Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues
qui tu veux,
quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
Le Deal du moment : -24%
OPPO Reno7 128Go 4G Noir
Voir le deal
249 €

LE TEMPS D'UN RP

GONE, un monde sans adultes ● Ft. Disaster

Lo
Messages : 145
Date d'inscription : 27/04/2021
Région : Qc
Crédits : Holly Warburton partout

Univers fétiche : -
Préférence de jeu : Femme
tea
https://www.letempsdunrp.com/t4495-la-boite-a-lo-personnages#92588 https://www.letempsdunrp.com/t4596-la-boite-a-lo-ok-fev-2022
Lo
Lun 6 Déc - 15:59
Le contexte du RP
Mise en situation

Imaginez… Un monde sans adultes.
Où il y est possible de faire ce que bon vous semble.


C’est ce qui est arrivé dans la petite ville californienne de Perdido Beach. Vraisemblablement, tous les habitants excédant l'âge de 18 ans ont tout simplement disparu. Plus incroyable encore, ceux qui restent ont développé des capacités surnaturelles en tout genre. Passé la première période d'euphorie, les enfants doivent s'organiser pour survivre. Des clans se forment, des responsabilités et des rôles s'imposent… ou pas. Quoiqu’il en soit, impossible de quitter de sa volonté Perdido Beach, la « Zone » qui est à présent retenue dans un dôme infranchissable et dont il est impossible de voir l’autre côté.

Et pire encore, quand les enfants réalisent que l’environnement est en train, tout comme eux, de se changer hostilement...

GONE, un monde sans adultes ● Ft. Disaster Under-the-dome-51d073b86498a
La situation
Diana Harris et Jayson West, 17 ans, sont deux amis plongés dans cette nouvelle réalité. Ils devront faire face à la faim, la peur, les révoltes et les insurrections contre ceux qui développent des pouvoirs. Mais surtout qu’arrivera-t-il à ceux qui atteindront les 18 ans dans quelques mois, dans quelques jours ? Disparaîtront-ils à leur tour ?

Contexte provenant de cette recherche
Lo
Messages : 145
Date d'inscription : 27/04/2021
Région : Qc
Crédits : Holly Warburton partout

Univers fétiche : -
Préférence de jeu : Femme
tea
https://www.letempsdunrp.com/t4495-la-boite-a-lo-personnages#92588 https://www.letempsdunrp.com/t4596-la-boite-a-lo-ok-fev-2022
Lo
Lun 6 Déc - 16:22
jo5j.jpeg
Diana Harris
J'ai 17 ans et je vis à Perdido Beach, en Californie US. Dans la vie, je suis étudiante et la capitaine d'équipe de course à relais de mon école et je m'en sors à merveille. Sinon, je suis sans copain et je le vis plutôt bien.

GONE, un monde sans adultes ● Ft. Disaster Eh3e
● Sa mère est décédée lorsqu'elle était toute petite et vit depuis seule avec son père dont elle fait la fierté.
● Son père est le shérif de Perdido Beach.
● Elle est le genre de fille que l'on adore foncièrement sans trop savoir pourquoi, altruiste, avenante et fonceuse, elle n'a pas froid aux yeux et n'hésite pas à s'imposer.
GONE, un monde sans adultes ● Ft. Disaster B0678a0a6cb171dbabe51cf836d7976f63385bbe



Effigie : Hannah Kleit

Samedi, jour J. Disparition

Diana sortait tout juste de l’entrainement, ses cheveux lui collaient encore aux tempes et la sueur imbibait ses vêtements. Elle retira son dossard et le plongea dans le fond de son sac. La semaine prochaine s’annonçait rude pour l’équipe de relais de son école qui courait en compétition avec l’établissement rival de Perdido Beach High School. Entourée de ses amies, elle aperçut du coin de l’œil Laura qui sortait de sa poche un joint qu’elle avait pincé entre ses lèvres mine de rien et sous le regard consterné des deux filles.

— Bah quoi ? » Demanda innocemment la jeune fille remarquant l’air ahuri des deux autres. « Ça va, c’est pas du tabac, c’est de l’herbe j’risque pas… » Elle n’eut pas le temps de s’expliquer que Diana lui arracha le joint et l’écrasa sous la semelle de sa chaussure sous les protestations de Laura.

— Hey!! Non mais, ça va pas !? Tu sais combien m’a couté ce truc Diana ?!

— Si la coach te surprend avec cette merde, tu peux dire adieux à ta place dans l’équipe. Merci, je crois, est ce que tu veux me dire, non ? » lui répondit Diana avec une once de sarcasme et de bienveillance dans la voix.

— Ce que tu peux être chiante parfois! Tu deviens comme ton père!
Diana esquissa un sourire malicieux, tandis qu'Amber s’éclaffa de rire.

— Nan… Y a pas moyen! Je veux qu’on gagne, c’est tout. » se défendit Diana.

La sirène d’une voiture de police qui s’arrêta non loin des jeunes filles, les firent sursauter et interrompit leurs broutilles. Diana, habituée depuis son plus jeune âge aux arrivées pompeuses de son père - aussi connu pour être le shérif de la ville de Perdido Beach – était la seule à ne pas avoir bronché. Mr. Harris abaissa la vitre de la portière la plus proche du trio et salua les filles de là où il était d’un geste de la main.

— Quand on parle du loup… On dirait bien que ton carrosse est arrivé, princesse.
— On dirait bien, oui! Allez, à plus les filles! Laura, je t’ai à l’œil.
— C’est ça! » la concernée leva les yeux au ciel, faussement boudeuse.

Après avoir salué ses amies, Diana se rendit au pas de course jusqu’à la voiture de patrouille. Elle ouvrit la portière, balança son sac à dos en arrière et s’assit sur le siège avant. La jeune fille étendit les jambes devant elle, descendit son siège un peu et laissa lourdement tomber sa tête sur l’appuie tête, visiblement exténué de sa journée tandis que Mr. Harris démarrait la voiture.

— Comment s’est passé l’entraînement aujourd’hui ? » Demanda son père.
— Bof. Laura est arrivée en retard comme d’hab’ et c’est moi qui me suis taper les remontrances de la coach… La routine quoi.
— C’est ça être capitaine de son équipe. Il te revient de veiller sur tes coéquipiers et t’assurer de leur bien-être.
— Je sais ‘Pa, tu me l’as dit assez souvent comme ça. On peut aller bouffer un truc ? Je crève de faim!
Mr. Harris jette de temps à autre de furtifs coups d’œil à sa fille, un étrange sourire aux lèvres.
— On peut bien faire ça, mais attends jeune fille! Tu n’as rien d’autre à me dire ?
Diana tourna la tête vers son père, un instant pensive sur ce que cette phrase était censée insinuer. Son estomac faisait des gargouillis sinistres et elle ne pensait qu’à une seule chose à l’instant, mordre dans un burger bien juteux et savoureux de Chez Lucien. Et cette délicieuse envie éclipsa toutes tentatives de penser rationnellement.
— Heu… Pas à ce que je sache...? » qu’elle lui dit en haussant un sourcil, avant de placer son attention sur le paysage qui défilait par-delà la vitre du côté passager où elle se trouvait assise. Au stop, son regard se posa sur un enfant dans sa poussette que poussait devant elle une jeune mère bien heureuse de son premier enfant avec toute la fierté du monde. Cette vision fit tendrement sourire Diana. Ce portrait de famille lui rappelait le souvenir lointain de sa mère qui, malheureusement, était partie trop tôt de ce monde.
— J’ai vu la lettre sur la table ce matin… » poursuivit son père qui ne voulait pas lâcher l’affaire. « Tu ne m’as pas dit que tu avais été accepté à la fac de Yale!
Diana ne lâchait pas des yeux la mère qui s’était arrêtée pour cajoler son petit qui s’était mis à pleurer. Un bras appuyé sur le rebord de la vitre, elle appuya sa joue sur son poing, écoutant à moitié Mr. Harris. L’université, ce n’était pas une surprise qu’elle y était acceptée, non ? Diana a toujours été une élève studieuse et sa position en tant que capitaine de l’équipe de relais de son école lui avait ouvert une multitude de portes et de bourses. Diana avait eu l’embarras du choix et elle n’en tirait là pas particulièrement de fierté démesurée, plutôt la satisfaction simple d’avoir conforté son père sur son avenir florissant.
— On s’y attendait un peu, non ?
Au soupir que poussa le shérif, Mr. Harris ne devait pas sembler partager cet avis.
— Quoi qu’il en soit, sache que je suis fière de toi Mi Hija, ta mère le serait tout autant tu sais…
Mais Diana ne l’écoutait plus, trop absorbée par la scène bien heureuse qui se passait devant elle. Ils semblaient si heureux que ce bonheur vint serrer le cœur de Diana. Mr. Harris, de son côté, avait redémarré et repris la route.
— Et d’ailleurs pour l’occasion j-
     Et alors que la mère et son enfant rapetissaient sous le regard de Diana, la femme qui se tenait agenouillée devant la poussette s’était volatilisé… sous ses yeux. Littéralement. Un instant, Diana cru là que son imagination lui jouait des tours, la fatigue peut-être, mais lorsqu’elle remarqua le reste du décor des rues de la ville soudainement déserte comme si un clin d’œil avait suffi l’instant d’après à faire disparaître les gens qui s’y trouvaient, Diana arrêta de respirer net. Elle s’était redressée sur son siège, figée de constater l’impossible. Sans détacher son regard de la poussette dans laquelle le bébé criait désormais à s’époumoner, elle tendit une main nerveuse vers son père pour l’alerter de la chose, de l’étrange phénomène qui venait de se produire sous ses yeux.
— Oh mon dieu! Pa… Papa! La dame elle vient de-de… les gens… ils ont tous disparu!
Diana sembla soudainement réaliser par son bras étendu qui ne rencontra jamais l’épaule de son père, l’absence qui s’y trouvait plutôt. Elle glissa un œil sur sa gauche, côté conducteur. Mr. Harris n’y était plus. Les yeux écarquillés et figés sur le siège conducteur, alors que la voiture continuait pourtant de rouler à 50km/h, Diana eut un frisson qui lui traversa tout le corps. Non. Ce n’est pas possible… pensa-t-elle. Son regard finit par se poser devant elle, la voiture avait pris de la vitesse dans une pente et Diana regarda horrifié la voiture de patrouille se rapprocher dangereusement d’une autre sur laquelle un autocollant sur le coffre indiquait « Baby on board ». C’est l’instinct qui rappela Diana à l’ordre. Elle sauta de son siège pour se placer devant le volant qu’elle empressa de tourner d’un geste sec pour éviter l’impact. La voiture dévia brusquement de sa trajectoire, mais non pas sans accrocher la portière de l’autre voiture évitée de justesse et s’en allât percuter un poteau de signalisation dans un fracas terrible. Par l’impact du choc, la tête de Diana frappa violemment le cockpit. Elle se redressa douloureusement, la vision embuée, elle avait le front poisseux de sang. Lorsqu’elle sortit de la voiture et avança de quelques pas péniblement, la jeune fille croyait assister à la fin du monde avec pour trame de fond les cris, les pleurs d’enfants de tous les coins de rues de la ville. Toutes les voitures s’étaient échouées soit contre une autre, soit contre un arbre. Une autre était passée au travers la vitrine d’un magasin. Elle titubait en marchant, sentait la panique l’envahir. Et au loin, là où la mère avait disparu, elle vit arriver un camion rouler à pleine vitesse qui fonçait droit sur la poussette laissée là. Diana se mit à courir malgré la douleur résonnante encore du choc de l'accident, mais en vain. Le camion happa sous ses yeux horrifiés la poussette et on n’entendit plus les cris du bébé.
Disaster
Messages : 35
Date d'inscription : 11/02/2021
Crédits : Tumblr

Univers fétiche : Je suis ouverte à tous les univers
Préférence de jeu : Les deux
Noob
Disaster
Mar 7 Déc - 14:23
pdp10.jpg
Jayson West
J'ai 17 ans et je suis étudiant. Mon plus grand talent c'est de jouer de la guitare . Je suis l'ainé d'une famille de deux enfants et je m'en sors moyennement bien.

GONE, un monde sans adultes ● Ft. Disaster Tumblr_norz33TfwR1qzvgc7o3_500

Jayson a toujours été un plus solitaire. Ayant un père alcoolique et une mère qui avait levé l'ancre, peu de parents laissaient leurs enfants fréquenter un garçon comme lui. D'un côté, il comprenait, lui non plus il ne se côtoyerait pas s'il le pouvait... Au moins il avait sa soeur Alice, sur qui il devait veiller, c'était d'ailleurs sa raison d'être encore dans ce monde de merde.

D'un naturel empathique, il n'hésite jamais à mettre les besoins et la sécurité des autres avant les siens. Malheureusement, n'ayant peu des personnes importantes dans sa vie, il ne pouvait que très rarement démontrer son côté loyal et protecteur.

Son père n'étant pas très ouvert d'esprit n'avait jamais accepté que Jayson puisse jouer d'un instrument de musique. Selon lui, c'était trop ''homo'' et jamais sous son toit il n'y serait autorisé. Donc, pour passer le temps, Jayson avait commencé le sport et excellait au football malgré le manque d'intérêt.

GONE, un monde sans adultes ● Ft. Disaster 68747470733a2f2f73332e616d617a6f6e6177732e636f6d2f776174747061642d6d656469612d736572766963652f53746f7279496d6167652f395f66396745557a4f52664a6d773d3d2d3632363936343639362e313535306632333830363535393339303937383133353935373033392e676966




GONE, un monde sans adultes ● Ft. Disaster Giphy.gif?cid=790b7611fab9ebb20c3a8d73cd6ed2e5eeafe8f3671153ed&rid=giphy
C'était un samedi habituel, à la limite encore plus déprimants et ennuyeux que les autres. Le père de Jayson, Neil était affalé dans son fauteuil et décapsulait ce qui devait être sa treizième bouteille bien qu'il soit encore tôt dans l'après-midi. C'était apparement une petite journée pour l'homme qui pouvait passer deux vingtaine en une seule soirée. En soupirant Jayson passait devant Neil en roulant des yeux pour démontrer son exaspération. Le père se contenta de gromeler qu'il faisait pitier.

Dans la cuisine, Alice fredonnait en coloriant. Son innocence était rafraichissante dans cette maison de fou, pensait l'adolescent.

- Tu dessines quoi Ali? dit-il d'une voix aimante.

- Oh, juste papa et moi qui joue au ballon ! dit-elle d'une voix enjouée.

En passant la tête par dessus l'épaule de la fillette, Jayson pu dicerner l'esquisse d'une jeune fille au cheveux blond et un homme rondelet couché par terre. Ah ouais, ça c'est bien papa, se dit-il triste du réalisme du dessin de sa soeur. En ouvrant le frigo, Jayson se renda compte qu'il n'y restait pratiquement plus rien, un restant de pâte sans sauce dans un petit plat de plastique était posé sur la première table et une vieille pomme se trouvait à côté. Cependant, de l'alcool, ça il y en avait. Jayson soupire à nouveau.

- Tu veux les pâtes Alice, demande-t-il d'une voix désolé de ne pouvoir lui offrir mieux.

- Encore... On en a mangé deux fois cette semaine JayJay, exprima-t-elle en faisant la moue.

Neil qui était saoûl, mais qui tenait à son pouvoir absolument dans la maison se leva de son siège. Deux ou trois bouteilles tomba sur le sol faisant des éclats de verre partout sur le plancher. Avec difficulté, il se traina jusqu'à la cuisine et pousse Alice en bas de sa chaise pour prendre sa place.

-Pousses-toi, grogna-t'il sans regarder pour voir si Alice était blessée. C'est moi qui va prendre les pâtes, c'est moi parce que c'est moi qui décide, continua-t'il à gromeler en déchirant le dessin que sa fille avait fait.

Alice, visiblement blessée au bras et démolie par le geste de Neil se mit à pleurer. Irrité par la situation le père s'élança et étempa sa main sur la joue de la fillette encore par terre. À ce moment, Jayson explosa, sans même réfléchir, il attrapa son père par le collet de son chandail blanc rendu presque jaune par les tâches de bière et le poussa sur le sol. N'étant pas capable de se relever dû à son intoxication élevée, Neil criait toutes sortes d'injures à son fil, mais celui-ci ne l'entendait pas, il était rendu ailleurs. Quelques secondes plus tard, Jayson se trouvait sur son père, les poings fermés qu'il étampait sans arrêter sur les grosses joues mal rasées de Neil qui gémissait de douleur.

- Tu vas la fermer putain !, hurlait l'adolescent coup après coup.

Au moment où il allait donner l'assaut final, le père disparu... Le poing de l'adolescent touche le sol d'un bruit qui résonna dans toute la maison. Pensant rêver, Jayson se frotte les yeux, mais en les ouvrant de nouveau toujours aucun signe de l'homme répugnant qu'il était entrain de battre. Rapidement, Jayson se relève et fait signe à sa petite soeur de rester où elle se trouve. Il se dirige vers la porte avant de la maison et y regarde par la fenêtre, des voitures par dizaine étaient accidentés, des enfants couraient partout et des adolescents déambulaient les rues avec des bières et des billets de loterie dans les mains : Qu'est-ce qu'il ce passe putain ?, pensait-il alors que son attention se retourne vers la fillette visiblement appeurée.

- JayJay, j'ai peur... sanglota Alice toujours agenouillée au sol.

Dans un élan d'amour et de protection, Jayson s'installe lui aussi au sol et enlace la petite fille afin de la consoler, il prit le temps d'essuyer la larme qui avait perlée le long de sa joue d'un coup léger de son pouce.

- Ça va aller, je suis là, dit-il peu convaincu, mais tentant quand même d'être rassurant.

Quelques secondes après avoir touché Alice, celle-ci tomba directement au sol, son petit corps commença à convulser. Une épaisse mousse blanche sortait de sa délicate bouche et ses yeux passaient d'un bleu clair à un blanc vitreux. Jayson paniquait, il essayait de réveiller sa petite soeur en la secouant, mais rien à faire. Après à peine quelques minutes, la petite cessa tout mouvement et la dernière parcelle de vie quitta son corps toujours sur le plancher de la cuisine. Dépassé par tout ce qui arrivait en même temps Jayson se mit à hurler et pleurer comme jamais auparavant, il venait de perdre l'être le plus cher à ses yeux et en plus son père avait disparu... C'est ça il devait virer fou ! Il était devenu fou !, pensait-il au bord du délire en riant.

En sortant de chez lui, Jayson croisa un chien, un berger allemand. Ayant toujours aimé les animaux, il s'approcha et le caressa sur le dessus de la tête.

- T'es seul toi aussi ?, lui demande-t'il désemparé.

Une fraction de seconde après la caresse de l'adolescent, le chien se mit à avoir la même crise étrange et mortelle que sa soeur. En voyant cela, il regarde ses mains et comprit qu'il était la raison de la mort d'Alice...

- N- non... C'est pas possible..., chuchote-t'il en n'y comprenant rien.

Trouvant cela ridicule, mais en ne voulant pas prendre de chance, retourna dans la maison et enfila une paire de gant. Il ne savait pas si c'était vraiment lui qui avait causé ces deux morts, mais il ne voulait pas tenter de le découvrir.

Après avoir enterré sa soeur dans la cour arrière, Jayson errait dans la ville. Sans but et complètement anéanti, son seul objectif était de comprendre ce qui arrivait dans cette ville maudite.


Disaster
ANOTHER STORY
CAN YOU TELL WHO I'LL BE NEXT

thedarkness.gif?w=250 original.jpg bcf564dd05b62dc69c9678fc4651660d.gif
Lo
Messages : 145
Date d'inscription : 27/04/2021
Région : Qc
Crédits : Holly Warburton partout

Univers fétiche : -
Préférence de jeu : Femme
tea
https://www.letempsdunrp.com/t4495-la-boite-a-lo-personnages#92588 https://www.letempsdunrp.com/t4596-la-boite-a-lo-ok-fev-2022
Lo
Mer 8 Déc - 2:49
jo5j.jpeg
Diana Harris
J'ai 17 ans et je vis à Perdido Beach, en Californie US. Dans la vie, je suis étudiante et la capitaine d'équipe de course à relais de mon école et je m'en sors à merveille. Sinon, je suis sans copain et je le vis plutôt bien.

GONE, un monde sans adultes ● Ft. Disaster Eh3e
● Sa mère est décédée lorsqu'elle était toute petite et vit depuis seule avec son père dont elle fait la fierté.
● Son père est le shérif de Perdido Beach.
● Elle est le genre de fille que l'on adore foncièrement sans trop savoir pourquoi, altruiste, avenante et fonceuse, elle n'a pas froid aux yeux et n'hésite pas à s'imposer.
GONE, un monde sans adultes ● Ft. Disaster B0678a0a6cb171dbabe51cf836d7976f63385bbe


Effigie : Hannah Kleit




GONE, un monde sans adultes ● Ft. Disaster Bjps
Amber est une adolescente de 16 ans, un peu timide. Amie avec Diana, elles étaient toute les deux dans la même équipe de relais.

Pouvoir : Inconnu

GONE, un monde sans adultes ● Ft. Disaster Laura10
Laura est une adolescente de 17 et l'amie d'enfance et la meilleure amie de Diana. Aussi la fille la plus populaire de son école, elle attire facilement les regards et sait en jouer. Elle et Diana étaient dans la même équipe de relais.

Pouvoir : Inconnu

GONE, un monde sans adultes ● Ft. Disaster 1684bf10
Tyler est un adolescent de 16 ans au physique assez imposant pour son âge. Il est connu pour faire partie de l'équipe de football de son école.

Pouvoir : Inconnu


Après avoir réalisé que la disparition d’une partie de la population était des plus réelle, et qui de plus, semblait avoir touché les adultes seuls, Diana n’avait pas tardé à reprendre ses esprits et mettre ses peurs de côté. La situation le nécessitait. Des enfants de tous âges déambulaient dans les rues de la ville, entre les cris de pleurs et l’alarme des bagnoles, on ne savait plus où donner la tête. Et celle de Diana était d’une douleur lancinante. Elle porta une main à ses cheveux et constata au toucher et par le sang présent sur ses mains que le choc n’avait pas été sans conséquence en fin de compte.

— Diana! » C’était la voix d'Amber qui s'élèvevait dans son dos.
Les deux adolescentes, heureuses et soulagées de se retrouver malgré les circonstances, s’échangèrent une longue étreinte.

— Amber! Mais qu’est-ce qui se passe bon sang! Tu vas bien ?
— Je-je sais pas… J’étais à la pharmacie avec ma mère et d’un coup, tout le monde a disparu…
L’adolescente avait les yeux embués mais se retenait de ne pas lâcher de larmes. Puis, Amber remarqua le sang qui collait aux cheveux de Diana et la fixa tétanisée.
— C’est… rien, t'en fais pas. » Le souvenir de son père volatilisé lui revient en tête, mais Diana le chassa. Elle ne voulait pas y penser. Pas maintenant, sinon, elle n’y arriverait pas. « Écoute, il faut absolument qu’on rassemble tout le monde, surtout les plus petits. On ne peut pas les laisser comme ça… J'appelle Laura m’assurer qu’elle va bien. »
Diana sortit son cellulaire de sa poche et sembla soudainement perplexe. Elle leva la tête vers Amber :
— ...Il n’y a pas de réseau.


Samedi, Jour J, 2 heures après “les disparitions”

Rassembler la population de demis-portions de la ville n’avait pas été une mince affaire. Diana et Amber avaient toutefois fini par tomber sur des connaissances et des amis qui avaient pu les aider à la tâche, mais au final, le petit groupe ne compta au total qu’une cinquantaine d’enfants et d’adolescents réunis. Déjà, la lumière du jour tarissait à vue d'œil et la nuit n’allait pas tarder à arriver. Diana le savait, les recherches en seraient d’autant plus difficiles. Le petit groupe avait néanmoins eu l’idée de rassembler tout ce petit monde dans l’école élémentaire du centre ville et laisser les portes ouvertes au tel cas ou d’autres enfants passeraient par là. Tous réunis dans le gymnase, une cacophonie de pleurs et de cris régnait. Tous étaient en proie à la peur, la panique et l’incompréhension la plus totale.

— Qu’est-ce qu’on va faire Diana ? » avait demandé Amber.
C’était la question que tout le monde se posait. Diana réfléchit à un moyen de gérer ce merdier et décida de s’adresser directement au groupe.
— Écoutez moi!
Diana s'efforçait de se faire entendre, mais sa voix n’arrivait pas à s’imposer dans le chahut. Elle désespéra un instant.
— Tiens, j’ai trouvé ça Diana... »
Tyler, un jeune homme plutôt massif pour son âge qu’elle connaissait de l’équipe de football, lui tendit un mégaphone qu’il avait trouvé là. Elle le remercia d’un hochement de tête et s'empara de l’objet sans plus attendre, puis alla se jucher à quelques marches sur l’estrade afin de s’assurer avoir l’attention de tous.
— Comment ça marche ce truc... Ah. Écoutez moi tous!
Très vite, tout le monde s’était tu.
Je… Je comprends que la situation n’a rien de normal, que certains d’entre vous ont perdu vos parents... sous vos yeux. » Diana se tut un instant, repensant à la mère qui avait disparut sous les siens, à son père… « Aussi incroyable que cela puisse paraître, je crois que des gens ont disparu, mais je crois aussi que ce ne sont que les adultes. »
À ces dires, les cris et les pleurs d’enfant reprirent de nouveau et on entendit des enfants demander leur maman.
— S’il vous plaît! Écoutez moi! Je sais que ce n’est pas facile, que vous avez peur. Moi aussi j’ai peur. J’étais avec mon père quand… quand tout le monde a disparu. Mais à l'heure actuelle, l’urgence est de retrouver tous ceux qui sont restés : des plus petits sont laissés à eux-même en ce moment…» Le souvenir de la poussette écrasée par le camion lui revient violemment en mémoire et elle fût prise un instant de nausée. Elle pose une main sur sa bouche pour se contenir avant de se reprendre, le regard décidé et assuré. « Alors voici ce que je propose. Les enfants de dix ans et moins, vous resterez ici avec Amber. » Diana avait joint le geste à la parole en pointant du doigt l'adolescente un peu timide qui vira instantanément au rouge lorsque la cinquantaine de yeux se posa sur elle. « Les autres...» Diana s'interrompît, distraite par l'arrivée d'un nouveau venu. Elle venait en réalité de remarquer une figure bien familière qui venait de s’ajouter à la masse. Le regard vide, les yeux baissés ; elle n’avait jamais vue Jayson dans cet état. Mais surtout, un détail n’échappa pas à ses yeux scrutateurs. Où était Alice ?
« Les autres, venez me voir. On va organiser des groupes et partir à la recherche des enfants avant la tombée de la nuit et dans les maisons aussi. »
Sur ces dernières paroles, Diana descendit de son piédestal, quelques adolescents s’étaient rassemblés autour d’elle. Elle leur expliqua brièvement le plan : chacun partait en groupe de deux muni de lampe de poche pour faire le tour du quartier et vérifier le plus de maison que possible afin de ramener tous les enfants croisés en chemin. Elle se détacha ensuite du petit groupe pour rejoindre Jayson. Même si cela faisait des lustres depuis qu’ils ne s’étaient plus adressé la parole... Dans tout les cas, elle voulait s’assurer qu’il allait bien. Et un étrange pressentiment lui parcourut l’échine de ne pas voir Alice avec lui. L’adolescente se fraya un chemin parmi la masse d’enfants et arriver devant lui elle lui demanda tout doucement :
— Jayson… Est-ce que tout va bien ? » elle se surprit à trouver sa question idiote en vue des circonstance et se rattrapa « Enfin… hormis toutes ces disparitions ? Où est ta soeur ?
Contenu sponsorisé
GONE, un monde sans adultes ● Ft. Disaster
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Pour refaaaire un monde sans danger ♪
» (m) hp - un monde sans dessus-dessous (en cours)
» Sans peur et sans reproche face aux denti—euh, au danger
» On peut vivre sans frère mais pas sans ami | DJaE
» Just a sweet disaster

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers science-fiction :: Survival/Apocalyptique-
Sauter vers: