Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues
qui tu veux,
quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !

LE TEMPS D'UN RP

BILLIE+JIMMY this is our promised land

SneakySkunk
Messages : 571
Date d'inscription : 17/02/2020
Région : Québec.
Crédits : Gifs (SneakySkunk) | Avatar (Google) | Signature (Crack in time)

Univers fétiche : J'apprécie les univers de survie. Je suis attirée par ce qui concerne les zombies. Je suis attirée par le science-fiction. J'aime toucher à tout.
Préférence de jeu : Les deux
cat
SneakySkunk
Sam 12 Sep 2020 - 5:18
GSmQxSfN_o.png
Jimmy Sylvester King
Il travaille à son compte depuis...
Avant de changer radicalement de carrière, il a acquis quelques compétences pratiques. Il est débrouillard, impudique, profiteur, manipulateur, mais fidèle. Pour occuper son temps, mais surtout pour se faire beaucoup d'argent, il est devenu détective privé ; ça lui rapporte énormément. Son meilleur ami est son frère, à peine deux ans son aîné. Ils ont presque tout traversé ensemble. Sinon, il n'a pas été chanceux en amour.
BILLIE+JIMMY this is our promised land - Page 2 E41c954bda3c0c3f929efd39fafaafc4f0172cb3


Daniel Sharman :copyright:️ Century Sex
Le chocolat est délicieux. Il ne se rend compte qu'à cet instant qu'il commençait à avoir faim. Ne pouvant passer son pouce à la commissure de ses lèvres, il doit en lécher le coin pour récolter les traces.

Personne ne me ferait volontairement du mal. Pourquoi l'auriez-vous fait?

Les hommes sont plus pathétiques, vicieux et dangereux qu'elle ne l'imagine. Croit-elle sincèrement que tous ces gens ont un coeur aussi pur que le sien? Aux propos de la fille, ses sourcils se froncent et des plis se forment à son front. Il est en désaccord. On pourrait volontairement lui faire du mal ; mais Jimmy n'a pas l'intention de lui faire du mal. Elle peut être rassurée sur ce point, même s'il ne le dit pas à voix haute. Mais les autres, c'est discutable. Néanmoins, l'entendre parler est rafraîchissant. Sa bonté est atypique.

― [...] pas besoin de se reposer.
L'adrénaline, qu'il répond naturellement du bout des lèvres, rebaissant les yeux vers elle après avoir regardé le ciel.
La nature est faite pour nous, dit-elle, alors il hoche la tête pour montrer qu'il écoute, parce qu'elle semble vouloir poursuivre : C'est là que nous étions tous avant, pas vrai?
En effet.

Il n'imagine pas qu'elle puisse avoir vécu ici. Mais on peut expliquer le manque de sommeil et l'envie de bouger par l'adrénaline, par cette panique ressentie à cause d'une catastrophe. En fait, le mécanisme de l'homme le pousse à survivre avant tout. On trouve un moyen de rationaliser et de se mettre en sûreté avant de penser au confort. Et d'autres personnes, comme cette femme, savent contribuer à la survie des autres. Alors oui, il pense qu'elle ne souhaite pas se reposer à cause de l'adrénaline :  tout chez elle est mobilisé pour affronter le danger. C'est trompeur. Mais à côté de cette réflexion, elle paraît si calme ; elle est si près de lui, lorsqu'elle nettoie sa plaie, qu'il ne peut regarder autre chose que son visage.

Vous devriez manger pendant que c'est encore chaud...
Vous avez un rire charmant, qu'il dit sans que ça ne puisse avoir un lien direct avec la nourriture, mais le rire de la fille a été spontané, lorsqu'elle a replacé une mèche de cheveu : un rire qui n'a pas peur d'être ici.

Jusqu'à présent, personne d'autre n'a rigolé.

Vous voulez de l'aide?
Vous êtes bien trop aimable pour qu'on la refuse, cette aide, qu'il avoue en retirant la cuillère en plastique de ses lèvres après une bouchée.

N'importe qui pourrait en profiter.

Je ne sais pas pourquoi vous étiez dans le cockpit. [...] Vous n'auriez pas sauvé ce petit garçon sinon...
Comment va-t-il? demande-t-il au sujet du garçon.

La cuillère s'éternise dans sa bouche à la seconde bouchée, mais il finit quand même par la retirer même s'il ne prend pas immédiatement une troisième bouchée. Si le pilote n'avait pas disparu, jamais il n'aurait mis les pieds dans le cockpit. Penser à la survie des autres, c'est venu naturellement. Il repense au petit garçon sur le point de mourir, à l'adrénaline qui affluait à son hypothalamus pour le garder pleinement réactif. Il n'a jamais voulu être un héro, mais sauver des vies a toujours été un priorité, peu importe s'il était en fonction ou non. Mais il a fait un trait sur ce passé. Il est pourtant assez social pour lui révéler une information qui n'entre pas dans les détails trop personnel :

J'ai appris à piloter jeune. En réalité, j'ai débuté les cours lorsque j'avais 14 ans. J'étais un garçon très motivé.

Voilà pourquoi il a jugé utile de se glisser dans le cockpit en pensant pouvoir changer les choses. Mais le temps qu'il reconnecte avec ses apprentissages et le temps qu'il se familiarise avec les données déjà enregistrées... c'était foutu d'avance. Et s'il s'ouvre pour être aimable, il ne pourrait prendre conscience de l'ampleur de cette révélation. Il possède des compétences. De toute façon, il n'y a rien à piloter sur cette île. Et le seul avion qu'il aurait pu redresser s'est crashé. Et probablement qu'il n'aurait pas parlé s'il avait su que ces détails seraient transmis à d'autres.

Vous aviez déjà pris l'avion auparavant? qu'il demande par curiosité, la question lui vient naturellement parce qu'il parle de vol et qu'elle ne semble pas davantage alarmée par la situation.

Il se positionne mieux, doit bouger les poignets pour que les menottes ne soient pas incrustées dans sa peau. La situation n'est vraiment pas adéquate. Mais ces quelques bouchées auront été suffisantes, alors il dit à la fille qu'elle pourra garder ça pour quelqu'un qui en aurait davantage besoin. Et qu'elle peut manger son repas si elle le souhaite.

« Ces gens, qu'il dit au bout d'un moment en laissant ses yeux se promener sur la plage. Ils seraient capables de vous faire mal. Certains ont perdu des proches dans l'accident, alors ils ne sont pas vraiment eux-mêmes. Et la survie, ça fait ressortir beaucoup d'émotions. Ne croyez pas à tort qu'ils peuvent être aussi bons que vous. Il prend une légère pause, mais finit par ajouter : je vous propose qu'on fasse un marché tous les deux : n'ayez pas peur de me me le dire si vous ne souhaitez pas faire quelque chose. Parce que la phrase qui suit vise à lui demander quelque chose. Vous seriez assez aimable pour convaincre la dame qui m'a coincé de me détacher? Il présente les menottes. Il aimerait au moins être libéré d'ici demain matin pour foutre le camp. L'opinion des autres ne comptent pas vraiment. Il trouve stupide qu'on l'imagine terroriste, mais ça ne blessera pas son ego. Je trouve dommage de devoir me tourner les pouces. »


I'm just a woman in love with another woman
©️crack in time
@Robz
Messages : 452
Date d'inscription : 17/02/2020
Région : France.
Crédits : tumblr.

Univers fétiche : Post-apocalyptique, touche à tout.
Préférence de jeu : Les deux
cat
@Robz
Lun 9 Aoû 2021 - 0:10
f1519df6ced4b686acb1921c7eccdeda7f2af05e.png
Billie Diyoza
Elle fait partie des gens que l'on a emmené sur l'île, Billie, mais pas comme ceux qui sont descendus du ciel à cause d'une crash de leur avion. Non, Billie, elle a été ramenée sur un bateau lorsqu'elle était petite, parce que le peuple de cette île est incapable de concevoir. Quelque chose fait en sorte que les femmes ne puissent pas tenir leurs grossesses, quelque chose qui les pousse à faire venir des gens des autres continents. Mais après le recrutement suivant le sien, il n'y en a plus eu. Billie ne s'intéresse pas à ça car elle ne se souvient pas vraiment de l'autre monde. Parce qu'elle sait qu'on ne partage pas les secrets du groupe avec elle. Alors elle se contente de vivre comme on lui indique de le faire ; Billie est un parfait petit mouton entraîné à suivre les ordres. Elle est soumise, comme personne d'autre sur l'île.

BILLIE+JIMMY this is our promised land - Page 2 YqyZP

Elle fête tout juste ses 23 ans, alors elle ne connaît rien à la vie. Billie sait à peine user des ficelles de son métier : le ménage des baraquements de son groupe. Elle n'est bonne qu'à servir, même si elle aspire à bien plus qu'être femme de ménage pour eux. Billie voudrait être assez intelligente pour être parmi les gens importants de son groupe.


Zoey Deutch :copyright:️ bambi eyes
Billie sourit à chaque fois qu'il lui dit quelque chose de gentil. Elle a même rougie légèrement lorsqu'il a complimenté son rire, ou le fait qu'elle soit d'une bonne aide. Elle écoute attentivement tout ce qui peut sortir de la bouche du terroriste, et Billie note bien dans un coin de sa tête ce détail important : il sait voler, il sait piloter les machines aériens. Elle pense que Benjamin sera content de cette information, car ce n'est le cas de personne dans le groupe des Autres. Mais en réalité, ce sera tout le contraire. Si personne n'est capable de voler ici, c'est parce que Benjamin fait en sorte que ce soit le cas. Ainsi, personne ne peut partir. Et si personne ne peut partir de l'île, cela signifie aussi que personne ne pourra y revenir. Jimmy vient de donner une information capitale qui le mettra sur la liste noire de Benjamin, et Billie n'est même pas assez intelligente pour s'en rendre compte. Il sera certainement l'un des premiers que Benjamin voudra faire éliminer. Pourtant, la jeune Billie sourit naïvement avant d'ajouter quelques mots aussi stupides qu'elle ;

" - Moi, à quatorze ans, c'est limite si je savais correctement nager..."

Elle parle parce qu'elle est impressionnée. Peu de gens sur l'île peuvent dire qu'à cet âge, ils étaient aussi débrouillards. Billie tombe sous le charme du terroriste sans même s'en rendre compte : tout ça parce qu'elle est trop naïve pour comprendre ce qu'elle ressent vraiment. Elle nie de la tête lorsqu'il lui demande si elle avait déjà prit l'avion. Elle n'a pas besoin de mettre des mots précis, parfois, un silence veut dire plus de choses que des mots. Mais Billie ne se rend pas compte que son comportement est étrange : ne devrait-elle pas être plus paniquée, alors ? Une femme qui n'a jamais pris l'avion a peur d'y monter, mais elle devrait être dans tous ses états à cause du crash. Elle semble pourtant être bien plus calme que la plupart des naufragés.

Puisqu'il n'a pas plus faim, Billie s'assoit à ses côtés. Et même si son estomac ne crie pas famine car elle a mangé plus récemment qu'eux, elle prend tout de même la cuillère en plastique pour terminer la part du terroriste. Oui, elle mange avec la même cuillère que lui sans même s'en sentir gênée. Elle se contente de finir ce qu'il laisse pour ne pas gaspiller, car elle a bien comprit que personne ne mangerait derrière lui vu la façon dont ils le traitent jusque là. C'est en vivant sur une île déserte que l'on apprend à ne pas gaspiller. Il vaut mieux manger tout juste la bonne quantité, ou manger trop, pour ne pas en laisser. Il est assez difficile de faire pousser des légumes et d'élever des animaux pour que tout ça finisse à la poubelle. Et même si ce plat préparé et conditionné par l'entreprise gérant le vol n'a pas été produit ici, Billie garde ses bonnes habitudes de ne rien perdre. Peu importe que cette cuillère fut glissée dans les lèvres d'une soit disant mauvaise personne. Elle mange, et suce même le plastique en tournant ses yeux sur l'homme pour l'écouter lorsqu'il lui parle. Naïve, elle ne se rend même pas compte que ce geste pourrait attiser un homme plus dégourdi qu'elle.

" - Ils seraient capables de vous faire mal. Certains ont perdu des proches dans l'accident, alors ils ne sont pas vraiment eux-mêmes. Et la survie, ça fait ressortir beaucoup d'émotions. Ne croyez pas à tort qu'ils peuvent être aussi bons que vous." Elle plisse légèrement les yeux en écoutant ces mots, comme si Billie avait du mal à comprendre le sens de ce qu'il dit. Elle ne comprend pas le rapport entre toutes ces choses ; en vivant ici, les Autres ne lui ont pas fait de mal. Chacun connait la mort une fois dans sa vie, pourquoi est-ce que cela voudrait dire que ces gens ne sauraient se contrôler ? " Je vous propose qu'on fasse un marché tous les deux : n'ayez pas peur de me me le dire si vous ne souhaitez pas faire quelque chose." Ses yeux s'adoucissent lorsqu'il prononce ces mots. C'est la première fois qu'on lui donne le choix de dire non. Étonnement, Billie n'a pas peur de lui. Alors qu'elle a toujours peur de quelque chose. Elle continue de le fixer, sans pour autant enlever la cuillère de sa bouche. " Vous seriez assez aimable pour convaincre la dame qui m'a coincé de me détacher? Je trouve dommage de devoir me tourner les pouces."

Ses petits yeux naïfs se posent sur les menottes qu'il lui a présenté. Elle suce un peu plus longtemps la cuillère comme si ça pouvait lui permettre de réfléchir plus longtemps. Mais le fait-elle seulement ? Car Billie se met à regarder dans le fond des yeux de cet homme comme s'il n'était pas un terroriste. Elle ne croit pas un instant qu'il ait pu faire en sorte que l'avion tombe du ciel. Il a sauvé ce jeune homme, qui à cet instant précis, ne serait pas en si bon état s'il n'avait pas été là. Lorsqu'elle enlève enfin la cuillère de sa bouche, c'est pour la garder dans sa main. Son regard est pourtant toujours posé sur cet homme qu'elle compte trahir sans même se rendre compte à quel point ça va l'affaiblir. Une petite partie d'elle-même voudrait le savoir loin des problèmes que tous vont connaître. Loin de ce que Benjamin compte leur faire ; après tout, elle n'a jamais rencontré de nouvelle personne à son campement. Est-ce normal que personne ne soit jamais venu sur cette île ? Billie n'est pas au courant de tout, malheureusement pour elle. Malheureusement pour lui, et tous les naufragés.

" - Si je vous aide à quitter ces liens... où iriez vous ? Je doute que quiconque sur la plage soit heureux de vous voir en liberté."

Billie ne dit pas qu'elle n'en a pas envie. Car ce n'est pas le cas. Elle lui sourit tendrement et, au moment où elle comptait ouvrir la bouche de nouveau, on les interrompt. Billie n'a pas vraiment d'autres choix que d'abandonner le prisonnier où il se trouve : on lui demande d'aller ailleurs pour apporter son aide à ceux qui en ont vraiment besoin. Bien entendu, elle ramasse les déchets qu'ils ont fait pendant ce maigre repas. Elle pense que la bar chocolatée au logo spécifique est toujours dans sa poche, mais le papier est à moitié enfouis dans le sable aux pieds du terroriste. Mais elle ne peut pas s'empêcher de lui lancer un faible sourire avant de partir. La nuit va être longue et froide pour les gens qui ne sont pas d'ici. La plupart d'entre eux n'arriveront pas à fermer l'oeil de la nuit, mais peu importe. Ca n'empêchera pas Billie et Patrick de se retrouver dans un coin tranquille. Lui ne partagera pas ses informations avec elle, mais il l'oblige à lui dire tout ce qu'elle a apprit. A voix basse, Billie répète tout ce qu'elle a entendu ; allant des choses banales aux révélations du prisonnier. Patrick est heureux d'entendre tout ça, et il sait qu'il n'aura pas beaucoup de temps pour retrouver, plus loin dans la jungle, un autre membre du groupe qui répètera tout à Benjamin. Il n'a pas envie de perdre son temps, mais ne compte pas non plus laisser Billie sans instructions. Son regard est si sérieux et sombre que Billie frisonne d'effroi. Visiblement, elle n'aime pas Patrick. Et plus il la regarde avec insistance, plus la douleur de son bras est forte.

" - Tu sais être invisible quand il faut. Alors prend cette fichue clé, libère-le, et emmène aux grottes. Là-bas, il sera à l'abris. Et Benjamin pourra le trouver facilement au besoin."
" - Mais... s'il ne veut pas me suivre ? Ou rester là-bas ?"
" - Tu feras tout ce qu'il faut pour, tu m'as compris Billie ?" Il la tient subitement par les épaules, et puisqu'elle semblait faire un mouvement de recul pour lui échapper, il la secoue légèrement pour lui faire entendre son point de vue. " Benjamin veut qu'on garde un oeil sur eux. Il est hors de question qu'il s'enfonce dans la jungle sans savoir où il va ! S'il te demande quelque chose, fait le. Même s'il veut te sauter, laisse toi faire ! Au moins jusqu'à ce qu'on ait des nouvelles de Ben, tu m'as compris ?"

Patrick avait raison : on ne la remarque même pas sur le campement. Tout le monde est soit endormi, soit couché prêt d'un feu dans l'espoir de passer le temps plus vite. Son coeur bat la chamade : elle n'a jamais volé de sa vie. Pourtant, elle parvient à subtiliser la clé que la femme avait vainement posée à côté d'elle avant de s'endormir. Au petit matin, tout le monde s'en prendra à elle pour sa stupidité. Quel genre de flic est assez stupide pour agir ainsi ? Dans la pénombre, on ne voit pas les traces qu'elle laisse dans le sable. Il est quasiment trois heures du matin, lorsqu'elle arrive enfin prêt du prisonnier. Sont-ils capables de voir le temps passer ici ? De toute façon, il fait si nuit, si sombre, qu'il est presque impossible de voir à plus de quinze mètres devant soit. Il faut être habitué à cette île pour savoir s'y repérer. Lorsqu'elle approche de Jimmy, elle a les larmes aux yeux et le coeur qui n'a jamais battu aussi vite. Elle n'a pas envie de le faire. Pas parce qu'elle ne veut pas le libérer, mais parce qu'elle a peur de ce que Patrick pourrait lui faire, seul, dans la forêt.

" - Si je vous libère..." Qu'elle murmure, à genoux dans le sable à ses côtés. " C'est uniquement pour vous cacher dans la forêt. D'accord ?" Billie attend sa réponse, même silencieuse, pour continuer. " Je ne voudrais pas qu'ils vous fassent plus de mal qu'ils n'en ont déjà fait."

Alors, elle finit par le libérer de ses chaines. Peut-être emmènera-t-il les menottes avec lui, mais une chose est sure : elle aura laissé traîner les clés là où était le prisonnier. Elle lui aura tendu la main, naïvement, pour qu'il l'attrape et qu'il la suive. Billie ne se dit même pas que c'est étrange, de suivre dans les bois une fille qui ne connaît soit disant pas cette île. Mais elle l'emmène silencieusement au loin, se perdant dans les arbres. Elle tient toujours sa main pour être sur qu'il est toujours derrière. En une heure de marche, le soleil ne s'est toujours pas levé. Ils ont encore un peu de temps devant eux. Peut-être s'est-on déjà rendu compte de l'absence du prisonnier ? En tout cas, ils sont assez loin pour ne pas avoir peur d'être surpris par un naufragé. Au bout d'un moment, ils arrivent enfin aux grottes dont parlait Patrick. Là, il y a une source d'eau potable, fraiche, non salée, qui s'écoule entre les roches. Des trous dans de hautes parois de pierre ; voilà les grottes. Si Jimmy devait se mettre à fouiller, il trouverait trois corps desséché depuis le temps : les rescapés ne sont pas prêts de connaître la vérité sur ces trois corps vieux de plusieurs centaines d'années. Mais ici, tous les survivants pourraient trouver refuge. Ils seraient plus en sécurité que sur la plage. Moins propices à être sauvés pourtant.


tumblr_pz593gZC4Q1ynme1po6_250.gifv xONqj.jpg 98088e0fddfdb9b8b6600afce2828bdcdf84ff2e.gifv
❝ you have to be special to love me❞ and i'll love you a little bit more every day of our life. You are simply the woman I was waiting for to learn how to live and love.
SneakySkunk
Messages : 571
Date d'inscription : 17/02/2020
Région : Québec.
Crédits : Gifs (SneakySkunk) | Avatar (Google) | Signature (Crack in time)

Univers fétiche : J'apprécie les univers de survie. Je suis attirée par ce qui concerne les zombies. Je suis attirée par le science-fiction. J'aime toucher à tout.
Préférence de jeu : Les deux
cat
SneakySkunk
Ven 13 Aoû 2021 - 4:26
GSmQxSfN_o.png
Jimmy Sylvester King
Il travaille à son compte depuis...
Avant de changer radicalement de carrière, il a acquis quelques compétences pratiques. Il est débrouillard, impudique, profiteur, manipulateur, mais fidèle. Pour occuper son temps, mais surtout pour se faire beaucoup d'argent, il est devenu détective privé ; ça lui rapporte énormément. Son meilleur ami est son frère, à peine deux ans son aîné. Ils ont presque tout traversé ensemble. Sinon, il n'a pas été chanceux en amour.
BILLIE+JIMMY this is our promised land - Page 2 E41c954bda3c0c3f929efd39fafaafc4f0172cb3


Daniel Sharman :copyright:️ Century Sex
Moi, à quatorze ans, c'est limite si je savais correctement nager..., lui avoue-t-elle en retour.
J'en crois pas un mot, qu'il répond, un charmant sourire aux lèvres, laissant presque sous-entendre qu'elle devait être plus douée qu'elle ne l'imagine.

Lui aussi, il retient les informations qu'on lui donne. Il est presque naturel chez lui d'emmagasiner des informations. Cette capacité lui a été favorable à de nombreuses reprises. Il tente même de visualiser cette jeune fille à l'eau. Il jauge par réflexe. Et dans son esprit, il imagine plutôt des bras gracieux glissant à la surface légère de l'eau plutôt que des bras battant l'air pour obtenir de l'aide. Et tandis qu'il se questionne à ce sujet, observant ses mimiques, il ne peut réprimer un sourire à la voir suçoter avidement cette cuillère. Plus longtemps elle maintient cette cuillère en plastique entre ses lèvres, plus il la regarde avec intensité. Elle ne semble pas même faire exprès d'avoir une attitude aussi sensuelle, même avec un bout de plastique aussi peu attirant. Malgré les menottes, il passe un pouce pensif à ses propres lèvres.

Si je vous aide à quitter ces liens... où iriez vous? Je doute que quiconque sur la plage soit heureux de vous voir en liberté.
Vous avez raison, qu'il se contente de répondre, le visage détendu, sans chercher à la presser, sans chercher à argumenter ; il ne croit pas utile d'insister face à cette personne qui vient les interrompre.

La jeune femme s'éloigne, et sa chaleur avec. Malgré cette nonchalance, ses poignets s'agitent dans les menottes dans une vaine tentative de se déprendre. Il est énervé contre ces gens, par leur jugement, mais aussi contre cette situation et cette malchance qui manigance contre lui. Les traits paisibles de sont visages redeviennent sérieux. Oui, ça lui plairait que cette fille lui vienne en aide. Mais alors que sa tête tombe contre la tôle sur laquelle il est appuyé, que sa jambe s'allonge, il entend un faible bruissement sous son corps. Ça l'intrigue de moitié, alors il penche la tête et tente de voir. C'est le papier plastique du chocolat. Pendant quelques secondes, il se fiche de ce déchet, mais l'emballage finit par l'intrigué, alors il le rapproche au mieux avec son talon. Dans la pénombre, on ne voit presque rien. Mais sa curiosité finit toujours par obtenir des réponses.

Jimmy ferme les yeux, écoute les rares conversations que le vent porte à ses oreilles. Au bout d'un moment, son odorat s'habitue à l'odeur de la fumée, mais les relents de la carcasse de l'avion lui donne des maux de têtes énervants. Chaque bruit le garde davantage éveillé, que ce soit la brise qui s'engouffre de la forêt ou les vagues qui s'écrasent sur la plage. Le monde autour de lui est vivant. Sa propre respiration devient une musique ambiante, parfois sifflante. Et malgré des paupières closes, jamais il ne trouve le sommeil. Honnêtement, il n'a pas envie de dormir, surtout en étant étiqueté terroriste. N'importe qui pourrait profiter du fait qu'il soit menotté, vulnérable. C'est ainsi qu'il entend des articulations craquées à la dernière seconde lorsqu'elle, la jeune fille, s'accroupit face à lui. Il ouvre d'abord un œil, puis sourit. Décidément trop serviable. Elle donne ses directives, et lui les écoute sans l'interrompre. Il tend donc doucement les poignets pour qu'elle s'exécute. Silencieux, il ferme ses doigts sur le papier de chocolat qu'il fourre dans sa poche. Il reste d'ailleurs des grains de sable contre sa paume lorsque Billie lui prend la main. Jimmy essaie de prendre des choses ici et là sur son chemin, jusqu'à ce qu'il s'enfonce dans la forêt à la suite de sa bienfaitrice. Il observe, assimile, et se rend bien compte de l'agilité avec laquelle elle enjambe les troncs d'arbre ou de la facilité avec laquelle elle se dirige dans cette obscurité menaçante. Jimmy n'est pas idiot.

Dès qu'ils arrivent à l'entrée de la grotte néanmoins, il prend les devants, s'assurant qu'aucune bête sauvage n'e leur saute à la gorge.

Merci, dit-il, se tournant finalement dans sa direction. Si j'avais été galant, je vous aurais suggéré de rester sur la plage, auprès des autres. Sans doute plus sage si les secours sont en chemin, mais vous semblez à l'aise dans cette forêt, non? Vous devez être une habituée des randonnées.

Cette dernière phrase vise à la mettre à l'aise, au cas où elle pourrait être offensée des brèves suspicion de Jimmy. Pourtant, il reste charmant et reconnaissant. Oui, il trouve louche le manque de panique dont elle fait preuve. Mais aucun indice ne le mène sur la piste d'une civilisation sur cette île, ce n'est donc pas une supposition qui lui traverse l'esprit. Il est loin de se douter, loin de croire qu'il pourrait être trahi. Si les arguments de Billie semblent défendre ses mensonges, peut-être pourrait-il la croire. Loin de lui l'idée de l'accuser de quoique ce soit, il s'en fiche si ça ne le concerne pas. Voilà pourquoi il ne s'attarde pas davantage à ses capacités d'exploratrice nocturne, qu'il oriente déjà la conversation autre part.

Des proches savaient que vous étiez sur ce vol? qu'il demande, car des gens signaleront forcément sa disparition si elle ne donne pas signe de vie, ce qui n'est pas forcément le cas pour Jimmy : on s'inquiétera avant tout pour son frère.

Il ramasse des morceaux de bois ici et là, pénétrant dans la grotte : avec un peu de chance, elle débouchera ailleurs dans la forêt, là il pourra partir à la recherche de son frère.

Une fois à l'intérieur, il dispose les bûches et les quelques brindilles qui tenaient dans son bras et embrase un feu avec une certaine facilité. De là, il aura assez de lumière jusqu'aux premières lueurs du jour. Il veut surtout faire l'inventaire de ce qu'il a ramassé dans la zone du crash. Dans le stock ramassé, il aura au total : des menottes, un pansement, un désinfectant, un médicament, une bouteille de parfum qu'il videra pour la remplir d'eau, un bracelet solide qu'il pourra briser pour s'en servir comme d'un canif improvisé, un miroir de poche, du fil dentaire, sans oublier ses propres vêtements, dont sa ceinture.

Votre bras, comment il va?

Inévitablement, il aura fait signe à la fille de s'approcher, plus près si elle est déjà à son côté, pour qu'ils puissent regarder ensemble son bras. Le médecin s'en est-il bien occupé? A-t-elle toujours mal? Lui ne pense déjà plus à ses propres blessures. Si elle se laissait faire, il pourrait tâter autour de la blessure, passer une main sur son épaule, vérifier l'articulation du coude, et de même, pourrait vérifier si elle ne s'est pas brûlée au passage. Cet examen sera pourtant accompagné d'une demande, une demande toute simple, parce qu'il cherche honnêtement à savoir pourquoi elle est aussi serviable.

Pourriez-vous aller ramasser du bois pour le feu?

Et il la regardera faire sans l'aider, sans rien faire d'autre à côté, jusqu'à ce qu'elle juge qu'il y ait assez de bois, si elle juge qu'il a assez de bois. Ou jusqu'à ce que son bras n'en puisse plus. Il dira que ça va dès l'instant où elle lui posera la question, ce sera le signe pour lui qu'elle pense pouvoir arrêter. D'un air pensif, se frottant à la fois les lèvres le menton, il s'informera :

Rassurez-moi, vous m'avez aidé parce que vous en aviez envie? Non parce que vous vous y sentiez obligée?

Pas un instant il ne pourrait croire qu'un autre homme est derrière tout ça. Il devra néanmoins la convaincre de retourner sur la plage avant de lui-même disparaître en forêt pour retrouver son frère. Si les circonstances s'y prêtent. Pour l'heure, il n'a ni examiné le papier du chocolat ni fouillé la grotte ni trouvé les cadavres. Et puisqu'il apprécie la bonne compagnie, il n'a pas su reproché à Billie de s'être aventurée si loin, il la regarde juste à la lueur des flammes, disposé à entendre tout ce qu'elle pourrait avoir envie de lui raconter, de lui avouer... Et son regard ne semble pas spécialement prêt à démordre de son visage.


I'm just a woman in love with another woman
©️crack in time
Contenu sponsorisé
BILLIE+JIMMY this is our promised land
Page 2 sur 2
Aller à la page : Précédent  1, 2
Sujets similaires
-
» Billie
» Billie's RP
» Land of the dead (feat. La Volpe)
» Idées vagues de Billie
» LOGAN+KATERINA+KASPER+JADE | One perfect land for all men.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers science-fiction :: Survival/Apocalyptique-
Sauter vers: