avec l'amour de ma vie et elle est tout mon monde.

 “The world is not a wish-granting factory.”(Feat Dr Sunky) - Page 2 68747470733a2f2f73332e616d617a6f6e6177732e636f6d2f776174747061642d6d656469612d736572766963652f53746f7279496d6167652f2d684c70644d74722d446c6556413d3d2d3936313638303231392e3136336136306461386535663238333539353539303637333930312e676966
With you, I'm alive
Like all the missing pieces of my heart, they finally collide
So stop time right here in the moonlight
'Cause I don't ever wanna close my eyes


And I can't stop myself from fallin' (down) down
Could you find a way to let me down slowly?
A little sympathy, I hope you can show me
If you wanna go then I'll be so lonely
If you're leavin', baby, let me down slowly


 “The world is not a wish-granting factory.”(Feat Dr Sunky) - Page 2 D285591ea8626853d7d4fac52f346dc911f12bfd


Fivel Stewart @ethereal-rpg
Les dernières paroles de mon amour ancrées dans le coeur, j'ai passé de longues heures en coma artificiel, puis intubée. Malgré les médicaments, le coeur stabilisé, une fois mon arrivée à l'hôpital, je ne respirais plus correctement, poumons inflammés et fatigués. Je sais que Clémence a traversé de longs moments d'attentes, de peurs, de doute.
Pour ma part, je n'ai pas vraiment senti le temps passé...j'entendais certaines choses durant mon coma, un peu comme dans un brouillard mais le souvenir le plus précis que je garde, c'est celui du réveil, où j'ai paniqué en sentant que je ne respirais pas seule, mais grâce à une machine. Heureusement, on m'en a débarassé bien vite.

Je n'avais plus mal. Cette douleur si intense que j'ai pu ressentir, la certitude que j'allais mourir...envolés. C'était déroutant. Je me suis arrangée pour rencontrer le médecin en l'absence de Clémence. Je ne voulais pas qu'elle l'apprenne de cette manière, je retarde encore l'instant fatidique.
Le docteur n'a fait que me rappeler ce que je savais déjà. Je venais de vivre ma première crise, signal du lancement du compte à rebours. Prémice d'une lente dégradation. D'une fatigue et d'une toux chronique qui vont s'installer bien trop rapidement...

Est-ce que j'ai peur ?
Je n'en sais trop rien à vrai dire.
A ma sortie de l'hôpital il y a une petite semaine, ce qui me faisait peur, c'était la future réaction de Clémence face à mon décès prochain, à mes mensonges...
C'est hier quand j'ai commencé à tousser un peu de nouveau, alors que la blonde était au boulot, que je me suis avoué : je ne pourrais plus lui cacher la vérité plus longtemps.

Au fond de moi, je sais que Clem ne m'abandonnera pas. Je la connais. Je sais la profondeur de ses sentiments pour moi. Mais, ce que je sais aussi, c'est que ses révélations vont la bouleverser, la rendre malheureuse au possible. J'ai beau être dure envers moi-même, avec une estime relativement basse, je sais pertinnement, que ma petite amie sera effondrée par la perspective de me perdre.

En fin d'après-midi, j'ai envoyé un sms à Clémence qui devait bientôt rentrer : "Faut qu'on parle mon coeur...Je vais un peu me promener...Tu me rejoins à notre endroit ?"
Notre endroit comme je l'appelle, c'est le petit coin de nature, où l'on peut s'isoler facilement...le lieu de notre premier baiser. Je ne pouvais pas choisir meilleur cadre pour me sentir apaisée et en confiance.

J'arrive logiquement avant Clémence, et je m'assois en tailleur dans l'herbe, me contentant de checker mon portable de temps en temps, de répondre à des sms de rétablissement...
Lorsque ma petite amie me rejoint, je viens naturellement me blottir contre celle qui m'a littéralement chouchouté et enveloppé d'amour cette semaine. Qui se doute forcément de quelque chose aussi, je suppose. Je relève mon regard vers elle, et j'ai bien du mal à cacher ma tristesse cette fois-ci. Le coeur qui s'emballe, mais pas à cause de sa présence, comme il peut le faire habituellement.
Je pose une main sur sa joue, avant de me coller mon front contre le sien :

"Il faut que je te dise quelque chose...que j'aurai dû te dire il y a un moment déjà.", je souffle sentant l'angoisse revenir. Comment le dire, sans lui faire croire que je ne lui faisais pas confiance ? "Laisse-moi juste te l'expliquer sans m'interrompre s'il te plaît ?", je caresse tendrement sa joue de mon pouce, prenant une grande inspiration avant de me lancer. "Y'a quelques semaines...quand tu avais ta compétition...Je me suis sentie mal, j'avais un peu de mal à respirer. Je t'en ai pas parlé parce que je ne voulais pas t'inquiéter, je ne pensais pas que c'était grave. Je suis allée voir le médecin qui m'a fait passer un examen en urgence après que j'ai eu du sang dans ma toux et...., je ferme les yeux parce que je suis incapable de croiser son regard maintenant. Je m'interdis de pleurer, de craquer, parce que je veux être forte. Donner cette impression au moins une fois. je glisse ma main libre dans la sienne. "C'était pas bon du tout. Vraiment...enfin...Tu comprends ce que je veux te dire Clem ?", je rouvre les yeux pour croiser son regard qui me bouleverse. Comment suis-je censée ne pas pleurer... "On m'a diagnostiqué la mutation D66. C'est...une maladie qui touche principalement les poumons, parfois le coeur. Et...C'est mortel."

Voilà. Je l'ai dis.

"Je voulais t'en parler, je te le promets c'est juste...Je n'arrivais pas à trouver le temps, j'avais peur et...Je suis désolée. Je suis tellement désolée mon amour...", ne pas pleurer, ne pas pleurer...Je me colle un peu plu fort contre elle, tant j'aimerais me réveiller de cet affreux cauchemar.








Sofia
Hunter

J'ai 16 ans et je vis en Angleterre , à Londres. Dans la vie, je suis lycéenne dans un lycée de Londres  et je m'en sors, très bien sur le plan scolaire , socialement c'est le néant. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je m'en contrefous c'est très bien comme ça.

 “The world is not a wish-granting factory.”(Feat Dr Sunky) - Page 2 Tumblr_pqw5nkoeng1uwipvvo5_250
I've become so numb
I can't feel you there
Become so tired
So much more aware
I'm becoming this
All I want to do
Is be more like me
And be less like you


 “The world is not a wish-granting factory.”(Feat Dr Sunky) - Page 2 Tumblr_pqw5nkoeng1uwipvvo6_250


Fivel Stewart @ethereal-rpg
Je n'ai pas envie de parler à la blonde. Je veux juste qu'elle me foute la paix. Elle et toutes les groupies qui lui court après. Les sportifs faut toujours s'en méfier. Tous et toutes les mêmes. Dans leur crâne, il n'y a que le superficiel qui compte et rien d'autre. Je ne sais même pas pourquoi je prends la peine de lui parler, de lui répondre, j'aurai mieux fait de l'ignorer. Elle me fait rire, un rire jaune.

"Ouais t'as raison madame la philosophe y'a assez d'emmerdes dans le monde. Ca t'empêches pas de faire pareil pourtant. Alors va faire tes photos instagram et fous moi la paix ok ? Je peux pas compter juste sur le sport pour réussir mon année moi." , je pensais que ce serait suffisant pour que blondasse me foute la paix mais faut croire que non. Elle reste là, continue de parler comme si je n'avais même pas ouvert la bouche. Elle est gonflée bordel. Et pas qu'un peu. Comment on dit déjà ? Ah oui. le cul bordéde nouilles. "Fais comme tout le monde Brixton : travaille. C'est mieux que d'acheter les autres."

Pour dire vrai, le billet est diablement tentant. Pour économiser pour la guitare de mes rêves, ou tout simplement pour manger les soirs où j'ai faim et où je n'ai pas accès au frigo. Je brûle d'envie d'accepter son pacte, un pacte avec le diable je dirai presque, mais j'ai encore un minimum d'amour propre pour refuser.

"Non figure toi qu'en général on me dit que ça me fait ressembler à une clocharde.", je soupire en levant les yeux au ciel, fermant brutalement mon bouquin de sciences. "Tu vas vraiment pas lâcher le morceau en fait ? T'es si nulle que ça en maths ?"
Dr Sunky
Messages : 12
Date d'inscription : 14/02/2023
Crédits : NightCafe

Univers fétiche : Post-Apo / Crossover
Préférence de jeu : Les deux
Valise
Dr Sunky
Dim 21 Jan - 15:59

Clémence Joséphine Brixton
J'ai 26 bougies soufflées et je vis harmonieusement à Londres, Grande-Bretagne. Dans la vie, je suis Athlète de haut niveau spécialisée dans le domaine de l'athlétisme et plus spécifiquement centrée sur le sprint à une distance de cent mètres. et je m'en sors Vivant en merveilleuse compagnie de la femme da ma vie je suis en couple et je le vis plutôt passionnément.

 “The world is not a wish-granting factory.”(Feat Dr Sunky) - Page 2 2bbddf50fb4a223741c9e9edab9c0eb01d32e649

Gonna hold ya, gonna kiss ya in my arms
Gonna take ya away from harm
Gonna hold ya, gonna kiss ya in my arms
Gonna take ya away from harm
Gonna take her for a ride on a big jet plane


 “The world is not a wish-granting factory.”(Feat Dr Sunky) - Page 2 5f2322f9892fdb56bf56738083c12ee41dcc5f42



La veille fut cauchemardesque et éprouvante à vivre tant bien que pour ta moitié sucrée, que ta personne en pleine expansivité.

Il faut dire, que cet événement n’était pas des plus attendus. Dans la mesure où ce genre de chose, statistiquement dans un couple, a peu de chances de se produire.

Mais le faible pourcentage en question est arrivé à Londres, chez Clem-So : qui n’est pas prêt de pouvoir se poser sereinement.

À vrai dire plus rien ne sera comme avant, j’ai beau être dans le déni. En revanche, je sais pertinemment, que tôt ou tard … Tout finit par éclater et dans des circonstances, peu resplendissantes.

En dépit de toute la souffrance qui s’est installée depuis peu de temps, tu gardes la tête haute et toutes deux : vous vous battez afin de combattre, ce malheur qui a frappé hier soir.

Et en cette fin d’après-midi, tu as reçu un SMS de la part de ta chasseuse, qui m’a préoccupée. Car, quand il s’agit de nous retrouver à notre endroit, ce n’est pas pour une raison des plus banales.

Néanmoins, plutôt que de me faire des scénarios, dans ma tête, je me contente de lui répondre avec affection : << D’accord mon sucre, tu as bien raison, après ce qu’on a traversé hier soir … Je serai là, assez rapidement : Je t’aime, à tout de suite >>

En arrivant, souriant légèrement, toujours marquée par le tragique événement récent, je m’installe auprès de la femme de ma vie.

Naturellement, cette première, parce qu’à mes yeux ce n’est pas la dernière : m’offre une montagne d’affections.

<< Je t’écoute, je suppose que ça a un lien avec ce qu’il s’est passé la veille… >> Et que ça n’augure absolument rien de bon pour la suite. << D’accord, je te le promets >> Accompagné d’un hochement de tête, approbatif.

Lorsqu’elle glisse sa main dans la tienne, tu l’imites. Tu t’attends à ce que ton Soleil, ta Lune, ta Galaxie, ton Univers, t’annonce un désastre et c’est bel et bien le cas.

Des larmes viennent couler abondamment, sur tes joues comme ton sang dans tes veines. Et une douleur atroce, commence à ronger ton être. La première chose qui te vient à l’esprit est d’agir sur la défensive. << Et tu n’as pas jugé utile, de m’en parler assez rapidement ?! Je ne peux pas croire que tu m’ais caché une chose pareille … >> Et toi Connasse Brixton, si tu avais au moins la décence, de lui accorder plus de temps : Peut-être qu’elle te l’aurai déjà dit, si tu lui montrais plus d’amour ainsi que de présence. Au fond, tu sais que tout est de ta faute. Que tu n’est qu’une vulgaire garce, qui mérite, de ne pas l’avoir sue immédiatement

T’en viens à pleurer sans pouvoir mettre de mots supplémentaires sur cette absence de confiance. << Je suis désolé, aussi. Tu te souviens, toutes les fois, où tu me disais que tu ne me méritais pas, au fond .. Je pense que c’est plutôt l’inverse. Après toutes les fois où j’étais absente, sans t’accorder la moindre minute, je les regrette amèrement. Car à présent, je sais que notre temps ensemble … Est très limitée. La seule chose que je serais en mesure de faire, c’est de me racheter après toutes ces années, où tu as ressenti un manque. Et même si j’arrive à être la meilleure des compagnes, avant que tu t’en ailles. La majeure partie du temps précédant cet événement, je n’ai pas été là pour toi suffisamment. Ce qui me terrifie le plus, c’est de te laisser un souvenir, d’un manque indescriptible. Que tu partes, en pensant que la seule chose qui compte pour moi c’est ma carrière … >> Tu t'effondres juste après, avoir parlé avec le cœur. Tu t’en veux et tu sais avec persistance, qu’elle peut mourir à tout moment. Et que le reste de ta vie, tu le passeras sans elle. L’idée même de devoir te séparer d’elle, te glace le sang. Étonnamment, en parvenant à te calmer un tantinet, tu lui offres une proposition alléchante. << Avant qu’on aille au Mcdonald's, je voudrais savoir quelque chose. Et réponds moi honnêtement. Est-ce que tu penses, que tu arriveras à me pardonner toutes ces longues et interminables absences ? Parce que me concernant, je pense qu'elles resteront gravées, jusqu’à la fin … Je t’aime et je ne cesserai jamais de t’aimer, quoi qu’il arrive. >>


Clémence Joséphine Brixton
J'ai 16 ans et je vis à Londres, En Angleterre. Dans la vie, je suis lycéenne et je m'en sors extrêmement bien sur le plan sportif et moins au niveau des mathématiques. Sinon, grâce à ma chance, je suis pour le moment célibatire et je le vis plutôt bien.

I could be a pretty girl
I'll wear a skirt for you
I could be a pretty girl
Shut up when you want me too
I could be a pretty girl
Won't ever make you blue
I could be a pretty girl
I'll lose myself in you
Clairo - Pretty Girl


avatar :copyright: greenhouselab
Ten Years Ago

Même si l’on ne se connaît pas réellement au fond. Je me sens peinée, de la voir me haïr ainsi. C’est une fille, qui paraît si authentique et bienveillante malgré tout le venin qu’elle me crache à la figure.

<< Je n’ai jamais voulu cela. Tu ne mérites pas qu’on te traite ainsi, personne. Tu as l’air brillante et contrairement à moi : tu réussiras sans doutes, tes études pas par le pouvoir de l’argent mais pour ton intelligence et tes talents. Ce qui prouve, que tu le mérites plus que moi au fond, de réussir. >>
Je suis tout autant talentueuse, mais dans une seule matière. Et en temps normal, ce ne serait pas suffisant. En revanche ma famille a suffisamment de pouvoirs, pour me permettre d’obtenir tout ce que je désire comme études.

<< Tu sais, quand tu commences par acheter quelqu’un au lieu de faire le sale boulot, c’est tellement satisfait et étrangement gratifiant … Que tu ne peux plus t’en lasser. >> Que t’en viens à la taquiner, pour tenter de détendre l’atmosphère, tendue.

<< Ce sont tous des connards, tu as plutôt l’air d’un top model avec. Le genre, qui ferait craquer une sportive, populaire >>
Wow, tu en dis un peu trop.

<< Moi ? Lâcher, un si beau visage que le tien ? Impossible. Eh bien, disons que pour moi les Mathématiques, c’est comme essayer de comprendre la langue chinoise. À chaque fois, que j’essaie, mon cerveau ne peut s’empêcher d’avoir une error 404 >> Et tu glisses un autre billet de 50 livres sterlling.

<< Que dis-tu du double ? Pour un simple devoir, qui à tes yeux, est aussi facile pour moi de courir. Personne d’autre ne te fera une offre pareille. Et avec tu pourras te payer, toutes les sucreries du coin. Ou aller au restaurant chic du coin. Ou même t’acheter de nouveaux vêtements, ou un nouveau bonnet, aussi resplendissant que celui que tu portes à présent. Alors qu’en dis-tu ? >>



Contenu sponsorisé
“The world is not a wish-granting factory.”(Feat Dr Sunky)
Page 2 sur 2
Aller à la page : Précédent  1, 2
Sujets similaires
-
» New world order : Laissez les bons temps rouler ! (feat PyramidRouge)
» Isn't it lovely ? ~ DR Sunky
» Let somebody Go [Ft. Elsy & Cloud Factory]
» Cloud Factory Ϟ Ex Astris Scientia
» I want the world !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers réel :: Europe-
Sauter vers: