Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues
qui tu veux,
quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
-19%
Le deal à ne pas rater :
PC Portable Ultrabook – LENOVO IdeaPad 3 15ITL6 – 15,6” FHD – ...
349.99 € 429.99 €
Voir le deal
Le Deal du moment :
Cdiscount : -15€ dès 249€ sur tout le ...
Voir le deal

LE TEMPS D'UN RP

↠ to see with eyes unclouded by hate ((Ashitaka & San))

Mad Max
Messages : 338
Date d'inscription : 06/05/2021
Région : Centre-Val de Loire
Crédits : Mad Max (signature : magma)

Univers fétiche : De tout
Préférence de jeu : Femme
cat
Mad Max
Jeu 6 Jan - 17:52
Le contexte du RP
Mise en situation

La situation

à venir.



j1uq.pnggtfb.png9m0b.png
But do you feel like a young God? You know the two of us are just young Gods and we'll be flying through the streets with the people underneath...And they're running, running, running.
Mad Max
Messages : 338
Date d'inscription : 06/05/2021
Région : Centre-Val de Loire
Crédits : Mad Max (signature : magma)

Univers fétiche : De tout
Préférence de jeu : Femme
cat
Mad Max
Jeu 6 Jan - 18:01
cj7s.png
San
J'ai 18 ans et je vis dans la  forêt, au cœur du Japon. On me connaît sous le nom de Princesse Mononoké , bien que j'ignore aujourd'hui qui je suis vraiment. Sinon, grâce à ma malchance, je suis attaché à un prince et je crois que son absence me pèse lourdement sur la poitrine.

 ↠ to see with eyes unclouded by hate ((Ashitaka & San))  Uq2a

Cut off a wolf's head and it still has the power to bite.

Jetée entre les pattes de Moro alors qu’elle n’était qu’une enfant, San a vécu auprès des loups au cœur d’une forêt régi par des dieux anciens. Enfant-loup, Princesse Mononoké ou encore sauvageonne, nombreux sont les surnoms dont on l’affuble bien que depuis la mort du Dieu-Cerf, elle n’a de princesse que le titre. Nourrissant une profonde rancœur envers la race humaine, elle vit recluse dans les bois. Si son âme n’est plus rongée par la vengeance, San n’a pas encore trouvé la force de pardonner aux êtres humains pour avoir ravagé la nature qu’elle s’est vainement démenée à protéger.  

jfa2.gif“ You are the whisper I long to hear when the world is shouting.”

Une brise légère jouait dans ses cheveux courts et caressait son visage, adoucissant la chaleur accablante du soleil, dont les rayons perçaient furtivement à travers la canopée. Son regard balaya lentement les environs. Si le bruissement de l’eau et le frémissement des feuilles étaient des sons qui lui étaient familiers, l’environnement dans lequel San évoluait lui était devenu...Presque étranger.

C’était pourtant bel et bien la vallée dans laquelle elle avait grandi. La vallée pour laquelle elle s’était ardemment battue. La vallée pour laquelle elle aurait sacrifié sa vie… Seulement tous ses repères avaient disparu avec la mort du Dieu-Cerf et un nouveau monde s’offrait désormais à elle, bien différent de ce que l’enfant-loup avait connu. Au moins avait-elle toujours ses deux compagnons, lesquels la suivaient comme une seule et même ombre. Et la pensée qu’Ashitaka se trouvait non loin de là, derrière les forges qu’elle se surprenait de temps à autre à contempler de loin, dissimulée sous le couvert des arbres. Ils ne s’étaient pas revus depuis la fin de la guerre…Seulement, le prince quittait rarement ses pensées, occupant ainsi une place significative dans son esprit. L’avait-il oublié ? Cette question remontait toujours à la surface dès que San s’égarait dans l’amas de souvenirs qu’elle gardait du jeune homme. Elle s’imposait brusquement. Et ne manquait jamais de lui provoquer une étrange douleur, terriblement cuisante, qui émanait toujours de son cœur, comme si celui-ci était soudainement transpercé par une flèche. San ignorait l’essence de cette souffrance lancinante…Mais celle-ci survenait dès que le visage d’Ashitaka se glissait au milieu de ses songes.

Le rugissement grandissant de la rivière lui apprit qu’ils se rapprochaient de leur destination. De fait, ils ne tardèrent pas à émerger du bois, dont la lisière s’arrêtait à la limite d’une petite prairie traversée par un large fleuve. La sauvageonne s’avança dans la lumière éblouissante. Non loin d’elle, une cascade grondait furieusement, brisant la quiétude réconfortante de la forêt qui l’avait enveloppée jusqu’à maintenant. San effleura affectueusement la fourrure du loup qu’elle chevauchait avant de se laisser retomber jusqu’au sol et de s’approcher du cours d’eau, non sans observer prudemment les alentours. Rares étaient les hommes qui osaient s’aventurer dans ce recoin, caché entre les montagnes. Mais elle suivait son instinct…et ce dernier appelait toujours à la méfiance. Elle se pencha vers le ruisseau et y trempa ses lèvres quelques instants, savourant la morsure de l’eau glacée dans sa gorge, puis se redressa. L’enfant-loup se dirigea vers le couloir formé par quelques rochers alignés, dressés au milieu du fleuve.

La faim commençait à la tirailler. Armée de sa lance, elle s’élança sur la première pierre avec une agilité naturelle, puis la seconde, avant de parvenir jusqu’à la dernière, bien plus imposante que les précédentes. San étudia les profondeurs, à l'affût de la moindre silhouette longiligne. Combien de temps demeura-t-elle ainsi ? Longtemps. Assez longtemps pour que des nuages épais et sombres s'amoncellent dans le ciel, éclipsant entièrement l’éclat si bienveillant du soleil.

“ San, un humain approche. Il porte l’odeur des forges sur lui.”La clairière était à présent plongée dans une luminosité grisâtre, lorsque la voix rocailleuse du loup résonna. La sauvageonne se releva aussitôt. Les deux gigantesques bêtes qui l’accompagnaient se rapprochèrent l’une de l’autre, comme pour créer un rempart entre la menace et la jeune femme. San regagna la terre ferme, tous les sens en alerte, la main fermement cramponnée à son arme. “ Montre toi, étranger. ”déclama-t-elle distinctement malgré le puissant grondement de l’eau. D’un regard aussi tranchant que l’avait été son timbre, l'enfant-loup sondait l’obscurité des bois, un éclat d’espoir naissant timidement dans sa poitrine en dépit de sa crainte grandissante. Ses espérances étaient minces. Discrètes. Si infimes que San les remarqua à peine. Et pourtant…un sentiment étrange, plaisant bien que confus et lointain, envahissait sa poitrine.



j1uq.pnggtfb.png9m0b.png
But do you feel like a young God? You know the two of us are just young Gods and we'll be flying through the streets with the people underneath...And they're running, running, running.
Kathleen
Messages : 186
Date d'inscription : 04/12/2020
Crédits : Moi-même

Univers fétiche : Dur de choisir, yen a plein
Préférence de jeu : Les deux
patrick
Kathleen
Sam 29 Jan - 23:57
 ↠ to see with eyes unclouded by hate ((Ashitaka & San))  Iz4g
Ashitaka
J'ai 18 ans et je vis à la  forge, au cœur du Japon.  Sinon, grâce à ma malchance, je suis attaché à une femme-loup que j'espère bien conquérir un jour.

Ashitaka a vu le jour dans un royaume lointain, oublié de la plupart des habitants de son pays. Il y a grandi en suivant les traditions ancestrales de son peuple. Prince de son clan, il s’estimait responsable de la sécurité de tous ceux qui vivaient au village. C'est ainsi qu'en défendant les siens contre l'attaque d'un sanglier maudit, il contracta la malédiction de ce sanglier et dut partir à l'aventure pour essayer de venir à bout de cette malédiction, en portant sur le monde un regard sans haine.

Le mal qui le rongeait lui donnait une force et une adresse au-delà de la norme, mais chaque fois qu'il s'en servait, il en augmentait les effets sur lui. Il s'efforça de n'utiliser ces nouvelles facultés que s'il ne pouvait absolument pas faire autrement et en privilégiant la protection des plus faibles. Ce fut ainsi qu'il arriva au village des Forges de dame Eboshi. et c'est dans la forêt voisine qu'il fit la connaissance de San, la jeune fille élevée par les loups.

Après le combat qu'ils menèrent ensemble pour sauver le Dieu Cerf, menacé par les hommes avides, le jeune homme s'installa aux Forges pour demeurer près de celle qui avait su toucher son cœur et à qui il rendait souvent visite, en espérant qu'un jour elle accepte de franchir le fossé qui la séparait des humains pour le rejoindre, lui, et accepter d'être sa compagne.



avatar :copyright: Kathleen
À première vue, le village n'avait pas tellement changé depuis la première fois que Ashitaka y était venu avec les deux hommes blessés qu'il avait trouvés dans la forêt et ramenés au village, en toute sécurité. Mais depuis la guerre qui avait vu s'affronter les forces de la nature et celle des armées militaires, une chose n'était plus comme avant. Certaines leçons avait été tirées, ce qui était une bonne chose car, sinon, le jeune prince n'aurait pu vivre à cet endroit alors que son cœur battait pour une jeune fille à qui le sort de la nature importait plus que tout.

Dame Eboshi avait compris que la nature n'était pas une ennemie, mais une réalité avec laquelle il fallait composer pour vivre en parfaite harmonie. Elle n'avait pas cessé de rechercher les matières premières nécessaire pour faire vivre le village, mais elle ne cherchait pas à dépasser ses propres besoins et veillait à établir un dialogue avec ceux qui étaient considérés comme les maîtres de la forêt, afin que tout se fasse avec le plus d'harmonie possible. L'ambassadeur des Forges était évidemment Ashitaka lui-même, le seul humain à qui les dieux de la forêt faisaient un peu confiance en dehors de San.

Le jeune homme n'aurait pas dit que les négociations étaient faciles, mais il devait reconnaître que chacun des deux camps y mettait du sien pour que le dialogue existe et que, tout fragile qu'il soit, un certain équilibre soit mis en place entre les besoins des dieux de la nature et ceux des humains qui voulaient l'exploiter. Il était évident qu'il suffirait de peu pour faire vaciller ce fragile équilibre, mais Dame Eboshi semblait avoir compris la leçon et elle se montrait bienveillante face aux suggestions du jeune prince. Il évitait cependant qu'elle se trouve en présence de la princesse louve qui ne pouvait totalement lui pardonner tant d'années de cruauté.

Mais aujourd'hui, ce ne serait pas en tant qu’ambassadeur que le jeune homme se rendrait dans la forêt. Il avait seulement envie de rendre visite à San et de profiter d'un moment avec elle, rien que tous les deux. Cela faisait longtemps, trop à son goût, qu'il n'avait pas pu profiter et il avait juste envie d'oublier le fragile équilibre qu'il s’efforçait de maintenir pour simplement profiter d'une journée avec la belle sauvage que son cœur chérissait. Monté sur Yakulu, il pénétra dans la forêt, se laissant guider par son instinct pour trouver la jeune femme. Il lui suffisait, en général.

Ce ne fut pas elle qui le repéra la première, mais l'un des loups, au flair affûté. Cela n'étonna pas le jeune prince qui s'était habitué à la clairvoyance de la famille de San. Quand elle lui ordonna de s'avancer, il n’hésita pas une seconde, sachant qu'il était l’un des rares humains qui ne seraient pas immédiatement associés à un ennemi par le petit groupe, composé de la princesse et de ses deux frères et sœurs. Confiant, il leur offrit un sourire avenant, se refusant à ressentir la moindre peur face à des êtres de qui il tenait à faire partie un jour de la famille.

« Je ne sais pas de qui tu parles, jolie princesse, car il n'y a pas d'étranger ici. »

Il accorda un signe de tête à chacun des loups pour bien leur montrer qu'il les prenait en considération, sans les voir simplement comme des animaux. Il avait toujours pris soin de les saluer, eux et leur mère, comme des êtres doué d'intelligence et méritant une profonde considération et des marques d'intérêt.

« Comment vous portez-vous tous ? Bien, j'espère. »


 ↠ to see with eyes unclouded by hate ((Ashitaka & San))  Giphy.gif?cid=ecf05e47ijnjjpcoy67xmz0tghdgyutjcpp5ihv33lr3zhg3&rid=giphy
Mad Max
Messages : 338
Date d'inscription : 06/05/2021
Région : Centre-Val de Loire
Crédits : Mad Max (signature : magma)

Univers fétiche : De tout
Préférence de jeu : Femme
cat
Mad Max
Jeu 3 Mar - 11:24
cj7s.png
San
J'ai 18 ans et je vis dans la  forêt, au cœur du Japon. On me connaît sous le nom de Princesse Mononoké , bien que j'ignore aujourd'hui qui je suis vraiment. Sinon, grâce à ma malchance, je suis attaché à un prince et je crois que son absence me pèse lourdement sur la poitrine.

 ↠ to see with eyes unclouded by hate ((Ashitaka & San))  Uq2a

Cut off a wolf's head and it still has the power to bite.

Jetée entre les pattes de Moro alors qu’elle n’était qu’une enfant, San a vécu auprès des loups au cœur d’une forêt régi par des dieux anciens. Enfant-loup, Princesse Mononoké ou encore sauvageonne, nombreux sont les surnoms dont on l’affuble bien que depuis la mort du Dieu-Cerf, elle n’a de princesse que le titre. Nourrissant une profonde rancœur envers la race humaine, elle vit recluse dans les bois. Si son âme n’est plus rongée par la vengeance, San n’a pas encore trouvé la force de pardonner aux êtres humains pour avoir ravagé la nature qu’elle s’est vainement démenée à protéger.  

jfa2.gif“ You are the whisper I long to hear when the world is shouting.”

San reconnut aussitôt l’homme qui émergea des bois, avant même d’entendre le son de sa voix. À la vision de ce visage familier, la tension dans ses muscles s’évapora. Ashitaka. L’unique être humain qui lui inspirait des sentiments contradictoires et conflictuels, un profond désarroi dont elle ne parvenait toujours pas à identifier les raisons. Son cœur se gonfla de joie. Une certaine sérénité enveloppa son âme, ombrageant la méfiance et l’hostilité qui y couvait un instant plus tôt. Le Prince lui avait manqué. Terriblement. Et cette pensée se confirma lorsque le coin de ses lèvres tressauta légèrement en réponse à ses paroles. Sa physionomie, d’ordinaire aussi sévère que la roche, s’était détendue. Nul sourire ne venait illuminer ses traits, mais la lueur dans son regard exprimait distinctement la nature de ses émotions. Comme un reflet de son comportement, les loups s’apaisèrent eux aussi. L’éclat menaçant qui flamboyait dans leur iris avait disparu et les deux bêtes s’installèrent sur le sol humide, fixant silencieusement le nouvel arrivant.

L’enfant-loup enfonça la pointe de sa lance dans la terre. Les mots ne lui venaient pas aussi facilement qu’Ashitaka, mais son instinct guida ses jambes jusqu’au Prince. La crainte de ne jamais le revoir avait de temps à autre effleuré son esprit au cours de ces derniers jours mais San s’était efforcée de réprimer son appréhension, se raccrochant à un espoir tenace. Maintenant qu’il était là…face à elle, elle ne regrettait pas un seul instant de s’être fié à son intuition.

“ Ashitaka. Je commençais à croire que tu avais oublié ta promesse.”avoua-t-elle d’une voix calme en guise de salutation. Elle s’arrêta à sa hauteur et plongea ses yeux dans les siens. Elle n’avait jamais offert sa confiance à un homme, auparavant, mais la bienveillance émanant d’Ashitaka ne faisait qu’amplifier le respect qu’elle lui portait. La sauvageonne répondit à son interrogation par un signe de tête confiant et assuré avant de pivoter vers ses deux frères. “ La forêt retrouve son calme d’antan. Et les animaux reviennent progressivement. Tout est différent, mais… la nature prospère enfin.”Après toutes les atrocités dont les bois avaient été témoins, la sérénité qui enveloppait à présent le lieu était salutaire. Ashitaka avait raison. La vie du Dieu-Cerf était éternelle. Une paix durable et solide semblait avoir été scellée entre les bipèdes et la nature…et San ne pouvait qu’apprécier la sensation de quiétude qui la suivait au moindre de ses déplacements.

Elle dirigea son attention sur l’élan rouge qui accompagnait Ashitaka. Cette fois-ci, un sourire distinct apparut sur son visage. Elle s’approcha de l’animal et caressa doucement le museau de ce dernier puis jeta un énième regard à son propriétaire. Soutenir sans faillir le regard de Yakulu était une tâche bien plus aisée que maintenir quelques secondes le contact visuel avec le Prince. “ Viens-tu en tant que messager pour cette…Femme ?”l’interrogea San, cherchant vainement à apaiser le venin qui surgissait dans son timbre lorsqu’elle évoquait Dame Eboshi. Femme maudite que sa mère aurait dû broyer entre ses crocs. Si la sauvageonne respectait Ashitaka, elle ne comprenait pas la loyauté qu’il semblait voué à la dame des forges, laquelle était responsable de la guerre qui avait arraché à la forêt toute sa splendeur…et son esprit. L’harmonie était enfin établie. Mais derrière le calme, se dissimulaient une rancœur et une animosité véhémente que la tribu des loups ne pouvait effacer.



j1uq.pnggtfb.png9m0b.png
But do you feel like a young God? You know the two of us are just young Gods and we'll be flying through the streets with the people underneath...And they're running, running, running.
Kathleen
Messages : 186
Date d'inscription : 04/12/2020
Crédits : Moi-même

Univers fétiche : Dur de choisir, yen a plein
Préférence de jeu : Les deux
patrick
Kathleen
Dim 17 Avr - 19:31
 ↠ to see with eyes unclouded by hate ((Ashitaka & San))  Iz4g
Ashitaka
J'ai 18 ans et je vis à la  forge, au cœur du Japon.  Sinon, grâce à ma malchance, je suis attaché à une femme-loup que j'espère bien conquérir un jour.

Ashitaka a vu le jour dans un royaume lointain, oublié de la plupart des habitants de son pays. Il y a grandi en suivant les traditions ancestrales de son peuple. Prince de son clan, il s’estimait responsable de la sécurité de tous ceux qui vivaient au village. C'est ainsi qu'en défendant les siens contre l'attaque d'un sanglier maudit, il contracta la malédiction de ce sanglier et dut partir à l'aventure pour essayer de venir à bout de cette malédiction, en portant sur le monde un regard sans haine.

Le mal qui le rongeait lui donnait une force et une adresse au-delà de la norme, mais chaque fois qu'il s'en servait, il en augmentait les effets sur lui. Il s'efforça de n'utiliser ces nouvelles facultés que s'il ne pouvait absolument pas faire autrement et en privilégiant la protection des plus faibles. Ce fut ainsi qu'il arriva au village des Forges de dame Eboshi. et c'est dans la forêt voisine qu'il fit la connaissance de San, la jeune fille élevée par les loups.

Après le combat qu'ils menèrent ensemble pour sauver le Dieu Cerf, menacé par les hommes avides, le jeune homme s'installa aux Forges pour demeurer près de celle qui avait su toucher son cœur et à qui il rendait souvent visite, en espérant qu'un jour elle accepte de franchir le fossé qui la séparait des humains pour le rejoindre, lui, et accepter d'être sa compagne.



avatar :copyright: Kathleen
Ashitaka ne ressentait jamais de crainte quand il se rendait auprès de San. Il voyait la famille loup comme une belle-famille à la fois protectrice et particulièrement exigeante. Mais il savait pertinemment que tant qu'il ne ferait pas de mal ni à San ni à la forêt, il n'aurait rien à craindre de ceux qu'elle considérait comme ses frères, pas plus que de celle qu'elle considérait comme sa mère. Et il n'était pas dans la nature du jeune prince de causer volontairement du mal à un être vivant. Depuis l'aide qu'il avait apportée à la tribu et aux animaux de la forêt en général, il était relativement accepté par la famille loup, suffisamment pour ne plus être un étranger.

C’était la raison pour laquelle il avait avancé avec autant d'assurance et il avait la preuve de ce qu'il savait être la vérité. Personne ne l'avait attaqué. Le seul reproche que San sembla lui faire était d'être resté trop longtemps sans venir la voir. Comme s'il avait pu oublier la promesse qu'il lui avait faite, au moment où ils avaient échangé leurs sentiments l'un pour l'autre. Il hésita à parcourir le reste de la distance entre eux pour la prendre dans ses bras, l'évolution de leur degré d'intimité se faisant lentement pour ne pas brusquer la princesse louve.

« Je suis désolé d'avoir passé tellement de temps sans venir te voir, San, j'ai eu beaucoup de choses à faire ces derniers temps. J’espère que ma visite d’aujourd’hui me permettra de me faire un peu pardonner. »

Il lui offrit un sourire doux et bienveillant sans aucune arrière-pensée. Avec elle, la relation devait rester simple pour qu'elle s'y sente à l'aise et cela lui convenait bien aussi. De toute façon, il adorait prendre soin d'elle et il trouvait un certain réconfort dans le fait de veiller sur elle et de prendre soin d'elle. Non pas qu'elle en eut vraiment besoin, mais pour le plaisir de lui manifester de cette façon son affection. Ashitaka avait toujours pris grand soin de ceux qu'il aimait et ce qu'il ressentait pour la princesse louve était au-delà de l'amour qu'il avait pu éprouver pour d'autres personnes jusqu'à ce jour.

Il lui offrit un sourire et un hochement de tête appréciateur quant elle lui dit que la forêt avait enfin retrouvé son calme, même si les choses n'étaient pas tout à fait la même. Il devait avouer que ça le rassurait. Ashitaka avait craint les conséquences lorsqu'il avait vu les choses partirent à feu et à sang et s'il avait plaidé pour la paix, au début, son message avait eu du mal à être entendu. Des accords existaient maintenant entre Les Forges et les forces de la forêt, accords dont il était le garant et qui restaient bien fragile dans une société où douter de son voisin avait été la norme pendant tellement d'années.

« Je suis ravi de l'entendre », dit-il en la regardant se diriger vers son élan rouge. « Vous avez bien mérité un peu de quiétude et de tranquillité. Espérons que plus rien ne viendra troubler la paix de notre monde. »

San ne parvenait pas à croire complètement que dame Eboshi avait réellement changé. Il était difficile pour elle de ne pas lui garder de rancœur après tout ce qu'elle avait fait contre elle et contre sa meute. Mais le jeune prince devait bien lui reconnaître cet effort qu'elle faisait de considérer que l’humaine qu’elle haïssait était potentiellement capable d'évoluer. Restait qu'elle n'était pour le moment pas capable de lui offrir plus qu'une cordiale froideur et que si elle acceptait que Ashitaka soit son émissaire, les moments où ils parlaient accords au nom de cette femme déplaisaientt à la princesse des loups.

Le prince savait donc très bien qu'elle ne serait pas mécontente en entendant la réponse qu'il allait lui faire car c'était bien pour le plaisir de passer un moment en sa compagnie que le jeune homme avait fait la route jusqu'au coin de la forêt où elle se trouvait. Il comprenait sa position face aux êtres humains, mais il n'en demeurait pas moins qu'elle lui manquait.

« Non, San, c'est juste toi que je viens voir. J’ai pensé que ça te ferait plaisir que nous passions un petit moment ensemble. »



 ↠ to see with eyes unclouded by hate ((Ashitaka & San))  Giphy.gif?cid=ecf05e47ijnjjpcoy67xmz0tghdgyutjcpp5ihv33lr3zhg3&rid=giphy
Contenu sponsorisé
↠ to see with eyes unclouded by hate ((Ashitaka & San))
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» I hate loving you !
» Lettre à Tom Hate
» I hate you ft Leonnor
» I hate that i love you ft. Houmous
» I hate you, I love you | Game Over

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers fantasy-
Sauter vers: