Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues
qui tu veux,
quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
-25%
Le deal à ne pas rater :
-25% Figurines Funko – Calendrier d’Avent Harry Potter 2022
18 € 24 €
Voir le deal

LE TEMPS D'UN RP

"Que la lumière soit et la lumière déçoit.” ft. Nara

Stormy Dream
Messages : 89
Date d'inscription : 28/08/2021
Région : Île de France
Crédits : Cosmic Kin

Univers fétiche : Fantastique, fantasy, historique (1900 et après), inspiration séries
Préférence de jeu : Les deux
tea
Stormy Dream
Lun 7 Nov - 10:44
@Nara
bc2f5d3c4967fa6b47adbc917a1ac1a2--hot-guys-sexy-guys.jpg
Tisai
J'ai 30 ans et je vis à Meridian. Dans la vie, je suis paysan, membre de la rébellion, mais aussi Sentinelle auprès des gardiennes de la muraille... et je m'en sors pas toujours bien, surtout quand j'ai décidé de n'en faire qu'à ma tête. Sinon, grâce à ma chance, je suis libre comme l'air et je le vis plutôt bien.

Meridian est bien différente depuis qu'Apophys a plongé son royaume dans une interminable pénombre, jouant sur les nerfs de la population abattue. Il n’en fallait pas plus pour qu’une rébellion se mette en place, portée par son meneur, le charismatique Dyxo, ancien bras droit d'Apophys. Au château, tout le monde le pense mort.
Réfugiés dans les sous-sols de Meridian, les rebelles ont organisé un village souterrain, alimenté par l’énergie des plus anciennes plantes. La structure se met en place pour éliminer le Prince.
Depuis quelques temps, un jeune habitant de Meridian attire l’attention de Dyxo pour ses facultés à détecter le danger. Le royaume n’avait pas connu de Sentinelle depuis plusieurs décennies, le dernier s’étant éteint lors de la destitution du Roi.
Tisai est Méridiannais ; il a grandi dans le village surplombé par le château. Paysan, comme son père, et son grand-père. Ses parents lui ont permis de grandir en bonne santé et heureux, bien que la vie n’ait pas été facile pour eux et leur unique enfant. De nature sociable et joyeuse, Tisai aime la bonne compagnie. Il se sent apaisé lorsqu’il est seul. Il n’hésite pas à se couper du monde pour laisser ses pensés divaguer.
Lorsque le royaume a perdu toutes ses couleurs, sa chaleur, Tisai n’a pas hésité une seule seconde à se ranger du côté des insurgés. Le jeune homme a la tête bien faite, aussi brave que fidèle à son peuple. N’ayant jamais autre chose que la pauvreté de sa famille, Tisai sait se sortir de toutes les situations. La vie au grand air lui a appris à se contenter de peu, et imaginer le pire.
Quel qu’en soit le prix, il cherche toujours un moyen de parvenir à ses fins. Il réfléchit peu, mais agit beaucoup. Tisai ne craint pas le danger : il l’attire à lui. Dyxo s’est longtemps posé la question à son sujet, mais reste persuadé qu’une ancienne énergie sommeille en lui, une force qu’il croyait disparue.
L’enchaînement de ces derniers mois, et notamment sa rencontre avec la dernière gardienne encore en vie… tant de nouveaux rebondissements qui commencent à éclairer les questionnements du jeune rebelle.
« Bonjour New-York, il est sept heures… et bonne nouvelle, le métro fonctionne bien ce matin ! »

Lorsque le radioréveil d’Hay Lyn sonna, le lit de Tisai était encore tiède. Le jour se levait doucement sur la ville nord-américaine, rougie par l’automne. Le métro restait encore un peu flou pour le jeune homme qui apprivoisait encore la technologie terrienne. Quelques mois auparavant, il s’était senti bien seul en arrivant sur Terre pour la première fois. Il avait rêvé pendant des semaines qu’il se faisait renverser par les machines de fer roulantes qu’ils appelaient voitures, pouvant s’apparenter aux charrettes tirées par le bétail à Méridian. C’était comme s’être endormi à une époque, et s’être réveillé dans le futur.

Si seulement les voitures étaient les seules nouveautés dans la vie du Sentinelle… Il n’avait pas encore accepté les cours de Taranee, le génie de la bande de copines qui l’avait accueilli sur Terre. Elle lui avait proposé à maintes reprises de lui montrer le fonctionnement du téléphone -pour communiquer à distance sans magie- ou de la télévision. Sur ce dernier point, Tisai devait avouer qu’il avait déjà perdu quelques minutes à fixer l’écran animé, incrédule. Comment faisaient-ils rentrer des gens à l’intérieur d’une boîte aussi petite ?

A Méridian la magie était réservée aux mages qui avaient pris possession des pleins pouvoirs du Royaume. Les simples ouvriers, paysans, tisseurs, marchands -qui faisaient partie de son village d’origine- n’avaient pas ces capacités. En revanche, la magie faisait partie de leur univers : elle alimentait les plantes, permettait le ruissellement de l’eau, ou plus simplement aux villageois d’avoir de la clarté. La magie était la source d’énergie principale de leur monde avant qu’Apophys n’arrive au pouvoir.

Depuis, les choses avaient quelque peu évolué… La terreur et le sang régnaient sur le royaume. Si Apophys ne donnait pas la lumière aux Méridiannais, alors plus rien ne pousserait sur leurs terres, et ils seraient réduits à vivre dans l’obscurité la plus totale.

La tête encore endormie de la jeune New-Yorkaise à la chevelure de jais passa dans l’encadrement de la porte de la chambre de son invité, si on pouvait encore le qualifier ainsi après des mois de cohabitation. Hay Lyn appréciait la compagnie de cet homme, passé rapidement d’étranger à frère d’adoption. Elle se régalait à le regarder découvrir les objets de son quotidien avec des yeux d’enfant. La soif de découverte du jeune Méridiannais était inépuisable.

Les draps du lit de la chambre d’amis étaient défaits. Tisai n’était plus là. Étrange, connaissant le jeune homme. Après le service du soir, il était rare qu’il réussisse à émerger aussi tôt pour préparer la salle du restaurant. Généralement, elle ricanait en passant sa tête pour le réveiller, constatant qu’il balançait sa couverture sur sa tête pour se protéger de la lumière. C’était comme si ses yeux ne s’étaient pas encore habitués à la lumière.

Pourtant, à New York City, ils n’en manquaient pas. La nuit y compris…
L’absence du jeune homme était intrigante, là où toute autre personne qui n’était pas Hay Lyn aurait pu trouver la situation inquiétante. Après tout, il avait le droit de faire des insomnies !

* * *

A vrai dire, l’insomnie n’était pas tout à fait la cause de la disparition de Tisai. Il n’avait aucune idée de l’heure à laquelle il avait ouvert les yeux, mais un picotement sur l’avant-bras, aussi désagréable que la lame d’un couteau lui effleurant la peau l’avait réveillé en sursaut. Juste à l’endroit où son tatouage était apparu quelques mois auparavant. Longue histoire liée à la mort de son mentor, ancien dirigeant de la rébellion à Méridian… comme si son ami lui avait légué cette marque avant de disparaître pour de bon. En tout cas, c’est ce qu’il en avait déduit, car aucune explication plausible ne lui avait été donnée. Tisai était livré à lui-même pour tenter de découvrir l’intérêt de cette marque, ainsi que son fonctionnement.

Lorsque les lignes tracées sur sa peau lui faisaient mal, c’était son corps qui lui envoyait un signal d’alerte. Un réveil improbable, un vertige, une rage de dents parfois…

Le ciel avait revêtu son plus beau manteau étoilé, mais il n’avait pas besoin de source lumineuse pour y voir quelque chose : la ville était éclairée à tout moment par des immenses panneaux lumineux –il n’avait toujours pas bien saisi l’intérêt-, quelques appartements où les gens ne dormaient pas ou plus, ou encore les yeux des voitures.

Tisai avait fermé la porte d’entrée en douceur, puis s’était faufilé dans la rue, guidé par son instinct jusqu’à la ruelle la plus calme à proximité. Plus il s’approchait de sa destination, plus la douleur était puissante. L’envie d’aller dans le sens opposé était omniprésente pour soulager les tiraillements de sa peau, mais il tint bon.

Un feulement rauque attira son attention, encore plus au fond de la ruelle. Deux chats –les créatures terriennes les plus maléfiques qu’il lui ait été donné de rencontrer- le contournèrent à vive allure, effrayés. Les muscles du jeune homme se tendirent, tandis que ses mâchoires restaient serrées par la douleur.

« Tu en as mis du temps ! » Tisai sursauta, autant par la voix grave qui venait de s’adresser à lui que par le fait que toute la souffrance se soit envolée en une poignée de secondes. Une créature –venue de Méridian, peu de doute possible- se tenait fièrement sur le couvercle d’une poubelle, la queue enroulée autour de sa silhouette majestueuse. Contrairement à la faune humaine, le corps de l’animal n’était pas recouvert de poils, mais d’une couche d’humus fraiche sur laquelle poussaient mousses, petites pousses arborées et herbes sauvages. Sa queue était une torsade de racines souples. Tisai n’en avait jamais vu de semblables. A Méridian, les créatures étaient essentiellement ternes.

Bouche bée, le jeune homme resta dans sa contemplation un instant avant que la voix ne retentisse de nouveau. La créature s’adressait à lui, mais à travers son esprit, ce qui le déstabilisa de plus belle. « Sentinelle, ce n’est pas l’heure de dormir ! Les tiens ont besoin de toi. »

Il n’eut pas le temps de protester, car un éclair lumineux se propagea depuis l’atmosphère terrestre et s’abattit lourdement sur le sol. Il fit un bond en arrière pour se protéger, observant l’animal rester aussi immobile qu’une statue. Du point d’impact, des fragments lumineux s’élevèrent pour former un cercle irisé. « Un portail ? Mais comment… Comment as-tu fais ? » Il n’obtint pas sa réponse, car le demi félin se faufila à travers.

S’il voulait en savoir plus, il savait ce qu’il lui restait à faire. Mais sa place était sur Terre à présent, auprès des gardiennes. Et s’il ne pouvait pas revenir ? Et si c’était un piège ?

Il l’avait appelé Sentinelle… Cela ne pouvait pas être un hasard. Les siens avaient besoin de lui. Il sauta à son tour à travers le cerclage étincelant.

* * *

Lorsque le portail se referma, Tisai était épuisé. Le soleil était bien haut dans le ciel de New York, et il avait eu sa dose d’émotions en retrouvant sa famille, ses amis, tous plus affamés les uns que les autres. « Ne sois pas abattu, les gardiennes peuvent vous aider. Tu dois leur en parler. » Ivy, de son prénom, s’adressait de nouveau à travers ses pensées, alors qu’elle avait eu la capacité de lui parler à Méridian. Peut-être était-ce une adaptation pour rester discrète ?

Quoi qu’il en soit, le Méridiannais était préoccupé. Il fallait qu’il rentre se changer, ses vêtements souillés par la poussière de son monde ne feraient pas bonne impression auprès des clients du restaurant d’Hay Lyn. Il lui glisserait quelques mots pendant sa pause.

Encore fallait-il qu’il arrive à rejoindre le restaurant. C’était une autre histoire…

"Que la lumière soit et la lumière déçoit.” ft. Nara
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Eh oui le passé c'est douloureux ... mais à mon sens, on peut soit le fuir, soit tout en apprendre !
» "Et oui , le passé c'est douloureux. Mais à mon sens on peut soit le fuir , soit tout en apprendre..." feat The Whole 9
» Présentation Nara
» Un nouveau monde de lumière - Lyuba
» J ai vu de la lumière...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers fantasy :: Surnaturel-
Sauter vers: