Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues qui tu veux, quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
» Inspire-moi {+18}
Ruthless Creatures (tw en description + 1er poste) EmptyAujourd'hui à 17:03 par Elwin

» En attendant l'hiver
Ruthless Creatures (tw en description + 1er poste) EmptyAujourd'hui à 16:46 par Arthécate

» Funambule feat Manhattan Redlish
Ruthless Creatures (tw en description + 1er poste) EmptyAujourd'hui à 16:21 par Manhattan Redlish

» Elle attendait, comme on attend à la gare. Que quelqu'un arrive, que quelqu'un la répare… (ft Laecca)
Ruthless Creatures (tw en description + 1er poste) EmptyAujourd'hui à 15:11 par Laecca

» hope it gives you hell
Ruthless Creatures (tw en description + 1er poste) EmptyAujourd'hui à 15:04 par Lojzo

» a little bit of hell, but she got me in heaven (Clionestra)
Ruthless Creatures (tw en description + 1er poste) EmptyAujourd'hui à 14:29 par tillmidnight

» La Gaufre une fois!
Ruthless Creatures (tw en description + 1er poste) EmptyAujourd'hui à 13:49 par Nemo

» Tout le bleu du ciel [Clionestra]
Ruthless Creatures (tw en description + 1er poste) EmptyAujourd'hui à 13:40 par Nemo

» PRÉSENTATION ¬ quand c'est fini, c'est par ici
Ruthless Creatures (tw en description + 1er poste) EmptyAujourd'hui à 11:53 par LaGaufre

Le Deal du moment :
TV Led XIAOMI MI TV A2 50” 4K UHD Android TV
Voir le deal
329.99 €

LE TEMPS D'UN RP

Ruthless Creatures (tw en description + 1er poste)

KRWN
Messages : 53
Date d'inscription : 06/03/2023
Région : Une ville au Québec
Crédits : krwn création

Univers fétiche : City, romance, fantastique, surnaturel, action/dramatique, science-fiction. J'écris un peu de tout. Malgré que les sujets peuvent aller facilement vers un contenu sensible pouvant choquer certains lecteurs. Tels que la sexualité simple à détailler, la violence dont les détails peuvent choquer tout comme les troubles mentaux pouvant perturber le personnage ou celui de l'autre joueur. Mes protagonistes sont diversifiés.
Préférence de jeu : Les deux
Valise
https://www.letempsdunrp.com/t5544-les-personnages-de-krwn-en-cours https://www.letempsdunrp.com/t5546-repertoire-de-rp-krwn https://www.letempsdunrp.com/t5535-presentation-de-krwn
KRWN
Lun 13 Mar - 22:32
Le contexte du RP
Mise en situation

La situation

L’interdit, l’irraisonnable n’a jamais été aussi irrésistible.

Megara Lombardi était jusqu’à ce jour étudiante à l’une des plus grandes universités des États-Unis. Jusqu’au jour que son père disparait la laissant sans rien. Lui prenant tout ce qu’elle avait misde à côté. Le soir de son vingt-septième anniversaire, l’Italo-Américaine arrive devant sa porte d’appartement en ayant, comme un cadeau, un avis d’expulsion. Le seul membre de famille qu’il lui restait à son jour vient de disparaitre. Le peu d’économies qu’elle avait été pour réaliser son rêve de devenir pédiatre. Faisant face à la réalité d’une vie plus compliquée de ce qu’elle croyait. Pour rajouter un grain de sel. Son père laisse ses créanciers, des hommes de main, venir toquer à sa porte. Non seulement elle doit sortir d’ici deux jours en apportant le plus de choses dans un sac et une valise, mais il semblerait que cet alcoolo sans fin doit de l’argent à des mécréants. Abandonnant ses études, ses rêves et son souhait d’une vie prospère. Cette jeune femme de vingt-neuf ans prend ses touts le courage qu’elle possède pour rencontrer la personne qui est peut-être la cause de cette fuite. Son cœur d’enfant ne souhaite que retrouver ce géniteur pour le détruire. Elle est prête à payer le prix fort pour lui faire regretter ses souvenirs qui la hantent. Ceux d’un père étendu dans sa propre urine ou vomis, trop alcoolisés pour monter les marches, une enfant devant aller au poste pour faire sortir son père. Une adulte ayant grandi trop vite. Trop à son goût. Le 7 mars, jour de la pleine lune du corbeau, Megara débarque sur le pas de la porte du bar de cet individu. Sa véritable aventure ne fait que commencer. Quel meilleur moyen de trouver une solution ? Est-ce que celui lui ayant pris tout ce qu’elle avait de précieux est cet homme ? Combien doit vraiment son père ? Elle le sait. Elle le savait. Il en a toujours été ainsi. Elle ne le croyait pas qu’il en serait aujourd’hui ainsi. Sa vie vient de chambouler à jamais sous le regard de cet homme… Nikolai Boreiev. Elle pourrait lui échapper s’il n'avait pas ce contrat.

Point important:Nikolai Boreiev : Depuis des années, il est à la tête de la mafia russe de New York. Contrôlant le territoire d'une main de fer. Il cache son véritable visage derrière le rôle de proprio son bar de danseuses nu.


Les TW'S a écrit:
Ce sujet contiendra des mentions de nudité, sexualité, alcool, langage vulgaire, misogynie, violence conjugale, agression, viol (discuté), attouchement sexuel, différence d'âge, violence, mention de dette, vente humaine (contrat), mafia, drogue, sang, gore, féminicide, cadavre, suicide, arme à feu, emprisonnements, drogue, vomissement, travail du sexe, meurtre, accident de la route, couteaux, menace, spécisme, âgisme, slutshaming, victimblaming, putophobie, tentative de suicide, peine de mort, pendaison, mutilations, travail forcé, psychophobie, bodyshaming, culture du viol, aiguille, séquestration, validisme, vomissement, proxénétisme, kidnapping, maladie, lames, harcèlements sexuels, voyeurisme, classisme, avortement forcé, décès, violence familiale,syndrome de Stockholm.
Contexte provenant d'un ancien rp discord que nous reprenons de A à Z
KRWN
Messages : 53
Date d'inscription : 06/03/2023
Région : Une ville au Québec
Crédits : krwn création

Univers fétiche : City, romance, fantastique, surnaturel, action/dramatique, science-fiction. J'écris un peu de tout. Malgré que les sujets peuvent aller facilement vers un contenu sensible pouvant choquer certains lecteurs. Tels que la sexualité simple à détailler, la violence dont les détails peuvent choquer tout comme les troubles mentaux pouvant perturber le personnage ou celui de l'autre joueur. Mes protagonistes sont diversifiés.
Préférence de jeu : Les deux
Valise
https://www.letempsdunrp.com/t5544-les-personnages-de-krwn-en-cours https://www.letempsdunrp.com/t5546-repertoire-de-rp-krwn https://www.letempsdunrp.com/t5535-presentation-de-krwn
KRWN
Lun 13 Mar - 22:57

Megara Lombardi
J'ai xx ans et je vis à ville, Pays. Dans la vie, je suis études/métier et je m'en sors statut de vie (bien, moyen, pas bien). Sinon, grâce à ma chance/malchance, je suis statut matrimonial et je le vis plutôt bien/pas bien.

Informations supplémentaires ici.
Je n’aurais pas dû me présenter à cette porte. Je voulais trouver des réponses afin d’apaiser cette frustration qui n’arrête pas de me détruire de l’intérieur. J’ai l’impression que toutes ses années d’accumulation viennent de m’exploser au visage. Le cœur battant et cette boule de colère qui naît dans ma gorge m’étouffe. La laine de mon foulard me gratte la peau et le froid de la nuit me fait frissonner. Entre mes lèvres, mon souffle chaud se transforme en une brume blanchâtre. Ce froid hivernal qui déchire ma chair alors que le vent souffle contre moi. Le cœur se resserre à l’idée de faire un pas devant moi. Ce dégoût qui montre le long de ma gorge pour se figer dans ma bouche. La sècheresse buccale me saisit par surprise. M’offrant un goût amer. Une acidité ignoble ressemblant à une mauvaise haleine. Je fixe le vieil immeuble d’un regard rempli d’appréhension, examinant ses caractéristiques. Ne pouvant pas m’empêcher d’explorer cet édifice douteux. Son revêtement en brique brune et orange et ses fenêtres sales ou simplement teintées ? Ce néon lumineux qui clignote en éclairant mon visage par les couleurs multiples. Ce lieu n’est pas fait pour une femme comme moi ! Aucune femme ne devrait y franchir la porte. Sauf pour travailler. Ce n’est pas une boîte de nuit prisée par les jeunes d’aujourd’hui, mais c’est le lieu qui fréquentait. Ma mère avait choisi de nous abandonner. Elle ne pouvait plus supporter la réalité de la vie que cet homme lui offrait. Je la maudis ! Je la déteste de m’avoir laissée auprès de ce méprisable individu. Elle aurait pu me tendre la main pour m’apporter dans sa fuite. Je n’aurais pas été ici. Je ne me teindrais pas devant l’entrée principale d’une boite de danseuse nue. Les fumeurs m’ignorent au loin. Trop occuper a échangé avec l’une bayadère de bas de gamme. M’apitoyer sur mon sort est un concept nouveau pour moi. Je ne le fais jamais. Normalement, je pourrais me décrire comme une femme forte et indépendante. Il le fallait ! Surtout avec celui portant le titre de père. C’était plutôt ignoble de dire cela que tout est de sa faute, mais il serait compliqué de dire autrement. Mais j’imagine qu’il y a une première pour tout ! J’en suis la preuve vivante. Je sais que je dois pousser cette porte ! J’ai le devoir d’affronter mes peurs tout en prenant la réalité par les cornes. Prenant une grande inspiration, je crois que la dernière fois que j’étais venue … j’avais dix-neuf ans. Fermant les yeux, je prends mon courage à deux mains et je fonce. Il est déjà arrivé qu’une odeur ravive un souvenir lointain. La mémoire a de drôles facultés. Il y a, dans ce lieu, un mélange de sueur, de sexualité, d’alcool. Sa marque en particulier surtout quand ils se ramènent à de mauvais souvenirs. À d’autres moments, ce parfum aurait pu être bien. Dans une boite de nuit par exemple, sauf que je ne sors pas. Je ne bois pas et je fume encore moins. C’est la musique, cette frénésie qui amplifie le désire des hommes pour les femmes qui se trémousse devant leurs yeux. Ils sont des chiens ! Des loups affamés. En avançant, les employé(e)s m’ignorent ! Je suis une femme parmi d’autres. Un homme passe à mes côtés et une odeur de vodka me monte au nez. J’ai le goût de vomir. Me rendre dans cette boîte de nuit pour adulte masculin, a exacerbé tout ce qu’il s’est passé avec mon père la dernière fois. Je dois me convaincre. Il n’est pas là ! En fait, il ne viendrait plus jamais ici ! Pas après les dettes qui ont accumulé. J’avance vers le bar en allant vers l’homme derrière le bar. « Excusez-moi… » Ma voix est basse et nerveuse. La colère monte en moi. Je déteste ce lieu. Je rage de devoir frôler le sol de cet environnement honteux. « HEY ! Bordel ! Je te demande pardon, tu peux me regarder ! » Il s’arrête un instant de fixer la danseuse au loin qui se trémousse sur son stage. D’accord ! Il mate ! Elle est soit sa nana ou il aimerait qu’elle se glisse dans ses draps. Je tousse de nouveau. « Qu’est-ce que tu veux gamine… Tu ne devrais pas retourner au lycée ! On ne prend pas les mineurs. » Il se fout de ma gueule ! Je passe ma main le long de mon visage en me retenant de sauter par-dessus le comptoir. « Tu devrais porter des lunettes… » Avant même que je finisse de parler. Il glousse de rire. « Écoute la naine. Retourne donc chez tes parents jouer à la Barbie… » Je serre les poings et cogne sur le comptoir. « La naine à bientôt trente ans ! Tu devrais t’acheter comment devenir sympathique pour les nuls. Ça pourrait t’aider. » Je sors un bout de papier de ma poche de mon manteau et regarde le nom marquer à la va-vite. « Je recherche un certain Monsieur Boreiev… On m’a dit que je pourrais le trouver ici… » Son visage se décompose. Je lèche l’arche sourcilière. « Je dois lui parler s’il vous plait … J’ai vraiment besoin ! C’est urgent ! » Pourquoi il ne répond pas ! Je me suis trompée ? Quelqu’un pourrait me donner une réponse.
Limitiel
Messages : 75
Date d'inscription : 11/03/2023
Région : Québec
Crédits : google tout simplement je n'ai pas vue de créateur.

Univers fétiche : Réel
Préférence de jeu : Les deux
Valise 2
Limitiel
Sam 18 Mar - 21:21

Nikolaï Boreïev
J'ai 55 ans ans et je vis à ville, Pays. Dans la vie, je suis ancien parain de la mafia , proprio d'un bar de danseuse et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis Célibataire et je le vis plutôt bien.

Informations supplémentaires ici.
Depuis peu, j’avais décidé de prendre ma retraite de ce monde. Je nageais en pleine criminalité depuis tellement longtemps que je ne savais plus ce qu’étais la vie normale. J’avais toujours été ce jeune dans le monde dangereux , puis finalement gravit les échelons jusqu’à me rendre à être celui à la tête de ce monde justement. Je ne vais pas inventer une histoire en disant que j’ai été malheureux puisque c’est tout le contraire. J’ai aimé ma vie et je l’aime encore d’ailleurs. Je n’ai pas eu de femme, ne voulant pas m’encombrer de truc complètement inutile et encore moins de gamin , je n’aurais clairement pas supporter les pleurs d’enfant pourrit gâter. Je préfère de loin la vie que j’ai eu , profitant d’apporter des femmes aléatoirement dans mon lit et profiter de la vie. Mes responsabilités m’ont fait voir plein de chose et m’en font quand même voire encore aujourd’hui. Je ne suis peut-être plus officiellement le patron , mais bien des gens se tourne encore vers moi pour des trucs. Ça ne me déplait pas, j’ai encore l’impression d’avoir une sorte de pouvoir tout en n’étant pas obligé de gérer réellement. Je me contente d’être le patron de ma boite de nuit et ça me convient. D’ailleurs, ce soir alors que j’étais tout tranquille installer à profiter de la soirée , j’entendit une voix féminine qui s’élevais et attirais mon attention. Je tournais la tête vers le bar, me demandant ce qui se passais. Je me levais pour aller vers le bar et j’entendais la jeune femme dire qu’elle me cherchait. Mon barman relevait les yeux vers moi , je glissais les mains dans les poches de mon jeans avant de prendre paroles.

Pourquoi tu me cherche?

Je n’avais aucune intention de cacher mon identité ou quoi que ce soit face à elle, d’ailleurs pour quelle raison est-ce que je le ferait? Je détaillais rapidement la femme pour essayer de me rappeler si je l’avais déjà vue, mais son visage ne me disait rien rapidement comme ça honnêtement. J’ai vue plein de gens dans ma vie remarque.

Je en me rappelle pas de toi, on se connais? Si non, tu me veux quoi?
KRWN
Messages : 53
Date d'inscription : 06/03/2023
Région : Une ville au Québec
Crédits : krwn création

Univers fétiche : City, romance, fantastique, surnaturel, action/dramatique, science-fiction. J'écris un peu de tout. Malgré que les sujets peuvent aller facilement vers un contenu sensible pouvant choquer certains lecteurs. Tels que la sexualité simple à détailler, la violence dont les détails peuvent choquer tout comme les troubles mentaux pouvant perturber le personnage ou celui de l'autre joueur. Mes protagonistes sont diversifiés.
Préférence de jeu : Les deux
Valise
https://www.letempsdunrp.com/t5544-les-personnages-de-krwn-en-cours https://www.letempsdunrp.com/t5546-repertoire-de-rp-krwn https://www.letempsdunrp.com/t5535-presentation-de-krwn
KRWN
Dim 19 Mar - 23:06

Megara Lombardi
J'ai 27 ans et je vis à New York, USA. Dans la vie, je suis vendeuse chez sephora et chez CELINE NEW YORK SOHO MEN & WOMEN et je m'en sors pas bien). Sinon, grâce à ma malchance, je suis single et je le vis plutôt pas bien.

Informations supplémentaires ici.
Je n’étais pas à ma place.
Ce lieu dont les murs renferment la perversion pour les corps dénudés, la prostitution dissimulée entre les façades. L’inconnu ne l’était plus. Derrière les parures d’un établissement prospère se cachaient le rabaissement et l’humiliation de la femme sous une pluie de billets verts. Combien avaient-ils dépensé ce créateur pour laisser les cuisses d’une femme s’écarter devant son visage décrépi par le temps. Mettre la main contre la porte d’entré avait apporter en moi, un haussement de cœur. Un dédain prononcé pour les microbes, pour les gens, pour ceux fréquentant ce lieu. Qu’il s’agit d’employés ou de clients. Contrairement à celles qui montaient sur le stage pour laisser leurs corps bouger sous la musique et les néons. En avançant vers le bar, mes yeux tentent d’effacer l’image des femmes dont la nudité ne semble pas les déranger. J’aimerais bien ne pas apercevoir ce que mon père venait faire ni regarder. C’était évident ! Il n’a aucun doute. Pourtant, je me trouvais au bar. En essayant de garder mon calme alors que barman tente de jouer les fiers. Riant de ma petite taille. Il s’agit peut-être d’une raison pourquoi je ne sors pas beaucoup. Outre que j’étais anciennement étudiante et que je tentais de gagner le plus d’argent pour subvenir à mes besoins tout comme ceux de mon père. Pourtant, contrairement a les filles de mon âge, j’étais loin des égaliser. Bon ! Je ne dois pas en déduire que j’étais un laideron. Je suis une vieille fille de vingt-neuf ans n’ayant pas encore eu la liberté de savourer le plaisir que cinquante pour cent des gens dans cet établissement. Ce n’est pas étonnant entre ma pratique manquante de vie sociale et mes études ou mes petits emplois, le manque de fréquentation ou de communication n’aide pas. Bon, je ne pourrais pas me voiler la face. Mon visage enfantin et cette taille ridicule, 1,50 mètre n’aide en rien. Sauf que là n’est pas la question. Le fait que le nombre d’hommes ayant un penchant vers la dépravation me dégoute.  Combien d'entre eux sont-ils mariés ou pères de famille ? Je souris malgré tout devant les rapprochés sur ma personne par cet odieux personnage. En roulant les yeux vers le haut, mes mots roulent de nouveau dans ma bouche. Se frappant contre un mur pour ne pas y sortir. Restant à l’abri contre ma langue fourbe. Sursautant sous un cri de surprise. Je me tourne rapidement vers la voix masculine. Avalant ma salive. Je me tourne vers lui. Je lève la tête pour l’observer. Seigneur ! Ce mec est un géant. « Monsieur Boreïev ? » Ma voix se fait vibrante. Prise sous le ton d’une stupeur. Une crainte venant de mes entrailles envers ce criminel. Je serre les poings un peu. J’appelle à ma lionne intérieure pour me tenir droite. Afin de lui montrer que je n’ai pas peur. « D’un bonsoir… » Je ne reconnais pas ma voix. Pourquoi est-ce celle d’une souris et non d’une lionne ? « Vous ne me connaissez pas… » Je cherche, je sors mon téléphone de ma poche en baissant les yeux pour regarder l’écran. Pitonnant pour accéder au menu principal. Choisissant fortement la galerie d’image. Observant la photo de mon père avec moi. L’un des rares moments dont l’alcool ou la drogue n’avait pas pris son corps en otage. Tournant le téléphone vers lui. « Ce que je veux ? Lui ! Vous savez où est mon père ?  Des hommes sont venus en me disant qu’il vous doit de l’argent… L’avez-vous vu ? » Prenant une grande respiration. « Je n’ai pas beaucoup, mais je peux rembourser… » Non ! En fait, je n’ai rien. Presque rien. 
Limitiel
Messages : 75
Date d'inscription : 11/03/2023
Région : Québec
Crédits : google tout simplement je n'ai pas vue de créateur.

Univers fétiche : Réel
Préférence de jeu : Les deux
Valise 2
Limitiel
Dim 2 Avr - 4:10

Nikolaï Boreïev
J'ai 55 ans ans et je vis à ville, Pays. Dans la vie, je suis ancien parain de la mafia , proprio d'un bar de danseuse et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis Célibataire et je le vis plutôt bien.

Informations supplémentaires ici.

Dès que j’ai entendu de l’action qui se passais dans le devant du bar, je ne pouvais faire autrement que d’aller voir ce qui se passais. J’arrivais juste à temps pour comprendre que cette femme me cherchait. Pourtant, même si je la regardais, je n’arrivais pas comprendre ou j’avais bien pu la voir. Son visage ne m’était pas 100% inconnu , mais je ne pouvais pas non plus mettre un nom sur son visage. Je l’analysais légèrement , mais pour le moment rien ne me revenait. Quand elle me regardait, elle me détaillait elle aussi légèrement et je pouvais voire à son visage qu’elle ne s’attendais pas a cette allure je pense. Elle prononçait mon nom , j’hochais la tête avec un petit sourire au visage.

En chair et en os mademoiselle…??

Peut-être me dirait-elle son nom? Elle me disait maintenant un bonsoir, mais ça voix étais toute petite comme si elle ne savait pas quoi faire d’elle-même dans ce genre d’endroit. Elle précisait que je ne la connaissais pas puis elle prit son portable , le regardant pendant quelques minutes. Elle tournait finalement l’écran vers moi et je pouvais voir la jeune femme au côté de cet homme qui m’avais volé. Je relevais le regard vers elle quand elle me disait que c’était lui qu’elle voulait.

Eh bien je voudrais bien mettre la main dessus moi aussi… Non , pas vus et effectivement il me doit pas mal d’argent.

Il me disait pouvoir le rembourser et je ne pouvais pas m’empêcher de rire légèrement, elle me rembourser? Je ne pouvais même pas imaginer comment elle pensait pouvoir faire ça.

Je doute bien que tu sois capable de me rembourser même une légère partie de ce que ton père me doit. Tu en aurais pour plusieurs années à travailler pour moi si tu voudrais même commencer à me rembourser.

Je croisais les bras sur moi-même la regardant de nouveau de la tête au pied. Une si petite femme, imaginant venir ici et essayer de rembourser beaucoup trop que sa valeur a elle je pense.

Écoute, je ne sais pas ce que tu croyais venir faire ici , mais ton père est pour le moment introuvable et si je mets la main dessus, il en a pour longtemps à me rembourser je ne pense pas que tu pourras le revoir de sitôt.
KRWN
Messages : 53
Date d'inscription : 06/03/2023
Région : Une ville au Québec
Crédits : krwn création

Univers fétiche : City, romance, fantastique, surnaturel, action/dramatique, science-fiction. J'écris un peu de tout. Malgré que les sujets peuvent aller facilement vers un contenu sensible pouvant choquer certains lecteurs. Tels que la sexualité simple à détailler, la violence dont les détails peuvent choquer tout comme les troubles mentaux pouvant perturber le personnage ou celui de l'autre joueur. Mes protagonistes sont diversifiés.
Préférence de jeu : Les deux
Valise
https://www.letempsdunrp.com/t5544-les-personnages-de-krwn-en-cours https://www.letempsdunrp.com/t5546-repertoire-de-rp-krwn https://www.letempsdunrp.com/t5535-presentation-de-krwn
KRWN
Ven 7 Avr - 1:49

Megara Lombardi
J'ai 27 ans et je vis à New York, USA. Dans la vie, je suis vendeuse chez sephora et chez CELINE NEW YORK SOHO MEN & WOMEN et je m'en sors pas bien). Sinon, grâce à ma malchance, je suis single et je le vis plutôt pas bien.

Informations supplémentaires ici.
Un simple mot frôlant ses lippes dissimulées derrière une barbe épaisse. Une tonalité faisant vibrer quelque chose moi. Une sensation que je ne peux comprendre. Est-ce cette force qui roule contre sa langue alors que le simple fait qu’il confirme son identité me bouleverse. Une sensation incontrôlable qui créer un sentiment d'insécurité. Un drôle de mélange me perturbant. Un long frisson glisse le long de mon dos. Inspirant une fuite imaginaire sous l’emprise d’un regard qui de se détourne pas de ma carrure. Est-ce si bien de se tenir devant lui ? Cet homme qui me rend si faible si minuscule devant ce corps de géant. Le doute s’installe. Puis-je tenter de contrôler cet inconfort qui se glisse en moi. Cette impression que je dois me mettre à genoux devant lui, mon corps replié vers l’avant tout en lui demandant de pardonner cette imprudence ? Je ne pouvais détourner la curiosité. Ce prénom qui à déchirer mes lèvres sous la colère si enfuie contre l’homme surnommé père. Sans retenue, sous les sueurs froides qui glissent contre mon épiderme, je l’observe. Mon regard se pose sur lui. Les pupilles s’illuminent sous la vision qui prend forme. Cet homme avait la mi-cinquantaine. Ses traits sont étirés. La fatigue a marqué son visage par des années d’une vie complexe loin de la simplicité. Je me demande combien de femmes et d’hommes se sont soumis à lui. Cette apparence propre, cette barbe bien taillée et brosser, une coupe fraichement couper. Il a tout de l’homme propre. Celui qu’on laisse notre imagination dessiner sous le texte d’un roman érotique ou d’amour ‘’new adult’’. Cependant, ma tête me dit de le craindre. Qu’il faut s’éloigner d’une telle parure. Qu’il est un imposteur dans sa grandeur et sa beauté. « Heu… » Ma bouche devient sèche. Ma voix se fait stopper dans son élan. Je serre encore plus les poings. Le courage s’efface alors que je veux parler. J’ai envie de crier pour prendre la fuite par la suite. Mais, rien. « Lambardi… Je suis la fille de Umberto Lombardi . » À peine prononcé mon prénom, le rouge s’empare de mes joues. Colorant ainsi ce visage au couleur miel. En un bref instant, je laissais la gêne m’apporter avec elle. Voulant m’envoler loin de ce lieu rempli de vieux loup de mer. Je choisis cet instant pour sortir mon portable et observer l’écran. Le désir de partir telle une proie voulant s’échapper à son prédateur grandit plus. Sauf que j’ai un but précis. Un plan qui est impossible d’oublier. Tournant l’écran vers lui pour lui présentez mon père. J’ai peur de sa réponse. Je n’ai pas envie de l’entendre. Mon cœur bat rapidement. Je l’entends tambouriner à l’intérieur de ma tête. «Non… » J’ai envie de pleurer. J’ai mal. Pourquoi ? Qu’est-ce que mon père a fait ? Pourquoi est-il aussi con ? Mon bras tombe contre ma hanche. Mon téléphone glisse contre la paume de ma main alors que mes doigts laissent l’appareil chuter vers le sol. Il continue ! Je veux crier d’arrêter. Qu’il ne doit plus parler. Mon père avait été plus loin que je croyais. « J’ai…J’ai mes économies pour l’université. » Toute abandonner pour lui offrir. Ce n’est pas beaucoup ! Ce n’est surement pas assez. Tout juste pour deux trimestres. J’en aurais pour plusieurs années ? Travailler pour lui ? Jamais je ne me trémousserais pour des pervers sans couilles.  Mes mains se referment pour former des poings. Mes ongles pénètrent ma peau. J’avale ma salive en remuant les insultes qui me déchirent la gorge. Le cœur me serre, le goût amer monte le long de ma gorge, ma tête me fait mal. Les larmes me montent aux yeux. Cette pression qui me frappe me fait mal. « Ce que je croyais…? Je veux rembourser… » Je m’approche de lui sans me retenir. Attrapent l’un de ses avant-bras avec le peu de force que j’ai. « Je vous en supplie. Laisser mon père libre… Ce n’est pas une méchante personne… Je vais rembourser. Je vous en supplie. Je vais travailler encore plus fort pour vous rembourser, mais ne faites rien à mon père ! » La tonalité est vibrante. Ma voix est remplie de supplication. Mes jambes ne me soutiennent plus. Mes jambes me laissent chuter. « S’il vous plait… Je vais travailler jour et nuit encore plus pour payer ce qu’il vous doit. » Les larmes ne cessent de couler. Ma chevelure colle à l’humidité des larmes. Je sens mes joues brûler sous cette acidité alors que ma main droite tombe au sol et l’autre tire sur sa manche. 
Limitiel
Messages : 75
Date d'inscription : 11/03/2023
Région : Québec
Crédits : google tout simplement je n'ai pas vue de créateur.

Univers fétiche : Réel
Préférence de jeu : Les deux
Valise 2
Limitiel
Ven 7 Avr - 22:50

Nikolaï Boreïev
J'ai 55 ans ans et je vis à ville, Pays. Dans la vie, je suis ancien parain de la mafia , proprio d'un bar de danseuse et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis Célibataire et je le vis plutôt bien.

Informations supplémentaires ici.

Cette jeune femme devant moi me cherchais, mais je réalisais aux finales que je ne la connaissais pas du tout. Jamais elle n’avait été présenter devant moi et en ce moment, je me demandais même comment ce pouvait-il que durant tout ce temps personne ne m’avait mis au courant…Avoir la main sur cette femme aurait été une très belle monnaie d’échange pour faire du chantage au paternel! Mais bon , maintenant elle était devant moi et malgré qu’elle était là à essayer de faire la forte, je pouvais facilement voir dans son regard qu’elle n’avait pas toute la confiance qu’elle tentait de dégager.

Bien, je note. Mademoiselle Lambardi.

J’allais devoir effectuer mes recherches sur elle. Je ne suis peut-être plus officiellement le grand patron, mais j’ai encore accès à tout et les gens ont encore cette peur de moi au ventre alors quand je demande quelques choses on me le donne sans trop parler. Je ne fais pas d’ombre au nouveau patron qui est en train de faire sa place, mais nous avons quelque arrangement qui me permette de pouvoir avoir encore assez de pouvoir quand j’en ai besoin. Je ne pouvais quand même pas me retirer a 100% sans m’assurer d’avoir encore quelques avantages de toute cette année passer à la tête de quelque chose de si gros. Elle me parlait donc finalement de son père, qu’elle voulait remboursée et je ne pouvais qu’avoir un sourire qui s’accrochais à mon visage. Jamais cette femme ne pourrait avoir l’argent dans son compte pour me rembourser, sinon clairement son père serait aller la voir avant d’en être rendu là où il est. Je secouais légèrement la tête quand elle me parlait des économies pour l’université.

Très loin d’être suffisant ma jolie.

Je sais que l’université coute assez cher, mais elle est quand même très loin de se douter je pense de quel genre de dette son père me devait. Elle ne voyait que le bout de ce qu’elle croyait être un sauvetage , elle ne connaissait rien finalement. Elle voulait venir sauver l’honneur et la vie de son père, mais elle n’avait même pas pris la peine pour finir de réellement s’intéresser et comprendre à quel point il était dans les beaux draps avant de venir me chercher. Elle devait bien se douter que pour devoir autant d’argent, elle ne serait pas face à des hommes qui serais tout tendre avec elle en plus. Les yeux de la demoiselle se remplissais soudainement d’eau. Elle s’approchais ensuite de moi, attrapant mon bras comme une enfant le fait pour vous supplier. Je remarquais rapidement des hommes qui allais s’approcher pour se saisir de la demoiselle mais je leurs fit signe de ne pas s’en mêler. Je souriais, penchant un peu mon visage vers elle avec un petit sourire en coin au visage.

Oh mais personne ne pense que ton père est la mauvaise personne dans l’histoire. C’est exactement pour ça que tes supplications ne servent à rien.

Elle me suppliait de ne rien faire. Elle était vraiment venue se jeter dans la gueule du loup sans prendre le temps de comprendre quoi que ce soit avant. Ses jambes la lâchaient et elle ce retrouvais part terre, le visage en larme et elle tenais toujours mon bras dans ses plaintes.

Tu peux commencer à travailler pour moi si tu veux le rembourser. C’est le seul compromis que je peux accepter pour l’instant. Mais je continuerais à chercher ton père pour le moment, quand je le retrouverais on verra ce qu’il me doit encore.

Après tout, une jeune femme comme elle pouvait m’être utile. Mais ce serais la seule chose que je pouvais accepter pour le moment, si elle arrêtait de pleurer aussi parce que les larmes, je ne suis pas doué là-dedans.

Pleurer ne te donnera rien avec moi, si ton but est de m’atteindre tu perds ton temps.
[/quote]
KRWN
Messages : 53
Date d'inscription : 06/03/2023
Région : Une ville au Québec
Crédits : krwn création

Univers fétiche : City, romance, fantastique, surnaturel, action/dramatique, science-fiction. J'écris un peu de tout. Malgré que les sujets peuvent aller facilement vers un contenu sensible pouvant choquer certains lecteurs. Tels que la sexualité simple à détailler, la violence dont les détails peuvent choquer tout comme les troubles mentaux pouvant perturber le personnage ou celui de l'autre joueur. Mes protagonistes sont diversifiés.
Préférence de jeu : Les deux
Valise
https://www.letempsdunrp.com/t5544-les-personnages-de-krwn-en-cours https://www.letempsdunrp.com/t5546-repertoire-de-rp-krwn https://www.letempsdunrp.com/t5535-presentation-de-krwn
KRWN
Lun 24 Avr - 14:27

Megara Lombardi
J'ai 27 ans et je vis à New York, USA. Dans la vie, je suis au service d'un diable en costard et je m'en sors pas bien). Sinon, grâce à ma malchance, je suis single et je le vis plutôt pas bien.

Informations supplémentaires ici.
Tout s’écroule sous mes pieds. Cette solidité me soutenant venait de défraichir en des millions de morceaux. S’évaporant tel un bout de papier dont la flamme charbonne le blanc de celui-ci. Cette force qui savait créer avec le courage qui m’avait été offert par ma détermination venait de me quitter. Pourtant alors que je franchissais le cadre de porte, j’avais choisi de pouvoir avancer vers l’homme voulant la peau de mon père. Alors pourquoi ? Pourquoi ai-je l’impression d’être un faon entouré d’une meute de loups assoiffer. Ce n’est pas une place ! Combien de fois ai-je pensé cela depuis que l’odeur morbide vient titiller mes narines. Cette sensation immonde que cet environnement est après salir ma peau. Elle plaque dans l’invisible chaque parcelle pour la détruire. Mes yeux en perçoivent trop. Ma conscience et ma pureté n’en supporteront pas plus. Ce décor m’apporte dans le doute intérieur. Ma bravoure vient de me quitter alors qu’il termine de prononcer mon nom de famille. Ce ton de voix. Cette nonchalance qu’il prend pour laisser les syllabes rouler contre ses lèvres me fait frissonner. Une sueur froide descend le long de mon dos. Roulant sur la colonne. Mon cœur s’arrêta. Ma bouche s’entrouvrit pour tenter de le corriger. Qu’il se bute devant la haine que je porte envers de pseudonyme familial. Mais rien ne fut dit. J’aurais aimé le corriger pour lui dire que je préfère juste le nom de ‘’Meg’’, mais ma voix disparut. Briser entre l’avancement et un plan qui semble si loin derrière moi. Il construit un mur si facilement devant ma volonté de payer les dettes de mon vieux. Je veux simplement le retrouver pour lui lancer la frustration que j’ai. Hélasse, je suis là les yeux élargis pris par une réponse qui ait froid à mes oreilles. Un échec qui semble bien évide. Il est neutre loin d’une froideur extrême. Ai-je échoué ? « Écouter, je vais vendre mes bijoux, je vais travailler encore plus et….et… » Est-ce mon intonation ?  Elle ne semble pas m’appartenir. Le désespoir est pris dans ce ton. C’est réel ? Pour une fois, mon dur labeur sera un échec complet. J’ai vraiment échoué sans avoir vraiment essayé ? Moi qui voulais simplement pouvoir vivre heureusement et sortir peut-être mon père de son enfer. Il continue à parler. S’approchant de moi. Ses mots viennent et tournent en boucle. Mes jambes cèdent sous mon point.  Mes supplications ? Mon désir de protéger mon père ? Pourquoi alors m’avoir laissé parler sans prendre une partie de son argent. Je m’accrochai lors de ma chute. Ma main saisissant son bras. Les Italiens sont fiers ? Je ne le suis pas. Pas cette fois-ci. Les larmes coulent sans s’arrêter. On venait d’arracher mes ails en un simple claquement de doigts. « Je… » Travailler pour lui. Je regarde autour de moi. La scène, les lumières, les pervers. Ce n’est pas pour moi. Je n’ai jamais été nue devant un homme et je n’oserais jamais me mettre à nu pour danser. Pourtant, je suis prête à tout pour sauver mon père. Je baisse la tête et regarde le sol. Ma main libre vient former un poing et je redresse la tête. Ma main laisse son bras pour saisir mon poignet. Laissant mes ongles rentrer dans la chair. Mes larmes ne donnent rien, mon argent ne donne rien. Je n’ai rien de plus à offrir. Sauf… « Je ferais tout pour sauver mon père… Donnez-moi sa dette. » De vendent mon âme au diable à cravate.
Limitiel
Messages : 75
Date d'inscription : 11/03/2023
Région : Québec
Crédits : google tout simplement je n'ai pas vue de créateur.

Univers fétiche : Réel
Préférence de jeu : Les deux
Valise 2
Limitiel
Mar 2 Mai - 5:08

Nikolaï Boreïev
J'ai 55 ans ans et je vis à ville, Pays. Dans la vie, je suis ancien parain de la mafia , proprio d'un bar de danseuse et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis Célibataire et je le vis plutôt bien.

Informations supplémentaires ici.

La jeune femme continuait de supplier face à moi. Elle semblait croire dans sa naïveté de petite fille a son papa que de simplement venir me voir pour me demande gentiment de l’aider à remboursée son papa allais suffire. Je ne sais pas à quel point son père à garder secret sont aspect sombre de vie, mais clairement cette fille n’a pas appris grand chose de la réalité. Elle ne sait pas qui je suis pour venir me voir de cette façon. Je sais que je ne suis plus officiellement la tête dirigeante, je voulais pouvoir profiter de quelque peu de calme dans ma vie maintenant…Ou plutôt ne plus avoir à prendre toutes les décisions mais pouvoir simplement m’amuser quand on aurait besoin de moi. La réalité était que le terrain me manquait donc je préférais voir quelqu’un d’autre dirigée avec mon soutien et pouvoir profiter de plus d’action sans grande décision mais clairement si son père , ou plutôt quand , allais être retrouver il ne pourrait répondre qu’a moi. Il m’appartenait et ça, tout le monde le savais. Personne n’irait jouer dans mes choses à moi. Elle ce mis à dire alors ce qu’elle ferait pour le remboursée.

Tu seras encore bien loin. Ne t’acharne pas princesse, je ne crois pas que tu es en toi ce qui est nécessaire à faire pour me rembourser.

Je n’ai aucun problème d’argent, même que si je ne revois jamais la couleur de cet argent je ne serais pas mal pris…Mais c’était pour le principe. Il avait voulu emprunter de l’argent maintenant il devait payer. L’avait-il fait pour aider sa fille? Ou alors il avait simplement beaucoup trop de problème de jeu et ou de drogue? Je ne savais pas, mais je savais que cette gamine n’avait pas l’air prête à arrêter de supplier. Les larmes sur son visage n’y changeaient rien. Je n’allais pas lui faire un si gros cadeau simplement pour effacer ses larmes de crocodile. Elle se redressais simplement, elle relevait le regard vers moi et sa prochaine phrase me fit sourire.

Qu’elle bonne petite fille tu es. Si je mets sa dette sur ses épaules, tu m’appartiendras tu en est consciente?

Je pense qu’elle ne comprend pas dans quoi elle s’engage. Je fis un pas vers elle, souriant légèrement plus. L’espace entre nous deux étais maintenant bien restreint, mais suffisamment large pour que je ne la touche pas d’un poil.

Réfléchis bien avant de parler, tu n’a aucune idée a qui tu es en train de te vendre.


KRWN
Messages : 53
Date d'inscription : 06/03/2023
Région : Une ville au Québec
Crédits : krwn création

Univers fétiche : City, romance, fantastique, surnaturel, action/dramatique, science-fiction. J'écris un peu de tout. Malgré que les sujets peuvent aller facilement vers un contenu sensible pouvant choquer certains lecteurs. Tels que la sexualité simple à détailler, la violence dont les détails peuvent choquer tout comme les troubles mentaux pouvant perturber le personnage ou celui de l'autre joueur. Mes protagonistes sont diversifiés.
Préférence de jeu : Les deux
Valise
https://www.letempsdunrp.com/t5544-les-personnages-de-krwn-en-cours https://www.letempsdunrp.com/t5546-repertoire-de-rp-krwn https://www.letempsdunrp.com/t5535-presentation-de-krwn
KRWN
Sam 1 Juil - 3:13

Megara Lombardi
J'ai 27 ans et je vis à New York, USA. Dans la vie, je suis au service d'un diable en costard et je m'en sors pas bien). Sinon, grâce à ma malchance, je suis single et je le vis plutôt pas bien.

Informations supplémentaires ici.
Des mots futiles venant faire vibrer les courbes de deux babines de chair rosées camouflées derrière cette épaisse barbe grisâtre. Les paroles qui furent prononcées sont la dure réalité qui se frappe à mon mur intérieur. Il tenta le tout pour tout afin de me détourner de ce but précis que j’avais en pénétrant dans cet établissement. Dénigrant avec une lenteur orale l’espoir de pouvoir accomplir cette mission que je tente d’entreprendre. Sa voix vient à mes oreilles tournant en boucles sous l’effet de ver d’oreille. Une répétition que je tente de repousser avec le plus grand des courages qui s’évapore en présence de ce regard froid qui se dépose sur ma personne. Qu’est-ce qui m’avait pris de vouloir être une adulte responsable. Celle de vouloir corriger pour que ce nom de famille ne soit plus sali par les erreurs d’un homme avare ne pensant qu’à son égo et son bonheur personnel. Je pourrais bien croire qu’il y a des jours mieux que celui-ci. Des jours où tout va bien et où rien ne va.  Mon père avait fait des conneries à multiples reprises dans mon dos. Ignorant la présence de son propre héritage sanguin. À vrai dire, je devrais dire qu’il a fait une méga connerie monumentale. Une qu’un individu normal tenterait de fuir à toute vitesse avant d’y laisser sa main. Le genre que je n’aurais pu croire : celle de devoir de l’argent à l’homme le plus important de New York. Pire, le plus dangereux et surveiller de l’état. Si seulement je savais que celui que je viens d’interpeler est celui que le nom est souvent mentionné dans les médias ou plutôt les membres le servant et le vénérant. J’aurais du pourtant connaitre son identité cacher par les titres médiatiques pourtant son visage est inconnus et son prénom n’est pas commun, mais inaperçus en vue de la croissance des immigrants russes aux États-Unis. Mon père savait foutue de sa gueule. Parce qu’en plus de devoir plus d’un million, mon imbécile de géniteur est parti sans rien dire. M’abandonnant avec cette lourdeur de dette. Je savais qu’il devait beaucoup juste à la façon très amicale et agréable que ma porte fut défoncée. Entre sa dette et les frais de réparation, je ne sais plus quoi faire. En arrivant dans ce lieu de débauche, je pensais pouvoir en régler une et la pire…  La pression augmente sur mes épaules sous les mots qu’il prononce. Mes épaules deviennent encore plus lourdes. Je ne devrais pas être surprise et incrédule. Entendre le timbre rauque de Niko vient entortiller mon estomac. Le stress et la panique mélangent. Montant en moi. Mes mains tremblent, une boule immense se loge dans ma gorge, l’inflexion de ma voix étranglée et pathétique. Rien ne va plus. La vision se floue. Est-ce si gros ? Je pouvais ! Je veux ! C’est la moindre des choses pour sortir la tête de cet océan chaotique. « Je ferais tout pour mon père ! Je vous promets, je vais avoir deux ou trois boulots ! Je vous donnerais tout ! Je dormirais dans des refuges la nuit et je travaillerais le jour et le soir ! Je vous en supplie. » Que pourrais-je dire d’autre ? Je suis si pitoyable. Si misérable ! J’ai l’impression d’être Esméralda suppliant le prêtre. Je dis n’importe quoi, qu’elle ânerie allais-je prononcer pour trouver une solution pour rembourser les dépenses et le vol monétaire qu’il avait fait. Comment un père peut-il déjouer la sécurité de sa propre fille ainsi ? J’hésite à ouvrir la bouche pour laisser une formulation devenir une connerie de plus pour venir en aide à un homme qui ne le mérite pas. La douleur devient plus lourde. Mes jambes ne soutiennent plus et je succombe à mon propre poids. M’effondrant à ses pieds pleurants et le suppliant comme je ne l’avais jamais fait. Levant le rideau rouge sur la faible que je suis. Réveillant la gamine qui avait toujours soutenu un créateur dans les pires moments. Chérissant les souvenirs anodins. Appréciant les bons moments pouvant se compter sur une main. Soufflant quelques mots incompréhensibles. Devrais-je le renier ? M’éloigner de ce qui me rattachait à ce monde ? Les émotions me succèdent. La négativité s’éveille en me consumant. Je me redresse en le suppliant de nouveau. Un sentiment inconnu se forme dans mon ventre. Une brûlure étrange que je n’avais pas ressentie. Une puissance qui me reverse. La haine ? L’amertume et la douleur ? Il parle. Cette putain de voix qui me fait tressaillir entre la peur et l’animosité. Je l’observe. Posant mes yeux sur ce personnage que je maudissais peu à peu. Lui adossant tous mes malheurs. Caricature éléphantesque d’un démon aux ailes et cornes imposantes. Venant lui offrir l’image d’un diable fourbe. Je ne pouvais pas lui répondre. La bouche s’assèche.  La colère qui vient s’installer en sourdine depuis nos premiers échanges s’installe sous cette dernière question. Est-ce que je compte pour lui ? Est-ce que je suis prête à perdre mes ailes pour celui m’ayant permis de naître ? La cupidité me tuera, car mes sentiments n’ont pas la valeur que ma conscience m’implore à cet instant. « Oui… Si cela lui laisse la vie, sauve oui ! » La phrase fut prononcée sans retenue. Il s’approcha de moi. Brisant de plus en plus notre espace sans qu’il me touche. Avalant ma salive, je regarde le sol. Si je pouvais, je laisserais tout tomber, je m’enfuirais loin d’ici. Mais il n’y aucun doute que mon cœur causera ma perte. Un jour, il allait souffrir ! Ni par le passé ni maintenant, mais dans le futur. Ce vieux, mon père, allait comprendre que sa fille à tout perdu par sa faute. Qu’il n’aura plus cet amour que je lui portais… Un jour, je me vengerais de cette humiliation et cette dette. Une boule d’amertume et de rage face au destin que je vais choisir. Je murmure, une larme coule sur ma joue, elle me chatouille. Je renifle doucement et chasse du dos de la main, la larme. Si je recommence à pleurer, je n’arriverais plus à m’arrêter. Je souffle en exprimant un juron que seule moi peux entendre. « Je m’en fiche ! L’honneur d’une famille est plus importé. Je préfère mourir si mon père peut survivre. Je suis à vous.  »Mes doigts tremblent au point que mon corps est venu à craindre le diable à cravate devant moi. Qu’est-ce que je viens de faire ? Ma gorge est si serrée que j’ai du mal à respirer. À cet instant, la seule pensée qui me parvient n’est nul autre que : Dieu, tend l’oreille jusqu’à moi. Est-ce qu’un jour tu entendras ma prière et viendras à mon aide ?  
Contenu sponsorisé
Ruthless Creatures (tw en description + 1er poste)
Page 1 sur 3
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Sujets similaires
-
» Les Petites Créatures
» New York où le nouveau monde des créatures magiques
» Rough Edge (TW dans la discription + 1er poste)
» “See, they're currently in alien terrain, surrounded by millions of the most vicious creatures on the planet. Humans. - Newt Scamander”

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: