Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues
qui tu veux,
quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
-61%
Le deal à ne pas rater :
SEB Yaourtière multifonction : yaourtière, fromagère, desserts ...
39.49 € 99.99 €
Voir le deal

LE TEMPS D'UN RP

BILLIE+JIMMY this is our promised land

@Robz
Messages : 452
Date d'inscription : 17/02/2020
Région : France.
Crédits : tumblr.

Univers fétiche : Post-apocalyptique, touche à tout.
Préférence de jeu : Les deux
cat
@Robz
Mar 11 Aoû - 16:46
7ei5.pngMise en Situation


Un crash d'avion projettes des gens sur une île étrange, une île qui vit, une île qui ne les laissera pas partir. Mais la question qu'ils doivent se poser est la suivante : sont-ils vraiment seuls sur cette fichue île ?


i3tb.png
@Robz
Messages : 452
Date d'inscription : 17/02/2020
Région : France.
Crédits : tumblr.

Univers fétiche : Post-apocalyptique, touche à tout.
Préférence de jeu : Les deux
cat
@Robz
Mar 11 Aoû - 16:56
f1519df6ced4b686acb1921c7eccdeda7f2af05e.png
Billie Diyoza
Elle fait partie des gens que l'on a emmené sur l'île, Billie, mais pas comme ceux qui sont descendus du ciel à cause d'une crash de leur avion. Non, Billie, elle a été ramenée sur un bateau lorsqu'elle était petite, parce que le peuple de cette île est incapable de concevoir. Quelque chose fait en sorte que les femmes ne puissent pas tenir leurs grossesses, quelque chose qui les pousse à faire venir des gens des autres continents. Mais après le recrutement suivant le sien, il n'y en a plus eu. Billie ne s'intéresse pas à ça car elle ne se souvient pas vraiment de l'autre monde. Parce qu'elle sait qu'on ne partage pas les secrets du groupe avec elle. Alors elle se contente de vivre comme on lui indique de le faire ; Billie est un parfait petit mouton entraîné à suivre les ordres. Elle est soumise, comme personne d'autre sur l'île.

BILLIE+JIMMY this is our promised land YqyZP

Elle fête tout juste ses 23 ans, alors elle ne connaît rien à la vie. Billie sait à peine user des ficelles de son métier : le ménage des baraquements de son groupe. Elle n'est bonne qu'à servir, même si elle aspire à bien plus qu'être femme de ménage pour eux. Billie voudrait être assez intelligente pour être parmi les gens importants de son groupe.


Zoey Deutch :copyright:️ bambi eyes
L'avion qui se crash du ciel fait un bruit incroyable ; il passe au dessus du très petit village de baraquements modestes. C'est au dessus d'eux qu'il se sépare en deux : une partie de l'appareil s'échoue sur la partie Est de l'île, et l'avant de l'appareil au Sud. Tous ceux qui vivent sur l'île (qui finiront par être appelés les autres) l'ont obligatoirement vu. Pu importe leur position sur l'île principale, ou la plus petite île à côté, au Nord.

Billie était assise sur un banc, à côté de leur meneur. Elle le regardait avec tant d'amour, lui lisait son livre sans même faire attention à elle. Il n'a daigné lever les yeux de ces lignes écrites noir sur blanc, que lorsque l'avion s'est fait entendre. Puis, à partir de cet instant, tout s'est mit à aller si vite. Billie n'a pas eu le temps de comprendre ; les autres sont arrivés tellement vite autour de Benjamin qu'elle n'a pas vu d'où ils pouvaient tous venir. Certain de chez eux, d'autre à l'autre bout des jardins de plantations, d'autres du travail. Ils sont six à arriver : deux des docteurs, un homme de la sécurité, et trois informaticiens.

Benjamin est catégorique : il faut envoyer quelqu'un sur le lieu du crash. Si ce n'est pour voir s'il y a des survivants, c'est surtout pour les surveiller. Personne ne doit venir jusqu'ici, personne ne doit connaître leur existence. Alors Benjamin envoi un médecins et un informaticien à l'Est, à la queue de l'appareil. Patrick, celui chargé de la sécurité du village, est envoyé au Sud, mais il ne peut y aller seul. Benjamin souhaite garder un médecin au camp, mais aussi les informaticiens qui sont en charges des machines qui les protèges de l'île et de ses monstres. Lorsqu'il s'est tourné en panique vers Billie, elle n'a pas apprécié recevoir ce regard. Alors qu'elle est tant demandeuse de pouvoir être à la hauteur de Benjamin, elle aurait bien échappé à ces yeux plein de vices. Benjamin devient fou lorsqu'il s'agit de protéger l'île.

" - Tu as dis que tu voulais être à mes côtés.." Le régent va jouer des sentiments de la fille bien plus jeune que lui, puéril et niaise, pour la manipuler. " Fait ce que je te dis de faire, et quand tu reviendras, je t'emmènerais à dîner. Crois-moi, tu ne voudras louper ça pour rien au monde."

Patrick n'a pas eu besoin d'user de la force pour faire décoller Billie. Mais elle ne marche jamais assez vite, alors il est obligé de la pousser. L'île est grande, mais eux connaissent parfaitement les lieux : mais il leur faut quand même quarante bonne minutes pour courir à travers les arbres, pour dégringoler des collines à toutes vitesses, pour s'approcher le plus possible de l'endroit du crash. S'ils étaient tous les deux propres en partant, ce n'est plus le cas : ils sont recouverts de terre, ils sont mouillés, parce qu'ils ont glissé, parce qu'ils ont voulu aller plus vite que loin. Surtout parce que Patrick n'a pas chercher à faire attention à la fille. Protéger l'île est une mission que les autres ne prennent pas à la légère. Quand ils arrivent assez près du crash pour entendre les hurlements des victimes qui sont encore en vie, Patrick s'arrête. Billie veut en profiter pour reprendre son souffle : ses cheveux sont dans tous les sens, elle a les joues rouges parce qu'elle n'a pas l'habitude de faire tant d'effort. Des étoiles dansent devant ses yeux, mais déjà, Patrick la redresse pour l'obliger à la regarder dans les yeux. Billie coopère, sans avoir d'autres options.

" - Ils doivent croire qu'on était avec eux à bord, tu comprends ?" Elle mime de son visage, sans pouvoir parler, qu'elle comprend. Un oui silencieux. " On va se séparer. Tu dois faire comme si on se connaissait pas, ok ?" Là encore, Billie répond de la même façon. Ca, elle a comprit, pour de vrai. " J'suis désolé Billie, mais on doit être crédible. Tout ira bien, ok ?"

Son coeur manque un battement lorsque Patrick lui met le premier coup : il veut lui faire des bleus, des marques, des coupures pour faire croire qu'elle est tombée du ciel avec les autres. Et ça marche, car lorsqu'elle tombe au sol parce qu'il lui a déboîté l'épaule, son sang se mêle au sable fin. Lui se fera ses blessures lui-même, quand il aura quitté les lieux pour aller plus loin. Patrick sait qu'ils ont plus de chance de passer inaperçu en arrivant séparément. Alors il s'enfuit. Les minutes ont été rapide entre eux, mais il aura fallut un peu plus de temps à Billie pour sortir de sa torpeur et se diriger sur la plage.

Elle est pied nus, c'est comme ça que les autres sont la plupart du temps. Mais comme ils connaissent l'île par coeur, ils ne se font pas mal en courant dans la forêt. Ils ne laissent pas de traces non plus, c'est leur moyen de passer inaperçu. Ce qui n'est pas invisible, par contre, c'est la partie de l'avion gigantesque qui émet une dernière explosion. Ca fait trembler le sol, ça la surprend, et ses larmes coulent de fois plus : par la surprise mais aussi à cause de la douleur. Les bruits sont assourdissants : voilà quasiment une heure que l'avion s'est crashé. Les gens vivants ont tous été éloignés plus haut sur la place, mais les cadavres et les valises sont toujours éparpillés. Les cris sont toujours autant strident, et Billie se rend compte qu'elle n'a jamais assisté à telle tragédie. Alors elle se retrouve là, au milieu des gens tombés du ciel, pendant que Patrick apparaît à l'autre bout de la plage ; il est trempé, il mime d'être tombé dans l'océan.
SneakySkunk
Messages : 571
Date d'inscription : 17/02/2020
Région : Québec.
Crédits : Gifs (SneakySkunk) | Avatar (Google) | Signature (Crack in time)

Univers fétiche : J'apprécie les univers de survie. Je suis attirée par ce qui concerne les zombies. Je suis attirée par le science-fiction. J'aime toucher à tout.
Préférence de jeu : Les deux
cat
SneakySkunk
Mar 11 Aoû - 20:12
GSmQxSfN_o.png
Jimmy Sylvester King
Il travaille à son compte depuis...
Avant de changer radicalement de carrière, il a acquis quelques compétences pratiques. Il est débrouillard, impudique, profiteur, manipulateur, mais fidèle. Pour occuper son temps, mais surtout pour se faire beaucoup d'argent, il est devenu détective privé ; ça lui rapporte énormément. Son meilleur ami est son frère, à peine deux ans son aîné. Ils ont presque tout traversé ensemble. Sinon, il n'a pas été chanceux en amour.
BILLIE+JIMMY this is our promised land E41c954bda3c0c3f929efd39fafaafc4f0172cb3


Daniel Sharman :copyright:️ Century Sex
Combien elle te paie pour ça?
À ton avis? répond-il en lançant un regard entendu à son frère à ses côtés.

Jimmy étire les jambes avant que son regard ne revienne se poser dans l'allée. De son siège, il peut apercevoir l'homme sur lequel il enquête ainsi que sa secrétaire.

Plus qu'assez si tu te perds d'inviter ton frère.
Il n'y en a jamais assez.
Tu te sentais encore généreux?
Non, j'adore juste la compagnie.

Le bouclé garde constamment son téléphone en main, posé sur sa cuisse. Et s'il ne prend pas des photos de cet homme et de sa secrétaire, il défile ses photos lorsqu'une personne se déplace dans l'allée. Son frère est habitué de le voir travailler, mais ne peut s'empêcher de demander, une moue amusée :

Ne me dis pas que tu te tapes les deux en même temps, veinard?

Il parle des clichés qui ont défilé sur son écran. Jimmy sourit discrètement, les yeux rivés sur sa cible. Ces photos concernent son boulot.

Nah, pas trop mon type.
Et c'est quoi ton type?
J'en sais rien, mais sûrement pas des putes.

Son frère le gratifie d'un coup de coude en toute complicité. Il sait que les salopes ne sont pas son type, surtout depuis sa dernière aventure, mais il est curieux de savoir qui le rendra vraiment heureux. Un grand frère, ça s'inquiète toujours pour son frangin ― du moins à leurs yeux ―, même si Jimmy s'en sort très bien dans la vie. Et puis, celui qui ressemble à un gros pervers, c'est le King qui ne cesse d'épier le mari de sa cliente, dont les mains se baladent sur les cuisses d'une autre femme. Comme son frère est curieux, il observe aussi parfois le spectacle. Mais le frère ne s'y intéresse pas davantage, il se prépare à regarder un film.

Au bout d'un certain temps, l'époux et la femme passent près deux pour aller à l'arrière, vers la cabine de la salle de bains. Le frère ne dit rien, mais il peut clairement sentir Jimmy se lever à son tour.

Il toque à la porte sans gêne. À plusieurs reprises, jusqu'à ce qu'on ouvre. L'homme s'énerve et la fille doit se cacher. L'oeil de Jimmy est indiscret. Et enfin, il ajoute :

Je ne voudrais pas vous manquer de respect, mais je pense que cet homme qui a la bague au doigt, bague que vous n'avez pas en retour, ne vous offrira rien de plus qu'un coup de rein. Au pire, vous aurez un enfant, pire encore, il vous laissera vous débrouiller avec si vous choisissez de le garder. Pensez-y à deux fois, alors vous devriez retourner vous asseoir pendant que nous discutons entre hommes.

La fille reste surprise, mais ne semble pas vouloir protester lorsque Sylvestre ramasse son vêtement pour l'aider à l'enfiler. Là, il la laisse retourner à son siège.

Putain de connasse, elle ne me lâche jamais.
Ça c'est pas mon problème.

L'époux infidèle s'apprête à partir lorsque Jimmy s'adosse à l'embrasure de la porte. L'homme le toise longuement. Son interlocuteur mime réfléchir, pour finalement dire, claquant une langue au fond de sa joue :

Elle paie un bon paquet, si vous me donner le double, vous n'entendrez plus parler de moi.
T'es un pauvre type, lui balance l'homme, frustré d'avoir été interrompu.
Ouais... un autre genre que vous.

Il avait vu juste. L'homme sort son portefeuille et prépare un chèque après qu'on lui est dit le montant entendu. Les couples infidèles sont puériles, toujours prêts à tout pour faire taire l'autre. C'est devenu une habitude à force. Sylvestre ne le laisse partir qu'après avoir fait comprendre que si le paiement n'était pas accepté, il y aurait des conséquences. Finalement, c'est lui qui s'enferme dans la toilette pour se vider.

Il manque se pisser dessus lorsque l'avion tangue dangereusement. Il doit se rattraper au mur pour ne pas perdre pied. Les lumières clignotent. Un profond grondement se fait entendre et ça ne vient pas de son estomac. Il secoue sa bite avant de remonter son caleçon et d'attacher sa ceinture. Lorsqu'il sort de la cabine, il peut voir que les hôtesses s'agitent, que les passagers paniquent. Il se déplace juste assez pour poser une main sur l'épaule à son frère. Il lui dit de se préparer au pire ― sait-on jamais. Mais Jimmy se dirige plutôt vers le cockpit. Un réflexe. C'est de pire en pire et l'avion semble chuter. Les gens bouclent leur ceinture. Son besoin de savoir est plus fort. Un autre homme toque à la porte désireux d'avoir des réponses, il semble mécontent.

Pousse-toi, marmonne-t-il pour ouvrir la porte sans attendre de réponses.

L'homme voit la même chose que lui : un unique pilote évanoui, le second est absent. Il panique déjà en disant qu'ils vont mourir, et il répète ces mots à plusieurs reprises. Le type au fort taux de cholestérol fait angoisser les hôtesses de l'air. Jimmy le retourne et vient serrer sa gorge pour le faire taire, jusqu'à ce qu'il perde connaissance. Il est hors de question que les passagers s'agitent. Il assoit le type dans un siège et l'attache par mesure préventive. Une des hôtesses l'observe les yeux pleins d'eau.

Calmez vos passagers et assoyez-vous.

Il essaie de se montrer convaincant. Mais par la vitre avant, il a bien vu la trajectoire et ça risque de ne pas être joli. Il se met alors à fouiller et découvrir que des employés se sont envolés car il manque des parachutes. Il n'en reste qu'un. Il passe une main sur sa barbe, mais sa réflexion est de courte durée. Il s'en empare, fait un geste subtil à son frère pour qu'il le rejoigne. Et à partir de là, ça se déroule encore plus vite.

Qu'est-ce que tu fous?
Y'a plus de pilote, tu vas sauter.
T'es malade ou quoi, et toi?
Je te laisse pas trop le choix.

Il lui enfile déjà le sac, qu'il attache. Et en tirant un levier, une ouverture s'ouvre. Il explique rapidement à son frère comment ça fonctionne. Lui, il a déjà sauté, il sait comment ça fonctionne. Son frère essaie de résister, mais rien n'y fait. Jimmy referme l'ouverture dès qu'il sait son frère hors de portée du crash. Son regard croise une dernière fois l'hôtesse assise non loin de lui lorsqu'il se faufile dans la cabine pour tenter de redresser l'avion, sans succès. Une manœuvre qui aurait pu fonctionner si l'avion ne s'était pas éventré.

Quand il reprend conscience, il vive douleur élance à sa tempe. C'est l'hôtesse qui le secoue pour qu'il se réveille. Elle a trouvé son geste héroïque et n'a pas l'intention de le laisser pourrir là. L'autre à côté ne bouge pas, il est mort. Il s'extirpe difficilement de son siège, les yeux larmoyants à cause de la fusée. Ce qu'il voit est épouvantable. L'avion a été démolie dans la chute. Et ce qu'il reste du siège qu'il occupait avec son frère est inexistant. Il aurait pu le perdre. Il s'apprête à sortir lorsqu'il voit une mère et son enfant, inconscients, se tenir la main. Il hésite à poursuivre son avancée ; il vient plutôt prendre leur pouls. La mère est morte, mais l'enfant semble encore en vie. Il le prend dans ses bras pour le sortir de là. Il s'éloigne un maximum de l'avion. Depuis quand est-il inconscient? Depuis quand tout brûle? Où est son frère?

Au moment de faire un massage cardiaque, il manque de souffle. Trop de fumée dans la gorge, alors il tousse et crache au sol. Voyant sa difficulté, un homme lui porte main forte. À deux, ils essaient de réanimer l'enfant. Mais plus les secondes passent et moins ses chances de survie semblent probablement. Il s'énerve malgré lui en disant à l'homme d'y mettre plus d'efforts. Il se sent enragé dans cette incapacité à sauver cette vie.


I'm just a woman in love with another woman
©️crack in time
@Robz
Messages : 452
Date d'inscription : 17/02/2020
Région : France.
Crédits : tumblr.

Univers fétiche : Post-apocalyptique, touche à tout.
Préférence de jeu : Les deux
cat
@Robz
Mar 11 Aoû - 22:40
f1519df6ced4b686acb1921c7eccdeda7f2af05e.png
Billie Diyoza
Elle fait partie des gens que l'on a emmené sur l'île, Billie, mais pas comme ceux qui sont descendus du ciel à cause d'une crash de leur avion. Non, Billie, elle a été ramenée sur un bateau lorsqu'elle était petite, parce que le peuple de cette île est incapable de concevoir. Quelque chose fait en sorte que les femmes ne puissent pas tenir leurs grossesses, quelque chose qui les pousse à faire venir des gens des autres continents. Mais après le recrutement suivant le sien, il n'y en a plus eu. Billie ne s'intéresse pas à ça car elle ne se souvient pas vraiment de l'autre monde. Parce qu'elle sait qu'on ne partage pas les secrets du groupe avec elle. Alors elle se contente de vivre comme on lui indique de le faire ; Billie est un parfait petit mouton entraîné à suivre les ordres. Elle est soumise, comme personne d'autre sur l'île.

BILLIE+JIMMY this is our promised land YqyZP

Elle fête tout juste ses 23 ans, alors elle ne connaît rien à la vie. Billie sait à peine user des ficelles de son métier : le ménage des baraquements de son groupe. Elle n'est bonne qu'à servir, même si elle aspire à bien plus qu'être femme de ménage pour eux. Billie voudrait être assez intelligente pour être parmi les gens importants de son groupe.


Zoey Deutch :copyright:️ bambi eyes
Des yeux sont remplis d' eau salée à cause de la douleur mentale et de la douleur physique ; ce qu'elle voit lui fait peur. Parce qu'elle n'a jamais vu autant de monde mais surtout qu'elle n'a jamais vu autant de souffrance. Ça fait mal de voir la plage dans cet état, de découvrir ce qu'est un avion en n'en voyant que la moitié. Câliné. Billie préfère nettement ces fois où elle a nageait contre les vagues pour profiter de l'eau salée.

De là où elle est, Billie ne voit que des gens en pleures. Certains ne sont quasi pas blessés, miraculeusement. Elle réussit à avaler sa salive parce qu'elle se dit que c'est le pouvoir de l'île qui les a gardé en vie. Sans savoir d'où il sort, un homme la prend de court en l'attrapant par les épaules. Si la jeune femme a d'abord un mouvement de recule, il hurle une plainte puissante quand elle sent l'os de son épaule la tordre de douleur. L'homme aurait voulu de l'aide pour récupérer tout les blessés et les mettre à l'abri du soleil, mais il se retrouve lui-même à devoir soigner quelqu'un. Heureusement, il est médecin. Il découvrir vite ce que c'est et d'un mouvement sec, il replace l'épaule de Billie qui hurle une nouvelle fois.

Elle est surprise de ne pas avoir été prévenue, elle est surprise de la douleur et qu'on prenne la peine de l'aider. C'est limite si elle oublie que ces gens là ne savent pas qu'elle n'était pas dans l'avion. Mais à se faire soigner comme ça, de façon brutale, Billie ne peut que penser à l'infirmerie de son village qui l'aurait soigné dans même qu'elle ne ressente cette douleur intense. Les médicaments qui sont en possession de son groupe sont parfaits, ils seraient surtout utiles à tous ceux qui en ont besoin ici à cet instant précis. Heureusement pour elle, le médecin ne prend pas le temps de remarquer que cette blessure est trop nette, trop bien faite pour que ce soit le coup du crash. Patrick s'y connaît, il a déboîté l'épaule comme il faut pour qu'elle soit facilement replaceable et que ça ne soit pas trop dommageable pour Billie.

'' - Essaye de pas t'en servir, Billie.'' Elle se souvient seulement maintenant lui avoir dit son prénom. Il accroché son regard en l'ayant utiliser dans tant de ardeur. '' Mais j'ai besoin que tu fouilles les valises...''

L'homme continue sur sa lancée, lui dit de trouver certain médicaments qui rimes entre eux parce qu'ils sont fait pour les infections, ou tout bandages ou désinfectant qu'elle pourra trouver. Il aurait dû être plus précis, car déjà lorsqu'il s'en va, Billie a oublier la moitié des choses qu'il a dit. Alors elle est restée là, la bouche béante en tenant son bras fraîchement remis en place.

Billie ne réagit que lorsque quelqu'un d'autre passe assez prêt d'elle pour la bousculer, mais elle s'est éloignée de justesse. Tout le monde court, tout le monde semble pouvoir aider mais Billie n'est pas assez perspicace pour déceler ceux qui font semblant d'aider ou qui ne font carrément rien.

Elle a d'abord avancé entre les corps inertes, entre les valises, avant de s'accoupir pour commencer à fouiller. Billie allait user de son bras, par automatisme, mais la douleur la rappelle à l'ordre et elle décide d' user de l'autre. Elle fait une vingtaine de valises pour trouver ce qui aurait dû être marqué sur une liste. Dans un sac en plastique qui n'arrête pas de voler dans tous les sens à cause du vent, elle a mit plusieurs boîtes avec la dernière syllabe qui correspond à ce que le médecin a dit. Du désinfectant, quelques bandages, mais des choses qui ne sont en rien conséquentes à ce qu'ils devraient avoir port survivre à tant de blessures, tant de sang.

Ses yeux ont finis par devenir secs avec le vent, avec le sable qui remu autour d'eux. Elle ne pleure plus, son sang a séché, et la chaleur devient insoutenable à cause des émotions. Elle a finit par se laisser tomber près du valise sans se relever, les lèvres entrouvertes à regarder un spectacle qu'elle n'aime pas voir ; deux hommes au dessus d'un corps d'enfant qu'ils tentent de ramener à la vie en frappant son cœur au travers de sa poitrine. Cette vision la projete loin dans ses souvenirs ; l'homme quibs'agitebpour sauver un enfant lui fait croire qu'il a tant d'amour à donner qu'il ne supporterait pas perdre son frère, ou son fils ?.

Billie les contemple sans bouger sans bouger, mais elle pense à ce jour où elle a rencontre Benjamin. Enfant, il l'a récupéré après qu'elle se soit blessée à la tête en jouant avec sa fille. Billie est attirée par les gens qui font de belles choses face à elle, alors elle le trouve magnifique dès lors ou le petit garçon se remet à respirer sous son massage cardiaque.
SneakySkunk
Messages : 571
Date d'inscription : 17/02/2020
Région : Québec.
Crédits : Gifs (SneakySkunk) | Avatar (Google) | Signature (Crack in time)

Univers fétiche : J'apprécie les univers de survie. Je suis attirée par ce qui concerne les zombies. Je suis attirée par le science-fiction. J'aime toucher à tout.
Préférence de jeu : Les deux
cat
SneakySkunk
Mer 12 Aoû - 18:43
GSmQxSfN_o.png
Jimmy Sylvester King
Il travaille à son compte depuis...
Avant de changer radicalement de carrière, il a acquis quelques compétences pratiques. Il est débrouillard, impudique, profiteur, manipulateur, mais fidèle. Pour occuper son temps, mais surtout pour se faire beaucoup d'argent, il est devenu détective privé ; ça lui rapporte énormément. Son meilleur ami est son frère, à peine deux ans son aîné. Ils ont presque tout traversé ensemble. Sinon, il n'a pas été chanceux en amour.
BILLIE+JIMMY this is our promised land E41c954bda3c0c3f929efd39fafaafc4f0172cb3


Daniel Sharman :copyright:️ Century Sex
L'enfant émerge de sa torpeur et prend une profonde goulée l'air. Jimmy semble revivre en même temps que lui, car il inspire, le coeur au bord des lèvres. Jimmy n'est pas une personne qu'on pourrait qualifier de saint, mais il n'aurait pas supporté voir cet enfant succomber. Forcément, il se demande si c'était un geste égoïste compte tenu du fait que sa mère est décédée et qu'il devra se débrouiller seul sur cette île. Peut-être. Qui pourrait supporter qu'une vie s’éteigne de manière aussi précipitée? Jimmy ne croit pas se tromper en imaginant qu'ils n'étaient que tous les deux, dans cet avion, il lui souhaite de s'en sortir. Soulagé, il glisse sa main sur la tignasse de l'enfant qui cherche encore son souffle. Il est confus et ne semble pas comprendre où il se trouve. Il ne lui dira pas maintenant que sa mère est morte. L'homme qui l'a aidé à faire le massage cardiaque s'éloigne après l'avoir salué. Jimmy prend à nouveau le gamin dans ses bras ; cette fois, c'est pour le mettre à l'ombre. Il demande à une dame qui n'a visiblement pas l'énergie d'aider de garder un oeil sur le petit. Au moins elle aura une excuse pour laisser tous les autres faire le sale boulot.

Sylvester quitte l'ombre pour affronter le vent et la chaleur. La fumée est opaque et nauséabonde. Ce qui reste de la carcasse de l'avion brûle, crépite, explose. Ça doit durer depuis un bon moment, constate Jimmy, en observant la manière dont les survivants se sont organisés. Ça fouille les valises, ça rassemble les blessés, ça tente d'appeler à l'aide sans succès. Les gens font ce qu'ils doivent faire. Mais bientôt, d'autres problèmes vont surgir. Où sont-ils? Où sont les autres survivants? Dans combien de temps les secours arriveront-ils? Auront-ils suffisamment à manger? Est-ce que tout le monde sera coopératif? Jimmy se sent trempé de sueur. Il manque parfois perdre pied lorsqu'il marche sur des débris. Une première fois, il passe à côté de la fille qui l'observait et qu'il n'a point remarqué. Il regarde plutôt l'étendue océanique dans l'espoir de voir un parachute. Malheureusement, il semble avoir perdu longtemps connaissance, alors son frère ne sera plus dans le ciel. Le soleil se reflète sur les eaux et ça l'empêche de voir correctement. Il voit des vagues et des reliefs, mais aucune trace de son frère en mer.

Excusez-moi, naturellement et logiquement il s'adresse à ce Patrick trempé qui sort de l'eau, dont il ne connait ni le nom ni le visage. Avez-vous des survivants à la mer?

Que la réponse soit positive ou négative, il reportera son regard sur les eaux une dernière fois. Son frère a peut-être réussi à manœuvre le parachute pour tomber sur les terres. Jimmy devra s'armer d'un sac, de bouteilles d'eau et de pansements avant d'aller à sa recherche. Car s'il n'a pas de nouvelles de lui, il n'attendra pas son retour. S'il est blessé, il sera bien heureux qu'on lui porte secours. Il aime son frère à ce point. Et c'est là qu'il se demande. Est-ce que quelqu'un a tenté d'utiliser la radio à l'intérieur de l'avion afin d'obtenir de l'aide au-delà des mers? En voulant retourner dans l'avion, il est freiné par la fumée qui en émane. Cette fois, le cockpit doit être en feu. Et cette fois, il remarque réellement la fille qui remplit un sac. Il s'en approche et s'accroupit à sa hauteur, les yeux tombant à l'intérieur du sac.

Puis-je? qu'il demande en désignant le sac.

Mais il n'attend pas qu'elle accepte, car déjà ses doigts vient le chercher, même s'il doit légèrement repousser les siens pour qu'elle lâche prise. Il ouvre le sac et fouille à l'intérieur pour se servir. Il trouve que c'est une bonne initiative pour aider ceux dans le besoin. Mais il trouve aussi qu'elle ne devrait pas exposer ce sac à la vue de tous. Bientôt, ce sera l’anarchie et tout le monde aura des besoins. Ensuite, ils seront vite en pénurie de médicaments et de bandages. Il se fait la réflexion que quelqu'un devrait penser à prendre les commandes pour éviter une lutte de pouvoir. Ce serait utile pour lui de tout prendre en charge, mais il ne sait pas s'il a l'énergie et la motivation pour ça. Ça le décourage déjà. Flemme. Une personne normale ne penserait pas à ça. Chacun aide, présentement. Tout le monde est à son affaire. Ça se soutient. Mais c'est illusoire ; les gens vont paniquer, les gens auront des besoins. C'est ainsi que l'homme fonctionne. Voilà pourquoi il hésite avant de redonner le sac à la fille, mais il le fait. Il ne s'est pourtant pas privé pour se servir.

Garde ça caché si tu ne veux pas qu'on te l'arrache.

Il a pris un médicament et un désinfectant pour lui, et un truc pour son frère au besoin. Il range le tout dans ses poches. Il jette un coup d'oeil à l'avion sans se redresser avant de reporter son attention sur la fille, visiblement très amochée. Il s'attarde longuement aux blessures visibles, comme s'il se demandait comment elle se les était faites. Mais c'est avant tout pour faire la conversation qu'il demande :

Vous étiez assise à l'avant?

Lui n'en sais rien, il était installé à l'arrière. Il s'est retrouvé à l'avant parce qu'il se mêle souvent de ce qui le regarde pas.

C'est lui, c'est le terroriste!

Jimmy ne relève pas immédiatement la tête, mais lorsqu'il pense reconnaître la voix, il tourne les yeux vers le mari infidèle qui le pointe du doigt. Il avait complètement oublié que ce trou de cul était au-devant de l'avion. Et maintenant, Jimmy est accusé d'avoir tout fait capoter. Le type le pointe du doigt. Et ceux qui l'entourent le fixe avec inquiétude, curiosité ou indifférence. Les gens commencent déjà à se faire une opinion.

Qu'est-ce que tu dis? s'offusque alors Jimmy qui se redresse sur ses deux pieds.

À peine fait-il une enjambée que l'homme recule d'un pas, non sans le défier avec haine et rage.

C'est ta faute! J't'ai vu te glisser dans le cockpit!


I'm just a woman in love with another woman
©️crack in time
@Robz
Messages : 452
Date d'inscription : 17/02/2020
Région : France.
Crédits : tumblr.

Univers fétiche : Post-apocalyptique, touche à tout.
Préférence de jeu : Les deux
cat
@Robz
Mer 26 Aoû - 15:23
f1519df6ced4b686acb1921c7eccdeda7f2af05e.png
Billie Diyoza
Elle fait partie des gens que l'on a emmené sur l'île, Billie, mais pas comme ceux qui sont descendus du ciel à cause d'une crash de leur avion. Non, Billie, elle a été ramenée sur un bateau lorsqu'elle était petite, parce que le peuple de cette île est incapable de concevoir. Quelque chose fait en sorte que les femmes ne puissent pas tenir leurs grossesses, quelque chose qui les pousse à faire venir des gens des autres continents. Mais après le recrutement suivant le sien, il n'y en a plus eu. Billie ne s'intéresse pas à ça car elle ne se souvient pas vraiment de l'autre monde. Parce qu'elle sait qu'on ne partage pas les secrets du groupe avec elle. Alors elle se contente de vivre comme on lui indique de le faire ; Billie est un parfait petit mouton entraîné à suivre les ordres. Elle est soumise, comme personne d'autre sur l'île.

BILLIE+JIMMY this is our promised land YqyZP

Elle fête tout juste ses 23 ans, alors elle ne connaît rien à la vie. Billie sait à peine user des ficelles de son métier : le ménage des baraquements de son groupe. Elle n'est bonne qu'à servir, même si elle aspire à bien plus qu'être femme de ménage pour eux. Billie voudrait être assez intelligente pour être parmi les gens importants de son groupe.


Zoey Deutch :copyright:️ bambi eyes
Billie voit l'enfant reprendre vit, puis être confié aux soins d'une femme qui avait les mains libres. Elle n'a pas l'esprit assez agile pour se rendre compte qu'il n'y a pas de lien précis entre le petit garçon et son sauveur, alors elle se fait tout un tas de film en imaginant leur vie. A eux, et à cette femme qui prend pleinement conscience de ses obligations maintenant qu'elle n'est plus seule, assise sur la plage. Elle ne l'a pas quitté des yeux, le sauveur. Quand il regardait l'océan, quand il cherchait certainement les mêmes réponses que tous les autres. Elle l'a regardé s'adresser à Patrick, et là, ses blessures se sont mises à la brûler de plus belle. Elle se souvient très bien des mots qu'il lui a dit plus tôt, alors immédiatement, elle a détourné son regard pour se concentrer aux valises qu'elle est en train de vider. A de nombreuses reprises, elle tombe sur des objets dont elle ne connaissait pas l'existence, et encore moins l'utilité. Mais plonger son nez dans les affaires d'autrui lui permet de ne pas se concentrer sur l'homme qu'elle est censée ne pas connaître.

" - Puis-je?"

Billie redresse le visage de cette valise vide de provision, lorsqu'on s'adresse à elle. Lorsqu'une ombre cache légèrement l'objet. Elle était prête à tendre naïvement le sac, lorsque le sauveur l'a attrapé. Mais ses doigts se retrouvent emmêlés au vide trop vite, elle ne sait plus quoi en faire et se contente de reposer sa main au milieu de ces affaires dont les propriétaires sont certainement morts. Sans un mot, elle le regarde fouiller et prendre tout ce qui l'intéresse. Elle n'a même pas les lèvres entrouvertes pour montrer sa stupeur : Billie semble ne réagir à rien de ce qui l'entoure. A cet instant précis, il n'y a que le vent qui fait danser ses cheveux, et ses paupières qui bougent pour humidifier ses yeux, qui montrent qu'elle est en vie.

" - Garde ça caché si tu ne veux pas qu'on te l'arrache."
" - Ce n'est pas à moi..." Qu'elle parvient à murmurer, sa voix enrouée à cause de ce long silence après sa course endiablée. " C'est pour le groupe."

Dans l'intonation de sa voix, on pourrait presque croire qu'elle s'excuse d'agir. Mais Billie, elle a toujours été comme ça. Trop soumise pour faire valoir son point de vue, trop douce pour oser faire une bêtise, trop naïve pour se rendre compte qu'elle paraît stupide. Elle se contente de le regarder même s'il détourne les yeux. Elle trouve ça beau, qu'il s'inquiète pour tout le monde. Billie se dit qu'il serait bien, au milieu des siens : mais elle a tord sur toute la ligne. Car parmi les autres, peu de personne s'intéressent suffisamment au reste du groupe pour être attaché à l'ensemble du monde. Il n'y a que Billie pour connaître le nom, l'âge et l'emplacement de chaque cabana habitée. C'est son super pouvoir, d'être discrète et de faire attention aux autres. Si naïve, elle oublie que la plupart des siens ne sont pas comme ça. Benjamin est tout l'inverse.

" - Vous étiez assise à l'avant?"

Sans le moindre mot, Billie a répondu positivement d'un signe de tête. Puis tout se déroule plus rapidement, avec un mot que Billie n'est pas apte à compte : terroriste. Toujours les genoux dans le sable, elle s'est mise naturellement à froncer les sourcils : signe qu'elle réfléchit et tente d'assimiler cette information. Mais rien ne vient, car personne n'est là pour l'aider. C'est péjoratif, c'est tout ce qu'elle comprend de cette situation. Et Billie ne comprend pas pourquoi on peut s'en prendre à un homme qui vient d'agir de la sorte : sauver un enfant. Elle ne comprend pas non plus les différents noms donnés aux parties de l'avion, mais elle se lève pour être à la hauteur des autres protagonistes de la scène.

D'autres se mettent en avant pour prendre le parti de celui qui accuse : oui, certain ont vu Jimmy remonter l'allée. D'autres se reculent parce qu'ils sentent que la situation est en train de dégénérer. Et la seule personne qui pourrait aider Jimmy dans cette mésaventure ? C'est l'hôtesse qui lui a sauvé la vie. Le problème, c'est que cette dernière s'est prit un petit débris dans la tête à la suite de la dernière explosion : alors elle est inconsciente avec les autres blessés. On en vient aux mains : un homme bien plus baraqué que le sauveur s'avance pour le pousser par les épaules. Il fait l'homme fort, avec son regard noir et sa barbe rousse et longue, mais il a prit des muscles à la salle de sport. Il ne saurait pas se défendre face à un homme entraîné.

Le médecin qui a aidé Billie plus tôt, arrive en voyant. Il se met à hurler, tape dans ses mains pour attirer l'attention de tous ceux qui se sont regroupés autour des hommes prêts à en venir aux mains. Il manque de faire tomber une fille sur son passage, mais son empressement de l'empêche pas de la retenir, et de s'excuser.

" - On va pas se battre les uns contre les autres, non ?" Qu'il demande lorsqu'il a attrapé l'attention de tout le monde. Il est couvert de sang, il a l'air plus fatigué que tout le monde réunis, et justement : tout le monde semble avoir compris qu'il tente de sauver le plus de monde possible de cette catastrophe. " On a besoin de rester soudés jusqu'à ce que les secours arrivent ! On a déjà assez de blessés pour..."

Mais l'un des hommes n'est pas d'accord : le roux, en l'occurrence. Il pousse le médecin, qui s'était mis entre Jimmy et les autres, et fond directement sur le sauveur. Le médecin, qui sera définitivement le chef des survivants, est prit de cours. Il n'est pas de ceux qui se battent, il est de ceux qui sauvent. Mais tout le monde sursaute lorsqu'un coup de feu se fait entendre : c'est le Marshal présent dans l'avion qui tire en l'air, avec son arme de service, pour que tout le monde se calme. Et la foule se tourne, sursautant, pour laisser passer une femme aux cheveux mi-longs, blonds. Elle a le regard sévère, la quarantaine passée, et elle avance avec détermination. Billie recule automatiquement, elle n'aime pas ce regard.

" - Moi aussi, je l'ai vu entrer dans le cockpit." Qu'elle lâche, en montrant sa plaque d'immatriculation et sa carte de service. Tout le monde se tait, tout le monde prend comptant ce que Marie Huron clame. " Alors monsieur va gentiment se calmer jusqu'à ce qu'on sache ce qu'il est allé y faire."

Billie sursaute à la seconde où l'agent Huron lève son arme dans la direction de Jimmy. Tout le monde en fait autant, mais certain sont soulagés de voir la blonde sortir de sa poche arrière une paire de menotte qu'elle montre directement à Jimmy pour lui faire comprendre qu'elle compte faire de lui un prisonnier jusqu'au prochain ordre.


tumblr_pz593gZC4Q1ynme1po6_250.gifv xONqj.jpg 98088e0fddfdb9b8b6600afce2828bdcdf84ff2e.gifv
❝ you have to be special to love me❞ and i'll love you a little bit more every day of our life. You are simply the woman I was waiting for to learn how to live and love.
SneakySkunk
Messages : 571
Date d'inscription : 17/02/2020
Région : Québec.
Crédits : Gifs (SneakySkunk) | Avatar (Google) | Signature (Crack in time)

Univers fétiche : J'apprécie les univers de survie. Je suis attirée par ce qui concerne les zombies. Je suis attirée par le science-fiction. J'aime toucher à tout.
Préférence de jeu : Les deux
cat
SneakySkunk
Jeu 27 Aoû - 18:39
GSmQxSfN_o.png
Jimmy Sylvester King
Il travaille à son compte depuis...
Avant de changer radicalement de carrière, il a acquis quelques compétences pratiques. Il est débrouillard, impudique, profiteur, manipulateur, mais fidèle. Pour occuper son temps, mais surtout pour se faire beaucoup d'argent, il est devenu détective privé ; ça lui rapporte énormément. Son meilleur ami est son frère, à peine deux ans son aîné. Ils ont presque tout traversé ensemble. Sinon, il n'a pas été chanceux en amour.
BILLIE+JIMMY this is our promised land E41c954bda3c0c3f929efd39fafaafc4f0172cb3


Daniel Sharman :copyright:️ Century Sex
Que des conneries. Le médecin est certes compétent, certes diplomate, mais il n'a aucune influence sur les rebelles du groupe qui lui marcheront dessus à la première occasion, à la première désapprobation. Le barbu charge Jimmy qui protège son visage de ses avants-bras lorsqu'on essaie de lui foutre plusieurs droites au visage. Ce qui le fait légèrement plier, c'est le coup reçu dans les côtes. Le barbu n'a pas le temps de frapper davantage. Une femme intervient ; elle montre son badge.  

Alors monsieur va gentiment se calmer jusqu'à ce qu'on sache ce qu'il est allé y faire.

Lui se calmer? C'est lui qu'on accuse à tort surtout. Jimmy n'aurait que quelques mots à dire pour se défendre. Mais il n'a ni envie de se justifier ni envie de vendre son identité. Honnêtement? S'il devait avouer pourquoi il se jugeait apte à entrer dans le cockpit, ça risquerait de le mettre encore plus dans la merde. Ce qu'il a fait par le passé... ce qu'il a choisi par le passé, ça pourrait avoir une incidence aujourd'hui. Alors oui, son coeur s'emballe. On le vise d'une arme à feu. Dans un réflexe normal, réaction typique d'une personne menacée, il s'immobilise, les paumes légèrement dressées. Son regard questionne la femme ; va-t-on réellement le catégoriser hostile? Il voudrait se marrer, mais il n'a pas envie de rire. Cette situation n'est pas amusante. Cette situation est frustrante. N'importe quel agent verrait qu'il est tendu. Sur le qui-vive. Mais le rire coincé à sa gorge se fraie tout de même un chemin lorsqu'il aperçoit la paire de menotte.

On en arrive déjà là? qu'il rétorque. En général, je préfère qu'on m'offre un repas avant de me passer les menottes.
C'est quoi ça? Qui l'a autorisée à fouiller nos valises?

Le barbu roux est brusque lorsqu'il se déplace et lorsqu'il mentionne la jeune femme, celle qui tient le sac, celle qui a le corps recouvert de blessures, celle qui n'a fait que suivre les indications du médecin. Il semble vouloir s'approcher d'elle pour lui dérober les médicaments. Il semble vouloir agir pour le bien commun afin que les trouvailles appartiennent à ceux qui " sont d'accord " avec lui. Mais il est tout sauf généreux. Il est égoïste et frustré. Jimmy le voit agir du coin de l'oeil. Jimmy croise discrètement le regard de la Marshall ; va-t-elle continuer de le viser lui ou va-t-elle intervenir? C'est instinctif, il glisse une main à sa ceinture. Il doit se faire à l'idée qu'il n'y a pas d'arme à sa ceinture. Oubliant la Marshall, il intervient. Le barbu tire déjà l'une des extrémités du sac. Dans un geste vif, les doigts de Jimmy viennent se fermer sur la main de la fille, lui assurant une bonne poigne. Le barbu résiste. Jimmy fait écran entre les deux. Lui se montre plus déterminé que le médecin.

Elle peut très bien gérer ça.
Garde l'oeil ouvert, terroriste, parce que je vais te refaire le portrait.

Le barbu aurait pu, sans problème, utiliser la " force " pour s'emparer des médicaments. Mais comme il semble vouloir se mettre la Marshall dans la poche, il se calme, s'éloigne et sourit faussement. Jimmy desserre le poing pour libérer la fille, la protectrice des médicaments. Elle est bien trop discrète pour être à craindre. Elle sera forcément épaulée par le médecin qui la rejoint déjà pour vérifier si elle va bien. Mais cette courte intervention ne l'exempt pas, Jimmy. Il est encore dans la ligne de mire des passagers qui le toisent avec dédain, qui exigent qu'ils soient enfermés. Ils craignent pour leur survie. C'est d'ailleurs une vieille dame, qui a survécu au crash par miracle, qui beugle à la Marshall d'éloigner ce terroriste de sa vue.

Cet homme mériterait la peine de mort.
Personne ne veut vous voir mort, assure doucement le médecin, parlant tout bas. Ils ont peur et ils veulent mettre la faute sur quelqu'un. Acceptez d'être jugé et ce sera vite réglé.

Jimmy soupire longuement, se raclant la gorge au passage, lorsqu'on passe les menottes à ses poignets. Il crache de la fumée au sol. Il regarde une dernière fois la brunette qui tient le sac avant qu'on ne le mette à l'écart du groupe. Il ne remarque pas que Patrick le toise longuement. Si son frère a besoin de lui, dans les bois, il devra attendre quelques heures supplémentaires. Jimmy préfère ne pas le mentionner au risque qu'on le catégorise également de terroriste. On oblige Jimmy à s'asseoir ; et on le menotte correctement à une surface solide pour qu'il ne puisse tenter de fuir. Quelle ironie. La justice le rattrape finalement après toutes ces années. Tout ce qui pourrait concerné sa vie passée ― sommairement ― se trouve dans sa valise... dans une partie de l'avion qui ne se trouve pas ici. Et s'il voulait prouver qu'il était innocent, il ne pourrait pas non plus.

Non, pas même une bouteille d'eau?

Il finit par fermer les yeux, car du sable et de la fumée s'y sont incrustés. Ça irrite. Sa tête tombe contre son bras, pour reposer sa nuque. Les poignets confinés, il ne peut pas non plus soigner la blessure à sa tempe. Pour passer le temps, il bouge le doigt, ça occupe son esprit. Des petits coups dans le vide. Du morse.


I'm just a woman in love with another woman
©️crack in time
@Robz
Messages : 452
Date d'inscription : 17/02/2020
Région : France.
Crédits : tumblr.

Univers fétiche : Post-apocalyptique, touche à tout.
Préférence de jeu : Les deux
cat
@Robz
Mar 1 Sep - 14:10
f1519df6ced4b686acb1921c7eccdeda7f2af05e.png
Billie Diyoza
Elle fait partie des gens que l'on a emmené sur l'île, Billie, mais pas comme ceux qui sont descendus du ciel à cause d'une crash de leur avion. Non, Billie, elle a été ramenée sur un bateau lorsqu'elle était petite, parce que le peuple de cette île est incapable de concevoir. Quelque chose fait en sorte que les femmes ne puissent pas tenir leurs grossesses, quelque chose qui les pousse à faire venir des gens des autres continents. Mais après le recrutement suivant le sien, il n'y en a plus eu. Billie ne s'intéresse pas à ça car elle ne se souvient pas vraiment de l'autre monde. Parce qu'elle sait qu'on ne partage pas les secrets du groupe avec elle. Alors elle se contente de vivre comme on lui indique de le faire ; Billie est un parfait petit mouton entraîné à suivre les ordres. Elle est soumise, comme personne d'autre sur l'île.

BILLIE+JIMMY this is our promised land YqyZP

Elle fête tout juste ses 23 ans, alors elle ne connaît rien à la vie. Billie sait à peine user des ficelles de son métier : le ménage des baraquements de son groupe. Elle n'est bonne qu'à servir, même si elle aspire à bien plus qu'être femme de ménage pour eux. Billie voudrait être assez intelligente pour être parmi les gens importants de son groupe.


Zoey Deutch :copyright:️ bambi eyes
Billie, le coeur sur la main, était prête à laisser le sac échapper de ses doigts pour qu'on ne s'en prenne pas à elle comme le roux l'a fait sur celui qui a sauvé l'enfant. Elle ne s'était pas rendue compte de sa position jusqu'à ce qu'on la prenne à partie, et même là, elle n'a pas vraiment comprit. Elle a plus mal lorsque celui qu'on tenait en joue vient attraper sa main pour qu'elle garde le sac : il est rapide, il est fort, il ne lui fait pas peur, contrairement au roux. Billie grimace pourtant à cause de la douleur dans sa main sous cette force dont elle n'a pas l'habitude. Quand on la lâche enfin, ses doigts sont faibles et manquent de laisser tomber le sac. Heureusement, le médecin est arrivé assez vite : il s'occupe de les récupérer, et s'inquiète de son état lorsqu'il la voit déjà au bord des larmes. Mais le reste du monde ne semble plus exister lorsqu'elle entend la vieille femme hurler qu'ils désirent une peine de mort. Ce terme n'est pas du tout dans son quotidien, et Billie se demande qui ils sont pour avoir le droit de vie ou de mort, sur un autre être humain. Si son souffle s'est coupé par automatisme, tel un moyen de protection, ses poumons reprennent du service lorsque son front se retrouve collé à l'épaule du médecin qui s'adresse au terroriste.

Billie est définitivement en train de pleurer quand on passe les menottes à celui qu'elle voit comme un sauveur, un héro.

" - Je suis désolée que l'on vous traite ainsi..."

Les heures ont passé, il fait quasiment nuit maintenant. Et s'il y a de la lumière, c'est parce que les survivants ont fait plusieurs feu pour éclairer la place, pour se réchauffer, pour passer le temps : surtout dans l'espoir qu'on voit leur fumée dans le ciel et que les secours arrivent plus rapidement. Patrick était là à chacune des grosses réunions qui se sont faites sur la plage ; que ce soit lorsqu'on a dit aux survivants de récupérer toutes les valises et tout ce qui pourrait leur être nécessaire, que ce soit pour donner certaines tâches précises à des personnes moins nombreuses, ou que ce soit pour la distribution de nourriture ce soir-là. Tout le monde est dans l'attente des secours, alors si on fait attention à ce qu'on donne à manger par principe, loin de leurs pensées est l'idée de faire un gros rationnement pour les jours, les semaines à suivre. Il n'y a pas grand chose à se mettre sous la dent, mais ils tiendront assurément quelques jours.

Personne ne voulait s'occuper du prisonnier attaché au tronc d'un palmier : fin, mais si grand qu'il serait impossible de le déraciner. Il faudrait une hache pour le couper, et Jimmy n'en a pas. Personne ne viendra l'aider pour l'instant. Et le médecin a demandé à Billie de s'en occuper ; d'une part, parce qu'il a des patients dans des états bien plus grâce que le sien, d'une autre, parce qu'il ne veut pas que la marshall traîne trop autour du terroriste sans que personne ne soit là pour la surveiller. La blonde, elle est d'ailleurs bien trop occupée, assise à une vingtaine de mètre de là sur la place, à surveiller les autres : elle a un oeil bien posé sur ce rouquin à la barbe et aux nerfs trop vifs.

" - Ils disent que vous n'avez pas besoin de manger. Mais Rémi m'a demandé de vous apporter ça." Billie s'est agenouillée en face de Jimmy, les jambes dans le sable. Elle a posé à côté de lui, de façon à ce qu'il puisse voir, un plateau qui provient de l'avion : deux barquettes d'un plat préparé, et une bouteille d'eau. Une partie de son repas qu'elle ne saurait manger sans appétit, mais elle ne le précise pas. " Il a aussi dit que je devrais m'occuper de votre blessure."

Ses yeux naïfs et plein de tristesse sont posés sur lui, lorsqu'elle lève sa main pour venir caresser son propre front là où est la blessure de Jimmy sur le sien. Sa main droite, là où il l'avait attrapé pour garder le sac, est légèrement meurtri d'un bleu qui n'apparaîtra pas plus qu'il ne l'est déjà ; elle ne ressent pas de douleur particulière à cet endroit. Tout son corps hurle d'un mal qu'elle ne connait pas d'habitude. Au village, elle n'a jamais été dans cet état. Mais elle se dit que Patrick a eu raison, car elle n'est pas moins blessés que les autres.

Billie a toujours un petit sac, bien moins rempli, posé à côté de son genoux : c'est là où il y a désinfectant, pansement et compresse pour soigner le prisonnier. Si certain veulent soit disant sa mort, d'autres ne sont pas du même avis et ont bien plus de coeur. Elle n'a plus de sang collé à elle, contrairement à lui : une femme l'a faite se baigner quand le soleil était encore haut. Le sel a désinfecté ses plaies, a enlevé les traces qui pouvaient disparaître. Et quand elle a séché sur la plage, Billie, elle a très bien vu les doigts du terroriste tapoter le sable. Si le morse n'était pas un de leur moyen de communication secret, Billie n'aurait pas été capable de comprendre que Jimmy l'utilisait pour distraire son esprit. Mais loin, elle n'a pas pu comprendre la signification de ce qu'il pouvait dicter contre le sable ; elle ne pourra rien dire à Patrick, et les autres ne sauront pas ce détail significatif.

" - Mais prenez ça d'abord, ça vous fera du bien."

Billie sort de sa poche la seule chose qu'elle a encore de son village. Une barre chocolatée portant un logo bien particulier. Elle n'y fait pas attention, mais elle devrait ; il sera tellement important pour leur reste de leur survie sur l'île. Personne d'autre n'aura une barre avec ce logo, ça ne vient pas de l'avion : elle est stupide. Benjamin, elle l'a toujours entendu dire qu'une dose de chocolat pouvait requinquer un Homme, au bon moment. Alors elle a sourit tendrement en lui tendant la barre. Mais son visage s'est légèrement tourné vers les droites ; ses cheveux ont volé au vent pour la cacher en partie. Mais ses yeux clairs ont très bien perçu Patrick, allongé auprès des troncs d'arbre. Il regarde tout le monde, de ce spot, mais il est surtout assez éloigné pour pouvoir s'éclipser dès que tout le monde aura fermer l'oeil. Lorsqu'elle repose son regard sur le prisonnier, elle tente un nouveau maigre sourire. Elle sait d'avance que Patrick fera son premier compte rendu cette nuit : Benjamin attend déjà avec nervosité.


tumblr_pz593gZC4Q1ynme1po6_250.gifv xONqj.jpg 98088e0fddfdb9b8b6600afce2828bdcdf84ff2e.gifv
❝ you have to be special to love me❞ and i'll love you a little bit more every day of our life. You are simply the woman I was waiting for to learn how to live and love.
SneakySkunk
Messages : 571
Date d'inscription : 17/02/2020
Région : Québec.
Crédits : Gifs (SneakySkunk) | Avatar (Google) | Signature (Crack in time)

Univers fétiche : J'apprécie les univers de survie. Je suis attirée par ce qui concerne les zombies. Je suis attirée par le science-fiction. J'aime toucher à tout.
Préférence de jeu : Les deux
cat
SneakySkunk
Mer 2 Sep - 19:05
GSmQxSfN_o.png
Jimmy Sylvester King
Il travaille à son compte depuis...
Avant de changer radicalement de carrière, il a acquis quelques compétences pratiques. Il est débrouillard, impudique, profiteur, manipulateur, mais fidèle. Pour occuper son temps, mais surtout pour se faire beaucoup d'argent, il est devenu détective privé ; ça lui rapporte énormément. Son meilleur ami est son frère, à peine deux ans son aîné. Ils ont presque tout traversé ensemble. Sinon, il n'a pas été chanceux en amour.
BILLIE+JIMMY this is our promised land E41c954bda3c0c3f929efd39fafaafc4f0172cb3


Daniel Sharman :copyright:️ Century Sex
Il redresse la tête au moment où la jeune femme s'agenouille face à lui. C'est plus fort que lui, il observe tout ce qu'elle trimbale : allant du petit sac médical jusqu'aux repas. Ça fait beaucoup pour une seule personne, qu'il se fait la réflexion. Les survivants ne rationnent pas suffisamment. Les secours n'arriveront peut-être pas aussi rapidement qu'ils le souhaitent. « Ils disent que vous n'avez pas besoin de manger. Mais Rémi m'a demandé de vous apporter ça. [...] Il a aussi dit que je devrais m'occuper de votre blessure. » Les survivants pensent que le terroriste ne devrait pas manger ; un sourire découragé, mais entendu, étire discrètement ses lèvres. Les gens, dans l'ensemble, sont rarement capables de se forger leur propre opinion, à croire qu'il est plus facile de suivre autrui. D'un côté, ça l'amuse de se dire qu'on le déteste sans le connaître. Il n'est pas là pour se faire des amis, et ceux qui le seront auront son respect. Mais elle arrive à attirer son attention par les termes qu'elle emprunte, du genre « ils disent que, il m'a dit que… » Jimmy n'essaie pas d'être insultant lorsqu'il soulève ce détail qui fait écho à ses oreilles :

Les gens vous disent beaucoup de choses. Vous faites souvent ce qu'on vous dit sans broncher?

Malgré cette question indiscrète, il opine du chef pour lui montrer qu'il sera laissera soigner. Le tout est suivi d'un sourire qui se veut doux, voire aimable. Ses doigts se relèvent légèrement comme pour signifier qu'il dit cela sans vouloir l'offenser, par simple curiosité. Il est franc lorsqu'il souhaite obtenir une réponse. Il se demande juste pourquoi elle fait tout ce qu'on lui demande sans se questionner davantage. Les gens disent quelque chose, alors elle doit obéir? Ses yeux bleus l'observent sans réserve, grâce aux quelques rares lueurs des environs. Est-elle seulement généreuse? Ou bien peut-être est-elle serviable? Trop timide pour refuser quoique ce soit? Alors elle serait gentille? Non, si elle était timide elle ne lui ferait pas la conversation, elle resterait à l'écart. Et lorsqu'une personne est serviable, elle est souvent portée à prendre des initiatives. Il se surprend à vouloir analyser ce petit bout de femme qui ne cesse de croiser son chemin. Il faut dire que la journée a été mouvementée et qu'il est seul depuis plusieurs heures. Jimmy a toujours apprécié la compagnie sympathique des gens. Faire la conversation uniquement pour passer le temps, ça n'a rien de désagréable.

Elle lui tend la barre chocolatée. Il sourit doublement en mettant davantage ses doigts en évidence, voulant dire par ce geste contraignant qu'elle va devoir la déposer directement dans sa main, ou dans sa bouche, sinon il ne pourra pas l'atteindre. Les menottes. Il n'est pas porté à regarder immédiatement l'emballage, surtout qu'il fait nuit noire, malgré les feux de camp. En l'absence de vie urbaine, le monde est calme et sans artifice. Nul doute qu'il portera une attention particulière à cet emballage lorsqu'il pourra le voir à la lumière. Aussitôt qu'il se concentre à quelqu'un ou quelque chose, il devient très vite scrupuleux des détails.

Vous étiez accompagnée, dans ce vol? qu'il demande lorsqu'elle tourne la tête pour observer le paysage.

Le décor est large et il n'a point le temps de voir qu'elle observe précisément l'homme à qui il s'est adressé sur la plage et qui sortait de l'eau. Elle paraît pensive, comme si elle cherchait à trouver quelqu'un du regard. Encore une fois, il pose des questions. Beaucoup de personnes agissent de manière spontanée, sans arrière pensée, et les analyser ne servirait à rien. Néanmoins, il constate aisément qu'elle a cessé de pleurer depuis tout à l'heure. Ses larmes ne sont pas passées inaperçues. Il cherche la tristesse sur son visage, même si elle ne le regarde pas. Qu'elle réponde ou non à sa précédente question, il enchaînera sur une note plus courtoise :

Toutes mes excuses pour l'intervention, tout à l'heure, si vous avez été blessée d'une quelconque façon, ou si vous avez été effrayée. Vous n'étiez pas visée personnellement.

Pour deux raisons, il se racle la gorge : la première étant que la fumée a laissé un goût désagréable dans sa tranchée ; la seconde étant que s'excuser n'est jamais une science exacte. On ne sait jamais à quel point on blesse quelqu'un, si on l'a blessé. Et Jimmy est souvent indiscret ou abrupt. Mais il sait une chose, certains individus sont plus fragiles que d'autres. Et les victimes ne se trouvent pas toujours au bon endroit au bon moment. Sans oublier qu'il possède un vil côté manipulateur lorsqu'il doit se faire de l'argent ou obtenir des renseignements ou se libérer d'une fâcheuse position. Et peut-être que si il reste naturel et aimable, elle finira pas plaider en sa faveur pour qu'il soit libéré.

Vous devriez vous reposer également, qu'il lâche néanmoins.

Il lève la tête, fixe un moment le ciel comme s'il cherchait à voir où ils sont tombés grâce à la disposition des étoiles, mais la fumée de l'avion obstrue encore le ciel. Alors si elle était en train de le soigner, elle va devoir attendre qu'il repose son oeil sur elle pour poursuivre sa tâche. Et lorsqu'il le fait, il ajoute simplement, sans savoir d'où elle vient et comment elle survit sur cette île :

Survivre en nature c'est... quelque chose.


I'm just a woman in love with another woman
©️crack in time
@Robz
Messages : 452
Date d'inscription : 17/02/2020
Région : France.
Crédits : tumblr.

Univers fétiche : Post-apocalyptique, touche à tout.
Préférence de jeu : Les deux
cat
@Robz
Sam 5 Sep - 14:30
f1519df6ced4b686acb1921c7eccdeda7f2af05e.png
Billie Diyoza
Elle fait partie des gens que l'on a emmené sur l'île, Billie, mais pas comme ceux qui sont descendus du ciel à cause d'une crash de leur avion. Non, Billie, elle a été ramenée sur un bateau lorsqu'elle était petite, parce que le peuple de cette île est incapable de concevoir. Quelque chose fait en sorte que les femmes ne puissent pas tenir leurs grossesses, quelque chose qui les pousse à faire venir des gens des autres continents. Mais après le recrutement suivant le sien, il n'y en a plus eu. Billie ne s'intéresse pas à ça car elle ne se souvient pas vraiment de l'autre monde. Parce qu'elle sait qu'on ne partage pas les secrets du groupe avec elle. Alors elle se contente de vivre comme on lui indique de le faire ; Billie est un parfait petit mouton entraîné à suivre les ordres. Elle est soumise, comme personne d'autre sur l'île.

BILLIE+JIMMY this is our promised land YqyZP

Elle fête tout juste ses 23 ans, alors elle ne connaît rien à la vie. Billie sait à peine user des ficelles de son métier : le ménage des baraquements de son groupe. Elle n'est bonne qu'à servir, même si elle aspire à bien plus qu'être femme de ménage pour eux. Billie voudrait être assez intelligente pour être parmi les gens importants de son groupe.


Zoey Deutch :copyright:️ bambi eyes
'' - Les gens vous disent beaucoup de choses. Vous faites souvent ce qu'on vous dit sans broncher?''

Billie ne répond pas à ces mots. Parce qu'elle est choquée, piquée à vif. Les gens ne lui parlent pas comme ça d'où elle vient : on la prend comme elle est et certainement qu'on en profite un peu. Mais Billie a toujours été heureuse de cette façon d'être. Du moins, elle le pense au plus profond d'elle-même. Parce que Billie n'est pas capable de voir plus loin que le bout de son nez : c'est quoi le bonheur, au final ? Mais Billie n'a pas l'habitude de s'attarder sur ses propres sentiments ; à peine exerce-t-il un sourire de ses lèvres parfaites, qu'elle oublie déjà la peine qu'il lui a provoqué. Elle a légèrement rit, même.

Parce qu'elle ne voit pas le mal, elle s'est approchée un peu plus après avoir ouvert la barre chocolatée, assez pour qu'il puisse manger le chocolat sans qu'il n'ait à le toucher. Billie ne trouve pas ça étrange, ça l'a fait même légèrement sourire de tendre cette barre aux lèvres d'un homme qu'il ne connaît pas ; elle le voit comme un service. Elle donne se qu'elle peut offrir sans attendre en retour. Billie est bien meilleure pour s'occuper des autres que pour prendre soin d'elle-même.

D'un signe de tête négatif, Billie répond silencieusement qu'elle n'était pas accompagnée. Même si au contraire, elle allait d'abord parler pour dire qu'elle n'était pas seule ; la naïve a du mal à exercer le fait qu'elle ne puisse point parler de Patrick. C'est son point de repère, maintenant, sur cette plage. Elle devrait cesser de le chercher continuellement des yeux, si elle ne veut pas attirer l'attention. Pourtant, Billie, elle ne se sent pas plus seule aujourd'hui, au milieu de ces inconnus, que dans son propre village. Tout lui manque déjà, surtout Benjamin, mais pour la première fois, Billie a l'impression de compter pour eux. D'être utile, alors ça lui permet de garder la tête froide. Pour l'instant, ça lui permet aussi de ne pas faire trop de bétises.

" - Toutes mes excuses pour l'intervention, tout à l'heure, si vous avez été blessée d'une quelconque façon, ou si vous avez été effrayée. Vous n'étiez pas visée personnellement."
" - Je sais..." Qu'elle souffle enfin, ses yeux se reposant sur lui, cette fois-ci, avec une légère tendresse sortie tout droit du néant. Billie a même rit, très légèrement, comme si les mots du terroriste étaient dotés d'un humour caché : ou de stupidité à peine voilé. " Personne ne me ferait volontairement du mal. Pourquoi l'auriez-vous fait ?"

Billie paraît si bête, si naïve, à répondre de la sorte. Parce qu'elle ne voit pas le mal chez les autres, qu'elle ne voit pas le mal chez elle. Alors pour elle, il est inconcevable qu'on lui fasse du mal pour quelconque raison. C'est comme si Billie croyait sincèrement que l'être humain est bon, quoi qu'il arrive. C'est uniquement parce qu'elle n'a pas grandit dans leur monde, dans leur société, qu'elle pense ainsi. Ô douce Billie, il faudra qu'elle apprenne à comprendre, à voir correctement, le reste du monde pour grandir elle-même. Elle est si douce, et si naïve : ce n'est pas pour rien qu'elle n'a pas comprit les différents comportements des gens qui se sont entrechoqués tout à l'heure. Si elle prend parti de l'homme attaché au palmier, c'est uniquement parce qu'elle l'a vu sauver un enfant. Il pourrait être le Benjamin de ces gens, mais là encore, elle a tord. Billie a rarement raison.

Billie ne fait pas attention à ce qu'elle fait, aux détails qu'elle laisse derrière elle. Lorsque la barre chocolatée est terminée, elle suce son pouce pour faire disparaître toute trace du fantasme que deviendra cette friandise pour les survivants. Puis, elle glisse sa main dans sa poche pour y mettre le papier ; elle ne veut pas polluer son île. Malheureusement, le papier lui échappe sans qu'elle n'y fasse attention, et lorsqu'elle avance d'un pas fait avec son genoux, elle enfonce le papier au logo dans le sable. Par ce geste, elle approcher du prisonnier pour nettoyer sa blessure avec une compresse imbibée de désinfectant que le médecin lui a confié. Elle a sourit pour lui répondre, doucement, avec des mots elle n'a pas besoin de se reposer, parce qu'elle va bien. Ces mots pourraient être étranges pour quelqu'un qui vient de vivre ce qu'ils ont vécu. Mais Billie n'y porte pas attention. Elle parle avec le coeur. Elle agit toujours avec son coeur.

" - Survivre en nature c'est... quelque chose."
" - Je suis sur que vous apprécierez. La nature est faite pour nous. " La jeune femme répond naturellement. Et puisqu'il repose ses yeux sur elle, Billie redresse par automatisme sa main comme si elle s'apprêtait à reprendre ses soins : pourtant, elle vient simplement de ce rendre compte de la stupidité de ce qu'elle vient de dire. Elle est censée vivre au milieu d'une ville, comme eux. " C'est là que nous étions tous avant, pas vrai ?"

Elle tente de se rattraper du mieux qu'elle peut, mais agir physiquement sera certainement un meilleur tour de passe passe. Alors elle se redresse, ses cuisses sont tendues. Elle est plus haute, au dessus de lui, pour s'occuper de la plie. Peut-être même qu'elle appui un peu trop fort, peut-être même que le produit pique : elle n'y connaît rien. Mais Billie aussi grimace, sauf que c'est à cause de sa bêtise et de la douleur à son épaule.

Le sang ne coule plus, la plaie est nettoyée. On y aurait certainement mit des points de suture, dans un hôpital de sa société à lui. Mais ici, dans cette situation, cette blessure est superficielle. Le médecin a autre chose à faire que de recoudre une petite plaie qui guérira d'elle-même, avec des soins basiques : même si ça doit laisser une cicatrice sur ce visage parfait. Alors elle n'y met qu'un pansement, blanc, plus large que la plaie. Et ça lui donne un air encore plus piteux qu'il ne l'avait déjà, assit collé à ce tronc. Billie ne peut pas s'empêcher de rire légèrement, replaçant une mèche de cheveux, lorsqu'elle est de nouveau à sa hauteur. Elle le trouve encore plus beau comme ça, comme si le pansement reflétait sa bravoure et non les coups qu'il a pu recevoir. Billie discerne toujours ce qu'elle désire voir.

" - Vous devriez manger pendant que c'est encore chaud..." Qu'elle souffle, en désignant d'un coup de menton le plateau posé à côté de l'homme. " Laissez..." Elle prononce ce mot d'une voix plus faible, comme un reproche pour elle-même. Billie semble comprendre d'elle-même, cette fois-ci, qu'il ne pourra pas plus manger seul les barquettes de l'avion, au même titre que la barre chocolatée. " Vous voulez de l'aide ?"

Cette fois-ci, elle agit avant d'avoir eu une réponse. Alors elle se déplace, une nouvelle fois pour se pencher, mais elle attrape une barquette qu'elle décapsule sans laisser partir le plastique au vent, au contraire des autres survivants qui ne font pas attention à leurs déchets. Ils veulent juste rentrer chez eux. Mais Billie sait que ça n'arrivera pas. Elle devrait porter plus souvent son regard vers la mer, en attente des secours. Billie et ce groupe n'ont définitivement pas les mêmes priorités, et naïve, ça joue sur sa couverture. Pourtant, là, elle donne une cuillère en plastique à l'homme accroché tel un animal. Elle attend qu'il s'en empare, et Billie se contente de tenir le récipient au bon endroit pour qu'il puisse se nourrir sans difficulté.

" - Je ne sais pas pourquoi vous étiez dans le cockpit," Sa voix est toujours aussi douce, mais elle semble avoir baissé d'un ton. Comme si Billie avait peur des oreilles indiscrètes ; pas celles de Patrick en tous cas. " mais je sais que vous ne vouliez pas tuer tous ces gens. Vous n'auriez pas sauvé ce petit garçon sinon..."

Elle sourit. Elle est douce, Billie. Mais parfois, la douceur cache bien des choses. Car toute les informations que Patrick pourra transmettre à Benjamin ce soir seront importantes. C'est à lui, qu'elle désire faire plaisir. Alors elle souhaite qu'il puisse être fier, ce qu'elle entendra de cette conversation sera retranscrit à Patrick, quoi qu'il arrive. Elle est si naïve, Billie, pourtant, elle met du sien pour que le terroriste s'ouvre à elle. Elle n'a pas beaucoup d'effort à faire, étrangement, Billie ressent sur plaisir à avoir ses yeux posés sur elle, à l'entendre parler, à prendre soin de lui. Elle est faite pour soutenir les autres.
Contenu sponsorisé
BILLIE+JIMMY this is our promised land
Page 1 sur 2
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» Billie
» Billie's RP
» Land of the dead (feat. La Volpe)
» Idées vagues de Billie
» LOGAN+KATERINA+KASPER+JADE | One perfect land for all men.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers science-fiction :: Survival/Apocalyptique-
Sauter vers: