-40%
Le deal à ne pas rater :
-40% GARNIER Ma routine ultra doux avocat karité
8.99 € 15.09 €
Voir le deal

Partagez
 
 
 

 The lovely weakness ft Mad Max

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 
Patate Douce
Patate Douce
Féminin MESSAGES : 497
INSCRIPTION : 25/10/2019
ÂGE : 28
RÉGION : Basse-Normandie
CRÉDITS : idk

UNIVERS FÉTICHE : Réaliste, Fantastique.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

cat

The lovely weakness ft Mad Max  Empty

ffe4feb33d47f2d70432b7764354f5a719cb4338.jpg
Prénom
Nom

J'ai xx ans et je vis à Coeur d'Alene ville paumée mais parfaitement boisée, Idaho, nord des states. Dans la vie, je suis études/métier et je m'en sors statut de vie (bien, moyen, pas bien). Sinon, grâce à mon charme, je suis la liberté et je le vis magiquement bien.

Aaron Taylor Johnson by Gainsb0ro

NUIT DU 17 JANVIER 2022.
Coeur d'Alene, Idaho.


Ca va être un grand moment pour la meute. Cette nuit, nos enfants vont devenir adultes. Pleine lune en guise de bénédiction. Des semaines à les préparer. Ca allait être douloureux, possiblement sanglant. Dans la foret qu’on va se terrer. Obtenir une fermeture, en payant le maire. S’assurer de la sécurité de tous. Etre fébrile à l’idée de perdre encore un membre. Soupçons portés sur l’ennemi, de même race que nous. Puis en découvrir un commun. Mais on ne pouvait pas entraver l’évolution des nôtres. Posé contre un tronc d'arbre, c'est sur mes deux pieds que je les observe, préparant à intervenir si c'était trop difficile pour eux. Les premiers cris se font entendre. Les encourager, les apaiser. Les os craquent, les premiers pelages apparaissaient. Les heures se sont écoules. Cinq êtres découvrant leur forme majestueuse. Finalement la sixième était humaine. La consoler face à sa déception. L’applaudir d’être quand même dans la meute. On enquêtera plus tard sur cette erreur de detection. Lui demander de rentrer pour éviter qu’elle se fasse mordre, quand bien même ca arrivera si elle le veut plus tard. Me concentrer sur les cinq. Me transformer quand elle part. Les laisser venir jusqu’à moi, les bénir et les accepter dans la meute. Les autoriser à se défouler dans la foret.

Et si tout roulait au début, bien vite un drame venait assombrir la sortie. Comment est-ce possible ? Il a fallu qu’un des louveteaux sentent son odeur pour que les quatre autres suivent. Courir plus vite. Croire que c’était la sixième qui ne m’avait pas écouté. Mais non, pire. Une étrangère. Me placer entre elle et les enfants. Montrer les crocs pour les dissuader et les obliger à faire demi tour. Des minutes d’affrontement avant de se plier à leur Alpha.

Faire volte-face à la jeune femme. Espérer lui faire peur en grognant sur elle. On allait devoir découvrir qui elle était pour savoir ce qu’elle savait. Trouver un remède pour qu’elle oublie. Cette nuit s’avère compliquée, quand mes enfants veulent la dévorer. Odeur exquise qu’on peut difficilement ignorer. Fuis et oublie nous. Je ne peux même pas aller courir avec les petits, obligé de rester - dans l'ombre - mais pas loin de la jeune femme pour la protéger de l'instinct animal de la meute. Comment avait-elle pu s'enfoncer si loin dans la forêt ?


The lovely weakness ft Mad Max  Y2SMLgu
Revenir en haut Aller en bas
 
En ligne
Mad Max
Mad Max
Féminin MESSAGES : 266
INSCRIPTION : 06/05/2021
ÂGE : 20
RÉGION : Centre-Val de Loire
CRÉDITS : Mad Max (signature : magma)

UNIVERS FÉTICHE : Historique / Fantastique / City Gang
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t4512-partenaires-pour-des-liens-romances-dans-un-univers-medieval-antique#92811
patrick

The lovely weakness ft Mad Max  Empty

x6ph.jpg
Alba Santini
J'ai xx ans et j'ai déménagé depuis peu à Cœur d'Alene, petite bourgade perdue dans l'Idaho, aux Etats-Unis. Dans la vie, je suis études/métier et je m'en sors statut de vie (bien, moyen, pas bien). Sinon, à cause des aléas de la vie, j'ai récemment divorcé et j'essaye de m'accoutumer à ce changement brutal.



The lovely weakness ft Mad Max  Vxsj

Sometimes you get the best light from a burning bridge.

Adria arjona @creature


j1uq.pnggtfb.png9m0b.png
Sing me no songs of daylight, for the sun is the enemy of lovers. Sing instead of shadow and darkness, and memories of midnight.


Était-ce le goût du risque, la folie ou la passion qui l’avait poussé à s’enfoncer dans la forêt en dépit de l’obscurité grandissante ? Sûrement l’inconscience, à n’en pas douter. Avec la nuit, les silhouettes des arbres se déformaient, se détachant des ténèbres d’une manière aussi lugubre qu’insolite. Les troncs difformes auraient dû suffire à la ramener à la raison. Mais Alba refusait de repartir avec une pellicule d'appareil photo entièrement vide, sans un seul cliché pour immortaliser la beauté de la pleine Lune. Elle n’avait pas bravé l’interdit du maire pour rien. Aussi continua-t-elle de marcher, suivant un petit sentier pour éviter de perdre sa route, s’évertuant à être sourde aux bruits grinçants qui animaient le lieu. L’hispanique avait déjà vécu des aventures similaires. Un million de fois. Mais jamais seule ; son ex-mari l’avait toujours accompagné dans ces périples, lui-même électrisé par l’adrénaline. Seulement, cette fois…c’était différent. La solitude pour seule compagnie, Alba s’efforçait de croire qu’elle n’était pas entièrement stupide et imprudente à s’engouffrer ainsi dans la noirceur de la forêt.

En dépit de sa détermination, son corps tout entier se figea à la seconde où elle perçut des hurlements stridents. Son sang se glaça dans ses veines. Une seconde vague de cris vint briser une seconde fois le silence et un flot de panique se déversa dans ses veines. La source du bruit était proche. Trop proche. Son regard sonda précipitamment la pénombre, tous les sens en alerte. Bordel. Elle ne voyait rien. La nuit avalait tout, dévorant même le chemin sur lequel elle évoluait depuis le début. Alba fit demi-tour. Ses jambes se mirent enfin à remuer malgré la soudaine faiblesse de ses mollets, mue par l’angoisse qui la submergeait. Des craquements sinistres s’élevèrent alors à la place des gémissements. Mais l’hispanique ne s’arrêta pas. Elle poursuivit sa progression, oubliant la piste qu’elle longeait, oubliant sa trajectoire, oubliant les raisons qui l'avaient mené jusqu’ici. Elle oublia tout. Plus rien ne comptait, excepté son désir de fuir le plus loin possible. Bien que son cœur battait à tout rompre et que le poids de son sac à dos l’écrasait, la jeune femme s’était mise à courir, le monde autour d’elle disparaissant, éclipsé par une peur glaciale.

C’est alors qu’un grondement animal retentit. Bien plus fort et bien plus distinct que tous les sons effroyables qu’elle avait entendus jusque-là… Il fallait qu’elle s’échappe d’ici, au plus vite. Cette idée se propagea dans tout son corps, donnant à ses muscles la force d’accélérer la cadence. Un hurlement résonna dans son dos. Et cette fois-ci, le bruit n’avait plus rien d’humain. Non. C’était bel et bien…un hurlement de bête, un hurlement de loup. Qui se rapprochait. Le sol terreux et humide manqua de se dérober sous ses pieds. C’est à ce moment-là qu'Alba les aperçut, gigantesques silhouettes qui se fondaient aisément dans la nuit et qui semblaient venir droit dans sa direction. Elle freina brusquement. Son corps vacilla sous la violence du mouvement et la jeune femme se rattrapa de justesse à une branche.

L’effroi la tétanisa. Mais elle n’eut pas le temps de réfléchir à la situation. Sous son regard horrifié, un loup bien plus imposant que les autres émergea brusquement des fougères pour se dresser face à la meute, tout crocs dehors. Lorsqu’il tourna son immense tête dans sa direction, Alba s’extirpa aussitôt de son mutisme. Et détala de nouveau. Sans lancer un seul coup d'œil en arrière, elle s’élança de nouveau au cœur de la forêt, la terreur déchirant ses entrailles. Elle ne respirait plus. Son esprit s'était comme déconnecté de la réalité, à croire qu’il ne voulait pas accepter ce qu’il venait de voir. Ce qu’il venait de vivre. Elle devait continuer de courir. S’échapper de là. Mettre le plus de distance entre elle et…les loups. Des loups. Bon Dieu. Son imprudence allait lui coûter la vie. Son pied dérapa et, emportée par l’inclinaison de la pente sinueuse qui bordait le chemin, son corps bascula sur le côté. Un goût terreux envahit alors sa bouche. Alba se redressa, lentement, remarquant les larges racines qui l’avaient empêché de dévaler la piste dans sa chute. Les jambes tremblantes, l’hispanique entreprit de descendre plus doucement la petite côte, s’aidant des branches ou des pierres qui se trouvaient à portée de main pour ne pas chavirer une nouvelle fois.

Ce ne fut qu’une fois arrivée en bas, qu’elle s’autorisa à prendre une grande et profonde inspiration. Les effluves de racine, d’écorce et de verdure envahirent ses narines. Mais les parfums qu’Alba trouvait réconfortant ne réussirent pas à apaiser les palpitations saccadées de son cœur. Elle s’appuya contre un tronc. Et déposa sa main sur sa poitrine dans l’espoir de calmer les mouvements hâtifs de celle-ci. Des loups de cette taille ne pouvaient exister. Impossible. Son esprit était en roue-libre. Et rejouait la scène. Encore et encore. Alba revoyait clairement les bêtes, si bien qu’il lui semblait entendre leurs grognements mugir dans ses oreilles…et elle revoyait les yeux ambrés du loup, rivés sur elle, revoyait son pelage, aussi noir que la nuit et ses déplacements.. Fluides, puissants.

“ Respire. Réfléchis. Réfléchis. Et respire. ”marmonna-t-elle, essoufflée. La jeune femme secoua la tête pour disperser ses pensées et balaya du regard les alentours. Elle s’était perdue. Aucune route en vue. Devant elle, la forêt s’étalait sur des kilomètres, ne dévoilant rien d’autre que des arbres et de la broussaille, engloutie par des ténèbres seulement troublées par la clarté de la Lune. Alba se débarrassa de son sac. Elle le laissa retomber à ses pieds et plongea la main à l’intérieur pour en ressortir un tube de bombe lacrymogène. L’arme semblait bien risible, comparée à la menace qui rôdait dans les bois mais c’était tout ce qu’elle avait emmené pour se défendre et sentir la fraîcheur métallique du boîtier la rassurait. D’une certaine manière. Elle attrapa son téléphone et, à partir d’une application, vérifia son emplacement. “ Merde.”Elle s’était beaucoup trop éloignée de son véhicule, bien plus qu’elle ne l’imaginait, bien plus qu’elle ne l’avait prévu lorsqu’elle avait eu l’idée d’explorer les bois. Le désespoir la gagna. Mais la distance qui la séparait du parking n’en fut pas la cause. Non. C’était de devoir traverser une forêt servant de refuge à une meute de loups semblant sortis tout droit d’un cauchemar, qui lui insufflait un tel sentiment de détresse.

Un craquement de brindille lui arracha un sursaut de frayeur. Ce n’était sûrement qu’un petit animal, la rumeur du vent ou peut-être même le fruit de son imagination, mais l’hispanique ne tenait pas à le vérifier de ses propres yeux. Elle replaça son sac sur son dos avant de jeter un dernier coup d'œil à la carte. Alba n’avait pas le choix. Malgré la peur qui la tiraillait. Bien que les battements de son cœur ne retrouvaient pas un rythme normal. Malgré le danger qui se tapissait dans l’ombre. Et ses hurlements de douleur…Elle devait partir. Sortir d’ici. Retrouver la sécurité de sa voiture…Elle reprit alors sa progression, frissonnant à cause du froid et de la panique, priant pour être sur la bonne voie et pour ne croiser aucune bête.




j1uq.pnggtfb.png9m0b.png
But do you feel like a young God? You know the two of us are just young Gods and we'll be flying through the streets with the people underneath...And they're running, running, running.
Revenir en haut Aller en bas
 
Patate Douce
Patate Douce
Féminin MESSAGES : 497
INSCRIPTION : 25/10/2019
ÂGE : 28
RÉGION : Basse-Normandie
CRÉDITS : idk

UNIVERS FÉTICHE : Réaliste, Fantastique.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

cat

The lovely weakness ft Mad Max  Empty

ffe4feb33d47f2d70432b7764354f5a719cb4338.jpg
Prénom
Nom

J'ai xx ans et je vis à Coeur d'Alene ville paumée mais parfaitement boisée, Idaho, nord des states. Dans la vie, je suis études/métier et je m'en sors statut de vie (bien, moyen, pas bien). Sinon, grâce à mon charme, je suis la liberté et je le vis magiquement bien.

Aaron Taylor Johnson by Gainsb0ro

NUIT DU 17 JANVIER 2022.
Coeur d'Alene, Idaho.


Avec mes sens décuplés, j’aurais pu l’aider à sortir d’ici en quelques minutes. Mais déjà je ne supporte pas d’avoir une personne sur moi. Et puis bon, faut bien qu’elle assume ses actes insouciants. Ne pas respecter l’arrêté du maire, c’est prendre le risque de se faire bouffer. Et il n’y a que le traité de n’attaquer personne qui la sauve. Parce que sinon elle aurait été un festin.

C’est d’un pas moins pressé que le sien - et comme elle empeste - que je la suis. Je l’observe se vautrer, ris mentalement. Mon ordre est respecté. Personne de la meute s’en approche. Mais elle reste un danger. Et j’insiste. Elle n’a rien à faire ici. C’est inconscient. C’est fait. Et c’est mon devoir de protéger les miens. Que ca finisse pas en chasse aux loups comme on a pu connaître auparavant.

Faire du bruit quand elle se trompe de chemin. On va y arriver ? Même si elle cavale comme un lapin, elle ne devrait plus être confrontée a nous. Je m’allonge quand elle fait une pause. J’ai toute la nuit.

Brindille qui me fait dresser le museau. Odeur qui me déplaît. Il n’est pas des nôtres. Ce n’est pas un gibier sauvage. Si je peux le sentir. Ca doit être réciproque. Mais je ne bouge pas encore. A l’inverse de la femme qui repart sans ménager ses efforts.  

Mon attention n’est plus portée sur elle mais l’intrus. Mes pattes avancent prudemment. L’iris fend la pénombre. Les griffes sortent. Le pouls ralentit. Corps tendu prêt à l’attaque. Une part de moi grogne de ne plus sentir cette odeur. Alors qu’elle me déplaît foutrement ; je sais ce que ça signifie. Mais je n’ai guère le temps pour ces conneries. Encore moins quand l’affamé se met à sa poursuite. Et mes muscles s’élancent. La protéger. Elle est mienne. Il a une longueur d’avance.

Je vois la scène se faire. Sa gueule béante s’ouvrant, le doute n'est plus permis sur ses intentions.. Lune reflétant ses canines. Son of b. Elle a l’intelligence - pas si dénuée finalement - de prendre un virage. Et il rate sa cible. Je parcours les derniers mètres pour le choper à la gorge. Et l'embarque avec moi plus loin. Bagarre s’ensuit. Alerte donnée. Alpha attaqué.

Je me place entre l’idiote et lui. Il fait des aller retour devant moi. Je grogne autant que lui. Mes loups l’encerclent rapidement. Attendant que je donne le signal pour le tuer. Ce dernier baisse la tête et se met à reculer. Je le laisse partir. Mais ordonne qu’on le suive jusqu’à le dégager d’ici. On mènera l’enquête. Si c’est un membre des environs, je le verrais à sa blessure. Je vais devoir soigner les miennes il ne m’a pas loupe ce con. Mais pour le moment, je dois gérer l’humain servant d’excitant à tous les mes sens.

Je fais volte-face - elle aurait pu s’enfuir non ? L’humanité vraiment - et m’avance lentement. Lui baver dessus. C’est gratuit oui. Je la contourne et attrape son col pour la relever. Taille d’ours que je faisais, elle n'est qu'une plume à côté.. Mais j’espère vraiment qu’elle allait se pisser dessus et puis jamais revenir ici. Je la pousse du bout de la tête pour la faire avancer. Et je reste derrière elle. Grogne quand elle se trompe de chemin. Mais on réussit à aller l’entrée de la foret. Les membres me rejoignent et hurlent pour annoncer la fin de notre sortie. Ils disparaissent dans la pénombre tandis que je l’observe.

Je dois tout savoir d’elle.


The lovely weakness ft Mad Max  Y2SMLgu
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


The lovely weakness ft Mad Max  Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
The lovely weakness ft Mad Max
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Pour s'amuser :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: