Le Deal du moment : -40%
-30% sur les Baskets Nike Court Royale
Voir le deal
33 €

Partagez
 
 
 

 Une balle en plein coeur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 
HappyTreeFriends
HappyTreeFriends
Autre / Ne pas divulguer MESSAGES : 28
INSCRIPTION : 14/02/2021
CRÉDITS : Google

UNIVERS FÉTICHE : Réel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

https://www.letempsdunrp.com/t4371-plein-d-idees-de-rps-mais-jam https://www.letempsdunrp.com/t4378-il-vous-manque-un-ami-pour-rp-ah-oui-zut https://www.letempsdunrp.com/t4373-entrer-dans-la-danse#91094
Noob

Une balle en plein coeur Empty

7ei5.pngMise en Situation



1591297051-imgserver-1.jpeg



Selon vous, est-ce que le destin a planifié d’unir seulement les personnes qui se ressemblent, seulement celles qui vivront toujours heureuses ensemble ? Sachez que peu importe vos convictions, le destin de Lui ainsi que d'Elle ne sera pas de tout repos. Au premier abord, tout les oppose, mais n’est-ce pas dans l’opposé que l’on peut trouver ce qui nous manque ?

Il a grandi dans une famille de criminels  endurcis. D’ailleurs, on l’oblige à marcher dans cette voie. Ce n’est pas qu’il est profondément mauvais, mais la vie lui a été difficile. Est-ce qu’elle pourra adoucir un peu son cœur et lui donner le courage qu’il lui manque pour quitter ce monde qui ne lui appartient pas ?

Elle est douce, gentille et déborde de convictions. C’est une fille qui agit avec son cœur. Ça ne veut pas dire qu’elle n’a pas la témérité de s’aventurer sur un terrain dangereux. Est-ce qu’il pourra la protéger et la faire se sentir en sécurité malgré le foutoir qui l’attend ?


@Stoselov

i3tb.png



icone 1icone 2HappyTreeFriends
Veux-tu être mon ami?

© Lady sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
 
HappyTreeFriends
HappyTreeFriends
Autre / Ne pas divulguer MESSAGES : 28
INSCRIPTION : 14/02/2021
CRÉDITS : Google

UNIVERS FÉTICHE : Réel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

https://www.letempsdunrp.com/t4371-plein-d-idees-de-rps-mais-jam https://www.letempsdunrp.com/t4378-il-vous-manque-un-ami-pour-rp-ah-oui-zut https://www.letempsdunrp.com/t4373-entrer-dans-la-danse#91094
Noob

Une balle en plein coeur Empty

5m6sjS8D_o.png
Daeron Blum
J'ai 20 ans et je vis à Baltimore, Maryland aux É.U. Dans la vie, je suis étudiant à l'université et je m'en sors comme je peux. Sinon, grâce à ma famille dysfonctionelle, je me sens seul. Et je le vis mal.


Une balle en plein coeur Tumblr_pn6hlocx9j1wqr33o_540

Daeron a grandi avec sa mère jusqu’à l’âge de 9 ans. Malheureusement, celle-ci s’est suicidée, abandonnant son fils entre les mains de son géniteur. S'il a eu l’opportunité d’avoir un semblant d’éducation normale, cette dernière prend fin pour laisser place à celle de son père qui se trouve être un criminel.
Son paternel est propriétaire d’un hôtel luxueux et populaire tandis que sa mère est à la fois comptable et infirmière. Les frères de Daeron qui ont passé par la même université que celui-ci ont laissé une réputation désavantageuse. Daeron est alors perçu comme une personne dangereuse venant d’une famille de tordu. La rumeur que sa famille est en réalité une organisation criminelle court dans les couloirs de l’école depuis des années. Certains disent que cette famille vend de la drogue tandis que d’autres pensent qu’elle est impliquée dans des choses plus obscures. Des ouï-dire sans fondement, mais qui impactent Daeron.
Il est conscient que son train de vie atypique ne lui permet pas d’entretenir des relations sociales normales. Il se contente alors d’être discret, silencieux et froid. Les gens croient qu’il a un trouble de la personnalité antisocial. En d’autres termes; un psychopathe. Son côté mystérieux et taciturne accompagné de son regard sévère fait réprimer l’envie de l’aborder. Daeron est donc un solitaire au sein de l’université.

Une balle en plein coeur B03bb40458796a5272b9b65224dd147cd2cf2cf7


Noah Centineo :copyright:️ Bazzart

Prologue introspectif

Une balle en plein coeur 1f3b6And I will continue to move forward
Crushing everything, the crusher, annihilator
You're worthless, not me!
Living the life that only I can see
You're worthless to me
Saying that you are something that you'll never be!
Une balle en plein coeur 1f3b6

Cette musique me rend fou ! Le volume est tellement fort que je sens la vibration de cette litanie qui cherche à dévorer mon âme. Je lève le regard dans le rétroviseur et je vois Jolan et Darik assissent sur la banquette arrière s’agitant sur la chanson You Can’t Stop Me du groupe Suicide Silence. Je roule des yeux en serrant les poings sur le volant, je ne me sens vraiment pas d’humeur à faire la fête et à m’amuser. Je jette également un coup d’œil rapide du côté passager pour constater Jax qui suit paisiblement le rythme des paroles comme si c’était une chanson parfaitement calme et détendue. Exaspéré, je repose mon attention sur le chemin désert qui se trouve devant moi. Pourquoi laissé-je mes frères choisir la musique ? Tout ce que j’en retire est un mal de crâne et un saignement de mes tympans à cause de ces chansons deathcore. Encore là, ce n’est plus de la musique rendue à ce stade, c’est une horreur ! Si je voulais écouter un exorcisme, je materais le film des années de 1973.
Ça y est, j’ai mal à la tête. Je n’en peux plus ! Ces voix criardes, graves et incompréhensives m’agressent au plus haut point. J’étire donc mon bras vers la radio de la voiture et remplace le CD par un qui est plus relaxant. Réduisant du même fait le volume, créant ainsi une émeute dans la bagnole.
 — Hé ! Pourquoi t’as changé le CD ? C’était de la bonne musique, ça, commence Darik dans l’incompréhension de mon geste, mais amusée en même temps de ma frustration.
 — C’est pas parce que t’es le conducteur que tu peux contrôler la musique comme ça te chante, sale con, me lance sérieusement Jolan.
J’ignore leurs interventions enfantines feignant de ne pas les avoir entendus en continuant tout bonnement de regarder par le pare-brise. Malgré cela, je remarque du coin de l’œil mon frère arrogant qui s’est étiré entre les deux sièges pour remettre ce CD de malheur. Restant calme, je lui lance un avertissement en fixant toujours la route.
 — Ne touche pas à ce CD.
 — Ouais ouais, va te faire foutre.
Je laisse Jolan m’envoyer me faire foutre ainsi que sortir l’autre CD que j’avais mis en guise de remplaçant. Sans le faire paraître, je commence vraiment à bouillir de l’intérieur. Je n’avais aucune envie de sortir ce soir, j’étais fatigué et à la dernière minute mon père nous a mandatés tous les quatre de régler un problème… Pourquoi, ce merdeux de frère doit absolument me provoquer tandis qu’il sait que je vais m’énerver ? J’ai l’impression de vivre dans une famille d’abrutis et d’être le plus vieux de mes frères alors que ce n’est pas le cas. Ce n’est pas drôle d’avoir à faire la discipline à son frère de 24 ans. J’ai le sentiment que l’on me fixe depuis un moment. Je tourne les yeux vers Jax qui me lance un regard réprobateur. Toutefois, il est trop tard, Jolan saisi le CD de deathcore. Retournant mon attention sur la route, j’agrippe son mohawk dans une poignée de main puis je lui écrase le nez violemment contre l’appui-bras. Il gémit de douleur en camouflant son nez d’une main tandis que son sang gicle partout dans la bagnole. Moi, je termine mon lancé en lui arrachant le CD qui se trouve encore entre ses doigts. Ouvrant la fenêtre, je le balance sur l’autoroute. Puis, je remonte la fenêtre qui d’un coup sec coupe le vent qui entrait. J’entends Jax soupirer en détournant le regard vers sa fenêtre. Darik, lui, fait uniquement garder le silence sans ajouter de l’huile sur le feu. Ensuite, vient Jolan qui commence à se plaindre.
 — Tu m’as cassé le nez, fils-de-pute ! Puis le CD, putain… Pourquoi tu l’as jeté dehors, espèce de malade mental ?
 — C’est bon, ferme ta gueule Joly et rassois ton cul adéquatement sur le siège arrière. Maman va t’arranger le nez et je vais te racheter ce nase de cd, mais s’il te plait, je veux le silence jusqu’à destination.
Il me scrute quelques secondes d’un air mauvais. Sans broncher, il recule et s’assoit sur la banquette. De ce fait, le silence règne jusqu’à destination.
***
Je stationne la voiture sur le bord d’une rue bondée de maisons et je coupe le moteur. Je regarde l’heure sur ma montre : 2h28. Je déclenche ma ceinture puis me tourne de façon à ce que nous puissions tous nous capter.
 — Là, on fait vite. On entre, on trouve le mec et sa femme, on réclame ce qu’ils doivent. Aucune négociation on n’a pas le temps pour ça et on évite de les frapper si possible. Tout ça doit être réglé en dix minutes, pigé ?
Tout le monde acquiesce en silence.
 — Dernière chose, ils ont une petite fille. À cette heure ils doivent tous dormir, on ne fait aucun bruit durant notre visite surprise. On doit en aucun cas réveiller la jeune. Soyez professionnels pour une fois. C’est important qu’on ne crée pas d’agitation et qu’on soit sérieux. Je vais m’occuper de surveiller la chambre de la petite. Vous autres, vous faites ce qui a à faire. Jax, tu vas, s’il te plait…
 — T’inquiète, je vais maintenir l’ordre. Je suis l’aîné, non ?
Comme si ça changeait quelque chose qu’il ait 29 ans…
 — Parfait, terminé-je en ignorant sa question peu utile. Et Darik, n’oublie pas de prendre le sac.
Je sors de la bagnole, accompagné de mes frères qui font de même. J’accueille avec joie le petit vent frais de la nuit qui m’enveloppe. Je saisis une grande inspiration en fermant les yeux une fraction de seconde. Je contourne la voiture, déterminé sans toutefois être optimiste, en me dirigeant vers la maison dans laquelle habitent les gens qui sont le problème à régler pour mon père. Je traverse la pelouse de la cour et me rends à l’arrière de celle-ci avec les gars qui me talonnent. Vu le quartier, aucun de ces domiciles ne risque d’avoir d’alarmes. C’est un quartier de classe moyenne. Alors je casse simplement la poignée avec la pince à talon dont Darik a extrait du sac. J’ouvre ensuite la porte puis pénètre avec les autres à l’intérieur. Comme de fait, aucune alarme ne se fait entendre. Je me tourne vers mon frère et je prends le sac qu’il trimbale pour en sortir des paires de gants destinées à chacun d’entre nous, question de ne pas mettre d’empreintes partout. Ensuite, je prends une lampe de poche et l’allume éclairant la pièce qui se trouvait dans l’obscurité. Je peux deviner que nous sommes dans la cuisine. Je fais la rotation de la pièce avec ma lampe. Il n’y a personne et je ne capte nul son. Tout le monde semble dormir à l’étage vu le silence qui règne. Avant de m'aventurer en haut, je lance un regard vers mes acolytes pour leur faire savoir de se préparer. Dans un même élan, nous vérifions nos flingues et nos poignards avant de les remettre là où ils étaient dissimulés sur nous. De la sorte, on se précipite sans bruit dans les escaliers qui mènent à l’étage des chambres. Plus je gravis les marches, plus je me demande pourquoi je n’ai tout bonnement pas refusé quand mon père m’a quémandé d’aider mes frères avec ce boulot. D’ailleurs, tandis que c’est une partie de plaisir pour eux d’être ici, moi ça ne l’est clairement pas du tout. À la pensée qu’il y ait une fillette dans cette maison, j’apprécie encore moins la perception de foutre la merde pour les conneries de mon paternel. Je déteste que des personnes innocentes payent pour les erreurs et les obscénités des autres. Déjà qu’on ait à menacer cet homme ne m’enchante guère aussi.
 — Est-ce que je peux m’occuper de lui donner la chienne de sa vie s’il coopère pas? demande soudainement Jolan excité à l’idée.
 — Chut, ferme là, lui soufflé-je durement.
Parvenu en haut, je jette un coup d’œil rapide aux portes qui s’offrent à nous. Une en face, une autre à droite et à gauche.
 — Je regarde derrière la porte de droite. Darik et Jolan, celle du milieu. Jax, celle de gauche. Compris ? articulé-je dans un chuchotement à l’intention de mes frères.
Je n’attends pas qu’ils me répondent et je m’oriente vers la porte que je me suis destiné à ouvrir pour voir ce qui s’y trouve derrière. Je pousse celle-ci tranquillement, mais malgré cela, elle grince. Je grimace face au bruit. La laissant entrouverte, j’y glisse ma tête repérant une petite veilleuse au pied d’un lit. Détournant mon regard vers la forme qui dort toujours paisiblement dans son lit, je distingue que c’est la petite fille. Je régresse tranquillement en dehors de la chambre pour voir ce qui en est du côté de mes frères. Darik et Jolan me fixent d’un sourire moqueur.
 — Quoi ?
 — La porte du milieu, c’est simplement des chiottes, m’explique Darik.
 — C’est pour ça que vous vous marrez ? Franchement, lancé-je exaspéré avant de me tourner vers Jax. La chambre du couple, je suppose?
 — Exact, on y va ?
 — Allez-y, et en silence. Il ne faut pas réveiller la fillette. Emparez-vous de ce dont vous avez besoin dans le sac. Puis il ne faut pas que la femme crie, occupez-vous d’elle en premier. Et je répète, on ne les blesse pas si possible, faite ça proprement sans mutinerie. Tout ça en moins de dix minutes.
Je lance le sac que j’avais pris à Darik plus tôt en direction de Jax qui l’attrape naturellement. Pendant que je me positionne entre l’extérieur et l’intérieur de la chambre pour surveiller de tous les bords; Jax, Darik et Jolan pénètrent dans celle du couple en refermant derrière eux. Maintenant, je dois simplement espérer que Jolan reste tranquille et qu’il ne fasse pas des siennes. Je veux uniquement que tout se passe bien et qu’on fiche le camp au plus vite.
Je scrute l’enfant qui dort encore dans son lit. La bouche entrouverte, le souffle court et les yeux clos avec un bras qui dépasse de son matelas. Je la regarde dormir calmement et je pense au fait que j’envie sa plénitude. Depuis que ma véritable mère est décédée, m’obligeant à vivre avec mon père, je ne me souviens pas d’avoir connu l’innocence de l’enfance dans laquelle elle se trouve, ni de m’être déjà senti autant en sécurité derrière de simples couvertures avec une petite lumière qui me protège contre des monstres. Mon enfance avec ma mère s’est effacé avec le temps pour être remplacé par celle que mon père m’a donné. Je me remémore juste mon père qui nous a élevés à la dure et sans pitié, mes frères et moi. « Les monstres ne sont pas dans ton placard, jeune crétin. Ils sont dehors parmi nous. Et toi aussi, tu es un monstre de cette société. Assume seulement ton rôle et tu comprendras le sens de tout ça. » Voilà ce que me répétait mon père à chaque fois que je lui disais que j’avais peur dans le noir à cause des monstres qui s’y cachaient. Effectivement, aujourd’hui, je sais ce qu’il voulait dire. Je n’ai jamais désiré faire partie volontairement des méchants, mais mon éducation a été plutôt très spéciale, violente, brutale et dans la part obscure de ce monde.
Mes pensées sont coupées par un bruit lourd venant de l’autre chambre. À l’intonation de ce bruit, la fillette tourne dans son lit en soupirant. Putain, qu’est-ce qu’ils font comme bordel ? J'examine ma montre, ça fait déjà huit minutes qu’ils sont là-dedans. Moins de deux minutes et ce sera le temps maximal que je leur ai fourni. C’est pourtant simple de respecter les délais et consignes, il me semble. Un cri sourd se fait entendre de la chambre. J’étouffe un juron empli d’irritation. Lançant un dernier coup d'œil vers la petite qui dort à poings fermés, je clenche silencieusement sa porte puis me dirige vers celle qui derrière devient trop mouvementée à mon goût. Je l’ouvre rapidement, entre à l’intérieur et me précipite pour refermer doucement derrière moi. Je m’autorise donc à regarder ce qui se passe. La lumière de chevet allumée qui éclaire légèrement la pièce me permet de distinguer la merde totale qui s’y trouve.
La chambre est suffisamment grande, mais à six nous sommes assez entassés. Avec un ruban adhésif sur la bouche, le couple est assis par terre dos à dos, les mains attachées derrière eux. J’observe la femme d’une trentaine d’années aux cheveux courts d’un bond platine. Les yeux imbibés de larmes et bouffis à cause des pleurs, son regard est complètement tétanisé. Elle a également une coulisse de sang qui descend de son sourcil à sa joue. Je peux donc deviner qu’ils n’ont pas esquivé la violence si possible comme je l’avais exigé. Cette constatation me fait virer du rouge aux cramoisies. Bande d’idiots sans cervelle ! J’examine à son tour le mec qui a les cheveux mi-long noirs. Je remarque qu’il détient de l’assurance et du courage dans ses yeux, mais il craint pour la sécurité de sa femme et il n’a aucune confiance en nous. Ils n’ont pas fait de plaies ouvertes à cet homme. Par contre, je ne serais pas surpris qu’ils l’aient frappé. Mon attention se porte ensuite sur les dégâts dans la chambre. Je constate que le couteau de Jolan est planté dans le bois de la table de chevet devant un cadre enfermant la photo d’une petite fille souriante. De surcroît, ils ont également déchiré les couvertures du lit avec un canif, car les déchirures sont sur une longueur complète et en ligne droite. Il y a de la mousse partout sur le lit ainsi que sur le plancher. Pour finir, je vois les vêtements de leur placard dégouliner d’un liquide qui forme une flaque au sol. Je devine que c’est forcément de l’urine.
Je vais les tuer ! J’écarquille les yeux devant ce foutoir et je tourne la tête vers mes trois frères qui me regardent en silence. La mâchoire me contracte avant que je parle d’une voix basse mais sévère et horripilée.
 — Putain de merde ! Mais qu’est-ce que vous n’avez pas compris dans « Vous n’avez que dix minutes, faites cela proprement, aucun bordel et ne pas les blesser », hein ? Vous êtes cons ou cons ?
 — T’as dit : « ne pas les blesser, si possible », rétorque Darik en mettant l’accent sur les deux derniers mots.
 — Ah oui ? Et c’était pas possible, peut-être ? Crétin !
 — Ne crie pas, tu vas réveiller la gamine.
 — Oh oui, puis toi, t’étais censé maintenir l’ordre, l’aîné, craché-je sur un ton sarcastique dans le but de reprendre ce que Jax m’avait répondu plus tôt dans la voiture.
 — Va chier ! J’ai fait ce qui était nécessaire.
 — Comme pisser dans leur penderie, par exemple ? dis-je en pointant le placard suivi d’un hoquet de rire désappointer par la situation.
 — C’est Jolan, ça.
 — Oui, ça, c’est une évidence, fais-je en levant les bras dans les airs, abandonnant l’obstination.
Jolan sourit comme un gamin devant l’attention que je viens de porter à son geste déplacé, inutile et puéril. Darik me regarde avec décontraction ainsi qu’indifférence. Puis Jax dans un calme total, attend que je poursuive. Affligé, je prends ma tête à deux mains.
— Bon, dis-je plus pour moi-même que pour les autres, façon à me motiver un peu plus.
Avoir du temps à perdre, j’aurais presque envie d’envoyer Jolan laver les vêtements sur lesquels il a pissé comme un enfant de quatre ans. À cette réflexion, je lance un regard dur à celui-ci qui sourit encore de son comportement fouteur de merde. Je pointe du doigt ce dernier comme à un gosse qui mérite de se faire sermonner et je lui pique une paire d’yeux qu’il appréhende immédiatement. De ce geste, je détourne mon attention de ce débile pour l’apporter sur le couple duquel je m’approche et vais m'accroupir devant l’homme.
 — Je vais retirer le collant et je ne veux pas vous entendre crier. Est-ce que vous me comprenez ?
L’homme hoche la tête.
 — Parfait. Je vais l’enlever et ne criez pas. Vous ne voulez quand même pas réveiller votre petite fille qui dort. Je me trompe ?
Cette fois il secoue la tête. Je lui dérobe doucement le ruban adhésif en surveillant ses réactions faciales. Une fois le collant arraché, l’homme prend une grande inspiration essayant de neutraliser son souffle saccadé. Il a chaud et de la sueur perle sur son front. De l’autre côté, je vois les épaules de sa femme se soulever sous les sanglots étouffés.
 — Ne faites pas de mal à ma famille, je vous en prie.
 — C’est pas l’intention de ma visite. Néanmoins, il faut coopérer. Ensuite on pourra partir et vous oublierez ce malheureux inconvénient. Excusez le comportement de mes frères. Ils sont maladroits et manquent d’éducations dans leurs manières. Vous acceptez mes excuses pour eux ?
 — Oh, oui-oui. Il n’y a pas de problème, je vous le jure, se précipite-t-il de répondre avec conviction d’une voix tremblante et craintive.
 — Monsieur, je ne veux pas que vous ayez peur de moi. Je ne vous veux aucun mal personnellement. (Je regarde l’heure sur ma montre, 13 minutes découlées). Mais j’ai largement dépassé le délai que j’avais fixé pour ma visite chez vous, j’aimerais donc hâtivement clore le sujet. Ce qui nous amène à Ray. Vous avez eu affaire à son intermédiaire avec lequel vous avez conclu un accord pour ce qui est de l’assassinat de votre père. L’argent…
Je m’interromps lorsque sa femme lâche un cri de surprise étouffé derrière le collant sur sa bouche. Elle tourne sa tête vers son mari, balbutiant en charabia des choses qu’elle ne peut prononcer à cause du ruban. Elle essaie de se débattre ainsi que de frapper son mari avec des élans. Elle a soudainement arrêté de pleurer et semble maintenant très en colère. Distinguant qu’elle ne se calme point, Jax s’avance et mobilise la femme en la prenant par les épaules avec force tout en lui lançant un regard sévère. La femme se tranquillise aussitôt. Seule sa respiration irrégulière reste. Je concentre de nouveau mon attention sur l’homme qui a baissé ses yeux enduits de culpabilité vers le sol, je peux donc comprendre que sa femme n’avait pas été informée de l’entente. Ignorant ce mélodrame familial, je poursuis.
 — La moitié de l’argent que vous avez donné à Ray a été falsifié. C’est du bon boulot puisque que ç’a pris du temps pour s’en apercevoir. Suffisamment de temps, pour avoir fait le travail que vous ne pouviez pas faire et auquel vous avez demandé son aide. Mais Ray est un homme de parole et il n’aime pas qu’on lui poignarde dans le dos. Il est professionnel dans ce qu’il entreprend avec les gens. Le fait que vous avez essayé de lui passer une petite vite sous le nez en croyant que ça n’allait rien faire prouve votre naïveté, monsieur. Enfin bref, où est-ce que l’on peut avoir le reste de cet argent?
 — Je l’ai pas.
 — Cette réponse n’est pas valide parmi celles que vous pouvez me donner.
 — Si j’avais eu l’argent au total, je lui aurais transmis. Mais j’avais pas les moyens.
 — Vous êtes encore plus stupide dans ce cas. C’était à vous de vous abstenir de faire arrangement avec un tueur à gages. Il réclame son dû et je ne peux pas sortir d’ici sans satisfaction à ramener à Ray.
 — Assez les niaiseries ! intervient Jolan en hurlant.
Il s’avance d’un coup rapide pour frapper le mec à la tête avec son arme avant de pointer son beretta suivi du déclic en guise de préparation sur la tempe de sa femme qui débute à s’agiter et fait réagir du même fait le mari pris de panique.
 — Non, ne faites rien !
 — Où se trouve le putain de fric ? continue-t-il de crier après l'homme.
Je me soulève de ma position accroupie tandis que Darik s’en mêle discrètement concernant le comportement de Jolan.
 — Jo, baisse d’un ton, merde. Tu vas réveiller la gosse si tu continues.
Mais mon frère est parti dans un délire total et ne diminue aucunement le volume.
 — Il y en a marre qu’il nous prend pour des cons. Je vais buter sa femme et on va voir s’il va être plus loquace après ça.
La femme se met à sangloter de façon hystérique et à crier de terreur autant qu’elle en est capable. L’homme, lui, essaie de se débattre en suppliant d’épargner sa femme pendant que Jolan lui beugle de fermer sa gueule et de nous dévoiler où est caché le pognon manquant. Ajoutant Darik qui tente de le calmer d’une voix neutre. Plus Jax qui commence à changer de couleur. Et de ce fait, il décide de sortir son poignard en direction de quiconque fait chier. De la sorte, il ne reste que moi, face à l'obligation de remettre de l’ordre dans la pièce. Je fais signe de la main à Jax de demeurer posé quelques secondes. Je recule Darik loin de Jolan duquel j’empoigne le poignet qui maintient le flingue, je le soulève vers le haut d’un coup sec et ensuite de côté en tournant son bras pour que l’arme tombe par terre. Je lui abats par la suite mon poing dans l'estomac. Son corps plie en deux sous le coup qui le coupe le souffle. Je termine en élançant mon genou sur son nez douloureux que j’ai déjà fracassé plus tôt. Tandis que Jolan gémit d’affliction en entreprenant de tenir son visage de nouveau en sang entre ses mains, j’entends la porte de la chambre grincer. Pivotant vers celle-ci, je distingue la fillette pas plus âgée de dix ans dans le cadre de chambre.
— Oh putain, la merde, constate Darik désappointé de voir l’enfant devant ce chaos.
La petite fille au longs cheveux noirs ébouriffés se trouve paralysée devant la scène qu’elle perçoit. Dans son pyjama de fées, elle nous regarde avec les yeux écarquillés de peur ainsi que la bouche entrouverte. Elle nous observe sans comprendre qui nous sommes et ce que nous faisons là, mais elle sait que nous ne sommes pas ici en visite de courtoisie. A ce moment précis, elle fait un pas en arrière, se détourne et s’apprête à fuir à la hâte. Par contre, Darik ayant prédit qu’elle allait réagir de cette manière, est déjà derrière elle pour la soulever de terre et la ramener dans la chambre en fermant à leur suite. L’enfant se met à pleurer en se tortillant ainsi qu’en tonitruant. Avant même que j’aille le temps d’intervenir pour calmer la petite avec amabilité, Darik extrait son couteau en l’ouvrant dans un petit clic et lui place sous la gorge effrayant ainsi la gamine qui commence à trembler, mais qui arrête de crier et de gigoter.
 — Ne bouge plus ou ça va mal se terminer pour tes parents et pour toi, lui ordonne-t-il odieusement.
 — Range ton couteau, tu lui fais peur ! réagis-je, n’ayant pas la conscience tranquille de voir cette enfant dans un état de choc si intense.
 — Daeron, ferme ta gueule ! Tu vois pas que rien ne se passe comme prévu ? Il faut mettre de l’ordre ici. Et j’ai décidé qu’on allait changer de tactique. Fini les méthodes bisounours.
J’allais rétorquer que si cela ne se déroulait pas comme prévu, qu'il était entièrement question de leur faute à tous les trois, mais un coup de feu retentit fortement derrière moi. Je sursaute en baissant la tête de surprise. Je me retourne précipitamment pour voir que Jax venait de tirer une balle dans le crâne de l’homme qui se trouve maintenant inerte accompagné d’une mare de sang qui se répand autour de lui et de sa femme se trouvant en pleine crise de panique face à ce qui vient de se produire. Elle essaie en vain de s’éloigner du cadavre de son mari qui git derrière elle. La femme hurle et pleure comme jamais. Je perçois qu’elle est terriblement apeurée.
Elle fixe soudainement en direction de sa fille qui sanglote. Je lis dans ses yeux inquiets que tout ce qu’elle désire est la survie de son enfant. Son regard vient me pétrifier de l’intérieur. Je n’ai jamais vu autant d’amour que dans les familles normales et aimantes comme celle-ci contrairement à la mienne. Je culpabilise de ce qui arrive en ce moment. J’aurais dû mieux maintenir l’ordre que cela. Jax place le flingue sur la tempe de la femme et au contact de l’arme sur sa peau, elle tourne son attention sur moi et me supplie d’un regard profond et sincère. Je peux comprendre à travers ses yeux qu’elle me sollicite de faire quelque chose.
 — Jax, attends…
PAW! Plus d’homme, plus de femme. Plus de couple, seulement une enfant désormais orpheline.
 — Quoi ? Tu voulais quand même pas que je la garde en vie, si ? J’ai tué son mari, elle connaissait les motifs de notre visite, elle a entendu nos conversations, remarquée nos visages. C’était un trop un gros risque à prendre.
 — Pourquoi t’as tué l’homme justement ? vociféré-je.
 — Papa m’a dit, que si ça niaisait le chien, de simplement tous les buter. Pour l’exemple.
 — Il t’a dit ça ? Pour l’exemple ?
 — Ouais, me lâche-t-il d’une voix ironique pour se moquer de moi.
Mon père est conscient que je peux mener à bien une opération avec mes frères et de façon à ce que tout se passe calmement, pacifiquement et proprement. Toutefois, il sait que si ça tourne mal, il peut se fier à Jax pour exterminer les problèmes avec la solution rapide qui est de tous les tuer. Ça me frustre et m’attriste. Je voulais sincèrement que tout se déroule bien et qu’on ressorte d’ici aussi bien qu’on a réussi à entrer.
Jolan sourit devant mon air, satisfait de voir que leur mort perturbe ma conscience, car les autres et lui n’en ont pas plus qu’une poule à des dents. Il en profite pour me provoquer puisque tout est un jeu pour lui.
 — Oh, tu ne vas pas te mettre à chialer pour deux petits morts, Jésus ? Tu peux leur faire une prière de repos éternel ou écarté les jambes de la connasse et la lui mettre bien profond pour le plaisir, c’est comme tu préfères. Personnellement, la deuxième option est plus marrante.
Insulté, je serre le poing et m’apprête à combler le vide qui nous sépare, mais Jax s’élance entre nous deux, nous empoignant par le collet de nos vêtements.
 — Ça suffit ! Vous réglerez ça à la maison, mais on n’a pas le temps pour ce genre de bêtise. Et Jolan, ferme juste ta sale gueule, c’est vraiment pas le moment pour tes conneries.
Je décide de ravaler ma hargne en feignant de redevenir calme pour éviter que la situation empire. Laissant Jolan avec son sourire niait, je vais rejoindre Darik qui tient encore la fillette qui pleure en fixant ses parents gisant dans leur sang.
 — Qu’est-ce qu’on fait d’elle ? questionne-t-il dans notre intention.
 — On la tue.
 — On ne la tue pas, réponds-je en harmonie avec Jax.
Je lui lance un regard désapprobateur en constatant qu’il a le même regard que moi. Durant cette fraction de seconde où l’on se toise en chien de faïence, Jolan prend les devants et décide pour nous tous de l’action à faire en commettant ce que je ne voulais strictement pas. Il arrache son poignard à l’endroit où il se trouvait encré dans la table de chevet puis plante celui-ci dans l’estomac de la jeune fille.
Son souffle s’entrecoupe avant qu’elle ne reprenne une grande inspiration difficile. Son visage se déforme sous l’affliction à travers un hoquet de douleur qu’elle laisse échapper de sa bouche.
 — Jax, t’as dit qu’on n’avait plus le temps pour des conneries.
Jolan retire le couteau et le renfonce à un endroit vierge de sa peau.
 — Alors, terminé les conneries. Problème réglé, finit-il avec désinvolture en ressortant le poignard pour la deuxième fois.
Darik lâche la petite fille qui tombe instantanément au sol puis il s’extirpe de la chambre avec indifférence. J’entends ses enjambées dévaler les escaliers. Jax me tapote l’épaule puis sort à sa suite. Il ne reste plus que Jolan qui pour une fois me regarde sans un sourire d’accrocher au visage. Nous nous scrutons quelques secondes avant qu’il ne parte aussi à son tour pour rejoindre les autres qui ne sont sûrement déjà plus dans la maison. Je me retrouve seul dans la chambre tamisée. Seul avec deux cadavres et une jeune fille qui suffoque au sol. L’odeur métallique et âcre du sang se fait déjà sentir durement. Celui du couple s’est étendu à une grandeur immense dans la chambre tandis que celui de la gamine se répand lentement à son tour.
Je m’accroupis à ses côtés. Les jambes repliées sous moi, je prends sa tête et la dépose sur mes cuisses. À mon geste, elle tente de fuir en voulant ramper. Je sais qu’elle a peur de moi. J’essaie donc de la rassurer d’une voix douce et posée.
 — Chut, ne bouge pas. Je ne veux rien te faire, promis.
La jeune fille se calme à mes paroles et me fixe droit dans les yeux. Ses yeux bleus sont parsemés de désarrois laissant les larmes coulées sur le côté de son visage. Malgré sa respiration saccadée elle trouve la force de parler ce qui me prend au dépourvu.
 — Pourquoi vous avez fait ça? me demande-t-elle faiblement.
Je ne sais clairement pas quoi lui répondre.
 — Je voulais pas faire ça.
 — Alors, pourquoi l’avoir… fait ? demande-t-elle en toussant.
 — Parce qu’on me l’a exigé. On était censé simplement discuter, mais ç’a très mal tourné. Pardonne-moi, j’ai vraiment essayé d’être gentil. Je voulais que personne ne soit blessé, lui avoué-je le cœur serré.

Je ne désire pas qu’elle meurt dans la peur. Discuter est la seule chose que je peux faire tandis que son temps s’écoule.
 — Il faut que tu te pardonne en premier, parce que le pardon vient de nous et non des autres. Mon père… m’a répété… souvent ça.
Soudainement, je me retrouve, en train de réfléchir aux paroles d’une enfant d’environ 10 ans. J’ai tant de choses à me pardonner à moi-même, tant de culpabilité qui me ronge depuis tout petit. Je ne sais même pas par où commencer.
La petite fille se met à cracher du sang arrêtant de ce fait mes pensées. Sa main agrippe fermement mon bras qui l’entoure. Je sais qu’elle est effrayée et qu’elle a mal.
 — Ça va aller, tout va se terminer bientôt, je te le jure.
 — Je vais… mourir?
Comment dire à une enfant que c’est exactement ça, qu’elle va mourir, qu’elle ne verra pas demain ? Je sais ce que mon père lui aurait dit, mais je sais que je ne veux pas prendre ses paroles destructrices. Je tente de mon mieux d’être honnête sans l’effrayer davantage.
 — Tu vas simplement retrouver tes parents dans un endroit vraiment génial. Ça fait pas mal. Tu verras, tes parents t’attendent impatiemment.
 — Vraiment ?
 — Bien sûr, t’inquiète pas.
L’enfant expulse une nouvelle fois du sang de sa bouche, et à chaque fois elle se cramponne après moi. Son visage se tord de souffrance. Je continue de garder le contact avec ses yeux bleus. Je la regarde calmement. J’ai une peine immense pour elle. Je me sens horrible. Je suis un monstre de cette société, mais jamais je ne pourrai assumer ce rôle. J’aimerais sauver des vies et non les enlever, pourtant ça me semble plus facile de les ôter que de les préserver. Malgré mon désir de vouloir faire le bien, je n’arrive à rien d’autre que faire le contraire. Ce soir, j’ai voulu épargner de blesser une famille, mais sans même que j’aille eu besoin de faire quoi que ce soit, ils sont tous morts ou en train de mourir. Je me sens dans l’échec. Un échec inexcusable. J’aurais dû empêcher tout ça ! Ce n’était pas censé se passer de cette manière. J’ai clairement et lamentablement échoué. Je regarde l’enfant de nouveau. Cette dernière crache une fois de plus du sang. Je devine qu’elle s’affaiblit davantage.
 — Ne me laisse pas s’il te plait… J’ai peur toute seule dans le noir.
 — Je suis là, ferme les yeux et essaie de dormir.
La petite fille fait exactement ce que je lui dis. Elle clôt les paupières et se détend. Quelques secondes passent et je sens son corps s’alourdir tandis que sa respiration disparait.
Lorsque celle-ci est complètement éteinte, je dépose doucement sa tête par terre et me relève, imbibé de son sang. Je fuis la chambre tranquillement, me dirigeant au premier étage pour trouver la sortie et émerger dehors. Il est tôt et la couleur matinale se fait subtilement distinguer dans le ciel encore sombre. L’air est humide et frais, ce qui pourrait me faire un bien fou si je ne sentais pas mon cœur qui se compresse dans ma poitrine avec douleur. Face contre la maison de briques, j’accote ma tête contre le mur et je frappe à coup de poing dans celui-ci à répétition tout en hurlant de colère. Je ne sais pas durant combien de temps je cogne, mais je le fais jusqu’à ce que les briques déchirent mon gant et que j'éprouve une douleur permanente sur mes jointures. Lorsque je cesse de me mutiler la peau, je me laisse tomber à genoux et j’éclate en sanglots. Si tantôt j’étais enragé, j’ai en ce moment vraiment mal lorsque je me remémore cette petite fille. Les mauvais souvenirs refont surface sans que je l’aie volontairement voulu, car la fillette me rappelle ce que mon père a fait à mon meilleur ami d’enfance.
Je ferme les yeux et me concentre sur ma respiration. Après quelques minutes à contrôler mon souffle et mes pensées, j’ouvre à nouveau les yeux beaucoup plus posés. Me soulevant sur mes jambes, je distingue un cabanon au fond de la cour. Arrivé à celui-ci, je m’introduis à l’intérieur et en moins d’une minute je suis de retour dans la maison. Je déverse de l’essence dans toutes les pièces de la demeure avant de ressortir. Près du porche, sortant un paquet d’allumette de ma poche de pantalon, je fais flamber le tout en jetant le bout de carton en flamme à l’intérieur.
Je marche en direction de l’avant-cour où se trouve encore la voiture qui est stationnée sur l’accotement. Je distingue mes frères assis paisiblement à l’intérieur en riant tandis que la maison prend pleinement feu. À ce moment, je sens une haine atroce envers eux. Je les déteste et je vais leur faire savoir rudement.




icone 1icone 2HappyTreeFriends
Veux-tu être mon ami?

© Lady sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
 
Stoselov
Stoselov
Féminin MESSAGES : 8
INSCRIPTION : 21/02/2021
RÉGION : Nord
CRÉDITS : Tumblr ~ Bazzart

UNIVERS FÉTICHE : Réel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t4380-bears-beets-battlestar-galact
Noob

Une balle en plein coeur Empty

0XpSulE.png
Rosie Watson
J'ai 20 ans et je vis à Baltimore, Maryland aux É.U. Dans la vie, je suis étudiante en design. Je suis une grande bosseuse qui veut tout faire pour réussir et vivre de ses passions dans la vie. Dessiner, lire, écrire, c’est à ça que je passe le plus clair de mon temps. J’aimerais devenir designer graphique après mes études. J’ai un peu une âme d’artiste, faut le dire. J’aime beaucoup chanter mais ça personne ne le saura jamais. Je n’ai pas assez confiance en moi pour oser chanter devant qui que ce soit. A part devant ma grand-mère pour lui faire plaisir. Je prends ma guitare ou me mets à mon piano et hop. Mes parents sont morts quand j’avais 7 ans, dans un accident de voiture et depuis je vis avec ma grand-mère. Elle est malade depuis quelques temps. Pour l’aider à entretenir notre foyer et payer ses soins, j’ai pris un job à temps partiel dans un hôtel en tant que femme de chambre.


Une balle en plein coeur Gt5bra2

Rosie est une jeune femme solitaire, réservée, sincère et douce. Elle a un style vestimentaire inspiré des années 80-90's. Elle a très peu d’amis mais c’est son choix de ne pas spécialement se faire d’amis ou chercher à être proche des gens. Elle le vit bien de se retrouver souvent seule. De ne pas sortir comme tous les jeunes de son âge font. De ne pas avoir les mêmes occupations qu’eux. Elle vit dans son monde. Dans sa p’tite bulle. Un monde dans lequel la brune aime se réfugier. Qui passe par le dessin, la musique, la lecture, l’écriture. Ce sont ses exutoires mais ça la coupe souvent de la réalité et des gens. Ça ne la dérange pas, trouvant de la sérénité dans la solitude. Ça ne veut pas dire que c’est une nana désagréable avec les gens, au contraire. Elle peut être très aimable, polie et sympathique avec les autres. A l’université, on la verra très concentrée en cours, sérieuse, ne laissant pas vraiment place aux bavardages, et souvent on la trouvera dans son coin, en train de lire un bon bouquin ou de crayonner dans son carnet à dessin, son casque sur les oreilles à écouter de l’électro pop ou du rock alternatif. Coupée du monde extérieur. Mais elle ne prendra jamais mal d’être dérangé pour rendre service sur un devoir par exemple. Elle est serviable, juste les gens ont compris qu’il faut la laisser seule. Que c’est sa volonté.

Pourquoi vouloir être seule ? Et bien en partie parce que ça l’a marqué et fait énormément souffrir de perdre son meilleur ami, ALEX. C’était la personne la plus chère à son cœur en dehors de sa grand-mère. Son seul et véritable ami, qui la connaissait mieux que personne. Ils étaient amis depuis leur plus tendre enfance mais il a fallu qu’ils s’éloignent de la plus douloureuse des manières. Alex a vécu un drame qui l’a bouleversé quand ils étaient au lycée. Il a commencé à fréquenter de mauvaises personnes à la suite de ça, à baigner dans des trucs louches. Il n’était plus le même et Rosie était impuissante face à ça, ne reconnaissant plus son ami qui s’éloignait toujours un peu plus, au fur et à mesure que le temps passait. Elle avait vent de ses activités et ils se disputaient souvent à cause de ça. Alex a fini par couper les ponts, ce qui a énormément affecté la brune. Aujourd’hui, c’est comme si leur amitié n’avait jamais existé, qu’ils ne s’étaient jamais connus. Ils côtoient la même université mais ne s’échangent même pas un regard. Voilà pourquoi Rosie ne veut plus se rapprocher des gens. Faire entrer des gens dans sa vie, c’est prendre le risque de souffrir si jamais ça se passe mal.  

Aujourd’hui, la seule personne qui compte plus que tout à ses yeux, c’est sa grand-mère. Sa complice, sa confidente, son tout. Rosie ne sait pas ce que sa vie serait sans sa grand'ma et préfère ne pas y penser. Elle est malade depuis quelques temps et ça l'inquiète beaucoup. Elle fait tout pour prendre soin de sa grand-mère. Elle lui doit beaucoup. Elle lui a évité de devenir orpheline à 7 ans, à la suite de la mort de ses parents dans un accident de voiture. Mais sont-ils vraiment mort dans un accident de voiture ? Rosie ignore que la mort de ses parents cache en réalité une bien triste et tragique vérité qu’on a pris soin de lui cacher.  Elle fait pourtant partie de cette histoire, de cette vérité. Seulement, elle n’en a aucun souvenir. Ayant fait un déni à la suite du traumatisme. Secret que sa grand-mère prend soin de préserver pour la protéger. Pour la protéger d’une révélation qui pourrait l’anéantir. Mais les choses risquent de se compliquer quand le chemin de la brune croisera celui de ce jeune homme froid et mystérieux empli de tourments... Le danger la guettera, les ennuis s’accumuleront, sa vie basculera du tout au tout. Et les problèmes ne s’arrangeront pas quand son ex DEREK reviendra dans sa vie. Il lui faudra être forte et courageuse. Réussira-t-elle à surmonter les épreuves que lui réserve l’avenir ?


Une balle en plein coeur LtNqtI4


Lily Collins :copyright:️ Bazzart


Prologue introspectif

Bon je mets quoi aujourd’hui ? Allez va pour un jean mom et mon t-shirt noir Guns’ N’ Roses. Après m’être préparé pour me rendre à l’université. Je descends les escaliers pour me retrouver directement dans le salon, et y trouver, comme chaque matin, ma grand-mère en train de tricoter dans son fauteuil. Cette scène me réchauffe à chaque fois le cœur. Je considère ma grand-mère comme mon rayon de soleil. A chaque fois que je la vois, elle m'apaise. Alors qu'elle lève les yeux du pull qu'elle est en train de tricoter pour me regarder, elle me fait son sourire qui me rassure tant. Il est impossible pour moi de ne pas lui rendre ce sourire, puis je me place derrière le fauteuil pour enrouler affectueusement de mes bras son cou.
– Bonjour grand-mère, tu vas bien ? lui demandé-je en déposant un baiser sur sa tempe.
– Oui, ma chérie. Et toi, tu as bien dormi ? me demande-t-elle à son tour, en caressant un de mes bras, avant de l'embrasser.
– Comme un bébé.
– Tant mieux ma chérie. Je t'ai préparé ton petit-déjeuner, il t'attend dans la cuisine.
– Merci grand-mère, mais tu n'aurais pas dû, je peux très bien me faire à manger toute seule. Il faut que tu te reposes, tu le sais très bien, lui dis-je en me mettant face à elle.
– Ne t'en fais pas, mon cœur va très bien, me rassure-t-elle en me prenant la main, puis préparer un bon petit plat pour ma petite fille ne peut pas me faire de mal, ça me fait tellement plaisir de le faire, ajoute-t-elle dans un doux sourire.
– Très bien grand-mère, dis-je en souriant doucement, mais fais attention quand même, lui retourné-je ensuite en me penchant pour embrasser son front.
Puis je vais dans la cuisine, et comme indiqué, mon petit-déjeuner m'y attend sur la table. Je me délecte de la bonne odeur de pain chaud qui inonde la pièce, alors que je m'installe en même temps à la table pour admirer d'un peu plus près l'adorable attention de ma grand-mère. Elle m'a préparé mon petit-déjeuner préféré : des french toasts avec une succulente salade de fruits, et un jus d'orange pressé. Voir ceci ne peut que me faire décrocher un immense sourire ; je vais me régaler, et j'en ai l'eau à la bouche. Tout en lisant quelques pages d’un bouquin que j’ai commencé hier, je me mets à savourer chaque bouchée de ce qu'elle s'est donnée tant de mal à me faire ; rien ne vaut la cuisine d'une grand-mère. Et la mienne, je ne l'échangerais pour rien au monde. Je n'ai qu'elle pour m'apporter l'amour dont j'ai besoin, et cela depuis mon plus jeune âge. Mes parents sont morts dans un accident de voiture quand j'avais 7 ans et ma grand-mère m'a naturellement prise sous son aile. Je ne pourrai jamais lui être assez reconnaissante, et je pense que c'est pareil de son côté. Elle a pu surmonter plus facilement le deuil d'avoir perdu sa fille en s'occupant de moi. Elle me dit qu'elle la voit à travers moi, que je lui ressemble beaucoup, et moi, je suis ravie de pouvoir lui apporter ce bonheur, le bonheur d'avoir l'impression que sa fille est toujours à ses côtés. Mais comme vous l'avez certainement compris, elle a des problèmes de cœur, donc je peux la perdre à tout moment ; elle a d'ailleurs déjà fait plusieurs crises par le passé. L'idée de ne plus l'avoir dans mon monde me déchire le cœur. Il n'y plus qu'elle pour me rendre heureuse, depuis qu'Alex m'a rayé de sa vie du jour au lendemain. Bon, je ne vais pas commencer à penser à lui... C’est du passé tout ça. Penser à la possibilité que ma grand-mère ne soit plus de ce monde, et penser à lui en même temps, c'est un peu trop pour moi. Alors que j'ai terminé tout mon petit-déjeuner, je débarrasse le tout pour le mettre au lave-vaisselle, puis je retourne au salon.
– Alors, c'était bon ma chérie ? me demande-t-elle en me voyant revenir.
– Oui, c'était merveilleusement délicieux grand-mère, comme toujours. Tu es la meilleure, réponds-je en venant lui déposer un baiser sur la joue.
Elle sourit, puis je me dirige vers le porte-manteau pour m’emparer de ma veste et l'enfiler rapidement. Je vais ensuite à l'entrée où se trouve mon sac de cours, je l'attrape et le mets sur mon épaule, puis ma grand-mère fait son apparition pour me saluer, appuyée sur sa canne.
– Passe une bonne journée ma chérie.
– Toi aussi grand-mère, la salué-je en la serrant dans mes bras.
Puis je me détache d'elle, ouvre la porte d'entrée, et sort après lui avoir lancé un « A ce soir, je t'aime ». Casque sur les oreilles, c’est sur le rythme de la chanson She’s on fire du film Scarface que je m’en vais à pied vers l’université, n’habitant pas loin de cette dernière.

Une balle en plein coeur 1f3b6Don't be mistaken by the first impression
And watch out for that innocent expression
She's not what she seems
Don't wait in her dreams
Coz when she breaks away from the child
And the woman is wild so wild
She's on fire
Une balle en plein coeur 1f3b6


**ELLIPSE**

Pause déjeuner. Comme d'habitude, je vais me poser toujours à la même table à pic-nic du campus pour manger mon repas. Je me suis acheté des sushis dans un sushi shop du coin. J'adore la nourriture asiatique. Et là, faut dire que mon repas suit bien avec ce que je suis en train de dessiner. Sushis d'un côté, carnet à dessin de l'autre, je m'amuse à dessiner une super-héroïne asiatique tout droit sorti de mon imagination. Digne d'un manga. A vrai dire, j'ai lu un manga hier et ça m'a inspiré. Je peux dessiner tout et n'importe quoi. Tout ce qui muri dans mon imagination et que j'ai envie de coucher sur papier. Je pourrais passer des heures à dessiner sans voir le temps passer. Ca me détend, me permet de me plonger dans un monde qui n'appartient qu'à moi. Avec en plus mon casque sur les oreilles. Je déjeune toujours avec de la musique, sauf quand je lis. Ce moment de détente pourrait être parfait si mon fucking portable arrêtait de montrer des messages. Surtout quand je sais de qui ça provient... Ca me déconcentre et je ne peux m'empêcher de dériver les yeux vers mon iphone pour lire le énième message que je reçois depuis ce matin "Réponds s'teu plait. J'ai vraiment envie de te voir. J'suis revenu pour toi, tu peux pas me laisser comme ça" J'hallucine... C'est bon j'ai le moral dans les chaussettes là. J'enlève mon casque et éteint mon phone pour avoir la paix un moment. Je lâche un soupire qui en dit long. Purée, qu'est-ce que je vais faire... J'ai envie de me foutre la tête dans un saut d'eau... Vous vous demander qui sait hein la personne qui m'envoie tous ces messages ? Et bien... C'est mon ex, Derek. Un garçon avec qui je suis sorti au lycée et qui m'a fait beaucoup de mal. Le genre de chose qu'on ne devrait jamais infliger à quelqu'un et qui est impardonnable. Je pensais m'être débarrassé de lui quand il a déménagé à la fin du lycée mais faut croire qu'il est revenu à Baltimore depuis peu. Ca va faire quelques jours qu'il m'envoie des messages non stop et qu'il m'assomme d'appels. J'ai beau le bloquer, il arrive toujours à me contacter avec un autre numéro. Clairement, il me harcèle mais ça ne m'étonne pas de lui. Je ne sais pas quoi faire. Je n'ai pas envie de lui répondre et je sais que ce serait une très mauvaise idée. Je crains qu'il n'en reste pas là et qu'il finisse par se pointer chez moi pour avoir ce qu'il veut. Il ne recule devant rien pour arriver à ses fins. Je le connais. Je n'en ai pas parlé à ma grand-mère et je ne compte pas le faire. Je ne veux pas l'inquiéter. Et je ne peux pas me tourner vers quelqu'un d'autre pour m'aider... A l'époque, c'était Alex qui me protégeait de Derek. Il a toujours pris ma défense. Il a toujours été là pour moi. A prendre soin de moi. Toutes les fois où ils s'est battu avec Derek après avoir vu les marques qu'il m'avait laissé sur le visage. Il ne comprenait pas pourquoi je restais avec lui. Encore aujourd'hui, je ne comprends pas pourquoi je n'ai pas réagi plus tôt et que j'ai laissé les choses empirer. J'aurais dû le quitter dès qu'il a commencé à montrer un tout autre visage. Mais bon, j'étais amoureuse et je ne voyais pas que ses mauvais côtés. Je lui trouvais toujours des excuses pour justifier ses actes. Et il savait s'y prendre pour me manipuler aussi. Me faire croire qu'il ne recommencerait plus, mais bon, ça recommençait toujours. Bref une sombre histoire de ma vie encore une fois, mais pas aussi sombre que la fois où j'ai perdu Alex. Tout s'est enchaîné en plus. Je venais à peine de réussir à mettre un terme à ma relation avec Derek, qu'Alex s'est mis à changer et à s'éloigner de moi pour me laisser tomber à tout jamais. Il a vécu un drame familial vers la fin du lycée. Son père s'est retrouvé au chômage à l'époque. Ca a débouché sur des problèmes financiers et son père et sa mère ne s'entendait plus du tout. A un point où un jour, son père s'est suicidé. Sa mère a fini par lâchement abandonner ses enfants et Alex s'est retrouvé en foyer du jour au lendemain. De là, il a commencé à vriller. A fréquenter des gens vraiment pas côtoyables. Je ne reconnaissais plus mon meilleur ami. Pourtant, j'avais tout fait pour le consoler, pour l'aider à remonter la pente, mais rien n'y faisait. Au contraire, il me repoussait davantage et s'éloigner de plus en plus de moi. Pour finir par couper définitivement les ponts alors qu'à la fin on ne faisait que se disputer quand j'avais vent de ce qu'il faisait avec sa bande. C'était fini. Il avait choisi une voie où je ne pouvais pas le suivre, inséparables alors jusque là depuis le jardin d'enfant. Notre amitié était bel et bien morte et enterrée. A mon plus grand désarroi à l'époque. Toutes les fois où j'ai pleuré parce qu'il me manquait. Ca m'a brisé le cœur. C'est si douloureux de perdre un être cher... Maintenant c'est comme si on ne s'était jamais connu. On est devenu des inconnus l'un pour l'autre. J'ai fini par prendre l'habitude de ne plus avoir Alex dans ma vie. Bon sang, ça fait bizarre de repenser à tout ça, ça ne m'était pas arrivé depuis longtemps. Ca me parait si loin toute cette histoire. Dans mes pensées, je balaye la pelouse face à moi du regard, et comme par hasard, j'y vois Alex. Avec sa bande. Car ouais. Fallait bien qu'on entre dans la même université sinon c'est pas drôle. On ne s'est pas échangé un seul regard depuis notre entrée à la fac. Je suis définitivement morte à ses yeux on dirait. Mais c'est pas plus mal car quand je sais ce que lui et sa bande font à la sortie des cours, ça me répugne. Et je ne veux plus rien avoir à faire avec Alex. Au début ça me faisait de la peine de voir à quel point il m'avait rayé de sa vie, au point de ne même plus me regarder mais je m'y suis fait. Et je préfère ne plus être dans sa vie quand je sais ce qu'il fait de son temps-libre. Il m'a trop déçu. Je secoue la tête et repose mes yeux sur mon dessin. Allez, ça ne sert à rien de remuer le passé, occupe-toi plutôt d'améliorer le costume de ton héroïne à coups de crayon Rosie. Elle au moins ne risque pas de te briser le cœur.
Revenir en haut Aller en bas
 
Stoselov
Stoselov
Féminin MESSAGES : 8
INSCRIPTION : 21/02/2021
RÉGION : Nord
CRÉDITS : Tumblr ~ Bazzart

UNIVERS FÉTICHE : Réel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t4380-bears-beets-battlestar-galact
Noob

Une balle en plein coeur Empty

0XpSulE.png
Rosie Watson
J'ai 20 ans et je vis à Baltimore, Maryland aux É.U. Dans la vie, je suis étudiante en design. Je suis une grande bosseuse qui veut tout faire pour réussir et vivre de ses passions dans la vie. Dessiner, lire, écrire, c’est à ça que je passe le plus clair de mon temps. J’aimerais devenir designer graphique après mes études. J’ai un peu une âme d’artiste, faut le dire. J’aime beaucoup chanter mais ça personne ne le saura jamais. Je n’ai pas assez confiance en moi pour oser chanter devant qui que ce soit. A part devant ma grand-mère pour lui faire plaisir. Je prends ma guitare ou me mets à mon piano et hop. Mes parents sont morts quand j’avais 7 ans, dans un accident de voiture et depuis je vis avec ma grand-mère. Elle est malade depuis quelques temps. Pour l’aider à entretenir notre foyer et payer ses soins, j’ai pris un job à temps partiel dans un hôtel en tant que femme de chambre.


Une balle en plein coeur Gt5bra2

Rosie est une jeune femme solitaire, réservée, sincère et douce. Elle a un style vestimentaire inspiré des années 80-90's. Elle a très peu d’amis mais c’est son choix de ne pas spécialement se faire d’amis ou chercher à être proche des gens. Elle le vit bien de se retrouver souvent seule. De ne pas sortir comme tous les jeunes de son âge font. De ne pas avoir les mêmes occupations qu’eux. Elle vit dans son monde. Dans sa p’tite bulle. Un monde dans lequel la brune aime se réfugier. Qui passe par le dessin, la musique, la lecture, l’écriture. Ce sont ses exutoires mais ça la coupe souvent de la réalité et des gens. Ça ne la dérange pas, trouvant de la sérénité dans la solitude. Ça ne veut pas dire que c’est une nana désagréable avec les gens, au contraire. Elle peut être très aimable, polie et sympathique avec les autres. A l’université, on la verra très concentrée en cours, sérieuse, ne laissant pas vraiment place aux bavardages, et souvent on la trouvera dans son coin, en train de lire un bon bouquin ou de crayonner dans son carnet à dessin, son casque sur les oreilles à écouter de l’électro pop ou du rock alternatif. Coupée du monde extérieur. Mais elle ne prendra jamais mal d’être dérangé pour rendre service sur un devoir par exemple. Elle est serviable, juste les gens ont compris qu’il faut la laisser seule. Que c’est sa volonté.

Pourquoi vouloir être seule ? Et bien en partie parce que ça l’a marqué et fait énormément souffrir de perdre son meilleur ami, ALEX. C’était la personne la plus chère à son cœur en dehors de sa grand-mère. Son seul et véritable ami, qui la connaissait mieux que personne. Ils étaient amis depuis leur plus tendre enfance mais il a fallu qu’ils s’éloignent de la plus douloureuse des manières. Alex a vécu un drame qui l’a bouleversé quand ils étaient au lycée. Il a commencé à fréquenter de mauvaises personnes à la suite de ça, à baigner dans des trucs louches. Il n’était plus le même et Rosie était impuissante face à ça, ne reconnaissant plus son ami qui s’éloignait toujours un peu plus, au fur et à mesure que le temps passait. Elle avait vent de ses activités et ils se disputaient souvent à cause de ça. Alex a fini par couper les ponts, ce qui a énormément affecté la brune. Aujourd’hui, c’est comme si leur amitié n’avait jamais existé, qu’ils ne s’étaient jamais connus. Ils côtoient la même université mais ne s’échangent même pas un regard. Voilà pourquoi Rosie ne veut plus se rapprocher des gens. Faire entrer des gens dans sa vie, c’est prendre le risque de souffrir si jamais ça se passe mal.  

Aujourd’hui, la seule personne qui compte plus que tout à ses yeux, c’est sa grand-mère. Sa complice, sa confidente, son tout. Rosie ne sait pas ce que sa vie serait sans sa grand'ma et préfère ne pas y penser. Elle est malade depuis quelques temps et ça l'inquiète beaucoup. Elle fait tout pour prendre soin de sa grand-mère. Elle lui doit beaucoup. Elle lui a évité de devenir orpheline à 7 ans, à la suite de la mort de ses parents dans un accident de voiture. Mais sont-ils vraiment mort dans un accident de voiture ? Rosie ignore que la mort de ses parents cache en réalité une bien triste et tragique vérité qu’on a pris soin de lui cacher.  Elle fait pourtant partie de cette histoire, de cette vérité. Seulement, elle n’en a aucun souvenir. Ayant fait un déni à la suite du traumatisme. Secret que sa grand-mère prend soin de préserver pour la protéger. Pour la protéger d’une révélation qui pourrait l’anéantir. Mais les choses risquent de se compliquer quand le chemin de la brune croisera celui de ce jeune homme froid et mystérieux empli de tourments... Le danger la guettera, les ennuis s’accumuleront, sa vie basculera du tout au tout. Et les problèmes ne s’arrangeront pas quand son ex DEREK reviendra dans sa vie. Il lui faudra être forte et courageuse. Réussira-t-elle à surmonter les épreuves que lui réserve l’avenir ?


Une balle en plein coeur LtNqtI4


Lily Collins :️ Bazzart
@HappyTreeFriends


Une balle en plein coeur 9mAGdbr
I'm about to lose control and I think I like it

Allez Rosie, plus qu’une chambre à faire. Je pousse mon lourd chariot le long du couloir avant d’atteindre la porte de la chambre que je dois nettoyer avant la venue de nouveaux clients au palace. Je soupire un bon coup, histoire de me donner du courage. Et aussi parce que malgré le fait que je me suis habitué à pousser ce chariot qui pèse une tonne à force de bosser dans cet hôtel, à la fin de la journée ça commence toujours à piquer. Une vingtaine de serviettes, une dizaine de paires de draps, un aspirateur et deux paniers de 130 l, ça pèse lourd mine de rien ! Aaaha je me souviens la première fois que je devais le pousser, je peinais à le faire, je devais avoir l’air cruche. Enfin bref, me voilà devant la chambre. Je ne sais plus à combien de chambre je suis depuis que j’ai commencé ma journée. J’ai arrêté de compter. Y a environ cent chambres dans ce palace et plusieurs suites. Souvent mes collègues en ont une dizaine à charge par jour mais comme je fais moins d’heures, vu que je fais ça en dehors des cours comme job étudiant, j’en ai moins mais ça impose un rythme très intense de travail. C’est ça le plus compliqué. On n’a pas une minute à nous et on a très peu de temps pour cleaner les chambres. Donc je ne réfléchis pas trop à force de faire tout le temps la même chose. Juste j’enchaine sinon je vais me faire taper sur les doigts si je prends du retard et il ne faut surtout pas que je perde ce job. Ce n’est pas le moment. Je regarde ma montre. Vu que c’est un départ et que je dois tout ranger et nettoyer de fond en comble pour le prochain client, j’ai une demi-heure devant moi. Allez, pas de seconde à perdre. J’entre dans la chambre et je commence par tout ranger. C’est fou la merde que les gens laissent derrière eux. Super un préservatif usagé… La chasse d’eau non tirée… A la longue, j’en ai vu des vertes et des pas mûrs dans les chambres de cet hôtel. On s’habitue. Une fois tout rangé, la literie changée, je vais pour vider les poubelles et là je tombe sur une robe dans la poubelle de la salle de bain. Je l’attrape pour la contempler. Waouh, elle est sublime. Une longue robe de soirée en forme de sirène avec une échancrure sur la longueur. Parfois, je me demande ce qui se passe dans la tête des gens pour jeter ça… Elle doit coûter une fortune. Ou bien la dame a voulu me faire un cadeau. Car il se peut que des clients adorables nous laissent des cadeaux dans la chambre. En fait dès que le client a déserté la chambre, tout ce qui se trouve dans les poubelles appartient à la femme de chambre. Donc là, on peut dire que la robe est à moi maintenant. Je peux en faire ce que je veux et je pense que je vais la passer à Daisy qui m’a confié il n’y a pas longtemps son envie de diner au restaurant avec son petit ami pour son anniversaire. Ils n’ont pas trop les moyens de se faire ça souvent et là c’est l’occasion. Elle aura quelque chose à se mettre comme ça, puis on peut dire que ce sera mon cadeau d’anniversaire. Je pose la robe sur le chariot, finis de vider les poubelles puis m’empare de l’aspirateur pour le brancher. P’tit coup d’oeil sur ma montre. C’est bon, je suis dans les temps. J’ai envie de relâcher un peu la pression là. Souvent quand je suis en fin de journée et que c’est ma dernière chambre. Ça va bientôt devenir un rituel je crois aaaha mais souvent je mets mes écouteurs pour écouter de la musique tout en faisant le ménage quand j’ai pratiquement terminé mon service. Histoire de finir en beauté aaaha. Je sais que c’est interdit par le règlement mais j’ai vraiment besoin de ça, au risque de finir avec un gros mal de crâne à force d’entendre ce bruit d’aspirateur toute la journée… Donc c’est parti, je mets des tubes des années 80’s, tout ce que j’aime. La première chanson qui vient « I’m so Excited » des Pointer Sisters. Parfait pour se donner à fond dans le ménage. Dans la joie et la bonne humeur. La chanson démarre et je démarre en même temps l’aspirateur. Ohhh yeah i’m so excited ! Je ne peux pas m’empêcher de chanter tout en me dandinant alors que je traverse la pièce avec l’aspirateur. Je danse même avec ce dernier comme un partenaire endiablé « Let's get excited, we just can't hide it. I'm about to lose control and I think I like it… » Je chante, je danse, je me lâche. Voir un peu trop, complètement transportée par le rythme effréné de la musique. Là j’ai une pulsion. J’enlève rapidement mes chaussures et monte sur le lit pour sauter dessus et gesticuler dans tous les sens sur le rythme de la chanson « I'm so excited, and I just can't hide it. And I know, I know, I know, I know, I know I want you, I want you » Je fais les chœurs, bref la totale. Je suis dans mon monde, dans ma bulle. Je m’évade et ça fait un bien fou. M’en fout d’être ridicule, y a personne pour me regarder de toute manière. Sauf que là je pivote sur le côté tout en dansant et je vois un jeune homme se tenir face à la porte de la chambre. MERDE ! Surprise je pousse un cri « AAAH » tout en tombant en arrière, ce qui me fait dégringoler du lit et ma tête tape contre le mur dans la foulée. OUCH ma tête. J’ai peut-être parlé trop vite…
Revenir en haut Aller en bas
 
HappyTreeFriends
HappyTreeFriends
Autre / Ne pas divulguer MESSAGES : 28
INSCRIPTION : 14/02/2021
CRÉDITS : Google

UNIVERS FÉTICHE : Réel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

https://www.letempsdunrp.com/t4371-plein-d-idees-de-rps-mais-jam https://www.letempsdunrp.com/t4378-il-vous-manque-un-ami-pour-rp-ah-oui-zut https://www.letempsdunrp.com/t4373-entrer-dans-la-danse#91094
Noob

Une balle en plein coeur Empty

5m6sjS8D_o.png
Daeron Blum
J'ai 20 ans et je vis à Baltimore, Maryland aux É.U. Dans la vie, je suis étudiant à l'université et je m'en sors comme je peux. Sinon, grâce à ma famille dysfonctionelle, je me sens seul. Et je le vis mal.


Une balle en plein coeur Tumblr_pn6hlocx9j1wqr33o_540

Daeron a grandi avec sa mère jusqu’à l’âge de 9 ans. Malheureusement, celle-ci s’est suicidée, abandonnant son fils entre les mains de son géniteur. S'il a eu l’opportunité d’avoir un semblant d’éducation normale, cette dernière prend fin pour laisser place à celle de son père qui se trouve être un criminel.
Son paternel est propriétaire d’un hôtel luxueux et populaire tandis que sa mère est à la fois comptable et infirmière. Les frères de Daeron qui ont passé par la même université que celui-ci ont laissé une réputation désavantageuse. Daeron est alors perçu comme une personne dangereuse venant d’une famille de tordu. La rumeur que sa famille est en réalité une organisation criminelle court dans les couloirs de l’école depuis des années. Certains disent que cette famille vend de la drogue tandis que d’autres pensent qu’elle est impliquée dans des choses plus obscures. Des ouï-dire sans fondement, mais qui impactent Daeron.
Il est conscient que son train de vie atypique ne lui permet pas d’entretenir des relations sociales normales. Il se contente alors d’être discret, silencieux et froid. Les gens croient qu’il a un trouble de la personnalité antisocial. En d’autres termes; un psychopathe. Son côté mystérieux et taciturne accompagné de son regard sévère fait réprimer l’envie de l’aborder. Daeron est donc un solitaire au sein de l’université.

Une balle en plein coeur B03bb40458796a5272b9b65224dd147cd2cf2cf7


Noah Centineo :copyright:️ Bazzart

Les yeux levés au ciel, je grogne de frustration en serrant les dents. J’en ai sincèrement marre de mes abrutis de frères ! Je soupire en toisant Jolan du regard.
« Combien de fois je vais devoir te répéter de pas toucher à ma saloperie de Diazepam ? »
Le concerné roule les yeux. Signe qu’il me prend pour un branleur qui ne fait que se plaindre.
« C’est bon, arrête de me casser les oreilles. Je t’en ai emprunté que 3 pour m’amuser. »
« Je suis pas ton dealer, compris ? Ne touche pas à ma médication petit con ! », ordonné-je en poussant son épaule du bout de mes doigts.
Je lui tourne le dos avant que je fasse de mon envie de le frapper une action. Je traverse la réception de l’hôtel à la vitesse grand V. J’espère que la femme de ménage n’a pas ramassé mon pot de pilules et l’a jeté. Si je suis chanceux, la chambre n’a peut-être pas été encore nettoyée.
Appuyant sur le bouton de l’étage 5, je m’adosse contre le mur de l’ascenseur en fixant les chiffres qui changent. Je baye aux corneilles. J’ai tellement mal dormi la nuit passée. Quelle surprise puisque je pensais avoir perdu mon Diazepam qui finalement se trouvait entre de mauvaises mains ! Va savoir ce qu’il a foutu avec mes somnifères ce taré de Jolan.
Les portes coulissent me libérant dans un couloir. Je m’y aventure en me remémorant la chambre 503 qu’il m’a mentionnée. J'aperçois rapidement le numéro. La porte de la chambre est ouverte et le chariot que traîne la femme de ménage s’y trouve. Au moins, je n’arrive pas forcément trop tard. Mon attention se pose sur la robe pendue au chariot. Donc Jolan était ici avec une nana ? Je frotte mes yeux en essayant de ne pas imaginer le trio Jolan + somnifère + femme. Ma vie est un véritable cauchemar dès que je commence à réfléchir à son contenu. Je préfère faire le vide dans ma tête. Ça m’évite des migraines.
Une voix me parvient aux oreilles avant que j’atteigne l’entrée. Je fronce les sourcils en m’avançant. Une fois face à la chambre, je hausse ceux-ci en distinguant une jeune femme gesticuler et hurler des paroles de ce qui semble provenir d’une musique. Une chanson qu’elle écoute avec un casque d’écouteur. L’aspirateur suit le rythme de la brune qui se déhanche dans la pièce. Elle est complètement transportée par la mélodie qu’elle écoute. Elle ne remarque même pas ma présence. Et cette énergie intense qui se dégage d’elle me colle sur place, freinant mon désir de pénétrer dans la chambre. Brusquement, la fille retire ses chaussures puis saute sur le lit. Je fronce les sourcils en laissant un léger sourire amusé se dessiner sur mes lèvres. Elle continue de danser et de chanter en sautillant sur le matelas. J'entremêle mes bras, penche la tête et me distrais à regarder le spectacle qu’elle offre. Toutefois, nos yeux se croisent. J’en conclus que son cœur rate un battement, car elle pousse un cri de terreur avant de s’écraser sur le sol en tombant vers l’arrière. Je plisse les yeux de douleur en entendant le bruit que fait sa tête contre le mur.
Maintenant qu’elle a pris conscience de ma présence, je décide d’entrer dans la chambre. Je m’avance vers la brune qui est échouée entre le lit et le mur. La position dans laquelle elle a atterri ne semble pas très confortable.
Je m’agenouille près d’elle avant de passer la moitié de mon corps par-dessus le sien. Penché, les jambes sur elle mais les bras de l’autre côté, je regarde sous le lit. Soulagé, je lâche un soupir en remarquant mon pot de pilules couché sous celui-ci. Étirant la main, je l’attrape. Je me relève en libérant la brune de mon poids. Je glisse mon pot dans ma poche de jean. Sans un mot, j’agrippe son bras pour la soulever avant qu’elle ne passe la nuit entre le lit et le mur d’une chambre d’hôtel.
« Jolie prestation. Sinon, c’est ton copain ? », me moqué-je en pointant du regard l’aspirateur qui lui a servi de partenaire de danse.




icone 1icone 2HappyTreeFriends
Veux-tu être mon ami?

© Lady sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
 
Stoselov
Stoselov
Féminin MESSAGES : 8
INSCRIPTION : 21/02/2021
RÉGION : Nord
CRÉDITS : Tumblr ~ Bazzart

UNIVERS FÉTICHE : Réel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t4380-bears-beets-battlestar-galact
Noob

Une balle en plein coeur Empty

0XpSulE.png
Rosie Watson
J'ai 20 ans et je vis à Baltimore, Maryland aux É.U. Dans la vie, je suis étudiante en design. Je suis une grande bosseuse qui veut tout faire pour réussir et vivre de ses passions dans la vie. Dessiner, lire, écrire, c’est à ça que je passe le plus clair de mon temps. J’aimerais devenir designer graphique après mes études. J’ai un peu une âme d’artiste, faut le dire. J’aime beaucoup chanter mais ça personne ne le saura jamais. Je n’ai pas assez confiance en moi pour oser chanter devant qui que ce soit. A part devant ma grand-mère pour lui faire plaisir. Je prends ma guitare ou me mets à mon piano et hop. Mes parents sont morts quand j’avais 7 ans, dans un accident de voiture et depuis je vis avec ma grand-mère. Elle est malade depuis quelques temps. Pour l’aider à entretenir notre foyer et payer ses soins, j’ai pris un job à temps partiel dans un hôtel en tant que femme de chambre.


Une balle en plein coeur Gt5bra2

Rosie est une jeune femme solitaire, réservée, sincère et douce. Elle a un style vestimentaire inspiré des années 80-90's. Elle a très peu d’amis mais c’est son choix de ne pas spécialement se faire d’amis ou chercher à être proche des gens. Elle le vit bien de se retrouver souvent seule. De ne pas sortir comme tous les jeunes de son âge font. De ne pas avoir les mêmes occupations qu’eux. Elle vit dans son monde. Dans sa p’tite bulle. Un monde dans lequel la brune aime se réfugier. Qui passe par le dessin, la musique, la lecture, l’écriture. Ce sont ses exutoires mais ça la coupe souvent de la réalité et des gens. Ça ne la dérange pas, trouvant de la sérénité dans la solitude. Ça ne veut pas dire que c’est une nana désagréable avec les gens, au contraire. Elle peut être très aimable, polie et sympathique avec les autres. A l’université, on la verra très concentrée en cours, sérieuse, ne laissant pas vraiment place aux bavardages, et souvent on la trouvera dans son coin, en train de lire un bon bouquin ou de crayonner dans son carnet à dessin, son casque sur les oreilles à écouter de l’électro pop ou du rock alternatif. Coupée du monde extérieur. Mais elle ne prendra jamais mal d’être dérangé pour rendre service sur un devoir par exemple. Elle est serviable, juste les gens ont compris qu’il faut la laisser seule. Que c’est sa volonté.

Pourquoi vouloir être seule ? Et bien en partie parce que ça l’a marqué et fait énormément souffrir de perdre son meilleur ami, ALEX. C’était la personne la plus chère à son cœur en dehors de sa grand-mère. Son seul et véritable ami, qui la connaissait mieux que personne. Ils étaient amis depuis leur plus tendre enfance mais il a fallu qu’ils s’éloignent de la plus douloureuse des manières. Alex a vécu un drame qui l’a bouleversé quand ils étaient au lycée. Il a commencé à fréquenter de mauvaises personnes à la suite de ça, à baigner dans des trucs louches. Il n’était plus le même et Rosie était impuissante face à ça, ne reconnaissant plus son ami qui s’éloignait toujours un peu plus, au fur et à mesure que le temps passait. Elle avait vent de ses activités et ils se disputaient souvent à cause de ça. Alex a fini par couper les ponts, ce qui a énormément affecté la brune. Aujourd’hui, c’est comme si leur amitié n’avait jamais existé, qu’ils ne s’étaient jamais connus. Ils côtoient la même université mais ne s’échangent même pas un regard. Voilà pourquoi Rosie ne veut plus se rapprocher des gens. Faire entrer des gens dans sa vie, c’est prendre le risque de souffrir si jamais ça se passe mal.  

Aujourd’hui, la seule personne qui compte plus que tout à ses yeux, c’est sa grand-mère. Sa complice, sa confidente, son tout. Rosie ne sait pas ce que sa vie serait sans sa grand'ma et préfère ne pas y penser. Elle est malade depuis quelques temps et ça l'inquiète beaucoup. Elle fait tout pour prendre soin de sa grand-mère. Elle lui doit beaucoup. Elle lui a évité de devenir orpheline à 7 ans, à la suite de la mort de ses parents dans un accident de voiture. Mais sont-ils vraiment mort dans un accident de voiture ? Rosie ignore que la mort de ses parents cache en réalité une bien triste et tragique vérité qu’on a pris soin de lui cacher.  Elle fait pourtant partie de cette histoire, de cette vérité. Seulement, elle n’en a aucun souvenir. Ayant fait un déni à la suite du traumatisme. Secret que sa grand-mère prend soin de préserver pour la protéger. Pour la protéger d’une révélation qui pourrait l’anéantir. Mais les choses risquent de se compliquer quand le chemin de la brune croisera celui de ce jeune homme froid et mystérieux empli de tourments... Le danger la guettera, les ennuis s’accumuleront, sa vie basculera du tout au tout. Et les problèmes ne s’arrangeront pas quand son ex DEREK reviendra dans sa vie. Il lui faudra être forte et courageuse. Réussira-t-elle à surmonter les épreuves que lui réserve l’avenir ?


Une balle en plein coeur LtNqtI4


Lily Collins :️ Bazzart
@HappyTreeFriends


Une balle en plein coeur 9mAGdbr
I'm about to lose control and I think I like it

MERDE MERDE MERDE ! Mais qu’est-ce qui m’a pris de danser et chanter comme une dingue là ? Ça m’a fait du bien sur le coup mais là je regrette… J’ai été vu par un client de l’hôtel et ça c’est grave. Depuis combien de temps il est là ? Ça tombe il va se plaindre à la réception du spectacle ridicule auquel il vient d’assister et me voilà foutue. Bye bye mon job. Ça t’apprendra Rosie à enfreindre le règlement… Bref ça fuse dans ma tête face au coup de stress que je viens d’avoir. Malgré l’énorme coup que ma tête vient de prendre contre le mur « Aïe » Que je lâche sur le coup, sonnée. Tout en portant une main contre le crâne alors que j’essaie de me redresser. Mais c’était sans compter sur le client qui s’approche de moi pour s’agenouiller à mes côtés. Là il se penche sur moi. Ce qui me fait me plaquer au sol alors qu’il se trouve à moitié au-dessus de moi. Incapable de bouger à cause de ses jambes qui bloquent les miennes. Je suis assez surprise. Mais qu’est-ce qu’il fait ?! Je le regarde et je vois qu’il essaie de récupérer quelque chose sous le lit. Bon sang j’ai flippé. J’étais prête à le repousser ou à lui mettre un coup sous la ceinture. Des clients qui agressent des femmes de chambre, ça peut arriver. C’est déjà arrivé à certaines de mes collègues. Elles m’ont raconté de ces histoires… A faire froid dans le dos. Je peux vous dire qu’il y a vraiment des fous sur terre. Heureusement, ça ne m’est jamais arrivé de me faire agresser ou harceler par un client dans cet hôtel et j’espère bien que ça ne m’arrivera jamais ! Le client récupère ce qui ressemble à une boîte de médicament sous le lit puis se redresse avant de la glisser dans la poche de son jean. Je remarque qu’instinctivement, j’ai eu un coup de chaud face à notre proximité. Un peu oppressée. Ça, plus le coup sur la tête… Bref respire Rosie. Le jeune homme me tend la main pour m’aider à me relever et je m’en empare « Merci » Que je lui dis dans un timide sourire tout ne me relevant. J’ai tellement honte du spectacle qu’il vient de voir… Je fais pas ma maligne. Je sens que mon coup sur la tête va me laisser une jolie bosse. Ça me brûle un peu. Je touche là où ça pique et je grimace légèrement avant de constater que j’ai un peu de sang sur les doigts. J’ai une égratignure je crois. Alors que je constate ça, le garçon me sors « Jolie prestation. Sinon, c’est ton copain ?» Je le regarde, un peu décontenancée avant de comprendre qu’il parle de l’aspirateur « Heu.. mais non.. » Que je balbutie assez déstabilisée. Je sens que je deviens toute rouge là. Allez reprends toi, Rosie. Tu as peut-être mérité qu’il se moque un peu de toi « Je tiens à vous présenter mes excuses. Je n’aurais pas dû m’amuser dans la chambre. C’était désobligeant et irrespectueux de ma part » Je m’excuse avant d’ajouter « Je sollicite votre discrétion si ce n’est pas trop vous demander. Je vous en serais extrêmement reconnaissante si vous n’en touchiez pas un mot à ma responsable. Vraiment je suis désolée. Je n’aurais pas dû faire ce que j’ai fait » J’insiste en espérant qu’il ne fait pas partie des clients qui n’ont aucune pitié à foutre une pauvre femme de ménage dans la merde. Déjà, il n’aurait pas dû me voir tout court dans cette chambre. Règle d’or : La discrétion. Une femme de chambre se doit d’être invisible et ne jamais apparaître devant les clients. En parlant de ça, il faut absolument que je termine cette chambre avant la venue du prochain client. Je perds du temps là. Je regarde ma montre. Il me reste un peu plus de 10 minutes pour terminer mes tâches. Finir de passer l’aspirateur, faire les poussières et nettoyer la salle de bain. Vite, vite « Excusez-moi, je dois terminer de nettoyer cette chambre » Que je dis au garçon tout en arrangeant le lit que je viens de défaire avec mes folies. En passant à côté de la robe que j’ai trouvé dans la poubelle, je bloque. Mince, il a peut-être remarqué que je l’ai prise. Il veut peut-être la récupérer. Si ça a été mis dans la poubelle par erreur ou quoi « Vous voulez peut-être la récupérer ? » Que je lui demande en pointant la robe qui se trouve sur le chariot. Elle doit certainement appartenir à la fille avec qui il s’est amusé cette nuit. Sa petite-amie peut-être ? Ils ont dû bien s’éclater cette nuit vu ce que j’ai ramassé dans la chambre. String, capote, bouteilles d’alcool… Ils font partie des clients qui ont laissé un gros bordel derrière eux. Mais bon, ce ne sont pas les premiers ni les derniers. Je ne juge pas, je nettoie. Un point c’est tout.
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


Une balle en plein coeur Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Une balle en plein coeur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Cellule 211 [DVDRiP]
» Un coucher de soleil avec toi (pv Aisuru) (Hentaï possible)
» Quand deux corps s'enflâme [Pv Mafuyu Nekokami ][Hentaï]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Pour s'amuser :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: