Le Deal du moment :
Pokémon 25 ans : où acheter le coffret ...
Voir le deal

Partagez
 
 
 

 Une traque sans fin ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 
Manhattan Redlish
Manhattan Redlish
MESSAGES : 1641
INSCRIPTION : 26/04/2018
CRÉDITS : Icon : Tumblr

UNIVERS FÉTICHE : City
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

https://www.letempsdunrp.com/t1582-the-suspens-killing-me#25903 https://www.letempsdunrp.com/t3787-bienvenue-dans-mon-humble-demeure#80057
vol de nez

Une traque sans fin ...  - Page 3 Empty

210711084409633099.png
Tobias Hansen
J'ai 41 ans et je vis à Santa Barbara, États-Unis. Dans la vie, je suis professeur dans un lycée privé et je m'en sors parfaitement bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.


Quatre ans que Blackbird avait disparu. Quatre ans que Tobias Hansen avait décidé de se ranger, abandonnant sa double-vie pour vivre pleinement la sienne. Enseignant dans un établissement privé de Santa Barbara, mais sans délaisser celle qui avait été l’élément perturbateur de sa vie. Il aurait pu la laisser vivre sa vie sans son regard au-dessus de son épaule, mais son instinct lui disait que ce n’était pas fini. A tout moment, on pouvait apprendre son existence et finir le travail… Ce qui arriva, obligeant Blackbird à reprendre du service une dernière fois afin de sauver celle auprès de qui, il avait trouvé les prémices de sa rédemption...

Une traque sans fin ...  - Page 3 5zjq
Une traque sans fin ...  - Page 3 Ynnz
Une traque sans fin ...  - Page 3 Ipe5
crédit : Bazzart



C’était presque une première pour Tobias de se retrouver face à une femme qui l’acceptait tel qu’il était, avec ses maigres qualités et ses défauts conséquents. Les femmes, le peu de femmes qui étaient parvenus à rester plus d’une nuit dans sa vie, n’était jamais parvenues à accepter ses silences, son plaisir pour la lecture qui pouvait durer des heures, ses absences répétées, son romantisme parcimonie. Il n’imaginait même pas leur réaction si elles avaient appris pour son autre profession… Mais June… June trouvait cela charmant. Elle aimait tous ces aspects de sa personnalité et ça ne faisait que l’aimer encore plus, comme sa capacité à parsemer d’humour la moindre de ses phrases. Il pencha alors la tête tout en souriant « Je suis sûr que c’est à ce moment-là que tu t’es rendu compte de mon charme fou » et se saisit de son verre, continuant de sourire tout contre le verre.

Toutefois, ce soir, Tobias voulait surtout que la jeune femme lui parle d’elle. Il voulait en apprendre plus sur elle, sur les évènements qui l’avait rendu telle qu’elle était aujourd’hui. Il fronça légèrement les sourcils en l’entendant « Oui… Tu sembles surprise de ma demande » et précisa qu’elle avait le droit de refuser de parler d’elle tout en s’éloignant dans la cuisine. Il revint avec l’entrée qu’il avait pris le temps de préparer, et sourit en soufflant un « merci » tout en prenant place à ses côtés. Il commença à manger, puis posa lentement sa fourchette dans son assiette et croisa ses bras sur le rebord de la table, fixant momentanément son entrée, avant de relever son regard sur June « Je ne suis pas personne » répondit-il simplement. Lui, il avait envie de la connaître, de découvrir sa vie, ce qu’elle aimait ou détestait. Il reprit sa fourchette et poursuivit son repas avant de tourner la tête vers elle en acquiesçant silencieusement. Il continua de manger, tout en l’écoutant avec attention, posant son regard de temps à autre, ou prenant une gorgée de vin pour accompagner son carpaccio.

Son assiette terminée, Tobias récupéra sa serviette et s’essuya la bouche sans faire de bruit, et la laissa poursuivre jusqu’à ce qu’il sente qu’elle avait fini de se confier. Il se leva sans mot dire, saisit la main de June pour la faire lever de table et la serra dans ses bras, son menton se perdant dans ses boucles brunes « Maintenant, tu sais ce que ça fait » et se recula après quelques instants, entourant son visage entre ses mains « Je vais tenter d’être cette personne-là pour toi, et on va prendre le temps de travailler dessus ». Il déposa ses lèvres sur les siennes et se saisit des assiettes pour les ramener en cuisine, revenant avec les lasagnes pour le plat principal. Serviette sur les genoux, il leur resservi un verre de vin et rétorqua « Tu n’as jamais été tentée de retrouver ton père ? » avant d’ajouter « C’est un peu chaud » et commença à manger. Il appuya son dos contre le dossier à la première bouchée « Tu n’as jamais rencontré quelqu’un qui a pu être là pour toi, qui te soutient et t’écoute sans jugement… pour reprendre tes mots ». La jeune femme n’avait pas eu de chance dans son enfance, mais n’en avait jamais eu non plus avec les hommes apparemment. A moins qu’elle ne lui donne tort. Mais il avait un doute certain… Et de savoir ça, ne lui donnait que plus envie de la protéger. Pas de Lee Jong ou de McPherson, mais de la vie elle-même. Il continua de manger avant de s’arrêter « Et tu as fait quoi dès que tu es partie de chez toi à 16 ans ? ».


Revenir en haut Aller en bas
 
Charly
Charly
Féminin MESSAGES : 1576
INSCRIPTION : 24/04/2018
ÂGE : 33
RÉGION : Haut de France
CRÉDITS : Bones_Obsessor

UNIVERS FÉTICHE : City, HP
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t1560-boom-baby
vol de nez

Une traque sans fin ...  - Page 3 Empty

hgfff.png
June Miller
J'ai 36 ans et j'ai arrêté de mentir sur mon âge. Je vis à Charleston, États-Unis. Dans la vie, je suis agent artistique et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma chance ou pas, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.


Nouvelle ville, nouvelle identité, nouvelle vie. Cela fait quatre ans que Daniela Willams n'existe plus, remplacé par June Miller. Malgré ses doutes, ses peurs, son incapacité à faire confiance aux gens, son franc parlé et son manque certain d'amour, la jeune femme déboussolée qu'elle était à l'époque, c'était fait la promesse de réussir cette nouvelle vie. Après avoir repris des études, et grâce à l'argent que Tobias lui avait donné, elle a monté son entreprise. Adieu le rêve de devenir artiste. Obligation de rester dans l'ombre. Alors pour côtoyer la scène et les paillettes, elle est devenue agent de star. Dénicheuse de talents. Aujourd'hui, elle est plutôt fière de son succès, de sa réussite et de cette nouvelle vie. Respectée et fortement appréciée dans son métier comme dans sa vie privée, la jeune femme n'a pas perdu sa bonne humeur et son humour parfois tranchant. Malgré les secrets et les mensonges, June a réussi à se faire une place et à vraiment vivre. Mais pour combien de temps encore?

Une traque sans fin ...  - Page 3 Tumblr_inline_ndge8ghya71so10o6
Une traque sans fin ...  - Page 3 MeaslyDearAnnelida
crédit : moi


June avait sourit avec douceur. « -c’est vrai... » il était loin de n’être personne. June n’avait pas envie de garder sa vie secrète, pas avec lui. En parler n’était pas douloureux, c’était juste sans grand intérêt. En tout cas à ses yeux. Tout en mangeant, June se confia peu à peu sur son enfance, cherchant à expliquer ainsi pourquoi c’était compliqué pour elle de se sentir aimé. Elle apprécia le silence de Tobias, l’écoute dont il faisait preuve. Durant les quatre années de sa nouvelle vie, la jeune femme avait fait un gros travail sur elle, sur son caractère, sur sa façon de parler, son attitude avec les gens. Mais pour l’amour et la confiance… Sa nouvelle identité, le contrat qui avait pesé sur sa tête, elle avait été incapable de laisser un homme rentrer réellement dans sa vie.

Un froncement de sourcil en ne comprenant pas pourquoi il voulait qu’elle se lève. Un léger rire une fois dans le creux de ses bras, avant de le regarder et de lui souffler un merci. Elle eut envie de lui dire qu’elle l’aimait, mais elle préféra lui rendre son baiser. Elle n’était pas vraiment encore prête à lui dire en le regardant dans le blanc des yeux. Puis elle l’observa partir avec les assiettes vides, un sourire tendre sur les lèvres. Elle s’en rendis compte, et baissant les yeux en se disant que la vie était bien étrange parfois. Et aussi que le pantalon que Tobias avait passé lui allait à merveille. Et encore que c’était peut être la première fois qu’elle matait ses fesses. « -doucement sur le vin... » lui signifia la jeune femme qui n’était pas une grande habituée. « -tu risquerais de me border plus tôt que prévu sinon. » un sourire amusé avait de souffler sur son assiette. « -non. » répondit June en soufflant à nouveau sur sa fourchette. « -je me suis toujours dis que s’il n’avait jamais voulu me connaître, pourquoi est ce que moi j’en aurai envie. » elle grimaça et ajouta : « -et aussi que c’était un gros con. » un sourire avant d’avaler ce qu’il y avait sur sa fourchette.

« -par quelqu’un tu veux dire un homme ? » demanda June avec un léger sourire. « -on en a déjà parlé, dans mon ancienne vie non. Dans la nouvelle, avec le secret… » un haussement d’épaule : « il y en a eu un pas trop mal… je l’ai jamais rappelé. Et puis tu as débarqué... » un sourire doux avant de manger à nouveau. Une inspiration et elle reprit son petit récit : « -j’ai commencer à faire des petits boulots. Au départ j’arrivais à mon sortir. Mais ma mère est tombée malade. Alors dès que j’avais un peu d’argent de côté, je lui envoyais. C’était pas la meilleure mère du monde, mais ça restait ma mère. » un pincement de lèvre avant une nouvelle bouchée : « -et puis j’ai rencontré un type. Un beau parleur… Qui disait pouvoir faire de moi une vraie chanteuse. » c’était peut être la partie la plus honteuse de son histoire. Et elle recula pour prendre son verre en main afin d’en parler. « -je suis tombée enceinte à 18ans. Tu devines qu’il s’est barré en courant en l’apprenant. » June posa son verre et joua quelque peu avec ses lasagnes avant de lâcher l’info. « -j’ai avorté. Ensuite j’ai pensé à me foutre en l’air. Mais j’ai été trop peureuse pour le faire. Comme quoi des fois la peur c’est pas mal ! » un peu d’humour pour éviter de plomber l’ambiance. « -ne me dis pas que tu es désolé. Je te l’ai déjà dis, j’aime pas la pitié. » elle avala une nouvelle bouchée avant d’enchainer assez rapidement : « -mais bon, je m’en suis remise, et j’ai décidé de plus jamais me laisser mettre à terre ainsi. Si la vie était une connasse, et bien je ferais en sorte de lui rendre. J’ai fais plein de job différent, parfois des pas très réglo, des honteux aussi… Je me suis toujours débrouillée pour m’en sortir. Et puis je t’ai rencontré toi et ton café un peu trop chaud. » un grand sourire comme si finalement ça avait été le plus beau jour de sa vie.


Revenir en haut Aller en bas
 
Manhattan Redlish
Manhattan Redlish
MESSAGES : 1641
INSCRIPTION : 26/04/2018
CRÉDITS : Icon : Tumblr

UNIVERS FÉTICHE : City
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

https://www.letempsdunrp.com/t1582-the-suspens-killing-me#25903 https://www.letempsdunrp.com/t3787-bienvenue-dans-mon-humble-demeure#80057
vol de nez

Une traque sans fin ...  - Page 3 Empty

210711084409633099.png
Tobias Hansen
J'ai 41 ans et je vis à Santa Barbara, États-Unis. Dans la vie, je suis professeur dans un lycée privé et je m'en sors parfaitement bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.


Quatre ans que Blackbird avait disparu. Quatre ans que Tobias Hansen avait décidé de se ranger, abandonnant sa double-vie pour vivre pleinement la sienne. Enseignant dans un établissement privé de Santa Barbara, mais sans délaisser celle qui avait été l’élément perturbateur de sa vie. Il aurait pu la laisser vivre sa vie sans son regard au-dessus de son épaule, mais son instinct lui disait que ce n’était pas fini. A tout moment, on pouvait apprendre son existence et finir le travail… Ce qui arriva, obligeant Blackbird à reprendre du service une dernière fois afin de sauver celle auprès de qui, il avait trouvé les prémices de sa rédemption...

Une traque sans fin ...  - Page 3 5zjq
Une traque sans fin ...  - Page 3 Ynnz
Une traque sans fin ...  - Page 3 Ipe5
crédit : Bazzart



La vie n’avait pas été clémente avec la jeune femme face à lui et qui tentait de se livrer sur cette enfance difficile. Un père aux abonnés absents, une mère prise par trop de petits boulots pour pouvoir éduquer et voir grandir son unique enfant. C’était donc sans grand étonnement que la jolie brune s’était montrée revêche et sarcastique lors de leur première rencontre. Et même si Daniela avait laissé place à une June plus confiante et sereine, le quarantenaire avait aussi confiance qu’elle restait toujours une blessée de la vie. Leur conversation sur la plage en était un bel exemple. Donc, comme pour lui démontrer qu’il pouvait être là pour elle, et lui offrir ce que la vie ne lui avait pas offert par le passé, Tobias s’était levé et l’avait serré dans ses bras. Cela l’avait fait rire et ils s’étaient embrassés, avant qu’il ne s’éloigne dans la cuisine pour revenir avec le plat principal. Reprenant place à ses côtés, il leur resservi un vin, souriant à June qui lui demandait de ralentir sur l’alcool « Ça ne me dérange pas » et reposa la bouteille alors qu’ils poursuivaient la conversation sur le père … le géniteur de la jeune femme. Emmuré dans son silence, Tobias hocha de la tête et répondit simplement « C’est une bonne raison de ne pas le voir alors » et se saisit de son verre de vin pour en prendre une gorgée avant de poursuivre le repas.

Il avala sa bouche avant de répondre « Oui » en se rendant compte qu’il était peut-être un peu trop curieux sur les relations passées de June, finalement. Il esquissa un petit sourire en évoquant leur rencontre « Tu aurais dû le rappeler » avant de se rendre compte que sa phrase pouvait être mal perçue « Enfin, je veux dire avant qu’on se rencontre. Non pas que je regrette notre histoire, bien au contraire, je ne changerai rien. Mais je veux dire que… » puis ferma les yeux, n’ouvrant qu’une paupière pour la regarder en faisant une légère moue « Je m’enfonce là… » et réouvrit les deux yeux « Il aurait pu t’apporter un peu de bonheur avant notre rencontre. C’est ce que je voulais dire » et décida de se faire taire en prenant une bouchée de lasagne. Tobias décida de changer de sujet en s’interrogeant sur la vie de June à compter du moment où elle avait quitté le domicile familial. Il s’emmura de nouveau dans son silence pour l’écouter avec attention, continuant de manger jusqu’à ce qu’elle lui parle de la grossesse à 18 ans. Il s’arrêta de mâcher un bref instant, posa lentement sa fourchette sur l’assiette, avala sa bouchée et s’essuya les lèvres en tournant la tête dans sa direction. Ça, il ne l’avait jamais su. Il n’y avait eu aucune ligne sur tout cela dans le dossier qu’on lui avait confié quelques années auparavant. Son dos contre le dossier de la chaise, il ne la quittait plus du regard et ce qui suivit lui fit mal. Son cœur se serra à la simple pensée de la voir si déboussolée, si perdue… Pas un sourire, rétorquant simplement un « Je n’allais pas dire que j’étais désolé » et c’était sincère. Son sourire ne s’afficha qu’à la fin, quand elle l’évoqua lui et son maudit café brûlant. Il resta silencieux un moment, le temps d’emmagasiner toutes ces informations, et prit une gorgée de vin, prenant le temps de le reposer sur la nappe blanche, et après plus de deux ou trois minutes, rétorqua « Et j’ai changé radicalement ta vie ». Un nouveau silence, et posa sa main sur la cuisse de June avec douceur « Merci… De t’être confié à moi. Ça n’a pas dû être facile » et se pencha pour l’embrasser avec tendresse, se reculant à peine pour la regarder dans les yeux « Ça… » et se tut, hésitant, puis baissa la tête avant de la relever « Ça… te rend encore plus jolie » ou plutôt, ça le faisait tomber amoureux un peu plus de savoir qu’elle s’était montrée aussi forte et ajouta en reprenant place correctement sur sa chaise « Toutefois, je note que tu as le chic pour tomber sur des connards… Ça me fait m’interroger sur ma personne » en la regardant avec taquinerie.


Revenir en haut Aller en bas
 
Charly
Charly
Féminin MESSAGES : 1576
INSCRIPTION : 24/04/2018
ÂGE : 33
RÉGION : Haut de France
CRÉDITS : Bones_Obsessor

UNIVERS FÉTICHE : City, HP
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t1560-boom-baby
vol de nez

Une traque sans fin ...  - Page 3 Empty

hgfff.png
June Miller
J'ai 36 ans et j'ai arrêté de mentir sur mon âge. Je vis à Charleston, États-Unis. Dans la vie, je suis agent artistique et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma chance ou pas, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.


Nouvelle ville, nouvelle identité, nouvelle vie. Cela fait quatre ans que Daniela Willams n'existe plus, remplacé par June Miller. Malgré ses doutes, ses peurs, son incapacité à faire confiance aux gens, son franc parlé et son manque certain d'amour, la jeune femme déboussolée qu'elle était à l'époque, c'était fait la promesse de réussir cette nouvelle vie. Après avoir repris des études, et grâce à l'argent que Tobias lui avait donné, elle a monté son entreprise. Adieu le rêve de devenir artiste. Obligation de rester dans l'ombre. Alors pour côtoyer la scène et les paillettes, elle est devenue agent de star. Dénicheuse de talents. Aujourd'hui, elle est plutôt fière de son succès, de sa réussite et de cette nouvelle vie. Respectée et fortement appréciée dans son métier comme dans sa vie privée, la jeune femme n'a pas perdu sa bonne humeur et son humour parfois tranchant. Malgré les secrets et les mensonges, June a réussi à se faire une place et à vraiment vivre. Mais pour combien de temps encore?

Une traque sans fin ...  - Page 3 Tumblr_inline_ndge8ghya71so10o6
Une traque sans fin ...  - Page 3 MeaslyDearAnnelida
crédit : moi


« -je sais, tu me l’as déjà dis. » avait répondu June avec un sourire en coin, avant de se délecté de l’inconfort dans lequel était en train de s’enliser Tobias. Elle cacha son sourire derrière sa main posant son coude sur la table, l’observant tenter de se justifier. « -non ! Non ! Pas du tout voyons ! » lança elle en se foutant de lui. « -et j’aurai disparu de sa vie du jour au lendemain, le laissant croire que j’étais partie pour un autre homme ? » ajouta la jeune femme sans cesser de sourire. « -je suis pas une briseuse de coeur. Il était gentil en plus » une gorgée de vin avant de dire : « -ça aurait peut être changé l’histoire justement. » un haussement d’épaules, elle ne regrettait pas d’avoir laissé filer Andrew. Jamais elle n’aurait été capable d’être véritablement sincère avec lui. Comme elle venait de le dire, c’était quelqu’un de bien, pour une fois, et elle s’en serait voulu de lui avoir fait du mal.

« -je l’ai jamais dis à personne. Même pas à ma mère. » avoua June alors qu’elle venait de lui confier son autre secret. Cet avortement qui l’avait tant bouleversé, qui lui avait collé des idées noires en tête. Un léger sourire et elle conclue le sujet : « -j’étais trop jeune, trop seule, et déjà bien trop dans la merde pour avoir un enfant. J’en ai souffert, mais je referais le même choix. » elle ne voyait pas l’intérêt de balancer un gosse dans ce monde, sans pouvoir être là pour lui et lui apporter le meilleur. C’était aussi en partie pour ça qu’elle avait tenu à ce qu’ils ne fassent pas n’importe quoi ensemble. « -je pense que le mot est juste ! » oui, il avait bouleversé sa vie, sans le vouloir il l’avait aidé, lui avait permis de changer, de devenir quelqu’un de meilleur, de se reprendre en main. Elle ne le remercia pas une nouvelle fois, parce que la réponse serait la même, qu’elle ne lui devait rien. Mais elle n’avait pas changé d’idée, elle lui devait beaucoup. Il pouvait bien faire le modeste, ça ne changeait rien au fait que sans lui et ses états de consciences, elle serait morte.

« -pourquoi est ce que je ferais des secrets ? Je suis au courant du tien, de ton passé. Je n’ai pas envie de te mentir ou de te cacher quoi que se soit. J’ai cette impression qu’on est ensemble contre le reste du monde alors... » elle finit sa phrase avec un haussement d’épaules. June lui rendit son baiser avec douceur, avant de pencher la tête, sourire et froncer les sourcils amusée et n’étant pas sur de comprendre ce qu’il voulait dire. « -ah oui mais non, les connards c’était dans ma vie d’avant. Les connards c’était pour Daniela. » ironisa June en glissant une de ses mains dans sa nuque, plissant le nez. « -c’est d’ailleurs bien pour ça que toi et moi y’a quatre ans de ça, c’était juste inimaginable. Je ne me souviens même pas t’avoir trouvé le moindre charme ! » elle avala une gorgée de vin en ajouta : « -j’étais tellement sur la défensive tout le temps… c’est pour ça que tu t’es pas manifesté d’ailleurs ! Tu attendais que je sois moins conne ! » elle ouvrit les deux mains pour marquer l’évidence. « -tiens d’ailleurs à ton tour les aveux. Tu es venu à ma remise de diplôme et… et à quoi d’autre ? Ça t’es arrivé de me suivre ? » c’était de la simple curiosité. Ça l’amusait même maintenant.


Revenir en haut Aller en bas
 
Manhattan Redlish
Manhattan Redlish
MESSAGES : 1641
INSCRIPTION : 26/04/2018
CRÉDITS : Icon : Tumblr

UNIVERS FÉTICHE : City
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

https://www.letempsdunrp.com/t1582-the-suspens-killing-me#25903 https://www.letempsdunrp.com/t3787-bienvenue-dans-mon-humble-demeure#80057
vol de nez

Une traque sans fin ...  - Page 3 Empty

210711084409633099.png
Tobias Hansen
J'ai 41 ans et je vis à Santa Barbara, États-Unis. Dans la vie, je suis professeur dans un lycée privé et je m'en sors parfaitement bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.


Quatre ans que Blackbird avait disparu. Quatre ans que Tobias Hansen avait décidé de se ranger, abandonnant sa double-vie pour vivre pleinement la sienne. Enseignant dans un établissement privé de Santa Barbara, mais sans délaisser celle qui avait été l’élément perturbateur de sa vie. Il aurait pu la laisser vivre sa vie sans son regard au-dessus de son épaule, mais son instinct lui disait que ce n’était pas fini. A tout moment, on pouvait apprendre son existence et finir le travail… Ce qui arriva, obligeant Blackbird à reprendre du service une dernière fois afin de sauver celle auprès de qui, il avait trouvé les prémices de sa rédemption...

Une traque sans fin ...  - Page 3 5zjq
Une traque sans fin ...  - Page 3 Ynnz
Une traque sans fin ...  - Page 3 Ipe5
crédit : Bazzart


De ce qu'il pouvait voir de son sourire, cela semblait fortement amuser la jeune femme que de le voir patauger de la sorte pour se faire comprendre. Ce n'était pas souvent qu'il perdait ses moyens, de la sorte, devant une autre personne, se perdant dans ses explications. Il ne voulait pas que June interprète mal ses propos et pense qu'il ne tenait pas vraiment à elle ou regrettait son choix d'écrire une histoire avec elle, parce que ce n'était pas le cas, et il tentait de se battre avec ses propres mots pour le lui faire comprendre. Lorsqu'il décida de se taire, et plissa les yeux en la voyant se foutre de lui, avant de répondre avec davantage de sérieux "J'avais pensé à ton bonheur, pas à son malheur... Tu as raison" et la regarda de nouveau fixement "En effet... et je n'aime pas cette pensée". Cela aurait signifié qu'elle ne serait jamais tombée amoureuse de lui, et réciproquement, ou alors ils n'en auraient jamais parlés. Tout fin de compte, elle avait bien fait de ne pas rappeler cet homme.

Quand June se confia à lui sur un autre aspect de sa vie, plus difficile, Tobias ne la prie pas en pitié. Elle détestait cela. Lui aussi. Elle avait fait des choix, qu'elle assumait ou non, mais ces choix-là l'avait construite et avait fait d'elle ce qu'elle était. Un long silence quand cette dernière lui confia n'en avoir jamais parlé à personne, même pas sa seule famille. Il en fut touché de savoir qu'elle se sentait en confiance avec lui, mais il avait mal à la simple pensée qu'elle avait dû affronter cela seule... "Tu as craint son jugement ? " demanda-t-il avec une certaine retenue. Un acquiescement quand elle conclut le sujet en lui confiant refaire le même choix si elle devait le refaire, poussant Tobias à lui demander "Et un enfant avec un homme qui ne s'enfurierait pas ? " alors qu'il porta son verre à ses lèvres.
Tout fin de compte, Tobias avait bouleversé sa vie sur bien des plans, lui permettant de s'offrir une vie plus sereine, mais aussi de tirer un trait sur une partie-là de sa vie. Il sourit quand elle affirma ses dires, et la remercia de s'être confiée à lui. Tobias la regarda avec tendresse "Je veux que tu te sentes capable de me parler de tout. C'est important pour moi" et se pencha pour l'embrasser, la complimentant avant de soulever un point : Elle était attirée par les connards. Tobias se mit presque à rire "Alors ça veut dire que je m'en sors pas trop mal" en sentant sa main dans sa nuque. Il lui vola un dernier baiser avant de reprendre correctement place sur sa chaise.

Tobias avala presque de travers quand June fit preuve d'une sincérité à toute épreuve, haussant les sourcils "Tu es dure !" en se montrant faussement offusquée et ajouta "Mais pour être honnête, c'était réciproque". Finalement, ils en avaient fait du chemin, même sur le regard qu'ils portaient sur l'un et l'autre. Aujourd'hui, Tobias la trouvait belle, charmante et sexy. Ce qui était loin d'être le cas quatre ans auparavant. Un nouveau petit rire discret aux mots de la jeune femme alors que Tobias rassemblait les assiettes et releva son regard sur elle "Je ramène le dessert et je te réponds" tout en se levant pour confirmer ses dires. Il revint avec un fondant au chocolat et sa crème pâtissière, et prit place à ses côtés "Je t'ai déjà suivi toute une matinée, du café le matin jusqu'à ton repas du midi" sans relever son regard, craignant d'y voir une certaine crainte dans les prunelles claires de cette dernière "Je suis venue au premier concert de l'une de tes protégées. J'ai vu où tu travaillais, j'ai fais une enquête sur Stan... Je t'ai suivi une fois au parc et à la plage aussi... En fait, pendant quatre ans, je passais rarement un mois ou deux, sans te rendre visite et m'assurer que tu ne manquais de rien. Si ce n'était pas moi, c'était l'un de mes contacts" Sans relever les yeux, jouant de sa cuillère sur son gâteau "Je te fait peur ?" en relevant lentement son regard sur elle "Je voulais m'assurer que tu allais bien... Que tu te sentais épanouie dans ta nouvelle vie. Après tout, j'étais l'unique responsable de ce changement brutal" et posa sa cuillère sur le rebord de l'assiette "Je t'ai vu évoluer, t'épanouir dans ce que tu faisais et je remarque que ça doit te faire paniquer de te dire que tu as été observée pendant quatre ans".



Revenir en haut Aller en bas
 
Charly
Charly
Féminin MESSAGES : 1576
INSCRIPTION : 24/04/2018
ÂGE : 33
RÉGION : Haut de France
CRÉDITS : Bones_Obsessor

UNIVERS FÉTICHE : City, HP
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t1560-boom-baby
vol de nez

Une traque sans fin ...  - Page 3 Empty

hgfff.png
June Miller
J'ai 36 ans et j'ai arrêté de mentir sur mon âge. Je vis à Charleston, États-Unis. Dans la vie, je suis agent artistique et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma chance ou pas, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.


Nouvelle ville, nouvelle identité, nouvelle vie. Cela fait quatre ans que Daniela Willams n'existe plus, remplacé par June Miller. Malgré ses doutes, ses peurs, son incapacité à faire confiance aux gens, son franc parlé et son manque certain d'amour, la jeune femme déboussolée qu'elle était à l'époque, c'était fait la promesse de réussir cette nouvelle vie. Après avoir repris des études, et grâce à l'argent que Tobias lui avait donné, elle a monté son entreprise. Adieu le rêve de devenir artiste. Obligation de rester dans l'ombre. Alors pour côtoyer la scène et les paillettes, elle est devenue agent de star. Dénicheuse de talents. Aujourd'hui, elle est plutôt fière de son succès, de sa réussite et de cette nouvelle vie. Respectée et fortement appréciée dans son métier comme dans sa vie privée, la jeune femme n'a pas perdu sa bonne humeur et son humour parfois tranchant. Malgré les secrets et les mensonges, June a réussi à se faire une place et à vraiment vivre. Mais pour combien de temps encore?

Une traque sans fin ...  - Page 3 Tumblr_inline_ndge8ghya71so10o6
Une traque sans fin ...  - Page 3 MeaslyDearAnnelida
crédit : moi


« -non. » elle glissa une mèche de ses cheveux derrière son oreille et ajouta en toute simplicité : « -c’était mon problème. Pas le sien. J’ai toujours tout géré seule, alors je voyais pas l’intérêt, ni le besoin de lui en faire part. Après je sais pas, peut être qu’elle serait venu me tenir la main. Ça n’aurait pas changé l’issue de toute manière. » et puis sa mère avait bien d’autres problèmes à ce moment là. June laissa passé un léger silence après la question de Tobias. « -tu peux être plus précis ? » lui demanda June, ne souhaitant pas se faire des films ou imaginer quoi que se soit. Ils avaient déjà plus ou moins abordé le sujet, la première fois qu’ils avaient couché ensemble. Que voulait il dire ? Est ce qu’il parlait de lui ? Est ce que c’était un message pour lui faire comprendre que si jamais ça arrivait il serait là ? Qu’elle n’aurait pas que ce choix là… Avant de répondre quoi que se soit, elle voulait qu’il en dise plus.

« -j’aimerais que ça soit réciproque Tobias. Vraiment. » c’était aussi important pour elle. Même si elle n’avait pas envie de se montrer intrusive, que le passé de l’homme de qui elle était tombée amoureuse, était bien plus sombre que le sien, s’il avait besoin de lui parler, June souhaitait qu’il puisse le faire. La jolie brune savait que cela ne collait pas forcement avec le caractère de Tobias, qu’il ne lui donnerait probablement jamais de précisions sur ce qu’il avait fait par le passé. Elle l’acceptait. Elle voulait juste qu’il sache qu’elle était là pour lui, pour l’écouter et le comprendre.

Un joli rire lorsqu’il la trouva dure avec lui. « -ose dire que tu m’as trouvé attirante ! » elle savait que c’était faux. Elle savait aussi qu’à l’époque il ne voyait en elle qu’une cible. « -et puis je me trouve assez gentille de ne pas te révéler tout ce que j’ai pensé à ton sujet à l’époque ! » ajouta June avant d’enchaîner sur un ton plein d’humour et de faire dévier le sujet sur Tobias. C’était son tour de parler ! Son tour de donner des infos. « -mais tu as fais tout ça quand ? » demanda June en voyant arrivé le dessert. Elle n’avait plus vraiment de place pour mettre ça dans son estomac, mais c’était du chocolat, et surtout c’était lui qui l’avait préparé pour elle. « -tu es sérieux ? » lança la jolie brune en riant, sa cuillère encore propre contre les lèvres. Elle écarquilla un peu plus les yeux à mesure que la liste s’allongeait. « -bien sur que non ! Ne dis pas n’importe quoi ! » elle était à peu près certaine qu’elle n’aurait pas réagit ainsi le soir où il était venu chez elle quelques mois plus tôt. Mais là, maintenant c’était différent.

« -paniquer non. J’ai toujours un peu de mal à comprendre comment tu as pu avoir envie de traverser le pays pour venir épier la chieuse à qui tu avais sauver la vie. Mais passons. Ce qui me fait halluciner et qui me fait un peu peur oui, c’est que je n’ai jamais rien remarqué ! Je n’ai jamais eu la sensation d’être suivit, regarder. Et pourtant je pensais être sur mes gardes… » elle fit une grimace. « -dans le genre grosse nouille ! » un nouveau rire après avoir goûté le gâteau. « -oh mon dieu j’espère ne jamais avoir fait de chose super gênante ! » du genre remettre sa poitrine en place, gratté son nez ou pire ! « -tu sais, j’ai souvent pensé à toi aussi. » avoua June. « -j’ai écris plusieurs fois des messages, que j’ai effacé, composé ton numéro sans osé appuyer sur appelé. Simplement parce que je me disais que tu avais bien d’autres choses à faire. Que j’appartenais à ton passé. » elle ouvrit de grands yeux : « -dis moi que tu n’es jamais rentrée chez moi alors que j’étais là ou que je dormais ! » non parce que là ça voulait vraiment dire qu’elle était nulle à chier et qu’il avait vraiment bien fait de veiller sur elle ! « -tu m’as déjà maté sous la douche ? » demanda t elle plissant les yeux tout en riant.


Revenir en haut Aller en bas
 
Manhattan Redlish
Manhattan Redlish
MESSAGES : 1641
INSCRIPTION : 26/04/2018
CRÉDITS : Icon : Tumblr

UNIVERS FÉTICHE : City
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

https://www.letempsdunrp.com/t1582-the-suspens-killing-me#25903 https://www.letempsdunrp.com/t3787-bienvenue-dans-mon-humble-demeure#80057
vol de nez

Une traque sans fin ...  - Page 3 Empty

210711084409633099.png
Tobias Hansen
J'ai 41 ans et je vis à Santa Barbara, États-Unis. Dans la vie, je suis professeur dans un lycée privé et je m'en sors parfaitement bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.


Quatre ans que Blackbird avait disparu. Quatre ans que Tobias Hansen avait décidé de se ranger, abandonnant sa double-vie pour vivre pleinement la sienne. Enseignant dans un établissement privé de Santa Barbara, mais sans délaisser celle qui avait été l’élément perturbateur de sa vie. Il aurait pu la laisser vivre sa vie sans son regard au-dessus de son épaule, mais son instinct lui disait que ce n’était pas fini. A tout moment, on pouvait apprendre son existence et finir le travail… Ce qui arriva, obligeant Blackbird à reprendre du service une dernière fois afin de sauver celle auprès de qui, il avait trouvé les prémices de sa rédemption...

Une traque sans fin ...  - Page 3 5zjq
Une traque sans fin ...  - Page 3 Ynnz
Une traque sans fin ...  - Page 3 Ipe5
crédit : Bazzart


Une table dans un jardin du sud de la France, profitant des dernières douceurs de l’automne provinciale à la lueur des chandelles, des gestes tendres mesurés, au compte-goutte, sans jamais qu’ils soient perpétuels… Tobias avait l’impression que c’était la soirée la plus intime qu’ils aient eue depuis le début de leur histoire. Alors que la nuit avait repris entièrement ses droits, plongeant la résidence dans une presque pénombre, Tobias savourait chaque instant avec la jeune femme qui se confiait sans crainte à lui, sur son passé, sur les épreuves qu’elle avait dû affronter seule. Des confidences qui ne faisaient que croître l’estime qu’il pouvait avoir pour elle, mais aussi ses sentiments. Pas besoin de caresses, de longs baisers à n’en plus finir pour cela. Cette soirée en toute simplicité produisait les mêmes effets. Il découvrait une June dont il ignorait totalement l’existence et qui le charmait par sa force et son obstination à toujours s’en sortir. Seule. Comme elle venait de lui confier, elle n’avait jamais parlé de tout cela, de cet avortement, à personne, pas même sa mère. Tobias avait alors acquiescé de la tête comme il le faisait souvent, répondant simplement « Ça t’aurais permis de ne pas affronter cela toute seule ». Avoir sa mère à ses côtés durant l’avortement, lui aurait permis d’avoir une épaule sur laquelle pleurer, sur laquelle se reposer. Cela le poussa à poser une question qui fit garder le silence à June quelques instants avant qu’elle ne lui demande d’être plus précis. Tobias s’avança sur le rebord de sa chaise, croisant ses bras sur le rebord de la table après avoir poussé l’assiette et se décida à répondre, son regard sur elle « Peu importe le moment, tu sais que je serais là si jamais tu venais à tomber enceinte, et je voulais savoir si tu ferais le même choix ? ». Est-ce qu’elle mettrait fin à sa grossesse, est-ce qu’elle serait prête à garder cet enfant ?

Tobias s’enfonça dans le fond de sa chaise quand June lui confia qu’elle aimerait que, lui aussi, s’autorise à se confier à elle. Il croisa les jambes en détournant momentanément le regard, et le releva sur elle avant de répondre « Je sais… Mais il y a tout un pan de ma vie que je n’ai pas envie de te livrer… ». Il se pencha pour attraper son verre, sans pour autant le boire, le déposant simplement sur son genou et reprit « Tu n’as connaissance que de la partie submergée de l’iceberg et j’ai réellement peur que ton regard change, que tu tires un trait définitif sur moi si jamais tu venais à apprendre tout ce que mon métier a impliqué ». En disant cela, il n’avait pas fait attention à son regard qui avait fuit presque immédiatement June pour trouver ancrage sur un point invisible sur son verre de vin. Il releva alors ses yeux sur elle et lui sourit timidement, comme pour adoucir tout cela. Le fait de parler du regard qu’elle avait porté sur lui lors de leur rencontre, permis à Tobias de se détendre et de rire avec elle « J’ai commencé à te trouver attirante au chalet » et haussa les sourcils et se mit à rire doucement « Ménage-moi pour ce soir mon cœur, tu veux bien » et ce fut l’occasion pour June de détourner le sujet sur lui qui ne répondit quand revenant de la cuisine avec le dessert « Le dessert, je l’ai commandé » tout en reprenant place à ses côtés. Il hocha de la tête tout en prenant une bouchée quand elle lui demanda s’il était sérieux dans ses dires et lui sourit alors qu’elle lui répondit presque avec aplomb, qu’elle n’avait pas peur de lui « Tu es sûrement la seule femme à ne pas avoir peur d’être surveillée par un tueur à gage ».

Le quarantenaire continua de manger alors que June était surprise par cette surveillance dont elle n’avait eu aucun soupçon. Un sourire presque amusé sur les lèvres, il s’essuya les lèvres à la fin du repas « J’ai remarqué que tu faisais attention, mais je reste un militaire entrainé. Je me serais inquiété si une simple civile m’avait découvert pendant ma surveillance » riant presque à cette hypothèse, et garda ce sourire amusé sur les lèvres à la question de la jeune femme « Non, n’ait crainte ». Tobias plissa légèrement les yeux, intrigué par la révélation de la jolie brune, répondant un « Non » à sa question et un « Une fois » à la seconde question. Il garda le silence un bref instant avant de préciser « Hier matin ». Il termina son verre qu’il reposa sur la table « Tu aurais dû m’envoyer ce message. Ça m’aurait donné le courage de venir te voir. Oui, j’ai eu envie de venir te voir plus d’une fois… Peut-être qu’on aurait commencé notre histoire plus tôt si on avait été plus téméraire ». Il ajouta « Tu as d'autres questions ? ».



Revenir en haut Aller en bas
 
Charly
Charly
Féminin MESSAGES : 1576
INSCRIPTION : 24/04/2018
ÂGE : 33
RÉGION : Haut de France
CRÉDITS : Bones_Obsessor

UNIVERS FÉTICHE : City, HP
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t1560-boom-baby
vol de nez

Une traque sans fin ...  - Page 3 Empty

hgfff.png
June Miller
J'ai 36 ans et j'ai arrêté de mentir sur mon âge. Je vis à Charleston, États-Unis. Dans la vie, je suis agent artistique et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma chance ou pas, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.


Nouvelle ville, nouvelle identité, nouvelle vie. Cela fait quatre ans que Daniela Willams n'existe plus, remplacé par June Miller. Malgré ses doutes, ses peurs, son incapacité à faire confiance aux gens, son franc parlé et son manque certain d'amour, la jeune femme déboussolée qu'elle était à l'époque, c'était fait la promesse de réussir cette nouvelle vie. Après avoir repris des études, et grâce à l'argent que Tobias lui avait donné, elle a monté son entreprise. Adieu le rêve de devenir artiste. Obligation de rester dans l'ombre. Alors pour côtoyer la scène et les paillettes, elle est devenue agent de star. Dénicheuse de talents. Aujourd'hui, elle est plutôt fière de son succès, de sa réussite et de cette nouvelle vie. Respectée et fortement appréciée dans son métier comme dans sa vie privée, la jeune femme n'a pas perdu sa bonne humeur et son humour parfois tranchant. Malgré les secrets et les mensonges, June a réussi à se faire une place et à vraiment vivre. Mais pour combien de temps encore?

Une traque sans fin ...  - Page 3 Tumblr_inline_ndge8ghya71so10o6
Une traque sans fin ...  - Page 3 MeaslyDearAnnelida
crédit : moi


June apprécia qu'il lui donne des précisions, sans croire qu'elle était prise de panique devant sa question. D'un ton posé et naturel, elle lui répondit : « -je n’en sais rien. » et C’était la vérité. « -ce n'est même pas une histoire de vouloir un enfant ou non. Mais plus une question de timing et de paramètres extérieurs. C'est pour ça que je veux qu'on fasse attention. Un bébé là maintenant, c'est pas envisageable pour moi. Dans quelques mois, peut être mais seulement si on a solutionné notre problème coréen, et retrouvé un semblant de vrai vie. » elle préféra ne pas évoquer l'idée de se retrouver enceinte et que Tobias meurt, comme lui l'avait déjà souvent laisser entendre. Elle sourit et ajouta en levant les épaules : « -et puis je suis pas certaine d'être qualifié pour être maman. » dans le genre aucun modèle à suivre, ni de mère ni de famille. Pour Tobias c'était différent, il avait grandit dans une famille aimante, avec des parents présents.

Alors qu'il s'éloignait quelque peu d'elle, June en fit de même, regardant ailleurs quelques secondes avant de répondre d'un ton posé : « -je sais. Et ce n'est pas ce que je te demande. » elle marqua un temps de pause et repris : « -je ne te forcerais pas à m'en parler. Je ne poserais pas non plus de questions. » elle y avait réfléchis, et préférait rester dans l'ignorance. « -je te l'ai déjà dis, je ne suis personne pour te juger. Je voulais seulement dire que si tu as besoin de te confier toi aussi, sur des soucis ou autres… » elle haussa les épaules pour conclure sa phrase et changer de sujet.

Un rire joyeux. « -c'est ma technique du petit chien dans l'eau chaude ! Je le savais ! » renchéri la jeune femme avant de lever les deux mains : « -je n'en dirais pas plus. » elle aiguilla le sujet sur Tobias, et râla faussement : « -oh ba d'accord, sympa l'arnaque ! » pour le charrier au sujet du dessert. « -quand on l’ignore ça ne peut pas être flippant. Et puis, je te connaissais, enfin c'est un grand mot, mais enfin… je sais pas trop comment justifier ça ! » conclue June en montrant ses dents. « -ba on aurait pu se heurter si j'avais décidé de faire demi tour ou je ne sais quoi. » imagina la jolie brune en étant d'accord avec lui. « -hein ?! » s'étonne t elle en l'imaginant vraiment mal faire ça. « -pff t'es bête ! » puis elle fit un non de la tête. « -et peut être que ça ne serait jamais arrivé. Tu le trouvais pas attirante de toute façon ! » elle lui adressa une grimace comme si elle était faussement vexée. « -oui, à la prochaine maison, c'est possible d'avoir à nouveau un piano ? » un grand sourire pour rester sur le ton de la bonne humeur.


Revenir en haut Aller en bas
 
Manhattan Redlish
Manhattan Redlish
MESSAGES : 1641
INSCRIPTION : 26/04/2018
CRÉDITS : Icon : Tumblr

UNIVERS FÉTICHE : City
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

https://www.letempsdunrp.com/t1582-the-suspens-killing-me#25903 https://www.letempsdunrp.com/t3787-bienvenue-dans-mon-humble-demeure#80057
vol de nez

Une traque sans fin ...  - Page 3 Empty

210711084409633099.png
Tobias Hansen
J'ai 41 ans et je vis à Santa Barbara, États-Unis. Dans la vie, je suis professeur dans un lycée privé et je m'en sors parfaitement bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.


Quatre ans que Blackbird avait disparu. Quatre ans que Tobias Hansen avait décidé de se ranger, abandonnant sa double-vie pour vivre pleinement la sienne. Enseignant dans un établissement privé de Santa Barbara, mais sans délaisser celle qui avait été l’élément perturbateur de sa vie. Il aurait pu la laisser vivre sa vie sans son regard au-dessus de son épaule, mais son instinct lui disait que ce n’était pas fini. A tout moment, on pouvait apprendre son existence et finir le travail… Ce qui arriva, obligeant Blackbird à reprendre du service une dernière fois afin de sauver celle auprès de qui, il avait trouvé les prémices de sa rédemption...

Une traque sans fin ...  - Page 3 5zjq
Une traque sans fin ...  - Page 3 Ynnz
Une traque sans fin ...  - Page 3 Ipe5
crédit : Bazzart


Ils parlaient d’enfants, comme s’ils parlaient de l’acquisition d’une nouvelle voiture, soit avec un détachement presque déstabilisant. Tobias ne s’était jamais interrogé sur son souhait d’être père un jour, et leur conversation de ce soir n’y changeait rien. Il ne savait pas de quoi serait fait demain, alors imaginer fonder une famille avec June dans un avenir lointain, c’était impensable. C’était seulement la curiosité qui avait poussé le tueur à gage à lui demander si elle serait amenée à faire le même choix si jamais, par imprudence, elle venait à tomber enceinte. Il apprécia le ton posé de la jeune femme qui ne chercha pas à s’interroger sur sa curiosité, craignant que ce dernier se projette trop loin alors qu’ils n’étaient qu’aux balbutiements de leur relation. Alors il acquiesça lentement de la tête en la regardant en souriant avec douceur « Un enfant aujourd’hui, c’est tout bonnement envisageable » confirma-t-il avant de rétorquer « Tu penses que je le suis pour être père ? » presque en riant. Même s’il avait grandi au sein d’une famille heureuse et équilibrée, il était quand même devenu un tueur de sang-froid, qui exécuté des gens pour de l’argent. Il était bien loin d’être un modèle paternel.

Un pan de sa vie qu’il ne souhaitait pas non plus partager davantage avec June, craignant que son regard change. Il l’aimait et la simple idée que sa curiosité au sujet de son passé tumultueux interfère… Non. Il s’était donc éloigné de la table, comme pour s’éloigner aussi de cette conversation implicitement. Une fois encore, June se montra compréhensive à son égard et se fit la réflexion qu’il avait de la chance de l’avoir dans sa vie. Il rétorqua donc avec douceur « Je le ferais. Peut-être pas tout le temps, mais je tenterais de faire des efforts » en posant son regard sur elle. Il souhaitait faire un pas en avant, et même si la communication et la confession n’étaient pas ancrées dans sa personnalité, il tenterait d’y mettre du sien. Pour elle. Le sujet se fit plus léger presque aussitôt, et Tobias se mit à rire en repensant à leur baignade dans les sources chaudes « Comment résister ?! » répondit-il aussitôt avant d’ajouter « En fait, c’est quand tu es venue te réfugier dans mes bras que j’ai commencé à comprendre » alors qu’il la regardait au-dessus de son verre. Il hocha de la tête pour la remercier et prit cette gorgée qui attendait patiemment sur le rebord du verre. Quand elle lui parla du dessert, Tobias lui confia avant commandé « Je n’avais pas le temps de tout préparer très chère ! » avant de parler de lui et de sa surveillance durant quatre ans. « Tu savais que je n’allais pas te faire de mal » répondit-il à sa place alors qu’elle ne trouvait pas vraiment ses mots. Il termina le fond de son verre et haussa les épaules « Je gardais toujours une distance pour éviter cela ». Parce qu’il aurait du mal à justifier sa présence et qu’il avait aussi craint sa réaction si jamais elle venait à le surprendre à l’épier comme ça. Il pencha la tête de droite à gauche, comme pour peser le pour et le contre « Je commençais à t’apprécier à force de te voir évoluer… Donc ça n’aurait été qu’une question de temps avant qu’on ne succombe » et se mit à rire de nouveau.

Il n’eut pas le temps de répondre qu’une voix se fit entendre. Une voix qu’il pourrait reconnaître parmi toutes « Je suis sincèrement désolé de venir perturber ce petit tête à tête des plus charmants ». Il était là, debout à quelques mètres à peine de lui, dans ce costume sur mesure et qui laissait deviner sa silhouette longiligne. Près de lui, restant en retrait, se trouvait Duprès, qui ne parvenait pas à maintenir le regard de Tobias qui se leva lentement. La peur au ventre, le cœur battant fort dans sa poitrine, il était seul contre ces deux-là. Pas d’armes. Juste ses mains et ça ne suffirait pas face au semi-automatique que tenait, contre sa cuisse, le Coréen qui semblait s’amuser de la situation « Lee Jong… » et ne put rétorquer quoi que ce soit qu’il tomba brutalement au sol, la respiration coupée. Le Coréen venait de faire sa première victime. Tobias happa l’air, tel un poisson hors de l’eau, ne parvenant plus à bouger ou à reprendre son souffle « Ce n’était pas si difficile tout fin de compte ». Les yeux toujours ouverts, il ne quittait pas June des yeux, terrifié quand il vit approcher Lee Jong près d’elle, tentant de se battre contre son propre corps pour se lever, alors qu'il lui trancha la gorge, arborant toujours ce même sourire satisfait sur les lèvres… « Échec et mat Hansen » et la dernière balle eut raison de lui…

Tobias se redressa d’un coup d’un seul dans le lit, délaissant les draps humides de sa transpiration. Son cœur battait à tout rompt dans sa poitrine alors que sa main glissa sur son torse nu à la recherche de sang, et tourna aussitôt la tête vers June qui se trouvait à ses côtés, respirant toujours. Une main lasse sur son visage trempé, tentant de calmer sa respiration haletante, le quarantenaire posa les pieds au sol, alors qu’il reprenait doucement ses esprits. Il se souvint maintenant qu’il avait répondu à la question de June par un baiser, puis un second, pour finalement finir par faire l’amour tendrement dans leur chambre, clôturant ainsi leur tête-à-tête parfait. Pas de Duprès, pas de Lee Jong. Seulement eux deux… Un bruit de porte à l’étage inférieur le fit lever brusquement. Tobias enfila rapidement un boxer, saisit son arme et descendit à pas de loup l’étage qui le séparait de l’intru. Il profita de la pénombre pour arriver jusqu’à lui, déposant son arme sur sa tempe « Duprès… » « Hansen, ce n’est que moi » alors qu’il avait les mains en l’air « Qu’est-ce que tu fais-là ? » « Ils coïtent comme des sauvages dans la chambre voisine, je peinais à trouver le sommeil et je me suis dit que vous aviez dû finir de votre côté » « J’ai rêvé de toi… » « Oh ! On coïtait ? » « Tu avais mené Lee Jong jusqu’à nous ». Un silence se fit entendre et répondit « Il m’a séparé de mon enfant et a tué ma femme. Tu penses vraiment que je le mènerais jusqu’à toi ? Même pour tout l’or du monde ? ». Le quarantenaire hésita et baissa son arme, acquiesçant de la tête, telle une excuse silencieuse « Maintenant, si tu veux bien, je vais aller me coucher. Sur ce, à demain » et le Français rejoignit sa chambre. Tobias s’autorisa un grand verre d’eau avant de rejoindre June dans le lit.


Revenir en haut Aller en bas
 
Charly
Charly
Féminin MESSAGES : 1576
INSCRIPTION : 24/04/2018
ÂGE : 33
RÉGION : Haut de France
CRÉDITS : Bones_Obsessor

UNIVERS FÉTICHE : City, HP
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t1560-boom-baby
vol de nez

Une traque sans fin ...  - Page 3 Empty

hgfff.png
June Miller
J'ai 36 ans et j'ai arrêté de mentir sur mon âge. Je vis à Charleston, États-Unis. Dans la vie, je suis agent artistique et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma chance ou pas, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.


Nouvelle ville, nouvelle identité, nouvelle vie. Cela fait quatre ans que Daniela Willams n'existe plus, remplacé par June Miller. Malgré ses doutes, ses peurs, son incapacité à faire confiance aux gens, son franc parlé et son manque certain d'amour, la jeune femme déboussolée qu'elle était à l'époque, c'était fait la promesse de réussir cette nouvelle vie. Après avoir repris des études, et grâce à l'argent que Tobias lui avait donné, elle a monté son entreprise. Adieu le rêve de devenir artiste. Obligation de rester dans l'ombre. Alors pour côtoyer la scène et les paillettes, elle est devenue agent de star. Dénicheuse de talents. Aujourd'hui, elle est plutôt fière de son succès, de sa réussite et de cette nouvelle vie. Respectée et fortement appréciée dans son métier comme dans sa vie privée, la jeune femme n'a pas perdu sa bonne humeur et son humour parfois tranchant. Malgré les secrets et les mensonges, June a réussi à se faire une place et à vraiment vivre. Mais pour combien de temps encore?

Une traque sans fin ...  - Page 3 Tumblr_inline_ndge8ghya71so10o6
Une traque sans fin ...  - Page 3 MeaslyDearAnnelida
crédit : moi


« -nous sommes d’accord. » avait ajouta June avant de regarder Tobias avec encore plus de sérieux. « -tu sais… on a changé ma vie et oublié mon passé. On peut en faire de même avec le tien. » elle cherchait à lui faire comprendre que son ancien métier pouvait être passé sous silence, jamais évoqué, oublié même s’il était capable de le faire. Lorsqu’ils seraient libre de vivre comme ils le voulaient, ils reparleraient de tous ça. « -et pour te répondre avec franchise, je ne sais pas ce que c’est d’avoir un père, alors juger tes compétences dans le domaine… » elle fit une petite grimace, bien incapable de savoir ce qu’il fallait à un enfant de ce côté là. Mise à part de la présence et de l’amour. June continua de rassurer Tobias, du moins elle espérait que ses mots avaient cet effet. « -nous avons changé l’un comme l’autre en quatre ans. Ce que tu as fais par le passé ne définit pas forcement qui tu es. » elle croyait en ce qu’elle venait de lui dire, c’était important pour elle. Parce qu’elle tenait vraiment à ne plus être Daniela. Tobias pouvait seulement être Tobias, le prof de litterature. Et non Blackbird le tueur de l’ombre.

« -dans tes bras ? Quand ? » elle plissa les yeux en disant cela avant de les ouvrir en grands et de dire : « -non parce que j’ai l’impression de pas avoir arrêté de me réfugier dans tes bras depuis notre arrivée au chalet ! » entre les wapitis sanguinaire, le faux baiser, les sources chaudes où il avait voulu lui apprendre à nager. Et puis il y avait eut la soirée sur la terrasse où elle s’était accrochée à lui. Et puis cette nuit où il lui avait demandé de rester dormir avec lui à cause des campeurs dans le jardin. Cett fameuse nuit où elle s’était blottit dans ses bras sans en avoir la permission, sans rien lui demander, en espérant qu’il ne s’en rendrait pas compte. « -tu crois vraiment que ça à joué ? » demanda la jeune femme en réfléchissant de son côté à la question. « -même sans ça, je suis certaine que tu ne pouvais pas résisté à ma brasse du petit chien ! » avait elle ajouta pour conclure en riant.

Un claquement de porte venait de lui faire ouvrir les yeux. La respiration bloquée, elle se tourna, nue dans les draps du lit défait. Un instant de panique en voyant Tobias passer la porte à peine vêtu, son arme en main. June enfila une culotte et un tshirt avant de se rapprocher de la porte. De l’étage elle ne parvenait pas à entendre quoi que se soit, mise à part les battements de son coeur qui s’emballait. Pas de cris, pas de coup de feu, quelques minutes plus tard des pas dans l’escalier. Et puis son regard inquiet se posant sur Tobias, en ayant reculé de quelques pas. Aux traits fermés de son visage, elle su que quelque chose le contrariait. Par déduction elle se dit que ça devait être Dupré qui était rentré. Un pincement de lèvre, ne sachant pas si elle devait se recoucher ou parler. La jolie brune finit par grimper sur le lit et rejoindre Tobias qui venait de s’asseoir sur le rebord. Debout sur les genoux, elle vint se coller dans son dos, glissant ses mains jusque sur son tour en entourant son cou. Un baiser dans la nuque et elle lui souffla à l’oreille. « -qu’est ce qui ne va pas ? Tu as en sueur… et j'aime pas vraiment quand ça n'est pas à cause de moi.» elle sentait la moiteur de sa peau, tout comme elle avait vu l’arme qu’il venait de remettre dans la table de nuit.


Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


Une traque sans fin ...  - Page 3 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Une traque sans fin ...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Identité Secrète [DVDRiP]
» Sous un cerisier sans fleur [Hentaï] [PV Gak']
» Un peu de hentaï pour un ado de 15
» Mes yeux ne sont pas si bas... regarde un peu plus haut ça marchera peut-être mieux entre nous. (suite) //+18// //HENTAÏ//

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Pour s'amuser :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: