Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues qui tu veux, quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
Le Deal du moment : -25%
Adhérents Fnac : Smartphone Honor 200 Pro ...
Voir le deal
599 €

LE TEMPS D'UN RP

Parce que c'était lui, parce que c'était moi

Beloved
Messages : 4825
Date d'inscription : 10/07/2018
Crédits : .

Univers fétiche : City, dérivé de films/séries/livres
Préférence de jeu : Homme
ETOILES 2
Beloved
Lun 1 Mai - 17:21

Morgan Hall
J'ai 18 ans et je vis à Cambridge, Angleterre. Dans la vie, je suis étudiant, bientôt aux Beaux Arts et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.


Nick Robinson

Ce fut Grazia qui m'accueillit, avec toujours le même enthousiasme dont elle semblait faire preuve en permanence. Je la laissais me serrer dans ses bras avant qu'elle ne s'éclipse rapidement en entendant l'arrivée de Simon derrière elle. Je lui souris, ravi de le sentir me prendre dans ses bras, même si ce n'était que pour une étreinte amicale. C'était déjà beaucoup plus que ce que j'avais eu ces derniers jours. Je lui murmurais doucement à l'oreille, avant qu'il ne me relâche.

- Bon anniversaire Simon.

J'étais heureux d'être là et de pouvoir le fêter avec lui. Et heureux aussi de savoir que sa famille n'allait plus tarder à partir. J'allais pouvoir profiter un peu plus de lui pour la fin des vacances. Et rien que d'y penser je me sentais pousser des ailes.

Je le suivis dans la maison qu'il m'avait déjà fait visiter. Je saluais ses grands parents dans la cuisine avant de le suivre dans le jardin. Je secouais doucement la tête en souriant alors qu'il me demandait de l'aide.

- Ce sera avec plaisir ne t'en fais pas.

Je l'aidais avec plaisir à tout mettre sur la table. Je le regardais en souriant, profitant de ce petit moment à deux. Je chérissais chacun des instants qu'on pouvait passer ensemble lui et moi.

Puis on enchaina sur le repas. Je les taquinais gentiment sur la quantité de plats qu'ils avaient préparé. Je passais un bon repas avec eux. La discussion se faisait aussi bien en italien qu'en anglais, me permettant de suivre un minimum ce qu'il se disait, de pouvoir participer à la discussion sans me sentir à l'écart. C'était un excellent repas, tant pour la qualité des plats que pour le plaisir de leur compagnie. Je ne voyais pas le temps passer avec eux. Malgré tout, je ne pouvais m'empêcher mon regard d'aller chercher celui de Simon. Je lui souriais parfois, un sourire qui en disait peut être un peu trop long sur ce qu'il y avait entre nous. Mais je n'arrivais pas à m'en empêcher.

Arriva le moment des cadeaux. Je restais un peu plus en retrait, laissant la famille de Simon lui donner leurs cadeaux. Je les regardais faire en souriant, le laissant profiter avec eux. Je finis par passer discrètement mon cadeau, directement sur les genoux de Simon. Heureusement qu'il s'était installé assez près de moi pour que je puisse le faire sans me faire remarquer. Je n'aurais pas voulu que sa famille commente ce que je lui avais offert et ne demande pourquoi il ne l'avait pas ouvert devant tout le monde.

- C'est pour toi. Lis... lis le petit mot avant de l'ouvrir...

Le mot qui lui demandait de ne pas l'ouvrir maintenant. Je voulais qu'il le fasse plus tard dans l'intimité de sa chambre, quand il serait seul. Je connaitrais sa réaction plus tard. J'espérais qu'il me parlerait de mon cadeau, savoir si lui avait plu.



June
Messages : 3189
Date d'inscription : 02/03/2017
Région : Île-de-france
Crédits : icon: SOLSKEN. gifs: consfg & shadowgale96 (detroit: become human)

Univers fétiche : Réel, SF, inspiré d'œuvres ou de jeux vidéos
Préférence de jeu : Les deux
Lune
https://www.letempsdunrp.com/t488-apres-quelques-jours-de-resist
June
Dim 7 Mai - 16:15

Simone Perri
J'ai 25 ans et je vis à Toronto, Canada. Dans la vie, je suis étudiant en thèse de botanique et de pomologie et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance inattendue, je suis en train de connaître ma première histoire d'amour et je le vis plutôt bien, même si j'ai encore du mal à y croire.
xavier serrano (c) cosmic light
Nous ne pouvions nous empêcher de nous sourire. Le secret que nous partagions n’avait pour moi plus rien à voir avec la honte et le déni que j’avais pu éprouver un jour, dans d’autres circonstances. Au contraire, j’aimais que nos regards se racontent, à l’insu des autres, mille choses qui n’appartenaient qu’à nous. Ces silences éloquents me provoquaient de profonds accès de joie, que je contenais délicieusement. À plusieurs reprises, je croisai également le regard de Grazia, assise en face de moi, et, à son petit sourire entendu, je savais qu’elle savait, qu’elle voyait tout. Nous n’étions peut-être pas aussi discrets que nous le pensions, mais, bien sûr, personne ne fit rien connaître de ses soupçons.

Après le repas, nous fîmes une petite pause ; j’ouvris les cadeaux de ma sœur et de mes grands-parents : quelques disques et une très belle chemise bleue à motifs. Je les embrassai avec chaleur avant de me rasseoir ; ma grand-mère s’éclipsa en cuisine pour apporter les desserts, et Grazia et mon grand-père se lancèrent dans une conversation animée en italien au sujet des vinyles qu’elle avait choisis. L’attention s’étant détournée, Morgan en profita pour déposer sur mes genoux un petit paquet, qu’il avait gardé discrètement près de lui.

Je l’interrogeai du regard, ne sachant que dire, très touché qu’il ait pensé à m’offrir quelque chose. Je l’écoutai et j’ouvris le petit mot, découvrant qu’il préférait que j’ouvre son cadeau quand je serais seul. « Merci, Morgan… » dis-je à voix basse, plongeant mon regard dans le sien plus longuement. Tout ce qui venait de lui m’était infiniment précieux. J’aurais voulu pouvoir le lui dire… Je me promis de faire en sorte qu’il le sache aussi vite que possible.

La nuit était tombée sur la terrasse, quand nous mangeâmes le dessert. Les conversations se prolongèrent, puis la soirée s’éteignit doucement, mes grands-parents rentrèrent dans la maison et je débarrassai rapidement les restes du gâteau, laissant Grazia et Morgan seuls pendant une minute.

« C’est bien que vous vous soyez rencontrés, Simone et toi », avait dit Grazia à Morgan, en mon absence, avant de finir son dernier verre de vin d’une traite. « Je n’ai jamais vu mon frère aussi heureux », avait-elle ajouté dans un sourire évasif, avant de se lever et de filer à son tour, au moment où je revenais. « À bientôt, Morgan ! Buona notte, Simone ! »

Je le raccompagnai dehors. L’air avait légèrement fraîchi, mais le ciel était immense. Je n’avais pas envie de le quitter ; d’un autre côté, je mourais d’impatience d’ouvrir son cadeau. « Merci d’être venu, j’ai passé un magnifique anniversaire. » Je lui tendis un plat dans lequel j’avais mis un peu de tout ce que nous avions préparé, pour qu’il en profite et qu’il puisse aussi faire goûter toutes ces spécialités à sa mère. « Tu l’as dit toi-même, on ne sera clairement pas capables de venir à bout de tout ça tout seuls », plaisantai-je. « Tu penseras à moi d’ici mercredi, comme ça. En parlant de ça, ils… partent tôt, le matin, donc si tu veux, tu pourrais venir… » J’hésitai. J’avais tellement hâte d’y être ; j’avais presque peur de lui faire peur, avec mon impatience. « Vers midi ? Et… – je baissai la voix par réflexe, bien que personne ne pût nous entendre – on sera seuls. Rien que tous les deux. »

Beloved
Messages : 4825
Date d'inscription : 10/07/2018
Crédits : .

Univers fétiche : City, dérivé de films/séries/livres
Préférence de jeu : Homme
ETOILES 2
Beloved
Dim 7 Mai - 17:16

Morgan Hall
J'ai 18 ans et je vis à Cambridge, Angleterre. Dans la vie, je suis étudiant, bientôt aux Beaux Arts et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.


Nick Robinson

La soirée se prolongea, dans la même ambiance agréable. Je ne vis pas le temps passer. Bien trop vite la fin de soirée arriva. Je me retrouvais seul avec Grazia pendant que tout le monde était rentré à l'intérieur. Je souris un peu timidement en l'entendant parler.

- Merci... à bientôt...

Je la regardais partir, ne sachant pas trop comment interpréter ce qu'elle venait de me dire. Est ce qu'elle se doutait de quelque chose? Avait elle vu quelque chose dans les regards que Simon et moi nous étions échangés? Etait ce sa façon de me dire qu'elle approuvait notre couple? Ou peut être que je me faisais tout simplement des films. Elle était juste contente qu'on soit amis tous les deux. C'était certainement juste ça.

Je le laissais me raccompagner, un peu triste de voir la soirée se terminer déjà. Sa compagnie allait me manquer pendant les jours à venir. Je ris en le voyant me sortir un plat.

- Ma mère sera ravie. Elle adore la cuisine italienne.

On sortait quand on le pouvait dans des petits restaurants typiques pour manger de vrais bons plats. Elle tentait de refaire des recettes, avec plus ou moins de succès. Elle était un peu jalouse de savoir que je dinais chez des purs italiens. Ca lui ferait très certainement plaisir de voir que je lui ramener des bons petits plats.

Je lui souris, rougissant un peu alors qu'il m'invitait à venir chez lui pour profiter du fait qu'on sera seuls. Je ne savais pas ce qui allait se passer pendant qu'on serait seuls pour la première fois. Est ce qu'on le ferait? J'en avais envie, même si je gardais une légère appréhension. Je voulais aller plus loin, connaitre ce plaisir là entre ses bras, même si je ne savais pas si c'était le cas aussi pour lui.

- Je serais là. A mercredi Simon.

Je le laissais, effleurant doucement sa main en souriant avant de retourner dans la maison. Je trouvais ma mère installée dans le canapé avec un livre d'art italien qu'elle avait déniché dans un marché. Je la saluais avant de lui montrer le plat que je ramenais. Elle était aux anges bien entendu. Elle me demanda comment s'était passé la soirée et je lui répondis rapidement avant d'aller me coucher.

Installé à ma fenêtre je ne pouvais m'empêcher de regarder vers la maison de Simon et de me demander si il était entrain de déballer mon cadeau...

Les jours passèrent beaucoup trop lentement à mon goût. Même si je m'occupais avec ma mère je n'arrêtais pas de penser à Simon. Puis le jour J arriva enfin. J'étais complètement excité. J'avais passé la matinée à cuisiner un dessert pour lui avec l'aide de ma mère. Elle riait de me voir aussi nerveux. Si seulement elle connaissait la raison de ma nervosité, je n'étais pas certain qu'elle continuerait de sourire comme ça.

Je me rendis finalement chez lui à l'heure prévue, ma tarte aux fraises dans les mains. Il prenait toujours de la glace à la fraise alors je m'étais dit que le dessert lui plairait. Maintenant que j'étais devant chez lui, mon plat dans les mains, je me sentais ridicule.




Contenu sponsorisé
Parce que c'était lui, parce que c'était moi
Page 19 sur 19
Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 17, 18, 19

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers historique :: Contemporain-
Sauter vers: