Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues qui tu veux, quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
» Apocalypse technologique: Échange de Groupe
"Que la lumière soit et la lumière déçoit.” ft. Nara EmptyAujourd'hui à 20:14 par Nash

» Funambule feat Manhattan Redlish
"Que la lumière soit et la lumière déçoit.” ft. Nara EmptyAujourd'hui à 19:50 par Charly

» La Folie du Prince
"Que la lumière soit et la lumière déçoit.” ft. Nara EmptyAujourd'hui à 19:21 par Ezvana

» « Even on the darkest night, I will be your sword and shield, your camouflage. »
"Que la lumière soit et la lumière déçoit.” ft. Nara EmptyAujourd'hui à 19:03 par Touriste

» « Connais ton adversaire, connais-toi, et tu ne mettras pas ta victoire en danger. »
"Que la lumière soit et la lumière déçoit.” ft. Nara EmptyAujourd'hui à 18:59 par Stormy Dream

» Get out of my head !
"Que la lumière soit et la lumière déçoit.” ft. Nara EmptyAujourd'hui à 18:30 par Aloy

» If these wings could fly
"Que la lumière soit et la lumière déçoit.” ft. Nara EmptyAujourd'hui à 16:24 par Aloy

» Recensement 2024
"Que la lumière soit et la lumière déçoit.” ft. Nara EmptyAujourd'hui à 16:10 par Scarlett Thompson

» Welcome to the Puppet Show - ☽ Rein ☾
"Que la lumière soit et la lumière déçoit.” ft. Nara EmptyAujourd'hui à 16:09 par Rein

Le deal à ne pas rater :
Coffret dresseur d’élite ETB Pokémon EV06 Mascarade Crépusculaire
56.90 €
Voir le deal

LE TEMPS D'UN RP

"Que la lumière soit et la lumière déçoit.” ft. Nara

Stormy Dream
Messages : 192
Date d'inscription : 28/08/2021
Région : Île de France
Crédits : Cosmic Kin

Univers fétiche : Fantastique, fantasy, historique (1900 et après), inspiration séries
Préférence de jeu : Les deux
Tournesol
Stormy Dream
Lun 7 Nov 2022 - 10:44
@Nara
bc2f5d3c4967fa6b47adbc917a1ac1a2--hot-guys-sexy-guys.jpg
Tisai
J'ai 30 ans et je vis à Meridian. Dans la vie, je suis paysan, membre de la rébellion, mais aussi Sentinelle auprès des gardiennes de la muraille... et je m'en sors pas toujours bien, surtout quand j'ai décidé de n'en faire qu'à ma tête. Sinon, grâce à ma chance, je suis libre comme l'air et je le vis plutôt bien.

Meridian est bien différente depuis qu'Apophys a plongé son royaume dans une interminable pénombre, jouant sur les nerfs de la population abattue. Il n’en fallait pas plus pour qu’une rébellion se mette en place, portée par son meneur, le charismatique Dyxo, ancien bras droit d'Apophys. Au château, tout le monde le pense mort.
Réfugiés dans les sous-sols de Meridian, les rebelles ont organisé un village souterrain, alimenté par l’énergie des plus anciennes plantes. La structure se met en place pour éliminer le Prince.
Depuis quelques temps, un jeune habitant de Meridian attire l’attention de Dyxo pour ses facultés à détecter le danger. Le royaume n’avait pas connu de Sentinelle depuis plusieurs décennies, le dernier s’étant éteint lors de la destitution du Roi.
Tisai est Méridiannais ; il a grandi dans le village surplombé par le château. Paysan, comme son père, et son grand-père. Ses parents lui ont permis de grandir en bonne santé et heureux, bien que la vie n’ait pas été facile pour eux et leur unique enfant. De nature sociable et joyeuse, Tisai aime la bonne compagnie. Il se sent apaisé lorsqu’il est seul. Il n’hésite pas à se couper du monde pour laisser ses pensés divaguer.
Lorsque le royaume a perdu toutes ses couleurs, sa chaleur, Tisai n’a pas hésité une seule seconde à se ranger du côté des insurgés. Le jeune homme a la tête bien faite, aussi brave que fidèle à son peuple. N’ayant jamais autre chose que la pauvreté de sa famille, Tisai sait se sortir de toutes les situations. La vie au grand air lui a appris à se contenter de peu, et imaginer le pire.
Quel qu’en soit le prix, il cherche toujours un moyen de parvenir à ses fins. Il réfléchit peu, mais agit beaucoup. Tisai ne craint pas le danger : il l’attire à lui. Dyxo s’est longtemps posé la question à son sujet, mais reste persuadé qu’une ancienne énergie sommeille en lui, une force qu’il croyait disparue.
L’enchaînement de ces derniers mois, et notamment sa rencontre avec la dernière gardienne encore en vie… tant de nouveaux rebondissements qui commencent à éclairer les questionnements du jeune rebelle.
« Bonjour New-York, il est sept heures… et bonne nouvelle, le métro fonctionne bien ce matin ! »

Lorsque le radioréveil d’Hay Lyn sonna, le lit de Tisai était encore tiède. Le jour se levait doucement sur la ville nord-américaine, rougie par l’automne. Le métro restait encore un peu flou pour le jeune homme qui apprivoisait encore la technologie terrienne. Quelques mois auparavant, il s’était senti bien seul en arrivant sur Terre pour la première fois. Il avait rêvé pendant des semaines qu’il se faisait renverser par les machines de fer roulantes qu’ils appelaient voitures, pouvant s’apparenter aux charrettes tirées par le bétail à Méridian. C’était comme s’être endormi à une époque, et s’être réveillé dans le futur.

Si seulement les voitures étaient les seules nouveautés dans la vie du Sentinelle… Il n’avait pas encore accepté les cours de Taranee, le génie de la bande de copines qui l’avait accueilli sur Terre. Elle lui avait proposé à maintes reprises de lui montrer le fonctionnement du téléphone -pour communiquer à distance sans magie- ou de la télévision. Sur ce dernier point, Tisai devait avouer qu’il avait déjà perdu quelques minutes à fixer l’écran animé, incrédule. Comment faisaient-ils rentrer des gens à l’intérieur d’une boîte aussi petite ?

A Méridian la magie était réservée aux mages qui avaient pris possession des pleins pouvoirs du Royaume. Les simples ouvriers, paysans, tisseurs, marchands -qui faisaient partie de son village d’origine- n’avaient pas ces capacités. En revanche, la magie faisait partie de leur univers : elle alimentait les plantes, permettait le ruissellement de l’eau, ou plus simplement aux villageois d’avoir de la clarté. La magie était la source d’énergie principale de leur monde avant qu’Apophys n’arrive au pouvoir.

Depuis, les choses avaient quelque peu évolué… La terreur et le sang régnaient sur le royaume. Si Apophys ne donnait pas la lumière aux Méridiannais, alors plus rien ne pousserait sur leurs terres, et ils seraient réduits à vivre dans l’obscurité la plus totale.

La tête encore endormie de la jeune New-Yorkaise à la chevelure de jais passa dans l’encadrement de la porte de la chambre de son invité, si on pouvait encore le qualifier ainsi après des mois de cohabitation. Hay Lyn appréciait la compagnie de cet homme, passé rapidement d’étranger à frère d’adoption. Elle se régalait à le regarder découvrir les objets de son quotidien avec des yeux d’enfant. La soif de découverte du jeune Méridiannais était inépuisable.

Les draps du lit de la chambre d’amis étaient défaits. Tisai n’était plus là. Étrange, connaissant le jeune homme. Après le service du soir, il était rare qu’il réussisse à émerger aussi tôt pour préparer la salle du restaurant. Généralement, elle ricanait en passant sa tête pour le réveiller, constatant qu’il balançait sa couverture sur sa tête pour se protéger de la lumière. C’était comme si ses yeux ne s’étaient pas encore habitués à la lumière.

Pourtant, à New York City, ils n’en manquaient pas. La nuit y compris…
L’absence du jeune homme était intrigante, là où toute autre personne qui n’était pas Hay Lyn aurait pu trouver la situation inquiétante. Après tout, il avait le droit de faire des insomnies !

* * *

A vrai dire, l’insomnie n’était pas tout à fait la cause de la disparition de Tisai. Il n’avait aucune idée de l’heure à laquelle il avait ouvert les yeux, mais un picotement sur l’avant-bras, aussi désagréable que la lame d’un couteau lui effleurant la peau l’avait réveillé en sursaut. Juste à l’endroit où son tatouage était apparu quelques mois auparavant. Longue histoire liée à la mort de son mentor, ancien dirigeant de la rébellion à Méridian… comme si son ami lui avait légué cette marque avant de disparaître pour de bon. En tout cas, c’est ce qu’il en avait déduit, car aucune explication plausible ne lui avait été donnée. Tisai était livré à lui-même pour tenter de découvrir l’intérêt de cette marque, ainsi que son fonctionnement.

Lorsque les lignes tracées sur sa peau lui faisaient mal, c’était son corps qui lui envoyait un signal d’alerte. Un réveil improbable, un vertige, une rage de dents parfois…

Le ciel avait revêtu son plus beau manteau étoilé, mais il n’avait pas besoin de source lumineuse pour y voir quelque chose : la ville était éclairée à tout moment par des immenses panneaux lumineux –il n’avait toujours pas bien saisi l’intérêt-, quelques appartements où les gens ne dormaient pas ou plus, ou encore les yeux des voitures.

Tisai avait fermé la porte d’entrée en douceur, puis s’était faufilé dans la rue, guidé par son instinct jusqu’à la ruelle la plus calme à proximité. Plus il s’approchait de sa destination, plus la douleur était puissante. L’envie d’aller dans le sens opposé était omniprésente pour soulager les tiraillements de sa peau, mais il tint bon.

Un feulement rauque attira son attention, encore plus au fond de la ruelle. Deux chats –les créatures terriennes les plus maléfiques qu’il lui ait été donné de rencontrer- le contournèrent à vive allure, effrayés. Les muscles du jeune homme se tendirent, tandis que ses mâchoires restaient serrées par la douleur.

« Tu en as mis du temps ! » Tisai sursauta, autant par la voix grave qui venait de s’adresser à lui que par le fait que toute la souffrance se soit envolée en une poignée de secondes. Une créature –venue de Méridian, peu de doute possible- se tenait fièrement sur le couvercle d’une poubelle, la queue enroulée autour de sa silhouette majestueuse. Contrairement à la faune humaine, le corps de l’animal n’était pas recouvert de poils, mais d’une couche d’humus fraiche sur laquelle poussaient mousses, petites pousses arborées et herbes sauvages. Sa queue était une torsade de racines souples. Tisai n’en avait jamais vu de semblables. A Méridian, les créatures étaient essentiellement ternes.

Bouche bée, le jeune homme resta dans sa contemplation un instant avant que la voix ne retentisse de nouveau. La créature s’adressait à lui, mais à travers son esprit, ce qui le déstabilisa de plus belle. « Sentinelle, ce n’est pas l’heure de dormir ! Les tiens ont besoin de toi. »

Il n’eut pas le temps de protester, car un éclair lumineux se propagea depuis l’atmosphère terrestre et s’abattit lourdement sur le sol. Il fit un bond en arrière pour se protéger, observant l’animal rester aussi immobile qu’une statue. Du point d’impact, des fragments lumineux s’élevèrent pour former un cercle irisé. « Un portail ? Mais comment… Comment as-tu fais ? » Il n’obtint pas sa réponse, car le demi félin se faufila à travers.

S’il voulait en savoir plus, il savait ce qu’il lui restait à faire. Mais sa place était sur Terre à présent, auprès des gardiennes. Et s’il ne pouvait pas revenir ? Et si c’était un piège ?

Il l’avait appelé Sentinelle… Cela ne pouvait pas être un hasard. Les siens avaient besoin de lui. Il sauta à son tour à travers le cerclage étincelant.

* * *

Lorsque le portail se referma, Tisai était épuisé. Le soleil était bien haut dans le ciel de New York, et il avait eu sa dose d’émotions en retrouvant sa famille, ses amis, tous plus affamés les uns que les autres. « Ne sois pas abattu, les gardiennes peuvent vous aider. Tu dois leur en parler. » Ivy, de son prénom, s’adressait de nouveau à travers ses pensées, alors qu’elle avait eu la capacité de lui parler à Méridian. Peut-être était-ce une adaptation pour rester discrète ?

Quoi qu’il en soit, le Méridiannais était préoccupé. Il fallait qu’il rentre se changer, ses vêtements souillés par la poussière de son monde ne feraient pas bonne impression auprès des clients du restaurant d’Hay Lyn. Il lui glisserait quelques mots pendant sa pause.

Encore fallait-il qu’il arrive à rejoindre le restaurant. C’était une autre histoire…

Nara
Messages : 24
Date d'inscription : 20/10/2022
Crédits : Poupy (pinterest)

Univers fétiche : un peu de tout, en ce moment préférence pour le fantasy/magique
Préférence de jeu : Les deux
Valise
Nara
Ven 16 Déc 2022 - 7:38

Adrestia "Adria"
Wilkins

J'ai 22 ans et je vis à Ney-York, USA. Dans la vie, je suis Princesse du Royaume de Meridian, et sur Terre je suis étudiante en psychologie et serveuse et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien, les humains sont des chiens.

- Elle a des tatouages qu'elle cache grâce à un sortilège d'illusion, actif lorsqu'elle porte ses boucles d'oreilles.
- Aislin est la disciple qui joue le rôle de sa mère dans le monde des humains, et Kyran est son père.
« Est-ce qu’il faut vraiment que j’y retourne ?
- Je sais que c’est éprouvant, Adrestia, mais c’est pour ton bien. Ici, ils ne comprennent pas que je fais tout ça pour leur bien. Tu es plus en sécurité au milieu des humains que sur les terres Meridianaises. Je ne veux pas qu’il t’arrive malheur. »


Un long soupir franchit les lèvres de la Princesse, tandis qu’elle passait une main dans ses cheveux. Elle était encore en train d’apprendre à manier ses pouvoirs, et ce n’était pas de tout repos. C’était d’ailleurs en partie pour cette raison qu’elle avait été envoyée sur Terre : ses pouvoirs avaient l’air plus grands encore que ce qu’il croyait, et pour s’assurer qu’elle se développe sans craindre les attaques de leurs opposants, son père, le Roi Apophis, avait décidé de l’envoyer sur Terre, au milieu des humains, ces êtres qui le répugnaient. Au moins, personne n’aurait l’idée de la chercher ici.

Aislin, la femme chez qui elle vivait sur Terre, une disciple de son père, l’attendait, et après avoir salué son le Roi, Adrestia suivit sa “mère” à travers le portail, pour atterrir dans la cave de leur maison. Un beau manoir des années 1800, quelque part dans une grande métropole américaine.

Evidemment, une fois arrivée, elle devait encore prêter attention à ses marques qui apparaissaient petit à petit sur son corps, sur son visage et sur ses épaules. La jeune femme les masquait précautionneusement, grâce à Kyran, son “père”, qui était un maître dans la magie illusoire. Il lui enseignait l’art de l’illusion et de l’hypnose, quand Aislin lui montrait la magie des éléments. Et il était claire que la demoiselle avait une affinité particulière avec le feu, si bien qu’elle avait failli cramer l’habitation une bonne dizaine de fois, parce qu’elle ne maîtrisait pas suffisamment ses émotions.

Une fois ses tatouages marqués de sorte à ce qu’on soit certain que personne ne puisse les remarquer, elle put quitter le domicile pour son travail, où elle travaillait jusque minuit. Mais quasiment systématiquement, elle finissait plus tard… Les clients ne travaillaient pas, eux. Ils étaient là pour prendre du bon temps, et tant pis pour les employés.

Adrestia - ou plutôt Adria sur Terre - enfonça ses écouteurs dans ses oreilles en sortant, maussade après la visite dans son monde, dans son château, dans son royaume. En terrain ennemi, c’était bien moins agréable, et puis elle devait toujours faire attention à tout et tout le monde. Et ne pas se faire remarquer. Tout encaisser.

De toute manière, visiblement, c’était le cas de toutes les femmes ici…

Déposant ses affaires dans son casier, elle sursauta en entendant la porte claquer en s’ouvrant, tandis que sa collègue entrait.

« Adria, t’es en retard.
- Quoi ? Mais je…
- Discute pas et dépêche-toi, y’a du monde. »


Meghan fit volte face sans plus de considération pour Adria, et celle-ci garda les mâchoires serrées pour s’empêcher d’avoir des mots qu’elle pourrait regretter tant qu’elle était sur Terre.

***
Pendant ce temps, un portail s’ouvrait. Pourtant, les ouvertures de portails étaient régulées par le Roi et ses sbires, et celui-ci était inconnu. Par une fenêtre, un disciple le remarqua se dissiper, et il aurait reconnu cette magie entre mille. Immédiatement, il descendit les marches de l’immeuble quatre à quatre et arrivé au coin de cette ruelle, il vit une silhouette masculine de dos, qui semblait dubitatif. Ou perdu.

Sans la moindre hésitation, il prononça quelques mots et un puissant sort d’étourdissement frappa le pauvre jeune homme qui venait de passer le portail. Une fois celui-ci à terre, il s’approcha, lui infligea un coup de poing dans le menton pour l’assommer, et appela un autre disciple qui habitait non loin de là.

Oui… Il y avait bien plus d’agents dans la ville que ce que l’on pouvait croire.

Après avoir été attaché et bâillonné, il fut balancé à l’arrière d’une voiture aux vitres teintées, et l’un des deux hommes reprit son téléphone.

« Monsieur Wilkins, on a un problème. Quelqu’un d’autre est capable d’ouvrir des portails. Vous pensez que c’est possible ?
- Amenez-le. »


La tonalité de fin d’appel retentit et la voiture démarra.

***
10 appels manqués.

Adria, réponds, c’est urgent.
Je ne plaisante pas.
Adria, si je suis obligé de venir te chercher ça va mal se passer.
Dépêche.


« Putain, pour une fois, que je prends pas mon téléphone… »

Alors qu’elle prenait sa pause, Adria se rendit compte que Kyran avait tenté de la joindre plusieurs fois. Et pour qu’il insiste autant, ça devait vraiment être important. Alors elle attrapa sa veste, son sac, et fila tout en tapant un message rapide.

« Hé ! Où tu vas ? s’offusqua Meghan en la croissant.
- Je suis malade, je rentre.
- Mais t’as pas l’air- »


Adrestia ne la laissa pas finir que la porte se refermait déjà, et quelques minutes plus tard, elle était déjà de retour au manoir.

« Alors, c’est quoi cette urgence ?
- On a quelqu’un dans la cave.
- Comment ça, quelqu’un ?
- Dans les pommes, d’ailleurs. »


Adria fronça les sourcils en déposant ses affaires, détachant ses longs cheveux roux.

« Un jeune homme qui aurait ouvert un portail. On ne peut pas le laisser se promener dans la nature, et une fois qu’il aura parlé, nous le tuerons. Mais tu dois assister à tout ça. Ce sera parfait pour ton apprentissage. »

Ah, la Résistance leur menait souvent la vie dure, même en secret sur Terre. Mais jamais personne n’avait ouvert un portail, à part peut-être les gardiennes… Alors elle descendit pour le voir par elle-même.

Seulement, une fois face au corps qui s’éveillait, elle ne put retenir un sursaut de surprise.

« Tisai ?! »
Stormy Dream
Messages : 192
Date d'inscription : 28/08/2021
Région : Île de France
Crédits : Cosmic Kin

Univers fétiche : Fantastique, fantasy, historique (1900 et après), inspiration séries
Préférence de jeu : Les deux
Tournesol
Stormy Dream
Mar 20 Déc 2022 - 22:21
@Nara
bc2f5d3c4967fa6b47adbc917a1ac1a2--hot-guys-sexy-guys.jpg
Tisai
J'ai 30 ans et je vis à Meridian. Dans la vie, je suis paysan, membre de la rébellion, mais aussi Sentinelle auprès des gardiennes de la muraille... et je m'en sors pas toujours bien, surtout quand j'ai décidé de n'en faire qu'à ma tête. Sinon, grâce à ma chance, je suis libre comme l'air et je le vis plutôt bien.

Meridian est bien différente depuis qu'Apophys a plongé son royaume dans une interminable pénombre, jouant sur les nerfs de la population abattue. Il n’en fallait pas plus pour qu’une rébellion se mette en place, portée par son meneur, le charismatique Dyxo, ancien bras droit d'Apophys. Au château, tout le monde le pense mort.
Réfugiés dans les sous-sols de Meridian, les rebelles ont organisé un village souterrain, alimenté par l’énergie des plus anciennes plantes. La structure se met en place pour éliminer le Prince.
Depuis quelques temps, un jeune habitant de Meridian attire l’attention de Dyxo pour ses facultés à détecter le danger. Le royaume n’avait pas connu de Sentinelle depuis plusieurs décennies, le dernier s’étant éteint lors de la destitution du Roi.
Tisai est Méridiannais ; il a grandi dans le village surplombé par le château. Paysan, comme son père, et son grand-père. Ses parents lui ont permis de grandir en bonne santé et heureux, bien que la vie n’ait pas été facile pour eux et leur unique enfant. De nature sociable et joyeuse, Tisai aime la bonne compagnie. Il se sent apaisé lorsqu’il est seul. Il n’hésite pas à se couper du monde pour laisser ses pensés divaguer.
Lorsque le royaume a perdu toutes ses couleurs, sa chaleur, Tisai n’a pas hésité une seule seconde à se ranger du côté des insurgés. Le jeune homme a la tête bien faite, aussi brave que fidèle à son peuple. N’ayant jamais autre chose que la pauvreté de sa famille, Tisai sait se sortir de toutes les situations. La vie au grand air lui a appris à se contenter de peu, et imaginer le pire.
Quel qu’en soit le prix, il cherche toujours un moyen de parvenir à ses fins. Il réfléchit peu, mais agit beaucoup. Tisai ne craint pas le danger : il l’attire à lui. Dyxo s’est longtemps posé la question à son sujet, mais reste persuadé qu’une ancienne énergie sommeille en lui, une force qu’il croyait disparue.
L’enchaînement de ces derniers mois, et notamment sa rencontre avec la dernière gardienne encore en vie… tant de nouveaux rebondissements qui commencent à éclairer les questionnements du jeune rebelle.
C’était une autre histoire… qui débutait par un coup bien placé derrière la tête. Confusion, désarroi puis douleur se suivirent jusqu’au néant. Cette fois, la Sentinelle n’avait pas perçu le danger avant qu’il ne l’assomme -et c’était le cas de le dire. Inconscient sur le macadame, Tisai ne réalisa pas qu’il était chargé comme un sac de grains sur l’épaule d’un colosse encapuchonné. Le néant, toujours, sans une once de lumière.

Surprise, la créature vêtue de végétaux s’était tapissée dans l’ombre d’une benne à ordures qui, à défaut d’être élégante, avait au moins le mérite de la camoufler. Impuissante, elle tenta de capter des éléments qui permettraient de reconnaître l’agresseur. Ivy se faufila ente le mur et le conteneur en essayant de suivre le rebelle, mais ses efforts furent vains. L’assaillant était trop rapide : il chargea le corps inerte de l’insurgé dans un chariot de fer, en claqua la porte, puis s’échappa à vive allure.

Ivy devait trouver de l’aide. Simplement… s’adresser aux gardiennes n’était pas tout à fait la prochaine étape de son plan initial. Il était trop tôt : la découverte de leurs pouvoirs devait être leur priorité. A son grand damn, le renard végétal ne savait pas qui contacter. Hay Lin travaillait après son service au restaurant, mais son énergie allouée à l’entraînement restait insuffisante. Will se retrouvait dans une situation délicate avec son employeur qui ne la laissait plus respirer après la bourde du siècle dans une réunion avec des investisseurs… Irma passait plus de temps à nager pour préparer sa compétition de natation synchronisée qu’à essayer de sortir l’eau de la piscine… Taranee état probablement celle qui mettait le plus d’énergie dans sa pratique, mais dès qu’une flamme jaillissait à proximité, la panique l’emportait : elle devrait d’abord apprendre à ne pas craindre son pouvoir.

Il ne restait plus qu’une gardienne... Bien que Cornelia passe le plus clair de son temps à s’extasier devant les créations de haute couture de sa directrice, ou à siroter des cocktails dans les soirées mondaines… elle restait la gardienne de la Terre. Son pouvoir était le plus compatible avec les affinités d’Ivy. C’est pourquoi son choix se porta immédiatement sur la jeune femme.


* * *


« AAAAAAH ! MAIS QUI A LAISSE LA PORTE OUVERTE C’EST PAS VRAI ! » Hurla-t’elle lorsque la silhouette féline de la créature se posta sur son bureau. Cornelia s’écarta brusquement de la table, lâchant son smartphone dont l’écran se brisa au contact du sol. « Je suis sûre que t’as des puces, en plus ! » Continua-t’elle avec dégoût. « Cesse de faire la mauviette, Cornelia. J’ai peut-être quelques champignons… par-ci, par-là. Mais des puces ! Comment oses-tu ? » Les yeux de la jeune femme à la chevelure blonde s’écarquillèrent tellement qu’elle faillit les perdre. « Je… mais… qui es-tu ? » La queue de lianes de l’animal se replia contre son corps avec une élégance déconcertante. « Peu importe. Tisai est en danger, tu dois l’aider immédiatement. »


* * *


Quelques chuchotements avaient attiré ton attention, mais la douleur était trop présente pour que le jeune rebelle revienne pleinement à lui-même. Le goût ferreux dans sa bouche et la surface froide, dure, sous son corps étalé ne présageaient rien de bon. « Allez, misérable, la sieste est terminée ! » Le pressa une voix revêche totalement inconnue. Il reçut un violent coup dans les côtes, déclenchant un spasme de souffrance inédit. Les yeux de Tisai s’ouvrirent dans la seconde qui suivit, alors qu’il cherchait à reprendre son souffle.

Où était-il ? Que s’était-il passé ? Il tourna le regard autour de lui, réalisant qu’il avait quitté la ruelle où se trouvait le portail. Zut, ça sent les ennuis ça. Autour de lui, une cage avait été constituée avec une énergie semblable à celle des portails. Il n’imagina pas une seconde toucher l’un des barreaux, de peur de finir carbonisé.

Difficilement, le jeune méridiannais se redressa pour essayer de distinguer ses agresseurs… mais sa vision était trouble.


* * *


« Allo ? Attends, deux minutes Cornelia, je te mets en haut parleur. » Une serviette nouée autour de sa chevelure dégoulinante d’eau chlorée, Irma se retourna vers Taranee qui l’attendait depuis de longues minutes à l’entrée de la piscine. « Eh oh Tara, c’est Cornelia ! » La jeune femme au teint halé s’approcha de son amie, le sourire aux lèvres. Elle s’attendait à quelques paroles au sujet de Tisai, dont Cornelia n’arrêtait pas de parler depuis quelques mois. Le méridiannais partageait depuis peu le quotidien des jeunes femmes, et son physique avantageux avait tapé dans l’oeil de la chargée de communication. « Tisai est en danger, les filles, il faut qu’on le retrouve ! » répétait la jolie blonde, tandis que ses amies s’échangeaient un regard complice. « Si par danger tu insinues qu’une autre humaine a osé lui proposé de sortir boire un verre, alors oui, Tisai court un grave danger ! Mais je n’irai pas le chercher chez elle si tu vois ce que je veux dire... » Ironisa Irma en secouant sa tête vers le bas pour laisser les dernières gouttes d’eau s’échapper de sa chevelure colorée de rouge.


* * *


Il frotta ses yeux et essuya une goutte de sang qui perlait le long de ses lèvres… sûrement due à un coup qu’il avait reçu alors qu’il était encore inconscient. Cette fois, la voix qui attira son attention venait de prononcer son prénom. Avec surprise. L’homme attendit que ses prunelles s’habituèrent à l’obscurité ambiante de ce qui semblait être une cave… et porta son attention sur la silhouette filiforme qui se dressait devant lui.

Il aurait reconnu sa crinière de feu parmi des centaines. Il lui était arrivé de passer la soirée avec quelques collègues employés du restaurant familial d’Hay Lin. Parmi eux, une jeune femme sortait du lot avec ses longues mèches rousses qui lui ondulaient dans le dos. Elle s’appelait Adria.

Il préféra le pas prononcer son prénom, pour ne pas risquer d’empirer la situation. Après tout, il était derrière les barreaux et pas elle.


* * *


« Un renard qui parle. Sérieusement, Tara, y’avait quoi dans sa Margarita ? Elle est cinglée ! » Si Irma restait perplexe devant les paroles de leur amie, Taranee n’était pas aussi catégorique que la gardienne de l’eau. Cornelia n’était pas le genre à dramatiser. Enfin, si, mais pas quand la sécurité d’une personne était en jeu. Ces derniers mois, la notion de vie et de mort avait quelque peu changé pour les filles, et la gardienne du feu sentit qu’il y avait quelques chose à faire. « Finis de te préparer, j’appelle les autres. »


* * *


Devant le silence du détenu et l’air surpris de la jeune femme fraichement arrivée, les bourreaux n’avaient pas baissé leur garde. « Ca y est rebelle, on a fini de pioncer ? » L’oeil du concerné passa d’un vert émeraude à l’obscurité de l’encre. Comment avait-il pu se faire démasquer aussi bêtement ? « De… de quoi vous parlez ? Qui êtes-vous ? » Autant tenter le tout pour le tout et se faire passer pour un terrien jusqu’au bout. « Tu ne sais vraiment pas, Tisai ? » Entendre son prénom le fit frémir de répulsion. Comment connaissaient-ils son nom ? Comment pouvaient-ils être aussi sûrs d’eux ? « Non. Que voulez-vous ? » Ses yeux s’attardèrent de nouveau sur les barreaux électriques : il n’avait aucune issue.

Nara
Messages : 24
Date d'inscription : 20/10/2022
Crédits : Poupy (pinterest)

Univers fétiche : un peu de tout, en ce moment préférence pour le fantasy/magique
Préférence de jeu : Les deux
Valise
Nara
Jeu 12 Jan 2023 - 21:33

Adrestia "Adria"
Wilkins

J'ai 22 ans et je vis à Ney-York, USA. Dans la vie, je suis Princesse du Royaume de Meridian, et sur Terre je suis étudiante en psychologie et serveuse et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien, les humains sont des chiens.

- Elle a des tatouages qu'elle cache grâce à un sortilège d'illusion, actif lorsqu'elle porte ses boucles d'oreilles.
- Aislin est la disciple qui joue le rôle de sa mère dans le monde des humains, et Kyran est son père.

L’exclamation de la jeune femme surprit ses mentors, qui finirent par descendre, tandis que Tisai s’obstinait à nier les accusations des gardes. La Princesse essayait de garder un regard neutre, mais elle devait avouer qu’il n’avait rien ni d’un rebelle, ni d’un magicien quelconque.

Adrestia restait en retrait, les fesses appuyées contre un meuble, les bras croisés sur la poitrine, attentive à la conversation. Pour elle, Tisai n’était réellement qu’un humain. Et probablement le moins pire de ceux qu’elle avait rencontré. En fait, il ne lui avait causé absolument aucun tort, jusque là.

Une seule chose la dérangeait cependant. Il n’avait pas l’air particulièrement surpris par la cage magique. Aislin, les mains jointes dans son dos, s’approcha de la Princesse et plongea son regard dans le sien.

« Comment le connais-tu ? »

Elle haussa les épaules.

[coloe=#cc66ff]« On travaille au même endroit. Aislin, il n’a rien d’un rebelle. Il s’occupe de la vaisselle, et il fait des blagues. Je ne comprends pas ce qu’il fait là. »[/color]

Le regard de la plus âgée se fit plus dur, et elle resta silencieuse. La Princesse avait tout intérêt à se durcir, autrement n’importe qui pourrait profiter d’elle. Elle avait la rancune facile, et c’était au moins quelque chose qu’Aislin reconnaissait : au moins, Adrestia ne se laisserait pas trahir. Mais les résistants faisaient partie de ces idiots qui ne comprenaient pas que le Roi ne voulait que le bien de son royaume. En éradiquant les humains.

Kyran quant à lui s’approcha de la cage et s’agenouilla avec un sourire faussement bienveillant, qui était même… clairement menaçant.

« Ecoute moi-bien. Si tu ne te décides pas à nous dire la vérité, je ferai en sorte que tu la dises. Tu sais, on a des moyens qui… portent leurs fruits, pour ça. Si tu nous dis ce qu’on veut savoir, tant mieux. Et si ce n’est pas le cas… Eh bien tu mourras. Alors dis-moi : que faisais-tu dans cette ruelle, exactement ? »

Cet air indifférent et froid dans sa voix avait toujours tendance à émerveiller Adrestia. Elle avait beaucoup appris de lui. Savoir se maitriser était un sacré pouvoir selon elle. Ne pas laisser les autres connaître ses intentions et ses agitations internes, c’était avoir une longueur d’avance.
Stormy Dream
Messages : 192
Date d'inscription : 28/08/2021
Région : Île de France
Crédits : Cosmic Kin

Univers fétiche : Fantastique, fantasy, historique (1900 et après), inspiration séries
Préférence de jeu : Les deux
Tournesol
Stormy Dream
Mer 1 Fév 2023 - 14:39
@Nara
bc2f5d3c4967fa6b47adbc917a1ac1a2--hot-guys-sexy-guys.jpg
Tisai
J'ai 30 ans et je vis à Meridian. Dans la vie, je suis paysan, membre de la rébellion, mais aussi Sentinelle auprès des gardiennes de la muraille... et je m'en sors pas toujours bien, surtout quand j'ai décidé de n'en faire qu'à ma tête. Sinon, grâce à ma chance, je suis libre comme l'air et je le vis plutôt bien.

Meridian est bien différente depuis qu'Apophys a plongé son royaume dans une interminable pénombre, jouant sur les nerfs de la population abattue. Il n’en fallait pas plus pour qu’une rébellion se mette en place, portée par son meneur, le charismatique Dyxo, ancien bras droit d'Apophys. Au château, tout le monde le pense mort.
Réfugiés dans les sous-sols de Meridian, les rebelles ont organisé un village souterrain, alimenté par l’énergie des plus anciennes plantes. La structure se met en place pour éliminer le Prince.
Depuis quelques temps, un jeune habitant de Meridian attire l’attention de Dyxo pour ses facultés à détecter le danger. Le royaume n’avait pas connu de Sentinelle depuis plusieurs décennies, le dernier s’étant éteint lors de la destitution du Roi.
Tisai est Méridiannais ; il a grandi dans le village surplombé par le château. Paysan, comme son père, et son grand-père. Ses parents lui ont permis de grandir en bonne santé et heureux, bien que la vie n’ait pas été facile pour eux et leur unique enfant. De nature sociable et joyeuse, Tisai aime la bonne compagnie. Il se sent apaisé lorsqu’il est seul. Il n’hésite pas à se couper du monde pour laisser ses pensés divaguer.
Lorsque le royaume a perdu toutes ses couleurs, sa chaleur, Tisai n’a pas hésité une seule seconde à se ranger du côté des insurgés. Le jeune homme a la tête bien faite, aussi brave que fidèle à son peuple. N’ayant jamais autre chose que la pauvreté de sa famille, Tisai sait se sortir de toutes les situations. La vie au grand air lui a appris à se contenter de peu, et imaginer le pire.
Quel qu’en soit le prix, il cherche toujours un moyen de parvenir à ses fins. Il réfléchit peu, mais agit beaucoup. Tisai ne craint pas le danger : il l’attire à lui. Dyxo s’est longtemps posé la question à son sujet, mais reste persuadé qu’une ancienne énergie sommeille en lui, une force qu’il croyait disparue.
L’enchaînement de ces derniers mois, et notamment sa rencontre avec la dernière gardienne encore en vie… tant de nouveaux rebondissements qui commencent à éclairer les questionnements du jeune rebelle.
Pour l’effet de surprise, c’était un échec… Adria avait laissé échapper un hoquet de surprise en le découvrant, et à présent c’était elle qui se faisait cuisiner sur leur potentiel lien de connaissance. Il tenta de garder son visage le plus neutre possible, même lorsqu’elle indiqua aux responsables de cette situation, qu’il était le genre d’humain à faire des blagues. Il devait avouer qu’être décrit comme une personne qui aime faire rire plutôt qu’un écervelé ou un homme sans personnalité… lui flattait l’égo. Cela dit, il n’y avait pas de place pour l’égo à cet instant : il se concentra pour garder le silence, encore sonné par les coups qu’il devait avoir pris.

Que s’était-il passé exactement ? Pourquoi était-il enfermé dans une cage magique ? Etait-il revenu à Meridian ?

S’il avait voulu se faire oublier, c’était raté, car un flot de menaces lui parvint aux oreilles.


* * *


« Vraiment les filles, on perd la tête là ! Cornelia entend parler un chat moisi et ça y est la terre est en danger ? » râlait Irma, à peine séchée de sa séance de natation. « Je vous jure qu’elle était là les filles ! » Protesta la grand blonde en faisant des gestes en direction de sa fenêtre. Ses trois amies s’étaient regroupées dans son appartement luxueux. « Irma, laisse-lui au moins la chance de s’exprimer ! » Répondit Hay-Lin d’une voix douce pour encourager la gardienne de la terre. « C’était un chat entouré de lianes, et de feuilles. Une créature de Meridian je pense, mais… elle connaissait mon prénom, et elle m’a parlé directement de Tisai. » Irma, le visage toujours aussi rieur, se curait les ongles avec une de ses clés de maison pour occuper ses doigts impatients. « Oui, c’est ça miss monde ! Ton cerveau t’envoie des signaux pour sauver le beau Tisai du danger, mais tu t’es pas dit deux secondes que tu aurais pu t’endormir devant le Tiktok de ton prince charmant ? » Taranee la fusilla du regard. Ces deux-là n’arrêteraient donc jamais de se chamailler… « Mais c’est pas mon prince charmant arrête un peu ! »

Hay-Linn, au milieu des deux gardiennes turbulentes, fit un pas en arrière en grimaçant. Si ça continuait, elles en viendraient peut-être aux mains ! « Oh, vous allez la boucler un peu ? » Taranee, d’ordinaire la plus calme de toutes, avait haussé le ton plus haut que les autres. La maîtrise de ses émotions lui avait échappé, libérant son pouvoir sans qu’elle n’ait le temps de faire quoi que ce soit. Une étincelle jaillit et manqua de faire brûler le plaid décoratif du canapé de Cornelia. « Fiou, ça va, ça va, on va éviter de faire brûler l’appartement de Barbie. » Irma prit une moue boudeuse et se concentra pour éteindre le débit d’incendie avec le restant d’humidité de sa chevelure rousse.

Pendant ce temps, Ivy se glissa par la fenêtre, comme elle l’avait fait quelques heures plus tôt, et s’assit dans son encadrement. Hay-Linn lui adressa un large sourire, et Irma qui s’apprêtait à se rassoir sur le rebord de la fenêtre manqua de poser ses fesses sur la créature. « AAAAAH ! Mais qu’est-ce… » Cornelia, main devant la bouche, la pointa du doigt. « Ah, TU VOIS, J’AVAIS PAS RÊVE !!! »


* * *


« C’était pas déjà les grands moyens ? » Répondit Tisai, en référence à la goutte de sang qui perlait de nouveau sur ses lèvres, et la douleur de l’ensemble de son corps. Il n’avait rien fait de mal. « Quelle ruelle ? J’en traverse des tonnes pour aller travailler et ça n’a rien d’interdit… Quoi que, personne n’aime travailler, je vous l’accorde. »

Maintenant que ses yeux s’habitaient au contraste entre les barreaux lumineux et l’obscurité dans laquelle ses interlocuteurs étaient plongés, il comprit qu’il se trouvait dans une cave. Plus précisément un sous-sol de maison terrestre. Il était bien revenu sur terre, mais avait probablement été intercepté à sa sortie par le portail. Quelle erreur de débutant, il s’en voulut presque instantanément.

Un ricanement lui échappa lorsqu’il employa des menaces plus poussées. Mourir, pour avoir été au mauvais endroit au mauvais moment ? Il était au bord d’être démasqué, mais ne comptait pas se laisser marcher dessus comme un malpropre.

Il s’apprêtait à répliquer quelque chose de cynique et pas franchement réfléchi, quand une terrible douleur le saisit à la poitrine. Les vrais moyens qui portent leurs fruits donc. Il comprit pourquoi son corps était sous douloureux : il fut parcouru de spasmes d’une rare violence, et il sentit qu’on essayait de pénétrer dans son esprit. « Non. » Il lutta, de toute ses forces, pour repousser l’énergie destructrice qui tentait de le gagner. Il fallait qu’il y parvienne pour pouvoir protéger les siens… ses secrets. La Rébellions toute entière.

Il se recroquevilla à la recherche d’une position qui lui permettrait de résister encore, refusant de ressentir la douleur. Lorsqu’elle cessa, pour une raison qui lui était encore inconnue, Tisai refusa d’y croire, et ne se releva pas. « Alors, que faisais-tu dans cette ruelle ? Comment se fait-il que tu ouvres des portails ? » Et le pire, dans cette situation, c’est qu’ils avaient tort ! Il ne savait pas ouvrir les portails, évidemment…

Il était vrai qu’il s’était trouvé proche d’un portail, certes, le doute pouvait exister. « Il n’y a pas de portails dans les ruelles, les voitures ne peuvent pas passer. » Soupira-t-il. La provocation n’était pas vraiment la meilleure des méthodes, mais ne savait pas faire autrement.


* * *


« Gardiennes. Maintenant, calmez-vous et laissez-moi vous expliquer. » Gronda la voix grave du renard végétal. « Je m’appelle Ivy, je fais partie de la Rébellion de Méridian. Il y a quelques jours, Dyxo, notre chef, a été capturé par les forces ennemies. Personne ne sait où il se trouve, mais il a réussi à me contacter pour prévenir notre Sentinelle. » Taranee fronça les sourcils, surprise. « Votre Sentinelle ? Et comment a-t’il pu vous contacter exactement ? » La voix continuait de raisonner dans leurs têtes, d’une façon tellement étrange que les jeunes femmes en restaient bouche bée. « Notre Sentinelle est aussi la vôtre, Gardiennes. Tisai est notre protecteur, et il court un grave danger. » La surprise sur le visage des gardiennes ne disparaissait pas. « Mais, je croyais que le rebelle n’avait pas de pouvoirs ? » Osa Irma, plus perplexe qu’inquiète. « Comment arrivez-vous à communiquer avec Dyxo s’il est captif ? » L’animal enroula sa queue autour de son corps, docilement. « Parce que nos âmes sont liées. »


* * *


Il prit une énième décharge électrique, envoyée par le biais des barreaux de sa prison. Les dents serrées, le rebelle n’abandonnait pas. « Je vous ai dit mille fois que je ne sais pas de quel portail vous parlez. J’allais travailler quand une bande de fous furieux m’est tombée dessus. » Et après, je n’ai aucun souvenir. Il releva les yeux pour la première fois depuis de longues minutes, tombant sur le regard d’Adria. Elle aussi, devrait aller travailler. Pourquoi était-elle du côté des personnes qui lui voulaient du mal ? Comment était-ce possible ?

Tisai n’avait pas la moindre idée du temps qu’il tiendrait, mais il ne trahirait pas les siens. Il se surprit à espérer de toutes ses forces qu’Ivy préviendrait les gardiennes… C’était son unique chance de se sortir de là.

Nara
Messages : 24
Date d'inscription : 20/10/2022
Crédits : Poupy (pinterest)

Univers fétiche : un peu de tout, en ce moment préférence pour le fantasy/magique
Préférence de jeu : Les deux
Valise
Nara
Dim 26 Fév 2023 - 14:27

Adrestia "Adria"
Wilkins

J'ai 22 ans et je vis à Ney-York, USA. Dans la vie, je suis Princesse du Royaume de Meridian, et sur Terre je suis étudiante en psychologie et serveuse et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien, les humains sont des chiens.

- Elle a des tatouages qu'elle cache grâce à un sortilège d'illusion, actif lorsqu'elle porte ses boucles d'oreilles.
- Aislin est la disciple qui joue le rôle de sa mère dans le monde des humains, et Kyran est son père.

Adrestia observait la scène qui se passait devant ses yeux, tendue, cachant ses émotions derrière un visage froid et impassible. Son cerveau moulinait à toute allure, elle sondait le jeune homme, et sans vraiment savoir pourquoi, elle cherchait un moyen de l’épargner. Il n’avait rien demandé, après tout… Il ne pouvait pas faire partie de la rébellion. Elle refusait d’y croire.

Cela dit, Tisaï n’avait pas l’air particulièrement terrifié. Au contraire, il semblait presque prendre du plaisir à se faire taper dessus, ce gros débile. Adrestia secoua lentement négativement la tête. Est-ce qu’un méridianais serait aussi stupide ? Il lui semblait qu’il n’y avait qu’un humain pour agir ainsi. Et plus il résistait, plus les hommes de mains le corrigeaient.

Kyran s’impatientait. La Princesse ne savait pas ce qui lui faisait dire ça, mais elle voyait qu’il s’impatientait. Elle le ressentait. Il leva la main pour corriger Tisaï plus fort encore, mais la décharge plus puissante fut interrompue par Adrestia, qui s’avança pour attraper le poignet de son mentor.

« Vous voyez bien que c’est inutile. »

Sa voix était indifférente, distante, et elle jeta un regard pensif au plongeur. Elle sentit Kyran se crisper sous ses doigts, mais elle ne le lâcha pas, malgré le fait qu’il tenta de se dégager. Même s’ils étaient ses précepteurs, Adrestia restait leur Princesse, leur future Souveraine. Donc ils avaient un immense respect pour elle. Et ils craignaient également les foudres de leurs pères.

« Tu as raison. Nous devons passer à la vitesse supérieure. »

L’un de ses cours de psychologie à propos de la torture lui revint en tête, et la Princesse ne le lâchait toujours pas. Elle secoua lentement la tête.

« Des études ont démontré que la torture est par définition inutile. Soit les personnes parlent immédiatement, soit elles meurent. Donc soit il ne sait vraiment rien et on torture un innocent, soit il ne dira rien de toute manière. »

Kyran ne voyait pas le problème, et il releva un regard interrogatif sur Adrestia, qui se tenait debout, avec son éternelle attitude altière, son poignet toujours coincé entre ses doigts. Il soupira un peu et reposa son regard sur le prisonnier, à qui il offrit un faux sourire très calme au prisonnier.

« Eh bien il ne nous reste plus qu’à te tuer. »

Pourquoi Adrestia refusait cette possibilité ? Ce n’était pas la première fois pourtant. Elle avait déjà assisté à quelques séances de torture comme celle-là, et elle avait aussi assité à des mises à mort. Mais là, ça la dérangeait. Peut-être parce qu’elle connaissait Tisaï. Kyran s’impatientait, il ne voulait pas forcer face à la Princesse, mais il n’était pas vraiment du genre à être contrôlé (c’était pour ça qu’il était un précepteur et l’une des personnes de confiance du Roi), et la façon qu’elle avait de maintenir son poignet ne lui plaisait pas.

« On n’est pas obligé de le tuer. »

Aislin se tendit et fit un pas en avant, avant que sa voix ferme ne s’élève dans la pièce.

« Adria, ce n’est pas à toi de…
- … décider ? »
la coupa la princesse. « Oh que si, j’ai mon mot à dire. Si on ne veut pas attirer l’attention, il y a d’autres moyens. Il vous reste bien de la poudre d’illusion, non ? Ou un truc pour l’oubli.
- Viens par-là. »


Kyran la tira vers l’arrière, plus loin de la cage, vers Aislin, et leur regards durs tombèrent sur la jeune femme, qui avait cet air buté qui lui était propre.

« On ne peut pas se permettre de le laisser courir les rues, princesse. Il nous a vu, il nous connait. On ne peut pas faire une exception sous prétexte que tu le connais.
- Je le surveillerai, »
répondit-elle comme si c’était une évidence. Puis une nouvelle idée germa dans son esprit. « Et en plus si c’est effectivement un rebelle, il y en a peut-être d’autres. Autant faire d’une pierre plusieurs coups et trouver le nid. »

Cette idée sembla plaire à ses mentors, qui se permirent d’y réfléchir un peu… Avant de devoir partir vers leur petit laboratoire, intimant à deux de leurs gorilles de rester près de la cage. Et de défendre à Adria d’aller voir le captif.

Mais naturellement, elle n’en fit qu’à sa tête, et redescendit dans la cave. Les deux agents de ses précepteurs se regardèrent, visiblement hésitant quant à la conduite à tenir alors qu’elle leur intimait de lui laisser cinq minutes.

« Mais Madame…
- Tenez-vous réellement à me contrarier ? »
répondit-elle, la voix blanche.

Ils hésitèrent encore mais finirent par s’éclipser. Cinq minutes, chrono en main.

« Je suis désolée que tu aies à subir tout ça. On va faire en sorte que tu n’aies aucune séquelle. »

Pas même un souvenir.
Stormy Dream
Messages : 192
Date d'inscription : 28/08/2021
Région : Île de France
Crédits : Cosmic Kin

Univers fétiche : Fantastique, fantasy, historique (1900 et après), inspiration séries
Préférence de jeu : Les deux
Tournesol
Stormy Dream
Dim 5 Mar 2023 - 18:40
@Nara
bc2f5d3c4967fa6b47adbc917a1ac1a2--hot-guys-sexy-guys.jpg
Tisai
J'ai 30 ans et je vis à Meridian. Dans la vie, je suis paysan, membre de la rébellion, mais aussi Sentinelle auprès des gardiennes de la muraille... et je m'en sors pas toujours bien, surtout quand j'ai décidé de n'en faire qu'à ma tête. Sinon, grâce à ma chance, je suis libre comme l'air et je le vis plutôt bien.

Meridian est bien différente depuis qu'Apophys a plongé son royaume dans une interminable pénombre, jouant sur les nerfs de la population abattue. Il n’en fallait pas plus pour qu’une rébellion se mette en place, portée par son meneur, le charismatique Dyxo, ancien bras droit d'Apophys. Au château, tout le monde le pense mort.
Réfugiés dans les sous-sols de Meridian, les rebelles ont organisé un village souterrain, alimenté par l’énergie des plus anciennes plantes. La structure se met en place pour éliminer le Prince.
Depuis quelques temps, un jeune habitant de Meridian attire l’attention de Dyxo pour ses facultés à détecter le danger. Le royaume n’avait pas connu de Sentinelle depuis plusieurs décennies, le dernier s’étant éteint lors de la destitution du Roi.
Tisai est Méridiannais ; il a grandi dans le village surplombé par le château. Paysan, comme son père, et son grand-père. Ses parents lui ont permis de grandir en bonne santé et heureux, bien que la vie n’ait pas été facile pour eux et leur unique enfant. De nature sociable et joyeuse, Tisai aime la bonne compagnie. Il se sent apaisé lorsqu’il est seul. Il n’hésite pas à se couper du monde pour laisser ses pensés divaguer.
Lorsque le royaume a perdu toutes ses couleurs, sa chaleur, Tisai n’a pas hésité une seule seconde à se ranger du côté des insurgés. Le jeune homme a la tête bien faite, aussi brave que fidèle à son peuple. N’ayant jamais autre chose que la pauvreté de sa famille, Tisai sait se sortir de toutes les situations. La vie au grand air lui a appris à se contenter de peu, et imaginer le pire.
Quel qu’en soit le prix, il cherche toujours un moyen de parvenir à ses fins. Il réfléchit peu, mais agit beaucoup. Tisai ne craint pas le danger : il l’attire à lui. Dyxo s’est longtemps posé la question à son sujet, mais reste persuadé qu’une ancienne énergie sommeille en lui, une force qu’il croyait disparue.
L’enchaînement de ces derniers mois, et notamment sa rencontre avec la dernière gardienne encore en vie… tant de nouveaux rebondissements qui commencent à éclairer les questionnements du jeune rebelle.
Ivy, son unique chance de sortir de là… enfin, c’est ce qu’il pensait... jusqu’à ce qu’un débat sur l’intérêt qu’ils avaient à le garder en vie eut lieu à côté de la cage.

Tisai n’eut pas les tenants et aboutissants de la discussion car elle s’éloigna peu à peu de lui. L’humaine, qui somme toute n’en était pas une, ne semblait pas prête à le laisser pour mort. Adria… Comment pouvait-elle tremper dans une aussi sordide affaire ? Elle qui paraissait si gentille... Et comment était-il possible que les deux personnes, dont les deux gros bras qui tentaient de lui extorquer des informations, s’adressent à elle avec une pointe de crainte ?

Il devait rêver. Il avait pris suffisamment de coups et de décharges électriques pour que son jugement soit altéré.

Maintenant, il fallait qu’il tienne encore un peu… juste assez pour les gardiennes retrouvent sa trace. Le problème, c’était leur manque d’entraînement. Même si elles arrivaient à le retrouver par miracle… Est-ce qu'elles seraient en mesure de contrer leurs ennemis ? Elle n’avaient pas encore la maturité, ni même l’esprit de travailler ensemble. Ce n’était pas faute d’avoir grandi ensemble pourtant… il leur faudrait des mois, voire des années, avant que leurs pouvoirs ne soient qu’un.

Tisai serra les dents lorsque des pas se rapprochèrent de sa cage. C’était reparti pour se faire cuisiner, il devait redoubler d’efforts maintenant que la fatigue se faisait sentir.


* * *


« Très bien, donc Dyxo est prisonnier… Vos âmes sont liées. Et Tisai dans tout ça ? » Questionna Cornelia avec scepticisme. Ivy avait réussi à trouver Tisai une première fois, elle pourrait le retrouver une seconde fois. Simplement... elle espérait que ses agresseurs ne l’aient pas renvoyé à Meridian, car la mission s’avèrerait plus complexe que prévu… « Eh bien, je… »

Devant la perplexité des gardiennes, Ivy se sentit minuscule. Elle n’avait pas la science infuse, elle ne savait même pas par quels moyens elle pourrait retrouver le rebelle. Peut-être qu’elles pouvaient activer leurs cerveaux ! Elles étaient censée vivre aux côtés de la Sentinelle depuis des semaines maintenant... « Comment faites-vous pour communiquer habituellement ? » Demanda-t-elle aussi naturellement que si la solution se trouvait là. « Heu, bah, on a des téléphones… » Hésita Hay Lin. Ivy ne savait pas de quoi il s’agissait, mais la gardienne de l’air avait pris l’habitude de tout expliquer au contact du rebelle. « Ce sont des objets qui nous permettent de nous parler à distance. Il suffit de composer le numéro de Tisai et s’il décroche, on peut discuter ! » Elle rayonnait cette petite, et peut-être que son idée allait fonctionner ! « Allô ! Vous pensez pas que ses agresseurs auront eu idée de le fouiller ? Enfin je sais pas réfléchissez, ça va pas être aussi simple que de regarder sa géolocalisation… » La gardienne de l’eau avait croisé les bras avec nonchalance, tandis que celle de l’air sortait un objet métallique de sa proche.


* * *


Tisai s’était préparé à un nouvel élan de violence, son corps entier s’étant contracté. Assis au milieu de sa cage électrique, il resta impénétrable alors que la jeune femme à la chevelure flamboyante revenait vers lui. Seule.

Elle lui avait probablement sauvé la vie. Pour quelle raison ? Ca, il l’ignorait. Il s’apprêta à dire quelque chose, mais ce fut sa voix qui prit les devants. Et quels devants…

« Quelques côtes cassées tout au plus. » Dit-il entre ses dents, partagé entre le soulagement et la prudence. Pourquoi avaient-ils accepté de le relâcher alors qu’ils semblaient sûrs de son identité ? Qui était-elle par rapport à eux ? Il eut envie de lui poser tout un tas de questions dont les mots ne lui venaient pas : tout se bousculait dans sa tête. Par où commencer ? Qui était-elle vraiment ? Qu’avait-elle à voir avec Meridian ?

Rien. Rien de sortit de sa bouche alors qu’il se perdait dans ses iris ambrées. Le temps sembla se figer, sans que ni l’un ni l’autre ne rompe le silence. Elle soutint son regard avec force, et il comprit que c’était ainsi qu’elle comptait effacer les séquelles. Adria essayait d’anéantir ses souvenirs : peut-être était-ce la raison pour laquelle les deux personnes à ses côtés la craignaient ? Elle n’était pas une humaine sans défenses… Et lui qui avait pensé avoir trouvé une personne normale, avec qui discuter. C’était raté.

Dans quelques secondes, il aurait tout oublié. Un sentiment de culpabilité l’envahit : que penseraient les siens quand il ne le reconnaitrait plus ? Et s’il restait coincé sur terre, sans savoir vivre parmi les gens qu’il apprivoisait depuis des semaines ? Ils le prendraient pour un fou. Il ne reverrait peut-être jamais Meridian, ni ses proches… et Dyxo… Comment s’en sortirait-il sans lui ?

Tisai se demanda ce qu’il ressentirait quand elle aurait réussi... D’ailleurs, comment se faisait-il que ce soit si long ?


* * *


« Alors, c’est qui la rabat-joie ? » Se réjouit Hay-Linn alors que le point s’affichait sur la carte de son téléphone. « T’as mis un traceur sur le téléphone du rebelle ? » S’offusqua Irma qui découvrait, en même temps que ses autres amies, la localisation présumée du téléphone de Tisai. « Mais pas du tout, on a partagé nos localisations. Je lui ai expliqué comment s’en servir. Il avait l’air ravi d’apprendre nos coutumes… » Elle analysa rapidement l’information donnée par la carte. Il se trouvait, en théorie, à deux kilomètres de leur position actuelle. « Ca nous coûte rien de nous en rapprocher ! » Dit-elle en montrant l’écran à Taranee par-dessus son épaule. « Tu as raison. Ma voiture est garée dans la rue voisine. Venez, on gagnera du temps ».

Ivy ne comprit pas grand-chose, mais fut ravie de constater que les Gardiennes s’organisaient pour retrouver Tisai. On arrive, Rebelle.


* * *


Son regard changea, alors qu’elle essaya de le sonder. Avait-elle réussi ? S’il se posait cette question, c’est qu’il était toujours en possession de ses moyens. A priori la tentative avait échoué.

Toujours assis au centre de sa cage, il cligna rapidement des yeux pour se donner un air perdu. Il n’avait jamais été un très bon menteur, mais c’était l’occasion de se rattraper.

Il prit un air ébahi, contemplant le visage de la jeune femme. « Adria ? C'est toi ? » Il se releva, faisant mine d’attraper les parois de sa cage électrique mais se ravisa lorsqu’il fit mine de réaliser qu’ils étaient magique. « Mais… mais qu’est-ce que c’est que ça ? » Cette fois, il s’efforça de ressembler à un jeune homme totalement effrayé. Il se tint les côtes, comme s’il découvrait la douleur qui l’animait.

Son attention se reporta de nouveau sur la jeune femme : il se poserait des questions à son sujet plus tard. Pour l’heure, il fallait vraiment qu’elle le croit pour le faire sortir de là. « Où sommes-nous ? » Certainement pas dans le sous-sol du restaurant, ça il le savait déjà.

Les barreaux électriques disparurent lorsqu’elles appuya sur un bouton -peut-être pour lui faire croire à quelque chose de tout à fait rationnel, sans aucun rapport avec la magie. Il se concentra pour avoir l’air un peu plus détendu.


* * *


Ivy se demandait comment un « objet aussi technologique » comme l’appelait la gardienne de l’air, pouvait trembler autant. L’engin dans lequel se trouvaient les cinq créatures vibrait tellement que la renarde végétale ne parvenait pas à tenir en place. Elle se lova contre la gardienne de la Terre -pas du tout ravie de cette initiative- pour ne pas se retrouver projetée.

« On est à quelques rues. Vous avez regardé à quel endroit exactement ça nous mène ? » Hay-Linn gardait les yeux rivés sur l’écran pour guider son amie. « Bah, c’est bizarre mais le point n’est pas précis, il bouge dans un rayon de plus ou moins 100 mètres, comme s’il ne captait pas bien. » Réfléchissait-elle à haute voix. Au pire, elles crieraient son nom… Ca fonctionne toujours ça !

Nara
Messages : 24
Date d'inscription : 20/10/2022
Crédits : Poupy (pinterest)

Univers fétiche : un peu de tout, en ce moment préférence pour le fantasy/magique
Préférence de jeu : Les deux
Valise
Nara
Jeu 13 Avr 2023 - 19:35

Adrestia "Adria"
Wilkins

J'ai 22 ans et je vis à Ney-York, USA. Dans la vie, je suis Princesse du Royaume de Meridian, et sur Terre je suis étudiante en psychologie et serveuse et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien, les humains sont des chiens.

- Elle a des tatouages qu'elle cache grâce à un sortilège d'illusion, actif lorsqu'elle porte ses boucles d'oreilles.
- Aislin est la disciple qui joue le rôle de sa mère dans le monde des humains, et Kyran est son père.

La Princesse observait son collègue et supposé ennemi. Enfin d’après ses mentors, c’était l’ennemi, à n’en point douter. Mais comment pouvait-elle le considérer comme tel ? Elle serra les dents. C’était incroyablement frustrant. Parce que d’un côté, il y avait les idéaux. Les beaux idéaux, qui l’avaient forgée, que son père lui avait inculqué et dans lesquels elle avait été élevée.

Et de l’autre côté, il y avait son expérience. Sa réalité. Et dans sa réalité, même si les humains méritaient d’être exterminés pour la survie de son monde, certains êtres méritaient d’être sauvés. Et ça lui faisait un peu mal d’admettre que Tisai pouvait faire partie de la Rébellion, lui qui était si sympathique. D’autant plus que ça faisait de lui un être de son peuple à elle, pas un humain.

Il l’énervait.

Parce que sans rien avoir dit de particulier, par sa simple présence dans cette fichue cage, il remettait beaucoup de choses en question. Et c’était intolérable pour Adrestia.

Elle ne pouvait pas rater son sort. Parce que ses mentors tueraient Tisai quasiment sur le champ. Pour le protéger, elle devait le réussir. Et d’un autre côté, elle avait besoin de réponses. Alors elle ne pouvait pas le réussir non plus. Quelque chose au fond d’elle la poussa à suivre cette intuition. Alors même si tout était réuni pour qu’elle réussisse, elle se trompa imperceptiblement d’un geste. Un geste qui suffisait à ce que le sort soit inefficace.

Elle espérait que le prisonnier soit assez malin pour jouer le jeu. Parce qu’elle ne laissa passer aucun signe qu’elle avait échoué. Son regard était toujours froid et impassible, posé sur le rebelle, et elle soupira un peu tandis qu’il regardait autour de lui, l'air perdu.

Elle retint de justesse un sourire. Il n'était pas le meilleur des acteurs… Mais au moins il faisait un effort. Et il jouait le jeu qu'elle lui imposait. Bien.

Enfin bien… à moitié. Elle n'avait pas réfléchi à la suite. Et finalement, il ne jouait pas trop mal. Alors elle fit de même, désactivant mentalement les barrières magiques en faisant effectivement mine d'appuyer quelque part.

« Vraiment désolée… mes parents sont un peu euh… bizarres. Et légèrement surprotecteurs. Et toujours dans l'abus. »

Vite, une diversion. Elle ralluma les barreaux, mais cette fois par un sort lumineux. Ils ressemblaient en tout point aux précédents… mais elle en fit seulement illusion. Ainsi, elle put passer sa main tranquillement au travers.

« C'est juste de la lumière. » La rouquine leva les yeux au ciel et éteignit à nouveau la cage. « Ils pensent que tu es… intéressé par moi. Et que tu es un danger. »

Elle tendit sa main vers lui et esquissa un léger sourire. Jouer la comédie était son quotidien après tout. Elle s'obligeait à trouver tous ces mensonges au cas où ses mentors l'observaient. Mais elle savait qu'il n'avait pas oublié. Et expliquer ses douleurs par contre…

« Viens. Je te fais sortir d'ici. »

Elle porta un regard qui se voulait inquiet sur sa façon de se tenir et elle pinça un peu les lèvres.

« Je ne sais pas ce qu'il s'est passé mais tu as l'air d'avoir mal… Tu ne te souviens de rien ? Ils m'ont dit que tu étais tombé en arrivant, j'espère que c'est vrai. Enfin pas que j'espère que tu sois tombé, mais j'espère qu'ils ne me mentent pas. »

Elle jouait à la jeune fille un peu gauche et le fit passer par un sous-sol d'ordinaire condamné. Elle ne comptait pas le faire sortir par la porte du manoir, elle allait plutôt le faire sortir par la porte d’une cave un peu plus loin, donnant dans une rue voisine à l’arrière de leur habitation. La Princesse se concentrait pour provoquer une illusion autour d’eux, créant des décorations dans le couloir plutôt que des murs froids, humides et sombres, voire même lugubres. Elle monta quelques marches, ouvrit une porte qui menait vers une ruelle, et observa Tisai un instant.

« Voilà. Si euh… T’as besoin de soins, ou de quelque chose, dis-le moi. C’est la moindre des choses. »

Elle lui offrit un sourire contrit, et se demanda comment elle allait se débrouiller pour le surveiller et revenir vers lui en s’assurant qu’il ne parle pas. Elle savait déjà que ses mentors allaient redoubler de prudence…
Stormy Dream
Messages : 192
Date d'inscription : 28/08/2021
Région : Île de France
Crédits : Cosmic Kin

Univers fétiche : Fantastique, fantasy, historique (1900 et après), inspiration séries
Préférence de jeu : Les deux
Tournesol
Stormy Dream
Sam 29 Avr 2023 - 11:08
@Nara
bc2f5d3c4967fa6b47adbc917a1ac1a2--hot-guys-sexy-guys.jpg
Tisai
J'ai 30 ans et je vis à Meridian. Dans la vie, je suis paysan, membre de la rébellion, mais aussi Sentinelle auprès des gardiennes de la muraille... et je m'en sors pas toujours bien, surtout quand j'ai décidé de n'en faire qu'à ma tête. Sinon, grâce à ma chance, je suis libre comme l'air et je le vis plutôt bien.

Meridian est bien différente depuis qu'Apophys a plongé son royaume dans une interminable pénombre, jouant sur les nerfs de la population abattue. Il n’en fallait pas plus pour qu’une rébellion se mette en place, portée par son meneur, le charismatique Dyxo, ancien bras droit d'Apophys. Au château, tout le monde le pense mort.
Réfugiés dans les sous-sols de Meridian, les rebelles ont organisé un village souterrain, alimenté par l’énergie des plus anciennes plantes. La structure se met en place pour éliminer le Prince.
Depuis quelques temps, un jeune habitant de Meridian attire l’attention de Dyxo pour ses facultés à détecter le danger. Le royaume n’avait pas connu de Sentinelle depuis plusieurs décennies, le dernier s’étant éteint lors de la destitution du Roi.
Tisai est Méridiannais ; il a grandi dans le village surplombé par le château. Paysan, comme son père, et son grand-père. Ses parents lui ont permis de grandir en bonne santé et heureux, bien que la vie n’ait pas été facile pour eux et leur unique enfant. De nature sociable et joyeuse, Tisai aime la bonne compagnie. Il se sent apaisé lorsqu’il est seul. Il n’hésite pas à se couper du monde pour laisser ses pensés divaguer.
Lorsque le royaume a perdu toutes ses couleurs, sa chaleur, Tisai n’a pas hésité une seule seconde à se ranger du côté des insurgés. Le jeune homme a la tête bien faite, aussi brave que fidèle à son peuple. N’ayant jamais autre chose que la pauvreté de sa famille, Tisai sait se sortir de toutes les situations. La vie au grand air lui a appris à se contenter de peu, et imaginer le pire.
Quel qu’en soit le prix, il cherche toujours un moyen de parvenir à ses fins. Il réfléchit peu, mais agit beaucoup. Tisai ne craint pas le danger : il l’attire à lui. Dyxo s’est longtemps posé la question à son sujet, mais reste persuadé qu’une ancienne énergie sommeille en lui, une force qu’il croyait disparue.
L’enchaînement de ces derniers mois, et notamment sa rencontre avec la dernière gardienne encore en vie… tant de nouveaux rebondissements qui commencent à éclairer les questionnements du jeune rebelle.
Il n’avait rien oublié, jusqu’aux voix de ces hommes qui lui voulaient du mal. D’une certaine façon, il valait mieux qu’il ait quelques souvenirs, parce que les excuses qu’elle donnait sur la bizarrerie, les abus de ses parents auraient fait fuir n’importe qui de correctement constitué.

Certes, il en fallait un peu plus pour effrayer Tisai : à Méridian, il en avait vu d’autres ! Lorsqu’elle mentionna le fait qu’il pouvait potentiellement être intéressé par elle représentait un danger… Tisai sentit un frisson lui parcourir l’échine. Se débarrassaient-ils toujours des gens qui s’intéressaient à la jeune femme ?

Qu’avait-elle de si spécial, pour être traitée comme un être fragile ? Tout en poussant la réflexion au maximum au milieu de ses pensées qui se bousculaient, Tisai essaya de ne rien laisser transparaitre. Il s’efforçait de ne pas oublier de respirer, allongeant chaque inspiration et expiration pour ralentir son rythme cardiaque. Chaque fois que sa cage thoracique se soulevait, l’homme se souvenait des longues minutes à se faire malmener au sol. Ses côtes étaient terriblement douloureuses.

Il n’avait rien oublié, jusqu’aux arguments d’Adria pour qu’ils lui laissent la vie sauve.

Il savait. Mais il n’en dit rien. « Non, je.. Je ne sais pas. » Dit-il dans une fausse confusion, s’autorisant à porter une main le long de ses côtes douloureuses pour vérifier qu’elles n’allaient pas lui transpercer la peau. Il ne connaissait pas les guérisseurs sur Terre, mais il allait devoir leur faire confiance. Pourvu qu’Hay-Lin connaisse une personne de confiance. « Ca ne m’étonnerait pas, je suis parfois un peu maladroit. » Finit-il par jouer le jeu pour ne pas attirer son attention. Il n’avait pas envie qu’elle re-tente son sort d’amnésie et qu’il soit une réussite.

S’il avait eu l’impression de se trouver dans une cave -décor et humidité ambiante oblige- les quelques minutes auparavant, le changement de paysages lorsqu’elle ouvrit la porte pour le raccompagner l’interloquèrent. Ils empruntèrent un long couloir décoré, et chaleureux. L’atmosphère qui se dégageait ne lui disait rien, comme si tout avait été créé de toutes pièces. Tisai était suspicieux d’un rien, après tout ce qu’il venait de se produire… Il se demanda si ce sentiment était un délire ou non.

* * *

« Taranee, le point se stabilise. Il semble se diriger vers cette ruelle… » Analyse Hay-Lin, les yeux rivés sur l’écran de son smartphone. La concernée posa l’objet sur le tableau de bord de son amie, lui permettant de suivre la route jusqu’à la position supposée du rebelle. « J’espère que c’est pas un sale type qui lui a volé son portable ! Le quartier me fait peur… Il y a toujours plein de faits divers ici. » S’écria Cornélia, pas le moins du monde rassurée. « T’inquiète Blondie, le premier qui s’approche trop prêt aura le droit à la douche froide du siècle. » Répondit Irma en faisant apparaître une éclaboussure d’un claquement de doigts. « Oh les filles, taisez-vous j’essaie de me concentrer ! » Grogna Taranee en tournant dans une ruelle bien trop étroite pour une voiture. « Super… Il a l’air d’être au bout de la rue, mais moi je peux pas aller plus loin. »

* * *

Elle le raccompagna jusque dans une ruelle qui ressemblait étrangement à celle où il se trouvait lorsqu’il avait été pris à parti. Mais il ne reconnaissait pas l’endroit, et se demandait comment il allait bien pouvoir retrouver les gardiennes.

Chaque pas était une épreuve, chaque respiration lui demandait un effort surhumain. « C’est gentil, mais je vais me débrouiller. » Répondit-il un peu trop sèchement par rapport à son ton habituel. Gentille, pouvait-on la qualifier ainsi, après tout ça ?

Entre la douleur et les doutes s’était immiscée une pointe de peur. Qui était elle ? Pourquoi ses protecteurs s’en prenaient-ils à une personne qu’ils soupçonnaient être un rebelle ? Cette jeune femme avec qui il avait déjà passé quelques moments après le travail avait-elle l’intention de lui nuire ? Il allait devoir redoubler de vigilance maintenant qu’elle avait des soupçons à son sujet. Si elle était capable de jeter des sorts d’amnésie, elle avait probablement d’autres capacités…

« Au revoir Adria. » Dit-il doucement, le souffle court. La porte de referma derrière lui, et il marcha quelques pas avant de s’écrouler sur le macadam. Epuisées, ses jambes ne le portaient plus. A genoux, il se redressa à l’aide d’une de ses mains posées paume contre sol.

* * *
Les gardiennes étaient descendues à la hâte de la voiture pendant que Taranee mettait ses feux de détresse. Irma passa en tête et avança d’un pas déterminé, prête à en découdre. Cornelia et Hay-Lin la suivirent avec un peu plus de retenue. « Irma attends. » Dit finalement Hay-Linn lorsqu’une ombre se dessina au loin. « Il y a quelqu’un. » Elle regarda son téléphone : elles se trouvaient au bon endroit. « C’est le rebelle. » Déclara Ivy qui sentit sa présence, même si elle était encore déboussolée par son voyage dans la boite de ferraillage.

Les gardiennes marquèrent une pause, ne sachant comment réagir. Mais lorsque la silhouette s’écroula au sol, l’hésitation s’envola. « Il a pas l’air en forme... » Constata Cornélia. Elles accélérèrent le pas. « Tisai ! » L’interpela Hay-Lin. « Tisai, on est là ! » Elle se précipita à ses côtés, et s’agenouilla pour se mettre à sa hauteur.

La petite renarde les rejoint au trot, et s’assit devant le visage du jeune homme. Il avait mal. « Qui t’a fait du mal, Rebelle ? » Il secoua la tête, épuisé. « Je ne sais pas qui ils sont. » Sur son autre flanc, la gardienne à la chevelure dorée s’était agenouillée et avait posé sa main sur son épaule. « Tisai, tu es blessé… » Quelques côtes cassées n’allaient pas l’emmener dans la tombe, non, mais il devait avouer que chaque centimètre de son corps était une intense douleur. « Non sans blague ! Perspicace Miss Monde ! Allez Tisai, accroche-toi à nous, on te raccompagne. » dit Irma en se positionnant de l'autre côté pour le soutenir.

Il n’avait rien oublié, jusqu’aux prunelles froides et assurées d’Adria.

Qu’allait-il faire de cette information ? La partager avec les gardiennes ? Ou la garder précieusement dans un coin de sa tête ?

Contenu sponsorisé
"Que la lumière soit et la lumière déçoit.” ft. Nara
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Présentation Nara
» Nara et ses persos
» Un nouveau monde de lumière - Lyuba
» J'ai vu de la lumière
» en suivant la lumière

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers fantasy :: Surnaturel-
Sauter vers: