Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues qui tu veux, quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
» "Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour" - Ft. Charly
Maybe a new start? ft Arthécate - Page 2 EmptyAujourd'hui à 10:18 par Manhattan Redlish

» Vermines & Rage
Maybe a new start? ft Arthécate - Page 2 EmptyAujourd'hui à 1:11 par Snardat

» Eyes contact (ft Clionestra)
Maybe a new start? ft Arthécate - Page 2 EmptyHier à 23:45 par Clionestra

» Recherche lien H/H
Maybe a new start? ft Arthécate - Page 2 EmptyHier à 23:11 par Raton

» Les enfants de la lune. [PV Lulu] +18
Maybe a new start? ft Arthécate - Page 2 EmptyHier à 22:47 par Lulu

» Love isn't soft, like those poets say. ... (avec Gina)
Maybe a new start? ft Arthécate - Page 2 EmptyHier à 20:24 par Clionestra

» La honte n'est pas là où elle devrait être ! [PV Lullaby] +18
Maybe a new start? ft Arthécate - Page 2 EmptyHier à 18:02 par Elsy Lullaby

» Un Orque du Mordor
Maybe a new start? ft Arthécate - Page 2 EmptyHier à 14:15 par Snardat

» Sugar in my teeth, demons in my dreams
Maybe a new start? ft Arthécate - Page 2 EmptyHier à 11:20 par Senara

-55%
Le deal à ne pas rater :
Coffret d’outils – STANLEY – STMT0-74101 – 38 pièces – ...
21.99 € 49.04 €
Voir le deal

LE TEMPS D'UN RP

Maybe a new start? ft Arthécate

Disney lover
Messages : 418
Date d'inscription : 05/07/2020
Région : Québec
Crédits : Groovyicons (tumblr)

Univers fétiche : Réel
Préférence de jeu : Les deux
Code lyokko
https://www.letempsdunrp.com/t5943-mon-monde-et-leur-multiverse https://www.letempsdunrp.com/t5924-le-monde-fantastique-du-rp#120239 https://www.letempsdunrp.com/t6103-le-chaudron-a-idees https://www.letempsdunrp.com/t3994-parce-que-si-le-rp-payait-je-serais-riche
Disney lover
Mer 27 Sep - 23:02

Adam Collins
J'ai 35 ans et je vis à McCall, USA. Dans la vie, je suis coach de boxe et proprio de mon gym et je m'en sors de justesse. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et papa et je le vis plutôt moyen.

Adam est un homme de 35 ans et père d'un fils de 5 ans nommé Max. C'est un homme doux, bon et gentil. Très protecteur envers son fils, il essaie de le protéger le plus possible des aller-retour de sa mère qui part pour des raisons super débiles. (promotion, besoin de voir autre chose, envie de vivre sa vie....) Cependant Adam sait que c'est pour des hommes qu'elle fait ça. Propriétaire d'un gym, il enseigne la boxe aux gamins paumés de son quartier. Pour avoir le moins de dépenses possibles, il a un grand appart au-dessus de son gym. C'est un homme un peu (beaucoup) orgueilleux. Il ne demande pas ou peu d'aide préférant ne rien devoir à personne. Ancien boxeur semi-pro, il n'aime pas trop parler de sa vie d'avant car il ne faisait pas ceci pour lui mais pour ses parents qui voyaient en lui le poulain prometteur. Depuis qu'il a arrêté, il ne parle presque plus à ses parents.

Max, mon fils, mon microbe
Maybe a new start? ft Arthécate - Page 2 F28f62ed6f498c0b8c03eb1090f03ed885179652
Je me sentais comme l’adolescent un peu gauche ue j’étais jadis et pourtant j’étais maintenant un homme. Pas que j’ai eu une pléiade de petites amies après Cheryl mais j’avais eue quelques aventures. Je ne sais pas ce qui se passait avec Jane, elle… elle me rendait à la fois nerveux mais calme en même temps. Toujours est-il que nous faisions la vaisselle calmement alors que Max s’ébroua dans le bain. Je m’enquis alors de savoir si mon fils ne lui faisait pas des misères et je souris doucement quand elle me dit que non, qu’il était même très appliqué. En même temps Max adorait dessiner et colorier, mon frigo était même le parfait témoin… et les murs de sa chambre également. Je voyais ça comme un moyen de détente pour lui ou même extérioriser ce qu’il ne savait pas dire. Il était vachement plus talentueux que moi d’ailleurs. Je me demande même où il avait pris se gêne d’artiste parce ni moi ni Cheryl étions artistiques.

- En même temps, il adore l’art. je tournai mon regard vers elle avec un sourire gentil, mais je suis content de savoir qu’il est gentil en classe.

Posant les tasses de café, je lui remémorais une anecdote du temps de notre secondaire en parlant de Mme. Porter. Dieu qu’elle m’a disputé cette femme et là je ne parle même pas des heures de colle qu’elle m’a mis! Je riais doucement quand elle réalisa que oui je m’emmerdais mais mon regard tomba dans le sien quand elle ajouta qu’elle croyait que c’était pour impressionner les filles.

- Pas LES filles, juste une. Puis… ça n'avait pas trop mal marché d’ailleurs.


Je haussai un sourcil moqueur avant de lui demander si M. Lincoln n’était pas trop dur avec elle. Elle était douce et gentille, ça serait moche qu’il soit dur avec elle. D’un côté ce qu’elle m'avoua ne me surprenait pas vraiment. Les élèves en avaient peur, Max disait que c’était un monstre, et certains prof le trouvait un peu trop sévère et à cheval sur les règlements et les protocoles.

- Je vais être là la semaine prochaine c’est sûr.

Mes premières réunions de parents. Comment ça se passait? D’un côté j’avais hâte de l’autre… ben rien en fait. Max était adorable et mignon alors je ne m’inquiétais pas vraiment. Mais j’avais quand même hâte de voir ses travaux, ses petites réalisations également. Puis je suis certain qu’elle n’aurait pas de problème avec M. Lincoln concernant Max, c’était connu de tous qu’aussitôt que c’était moi qui se pointait c’est que Cheryl n’était pas en ville. J’étais chanceux de ne pas avoir les services sociaux aux fesses avec ses conneries. Cependant je ne pus épiloguer plus alors que Max semblait avoir pris son courage à deux mains pour demander à Jane de lui raconter une histoire. Un bisou et un câlin plus tard il fila à sa chambre alors que je ramassais son sac et que je préparais son lunch l’oreille tendue vers la chambre. Je souriais doucement en entendant l’histoire. C’était une belle histoire avec une belle morale et ça m’étonnait qu’il ne l’ai pas supplié de lui lire le Petit Poucet. Je mis son lunch au frigo et mis sa boîte à lunch sur le comptoir quand Jane sortit de la chambre en me remerciant pour la soirée.

- C’est moi qui te remercie.

Je la regardai un moment avant de prendre mon courage à deux mains.

- Ça te dis de rester un peu? On sera tranquille pour discuter puis j’ai encore du café… à moins que tu aies autre chose à faire.

C’était pas trop mal comme demande je trouve. J’avais un peu perdu la main en matière d’inviter une fille mais là… je me trouvais pas trop mal.
Arthécate
Messages : 1325
Date d'inscription : 14/07/2023
Crédits : Lorène Barioz

Univers fétiche : Med-Fan, même si je peux jouer sur n'importe quel contexte
Préférence de jeu : Femme
Totally Spies
https://www.letempsdunrp.com/t5885-petites-idees-en-vrac https://www.letempsdunrp.com/t5870-salut-c-est-moi
Arthécate
Jeu 28 Sep - 13:51

Jane Wilson
J'ai 35 ans et je vis à McCall, USA. Dans la vie, je suis illustratrice et professeur d'Art plastique et je m'en sors plutôt bien, je trouve. Sinon, je suis célibataire et je le vis plutôt mal.

Informations supplémentaires ici.


L'histoire achevée, je retournais auprès d'Adam afin de le saluer et de le remercier pour le repas. Je ne voulais pas m'attarder davantage, par peur de déranger. Après tout, il m'avait simplement invité pour me remercier et remonter le moral de son fils après la crise de sa mère. La tâche effectuée, il n'y avait plus aucune raison pour que je reste … Ainsi, tout naturellement, je récupérais mon sac, prête à prendre la route de mon appartement. Je n'avais pas remarqué le regard hésitant du père de famille, même s'il était difficile de passer à côté de son silence.

– Ça te dis de rester un peu? On sera tranquille pour discuter, puis j’ai encore du café… à moins que tu aies autre chose à faire.

Surprise, je lui lançais un regard quelque peu ahuri. Vous savez, celui qui se trouve à mi-chemin entre la stupéfaction et le hareng frit…

Euh… T'es sûr ? Je veux dire … Je ne veux pas te déranger, tu as école… je veux dire, tu travailles demain…

Super … C'était à mon tour de bafouiller. Mais pour ma défense, je ne m'étais certainement pas attendu à ce qu'il me demande de rester encore un peu. Après tout, même si nous nous croisions régulièrement, nous n'échangions rarement plus de quelques mots… Je pensais donc que ma présence le gênait…

S'il te reste du café, alors… lâchais-je finalement en reposant mon sac.

Sauf que, maintenant, je ne savais plus vraiment quoi lui dire. Parler de Max ou de l'école, c'était facile… Pour le reste, cela semblait bien plus compliqué… Enfin, si … Il y avait bien une chose que je voulais lui dire.

Je … Euh… ça commençait bien. Je ne t'ai jamais présenté mes excuses pour euh … la manière dont je suis partie… Même si ça remonte à très longtemps maintenant et que de l'eau a coulé sous les ponts . Alors je le fais maintenant : je suis désolée Adam.

En fait, je mentais un petit peu. Ces mots, je les avais inscrits des centaines de fois, sur des lettres que je n'avais jamais envoyé, par manque de courage. Mais ça, il n'avait pas besoin de le savoir.

J'étais jeune, un peu stupide mais surtout très égoïste… Même si je n'en avais pas vraiment conscience à l'époque.

Voilà, c'était dit… Même si mes excuses se trouvaient dépourvues d'explications. Il faut dire aussi que les réflexions d'une adolescente de quinze ans différaient grandement de celle d'une adulte. Ce que je trouvais logique à l'époque me paraissait donc particulièrement stupide… Et j'en avais honte. Malgré tout, il méritait ces excuses alors… autant les lui soumettre.




Disney lover
Messages : 418
Date d'inscription : 05/07/2020
Région : Québec
Crédits : Groovyicons (tumblr)

Univers fétiche : Réel
Préférence de jeu : Les deux
Code lyokko
https://www.letempsdunrp.com/t5943-mon-monde-et-leur-multiverse https://www.letempsdunrp.com/t5924-le-monde-fantastique-du-rp#120239 https://www.letempsdunrp.com/t6103-le-chaudron-a-idees https://www.letempsdunrp.com/t3994-parce-que-si-le-rp-payait-je-serais-riche
Disney lover
Ven 29 Sep - 21:05

Adam Collins
J'ai 35 ans et je vis à McCall, USA. Dans la vie, je suis coach de boxe et proprio de mon gym et je m'en sors de justesse. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et papa et je le vis plutôt moyen.

Adam est un homme de 35 ans et père d'un fils de 5 ans nommé Max. C'est un homme doux, bon et gentil. Très protecteur envers son fils, il essaie de le protéger le plus possible des aller-retour de sa mère qui part pour des raisons super débiles. (promotion, besoin de voir autre chose, envie de vivre sa vie....) Cependant Adam sait que c'est pour des hommes qu'elle fait ça. Propriétaire d'un gym, il enseigne la boxe aux gamins paumés de son quartier. Pour avoir le moins de dépenses possibles, il a un grand appart au-dessus de son gym. C'est un homme un peu (beaucoup) orgueilleux. Il ne demande pas ou peu d'aide préférant ne rien devoir à personne. Ancien boxeur semi-pro, il n'aime pas trop parler de sa vie d'avant car il ne faisait pas ceci pour lui mais pour ses parents qui voyaient en lui le poulain prometteur. Depuis qu'il a arrêté, il ne parle presque plus à ses parents.

Max, mon fils, mon microbe
Maybe a new start? ft Arthécate - Page 2 F28f62ed6f498c0b8c03eb1090f03ed885179652
J’étais surpris que Max lui demande de lui raconter une histoire mais ça me rassurait, il avait confiance en elle donc tout bénef pour elle. J’en profitais pour laisser traîner une oreille souriant doucement alors que je faisais son lunch pour le lendemain. Quand elle eut terminé et qu’elle me rejoint elle me remercia pour la soirée et c’est là que je me lançai. Je l’invitai à rester avec un espoir si vif qu’il me semblait que j’avais 15 ans à nouveau. À sa réponse je souris doucement en l’entendant bafouiller à son tour. Si ça me dérangeais je ne l’aurais pas proposer sinon. Mais il restais encore le choix qu’elle refuse et qu’elle quitte mais.. non elle posa son sac.

- Pour vrai? Je veux dire… Attends je te réchauffe ton café.

Je pris sa tasse et versai du café chaud dedans et le posai devant elle et… et quoi? Je ne pouvais pas simplement rester comme un con sans rien dire quand même! J’avais clairement perdu la main pour socialiser avec une fille. Non avec une fille ça allait, avec Jane je me sentais bête comme une roche et encore une roche avait un QI plus élevé que moi en ce moment. Quand elle prit la parole je relevai un regard vers elle alors qu’elle s’excusait de son départ. Je haussai les sourcils légèrement en l’entendant comme si ça me dérangeait maintenant! Enfin maintenant non, à l’époque… oui et j’en avais été meurtri un long moment. J’ouvris la bouche pour lui dire que ça allait mais elle renchérit en m’avouant qu’elle avait été stupide et égoïste. J’attendis un peu m’assurer qu’elle ne continuait pas et une fois assuré, je me penchai sur la table en croisant les bras.

- Ça va Jane. Je te remercie pour tes excuses, c’est très gentil à toi.

Je lui fis un sourire en coin espérant la rassurer un peu.

- Je te dis pas qu’à l’époque ça allait mais tu vois? dis-je en écartant les bras, Je vais bien et je suis même devenu un homme alors.. détends-toi. Sinon je vais casser tes craies et faire voler des avions dans ta classe.

Ajoutais-je moqueur mon regard dans le sien. Je sais que c’était un peu difficile en ce moment de se retrouver seuls tous les deux alors qu’on avait plus Max pour faire distraction mais on était quand même capable de nouer des liens non? Je me raclai la gorge avant de prendre la parole à mon tour et baisser le regard dans ma tasse.

- Je me suis demandé longtemps pourquoi je n’avais pas de tes nouvelles. J’en suis venu à la conclusion que c’est parce que tu ne m’aimais plus ou que tu voulais couper les ponts. je relevais le regard vers elle, c’est les idées d’un gamin de 15 ans qui avait des rêves complètement fous. Après on a su que vous aviez déménagé donc je me suis dit que.. tu étais soit trop mal à l’aise ou que tu voulais simplement refaire ta vie.

Refaire sa vie… putin on avait 15 ans!

- C’est un peu après que j’ai commencé la boxe. Mes parents tu les connaient, ils étaient presque jamais à la maison alors ma peine d’amour a dû leur passer sous le nez sans qu’il s’en aperçcoivent. dis-je en grattant l’anse de ma tasse, J’ai trouvé un exutoire et il c’est trouvé que j’avais du talent. Dire que je faisais ça pour attirer leur attention ou à tout le moins qu’il remarque les coups sur la gueule que je mangeais.

Je fis un petit rire de mépris en secouant la tête et relevant mon regard vers elle en soupirant longuement.

- Ils m’ont remarqué quand mon coach leur a dit que j’avais un avenir prometteur dans la boxe donc j’aurais une carrière ou j’aurais plein de fric. Leur fils n’allait pas nulle part finalement. Donc comme j’avais leur attention et comme tout gamin j’ai continué mais je n’ai jamais aimé.

Je pris une gorgée de mon café et posai la tasse lentement sur la table. Est-ce que je parlais de ma rencontre avec Cheryl? Pas tout de suite…

- Mais… pourquoi tu ne m’as jamais écris ou même téléphoné?
Arthécate
Messages : 1325
Date d'inscription : 14/07/2023
Crédits : Lorène Barioz

Univers fétiche : Med-Fan, même si je peux jouer sur n'importe quel contexte
Préférence de jeu : Femme
Totally Spies
https://www.letempsdunrp.com/t5885-petites-idees-en-vrac https://www.letempsdunrp.com/t5870-salut-c-est-moi
Arthécate
Sam 30 Sep - 8:58

Jane Wilson
J'ai 35 ans et je vis à McCall, USA. Dans la vie, je suis illustratrice et professeur d'Art plastique et je m'en sors plutôt bien, je trouve. Sinon, je suis célibataire et je le vis plutôt mal.

Informations supplémentaires ici.


Je n'avais pas le moindre doute quant à son état. Adam allait très bien, tout comme moi. Enfin, à peu de chose près. Comme je le disais, de l'eau avait coulé sous les ponts en vingt ans. Je me doutais bien qu'il n'était pas resté figé sur notre rupture d'adolescents. Si je lui présentais mes excuses après tout ce temps, c'était simplement pour refermer une boucle pleine de remords… L'une de celle qui vous empêche de faire la paix avec vous-même. Et puis, peut-être qu'il avait besoin de ça… Ceci pouvant expliquer le malaise persistant en ma présence.

Adam les accepta sans difficulté. Il se montra même plutôt rassurant, usant même d'humour pour dédramatiser la situation. Je ne pus m'empêcher de rire en l'entendant me menacer de venir casser mes craies.

Il me parla ensuite de la manière dont il avait vécu mon départ et je m'en voulus davantage. Je m'étais montrée tellement stupide et égoïste envers lui… Il avait ensuite commencé la boxe pour se défouler. J'espérais ne pas en être la cause… surtout en apprenant la suite et le fait qu'il n'aimait pas ça. Ses parents se sont toujours montrés distants envers lui. Je ne doutais pas de leur amour pour leur fils, seulement… Je ne comprenais pas pourquoi ils avaient autant d'attentes envers lui.

Je suis désolée de l'apprendre… soupirais-je tout en baissant les yeux sur ma tasse.

– Mais… pourquoi tu ne m’as jamais écris ou même téléphoné?

C'était une autre époque. Nous n'avions pas internet et les appels longue distance coûtaient extrêmement cher. Les appels étaient tout bonnement exclus… Quant aux lettres… dis-je en prenant une grande inspiration. Je t'en ai écrit des dizaines en réalité. Je suis retombée dessus à mon emménagement et j'étais même surprise de les avoir gardée. Je n'ai jamais trouvé le courage de te les envoyer et ensuite… Le temps a filé et c'était "trop tard".

Je lui souris avant de baisser de nouveau les yeux.

J'étais très amoureuse de mon petit ami de l'époque figure-toi… C'est juste que lui parler de ce déménagement, lui dire adieu, rompre avec lui… C'était au-dessus de mes forces. Je savais que si je lui en avais parlé, il aurait voulu qu'on s'essaie aux relations longue distance… Et je savais aussi que l'on aurait fini par s'éloigner quand même. Je me sens très stupide de l'avouer… Mais je ne voulais tout simplement pas te dire adieu.

Je relevais les yeux, juste un instant… J'étais morte de honte.

C'était la logique d'une gamine de quinze ans. Je sais très bien que c'était stupide. Après tout, on sait tous les deux que les amourettes d'adolescents ne sont pas faites pour durer. On se serait forcément séparés à un moment ou à un autre. Mais je ne pensais pas comme ça à l'époque.

Ce déménagement à l'autre bout du pays, dans une ville trop grande et trop bruyante pour moi, je l'ai longtemps fait payer à mes parents.

Après ça, je me suis mise à traîner avec les mauvaises personnes. J'étais très en colère… Alors je me suis faite percer, tatouer. J'ai bu, je me suis droguée… J'ai fait tout un tas de conneries qui n'annonçaient rien de bon pour moi. Mes parents étaient très inquiets… Ils m'ont envoyé dans un centre où ils utilisaient l'art thérapie… Et ça m'a fait beaucoup de bien. Ensuite je suis rentrée en école d'art…



Disney lover
Messages : 418
Date d'inscription : 05/07/2020
Région : Québec
Crédits : Groovyicons (tumblr)

Univers fétiche : Réel
Préférence de jeu : Les deux
Code lyokko
https://www.letempsdunrp.com/t5943-mon-monde-et-leur-multiverse https://www.letempsdunrp.com/t5924-le-monde-fantastique-du-rp#120239 https://www.letempsdunrp.com/t6103-le-chaudron-a-idees https://www.letempsdunrp.com/t3994-parce-que-si-le-rp-payait-je-serais-riche
Disney lover
Sam 30 Sep - 22:07

Adam Collins
J'ai 35 ans et je vis à McCall, USA. Dans la vie, je suis coach de boxe et proprio de mon gym et je m'en sors de justesse. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et papa et je le vis plutôt moyen.

Adam est un homme de 35 ans et père d'un fils de 5 ans nommé Max. C'est un homme doux, bon et gentil. Très protecteur envers son fils, il essaie de le protéger le plus possible des aller-retour de sa mère qui part pour des raisons super débiles. (promotion, besoin de voir autre chose, envie de vivre sa vie....) Cependant Adam sait que c'est pour des hommes qu'elle fait ça. Propriétaire d'un gym, il enseigne la boxe aux gamins paumés de son quartier. Pour avoir le moins de dépenses possibles, il a un grand appart au-dessus de son gym. C'est un homme un peu (beaucoup) orgueilleux. Il ne demande pas ou peu d'aide préférant ne rien devoir à personne. Ancien boxeur semi-pro, il n'aime pas trop parler de sa vie d'avant car il ne faisait pas ceci pour lui mais pour ses parents qui voyaient en lui le poulain prometteur. Depuis qu'il a arrêté, il ne parle presque plus à ses parents.

Max, mon fils, mon microbe
Maybe a new start? ft Arthécate - Page 2 F28f62ed6f498c0b8c03eb1090f03ed885179652
Je sais pourquoi les excuses et je les appréciaient vraiment mais comme tout adulte, j’avais fait ma vie et puis c’était le passé. Cependant, je comprenais aussi pourquoi Jane le faisais. Je me lançai dans mon propre récit, oui je l’avais mal prit et j’avais été complètement perdu et comme mes parents étaient plus souvent à leur boulot, ma peine d’amour leur passer sous le nez. C’est dur de se relever quand ceux qui sont supposé vous supporter, ne sont même foutu de voir que je n’allais pas bien. Enfin je continuais en disant que j’avais commencé la boxe pour attirer leur attention et qu’il me fallait aussi un exutoire. La boxe était surtout pour qu’ils remarquent les coups que je mangeais mais non. Ils ont réagit quand mon coach leur a dit que j’avais un avenir prometteur. En gros: Des rêves de richesse pour eux. Quand elle me dit qu’elle était désolée de l’apprendre, je haussai une épaule. Ce n’était pas grave, je m’en étais plutôt pas mal sorti en fait. Mais j'étais surtout curieux de savoir pourquoi elle n’avait jamais pris contact avec moi.

Je comprenais pour l’internet qui n’était pas accessible à tous et les longues distances aussi étaient coûteuses, cependant quand elle dit qu’elle avait écrit des lettres, mon regard se planta dans le sien. Elle m’avait écrit des lettres? Je me montrai soudainement très attentif et mon petit coeur accéléra son rythme et un peu plus à la suite de sa confession. C’est sûr que gamins comme on étaient, on se serait promis mille choses mais juste de savoir où elle était peut-être aurais-je été capable d’aller la voir, lui rendre visite. Je lui souri doucement quand elle releva la tête vers moi.

- Ce n’était pas stupide Jane. Puis il y a des amours d'adolescents qui durent toute une vie.

Je lui fis un petit sourire rassurant. On ne pouvait pas refaire le passé, mais on pouvait bien construire le présent non? Elle continua en disant qu’elle avait traîné avec les mauvaise personnes et qu’elle avait prit la pente descendante et que ses parents, que j’ai toujours trouvé cool. l’avait envoyé en centre et qu’elle avait fait l’école d’art. Je fis un petit sourire en me disant que c’était même étonnant qu’elle n’ai pas prit l‘art bien avant.

- Tu a toujours été douée en art en fait. Mais je suis content que tu es pris cette direction, mon fils a un des livres que tu as illustré et en prime tu es revenue dans son école. Puis là assise dans ma cuisine, comme quoi…

Je lui souris doucement finissant par me mordre la lèvre.

- J’ai revu Cheryl quand je commençais ma carrière dans le semi-pro. Elle aussi me voyait déjà au top et mener la vie de princesse un peu comme Rocky Balboa. Je… je pense que je l’ai aimé. Au début du moins, le temps que j’étais boxeur. Après quand elle est tombé enceinte, je poussai un soupir, je ne me voyais pas faire ça toute ma vie et Mr. Robbins voyait bien que je ne le faisais pas par passion. Donc j’ai tout arrêté juste avant de signer professionnel.

Je me levai et nous remis du café dans nos tasses. Je restai silencieux le temps de mettre sucre et lait dans mon café.

- Elle a hurlé quand je lui ai dit que j’abandonnais tout. J’ai fait la sourde oreille, j’ai acheté ce gym avec l’argent que j’avais eu de mes sponsors. Et là je ne te dit même pas la crise qu’elle a fait quand elle a su qu’on allait habiter ici. dis-je en riant doucement en secouant la tête, mais je tentais de bien faire les choses. J’ai plié à plusieurs de ses caprices et quand Max est venu au monde… C’était le plus beau jour de ma vie et je me suis juré, que je ne lui ferais pas connaître la vie que j’avais eu.

Bon en fait elle avait été pas mal ma vie. Mes parents avaient quand même un max de blé je ne suis pas à plaindre. Mais pour eux, la réussite passait par le fric alors autant dire que pour eux, je n’étais pas dans leur bonnes grâces en ce moment.

- Pendant deux ans, j’ai géré un copine qui était une princesse, n’aimait pas son enfant quand il était grognon, pleurnichard, qui ne faisait pas ses nuits… tu sais le truc normal d’un bébé quoi. J’en ai passé des jours et des nuits à me promener pour le calmer. Puis au bout de deux ans, quand le gym commençait à fonctionner, elle est parti avec Max qui… qui ne comprenait pas. Depuis… il fait des allers-retour entre moi et sa mère qui…. qui rêve encore d’une vie de princesse.

Hé merde… je venais de plomber l’ambiance mais à un point que je ne sais même pas si je pourrais relever la soirée. Je passai une main dans mes cheveux , en me mordant la lèvre soudainement mal à l’aise.

- Excuse-moi, je ne voulais pas plomber l’ambiance. En fait, tu sais tout le monde ce demandait ce que je pouvais bien faire avec elle, même moi je me le demande encore. Cependant, même l’école sait quand c’est moi qui se pointe c’est que Cheryl a quitté la ville pour on ne sait combien de temps.

Je fouillai le regard de la jeune femme un moment et finit par lui faire un sourire en coin.

- Je suis content de te revoir Jane et qu’on puisse se parler… enfin plus que quelques mots. Je peux te faire une confession? dis-je en plissant les yeux

Quand elle me donna son accord, je me levai avec ma tasse et lui fit signe de me suivre au salon. Je fouillai dans le haut de la bibliothèque et en sortit deux albums bien usés et écornés.

- Toi tu écrivais des lettres et moi… j’ouvris l’album, je regardais nos photos.

Je la laissai regarder les photos en posant ma tasse sur la table basse, et à me voir… j’étais tout maigre! Pas laid mais tellement mince mais Jane… elle était toujours jolie. Toujours belle, lumineuse, légère… elle était une bouffée d’air frais en fait. Je l’aimais comme un fou et oui elle je me serrais fendu en quatre pour elle, j’aurais marché sur les mains si elle me l’avais demandé. J’aurais parcouru la distance sur les charbons ardents juste pour ce sourire là.

- Moi aussi j’étais très amoureux de ma copine et même si elle est parti et que je n’ai pas tout compris, je penses que je ne lui ai jamais vraiment dit adieu. Peut-être dans un coin de mon coeur j’espérais la revoir…

Euh… ok… Et pourquoi soudainement j’étais si assuré? Enfin, j’en avais l’air. Il y avait toujours le risque qu’elle me rejete, me rit à la gueule, ou me dise que j’étais déplacé. Quoiqu’il en soit, j’avais quand même réussi à lui dire ça presque en tenant ma respiration.
Arthécate
Messages : 1325
Date d'inscription : 14/07/2023
Crédits : Lorène Barioz

Univers fétiche : Med-Fan, même si je peux jouer sur n'importe quel contexte
Préférence de jeu : Femme
Totally Spies
https://www.letempsdunrp.com/t5885-petites-idees-en-vrac https://www.letempsdunrp.com/t5870-salut-c-est-moi
Arthécate
Dim 1 Oct - 11:59

Jane Wilson
J'ai 35 ans et je vis à McCall, USA. Dans la vie, je suis illustratrice et professeur d'Art plastique et je m'en sors plutôt bien, je trouve. Sinon, je suis célibataire et je le vis plutôt mal.

Informations supplémentaires ici.



– Ce n’était pas stupide Jane. Puis il y a des amours d'adolescents qui durent toute une vie.

Oui, sans doute. Mais ce genre de choses était tellement rare que je ne pouvais me le figurer dans notre cas. Sans parler de mes parents qui, sitôt éloignés, m'avaient expliqué à quel point notre relation était vouée à l'échec. Je comprenais aujourd'hui, mais pas à l'époque. J'étais jeune et amoureuse. À cet âge-là, on ne réfléchit pas vraiment, on rêve, on espère, on croit. Et pour ma part, j'étais persuadée qu'Adam était l'amour de ma vie. Il ne m'en fallait pas plus pour le placer sur un piédestal, le comparant sans cesse aux garçons qui l'avaient précédé… Me donnant ainsi de multiples raisons de rompre avec eux. Ce schéma, je l'ai répété pendant trois ans. Les garçons qui me plaisaient n'étaient jamais assez gentils, jamais assez drôles, jamais assez… Adam.

– Tu a toujours été douée en art en fait. Mais je suis content que tu aies pris cette direction, mon fils a un des livres que tu as illustré et en prime tu es revenue dans son école. Puis là assise dans ma cuisine, comme quoi…
– J'étais douée en dessin. Je savais reproduire ce que je voyais. Mais, crois moi, ça n'a rien à voir avec l'art de manière générale. Quand tu façonnes une œuvre, c'est toi que tu livres. Tu ne reproduis rien, tu t'exposes, entièrement.

Même les petites illustrations qui me faisaient vivre ne correspondaient en rien au terme "art". Il s'agissait de commandes consistant à dresser sur papier la vision de quelqu'un d'autre. Cela n'avait strictement rien à voir avec les tableaux que je peux peindre parfois.

Je terminais mon récit tranquillement, essayant de lui expliquer, au mieux, ce qui s'était passé dans ma petite tête de gamine à l'époque. Puis ce fut à son tour de me conter son histoire… Il me parla de sa relation avec la princesse Cheryl, cette fille qui rêvait de grandeur et de lumière sans avoir à fournir le moindre effort. Il évoqua ses sentiments, sa grossesse, son changement de vie. Il me servit ensuite une nouvelle tasse de café que j'observais en me demandant comment je pourrais dormir après tout ça.

Visiblement, Cheryl n'avait pas apprécié ce changement dans sa vie… Le fait qu'Adam décide de ranger ses gants pour mener une vie plus simple et moins risquée pour prendre soin de sa famille…En soi, je trouvais qu'il s'agissait-là d'un choix tout à fait logique et raisonnable, plus particulièrement quand on déteste ce que l'on fait… Mais cette nouvelle vie, ce nouvel environnement, n'était pas assez bien pour Cheryl… Elle qui courait après la gloire, la richesse et la grandeur se retrouvait à vivre dans un petit appartement au-dessus d'une petite salle de sport dans une petite ville. On est vraiment loin des strass et des paillettes Puis la naissance de Max vint tout changer.

On m'a toujours dit qu'on ne naît pas parent, on le devient. Cette phrase peut évidemment paraître logique quand on la regarde telle qu'elle est, sans chercher à voir son fond, mais la vérité est bien plus subtile. L'instinct maternel n'existe pas vraiment, en tout cas, pas chez toutes les femmes. Certaines font l'erreur d'idéaliser leur bébé, au point de l'imaginer tel qu'il est représenté sur les photos… On oublie leurs besoins, les étapes douloureuses qu'ils ont à traverser dès le plus jeune âge… Je trouve ça bien dommage. Néanmoins, n'ayant pas d'enfant, je ne peux pas me permettre de juger Cheryl. Peut-être me serais-je montrée toute aussi dépassée par les évènements qu'elle…

En tout cas, même si l'entente entre ses parents restait compliquée, Max pouvait compter sur son père et ça, c'était une chance.

J'écoutais toute cette histoire en silence, ne sachant que dire. Je me sentais bien évidemment désolée pour Adam, même si je trouvais qu'il se débrouillait très bien, malgré tout.

– Excuse-moi, je ne voulais pas plomber l’ambiance. En fait, tu sais, tout le monde se demandait ce que je pouvais bien faire avec elle, même moi je me le demande encore. Cependant, même l’école sait quand c’est moi qui se pointe, c'est que Cheryl a quitté la ville pour on ne sait combien de temps.
Je ne me pose pas ce genre de question en réalité, dis-je en haussant un sourcil perplexe. Personne n'a le droit de te juger pour ça et encore moins de formuler un avis, quel qu'il soit. Puis, peu importe ce que vous avez vécu tous les deux, cela a tout de même mené à la naissance d'un adorable petit garçon. N'est-ce pas le principal ?

Pour ceux qui croient au destin, ce que je viens de dire a forcément du sens. Cheryl et Adam n'étaient peut-être pas fait l'un pour l'autre, mais ils étaient destinés à devenir les parents de Max. A dire vrai, je trouvais ce genre de pensée rassurante. Il est bien plus simple de se montrer objectif lorsque l'on pense que rien n'arrive sans raisons… Qu'elle soit positives, ou non.

– Je suis content de te revoir Jane et qu’on puisse se parler… enfin plus que quelques mots. Je peux te faire une confession? Me demanda-t-il tout en affichant une mine des plus intrigantes.

Une confession ? Rien que ça ? raillais-je gentiment. Bien-sûr, je t'écoute.

Mais à première vue, il ne s'agissait pas d'une confession orale, puisqu'il m'invita à le suivre jusqu'au salon. Là, il se dirigea vers sa bibliothèque pour en tirer deux livres … Des albums photos qui semblaient plutôt âgés. Intriguée, je m'approchais tout naturellement pour essayer de comprendre de quoi il s'agissait…

– Toi tu écrivais des lettres et moi… je regardais nos photos, dit-il en ouvrant le premier album.

Nos photos ? Il les avait vraiment gardées pour en faire des albums ? Je ne me serais jamais attendue à ça… J'observais chacune des photos ainsi rassemblée avec beaucoup d'émotion. Nous étions si jeunes… de vrais bébés pleins d'insouciance. Des sourires, des grimaces, des baisers… Il y a avait de tout sur ces photos pleines de souvenirs heureux. Je ne saurais dire ce qui m'émouvait le plus entre revoir ces images après tant d'années ou de constater qu'il les avait si précieusement gardées.

– Moi aussi j’étais très amoureux de ma copine, me dit-il sans ciller. Et même si elle est partie et que je n’ai pas tout compris, je pense que je ne lui ai jamais vraiment dit adieu. Peut-être dans un coin de mon cœur j’espérais la revoir…

Je dus m'asseoir, l'album ouvert sur les genoux. Mon cœur se mit à battre si rapidement que cela me surpris.

Et … Tu n'es pas trop déçu ? lui demandais-je en souriant. Je veux dire … Je ne suis plus cette gamine, même si j'ai adoré être elle… Cela fait si longtemps maintenant. J'ai même presque oublié…

J'étais si heureuse à cette époque. Tout semblait si simple, si naturel… Tout était si différent aujourd'hui…

Tu n'es plus lui non plus, dis-je, les yeux plongés dans son regard d'acier. Je me sentis rougir et baissais aussitôt les yeux. Je ne savais pas comment interpréter ses paroles. Je refusais de m'emballer bêtement sans savoir… C'est loin tout ça … N'est-ce pas ?



Disney lover
Messages : 418
Date d'inscription : 05/07/2020
Région : Québec
Crédits : Groovyicons (tumblr)

Univers fétiche : Réel
Préférence de jeu : Les deux
Code lyokko
https://www.letempsdunrp.com/t5943-mon-monde-et-leur-multiverse https://www.letempsdunrp.com/t5924-le-monde-fantastique-du-rp#120239 https://www.letempsdunrp.com/t6103-le-chaudron-a-idees https://www.letempsdunrp.com/t3994-parce-que-si-le-rp-payait-je-serais-riche
Disney lover
Dim 1 Oct - 15:52

Adam Collins
J'ai 35 ans et je vis à McCall, USA. Dans la vie, je suis coach de boxe et proprio de mon gym et je m'en sors de justesse. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et papa et je le vis plutôt moyen.

Adam est un homme de 35 ans et père d'un fils de 5 ans nommé Max. C'est un homme doux, bon et gentil. Très protecteur envers son fils, il essaie de le protéger le plus possible des aller-retour de sa mère qui part pour des raisons super débiles. (promotion, besoin de voir autre chose, envie de vivre sa vie....) Cependant Adam sait que c'est pour des hommes qu'elle fait ça. Propriétaire d'un gym, il enseigne la boxe aux gamins paumés de son quartier. Pour avoir le moins de dépenses possibles, il a un grand appart au-dessus de son gym. C'est un homme un peu (beaucoup) orgueilleux. Il ne demande pas ou peu d'aide préférant ne rien devoir à personne. Ancien boxeur semi-pro, il n'aime pas trop parler de sa vie d'avant car il ne faisait pas ceci pour lui mais pour ses parents qui voyaient en lui le poulain prometteur. Depuis qu'il a arrêté, il ne parle presque plus à ses parents.

Max, mon fils, mon microbe
Maybe a new start? ft Arthécate - Page 2 F28f62ed6f498c0b8c03eb1090f03ed885179652
C’est peut-être stupide de croire que notre relation aurais durer toute une vie, surtout jeune comme nous étions mais… pourquoi pas? Je sais que quelque part je tentais de retrouver Jane dans mes copines. Pas que j’en ai eue des masses mais j’ai bien tenté de voir si elle était aussi lumineuses, joyeuses, un esprit libre et qui voyaient la vie autrement et… non. Peut-être même que j’espérais le voir en Cheryl qui sait? C’était con, stupide même mais… bon j’étais peut-être trop optimiste aussi. Même quand elle me rectifia sur son art, elle me fit sourire doucement. Ouais bon elle reproduisait bien alors. C’était déjà mieux que moi qui peinais à faire un bonhomme allumette. Je la laissai terminer son récit, attentif alors que je me lançais dans le mien. Pas super jojo mais elle en était rien responsable de la suite. C’était même logique vu comment était Cheryl à l’époque… Il y avait de minces chances que ça change en vieillissant. Elle avait toujours tenté de chercher celui qui la sortirait de ce bled perdu alors qu’elle n’avait qu’à déménager. En même temps… j’espérais qu’elle ne le fasse pas sinon j’allais encore moins voir Max que maintenant. Je me doutais bien qu’elle allait me péter une crise avec mon changement de vie et c’est ce qui m’avait fait hésiter énormément à l’époque alors quand elle a vu le petit appartement alors là! J’avais droit à la crise de princesse du siècle et tout les trucs moches qu’elle disait en ville. Que je l’enfermais dans cette ville, que je ne l’aimais pas assez pour continuer ma carrière et bla bla bla… Heureusement Mr. Robbins vint à ma rescousse en lui parlant sévèrement et ainsi taire les rumeurs qui auraient pu courir sur mon compte.

Même quand elle a apprit qu’elle était enceinte elle en avait fait tout un plat disant qu’elle perdrait sa taille de jeune fille. Oui elle avait quand même eu un soupçon d’instinct maternel… quand Max était le bébé calme, souriant et rieur et qu’elle allait se pavaner en ville mais quand il pétait une crise alors là, elle me foutait dans les bras en me disant de le faire taire. Je ne sais pas si elle même un jour penser à être mère. De ce fait je m'excusais à Jane d’avoir plombé l’ambiance en disant que tout le monde c’était posé la question sur ma relation avec elle. Je fus surpris de sa réponse. Elle était bien une des seules qui ne m’arrivait pas avec la question “Mais pourquoi elle Adam?” et qu’encore une fois je n’aurais pas su quoi répondre. Je souris doucement en l’entendant, quand je vous dis qu’elle voyait les choses différemment!

- En effet, c’est le principal. Merci…

Merci de ne pas poser ZE question. Merci de remettre les choses dans le bon ordre. Merci juste d’être toi. Quelque part ça m’avait manqué ça, son souffle de fraîcheur. Oui bon j’avais des potes mais une fois un peu alcoolisé, on revenait sur cette ancienne relation de la mère de mon fils. Parfois je ne disais rien, d’autre j’apprenais la raison de son départ, d’autres fois… je me levais simplement marre de remuer ce truc. Alors pour alléger la soirée que je venais de faire planter joyeusement, je lui demandais si je pouvais lui faire une confessions. Je hochai la tête et tirai deux albums de ma bibliothèque en ouvrant le premier. Je la laissai regarder en tournant les pages. C’était l’innocence et l’insouciance à l’état pure sur ces pages. Mais combien de fois j’avais rêvassé d’un futur? Combien de nuit je m’étais endormi avec la tête pleine d’images? C’est avec une certaine assurance que je lui dit que moi non plus je n’avais jamais dit adieu à petite amie que j’aimais follement. Lui avouant même que peut-être dans un coin de mon coeur j’espérais la revoir. Quand elle me demanda si je n’étais pas trop déçu je fronçai légèrement des sourcils. Pourquoi je le serais? J’étais même plutôt content de la revoir… une fois que l’effet de surprise eu passé. Lentement je pris place à ses côtés après qu’elle eut fini de parler et je souris doucement en voyant le rose sur ses joues.

- Pourquoi je serais déçu? Je dis pas que je n’ai pas été surpris mais déçu non. Pas du tout même. Je sais que tu n’es plus exactement cette gamine, comme je ne suis plus exactement ce gamin. On a vingt ans qui a coulé sous les ponts, on a eut des épreuves mais on est encore là.

Ce n’est pas elle qui croyait à la destinée jadis? Elle ne devait pas être très loin cette gamine quand même!

- Ce n’est pas si loin. Je me rappelle d’une fille qui croyait dur comme fer à la destinée. Que si deux personnes devaient se rencontrer et être ensemble c’était pour une raison. Comme ce que tu m’as dit pour Cheryl et moi qui a donné Max. Alors… est-ce que c’est loin? Je ne pense pas. Peut-être y a-t-il une raison que tu sois revenue à McCall. Peut-être y a-t-il une raison que cet après-midi là j’ai accepté d’aller sur la place avec Max…

Je fouillai ses iris bleus et me passai une langue sur les lèvres.

- Puis… peut-être y a-t-il une raison pour que tu aies acceptée de rester encore un peu. Je… Ça te dirais que… enfin… qu’on se voit quelquefois? Je veux dire… en-dehors de l’école ou de mon gym? Des rencards en quelques sortes…

Ah ben voilà! Comme un gamin je bafouillais encore la seconde où je voulais un rencard avec elle. Dire qu’à 15 ans ça m’avait demandé des semaines à lui proposer d’aller à la danse de l’école et là je cherchais mes mots pour qu’on se voit un peu pour… pour je ne sais pas. Un nouveau départ peut-être…
Arthécate
Messages : 1325
Date d'inscription : 14/07/2023
Crédits : Lorène Barioz

Univers fétiche : Med-Fan, même si je peux jouer sur n'importe quel contexte
Préférence de jeu : Femme
Totally Spies
https://www.letempsdunrp.com/t5885-petites-idees-en-vrac https://www.letempsdunrp.com/t5870-salut-c-est-moi
Arthécate
Dim 1 Oct - 16:11

Jane Wilson
J'ai 35 ans et je vis à McCall, USA. Dans la vie, je suis illustratrice et professeur d'Art plastique et je m'en sors plutôt bien, je trouve. Sinon, je suis célibataire et je le vis plutôt mal.

Informations supplémentaires ici.


Oui, on est encore là, rétorquais-je tout en observant une photo de ces nous bien plus jeunes, grimaçant, les cheveux, les visages et vêtements couverts de peinture. Je ne pus m'empêcher de sourire en me remémorant cette après-midi de paint-ball.

Il me parla alors de cette notion de destin, celle qui nous avait jadis poussés dans divers débats plus ou moins animés. Tout ce qu'il m'exposa alors me poussait vers lui. Mon retour, nos retrouvailles devant la gare, le fait que je sois restée… Et puis, je me retrouvais de nouveau devant cet ado timide qui bafouillait de la même manière lorsqu'il m'avait invité, pour la toute première fois, deux décennies plus tôt.

Hm… soufflais-je avant de repousser l'album sur le côté pour me relever.

Je me plaçais devant lui, l'observant un instant en silence… Avant de venir doucement cueillir un baiser sur ses lèvres. Je ne veillais néanmoins à ne pas m'attarder, cherchant simplement à comprendre si c'était bel et bien là qu'il voulait en venir… Nous n'avions plus quinze ans. Nous n'étions plus dans l'âge où l'on pouvait longtemps tourner autour du pot jusqu'à s'y perdre. Mais même si ce baiser fut des plus bref, il su éveiller de nombreuses émotions chez moi...

Ça me dirait, oui. répondis-je en m'éloignant.



Disney lover
Messages : 418
Date d'inscription : 05/07/2020
Région : Québec
Crédits : Groovyicons (tumblr)

Univers fétiche : Réel
Préférence de jeu : Les deux
Code lyokko
https://www.letempsdunrp.com/t5943-mon-monde-et-leur-multiverse https://www.letempsdunrp.com/t5924-le-monde-fantastique-du-rp#120239 https://www.letempsdunrp.com/t6103-le-chaudron-a-idees https://www.letempsdunrp.com/t3994-parce-que-si-le-rp-payait-je-serais-riche
Disney lover
Dim 1 Oct - 18:22

Adam Collins
J'ai 35 ans et je vis à McCall, USA. Dans la vie, je suis coach de boxe et proprio de mon gym et je m'en sors de justesse. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et papa et je le vis plutôt moyen.

Adam est un homme de 35 ans et père d'un fils de 5 ans nommé Max. C'est un homme doux, bon et gentil. Très protecteur envers son fils, il essaie de le protéger le plus possible des aller-retour de sa mère qui part pour des raisons super débiles. (promotion, besoin de voir autre chose, envie de vivre sa vie....) Cependant Adam sait que c'est pour des hommes qu'elle fait ça. Propriétaire d'un gym, il enseigne la boxe aux gamins paumés de son quartier. Pour avoir le moins de dépenses possibles, il a un grand appart au-dessus de son gym. C'est un homme un peu (beaucoup) orgueilleux. Il ne demande pas ou peu d'aide préférant ne rien devoir à personne. Ancien boxeur semi-pro, il n'aime pas trop parler de sa vie d'avant car il ne faisait pas ceci pour lui mais pour ses parents qui voyaient en lui le poulain prometteur. Depuis qu'il a arrêté, il ne parle presque plus à ses parents.

Max, mon fils, mon microbe
Maybe a new start? ft Arthécate - Page 2 F28f62ed6f498c0b8c03eb1090f03ed885179652
Les yeux sur une photo de nous au paintball, je lui dis que malgré tout, malgré le temps et les épreuves on était encore là. L’un devant l’autre alors que nos destins semblaient vouloir nous lier encore une fois. Je luis remettais tout un peu en perspective. Si elle était de retour c’était pour une raison, si moi j’étais sur la place à ce moment il y avait une raison aussi. Peut-être que le destin nous a fait nous séparer quelques années pour qu’on prennent de l’expérience et que nous nous retrouvions plus mature et que nous profitions enfin d’une relation ensemble? J’en sais trop rien mais ce que je savais c’est que je voulais la revoir, dans un autre contexte que l’école ou le gym. Oui bon j’aurais aimé le faire sans bafouiller au trois secondes mais bon… c’était ainsi il faut croire. Je la vis se lever, mon regard la suivant en me disant que j’avais merdé, elle allait refuser. En la voyant se planter devant moi, la tête lever vers elle, je me dis que j’allais me prendre un baffe et… non. Elle vint m’embrasser, pas longtemps, l’instant d’un souffle. Trop peu pour que j’en profite vraiment mais assez long pour que je comprenne que c’était un oui. Je fis un sourire ravi à sa réponse mais quand elle s’éloigna, je la retint par la main.

Lentement je me levai du canapé mon regard dans le sien et la tirai à moi doucement. Mon coeur martelait ma poitrine tellement fort qu’il semblait faire un solo de tambour à lui seul. doucement une main se glissa sur sa joue, ses cheveux chatouillant ma main au passage. tout semblait au ralenti et je m’étais retenu de l'embrasser de peur qu’elle me repousse. Je fini par poser mes lèvres aux siennes, beaucoup plus longtemps qu’elle l’avait fait. Ma main tenait toujours la sienne comme si j’avais peur qu’elle ne s’évapore ou pour m’assurer que je ne rêvais pas. Je goûtais ses lèvres avec plaisir, jouait avec sa langue doucement. Un moment qui me parut une éternité mais qui avait dû être un souffle dans le temps. Je me détachai lentement, ouvrant les yeux aussi lentement pour me plonger dans son regard. Ses joues étaient rouges et brûlantes ce qui me fit sourire tendrement.

- Je t’ai toujours trouvé mignonne quand tu rougissait comme ça…

Mon pouce caressa sa joue ronde et Dieu que j’aurais aimé avoir le pouvoir d’arrêter le temps en ce moment!

- Bien… si tu n’as rien samedi on pourrait aller manger ensemble ensuite… bien on verra.

Demander à Mr. Robbins s’il veut garder Max, rassurer mon fils mille fois pour ne pas qu’il croit que je l’abandonne, me trouver une tenue convenable… Ouais sinon je pense que ça peut se faire.
Arthécate
Messages : 1325
Date d'inscription : 14/07/2023
Crédits : Lorène Barioz

Univers fétiche : Med-Fan, même si je peux jouer sur n'importe quel contexte
Préférence de jeu : Femme
Totally Spies
https://www.letempsdunrp.com/t5885-petites-idees-en-vrac https://www.letempsdunrp.com/t5870-salut-c-est-moi
Arthécate
Dim 1 Oct - 19:57

Jane Wilson
J'ai 35 ans et je vis à McCall, USA. Dans la vie, je suis illustratrice et professeur d'Art plastique et je m'en sors plutôt bien, je trouve. Sinon, je suis célibataire et je le vis plutôt mal.

Informations supplémentaires ici.


Rendu plus vif par l'émotion, son regard d'acier me captura à l'instant même où ses yeux rencontrèrent les miens. Il ne me laissa pas m'éloigner, même si je ne cherchais pas vraiment à lutter. Ce nouveau baiser, je le désirais tout aussi ardemment que lui. Mon cœur, ce petit malin, se mit à battre encore plus fort. Martelant si vivement contre ma poitrine que je le crus capable de rejoindre le sien. J'accueillis ses lèvres avec tendresse, répondant à ce baiser avec tous les sentiments que j'avais pris soin d'étouffer pendant vingt ans… Deux décennies s'étaient écoulées et pourtant je n'avais rien oublié de cette douce sensation… Ses lèvres appelaient les miennes qui répondirent avec plaisir, au même titre que ma langue.

– Je t’ai toujours trouvé mignonne quand tu rougissais comme ça, me dit-il, sa main toujours posée sur ma joue.
C'est donc pour ça que tu fais toujours tout pour me faire rougir, raillais-je gentiment. Je comprends mieux maintenant.
– Bien… si tu n’as rien samedi on pourrait aller manger ensemble ensuite… bien on verra.
Samedi ? Hm… fis-je mine de réfléchir. Il faudrait que je vérifie dans mon agenda… J'ai peut-être des dispositions en mai…

Je plaisantais, bien-sûr. Cela ne faisait aucun doute. J'aimais le taquiner presque autant qu'il aimait me faire rougir. Désireuse de profiter encore un peu de sa présence avant de partir, je vins alors me blottir dans ses bras, savourant son parfum. Il sentait la sueur et le fromage. Ce n'était peut-être pas le meilleur parfum du monde, mais c'était le sien et je me trouvais bien heureuse de pouvoir en profiter.

Bien, monsieur Collins. Je pense qu'il est grand temps pour moi de partir, lui dis-je en souriant. On se verra peut-être demain, à l'école.



Contenu sponsorisé
Maybe a new start? ft Arthécate
Page 2 sur 28
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 15 ... 28  Suivant
Sujets similaires
-
» ezekiel ∇ oh take me back to the start.
» i'm going back to the start (sunrise)
» Hell on wheels ft. Arthécate [/!\ -18]
» You sort of start thinking anything’s possible if you’ve got enough nerve.
» A fresh start isn't a new place its' a new mindset ft. Slyve

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: