Le Deal du moment :
Nintendo Switch OLED + Joy-Con à 319€ + ...
Voir le deal
319 €

Partagez
 
 
 

 Une traque sans fin ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 
Manhattan Redlish
Manhattan Redlish
MESSAGES : 1637
INSCRIPTION : 26/04/2018
CRÉDITS : Icon : Tumblr

UNIVERS FÉTICHE : City
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

https://www.letempsdunrp.com/t1582-the-suspens-killing-me#25903 https://www.letempsdunrp.com/t3787-bienvenue-dans-mon-humble-demeure#80057
vol de nez

Une traque sans fin ...  - Page 5 Empty

210711084409633099.png
Tobias Hansen
J'ai 41 ans et je vis à Santa Barbara, États-Unis. Dans la vie, je suis professeur dans un lycée privé et je m'en sors parfaitement bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.


Quatre ans que Blackbird avait disparu. Quatre ans que Tobias Hansen avait décidé de se ranger, abandonnant sa double-vie pour vivre pleinement la sienne. Enseignant dans un établissement privé de Santa Barbara, mais sans délaisser celle qui avait été l’élément perturbateur de sa vie. Il aurait pu la laisser vivre sa vie sans son regard au-dessus de son épaule, mais son instinct lui disait que ce n’était pas fini. A tout moment, on pouvait apprendre son existence et finir le travail… Ce qui arriva, obligeant Blackbird à reprendre du service une dernière fois afin de sauver celle auprès de qui, il avait trouvé les prémices de sa rédemption...

Une traque sans fin ...  - Page 5 5zjq
Une traque sans fin ...  - Page 5 Ynnz
Une traque sans fin ...  - Page 5 Ipe5
crédit : Bazzart


Un légèrement penchement de tête et ce regard qui signifiait : Tu as fini ?! pour seule réponse à son commentaire sur l’échauffement. Une fois encore, il avait l’impression de revenir aux premiers jours de cohabitation au chalet. Lui qui tentait de lui enseignait les rudiments de la vie en terrain hostile et elle, qui y allait toujours de son commentaire, dans l’unique but de le taquiner. La venue du Français le distrait un instant avant qu’il ne reporte son attention sur June. Chaque geste était volontairement lent, dans l’unique objectif de la laissait se familiariser avec le self-défense, mais cette dernière s’agaça « Tu peux arrêter de te plaindre ?! » et arrêta ses gestes quand la jeune femme posa ses mains sur ses hanches et décida d’obtempérer en lui donnant ce qu’elle voulait. Il ne fallut pas plus d’une minute avant de la mettre au sol. Ce fut à ce moment-là que le quarantenaire décida de faire participer Duprès qui se plaisait déjà à l’idée de l’affronter une nouvelle fois. Les coups étaient plus durs, plus rapides. Le combat était plus intense. Ils chutèrent tour à tour, pour finalement que le Français prenne le dessus sur le tueur à gage qui se redressa, le remerciant de cet échange et regarda June « Non, tu es censée comprendre que je prends mon temps pour éviter d’être trop abrupte avec toi ». S’il se battait avec la même force qu’il pouvait se battre avec son ami, cette dernière ne tiendrait pas sur la longueur et en dehors d’apprendre à encaisser douloureusement chaque coup, elle ne retiendrait aucun enseignement.

Un regard pour June « Si c’est ce que tu souhaites » et décida de commencer un entraînement plus répétitif, mais plus sérieux aussi. Il la faisait répéter les mêmes gestes, amplifiant doucement ses coups, ne cherchant pas à lui faire mal. Il voulait seulement qu’elle apprenne. Un acquiescement et décida de faire une pause en la soulevant soudainement du sol pour l’entraîner jusqu’au bord de la piscine, la menaçant de la jeter à l’eau. Il senti la panique dans sa voix et n’eut le temps de répondre que le Français les poussa tous deux dans le bassin d’eau froide, sans savoir que June ne savait pas nager. Tobias l’aida à sortir de l’eau et la conduisit jusque dans l’intérieur de la maison, entourant son corps tremblant de froid d’une serviette. Il serra la mâchoire en l’entendant et posa ses doigts sous son menton « Arrête de penser ça ! Je suis là. Il ne t’arrivera rien » et retira ses doigts pour se sécher, troquant ses vêtements contre une tenue plus approprié à l’entrainement, soit un pantalon cargo et un t-shirt sombre et tourna la tête vers June qui en avait fait de même « Je vois… » et décida d’obéir. « Je vais t’attaquer et tu dois tenter de te défendre. Je vais ainsi voir quels sont tes réflexes et on travaillera dessus cet après-midi ». Un regard pour elle et décida d’agir, se retenant dans ses gestes pour ne pas lui causer de mal. Une première fois, il l’attrapa par le poignet et lui fit une clef de bras. Une deuxième fois, il la souleva du sol sans mal, la troisième fois, ses mains entourèrent sa gorge. A chaque fois, il voyait une jeune femme se débattre sans parvenir à prendre le dessus sur son imposante carrure. Un soupir et se rendit dans le couloir pour plus d’espace. « Tes bras devant ton visage et tu tournes pour bloquer mes coups à chaque fois ». Ses coups furent lents et amplifiés, afin de la familiariser, et au fur et à mesure, il accéléra et se montra plus fort dans ses coups. Coup à droite, coup à gauche, coup de genou, coup de pied. Il lui fit répéter ses gestes encore et encore, jusqu’au repas du midi. L’entrainement de l’après-midi se passa dans le jardin et ils recommencèrent les mêmes mouvements jusqu’à ce que Tobias considère que c’était bon et décida de se montrer plus abrupte. Un sourire en voyant June parvenir à les répéter avec plus de force, le contrant à chaque fois « Tu vois » et lui fit un clin d’œil avant de redevenir plus sérieux « Toutefois, ce n’est que le début de plusieurs jours d’entraînement. Duprès sera aussi ton professeur. Tu dois pouvoir t’adapter à ton ennemi ».



Revenir en haut Aller en bas
 
Charly
Charly
Féminin MESSAGES : 1571
INSCRIPTION : 24/04/2018
ÂGE : 33
RÉGION : Haut de France
CRÉDITS : Bones_Obsessor

UNIVERS FÉTICHE : City, HP
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t1560-boom-baby
vol de nez

Une traque sans fin ...  - Page 5 Empty

hgfff.png
June Miller
J'ai 36 ans et j'ai arrêté de mentir sur mon âge. Je vis à Charleston, États-Unis. Dans la vie, je suis agent artistique et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma chance ou pas, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.


Nouvelle ville, nouvelle identité, nouvelle vie. Cela fait quatre ans que Daniela Willams n'existe plus, remplacé par June Miller. Malgré ses doutes, ses peurs, son incapacité à faire confiance aux gens, son franc parlé et son manque certain d'amour, la jeune femme déboussolée qu'elle était à l'époque, c'était fait la promesse de réussir cette nouvelle vie. Après avoir repris des études, et grâce à l'argent que Tobias lui avait donné, elle a monté son entreprise. Adieu le rêve de devenir artiste. Obligation de rester dans l'ombre. Alors pour côtoyer la scène et les paillettes, elle est devenue agent de star. Dénicheuse de talents. Aujourd'hui, elle est plutôt fière de son succès, de sa réussite et de cette nouvelle vie. Respectée et fortement appréciée dans son métier comme dans sa vie privée, la jeune femme n'a pas perdu sa bonne humeur et son humour parfois tranchant. Malgré les secrets et les mensonges, June a réussi à se faire une place et à vraiment vivre. Mais pour combien de temps encore?

Une traque sans fin ...  - Page 5 Tumblr_inline_ndge8ghya71so10o6
Une traque sans fin ...  - Page 5 MeaslyDearAnnelida
crédit : moi


« -je le ferais. » sous entendant que ça n'était pas pour tout de suite. Elle voulait simplement qu'il arrête de la considérer en petite chose fragile à protéger. Mais plus comme une élève. Le rire qui était sorti de sa gorge la veille au soir résonnait encore dans l'esprit de June. Il ne la pensait pas capable de faire le moindre mal à une mouche. Il y avait quelque chose qui peu à peu l'irritait. Jusqu'à présent elle gérait sa vie toute seule, n'avait jamais eut besoin de personne pour veiller sur elle. La jeune femme n'aimait pas cette position de faiblesse. Après la petite démonstration de combat, elle se contenta de le regarder fixement durant quelques secondes, avant de regarder ailleurs. Il avait peur de la blesser. June inspira un grand coup, contrôlant cette sorte de bouillonnement qu'elle sentait monter en elle, pour revenir plus calme vers Tobias et ainsi être plus réceptive à ce qu'il voulait lui enseigner.

Et puis il y eut la piscine, le froid, l'eau, la peur… une fois dans la chambre elle répliqua : « -et toi arrête de dire ça, tu n'es pas surhumain. » elle avait répondu assez sèchement. Se retrouver ainsi sans défense dans l'eau… elle n'avait jamais vu le fait qu'elle ne sache pas nager comme un problème existentiel. Aujourd'hui elle savait qu'elle pouvait en mourir. Autant que d'une balle. Elle décida de ne pas en rester là. « -d'accord. » un hochement de tête et elle tenta à plusieurs reprises de se défendre. Techniquement si ça avait été dans la vraie vie, elle aurait eut recours à son genou dans les parties, un talons sur les pieds, des doigts dans les yeux. Mais c'était Tobias, elle n'allait pas lui faire subir ça. Il l'agaça en soupirant, elle exécuta pourtant les consignes. Jusqu'à présent la plus part des journées d'entraînement c'était soldée par une June faisant la gueule. Elle percevra, se donna à fond encore et encore.

Finalement à la fin de la journée Tobias sembla trouver qu'elle avait fait des progrès. « -d'accord. » souffla June pour toute réponse. Il avait raison, même si elle doutait que ses futurs agresseurs soient aussi sympa dans leur frappe. « -je vais me doucher » déclara June en quittant le jardin, ravi que la journée touche à sa fin. Elle était épuisée et fit l'erreur de s'allonger sur le lit juste après être sortie de la salle de bain. Elle s’endormit de fatigue, le corps quelque peu douloureux. Ce fut la voix de François qui claironna un à table dans l'escalier qui la fit se réveiller en sursaut.


Revenir en haut Aller en bas
 
Manhattan Redlish
Manhattan Redlish
MESSAGES : 1637
INSCRIPTION : 26/04/2018
CRÉDITS : Icon : Tumblr

UNIVERS FÉTICHE : City
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

https://www.letempsdunrp.com/t1582-the-suspens-killing-me#25903 https://www.letempsdunrp.com/t3787-bienvenue-dans-mon-humble-demeure#80057
vol de nez

Une traque sans fin ...  - Page 5 Empty

210711084409633099.png
Tobias Hansen
J'ai 41 ans et je vis à Santa Barbara, États-Unis. Dans la vie, je suis professeur dans un lycée privé et je m'en sors parfaitement bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.


Quatre ans que Blackbird avait disparu. Quatre ans que Tobias Hansen avait décidé de se ranger, abandonnant sa double-vie pour vivre pleinement la sienne. Enseignant dans un établissement privé de Santa Barbara, mais sans délaisser celle qui avait été l’élément perturbateur de sa vie. Il aurait pu la laisser vivre sa vie sans son regard au-dessus de son épaule, mais son instinct lui disait que ce n’était pas fini. A tout moment, on pouvait apprendre son existence et finir le travail… Ce qui arriva, obligeant Blackbird à reprendre du service une dernière fois afin de sauver celle auprès de qui, il avait trouvé les prémices de sa rédemption...

Une traque sans fin ...  - Page 5 9efq
Une traque sans fin ...  - Page 5 O0ds
Une traque sans fin ...  - Page 5 Hpe5
crédit : Bazzart


Emmurait dans son habituel mutisme, Tobias avait tenté, toute la journée durant, d’ignorer la tension palpable que June avait l’habitude d’instaurer entre eux lors des entrainements. Une tension qui découlait de son agacement, de sa lassitude face à ses faiblesses, à son manque d’expérience. Il avait ainsi tenté de se concentrer sur ces enseignements, lui prodiguant le meilleur entrainement possible et avec toute la sérénité et le détachement dont il était capable à son encontre, pour ne pas envenimer les choses. Ce fut la raison pour laquelle, il était resté silencieux malgré le ton employé par cette dernière un peu plus tôt dans la journée, ou encore en cet instant précis, alors qu’elle semblait vouloir instaurer une certaine distance entre eux à l’issue de leur entrainement.
Il s’était alors retrouvé soudainement seul et un soupir avait passé la barrière de ses lèvres en fixant la porte de la salle de bain qui s’était refermée sur elle. Il se gratta le sourcil de son pouce et s’éloigna, récupérant quelques affaires et décida d’occuper la seconde salle de bain de la résidence provinciale. Lorsqu’il fut douché et vêtu correctement, il prit place dans le jardin avec Duprès qui avait le nez plongé dans sa lecture, dégustant une tasse de thé encore fumante, et qui profitait de la douceur automnale qui contrastait avec le froid canadien qu’ils avaient quitté quelques jours auparavant. « L’entraînement se passe comme tu veux ? » demanda Duprès sans détourner son regard des pages de son roman de littérature française. Tobias leva la tête vers le ciel légèrement nuageux « Pas vraiment ». Un nouveau soupir en se passant les mains sur les visages et tourna la tête vers son ami « Elle n’a aucune patience avec elle-même » « Cette petite tiens surtout à toi » « Quel rapport ? ». Duprès ferma le livre et se tourna vers le quarantenaire « Elle voudrait aussi pouvoir se protéger par elle-même et sûrement te protéger le moment venu, mais elle se retrouve confronté à son ignorance des techniques de combat et se rend compte que, peut-être, elle est plus un poids pour toi, qu’autre chose ». Ce dernier haussa les épaules pour seule conclusion, se tourna de nouveau pour avoir l’horizon à portée de vue et se saisit de son livre afin de poursuivre sa lecture.

Quant à Tobias, il observa un instant son ami alors que les paroles de ce dernier faisaient leur bout de chemin dans son esprit, se tourna à son tour pour observer le bout du jardin et après un bref regard pour l’heure, et un autre pour la baie vitrée, s’interrogea sur l’absence de June. Il quitta alors sa chaise et le jardin, et se rendit dans la chambre. Il s’approcha de la jeune femme qui dormait à poing fermé, la recouvrit d’une couverture et prit place derrière le bureau. Un coup d’œil à June et se saisit de quelques feuilles blanches, d’un stylo et commença à écrire. Une première lettre à l’intention de la femme allongée derrière lui, et d’une autre à l’attention de sa famille. La dernière fois qu’il avait eu ce réflexe, c’était plus de quinze ans auparavant alors qu’on l’envoyait, une nouvelle fois au front et qu’il avait dû se battre pour rester en vie… La voix de Duprès le fit sursauter et le maudit soudainement en se rendant compte qu’il n’était pas le seul à avoir été brusqué. Il rangea les deux lettres dans le premier tiroir du bureau et se retourna vers la jeune femme « Viens, tu dois manger un peu » et se leva pour arriver à sa hauteur, l’aidant à s’extirper du lit et descendirent pour dîner dans un silence de plomb. Tobias décida de débarrasser et s’occupa de la vaisselle sans mot dire et prit sa tasse de thé dans le jardin, malgré la fraicheur de la nuit. Si June souhaitait lui parler, elle ferait le premier pas. C’était elle qui avait peur, qui s’agaçait et c’était donc à elle de se confier à lui, et non lui à quémander pour qu’elle se confie à lui. Il prit donc place sur la chaise de jardin, savourant le silence ambiant, sa tasse fumante à ses côtés.



Revenir en haut Aller en bas
 
Charly
Charly
Féminin MESSAGES : 1571
INSCRIPTION : 24/04/2018
ÂGE : 33
RÉGION : Haut de France
CRÉDITS : Bones_Obsessor

UNIVERS FÉTICHE : City, HP
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t1560-boom-baby
vol de nez

Une traque sans fin ...  - Page 5 Empty

hgfff.png
June Miller
J'ai 36 ans et j'ai arrêté de mentir sur mon âge. Je vis à Charleston, États-Unis. Dans la vie, je suis agent artistique et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma chance ou pas, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.


Nouvelle ville, nouvelle identité, nouvelle vie. Cela fait quatre ans que Daniela Willams n'existe plus, remplacé par June Miller. Malgré ses doutes, ses peurs, son incapacité à faire confiance aux gens, son franc parlé et son manque certain d'amour, la jeune femme déboussolée qu'elle était à l'époque, c'était fait la promesse de réussir cette nouvelle vie. Après avoir repris des études, et grâce à l'argent que Tobias lui avait donné, elle a monté son entreprise. Adieu le rêve de devenir artiste. Obligation de rester dans l'ombre. Alors pour côtoyer la scène et les paillettes, elle est devenue agent de star. Dénicheuse de talents. Aujourd'hui, elle est plutôt fière de son succès, de sa réussite et de cette nouvelle vie. Respectée et fortement appréciée dans son métier comme dans sa vie privée, la jeune femme n'a pas perdu sa bonne humeur et son humour parfois tranchant. Malgré les secrets et les mensonges, June a réussi à se faire une place et à vraiment vivre. Mais pour combien de temps encore?

Une traque sans fin ...  - Page 5 Tumblr_inline_ndge8ghya71so10o6
Une traque sans fin ...  - Page 5 MeaslyDearAnnelida
crédit : moi


Elle détestait être réveillée de cette façon. Encore plus aujourd’hui, alors qu’elle redoutait que Lee Jong leur tombe dessus alors qu’elle était loin d’être prête à cela. Est ce qu’elle le serait un jour ? Cette question lui traversa l’esprit alors qu’elle mangeait silencieusement en compagnie des deux hommes qui la protégeaient. Perdue dans ses pensées, elle échangea très peu de regard avec François ou même Tobias. June aurait aimé plus de temps pour s’entraîner, pour se préparer. Et en même temps elle désirait que cela finisse, qu’ils soient fixés sur leur sors. Parce que ça n’était pas une vraie vie que de regarder toujours par dessus son épaule. Et puis ça lui tapait sur les nerfs, la rendant ronchon et elle n’aimait pas ça non plus. Elle resta un moment son verre d’eau entre les mains à observer Tobias faire la vaisselle. Elle ne s’en faisait pas pour lui. Il était sans doute habitué maintenant à ce qu’elle réagisse de cette manière après un entraînement. Elle lui laissa un peu de temps seul sur la terrasse avant de sortir pour le rejoindre, emmitouflée dans un plaid.

« -quand est ce qu’on s’en va ? » demanda la jeune femme en prenant place dans la chaise voisin, croisant ses jambes avec élégance, regardant la lune qui peu à peu montait dans le ciel. « -c’est drôle, je me sens bien moins rassurée ici qu’au chalet... » aller savoir pourquoi. Ils étaient presque autant perdu dans la campagne. Il n’y avait pas de wapiti, d’ours ou de loups ! Et pourtant, elle ne se sentait pas aussi bien qu’au chalet. Elle ajouta d’un petit ton boudeur : « -et puis y’a pas de piano. » cela lui manquait terriblement ! Elle tourna le visage vers Tobias et esquissa un léger sourire, une sorte de pardon silencieux pour son comportement. Quelque chose qu’il était tout à fait capable de comprendre.

Et puis elle baissa les yeux, se pinça les lèvres quelques secondes et finit par demander : « -est ce que tu... » June hésita, puis regarda de nouveau Tobias et demanda enfin : « -est ce que par hasard tu t’es renseigné sur ce que deviens… sur ce que deviens mon agence ? » oui voilà c’était dit. Elle était à nouveau nostalgique de sa vie. Elle voulait savoir si la clé avait été mise sous la porte ou si Stan avait repris les choses en main. Plus la situation actuelle se prolongeait plus ses chances de réintégrer son ancienne vie pro s’envolait. Elle le savait. Elle n’aurait plus aucune crédibilité. « - non tu sais quoi, c’est pas grave. C’est rien. Oublie ça. Comme je vais l’oublier moi d’ailleurs. » un petit rire nerveux en se levant : « -je vais aller prendre un comprimé pour prévenir les courbatures parce que je sens que je commence déjà à rouiller. » et demain il fallait qu’elle soit en forme.


Revenir en haut Aller en bas
 
Manhattan Redlish
Manhattan Redlish
MESSAGES : 1637
INSCRIPTION : 26/04/2018
CRÉDITS : Icon : Tumblr

UNIVERS FÉTICHE : City
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

https://www.letempsdunrp.com/t1582-the-suspens-killing-me#25903 https://www.letempsdunrp.com/t3787-bienvenue-dans-mon-humble-demeure#80057
vol de nez

Une traque sans fin ...  - Page 5 Empty

210711084409633099.png
Tobias Hansen
J'ai 41 ans et je vis à Santa Barbara, États-Unis. Dans la vie, je suis professeur dans un lycée privé et je m'en sors parfaitement bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.


Quatre ans que Blackbird avait disparu. Quatre ans que Tobias Hansen avait décidé de se ranger, abandonnant sa double-vie pour vivre pleinement la sienne. Enseignant dans un établissement privé de Santa Barbara, mais sans délaisser celle qui avait été l’élément perturbateur de sa vie. Il aurait pu la laisser vivre sa vie sans son regard au-dessus de son épaule, mais son instinct lui disait que ce n’était pas fini. A tout moment, on pouvait apprendre son existence et finir le travail… Ce qui arriva, obligeant Blackbird à reprendre du service une dernière fois afin de sauver celle auprès de qui, il avait trouvé les prémices de sa rédemption...

Une traque sans fin ...  - Page 5 9efq
Une traque sans fin ...  - Page 5 O0ds
Une traque sans fin ...  - Page 5 Hpe5
crédit : Bazzart


Installé sur la chaise en fer forgé du jardin, son regard perdu dans la contemplation de l’horizon, sa main tenant sa tasse de thé fumante, il releva brièvement son regard sur June qui venait de le rejoindre avant de fixer, de nouveau, le point invisible au bout du jardin. Pour simple réponse, Tobias porta sa tasse à ses lèvres afin d’en prendre une gorgée et la reposa sur la table à ses côtés, tout en écoutant la jeune femme se confier à lui sur son ressenti face à cet endroit. Lui aussi se sentait nostalgique du chalet qu’ils avaient quitté. Il se sentait moins en sécurité, moins apaisé. Mais peut-être était-ce dû à la lassitude de cette situation qui commençait à lui peser… Il tourna alors la tête vers elle pour confirmer, d’un signe de tête, ce qu’elle venait de lui dire et esquissa un sourire concernant le piano, portant de nouveau sa tasse de thé à ses lèvres sans mot dire.
Son regard se porta à nouveau sur le fond du jardin, restant emmurait dans le plus profond des silences et tendit l’oreille quand elle parla de nouveau. Il sentit son hésitation, poussant à tourner la tête en sa direction, patientant la fin de sa phrase. Il s’apprêtait à ouvrir la bouche pour répondre que June se ravisa et lui demanda de ne pas répondre. Il referma alors la bouche sans chercher à répondre et la laissa se lever « Va t’allonger. Je ne vais pas tarder ».

Se retrouvant de nouveau seul, Tobias leva la tête vers le ciel qui commençait à se couvrir lorsqu’il entendit la porte de la baie vitrée s’ouvrir de nouveau. Pas besoin de tourner la tête pour savoir que Duprès était venu le rejoindre pour terminer sa tisane en sa compagnie. Ce même silence se poursuivit entre les deux hommes jusqu’à ce qu’ils terminent leurs tasses de thé. Un échange de regard, un « bonne nuit » réciproque et le quarantenaire rejoignit June dans la chambre à coucher. Il retira ses chaussures sur le seuil de la porte, se décidant enfin à prendre la parole « Tu veux un massage ? » et retira ses vêtements pour enfiler son pyjama, avant de se glisser sous les draps, puis se plaça à califourchon sur June, laissant ses mains détendre son dos, ne parlant toujours pas. Il réfléchissait. Et comme à chaque fois qu’il prenait le temps de réfléchir, Tobias s’emmurait dans un silence de plomb. Il déposa finalement un baiser sur la peau de June et se laissa glisser à ses côtés, soufflant un « Bonne nuit » avant de fermer les yeux…

Au petit matin, Tobias fut le premier à ouvrir les yeux et s’autorisa une heure de course à pied sur le bord de plage, suivit d’une douche rapide et de deux tasses de café devant son ordinateur, patientant que le reste de la résidence ne se réveille à son tour. Duprès fut le second, comme souvent et après une discussion entre les deux hommes qui prit fin au moment même où June descendit les marches, il se mit à pratiquer son yoga matinal. Tobias tourna la tête vers la jeune femme en souriant avec douceur « Comment tu te sens ce matin ? » en se levant pour l’embrasser sur la tempe. Il la laissa prendre son petit-déjeuner en toute quiétude et lorsqu’elle eut fini, fit glisser une enveloppe jusqu’à elle après un bref échange de regard avec Duprès qui les avait rejoints « La prochaine destination… Tu rentres chez toi June » en lui souriant avec tendresse dans laquelle perçait, une certaine mélancholie à la simple pensée de ce qui allait suivre « Ta société a besoin de toi et tu as besoin de retourner à ta vie d’avant. Et je devance ta question concernant Lee Jong » Il croisa le regard de Duprès qui l’encouragea à poursuivre d’un signe de tête « Nous en avons longuement parlé tous les deux » Il tourna la tête vers June « Duprès va mettre à disposition un de ces hommes pour veiller sur toi durant quelques jours et quant à nous, nous allons mettre un terme à cette chasse à l’homme interminable ». Elle était épuisée de tout cela. Lui aussi. Il savait que son idée lui faisait courir un risque immense, mais ce n’était pas vivre que de poursuivre de la sorte. Il fit glisser deux nouvelles enveloppes jusqu’aux mains de June, où était indiquée, sur l’une d’elle, le prénom de cette dernière et sur l’autre, celui de ses parents « Je te les confies. C’est juste au cas où » haussant les épaules à ces derniers mots. Il leva la tête vers Duprès « Tu peux nous laisser seuls un instant, je te prie » et quand ce dernier eut quitté la pièce, Tobias s’approcha de June sans la toucher, craignant de se prendre une gifle après tout cela « June… ».



Revenir en haut Aller en bas
 
Charly
Charly
Féminin MESSAGES : 1571
INSCRIPTION : 24/04/2018
ÂGE : 33
RÉGION : Haut de France
CRÉDITS : Bones_Obsessor

UNIVERS FÉTICHE : City, HP
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t1560-boom-baby
vol de nez

Une traque sans fin ...  - Page 5 Empty

hgfff.png
June Miller
J'ai 36 ans et j'ai arrêté de mentir sur mon âge. Je vis à Charleston, États-Unis. Dans la vie, je suis agent artistique et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma chance ou pas, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.


Nouvelle ville, nouvelle identité, nouvelle vie. Cela fait quatre ans que Daniela Willams n'existe plus, remplacé par June Miller. Malgré ses doutes, ses peurs, son incapacité à faire confiance aux gens, son franc parlé et son manque certain d'amour, la jeune femme déboussolée qu'elle était à l'époque, c'était fait la promesse de réussir cette nouvelle vie. Après avoir repris des études, et grâce à l'argent que Tobias lui avait donné, elle a monté son entreprise. Adieu le rêve de devenir artiste. Obligation de rester dans l'ombre. Alors pour côtoyer la scène et les paillettes, elle est devenue agent de star. Dénicheuse de talents. Aujourd'hui, elle est plutôt fière de son succès, de sa réussite et de cette nouvelle vie. Respectée et fortement appréciée dans son métier comme dans sa vie privée, la jeune femme n'a pas perdu sa bonne humeur et son humour parfois tranchant. Malgré les secrets et les mensonges, June a réussi à se faire une place et à vraiment vivre. Mais pour combien de temps encore?

Une traque sans fin ...  - Page 5 Tumblr_inline_ndge8ghya71so10o6
Une traque sans fin ...  - Page 5 MeaslyDearAnnelida
crédit : moi


Un dernier regard en se pinçant les lèvres, avant un petit signe de la main, et June avait fait demi tour direction la cuisine. Elle avala le comprimé dont elle avait parlé, souhaita une bonne nuit à François en passant, et monta à l’étage. Une fois en pyjama elle s’allongea sur le lit, saisit le bouquin qu’elle était en train de lire en s’installant sur le ventre. L’histoire était plutôt captivante, mais elle ne parvenait pas à lire plus de trois phrases. A cet instant, elle aurait donné beaucoup pour un joint. Sauf que elle n’avait plus rien pour ça. Alors elle soupira et tenta à nouveau de reprendre sa lecture. A peine une page pus tard, Tobias entrait dans la chambre. Elle avait lu et relu les mêmes mots encore et encore. Elle tourna la tête, profita de la vue, avant de lui répondre un : « -non, ça va ne t’en f... » mais il venait de prendre place sur elle, et de poser ses mains sur son dos, alors elle préféra la fermer. Elle n’osa pas briser le silence et ferma les yeux. « - à toi aussi... » souffla la jeune femme avec douceur, avant de mettre une éternité à trouver le sommeil.

Lorsqu’elle ouvrit les yeux, la place à côté d’elle était froide. Tout avait été bien étrange durant la soirée. June prit son temps pour se lever. Elle n’avait pas envie d’une nouvelle journée. Pas tout de suite. Elle avait comme une sorte d’appréhension, ou de mauvais présentement. Un truc qui lui disait que c’était mieux de rester cacher sous les draps. Mélancolique, elle resta là, au milieu du lit, le nez dans l’oreiller de Tobias, à regarder les oiseaux voler devant la fenêtre. Ce fut en soupirant et en se disant qu’elle devait se secouer les puces que la jolie brune se leva pour s’habiller et enfin rejoindre le rez de chaussée. Elle afficha un sourire et entra dans la cuisine comme si tout allait bien dans le meilleur des monde. « -ça va. » répondit elle pourtant sans grande conviction en se servant un café. Elle n’avait pas vraiment faim, mais si il fallait qu’elle passe sa journée à s’entraîner, il lui fallait des forces. Soudainement ses céréales multicolores lui manquaient. Elle terminait sa tasse de café lorsque Tobias fit glisser une enveloppe vers elle. « -t’es au courant que je te fais pas payer... » insinua la jolie brune avec un sourire en coin, qui disparu bien vite. « -pardon ? » demanda t elle en ayant fixé du regard le morceau de papier durant quelques secondes.

Un regard pour Tobias, un autre pour François, puis de nouveau Tobias. « -vous avez parlé tous les deux. De moi. Sans moi. Bien sur. Évidement. » elle détesta l’idée d’avance. Serra les dents en écoutant la suite malgré la douceur du regard de Tobias. « -quoi ? Non ! Je le connais pas ce type ! J’en veux pas ! » ni d’un autre garde du corps, ni du billet d’avion que devait contenir la première enveloppe. Un froncement de sourcils en voyant les suivantes, un regard plein d’incompréhension pour Tobias. Elle ferma les yeux quelques secondes lorsqu’elle réalisa ce que cela pouvait être. « -Tobias... » commença t elle presque à voix basse. Elle regarda le français quitter la pièce et lorsque Tobias ouvrit la bouche, elle recula d’un pas levant une main devant elle, quelle sera en même temps que ses paupières. « -tu te débarrasses de moi c’est ça... » commença la jolie brune. Une boule c’était formée dans sa gorge. « -à quoi ça servait tout ça finalement, si c’est pour me renvoyer d’où je viens, toute seule avec comme compagnes de voyage mes peurs et mes angoisses ? » est ce que ça n’aurait pas été plus simple qu’il décide de tout ça avant de venir faire voler sa nouvelle vie en éclat ? « -et comment je vais savoir si… » elle se mordit les lèvres. Rien qu’à l’idée elle avait la nausée.

Revenir en haut Aller en bas
 
Manhattan Redlish
Manhattan Redlish
MESSAGES : 1637
INSCRIPTION : 26/04/2018
CRÉDITS : Icon : Tumblr

UNIVERS FÉTICHE : City
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

https://www.letempsdunrp.com/t1582-the-suspens-killing-me#25903 https://www.letempsdunrp.com/t3787-bienvenue-dans-mon-humble-demeure#80057
vol de nez

Une traque sans fin ...  - Page 5 Empty

210711084409633099.png
Tobias Hansen
J'ai 41 ans et je vis à Santa Barbara, États-Unis. Dans la vie, je suis professeur dans un lycée privé et je m'en sors parfaitement bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.


Quatre ans que Blackbird avait disparu. Quatre ans que Tobias Hansen avait décidé de se ranger, abandonnant sa double-vie pour vivre pleinement la sienne. Enseignant dans un établissement privé de Santa Barbara, mais sans délaisser celle qui avait été l’élément perturbateur de sa vie. Il aurait pu la laisser vivre sa vie sans son regard au-dessus de son épaule, mais son instinct lui disait que ce n’était pas fini. A tout moment, on pouvait apprendre son existence et finir le travail… Ce qui arriva, obligeant Blackbird à reprendre du service une dernière fois afin de sauver celle auprès de qui, il avait trouvé les prémices de sa rédemption...

Une traque sans fin ...  - Page 5 9efq
Une traque sans fin ...  - Page 5 O0ds
Une traque sans fin ...  - Page 5 Hpe5
crédit : Bazzart


Dire que la conversation, qu’il avait eu lors des premières heures de la matinée avec Duprès, avait été d’une facilité déconcertante, serait mentir. Même si, depuis quelques jours maintenant, l’idée s’était mise à germer dans son esprit, le véritable déclencheur fut la question posée par June la veille au soir. Tobias prit alors réellement conscience de l’impact qu’avait cette chasse à l’homme sur la vie de cette dernière. Il ne voulait pas qu’elle perde tout ce qu’elle avait construit. Elle avait mis bien trop d’investissement et de cœur à l’ouvrage pour que tout cela ne se meurt en son absence parce qu’ils tentaient de faire reculer l’échéance de l’inévitable. Il avait donc acheté un billet d’avion à la jeune femme. Un aller simple vers Charleston, et sans la moindre compagnie. Les deux hommes avaient décidé de tendre un piège au Coréen en le faisant venir dans la résidence provinciale afin de mettre définitivement fin à cette traque. Évidemment, quand il poussa l’enveloppe jusqu’à June de bon matin et qu’elle fit de l’humour avant qu’il ne lui explique le contenu de l’enveloppe, il était resté impassible, n’exprimant pas le moindre sourire jusqu’à ce qu’il lui annonce qu’elle allait enfin rentrer chez elle et reprendre le cours de son existence.

Tobias leva son regard sur Duprès quand cette dernière laissa parler son agacement à la simple idée qu’ils avaient décidé pour elle, sans l’en avertir. Il reporta son attention sur June alors qu’il poursuivit son explication. Un troisième homme serait chargé de sa protection à Charleston. Un contact de Duprès dont le quarantenaire ignorait tout, mais il lui faisait confiance. Un soupir alors qu’elle refusait déjà la protection de ce dernier « Je ne t’ai pas demandé ton avis » rétorqua-t-il avec calme et poussa deux nouvelles enveloppes qui contenaient ces adieux, juste au cas où. Le ton de la jeune femme changea du tout au tout lorsqu’elle comprit et son cœur se serra. Il demanda alors au Français de les laisser seuls un instant et s’approcha de June qui se recula, levant sa main pour mettre une distance entre eux deux. Il poussa un nouveau soupir en baissant un instant les yeux sur le sol en prononçant son nom. Un froncement de sourcil alors qu’il releva brusquement la tête vers cette dernière « Non, bien sûr que non… » et détourna les yeux quand elle tenta de trouver un sens à tout cela. Il savait qu’elle allait être terrorisée là-bas, aux États-Unis, sans lui, mais c’était inévitable. Il resta silencieux, reposant son regard qu’à cette phrase qu’elle ne parvint pas à terminer. Sa mâchoire serrée, Tobias fit un pas vers elle sans pour autant la toucher « June… Tu penses vraiment que cette décision a été simple à prendre ? Je crève de l’intérieur à la seule pensée de te savoir là-bas, sans moi… Mais je le fais pour toi ! » Un léger silence et reprit « Tu m’as demandé comment allait ta société et j’ai alors compris qu’à force de fuir l’inévitable, tu risquais de tout perdre, tout ce que tu avais construit dans cette nouvelle vie, et je ne veux pas de ça. Tu tiens à cette vie que tu as créée par toi-même, qui t’a permis de pouvoir enfin vivre sereinement et te donner envie de te lever chaque jour que Dieu fait. Je ne peux pas t’en éloigner plus longtemps… ». Il fit un nouveau pas vers elle et posa sa main sur sa joue, caressant sa peau de son pouce « Et en ce qui me concerne, je t’appellerais lorsque tout cela sera terminé et si jamais je venais à ne pas m’en sortir, la lettre est faite pour ça… ». Il déposa ses lèvres sur son front avec douceur avant de la blottir tout contre lui « J’ai fait en sorte de ne pas l’écrire comme un aurevoir, pour que tu puisses la lire dès que tu en ressentiras le besoin ». Il recula légèrement son visage pour croiser le regard de la jeune femme « Ton avion part dans deux jours… Je me suis dit qu’on avait encore le droit à quelques heures ensemble ». Après tout, c’était peut-être les derniers moments qu’ils passeraient ensemble et il voulait en profiter afin qu’elle garde en mémoire, ces derniers moments passés l’un avec l’autre, qu’elle sourit de douceur à son souvenir.




Revenir en haut Aller en bas
 
Charly
Charly
Féminin MESSAGES : 1571
INSCRIPTION : 24/04/2018
ÂGE : 33
RÉGION : Haut de France
CRÉDITS : Bones_Obsessor

UNIVERS FÉTICHE : City, HP
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t1560-boom-baby
vol de nez

Une traque sans fin ...  - Page 5 Empty

hgfff.png
June Miller
J'ai 36 ans et j'ai arrêté de mentir sur mon âge. Je vis à Charleston, États-Unis. Dans la vie, je suis agent artistique et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma chance ou pas, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.


Nouvelle ville, nouvelle identité, nouvelle vie. Cela fait quatre ans que Daniela Willams n'existe plus, remplacé par June Miller. Malgré ses doutes, ses peurs, son incapacité à faire confiance aux gens, son franc parlé et son manque certain d'amour, la jeune femme déboussolée qu'elle était à l'époque, c'était fait la promesse de réussir cette nouvelle vie. Après avoir repris des études, et grâce à l'argent que Tobias lui avait donné, elle a monté son entreprise. Adieu le rêve de devenir artiste. Obligation de rester dans l'ombre. Alors pour côtoyer la scène et les paillettes, elle est devenue agent de star. Dénicheuse de talents. Aujourd'hui, elle est plutôt fière de son succès, de sa réussite et de cette nouvelle vie. Respectée et fortement appréciée dans son métier comme dans sa vie privée, la jeune femme n'a pas perdu sa bonne humeur et son humour parfois tranchant. Malgré les secrets et les mensonges, June a réussi à se faire une place et à vraiment vivre. Mais pour combien de temps encore?

Une traque sans fin ...  - Page 5 Tumblr_inline_ndge8ghya71so10o6
Une traque sans fin ...  - Page 5 MeaslyDearAnnelida
crédit : moi


« -justement là est tout le problème ! »
répliqua June en lui faisant les gros yeux. Jamais personne ne l’avait materné, n’avait pris soin de prendre des décisions importantes pour elle. Elle avait toujours été maîtresse de sa vie. Pourtant depuis quelques temps des hommes avaient la fâcheuse tendance à vouloir gérer à sa place ! Lee Jong en premier lieu, et maintenant c’était le tour de Tobias, qui avait choisi de voir les détails avec François plutôt qu’avec elle ! June sentait monter en elle de la colère, qui cachait bien entendu de la peur. Peur de retourner là bas seule, peur de ne rien retrouver ou de ne pas avoir le courage de se glisser à nouveau dans sa vie, d’inventer de nouveaux mensonges crédibles. Mais aussi peur pour Tobias, peur de le perdre, de ne jamais plus le revoir.

June avait les jambes qui flanchaient. Lorsque Tobias fit un pas vers elle, la jeune femme préféra s’asseoir à nouveau pour éviter de finir au sol ou de partir en courant. Ses mains tremblaient alors elle les joignit entre elles pour garder le contrôle. « -alors gardes moi prêt de toi ! » s’était elle exclamée en lui courant la parole. Pour elle ? Que voulait il dire ? Elle ne comprenait pas. « -arrêtes de dire n’importe quoi ! Tu n’es pas la cause de tous ça ! Tu n’y es pour rien si l’autre cinglé croient encore que je peux nuire à ses affaires et qu’il veut ma peau ! » Si Tobias n’était pas venue jusqu’à elle, ne l’avait pas emmener jusqu’au Canada, dans ce chalet perdu au fond des bois, elle serait peut être morte ! Certainement même ! « -bien sur que j’aimais ma nouvelle vie mais… » elle venait de faire pivoter le tabouret en disant cela, ne terminant pas sa phrase. Maintenant il était là. Il faisait parti de sa vie. Et elle n’avait pas envie de poursuivre cette vie sans lui. « -comment veux tu que je reprenne une vie normale ? » souffla t elle en lovant sa joue contre la main de Tobias.

« -j’espère ne jamais avoir à l’ouvrir... » souffla t elle à nouveau en sentant ses lèvres sur son front, fermant les yeux quelques instants. « -tais toi je t’en pris... » le supplia June blottit dans ses bras, ne souhaitant pas imaginer quoi que se soit. Son regard plongea ensuite dans celui du beau blond et elle hocha la tête résignée. A quoi bon se battre contre lui. Elle n’avait pas envie de cela. Il avait raison, autant passer ensemble des moments de qualité plutôt que de se déchirer.

La journée passa à une vitesse folle. Ils passèrent du temps à voir en détail ce qui pouvaient être crédible pour son retour dans sa vie active. Le sujet lui déchirait le coeur, mais elle n’avait pas le choix. Tobias avancerait sans doute plus vite sans elle. Il aurait les idées plus claires aussi. Un repas devant un film blottit l’un contre l’autre. Une nuit calme et tendre. Elle savoura la chaleur de ses bras, imprima dans son esprit chaque détails de son corps. La couleur de ses yeux, les cicatrices de sa peau, son sourire taquin, sa façon de la regarder lorsqu’elle était nue. Au matin, elle l’avait retenu avec elle dans les draps pour quelques minutes encore. Ils avaient finit par se lever et l’un comme l’autre avait mis de la bonne humeur à leur petit déjeuner, se taquinant malgré les regards parfois déjà triste. La décision fut prise d’aller au marché, comme pouvait le faire n’importe quel couple en vacances dans le coin. Dupré suivant d’un peu plus loin.
Revenir en haut Aller en bas
 
Manhattan Redlish
Manhattan Redlish
MESSAGES : 1637
INSCRIPTION : 26/04/2018
CRÉDITS : Icon : Tumblr

UNIVERS FÉTICHE : City
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

https://www.letempsdunrp.com/t1582-the-suspens-killing-me#25903 https://www.letempsdunrp.com/t3787-bienvenue-dans-mon-humble-demeure#80057
vol de nez

Une traque sans fin ...  - Page 5 Empty

210711084409633099.png
Tobias Hansen
J'ai 41 ans et je vis à Santa Barbara, États-Unis. Dans la vie, je suis professeur dans un lycée privé et je m'en sors parfaitement bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.


Quatre ans que Blackbird avait disparu. Quatre ans que Tobias Hansen avait décidé de se ranger, abandonnant sa double-vie pour vivre pleinement la sienne. Enseignant dans un établissement privé de Santa Barbara, mais sans délaisser celle qui avait été l’élément perturbateur de sa vie. Il aurait pu la laisser vivre sa vie sans son regard au-dessus de son épaule, mais son instinct lui disait que ce n’était pas fini. A tout moment, on pouvait apprendre son existence et finir le travail… Ce qui arriva, obligeant Blackbird à reprendre du service une dernière fois afin de sauver celle auprès de qui, il avait trouvé les prémices de sa rédemption...

Une traque sans fin ...  - Page 5 9efq
Une traque sans fin ...  - Page 5 O0ds
Une traque sans fin ...  - Page 5 Hpe5
crédit : Bazzart


C’était aussi pour cela que Tobias souhaitait que tout cela cesse au plus tôt : June n’avait plus la moindre emprise sur sa propre existence. Elle ne contrôlait plus rien. Elle était soumise à l’unique volonté de Lee Jong et du quarantenaire, et tout cela, au nom de sa sécurité. Il voulait donc que cela cesse, que la jeune femme puisse retrouver un semblant de contrôle sur sa vie, sur ses projets, et surtout, qu’elle réapprenne à vivre par elle-même. Mais en attendant de lui rendre sa liberté, Tobias devait encore faire des choix et ces choix, il devait les imposer à June qui, évidemment, n’était pas réellement séduite par l’idée de se retrouver à Charleston sans lui, et avec un autre protecteur qu’elle ne connaissait ni d’Adam, ni d’Eve. Il ne répondit donc rien, ne souhaitant pas envenimer les choses entre eux deux et poursuivit ses explications, en précisant, notamment, qu’il faisait tout cela à contre-cœur. Tobias ne souhaitait pas la savoir loin de lui. Il mourrait à feu doux à l’intérieur. Et ce qu’elle ajouta en lui coupant la parole fut encore plus douloureux. Il s’obligea à poursuivre avant de lui répondre un « Je ne peux pas et tu le sais ». Ils n’allaient pas faire le tour du monde en continuant de scruter au-dessus de leurs épaules, et cela, jusqu’à ce que Lee Jong ne s’épuise de lui-même de les traquer. C’était insensé. Ce n’était pas de cette vie qu’il souhaitait pour elle, ou encore pour eux deux. Le quarantenaire en vint à serrer la mâchoire avec force en détournant le regard « J’aurais dû tuer McPherson quand j’en avais l’occasion. Je savais que ce jour finirait pas venir et j’ai laissé faire… » et releva ses yeux sur June assise face à lui. « Mais quoi ? Tu as tout construit de tes mains. C’est ta vie et tu ne peux la laisser sur le bord de la route ».

Il fit un dernier pas vers elle et posa sa main sur sa joue, souriant avec à la fois de la douceur, et une certaine tristesse « Je ne sais pas, mais tu y arriveras. Tu y arrives toujours », posant ses lèvres sur son front, ne répondant pas à ses mots. Parce qu’au fond de lui, il savait qu’elle allait l’ouvrir cette lettre… Il connaissait son ennemi et il n’était pas parvenu à lui échapper la première fois, la seconde fois ne ferait pas exception. Il espérait juste avoir le temps de conclure un marché avec ce dernier, lui permettant de mettre June à l’abri… Mais ça, elle n’en saurait jamais rien. Il se concentra plutôt sur la lettre jusqu’à ce qu’elle lui demande de se taire et souffla un « d’accord » tout en resserrant légèrement son étreinte autour du corps de la jeune femme.

Le reste de la journée le mit brutalement face à la réalité. Elle allait partir. Elle allait reprendre le cours de sa vie sans lui. Après des mois à vivre chaque minute à ses côtés, voilà qu’elle s’apprêtait à laisser un grand vide dans son existence. Mais sur ça aussi, il garda le silence, tentant de rester le plus professionnel possible, et cela, malgré la douleur qu’il éprouvait à l’intérieur de lui. Le soir, il tenta d’omettre le départ prochain de June pour se concentrer uniquement sur elle, et en faire le centre de son monde. Il parcouru chaque parcelle de son corps, savoura chacune de ses caresses, prit le temps de la redécouvrir, et d’ajouter de nouveaux souvenirs qui n’appartiendraient qu’à eux seuls. Il voulait vivre ces deux derniers jours dans une bulle hermétique à tout danger. Il voulait qu’elle se souvienne de ces derniers moments en souriant de tendresse. Alors, lorsqu’elle eut l’idée de se promener sur le marché, Tobias ne s’y opposa pas, demandant à Duprès de veiller au loin sur elle. Pour une fois, ils allaient se promener comme un couple banal dans les rues de cette petite ville du sud, humant les odeurs du marché en s’arrêtant devant les étales comme de véritables touristes.

Son bras autour de ses hanches, ils marchèrent en toute quiétude sur l’allée principale du marché, prenant le temps de s’arrêter devant les produits locaux. Duprès n’était pas loin et Tobias ne parvenait pas à ne pas observer continuellement son environnement, mais il restait surtout attentif à June « Tu en veux pour le déjeuner ? » en désignant des fruits colorés « On continue de faire le tour du marché et on reviendra », esquissant un sourire de convenance au marchand, reprenant ainsi leurs marches « Je pourrais venir vivre à Charleston quand tout ça sera fini. Enfin, si tu veux toujours de moi. Ça rendra notre relation plus... concrète » en penchant légèrement la tête afin d'entrevoir le visage de June.

Revenir en haut Aller en bas
 
Charly
Charly
Féminin MESSAGES : 1571
INSCRIPTION : 24/04/2018
ÂGE : 33
RÉGION : Haut de France
CRÉDITS : Bones_Obsessor

UNIVERS FÉTICHE : City, HP
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t1560-boom-baby
vol de nez

Une traque sans fin ...  - Page 5 Empty

hgfff.png
June Miller
J'ai 36 ans et j'ai arrêté de mentir sur mon âge. Je vis à Charleston, États-Unis. Dans la vie, je suis agent artistique et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma chance ou pas, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.


Nouvelle ville, nouvelle identité, nouvelle vie. Cela fait quatre ans que Daniela Willams n'existe plus, remplacé par June Miller. Malgré ses doutes, ses peurs, son incapacité à faire confiance aux gens, son franc parlé et son manque certain d'amour, la jeune femme déboussolée qu'elle était à l'époque, c'était fait la promesse de réussir cette nouvelle vie. Après avoir repris des études, et grâce à l'argent que Tobias lui avait donné, elle a monté son entreprise. Adieu le rêve de devenir artiste. Obligation de rester dans l'ombre. Alors pour côtoyer la scène et les paillettes, elle est devenue agent de star. Dénicheuse de talents. Aujourd'hui, elle est plutôt fière de son succès, de sa réussite et de cette nouvelle vie. Respectée et fortement appréciée dans son métier comme dans sa vie privée, la jeune femme n'a pas perdu sa bonne humeur et son humour parfois tranchant. Malgré les secrets et les mensonges, June a réussi à se faire une place et à vraiment vivre. Mais pour combien de temps encore?

Une traque sans fin ...  - Page 5 Tumblr_inline_ndge8ghya71so10o6
Une traque sans fin ...  - Page 5 MeaslyDearAnnelida
crédit : moi




« -arrêtes. Si ça c’était passé autrement toi et moi on en serait pas là. » elle en était plus que persuadée. Il n’aurait probablement pas veillé sur elle de cette façon, il l’aurait oublié, serait passé à autre chose. Jamais il ne serait revenu dans sa vie, jamais ils n’auraient appris à se connaître. Il ne serait resté pour elle qu’un souvenir. Alors actuellement c’était le bordel, elle avait peur H 24, elle ne savait même pas si demain elle serait encore en vie et pourtant… pourtant en le regardant là, dans cette cuisine qui n’avait rien de bien romantique, elle n’avait pas envie d’être ailleurs ou avec un autre homme. « -mais j’ai pas envie de la vivre sans toi ! » avait elle répondu du tac au tac par la suite, comme si c’était une évidence !

Reprendre une vie normale, sa routine, son job… comment ?! Sans lui à ses côtés, avec dans le coeur un trou énorme, et ce doute constant de ne pas savoir si il était mort ou non. Elle ferma les yeux avec force. Non, il se trompait. Cette fois ci c’était mission impossible. Elle le savait d’avance. Elle ne pourrait pas faire comme si rien ne s’était passé, comme si tout allait bien, comme s’il n’avait jamais existé ! Il le lui avait assez dit, il était prêt à aller jusqu’au bout, à se sacrifié pour elle. Amour ou pas, il savait que Tobias le ferait. En acceptant ce matin ce choix qu’il avait fait pour elle, June savait que c’était peut être une première étape vers un deuil prématuré qui allait lui arracher le coeur.

Malgré les apparences, ni l’un ni l’autre n’était réellement détendu alors qu’ils se baladaient au milieu des étales. June savait que Dupré n’était pas loin derrière, et pourtant elle regardait à droite et à gauche, essayait de ne pas trouver un air suspicieux à tous le monde. Elle ne parvenait pas à profiter pleinement de l’instant et elle détestait ça. « -hum... » s’interrogea la jeune femme en regardant Tobias. Les fruits. « -heu oui pourquoi pas... » avait elle répondu en glissant une main dans ses cheveux. Elle savait qu’il n’était pas dupe. Et qu’il n’était pas tranquille non plus. Un léger sourire désolée avant d’avancer de nouveau. Puis un sourire en coin, le nez plissé elle se tourna vers lui : « -je croyais qu’on devait partir à l’autre bout du monde ! Tu m’as promis des vacances de rêves je te rappelle ! Et pour le moment j’ai simplement droit aux wapiti mangeur d’homme et à Dupré et sa musique pourrie ! » ce que Tobias venait de suggérer la séduisait vraiment et venait de lui permettre de faire de l’humour et surtout de sourire vraiment ! D’un vrai sourire lumineux. Avec plus de sérieux elle ajouta : « -j’adore l’idée. Enfin essai de pas revenir trop défigurer quand même… je commence tout juste à m’habituer à tes cicatrices. » elle roula les yeux avant de rire et de déposer ses lèvres dans le cou de Tobias.  
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


Une traque sans fin ...  - Page 5 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Une traque sans fin ...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Identité Secrète [DVDRiP]
» Sous un cerisier sans fleur [Hentaï] [PV Gak']
» Un peu de hentaï pour un ado de 15
» Mes yeux ne sont pas si bas... regarde un peu plus haut ça marchera peut-être mieux entre nous. (suite) //+18// //HENTAÏ//

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Pour s'amuser :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: