Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues
qui tu veux,
quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
Le Deal du moment : -61%
-140€ sur la Table à manger STARLIGHT ...
Voir le deal
89.99 €

LE TEMPS D'UN RP

Blood and Ashes

Callian
Messages : 130
Date d'inscription : 13/07/2020
Crédits : icon(c)oldmoney

Univers fétiche : Dystopie, City, Fantasy ou Historique
Préférence de jeu : Homme
tea
Callian
Mar 14 Sep - 13:51
Le contexte du RP
Mise en situation

Blood and Ashes
L'empire mafieux des Marlowe à Manhattan a manqué de s'effondrer quand leurs rivaux coréens leur ont déclaré la guerre. James, le chef de la famille s'est fait passer pour mort le temps de démanteler entièrement leur réseau, préférant sa vengeance à la femme qu'il avait juré de protéger, Joana Harper. Revenu d'entre les limbes, il se prépare à entrer en politique et cherche à reconquérir son ancienne amie et amour, qui a perdu son enfant, et s'est consolé dans d'autres bras. L'actrice aussi célèbre pour ses caprices que pour son talent a en effet choisi la protection de son metteur en scène privilégié, le mystérieux monsieur Nathalie. Elle vit dans l'opulence au dernier étage du Waldorf Astoria, regardant le monde tournoyer à ses pieds.

@Sparka

Contexte provenant de nos anciens écrits sur un autre forum


~ i'm just a man of no consequence...
Callian
Messages : 130
Date d'inscription : 13/07/2020
Crédits : icon(c)oldmoney

Univers fétiche : Dystopie, City, Fantasy ou Historique
Préférence de jeu : Homme
tea
Callian
Mar 14 Sep - 17:56
ff433231c4ee51e2288bd3b94935d26a8bdb9bc4.png
James Marlowe
Marlowe, la mauvaise vie en étendard d’un nom qui se glisse dans les oripeaux irlandais. Trop de mélanges depuis, ne reste sans doute que le goût de l’irish sur la langue, un peu trop de folklore dans la tête d’une femme qui ne l’a pas enfanté. James, la simplicité d’un prénom, presque granitique, qui va avec la réputation de leur clan. Porosité qui fait mal, on s’y écorche, on s’y blesse, on crève sous son poids, le souffle qui tangue à chaque battement du coeur quand la vie le broie. le néant s’y grave avec soin depuis qu’elle n’est plus là. Sa soeur… Médée… Son double écorché. Lieu de naissance et origines : Atlantic City, il fallait que ce soit dans l’écrin d’un luxe qui vous abrutit, les clameurs du fric et d’une débauche qui ne se planquent même pas, pour qu’ils s’y abandonnent, qu’ils s’y inscrivent, palpitants dans le sang. Le paternel y a tressé son empire, depuis les rues les plus crasseuses du Queens où la famille avait échoué, il a su se hisser à la tête d’un réseau de casinos qui fait qu’aujourd’hui, james navigue entre le berceau d’origine, et ce lieu de naissance devenu celui de ses affaires. Métier : une voie toute tracée, que s’il a eu l’idée de contrarier à l’aube de l’âge adulte, il embrasse aujourd’hui avec la précipitation des êtres les plus acharnés. Son père a fini par crever, ça a aidé à ce qu’il puisse dessiner ses enfers tels que lui les souhaitait. Irène, que chacun appelle dans le plus grand secret "la veuve", l’aide dans la gestion des affaires, et appuie aussi avec virulence, et ce depuis des années, sur le nerf de la guerre. Jusqu’à le faire céder. Orientation sexuelle : l’autre sexe, l’évidence parce qu’il y avait entre les cuisses des inconnues autant d’avidité à infléchir que d’évasion à trouver. Surtout lorsqu’il a fallu s’aventurer sur un terrain à conquérir, à dominer. Devenu l’égérie d’une classe sociale qui tient le haut du pavé new-yorkais, les femmes lui tournent autour, cherche à sertir le fer d’une alliance qui pourrait tout enchaîner. mais il a la réputation de ne pas s’attacher, ni de faire dans les sentiments. Ils ont été navrés depuis longtemps. Statut civil : le célibat, parce que la place qu’elle occupait n’est plus qu’un palais froid, où les idéaux gisent pour mieux se faire oublier. Et parce que choisir quelqu’un ne pourrait avoir de sens que pour continuer de tracer cette voie vers les sommets. Qu'il faudrait alors apprendre à partager.

Avatar (c) dramaclubsandwich.
L’annonce de la journaliste résonne encore dans ma tête. Un empire à reconstruire sur le corps d’un ressuscité, opportunité qu’elle n’a pu que souligner, tout en annonçant mes ambitions politiques. Des jours, des nuits, du sang, les larmes qu’on a pas su montrer, qu’on aura pas su verser. Et puis cette rage dans laquelle il a fallu puiser pour tous les buter. Un à un. L’un après l’autre. Même la femme et les deux mômes du fils aîné. Je les vois encore dès que je crois être seul et recueilli. Et je préfère encore regarder ce crime-là plutôt que de m’apercevoir de l’absence qui continue de me dévorer. Car elle est tombée à mes côtés. Médée. Ils ont osé la blesser et elle est aujourd'hui dans le coma, tombée dans des limbes inatteignables alors que l'on prétendait me mettre au tombeau. Et quelque part je sais, je sais qu'une partie de mon âme est morte ce jour-là, et que je suis devenu quelqu'un d'autre, quelqu'un que je ne connais pas encore. Je sais que je ne me débarrasserai jamais totalement de la terre dans laquelle on a cru m'ensevelir, et où nos serments muets reposent. En paix. Tu parles, nous ne serons jamais en paix, jamais, et j’y veillerai. Il y a encore du sang à verser. Sous ses paupières closes, je sais que ma soeur voit tous les fantômes qui nous ont fait l'affront de nous combattre. Et tant qu'elle ne sortira pas de l'éternité de son sommeil, il n'y aura jamais assez de morts pour m'occuper. Mais avant de repartir l'arme à la main, je dois encore réparer ce que j’ai cru oublier.

Ce que je n’ai pas su oublier.

Parfois je pensais à toi, quand la douleur était trop forte. Et je me raccrochais à l’idée qu’en toi la vie grandissait. Je me disais que s’ils finissaient par m’avoir, au moins toi tu te souviendrais. Tu saurais qui j’étais. Dis-moi que tu le sais encore. Dis-moi juste ça, avant de me renvoyer.

Ça n’a pas été long de la retrouver, d’un côté, Jo’ ne se cache jamais. Si les ombres sont mon domaine de prédilection, l’y traîner la fait dépérir, car elle ne fait que briller. Et vous aveugler. Encore, encore. Encore un peu de splendeur. J’ai mis mon smoking, sans doute le plus beau que j’avais, celui qu’elle ne m’a jamais vu porter, comme si ça allait tout expliquer, ou bien tout pardonner. Des mensonges, de l’absence. Et de tout ce silence. Je suis allé assister à la représentation de sa pièce, je ne sais pas si elle m’a vu dans le public, je l’ai cru un moment, j’ai cru voir ses yeux trembler. Mais je n’en suis pas certain, c’est comme si j’avais déjà oublié. C’est comme si je disparaissais. Même quand je frappe à sa putain de suite, alors que chacun sait que je déteste m’annoncer. Les premiers mots, je ne sais pas ce qu’ils seront, je pense sans doute déjà aux premiers coups bas. Après tout, c’est tout ce qu’on m’a appris, cogner, cogner, pour oublier le bruit que ça fait, dans la tête, dès la nuit tombée. Tu le sais toi, tu sais ce que ça fait. Tu l’entends, le battement, ça gronde, ça gronde et ça crisse. Je retiens ma respiration et quand la porte s’ouvre enfin, je ne lui souris pas, je ne force même pas le passage, et si mon regard s’attarde sur ses traits pour voir comment elle se porte après tant de mois, aussitôt je ne peux que remarquer que sa silhouette est aussi mince qu’à l'accoutumée. Je calcule mais il n’y aura pas de miracle. Je comprends et mes prunelles se brouillent une seconde lourde de sens. Et la seule phrase que je dis c’est : J’imagine que ça pouvait pas être autrement. Ça n’est pas un reproche, c’est un regret, et je me sens fatigué. Après tous les combats menés, après les trêves factices, et les pièges, après ma soeur dans son foutu lit d'hosto qui ne peut plus être à mes côtés, après les rêves grandiloquents qu’il faut embrasser pour ne pas frémir, pour ne pas fléchir. Je me tiens droit devant elle, et je me demande si Joana rêve encore. Si elle sait encore comment on fait.


~ i'm just a man of no consequence...
Sparka
Messages : 88
Date d'inscription : 12/05/2021
Crédits : aesthethic

Univers fétiche : le réel
Préférence de jeu : Les deux
tea
Sparka
Mer 15 Sep - 13:28
ff433231c4ee51e2288bd3b94935d26a8bdb9bc4.png
Joana Harper
Joana, Jo. Joan. Joana. Tant de noms et aucun qui ne l'identifie réellement. Un être insaisissable. Un esprit indomptable. La fille d'un père riche, d'une mère morte, l'enfant qui voulait de l'amour et qui recevait des chèques. Harper, un nom qui pourrait résonner. Mais elle ne s'en félicite pas. Sa fortune, elle l'a faite toute seule. De petits vols et des nuits sous les ponts, voilà comment elle a réussi à survivre quand elle a fui son paternel et ses désirs d'alliances insensibles. Indépendante, la gamine a préféré survivre dans la rue que de mourir dans les bras d'un fiancé inconnu. Joana Harper aujourd'hui : Diva.,reine des planches, elle excelle dans l'art de feindre. C'était une passion qui est devenue un métier. C'est sa presque belle-mère qui a payé pour ses études en art dramatique, qui a créé un dossier avec tout ce qu'il fallait pour qu'elle puisse être reçue dans l'école prestigieuse de N-Y. En contrepartie? Elle lui donnait des infos sur James, le beau-fils qu'Irène voulait contrôler.  Début de la déchéance. : Un amour aussi fort soit-il, ne peut résister aux tourments des secrets. Et c'était là que résidait la force de Joana. Elle voulait détruire ce lien qui la consumait. Elle s'était juré de ne jamais succomber aux affres de l'amour. Alors, elle fit tout pour qu'il ne s'étende pas plus qu'il ne le faisait déjà. Et sous le joug de sa trahison, elle mit les voiles. Encore une fois. Traumas. : Cet enfant qu'elle a porté pour lui. Lors de leurs retrouvailles, ils ont consommé plus qu'ils n'auraient dû. Et dans ses pans s'est logé l'insensé. Mais le temps, la douleur et la tragédie ont eu raison de cet espoir non désiré. Statut civil : Volage, célibataire, fiancée, veuve,... nul ne sait. Elle est l'actrice la plus connue de l'état de Washington. Elle fait la une des journaux et des tabloïds en sortant avec diverses personnalités. Mais son état civil demeure inconnu. Pourtant, depuis quelques mois, elle est souvent au bras du mystérieux et tant convoité Monsieur Nathalie. Amour? Liaison? Profit? Elle-même se pose la question.

Avatar (c) kane.
L'âme lacérée par toutes les tortures qu'on lui avait infligées, la déesse des planches en descendait majestueusement. Si elle avait rayonné ce soir, c'était malgré le poignard qui avait été planté dans son coeur en cours de prestation. Là, au milieu de la foule, un regard qu'elle connaissait trop bien lui était apparu comme un fantôme surgi du passé. Elle l'avait toisé malgré elle, craignant qu'il ne soit réel et se maudissant de l'espérer. Mais son corps tout entier réclamait qu'il ne s'agisse que d'un fantasme et pas d'une réalité. Comme toujours, elle était descendue pour se laisser féliciter après la présentation. Mais Joana ressentait le besoin d'écourter les mondanités, trop happée par le désir de fuir la possibilité d'un face à face. Il fallait l'éviter. S'il était bel et bien là, elle ne souhaitait pas le voir. Son estomac se tordait encore en pensant à lui. Mais ce n'était plus la passion, ce n'était plus l'envie... c'était le désespoir qui la rongeait depuis que ses espoirs s'étaient fracassés. Alors la ravissante actrice s'était éclipsée sans demander son reste. Nathalie l'avait laissé faire, conscient qu'elle était en proie à ses démons. Cela faisait quelques mois que leur lien avait changé. Quelques mois qu'elle l'avait laissé pénétrer sa vie. Quelques mois qu'il la voyait lutter pour ne pas sombrer dans la folie. Mais ils savaient tous deux que quelque part en elle, la part d'obscurité avait gagné du terrain. Et la folie n'était plus vraiment le danger numéro un.

Dans sa suite, les perles au bout des doigts, Joana contemple son reflet dans le miroir. Quand on frappe à la porte, elle sait. Elle ne bouge pas pendant un moment, désirant retarder cette rencontre lugubre. Lorsqu'elle a appris qu'il était toujours en vie, son monde a vacillé. Un rire amer s'est glissé sur ses lèvres, le papier du journal qui clamait la résurrection du Marlowe, froissée sous les ongles manucurés. Je ne t'ai jamais autant haï que lorsque tu es mort. Et je te hais désormais encore plus fort. La haine qui frappera encore. La porte s'ouvre et découvre celui qu'elle savait là. Droit, magnifique dans ce smoking qu'elle ne lui connaît pas, elle le dévisage sans bouger. Deux statues qui s'analysent sans ciller. Il ne met pas longtemps à baisser ses yeux sur les courbes absentes de la dame et elle se retient. Un flux amer s'empare d'elle tandis qu'elle voudrait lui hurler au visage. Mais Joana est reine. Et les reines aplatissent les manants. "Ca aurait pu. Mais je n'avais pas envie d'un morceau de toi dans ma vie." Sèche, elle prétend s'être elle-même débarrassée de l'héritier. Mensonge déplorable. Mais elle ne peut assumer qu'il a tout détruit en mourant, emportant avec lui leur enfant, l'emportant elle aussi dans son sillage. S'il est étonné de la voir sans ventre qui pend, c'est qu'il n'a pas été vérifier son dossier médical. Il ne le fera sûrement pas. Du moins, elle l'espère. "Que me vaut l'honneur de ta visite?" Vivant, il n'était pas venu à son chevet après les attentats. Il n'était même pas venu à l'enterrement de sa propre soeur. James et Médée, enterrés ensemble. Joana y était. Allez savoir pourquoi. Elle avait sûrement besoin de le voir pour y croire. Et dans cette atroce horreur, elle avait maudit la blonde d'avoir gagné, d'avoir emporté James avec elle encore une fois. Tu lui as toujours appartenu après tout... Mais il n'était pas réellement mort. Et aujourd'hui, il osait se présenter devant elle. Joana quitte l'encadrement de la porte pour aller s'asseoir devant son miroir et s'allumer une cigarette de ses longs doigts abusés d'un tremblement qu'elle cherche à dissimuler.
Callian
Messages : 130
Date d'inscription : 13/07/2020
Crédits : icon(c)oldmoney

Univers fétiche : Dystopie, City, Fantasy ou Historique
Préférence de jeu : Homme
tea
Callian
Mar 21 Sep - 19:59
ff433231c4ee51e2288bd3b94935d26a8bdb9bc4.png
James Marlowe
Marlowe, la mauvaise vie en étendard d’un nom qui se glisse dans les oripeaux irlandais. Trop de mélanges depuis, ne reste sans doute que le goût de l’irish sur la langue, un peu trop de folklore dans la tête d’une femme qui ne l’a pas enfanté. James, la simplicité d’un prénom, presque granitique, qui va avec la réputation de leur clan. Porosité qui fait mal, on s’y écorche, on s’y blesse, on crève sous son poids, le souffle qui tangue à chaque battement du coeur quand la vie le broie. le néant s’y grave avec soin depuis qu’elle n’est plus là. Sa soeur… Médée… Son double écorché. Lieu de naissance et origines : Atlantic City, il fallait que ce soit dans l’écrin d’un luxe qui vous abrutit, les clameurs du fric et d’une débauche qui ne se planquent même pas, pour qu’ils s’y abandonnent, qu’ils s’y inscrivent, palpitants dans le sang. Le paternel y a tressé son empire, depuis les rues les plus crasseuses du Queens où la famille avait échoué, il a su se hisser à la tête d’un réseau de casinos qui fait qu’aujourd’hui, james navigue entre le berceau d’origine, et ce lieu de naissance devenu celui de ses affaires. Métier : une voie toute tracée, que s’il a eu l’idée de contrarier à l’aube de l’âge adulte, il embrasse aujourd’hui avec la précipitation des êtres les plus acharnés. Son père a fini par crever, ça a aidé à ce qu’il puisse dessiner ses enfers tels que lui les souhaitait. Irène, que chacun appelle dans le plus grand secret "la veuve", l’aide dans la gestion des affaires, et appuie aussi avec virulence, et ce depuis des années, sur le nerf de la guerre. Jusqu’à le faire céder. Orientation sexuelle : l’autre sexe, l’évidence parce qu’il y avait entre les cuisses des inconnues autant d’avidité à infléchir que d’évasion à trouver. Surtout lorsqu’il a fallu s’aventurer sur un terrain à conquérir, à dominer. Devenu l’égérie d’une classe sociale qui tient le haut du pavé new-yorkais, les femmes lui tournent autour, cherche à sertir le fer d’une alliance qui pourrait tout enchaîner. mais il a la réputation de ne pas s’attacher, ni de faire dans les sentiments. Ils ont été navrés depuis longtemps. Statut civil : le célibat, parce que la place qu’elle occupait n’est plus qu’un palais froid, où les idéaux gisent pour mieux se faire oublier. Et parce que choisir quelqu’un ne pourrait avoir de sens que pour continuer de tracer cette voie vers les sommets. Qu'il faudrait alors apprendre à partager.

Avatar (c) dramaclubsandwich.
C’est la première réflexion que je me fais, un peu bêtement : elle n’a pas changé, elle n’a absolument pas changé. Comme s’il fallait trouver sur son visage, sur son corps, dans ses yeux, dans ce que trahit l’âme, quelque peu de cette absence que je lui ai léguée. Comme s’il lui fallait la porter telle une veuve éplorée, les yeux gonflés de nuits sans sommeil, d’errances à courir après un fantôme. Les prunelles vides des départs précipités, qui n’ont abandonné que du silence et de l’effroi. Finir seul, s’arrêter là. Elle devrait être dans mon état, et pourtant elle ne l’est pas, elle rayonnait sur scène, elle est majestueuse dans sa suite trop chic, bien trop chère, comme si le temps ne s’était pas arrêté après ma disparition, comme si ça ne lui avait absolument rien fait. Comme si son ventre vide était une insigne qu’elle pouvait arborer, l’honneur de ne pas savoir ce peu que nous avions s'anoblir dans sa chair. Il ne nous reste plus rien. Il ne me reste plus rien. Je suis en colère, par rapport à cette façon qu’elle a de balayer l’avenir, de l’avoir condamné, j’aimerais avoir la force de lui opposer un sursaut de rage mais je reste coi. Je reste aussi froid qu’elle, je reste là, immuable statuaire de nos combats. Bien. Le timbre est profond et sombre, comme il l’a toujours été. Il fait mine que je n’en ai rien à foutre de cet héritier, que c’était là aussi un poids mort à supporter. J’aurais pu me renseigner sur ce qu’elle en avait fait mais je n’en ai pas eu le coeur, je croyais… je croyais… je ne saurais l’avouer, pas maintenant, pas devant elle. Je croyais pouvoir espérer mais cela aussi il faudra apprendre à faire sans. Je hausse un sourcil, le mépris orne mon front comme une indélicatesse, je n’étais pas censé venir l’affronter. Mais comme à chaque fois qu’il s’agit de nous deux, l’élan plein de fureur se déploie. Je m’ennuyais. Il y a une syllabe narquoise, presque moqueuse sur la fin. Je voulais te voir, je voulais tant te voir, et comprendre comment tu te portais. Reconnaître en toi ce monde à moitié écroulé. Me raccrocher à ce que nous étions vu que je n’ai su préserver ce que je m’étais juré de toujours protéger. C’est ridicule. Toi-même tu en rirais. Je ne vois pas le tremblement de ses doigts, trop occupé à prendre la mesure du décor, je ne la poursuis pas immédiatement, mais j’entre et referme la porte avec soin. Je ne la verrouille pas, je ne suis pas vraiment chez moi, mais chaque pas que je fais ici prouve que je pense le contraire. Il y a toujours eu dans ma façon de marcher quelque chose qui trahissait mes élans de conquête. Je la regarde, par le truchement de son reflet dans sa coiffeuse, je me rapproche, je me penche comme pour embrasser sa tempe, mais je ne fais que saisir le briquet qu’elle a abandonné à côté de son paquet. J’allume une de mes cigarettes, conserve son bien dans ma main, comme si le lui rendre, c’était déjà lui dire au revoir. Tu es parfaitement bien installée à ce que je vois. Si je n’ai pas su affronter la disparition de l’enfant, je sais. Je sais qui la finance, je sais qui la patronne, je me doute qu’elle couche avec lui. Je ne lui en tiens pas grief, du moins extérieurement. En vérité j’ai envie de le tuer rien que d’y songer, mais ça ne serait ni sage ni utile pour moi. Mon regard bleu sonde les marques de la vie qui a continué ici, je n’y découvre qu’un champ de ruines, parce que je ne suis pas celui qui la finance, qui la retient, qui la possède. Je ne suis plus rien, et pourtant, notre Empire n’a jamais été aussi prometteur depuis que j’ai saigné les traîtres jusqu’à porter la damnatio memoriae sur eux. Personne dans notre milieu mafieux n’ose évoquer les Park, en ma présence ou en mon absence. Mais ce soir, cette piètre victoire ne me convient pas, ne me suffit pas. Je tire sur le filtre de la clope et je m’assieds sur le bord de son lit défait, l’une de mes mains se glisse dans les draps de satin, sans que je n’y songe. M’as-tu enterré comme la jolie veuve que tu faisais mine d’être. Oh oui, je t’ai vue de loin, cela m’a surpris que tu viennes, un enterrement n’est pas un événement suffisamment mondain pour toi. Même le mien.


~ i'm just a man of no consequence...
Sparka
Messages : 88
Date d'inscription : 12/05/2021
Crédits : aesthethic

Univers fétiche : le réel
Préférence de jeu : Les deux
tea
Sparka
Jeu 30 Sep - 17:16
ff433231c4ee51e2288bd3b94935d26a8bdb9bc4.png
Joana Harper
Joana, Jo. Joan. Joana. Tant de noms et aucun qui ne l'identifie réellement. Un être insaisissable. Un esprit indomptable. La fille d'un père riche, d'une mère morte, l'enfant qui voulait de l'amour et qui recevait des chèques. Harper, un nom qui pourrait résonner. Mais elle ne s'en félicite pas. Sa fortune, elle l'a faite toute seule. De petits vols et des nuits sous les ponts, voilà comment elle a réussi à survivre quand elle a fui son paternel et ses désirs d'alliances insensibles. Indépendante, la gamine a préféré survivre dans la rue que de mourir dans les bras d'un fiancé inconnu. Joana Harper aujourd'hui : Diva.,reine des planches, elle excelle dans l'art de feindre. C'était une passion qui est devenue un métier. C'est sa presque belle-mère qui a payé pour ses études en art dramatique, qui a créé un dossier avec tout ce qu'il fallait pour qu'elle puisse être reçue dans l'école prestigieuse de N-Y. En contrepartie? Elle lui donnait des infos sur James, le beau-fils qu'Irène voulait contrôler.  Début de la déchéance. : Un amour aussi fort soit-il, ne peut résister aux tourments des secrets. Et c'était là que résidait la force de Joana. Elle voulait détruire ce lien qui la consumait. Elle s'était juré de ne jamais succomber aux affres de l'amour. Alors, elle fit tout pour qu'il ne s'étende pas plus qu'il ne le faisait déjà. Et sous le joug de sa trahison, elle mit les voiles. Encore une fois. Traumas. : Cet enfant qu'elle a porté pour lui. Lors de leurs retrouvailles, ils ont consommé plus qu'ils n'auraient dû. Et dans ses pans s'est logé l'insensé. Mais le temps, la douleur et la tragédie ont eu raison de cet espoir non désiré. Statut civil : Volage, célibataire, fiancée, veuve,... nul ne sait. Elle est l'actrice la plus connue de l'état de Washington. Elle fait la une des journaux et des tabloïds en sortant avec diverses personnalités. Mais son état civil demeure inconnu. Pourtant, depuis quelques mois, elle est souvent au bras du mystérieux et tant convoité Monsieur Nathalie. Amour? Liaison? Profit? Elle-même se pose la question.

Avatar (c) kane.
Bien. Bien, dit-il. Et son âme hurle devant cette ponctuation positive, relative à leur enfant. Elle a envie de le gifler. Mais Joana sait que sa meilleure arme demeure l'indifférence. Alors elle se contente de lui tourner le dos, s'éloignant de celui qui aujourd'hui encore, parvient à la sortir d'elle-même, à la déposséder de ses sens et à la posséder complètement. Elle s'éloigne de lui tranquillement. Pourtant, elle bout et ce besoin de le fuir est vital. Si elle le pouvait, elle courrait pour mettre de la distance entre lui et elle. Sans que les mètres ne s'accumulent de trop, James parvient à ériger un mur en prétendant que c'est l'ennui qui l'a amené ici. La clope au bout des lèvres, elle sourit au reflet de cet invité indésirable. "Si seulement je te croyais." Elle ose le narguer de cette phrase pleine de défi. James, venir la voir, par ennui. Ils savent tous deux que sa compagnie est bien trop dangereuse pour être requise par dépit. La fumée s'élève de ses lèvres et elle voit son amant saisir le briquet de Nathalie, le faisant tourner entre ses doigts comme s'il possédait chaque objet de cette chambre d'hôtel. Instantanément, elle réalise qu'il sait. Il sait que tout ceci appartient à un autre. Il sait que je prétends appartenir à un autre. Et s'il ne le sait pas, alors il le sent. C'est une évidence. Pourtant, James ne semble pas subir la concurrence. S'il la déplore, cela n'est pas visible. Ici, auprès d'elle, il a l'air d'un roi qui déambule auprès de sa servante. Cette image agace l'habitante des lieux et elle attrape le briquet, freinant son jeu dans la main du ténébreux. Le contact brûle. Encore et toujours. Cependant, elle ne laisse pas le feu de leur lien l'arrêter. Le petit objet en argent revient dans la main de Jo qui annonce sans concession "Cela ne t'appartient pas." Et bien qu'elle parle de l'allume cigare, il est évident que l'affirmation la concerne tout autant. Elle n'est plus sienne. Elle doute qu'il ait pu voir les initiales de Nathalie sur le rebord du briquet. Mais tout dans ces appartements respire une luxure de haut niveau, un fric trop bien organisé pour être celui de Joana. Elle hausse les épaules, consciente qu'il l'accuse de se vendre pour un toit. Cela ne te regarde pas. Autrefois, quand tu m'as rencontrée, tu n'as pas fait plus que ça. Tu n'étais qu'un brigand qui cherchait à se servir de moi et à cette époque, cela ne te posait pas de problème moral. Mais elle se retient de commenter. Car elle sait qu'il se moquerait d'elle. Il s'en fout de ce que je fais pour vivre. Tu t'en fous, n'est-ce pas? Ses yeux se plantent dans ceux de James tandis qu'elle pivote sur le siège de sa coiffeuse. "C'est probablement le meilleur de mes logements jusqu'à présent. J'ai trouvé quelque chose qui me comble." Sans vouloir être gamine en s'enfonçant dans de trop gros sous-entendus, elle se relève et passe derrière le bar pour servir deux verres. Elle sait exactement ce qu'il boit alors elle s'exonère de lui demander. Du bout de l'index, elle pousse le verre sur le marbre tout en laissant la fumée s'échapper de ses lèvres une nouvelle fois. "Je suis venue par respect pour ta mère. Et je suis venue pour m'assurer que t'étais bien dans ce putain de coffre." Cette dernière remarque lui échappe. Elle perd quelque peu son sang froid, malgré elle. L'alcool caresse sa langue tandis qu'elle prend une seconde pour freiner son envie de lui crier dessus. "Tu ne m'as pas entendue de si loin. Mais j'étais venue surtout pour te dire que j'allais tuer ton fils quelques heures plus tard. Je me disais que c'était la moindre des choses que de te le dire en face."

Voilà. Elle frappe. Elle avait failli s'effondrer. Mais Joana ne veut plus lui donner ces droits sur elle. Elle lui annonce ainsi que le foetus avait déjà un sexe. Mâle. Héritier du royaume s'il avait vu le jour. Elle ment impunément. Au moment où elle était venue aux obsèques, le petit n'était déjà plus. Elle avait fait sa fausse couche quelques minutes après avoir appris la mort de James. Et bien qu'il la nargue sur sa venue au cimetière, elle n'était pas supposée y être. La fausse couche avait été sanglante, horrible, éprouvante et presque mortelle. C'était comme si mère et fils voulaient rejoindre celui qui les avait quitter. Cependant, Joana avait survécu. Et quand il lui fallait rester au lit, elle n'avait qu'une idée en tête. Aller sur sa tombe pour y cracher dessus. S'il savait l'effort surhumain que cela avait été pour elle de tenir debout ce jour-là. Ses entrailles vidées de son enfant, la peine en hurlecoeur qui traversait ses tempes... elle avait prié pour qu'on intervertisse leurs places. Folie. Tu mérites de mourir. La cigarette est éteinte contre le marbre du bar et Joana se hisse juste à côté, assise en hauteur, pour lui demander. "Pourquoi t'es encore là James? Toi et moi, on sait très bien que tu ne me supportes plus." James. Pas Dean. Pas Marlowe. Aucun des surnoms d'antan. Elle ne l'appelait jamais James. Pas même pendant leurs disputes. James, c'était pour les étrangers, pas pour elle. Mais là, elle l'attaque de front. Là, elle le repousse surtout. Il fallait bien que tu me haïsses pour que tu me laisses mourante parmi tes maîtresses. Il fallait que tu ne m'aies jamais vraiment aimée pour m'abandonner et que tu partes, me laissant croire que tu avais crevé.
Callian
Messages : 130
Date d'inscription : 13/07/2020
Crédits : icon(c)oldmoney

Univers fétiche : Dystopie, City, Fantasy ou Historique
Préférence de jeu : Homme
tea
Callian
Jeu 5 Mai - 17:27
ff433231c4ee51e2288bd3b94935d26a8bdb9bc4.png
James Marlowe
Marlowe, la mauvaise vie en étendard d’un nom qui se glisse dans les oripeaux irlandais. Trop de mélanges depuis, ne reste sans doute que le goût de l’irish sur la langue, un peu trop de folklore dans la tête d’une femme qui ne l’a pas enfanté. James, la simplicité d’un prénom, presque granitique, qui va avec la réputation de leur clan. Porosité qui fait mal, on s’y écorche, on s’y blesse, on crève sous son poids, le souffle qui tangue à chaque battement du coeur quand la vie le broie. le néant s’y grave avec soin depuis qu’elle n’est plus là. Sa soeur… Médée… Son double écorché. Lieu de naissance et origines : Atlantic City, il fallait que ce soit dans l’écrin d’un luxe qui vous abrutit, les clameurs du fric et d’une débauche qui ne se planquent même pas, pour qu’ils s’y abandonnent, qu’ils s’y inscrivent, palpitants dans le sang. Le paternel y a tressé son empire, depuis les rues les plus crasseuses du Queens où la famille avait échoué, il a su se hisser à la tête d’un réseau de casinos qui fait qu’aujourd’hui, james navigue entre le berceau d’origine, et ce lieu de naissance devenu celui de ses affaires. Métier : une voie toute tracée, que s’il a eu l’idée de contrarier à l’aube de l’âge adulte, il embrasse aujourd’hui avec la précipitation des êtres les plus acharnés. Son père a fini par crever, ça a aidé à ce qu’il puisse dessiner ses enfers tels que lui les souhaitait. Irène, que chacun appelle dans le plus grand secret "la veuve", l’aide dans la gestion des affaires, et appuie aussi avec virulence, et ce depuis des années, sur le nerf de la guerre. Jusqu’à le faire céder. Orientation sexuelle : l’autre sexe, l’évidence parce qu’il y avait entre les cuisses des inconnues autant d’avidité à infléchir que d’évasion à trouver. Surtout lorsqu’il a fallu s’aventurer sur un terrain à conquérir, à dominer. Devenu l’égérie d’une classe sociale qui tient le haut du pavé new-yorkais, les femmes lui tournent autour, cherche à sertir le fer d’une alliance qui pourrait tout enchaîner. mais il a la réputation de ne pas s’attacher, ni de faire dans les sentiments. Ils ont été navrés depuis longtemps. Statut civil : le célibat, parce que la place qu’elle occupait n’est plus qu’un palais froid, où les idéaux gisent pour mieux se faire oublier. Et parce que choisir quelqu’un ne pourrait avoir de sens que pour continuer de tracer cette voie vers les sommets. Qu'il faudrait alors apprendre à partager.

Avatar (c) dramaclubsandwich.
Je le ressens, juste au creux du ventre, ce besoin d'elle, ce besoin de la garder tout contre moi, pour la retenir ou pour la broyer je ne sais pas. Je le ressens, cela tord ma vision d'elle, la rend fantomatique, vision éthérée de ce qui n'aura jamais plus lieu, et pourtant... Pourtant, je sais que sous mes doigts qui se contractent sur le tissu des draps, j'ai l'envie de détruire rien que l'idée ou le rêve d'être deux quand je ne peux plus étreindre celle qui me complétait. J'entends. Dans ma tête. Résonner le battement du coeur sur le moniteur et mes cris, et les médecins autour, et le besoin de m'immiscer jusqu'à cet entre-deux qui la retient pour le déchirer. Oui, les fantômes dansent dans mes prunelles sur elle, comme si Joana était la raison du drame et sa solution. Je la regarde longuement, tandis qu'elle continue de me tourner le dos, avec une pugnacité qui caresse la concupiscence que j'y glisse. J'esquisse un sourire froid et faux, avant de murmurer sur un ton ironique : Il est vrai que j'ai des occupations plus divertissantes que de venir te voir. Tuer mes semblables, ou jurer leurs morts à chaque instant. Puis la vanité de me croire bientôt au sommet, enfin, en avoir le vertige, crever de me balancer dans le gouffre. Tout cela à la fois, qui me divertit bien plus que n'importe quelle vie travestie par ses yeux de chatte mécontente. Toutefois, dès que le reflet de son regard m'accroche, mon coeur manque un battement. C'est le besoin d'elle, ce foutu besoin qui creuse une douleur dans mon âme écartelée par l'horreur. Mon jeu avec le zippo finit par la faire réagir et je le lui abandonne avec une moue de mépris, tandis que mon murmure serpente jusqu'à elle telle une lame prompte à frapper toutes nos certitudes : Oh mais si, tout m'appartient. Tout appartient à celui qui donne la mort, et je pourrais balayer ce rival dans un sursaut de haine pour le voir disparaître, en espérant qu'elle pleure sur son cadavre. Je pourrais viser quelqu'un d'autre dans mon jeu de pouvoir, arrimer à mon destin des protagonistes plus dociles. Mais il n'y aurait rien là-dedans de bien captivant, car Joana n'en ferait guère partie. Et toi, tu m'appartiens toujours dis-moi ? Je roule des yeux et commente, mon timbre plus incisif désormais : Rien ma chère ne te comble jamais. Nous sommes trop vides pour être comblés par ce que l'on possède. Et vide, tu l'as toujours été. Moi aussi, mais son avortement me fait sortir les griffes en espérant la voir trembler un peu. Un peu plus que cela. Comme quand j'avais sa gorge entre mon poing et qu'il ne m'aurait suffi que de serrer. Serrer jusqu'à ce qu'elle ne s'éteigne. Mais son venin à elle, m'atteint en retour, et mon regard devient plus opaque, insondable onde qui dérive des hurlements. Il me faut quelques trop longues secondes pour savoir me reprendre et ajouter : Alors répète-le moi maintenant, dis-moi en me regardant, vu que je suis là, combien ça t'a fait plaisir de tuer notre fils. C'est sourd, c'est comme une malédiction balancée dans sa direction et le dégoût modifie mon expression et la rend plus dure encore. Un fils. Un fils... J'ai l'impression de crever un peu plus à chaque heure qui passe. Tout ce que j'ai perdu, tout ce que j'ai fait, tout ce que je pourrai faire encore. Et encore. Sans jamais m'arrêter. J'ai l'envie de m'en prendre à elle, alors je respire avec ampleur et me lève un peu, regardant en direction de l'immensité de la nuit. Dans mon dos, mon vrai prénom m'interpelle, blessure qu'elle ouvre avec l'indélicatesse de celle qui sait très bien où frapper. Ce soir nous ne jouons pas. Nous ne jouerons sans doute plus jamais. J'aimerais t'avouer que je suis venu jusqu'ici pour te retrouver... J'avais tellement l'envie de te retrouver, de vous retrouver. Je regarde en contrebas, dans le vide, et lui tournant toujours le dos je lui réponds : Pour me servir de toi. Ou plutôt de celui qui te baise. Quoi d'autre ? Je lui lance un regard froid par dessus mon épaule et ajoute : Sers-moi un verre, tu sais très bien que tu as tout intérêt à prolonger cette conversation plutôt que de tout risquer juste parce que tu me hais...​


~ i'm just a man of no consequence...
Sparka
Messages : 88
Date d'inscription : 12/05/2021
Crédits : aesthethic

Univers fétiche : le réel
Préférence de jeu : Les deux
tea
Sparka
Ven 6 Mai - 16:28
ff433231c4ee51e2288bd3b94935d26a8bdb9bc4.png
Joana Harper
Joana, Jo. Joan. Joana. Tant de noms et aucun qui ne l'identifie réellement. Un être insaisissable. Un esprit indomptable. La fille d'un père riche, d'une mère morte, l'enfant qui voulait de l'amour et qui recevait des chèques. Harper, un nom qui pourrait résonner. Mais elle ne s'en félicite pas. Sa fortune, elle l'a faite toute seule. De petits vols et des nuits sous les ponts, voilà comment elle a réussi à survivre quand elle a fui son paternel et ses désirs d'alliances insensibles. Indépendante, la gamine a préféré survivre dans la rue que de mourir dans les bras d'un fiancé inconnu. Joana Harper aujourd'hui : Diva.,reine des planches, elle excelle dans l'art de feindre. C'était une passion qui est devenue un métier. C'est sa presque belle-mère qui a payé pour ses études en art dramatique, qui a créé un dossier avec tout ce qu'il fallait pour qu'elle puisse être reçue dans l'école prestigieuse de N-Y. En contrepartie? Elle lui donnait des infos sur James, le beau-fils qu'Irène voulait contrôler.  Début de la déchéance. : Un amour aussi fort soit-il, ne peut résister aux tourments des secrets. Et c'était là que résidait la force de Joana. Elle voulait détruire ce lien qui la consumait. Elle s'était juré de ne jamais succomber aux affres de l'amour. Alors, elle fit tout pour qu'il ne s'étende pas plus qu'il ne le faisait déjà. Et sous le joug de sa trahison, elle mit les voiles. Encore une fois. Traumas. : Cet enfant qu'elle a porté pour lui. Lors de leurs retrouvailles, ils ont consommé plus qu'ils n'auraient dû. Et dans ses pans s'est logé l'insensé. Mais le temps, la douleur et la tragédie ont eu raison de cet espoir non désiré. Statut civil : Volage, célibataire, fiancée, veuve,... nul ne sait. Elle est l'actrice la plus connue de l'état de Washington. Elle fait la une des journaux et des tabloïds en sortant avec diverses personnalités. Mais son état civil demeure inconnu. Pourtant, depuis quelques mois, elle est souvent au bras du mystérieux et tant convoité Monsieur Nathalie. Amour? Liaison? Profit? Elle-même se pose la question.

Avatar (c) kane.
Le rêve a toujours été double. L'avoir et le tuer. Posséder son âme et l'exterminer. Parce qu'il n'y avait rien entre eux qui leur permette de survivre ensemble. Et tout les empêchait de survivre loin l'un de l'autre. Comme s'ils devaient constamment revenir se narguer, se déchirer. Ne reviens-tu pas d'entre les morts à cette fin? Même la grande faucheuse s'était moquée d'eux en arrachant James de la surface de la terre pour le ramener sans se soucier de ce que cela ferait à Joana. "Oui, j'imagine que mettre en scène sa propre mort doit être une véritable partie de plaisir." Cinglante, elle n'est pas d'humeur à saisir les cruautés qu'il lui tend. Si James veut éventer des aventures avec d'autres femmes, elle s'en moque. Il est, là, dans l'antre d'un autre. Le plus infidèle des deux, ce ne sera pas lui. Pas cette fois. Et son coeur se contracte au souvenir de cette bataille, de cette pièce sombre où d'autres étaient secourues par les Marlowe. Puissent-elles toutes crever. Et Joana ne croyait pas si bien dire. Car la principale rivale au coeur de son amant gisait quelque part, dans un hôpital, perchée entre la vie et la mort, probablement retenue par la volonté de fer de son frère. "Tant que tu le crois." Joana n'a pas l'envie d'argumenter avec lui. L'indifférence a toujours été son arme la plus létale. Tout comme lui. Formés dans la même école mais avec des armes différentes, cela fait longtemps que leurs tours ne sont plus secrets pour l'un et l'autre. Et pourtant leur possessivité maladive de l'autre les rend vulnérables... encore aujourd'hui. Le haussement d'épaule qu'elle lui donne en guise de première réponse est accentué par la nonchalance avec laquelle elle se permet de ponctuer ses dires. "Je ne l'ai pas toujours été." Référence acerbe au mioche qu'elle portait. Référence indirecte peut-être aux sentiments qu'elle a pu éprouver pour lui. Sentiments qu'elle n'avouera désormais jamais plus. Il en va de sa santé mentale et même de sa survie. Je ne t'ai jamais aimé. C'est mieux ainsi. Je t'ai fui quand j'ai eu peur. Mais j'aurais dû rester. On ne peut t'aimer James Marlowe. Il n'y a que ta mère et ta soeur qui peuvent sacrifier la raison et t'offrir une part de leur coeur. Parce qu'elles partagent ton nom ou ton sang. Mais moi... je ne partage plus rien. Ni ton sang... et il n'a jamais été question de ton nom. Souvenir violent de ses mots quand il refusait le statut de fils par le patronyme à son héritier. Cet enfant devait mourir. Tu ne le méritais pas. Elle sent encore les lames dans son âmes tant il l'avait blessée à l'époque. C'était là ce qui avait fini de détruire une relation déjà bien trop toxique. Détruire... mais pour combien de temps? N'était-il pas là, aujourd'hui, encore une fois?

"Tu sembles l'avoir très bien saisi tout seul. Inutile de le répéter." Car il lui est impossible de salir encore la mémoire de ce bébé parti sans sa volonté. Impossible de raviver le souvenir de cet espoir qu'elle ne s'était pas autorisé à caresser. Impossible de venir parjurer sa vie alors que le deuil n'était même pas encore fini. Elle préfère partir vers d'autres vents, l'emmener vers ce qui fait qu'il est ici aujourd'hui.

Nathalie.

Un sourire se dessine sur ses lèvres. Méprisante à souhait, elle lui répond sans devoir forcer. "Si tu penses qu'il voudra te voir, tu te trompes. Et si tu imagines que je vais t'aider, tu es naïf." Il n'y a pas d'agressivité dans son ton et c'est ce qui rend ses paroles encore plus mauvaises. Pas besoin de crier pour frapper. Cependant, elle lui sert le verre demandé, y dépose ses lèvres sur lesquelles aucun maquillage n'a encore été inscrit, goûtant juste l'alcool, marquant le verre de sa salive comme si elle inscrivait sa propriété sur celui qui s'y abreuverait après. Le bras tendu pour ne pas avoir à être trop proche de lui, elle le fixe dans les yeux et lâche un magnanime "Allez, bois et éblouis-moi. Qu'est-ce que je risque à ne pas coopérer?" Le sourire qui se dresse sur son visage en dit long sur l'amusement que cela lui procure de prétendre que cela n'est qu'un jeu. Elle ne se sent pas en danger. Privée de lui aussi longtemps, privée de l'espoir d'enfanter avant même de l'avoir désirer, il y a peu de choses qui pourraient encore l'ébranler.
Contenu sponsorisé
Blood and Ashes
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» tw +18 ; blood for blood (game over)
» I don't believe in you anymore. [ASHES]
» into the storm. (ft. ASHES)
» Rise from the ashes ft. S3th
» How to tame a wolf (Ft. Ashes)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: