Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues
qui tu veux,
quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
Le deal à ne pas rater :
Cartes Pokémon : où commander le coffret Pokémon Go Collection ...
64.99 €
Voir le deal

LE TEMPS D'UN RP

" You have to die a few times before you can really live."

Mad Max
Messages : 329
Date d'inscription : 06/05/2021
Région : Centre-Val de Loire
Crédits : Mad Max (signature : magma)

Univers fétiche : De tout
Préférence de jeu : Femme
patrick
Mad Max
Mar 5 Juil - 22:49
Le contexte du RP
Mise en situation

La situation

à venir.


j1uq.pnggtfb.png9m0b.png
But do you feel like a young God? You know the two of us are just young Gods and we'll be flying through the streets with the people underneath...And they're running, running, running.
Mad Max
Messages : 329
Date d'inscription : 06/05/2021
Région : Centre-Val de Loire
Crédits : Mad Max (signature : magma)

Univers fétiche : De tout
Préférence de jeu : Femme
patrick
Mad Max
Mar 5 Juil - 22:59

Raven Blackleach
J'ai 27 ans ans et je vis à Aspen Creek, aux Etats-Unis. Dans la vie, je suis étudiante et barmaid et les fins de mois sont difficiles. Sinon, grâce à mon tempérament, je suis seule et cette solitude est pour moi une véritable bénédiction bien qu'une infime partie de mon être, que je m'efforce d'ignorer, le supporte difficilement.



Within me, a wolf is scratching at the walls
of my throat — a wildness whose howl
is begging to escape me.


" You have to die a few times before you can really live." Tumblr_pkkc2r782F1qdlyjwo2_400
Martinis. Mojitos. Bloody Mary. Sex on the beach. Encore un martini. Raven répétait les mêmes gestes depuis le début de son service sans ressentir ne serait-ce qu’une once de lassitude. Préparer un cocktail était un art. Personne ne partageait sa vision, encore moins ici, dans le bar miteux d’Aspen Creek où les fondations semblaient être à deux doigts de s’effondrer et où la clientèle se résumait à des ivrognes du coin, qui se moquaient bien de savoir que le plafond pouvait s’écrouler d’un instant à l’autre. “ Eh poupée, ramène ton joli cul et ressert moi une autre bière !”Raven ne cilla pas. Ses remarques rythmaient son quotidien…et la louve avait appris à se maîtriser pour éviter d’arracher la trachée du premier soûlard assez idiot pour se frotter à elle. Mais bien que l’envie était contrôlée…elle n’en restait pas moins bien présente, et intense.

Raven déposa la pinte de bière devant l’ivrogne. Elle s’efforça d’ignorer le regard de rapace que l’homme lui jeta lorsqu’il aperçut que son petit haut noir dévoilait un joli décolleté. Ce n’était que son deuxième jour ici et la louve abhorrait déjà sa tenue de travail, qui, avec son jean serré et son t-shirt moulant, attirait bien trop à son goût l'œil de la gente masculine.

Ordre du patron. Il fallait retenir l’attention de la clientèle pour qu’elle ne s’attarde pas sur les murs effrités par le temps. Un bruyant raclement de gorge lui retourna l’estomac. Ce n’était que pour quelques mois, se répétait-elle pour se donner du courage…et calmer l’agitation grandissante de sa louve. Et puis, la fin de son service approchait. Un coup d'œil à l’horloge dans son dos lui confirma cette pensée, à son plus grand soulagement. La bête frémit d’impatience. La proximité de tous ces débauchés, hommes comme femmes, la rendait terriblement nerveuse. Ce n’était que pour quelques mois. Pour renflouer son découvert et survivre. Elle avait besoin de cet emploi. Quand bien même l’air ambiant lui donnait la nausée, quand bien même elle haïssait son supérieur, quand bien même elle finirait par cauchemarder au sujet de peinture écaillée et papier peint dégradé, elle avait besoin de cet argent.

La soirée s’essoufflait progressivement. Quelques silhouettes, bancales et titubantes, commençaient à se traîner jusqu’à la sortie. Des rires gras continuaient de fuser et des voix hystériques comblaient encore l’immensité de la pièce, mais la foule s’amincissait doucement au fil des minutes. “ Bonsoir, qu’est-ce que je vous sers ?”demanda-t-elle automatiquement à l’homme qui venait de s’approcher du comptoir, concentrée sur la pinte de bière qu’elle était en train de remplir. Pinte qui ferait sans nul doute partie des dernières de la soirée. Sa louve frétillait. Elle se languissait déjà de la forêt et de l’odeur si particulière de la terre et des écorces ; Raven s’était promis qu’elle s’arrêterait un instant à la lisère des bois pour contempler la beauté des étoiles avant de retrouver le confort civilisé de son studio. L’heure tournait rapidement. Encore un peu de patience et…elle pourra enfin s’échapper de cet endroit miteux.


j1uq.pnggtfb.png9m0b.png
But do you feel like a young God? You know the two of us are just young Gods and we'll be flying through the streets with the people underneath...And they're running, running, running.
Clionestra
Messages : 577
Date d'inscription : 29/12/2020
Crédits : moi

Univers fétiche : Fantastique
Préférence de jeu : Les deux
cat
https://www.letempsdunrp.com/t4331-je-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4332-je-suis-pas-seule-dans-ma-vie-repertoire-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4814-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-recherche-rp-ok-fev-2022
Clionestra
Mer 6 Juil - 0:25

Jérémias
Rivera

J'ai 132 ans  mais j'en fais beaucoup moins et je viens d'emménager à Aspen Creek, dans les montagnes enneigées. Dans la vie, je suis professeur en médecine et médecin légiste. Je suis un vampire et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

→ Il a été transformé en vampire à l'âge de 25 ans, en 1915, pendant la première guerre mondiale.
→ Il rencontra un britannique, le médecin Tennant, un vampire tout comme lui qui lui appris, en plus de ne pas céder à la soif, à devenir un médecin comme lui.
→ En 2020, Jérémias, voulait essayer de voir comment il arriverait à survivre tout seul.
→ Il partit à Aspen Creek, avec un C.V. modifié en mode vampire. Il avait déjà son doctorat, et des alliés vampire près à faire témoin de moralité sur ses travaux précédents.
→ On lui proposa un post de médecin légiste, mais aussi professeur, dans une université au cœur des montagnes enneigés. Ce qu'il accepta.

→ Il a eu quelques conquêtes vampires, mais aucune qui ne soit rester assez longtemps pour le connaître réellement.
→ Il parle espagnol, anglais, français, russe, chinois et japonais.

→ Il a un pouvoir très spécial. Jérémias peut redevenir humain. Il teste d'ailleurs souvent ses capacités et essaie de voir combien de temps il arrive à rester purement humain. Il peut avoir l'air plus vieux que ses 25 ans.
→ Il peut aussi rendre les autres humains, faisant devenir vulnérable les autres vampires, les loups et autres créatures magiques.
→ Il peut empêcher leurs pouvoirs de fonctionner de le même manière.
Jérémias observait le bar depuis sa voiture. C’était vraiment incroyable les voitures modernes non ? Jérémias touchait le volant de sa voiture avec sa main. La voiture était une Porsche. Il avait beaucoup de voiture, caché un peu partout dans les pays qu’il avait traversé. La Porsche était sa voiture préférée en ce moment. Une voiture fluide, rapide, efficace et clairement classe. Il aimait la couleur bleu foncé de son véhicule. Atypique. Une couleur assez changeante, presque discrète. Il aimait l’odeur de l’intérieur de la voiture. Il se sentait bien ici. Loin des vivants.

Bien qu’ayant besoin des vivants pour survivre, il n’en avait pas moins l’appréhension de les approcher. Il se souvenait de sa transformation. Il se souvenait de son réveil. Il se souvenait de la faim. Il avait appris à vivre autrement, avec le sang des animaux ou avec des poches de sang. Il avait appris à être bien plus fort que les Volturi. Il n’avait pas le choix … Aro voulait Jérémias dans son armée. Jérémias préférait encore se faire arracher les veines avec des pinces à épiler. Il soupira, acte bien inutile quand on avait plus besoin de respirer. Il observait à nouveau le bar.

Il tapotait encore le volant de ses doigts fins. Il devait y aller. Il n’avait pas le choix. Tennant lui disait toujours que la meilleure méthode pour se contrôler, c’était d’essayer. Encore et encore. Jérémias respira, une grande respiration. Doucement il mit en marche son cœur, puis son poumon, et il ralluma son corps. Comme une lampe avec un variateur, il augmentait la vie dans son corps. Ses yeux rouge/or, au bout d’un moment à passer d’un sang animal à humain ses yeux avaient pris cette couleur, s’assombrirent pour devenir marrons. Il respira encore. D’un coup, tout fonctionna. Il se regarda à travers le rétroviseur intérieur.

Humain.

Il soupira. Normalement, il pouvait tenir plusieurs heures sous forme humaine… puis, il finissait par avoir soif. Très soif. Il avait tellement soif que parfois il perdait le contrôle. C’était le serpent qui se mord la queue. Humain, il avait besoin de faire battre ce cœur. Il avait besoin de sentir l’adrénaline. Il trouvait souvent une méthode ou une autre pour cela. La méthode la plus simple ? Le sexe. Quand il trouvait une bonne partenaire d’une nuit son cœur battait la chamade sous le coup de l’excitation… et logiquement ça lui donner des coups de fouet. S’il avait tué, au début, certaines de ses conquêtes… Tennant avait toujours réussi à le cacher aux Volturi.

Il sorti de sa voiture. Laissant son beau véhicule dans le parking à l’abri de la lumière. Il n’avait pas besoin d’attirer l’attention, il avait besoin de trouver sa victime. Dans un bar aussi malfamé que celui-ci, il ne doutait pas de trouver une femme seule, remplaçable, inexistante, qui ne manquerait à personne. Ou il craquait, et elle mourait. Ou elle aurait le droit à un soirée mémorable dans les bras de quelqu’un avec plus de cent ans d’expérience. C’était à voir. Il rentra dans le bar en observant. Sondant la foule pour trouver sa victime, quand une odeur alléchante lui fit tourner la tête.

Même en étant humain, à l’instant, il n’était pas moins un vampire. Normalement les vampires n’étaient pas attirés par le sang d’un loup… mais là il ne le sentit pas. Il ne sentit pas l’odeur de répulsion qu’il avait d’ordinaire pour les loups. Tout l’inverse. L’odeur aurait presque pu lui faire sortir les crocs s’il n’avait pas été humain dans la minute. Il s’approcha du bar, cherchant la source de cette odeur, et il la trouva. Elle.

Il y avait une odeur en elle. Quelque chose dans la manière dont elle se penchait pour remplir la pinte de bière qui donner l’impression à Jérémias de n’avoir jamais rencontré une humaine comme elle. Il se racla la gorge. Il ne buvait que rarement. Il ne mangeait que rarement. Quand il était humain, il avait tout de même oublié les plaisirs simples comme boire ou manger.

- Votre cocktail préféré, avec ou sans alcool, je prends. Je ne bois que rarement dans un bar qui propose autant de possibilité, je n’y connais rien.

Et c’était la vérité. L’eau de vie qui trainait dans les tranchées n’avait rien à voir avec toutes les possibilités qu’avait ce même bar. Malfamé, peut-être, mais pas démuni. Il fit un sourire vers la barmaid. Peut-être que cette beauté atypique pourrait être sa victime du soir ? Il l’observait. Il avait déjà été attiré par bien pire pour ses expérimentations. Il attendait que la jeune femme pose un regard vers lui.


May you be in heaven
a full half hour
4b894efa40578603614668c5fa78584a7c80c010.gifv
ea4f251cd17e39702fbc69bb76198aad0d4cb667.gifv
before the devil knows
you're dead.
ANAPHORE

Mes recherches
Mad Max
Messages : 329
Date d'inscription : 06/05/2021
Région : Centre-Val de Loire
Crédits : Mad Max (signature : magma)

Univers fétiche : De tout
Préférence de jeu : Femme
patrick
Mad Max
Jeu 7 Juil - 10:24

Raven Blackleach
J'ai 27 ans ans et je vis à Aspen Creek, aux Etats-Unis. Dans la vie, je suis étudiante et barmaid et les fins de mois sont difficiles. Sinon, grâce à mon tempérament, je suis seule et cette solitude est pour moi une véritable bénédiction bien qu'une infime partie de mon être, que je m'efforce d'ignorer, le supporte difficilement.



Within me, a wolf is scratching at the walls
of my throat — a wildness whose howl
is begging to escape me.


" You have to die a few times before you can really live." Tumblr_pkkc2r782F1qdlyjwo2_400
Ce n’était pas le genre de réponse auquel Raven s’attendait, encore moins à cette heure là de la nuit et dans un endroit comme celui-ci. D’ordinaire, on lui réclamait d’une voix traînante une large pinte de bière avant de lui souffler au visage une haleine âcre, empreinte d’alcool, qui se mariait toujours à une odeur nauséabonde collée aux vêtements. Mais…pas cette fois-ci. Cette fois-ci, la voix était rauque, profonde, caressante et le parfum qui se dégageait de cet homme…était un parfum captivant, sucré, piqué par une touche d'anis, un parfum si particulier et terriblement séduisant qui jurait avec les effluves d’alcool du bar.

Son premier réflexe fut de prendre une brève inspiration. Oh, quelle étrange essence. Si agréable au milieu des effluves de bières et de rhum…. L’intérêt de la louve s’éveilla subitement. “ Le Kamikaze, c’est notre cocktail maison.”rétorqua-t-elle, impassible et professionnelle. Raven redressa alors la tête un instant pour découvrir de ses propres yeux le propriétaire de ce parfum boisé.

“ Faites pas attention à son nom, il n'est pas si explos…”Ses mots se perdirent dans le vacarme du bar à l’instant même où son regard croisa celui de l’homme. L’horloge se figea. Le monde autour d’elle s’immobilisa et sembla disparaître dans un océan de ténèbres. Raven se noya dans les pupilles ambrées de l’inconnu et disparut loin de la surface, loin de la réalité pour mieux se perdre dans ce qu’il semblait être la liberté. Elle l’avait enfin trouvé, sa délivrance. Son havre de paix. Et son refuge portait le plus beau des visages ; des lèvres fines, une mâchoire prononcée et un regard ténébreux. Ensorcelant. La sensation d’être enfin complète lui fit l’effet d’un violent coup dans l’abdomen et pourtant, la louve demeura inerte, paralysée par ce déluge d’émotions qui s’abattait sur elle. Elle n’était plus seule. Plus jamais elle ne ressentirait la solitude et plus jamais elle…

“ Eh oh Raven qu’est ce que tu fabriques ?! Ça déborde !”s’affola une voix dans son dos. L’illusion se brisa brusquement. Les aiguilles se remirent à tourner et les silhouettes environnantes retrouvèrent leur vivacité. Raven écarquilla les yeux. La panique afflua aussitôt jusqu’à son esprit lorsqu’elle prit conscience du liquide ambré qui se déversait avec joie et ferveur sur ses mains. Elle laissa échapper un juron. Sa paume se referma sur le manche de la machine, arrêtant ainsi l’intrépide flot de bière. Un autre juron traversa la barrière de ses lèvres avant que Raven ne s’empare d’un torchon pour essuyer l’alcool qui engluait dorénavant ses doigts.

“ J’tavais bien dit d’arrêter de boire dans les verres des clients…”Le timbre malicieux de son collègue ne servit qu’à attiser sa colère naissante. Bon sang. Elle avait envie de se cacher. La honte lui cuisait si bien les joues, que Raven sentait sa peau prendre littéralement feu. “ Excusez-moi, c’est…heu…la fatigue…”marmonna-t-elle, rembrunie, évitant soigneusement de rencontrer le regard du client. La fatigue. Si seulement. “ Qu’est-ce que vous avez commandé déjà ? Ah oui, c’est vrai, vous ne saviez pas quoi prendre. Bougez pas, je vous sers dans un instant.”Elle déposa le verre devant un vieillard avant de revenir près de l’étranger, s’efforçant de bloquer tous ses sens pour ne pas être une nouvelle fois désarçonnée en dépit des protestations incessantes de sa louve. Elle voulait de nouveau humer son parfum. Elle voulait plonger une nouvelle fois dans son regard pour nager loin de cet endroit infect. La louve s’agitait. Elle avait besoin de le voir. Mais Raven s’y opposait farouchement, paniquée par l’idée de ressentir de nouveau un manque de contrôle sur son propre corps.

“ Le Kamikaze est parfait pour…eh bien, c’est là toute la beauté de ce cocktail : il s’adapte à tous les types de personnes et situations.”confia-t-elle pour dissimuler son désarroi, alors que ses mains s’emparaient de quelques bouteilles afin d’élaborer le mélange parfait. Elle versa les liquides l’un après l’autre avec des gestes mécaniques. Et entièrement maîtrisés, cette fois-ci. “ Et voilà, j’espère que ça vous plaira.”Raven déposa sans attendre le cocktail devant l’homme, espérant ardemment le voir s’éloigner pour rejoindre l’une des nombreuses tables délaissée par la clientèle.


j1uq.pnggtfb.png9m0b.png
But do you feel like a young God? You know the two of us are just young Gods and we'll be flying through the streets with the people underneath...And they're running, running, running.
Clionestra
Messages : 577
Date d'inscription : 29/12/2020
Crédits : moi

Univers fétiche : Fantastique
Préférence de jeu : Les deux
cat
https://www.letempsdunrp.com/t4331-je-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4332-je-suis-pas-seule-dans-ma-vie-repertoire-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4814-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-recherche-rp-ok-fev-2022
Clionestra
Jeu 7 Juil - 22:27

Jérémias
Rivera

J'ai 132 ans  mais j'en fais beaucoup moins et je viens d'emménager à Aspen Creek, dans les montagnes enneigées. Dans la vie, je suis professeur en médecine et médecin légiste. Je suis un vampire et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

→ Il a été transformé en vampire à l'âge de 25 ans, en 1915, pendant la première guerre mondiale.
→ Il rencontra un britannique, le médecin Tennant, un vampire tout comme lui qui lui appris, en plus de ne pas céder à la soif, à devenir un médecin comme lui.
→ En 2020, Jérémias, voulait essayer de voir comment il arriverait à survivre tout seul.
→ Il partit à Aspen Creek, avec un C.V. modifié en mode vampire. Il avait déjà son doctorat, et des alliés vampire près à faire témoin de moralité sur ses travaux précédents.
→ On lui proposa un post de médecin légiste, mais aussi professeur, dans une université au cœur des montagnes enneigés. Ce qu'il accepta.

→ Il a eu quelques conquêtes vampires, mais aucune qui ne soit rester assez longtemps pour le connaître réellement.
→ Il parle espagnol, anglais, français, russe, chinois et japonais.

→ Il a un pouvoir très spécial. Jérémias peut redevenir humain. Il teste d'ailleurs souvent ses capacités et essaie de voir combien de temps il arrive à rester purement humain. Il peut avoir l'air plus vieux que ses 25 ans.
→ Il peut aussi rendre les autres humains, faisant devenir vulnérable les autres vampires, les loups et autres créatures magiques.
→ Il peut empêcher leurs pouvoirs de fonctionner de le même manière.
Calme et serein. Jérémias savait ne pas avoir beaucoup d’ennemi assez puissant pour craindre pour sa vie. Déjà en tant qu’humain, on ne l’approchait pas. De plus en tant que vampire, on évitait sa compagnie. Tennant et Carlisle Cullen étaient les rares qui s’approchaient de lui sans avoir une petite appréhension. Il ne connaissait pas les enfants Cullen, mais nul doute qu’ils auraient été comme tous les autres. Impressionné et inquiet de ce qu’il pourrait faire sans qu’ils puissent faire quoi que ce soit.

Il n’avait donc aucun ennemi, ou prédateur, à plusieurs kilomètres à la ronde. Même les loups, qu’il savait être dans les environs, ne pourraient rien contre lui s’il le décidait. Il observait la jeune femme. Il s’amusait doucement de son trouble. Il nota le nom de l’alcool… Kamikaze. Ce n’était pas le genre de nom que l’on donnait à la légère n’est-ce pas ? La jeune femme sembla lire dans ses pensées pour lui répondre, mais elle ne finit pas sa phrase.

Oh. Ne croyez pas que ce cher Jérémias se pensait moche. Il le savait qu’il avait une beauté vampire, même sous forme humaine. Il savait qu’il n’avait pas de marque, pas de trait disgracieux, pas de partie du visage déformé. Il était beau, dans le sens où il avait un visage parfaitement proportionné, parfaitement net, sans tâche. Donc, Jérémias savait qu’il avait une beauté, cependant la réaction de la jeune femme lui fit pencher adorablement la tête sur le côté.

Il était rare que quelqu’un soit tellement choqué par sa présence qu’il en perde les mots. En tout cas, pas quand il était sous forme humaine et qu’il n’utilisait pas ses pouvoirs d’hypnoses. Il la détailla doucement. Il observait ses lèvres, ses yeux, ses sourcils, ses cils, et il se dit que la jeune femme était clairement belle, dans le sens le plus scientifique du terme pour le coup. Elle n’avait, elle non plus, rien qui clochait sur son apparence. Il prenait le temps de l’observer tranquillement, intensément, plongeant lui aussi dans ses yeux pour essayer de comprendre ses pensées. Elle était intrigante.

A la manière de la jeune femme, l’homme inconnu brisa leur moment d’observation, et Jérémias pensa qu’il aimerait bien lui briser le cou pour se venger alors. Il ne savait pas ce qu’il venait de se passer, mais il voulait le savoir. La curiosité avait toujours été un vilain défaut, et un vampire qui s’ennuie apprenait toujours par curiosité.

- Il n’y a pas de mal, dit-il simplement quand elle s’excusa.

Il n’était pas sûr que l’excuse lui soit réellement destiné au début, mais il le prit pour lui. Dans un cas comme dans l’autre, elle n’avait pas à s’en faire. Elle ne savait peut-être pas, elle non plus, ce qui venait de se passer entre eux ? C’était-il réellement passer quelque chose justement ? Il attendait que la jeune femme le regarde à nouveau, mais elle ne semblait pas vouloir pour le moment.

Il s’assit tranquillement contre un tabouret. Il se posa devant son verre, observant le cocktail d’un œil curieux à nouveau, il se demandait pourquoi appeler quelque chose ainsi, si ça n’était pas pour être explosif.

- J’espère qu’il s’adaptera à la mienne. La solitude, n’est-ce pas toujours plus supportable avec un verre devant soi ?

Il disait cela… parce qu’il y avait une grosse part de vérité. Jérémias était seul. Pas de femme vampire aimante pour lui. Il n’arrivait pas à s’attacher. Il mit sa main dans ses cheveux un instant. Si utilisait sa solitude pouvait l’aider à avoir les bonnes grâces de sa victime, soit la jeune femme en face de lui cette fois, alors il n’allait clairement pas s’en priver. Peut-être était-elle aussi solitaire que lui, et accepterait-elle une soirée de sport horizontale pour se détendre ? Elle serait son expérience, et il avait bien envie de profiter de cette expérience. Il prit le verre et l’amena à ses lèvres. Il goûta doucement, profitant du goût, de la sensation contre sa langue.

- J’aime beaucoup. Vous êtes vraiment douée, j’ai l’impression que le dosage est parfait. Ce qui est assez rare, non ? Le peu de fois où j’en bois je trouve que le goût de l’alcool est beaucoup trop prononcé.

Il s’approcha un peu plus de la table, il se rapprocha pour la voir mieux, pour l’entendre mieux, pour essayer même de la comprendre un peu mieux. Tout ça, dans la tranquillité qu’il avait l’habitude d’avoir.

- Vous travaillez depuis longtemps ici ? Je ne crois pas vous avoir déjà vu ?

Lui, il était là depuis un petit bout de temps, un mois, mais c’était suffisant pour imposer un background humain à son identité. Il n’était venu dans ce coin de paradis -tousse tousse- deux fois déjà pour tester ses limites… Et si la jeune femme avait été là, il s’en serait souvenu. Cependant, les barmaids et les serveuses changeaient à chaque fois, alors cela ne l’aurait pas étonné non plus ?


May you be in heaven
a full half hour
4b894efa40578603614668c5fa78584a7c80c010.gifv
ea4f251cd17e39702fbc69bb76198aad0d4cb667.gifv
before the devil knows
you're dead.
ANAPHORE

Mes recherches
Mad Max
Messages : 329
Date d'inscription : 06/05/2021
Région : Centre-Val de Loire
Crédits : Mad Max (signature : magma)

Univers fétiche : De tout
Préférence de jeu : Femme
patrick
Mad Max
Ven 8 Juil - 17:41

Raven Blackleach
J'ai 27 ans ans et je vis à Aspen Creek, aux Etats-Unis. Dans la vie, je suis étudiante et barmaid et les fins de mois sont difficiles. Sinon, grâce à mon tempérament, je suis seule et cette solitude est pour moi une véritable bénédiction bien qu'une infime partie de mon être, que je m'efforce d'ignorer, le supporte difficilement.



Within me, a wolf is scratching at the walls
of my throat — a wildness whose howl
is begging to escape me.


" You have to die a few times before you can really live." Tumblr_pkkc2r782F1qdlyjwo2_400
La solitude. Son cœur se figea, incapable de rester de marbre face à ce qui était pour sa nature sauvage, une véritable torture. Les loups ne supportaient pas de vivre en solitaire. Vivre et mourir pour leur meute étaient des principes inscrits dans leurs gènes, leur palpitant battait pour le lien si profond que tous les lycanthropes partageaient. Et Raven…Raven subissait chaque jour le poids de l’isolement, quand bien même elle n’avait pas eu d’autres choix que de fuir ses congénères.

Alors, la louve comprenait. Elle comprenait cet humain qui, sans doute, cherchait à noyer sa mélancolie dans l’alcool pour se sentir moins seul, plus vivant. Ce n’était pas le premier homme à franchir le seuil d’un bar pour cette raison ; nombreuses étaient les âmes qui venaient se morfondre au comptoir, désireuses de ressentir la délicieuse chaleur que l’on éprouvait après quelques verres. L’étranger n’était pas le premier malheureux qu’elle croisait. Et pourtant…elle ressentait toujours autant de compassion pour ces êtres en peine qui venaient s’accouder au bar dans l’espoir de se sentir moins abandonnés. “ Hm…si vous voulez mon avis, j’crois que la solitude est bien plus supportable avec une ou deux bouteilles.” Et elle savait de quoi elle parlait, Raven. Elle ne comptait plus le nombre de fois où elle avait failli s’arrêter devant le petit supermarché au coin de sa rue, pour s’acheter quelques bouteilles et les vider dans son appartement vide et dénué de toute vie.

La déception ne tarda pas à la gagner. L’homme s’était installé confortablement, lui signalant ainsi qu’il n’avait pas la moindre intention de s’éloigner. Au plus grand bonheur de sa louve. Au plus grand malheur de Raven. Son cœur était comme écartelé en deux, victime d’un conflit qui opposait raison et…désillusion. Car ce qu’il s’était passé, lorsqu’elle avait croisé son regard, n’était qu’une hallucination, une croyance tirée de traditions vieilles comme la Lune. L’imprégnation n’était qu’un mythe. Et tous les loups qui clamaient avoir trouvé leur âme-sœur…n'étaient, en réalité, que des idiots, aveuglés par un amour foudroyant. C’est ce que la lycanthrope essayait de se persuader…car lorsque le client s’exprima de nouveau, la félicitant pour son cocktail réussi, son palpitant de louve solitaire se mit à palpiter avec joie et légèreté. “ Ravie de savoir que c’est à votre goût, c’est mon job de bien diluer l’alcool…ne le répétez à personne, mais c’est pour vous pousser à la consommation.”avoua-t-elle avec nonchalance, tandis que tous ses nerfs commençaient à se tendre l'un après l'autre.

La jeune femme attrapa un torchon et entreprit de nettoyer la bière qu’elle avait renversée quelques minutes plus tôt. Des mouvements dans un recoin de la pièce attirèrent son regard. Ses yeux se posèrent alors sur un groupe d’adultes, manifestement bien alcoolisés, qui chahutait autour d’une table de mini foot et encourageait les deux équipes qui s’affrontaient...dans ce qui semblait être une lutte acharnée.

Raven détourna rapidement la tête. Elle s’arrêta alors…sur l’homme solitaire, et se retrouva de nouveau captivée par son charme déroutant. En dépit de ses cheveux un peu en bataille et sa barbe de quelques jours, il ne ressemblait en rien aux clients qui s’arrêtaient ici. Il était bien trop charmant. Bien trop élégant. En vérité, il jurait tellement avec le décor que Raven se surprit à se demander ce qu’un homme comme lui fabriquait dans un endroit pareil. Était-il désespéré au point de se mêler aux ordures d’Aspen Creek ? La louve cessa un instant de frotter le bois du comptoir. “ Non, je suis arrivé dans le coin il n’y a pas très longtemps...et c’est seulement mon deuxième jour de travail.”lui apprit-elle, avant de reprendre sa tâche. Deux jours qui lui faisaient l’effet d’une éternité…Elle était sans doute bien plus désespérée que son client.

Un sifflement à l’autre bout du comptoir lui indiqua que l’on réclamait son attention et Raven se plia à la demande, parvenant à garder un air désinvolte et décontracté. Comme si elle n’avait pas envie de sortir les griffes. Elle récupéra la commande et servit aussitôt le cocktail, avant de revenir près du bougre, toujours assis à la même place.

Les cris des joueurs de foot s’intensifièrent. La lycanthrope surveillait le petit groupe du coin de l'œil, prête à réagir si la situation…se détériorait, car elle voyait les humains, influencés par l’alcool, se pousser entre eux et à en voir l’expression de certains…tous n'appréciaient pas d’être traités ainsi. Il suffisait que l’un d’entre eux ait l'âme d’un mauvais perdant pour déclencher une véritable émeute. “ D’habitude, j’attends de servir le deuxième verre pour poser ce genre de question mais…qu’est-ce qu’un homme comme vous fait ici ? Vous êtes clairement pas le genre de type à fréquenter…un endroit comme ça.”demanda-t-elle, détachée, se dissimulant derrière son rôle de barmaid tout en se concentrant davantage sur la vaisselle qu’elle était en train d’essuyer que l’homme aux yeux sombres. En général, les réponses à cette question se ressemblaient toutes ; le conjoint ou la conjointe avait foutu le camp, un licenciement, un adultère, un divorce… Raven ne s’attendait à rien de nouveau. Sa curiosité n’était pas piquée. Oh, non. Elle poursuivait la conversation parce que…il était là et que c’était ce que l’on attendait d’une serveuse. Ce n’était pas parce que sa louve voulait encore entendre la voix de cet inconnu. Bien sûr que non, c’était…Même impensable.


j1uq.pnggtfb.png9m0b.png
But do you feel like a young God? You know the two of us are just young Gods and we'll be flying through the streets with the people underneath...And they're running, running, running.
Clionestra
Messages : 577
Date d'inscription : 29/12/2020
Crédits : moi

Univers fétiche : Fantastique
Préférence de jeu : Les deux
cat
https://www.letempsdunrp.com/t4331-je-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4332-je-suis-pas-seule-dans-ma-vie-repertoire-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4814-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-recherche-rp-ok-fev-2022
Clionestra
Ven 8 Juil - 18:41

Jérémias
Rivera

J'ai 132 ans  mais j'en fais beaucoup moins et je viens d'emménager à Aspen Creek, dans les montagnes enneigées. Dans la vie, je suis professeur en médecine et médecin légiste. Je suis un vampire et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

→ Il a été transformé en vampire à l'âge de 25 ans, en 1915, pendant la première guerre mondiale.
→ Il rencontra un britannique, le médecin Tennant, un vampire tout comme lui qui lui appris, en plus de ne pas céder à la soif, à devenir un médecin comme lui.
→ En 2020, Jérémias, voulait essayer de voir comment il arriverait à survivre tout seul.
→ Il partit à Aspen Creek, avec un C.V. modifié en mode vampire. Il avait déjà son doctorat, et des alliés vampire près à faire témoin de moralité sur ses travaux précédents.
→ On lui proposa un post de médecin légiste, mais aussi professeur, dans une université au cœur des montagnes enneigés. Ce qu'il accepta.

→ Il a eu quelques conquêtes vampires, mais aucune qui ne soit rester assez longtemps pour le connaître réellement.
→ Il parle espagnol, anglais, français, russe, chinois et japonais.

→ Il a un pouvoir très spécial. Jérémias peut redevenir humain. Il teste d'ailleurs souvent ses capacités et essaie de voir combien de temps il arrive à rester purement humain. Il peut avoir l'air plus vieux que ses 25 ans.
→ Il peut aussi rendre les autres humains, faisant devenir vulnérable les autres vampires, les loups et autres créatures magiques.
→ Il peut empêcher leurs pouvoirs de fonctionner de le même manière.
Jérémias observait la jeune femme. Depuis le début de sa longue vie, il avait appris à comprendre et à analyser les cris de sa conscience. Comme un spider-sens dans le comic de l’homme araignée, il lui arrivait de s’entendre faire un commentaire, important, et de ne juste pas avoir pris le temps de comprendre avant. Là, devant la jeune femme, une voix lui cria un seul et unique mot. Imposteur.  

C’était bien la première que sa voix intérieure faisait ce genre de commentaire. Et surtout, qu’il ne comprenait pas d’où cela pouvait venir. Il n’était pas un imposteur … en tout cas pas comme ce que le monde l’entendrait. Certes, il était un vampire, et il se faisait passer pour un humain. Mais c’était son pouvoir, et il faudrait être cruche et con pour ne pas profiter de retrouver un peu d’humanité de temps en temps. Il observa la jeune femme et un large sourire apparu.

- Une ou deux bouteilles ? Me tiendrez-vous compagnie pendant ce temps ? J'aimerais bien...

C’était clairement une invitation à boire avec lui. Bien que, malgré ce qu’il avait entendu de son collègue, la jeune femme ne semble pas du tout avoir bu de l’alcool. Il ne pouvait pas en être certains, ses sens étant saturés par les odeurs alentours. Il pouvait sentir l’alcool partout, et peut-être avait-il surtout envie que la jeune femme ne sente pas l’alcool. Il sourit à son humour sur l’alcool dilué. Oh. Elle pourrait lui faire boire du cyanure que ça ne lui ferait rien, mais il appréciait vraiment le goût de sa boisson.

- Félicitation pour votre nouvelle vie alors. En espérant qu’elle vous apporte le bonheur, dit-il en levant son verre.

Imposteur. Il pensa à nouveau à ce mot. La jeune femme ne semblait pas être celle qui amène ce mot à son esprit. Il l’observait. Pourquoi avait-il tellement envie de la regarder se déplacer ? Comme si le moindre de ses mouvements, même aussi simple que de nettoyer de la bière, lui faisait l’effet d’un ballet de danse classique ? Quand elle partit, Jérémias lança un regard remplir de colère à celui qui avait osé siffler cette femme exquise, et interrompre leur discussion. Si l’homme venait à disparaitre, il ne faudrait pas se poser trop de question… en plus son corps finirait dans sa morgue et il aurait encore plus le plaisir de le découper. Jérémias avait conscience de chaque personne dans ce bar. Il avait identifié les gens, savait leur odeur, leur voix s’ils avaient parlés. Mais sa concentration était totalement sur la jeune femme brune.

Devant sa question, Jérémias releva les yeux. Il avait besoin de la regarder. Et le mot s’imposa à nouveau. Imposteur. Il venait de comprendre. Il avait envie de lui dire la vérité, comme il ne l’imaginait même pas d’ordinaire. Il mentait, il inventait. D’ordinaire, il s’imaginait homme désespéré, ou dragueur obstiné. D’ordinaire, il avait pour chaque femme une imagination débordante pour coller à l’image qu’elle voulait voir de lui.

Mais là, il avait envie d’être lui. D’être Jérémias. Et pas simplement Jérémias le vampire. Non. Il avait envie d’être Jérémias simplement… et le mot disparu une fois compris.

- Un homme comme moi ? Dit-il en réfléchissant encore au mensonge qu’il pourrait lui donner, j’espère que c’est un compliment.

Il ne savait pas quoi lui dire. Il avait envie de sauter par-dessus ce bar, de la prendre par les hanches et de voir si l’embrasser sembler aussi délicieux que ce qu’il le pensait. Il fit une moue. Une moue de concentration, et la jeune femme pourrait lire facilement qu’il se demandait jusqu’où il devait dire la vérité.

- La vérité, j’avais envie de compagnie, sans qu’on m’en demande trop. Ce qui sont ici doivent être un peu comme moi, bien qu’apparemment je dénote, dit-il en riant vers la jeune femme. Je fais le genre de travail qui repousse la plupart des gens, et ici, il m’arrive de trouver quelqu’un pour boire une bouteille ou deux sans me demander mon travail.

Bon. C’était la vérité édulcorée par une jolie omission. Il était vrai que dire qu’on travaillait avec des morts faisaient partir en courant beaucoup de personne. Il était vrai qu’il cherchait quelqu’un pour passer la nuit avec lui. Sans attache cependant était ce qu’il avait envie de dire. Ne pas dire son métier était une meilleure option face à la jeune femme. Il n’avait pas envie de lui dire, qu’il voulait quelque chose sans attache.

- Je me demande, dit-il dans un air de défi vers la barmaid, combien de verres pourrions nous tenir ensemble avant que vous ne me demandiez mon travail, et que je vous le donne ?



May you be in heaven
a full half hour
4b894efa40578603614668c5fa78584a7c80c010.gifv
ea4f251cd17e39702fbc69bb76198aad0d4cb667.gifv
before the devil knows
you're dead.
ANAPHORE

Mes recherches
Contenu sponsorisé
" You have to die a few times before you can really live."
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Once upon a... time... times, three, four times. Five ?
» I live, I die, I live again [Mad Max Fury Road]
» sign of the times.
» For old times' sake - Sam&Rich
» dependent at times (sunrise)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers fantasy :: Twilight-
Sauter vers: