-83%
Le deal à ne pas rater :
Antivirus McAfee Total Protection 2021 – 5 Appareils – 1 an
15.51 € 89.95 €
Voir le deal

Partagez
 
 
 

 FRY+LEELA | un premier pas dans l'an 3000

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 
@Robz
@Robz
MESSAGES : 431
INSCRIPTION : 17/02/2020
ÂGE : 26
RÉGION : France.
CRÉDITS : tumblr.

UNIVERS FÉTICHE : Post-apocalyptique, touche à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

cat

FRY+LEELA | un premier pas dans l'an 3000 Empty

7ei5.pngMise en Situation


Librement inspiré de l'animé : Futurama.


i3tb.png


tumblr_pz593gZC4Q1ynme1po6_250.gifv xONqj.jpg 98088e0fddfdb9b8b6600afce2828bdcdf84ff2e.gifv
❝ you have to be special to love me❞ and i'll love you a little bit more every day of our life. You are simply the woman I was waiting for to learn how to live and love.
Revenir en haut Aller en bas
 
@Robz
@Robz
MESSAGES : 431
INSCRIPTION : 17/02/2020
ÂGE : 26
RÉGION : France.
CRÉDITS : tumblr.

UNIVERS FÉTICHE : Post-apocalyptique, touche à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

cat

FRY+LEELA | un premier pas dans l'an 3000 Empty

KEKHTE8I.png
Phyllip J. Fry
Simple livreur de pizza en l'an 2000. Fry venait tout juste de se faire larguer, lorsqu'il a reçu une mauvaise blague le soir du nouvel an. Peut-être qu'il n'aurait pas du y aller : il n'aurait pas perdu sa mère, ni son père, ni son frère avec qui il ne s'entendait pas. Il n'aurait pas perdu son chien non plus. Peut-être qu'il aurait pu se remettre avec son ex. Mais sa vie n'aurait jamais été aussi intéressante, aussi palpitante, s'il ne s'était pas fait coincer dans une cellule de cryogénisation. Jamais il n'aurait connu l'an 3000, les robots, l'espace, ni toutes les nouvelles technologies et races et espèces qui forment ce monde. Jamais il n'aurait rencontré son meilleur ami robot : Bender. Jamais il n'aurait rencontré son très lointain petit-neveu. Jamais il n'aurait voyagé dans l'espace. Jamais il n'aurait rencontré son âme soeur : Leela Turanga. Si c'était à refaire, Fry se jetterait lui-même dans la cellule de cryogénisation. Même s'il n'est pas intelligent, il sait au moins reconnaître les bonnes choses de sa vie.

FRY+LEELA | un premier pas dans l'an 3000 Tumblr_o4jq2gJgED1rbk9r4o3_250


Bradley James :copyright: sneakyskunk.
Le décompte s’arrête après être passé de mille années à zéro seconde. Un bip sonore se fait retentir ; son cœur se met à battre de nouveau et c’est la vie qui le reprend. Fry sort de sa torpeur, laisse tomber -enfin- la position qu’il avait depuis ces milles années bloquées dans cette cellule de cryogénisation. Ses doigts déserrent la bière qu’il tenait, et finalement, ses poumons sont capables de se remplir d’oxygène une fois que la porte en verre s’est ouverte. Il pousse alors la fin du cri qu’il a commencé à pousser voilà mille ans plus tôt. La bière glisse, tombe à terre, mais comme il ne restait pas grand chose à l’intérieur, les bulles se répandent sur le sol en une petite flaque. Phillip se contente de sortir -en vitesse- de cette cellule de cryogénisation où il est tombé par hasard lors du deuxième millénaire. Il n’y a personne pour l’accueillir ; l’homme qui devrait s’en charger est simplement en train de sauter sa collègue dans le placard d’à côté. Il se fera certainement engueuler pour ne pas avoir été à sa place, après tout : comment sont censés réagir les gens en sortant de cryogénisation si personne n’est là pour les accueillir ?

Et c’est ce qui se passe pour Fry : il ne sait pas comment réagir, autre qu’en ouvrant grand la bouche à cause de sa stupeur lorsqu’il se retrouve face à cette grande baie vitrée qui lui montre à quel point le monde a changé. Parce que tout a changé. Lui, il n’a pas payé pour être cryogénisé. Il n’a rien fait, c’était un malheureux accident de son point de vue. Mais on ne peut pas sortir quelqu’un de la cellule avant le décompte final, alors, on l’a laissé. Voilà qu’il a la chance de vivre dans le futur ; au loin, tout à droite de cette fenêtre, il voit une énorme tour où sont écrits les chiffres de l’année qui se termine. 2999. Bienvenu en l’an 3000, Phillip J. Fry. Voilà ce qu’on aurait dû lui dire à sa sortie, voilà ce qu’il comprend tout seul. Mais il y a tant d’autres choses qui ont changé : dans la rue en bas, il peut voir des robots, il sursaute même en voyant une voiture décoller du sol pour s’élever jusqu’à passer devant sa fenêtre et partir sur une route invisible dans les airs. C’est à ne rien y comprendre. Et pour faire passer la pilule, Fry regarde derrière lui et attrape une canette qui n’est pas la sienne. Il ne connaît pas la marque : Slurm. Il ne connaît pas la marque, mais Fry s’en fiche : il a besoin de boire un truc pour réagir.

Le liquide est jaune fluo, et ça lui pique la gorge. Mais le goût n’est pas horrible. S’il savait ce que c’est, il n’en boirait pas, pourtant, ça va devenir sa boisson favorite de cet ère. Cul sec, il termine cette canette qui appartient certainement à ce type aux cheveux blonds qui entre dans la salle en faisant sursauter Fry. Ce dernier tape dans sa propre canette, comme si ça allait faire disparaître la trace de bière qu’il a laissée au sol ; non, Fry n’est pas le plus intelligent. De plus, l’autre sait pertinemment qu’il avait une bière à la main puisqu’il l’a surveillé pendant toutes ces heures de travail. Bref, le type est en train de se rhabiller, il a les joues rouges pour deux raisons : sa partie de jambe en l’air, et parce qu’il sait qu’il va se faire engueuler pour ne pas avoir été là au moment du réveil de Fry.

” - Désolé mec, j’étais occupé.” Qu’il lance en boutonnant le dernier bouton de sa chemise. ” BIENVENU EN L’AN 3000 !” Ses bras s’ouvrent, comme s’il avait organisé une fête et que tout le bonheur de Fry devait exploser à cet instant précis.
” - Votre braguette est ouverte.” Qu’il se contente de dire en pointant le méfait de l’homme de son index, tout en déposant la canette de Slurm sur le bureau, discrètement dans son dos, pour que le fonctionnaire ne le remarque pas. ” J’suis vraiment resté là-dedans pendant 1000 ans ?”

C’est seulement à ce moment-là qu’il tourne un œil vers les autres cellules de cryogénisation. Il y a d’autres personnes qui sont à l’intérieur : des vieux, des jeunes, tous avec des dates différentes. De ce qu’il constate, il est le seul à devoir sortir cette année. Est-ce que c’est triste, de ne pas sortir pile pour le nouveau millénaire ? A ses yeux, carrément, parce qu’il a déjà envie de sortir et de faire la fête avec les autres. Tout découvrir un jour comme celui-ci, n’est-ce pas la perfection absolue ? Tout à coup, Fry est percuté par une idée : il voudrait bien bosser à la place du type. Parce qu’en plus de tirer son coup -et ça Fry est sur que c’est ce qu’il était en train de faire- il n’a pas l’air d’avoir à faire grand chose : juste, attendre que les gens sortent de leur cellule de cryogénisation. C’est mieux que d’être livreur, de toute façon. Parce que ça, c’est nul. Il le sait pour l’avoir été les dernières années de sa vie. Il a déjà hâte de sortir et de trouver un nouveau job. Est-ce que c’est obligatoire de travailler? Parce qu’il glanderait bien le reste de sa vie.

Le type lui explique vite fait quelques trucs que Fry ne retient même pas. Tout ce qu’il sait, c’est qu’on le fait passer dans une autre salle, et que le mec lui demande bien de garder le secret sur le fait qu’il n’était pas là. Fry a froncé les sourcils en se disant que, non, il le dirait bien pour récupérer son poste. Mais il reste bloqué sur le fait que s’il ne peut pas travailler, il le fera. Voilà qu’un autre mec s’occupe de lui : on lui fait passer quelques tests pour être sur qu’il n’est pas malade, ne sait-on jamais. On lui donne même une pilule de vitamines pour combler tout ce qui aurait pu manquer pendant la cryogénisation. Fry semble poser ses questions stupides, auxquelles le médecin ne répond même pas, parce qu’il était persuadé que pendant la cryogénisation, on restait exactement comme on l’était au début. Donc en soit, que son corps ne pouvait manquer de rien. Mais une fois la pilule avaler, il se rend compte qu’il est moins fatigué ; c’est une bonne chose pour aller faire la fête avec les autres, non ? Il désire réellement fêter le nouvel an avec tous ces inconnus en bas.

” - Maintenant, on va vous emmener vers Madame Turanga. Après, vous serez libre, Phillip J. Fry.” Le médecin l’appelle par son nom complet, et sur le coup, Fry trouve ça vraiment étrange. ” Troisième bureau au rez-de-chaussée, sur votre droite. Adieu.”

La porte du bureau se ferme directement derrière Fry qui sursaute. Mais il n’a d’autre choix que de suite : alors il prend l'ascenseur qui a trop de boutons. Trop d’étages. C’est là qu’il se rend compte que la tour doit être immense, vu le nombre de boutons. Mais il appuie sur celui du rez-de-chaussée, et Fry est obligé de se tenir à la rambarde : il est choqué de la vitesse que prend l’ascenseur pour descendre. Sa bouche a remué dans tous les sens comme s’il était dans un avion le hublot ouvert, et il a eu une légère envie de vomir qui est passée dès qu’il a mit le pied en dehors de l’ascenseur. En se dépêchant, pour ne pas remonter, et devoir redescendre, pour ne pas ressentir ça une nouvelle fois.

Etrangement, il n’a pas besoin de chercher beaucoup pour trouver le bureau ; déjà qu’il ne se souvient pas des indications du médecin. Mais il a fait le tour du couloir avant de revenir sur ses pas ; c’est le nom de la dame qui est écrit sur la porte qui lui indique qu’il est au bon endroit. Alors il frappe à la porte, même si celle-ci est encore ouverte. Lorsque ses yeux entrent en contact avec la fameuse Leela Turanga, son coeur manque un battement. Et comme une mauvaise habitude qui revient au galop après tout ce temps, Fry tombe irrémédiablement amoureux d’elle à la seconde où il la voit. Les choses seront bien différentes pourtant, une fois qu’il aura compris son rôle : non, il ne sera pas livreur une nouvelle fois. Il dit ça maintenant, mais qu’est-ce qu’il sera content d’être livreur à travers l’espace pour son arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-arrière petit-neveu le Professeur Hubert Farnsworth.

” - Juste une question…” Qu’il dit après s’être assi sur le siège en face du bureau de la dénommée Leela. ” Je suppose que toutes les femmes de ce siècle ne sont pas aussi belles que vous l’êtes.” Ce n’est même pas une question. Quel mauvais dragueur.


tumblr_pz593gZC4Q1ynme1po6_250.gifv xONqj.jpg 98088e0fddfdb9b8b6600afce2828bdcdf84ff2e.gifv
❝ you have to be special to love me❞ and i'll love you a little bit more every day of our life. You are simply the woman I was waiting for to learn how to live and love.
Revenir en haut Aller en bas
 
SneakySkunk
SneakySkunk
Féminin MESSAGES : 552
INSCRIPTION : 17/02/2020
RÉGION : Québec.
CRÉDITS : Gifs (SneakySkunk) | Avatar (Google) | Signature (Crack in time)

UNIVERS FÉTICHE : J'apprécie les univers de survie. Je suis attirée par ce qui concerne les zombies. Je suis attirée par le science-fiction. J'aime toucher à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3619-presentation-de-sneakyskunk https://www.letempsdunrp.com/t3872-m-robert-sheehan-frere-autres-liens https://www.letempsdunrp.com/t3621-creation-s-dream https://www.letempsdunrp.com/t3622-all-the-earth-is-mine
cat

FRY+LEELA | un premier pas dans l'an 3000 Empty

201113070646696700.png
Leela Turanga
Leela ne connaît pas ses réelles origines. Elle se considère alien, travaillant sur la planète Terre en l'an 3000, originaire d'une planète inconnue, d'une race en voie d'intinction. Pourtant, elle est encore loin d'imaginer qu'elle n'est qu'une simple mutante née dans les égouts de New York. Bien évidemment, elle aimerait découvrir ses véritables origines pour donner un sens à son existence, et expliquer ce qui la différencie des « hommes ».

Leela est une femme compliquée, qui réfléchit avant d'agir et qui prévoit tout à l'avance. Elle n'aime pas les imprévus. Elle se soucie énormément des espèces en voie de disparation, puisqu'elle se considère elle-même unique et oubliée. Pourtant, il n'y a pas une seconde où ses parents biologiques ne pensent pas à elle.

FRY+LEELA | un premier pas dans l'an 3000 Tumblr_o4jq2gJgED1rbk9r4o2_250

Les hommes sont physiquement attirés par cette femme charmante, à la poitrine plantureuse, au caractère implacable. On cherche à l'amadouer pour tirer son coup plutôt que pour lui offrir de l'amour. Par ailleurs, de part son style vestimentaire ou son attitude, on pense souvent que Leela est lesbienne. Leela est pourtant une femme sensible qui recherche son prince charmant, un homme capable de prendre ses responsabilités en main et de tenir son coeur au creux de sa paume. Elle est loin de ce douter qu'elle tombera sous le charme d'un moins que rien, Fry, le genre d'homme qui ne correspond pas à ce qu'elle pense vouloir.
FRY+LEELA | un premier pas dans l'an 3000 Tumblr_nubrqvsGVJ1qes96io1_250

Katie Mcgrath :copyright:️ SneakySkunk
La nouvelle année est sur le point d'être célébrée. Assise sur l'énorme chaise blanche de son bureau, elle attend la venue de son unique et premier patient de la journée. Tous les rendez-vous prévus sont soigneusement annotés dans son emploi du temps. Il est donc possible, voire fortement possible, qu'elle sache que Fry passera l'embrasure de cette porte sous peu, et ce, depuis des mois. À mesure que les secondes s'amenuisaient sur le compteur de la capsule de cryogénisation, il était clair qu'il passerait l'étape de la sélection. Leela est l'employée désignée pour effectuer des tests sur ceux quittant leur torpeur pour une nouvelle vie dans une époque évoluée.

Entre ses doigts, elle tient un stylo qu'elle fait rebondir sur le coin de son bureau dans l'attente dudit Fry. Par sa faute, elle travaille en ce jour de réveillon alors qu'elle aurait pu célébrer comme tous les autres. Tout ça parce qu'il est le seul patient à se réveiller aujourd'hui et qu'elle doit l'analyser pour programmer son avenir. Qui se tiendra donc devant elle aujourd'hui? Peut-être un futur scientifique, endormi dans l'espoir de conquérir le monde dans un futur qui lui correspond? Rares sont les minables congelés  à se réveiller par erreur.

Par l'immense fenêtre qu'elle observe en biais, elle peut voir les festivités animées les rues en contre-bas ainsi que les immeubles qui s'élèvent toujours plus haut dans le ciel. Pendant que les gens de l'extérieur s'amusent, elle doit travailler, ce qui ne la met pas dans un état de joie favorable.

Vous êtes en retard. Il était encore occupé? qu'elle demande lorsque la porte s'ouvre.

Elle quitte sa chaise pour se déplacer dans le bureau, même si lui est sur le point de s'installer. Elle est un tantinet exaspérée. Évidemment, elle parle de celui qui devait accueillir Fry et lui expliquer la situation ; cet homme n'est pas à son affaire et préfère sauter la première femme ou créature qui lui passe entre les doigts. Elle se retrouve toujours à faire le boulot à sa place. Et si elle pose cette question, c'est parce que Fry est en retard. Il aurait dû passer cette porte beaucoup plus tôt. L'horaire de Leela est préparé avec soin, parfois plusieurs mois à l'avance. Ses yeux tombent sur le patient lorsqu'il commence sa phrase par :

Juste une question…

Derrière elle, la ville s'anime dans la joie ; c'est un arrière-plan joyeux contrairement au regard qu'elle pose sur lui. En général, lorsqu'une phrase commence avec : j'ai une question, la finalité ne lui convient jamais. Elle l'observe donc avec appréhension et réserve. Elle roule des yeux, affichant en bref sourire en observant la tablette qu'elle tient au creux de son bras.

Je suppose que toutes les femmes de ce siècle ne sont pas aussi belles que vous l’êtes.
Les hommes, à l'opposé, sont tous aussi bêtes, soupire-t-elle, lui faisant signe de se lever. Nous allons nous en tenir à cet unique rendez-vous, si vous le voulez bien.

Elle n'a pas l'intention d'être sensible à son charme désastreux, il n'est pas le premier à tenter de l'amadouer par quelques phrases clichées. En quelques secondes, elle oublie cette veine tentative. Elle lui pose quelques questions, lui demande son nom par principe, même s'il est inscrit à son agenda depuis un éternité. Les questions usuelles se transforment en question plus précise lorsqu'elle lui demande la raison de sa cryogénisation. Et une fois qu'il est levé, elle le conduit dans la pièce adjacente. Elle dépose le carnet de santé sur une table pour finalement se tourner vers lui. D'un professionnalisme hors pair, elle lui dit nettement, et sans lui laisser l'opportunité de refuser :

Retirez vos vêtements. Mr. Fry.

Dans sa posture, Leela est fière. Ses cheveux sont ramenés derrière son crâne à une queue de cheval parfaite, sans la moindre mèche désinvolte. Ses cheveux ne sont d'ailleurs pas d'une couleur naturelle. On pourrait croire à une teinture, mais ils sont naturellement violets. Une caractéristique qui la différencie subtilement des hommes. Depuis toujours, les transformations corporelles sont de coutume. Elle possède d'autres différences génétiques qui sont plus faciles à dissimuler. Présentement, le menton droit, elle observe plutôt l'homme face à elle, qui devra se dévêtir pour être examiner. Elle ne ressent aucune pudeur à le voir nue. C'est son travail. Et elle observera sans gêne son anatomie. Elle prend même le temps de dire : chaque morceau de vêtement.

Elle lui dit enfin de s'installer sur la table d'observation. Tous les instruments qui entourent l'humain sont originaires des nouveaux siècles. Des machines précises capables de décrypter les ADN. Ses yeux ne tardent donc pas à quitter cette silhouette pâle et peu attractive pour observer les ordinateurs qui l'entourent. De là, elle peut en savoir davantage sur l'homme qui était endormi dans la capsule. Elle grimace à quelques occasions, constatant que cet homme n'est pas extraordinaire. À un moment, elle tend même le visage hors de son écran pour l'observer, lui demandant sans gêne, un brin de jugement dans la voix :

Quels étaient vos plans d'avenir exactement?

Le temps qu'il réponde ― pour raconter ses grands projets futurs ―, s'il répond, elle se retrouve à ses côtés, palpant son torse à la recherche de son pouls pour vérifier si elle en bonne santé. Elle l'observe aussi pour vérifier si les vitamines reçues fonctionnent convenablement. Il aurait droit à de nouvelles questions, à des prises de sang, à des radiographies. Bref, elle l'examine au peigne fin pour étudier chaque cellule de son corps jusqu'à son code génétique. Elle ne lui laisse guère le temps de réfléchir ou d'agir chaque fois qu'elle lui donne des consignes, que ce soit de se déplacer, de s'asseoir, de s'allonger, d'inspirer, d'expirer. Elle fait convenablement son boulot. Mais dans ce travail, elle n'est pas complément épanouie, Leela. Cette routine qu'elle pense acceptable ne la rend pas heureuse. Et c'est la réflexion qu'elle se fait lorsque ses doigts s'attardent sur le torse de Fry et qu'elle se racle la gorge.

J'espère que cette nouvelle vie, en tant que livreur, sera à la hauteur de vos attentes, dit-elle alors qu'il est probablement encore nu et que les ordinateurs n'hésitent pas un instant à décider de l'avenir de cet homme qui a tenté de la dragué, mais qui l'a laissée indifférente, car elle est habituée. Souhaitez-vous fonder une famille? Dans le cas inverse, il m'est possible de vous référer à un médecin pour une vasectomie, demande-t-elle, le plus franchement possible.


I'm just a woman in love with another woman
©️crack in time
Revenir en haut Aller en bas
 
@Robz
@Robz
MESSAGES : 431
INSCRIPTION : 17/02/2020
ÂGE : 26
RÉGION : France.
CRÉDITS : tumblr.

UNIVERS FÉTICHE : Post-apocalyptique, touche à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

cat

FRY+LEELA | un premier pas dans l'an 3000 Empty

KEKHTE8I.png
Phyllip J. Fry
Simple livreur de pizza en l'an 2000. Fry venait tout juste de se faire larguer, lorsqu'il a reçu une mauvaise blague le soir du nouvel an. Peut-être qu'il n'aurait pas du y aller : il n'aurait pas perdu sa mère, ni son père, ni son frère avec qui il ne s'entendait pas. Il n'aurait pas perdu son chien non plus. Peut-être qu'il aurait pu se remettre avec son ex. Mais sa vie n'aurait jamais été aussi intéressante, aussi palpitante, s'il ne s'était pas fait coincer dans une cellule de cryogénisation. Jamais il n'aurait connu l'an 3000, les robots, l'espace, ni toutes les nouvelles technologies et races et espèces qui forment ce monde. Jamais il n'aurait rencontré son meilleur ami robot : Bender. Jamais il n'aurait rencontré son très lointain petit-neveu. Jamais il n'aurait voyagé dans l'espace. Jamais il n'aurait rencontré son âme soeur : Leela Turanga. Si c'était à refaire, Fry se jetterait lui-même dans la cellule de cryogénisation. Même s'il n'est pas intelligent, il sait au moins reconnaître les bonnes choses de sa vie.

FRY+LEELA | un premier pas dans l'an 3000 Tumblr_o4jq2gJgED1rbk9r4o3_250


Bradley James :copyright: sneakyskunk.
En retard. Fry est toujours en retard, il l'a toujours été. Son supérieur, à la pizzeria, l'avait déjà menacé de le virer s'il revenait encore avec une pizza impayé à cause de son retard. S'il avait fait en sorte que ça n'arrive plus, Fry n'avait pourtant pas eu bien longtemps pour faire ses preuves ; trois jours plus tard, en comptant un repos de deux jours, voilà qu'il était enfermé dans cette cellule de cryogénisation. Alors ça ne l'embête même pas d'être en retard, bien que ça semble mettre une graine de colère et/ou d'impatience dans le cerveau de la fille aux cheveux violets qu'il voit en face de lui. Elle a pourtant un maigre sourire lorsqu'il parle, bien qu'elle le remballe en quelques mots bien placés qu'il ne comprend pas sur le coup. Ils peuvent pas être plus bête que moi, ça c'est sur. Lorsqu'il a prononcé cette phrase, il s'est trop vite emballé sans même comprendre le sens des mots de Leela, et quand il le fait, il se met à grimacer. Ca a toujours été son truc, ça, de voir être plus que les autres, alors ça lui avait paru naturel d'enchérir. Mais lorsqu'il comprend ce qu'il vient de dire, après avoir tilté à ce que l'agent féminin a dit, Fry regrette directement d'avoir eu la langue trop rapide.

Un rendez-vous qu'il n'aurait pas voulu unique si ça pouvait lui permettre de voir cette femme plus souvent. Mais il se tait, sauf pour répondre à ses questions. Phillip J. Fry. La vingtaine à tout casser, il ne se souvient pas vraiment de son âge, mais ça n'a rien à voir avec la cryogénisation ; c'est parce qu'il n'était pas assez concentré à l'époque pour retenir sa date de naissance. Là, il se sent complètement stupide lorsqu'il faut qu'il explique pourquoi il s'est fait cryogénisé ; il le dit, sans détour, que c'était un accident même si ça n'en était pas un. Fry aurait préféré qu'elle lui demande de se déshabiller dans d'autres circonstances : parce que l'intonation de sa voix ressemble étrangement à celle du médecin qu'il a vu précédemment.

" - C'est quoi votre truc, aux gens de l'an 3000, à vouloir nous déshabiller là sérieux ?"

Il paraît ne pas être content, surtout avec ses sourcils qui se froncent, mais Fry obtempère quand même. C'est là qu'on remarque qu'il n'a pas vraiment un fort caractère ; il est malléable, prêt à apprendre même s'il n'a pas la tête pour tout emmagasiner, mais surtout prêt à agir. Fry sera toujours prêt à s'amuser ou à faire les choses sérieuses qu'on lui demande : ça passe par là, la fidélité et la fiabilité. S'il devrait être inquiet d'avoir un oeil aussi pointu posé sur son corps -bien que ce ne soit pas le cas-, Fry l'est nettement plus lorsqu'il voit toutes ces machines qu'il ne connait pas. A quelle heure soigne-t-on des gens avec ces choses là ? Cette grande aiguille ne le met pas du tout en confiance. Il n'a aucune pudeur, ce garçon du millénaire dernier ; il se contente de regarder tout ce qui lui fou désormais une trouille bleu à défaut de regarder ce qui l'a charmé plus tôt.

" - Quels étaient vos plans d'avenir exactement?"
" - Ne pas mourir écrasé par un camion de livraison !" Qu'il répond sans réfléchir, sans même parvenir à détacher ses yeux des instruments qu'il pourrait étudier cent ans sans en comprendre le fonctionnement. " Pourquoi ?"

Voilà qu'elle attise sa curiosité, ou est-ce seulement parce qu'elle s'est décalé de ses écrans ? Parce que Fry a détourné ses yeux des machines pour les poser sur elle. Oui, il a failli mourir de cette façon à plusieurs reprises. La fois où il s'est fait percuter, il a passer deux mois à l'hôpital avec des plâtres un peu partout. Et puisqu'il n'a jamais espéré quelque chose de grand dans sa vie, Fry s'est toujours dit qu'il préférait éviter certaines choses que d'en accomplir d'autres. Ce n'est certainement pas la réponse que la fonctionnaire désirait avoir, mais Fry est un homme qui parle avec le coeur. A quoi bon user de son cerveau lorsque c'est celui-ci qui fait défaut ? Il est certainement trop naturel.

Elle le fait se déplacer, regarde ce qu'elle désire, touche même son torse du bout du doigt comme s'il n'était qu'un gros morceau de viande fraîche. C'est là où il ressent le premier malaise, et Fry use d'un mouvement de main pour la faire partir ; même si ce n'est pas de son propre chef, ça semble fonctionner. Mais son sang ne fait qu'un tour dans son cerveau lorsqu'il entend que son destin sera d'être livreur. C'est certainement la pire chose que cette femme aurait pu lui dire ; même la mort de tous ceux qu'il a connu ne le ferait pas réagir autant. Son corps tout entier ne suit pas puisqu'il craque au niveau de son cou lorsqu'il tourne vivement la tête vers la femme aux cheveux violets. Fry grimace, il vient même poser sa main là où s'est créé le torticolis, comme si ça pouvait le soulager. La surprise l'a fait réagir trop vite.

" - Quoi ?! Nan, tout sauf ça ! Même éboueur, mais pas ça !" Si pour certain il vaut mieux livrer que récolter les déchets des autres, ce n'est pas le cas de Fry. Surtout qu'il se dit qu'il s'éclaterait bien avec la ramasseuse à poubelle qu'il voit dans la rue, juste derrière la fenêtre de Leela. " Pitié ?"

Voilà qu'il cherche à l'amadouer, mais ça ne sert à rien. Et il est à moitié rhabiller lorsqu'elle parle de vasectomie ; là, il semble clairement s'étouffer, manque de ne pouvoir reprendre son souffle comme si quelque chose était coincé à l'intérieur de sa gorge. Fry tente même de tirer sur le col de son t-shirt qu'il était justement en train de remettre. Ses yeux se mettent à fusiller la femme comme si elle venait de dire la pire des choses qu'il pouvait entendre. S'il ne sait pas comment fonctionne une vasectomie, et même s'il ne s'est jamais posé la question de savoir s'il voudrait des enfants ou non, ça touche à sa masculinité et il est hors de question que cette chose arrive.

" - Mais ça va pas dans votre tête ? Qu'est-qui tourne pas rond chez vous !?" Il enfile sa veste rouge, presque très en colère. Voilà qu'il est déjà sur d'une chose : il est hors de question de suivre les recommandations de cette tarée qui veut qu'il soit un livreur eunuque ! " Vous allez juste laisser mini-moi, et grand-moi faire ce qu'ils veulent nom de dieu !"

C'est comme ça que sa mère avait l'habitude de jurer. Et ça lui fait un pincement au coeur de penser à cette femme qu'il ne reverra plus jamais. Mais tout ce qu'il veut maintenant, Fry, c'est de s'échapper des griffes de Leela Turanga. Maintenant qu'il est complètement habillé, qu'est-ce qui pourrait mal se passer dehors ? Non, Fry ne recevra pas la puce qui fera de lui un livreur jusqu'à la fin de sa vie. D'ailleurs, il aurait encore plus peur s'il devait avoir vu la machine dont Leela aurait du se servir pour la lui implanter. Il aurait rétracté sa main sans la lui tendre. Il décide que s'enfuir est la meilleure solution, même si ça ne l'est clairement pas. Alors il attrape à la voler la feuille le concernant qui sortait de l'imprimante de Leela ; il n'a pas le temps de la lire, mais l'enfonce dans sa poche sans savoir que ça le guidera directement jusqu'au descendant de son frère.

Il s'est enfuit à toutes jambes, prêt à sortir du bâtiment avec que quelqu'un ait pu lui mettre la main dessus. Mais nul doute que Leela l'aura suivi ; pour accomplir sa tâche, mais certainement pour éviter de se prendre toutes les erreurs concernant Phillip J. Fry dans la tête. Alors il court dans le bâtiment, sans même réfléchir à emprunter la porte de sortie qu'il a vu tout à l'heure. Personne ne semble lui courir après, si ce n'est l'agent Turanga.

Etant remonté à l'étage grâce à un ascenseur qui a faillit lui couper la main quand la porte s'est refermée, Fry se retrouve dans une nouvelle pièce où on cryogénise les gens pour les garder pour un futur plus ou moins proches. Il est encore à moitié en train de rire parce qu'il a échappé de justesse à Leela, et qu'il pense pouvoir s'en sortir en passant par la fenêtre qu'il y a droit devant lui. Mais non, Fry ne pourrait sortir par là, sauter, sans s'écraser le moindre os de son corps contre le bitume tout en bas. Ca lui donne presque le tournis lorsqu'il redresse la tête après avoir regardé le trottoir où il aurait pu crever écraser comme un chat sur le pavé. Fry s'éloigne de la fenêtre changeant d'avis ; s'il ne veut pas de l'implant, il préfère encore affronter la fille pour retourner en bas et passer par la porte d'entrée. Voilà qu'il frappe son front parce qu'il se souvient de sa place par rapport au bureau qu'il a quitté. Il lui manque vraiment une case.

" - J'vous ai dis que j'voulais pas être livreur !" Qu'il cri en voyant la fille aux cheveux violets prête à en découdre pour terminer sa tâche. N'était-ce pas ce qui était écris sur l'affiche de son bureau ? On fait ce que l'on doit faire.  " J'ai été livreur en plus, et j'en suis un très mauvais ! Le pire d'entre tous !"

Pour s'enfuir, Fry n'hésiterait pas à la coincer dans une de ces cellules de cryogénisation. Bon, il ne la lancerait pas pour milles ans, mais tout juste le temps de pouvoir s'enfuir sans que personne ne lui court après. Il ne voudrait pas lui faire du mal, car malgré tout ça, il la trouve toujours aussi belle : elle n'est pas méchante non plus. Tout ce qu'il veut, c'est s'enfuir de cette tour sans implant le qualifiant de quelconque livreur. Dehors, il trouvera avec grande peine un chemin pour l'éloigner d'ici ; mais il découvrira bien plus que ça. Un meilleur ami robot, un membre de sa famille qui a déjà plus de quatre fois son âge, et un métier qui lui correspondra bien mieux : livreur dans l'espace. Tout sera différent, parce que là, coincé face à Leela, il s'imagine encore livreur de pizza. Il va s'enfuir, mais ils finiront par se retrouver liés.


tumblr_pz593gZC4Q1ynme1po6_250.gifv xONqj.jpg 98088e0fddfdb9b8b6600afce2828bdcdf84ff2e.gifv
❝ you have to be special to love me❞ and i'll love you a little bit more every day of our life. You are simply the woman I was waiting for to learn how to live and love.
Revenir en haut Aller en bas
 
SneakySkunk
SneakySkunk
Féminin MESSAGES : 552
INSCRIPTION : 17/02/2020
RÉGION : Québec.
CRÉDITS : Gifs (SneakySkunk) | Avatar (Google) | Signature (Crack in time)

UNIVERS FÉTICHE : J'apprécie les univers de survie. Je suis attirée par ce qui concerne les zombies. Je suis attirée par le science-fiction. J'aime toucher à tout.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3619-presentation-de-sneakyskunk https://www.letempsdunrp.com/t3872-m-robert-sheehan-frere-autres-liens https://www.letempsdunrp.com/t3621-creation-s-dream https://www.letempsdunrp.com/t3622-all-the-earth-is-mine
cat

FRY+LEELA | un premier pas dans l'an 3000 Empty

201113070646696700.png
Leela Turanga
Leela ne connaît pas ses réelles origines. Elle se considère alien, travaillant sur la planète Terre en l'an 3000, originaire d'une planète inconnue, d'une race en voie d'intinction. Pourtant, elle est encore loin d'imaginer qu'elle n'est qu'une simple mutante née dans les égouts de New York. Bien évidemment, elle aimerait découvrir ses véritables origines pour donner un sens à son existence, et expliquer ce qui la différencie des « hommes ».

Leela est une femme compliquée, qui réfléchit avant d'agir et qui prévoit tout à l'avance. Elle n'aime pas les imprévus. Elle se soucie énormément des espèces en voie de disparation, puisqu'elle se considère elle-même unique et oubliée. Pourtant, il n'y a pas une seconde où ses parents biologiques ne pensent pas à elle.

FRY+LEELA | un premier pas dans l'an 3000 Tumblr_o4jq2gJgED1rbk9r4o2_250

Les hommes sont physiquement attirés par cette femme charmante, à la poitrine plantureuse, au caractère implacable. On cherche à l'amadouer pour tirer son coup plutôt que pour lui offrir de l'amour. Par ailleurs, de part son style vestimentaire ou son attitude, on pense souvent que Leela est lesbienne. Leela est pourtant une femme sensible qui recherche son prince charmant, un homme capable de prendre ses responsabilités en main et de tenir son coeur au creux de sa paume. Elle est loin de ce douter qu'elle tombera sous le charme d'un moins que rien, Fry, le genre d'homme qui ne correspond pas à ce qu'elle pense vouloir.
FRY+LEELA | un premier pas dans l'an 3000 Tumblr_nubrqvsGVJ1qes96io1_250

Katie Mcgrath :copyright:️ SneakySkunk
Ne pas mourir écrasé par un camion de livraison!

L’innocence et la spontanéité de cette réponse parviennent à faire vibrer les lèvres de Leela en un mince sourire : une petite courbe encore capable de réagir même si elle ne sourit pas souvent. La fonctionnaire se ressaisit aussitôt, chassant cette réponse peu sérieuse de son esprit. Leela n’ajoute rien lorsqu’il demande pourquoi ; elle semble concentrée dans son travail pour finir dans les temps. Mais si elle avait pris le temps de lui répondre, elle aurait dit : pourquoi vouloir se réveiller dans le futur si ce n’est pas pour une raison précise?

Tout sauf ça!

Si Leela perçoit dans l’irritation dans la voix de Fry, elle n’y porte guère davantage attention, trop occupée à se placer derrière un écran pour qu’un implant lui soit acheminé via les appareils à sa disposition. Si les ordinateurs disent que Fry doit être livreur, il le sera. Dans ce millénaire, se d’entrer dans le moule pour faire fonctionner la société, que ça nous plaise ou non. Serait-ce un soupir las qui s’échappe à l’instant des lèvres de Leela, elle qui perd légèrement de sa droiture, s’affaissant imperceptiblement sous son propre poids?

Même éboueur, mais pas ça!
Navrée, Mr. Fry, mais ce domaine n’est pas en demande pour le moment, nos machines sont d’ailleurs très qualifiées pour nettoyer nos rues, explique la femme, sans entrer dans les détails, sans mentionner à Fry l’existence des robots intelligents.
Pitié?

Elle le toise, mais ne flanche pas, même si ses paupières pourraient donner l’impression d’exprimer un semblant de compassion. Cette fois, Mr. Fry est rhabillé, elle n’aperçoit plus la forme de ses presque abdominaux cachés sous un ventre plutôt comblé, mais elle discerne encore les muscles de ses bras. Être livreur lui aura au moins été bénéfique pour quelque chose. Elle pourrait sembler déçue qu’il se recouvre de sa veste rouge, aussi tape-à-l’œil que la couleur de ses cheveux flamboyants.

Vous allez juste laisser mini-moi, et grand-moi faire ce qu'ils veulent nom de dieu!
On ne se dérobe pas au poste qu’on nous assigne, commence-t-elle, une pointe d’impatience dans la gorge, mais elle essaie tout de même de s’excuser pour ces propos qui auraient pu le froisser. Écoutez, ce ne sont que des questions obligatoires, je ne...

Le nouvel arrivant s’emporte par rapport à ses questions ; Leela préférait ne pas les poser si elle avait le choix. Mais ces formalités ont été instaurées par des supérieurs. Elle ne cherche pas à lui expliquer qu’elle trouve stupide l’idée de subir une vasectomie lorsque certaines espèces disparaissent çà et là dans l’univers. Leela considère que la vie doit continuer d’exister. Mais il ne serait pas professionnel de parler de ses aspirations à un inconnu, également, elle n’en voit pas l’intérêt, mais surtout, Fry la surprend en faisant quelque chose de complètement insensé.

Elle cligne plusieurs fois des yeux lorsqu’elle constate que Fry vient de filer à la manière d’un coup de vent qui se serait sournoisement infiltré par la fenêtre. Si ses cheveux n’étaient pas si soigneusement tirés sur sa tête, une mèche aurait pu danser sous l’attraction. Leela n’avait pas anticipé une telle réaction de la part de son patient. Hébétée, elle met plusieurs secondes à sortir de sa torpeur. Elle ne peut pas le laisser filer. Et si elle ne le retrouve pas, on lui tapera sur les doigts. Heureusement pour elle, malheureusement pour Fry, Leela est robuste, entraînée et déterminée à remplir son devoir.

Elle s’empare donc d’un pistolet qui lui permettra d’implanter la puce au  livreur. Elle s’élance dans le couloir, éviter de justesse un collègue qui, sous la surprise, renverse toute la paperasse qu’il tenait à bout de bras. Pour la première fois depuis longtemps, Leela sent bouillir ses veines d’une douce sensation d’adrénaline. D’ailleurs, elle ne s’essouffle pas en prenant Fry en chasse. L’ayant perdu de vu, compte tenu du temps qu’elle a mis avant de réagir, elle doit s’informer auprès des personnes qu’il croise s’ils n’ont pas vu un homme étrange, venant d’une époque bien moins évoluée et roux. On n’hésite pas à trahir Fry si on l’a aperçu. De cette façon, elle le rejoint dans cette salle de cryogénisation.  

Cessez donc de jouer au gamin et laissez-moi vous attribuer votre identité, soupire-t-elle une fois à quelques mètres de sa personne.

Elle n’avait pas été dans le feu de l’action depuis longtemps, ça lui donne un sentiment de confiance qu’elle avait oublié. De sa main libre, elle tente d’atténuer la sensation douloureuse du point qui broie des côtes. De l’autre, elle garde une poigne ferme sur le pistolet de l’implant. Fry ne lui échappera pas.

J'ai été livreur en plus, et j'en suis un très mauvais! Le pire d'entre tous!
Voyons, les temps ont changé, vous n'êtes sans pas si mauvais... s’étonne-t-elle. Vous vous plairez à ce poste, savez-vous combien il est dur de trouver un emploi rentable autrement?

De la bile remonte le long de son œsophage à ces mensonges. Non, sans doute n’appréciera-t-il point son statut de livreur. Ça semble être merdique. Mais c’est le métier qui convient à un homme tel que lui. Un gamin, plutôt. Mais si Leela veut être payée et ne pas être renvoyée, elle n’a pas le choix de l’obliger à suivre cette voie. Cependant, une petite voix dans sa tête lui dit qu’il est triste d’être soumis à de telles conditions. Elle-même aurait voulu faire des choses plus palpitantes dans la vie.  À quoi bon posséder tout un bagage de connaissances si ce n’est pour s’en servir? Elle sait se battre, pourtant, elle se contente de diriger les idiots qui s’éveillent de leur coma de longue durée. Or, Leela a sa part de responsabilités dans son malheur, elle se résigne à vivre méthodiquement plutôt que de vivre de nouvelles expériences.

Dans cet environnement, Fry ressemble à un petit animal effrayé qu’on tenterait de capturer. Pourtant, tout irait bien pour lui s’il se laissait faire! Son but n’est pas dans l’enfermer à vie, mais bien de le libérer dans le monde avec de quoi survivre! Pourquoi ne comprend-il pas? Leela ne lui laisse pas vraiment le temps de réagir lorsqu’elle s’élance vers lui, attrapant son bras dans une position avantageuse pour elle. Elle peut ainsi étrange l’avant-bras de Fry sous ses yeux, son poignet entre ses doigts, prête à lui implanter cette satanée puce. Dans cette position, Fry ne pourrait que frapper le dos de la fille pour se déprendre. L’aiguille est à quelques centimètres de sa paume, là où la puce se logera, lorsqu’elle est prise au dépourvu, encore, que ce soit par une tentative de Fry pour se dégager ou parce que quelqu’un est entré. Dans tous les cas, elle ne parvient pas à lui implanter la puce. Elle perd pied et se retrouve effectivement coincée dans un tube de congélation.

Sortez-moi de là immédiatement! ordonne-t-elle d’une voix mécontente, tapant une première fois sur la vitre.

Elle essaie d’ouvrir la porte, mais cette dernière est verrouillée de l’extérieur. Impossible de sortir de ce cylindre hermétique. Elle plisse les yeux, le mettait involontairement au défi de ne pas l’abandonner dans ce congélateur. Leela ne sait pas encore qu’elle est face au pire gamin de l’univers et que oui, il l’abandonnera là pour fuir cette vie de livreur. Non, elle ne se rend pas compte avoir été congelée. Car lorsqu’elle est sur le point d’argumenter, le monde reprend vie dans la pièce et Fry n’est déjà plutôt là. Sa montre indique toujours la même heure, mais voilà un moment que le fugitif a déguerpi, ce qui la met hors d’elle. Le sas s’ouvre, laissant s’échapper toute la fraicheur qui la maintenait prisonnière. L’air chaud, à l’odeur antiseptique, caresse son visage. Leela sait dore et déjà qu’elle a été coincée comme une parfaite débutante. Elle doit donc se référer à un cadre supérieur pour obtenir de nouvelles instructions. C’est quand elle voit l’heure pour la première fois qu’elle sert la mâchoire et grogne profondément. Or, Leela fera tout son possible pour retrouver Fry, puisque son quart de travail se prolonge sans sa capture ; elle ne peut rentrer chez elle autrement.

Fry aura eu le temps d’explorer un peu les environs, pendant ce temps. Pendant un temps où Leela rumine. Certes, elle rumine, mais une sensation agréable ne cesse de grandir à mesure que le temps passe loin de son bureau, loin de la paperasse. À mesure qu’elle se met en quête de trouver Fry. Voilà que son emploi du temps est complètement chamboulé. Elle n’est pas là où elle aurait dû être. Une nouvelle année qui commence de façon particulière, pour la fille. Elle se promène dans les rues pour trouver son fugitif, armé d’une photo qui l’aidera à questionner les piétons et les employés des commerces où il aurait pu se cacher. A-t-il seulement eu l’intelligence de se cacher, lui qui a pris une direction complètement stupide en quittant son bureau la première fois? Déjà, elle ne le connaît pas, mais elle se permet de juger son quotient intellectuel. À sa ceinture, camouflée sous le tissu de sa veste, se trouve le pistolet qui effraie tant le pauvre Fry. Comment réagira-t-il lorsqu’il la verra, s’il l’aperçoit avant qu’elle ne le fasse en premier? Il joue avec la patience de Leela. Elle peine toujours à croire qu’il est parvenu à lui filer entre les doigts. Mais dès que leurs regards se croiseront, une nouvelle course débutera. Et Fry sera peut-être aidé pour lui échapper, encore. Mais Leela est en très bonne forme physique et ne le lâchera pas d’une semelle, l’implorant même à quelques occasions, peut-être un peu rudement, pour tenter de le raisonner. À un moment, elle parviendra à tendre le bras pour attraper son collet, lui donnant un bref aperçu de ses compétences en matière de combat rapprocher, c’est-à-dire lui faire faire un pirouette sur lui-même pour l’envoyer valser au sol par la gravité de son propre corps.  

Vous ne pouvez pas échapper à votre destin, Mr. Fry!


I'm just a woman in love with another woman
©️crack in time
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


FRY+LEELA | un premier pas dans l'an 3000 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
FRY+LEELA | un premier pas dans l'an 3000
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Toi dans mes draps. | [PV] Hentaï.
» [UploadHero] Opération dans le Pacifique [DVDRiP]
» Une petite détour aux sources [ PV - Hentaï ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Pour s'amuser :: Univers autres :: Univers anime-
Sauter vers: